Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8Edition électroniqueMarie Stuard, reyne d’Ecosse

Plan

Haut de page

Dédicace

A MONSEIGNUR
L’EMINENTISSIME CARDINAL DUC DE RICHELIEU.

Texte intégral

1Monseigneur,

  • i Cette manière de tisser une continuité entre l’héroïne de sa pièce et l’Histoire de France se retro (...)

Celle qui se jette à vos pieds est cette MARIE STUARD à qui feu HENRY second d’heureuse memoire donna FRANCOIS son fils pour mary, c’est celle qui receut en ce temps là sur le front, la mesme Couronne que vous faites briller aujourd’huy sur la teste de mon Princeii, & celle dont la condition ny la vertu ne peurent toutesfois empescher la perte. Veritablement MONSEIGNEUR, ce luy est un extreme advantage de ce qu’apres avoir perdu le jour sur l’échafaut, vous luy voyez rendre l’honneur sur le Theatre, & que si sa mort ne fut point vangée, au moins son innocence est deffenduë : elle ne pouvoit esperer toute Reyne qu’elle est un traictement plus humain, ny plus favorable de VOSTRE EMINENCE, qui s’est donné la peine elle mesme d’ouyr ses advantures, & n’a pas refusé ses larmes à la representation d’un sujet si Tragique ; Mais MONSEIGNEUR, Il est à craindre que comme elle fut la plus infortunée de toutes les Princesses pendant sa vie, elle ne soit la plus mal-heureuse de toutes nos Dames Illustres apres sa mort. Je voy dé- ja renaistre avec elle un nombre infiny d’Ennemis, non pas plus forts, mais plus dangeureux que les premiers, car au moins les Conseillers d’Elizabeth, quelques severes qu’ils furent, examinerent son procés auparavant de la juger, mais ceux-cy les plus injustes & les plus envieux de tous les juges la voudroient peut-estre faire mourir sans l’avoir jamais oüye’, toutesfois elle n’a pas sujet de les apprehender puisque VOSTRE EMINENCE qui est son refuge l’à prise en sa protection. Je ne presume pourtant pas si fort de moy, MONSEIGNEUR, que de croire d’avoir pû vous contanter en ce rencontre, il faut atteindre au supresme degré de la perfection, ou de la vanité, pour se persuader de vous satisfaire, de moy je m’estimeray tousjours trop heureux, si mon Poëme ne m’ayant point fait rougir devant VOSTRE EMINENCE, Il m’est permis d’aspirer à la gloire de vous avoir pleu, & si vous m’honorez tant que de souffrir que je prenne à jamais la qualité,

2MONSEIGNEUR,

De vostre tres-humbre &-tres-obeyssant serviteur.
REGNAULT.

EPIGRAMME

  • 1 Ne figure pas dans 1639a et 1639b.

A MONSIEUR REGNAULT,
sur sa Tragedie de Marie Stuard1.

3Vivent ces Palladins ! dont la lance aguerrie Soûtenoit l’innocence, & la portoit si hault ; Leur vertu se réveille en l’ame de REGNAULT,

Puis qu’il soustient la gloire & le nom de MARIE. Je voy dans ses beaux vers, les beautez qu’elle avoit, Il captive des cœurs, comme elle en captivoit ;

Il se rend immortel, & la rend immortelle.

Reyne, console toy du mespris des Anglois ! Si sur leur Echafaut tu parus criminelle,

Tu remportes l’honneur du Theatre François.

  • ii Guillaume Colletet (1596-1659) auteur d’un Art poëtique : où il est traité de l'épigramme, du sonne (...)

COLLETETii.

EPIGRAMME A MONSIEUR Regnault sur sa Tragedie2

  • 2 Figure seulement dans 1639a et 1639b.
  • iii Il est remarquable que le baroque Rotrou vienne se joindre à ce concert de louanges. Il sera lui- m (...)

4Regnault, quand cette grande Reyne Vid finir sa vie & sa peyne

Toute l’Europe en murmura.

Cette mort (disoit on) est injuste & cruelle, Mais depuis tu l’as faitte & si juste & si belle, Que mesme en la pleignant chacun l’approuvra.
ROTROUiii.

A MONSIEUR REGNAULT son cher amy, autheur de Marie Stuard. EPIGRAMME3

  • 3 Figure seulement dans 1639a et 1639b.
  • iv Jacques Pousset de Montauban sera également l’auteur d’une pièce à martyre, inspirée comme Marie St (...)

5De ton Elizabeth la jalouse puissance

Fit mourir une Reyne en sa funeste Cour, L’Angleterre autrefois luy vid perdre le jour,

Mais ta plume aujourd’huy la fait revivre en France.

POUCET DE MONTAUBANiv.

A MONSIEUR REGNAULT. EPIGRAMME4

  • 4 Figure seulement dans 1639a et 1639b.
  • v Regnault a écrit un poème liminaire pour la Quixaire de Gillet de la Tessonerie, Paris, T. Quinet, (...)

6Regnault, si ta MARIE eust eu ton eloquence, Elle eust monstré son innocence

Aux yeux de ses persecuteurs. Et trouvant par tout des refuges

Eust fait comme toy de ses Juges Ses plus humbles adorateurs.

GILLETv.

AU MESME Autre Epigramme5

  • 5 Figure seulement dans 1639a et 1639b.

7Quelque cruel tourment qu’ait souffert ceste Reyne Nous n’avons pas sujet de regretter sa mort, Puisqu’elle est trop heureuse ayant finy son sort De s’immortaliser avec si peu de peine,

Et d’avoir cèt honneur qu’un des plus grands esprits

La fait revivre en ses escrits.

GILLET.

A MONSIEUR REGNAULT sur sa Tragedie6

  • 6 Figure seulement dans 1639a et 1639b.
  • vi Le Chevalier Henri Avice est l’auteur de relations de fêtes telles que La Pompeuse et magnifique (...)

8Quoy que tes beaux escrits charment toute la terre, Et que jamais mortel n’aist faict de si bons vers,

Si ne sont ils que des éclairs Qui nous presagent un tonnerre.

AVICEvi.

A MONSIEUR REGNAULT STANCES, sur le mesme subject7

  • 7 Figure seulement dans 1639a et 1639b.
  • vii Il semble que René Choppin soit juriste, avocat du clergé. Ses œuvres, publiées en 1662, portent su (...)

9Subtil esprit, sçavant genie, Qui sçavez comme l’on manie L’art de prose & l’art de rimer. Souffrez que ma muse vous die Que vostre docte Tragedie

A sçeu celuy de nous charmer. Elle a des graces si naïves,

Et des beautez qui sont si vives

Que c’est trop peu de l’admirer. Et je croy (loing de flatterie) Que sans commettre idolatrie, Son seul prix est de l’adorer.

Toute l’Europe en est ravie Quoy qu’elle pleure encor la vie Qu’elle n’a jamais pû sauver.

Vos vers ont eu cette puissance, Conservez donc leur livre en France Si vous la voulez conserver.

CHOPPINvii.

A MONSIEUR REGNAULT sur sa Tragedie. EPIGRAMME8

  • 8 Figure seulement dans 1639a et 1639b.
  • viii Pierre Du Pelletier est l’auteur de Mazarinades et d’un Hommage des Muses françoises aux pieds du R (...)

10Quelle aymable clarté dessus nostre horizon Apporte un nouveau jour qui contente la veuë ? Quand d’un brillant soleil la terre est depourveuë Et par la Jalousie & par la trahison.

Un divin sentiment, dans la douleur nous touche, Un astre brille icy, lors qu’un autre se couche Dans un fleuve de sang tristement respandu.

Car de tes doctes vers la splendeur Immortelle, Esblouyssant nos yeux d’une grace nouvelle, La terre trouve en toy ce qu’elle avoit perdu.

DU PELLETIERviii.

A MONSIEUR REGNAULT. sur sa Reyne d’Ecosse9

  • 9 Figure seulement dans 1639a
  • ix Regnault a écrit un poème liminaire pour Le Jugement de Pâris et le ravissement d’Hélène de Sallebr (...)

11Sur une insigne cruauté

Tu batis un trône à ta gloire,

Et l’injuste trespas d’une rare beauté

Te place justement au temple de memoire, Poursuy, divin Regnault, l’Histoire des François Et nous fay voir bien tost les genereux exploits De cette fille magnanime ;

Haste toy d’exposer sur un ardant autel Cette chaste & saincte victime, Travaillant à sa mort tu te rends immortel.

SALLEBRETix.

A MONSIEUR REGNAULT. RONDEAU10

  • 10 Figure seulement dans 1639b
  • x On reconnaît ici l’évocation de Richelieu et de son rôle déterminant pour le théâtre français dans (...)
  • xi Jane Conroy affirme : “ L’identité de ce Far. de La Mailleraye reste obscure. Peut-être pourrait-on (...)

12Il est tres-bon, ton bel ouvrage Puis qu’il t’a donné l’avantage, De plaire à ce divin esprit

Dont l’absolu pouvoir prescrit

Des loix à tous ceux de nostre aagex. Son illustre & divin langage

De ta fortune est le presage, Car en pleine cour il a dit

Il est tres-bon.

Apres luy chacun rend hommage Au livre qui trace l’image

Des regrets qu’une Reyne fit.

Et moy des premiers je m’engage A dire avec le commun bruit

Il est tres-bon.

Far. DE LA MAILLERAYExi.

EXTRAICT DU PRIVILEGE DU ROY

13Par Grace & privilege du Roy, donné a Chaliot le quatorziesme de May mil six cens 38, il est permis à TOUSSAINCT QUINET, Marchand Libraire à Paris, d’imprimer ou faire imprimer, vendre & debiter en telle sorte de volume & caractere que bon luy semblera, une Piece de Theatre intitulée Marie Stuard Reyne d’Ecosse Tragedie, par Monsieur Regnault, avec deffenses à tous Imprimeurs, Libraires, & autres personnes de quelque estat, qualité & condition qu’ils soient de l’imprimer, ny faire imprimer, vendre ny distribuer d’autre impression, que de ceux qui seront imprimez par ledit QUINET, ou de son contentement, pendant le temps

& espace de cinq ans entiers & accomplis, à commencer du jour qu’il sera achevé

d’imprimer, à peine de trois mil livres d’amande, & de confiscation des exemplaires, & de tous despens dommages, & interests, comme il appert plus au long en l’original des lettres de Privilege.

Signé Dumonceaux.

14Les exemplaires ont esté fournis.

Achevé d’imprimer pour la 3. fois le dernier Septembre 1640.

LES ACTEURS

15MARIE STUARD, Reyne d’Ecosse & d’Irlande, Doüairiere de France, & legitime heritiere d’Angleterre.

  • xii Déformation de Norfolk, déjà utilisée par Caussin (La Cour sainte, tome 5, Paris, Jean du Bray, 166 (...)
  • xiii Déformation de Jane Kennedy, nom de la confidente de Marie. Caussin orthographie Quenede (op. cit., (...)

LE DUC DE NOLFOCxii, son amant, & autrefois favory d’Elizabeth. KENEDExiii, une des filles d’honneur de Marie.

  • xiv Déformation de Andrew Melville, nom de l’intendant de Marie.

MELVINxiv, Grand maistre de la maison d’Ecosse,

PONPONNE DE BELLIEVRE, Ambassadeur de France, & depuis Chancelier. ELIZABETH, fille naturelle de Henry huitiesme Roy d'Angleterre.

  • xv Déformation de Murray, déjà utilisée par Caussin (op. cit., p. 565). Orthographié alternativement a (...)

LE COMTE DE MOURRAYxv, frere naturel de Marie, & bastard de Jacques cinquiesme Roy d’Ecosse.

  • xvi Déformation de Kent, l’un des commissaires les plus ardents à persécuter Marie, d’après Caussin (op (...)

LE COMTE DE KEMTxvi,

  • xvii Déformation de Shrewsbury, nom du Comte George Talbot, qui présida les débats du procès contre Norf (...)

LE MARES. de SCHEROBERYxvii, Conseillers d’Elizabeth. LES ESTATS d’Angleterre.

  • xviii Déformation du nom du baron Herries, déjà utilisée par Caussin (op. cit., p. 592).

LE VICOMTE DE HERINxviii, seigneur Ecossois.

  • xix Déformation du nom de Sir Killigrew, appelé Quillegre par Caussin (op. cit., p. 656).

KILLEGRExix, Capitaine des Gardes.

  • xx Paulet est le nom du garde de Marie (Caussin, op. cit., p.649), Le traducteur des Annales de Camden (...)

AMIAS PAULETxx, Concierge de la Tour où est Marie. LES OFFICIERS de Marie & du Duc.

PAGE de la Chambre d’Elizabeth.

  • 11 1639a et b : “ La scene est en Angleterre ”.

16La Scene est au Palais de Londres en Angleterre11.

APOLOGIE DE LA REYNE d'Ecosse au Lecteur

17Ce ne m’est pas seulement peu d’honneur, mais il m’est encore tres glorieux d’avoir a marcher sur les traces des plus excellens hommes du dernier siecle, & descrire en suitte des plus rares plumes du nostre, une histoire si recommandable que celle de MARIE STUARD.

  • xxi Dans la Nouvelle continuation des Amours, en 1556, Ronsard évoque la beauté de Marie Stuart. Il fai (...)

18Le divin Ronsardxxi a tellement escrit en faveur de cette sage Princesse qu’à moins que d’estrre envieux, ou méchant tout à fait, on ne peut revoquer en doute son merite.

  • xxii L’ouvrage de Buchanan (A Detection of the actions of Mary, Queen of Scots, concerning the murder of (...)
  • xxiii Pomponne de Bellièvre, ambassadeur extraordinaire du roi de France, dont les propos adressés à Elis (...)
  • xxiv Jacques de La Guesle, conseiller du roi de France, auteur de la Remontrance faite à la Royne d’Angl (...)
  • xxv Jane Conroy pense qu’il s’agit d’une “ transcription erronée de La Mothe-Fénelon […] ambassadeur à (...)
  • xxvi Ambassadeur de France en Angleterre sous Henry II, puis Chancelier, auteur d’un Discours sur la mor (...)

19Bucananxxii mesme, ce grand genie de qui l’Europe entiere a sçeu le nom & dont la vivacité d’esprit n’a peché qu’en ce qu’elle fut trop Satyrique, n’a pû s’empescher de la loüer en mourant, quoy qu’il receust pension des Lutheriens pour escrire contr’elle, ce qui doit passer pour marque infaillible de sa vertu, puisque son ennemy se trouve son panegyriste. Messieurs de Bellievrexxiii, Delaguestexxiv, de la Motte-aigronxxv, & de l’Aubepine xxvi(de qui les noms sont immortels) ont si genereusement parlé pour elle contre ses ennemis, par des harangues que nos curieux conservent encore, que les enfans de ses plus grands adversaires entreprennent aujourd’huy sa deffence en Angleterre.

  • xxvii Ces vers funèbres sont présents dans l’ouvrage d’Adam Blackwood.

20Feu Monsieur l’Eminentissime Cardinal du Perron fit son Epitaphexxvii peu de jours apres son execution, qui fut le Mercredy des Cendres de l’année 1587 à 4 heures du matin, ce tombeau les fera vivre l’une & l’autre en la memoire de tous les hommes.

  • xxviii Il s’agit du Martyre de la Royne d’Escosse d’Adam Blackwood, 1588

21Un livre intitulé Le martyre de la Reynexxviii d’Escosse imprimé sous main dans Londres, découvrir la verité de son histoire, obscurcie par la méchanceté des Puritains qui semoient par tout des libelles diffamatoires contre son innocence.

  • xxix Florimond de Remond, L’Histoire de la Naissance, Progrez et Decadence de l’Heresie de ce siecle, Ar (...)

22La naissance de l’heresie du sieur Florimond de Raymondxxix parut en suitte & fit sçavoir à toute la terre la longue tyrannie d’Elizabeth, & la constante patience de Marie.

  • xxx Nicolas Caussin, La Cour sainte, ou l’Institution chrestienne des grands, avec les exemples de ceux(...)
  • xxxi Hilarion de Coste est l’auteur de deux ouvrages qui ont pu inspirer Regnault : l’Histoire Catholiqu (...)

23Depuis peu les Reverends Peres Caussinxxx & Hilarionxxxi, on fait des traittez particuliers de la vie & de la mort de cette grande Reyne, à qui tous les Escrivains ensemble ne reprochent qu’un excés de bonté.

  • xxxii Regnault suggère ici la gageure sur laquelle repose son projet esthétique, qui tend à concilier le (...)
  • xxxiii Sans doute s’agit-il d’Anne d’Autriche.
  • xxxiv Ces propos, ainsi que l’évocation des larmes et de l’approbation de Richelieu et d’Anne d’Autriche, (...)
  • xxxv Cette phrase fait penser à Lancaster que Regnault est jeune lorsqu’il écrit la pièce (op. cit., Par (...)

24C’est apres tant d’illustres Autheurs que je monstre son innocence en ma Tragedie, c’est pourquoy, Lecteur, ce n’est pas pour t’en donner un argument que je t’écry mais c’est pour t’avertir que je ne t’en donne point, un subject si cognu n’a pas besoing d’interpretation, & ce seroit expliquer l’Histoire en l’Histoire mesme, car quoy que je me soit attaché particulierement à la matiere, j’ay disposé mon Poëme en telle sorte qu’il ne faut que l’ouïr, ou le lire pour le comprendre. Les recits y sont en leur lieux, tu n’y trouveras point de liaisons superfluës, ny d’Episodes qui n’y soient necessairesxxxii, les actions faites auparavant la Scene, y sont racontées sans aucune alteration ou déguysement de la verité de mon subjet ; j’ose avancer que sa lecture ny sa representation n’ont pas mal reüssy, puis qu’elles ont tiré des larmes des premiers, & des plus beaux yeux de la Francexxxiii : Il est vray que chacun void les choses bien differemment, tel mesprise ce qu’un autre estime, tous les visages sont inegaux, & tous les esprits ne se ressemblent pas, je ne veux point user de tyrannie sur le tien, ny t’obliger d’adorer l’ouvrage de mes mains, parce que plusieurs l’ont approuvéxxxiv, tu me favoriseras trop en le voyant d’un œil sans passion, sois donc des-interessé pour estre juge, & ne crois pas que je sois incapable de faire mieux, mais sçache que je suis dans l’aagexxxv où l’on commet encore tant de fautes qu’elles sont pardonnables alors qu’elles sont belles.

A Dieu.

ACTE PREMIER [1]

SCENE PREMIERE. MARIE, LE DUC DE NOLFOC, KENEDE

25Marie

1 Puis que vous desirez d’une ardeur incroyable Voir de tant d’accidens le portraict effroyable En ce nouveau recit de mes vieilles douleurs, Ne me defendez pas la liberté des pleurs.

5 Je vay vous raconter d’estranges advantures [2] L’estonnement du siecle & des races futures,

Mais qui feront fremir d’horreur & de pitié Ceux qui conserveront un reste d’amitié. Sçachez donc quelle fut ma premiere misere :

  • 12 1639 a et b : “ Car le Soleil sur moy n’avoit pas fait un tour ”.
  • xxxvi Marie naît le 8 décembre 1542, au moment où son père se bat pour l’indépendance de l’Ecosse. Il meu (...)
  • xxxvii Marie part pour la France le 7 août 1548, car les Anglais menacent de venir chercher la jeune reine (...)

10 Je vis presque en naissant la perte de mon pere, Car d’un soleil a peyne avois-je vû le tour12 Lors qu’on priva ce Roy, de la clarté du jour xxxvi, Et que l’horrible feu des flambeaux de la guerre Chassa ma mere & moy de ma natale terrexxxvii,

15 Qu’un enfant est heureux, lors que des son berceau L’astre de sa naissance éclaire à son tombeau,

Que le jour qui l’anime est celuy qui le tuë, Et qu’il perd la lumiere alors qu’il la saluë. La mort dont le seul nom nous épouvante tous

20 Ne s’apparest à luy que d’un visage dous. Helas qu’un pareil sort m’eust esté favorable Cette captivité si longue & deplorable,

Et mille autres mal’heurs oû mes jours sont reduis Ne me feroient pas voir en l’estat oû je suis.

25 Dé-ja sept fois le s ans avoient changé les choses

  • xxxviii Regnault opère encore une distorsion temporelle, par rapport à la réalité des faits : Marie de Guis (...)
  • xxxix Henry II, roi de France de 1547 à 1559.

Par sept fois j’avois vû naistre & mourir les roses Quand je restay sans mere, & qu’en France je vins Dessous d’autres climats trouver d’autres destinsxxxviii. Henry second du nomxxxix, Monarque Magnanime,

  • xl Marie épouse le dauphin, qui devient le roi François II, en 1558.

30 Y fit de ma personne une si grande estime, Qu’il me mit sous le joug des amoureuses lois Avec François son fils, digne sang des Valoisxl.

Mais le sort nous trahit & la méme journée [3]

Que l’on solemnisoit un si bel Hymenee,

35 Au milieu des Tournois, des Pompes, des festins,

  • xli Le contrat de mariage est signé le 19 avril 1558, mais les fêtes célébrant le mariage se déroulent (...)
  • xlii Comprendre parce qu’il disparut.

Paris vid de ce Prince achever les destinsxli. François son successeur brillant pour disparaistrexlii

  • xliii François II meurt le 5 décembre 1560.
  • xliv Comprendre Mit fin au bonheur qu’il m’avait donné

Fit mourir tost apresxliii, l’heur qu’il m’avoit fait naîtrexliv

Ainsi ces deux grands Rois terminerent leurs ans,

  • xlv A son retour en Ecosse, Marie monte sur le trône
  • xlvi Ces guerres sont religieuses, bien sûr, mais elles se manifestent en particulier dans de violentes (...)

40 L’un dedans son Automne, & l’autre en son Printemps. Lors veufve, sans enfans, je revins en ma terrexlv, Toute sanglante encor d’une intestine guerrexlvi,

Ou, d’un second Hymen j’allumay le flambeau Pour un Prince amoureux autant qu’il estoit beau.

  • xlvii Lord Darnley, Henry Stuart, Comte de Lenox, cousin de Marie Stuart. Elle l’épouse en 1565. Ils ont (...)

45 Le COMTE de LENOXxlvii, doux charme de mon ame Inspira dans mon coeur une seconde flame,

  • xlviii Le comte Moray, demi-frère de Marie, est allié aux protestants, et il craint d’être dépossédé par l (...)

Et quoy qu’un frere ingrat s’eslevast contre moyxlviiiJ’espousay cet amant dont je me fis un Roy.

Nous jouïssions dé-ja d’une parfaite joye

50 Qui filoit nos plaisirs sur l’or & sur la soye, Dé-ja nous ignorions toutes sortes d’ennuis,

Nos jours duroient sans cesse, & n’avoient point de nuis ; Quand mon frere glissa, dedans la fantaisie

De mon peuple abusé par la vieille heresie ;

55 D’oublier son respect & sa fidelité

Pour me ravir le Sceptre avec la liberté.

Ce dessein m’excita des Querelles Civilles,

Revolta les sujets de mes meilleures villes, [4] Remplit toute l’Escosse & de sang & d’effroy

  • xlix Bothwell, fortement suspecté d’avoir tué Darnley en 1567, aurait agi soit à l’instigation de Moray, (...)

