Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Optimum économique et efficience ...

Optimum économique et efficience historiographique dans l’Histoire des deux Indes

Economic Optimum and Historiographical Efficiency in Diderot-Raynal’s Histoire des deux Indes
Muriel Brot

Résumés

Publiée de 1770 à 1780, l’Histoire des deux Indes de Raynal, à laquelle Diderot contribua, s’interroge sur la légitimité et l’utilité des colonies, sur la meilleure manière de les conserver et de les rentabiliser. Également conscients que la puissance réformatrice de leur ouvrage dépendrait de sa force didactique, que la promotion d’un mode de colonisation optimal passerait par l’adoption d’une historiographie performante, Raynal et Diderot s’interrogèrent et s’opposèrent sur la meilleure manière d’écrire l’histoire des Indes. La recherche d’efficacité et d’efficience apparaissant à tous les niveaux de l’ouvrage, de sa conception à son mode d’écriture, l’étude analyse les stratégies historiographiques divergentes des auteurs qui, les amenant à ouvrir le champ de l’histoire coloniale à des données apparemment disparates, en firent un ouvrage économique et politique fondamental.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Écrite à plusieurs mains dans les années 1765-1780, l’Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes de l’abbé Raynal analyse la colonisation européenne des Amériques occidentale et orientale pour proposer un mode d’exploitation des territoires plus respectueux des divers intérêts en jeu. L’ouvrage, auquel Diderot donna de nombreuses pages déterminantes, est une recherche d’amélioration en matière de colonisation. Économique et politique, l’étude s’appuie d’abord sur une enquête de terrain, financière et administrative, devant établir la forme de gestion la plus rentable. Comme l’impact de l’ouvrage sur la politique coloniale française dépendait aussi de sa force de persuasion, de sa capacité à faire entendre son analyse et à promouvoir son plan de colonisation, c’est-à-dire de son efficacité historiographique, Raynal et Diderot s’interrogent, et s’opposent, sur la meilleure manière d’écrire l’histoire des Indes.

  • 1 Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des (...)
  • 2 Voir l’analyse de cette dispute dans Gianluigi Goggi, « L’Histoire des deux Indes et l’éloquence po (...)
  • 3 Voir par exemple L’Histoire au dix-huitième siècle, Aix-en-Provence, Édisud, 1980 ; Chantal Grell, (...)

2Ayant laissé des traces au sein de l’Histoire des deux Indes comme dans quelques textes de Diderot, leur dispute est connue : on sait que Raynal voulait produire une histoire écrite « par des commerçans philosophes »1, fondée sur les réalités et les détails du commerce, alors que Diderot préconisait une histoire oratoire s’appuyant sur l’éloquence pour dénoncer les préjugés et défendre plusieurs principes philosophiques et politiques des Lumières2. Par-delà ce désaccord, Raynal et Diderot poursuivaient le même but. Également conscients que la puissance réformatrice de l’ouvrage dépendrait de sa force didactique, que la promotion d’un mode de colonisation optimal passait par l’adoption d’une écriture historique efficace, ils recherchaient l’historiographie la plus performante, celle qui présenterait la colonisation européenne de manière à la faire évoluer dans le sens le plus propice. Leurs interrogations, comme leur désaccord, s’inscrivent dans le sillage des réflexions sur la fonction et la poétique de l’histoire qui se développent dans la seconde moitié du XVIIIe, de Voltaire à Mably pour s’en tenir aux ténors du débat3.

I - Les calculs de Raynal

3Philosophique et politique comme l’annonce son titre développé, l’Histoire des deux Indes accorde une grande importance à la dimension économique de la colonisation. Consacré aux « Établissemens des François dans les isles de l’Amérique », le livre XIII s’interroge par exemple sur la manière d’améliorer le rendement des possessions françaises, de rendre « florissantes » la Guyane et les îles des Antilles. Faisant état du progrès ou du déclin de la productivité des territoires, la description de chaque colonie présente le plan de défense et d’exploitation le plus à même de soutenir leur croissance, d’augmenter les profits pour les porter à leur maximum. En quête d’« accroissemens rapides », ou au minimum « d’une grande amélioration » des bénéfices, l’ensemble de l’étude analyse la capacité économique des colonies. Comme l’indique Diderot, c’est l’un des principaux enjeux du livre XIII :

  • 4 H80, Livre XIII, t. 3, p. 293.

L’accroissement de puissance que la plupart des gouvernemens de l’Europe se sont promis de leurs possessions dans le Nouveau-Monde, m’occupe depuis trop long-tems, pour que je ne me sois pas demandé souvent à moi-même, pour que je n’aie pas demandé quelquefois à des hommes plus éclairés que moi, ce qu’on devoit penser d’établissemens formés à si grands frais & avec tant de travaux dans un autre hémisphère.4

  • 5 Ibid., p. 428.
  • 6 Voir Muriel Brot, « Les administrateurs coloniaux dans l’Histoire des deux Indes », Enquête sur la (...)

4« L’accroissement de puissance » des colonies françaises était essentiel dans le projet de colonisation de la Guyane et des Antilles comme dans l’objectif de l’Histoire des deux Indes. Conçue à l’issue de la Guerre de Sept ans où la France avait perdu ses possessions au Canada et en Louisiane, à la signature du traité de Paris en 1763, elle devait proposer un mode d’exploitation des îles d’Amérique susceptible de contrecarrer l’essor des puissances étrangères, notamment celui de l’Angleterre. Comme le dit la conclusion du livre XIII, l’historien des Indes et le gouvernement français, particulièrement en la personne du ministre de la Guerre et de la Marine (de 1761 à 1766) Étienne-François de Choiseul, pensaient également que la France était la seule nation susceptible de défendre l’Europe « contre la prétention d’un seul peuple à la monarchie universelle des mers »5. Quant aux « hommes éclairés » que mentionne Diderot, il s’agit entre autres des administrateurs coloniaux, gouverneurs et intendants en charge de la sécurité et de l’exploitation des territoires. Ces hommes de terrain envoyaient au gouvernement, via le bureau des colonies, des mémoires et des rapports qui rendaient compte de tous les aspects de l’administration coloniale, proposaient les plans de défense et de gestion les plus à même de limiter les pertes et d’augmenter les profits. On sait aussi que les auteurs de l’Histoire des deux Indes utilisaient ces rapports, sortes d’outils de gouvernement typiques des nouveaux savoirs administratifs qui se développèrent dans la seconde moitié du XVIIIe siècle6. Ils utilisèrent par exemple les écrits que le physiocrate Le Mercier de La Rivière adressa au gouvernement de 1759 à 1764 ; notamment son « Mémoire sur la Martinique » qui rendait « compte de toutes les affaires de la [colonie] dans le meilleur ordre et la forme la plus claire, la plus précise » afin de proposer la politique économique qui assurerait la prospérité de l’île, des Antilles et de la métropole. Fondés sur des réalités empiriques et des calculs étoffés, nourris des enquêtes sur le terrain, les mémoires de Le Mercier de La Rivière, comme ceux des autres administrateurs coloniaux, ne décrivaient pas la situation pour en donner une simple connaissance encyclopédique mais pour déclencher une action gouvernementale effective, une intervention économique, législative et politique, susceptible d’améliorer l’administration des colonies. L’état des lieux n’était pas un but, mais un moyen. Cherchant à articuler l’économique et le politique, les mémoires des administrateurs exposaient les moyens d’obtenir la plus grande augmentation possible de richesse par la plus grande diminution possible de dépense. En reprenant l’intention et bien souvent la lettre de ces rapports, l’Histoire des deux Indes intègre en même temps leur recherche de rationalisation et d’efficience.

