Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Éloge et critique de l’efficience...

Éloge et critique de l’efficience économique : Quesnay, Smith, Rousseau

Praise and Criticism of Economic Efficiency: Quesnay, Smith, Rousseau
Claire Pignol

Résumés

L’efficience économique est définie au XVIIIe siècle, par Quesnay comme par Smith, comme la maximisation du surplus dégagé par une économie. Consommé en vue d’une jouissance chez Quesnay, le surplus est principalement accumulé chez Smith, afin d’accroître la puissance productive du travail. Rousseau manifeste une hostilité constante à l’efficience, veut proscrire toute invention qui puisse abréger le travail, et engage à ne produire que des biens périssables. Rousseau, quoiqu’il fasse l’éloge du superflu, signale aussi les menaces que portent ses usages et ses conséquences sur les attentes des agents, lorsqu’il tourne en nécessaire dont la privation est pénible. Quand Smith encourageait un agent prévoyant à épargner en vue de son bonheur futur, Rousseau invite à une prévoyance qui accepte la fugacité des plaisirs et se rend capable de ne pas dépendre de la permanence des richesses présentes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le choix du terme d’efficience, anachronique, plutôt que de celui d’optimum, résulte de l’usage qui (...)
  • 2 Voir Florence Magnot-Ogilvy, Le roman et les échanges au XVIIIe siècle. Pertes et profits dans la f (...)
  • 3 Céline Spector, Rousseau et la critique de l’économie politique, Bordeaux, Presses universitaires d (...)

1Au XVIIIe siècle, l’efficience économique1 apparaît chez les penseurs de l’économie politique naissante comme un objectif politique. Elle exige une efficience technique qui vise le plus – plus de produit et de bien-être – par le moins – moins de peine et de coûts. Dans les pensées économiques de Quesnay et de Smith, l’efficience s’évalue par un surplus, consommé chez Quesnay, accumulé chez Smith, qu’une organisation adéquate de la production permet de maximiser. Elle permet de fuir une précarité originelle, malheur premier auquel l’humanité veut échapper. Rousseau s’oppose frontalement à l’objectif d’efficience et à son expression matérielle qu’est la constitution d’un surplus grâce à une production bien organisée. Cette critique de l’efficience, si l’on veut bien entendre qu’elle n’est pas seulement méconnaissance des raisonnements de l’économie politique ou refus d’un raisonnement économique au nom de principes moraux, peut s’explorer de multiples manières. Florence Magnot-Ogilvy2 a montré comment la représentation de l’échange dans La Nouvelle Héloïse fait apparaître le caractère fallacieux du calcul des profits et des pertes, fournit une critique du don compensatoire pour donner à voir l’impossibilité d’un équilibre et d’un dédommagement des sacrifiés. Céline Spector a mis en évidence l’antagonisme entre les conditions favorables à la croissance économique – l’appropriation inégale des terres – et la justice, faisant de Rousseau l’auteur qui a su refuser le primat de la croissance sur la justice3. En deçà de ces débats qui renvoient à l’analyse de l’échange et de la répartition, nous nous situerons exclusivement dans le champ de la production et questionnerons la relation entre richesse produite et satisfaction des besoins, en négligeant les inégalités de répartition à l’intérieur d’une population. Une telle représentation de l’économie, offre malgré ses simplifications l’avantage de faire apparaître pourquoi, indépendamment des inégalités qu’elle peut engendrer, la recherche de l’efficience conduit une humanité désireuse de fuir le malheur économique vers une misère plus grande que celle à laquelle elle veut échapper.

L’efficience économique au XVIIIe siècle : la maximisation d’un surplus

  • 4 François Quesnay, Le droit naturel dans Œuvres Economiques Complètes et autres textes (désormais Œ.(...)
  • 5 Quesnay, Despotisme de la Chine dans Œ.E.C., op. cit., t.2, p. 1010.
  • 6 Quesnay, Ibid., p. 1015.
  • 7 Quesnay, Philosophie rurale dans Œ.E.C., t.1, p. 648.

2Quesnay étudie les sociétés en questionnant la capacité de leur économie à se reproduire. Ainsi définit-il dans Le Droit naturel l’ordre naturel comme « l’ordre de la reproduction et de la distribution régulière et annuelle des richesses du territoire d’un royaume »4, ou, dans Despotisme de la Chine que « les lois constitutives des sociétés », qui sont « les lois de l’ordre physique le plus avantageux au genre humain » sont « établies […] pour la reproduction et la distribution continuelle des biens nécessaires pour satisfaire aux besoins des hommes réunis en société »5 et que « les lois naturelles de l’ordre des sociétés sont les lois physiques mêmes de la reproduction perpétuelle des biens nécessaires à la subsistance, à la conservation et à la commodité des hommes »6. Techniquement, la reproduction exige de l’économie d’un royaume qu’il produise, pour chaque bien, une quantité au moins égale à celle qui est utilisée pour la production de toutes les marchandises du royaume. La notion d’efficience apparaît avec celle de surplus. Le fonctionnement de l’économie peut en effet permettre non seulement la reproduction des biens nécessaires à la production mais aussi la constitution d’un surplus, défini comme un excès du produit sur les avances productives. Une société est alors efficiente lorsque ce surplus est maximisé. C’est pourquoi pour Quesnay « toute la science économique consiste à diriger leur marche [des dépenses] vers la plus grande reproduction possible par la connaissance des résultats physiques qui assurent à l’action de la société la renaissance et la durée des dépenses »7. La plus grande reproduction signifie le plus grand surplus.

  • 8 Pour un exposé plus détaillé, voir Jean Cartelier, « Introduction » dans Quesnay, Physiocratie, Par (...)

3La mesure du surplus soulève au moins deux difficultés. La première consiste dans l’identification du surplus en quantités physiques de biens. Dans cette mesure physique, le surplus – ou surproduit – consiste en une liste de quantités de biens produits en excès relativement à ce qui est nécessaire à la production. Il faut ici souligner que le surproduit d’un bien ne dépend pas exclusivement des techniques de production employées dans la branche qui le produit. Il dépend aussi des techniques employées dans les autres branches et de l’ampleur dans la production des autres branches. En effet, pour une même technique de production dans la branche ‘fer’, le surproduit en fer diffère selon la quantité de fer employée dans les autres branches, donc selon la combinaison d’inputs pour le dire dans les termes de la pensée économique du XXe siècle, impliquée par les choix technologiques de ces branches ainsi que de leur échelle de production8.