60 Et conjura ma perte, apres celle du Royxlix.

  • l Le terme désigne tout crime énorme et dénaturé : celui d’un père ou d’une mère, mais aussi d’un frè (...)
  • li Marie est emprisonnée, en 1567, à Lochleven.

Puis ce frere, ou plustost ce traistre & ce perfide, M’accusant de son crime & de son parricide l, Me conduisit luy-mesme en ces tristes châteaux. Que le Lac de Lévin entoure de ses Eauxli.

65 O que d’affreuses nuis & d’horribles journées

  • lii Le mot “ cercle ” est utilisé à propos de ce qui revient et qui semble circuler continuellement.

Sont depuis ce temps-là dans leur Cercleliitournées ! Que d’Images de mort effrayerent mes yeux,

  • liii Le Comte William Douglas, seigneur de Lochleven, demi-frère de Moray.

Tandis qu’on me retint en ces funestes lieux. A la fin, un enfant de qui Domglasliii est pere

70 Sentit son jeune cœur touché de ma misere, Et me sollicita de m’embarquer sur l’eau

Par le moyen des clefs qu’il surprit au château. J’approuvay son advis, j’admiray sa prudence, Et le priay sur tout d’observer le silence

75 M’estonnant qu’un enfant eust l’esprit assez meur Pour faire eslection d’un moyen qui fust seur. L’astre qui fait nos jours estoit plongé dans l’onde, Le sommeil avoit clos les yeux de tout le monde Lors qu’il vint m’advertir au milieu de la nuict,

80 Et de prendre la fuite & d’esviter le bruit. Kenede, digne objet d’eternelle memoire Fit lors une action toute pleine de gloire, Elle exposa sa vie à la mercy de l’eau,

Et se precipita pour suivre mon vaisseau.

26KENEDE
[5]

85 Quoy qu’en cette action j’aye esté temeraire J’y fis bien moins encor que je ne devois faire, J’estois trop obligée à vostre Majesté !

27LE DUC.

  • 13 1639a et b : “ O ”.

13 merveilleux effet de generosité !

28MARIE.

  • liv Lord Georges Seton, que Caussin appelle déjà Selon (op. cit., p. 588).
  • lv Synérèse.
  • lvi Nuage.

Estans dessus le lac, nous allons de la sorte

90 A l’autre bord de l’onde où le vent nous emporte : L’Illustre de Celonliv (il m’en souvient toujours) En cette occasion me preste son secours,

Jure de me venger de mes justes querelles

Leve mille bouclierslv, pour punir mes rebelles ;

95 Et donne une bataille où ce rare Seigneur

Par le prix de son sang rachepte mon bon-heur. Ces Rebelles domtez contre mon esperance ; Je conçois le dessein de retourner en France

Mais comme nous suivons ce pays qui nous fuit,

100 Le jour nous est ravy par une horible nuit : Voilà qu’un prompt éclair messager de la nuëlvi D’une foudre prochaine annonce la venuë. Certes en ce moment nous vimes de nos yeux Les abymes du monde & le centre des Cieux.

29LE DUC. [6]

105 Helas !,…mais poursuivez.

30MARIE.

  • lvii On peut comprendre fille d’un criminel (Henry VIII est en effet réputé pour ses actes de violence), (...)
  • lviii Le mariage de ses parents a été annulé, elle a été déclarée bâtarde et par conséquent son accès au (...)
  • lix Comte de Leicester, Robert Dudley. Regnault s’est sans doute inspiré de Caussin, qui l’appelle Comt (...)
  • lx Bijou. L’histoire dit que c’est au contraire Marie qui a fait présent à Elisabeth d’un bijou de dia (...)
  • 14 1639a : “ Ce que je vous dirois, que nous n’avez pas veu ”. 1639b : “ Ce que je vous dirois, si vou (...)
  • lxi Le sable.
  • lxii Blanchissantes d’écume.
  • 15 1639a et b : “ Que lave le reflus de tant d’ondes chenuës ”.
  • lxiii Se dit des actions des personnes héroïques. Furetière donne l’exemple des martyrs.

Dans ce pressant orage, Jamais l’estonnement ne m’osta le courage,

Je demeuray constante en ces extremitez,

Et j’eus le cœur plus grand que mes calamitez.

Quand tous les Elemens eurent finy leur guerre

110 Le vent me rejetta sur les bords d’Angleterre, Et le fit à dessein, parce que je voulois Attacher un jour l’ancre aux rivages Gaulois. Alors Elizabeth, cette fille d’un crime lvii

Qui nonobstant mes drois passe pour legitimelviii,

115 M’envoya par Lincestrelix un cœur de diamantlx D’où j’appris que le sien l’estoit pareillement ; Et que les qualitez de cruelle & de dure L’avoient faite dé-ja de la mesme nature : Mais ce recit m’ennuye, & puis vous avez sceu

120 Ce que l’Europe sçait, ou bien vous l’avez veu.14

Celuy qui nombrera les areneslxi menuës Que lave l’Ocean de ses ondes chenüeslxii15

Certes celuy-là seul vous dira mes travauxlxiii, Et vous pourra conter le reste de mes maux.

31LE DUC.

  • lxiv Sortie.

125 De moy je ne croy pas que les races futures

Prennent pour veritez de telles advantures ; [7] Mais vous en estes horslxiv, il n’y faut plus penser,

Puisque s’en souvenir c’est les recommancer : Ne parlons desormais que de nostre Hymenée,

130 Dont nous touchons icy l’adorable journée.

32MARIE.

  • lxv Désigne soit la parenté, soit la conjoncture astrale qui préside à la naissance.
  • 16 1639a et b : “ Tu devois exercer ta rude tyrannie ”.
  • lxvi Région de l’Asie ancienne qui faisait partie de la Médie, puis de l’Empire Perse.
  • lxvii Dégoutter signifie “ tomber goutte à goutte ” ou “ laisser tomber goutte à goutte ”, se rapportant (...)

Je crains malgré les veux que nous en avons faits Que les torches d’Hymen ne nous luysent jamais, Ou qu’au lieu d’esclairer nos sainctes épouzailles

Elles ne fassent voir nos tristes funerailles.

135 Barbare Elizabeth ! qui crois n’avoir rien fait,

Si chacun de tes jours n’est marqué d’un forfait ; Toy qui de mon Empire as la vertu bannie

Pour y faire â present regner la tyrannie : Si tu receus le jour sous un tel ascendantlxv

140 Qu’il t’ait predestinée à vivre en commandant, Tu devois exercer ta cruelle manie 16

Sur la brutalité des Tygres d’Hyrcanielxvi;

Et tu ne devois pas commander aux humains,

Par ce Sceptre sanglant qui dégoutelxvii en tes mains

145 Des tragiques effets de ton humeur altiere, A qui mon innocence a servy de matiere.

33LE DUC.

  • lxviii Emprisonnement.

Madame ce discours parest hors de saison,

Puis qu’on va terminer vostre longue prisonlxviii,

Qu’enfin Elizabeth s’est reconciliée [8]

150 A vostre Majesté comme à son alliée,

Et qu’elle m’a promis d’avoir plus de douceur, Et de vivre avec vous comme avecque sa sœur.

34MARIE.

  • lxix Depuis.
  • 17 1639a et b : “ Qu’alors ”.
  • lxx Troublée par des obstacles.
  • lxxi Fin ou moment proche de la fin.
  • 18 1639a et b : “ La Couronne, la vie, & le Sceptre à la fois ”.

Je crains qu’en me baisant sa perfidie esclatte, J’apprehende sa main encor qu’elle me flate,

155 Et je pense pour moy que quelque trahison Parmy ce dous breuvage a meslé du poison.

Je cognoy deslxix long-temps & par experience, Quelle est Elizabeth & sa noire science ;

Mais vous ne cognestrez cet esprit dangereux,

160 Que lors17 que mon amour vous rendra mal’heureux : Car …& souvenez-vous d’une telle pensée

Nostre prosperité doit estre traverséelxx, Et je vois un funeste & prochain accident

Qui vos jours & les miens plonge en leur occidentlxxi.

165 Cette Reyne suivra la fureur qui l’anime, Et sa déloyauté fera gloire d’un crime,

D’un crime que jamais nos neveux ne croiront, Elle me ravira l’ornement de mon front ;

Et comme profitant d’une civille guerre

170 Elle usurpa jadis le Throsne d’Angleterre : Elle m’arrachera contre toutes les lois

La Couronne d’Irlande & le Sçeptre Ecossois18.

35LE DUC. [9]

Ne la soubçonnez pas de tant de perfidie, L’authorité qu’elle a permet que l’on s’y fie :

175 Et puis la majesté que vos pareilles ont

Leur donne des vertus qui brillent sur son front.

36MARIE.

  • 19 1639a et b : “ D’éprouver avec moy la fortune contraire ”.

L’authorité souvent est mére d’injustice, Souvent la Majesté cache le front du vice ;

Ceux qui font les chemins en détournent leur pas,

180 Et ceux qui font les loix ne les observent pas. Craignez donc desormais si vous me voulez plaire D’une Reyne sans foy la funeste colere19

Ne considerez plus un sujet de douleur,

Et n’ayez plus d’amour pour l’object du mal’heur.

37LE DUC.

185 Que me commandez vous ? ma lumiere, mon ame : Si j’ose me servir de ces noms pleins de flame,

Et si l’amour me souffre assez de libertez Pour vous donner dé-ja ces belles qualitez. Voudriez-vous retracter la parole donnée

190 En faveur de mes soins, & de nostre Hymenée Heureux & grand dessein dont j’espere l’effet Suivant le vœu commun que nous en avons fait ?

38MARIE. [10]

  • 20 1639a et b : “ Puisque vous possedez la moitié de mon ame ”.
  • 21 1639a et b : “ amant ”.

Quel sujet avez vous de douter de ma flame, Ny du chaste desir qui regne dans mon ame20 ?

195 Quoy genereux Seigneur21 soubçonnez vous ma foy ? Vous persuadez vous d’aymer autant que moy ?

Et voyant mon ardeur qui s’augmante & qui dure Pouvez vous justement me faire tant d’injure ?

Há perdez ce soubçon si vous l’avez conçeu,

200 Et reparez le tort que mon cœur a reçeu,

39LE DUC.

Bien que vous me fassiez cette faveur insigne Je doute du bonheur dont je me sens indigne, Et je ne puis penser…

40MARIE.

  • 22 1639a et b : “ Au nom de nos amours ”.

Par nos sainctes amours22, Mettez fin je vous prie à semblables discours.

41LE DUC.

205 Si je les repetois je ferois une offence,

Et ce commandement m’impose le silence.

SCENE II. [11]

ELIZABETH, LE COMTE DE MOURAY, LE COMTE DE KEMT

42ELIZABETH

  • 23 Ces quatre vers apparaissent dans les éditions 1639a et 1639b, et ils sont supprimés dans la versio (...)

Quoy Nolfoc me trahit ! & le Ciel a permis Que mesme un favory soit de mes ennemis ! Quoy le Duc dites vous, aujourd’huy se marie Sans ma permission à la Reyne Marie ?

Mesme loing de le taire, ou le dissimuler

Tous deux vous ont prié de m’en venir parler23

43Elle dit cecy a l’escart

  • 24 1639a et b : “ O ”.
  • lxxii Fidélité.
  • 25 1639a et b : “ Ny de ces chastes nœuds ”.
  • 26 1639a et b : “ Et j’en sçay le moyen ”.

24 de quelles fureurs me sens-je possédée ?

210 Há perfide, est-ce ainsi que ta foylxxii m’est gardée ? Cette immuable foy ? cette immortelle amour ? Qu’on devoit conserver plus long-temps que le jour ? Ne te souvient-il plus de ces secrettes flames,

Ny de ces nœuds Sacrez25qui joignoient nos deux ames ?

215 Je deusse estre honteuse, & je deusse rougir De quoy ma passion n’a pû se mieux regir : Ou mieux distribuer mes faveurs avancées, Et je meurs repensant à ces choses passées, Mais je t’empescheray d’en pouvoir discourir,

220 J’en scay l’invention26, je te feray mourir,

C’en est fait, mon amour s’est changée en furie.

44Elle reviens devers les Comtes [12]

De sorte que le Duc épousera Marie ?

Depuis quand l’ayme-t’il ?

45LE COMTE de Mouray.

  • lxxiii Il s’agit du procès instruit contre Marie à son arrivée en Angleterre, pour décider si elle est ou (...)

46Il me souvient qu’un jour Les Estats d’Angleterre assemblerent la Cour,

225 Pour faire le procez à cette Criminellelxxiii ,

Là tous furent pour vous, là tous furent contre elle, Et le Duc toutesfois changea de sentiment,

De Juge qu’il estoit, devenu son ama

47ELIZABETH.

48Le parjure ! l’ingrat !

49LE COMTE DE MOURAY.

C’eust esté peu de chose,

230 S’il n’eust fait encor plus !

50ELIZABETH.

Hé quoy dittes…

51LE COMTE de Mouray.

Je n’ose.

52ELIZABETH.

Dites moy tout…

53LE COMTE de Mouray. [13]

  • lxxiv Exercer une force verbale ou physique.
  • lxxv Torture.

Ce Duc que vous estimiez tant…

Mais doy-je decouvrir ce secret important ? Ouy… Madame ce Duc, ce Duc mesme conspire De vous mettre au cercueil, de perdre cet Empire,

235 D’usurper vostre Sceptre, & de se faire Roy

En eslevant ma sœur au throsne où je vous voy. Ayant fait arrester son premier Secretaire

Qui de ces deux pacquets estoit depositaire,

Et voyant qu’il feignoit sans me rien confesser

240 J’ay cru que le meilleur estoit de le presserlxxiv, Et pour en decouvrir la verité sans peine

Je l’ay fait à mes yeux appliquer à la géine lxxv, Où ces mots à peu pres sont sortis de sa vois,

MARIE A RESOLU LA PERTE DES ANGLOIS.

245 NOLFOC A SUSCITÉ LES BARONS, ET CONSPIRE… Là sa parole meurt, & puis luy mésme expire,

Au moins j’ay l’avantage & le contentement D’en avoir sceu tirer cet éclaircissement.

54LE COMTE DE KEMT.

Escoutez par ma voix, la vois de la patrie

250 Qui pour vostre salut vous conjure & vous prie De detourner plustost ce danger apparent ;

Que de voir qu’un ruisseau devienne un jour torrent,

Et courre malgré vous où sa fureur l’emporte. [14]

55ELIZABETH.

  • lxxvi Croître.

Hà traistre ! devois tu me tromper de la sorte ?

255 Et sans considerer quelle en seroit la fin, Devois tu concevoir cet orgueilleux dessein ? Je ne pûs l’estouffer lors que tu le fis naistre,

Mais je sçay les moyens de l’empescher de craistrelxxvi. Tels crimes impunis ont causé quelquefois

260 La ruine & la mort des trosnes & des Roys,

Donnez moy ces paquets, voyons que ce peut estre :

56elle lit la suscription d’une lettre supposée de Marie.

  • lxxvii Comte d’Arundel, Philip Howard. Il a fait partie de ceux qui voulaient favoriser le mariage de Mari (...)
  • lxxviii Duc de Gloucester.

AU COMTE D’ARONDELlxxvii, AU COMTE DE CLOCESTRElxxviii.

Voilà dé-ja des noms que l’on n’auroit pas mis S’ils n’eussent point esté ceux de mes ennemis,

57elle l’ouvre & lit.

  • 27 1639a et b : “ De vaincre Elizabeth qui cause mon malheur ”.

265 Si pour me secourir vous conçevez l’audace De vaincre Elizabeth dont je sens la rigueur27, Et si par vos moyens je sors de cette place Vous en aurez une en mon cœur.

MARIE…

O criminelle, ô perfide alliée

270 J’avois dé-jà pour toy ma colere oubliée, Mais voyons les secrets de ces autres papiers,

Dont le tiltre est semblable à celuy des premiers.

58elle lit la fausse lettre du Duc. [15]

Vous sçavez la misere & l’estat deplorable

Où Marie à present void reduire son sort

275 Et comme Elizabeth estant inexorable Elle n’attend plus que la mort.

Que de compassion vos ames affligées

Ressentent quelques maux de ceux qu’elle a souffers. Et qu’un jour par vos mains ses mains soient soulagées

280 Du pesant fardeau de leurs fers. NOLFOC …

A ce rapport, il faut que je me fie, Mes yeux sont les tesmoins de cette perfidie :

Ouy voyla le cachet de ce lasche Seigneur,

59LE COMTE DE MOURAY.

  • lxxix La signature.

Et voicy l’escriture & le seinglxxix de ma sœur,

60ELIZABETH.

Ayant resserré les lettres.

  • lxxx Allusion au personnage historique, mais aussi, implicitement, au personnage littéraire de la Mariam (...)
  • lxxxi La comparaison d’Elisabeth avec Hérode et Tibère est déjà chez Caussin : “ elle se vouloit donner l (...)
  • lxxxii Henry VIII était réputé pour sa cruauté et son despotisme, à l’égard de ses épouses (deux furent ré (...)

285 Inventons un tourment qui leur soit equitable, Une punition horrible, espouventable,

Qui laisse un triste exemple à la posterité, De hayne, de justice & de severité.

Je veux que l’on immole à ma juste furie

290 Et le Duc de Nolfoc & la Reyne Marie,

Efforcez vous de plaire à cette passion, [16] Et les sacrifiez à mon ambition,

Satisfaites en tout à ma colere extréme,

Donnez leur deux bandeaux au lieu d’un diademe,

295 Et pour les eslever en un degré plus haut

Dressez dessus leur throne un sanglant eschafaut, Nous… Imitons les fais d’Herodelxxx & de Tiberelxxxi, Et s’il se peut encor surpassons nostre pere,

Perdons une Princesse avec un favory,

300 Et par là paressons la fille de Henrylxxxii.

61LE COMTE DE KEMT.

Par là vos actions dignement s’eternisent,

Et tous vos fais en un par là s’immortalisent, Achevant cet ouvrage il faut que vous voyez La Fortune en vos mains, & l’Envie à vos piez.

SCENE III. [17] LE COMTE DE MOURAY, LE COMTE DE KEMT

62LE COMTE DE MOURAY.

305 L’Art n’a jamais si bien imité la nature Que l’on á contrefait cette double écriture, Marie & son Amant travailleront en vain,

Pour se mettre à couvert des traits de nostre main.

63LE COMTE DE KEMT.

  • lxxxiii Tout réussit selon vos vœux.

Il semble que le Ciel favorise ce crime,

310 Et je doute desja qu’il ne soit legitime,

Tout succede à vos vœuxlxxxiii, tout rit à vos desseins

64LE COMTE DE MOURAY.

  • lxxxiv Faillir (faire quelque chose contre les lois ou contre son devoir). Devenu verbe défectif.
  • 28 1639a et b: “ quoy ”.

Le Sceptre de ma sœur va tomber en mes mains, Et je feray bien-tost (orné de sa Couronne)

Un pas de son Tombeau pour monter sur son thrône,

315 Il est vray que je fauxlxxxiv je ne le puis nier,

Mais ma faute pourtant se peut justifier, [18] Car, bien28 que ce projet paroisse illegitime

C’est estre vertueux que de faire un beau crime, Et le doux nom de Roy ne sçauroit trop couster

320 Quand par un sacrilege on devroit l’achepter.

65Fin du premier Acte.

ACTE II. [19]

SCENE PREMIERE. [LE DUC DE NOLFOLC, LE CAPITAINE des gardes]

66LE DUC DE NOLFOC

à soy-mesme.

  • lxxxv Etre distrait et inquiet.

Quel si triste Demon ennemy de la joye

Et jalous du bon-heur que l’amour nous envoye, M’oblige de réverlxxxv?

67LE CAPITAINE DES GARDES.

La Reyne Elizabeth,
Vous mande Monseigneur …

68LE DUC.

Où ?

69LE CAPITAINE DES GARDES.

dans le cabinet,

325 Mais si je ne me trompe elle mesme s’avance.

70LE DUC
tout bas.

D’où vient qu’à son aspect je manque d’asseurance ? Un secret mouvement me donne de l’effroy,

Je crains de l’aborder & je ne sçay pouquoy.

SCENE II. [20]

71ELIZABETH, LE DUC DE NOLFOC.

72ELIZABETH.

  • 29 1639b : “ projet ”.
  • 30 1639a et b : “ Cher Duc, conseillez moy, que faut il que je face ”.

Je vous ay dit cent fois que je serois contante

330 De pouvoir achever le dessein29 que je tante, Et d’augmanter l’Eclat que le Ciel ma donné

Aux despens d’un Royaume & d’un front couronné, Mon ame qui languit ne peut estre guerie,

Que par l’Heureux succez de la mort de Marie,

335 Moy devant qui des Roys se sont humiliez Je fouleray sa teste â mes superbes piez.

Son crime est assez grand d’avoir sçeu nous deplaire Esteignons la clarté du flambeau qui l’esclaire,

Contre elle employons tout, jusqu’à la cruauté,

340 Ravissons luy le jour qu’elle nous eust osté, Pour empescher un mal commettons en un autre,


Et repandons son sang pour conserver le nostre. Vous, de qui le conseil & la fidelité,

Ne forment de desseins qu’à mon utilité :

345 Cher Duc, conseillez moy, ce qu’il faut que je face30, [21] Doy-je luy refuser, ou luy donner sa grace ?

73LE DUC
à l’escart.

  • lxxxvi Adroitement.
  • 31 1639a et b : “ Que vostre majesté de cela me dispence ”.

Il faut adretementlxxxvi respondre à ses discours, Car sans doute le Comte a trahy nos amours.

Hà qu’attentivement son œil me considere !

350 Madame, mon esprit n’est pas si temeraire Que de songer jamais à vous donner conseil, Ce seroit presenter la lumiere au Soleil.

Que vostre Majesté, s’il luy plaist, m’en dispence31.

Je crains que mes âvis choquent vostre prudence.

ELIZABETH.

355 Je veux absolument…

74LE DUC

  • lxxxvii Dispositions.
  • 32 1639a et b : “ peyne ”.

Bien donc, je vay parler,

Plus pour vous obeyr que pour vous conseiller, Je ne puis concevoir, Madame, qu’une Reyne Ait pour une Princesse une si forte hayne, Qu’aspirant avec elle a de mesmes honneurs

360 Vous ayez toutesfois de contraires humeurs, Il le faut avoüer ce prodige m’estonne,

Et, sans favoriser le party de personne,

Je dis que la douceur a bien souvent fait voir Des ennemis rangez aux termeslxxxvii du devoir,

365 C’est un Celeste aymant qui sans aucune geyne32

Attire a soy les cœurs d’une invisible cheyne. [22]

75ELIZABETH.

  • lxxxviii Henry VII Tudor (1457-1509), roi d’Angleterre, grand-père d’Elisabeth.
  • lxxxix Edouard III Plantagenêt (1312-1377), roi d’Angleterre, ancêtre de Richard II (1367-1400), Henri IV (...)
  • xc Depuis.
  • xci La lignée de Stuart remonte à Jacques II Stuart, roi d’Ecosse (1430-1460).