  • 7 Reinhardt Koselleck, L’Expérience de l’histoire, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1997.

5L’objectif de l’ouvrage étant de produire du politique, l’écriture de l’histoire devant déboucher sur une série de réformes concrètes, Raynal opte pour une historiographie semblable à la sémantique historique de Reinhart Koselleck en ce qu’elle tire du passé, conçu comme « un champ d’expérience », les leçons nécessaires à l’amélioration du présent et à la construction du futur7. Il le déclare nettement :

  • 8 H80, livre XIII, t. 3, p. 351.

Il est tems d’apprécier la vérité, le résultat de [l’]histoire [des pays éloignés], & de savoir moins ce qu’ils ont été que ce qu’ils sont : car l’histoire du passé, sur-tout par la manière dont elle a été écrite, n’appartient guère plus au siècle où nous vivons que celle de l’avenir.8

  • 9 Voltaire, « Remarques sur l’histoire », Œuvres historiques, René Pomeau (éd.), Paris, Gallimard, Bi (...)

6Dans le sillage de « l’histoire moderne » définie par Voltaire, qui débute par l’invention de l’imprimerie et la découverte de l’Amérique, histoire des hommes et des sociétés plus que des rois et des guerres, histoire empreinte d’un « esprit philosophique » qui « [discute] des faits avec des hommes » au lieu de « [faire] des contes à des enfants »9, Raynal ouvre le champ de l’histoire à des problèmes administratifs et politiques qui engageaient le présent et l’avenir des colonies. Il y intègre des questions si spécialisées, parfois si techniques, que leur étude détaillée relève davantage du traité que de l’histoire.

  • 10 H80, Livre V, t. 1, p. 582.
  • 11 Ibid., p. 583.
  • 12 Voir le détail de cette polémique et la position de l’Histoire des deux Indes dans les notes du Liv (...)

7Ces questions appartiennent d’autant moins à l’historiographie traditionnelle, conçue comme étude du passé, qu’elles faisaient l’objet de débats publics très animés au moment de la rédaction de l’ouvrage. Intitulé « L’Europe doit-elle rendre libre le commerce des Indes, ou l’exploiter par des compagnies exclusives ? »10, « question fameuse »11 sur les avantages et les inconvénients de l’Exclusif, le chapitre XXXV du livre V est directement issu de la polémique sur le privilège de la Compagnie des Indes qui agite l’été 1769, polémique qui dépassa les seuls actionnaires puisqu’il s’agissait de choisir entre un commerce libre ouvert à tous les citoyens et un commerce régi par une compagnie de négociants détentrice d’un privilège exclusif. Raynal et Diderot s’intéressèrent de près à cette discussion publique sur la liberté du commerce colonial qui opposait plusieurs grands noms de l’économie politique : les physiocrates, l’abbé Galiani, l’abbé Morellet, et les actionnaires de la compagnie, tels Jacques Necker et le comte de Lauraguais12.

  • 13 Ibid., Livre XIII, t. 3, p. 421.
  • 14 Voir l’analyse de ce chapitre dans Muriel Brot, « Diderot et Raynal : l’histoire au présent », Les (...)

8L’addition du chapitre LVIII dans la troisième édition du livre XIII, intitulé « La France peut-elle avoir une marine militaire ? Lui convient-il de l’avoir ? Mesures qu’elle doit prendre pour l’avoir »13, s’inscrit également dans l’actualité militaire et politique du moment. Lié à la volonté de la France de perfectionner sa marine pour la mettre en état de rivaliser avec la Royal Navy, ce perfectionnement paraissant essentiel à l’équilibre économique et politique de l’Europe, l’ajout de ce chapitre spécialisé montre combien l’histoire, loin d’être simple étude du passé, était pour Raynal et ses collaborateurs un mode d’intervention dans les débats du moment, une tentative d’agir sur la réforme des institutions, l’étude de la colonisation devant permettre de l’optimiser14.

  • 15 Voltaire, « Nouvelles considérations sur l’histoire », Œuvres historiques, op. cit., p. 48.

9En marge des grandes questions politiques, s’inscrivant encore dans le sillage de l’histoire moderne de Voltaire préconisant de prendre en considération « les registres des exportations »15, l’Histoire des deux Indes ouvre le champ de l’histoire aux dénombrements des réalités coloniales, à des données chiffrées que négligeait l’historiographie traditionnelle. Ces passages, dont on peut voir un exemple dans le chapitre XXXI du livre XIII, intitulé « Situation actuelle de la Guadeloupe & des petites isles qui lui sont soumises », insèrent dans le récit de la colonisation, qu’ils interrompent, un état des lieux daté et chiffré de la colonie, inventaire détaillé extrêmement précis de ses différents habitants (blancs, noirs, mulâtres, esclaves), de ses troupeaux (chevaux, mulets, vaches, moutons, porcs et chèvres), et de ses cultures (cacao, coton, café, sucre, etc.).

  • 16 H80, Livre XIII, t. 3, p. 350-351.