4La seconde difficulté apparaît lorsque l’on veut mesurer le surplus comme une quantité unique, et non comme un vecteur indiquant, pour chaque bien, la différence entre produit et avances productives. Pour agréger des excès de blé et de fer par exemple, il est nécessaire d’homogénéiser des quantités – hétérogènes – de biens différents. La comparaison quantitative des avances entre elles et avec le produit, alors qu’avances et produits diffèrent qualitativement, exige de disposer d’une évaluation des quantités avancées et produites en une même unité de compte. C’est l’objet de la théorie de la circulation monétaire chez Quesnay, comme, chez Smith, de la théorie de la valeur.

  • 9 C’est ce que Quesnay promeut dans les articles « Fermiers » et « Grains » de l’Encyclopédie. Pour u (...)

5Antérieurement à ces difficultés qui relèvent de la théorie économique proprement dire, la maximisation du surplus exige des techniques de production efficaces, qui permettent d’obtenir, dans chaque branche, le plus grand produit par la plus petite quantité d’avances productives (ou le plus grand excédent de produit relativement aux avances productives). C’est bien ce que vise Quesnay lorsqu’il promeut le progrès technique sous une forme particulière concrète : le remplacement du labour à petite échelle, avec des charrues tirées par des bœufs, par le labour à grande échelle, avec des charrues tirées par des chevaux. L’efficience économique requiert, au minimum, d’utiliser les techniques qui produisent le plus grand surplus possible. Observons que cela ne requiert pas nécessairement de réduire au minimum les coûts de chaque producteur. Les coûts doivent être minimisés globalement et relativement au produit, ce qui exige de décider en tenant compte de l’ensemble des conditions de la reproduction dans le royaume. De grandes exploitations qui supportent des coûts importants peuvent maximiser le surplus global quand de petites exploitations minimisant chacune leurs coûts échouent à produire un surplus9.

6Smith et tous les économistes classiques partagent le même objectif de maximisation du surplus. La manufacture d’épingles du premier chapitre de la Richesse des Nations donne à voir une production à grande échelle qui ne juxtapose pas des productions à petite échelle, mais divise le travail, spécialise chaque ouvrier dans une tâche et par là accroît la productivité du travail. La productivité du travail mesure, en quantité de travail, le surplus. L’efficience dans la pensée classique qui débute avec Smith consiste donc à accroître la productivité du travail.

Efficience et fuite de la précarité

  • 10 Quesnay, Le droit naturel in Œ.E.C., t.1, p.111. Ou encore : « Tous les hommes tendent par leurs tr (...)
  • 11 Quesnay, « Hommes » dans Œ.E.C., t.1, p. 259.
  • 12 Adam Smith, La Richesse des Nations (désormais RN), Paris, Garnier-Flammarion, 1991, vol. 1, p. 65.
  • 13 Smith, RN, op. cit., p. 66.

7Individuellement et surtout collectivement, le surplus maximisé a pour objectif la jouissance. Quesnay l’énonce avec netteté : « Le droit naturel de l’homme peut être défini vaguement le droit que l’homme a aux choses propres à sa jouissance »10. La recherche de l’efficience relève de la production et de la circulation des richesses, mais son motif est dans la consommation qui procure une jouissance : « Sans la jouissance et la consommation, les productions seraient des biens inutiles »11. Pour Smith aussi, la richesse d’une nation, constituée des « choses nécessaires et commodes à la vie »12, doit permettre même aux plus pauvres d’entre ses habitants de « jouir, en choses propres aux besoins et aux aisances de la vie »13, d’une part aussi grande qu’il est possible.

  • 14 Quesnay, « Grains », art. cit., p. 171.
  • 15 Quesnay, « Fermiers », art. cit., p. 132.
  • 16 Ibid., p. 146.

8Or la jouissance, de Quesnay à Smith, est d’abord fuite devant la pénurie, volonté d’échapper à une situation qui toujours menace, dans laquelle la subsistance est insuffisante. Cette menace est perceptible dans la peinture que fait Quesnay de la petite culture, culture pauvre qui nourrit difficilement ceux qui s’y livrent. Il décrit la dégradation à laquelle est condamnée une agriculture bornée à la subsistance où « on ne cultive les terres qu’aux dépens des terres mêmes, et […] on en tire le produit que l’on peut en les faisant valoir avec le moins de dépenses qu’il est possible »14. Le métayer qui emploie des bœufs, limite ses dépenses, cultive lui-même avec sa famille et évite les frais de domestiques et d’employés productifs, ne sème que ce qu'il peut récolter vite et sans peine, laisse en friche des terres qui « s’embuissonnent »15 et finalement se borne à produire de quoi subsister sans pouvoir faire apparaître de surplus et de sa maigre récolte « consomme la plus grande partie pour sa nourriture et celle de sa famille »16.

  • 17 Quesnay, « Grains », art. cit. p. 200.

9La petite culture donne ainsi à voir une agriculture qui pourvoit difficilement à la subsistance. La généralisation de la petite culture bornée à la subsistance fait apparaître un pays misérable qui, faute de développer son agriculture, est « réduit » à rechercher des ressources précaires : « Une nation qui a peu de commerce de denrées de son cru, et qui est réduite pour subsister à un commerce d’industrie, est dans un état précaire & incertain »17. Si Quesnay vise le plus grand surplus, c’est d’abord parce que l’objectif alternatif, la recherche de la subsistance sans surplus, est voué à l’échec :

  • 18 Quesnay, « Fermiers », art. cit. p. 147.

Partout où le fermier manque et où les bœufs labourent la terre, les paysans languissent dans la misère ; le métayer qui est pauvre ne peut les occuper : ils abandonnent la campagne, ou bien ils y sont réduits à se nourrir d’avoine, d’orge, de blé noir, de pommes de terre, & d’autres productions de vil prix qu’ils cultivent eux-mêmes, & dont la récolte se fait peu attendre.18

10L’auto-suffisance n’est pas même atteinte, l’absence de surplus interdit le commerce, et l’Etat pâtit autant que les laboureurs :

  • 19 Quesnay, « Hommes » dans Œ.E.C., op. cit., t.1, p. 300.