La Maison de Henrylxxxviii, la race d’EdoüardlxxxixS’opposent desxc longs temps à celle de Stuardxci,

C’est l’ancienne erreur d’une immortelle hayne

370 Qui nous tourne en nature avec si peu de peyne, Que sans avoir horreur des maux qu’elle nous fait Nous la sucçons toujours aussi-tost que le lait, Tellement que de là proviennent en partie

Cette dissention & cette antipatie.

375 Outre que la raison m’oblige de hayr

Celle qui chaque jour conspire à me trahyr. Et celle dont la faute est encor si recente,

Que la mesme vertu veut que je m’en ressente.

76LE DUC.

  • xcii Cet argument est déjà présent dans la Harangue de Pomponne de Bellievre : “ il n’y a que Dieu qui p (...)

Hâ Madame espargnez en elle vostre sang,

380 Et ne meurtrissez pas celle de vostre rang,

Car, quand cette Princesse, apres nous, sans seconde,

Aurois enfin commis tous les crimes du monde, Le respect de ces noms de Reynes & de Rois La soustrairoit toujours à la rigueur des lois.

385 Lors qu’un grand a failly Dieu seul fait son supplicexcii, Il s’en reserve seul à luy seul la justice,

Il abaisse ce grand qu’il avoit eslevé,

Et destruit ce chef-d’oeuvre ou son nom est gravé.

Les Reynes & les Roys ses vivantes images, [23]

390 Et de ses dignes mains adorables ouvrages

Ne se doivent punir que par ses propres mains, Et fussent ils le crime & l’horreur des humains. De sorte qu’à present vous voyez que Marie Pour le salut de qui toute l’Europe crie,

395 Et dont l’esprit divin vous donne du soubçon, N’est votre inferieure en aucune façon,

Et qu’estant absoluë autant que sage & belle Elle depend de vous, aussi peu que vous d’elle.

77ELISABETH.

N’importe j’useray de mon authorité !

400 Et ne la tiendray point en d’autre qualité Que d’une prisonniere & d’une criminelle.

78LE DUC.
tout bas.

Vos crimes seulement vous la font juger telle,

79ELIZABETH.

  • xciii Ici, contrairement à d’autres moments de la pièce où elle est mue par l’intérêt ou la pitié, Elisab (...)

Encor qu’elle soit Reyne il semble toutesfois Qu’elle soit ma sujette, & soumise à mes lois,

405 Un instinct que je sens & que je ne puis dire Me donne dessus elle un naturel Empire,

Et comme sa prison la porte à me hayr

Un mouvement secret m’oblige à la trahyr. Mais il faut que sa mort paroisse legitimexciii.

80LE DUC.
tout bas. [24]

410 Enorme sacrilege ? épouvantable crime ? Que tu feras parler les Theatres de nous !

81ELIZABETH.

Duc, qui vous rend si triste, & que murmurez-vous ?

82LE DUC.

  • xciv Eloignées.
  • xcv Dans cette réplique comme dans la précédente du Duc s’élabore une mise en perspective historique de (...)
  • 33 1639a : “ peuples ”.
  • 34 1639a et b : “ Par leur propres rayons leur deffauts sont cognus ”.

Je disois ce qu’un jour les nations estrangesxciv

Pourront dire de vous au lieu de vos loüanges

415 Lors qu’ils raconteront cette histoire aux neveux,

Et ces neveux encore à ceux qui naistront d’eux, Rendans vostre memoire à chacun odieuse,

Au lieu que vous pouvez la rendre glorieusexcv En ostant dés ce jour aux siecles â venir,

420 Le funeste sujet de s’en entretenir,

Les Rois qu’un monde entier de subjets33 idolatre, Sont regardez du thrône ainsi que d’un Theatre, Comme ils sont elevez ils en sont plutost veus

Et des plus ignorans tous leurs deffauts sont sçeus34,

425 Je sçay bien que je parle avec trop de licence, Mais vostre Majeté m’en donne la puissance. Donc par le sacré nom que portoit vostre sœur Laissez vivre en repos cet objet du mal’heur.

83ELIZABETH.

Il faudroit pour cela qu’à present j’ignorasse

430 Quelle est son entreprise, & quelle est son audace, [25] Elle veut m’arracher la couronne du front,

Et se sert du pouvoir que mes ennemis ont.

Voyez ce qu’elle écrit afin de me déplaire,

Au Comte d’Arondel mon plus grand adversaire.

84Elle luy montre la fausse lettre de Marie, Et dit à l’écart

435 Il paslit ; il rougit.

85LE DUC.

Que voyez vous mes yeux ?

86ELIZABETH.
tout bas

Hâ qu’il feint bien le traistre !

87LE DUC.

O vüe ! ô terre ! ô Cieux !

88ELIZABETH.

Que pourra-t’il respondre & par quelle imposture…

89LE DUC.
ayant lû.

  • xcvi Dise.
  • 35 1639a et b : “ Non, elle n’a point eu cette damnable envie ”.

Voilà son cachet mesme & sa mesme escriture. Mais puissay je à vos yeux perir presentement

440 Si cela ne s’est fait par un enchantement, Ou par le noir effet de quelque perfidie,

C’est ce que le soubçon me permet que j’en diexcvi ;

Je cognoy son esprit il est trop genereux, [26] Pour avoir entrepris rien de si dangereux,

445 Je ne le sçaurois croire & je m’ose promettre Que d’autres que Ma rie ont ècrit cette lettre,

Est-il croyable aussy qu’elle eust jamais commis A ces Comtes ingrats, ses mortels ennemis, L’espoir qui luy restoit, & puis se fust jettée

450 Entre les mesmes mains qui l’ont si mal traittée, Il n’est pas vray-semblable, & si je le comprens Madame asseurement cela choque le sens.

Elle n’a jamais eû cette coupable envie35, Et je le soutiendrois au peril de ma vie.

90ELIZABETH.

455 Je voy bien que le Duc est son adorateur, Et que son ennemy devient son orateur, Quoy ? qui me conseilloit, icy me dissuade, Sans doute vostre esprit est devenu malade,

Vous m’estiez autresfois fidelle confident,

460 D’où vient qu’à me servir vous estes moins ardent ? Aymez vous sa beauté ?

91LE DUC.

J’ayme son innocence Encor que sa prison ait bornè sa puissance,

Et n’ay pourtant conçeu pour elle d’amitié Que par la bienveillance & que par la pitié.

92ELIZABETH. [27]

465 Vos discours ce me semble ont trop de violance Pour n’estre les enfans que de la bienveillance, Et vous la deffendez avec trop d’action

Pour n’avoir pas pour elle un peu de passion, Donc en me l’ávoüant quittez là cette feinte :

470 Contez moy vos amours & sans honte & sans crainte, Et, loing de perdre en vain des propos superflus, Puisque j’ay tout appris ne me le celez plus. Confessez d’avoir fait, en aymant cette Reyne, L’objet de vostre amour du sujet de ma hayne.

93LE DUC.

  • 36 1639a et b : “ Que c’est pour ce bel œil que mon ame soupire ”.
  • xcvii Dissimuler.
  • xcviii Le duc décrit un miracle qui vient s’associer aux autres éléments ressortissant au merveilleux chré (...)

475 Ce n’est pas mon dessein de vous cacher icy

Qu’elle m’ayme, Madame, & que je l’aime aussy, L’hymen a déja mis sa main dedans la mienne, Elle a reçeu ma foy, quand j’ay reçeu la sienne, Et le Duc de Lincestre avant que de partir,

480 M’avoit promis hyer de vous en advertir.

Car c’eust esté pecher que de ne vous pas dire

Que sous ses yeux vaincœurs ma liberté souspire36. Je ne le puis celerxcvii ; lors qu’en plein Parlement (Afin d’executer vostre commandement)

485 Je fis de vos estats une entiere assemblée

En jugeant son procez j’eus l’ame un peu troublée, Un divin mouvement se forma dans mon sein,

Et me porta l’esprit á changer de dessein ;

Jeus plus de conscience & moins d’effronterie [28]

490 Que d’accuser à faux l’innocente Marie,

Et pour donner contre elle un passage à ma vois

Trois fois j’ouvris la bouche & la fermay trois fois : Enfin continuant l’Erreur que j’avois faitte,

Ma bouche devint seche & ma langue müettexcviii,

495 Chaque Juge pour lors s’osa licensier

En mesme temps que moy de la justifier.

94ELIZABETH.

  • 37 1639a et b : “ Faveurs, dignes d’un Dieu, que tu receus de moy ”.

Infidelle ! ainsi donc je seray mesprisée, Et mes faveurs ainsi tourneront en risée,

Faveurs, que tu reçeus pour gages de ma foy37

500 Lors que je te fis Duc pour te faire apres Roy. Est-ce là ce devoir d’eternelle durée

Et la fidelité que tu m’avois jurée ?

Quoy, rompant l’ordre expres que je t’avois commis, Escrire pour Marie à tous mes ennemis,

505 Hâ, cette trahison oû ta fureur preside

Te rendra mal’heureux de mesme que perfide, Mais pour t’oster le temps de contester en vain Recognoy cette lettre, elle vient de ta main.

95Elle luy monstre sa fausse lettre.

96LE DUC.
voyant son écrit contrefait.

Tu scais mon innocence & vois cette imposture,

510 Grand Dieu… [29]

97ELIZABETH.

  • 38 1639a et b : “ voyent ”.

Non, non, mes yeux lisent38 ton escriture, Et ne sont à present que trop bien informez

De qui viennent ces traits, ta main les a formez.

98LE DUC.

Si vous m’avez ouy…

99ELIZABETH.

  • 39 1639a et b : “ Que me pourrois-tu dire ”.
  • xcix Raconter des faits de manière détaillée.
  • c Adoucir, émouvoir.

Que sçaurois tu deduire39xcix

Afin de me flechirc, ou bien de me seduire ?

100LE DUC.

515 Je veux estre puny d’un tourment eternel Si j’ay tracé ces mots, si j’en suis criminel.

101ELIZABETH.

  • ci Confiance.

La crainte du danger où ta faute te plonge

Te va faire dê-ja recourir au mensonge,

Mais je n’auray jamais de creanceci en ta vois

520 Pour n’estre pas trompée une seconde fois, Cette lettre est de toy, j’en ay fait la lecture Et je l’ay confrontée avec ton escriture.

102LE DUC.

Madame que le feu du celeste courrous

Consomme cette main qui la tient devant vous [30]

525 Si j’ay…

103ELIZABETH.
sortant en colere.

Je ne croy point ceux qui m’ont outragée ; Mais je ne mourray pas, ou j’en mourray vangée.

104LE DUC.
l’arrestant à genoux.

  • cii Comprendre ordonner qu’on me mène au supplice.
  • ciii Avant de.

Quoy, sans m’avoir permis de me justifier, Sans me monstrer ma faute & la verifier,

Sur de simples soubçons m’ordonner un supplicecii

530 Consultez en au moins un peu vostre justice, Vous remettant aux yeux la suitte de mes jours Voyez y quel je fus, & quel je suis tousjours : Ou bien j’appeleray devant vostre clemence Du rigoureux arrest de vostre vehemence.

535 Mesurez donc ma faute à de meilleurs compas, Et devant queciii m’ouyr, ne me condamnez pas.

  • 40 1639a et b : “ Elisabeth, rentre & luy eschape ”.

105Elizabeth rentre40.

SCENE III

106LE DUC.
Demeuré seul.

  • 41 1639a et b : “ Sus ! devenons l’autheur de quelque tragedie ”.
  • civ Synérèse.
  • cv Comprendre La Tamise débordera des pleurs des vivants et du sang des morts.
  • cvi Tuer.
  • 42 1639a et b : “ La Reyne à resolu dans son cœur que je meure ”.
  • 43 1639a et b : “ Cependant racontons a la Reyne Marie ”.
  • cvii Structure malaisée : on peut supposer que le “ si ” a une valeur causale.
  • 44 Vers absent en 1639a et b.

La cruelle s’en-fuit apres sa perfidie

Sus ; inventons aussy quelque autre tragedie41, Faisons luy dire vray, qu’en ce triste accident

540 Elle paroisse juste, au moins en me perdant.

Laissons à cette ingrate un sujet raisonnable [31]

Qui donne une couleur à son dessein damnable, Ruynons civce pays de l’un à l’autre bout, Allumons un brazier qui le consomme tout,

545 Aymons les ennemis de l’estat d’Angleterre, Aujourd’huy faisons naistre une immortelle guerre Puis qu’on nous hait icy courons à l’estranger, Enfin n’espargnons rien qui nous puisse vanger. Bien-tost Elizabeth sera sans Diademe,

550 Et bien-tost sa grandeur perira par soy-mesme, Le sort qui l’eleva, la fera trebucher

Et son Palais Royal deviendra son bucher. Londres sera détruite & le reste de l’Isle Perdra les qualitez d’heureux & de fertile,

555 Et la Tamise un jour surpassera ses bors

Par les pleurs des vivans & par le sang des mortscv: [32] L’Angleterre verra de nouvelles miseres

Et meurtrircvi devant soy ses enfans & ses Peres, Tout sera si changé que ses yeux ébays

560 La rendront estrangere en son propre pays. Sus donques repoussons le crime par le crime, N’ayons aucun respect pour aucune maxime, Et faisons retourner ce perfide attentat,

Et contre Elizabeth & contre son estat.

565 Je parle de vengeance, & peut estre à cette heure La barbare qu’elle est, desire que je meure42, Mais si hors du Palais je puis faire un seul pas Tout le peuple pour moy ne s’espargnera pas,

Et tous mes ennemis sentiront sa furie ;

570 Advertissons devant, la Princesse Marie43

Que Lincestre & Mourray trahyssent nos amours, Et c’est si la fureur nous permet le discourscvii, Quelqu’un vient, c’est la Reyne, évitons sa colere44.

SCENE IV. [33] ELIZABETH. LE COMTE DE MOURAY. LE COMTE DE KEMT

107ELIZABETH.

  • 45 Dans les éditions 1639a et 1639b, entre les vers 574 et 575, est inséré le vers suivant : “ Je veux (...)
  • 46 1639a et b : “ Et vous en acquitez avec discretion, ”.
  • 47 1639a et b : “ Rendant ”.

Ouy, Comte, j’y consens, perdez le pour me plaire45,

575 Acceptez aujourd’hui cette commission Et vous authorisans de ma permission46 Rendez47 à mes estats sa faute si palpable

Qu’en fin on le condamne, innocent, ou coupable.

  • 48 1639a et b : “ elle dit cecy à l’escart tout bas ”.

108elle dit cecy à l’écart48.

  • 49 1639a et b : “ Mais ferayje perir ce Duc tant estimé ”.
  • cviii Ces vers sont imités de la Mariamne, où Hérode dit : “ Mais quoy, faire périr ce que j’ay tant aimé (...)
  • 50 1639a et b : “ Há non certes mon cœur est bien moins animé ”.
  • 51 1639a et b : “ Contre l’objet divin dont il estoit charmé ”.
  • 52 1639a et b : “ L’amour veut que je l’aime & que je lui pardonne ”.
  • 53 1639a et b : “ Je luy pardonne donc ; peut estre le dessein / Qu’il avoit contre moy sortira de son (...)
  • cix On lit ici l’hésitation d’Elisabeth à perdre celui qu’elle aime : l’irrésolution est à la fois prés (...)

Mais perdrayje un grand Prince autres fois estimé49

580 Et rompray-je un chef d’œuvre apres l’avoir aimé ? Razeray je ce Templecviii ? enfin feray je abbattre Cet adorable Autel dont je fus idolatre ?

Non, je sens que mon cœur cesse d’estre animé50

Contre l’objet divin qui l’a long-temps charmé51,

585 Ce sentiment d’amour veut que je lui pardonne52

Et s’offence dé-ja de quoy je le soupçonne,

Qu’il vive donc, qu’il vive, aussi bien son dessein Decouvert comme il est, ne peut estre que vain53cix.

109LE COMTE DE MOURAY. [34]

  • 54 1639a et b : “ opinion ”.
  • 55 1639a et b : “ crime ”.
  • cx Avant.

Quoy vostre Majesté devient irresoluë,

590 Et retracte une chose apres l’avoir concluë ? Il faut estre plus ferme en vostre passion

Et donner davantage à nostre intention54 ; L’entreprise du Duc n’est pas executée, Mais il a trop fàilly de l’avoir projettée,

595 C’est un peché55 commis qu’un crime proposé, C’est l’avoir dé-ja fait que de l’avoir osé,

Et tel que soit le Duc on peut lire en son ame Qu’il voudroit voir dé-ja vostre Palais en flame :

Empeschez ce mal’heur qui n’est pas arrivé 600 Devantcx que le projet en soit parachevé.

110LE COMTE DE KEMT.

  • 56 1639a et b : “ Qui de lys couronnez ”.
  • cxi Il évoque des victoires militaires (symbolisées par les lauriers) sur des Français (symbolisés par (...)

Souffrez que je vous die & que je vous asseure Que l’Angleterre un jour souffriera plus d’injure, Que n’ont receu d’honneur tant d’illustres guerriers

Qui des Lys autresfois56 se firent des laurierscxi. 605 S’il faut que vostre estat par vos bontez perisse,

Ce que le Ciel empesche en faisant qu’il fleurisse, Et s’il faut qu’en sauvant ce Prince criminel Vous attiriez sur nous un mal’heur eternel.

111ELIZABETH.

Ordonnant son trepas je me seigne dans l’ame

610 Si j’en permets l’effet j’en souffriray le blâme [35] Outre qu’en ce projet remply d’ambition

Je crains, & justement, une sedition.

112LE COMTE DE MOURAY.

  • 57 1639a et b : “ Vostre propre interest devoit vous l’enseigner ”.
  • 58 1639a et b : “ l’obeissance ”.
  • 59 1639a et b : “ Et par luy desormais vous serez absoluë ”.

Il est vray que le peuple est assez redoutable Tout cede à la fureur de ce monstre indomtable,

615 Et je ne sçay que trop qu’il peut se soulever Et rompre ce dessein au lieu de l’appreuver,

Mais nous l’entreprendrons de puissance absoluë Si vostre Majesté s’y treuve resoluë,

Les plus seditieux en cette extremité

620 Deviendront partisans de vostre volonté ;

Et tous les Citoyens nous prèteront main forte Apprenant que leur Reyne à ce dessein nous porte, Voila le seul moyen de vivre & de reigner L’interest de l’Estat devoit vous l’enseigner57,

625 Par luy vous recevrez la deference58 duë

A vostre authorité que vous eussiez perdüe 59.

113ELIZABETH

  • 60 1639a, à la place des vers 627 et 628 :
    LE C. DE KEMT.
    Nous mettrons à leffet vostre comandement.
    E (...)

Observez donc icy tant de discretion

Que l’on n’y reconnoisse aucune passion60

Car si la mort du Duc parest injurieuse,

630 Il faudra que la cause en soit plus specieuse.

SCENE V [36] MARIE, [LE DUC DE NOLFOLC]

114LE DUC DE NOLFOC.

Vous voulez que je souffre un si Cruel affront, Qui m’imprime à jamais la honte sur le front, Sans temoigner icy combien il m’est sensible ? Hâ ! vous me commandez une chose impossible :

635 Madame, je crains fort qu’en cette extremité Je ne puisse obeyr à vostre Majesté.

115MARIE.

  • 61 1639a et b : “ De cette Elizabeth qui s’efforce à vous nuire ”.
  • 62 1639b : “ Et souffrez ”.
  • 63 1639a et b : “ Donc, ”.

Vous verrez les desseins d’eux mesmes se destruire De celle qui vous ayme & qui n’ose vous nuire61, Un cours si violent ne pourra pas durer,

640 Pour l’empescher de croistre on le doit endurer, Laissez couler ces eaux afin qu’elles tarissent, Endurez62ces excez il faudra qu’ils finissent.

Et63 sans vous ressentir de ce commun affront Qui de mesme qu’à vous me fait rougir le front

645 Si j’ay sur vostre esprit encor quelque puissance, [37]

Qu’elle paroisse icy dans vostre obeissance.

116LE DUC.

  • 64 1639a et b : “ Vos desirs sont les miens, & tant que je vivré ”.
  • cxii L’escalier.

Vos desirs sont les miens, & selon vostre gré64 … Mais de quel bruit confus retentit le degrécxii?

SCENE VI. [MARIE], LE DUC DE NOLFOC, [KENEDE]

117KENEDE.

Sauvez vous Monseigneur, voicy venir le Comte

118MARIE.

650 Quoy, le Comte mon Frere ?

119KENEDE.

Ouy, le voicy qui monte.

120LE DUC.

Hâ Ciel ! je suis perdu.

121KENEDE. [38]

  • cxiii “ Prochain ” a encore au XVIIe une valeur temporelle et spatiale.
  • 65 1639a et b : “ Et venez vous cacher dans nostre apartement ”.

Mesme il s’ose vanter Qu’il ne vient en ces lieux que pour vous arrester, Et dé-ja les Barons pour complaire à leur Reyne

S’assemblent là dessus dans la sale prochainecxiii : 655 Je vous en avertis, sauvez vous promtement,

Et füyez, mais ou fuyr ? car nostre appartement65

122LE DUC.

  • 66 1639a et b : à la place du v. 657 : “ MARIE.
    Approuvez cet avis.
    LE DUC.
    Je ne suis pas si lache ”.
  • 67 1639a et b : “ Non il n’est pas besoing que l’inocent se cache ”.

Outre qu’il ne se peut ; Je ne suis pas si lâche66 ; Et puis il ne faut pas que l’innocent se cache67, Je ne crains point de mal, n’en ayant jamais fait,

660 Et mon cœur est exempt de peur & de forfait, Qui fuit devant son juge est de faute capable, Qui se cache s’accuse, & qui craint est coupable.

Allons plustost luy mettre un poignard dans le sein.

123MARIE.

Ou perdez nous tous deux, ou perdez ce dessein 665 Prouvez moy vostre amour par vostre retenüe,

Que vostre obeissance enfin me soit cognüe ;

N’avancez point ma mort voulant me conserver, Et ne vous perdez point afin de me sauver :

Ce seroit attiser encor plus ceste braize,

670 Et d’une juste cause en faire une mauvaise.

124LE DUC. [39]

Ma generosité cede donc à l’amour.

Je veux vous obeyr jusqu'à mon dernier jour.

SCENE VII. MARIE, LE DUC DE NOLFOC, KENEDE, LE COMTE DE MOURAY, KILLEGRE avec ses Gardes

125MARIE.
A Kenede.

Ne vous esloignez point.

126LE COMTE de Mourray
au Capitaine des Gardes.

Ne sont ils pas ensemble ?

127MARIE.

Aujourd’huy dessus nous tout le malheur s’assemble.

128LE DUC.

675 Madame si je crains, je ne crains que pour vous, Mais le sort va tomber le Comte vient à nous,

Feray-je à ce perfide un accueil honorable ? [40]

129LE COMTE de Mourray
les salüant.

Le Ciel vous soit propice !

  • 68 Didascalie des éditions 1639a et 1639b.

130LE DUC.
Negligemment68.

Et vous soit favorable.

131LE COMTE de Mourray.