Au premier Janvier 1777, la Guadeloupe, en y comprenant les isles plus ou moins fertiles soumises à son gouvernement, comptoit douze mille sept cens blancs de tout âge & de tout sexe, treize cens cinquante noirs ou mulâtres libres, & cent mille esclaves, quoique leur dénombrement ne montât qu’à quatre-vingt quatre mille cent.
Ses troupeaux comprenoient neuf mille deux cens vingt chevaux ou mulets, quinze mille sept cens quarante bêtes à corne, & vingt-cinq mille quatre cens moutons, porcs ou chèvres.
Elle avoit pour ses cultures quatre cens quarante-neuf mille six cens vingt-deux pieds de cacao ; onze millions neuf cens soixante-quatorze mille quarante-six pieds de coton ; dix-huit millions sept cens quatre-vingt-dix-neuf mille six cens quatre-vingt pieds de café ; trois cens quatre-vingt-huit sucreries qui occupoient vingt-six mille quatre-vingt-huit quarrés de terre.16

  • 17 Louis Philippe May, Le Mercier de La Rivière (1719-1801). Mémoires et textes inédits sur le gouvern (...)

10Pris dans les mémoires des administrateurs ou dans les rapports des douanes, ces comptes contribuent à l’extension du champ de l’histoire en ce qu’ils montrent qu’une histoire philosophique et politique passe, pour Raynal, par un recensement des réalités concrètes. Ces chiffrages sont si importants à ses yeux qu’il les actualise à chaque édition de l’ouvrage. Si les dénombrements étaient depuis le XVIIe siècle un outil de réflexion et de gestion politique de plus en plus utilisé, si la plupart des administrateurs coloniaux fondaient leurs analyses sur ces recensements, la dimension empirique de cette approche est particulièrement visible dans les mémoires de Le Mercier de La Rivière que les auteurs de l’Histoire des deux Indes ont beaucoup utilisés. Prouvant le bien-fondé de ses observations en disant qu’« elles ne consistent qu’en faits et calculs », c’est de ces faits et calculs que Le Mercier de La Rivière dégageait les « principes » dont il tirait ensuite les « solutions » et les « remèdes » susceptibles d’améliorer le sort des colonies. Louis Philippe May, pour qui « La Rivière n’est pas un géomètre, mais un observateur, un administrateur »17, souligne le fondement expérimental de ses mémoires, leur pragmatisme dénué de rigidité dogmatique, ce qui les distingue de l’esprit théorique de son grand ouvrage L’Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques comme des maximes générales de l’école physiocratique. Conscients que l’efficacité politique de l’Histoire des deux Indes, son influence sur le public et le gouvernement, sa possibilité de contribuer à l’amélioration de l’administration coloniale en suscitant des réformes, dépendaient de leur didactisme, de leur manière de justifier les innovations et de leur capacité à les faire admettre, les auteurs reprennent la méthode empirique et arithmétique de Le Mercier de La Rivière, démontrant faits et chiffres à l’appui que tel type de fortification ou tel système fiscal serait plus sûr et plus rentable que ceux qui sont en vigueur.

11Raynal justifie la présence de ces dénombrements dans un passage essentiel de l’Histoire des deux Indes qui préconise le recours à « un registre bien ordonné » des « ressources naturelles des différentes nations », vante le choix de cette « exactitude [qui] fait le mérite de l’ouvrage ». Il y revendique sa manière prosaïque d’écrire l’histoire coloniale, empreinte d’un pragmatisme de bon aloi, fondée sur des « détails qui, malgré la sécheresse qu’ils offrent à l’esprit », en dépit de l’ennui et de la fatigue qu’ils peuvent infliger à un lecteur dilettante, lui paraissent plus éclairants que de grandes envolées lyriques. Rejetant les « tableaux éloquens » et les « peintures ingénieuses [qui] amusent & trompent la multitude sur les pays éloignés », Raynal entend concentrer l’histoire sur « la juste mesure des forces d’un état », sur « les fondemens physiques de la société », données essentielles, seules capables d’engendrer une historiographie réformatrice susceptible de produire une action politique :

  • 18 H80, livre XIII, t. 3, p. 351.

Si ces supputations fréquentes fatiguent un lecteur oisif, on espère qu’elles ennuieront moins des calculateurs politiques qui, trouvant dans la population & la production des terres la juste mesure des forces d’un état, en sauront mieux comparer les ressources naturelles des différentes nations. Ce n’est que par un registre bien ordonné de cette espèce qu’on peut juger avec quelque exactitude de l’état actuel des puissances maritimes & commerçantes qui ont des établissemens dans le Nouveau-Monde. Ici, l’exactitude fait le mérite de l’ouvrage ; & l’on doit peut-être tenir compte à l’auteur des agrémens qui lui manquent, en faveur de l’utilité qui les remplace. Assez de tableaux éloquens, assez de peintures ingénieuses amusent & trompent la multitude sur les pays éloignés. Il est tems d’apprécier la vérité, le résultat de leur histoire, & de savoir moins ce qu’ils ont été que ce qu’ils sont : car l’histoire du passé, sur-tout par la manière dont elle a été écrite, n’appartient guère plus au siècle où nous vivons que celle de l’avenir. Encore une fois, qu’on ne s’étonne plus de voir répéter si souvent un dénombrement de nègres & d’animaux, de terres & de productions ; en un mot, des détails qui, malgré la sécheresse qu’ils offrent à l’esprit, sont pourtant les fondemens physiques de la société.18

  • 19 Ibid., livre XIX, t. 4 à paraître, chap. 15.
  • 20 Voir Ibid., Livre XIII, t. 3, p. 412.
  • 21 Voir par exemple son article *ARITHMETIQUE POLITIQUE de l’Encyclopédie, t. I, 1751, p. 678-679. Tou (...)
  • 22 Diderot, Les Tablettes publiées par Meister en 1795 dans la Correspondance littéraire, cité par Gia (...)