Entre tous les hommes qui produisent par leurs travaux, ceux qui ne consomment que ce qu’ils produisent, et tout ce qu’ils produisent, sont les moins profitables à l’Etat : tels sont les paysans, les pauvres qui ne cultivent que quelques productions de vil prix, qui ne vendent rien, qui n’achètent rien, qui ne servent à rien aux autres hommes et qui ne sont occupés uniquement qu’à pourvoir difficilement et misérablement à leurs besoins.19

  • 20 Ibid., p.300.

11La production d’auto-subsistance est vouée à une misère croissante car « ces hommes […] périssent enfin, et le territoire abandonné ne soumet plus que des friches à la domination du souverain »20. Quesnay dramatise la condition économique des royaumes qui, faute d’avoir compris la nature et les causes de l’efficience, ne garantissent pas même la subsistance nécessaire à la population.

  • 21 Smith, Lectures on jurisprudence dans R.L. Meek, D.D. Raphael, and P.G. Stein (eds.), The Glasgow e (...)
  • 22 On consultera sur ce sujet Christian Marouby, L'économie de la nature. Essai sur Adam Smith et l'an (...)

12Une semblable dramatisation apparaît dans les Lectures on Jurisprudence21 de Smith et affleure dans la Richesse des Nations. L’histoire conjecturale que Smith expose dans les Lectures on Jurisprudence fait l’hypothèse que toute société humaine est passée ou passera par quatre stades successifs de développement, chaque stade étant défini par un mode spécifique de subsistance : la chasse et le ramassage ; le pastoralisme ; l’agriculture ; finalement, le stade commercial, c’est-à-dire le mode de production industriel et l’économie capitaliste de marché. L’histoire débute par une pénurie première. La condition des humains est précaire, marquée par une extrême indigence. L’humanité manque des ressources nécessaires à la survie. C’est pourquoi le développement économique ultérieur est à la fois hautement désirable et accidentel puisqu’il repose sur la constitution puis l’accroissement d’un surplus qui, dans la précarité initiale, ne peut apparaître que par un heureux hasard. L’abondance du quatrième stade est l’efficience, conquise car absente à l’origine22.

  • 23 Smith, RN, op. cit., p. 66.
  • 24 Il faut ici remarquer que, pour Smith, l’efficience advient sans qu’elle doive être imposée par un (...)

13Cette anthropologie se retrouve dès l’introduction de la Richesse des Nations, où Smith énonce le contraste entre les sociétés qu’il dit « sauvages ou primitives », et les sociétés commerçantes, « civilisées ou en progrès ». Les oisifs sont infiniment moins nombreux dans les sociétés primitives que dans les sociétés commerçantes, puisque dans les premières, seuls sont oisifs ceux qui ne peuvent travailler – enfants, vieillards ou infirmes, alors que, dans les secondes, un grand nombre d’individus peuvent ne pas travailler. Les nations sauvages sont pourtant, écrit Smith, « dans un état de pauvreté suffisant pour les réduire souvent, ou du moins pour qu'elles se croient réduites, à la nécessité tantôt de détruire elles-mêmes leurs enfants, leurs vieillards et leurs malades, tantôt de les abandonner aux horreurs de la faim ou à la dent des bêtes féroces ». Par contraste, les nations civilisées, en dépit de la grande proportion d’inactifs, pourvoient « tout le monde […] avec abondance, et l’ouvrier […] jouit de richesses qu’aucun sauvage pourrait jamais se procurer »23. Les nations civilisées sont parvenues à échapper à la pénurie initiale et progressent toujours vers une plus grande efficience24.

  • 25 Smith, RN, op. cit., p. 429.

14Il faut ici souligner combien l’efficience est fuite d’un état premier d’inefficience absolue, caractérisé par la rareté des ressources nécessaires à la vie. La recherche de l’efficience est d’abord une condition de survie : l’insuffisance de l’état initial pousse chacun à « améliorer sa condition »25 et, pour cela, à renoncer à des jouissances présentes pour privilégier l’accumulation.

  • 26 Voir Michael Gaul, « Progrès et prix naturels : Conceptions de l’histoire dans la pensée économique (...)

15Mais Smith annonce aussi, à la suite de Quesnay, une bonne nouvelle : si l’on parvient à constituer un surplus en s’abstenant de le consommer improductivement en vue de la jouissance immédiate, et si, au contraire, on le consomme productivement, alors il sera possible dans le futur de faire mieux que jouir de cette épargne : le travail pourra être davantage divisé, sa productivité en sera accrue, et le surplus futur s’accroîtra aussi. Smith annonce donc un progrès indéfini de l’humanité. L’efficience qu’il vise et qu’il prophétise diffère de celle de Quesnay. Le surplus chez Smith n’est consommé en vue d’une jouissance immédiate mais accumulé, c’est-à-dire consommé productivement sous forme d’investissement. De ce fait, l’efficience n’est pas pour Smith un état qui se perpétue à l’infini dans une société où disparaît l’histoire. Elle est un progrès continu dans l’histoire des sociétés26.

Usages du surplus

16La différence entre bienfaits immédiat du surplus – chez Quesnay – et bienfaits futurs – chez Smith – amène à préciser les usages possibles du surplus. On peut distinguer non deux mais trois usages. Le premier est la jouissance immédiate de biens de consommation, que Quesnay nomme « faste de subsistance » lorsqu’il permet de réaliser l’ordre optimal de la société. La jouissance de biens est aussi pour Smith la promesse du développement économique, promesse tenue puisque l’ouvrier même pauvre des sociétés civilisées peut jouir de consommations inconnues des sociétés primitives. La rémunération du travail au salaire de subsistance ne signifie pas que les salariés ne peuvent consommer que ce qui leur est physiologiquement nécessaire. Le panier de biens que le salaire permet d’acheter n’est pas déterminé par la nature ou la physiologie. Il varie selon l’époque et le lieu et s’accroît à mesure que l’économie se développe.

  • 27 Smith, Théorie des sentiments moraux, Presses universitaires de France, 1999 [1759], p. 254.
  • 28 Ibid., p. 255.
  • 29 Pour une discussion plus détaillée de la circularité de la rationalité chez Smith, voir Michaël Biz (...)