Vous visitez souvent la Reyne nostre sœur.

132LE DUC.

680 Il est vray que souvent je reçoy cét honneur,

Mais c’est dessous l’adveu d’un futur Hymenée, Et la permission que vous m’avez donnée

De me joindre avec vous par son afinité Que je viens adorer ceste divinité.

133LE COMTE de Mourray.

685 Ne vous souvient il plus de ce qu’a dit la Reyne Touchant certains êcris dont elle est fort en peyne ?

134LE DUC.

Que la Reyne jamais, ne me souffre à ses yeux, Qu’elle invoque sur moy la justice des Cieux : Qu’â ses severités je serve de victime

690 Si mon cœur fust jamais coupable d’aucun crime,

Si rien que la vertu le rendit amoureux, [41] S’il ne luy fut fidelle autant que genereux,

Ou s’il conçeut jamais une seule pensée…

135LE COMTE de Mourray.

Je sçay comme en tous poins l’affaire s’est passée.

136MARIE.

695 Mon frere (& toutesfois m’est il encor permis D’appeler de la sorte un de mes ennemis) Soubçonnez-vous le Duc d’une action si lache ?

137LE COMTE de Mourray.

Et, ce que je veux bien que tout le monde sçache, Outre qu’il m’est suspect, je vous soubçonne aussy.

138MARIE.

  • cxiv Depuis.
  • cxv Opposé.

700 Je sçay que descxiv long-temps vous me traittez ainsy,

Ce n’est pas d’aujourd’huy que vous m’estes contrairecxv ; Cela me fait douter que vous soyez mon Frere,

Mais peut-estre qu’un jour on verra de tout point L’innocence…

139LE COMTE de Mourray.

Achevez,

140MARIE.

Non, je n’acheve point.

141KILLEGRE, Capitaine des Gardes
s’approchant du Duc.[42]

705 Monseigneur je vous fais, avec beaucoup de peyne…

142LE DUC.

Tu me fais…

143KILLEGRE.

  • 69 1639a et b : “ Je vous fais prisonnier de la Reyne ”.

Prisonnier de la part de la Reyne69.
Ne vous deffendez point.

144LE DUC
Tire son épée.

Toy méme deffens toy.

145KILLEGRE.

J’ay plus de peur pour vous que je n’en ay pour moy.

146LE COMTE DE MOURAY.

Duc rendez luy l’épée.
710 A sa Majestè méme.

147LE DUC.

Il faut que je la rende,

148MARIE.

Helas, que j’apprehende !

149LE DUC
estant saisi, on luy oste l’espée.

  • 70 1639a et b : “ O ”.

Mais je manque de force & non pas de valeur, Ces traistres se sont joints avecque mon mal’heur, O funeste surprise ! ô déplorable chose !

70 mal’heureux effet d’une divine cause ! [43]

715 Presages trop certains ! & trop mal recognus ! Oracles de mon sort ! que ne vous ay-je crus ?

150MARIE.

Hâ, Prince infortuné ! je meurs lors que je songe A l’abyme des maux oû mon amour vous plonge.

151LE DUC.

J’adorerois mes fers, mes maux me seroient dous, 720 Et je les cherirois puisqu’ils viennent de vous,

Mais je crains…

152MARIE.

Quoy ?

153LE DUC.

Je crains que la mort nous separe :

154MARIE.

  • 71 1639a et b : “ Au moins nous nous joindrons par un hymen nouveau ”.

Une pareille peur de mon ame s’empare,

Au moins nous nous joindrons (hymen triste & nouveau)71 Dans le lit nuptial, ou bien dans le tombeau ;

725 Et j’espere du Ciel cette crüelle grace.

155LE DUC. [44]

Souffrez que je vous quitte & que je vous embrasse, C’est peut-estre aujourd’huy pour la derniere fois.

156MARIE.

La douleur me saisit & m’empesche la vois.
Fin du second Acte.

ACTE III. [45]

SCENE I. LE DUC DE NOLFOC, LE CAPITAINE des Gardes

157LE DUC.

Où sont ils assemblez ?

158LE CAPITAINE.

Dans la Chambre prochaine.
730 Vous plaist-il d’y venir, ou que je vous y meine, Car les Barons Anglois…

159LE DUC.

Marche, je suy tes pas, Fay seulement ta charge & ne me parle pas.

SCENE II. [46] LE COMTE DE MOURRAY, [LE DUC DE NOLFOLC], LE COMTE DE KEMT, LE VICOMTE DE HERRIN, LE MARESCHAL DE SHEROBERY, KILLEGRE. les Estats tous en rang

  • 72 1639a et b : “ preside & s’estant levé dit ”.

160LE COMTE de Mourray
preside72.

Venerables Estast, devant vous je proteste Et j’appelle à temoin la Justice celeste,

735 Que si je prens icy cette commission C’est par obeyssance & non par passion.

161LES ESTATS.

Ce discours nous offence & cette excuse est vaine Nous ne murmurons point du chois qu’a fait la Reyne, Et nous cognessons trop quelle est vostre équité

740 Pour ne pas defferer à son authorité.

162LE DUC
devant ses Juges.

  • cxvi Déesse de la Justice.
  • 73 1639a et b: “ chastement ”.

Si parmy vous vivoit cette ancienne Astréecxvi

De nos premiers ayeux saintement73 reverée, [47]

Ou si la veritè vierge fille des ans, Gardoit encor icy ses rayons éclatans.

745 Je pourrois esperer la fin de mes miseres Ayant pour me juger des hommes tres-severes,

Mais que leur jugement me doit donner d’effroy Puis qu’en eux ces vertus sont éteintes, pour moy, Comment aurois-je aussy ny grace ny refuge

750 Si mon accusateur est mon souverain juge, Et puis qu’Elizabeth a tout expres commis Pour me charger de fais mes autres Ennemis. Je me soumets pourtant â leur decret auguste

Encore que l’effet n’en puisse estre qu’injuste.

163LE VICOMTE de Herrin.

755 Je suis pour l’innocence & le Ciel m’est témoing Que j’ay de la justice un particulier soing ;

Je vous le fis parestre au procez de Marie Sa derniere esperance estoit dé-jà perie,

Quand j’entrepris sa cause, & genereusement 760 Remis en sa faveur l’ordre du jugement,

Sous le fais des Ennuis cette Reyne accablée

N’attendoit que la mort, apres nostre assemblée ; Dé-jà les Puritains & les Lutheriens

Recouroient pour la perdre aux extremes moyens, 765 Mais contre son espoir & contre leur attente,

Je la leur fis à tous declarer Innocente.

164LE DUC. [48]

  • cxvii Elles sont cousines éloignées : Elisabeth est la fille de Henri VIII, Marie fille de Jacques V, lui (...)
  • cxviii Le mot possède ici le sens de meurtrier ; ce sens, conservé pour l’adjectif, a été abandonné depuis (...)
  • cxix Comprendre de n’avoir point de faute.
  • 74 1639a et b : “ Jusqu’à ”.
  • cxx Emploi consécutif, que l’on attendrait de voir corrélé à un “ si ” précédant “ lâche ” (N. Fournier (...)
  • 75 1639a et b : “ Jusqu’à ”.
  • 76 1639a et b : “ Et me rendre Cruel ”.

Helas ! il m’en souvient, cette Princesse aussy Estoit au mesme estat où l’on me void icy,

Sa Sœurcxvii qui desiroit la rendre criminelle 770 M’avoit sollicité de déposer contr’elle,

Jurant de satisfaire à mon ambition

Et d’augmanter l’eclat de ma condition. Hâ ! si j’eusse écouté cette cruelle Reyne Mon innocence icy ne seroit pas en peyne,

775 Et celuy qu’on a vû sur un thrône si haut

Ne craindroit pas l’horreur d’un funeste échafaut Au reste je parois devant mon homicidecxviii Coupable seulement de n’estre pas perfide,

Je me dois estimer bien-heureux en ce point

780 Que ma plus grande faute est de n’en avoir pointcxix,

Et je puis me vanter qu’Elizabeth s’anime

Du crime que j’ay fait d’avoir vécu sans crime, Car, puisque ma vertu l’avoit bien sçeu fâcher Afin de luy complaire il me falloit pécher.

785 Mais mon ame est Royalle & ne fut jamais lâche Que de74cxx soüiller mes jours d’une pareille tache, Et de75 perdre par lâ le nom de genereux,

En me rendant cruël76 pour devenir heureux. Ce seroit (sans avoir ny courage ny honte)

790 Vivre en l’impieté de méme que ce Comte,

Qui fait gloire de perdre une adorable sœur Pour estre de ses biens Injuste possesseur.

165LE COMTE DE MOURAY. [49]

  • 77 1639a et b : “ tâchez de ”.
  • cxxi Emploi intransitif signifiant “ inciter ”, relevé par Furetière.

Brisez-là ce discours, & songez à77 respondre Aux accusations dont je vay vous confondre.

795 Je dy premierement que vostre ambition A suscitécxxi le peuple à la sedition.

Que vous avez priè de réveiller la guerre Les ennemis jurez de l’Estat d’Angleterre. Je vous accuse encor, avec juste raison,

800 D’avoir contre la Reyne employé du poison, D’avoir écrit souvent au Comte de Clocestre…

166LE DUC.

Crimes qui ne sont pas & qui ne peuvent estre.

Hâ Seigneur tu le sçais toy qui lis dans mon cœur ! Mais doy-je plus long-temps souffrir cet imposteur ?

167LE MARESCHAL de Sherobery.

805 Il est dé-jà confus…

168LE COMTE DE KEMT.

Escoutons je vous prie

169LE COMTE de Mourray
continüe.

D’avoir presté main forte à la Reyne Marie, Et fait lever des gens expres à ce dessein

Qu’un amour fur ieux vous mettoit dans le sein.

170LE DUC.

  • 78 1639a et b : “ le maistre ”.

Ce fut vostre parole en qui j’eus confiance

810 Qui me fit esperer son illustre alliance, [50] Et vous avez vous mesme allumé le flambeau

Qui peut estre joindra deux moitiez au tombeau : Mais pour mieux établir vos sanglantes maximes Il n’estoit pas besoin de supposer ces crimes,

815 Vous deviez seulement me condamner à mort, Puisque l’on vous a fait arbitre78 de mon sort.

171LE COMTE de Mourray.

Vous ne répondez pas…

172LE DUC.

Faut il que je réponde
Apres la plus enorme imposture du monde ?

Ouy, Comte, mes forfaits meritent le trépas ;

820 Et j’en ay tant commis qu’il ne m’en souvient pas.

173LE COMTE de Mourray.

Voyez, sans y penser il confesse sa faute.

174LE COMTE DE KEMT.

Nous l’avons trop oüy ? Capitaine qu’on l’oste.

175LE COMTE de Mourray.

  • 79 1639a et b : “ un ”.

Esloignez-le de nous, afin que promtement Je puisse prononcer son79 dernier jugement.

176LE DUC. [51]

  • cxxii Cette prédiction proférée par le persécuté est reprise par D’Aubignac dans sa Pucelle d’Orléans : l (...)

825 Inique jugement ! qui vous sera funeste

Si Dieu preside encor sur le trosne celeste. Ecoutez cependant quel sera vostre sort !

Ma perte vous perdra, vous mourrez par ma mort ;

Cent testes renaistront d’une teste couppée,
830 La vostre tombera la mienne estant frappée :

Et le glaive du Ciel, juste effroy des meschans, Fera passer vos jours par les mesmes tranchans. Voilâ vostre destin que j’ose vous predirecxxii.

177LE COMTE de Mourray.

178Il a perdu le sens, il faut le laisser dire.

SCENE III. LE C. DE MOURRAY, LE C. DE KEMT, LES ESTATS, LE MARESCHAL DE SHEROBERY, LE VICOMTE DE HERRIN80

  • 80 Cette division scénique, présente dans les éditions 1639a et 1639b, a disparu dans la version de 16 (...)

179Les Estats
se levent.

  • cxxiii Comprendre “ prêt à ”.

835 Comte nous sommes prests decxxiii vous donner nos vois.

  • cxxiv Comprendre “ suffrages ”. L’expression “ aller aux opinions ” est donnée par Furetière.

180LE COMTE de Mourray
Va aux opinionscxxiv.

Pour le juger à mort il sufira de trois.

181LE VICOMTE de Herrin.

O déplorable Prince ! encor plus déplorable, Que pour sauver autruy tu te rens miserable, Miserable ! au contraire un sort jamais plus beau

840 Ne pouvoit preserver ta gloire du tombea

182LE MARESCHAL de Sherobery. [52]

On attend vostre vois.

183LE VICOMTE de Herrin.

  • 81 1639a et b : “ Sans doute la justice, y souffre trop d’injure ”.

Je n’y sçaurois conclure, Ni faire à la Justice une si grande injure81,
Le Duc est innocent…

184LE COMTE de Mourray.

Si cela vous déplaist,

Je ne laisseray pas, de prononcer l’arrest.

  • 82 1639a et b : “ Il se rassied & parle

185Il se rassied82.

  • cxxv Anaphorique de “ l’arrêt ”.

845 Puisque tous les Estats lecxxv treuvent legitime J’ordonne que son sang lave aujourd’huy son crime.

LE VICOMTE de Herrin

  • 83 1639a et b : “ mécontens ”.

Hâ Comte, cette playe est pour durer long-temps,

Les peuples qui l’aymoient en seront mal-contens83 ; Cette execution est un peu tyrannique,

850 Et je prevoy de là quelque accident tragique :

Et ce coup qu’â vos mains malgré moy je permets, Dessus nos successeurs doit saigner à jamais.

SCENE III.84 [53] LE DUC DE NOLFOC. Ses domestiques. MELVIN, LE CAPITAINE DES GARDES, LE VICOMTE DE HERRIN

  • 84 Dans les éditions 1639a et 1639 b : cette scène est la quatrième, et Melvin et le Vicomte de Herrin (...)

186LE DUC.

  • 85 1639a et b : “ há ”.
  • cxxvi Signifie “ vainc ”.

Donc, il faudra qu’un jour nos neveux pleins de gloire

Treuvans de mes malheurs la deplorable histoire,
855 Afin de me troubler encor dans le tombeau,

Lisent, Ce Duc mourut par la main d’un bourreau. Ne suis-je descendu de tant d’illustres Princes

Qui tinrent sous leurs lois mille grandes Provinces, Et n’ay-je pris naissance en un degré si haut

860 Que pour perdre le jour dessus un eschafaut ?

Quoy donc, ne m’a t’on vû second Mars à la guerre Proteger la grandeur de l’Estat d’Angleterre ?

Qu’afin qu’Elizabeth, jalouze de mon bien,

Versast apres, mon sang, qui deffendit le sien, [54] 865 Hâ triste recompense, ô85 desespoir ! hâ honte :

C’en est fait, à ce coup la douleur me surmontecxxvi.

187A ses domestiques.

  • cxxvii Le nom et son complément sont éloignés, il faut restaurer l’ordre de la phrase ainsi : “ Si vous ga (...)
  • 86 1639a et b : “ O ”.

Au moins, vous qui jadis fustes mes officiers Deplorables témoins de mes regrets derniers ! Si vous gardez encor à servir vostre Maistre

870 Cette ardeur qu’autrefois vous luy fesiez paraistrecxxvii : Ou, si quelqu’un de vous par inclination

Conserve encor pour moy la moindre affection, Qu’il m’assiste au besoin, & que dessous sa lame Je rende entre ses bras le sang avecque l’ame.

875 Quoy lasches vous n’osez ! ô cruelle pitié !

86 service infidelle, ô funeste amitié !

188LE CAPITAINE des Gardes.

Monsieur, on nous attend, songez à vous resoudre.

189LE DUC.

  • 87 Dans les éditions 1639a et 1639b, les vers 886 et 887 sont : “ Augure du danger qui menaçoit ma vie (...)
  • cxxviii Comprendre “ depuis que ”.
  • cxxix Dans cette scène, le Duc invoque de plus en plus clairement Dieu, et il adopte progressivement l’at (...)
  • 88 Dans l’édition 1639a, le vers 896 est : “ Il n’est de destins ny de fatales seurs ” ; dans l’éditio (...)

Há Ciel ? si j’expirois sous les coups de ta foudre ? Terre, si tu m’ouvrois ton flanc dessous mes pas ?

880 Je serois glorieux, mesme par mon trépas.

Mais nos vœux sont sans fruit, je voy bien que nous sommes Abandonnez des Cieux, de mesme que des hommes,

Tout est sourd à nos cris, il nous faudra mourir

Sans qu’une noble fin nous vienne secourir. [55] 885 Tu m’as predit ces maux adorable Marie !

D’un Prince infortuné trop & trop peu cherie, Pour estre plus heureux, mon ame, je devois87 Suivre de point en point l’oracle de ta vois,

Mais quoy ? le sort vouloit, qu’aujourd’huy je perisse, 890 Et que ce fust encor par un honteux supplice,

Mes jours estoient contez, devantcxxviii qu’on me vist né

Sous l’auspice fatal d’un Astre infortuné. Pardonne moy pourtant, ô supreme puissancecxxix, Si je blaspheme icy contre ta cognoissance,

895 Il n’est point de destins qui fassent nos douleurs88 Mes fautes seulement ont causé mes mal’heurs. J’ay merité la mort puisque tu me la donnes

Ta main en me frappant me monstre deux Couronnes,

J’en recevray le coup, mais genereusement,
900 Je ne pouvois mourir plus glorieusement :

Courons donc à la mort qui nous parest si belle, Et ne la fuyons point puis-qu’elle nous appelle.

190LE CAPITAINE des Gardes.

Enfin il s’y résout.

191LE DUC.

Voy, clair flambeau du jour Sur l’autel du trespas des victimes d’amour.

905 Adieu Marie, adieu, merveille sans seconde,

Adieu, toute la gloire & l’ornement du monde ! [56]

Beau miracle d’amour & de fidelité ! Prodige sans pareil de generosité !

Amis, quelqu’un de vous veuille prendre la peyne 910 D’adoucir les ennuis de cette grande Reyne :

Et luy face sçavoir qu’en me privant du jour Elizabeth n’a pû, me priver de l’amour.

SCENE IV89. MELVIN, LE VICOMTE DE HERRIN

  • 89 1639a et b : scène 5.

192LE VICOMTE DE HERRIN.

  • cxxx Cette réplique de Herrin est intéressante : elle inscrit l’injustice présente dans une chaîne tempo (...)

Ne verrons nous jamais apres tant de miseres

Les vertus qui vivoient aux siecles de nos Peres ?

915 Hâ sang ! hâ pieté ! Rare ornement de Rois !

Sainctes filles du Ciel, inviolables lois ! Toutes à l’âge d’or autresfois si cognuës,

En cet aage de fer qu’estes vous devenuës ?cxxx Que vous n’aydez un Prince â nul autre pareil,

920 Mais le plus mal’heureux qui soit sous le Soleil, [57] Helas dans ce heros on vâ mettre par terre

La force & le soustien de toute l’Angleterre. Y repensant je pasme & mon esprit ressent Plus d’atteintes de mort que ce jeune innocent. Sa fidelle moitié, triste & mourante Reyne M’a prié de le voir en sa derniere peyne,

193MELVIN.

  • 90 1639a : “ du ”.
  • cxxxi Erreur intéressante : Regnault semble transposer la situation en France. Est-ce à dire que le paral (...)
  • 91 Les vers en rouge (non décomptés) apparaissent dans l’édition 1639a. Ils sont absents de la version (...)

L’eschafaut est dressé dedans la basse-Cour Et je croy que le Duc est sorty de la Tour,

Car j’ay veu pres le90 Louvrecxxxi un peuple qui consulte De faire en sa faveur exciter le tumulte91.

194MELVIN.

Allons à ce spectacle & d’un courage franc Respandons devant tous des larmes sur son sang.

SCENE VI92. LE COMTE DE KEMT. LE COMTE DE MOURRAY

  • 92 Cette scène 6, présente dans les éditions 1639a et b, est supprimée en 1641.

195LE COMTE DE MOURRAY.

196Ha ! que ma faute est grande & que je suis coupable, Que le Duc estoit juste & qu’il est regretable

Que son cruel Arrest me rend peu satisfait

Et que j’ay de témoins du crime que j’ay fait.

197LE COMTE DE KEMT.

  • cxxxii Signifie ici “ réussir ”.

Au contraire par vous l’Ennemy de la Reyne

Va parestre aujourd’huy sur la sanglante Sceyne, Tous succedecxxxii à vos vœux tout vous vient à souhait Et vostre ambition vâ toucher son effet.

Il reste seulement qu’une main plus hardie

Face l’acte dernier de vostre Tragedie

Et mesle au sang du Duc celuy de vostre sœur.

198LE. C. DE MOURRAY.

  • cxxxiii Mourray comprend la teneur tragique de son geste en semblant prendre conscience que la proximité fa (...)

O Sœur, ô Frere, ô sangcxxxiii.

199LE C. DE KEMT.

Vous changez de couleur ?

D’où vient ce changement ? quel si triste presage Altere la beauté de ce sacré visage ?

Et quel sujet de crainte ou vostre sort soit peint Fait succeder les lis aux roses de ce teint.

200LE C. DE Mourray

Moy mesme je me jette en ce peril extreme

Moy mesme je deviens l’assassin de moy mesme, De la terre & du Ciel j’attire le courrous

Perdant un innocent, un Prince aymé de tous. Mon cœur espouvanté par un sinistre augure Me predit par sa mort ma ruine future.

Je treuve sous sa tombe un precipice ouvert Il perit par ma faute & sa perte me pert,

201LE C. DE KEMT.

Guerissez cette playe ou vostre ame est blessée, Bannissez ces frayeurs loing de vostre pensée,

Ne songez point aux maux que vous devez avoir On ne void que trop tost ce que l’on craint de voir.

Et puis vostre bonheur vous deffend de vous plaindre, Tout vous rit en ces lieux que pouvez vous y craindre ?

202LE C. DE Mourray.

Une apprehension se glisse dans mon cœur Et je crains sans sçavoir le sujet de ma peur.

SCENE V93. MARIE, [KENEDE]

  • 93 1639a et b : scène 7.

203MARIE.

  • 94 1639a et b : “ trompeuse ”.
  • cxxxiv Signifie “ distribuer, faire quelque gratification ”.
  • 95 1639a et b : à la place des vers 941 et 942 : “ Et je ne gouste point une douceur entiere / Qui ne (...)
  • cxxxv Comprendre la pire attaque.
  • cxxxvi Dieu.
  • 96 1639a et b : à la place des vers 949 et 950 : “ Le Vicomte devroit me tirer de mes peines / Et m’en (...)

Que nos felicitez sont de peu de durée !

Et que la jouyssance en est mal asseurée !

Qu’avec peu de raison les superbes humains

Souhaitent de se voir des Sceptres dans les mains !

Il ne me reste plus que la seule mémoire

930 Des specieux respects d’une Pompeuse94 gloire,

Mes honeurs inconstans & mes biens incertains

Comme un fleuve courant, s’ecoulent de mes mains,

Mon bon-heur est un feu que l’air fait disparaistre,

Un astre qui s’eclipse en commançant de naistre,

935 Et tous ces faux brillans dont on m’a vû joüyr

N’esclairoient autresfois qu’afin de m’eblouyr.