12Ce texte de Raynal sent la polémique. L’esprit de calcul, qui fonde à ses yeux une sorte d’optimum historiographique, s’oppose aux « agréments » de l’histoire éloquente que préconisait par ailleurs Diderot, de « cette éloquence qui persuade les vérités »19 ; ce qui ne l’empêchait pas de reconnaître l’utilité de l’économie politique. Diderot fait l’éloge de cette science complexe qui englobe tous les aspects d’une société20. N’excluant pas que la solidité d’une réflexion philosophique et politique puisse dépendre d’une prise en compte pertinente de plusieurs paramètres chiffrables (physiques, sociaux, financiers, etc.)21, Diderot défend néanmoins l’idée que pour atteindre son but réformateur, pour engendrer une prise de conscience philosophique et déclencher une action politique, l’histoire ne doit pas se contenter d’être précise, exacte et argumentée ; elle doit également toucher le lecteur. Essentielle à la qualité de l’histoire, la vérité des faits ne suffit pas. Mesurée à l’aune de son efficacité politique, la valeur de l’histoire dépend aussi de sa capacité à entraîner le lecteur dans une nouvelle vision du monde : « Je dirais volontiers à un homme qui écrit l’histoire : Vous vous ferez lire si vous écrivez de manière à vous faire croire »22.

  • 23 Colas Duflo, Diderot philosophe, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 13-62.
  • 24 Diderot, Lettre apologétique de l’abbé Raynal à monsieur Grimm, Œuvres philosophiques, Paul Vernièr (...)

13Cette attention au style n’est pas propre à l’écriture de l’histoire. Colas Duflo a montré combien l’efficience de la philosophie dépend, pour Diderot, de la qualité de l’expression et du plaisir qu’elle peut procurer au lecteur. Semblable au « joueur de flûte », le philosophe doit plaire, distraire, émouvoir, s’il veut faire admettre quelques vérités peu communes23. Présente dans l’ensemble de son œuvre, la recherche d’un style efficace anime la collaboration de Diderot à l’Histoire des deux Indes comme en témoigne sa Lettre apologétique de l’abbé Raynal où le Philosophe répond vivement aux attaques de Grimm incriminant les inutiles et dangereuses hardiesses de l’ouvrage, ses trop nombreuses déclamations, sa « véhémence » contraire au « ton modéré de l’histoire » ; attaques qui portaient principalement sur les pages de Diderot. Justifiant l’esprit de ses interventions, Diderot rétorque à Grimm : « Et que m’importe le ton sur lequel [l’historien] s’est monté, pourvu […] qu’il m’instruise, qu’il m’émeuve, qu’il m’étonne », pourvu que des « écarts » éloquents contrebalancent l’aridité de l’économie politique et reposent les lecteurs de « l’ennui » des « calculs éternels »24.

  • 25 Ibid., p. 635, 640, 641.

14L’agrément n’est pas du reste, pour Diderot, la principale qualité de l’éloquence. Comme le moraliste qui « se propose d’être utile et de corriger », l’historien doit s’abandonner « sans réserve aux mouvements violents de son cœur », à « l’enthousiasme de la vertu » comme à « l’horreur du vice ». C’est ainsi qu’il deviendra « l’organe de la vertu, de la raison, de l’équité, de l’humanité, de la justice, de la clémence, de la loi », qu’il pourra « parler » en « député de la nation » et non en « sujet » du monarque25.

  • 26 Gianluigi Goggi, De l’Encyclopédie à l’éloquence républicaine, op. cit., p. 570.

15D’inspiration républicaine, l’éloquence n’est pas un ornement de l’histoire ; c’est au contraire une ressource performante pour prôner la morale et dire le politique, la tonalité la plus efficace pour saper les idées reçues et agir sur les mentalités. Gianluigi Goggi a montré comment l’insertion des fragments de Diderot dans le texte de la troisième édition de l’Histoire des deux Indes, comment leur recours à « l’éloquence, en tant qu’instrument capable d’établir une liaison avec les lecteurs et de les influencer, va en effet servir, d’un côté, à mettre en cause et à renverser les points de vue acquis par l’habitude, de l’autre, à dépasser constamment les intérêts particuliers et à faire basculer l’horizon étroit du présent vers la dimension du futur »26. L’usage de l’éloquence influence le lecteur : il l’interpelle, l’interroge, l’engage à réviser ses conceptions.

  • 27 Diderot, Lettre apologétique, op. cit., p. 635.

16Prenant l’exemple de son apostrophe à Louis XVI, Diderot démontre à Grimm, qui en a critiqué l’esprit et le style, « qu’il n’y a rien de trop ni de trop peu »27.

  • 28 Ibid., p. 635-636. Voir aussi p. 637 : « S’il y a dans les paragraphes de l’abbé des vérités commun (...)

Mais, dites-vous, la plupart des idées en sont communes. Cela se peut, mais elles n’en sont pas moins vraies, et l’on ne saurait trop les répéter aux souverains, si ce sont précisément celles qu’on leur cache et que, pour leur gloire et le bonheur de leurs sujets, il leur importerait le plus de savoir. Mais l’homme utile n’est pas toujours celui qui dit une chose nouvelle, et l’homme éloquent est presque toujours celui qui a le talent d’entraîner par la force de son discours à la pratique des vertus et à l’amour de la vérité, qui sont aussi vieilles que le monde. Et qu’est-ce qu’on peut imaginer de neuf sur le devoir des rois ? En tout nous en sommes réduits, et il y a longtemps, au talent de bien dire, et ce talent n’est pas trop commun.28

  • 29 Ibid., p. 629.
  • 30 H80, Livre XIII, t. 3, p. 416.
  • 31 Diderot, Lettre apologétique, op. cit., p. 639.

17Tout étant plus ou moins déjà dit, Diderot martèle dans sa Lettre apologétique que le « talent de bien dire » est l’instrument primordial de l’historien qui veut faire du neuf avec du vieux, qui entend dépasser le récit des faits, pour la plupart déjà connus, et des idées, souvent communes, pour promouvoir des vérités philosophiques et politiques d’un autre niveau. L’historiographie efficiente est en outre fondée sur la répétition, elle doit dire et redire au lecteur et au monarque, répéter « fortement »29 et avec « franchise, au risque de s’attirer son indignation »30 des vérités essentielles qui les convaincront que leurs conceptions et leurs agissements sont infondés et révoltants. Déclamation et véhémence doivent susciter de nouvelles attitudes mentales, pousser à l’action, générer des conduites inédites ; elles contribuent à l’éducation philosophique et politique que doit proposer une historiographie digne des Lumières, une historiographie dont le ton « soit celui de son siècle, qui en vaut bien un autre », pour reprendre l’expression de Diderot31.