17Un second usage du surplus consiste à en différer la jouissance afin d’accumuler des biens de production, machines et matières premières, et/ou pour accroître le nombre de travailleurs productifs. L’échelle de production peut ainsi s’accroître, et accroître par-là la productivité du travail et le surplus dont jouiront les générations futures. Toute l’économie classique encourage la renonciation à la consommation présente et fait l’éloge de l’épargne. Pourtant, dans la décision de renoncer à la jouissance présente en vue d’une plus grande jouissance future, s’introduit une possible confusion entre moyens et fins. Si la finalité première de l’économie est d’accroître les richesses pour accroître le bien-être, l’épargne – entendue comme consommation productive – diffère indéfiniment la réalisation de la finalité première. On ne jouit jamais de la richesse dans l’idée d’en jouir plus tard, toujours plus tard. Cette confusion, Smith ne l’ignore pas, menace toute économie. Elle est portée à son comble dans le capitalisme puisque le capitaliste, qui s’approprie la part la plus importante du surplus sous forme de profit, en réduit autant qu’il peut la consommation pour sa jouissance immédiate et en investit la plus grande part possible. Dès la Théorie des Sentiments Moraux, la parabole du fils de l’homme pauvre fait apparaître le caractère déceptif du désir de richesse. Enchanté de l’idée lointaine de la félicité dont il jouira, logé dans un palais, transporté dans des machines au lieu d’aller à pied ou à cheval, servi par une suite nombreuse de domestiques, le jeune homme consacre sa vie à la poursuite de la richesse et de la grandeur, travaille et épargne sans relâche. Enfin, vieux, malade, « le corps épuisé par le labeur et les maladies », il « commence enfin à trouver que la richesse et la grandeur ne sont que des bibelots d’utilité frivole »27, « maudit l’ambition et regrette en vain le bien-être et l’indolence de la jeunesse, ces plaisirs à jamais enfuis qu’il a follement sacrifiés à ce qui, maintenant qu’il le possède, ne lui procure aucune réelle satisfaction »28. Le désir de richesse devient désir de dupe lorsque l’usage des richesses pour la jouissance est indéfiniment reporté. Le capitalisme qui encourage ce désir produit une rationalité circulaire où la finalité disparaît à force d’être renvoyée à un futur qui, comme l’horizon, s’éloigne à mesure qu’on s’en approche29.

18La pensée de Smith rend ici compte d’une ambivalence qui caractérise le développement économique. L’économie classique suppose un agent dont la survie est menacée par la rareté des ressources, agent dévoré par l’inquiétude de la survie et dont la vie est entièrement prisonnière de l’économie entendue comme moyen d’assurer la subsistance. L’accumulation d’un surplus nommé capital permettrait d’échapper à cette prison de la nécessité. Mais le moyen menace d’enfermer l’agent non plus dans la prison de la subsistance mais dans celle de l’accumulation : pour améliorer sa condition économique future, l’agent renonce à toute amélioration présente. Les moyens qui garantissent l’efficience contredisent ce que vise l’efficience. C’est la logique du capital que dénoncera Marx et dont Smith est conscient. Il reste que, pour Smith, cette logique ne va pas à l’encontre du premier usage mais l’accompagne au lieu de s’y substituer : l’accumulation du capital va de pair avec une amélioration de la condition salariale.

  • 30 Karl Marx, Le Capital, Livre III dans Œuvres. Économie II, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », (...)

19Il reste un troisième usage possible de l’accroissement de la productivité, peu exploré par la pensée classique, qui consisterait dans la diminution du temps de travail nécessaire à la satisfaction des besoins, à la reproduction de l’économie. C’est l’usage que Marx appelle de ses vœux dans la conclusion du livre III du Capital : « l’épanouissement de la puissance humaine, le véritable règne de la liberté » commence au-delà de l’empire de la nécessité, quoique celui-ci subsiste toujours. « La réduction de la journée de travail est la condition fondamentale de cette libération »30. Marx diffère de Smith non en se faisant critique de l’efficience, mais en montrant que l’efficience économique ne bénéficie pas aux salariés qui voient au contraire leur situation se détériorer par l’accroissement nécessaire de leur temps de travail, du fait de la baisse tendancielle du taux de profit.

Rousseau : refus de l’efficience productive

20Rousseau, bien davantage que Marx, manifeste une hostilité constante à l’objectif d’efficience technique, condition nécessaire à l’efficience économique. L’hostilité est manifeste dans les deux premiers fragments consacrés à l’économie et aux finances :

  • 31 Jean-Jacques Rousseau, Fragments politiques dans Œuvres complètes, vol. III, Gallimard, coll. « La (...)

1. Dans tout ce qui dépend de l’industrie humaine, on doit proscrire avec soin toute machine et toute invention qui peut abréger le travail, épargner la main d’œuvre, et produire le même effet avec moins de peine. 2. En raisonnant bien conséquemment, on devrait s’appliquer à donner peu de durée et de solidité aux ouvrages de l’industrie et à les rendre le plus périssable possibles, et à regarder comme de vrais avantages les incendies, les naufrages et tous les autres dégâts qui font la désolation des hommes.31

21Le premier fragment exprime le refus de l’objectif d’accroissement de la productivité du travail. Refuser d’abréger le travail, de « produire le même effet avec moins de peine », c’est renoncer à accroître sa productivité. Le second fragment exprime un refus de l’accumulation d’un surplus puisque les biens « périssables » et ouvrages «  de peu de durée et de solidité » ne peuvent faire l’objet d’une accumulation.

  • 32 Rousseau, Fragments politiques, op. cit., p. 525.
  • 33 A moins que l’augmentation de la productivité dans la production du blé ne se traduise que par une (...)

22Dans les fragments suivants, Rousseau use d’arguments fragiles pour étayer ces deux affirmations. Il prévoit que « si l’on trouvait quelque moyen de rendre le labourage plus facile et d’épargner le nombre de bœufs qu’on y emploie », la diminution qui s’ensuivrait du prix du blé, favorable aux pauvres, serait accompagnée d’une augmentation du prix de la viande préjudiciable aux « malades qui ont plus besoin de bouillon que de pain »32. Si l’on comprend aisément qu’un labourage plus facile diminue le prix du blé, on comprend moins qu’il accroisse celui de la viande, sinon relativement à celui du blé, et détériore le pouvoir d’achat des consommateurs de viande et de bouillon. Même ceux qui financent leur consommation en offrant du blé ne devraient pas en souffrir car la diminution du prix du blé doit s’accompagner d’une hausse de la quantité produite33. Rousseau, qui n’élabore pas de théorie des prix, est ici peu convaincant.