Ce mal n’est pas nouveau ; depuis l’heure premiere [58]

Que mes yeux en naissant receurent la lumiere,

Depuis le triste jour qui me fit respirer

940 Je n’ay presque jamais cessé de souspirer,

Si le Ciel me départcxxxiv quelque faveur entiere Il en fait de mes pleurs la funeste matiere95

Mes plus chastes plaisirs sont meslez de douleurs

Comme l’espine est jointe aux plus aymables fleurs

945 Mille accidens nouveaux incessamment m’arrivent

Et mes adversitez comme flots s’entresuivent.

Mais s’il faut que le Duc souffre pour moy la mort, Voilà le pire trait cxxxvque m’ait lancé le sort.

Le grand Maistrecxxxvi a promis de terminer mes peines,

950 M’en venant annoncer les nouvelles certaines.96

204KENEDE.

Madame, le voicy, mais un si triste abord…

205MARIE.

Hâ, je n’en doute plus, c’en est fait, il est mort.

SCENE VI97. MARIE, KENEDE, [MELVIN]98. [59]

  • 97 1639a et b : scène 8.
  • 98 1639a et b : c’est le Vicomte de Herrin qui est présent, et non Melvin.
  • 99 1639a et b : Melvin.

206MELVIN99

Ouy Madame il est mort, mais il est mort en Prince
Avec que les regrets de toute la Province,
955 Et dans ce lieu sanglant tesmoing de nos douleurs

  • 100 1639a et b : me.


Ses plus grands ennemis ont respandu des pleurs, Il a paru constant, & ce qui plus nous touche 100
C’est qu’il a toujoúrs eu, vostre nom à la bouche,

  • cxxxvii La constance et l’absence de résistance au bourreau sont les qualités les plus importantes du marty (...)
  • 101 1639a et b : tremblante.

960 Qu’il a fait (mesprisant les horreurs du tombeau) Bien moins de resistance au glaive du bourreaucxxxvii,
Que n’en fait à nos dois une naissante101 feuïlle
Ou quelque jeune fleur à la main qui la cueïlle.
Et qu’on n’a rien pû voir en ce divin espoux
Ny d’indigne de luy, ny d’indigne de vous.

  • 102 Didascalie des éditions 1639a et 1639b, absente de la version de 1641.

207Marie tombe sur son lit evanoüye102.

  • 103 Didascalie des éditions 1639a et b, absente de la version de 1641.

208KENEDE
la soutenant103.

  • cxxxviii Escaliers.
  • 104 Les vers en rouge (non décomptés) apparaissent dans les éditions 1639a et 1639b, ils sont absents d (...)

965 Faites parestre icy les vertus de vostre ame Et si vous le pouvez consolez vous Madame,

La mort quoy que sans yeux ne se trompe jamais

Elle conte nos jours aussi-tost qu’ils sont fais. [60] Nous montons dans les Cieux par ces degrezcxxxviii supremes,

970 Pour nous y couronner de mille diademes,

C’est un sort general que tout doit encourir

Il ne faut jamais naistre ou bien il faut mourir. Ce seul genre de mort nous la rend odieuse, Mais l’innocence aussi nous la rend glorieuse ; Et ceux qui des vertus ont marché sur les pas Comme faisoit le Duc, ne la redoutent pas104.

  • 105 Didascalie des éditions 1639a et 1639b, absente de la version de 1641.

209MARIE
revenüe à soy105.

  • 106 1639a et b : l’ordre des vers 973 et 974 est échangé : “ Há deplorable Prince ! hâ Reyne infortunée (...)
  • 107 1639a et b : “ Et la perte du Duc
  • cxxxix A cause de moi.
  • 108 1639a et b : “ Et qu’à jamais ”.

Hâ tragiques amours ! hâ sanglante Hymenée ! O deplorable Prince ! ô Reyne infortunée !106

975 Je pers le nom d’épouse avant que de l’avoir Et ta perte â jamais107 m’en oste le pouvoir. Monarque de mon cœur ! â qui les destinées Tranchent à mon sujetcxxxix le fil de tes années Si mesme apres la mort tes amoureux esprits

980 Gardent les chastes feux dont ils furent espris S’ils en ont la memoire & si leurs ombres vaines,

Ont encor quelque soin des affaires humaines. S’il se peut que du Ciel tu sçaches mes ennuis Tire moy de l’estat où tu vois que je suis.

985 Fay que dans peu de temps nos veuvages finissent,

Et qu’en mourant108 nos corps & nos ames s’unissent ! Au nom des sacrez nœuds qui joignoient nos deux cœurs Et des yeux qu’autresfois tu nommois tes vaincoeurs.

Ou si par ton secours je ne cesse de vivre

990 Je sçauray bien treuver le moyen de te suivre.

Nous descendrons ensemble en un mesme tombeau, Et l’amour devant nous portera son flambeau.

210[Fin du troisiesme Acte.]

ACTE IV. [61]

SCENE PREMIERE. ELIZABETH, LE C. DE KEMT, LE MAR. de Sherobery

211ELIZABETH
sur le Trône.

  • cxl Comprendre je me demande si je suis éveillée.

Le Comte Assassiné ! … Je doute si je veille cxl, Au funeste rapport que me fait mon oreille.

995 Le Comte assassiné…

212LE C. DE KEMT.

Mes yeux, mes tristes yeux Ont vû priver les siens de la clarté des Cieux.

213ELIZABETH.

  • 109 1639a et b : “ Hâ ”.
  • 110 1639a et b : “ deplorable ”.

Hâ sensible nouvelle, &109 perte regretable110 !

Mais est elle certaine ?

214LE C. DE KEMT. [62]

Elle est trop veritable Et se cognoist assez aux pleurs que je répans.

2151000 ELIZABETH.

  • 111 1639a et b : à la place du vers 1001 : “ Hâ que nos ennemis cherirons leur defaitte
  • cxli Comprendre Puisqu’ils se sont vengés, leur défaite n’est pas totale.

Hâ que nos ennemis riront à nos dépans !

Et qu’ils auront sujet de cherir leur deffaite111 ! Puisque s’estant vangez elle n’est qu’imparfaitecxli

Le Duc n’est pas à plaindre en son tragique sort

Puisque le sang du Comte a reparé sa mort.

1005 Si la Grece perdit autresfois un Achille

En ce fidelle Prince aujourd’huy j’en pers mille.

Mais faites nous sçavoir quel mal’heur sans pareil

A ravy la lumiere à ce jeune Soleil.

216LE C. DE KEMT.

  • 112 1639a et b : “ O ”.
  • 113 1639a et b : “ Et je croy qu’aujourd’huy ”

Le Duc, jugé par nous, est conduit au supplice

1010 Où le peuple confus à la foule se glisse,

Et du murmure long d’une commune vois Dit qu’il a merité la rigueur de nos lois.

Tous s’assemblent autour, de ce triste Theatre

Comme pour voir des jeux, ou bien pour voir combatre,

1015 Le Comte toutesfois en détourne ses pas,

Et n’ose estre témoin d’un si juste trépas. Outre que la vertu de ce vaillant courage S’ébranle par l’horreur d’un sinistre presage,

Et sans avoir cognu le sujet de sa peur, [63]
1020 Redoute le peril d’un incertain mal’heur.

Assez mal assistez, nous allons de la sorte Où, sans aucun desir, notre desir nous porte ;

Lors qu’à diverses fois j’entens autour de nous Donner avec fureur & recevoir des coups.

1025 C’estoient des gens armez qui querelloient les nostres

Une trouppe Ecossoise y paressoit entr’autres. Nous courons dessus eux mais malgré nos effors Ces traistres assassins demeurent les plus fors. Le Comte qui s’avance afin de les poursuivre

1030 (Hâ112 triste souvenir) cesse dé-jà de vivre, Atteint de mille coups il tombe renversé J’approche & je le vois plustost mort que blessé. Ayant fait un grand bruit en trébuchant par terre

Comme un chéne abbatu sous l’effort du tonnerre.

1035 Là jettant un sanglot où son ame s’enfuit

Ses yeux se sont couvers d’une eternelle nuit. Ne pouvant rechercher de secours plus utile, Moy-méme j’avertis les gardes de la Ville Chacun d’eux aussi-tost precipite ses pas

1040 Sur les lâches autheurs de ce cruel trépas,

Et je croy que dans peu113 plusieurs de leurs complices Doivent estre envoyez aux extremes supplices.

Voila comme il est mort.

217ELIZABETH.

  • cxlii Raccourcir.

Hâ quelle Cruauté

Se rendra comparable à leur déloyauté ! [64] 1045 Sus ! que pour accourcircxlii leurs mal-heureuses trames,

On prepare des fers, des poisons & des flames. Qu’on face de leur vie un renaissant trespas S’il se peut que la mort ne les previenne pas ;

Et qu’aux Manes du Comte ils servent de victimes,
1050 Encore tous ces maux sont moindres que leurs crimes,

Et je dois inventer quelque nouveau tourment Qui se puisse égaler à mon ressentiment.

En ce triste accident dont le recit m’irrite

La fureur me saisit, la clemence me quitte.

1055 Et le corps de ce Prince…

218LE C. DE KEMT.

  • cxliii Sous-entendu “ pompe funebre ”.
  • cxliv Frayeurs.

On le void icy pres Dans sa pompecxliii derniere entouré de Cypres, Là parmy les regrets que sa perte nous donne

Il reçoit des honeurs dignes de sa personne. Au reste le succès de ce nouveau mal-heur

1060 Rend encor plus suspects les desseins de sa sœur, Mais elle prendra part aux communes allarmescxliv Son sang dans peu de temps reparera nos larmes, Et les estats émeus par sa deloyauté

Luy feront ressentir la méme cruauté.

219ELIZABETH.

  • cxlv “ Tant plus […] d’autant plus ” mis pour “ plus […] plus ”.
  • cxlvi Nous avons déjà vu que cet argument est capital chez les apologistes : la mort de Marie est sacrilè (...)

1065 Tant pluscxlv je considere une telle entreprise, D’autant plus, mon esprit se change & se divise ;

Méme le coup d’estat que ma main entreprend [65] Me semble dangereux, à cause qu’il est grand.

Sa mort assurement produisant ma ruine
1070 Armeroit contre moy la vengeance divine,

Et je reçoy du Ciel par ce dernier trépas Un advertissement de ne la perdre pas.

Non, non n’ecoutons plus la hayne qui nous porte A voir d’un œil contant cette Princesse morte

1075 Gardons bien d’exciter le Celeste courrous,

Et pensons qu’elle est Reyne aussy bien comme nous, Reprenons la douceur trop long-temps oubliée

Au moins considerons qu’elle est nostre alliée ; Que trois estats entiers ont ployé sous ses lois,

1080 Et qu’elle est Fille & Sœur, Mere & veufve de Roiscxlvi.

  • 114 Cette réplique, des vers 1081 à 1092, est absente de l’édition 1639a

220LE MARESCHAL de Sherobery114.

  • cxlvii Alliés naturels des catholiques.
  • cxlviii Renvoie à l’Empire d’Allemagne.
  • cxlix Les Armes de Flandres et de Hollande comportent des lions. Il faut donc comprendre que même les all (...)
  • 115 1639b, à la place des vers 1087 et 1088 : “ Les Princes de Lorraine & les Princes Guysars / Armeroi (...)
  • cl Les léopards figurent sur les armoiries de l’Angleterre.
  • cli Cette réplique, absente dans la première édition, extériorise le dilemme d’Elisabeth : elle permet (...)

Si vous ensanglantiez son sacré diademe,

Cette hydre par sept fois renaistroit de soy-mesme, Et peut-estre sa mort tireroit apres soy

La perte de nos loix & celle de la foy,
1085 Les troupes de la France, & les flottes d’Espagnecxlvii,

Couvriroient de soldats l’une & l’autre campagne, Et tous vos alliez dessous leurs estendars

Joindroient Aiglecxlviii & Lionscxlix contre vos Leopars115cl. Mais je ly dans vos yeux que la pitié vous touche,

1090 Sus donc, qu’un juste arrest sorte de vostre bouche, Madame executez le genereux dessein

Que Dieu mesme sans doute inspire en vostre seincli.

221LE C. DE KEMT. [66]

  • 116 1639a et b : “ damnable ”.

Quoy, Madame, à present que sa fuite s’appreste Pouvez-vous épargner cette coupable teste ?

1095 Vous fachez vous si peu pour un Crime si grand ? Hâ, quittez la tendresse ou vostre esprit se rend, Domptez ce sentiment d’amitié, qui vous dompte, Vangez-vous, perdez-là, sans en avoir de honte : Et pour vous mieux servir de semblables moyens

1100 Voilez vos yeux, afin que l’on ferme les siens. Conservez par sa mort vostre puissance auguste, Et soyez moins huma ine afin d’estre plus juste. Ne vous souvient-il plus du dangereux116 dessein Que son perfide Amant avoit dedans le sein ;

1105 Si nous l’eussions permis vous eussiez vû parestre Le Comte d’Arondel & celuy de Clocestre,

La Tamise eust tremblé dessous leurs avirons Toute l’Isle eust gemy dessous leurs esquadrons. Sans le Ciel qui vous ayme & qui nous favorise

1110 Ils eussent achevé cette grande entreprise,

Et vos tristes sujets n’auroient plus aujourd’huy Si je n’eusse estè crú, de Reyne, ny d’appuy.

Cette affaire à present vous touche & nous regarde, Cherissez vostre vie, afin qu’elle nous garde.

1115 Et puisque nostre espoir ne dèpand que de vous Táchez en vous sauvant, à nous conserver tous : Ou, si vous mesprisez l’ávis que je vous donne,

Je crains pour l’Angleterre & pour vostre personne,

Il est temps d’y penser. [67]

222ELIZABETH.

  • clii Comprendre bien qu’il soit cruel et sanglant. Ce vers illustre la position très paradoxale d’Elisab (...)

Vostre conseil me plaist
1120 Je l’ayme tout sanglant & tout cruël qu’il estclii,

Je cede à vos raisons, & je veux à cette heure Puisque vous le voulez que la Princesse meure. Prononcez luy l’Arrest & faites que demain L’on mette à cet ouvrage une derniere main,

1125 Puisque pour mon salut sa perte est necessaire Je n’y resiste plus, ne le pouvant plus faire : Toutesfois mon Genie à qui rien n’est secret Sçait que j’en ay dans l’ame un extreme regret.

223LE C. DE KEMT.

  • 117 1639a et b : “ orgueilleux”.
  • 118 1639a et b : “ Finira bien plus tard que la posterité ”.

Ces obstacles ostez vous n’aurez rien à craindre
1130 Au trosne de Marie où vous allez attaindre.

Le Demon des Anglois sera toujours vainqueur Et les astres pour vous n’auront point de rigueur, Le temps qui des vertus efface la memoire N’obscurcira jamais vostre immortelle gloire :

1135 Et l’Empire fameux117 de vostre Majesté, Se rendra bien plus tard à la posterité118.

SCENE II. [68] MARIE, KENEDE. MELVIN119

  • 119 Melvin est absent dans l’édition 1639a.
  • 120 Cette didascalie est de l’édition 1639a, elle n’apparaît pas dans les deux suivantes.

Vestües de dueil dans une chambre tendüe de noir120

224MARIE.

  • 121 1639a et b : à la place des deux derniers vers : “ Non, je ne sçay que trop, sous quelle destinée / (...)
  • 122 Entre les vers 1137 et 1138, les éditions 1639a et 1639b intercalent un vers : “ J’y reve incessamm (...)
  • 123 1639a et b : le vers 1140 n’apparaît pas.
  • 124 1639a et b : à la place du vers 1141 : “ Voilà que mon cher Duc à moy se represante ”.
  • 125 1639a et b : à la place du vers 1142 : “ Son image depuis en tous lieux m’epouvante ”.
  • 126 1639a et b : à la place du vers 1143 : “ Son corps pale & sanglant parest à decouvert ”.
  • 127 Les vers en rouge (non décomptés), qui sont des éditions 1639a et 1639b, sont absents de la version (...)

Je sçay par quelle fin doit estre terminée

De mes mal’heureux jours la suite infortunée121 122; Songeant aux tristes lois du severe destin

1140 Voilà que, pour presage & mortel & certain123,

Mon cher Duc, ce me semble, à moy se represante124, Son image en tous lieux me suit & m’epouvante 125; D’un long crespe de dueil son visage est couvert126

Dans les flots de son sang sa belle ame se pert.

1145 Et des yeux de l’esprit je voy dessus sa playe,

De ma prochaine mort l’apparence trop vraye Mais quel temoing faut il des maux que je prevoy Que l’avertissement qu’en songe j’en recoy.

Les prestres étonnez par un facheux auspice,

(Ce me semble) ont quitté le divin sacrifice ;

Et pour m’assurer mieux de mes derniers malheurs, La statüe ebranleé à repandu des pleurs :

Le temple en á gemy, plusieurs coups de tonnerre Sous mes piez chancelans ont fait trembler la terre ; Du sang à rejally de l’autel sur mes mains

Et les flambeaux sacrez trois fois se sont estains.

Puis je sçay que deja ma sentence est donnée Et qu’à mes ennemis je suis abandonnée127. Mais je n’ignore pas qu’il faut se préparer

A recevoir les traits que l’on ne peut parer.

  • 128 1639a : Cette réplique est de Kenede. Elle s’enchaîne avec les vers 1155 et suivants.

225MELVIN128.

Madame, esperez mieux, je viens tout au contraire,
1150 Vous annoncer la mort du Comte vostre frere

Ce Prince injurieux a suivy vostre épous,
[69] Et le glaive du Ciel a frappé devant tous

Le sacrificateur, avecque la victime,

L’un par un châtiment & l’autre par un crime.

226KENEDE.

1155 Vous aurez â ce jour la fin de vos douleurs,

Mais, ou mon œil se trompe, ou vous jettez des pleurs, En cet heureux mal’heur que le sort vous envoye,

Ne pleurez point Madame, ou bien pleurez de joye. Le Comte, dont la perte a vangé vostre espous,

1160 Meritoit la rigueur du celeste courrous.

227MARIE.

Il est vray que le Comte estoit mon adversaire, Et mon persecuteur ; mais il estoit mon frere. Le recit de sa mort me donne de l’effroy,

Et j’ay pitié de luy, qui n’en eut point de moy.

228KENEDE.

1165 On vient vous interrompre, ô Ciel! j’ay l’ame attainte
Par la soudaine horreur d’une mortelle crainte.

SCENE III. [70] MARIE, KENEDE, MELVIN129, [AMIAS PAULET]

  • 129 Absent dans l’édition 1639a.

229AMIAS PAULET.

Madame,

230MARIE.

Que veux tu ?

231AMIAS PAULET.

Vos juges assemblez…

  • 130 Didascalie des éditions 1639a et 1639b, absente de la version de 1641.

232KENEDE.
à l’ecart130.

Ma frayeur continüe & mes sens sont troublez

233AMIAS PAULET.

  • 131 1639a et b : “ demandent à ”.

Desirent de131vous voir de la part de la Reyne.

234MARIE.

  • cliii “ Prompt à rendre service, obligeant ” : l’emploi est bien sûr ironique
  • cliv Comme le duc, à l’approche de la mort, Marie adopte le langage des martyrs, exprimant son vœu de mo (...)

1170 Je ne meritois pas qu’ils prissent cette peyne, Mes juges envers moy sont bien officieuxcliii De me rendre visite en de si tristes lieux.
Vá leur dire pourtant que je suis toute preste
A quoy que leur pouvoir ait destiné ma teste. [71]
1175 O favorable jour ! ô jour trop attendu,
Où mon premier estat me doit estre rendu,
Je sors de deux prisons en sortant de la vie cliv.

Helas.

235KENEDE.

Quoy, vous pleurez, me portez vous envie ?

236MARIE.

Sçachez que ce trespas qui me tire des fers 1180 Me redonne le Sceptre & le jour que je pers,

237KENEDE.

Et qu’une mort injuste est toujours honorable.
Ah vertueuse Reyne !

  • 132 En 1639a, cette réplique est attribuée à Kenede, à la suite du premier hémistiche du vers 1182.

238MELVIN132.

  • 133 1639a et b : “ hâ ”.

O133 constance admirable !

SCENE IV. [72] MARIE, LE C. DE KEMT, LE MARESCHAL DE SHEROBERY, LE VICOMTE DE HERRIN134, Les Estats, Le Capitaine des Gardes. KENEDE, MELVIN135

  • 134 Absent en 1639a.
  • 135 Absent en 1639a et b.

239LE C. DE KEMT
sans salüer Marie.

J’ay charge de vous faire un funeste rapport.

240MARIE.

Quel ?

241LE C. DE KEMT.

La Reyne a signé l’Arrest de vostre mort, 1185 Lisez le…

  • 136 Didascalie absente en 1639a et b.

242MARIE,
rejettant l’arrest136.

  • clv Nous retournons ici à la problématique spécifique du régicide : les hommes n’ont aucun droit sur un (...)
  • 137 1639a : “ J’ay receu ”.
  • clvi Il s’agit des couronnes de France, d’Ecosse et d’Irlande.

C’est icy ma derniere infortune Vous m’allez exempter de mille morts par une,
Et pensant me traiter avecque cruauté [73] Vous m’accordez un don que j’ay bien souhaité,
Mais, quoy qu’un peuple vil insolamment me brave,
1190 Et que grande Princesse il me traitte en esclave ;
Apprenez que personne entre tous les humains Ne peut jetter sur moy ses parricides mainsclv. On m’a ravy l’Empire où j’estois souveraine,
Mais il me reste encor la qualité de Reine.
1195 Vos pareils sont soumis aux volontez des Rois Sans pouvoir attanter sur ceux qui font les lois, Et cette liberté que ma prison vous donne
Peut tout dessus mon sceptre, & rien sur ma personne. Apprenez que souvent on a vú dans mes yeux
1200 Les rayons éclatans d’un Soleil glorieux.
Que tous mes alliez ont de royalles marques,
Et qu’entre mes Ayeux on conte cent Monarques. J’ay trois fois soupiré pour des objets nouveaux, Trois fois j’ay de l’Hymen, r’allumé les flambeaux,
1205 Recevant137 pour espous trois illustres personnes, Ma teste quelquesfois a porté trois couronnesclvi, Et des augustes mains de la divinité,
J’ay receu cét honneur qu’on nomme Majesté, Dont les astres brillans & les flámes celestes
1210 Sont de tant de grandeurs les deplorables restes. Au moins j’ay cét espoir qui me doit contanter Que pas un des mortels ne me les peut oster : Vous donc, qui me parlez avec tant d’insolence
M’apportant un arrest tout plain de violence [74]
1215 Vous, dont le vice mesme abhorre les projets,
Et qui fustes heureux d’estre de mes sujets Devant que la fureur d’une injuste puissance Triomphast de ma vie & de mon innocence : Quel pouvoir avez vous sur un front Couronné
1220 Dittes le moy de grace & qui vous l’à donné ?

243LE C. DE KEMT.

Je pense que la Reyne a pû nous le permettre Elle est sans injustice & n’en sçauroit commettre.

  • 138 1639a et b : réplique attribuée au Mareschal de Sherobery.