II - Les interrogations de Diderot

  • 32 Voir Stéphane Pujol, « Les formes de l’éloquence dans l’Histoire des deux Indes », L’Histoire des d (...)
  • 33 Voir Michèle Duchet, Diderot et l’Histoire des deux Indes ou l’Écriture fragmentaire, Paris, Nizet, (...)

18Si l’on examine les figures de rhétoriques et les stratégies scripturaires fréquemment utilisées dans l’Histoire des deux Indes, il apparaît nettement que ce ne sont pas des fioritures. Plusieurs études ont montré que les apostrophes, harangues, dialogues, hypotyposes et péroraisons fondent « la théâtralité éclatante » du texte et « dégagent un espace de débat public »32, que le recours au fragment inséré soutient une stratégie philosophique et politique33. Tout aussi fréquemment employé, le mode interrogatif n’a pas bénéficié de l’attention qu’il mérite alors qu’il fait partie des modalités sémantiques et énonciatives qui structurent la tension heuristique de l’ouvrage. Sur le plan sémantique, c’est d’abord par une série de questions que sont présentés, dès les premières lignes de l’introduction, le propos et l’enjeu de l’histoire coloniale :

  • 34 H80, Livre I, t. 1, p. 23.

L’Europe a fondé par-tout des colonies ; mais connaît-elle les principes sur lesquels on doit les fonder ? Elle a un commerce d’échange, d’économie, d’industrie. Ce commerce passe d’un peuple à l’autre. Ne peut-on découvrir par quels moyens & dans quelles circonstances ? Depuis qu’on connoît l’Amérique & la route du cap, des nations qui n’étoient rien sont devenues puissantes ; d’autres qui faisoient trembler l’Europe, se sont affoiblies. Comment ces découvertes ont-elles influé sur l’état de ces peuples ? Pourquoi enfin les nations les plus florissantes & les plus riches ne sont-elles pas toujours celles à qui la nature a le plus donné ?34

19L’interrogation ne se limite pas à l’économie, elle porte également sur la morale et la politique lorsque l’historien écrit :

  • 35 Ibid.

Tout est changé, & doit changer encore. Mais les révolutions passées & celles qui doivent suivre, ont-elles été, seront-elles utiles à la nature humaine ? L’homme leur devra-t-il un jour plus de tranquillité, de bonheur & de plaisir ? Son état sera-t-il meilleur, ou ne fera-t-il que changer ?35

20Consacrée à une analyse de la colonisation devant permettre de réformer l’avenir des colonies à la lumière des leçons du passé, l’Histoire des deux Indes subdivise ensuite sa question générale en de multiples sous-questions qui couvrent tous les secteurs de l’activité coloniale : géographie, climat, agriculture, industrie, administration, fiscalité, etc. Cette ramification des questions, qui témoigne d’une volonté d’aborder la situation point par point, d’une manière méthodique et systématique, liant le détail et l’ensemble, apparaît tout au long de l’ouvrage, notamment dans les titres de nombreux chapitres formulés en mode interrogatif. Examinant différents registres de la colonisation pour en tirer une solution concrète qui résoudrait certains problèmes, les derniers chapitres du livre V s’intitulent par exemple :

XXXII. Que deviendra le commerce de l’Europe avec la Chine ?
XXXIII. L’Europe doit-elle continuer son commerce avec les Indes ?
XXXIV. L’Europe a-t-elle besoin de grands établissemens dans les Indes pour y faire le commerce ?

  • 36 Ibid., Livre V, p. 581.
  • 37 Ibid., p. 583.

21Intitulé « L’Europe doit-elle rendre libre le commerce des Indes, ou l’exploiter par des compagnies exclusives ? », le chapitre XXXV présente, dit l’historien, « la dernière question qui nous reste à examiner »36, à savoir « cette question fameuse » énoncée dans le titre, qu’on a toujours crue « parfaitement simple » et qui est, en réalité, beaucoup plus complexe qu’il ne paraît si l’on refuse de « la décider par des généralités »37.

22Alors que des questions précises attendent des réponses claires, alors que leur succession permet d’énoncer tous les aspects du problème, le mode interrogatif aide à restituer les débats contemporains engagés sur l’avenir des colonies, permet de prendre position dans la discussion. C’est très net dans les livres V et XIII qui s’interrogent sur le fondement de la colonisation, sur les conditions administratives et politiques de sa légitimité. Diderot, qui s’intéressa en 1769 à la polémique sur la suspension du privilège exclusif de la Compagnie des Indes françaises, pose clairement le problème dans le chapitre XXXII du livre V :

  • 38 H80, Livre V, t. 1, p. 565.

Après avoir développé la manière dont les nations de l’Europe ont conduit jusqu’à présent le commerce des Indes, il convient d’examiner trois questions qui semblent naître du fond du sujet, & qui ont partagé jusqu’ici les esprits. Doit-on continuer ce commerce ? Les grands établissemens sont-ils nécessaires pour le faire avec succès ? Faut-il le laisser dans les mains des compagnies exclusives ? Nous porterons dans cette discussion l’impartialité d’un homme, qui n’a dans cette cause d’autre intérêt que celui du genre-humain.38

  • 39 Le régime de l’Exclusif était très contesté car il assujettissait l’exploitation des colonies au se (...)

23Les trois questions posées, avant d’être reprises l’une après l’autre dans les titres des chapitres XXXIII à XXXV, comme si Raynal et Diderot, dans un souci de clarté didactique, annonçaient le plan et distinguaient les différentes parties de leur étude, sont directement liées à celles que posait l’abbé Morellet dans un Mémoire favorable à la suspension de l’Exclusif de la Compagnie des Indes françaises et qui fit beaucoup de bruit39. Ajouté à la précision technique des titres, le mode interrogatif restitue les formulations du débat.

24Cette manière d’interroger pour mieux argumenter traverse toute l’Histoire des deux Indes. Lorsque Diderot écrit dans le chapitre XXXIII du livre V :

  • 40 H80, Livre V, t. I, p. 568.