  • 34 Marx, Principes d’une critique de l’économie politique dans Œuvres. Économie, t.II, Gallimard, coll (...)
  • 35 Robert Derathé, « Notes et variantes sur les Fragments politiques dans Rousseau, Œuvres complètes, (...)

23Si son propos intéresse, c’est parce qu’il exprime une position hérétique pour tout économiste, marxistes inclus : un refus non seulement de l’accumulation mais de ce qu’elle vise, l’accroissement de la productivité du travail qui épargne de la peine. Lorsque Marx écrit que « l’économie vraie, l’épargne, consiste à économiser du temps de travail »34, il est héritier de Smith plus que de de Rousseau. Ce n’est d’ailleurs pas seulement par les économistes que les propos de Rousseau sont inaudibles. Robert Derathé juge « archaïque » cette observation, considère que Rousseau raisonne ici en moraliste « comme il le fait presque toujours lorsqu’il aborde les problèmes économiques », et comprend « l’hostilité à l’égard de tout progrès technique qui accroît la production en diminuant l’effort humain » par « une sorte de mystique du travail manuel » 35.

  • 36 Rousseau, Emile dans Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, Coll. « La Pléiade », vol. IV, 1969, p. 46 (...)
  • 37 Ibid., p. 466.

24Signalons pourtant que l’efficience économique n’est pas pour Rousseau toujours à proscrire. Dans l’Emile, il indique comme bénéfique l’accroissement de la satisfaction des besoins qui résulte de la division du travail. Supposant dix hommes qui s’appliquent chacun à dix sortes de travaux pour le nécessaire, et sont mal servis, il les imagine former une société où « chacun s’applique, pour lui seul et pour les neuf autres, au genre d’occupation qui lui convient le mieux ». Alors « chacun profitera des talents des autres comme si lui seul les avait tous ; chacun perfectionnera le sien par un continuel exercice ; et il arrivera que tous les dix, parfaitement bien pourvus, auront encore du surabondant pour d’autres »36. Le surplus, ici nommé surabondant, est bénéfique. Il reste toutefois à identifier les conséquences de ce « principe apparent de toutes nos institutions »37 qu’est l’organisation de la division du travail en vue de la satisfaction des besoins.

25Si Rousseau n’est pas toujours hostile à l’usage efficace des capacités productives de chacun, ne faut-il lire dans la méfiance exprimée dans ce fragment qu’un archaïsme et une « mystique », pour employer le langage de Derathé, du travail manuel ? Ou bien faut-il prendre au sérieux ce qui motive sa méfiance ?

Méfiance à l’égard du surplus, éloge de la jouissance

  • 38 Rousseau, Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes (désormais DOI) dans Œuvres complè (...)

26Les raisons qui motivent le jugement de Rousseau sont bien connues. Si « tous nos travaux se dirigent sur deux seuls objets, savoir, pour soi les commodités de la vie, et la considération parmi les autres » 38, ces objets, que nous pensons désirables pour notre bonheur, au contraire le menacent. La menace résulte d’une part du développement de l’amour-propre au détriment de l’amour de soi, encouragé par le développement des échanges monétaires concomitant de l’accroissement de la productivité, d’autre part de l’accroissement des besoins qu’engendre l’efficience.

27Le surplus est nuisible lorsqu’il prend la forme du luxe ostentatoire et de l’accumulation. Il n’est plus alors ce dont on jouit, mais un moyen d’améliorer son rang dans la société – le luxe – ou sa condition future – l’accumulation. Qu’en est-il lorsque le surplus est destiné à satisfaire, par les commodités qu’il offre, des besoins qui ne relèvent pas du luxe ? Le discours de Rousseau, du Second Discours à l’Émile, témoigne avec constance d’une préoccupation inquiète relative à l’accroissement des besoins.

  • 39 Ibid., p. 165.
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid., p. 168.

28Son anthropologie diffère de celle de Smith au moment d’expliquer la constitution d’un surplus pour satisfaire les besoins élémentaires. Dans la société naissante du Second Discours, l’apparition d’un surplus de biens qui excèdent le nécessaire n’est précédée d’aucune pénurie initiale. L’état premier de l’homme est un état de suffisance qui aurait pu se prolonger indéfiniment sans un accident qui donne naissance aux premiers rassemblements humains. L’homme, « profitant à peine des dons que lui offrait la nature », était « loin de songer à lui rien arracher »39. En un moment certes, le récit fictif de l’histoire de l’humanité que dresse Rousseau fait apparaître une convergence avec celui de Smith, lorsqu’il décrit les difficultés qui se présentent à l’homme et qu’il lui faut apprendre à vaincre : « Des années stériles, des hivers longs et rudes, des étés brûlants qui consument tout » exigent des hommes « une nouvelle industrie »40. Pourtant, malgré la mention d’obstacles de la nature que les hommes apprennent à surmonter, Rousseau ne rejoint pas Smith pour décrire les conditions de constitution d’un premier surplus. Celui-ci résulte non d’un manque de biens – nul n’en avait auparavant ressenti le besoin – mais de l’exercice libre d’un loisir : « Les hommes jouissant d’un fort grand loisir l'employèrent à se procurer plusieurs sortes de commodités inconnues à leurs pères »41. L’effet immédiat du surplus est la jouissance, Rousseau n’en disconvient pas. Son jugement diverge cependant de celui des économistes lorsqu’il énonce que les commodités nouvelles sont la source de frustrations futures :

  • 42 Ibid.

Ce fut le premier joug qu’ils s’imposèrent sans y songer, et la première source de maux qu’ils préparèrent à leurs descendants ; car outre qu’ils continuèrent ainsi à s’amollir le corps et l’esprit, ces commodités ayant par l’habitude perdu presque tout leur agrément, et étant en même temps dégénérées en de vrais besoins, la privation en devint beaucoup plus cruelle que la possession n’en était douce, et l’on était malheureux de les perdre, sans être heureux de les posséder.42

  • 43 Ibid., p.171.
  • 44 Ibid., note XVI, p. 220.
  • 45 Ibid.