244LES ESTATS138.

Vous devez excuser si nous vous offençons, Elizabeth commande & nous obeissons.

245MARIE.

  • clvii Pour épouser Anne Boleyn, Henri VIII a renoncé au catholicisme en 1533, lorsqu’il a voulu délaisser (...)
  • clviii Sens ambigu : soit “ si ” est mis pour “ néanmoins ”, qui se rapporte au vers 1236, comme “ toutefo (...)

1225 Cette cruelle fille est digne de son pere,
Et des maux qu’il à faits d’où provient ma misere Elle suit ses chemins comme il les a tracez Achevant les projets qu’il avoit commencez,
Et comme feu Henry la fit naistre d’un crimeclvii,
1230 Elle a les passions de ce sang qui l’anime,
Car on a remarqué qu’un lit incestueux N’a pû jamais produire un enfant vertueux, Elle m’oste la vie avecque la Couronne,
Je l’ayme toutesfois, & siclviii je luy pardonne.

  • 139 1639a et b : réplique attribuée au Mareschal de Sherobery.

246LE VICOMTE DE HERRIN139. [75]

1235 Celuy qui dans nos cœurs penetre nos secrets Sçait combien cet arrest nous laisse de regrets,
Puis qu’il vous desoblige & qu’une autre puissance Desire vostre mort de nostre obeissance.

247MARIE.

Quand je verray la place où l’on me fait mourir
1240 Au lieu d’en reculer vous m’y verrez courir,
Ce sont de láches cœurs que la peur doit attaindre
Les cœurs comme le mien ne peuvent jamais craindre ; En ma faveur pourtant souffrez que mon destin
Se puisse prolonger encore d’un matin,
1245 Et que les Officiers de qui je fus suivie
Soient tesmoings de ma mort ainsi que de ma vie, Apres, tout vous succede & qu’à jamais aux Cieux Pour un si grand bien fait vos jours soient precieux : Enfin vostre bonheur soy mesme se surpasse.

248LE MARESCHAL de Sherobery.

1250 Ouy, tres facilement on vous fait cette grace,
Mesme s’il se pouvoit vous auriez les moyens De disposer encor du reste de vos biens.

SCENE IV. MARIE, KENEDE, MELVIN140.[76]

  • 140 Absent en 1639a et b.

249MARIE.

Vous… faites assembler dans la sale prochaine
Les tristes Officiers qui servoient vostre Reyne :
1255 Là vous recevrez tous, au partir de ce lieu,
Puis qu’il faut que je meure un eternel Adieu.

250KENEDE.

O funestes devoirs !

SCENE VI. [77]

251MARIE
demeure seule.

  • 141 1639a : “ Adieu plaisirs amers ”.

Il faut que ma constance Estonne les esprits de toute l’assistance,
Qu’aux frons des Spectateurs J’imprime un pasle effroy,
1260 Et que mes ennemis soient plus émûs que moy.
Adieu, vaines grandeurs, Pompe, Sceptre, Couronne, Adieu tristes plaisirs141 que l’Empire nous donne.
Enfin mes chers Epous, la Parque vá venir, Et qui nous separa nous sçaura reünir.
1265 Je vous consacre à tous mes immortelles flames, Et malgré vos trespas je vay joindre vos ames.

  • 142 Didascalie absente en 1639a

252Elle tient le portraict de Jacques VI. Roy d’Ecosse son Fils142.

  • 143 1639a et b : à la place des vers 1267 à 1270 :
    “ Adieu Prince que j’ayme & que j’ay mis au jour Seul (...)
  • 144 1639a et b : “ Que me tenoit ”.
  • clix Signifie les nuages, mais aussi, plus largement, le Ciel.
  • clx Ce sera le cas, puisque son fils Jacques VI deviendra roi d’Ecosse puis roi d’Angleterre.
  • 145 1639a et b : “ O ”.

Gage illustre d’Hymen, Rare present d’amour ! Fils chery du Ciel, & que j’ay mis au jour,
Mon Fils… Hâ ! ce doux nom m’attriste & me console ;
1270 Escoute s’il se peut ma derniere parole143 ;
Ressouviens toy toujours de Dieu qui te fit Roy, [78] Et des preceptes saints que tu receus de moy.
Toutesfois je te laisse en un aage si tendre
Qu’à mes raisonnemens tu ne peus rien entendre.
1275 Cela rend ton mal-heur supportable en ce point
Qu’encore qu’il soit grand, tu ne le cognois point. Je ne penetre pas dans les choses futures,
Et je laisse à Dieu seul ces sciences obscures. Mais selon le progres de ton jeune destin
1280 Si le commancement en fait juger la fin.
Helas ! mon cher enfant, je crains bien que ta vie Ne soit d’un mauvais sort sans cesse poursuivie, C’est la mesme parole & le mesme discours
De la Reyne144 ma mere, ornement de nos jours.
1285 (Facheux ressouvenir) lorsque cette Princesse
Les yeux baignez de pleurs, le cœur plein de tristesse, Plaignoit les mesmes maux que maintenant je voy ; Et pour moy redoutoit, ce que je crains pour toy.
Toy qui sur nos destins absolument presides !
1290 Grand Roy qui pour jamais dans ton trosne resides !
Pere des immortels ! seul Monarque des Cieux ! De grace en ma faveur abaisse un peu les yeux, Et si de mes malheurs ma grandeur t’est cognuë
Fay que mes vœux ardens penetrent dans ta nuëclix ;
1295 Que le Prince Escossois, digne sang de mon sang,
Soit remis quelque jour en nostre premier rang. Donne à ce rejetton d’une tige sacrée
Nostre marque Royale autresfois reveréeclx : [79] Fay, que par ses vertus ce bel astre naissant,
1300 Dans le Ciel de la gloire aille toujours croissant, Qu’il monte par ton ayde au trosne de son pere, Ou qu’il herite au moins des sceptres de sa mere. Seigneur permets qu’un jour ce genereux Lion Terrasse l’heresie & la rebellion.
1305 Que ce jeune orphelin dans son aage plus tendre
Comme un autre Phenix renaisse de ma cendre, Et qu’en un siecle d’or nos fortunez neveux Recueillent la moisson & le fruit de mes vœux. Hà145! Monarque eternel ! exauce ma priere
1310 Tu sçàis bien qu’elle est juste, & que c’est ma derniere.
Mais puis qu’il faut mourir finissons ce discours Augmantons nostre gloire en abregeant nos jours ? Et devant que quitter ces terrestres demeures Employons les momens de nos dernieres heures :
1315 Portons en un corps foible un courage bien fort, Et voyons sans pálir, la face de la mort.

253Fin du quatriesme Acte.

ACTE V. [80]

SCENE PREMIERE

  • 146 Indication des éditions 1639a et 1639b, absente de la version de 1641.

254ELIZABETH,
seule au cabinet146.

  • clxi Ce revirement d’Elisabeth a le mérite de suspendre l’action, et aussi de mettre en évidence la dime (...)
  • clxii Etats les plus fâcheux auxquels l’on puisse être réduit.
  • clxiii Ce moment constitue une réorientation majeure : pour la première fois, la pitié prédomine chez Elis (...)
  • 147 1639a : “ Garde ”.
  • 148 Cet hémistiche n’apparaît pas en 1639a

Quoy ? Souffrant le succés d’une telle advanture Veux-je ensemble offencer le Ciel et la Nature ? Quoy veux-je, en violant toutes sortes de droits,
1320 Arrouser l’eschafaut du sang mesme des Rois ?clxi
Non … la posterité soüilleroit ma memoire Par le sujet sanglant d’une tragique histoire, Et noirciroit ma vie afin de se vanger
Du Trophée odieux que l’on va m’eriger,
1325 Mais souffriray-je aussy, qu’à mon desâvantage, Et par ma lácheté ma gloire se partage ?
Que mon superbe Empire adore deux Soleils, Et reçoive le jour de deux Astres pareils ?
De mouvemens divers je me sens combatuë
1330 L’ambition m’anime & la crainte me tuë,
Chaque penser que j’ay, me plaist & me deplaist [81]
Depuis que j’ay donné ce rigoureux arrest,
Mille apprehensions me repassent dans l’ame, Je roms incessamment les desseins que je trame,
1335 Je réve, je medite, & de tous les costez,
Je ne puis découvrir que des extremitezclxii. Dans ce dedale obscur, où ma raison se trouve, Je quitte un sentiment si tost que je l’approuve, Je veux perdre Marie, & je ne le veux pas
1340 Je crains également sa vie & son trespas.
La pitié toutesfois demeure la plus forteclxiii, Et la raison enfin sur la hayne l’emporte : Que cette Reyne vive & que le Ciel plus doux
Luy cache desormais les traits de son courroux !
1345 Peut-estre… mais que veut ce Page147 qui s’avance ?
Approchez, parlez tost148,

SCENE II. ELIZABETH, [LE PAGE]

  • 149 1639a : “ Le Capitaine des Gardes ”.

255LE PAGE149.

  • 150 1639a : “ L’Ambassadeur d’Ecosse avec celuy de France ”

L’Ambassadeur de France150 Souhaitte le bon-heur de vous entretenir,
Madame nous pla ist-il…

256ELIZABETH. [82]

  • 151 1639a : “ les ”.
  • 152 1639a : “ leur ”.
  • 153 1639a : “ Et je cesse aujourd’huy de leur estre contraire ”.
  • clxiv Opposée.
  • 154 1639a : “ Ils viennent ”
  • clxv Détourner.

Qu’on le151 face venir ; Ma clemence à la fin exauce sa152 priere
1350 Et je cesse aujourd’huy d’estre à ses vœux contraire153clxiv : Il revient154 en ces lieux par un dernier effort
Divertirclxv s’il se peut le coup de cette mort.

SCENE III ELIZABETH, L’AMBASSADEUR DE FRANCE, L’AMBASSADEUR D’ECOSSE155

  • 155 Présent seulement en 1639a.
  • 156 1639a : “ L’ambassadeur d’Ecosse ”.

257L’AMBASSADEUR DE FRANCE156.

  • 157 Dans l’édition 1639a, les vers 1361 à 1364 sont séparés de la réplique précédente, dite par l’ambas (...)

Princesse à qui le sort soit toujours favorable, Retirez de danger ma Reyne deplorable,
1355 Et ne permettez pas que la posterité Qui de vos actions sçaura la verité, Vous reproche la mort de cette desolée, Et l’hospitalité lâchement violée.
Revoquez le pouvoir de ce cruel arrest,
1360 Où tous les Roys ensemble ont beaucoup d’interest.
Le Prince des François par ma bouche s’écrie Qu’on l’outrage luy mesme en outrageant Marie.
Sauvez nous nostre Reyne en luy sauvant sa sœur, [83] Et qu’en fin la justice incline à la douceur157

258ELIZABETH.

  • 158 1639a : “ Je sçay ce que je dois à vos Princes Auguste ”.
  • 159 1639a : “ Pour ne les pas ouyr leurs plaintes sont trop justes ”.
  • clxvi Comprendre vostre plainte est trop juste pour que je la rejette.

1365 Je sçay ce que je dois à ce Monarque Auguste,158 Et pour la rejetter vostre plainte est trop juste159clxvi,
Venez, soyez temoings que je vay de ce pas Revoquer au Conseil l’arrest de son trespas.

  • 160 1639a : les deux premiers vers de la réplique (1169 et 1170) sont attribués à l’ambassadeur d’Ecoss (...)

259L’AMBASSADEUR DE FRANCE160.

  • 161 1639a et b : O.

161 ! Clemence divine & du Ciel inspirée !
1370 O faveur incroyable & presque inesperée !
Madame, que le cours de vos prosperitez
Vous donne autant de biens que vous en meritez ! Mais que veulent ces gens, dont les sombres visages Ainsi lavez de pleurs sont de mauvais presages ?
1375 Ils portent dans ce duëil l’image de la mort, Et je ly sur leur front quelque triste rapport.

260ELIZABETH.

  • clxvii Descend.
  • 162 1639a et b : “ Et j’apprehende fort qu’on ne m’ayt obey ”.
  • 163 1639b : “ Elle parle à Melvin. Approche toy Melvin, dy nous ce qui t’ameyne ”.

Une subite horreur dans mes veines devaleclxvii , Hyer je prononcay la sentence fatale
Dont l’execution s’est dú faire aujourd’huy, 1380 Et voilà d’où provient peut-estre leur ennuy162,
Approchez mes amis, quel sujet vous ameyne163 ?

SCENE IV. [84]

  • 164 Didascalie absente en 1639a.

261ELIZABETH, LE COMTE DE KEMT, LE MARESCHAL DE SHEROBERY, LE VICOMTE DE HERRIN, LES ESTATS, L’AMBASSADEUR, KENEDE. Et les Officiers de Marie, en habits de duëil164, [MELVIN]

262[MELVIN]

  • 165 Réplique attribuée à Melvin en 1639b.

Le trespas de Marie, autrefois nostre Reyne165.

263KENEDE.

  • 166 1639a et b : à la place des vers 1183 et 1184 : “ Helas j’ay vû trancher par une infame main / Le t (...)

Ce peut-il, juste Ciel, que jamais le destin,
Ait fait voir aux mortels un plus triste matin166 ?

264ELIZABETH.

1385 J’ay causé ton mal-heur, Princesse infortunée !

265LE MARESCHAL de Sherobery.

Há perte irreparable !

266LE VICOMTE DE HERRIN. [85]

  • 167 1639a et b : “ Hâ ”.

O167 funeste journée !

  • 168 1639a : L’Ambassadeur d’Ecosse.

267L’AMBASSADEUR de France168.

  • 169 1639a et b : “ regente ”.
  • 170 1639a et b : “ Quoy par le coup sanglant d’une mort deshonneste ”.
  • 171 1639a et b : “ Cette ” à la place de “ Há sa ”.
  • 172 1639a et b : “ de nos Roys ” à la place de “ des Princes ”.

Quoy ? cet illustre sang d’Escosse descendu Sur un triste échafaut vient d’estre répandu ?
Celle que nous avions pour maistresse169 receuë,
1390 Digne de tant de Rois dont elle estoit issuë,
Celle à qui l’on voyoit tant d’Empires en main A servy de spectacle à son peuple inhumain ?
Quoy ? sans qu’aucun respect cette insolence arreste170,
On arrache les Lis qui couronnoient sa teste ? 1395 Sa plus proche parente en prononce l’arrest,
Et l’on verse son sang tout innocent qu’il est ?
Há ! sa171 mort vous accuse & vous rend criminelle, Vous avez offencé cent Monarques en elle,
Et celuy que je sers encore plus que tous, 1400 Mais sçachez que ce sang rejaillira sur vous.
Les François se joindront aux bandes Escossoises, Pour combattre l’effort de vos trouppes Angloises. Vos subjects revoltez trahiront vos desseins,
Et par un juste sort vos parricides mains
1405 Du meurtre de ma Reyne encor toutes soüillées, De leur Sceptre sanglant se verront dépoüillées, Nous suivrons le party des Princes172 outragez, Et nous ne mourrons point sans les avoir vangez.
Excusez toutefois l’ardeur qui me transporte,
1410 Un fidelle sujet doit parler de la sorte, [86]
Madame, pardonnez à mon ressentiment,
Je serois criminel de parler autrement.

268ELIZABETH.

Sa generosité bien loing de me déplaire, Me plaist infiniment, j’approuve sa colere,
1415 Qui l’oblige à pleurer en ce commun malheur, Celle qui fait sa perte & qui fait ma douleur.

269L’AMBASSADEUR de France.

  • clxviii Rives, rivages.
  • clxix Cet écusson est problématique, à un moment où Marie n’est pas encore reine de France : il ne peut s (...)
  • clxx Symbole de l’amour, il était dédié à Vénus.
  • clxxi Signe de la paix, l’arbre était consacré à Apollon dans l’Antiquité.
  • clxxii Marque la gloire d’un triomphe.
  • clxxiii Symbole de la victoire, au combat ou au martyre.
  • clxxiv Armes du royaume de France.
  • clxxv Les léopards figurent sur les armoiries de l’Angleterre.
  • clxxvi Cou.

Helas ! il me souvient qu’autrefois jeune Infante Elle vint sur nos borsclxviii pompeuse & triomphante, Je vis son Escusson de trois Sceptres ornéclxix
1420 Son front de trois bandeaux richement Couronné,
Le Myrtheclxx, & L’Olivierclxxi , le Laurierclxxii & la Palmeclxxiii
Faisoient à deux Estats esperer un doux Calme, La terre et l’Ocean voyoient de toutes pars
Esclorre de beaux Lisclxxiv dessous des Leoparsclxxv ; 1425 Et les Cieux, esteignans les flambeaux de la guerre,
Joignoient dé-jà la France avecque l’Angleterre, Cette Isle si fatale, ou, par le s lois du sort,
Il estoit resolu que nous vissions sa mort, O trespas regretable à toute la nature !
1430 O mal-heur de nos jours ! rare & triste advanture !
Celle qui meritoit un triomphe nouveau
Tend son colclxxvi innocent sous le fer d’un bourreau :
Et le funeste coup que ce brutal luy donne, [87]
Fait tomber de sa teste une illustre Couronne.

270ELIZABETH.

1435 Há ! Ciel, impitoyable à ces cris innocens !
Témoing de son desastre & des maux que je sens,
As-tu jetté les yeux sur ce sanglant naufrage Sans sauver du debris ton plus parfait ouvrage ?
Estoit-ce un coup fatal qu’on ne peust empescher ?
1440 Devoit-elle perir ? & devoy-je pecher ?

271LE COMTE DE KEMT
tous bas.

  • 173 1639a et b : “ absentant ” au lieu de “ fuyant de ”.

En l’humeur qui la tient craignons de luy déplaire, Puisqu’il est encor te mps évitons sa colere,
Et pour nous conserver à nous mesmes le jour,
Esloignons sa presence, en fuyant de173 la Cour.

272Il sort avec les Estats.

273ELIZABETH.

  • clxxvii Dans la mythologie grecque, on évoque Busiris, roi d’Egypte : il fit immoler un devin qui recommand (...)
  • clxxviii Celui-ci mangea ses fils, servis en guise de repas par son frère Atrée dont il avait séduit la femm (...)

1445 Vous qui me conseilliez de perdre cette Reyne, Qui causastes sa mort & qui causez ma peyne, N’avez-vous point tremblé, barbares assassins, Lors qu’un executeur á finy vos desseins ?
Avez-vous eu le front, ô lasches & perfides, 1450 De respandre son sang sur vos mains parricides ?
Mais je leur parle en vain, mes cris sont superflus, Les traistres sont en fuitte & ne m’écoutent plus.
Aucun de ces tyrans n’ose à present parestre, [88]
Tous s’estiment punis parce qu’ils doivent l’estre, 1455 Desja mille serpens attachez à leurs cœurs
Leur font apprehander d’eternelles rigueurs. Mais de quelque façon que ce tourment les traitte Leur mort seulle pourra, me rendre satisfaitte.
Ces ingrats, ces cruels, tous remplis de fureur, 1460 Ont fait d’une Princesse un spectacle d’horreur ;
Une execution sacrilege & funeste
Un Autel de Buzireclxxvii, un repas de Thyesteclxxviii. J’ay creusé cependant moy-mesme son tombeau, J’ay prononcé l’arrest, j’ay presté le coúteau,
1465 Et cette Isle à servy par nostre perfidie, De Theatre sanglant à cette Tragedie.
Hâ, je souffre le mal qu’elle vient d’encourir, Et je meurs du regret de l’avoir fait mourir,
Que ne puis-je monstrer combien j’en suis attainte
1470 R’allumant par ma mort cette lumiere étainte :
Mais, puis qu’on ne peut plus divertir ces malheurs, Respandons tous ensemble un long fleuve de pleurs, Et toy qui fus present à sa fin deplorable,
Fay nous de ce spectacle un tableau memorable.

274MELVIN.

  • 174 1639a : “ recite des ” au lieu de “ fait au Ciel ses ”.

1475 Madame, permettez que je n’en parle plus ?
Ce facheux souvenir rend mes esprits confus ; Quoy ? vostre Majesté veut elle que j’essaye
A recevoir encore une mortelle playe. [89] Je vay recommancer d’inutilles regrets,
1480 Et r’ouvrir ma blessure avec de nouveaux traits : Un glaçon de frayeur dans mon ame se glisse, Mais vous le commandez, il faut que j’obeysse. Hyer apres l’arrest qui nous affligea tous
La Reyne dit ces mots, l’œil tourné devers nous.
1485 Fidelles Officiers, qui depuis tant d’années Supportez avec moy mes longues destinées, Au moment qui me force à vous abandonner, J’ay ce seul déplaisr de ne vous rien donner, Le Ciel recognoistra vostre commun merite,
1490 Mais que je vous embrasse avant que je vous quitte, Car je conte ce jour le dernier de mes jours, Adieu… cette Princesse achevoit ce discours,
Quand nous vismes couler de ces beaux yeux humides Parmy des flots d’argent mille perles liquides,
1495 Lors, meslans nos soupirs â nos mourantes vois Nous luy dismes Adieu, pour la derniere fois.
En suitte elle donne ordre aux choses necessaires, Dispose un testament, fait au Ciel ses174 prieres, Et se laisse charmer du frere de la mort,
1500 Qui d’un somme profond l’assoupit & l’endort. La Lune cependant parmy ses sombres voilles A paru cette nuit sans feux & sans étoilles,
L’aurore en se levant pour pleurer nos malheurs,
A versé ce matin des larmes sur les fleurs. [90]
1505 Et le pere du jour r’entrant dans sa carriere
A semblé ne prester qu’à regret sa lumiere.
Le Ciel mesme, le Ciel s’est tout couvert de dueil, Voyant tant de vertus qu’on mettoit au Cercueil, La Reyne sort du lit & cette infortunée
1510 Veut comme à son triomphe en pompe estre menée, Elle se fait conduire à ces funestes lieux,
Nous la suivons de pres, tous les larmes aux yeux, D’un velours triste & noir la salle estoit parée,
Et des gardes sans nombre en deffendoient l’entrée, 1515 Le peuple toutesfois, en ondes agité,
Se coule avecque nous parmy l’obscurité, Et court à l’échafaut afin que sans obstacle Il puisse regarder ce tragique spectacle.
Chacun des assistans parle diversement,
1520 Et chacun veut juger selon son sentiment,
L’un, dit que ce supplice est de mauvais exemple
Lors que sans passion son ame le contemple, L’autre que cét arrest choque toutes les lois
Qui respectent du moins le sacré sang des Rois. 1525 Enfin l’on oit par tout un peuple qui murmure
Ou de vostre ordonnance, ou de cette advanture.

275ELISABETH.

  • 175 1639a et b : “ O ”.

Il est vray que ce peuple avoit juste raison De parler de sa perte & de ma trahison.
Ah175 ! jour infortuné ! mais poursuy ; que j’entende [91]
1530 Ce que je desirois & ce que j’apprehende.

276MELVIN.

D’un front majestueux, d’un port superbe & haut Elle monte aux degrez de son triste échafaut.
Ses graces, ses beautez esmeuvent l’assistance, Ceux qui la consoloient admirent sa constance,
1535 Perdent cette vertu qui la vient couronner,
Et n’ont plus le pouvoir qu’ils luy veulent donner. Puis, sans changer de face & sans estre troublée, Elle tient ce propos à toute l’assemblée.