Que peuvent opposer à ces raisons d’une communication libre & universelle, ceux qui blâment le commerce de l’Europe avec les Indes ? Qu’il entraîne une perte considérable d’hommes ; qu’il arrête le progrès de notre industrie ; qu’il diminue la masse de notre argent ? Il est aisé de détruire ces objections40,

il énumère, avant de les examiner un par un, les trois arguments traditionnels que développaient les détracteurs du commerce colonial afin de contester ses avantages et contredire ceux qui le soutenaient. L’analyse des arguments engagés entraînant leur réfutation, l’Histoire des deux Indes élargit triplement le champ de l’histoire traditionnelle : en traitant dans le détail d’un sujet aussi nouveau que la colonisation, en représentant l’ensemble des débats contemporains, en prenant position dans la discussion. Didactique et structurant, le mode interrogatif contribue à l’efficience de l’histoire dans la mesure où il met en question, comme ils l’étaient alors, les divers paramètres économiques et politiques de la colonisation. L’historien interroge la colonisation pour sensibiliser le lecteur à la nécessité, voire à l’urgence, d’une réforme du système.

  • 41 Dans La Politique expérimentale de Diderot, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 245, Gilles Gourbin (...)
  • 42 Article INTERROGATION (Belles-Lettres), Encyclopédie, t. 8, 1765, p. 835b.
  • 43 César Chesneau Du Marsais, article FIGURE, (terme de Rhétorique, de Logique & de Grammaire), Encycl (...)

25Diderot n’a pas le monopole du mode interrogatif dans l’Histoire des deux Indes, mais il l’emploie fréquemment, et plus souvent que les autres collaborateurs41. Conformément aux règles de la rhétorique présentées dans l’article INTERROGATION de l’Encyclopédie, Diderot emploie l’interrogatif pour donner du « poids & de [la] véhémence à ce qu’il dit »42. Dans son article FIGURE, Du Marsais recense « l’interrogation, qui consiste à faire quelques demandes, qui donnent ensuite lieu d’y répondre avec plus de force »43. De nombreuses contributions de Diderot peuvent illustrer les différents emplois de l’interrogation indiqués par les grammairiens, à savoir que l’orateur utilise l’interrogation en plusieurs occasions :

  • 44 Article INTERROGATION (Belles-Lettres), Encyclopédie, t. 8, 1765, p. 835b.

1°. Quand il parle d’une chose d’un ton affirmatif, & comme ne pouvant souffrir aucun doute ; 2°. quand il veut montrer les absurdités où l’on tomberoit en entreprenant de combattre ses sentimens ; 3°. lorsqu’il veut démêler les réponses captieuses ou les sophismes de son adversaire ; 4°. quand souvent pressé lui-même, il veut à son tour presser vivement son antagoniste. 44

  • 45 Ibidem.

26Et l’encyclopédiste de conclure : « Cette figure est très-propre à peindre toutes les passions vives, mais sur-tout l’indignation »45. Emplois que confirment plusieurs pages de Diderot, notamment un passage du chapitre LIII du livre XIII qui, traitant du partage des héritages dans les colonies, réclame la suppression du droit d’aînesse décrit comme une « monstrueuse exhérédation ». Évitant de répondre à ses propres questions pour imposer l’évidence de ses réponses, Diderot s’appuie sur l’interrogation rhétorique pour formuler l’universalité des principes étayant son analyse.

  • 46 H80, Livre XIII, t. 3, p. 402-403.

Nous abhorrons avec tous les hommes raisonnables, que l’orgueil ou le préjugé n’ont point corrompus, nous abhorrons le droit absurde de primogéniture, qui transfère le patrimoine entier d’une maison à un aîné qu’il corrompt, & qui précipite dans l’indigence ses frères & ses sœurs, punis comme d’un crime du hasard, qui les a fait naître quelques années trop tard. En sont-ils moins légitimes ? celui qui leur a donné l’existence est-il moins responsable de leur bonheur ? Un chef de famille n’est que dépositaire ; & fut-il jamais permis à un dépositaire de diviser inégalement le dépôt entre des intéressés qui ont un droit égal ? Si un sauvage laissoit en mourant deux arcs & deux enfans, & qu’on lui demandât ce qu’il faut faire de ces deux arcs, ne répondroit-il pas qu’il en faut donner un à chacun ; & s’il les léguoit tous deux au même, ne laisseroit-il pas entendre que le proscrit est un fruit des mauvaises mœurs de sa femme ? Dans les contrées où cette monstrueuse exhérédation est autorisée, le père est moins respecté de tous ; de l’aîné auquel il ne peut rien ôter, des cadets auxquels il ne peut rien donner.46

  • 47 Article SUBJECTION (figure de Rhétorique), Encyclopédie, t. 15, 1765, p. 562a.
  • 48 Diderot, article SOCRATIQUE, Philosophie, ou Histoire de la Philosophie de Socrate, (Hist. de la Ph (...)

27Diderot recourt également à la subjection que l’Encyclopédie définit comme une figure de rhétorique « par laquelle l’orateur s’interroge & se répond à lui même, ou répond lui-même à l’interrogation qu’il fait à son adversaire. […] On l’appelle subjection, parce qu’elle fournit la réponse immédiatement après l’interrogation »47. Diderot, qui l’a employée dans l’aphorisme XVII des Pensées, l’utilise à nouveau dans le portrait moral du véritable philosophe inséré dans le chapitre XXXII du livre V, portrait inspiré de la figure de Socrate, emblème de la philosophie persécutée par la superstition, « philosophe par excellence » qui « apprit en souriant l’arrêt de sa mort »48.

  • 49 H80, Livre V, t. 1, p. 565-566.

L’ignorance ou la mauvaise foi corrompent tous les récits. La politique ne juge que d’après ses vues ; le commerce que d’après ses intérêts. Il n’y a que le philosophe qui sache douter ; qui se taise, quand il manque de lumières ; & qui dise la vérité, quand il se détermine à parler. En effet, quelle récompense, assez importante à ses yeux, pourroit le déterminer à tromper les hommes & à renoncer à son caractère ? La fortune ? il est assez riche, s’il a de quoi satisfaire à ses besoins singuliérement bornés. L’ambition ? s’il a le bonheur d’être sage, on peut lui porter envie ; mais il n’y a rien sous le ciel qu’il puisse envier. Les dignités ? on ne les lui offrira pas, il le sait ; & on les lui offriroit, qu’il ne les accepteroit pas sans la certitude de faire le bien. La flatterie ? il ignore l’art de flatter, & il en dédaigne les méprisables avantages. La réputation ? en peut-il obtenir autrement que par la franchise ? La crainte ? il ne craint rien, pas même de mourir. S’il est jetté dans le fond d’un cachot, il sait bien que ce ne sera pas la première fois que des tyrans ou des fanatiques y ont conduit la vertu, & qu’elle n’en est sortie que pour aller sur un échafaud.49

  • 50 Diderot, Le Neveu de Rameau, éd. établie par Jacques et Anne-Marie Chouillet, Paris, Le Livre de Po (...)