29Rousseau n’est pas hostile au surplus en tant que tel. La société naissante, période « tenant un juste milieu entre l'indolence de l’état primitif et la pétulante activité de notre amour-propre […] « dut être l’époque la plus heureuse et la plus durable » et son état « le meilleur à l’homme »43. La faiblesse des commodités disponibles à l’homme, au regard de celles que peut produire l’humanité après le long développement de la productivité, ne nuit pas au bonheur car « l’estimation du bonheur est moins l’affaire de la raison que du sentiment » et qu’il faudrait pour en juger « concevoir le goût que trouvent les sauvages à leur manière de vivre »44. Aveuglés par ce qui nous anime, le désir d’obtenir les commodités de la vie et la considération de nos semblables, nous parvenons difficilement à « imaginer la sorte de plaisir qu’un sauvage prend à passer sa vie seul au milieu des bois ou à la pêche, ou à souffler dans une mauvaise flûte, sans jamais savoir en tirer un seul ton et sans se soucier de l’apprendre »45.

  • 46 Jean-Jacques Rousseau, Julie ou La nouvelle Héloïse (désormais NH) dans Œuvres Complètes, Paris, Ga (...)

30On retrouve dans La Nouvelle Héloïse un semblable éloge des biens qui sont source de bien-être sans être toutefois nécessaires à la survie. Julie, loin d’être insensible aux plaisirs, « les aime, […] les recherche, […] ne s’en refuse aucun de ceux qui la flattent […], ne compte pour superflu rien de ce qui peut contribuer au bien-être d’une personne sensée »46. Le surplus ne devient nuisible que lorsque les biens qui le constituent deviennent nécessaires. Julie

  • 47 Ibid., p. 542.

prétend que tout ce qui tient aux sens et n’est pas nécessaire à la vie change de nature aussitôt qu’il tourne en habitude, qu’il cesse d’être un plaisir en devenant un besoin, que c’est à la fois une chaîne qu’on se donne et une jouissance dont on se prive, et que prévenir tous les désirs n’est pas l’art de les contenter mais de les éteindre.47

  • 48 Ibid.

31La Nouvelle Héloïse ici fait écho au passage du Second Discours, et Rousseau énonce, par la voix de Julie, qu’« on ne jouit sans inquiétude que de ce qu’on peut perdre sans peine »48. Rousseau ici va au-delà de l’anticipation des frustrations futures que peuvent susciter les richesses présentes dont on éprouve le premier usage comme un bonheur, si elles venaient à manquer. La jouissance s’émousse pour non seulement s’annuler mais devenir malheur. La consommation, devenue habitude et sentie comme nécessaire, ne procure plus de jouissance et suscite seulement la crainte inquiète d’en être dépossédé. Rousseau évoque la disparition de la jouissance et la montée de l’inquiétude avec ses correspondants qui lui envoient des graines et des feuilles pour son herbier :

  • 49 Lettre à M. de la Tourette, 25 janvier 1772, dans Jean-Jacques Rousseau, Œuvres, tome 12, Lequien, (...)

Quelques fruits étrangers, quelques graines qui me sont par hasard tombées entre les mains, m’ont inspiré la fantaisie de commencer une très-petite collection en ce genre. Je dis commencer, car je serais bien fâché de tenter de l’achever quand la chose me serait possible, n’ignorant pas que tandis qu’on est pauvre, on ne sent que le plaisir d’acquérir, et que quand on est riche au contraire, on ne sent que la privation de ce qui nous manque et l’inquiétude inséparable du désir de compléter ce qu’on a.49

32Le superflu accumulé menace le bonheur au-delà de son mésusage à travers le luxe destiné à satisfaire la vanité, dont on ne saurait soupçonner le collectionneur de graines.

Production historique du malheur économique par l’efficience

  • 50 Rousseau, DOI, op. cit., note IX, p. 202.

33Le malheur économique n’est pas d’abord l’effet d’une nature avaricieuse mais le produit de l’histoire humaine : « l’homme n’a guère de maux que ceux qu’il s’est donnés lui-même […]. Ce n'est pas sans peine que nous sommes parvenus à nous rendre si malheureux »50. Cette histoire est celle du progrès des connaissances et des techniques, qui ne tient pas ses promesses :

  • 51 Ibid.

Quand d'un côté l’on considère les immenses travaux des hommes, tant de sciences approfondies, tant d’arts inventés, tant de forces employées, des abîmes comblés, des montagnes rasées, des rochers brisés, des fleuves rendus navigables, des terres défrichées, des lacs creusés, des marais desséchés, des bâtiments énormes élevés sur la terre, la mer couverte de vaisseaux et de matelots, et que de l’autre on recherche avec un peu de méditation les vrais avantages qui ont résulté de tout cela pour le bonheur de l’espèce humaine, on ne peut qu’être frappé de l'étonnante disproportion qui règne entre ces choses, et déplorer l'aveuglement de l'homme qui, pour nourrir son fol orgueil et je ne sais quelle vaine admiration de lui-même, le fait courir avec ardeur après toutes les misères dont il est susceptible, et que la bienfaisante nature avait pris soin d’écarter de lui.51

  • 52 Ibid., p. 203.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid., p. 192.
  • 55 Ibid., p. 204.
  • 56 Rousseau, DOI, op. cit., note IX, p. 203-4.

34Le progrès de la productivité promet la jouissance et devrait permettre de réduire le temps et la difficulté du travail. Le constat est inverse. Le travail envahit la vie de chacun, la jouissance est rare, l’état de l’homme civilisé « a ouvert de nouvelles portes à la douleur et à la mort »52. Quand « l'homme sauvage » trouve aisément son repas, même lorsqu’un autre la lui dispute, « l’homme civilisé », qui doit « pourvoir au nécessaire, et puis au superflu […] n’a pas un moment de relâche »53. Le contraste entre l’indolence du Caraïbe et les « travaux pénibles et enviés d'un ministre européen »54 signe l’échec du projet d’amélioration du sort de l’humanité par la recherche de l’efficience technique et économique. Les travaux qui épuisent l’homme civilisé trouvent leur origine dans les passions, qui incluent celle du bien-être. L’homme civilisé exige des soins que sa « sensualité excessive a tournés en habitudes nécessaires, et dont la négligence ou la privation [lui] coûte ensuite la vie ou la santé »55. De là résultent « les travaux excessifs dont les pauvres sont surchargés, la mollesse encore plus dangereuse à laquelle les riches s’abandonnent, et qui font mourir les uns de leurs besoins et les autres de leurs excès »56.