  • 176 1639a et b : “ murmure ”.
  • clxxix Le soleil.
  • 177 1639a : “ de force ” au lieu de “ d’éclat ”.
  • clxxx Le bourreau
  • clxxxi La tête.

C’est un spectacle bien nouveau,
1540 Que de voir aux mains d’un Bourreau La teste d’une grande Reyne.
Mais, puisque le Ciel l’a permis
Je meurs sans regret et sans peyne, Et pardonne à mes ennemis.
1545 A ces mots, vers les Cieux elle jette la veuë
Souhaitant que son ame y puisse estre receuë Un silence176 confus qui remplit tout d’horreur, Nous arreste la vois & nous serre le cœur.
Mille images de mort, mille frayeurs soudaines 1550 Nous alterent les sens & nous glacent les veynes,
Et d’un commun effroy la mortelle palleur Imprime à tous nos frons une mesme couleur.
Lors on void des flambeaux, dont la lumiere sombre
Fait briller une hâche, en l’épesseur de l’ombre. [92]
1555 Chacun dessus la Reyne a les yeux arrestez,
Et tous les spectateurs en sont presque enchantez. Elle parest plus belle, ainsi que l’œil du mondeclxxix Luit avec plus d’éclat177 en se couchant dans l’onde.
La lampe qui s’esteint esclaire beaucoup mieux,
1560 Ainsi de nouveaux feux rayonnent dans ses yeux.
L’executeurclxxx s’approche, & prend cette victime,
Pour faire un sacrifice, ou pour mieux dire un crime, Elle est comme l’hostie au milieu de l’autel,
Qui de la main du Prestre attend le coup mortel.
1565 Dè-ja le bras se leve, & sa teste frappée
Par trois diverses fois ne peut estre couppée. Quelque secret destin que je ne cognoy pas Vouloit de nostre Reyne empescher le trespas. On separe pourtant sous l’effort d’une lame,
1570 Et la teste du corps, & le corps d’avec l’ame.
Le fer rougit de honte à ce coup violant, Mesme tout l’èchafaut en demeure sanglant, La teste qui bondit donne de l’espouvante
Murmurant certains mots dans sa bouche mourante, 1575 Nous les avons oüys avec estonnement,
Elle a dit à nos piez, je meurs innocemment,
Lors un grand bruict s’èleve, & toute l’assemblée Parest de ce prodige avoir l’ame troublée :
Et quelque temps apres le corps perd sa chaleur, 1580 Le chefclxxxison mouvement, & le sang sa couleur.

  • 178 Didascalie absente en 1639a.

277KENEDE
se jetant aux piez d’Elizabeth [93] avec les Officiers178.

Puisque nostre esperance en nostre Reyne est morte. Puisque dans son Cercueil nostre bon-heur s’emporte, Madame, au moins souffrez que vous cherchions ailleurs Un Ciel plus favorable & des destins meilleurs.

278ELIZABETH.

1585 Demeurez en ces lieux pour pleurer sur sa cendre
C’est un dernier honneur que vous luy devez rendre. Allez voir derechef son froid & pâle corps,
Qui n’attend plus de nous que ce qu’on donne aux morts. Il faut qu’auparavant que ce soleil se couche
1590 J’imprime un long baiser sur sa divine bouche.
Il faut, s’il m’est permis encor de luy parler, Par de justes regrets ma perte consoler.
Laver son sang de pleurs, & pour devoir supréme
Rechercher cette Reyne en cette Reyne mesme.
1595 Considerer ses traits que j’ay deffigurez,
Et fermer ses beaux yeux autresfois adorez.

279Elle perd le sens.

  • 179 1639a : “ Ses yeux de son trespas les muëts orateurs ”.
  • clxxxii Ces yeux fermés.
  • clxxxiii Ces deux vers sont imités de la réplique d’Hérode, dans La Mariamne :
    “ Treuveray-je un refuge au ce (...)
  • 180 1639a et b : “ dans ce malheur ” au lieu de “ et dans ce mal ”.
  • 181 1639a : “ le deffunct Duc ” au lieu de “ son triste épous ”.
  • clxxxiv L’évolution d’Elisabeth est la même que celle d’Hérode au dénouement de la Mariamne de Tristan L’He (...)

Hà ! j’apperçoy se teste & sa Royalle face,
Fume encor dans son sang & bondit sur la place :
Ses yeux èloquens, ces muëts orateurs179, [94] 1600 Dont les plus inhumains furent adorateurs.
Ces astres eclipsezclxxxii me reprochent mon crime, Cette bouche fermée encore me l’exprime ;
Et ce trône d’amour, que l’on a vú perir, Coupable que je suis me condamne à mourir.
1605 Mais j’enseveliray de crainte du tonnerre
Et mon crime & ma honte au centre de la terreclxxxiii : Je suivray la Tamise & sur ses larges bords,
Je me figureray le noir fleuve des morts.
Je quitteray ma Cour, et dans ce mal180 extréme
1610 Et me separeray moy-mesme de moy-mesme,
En évitant mon ombre avec autant d’effroy Qu’un serpent qui se fuit, & se laisse apres soy. Je sens desja les feux d’une horrible furie,
Une tramblante vois sort du sang de Marie ;
1615 Elle, & son triste épous181 desirent mon trespas,
Leur Fantômes affreux marchent dessus mes pas. Mânes saints de Nolfoc, belle ombre de Marie, Dont la vertu fut grande & ne fut pas cherie ;
Le Ciel, de qui ma faute attire le couroux, 1620 Vous accorde à jamais ce qu’il a de plus doux,
Permettez cependant que Londres vous celebre
Avec un sacrifice une pompe funebre ;
Où mon peuple assemblé viendra parmy ses pleurs Semer sur vostre tombe une moisson de fleurs ;
1625 Observant tous les ans à pareille journée [95] Cette solemnité qui vous est destinéeclxxxiv.
Infortunez Amans que la Parque a conjoins.
Qui pour ne vivre plus ne vous aymez pas moins ! Vivans vous ne portiez qu’un cœur & qu’une flame,
1630 Morts, vous reposerez sous une mesme lame
Et comme en ce mal-heur déplorable & nouveau
Vous n’eustes qu’une mort, vous n’aurez qu’un Tombeau.

280LE VICOMTE de Herrin.

Son duëil est excessif comme il est legitime.

281L’AMBASSADEUR.

Il ne sera jamais aussi grand que son crime.

282FIN.

Haut de page

Notes

1 Ne figure pas dans 1639a et 1639b.

2 Figure seulement dans 1639a et 1639b.

3 Figure seulement dans 1639a et 1639b.

4 Figure seulement dans 1639a et 1639b.

5 Figure seulement dans 1639a et 1639b.

6 Figure seulement dans 1639a et 1639b.

7 Figure seulement dans 1639a et 1639b.

8 Figure seulement dans 1639a et 1639b.

9 Figure seulement dans 1639a

10 Figure seulement dans 1639b

11 1639a et b : “ La scene est en Angleterre ”.

12 1639 a et b : “ Car le Soleil sur moy n’avoit pas fait un tour ”.

13 1639a et b : “ O ”.

14 1639a : “ Ce que je vous dirois, que nous n’avez pas veu ”. 1639b : “ Ce que je vous dirois, si vous ne l’aviez veu ”.

15 1639a et b : “ Que lave le reflus de tant d’ondes chenuës ”.

16 1639a et b : “ Tu devois exercer ta rude tyrannie ”.

17 1639a et b : “ Qu’alors ”.

18 1639a et b : “ La Couronne, la vie, & le Sceptre à la fois ”.

19 1639a et b : “ D’éprouver avec moy la fortune contraire ”.

20 1639a et b : “ Puisque vous possedez la moitié de mon ame ”.

21 1639a et b : “ amant ”.

22 1639a et b : “ Au nom de nos amours ”.

23 Ces quatre vers apparaissent dans les éditions 1639a et 1639b, et ils sont supprimés dans la version de 1641.

24 1639a et b : “ O ”.

25 1639a et b : “ Ny de ces chastes nœuds ”.

26 1639a et b : “ Et j’en sçay le moyen ”.

27 1639a et b : “ De vaincre Elizabeth qui cause mon malheur ”.

28 1639a et b: “ quoy ”.

29 1639b : “ projet ”.

30 1639a et b : “ Cher Duc, conseillez moy, que faut il que je face ”.

31 1639a et b : “ Que vostre majesté de cela me dispence ”.

32 1639a et b : “ peyne ”.

33 1639a : “ peuples ”.

34 1639a et b : “ Par leur propres rayons leur deffauts sont cognus ”.

35 1639a et b : “ Non, elle n’a point eu cette damnable envie ”.

36 1639a et b : “ Que c’est pour ce bel œil que mon ame soupire ”.

37 1639a et b : “ Faveurs, dignes d’un Dieu, que tu receus de moy ”.

38 1639a et b : “ voyent ”.

39 1639a et b : “ Que me pourrois-tu dire ”.

40 1639a et b : “ Elisabeth, rentre & luy eschape ”.

41 1639a et b : “ Sus ! devenons l’autheur de quelque tragedie ”.

42 1639a et b : “ La Reyne à resolu dans son cœur que je meure ”.

43 1639a et b : “ Cependant racontons a la Reyne Marie ”.

44 Vers absent en 1639a et b.

45 Dans les éditions 1639a et 1639b, entre les vers 574 et 575, est inséré le vers suivant : “ Je veux qu’il soit puny d’une mort exemplaire ”.

46 1639a et b : “ Et vous en acquitez avec discretion, ”.

47 1639a et b : “ Rendant ”.

48 1639a et b : “ elle dit cecy à l’escart tout bas ”.

49 1639a et b : “ Mais ferayje perir ce Duc tant estimé ”.

50 1639a et b : “ Há non certes mon cœur est bien moins animé ”.

51 1639a et b : “ Contre l’objet divin dont il estoit charmé ”.

52 1639a et b : “ L’amour veut que je l’aime & que je lui pardonne ”.

53 1639a et b : “ Je luy pardonne donc ; peut estre le dessein / Qu’il avoit contre moy sortira de son sein ” à la place des vers 587 et 588.

54 1639a et b : “ opinion ”.

55 1639a et b : “ crime ”.

56 1639a et b : “ Qui de lys couronnez ”.

57 1639a et b : “ Vostre propre interest devoit vous l’enseigner ”.

58 1639a et b : “ l’obeissance ”.

59 1639a et b : “ Et par luy desormais vous serez absoluë ”.

60 1639a, à la place des vers 627 et 628 :
LE C. DE KEMT.
Nous mettrons à leffet vostre comandement.
ELIZABETH.
Ne precipitez rien, hatez vous, l’entement. ”. 1639b, à la place des v. 627-8 :
ELIZABETH.
Observez donc j’ay tant de discretion
Que l’on n’y reconnoisse aucune passion ”.

61 1639a et b : “ De cette Elizabeth qui s’efforce à vous nuire ”.

62 1639b : “ Et souffrez ”.

63 1639a et b : “ Donc, ”.

64 1639a et b : “ Vos desirs sont les miens, & tant que je vivré ”.

65 1639a et b : “ Et venez vous cacher dans nostre apartement ”.

66 1639a et b : à la place du v. 657 : “ MARIE.
Approuvez cet avis.
LE DUC.
Je ne suis pas si lache ”.

67 1639a et b : “ Non il n’est pas besoing que l’inocent se cache ”.

68 Didascalie des éditions 1639a et 1639b.

69 1639a et b : “ Je vous fais prisonnier de la Reyne ”.

70 1639a et b : “ O ”.

71 1639a et b : “ Au moins nous nous joindrons par un hymen nouveau ”.

72 1639a et b : “ preside & s’estant levé dit ”.

73 1639a et b: “ chastement ”.

74 1639a et b : “ Jusqu’à ”.

75 1639a et b : “ Jusqu’à ”.

76 1639a et b : “ Et me rendre Cruel ”.

77 1639a et b : “ tâchez de ”.

78 1639a et b : “ le maistre ”.

79 1639a et b : “ un ”.

80 Cette division scénique, présente dans les éditions 1639a et 1639b, a disparu dans la version de 1641.

81 1639a et b : “ Sans doute la justice, y souffre trop d’injure ”.

82 1639a et b : “ Il se rassied & parle

83 1639a et b : “ mécontens ”.

84 Dans les éditions 1639a et 1639 b : cette scène est la quatrième, et Melvin et le Vicomte de Herrin en sont absents.

85 1639a et b : “ há ”.

86 1639a et b : “ O ”.

87 Dans les éditions 1639a et 1639b, les vers 886 et 887 sont : “ Augure du danger qui menaçoit ma vie. / Afin de l’eviter, mon ame, je devois ”

88 Dans l’édition 1639a, le vers 896 est : “ Il n’est de destins ny de fatales seurs ” ; dans l’édition 1639b : “ Il n’est ny de destins ny de fatale seur ”.

89 1639a et b : scène 5.

90 1639a : “ du ”.

91 Les vers en rouge (non décomptés) apparaissent dans l’édition 1639a. Ils sont absents de la version de 1641, et dans l’édition 1639b, les vers sont les mêmes que dans 1639a, mais leur distribution entre les personnages est différentes : la réplique de Melvin est intégrée au discours précédent du Vicomte de Herrin, et la réplique finale du Vicomte de Herrin attribuée à Melvin.

92 Cette scène 6, présente dans les éditions 1639a et b, est supprimée en 1641.

93 1639a et b : scène 7.

94 1639a et b : “ trompeuse ”.

95 1639a et b : à la place des vers 941 et 942 : “ Et je ne gouste point une douceur entiere / Qui ne soit de mes pleurs l’eternelle matiere ”.

96 1639a et b : à la place des vers 949 et 950 : “ Le Vicomte devroit me tirer de mes peines / Et m’en donner au moins des nouvelles certaines ”.

97 1639a et b : scène 8.

98 1639a et b : c’est le Vicomte de Herrin qui est présent, et non Melvin.

99 1639a et b : Melvin.

100 1639a et b : me.

101 1639a et b : tremblante.

102 Didascalie des éditions 1639a et 1639b, absente de la version de 1641.

103 Didascalie des éditions 1639a et b, absente de la version de 1641.

104 Les vers en rouge (non décomptés) apparaissent dans les éditions 1639a et 1639b, ils sont absents de la version de 1641.

105 Didascalie des éditions 1639a et 1639b, absente de la version de 1641.

106 1639a et b : l’ordre des vers 973 et 974 est échangé : “ Há deplorable Prince ! hâ Reyne infortunée ! / O tragiques Amours ! ô sanglant Hymenée ! ”

107 1639a et b : “ Et la perte du Duc

108 1639a et b : “ Et qu’à jamais ”.

109 1639a et b : “ Hâ ”.

110 1639a et b : “ deplorable ”.

111 1639a et b : à la place du vers 1001 : “ Hâ que nos ennemis cherirons leur defaitte

112 1639a et b : “ O ”.

113 1639a et b : “ Et je croy qu’aujourd’huy ”

114 Cette réplique, des vers 1081 à 1092, est absente de l’édition 1639a

115 1639b, à la place des vers 1087 et 1088 : “ Les Princes de Lorraine & les Princes Guysars / Armeroient contre vous les Rois de toutes pars ”.

116 1639a et b : “ damnable ”.

117 1639a et b : “ orgueilleux”.

118 1639a et b : “ Finira bien plus tard que la posterité ”.

119 Melvin est absent dans l’édition 1639a.

120 Cette didascalie est de l’édition 1639a, elle n’apparaît pas dans les deux suivantes.

121 1639a et b : à la place des deux derniers vers : “ Non, je ne sçay que trop, sous quelle destinée / Doit couler de mes jours la suitte infortunée ”.

122 Entre les vers 1137 et 1138, les éditions 1639a et 1639b intercalent un vers : “ J’y reve incessamment… encore à ce matin ”. Celui-ci remplace le vers 1140 de 1641, absent de ces éditions.

123 1639a et b : le vers 1140 n’apparaît pas.

124 1639a et b : à la place du vers 1141 : “ Voilà que mon cher Duc à moy se represante ”.

125 1639a et b : à la place du vers 1142 : “ Son image depuis en tous lieux m’epouvante ”.

126 1639a et b : à la place du vers 1143 : “ Son corps pale & sanglant parest à decouvert ”.

127 Les vers en rouge (non décomptés), qui sont des éditions 1639a et 1639b, sont absents de la version de 1641.

128 1639a : Cette réplique est de Kenede. Elle s’enchaîne avec les vers 1155 et suivants.

129 Absent dans l’édition 1639a.

130 Didascalie des éditions 1639a et 1639b, absente de la version de 1641.

131 1639a et b : “ demandent à ”.

132 En 1639a, cette réplique est attribuée à Kenede, à la suite du premier hémistiche du vers 1182.

133 1639a et b : “ hâ ”.

134 Absent en 1639a.

135 Absent en 1639a et b.

136 Didascalie absente en 1639a et b.

137 1639a : “ J’ay receu ”.

138 1639a et b : réplique attribuée au Mareschal de Sherobery.

139 1639a et b : réplique attribuée au Mareschal de Sherobery.

140 Absent en 1639a et b.

141 1639a : “ Adieu plaisirs amers ”.

142 Didascalie absente en 1639a

143 1639a et b : à la place des vers 1267 à 1270 :
“ Adieu Prince que j’ayme & que j’ay mis au jour Seul gage & seul enfant que m’a donné l’amour !
Mais écoute [a] / Mais si tu sçais[b] mon fils ma derniere parole, Suy la route que prend mon ame qui s’envolle ”.

144 1639a et b : “ Que me tenoit ”.

145 1639a et b : “ O ”.

146 Indication des éditions 1639a et 1639b, absente de la version de 1641.

147 1639a : “ Garde ”.

148 Cet hémistiche n’apparaît pas en 1639a

149 1639a : “ Le Capitaine des Gardes ”.

150 1639a : “ L’Ambassadeur d’Ecosse avec celuy de France ”

151 1639a : “ les ”.

152 1639a : “ leur ”.

153 1639a : “ Et je cesse aujourd’huy de leur estre contraire ”.

154 1639a : “ Ils viennent ”

155 Présent seulement en 1639a.

156 1639a : “ L’ambassadeur d’Ecosse ”.

157 Dans l’édition 1639a, les vers 1361 à 1364 sont séparés de la réplique précédente, dite par l’ambassadeur d’Ecosse, et dits par l’ambassadeur de France.

158 1639a : “ Je sçay ce que je dois à vos Princes Auguste ”.

159 1639a : “ Pour ne les pas ouyr leurs plaintes sont trop justes ”.

160 1639a : les deux premiers vers de la réplique (1169 et 1170) sont attribués à l’ambassadeur d’Ecosse.

161 1639a et b : O.

162 1639a et b : “ Et j’apprehende fort qu’on ne m’ayt obey ”.

163 1639b : “ Elle parle à Melvin. Approche toy Melvin, dy nous ce qui t’ameyne ”.

164 Didascalie absente en 1639a.

165 Réplique attribuée à Melvin en 1639b.

166 1639a et b : à la place des vers 1183 et 1184 : “ Helas j’ay vû trancher par une infame main / Le tendre & sacré fil de son Royal destin ”.

167 1639a et b : “ Hâ ”.

168 1639a : L’Ambassadeur d’Ecosse.

169 1639a et b : “ regente ”.

170 1639a et b : “ Quoy par le coup sanglant d’une mort deshonneste ”.

171 1639a et b : “ Cette ” à la place de “ Há sa ”.

172 1639a et b : “ de nos Roys ” à la place de “ des Princes ”.

173 1639a et b : “ absentant ” au lieu de “ fuyant de ”.

174 1639a : “ recite des ” au lieu de “ fait au Ciel ses ”.

175 1639a et b : “ O ”.

176 1639a et b : “ murmure ”.

177 1639a : “ de force ” au lieu de “ d’éclat ”.

178 Didascalie absente en 1639a.

179 1639a : “ Ses yeux de son trespas les muëts orateurs ”.

180 1639a et b : “ dans ce malheur ” au lieu de “ et dans ce mal ”.

181 1639a : “ le deffunct Duc ” au lieu de “ son triste épous ”.