28Porté par le mode interrogatif, le déploiement d’arguments pro et contra traite de la totalité du caractère philosophique avec une légèreté et une énergie supérieures aux assertions de l’essai. Dans ce portrait du philosophe indifférent aux honneurs et aux richesses, libéré de ce fait de la pantomime des gueux puisque c’est, selon l’expression employée dans Le Neveu de Rameau, un homme « qui n’a rien et qui ne demande rien »50, Diderot recourt à la subjection pour plaider alternativement à charge et à décharge, pour associer point par point toutes les possibilités d’accusation et de défense. Permettant le déploiement de tous les paramètres politiques, moraux, philosophiques, l’accumulation des interrogations prend l’allure d’un recensement, semblable par son souci de précision, voire d’exhaustivité, aux données fournies par les registres des douanes. Par ses énumérations d’interrogatives, Diderot introduit dans l’Histoire des deux Indes une sorte d’inventaire des questions philosophiques et politiques qui, tel le chiffrage des réalités matérielles de Raynal, est tout à la fois un état des lieux moral, un constat d’insuffisance, et une exhortation à améliorer la situation coloniale.

29Tout à la fois questionnement et mise en question du système colonial, l’Histoire des deux Indes élabore une véritable problématique de la colonisation, portée par l’historiographie efficiente la plus à même de soutenir le nouveau système qu’elle promeut. Loin d’affaiblir la force de l’ouvrage, c’est le désaccord de Diderot et de Raynal qui, les amenant à associer plusieurs stratégies scripturaires et politiques, à ouvrir le champ de l’histoire à des données disparates, en fit l’histoire politique et philosophique qui eut le succès que l’on sait. Maintes fois rééditée, traduite en plusieurs langues, l’Histoire des deux Indes intéressa car elle traitait des questions coloniales d’actualité qui concernaient plusieurs pays d’Europe, parce qu’elle prenait position dans les polémiques contemporaines sur la nécessaire réforme du commerce colonial. Son retentissement résulta également d’une nouvelle manière d’écrire l’histoire des Indes qui associait deux types de discours généralement distincts. D’une part, une étude financière chiffrée dans le moindre détail pour déterminer les conditions de la rentabilité du commerce colonial et faire valoir l’optimum économique et politique qui permettrait de rationaliser la gestion et d’augmenter les bénéfices. Et d’autre part, une historiographie éloquente employant répétition, véhémence, interrogation, pour convaincre un lecteur que ces simples et ennuyeux calculs pouvaient laisser indifférent. L’optimum économique et politique que préconisait l’Histoire des deux Indes s’imposa d’autant plus facilement qu’il était mis en valeur par une historiographie efficiente.

Haut de page

Notes

1 Guillaume-Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, abrégée en H80 dans la suite des notes, 2010-2022, 4 vol. ; voir Livre VI, t. 2, p. 20.

2 Voir l’analyse de cette dispute dans Gianluigi Goggi, « L’Histoire des deux Indes et l’éloquence politique », De l’Encyclopédie à l’éloquence républicaine. Étude sur Diderot et autour de Diderot, Paris, Honoré Champion, 2013, p. 565-627. Voir aussi Muriel Brot, « Histoire et progrès dans l’Histoire des deux Indes », Poétique de la pensée. Mélanges offerts à Jean Dagen, Sylvain Menant, Philippe Sellier, Béatrice Guion, Maria-Susana Seguin (éd.), Paris, Honoré Champion, 2006, p. 153-165.

3 Voir par exemple L’Histoire au dix-huitième siècle, Aix-en-Provence, Édisud, 1980 ; Chantal Grell, L’Histoire entre érudition et philosophie. Étude sur la connaissance historique à l’âge des Lumières, Paris, Presses universitaires de France, 1993 ; Béatrice Guion, Du bon usage de l’histoire. Histoire, morale et politique à l’âge classique, Paris, Honoré Champion, 2008 ; Muriel Brot (dir.), Les Philosophes et l'histoire au XVIIIe siècle, Paris, Éditions Hermann, 2011.

4 H80, Livre XIII, t. 3, p. 293.

5 Ibid., p. 428.

6 Voir Muriel Brot, « Les administrateurs coloniaux dans l’Histoire des deux Indes », Enquête sur la construction des Lumières, Franck Salaün et Jean-Pierre Schandeler (dir.), Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2018, p. 61-78 ; et « Diderot, Raynal, Le Mercier de La Rivière et l’administration des Antilles », Autour de l’abbé Raynal : genèse et enjeux politiques de l’Histoire des deux Indes, Textes édités par Antonella Alimento et Gianluigi Goggi, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2018, p. 101-113.

7 Reinhardt Koselleck, L’Expérience de l’histoire, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1997.

8 H80, livre XIII, t. 3, p. 351.

9 Voltaire, « Remarques sur l’histoire », Œuvres historiques, René Pomeau (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1957, p. 43.

10 H80, Livre V, t. 1, p. 582.

11 Ibid., p. 583.

12 Voir le détail de cette polémique et la position de l’Histoire des deux Indes dans les notes du Livre V, H80, t. 1, p. 582-591.

13 Ibid., Livre XIII, t. 3, p. 421.

14 Voir l’analyse de ce chapitre dans Muriel Brot, « Diderot et Raynal : l’histoire au présent », Les Philosophes et l’histoire au XVIIIe siècle, op. cit., p. 307-333.

15 Voltaire, « Nouvelles considérations sur l’histoire », Œuvres historiques, op. cit., p. 48.

16 H80, Livre XIII, t. 3, p. 350-351.

17 Louis Philippe May, Le Mercier de La Rivière (1719-1801). Mémoires et textes inédits sur le gouvernement des Antilles, Paris, Éditions du CNRS, 1978, p. 77, 27. Voir le détail de ces emprunts dans Muriel Brot, « Diderot, Raynal, Le Mercier de La Rivière et l’administration des Antilles », op. cit., p. 101-113.