35Les Fragments politiques et l’Émile formulent le même diagnostic. La volonté d’éviter le malheur économique par l’accroissement des richesses est source de nos misères :

  • 57 Rousseau, Fragments politiques, dans Œuvres Complètes, vol. III, p. 509.

Au milieu de tant d’industries, d’arts, de luxe et de magnificence, nous déplorons chaque jour les misères humaines et nous trouvons le fardeau de notre existence assez difficile à supporter avec tous les maux qui l’appesantissent […]. Nos plus grands maux viennent des soins qu’on a pris pour remédier aux petits.57

  • 58 Rousseau, Emile dans Œuvres Complètes, vol. IV, 1969, p. 305.

36Les facultés superflues qu’a l’homme sont « l'instrument de sa misère », et « c’est à force de travailler pour augmenter notre bonheur, que nous le changeons en misère »58.

Richesse et prévoyance

37Pour préserver le bonheur dans l’usage des richesses, il faut alors éviter l’inquiétude qui accompagne l’habitude de la consommation et la fait tourner en nécessaire. Ces conditions sont inverses de celles que promeut la pensée économique classique qui invite à épargner en vue des besoins futurs. Plutôt que garantir des ressources toujours imprévisibles et dont la conservation n’est jamais assurée, il faut jouir de la richesse en acceptant la fugacité et la possibilité d’en être privé.

  • 59 Rousseau, DOI, op. cit., p. 144.
  • 60 Ibid.

38Rousseau plaide ici contre une prévoyance qui assurerait des ressources futures, et en faveur d’une prévoyance qui s’exerce sur les besoins et les désirs. La peine du travail ne s’allège pas grâce à l’accumulation et à l’accroissement de la productivité qu’elle rend possible. La prévoyance lorsqu’elle invite à l’accumulation alourdit la peine. Le Caraïbe, imprévoyant au point de « vend[re] le matin son lit de coton, et v[enir] pleurer le soir pour le racheter, faute d’avoir prévu qu’il en aurait besoin pour la nuit prochaine »59, est moins malheureux que l’homme civilisé car « son âme, que rien n’agite, se livre au seul sentiment de son existence actuelle, sans aucune idée de l’avenir, quelque prochain qu’il puisse être, et ses projets, bornés comme ses vues, s’étendent à peine jusqu'à la fin de la journée »60. Si le malheur économique résulte des effets conjugués de l’habitude et de l’imagination, il serait vain d’espérer que l’homme civilisé retrouve les habitudes de l’homme de la nature et ne soit pas soumis aux désirs ou aux inquiétudes que produit l’imagination. Mais il n’est pas impossible de prévenir l’habitude et d’orienter l’imagination de sorte que l’homme n’en soit pas l’esclave.

39La recherche de l’efficience est chez les économistes du XVIIIe siècle la conséquence d’une inquiétude relative aux conditions économiques de la survie humaine, conditions qui ne sont pas spontanément assurées par la nature. Elle exprime d’autre part la conviction que le problème de la subsistance peut être résolu grâce à des décisions, individuelles et collectives, qui prennent appui sur la connaissance des conditions de l’accroissement des richesses et l’anticipation du futur. La critique de l’efficience que propose Rousseau fait apparaître une inquiétude et une conviction symétrique, où les maux ne sont pas premiers mais produits d’une histoire économique, et où l’anticipation du futur telle que l’envisage l’économie politique est la raison du malheur présent.

Haut de page

Notes

1 Le choix du terme d’efficience, anachronique, plutôt que de celui d’optimum, résulte de l’usage qui est fait de l’optimum par la pensée économique depuis la fin du XIXe siècle. Depuis la révolution marginaliste, l’optimum désigne une répartition des ressources ajustée aux préférences des agents consommateurs. La production y est seconde au regard de la consommation. Le terme d’efficience rend mieux compte de la dimension productive des pensées économiques qui précèdent la pensée marginaliste.

2 Voir Florence Magnot-Ogilvy, Le roman et les échanges au XVIIIe siècle. Pertes et profits dans la fiction des Lumières, Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 225-257.

3 Céline Spector, Rousseau et la critique de l’économie politique, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2017, p. 10.

4 François Quesnay, Le droit naturel dans Œuvres Economiques Complètes et autres textes (désormais Œ.E.C.), édité par C. Théré, L. Charles et J.-C. Perrot, Paris, Institut National d’Études Démographiques (INED), t.1, p.122.

5 Quesnay, Despotisme de la Chine dans Œ.E.C., op. cit., t.2, p. 1010.

6 Quesnay, Ibid., p. 1015.

7 Quesnay, Philosophie rurale dans Œ.E.C., t.1, p. 648.

8 Pour un exposé plus détaillé, voir Jean Cartelier, « Introduction » dans Quesnay, Physiocratie, Paris, Garnier-Flammarion, 1991, p. 22-24.

9 C’est ce que Quesnay promeut dans les articles « Fermiers » et « Grains » de l’Encyclopédie. Pour une étude synthétique, voir Catherine Larrère, « L'Arithmétique des physiocrates : la mesure de l'évidence ». Histoire & Mesure, 1992, vol. 7 - n°1-2, p. 5-24.

10 Quesnay, Le droit naturel in Œ.E.C., t.1, p.111. Ou encore : « Tous les hommes tendent par leurs travaux à se procurer de bons aliments et de bons vêtements. On ne peut trop favoriser leurs efforts » (« Grains » dans Œ.E.C., t.1, p. 162).