Haut de page

Note de fin

i Cette manière de tisser une continuité entre l’héroïne de sa pièce et l’Histoire de France se retrouvera dans la dédicace de Blanche de Bourbon, reyne d’Espagne, où Regnault souligne : “ Le sang royal de BOURBON dont elle est issuë, servit beaucoup à relever la gloire de ses actions ” (n. p.).

ii Guillaume Colletet (1596-1659) auteur d’un Art poëtique : où il est traité de l'épigramme, du sonnet, du poème bucolique, de l'églogue, de la pastorale et de l'idylle, de la poésie morale et sententieuse (Paris, L. Chamhoudry, 1658) ainsi que d’un Parnasse français ou l’Ecole des muses (Paris, C. de Sercy, 1664).

iii Il est remarquable que le baroque Rotrou vienne se joindre à ce concert de louanges. Il sera lui- même l’auteur de deux pièces mettant en scène des morts injustes et cruelles, Bélisaire (1644) et Le Véritable saint Genest (1647).

iv Jacques Pousset de Montauban sera également l’auteur d’une pièce à martyre, inspirée comme Marie Stuard de la Cour sainte : Indégonde, tragédie, Paris, de Luyne, 1654.

v Regnault a écrit un poème liminaire pour la Quixaire de Gillet de la Tessonerie, Paris, T. Quinet, 1640.

vi Le Chevalier Henri Avice est l’auteur de relations de fêtes telles que La Pompeuse et magnifique Cérémonie du sacre du roy Louis XIV, Paris, E. Martin, 1655.

vii Il semble que René Choppin soit juriste, avocat du clergé. Ses œuvres, publiées en 1662, portent sur le domaine de la couronne de France, les polices ecclésiastiques, les droits des religieux et monastères (Œuvres, Paris, 1663).

viii Pierre Du Pelletier est l’auteur de Mazarinades et d’un Hommage des Muses françoises aux pieds du Roy, Paris, C. Boudeville, 1649.

ix Regnault a écrit un poème liminaire pour Le Jugement de Pâris et le ravissement d’Hélène de Sallebray, Paris, T. Quinet, 1639.

x On reconnaît ici l’évocation de Richelieu et de son rôle déterminant pour le théâtre français dans cette période.

xi Jane Conroy affirme : “ L’identité de ce Far. de La Mailleraye reste obscure. Peut-être pourrait-on l’associer à la famille de Charles de La Porte, duc de La Meilleraye et cousin de Richelieu ” (op. cit., p. 108). Sans doute peut-on également le relier au Marquis de La Meilleraye, à qui Quinault dédie sa Comédie des comédiens, Paris, de Luyne, 1657.

xii Déformation de Norfolk, déjà utilisée par Caussin (La Cour sainte, tome 5, Paris, Jean du Bray, 1664 [1624], p. 603).

xiii Déformation de Jane Kennedy, nom de la confidente de Marie. Caussin orthographie Quenede (op. cit., p. 588).

xiv Déformation de Andrew Melville, nom de l’intendant de Marie.

xv Déformation de Murray, déjà utilisée par Caussin (op. cit., p. 565). Orthographié alternativement avec un seul ou deux r.

xvi Déformation de Kent, l’un des commissaires les plus ardents à persécuter Marie, d’après Caussin (op. cit., p. 658).

xvii Déformation de Shrewsbury, nom du Comte George Talbot, qui présida les débats du procès contre Norfolk et siégea dans la commission réunie lors du procès contre Marie.

xviii Déformation du nom du baron Herries, déjà utilisée par Caussin (op. cit., p. 592).

xix Déformation du nom de Sir Killigrew, appelé Quillegre par Caussin (op. cit., p. 656).

xx Paulet est le nom du garde de Marie (Caussin, op. cit., p.649), Le traducteur des Annales de Camden l’appelle pour sa part “ Ami Poulet ” (Annales des choses qui se sont passees en Angleterre et Irlance soubs le regne de Elizabeth : jusques a l’an de salut M.D.LXXXIX., traduites en Langue Françoise par P. de Bellegent, Poictevin, du latin de Guillaume Camden, auteur, Londres, Richard Field, 1624, p. 474).

xxi Dans la Nouvelle continuation des Amours, en 1556, Ronsard évoque la beauté de Marie Stuart. Il fait ensuite l’éloge de ses vertus dans des poèmes de circonstances, adressés à Charles, Cardinal de Lorraine (oncle de Marie), et à Henri II, en 1559 (voir sur ce point Georges Ascoli, La Grande- Bretagne devant l’opinion française depuis la Guerre de Cent ans jusqu’à la fin du XVIe siècle, Paris, Gambe, 1927, p. 89-91).

xxii L’ouvrage de Buchanan (A Detection of the actions of Mary, Queen of Scots, concerning the murder of her husband, and her conspiracie, adulterie, and pretended marriage with the earl Bothwell, and a defense of the true Lords maintainers of the Kings Majesties Action and Authoritie, written in latine, translated in scotch and now made in english, 1572) est très hostile à Marie Stuart : Caussin nous dit même qu’il a été composé à la demande de Moray, le demi-frère de Marie, dans le but de la discréditer. Obligé de le mentionner, Regnault prétend que Buchanan est revenu sur ses propos.

xxiii Pomponne de Bellièvre, ambassadeur extraordinaire du roi de France, dont les propos adressés à Elisabeth sont retranscrits dans la Harangue faicte a la royne d’Angleterre pour la desmouvoir de n’entreprendre aucune Juridiction sur la Royne d’Escosse.

xxiv Jacques de La Guesle, conseiller du roi de France, auteur de la Remontrance faite à la Royne d’Angleterre pour la Royne d’Escosse, [s.l.n.d.].

xxv Jane Conroy pense qu’il s’agit d’une “ transcription erronée de La Mothe-Fénelon […] ambassadeur à Londres lors du procès de Norfolk ”, dont la correspondance contiendrait de nombreux renseignements sur la période (Jane Conroy, op. cit., p. 115).

xxvi Ambassadeur de France en Angleterre sous Henry II, puis Chancelier, auteur d’un Discours sur la mort de tres haute & tres ilustre princesse Madame Marie Stouard, Royne d’Escosse, [s. l.], 1587.

xxvii Ces vers funèbres sont présents dans l’ouvrage d’Adam Blackwood.

xxviii Il s’agit du Martyre de la Royne d’Escosse d’Adam Blackwood, 1588

xxix Florimond de Remond, L’Histoire de la Naissance, Progrez et Decadence de l’Heresie de ce siecle, Arras, R. Maudhuy, 1611.

xxx Nicolas Caussin, La Cour sainte, ou l’Institution chrestienne des grands, avec les exemples de ceux qui dans les cours ont fleury dans la Saincteté, Paris, Sébastien Chappelet, 1624 [nombreuses rééditions].

xxxi Hilarion de Coste est l’auteur de deux ouvrages qui ont pu inspirer Regnault : l’Histoire Catholique sont descrites les vies, faicts et actions heroïques et signalees des hommes et dames illustres…, Paris, P. Chevalier, 1625 et Les Eloges & vies de Reynes, Princesses, Dames & demoiselles illustres en piété, courage & doctrine…, Paris, Sebastien Cramoisy, 1630.

xxxii Regnault suggère ici la gageure sur laquelle repose son projet esthétique, qui tend à concilier le maniement d’une matière vaste et complexe, à laquelle il dit s’être particulièrement attaché, et l’accommodation aux conventions classiques qui s’instaurent en France dans cette période.

xxxiii Sans doute s’agit-il d’Anne d’Autriche.

xxxiv Ces propos, ainsi que l’évocation des larmes et de l’approbation de Richelieu et d’Anne d’Autriche, semblent témoigner du succès de la pièce. On notera cependant que Regnault met l’accent, pour cette pièce engagée idéologiquement, sur l’accueil favorable qu’elle eut du côté du pouvoir, alors que pour Blanche de Bourbon, il soulignera surtout le succès public, en précisant dans la dédicace, qu’“ elle a paru tant de fois [sur les Theatres] si heureusement ” [n. p.].

xxxv Cette phrase fait penser à Lancaster que Regnault est jeune lorsqu’il écrit la pièce (op. cit., Part II, vol.1, Baltimore, John Hopkins Press, 1932, p. 183).

xxxvi Marie naît le 8 décembre 1542, au moment où son père se bat pour l’indépendance de l’Ecosse. Il meurt en effet peu après sa naissance, le 13 décembre. Marie est proclamée reine dès la mort de son père.

xxxvii Marie part pour la France le 7 août 1548, car les Anglais menacent de venir chercher la jeune reine, fiancée au jeune Edouard VI, et lancent la bataille en 1547. Sa mère, Marie de Guise, ne part pas avec elle : elle ira seulement passer un an en France, à partir de septembre 1550. On voit donc que Regnault a tendance à concentrer dans ce récit des éléments éloignés dans le temps, mort du père et fuite avec la mère, sans doute afin de rendre plus intense l’accumulation des catastrophes.

xxxviii Regnault opère encore une distorsion temporelle, par rapport à la réalité des faits : Marie de Guise meurt le 10 juin 1560, après le mariage de Marie.

xxxix Henry II, roi de France de 1547 à 1559.

xl Marie épouse le dauphin, qui devient le roi François II, en 1558.

xli Le contrat de mariage est signé le 19 avril 1558, mais les fêtes célébrant le mariage se déroulent en juillet 1559, effectivement le moment où Henri II meurt, touché à la tête lors d’un tournoi.

xlii Comprendre parce qu’il disparut.

xliii François II meurt le 5 décembre 1560.

xliv Comprendre Mit fin au bonheur qu’il m’avait donné

xlv A son retour en Ecosse, Marie monte sur le trône

xlvi Ces guerres sont religieuses, bien sûr, mais elles se manifestent en particulier dans de violentes rivalités entre grandes familles nobles (voir Duchein, op. cit., p. 112 sq.).

xlvii Lord Darnley, Henry Stuart, Comte de Lenox, cousin de Marie Stuart. Elle l’épouse en 1565. Ils ont un fils, Jacques VI, qui accèdera au trône d’Ecosse à la mort de Marie (1587) et au trône d’Angleterre, sous le nom de Jacques Ier, à la mort d’Elisabeth (1603).

xlviii Le comte Moray, demi-frère de Marie, est allié aux protestants, et il craint d’être dépossédé par le catholique Darnley de la place privilégiée qu’il possède au palais.

xlix Bothwell, fortement suspecté d’avoir tué Darnley en 1567, aurait agi soit à l’instigation de Moray, soit à la demande de Marie. Regnault choisit bien sûr la première possibilité, comme Caussin avant lui (op. cit., p. 575).

l Le terme désigne tout crime énorme et dénaturé : celui d’un père ou d’une mère, mais aussi d’un frère, d’une sœur, d’un époux ou d’enfants.

li Marie est emprisonnée, en 1567, à Lochleven.

lii Le mot “ cercle ” est utilisé à propos de ce qui revient et qui semble circuler continuellement.

liii Le Comte William Douglas, seigneur de Lochleven, demi-frère de Moray.

liv Lord Georges Seton, que Caussin appelle déjà Selon (op. cit., p. 588).

lv Synérèse.

lvi Nuage.

lvii On peut comprendre fille d’un criminel (Henry VIII est en effet réputé pour ses actes de violence), ou fille d’un mariage criminel (car le mariage de Henry VIII et Anne Boleyn a donné lieu au schisme).

lviii Le mariage de ses parents a été annulé, elle a été déclarée bâtarde et par conséquent son accès au trône a été contesté.

lix Comte de Leicester, Robert Dudley. Regnault s’est sans doute inspiré de Caussin, qui l’appelle Comte de Licestre (p. 607).

lx Bijou. L’histoire dit que c’est au contraire Marie qui a fait présent à Elisabeth d’un bijou de diamant en forme de cœur.

lxi Le sable.

lxii Blanchissantes d’écume.

lxiii Se dit des actions des personnes héroïques. Furetière donne l’exemple des martyrs.

lxiv Sortie.

lxv Désigne soit la parenté, soit la conjoncture astrale qui préside à la naissance.

lxvi Région de l’Asie ancienne qui faisait partie de la Médie, puis de l’Empire Perse.

lxvii Dégoutter signifie “ tomber goutte à goutte ” ou “ laisser tomber goutte à goutte ”, se rapportant soit au liquide qui tombe soit au support duquel il tombe.

lxviii Emprisonnement.

lxix Depuis.

lxx Troublée par des obstacles.

lxxi Fin ou moment proche de la fin.

lxxii Fidélité.

lxxiii Il s’agit du procès instruit contre Marie à son arrivée en Angleterre, pour décider si elle est ou non coupable de la mort de Darnley.

lxxiv Exercer une force verbale ou physique.

lxxv Torture.

lxxvi Croître.

lxxvii Comte d’Arundel, Philip Howard. Il a fait partie de ceux qui voulaient favoriser le mariage de Marie et Norfolk.

lxxviii Duc de Gloucester.

lxxix La signature.

lxxx Allusion au personnage historique, mais aussi, implicitement, au personnage littéraire de la Mariamne de Tristan l’Hermite.

lxxxi La comparaison d’Elisabeth avec Hérode et Tibère est déjà chez Caussin : “ elle se vouloit donner la reputation de douceur & de clemence, imitant en cela les Herodes, & Tyberes, qui jamais ne disent mieux que quand ils font pis ” (op. cit., p. 647).

lxxxii Henry VIII était réputé pour sa cruauté et son despotisme, à l’égard de ses épouses (deux furent répudiées, et deux décapitées), et de son entourage (il suscita la terrible disgrâce de son aumônier le cardinal Wolsey).

lxxxiii Tout réussit selon vos vœux.

lxxxiv Faillir (faire quelque chose contre les lois ou contre son devoir). Devenu verbe défectif.

lxxxv Etre distrait et inquiet.

lxxxvi Adroitement.

lxxxvii Dispositions.

lxxxviii Henry VII Tudor (1457-1509), roi d’Angleterre, grand-père d’Elisabeth.

lxxxix Edouard III Plantagenêt (1312-1377), roi d’Angleterre, ancêtre de Richard II (1367-1400), Henri IV (1367-1413), Henri V (1387-1422), Henri VI (1421-1472), et Richard III (1452-1485). Henri VII, père d’Henri VIII, en l’emportant sur le dernier roi Plantagenêt, Richard III, fonde une nouvelle dynastie, les Tudor, qui s’éteint avec Elisabeth.

xc Depuis.

xci La lignée de Stuart remonte à Jacques II Stuart, roi d’Ecosse (1430-1460).

xcii Cet argument est déjà présent dans la Harangue de Pomponne de Bellievre : “ il n’y a que Dieu qui puisse juger les Roys, & nous defend de toucher à son oinct ” (op. cit., p. 6).

xciii Ici, contrairement à d’autres moments de la pièce où elle est mue par l’intérêt ou la pitié, Elisabeth apparaît ouvertement injuste et animée par un instinct de cruauté incontrôlable. On voit comment se combinent la barbarie totale, le machiavélisme suscité par la volonté de conserver le pouvoir et des moments d’effusion, vers des sentiments plus doux.

xciv Eloignées.

xcv Dans cette réplique comme dans la précédente du Duc s’élabore une mise en perspective historique de l’action présente, qui inscrit celle-ci dans une continuité certaine avec l’époque de la représentation de la pièce.

xcvi Dise.

xcvii Dissimuler.

xcviii Le duc décrit un miracle qui vient s’associer aux autres éléments ressortissant au merveilleux chrétien dans cette pièce.

xcix Raconter des faits de manière détaillée.

c Adoucir, émouvoir.

ci Confiance.

cii Comprendre ordonner qu’on me mène au supplice.

ciii Avant de.

civ Synérèse.

cv Comprendre La Tamise débordera des pleurs des vivants et du sang des morts.

cvi Tuer.

cvii Structure malaisée : on peut supposer que le “ si ” a une valeur causale.

cviii Ces vers sont imités de la Mariamne, où Hérode dit : “ Mais quoy, faire périr ce que j’ay tant aimé ? / Pourray-je me resoudre à foudroyer un Temple / Que j’ay tenu si cher […] ? ” (Paris, Courbé, 1637, p. 78, Acte IV, scène 1).

cix On lit ici l’hésitation d’Elisabeth à perdre celui qu’elle aime : l’irrésolution est à la fois présente et ténue, puisque la reine se laisse très vite convaincre par Kemt et Mourray de tuer pour se préserver. Il n’y a donc pas de dilemme structurant dans cette scène, mais l’hésitation introduit cependant de la suspension et du pathétique. Elle donne à voir Elisabeth agissant presque à contre-cœur, et sous l’effet de la crainte que produisent en elles les paroles des comtes.

cx Avant.

cxi Il évoque des victoires militaires (symbolisées par les lauriers) sur des Français (symbolisés par les lys).

cxii L’escalier.

cxiii “ Prochain ” a encore au XVIIe une valeur temporelle et spatiale.

cxiv Depuis.

cxv Opposé.

cxvi Déesse de la Justice.

cxvii Elles sont cousines éloignées : Elisabeth est la fille de Henri VIII, Marie fille de Jacques V, lui- même fils de Marguerite Tudor, sœur de Henri VIII. Le renforcement de la proximité familiale permet de rendre la situation plus dramatique : le comportement d’Elisabeth est d’autant plus cruel, et la situation de Marie plus pathétique.

cxviii Le mot possède ici le sens de meurtrier ; ce sens, conservé pour l’adjectif, a été abandonné depuis pour le substantif, qui signifie aujourd’hui “ meurtre ”.

cxix Comprendre de n’avoir point de faute.

cxx Emploi consécutif, que l’on attendrait de voir corrélé à un “ si ” précédant “ lâche ” (N. Fournier, Grammaire du français classique, Paris, Belin, 1998, § 416).

cxxi Emploi intransitif signifiant “ inciter ”, relevé par Furetière.

cxxii Cette prédiction proférée par le persécuté est reprise par D’Aubignac dans sa Pucelle d’Orléans : l’héroïne s’y trouve dans la même situation que Nolfoc, confrontée à des juges partiaux dans un procès factice. Elle leur apprend le sort qui les attend (D’Aubignac, La Pucelle d’Orléans, Paris, Targa, 1642, p. 90-92).

cxxiii Comprendre “ prêt à ”.

cxxiv Comprendre “ suffrages ”. L’expression “ aller aux opinions ” est donnée par Furetière.

cxxv Anaphorique de “ l’arrêt ”.

cxxvi Signifie “ vainc ”.

cxxvii Le nom et son complément sont éloignés, il faut restaurer l’ordre de la phrase ainsi : “ Si vous gardez encor cette ardeur à servir votre Maistre ”.

cxxviii Comprendre “ depuis que ”.

cxxix Dans cette scène, le Duc invoque de plus en plus clairement Dieu, et il adopte progressivement l’attitude constante du martyr qui accepte l’épreuve, et aperçoit sa récompense, ici la gloire (v. 900) et la couronne (v. 898), et souhaite courir à la mort (v. 901), ce qui est également le langage typique des martyrs de tragédies chrétiennes.

cxxx Cette réplique de Herrin est intéressante : elle inscrit l’injustice présente dans une chaîne temporelle plus vaste, et en fait un moment de la décadence d’une royaume. La perspective historique est ici suggérée et confère une orientation particulière à l’action de la pièce.

cxxxi Erreur intéressante : Regnault semble transposer la situation en France. Est-ce à dire que le parallèle s’impose ?

cxxxii Signifie ici “ réussir ”.

cxxxiii Mourray comprend la teneur tragique de son geste en semblant prendre conscience que la proximité familiale rend son comportement plus grave encore. Le dramaturge intensifie par là la mise en valeur du pathétique.

cxxxiv Signifie “ distribuer, faire quelque gratification ”.

cxxxv Comprendre la pire attaque.

cxxxvi Dieu.

cxxxvii La constance et l’absence de résistance au bourreau sont les qualités les plus importantes du martyr de tragédie chrétienne.

cxxxviii Escaliers.

cxxxix A cause de moi.

cxl Comprendre je me demande si je suis éveillée.

cxli Comprendre Puisqu’ils se sont vengés, leur défaite n’est pas totale.

cxlii Raccourcir.

cxliii Sous-entendu “ pompe funebre ”.

cxliv Frayeurs.

cxlv “ Tant plus […] d’autant plus ” mis pour “ plus […] plus ”.

cxlvi Nous avons déjà vu que cet argument est capital chez les apologistes : la mort de Marie est sacrilège parce qu’elle est reine.

cxlvii Alliés naturels des catholiques.

cxlviii Renvoie à l’Empire d’Allemagne.

cxlix Les Armes de Flandres et de Hollande comportent des lions. Il faut donc comprendre que même les alliés religieux d’Elisabeth se retourneraient contre elle.

cl Les léopards figurent sur les armoiries de l’Angleterre.

cli Cette réplique, absente dans la première édition, extériorise le dilemme d’Elisabeth : elle permet de développer les arguments de celle-ci pour épargner Marie, et d’offrir un véritable contrepoint rhétorique à la réplique de Kemt. L’hésitation, ponctuelle, est cependant bien mise en valeur par cet ajout qui fait exister les deux points de vue

clii Comprendre bien qu’il soit cruel et sanglant. Ce vers illustre la position très paradoxale d’Elisabeth : elle sait que le conseil est cruel, et elle le regrette, comme l’indique le dernier mot de la réplique, mais elle s’y conforme pour se préserver. Elle n’est donc ni totalement indifférente au sort de celle qu’elle condamne, ni réellement déchirée par l’injustice qu’elle commet, ce qui ne permet de la ranger ni dans la catégorie des tyrans totalement déshumanisés, ni dans celle des persécuteurs souffrants (tels Félix dans Polyeucte).

cliii “ Prompt à rendre service, obligeant ” : l’emploi est bien sûr ironique

cliv Comme le duc, à l’approche de la mort, Marie adopte le langage des martyrs, exprimant son vœu de mourir.

clv Nous retournons ici à la problématique spécifique du régicide : les hommes n’ont aucun droit sur une tête couronnée.

clvi Il s’agit des couronnes de France, d’Ecosse et d’Irlande.

clvii Pour épouser Anne Boleyn, Henri VIII a renoncé au catholicisme en 1533, lorsqu’il a voulu délaisser sa première épouse Catherine d’Aragon : le crime est ici clairement le mariage qui occasionna le schisme.

clviii Sens ambigu : soit “ si ” est mis pour “ néanmoins ”, qui se rapporte au vers 1236, comme “ toutefois ”, soit “ si ” est mis pour “ partant, par conséquent ”, et se rapporte à “ je l’ayme toutefois ”. Les deux sens sont attestés par Furetière.

clix Signifie les nuages, mais aussi, plus largement, le Ciel.

clx Ce sera le cas, puisque son fils Jacques VI deviendra roi d’Ecosse puis roi d’Angleterre.

clxi Ce revirement d’Elisabeth a le mérite de suspendre l’action, et aussi de mettre en évidence la dimension sacrilège de la mort de Marie : Elisabeth dit bien qu’il ne s’agit pas d’une mort quelconque, mais d’un acte symbolique transgressant l’ordre social, humain et naturel.

clxii Etats les plus fâcheux auxquels l’on puisse être réduit.

clxiii Ce moment constitue une réorientation majeure : pour la première fois, la pitié prédomine chez Elisabeth, ce qui rend l’issue funeste d’autant plus pathétique.

clxiv Opposée.

clxv Détourner.

clxvi Comprendre vostre plainte est trop juste pour que je la rejette.

clxvii Descend.

clxviii Rives, rivages.

clxix Cet écusson est problématique, à un moment où Marie n’est pas encore reine de France : il ne peut s’agir que des sceptres d’Ecosse, d’Irlande, et d’Angleterre, mais ce dernier constitue seulement une aspiration de Marie. Sur ce point Hilarion de Coste est peut-être éclairant :
“ La Reine Marie de vivant de nostre Roy François II. son premier mary avoit pris pour devise des Couronnes avec ces mots latins : ALIAM QUE MORATUR, Elle en attend une autre, désignant la Couronne d’Angleterre […] ” (Les Eloges & vies de Reynes, Princesses, Dames & demoiselles illustres en piété, courage & doctrine…, Paris, Sebastien Cramoisy, 1630, p. 497-8).

clxx Symbole de l’amour, il était dédié à Vénus.

clxxi Signe de la paix, l’arbre était consacré à Apollon dans l’Antiquité.

clxxii Marque la gloire d’un triomphe.

clxxiii Symbole de la victoire, au combat ou au martyre.

clxxiv Armes du royaume de France.

clxxv Les léopards figurent sur les armoiries de l’Angleterre.

clxxvi Cou.

clxxvii Dans la mythologie grecque, on évoque Busiris, roi d’Egypte : il fit immoler un devin qui recommandait de faire brûler tous les étrangers afin d’apaiser la colère des dieux et de mettre ainsi fin à la famine et à la sécheresse qui s’abattaient sur l’Egypte.

clxxviii Celui-ci mangea ses fils, servis en guise de repas par son frère Atrée dont il avait séduit la femme afin de s’approprier le trône de Mycènes. Il est le héros de deux tragédies éponymes, celle de Sénèque et celle de Ludovico Dolce, au XVIe siècle.

clxxix Le soleil.

clxxx Le bourreau

clxxxi La tête.

clxxxii Ces yeux fermés.

clxxxiii Ces deux vers sont imités de la réplique d’Hérode, dans La Mariamne :
“ Treuveray-je un refuge au centre de la terre, / Où mon crime se trouve à couvert du tonnerre ? ” (Paris, Courbé, 1637, p. 103, Acte V, scène 2).

clxxxiv L’évolution d’Elisabeth est la même que celle d’Hérode au dénouement de la Mariamne de Tristan L’Hermite : en proie au remord et à la folie, elle répudie les traîtres avant d’ordonner un deuil général et d’instaurer le culte de l’innocente persécutée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Regnault, « Marie Stuard, reyne d’Ecosse »Études Épistémè [En ligne], 8 | 2005, mis en ligne le 01 novembre 2005, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/episteme/2771 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.2771

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search