18 H80, livre XIII, t. 3, p. 351.

19 Ibid., livre XIX, t. 4 à paraître, chap. 15.

20 Voir Ibid., Livre XIII, t. 3, p. 412.

21 Voir par exemple son article *ARITHMETIQUE POLITIQUE de l’Encyclopédie, t. I, 1751, p. 678-679. Toutes nos références à l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert renvoient à l’ENCCRE, Édition Numérique Collaborative et Critique de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772) (http://enccre.academie-sciences.fr/encyclopedie/).

22 Diderot, Les Tablettes publiées par Meister en 1795 dans la Correspondance littéraire, cité par Gianluigi Goggi, De l’Encyclopédie à l’éloquence républicaine, op. cit., p. 575.

23 Colas Duflo, Diderot philosophe, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 13-62.

24 Diderot, Lettre apologétique de l’abbé Raynal à monsieur Grimm, Œuvres philosophiques, Paul Vernière (éd.), Paris, Éditions Garnier, 1956, p. 639, 643.

25 Ibid., p. 635, 640, 641.

26 Gianluigi Goggi, De l’Encyclopédie à l’éloquence républicaine, op. cit., p. 570.

27 Diderot, Lettre apologétique, op. cit., p. 635.

28 Ibid., p. 635-636. Voir aussi p. 637 : « S’il y a dans les paragraphes de l’abbé des vérités communes, n’y en a-t-il pas de grandes, de nouvelles, de hardies, et rendues d’une manière frappante et nerveuse ? Une vérité surannée prend dans la tête d’un homme de génie, sous la plume d’un grand écrivain, une force nouvelle, un charme inexprimable. Si vous y réfléchissez, le beau n’est jamais que le sens commun bien habillé. »

29 Ibid., p. 629.

30 H80, Livre XIII, t. 3, p. 416.

31 Diderot, Lettre apologétique, op. cit., p. 639.

32 Voir Stéphane Pujol, « Les formes de l’éloquence dans l’Histoire des deux Indes », L’Histoire des deux Indes : réécriture et polygraphie, Hans-Jürgen Lüsebrink et Anthony Strugnell (dir.), Oxford, Voltaire Foundation, 1995, p. 357-369, p. 367 ; Michel Delon, « L’appel au lecteur dans l’Histoire des deux Indes », Lectures de Raynal. L’Histoire des deux Indes en Europe et en Amérique au XVIIIe siècle, Hans-Jürgen Lüsebrink et Manfred Tietz (dir.), Oxford, The Voltaire Foundation, 1991, p. 53-66, voir p. 64 ; et Gianluigi Goggi, « L’image d’ouverture de l’Histoire des deux Indes », Le langage politique de Diderot, Textes réunis par Franck Salaün, Paris, Éditions Hermann, coll. Essais, 2014, p. 21-47. 

33 Voir Michèle Duchet, Diderot et l’Histoire des deux Indes ou l’Écriture fragmentaire, Paris, Nizet, 1978 ; Muriel Brot, « Diderot et le fragment inséré dans l’Histoire des deux Indes », Jean-Charles Darmon (éd.), Le moraliste, la politique et l’histoire. De La Rochefoucauld à Derrida, Paris, Éditions Desjonquères, 2007, p. 170-185.

34 H80, Livre I, t. 1, p. 23.

35 Ibid.

36 Ibid., Livre V, p. 581.

37 Ibid., p. 583.

38 H80, Livre V, t. 1, p. 565.

39 Le régime de l’Exclusif était très contesté car il assujettissait l’exploitation des colonies au seul bénéfice des métropoles. Voir le détail de ces questions coloniales dans l’apparat critique du livre V, Ibid., p. 564-591. Voir aussi Georges Dulac, « Dossier de la Compagnie des Indes (été 1769) », Œuvres complètes de Diderot, Herbert Dieckmann, Jacques Proust, Jean Varloot (dir.), Paris, Éditions Hermann, t. 20, 1995, p. 197-234.

40 H80, Livre V, t. I, p. 568.

41 Dans La Politique expérimentale de Diderot, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 245, Gilles Gourbin remarque qu’une page du livre V (chap. 33) de l’Histoire des deux Indes compte plus de questions dans la partie écrite par Diderot que dans la partie de Raynal ou d’un autre collaborateur.

42 Article INTERROGATION (Belles-Lettres), Encyclopédie, t. 8, 1765, p. 835b.

43 César Chesneau Du Marsais, article FIGURE, (terme de Rhétorique, de Logique & de Grammaire), Encyclopédie, t. 6, 1765, p. 771.

44 Article INTERROGATION (Belles-Lettres), Encyclopédie, t. 8, 1765, p. 835b.

45 Ibidem.

46 H80, Livre XIII, t. 3, p. 402-403.

47 Article SUBJECTION (figure de Rhétorique), Encyclopédie, t. 15, 1765, p. 562a.

48 Diderot, article SOCRATIQUE, Philosophie, ou Histoire de la Philosophie de Socrate, (Hist. de la Philos.) Encyclopédie, t. 15, 1765, p. 261a, 263a.

49 H80, Livre V, t. 1, p. 565-566.

50 Diderot, Le Neveu de Rameau, éd. établie par Jacques et Anne-Marie Chouillet, Paris, Le Livre de Poche, 1984, p. 107.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Brot, « Optimum économique et efficience historiographique dans l’Histoire des deux Indes »Études Épistémè [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 14 février 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/episteme/17693 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.17693

Haut de page

Auteur

Muriel Brot

Chargée de recherche au CNRS dans l’UMR 8599 de l’Université Paris-Sorbonne, Muriel Brot travaille sur Diderot, l’abbé Raynal, l’écriture de l’histoire, l’histoire et la littérature de l’Arctique. Elle a collaboré à l’édition critique de l’Histoire des deux Indes de Raynal dont elle a édité les livres V et XIII (Ferney Voltaire, 2010-2022), et a publié plusieurs études sur cet ouvrage. Elle a également publié Destination Arctique. Sur la représentation des glaces polaires du XVIe au XIXe siècle, Préface de Jean Malaurie (Hermann, 2015), a dirigé plusieurs ouvrages collectifs, notamment Les Philosophes et l'histoire au XVIIIe siècle (Hermann, 2011), puis, en co-direction avec Claire Fauvergue, La critique du préjugé au prisme de lherméneutique (1650-1780), Préface de Jean Grondin (Hermann, 2020).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search