11 Quesnay, « Hommes » dans Œ.E.C., t.1, p. 259.

12 Adam Smith, La Richesse des Nations (désormais RN), Paris, Garnier-Flammarion, 1991, vol. 1, p. 65.

13 Smith, RN, op. cit., p. 66.

14 Quesnay, « Grains », art. cit., p. 171.

15 Quesnay, « Fermiers », art. cit., p. 132.

16 Ibid., p. 146.

17 Quesnay, « Grains », art. cit. p. 200.

18 Quesnay, « Fermiers », art. cit. p. 147.

19 Quesnay, « Hommes » dans Œ.E.C., op. cit., t.1, p. 300.

20 Ibid., p.300.

21 Smith, Lectures on jurisprudence dans R.L. Meek, D.D. Raphael, and P.G. Stein (eds.), The Glasgow edition of the works and correspondence of Adam Smith, vol. 5, Oxford, Oxford University Press, 1978 [1762–1764].

22 On consultera sur ce sujet Christian Marouby, L'économie de la nature. Essai sur Adam Smith et l'anthropologie de la croissance, Paris, Le Seuil, 2004 ; Christian Marouby, « Pour une économie de la sympathie. Propos sur la double anthropologie d'Adam Smith », Finance & Bien Commun, n° 22, 2005, p.18-24 ; Ecem Okan, « Between history and analysis: progress according to David Hume and Adam Smith », thèse de doctorat, Université Paris I – Panthéon-Sorbonne, 2018; Ecem Okan, “How did it all begin? Adam Smith on the early and rude state of society and the age of hunters”, The European Journal of the History of Economic Thought, 24:6, 2017, p. 1247-1276.

23 Smith, RN, op. cit., p. 66.

24 Il faut ici remarquer que, pour Smith, l’efficience advient sans qu’elle doive être imposée par un souverain omniscient. La propension naturelle à l’échange, la division du travail qui en résulte et l’accumulation individuelle suffisent à y conduire.

25 Smith, RN, op. cit., p. 429.

26 Voir Michael Gaul, « Progrès et prix naturels : Conceptions de l’histoire dans la pensée économique de Cantillon à Marx », thèse de doctorat, Université Paris I – Panthéon Sorbonne, 2020, chapitres 2 et 3.

27 Smith, Théorie des sentiments moraux, Presses universitaires de France, 1999 [1759], p. 254.

28 Ibid., p. 255.

29 Pour une discussion plus détaillée de la circularité de la rationalité chez Smith, voir Michaël Biziou, « Le désir de richesse selon Adam Smith » dans Les cahiers philosophiques, n°104, Paris, 2005, p. 49-69, et Daniel Diatkine & Benoît Walraevens, « From Vanity to the Love of Systems, from Luxury to the Accumulation of Capital, from the Gaze of Others to the Endless Process » dans R. Ege & H. Igersheim (dir.), The Individual and the Other in Economic Thought, London, Routledge, 2018, p. 11-25.

30 Karl Marx, Le Capital, Livre III dans Œuvres. Économie II, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1968 [1893], p. 1487.

31 Jean-Jacques Rousseau, Fragments politiques dans Œuvres complètes, vol. III, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1964, p. 525. Toutes les citations de Rousseau sont, sauf exception, extraites de l’édition Pléiade.

32 Rousseau, Fragments politiques, op. cit., p. 525.

33 A moins que l’augmentation de la productivité dans la production du blé ne se traduise que par une baisse du temps de travail des laboureurs, mais alors rien n’indique que le prix du blé baisse effectivement.

34 Marx, Principes d’une critique de l’économie politique dans Œuvres. Économie, t.II, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1968, p.310. Marx poursuit : « Inséparable du mouvement des forces productives, cette économie n’est en rien une renonciation à la jouissance. L’accroissement de la force et des moyens de production conditionne les facultés qui rendent l’individu apte à jouir de l’existence, aptitude qui va de pair avec la puissance productive ».

35 Robert Derathé, « Notes et variantes sur les Fragments politiques dans Rousseau, Œuvres complètes, vol. III, op. cit., p.1532.

36 Rousseau, Emile dans Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, Coll. « La Pléiade », vol. IV, 1969, p. 466.

37 Ibid., p. 466.

38 Rousseau, Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes (désormais DOI) dans Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Coll. « La Pléiade », vol. III, note XVI, p. 220.

39 Ibid., p. 165.

40 Ibid.

41 Ibid., p. 168.

42 Ibid.

43 Ibid., p.171.

44 Ibid., note XVI, p. 220.

45 Ibid.

46 Jean-Jacques Rousseau, Julie ou La nouvelle Héloïse (désormais NH) dans Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », vol. II, 1961, p. 531. Les biens

47 Ibid., p. 542.

48 Ibid.

49 Lettre à M. de la Tourette, 25 janvier 1772, dans Jean-Jacques Rousseau, Œuvres, tome 12, Lequien, 1821. Un propos semblable se retrouve dans une lettre du 9 novembre 1772 adressée au duc d’Albe : « Si quelque chose peut réveiller un goût que je sens journellement s’attiédir, c’est le cadeau de graines que je reçois de votre part. Mais j’ai remarqué depuis longtemps, et j’éprouve à présent moi-même, que les collections, si agréables à commencer, donnent plus d’embarras que de plaisir à poursuivre, parce qu’à mesure qu’on s’enrichit on sent plus la privation de ce qui nous manque, que la jouissance de ce qu’on possède, au lieu qu’en commençant on goûte uniquement le plaisir d’acquérir » (Rousseau, Correspondance générale, v. XX, Paris : A. Colin, 1924, Lettre n° 4064, p. 207).

50 Rousseau, DOI, op. cit., note IX, p. 202.

51 Ibid.

52 Ibid., p. 203.

53 Ibid.

54 Ibid., p. 192.

55 Ibid., p. 204.

56 Rousseau, DOI, op. cit., note IX, p. 203-4.

57 Rousseau, Fragments politiques, dans Œuvres Complètes, vol. III, p. 509.

58 Rousseau, Emile dans Œuvres Complètes, vol. IV, 1969, p. 305.

59 Rousseau, DOI, op. cit., p. 144.

60 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Pignol, « Éloge et critique de l’efficience économique : Quesnay, Smith, Rousseau »Études Épistémè [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 14 février 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/episteme/17431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.17431

Haut de page

Auteur

Claire Pignol

Claire Pignol est maître de conférences HDR en économie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses recherches portent sur l’histoire de la pensée économique, la philosophie économique et les représentations de l’économie dans le roman (XVIIIe-XXIe siècles).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search