Navigation – Plan du site

Des hommes asservis par leurs sens ou « embabouinés » par les femmes ? Amour, désir et pouvoir dans quelques succès éditoriaux de la Querelle des femmes au XVIe siècle

Are men enslaved by their senses or fooled by women? Heterosexual love, desire and power in some best sellers of the 16th-century Querelle des femmes.
Tatiana Clavier

Résumés

La rencontre des sexes sur le terrain de l’amour et du désir est abordée par plusieurs auteurs largement diffusés en langue française au XVIe siècle, qu’ils abordent directement la Controverse des sexes ou qu’ils s’en fassent l’écho dans des textes visant à éduquer la noblesse. Ils construisent ou déconstruisent l’argumentaire présentant les femmes comme tentatrices responsables de la luxure, et l’amour pour elles comme asservissement aux sens, maladie dangereuse pour la santé physique et psychique des hommes. Ils définissent aussi diversement le « vrai » et le « fol » amour, les responsabilités des viols, la « guerre d’amour » et ses différentes armes (dont les liens des femmes avec les puissances occultes). La domination d’un sexe sur l’autre étant au cœur de la question, les hommes amoureux et soumis à leurs désirs sont souvent accusés d’abêtissement et de féminisation. Certains considèrent enfin l’impuissance masculine comme la conséquence d’une lubricité insatiable des femmes, d’autres comme la cause des accusations de ceux qui ne peuvent les satisfaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Ian Maclean, The Renaissance Notion of Woman: A Study in the Fortunes of Scholasticism and med (...)
  • 2 Leurs citations seront tirées des éditions présentées dans les notes suivantes, auxquelles je renve (...)
  • 3 Le Blason des faulses amours, in Œuvres poétiques de Guillaume Alexis, t. 1, éd. A. Piaget et E. Pi (...)
  • 4 Les Lamentations de Matheolus et le Livre de Leesce de Jehan Le Fèvre de Ressons, éd. Anton Gerard (...)
  • 5 Les Controverses des sexes Masculin et Femenin, Toulouse, Jacques Colomiès, 1534 (9 éditions entre (...)
  • 6 De la bonté et mauvaistié des femmes, Paris, Jean Dallier, 1571, texte édité par Richard A. Carr, P (...)

1Entre la fin du XVe et celle du XVIe siècle, alors que les femmes se succèdent au pouvoir en France, la question du genre est d’autant plus sur la place publique que l’imprimerie permet la multiplication des textes qui en débattent1. Je m’intéresserai ici à huit d’entre eux, d’origines et de formes différentes, qui ont en commun le succès rencontré par leurs éditions en langue française2. De ce fait, ils nous offrent un intéressant reflet des idées circulant à l’époque, dans les cercles lettrés, sur les rapports entre les sexes et le questionnement des identités de genre. Les quatre premiers sont des textes polémiques. Trois d’entre eux sont des discours contre l’amour, le mariage et les femmes: Le Blason des faulses amours3, rédigé par Guillaume Alexis entre 1450 et 1486 ; les célèbres Lamentations de Mathéolus4 (Liber de infortunio suo), rédigées en latin par Mathieu de Boulogne entre 1295 et 1301, et traduites par Jean Le Fèvre de Ressons entre 1371 et 1380 ; et Les Controverses des sexes Masculin et Femenin5, commises en 1534 par Gratien Du Pont, seigneur de Drusac. Quant au quatrième, il s’agit de De la Bonté et Mauvaistié des femmes6, que Jean de Marconville fait paraître en 1563.

  • 7 Livre de l’institution de la femme chrestienne, tant en son enfance que mariage et viduité, aussi d (...)
  • 8 Le Parfait Courtisan du Comte Baltasar Castillonnois en deux langues, respondans par deux colonnes, (...)
  • 9 L’Horloge des princes avec le tresrenomme livre de Marc Aurele, recueilly par don Antonio de Guevar (...)
  • 10 L’Histoire de Chelidonius Tigurinus, sur l’institution des Princes Chrestiens des Royaumes. […] Ave (...)

2J’étudierai aussi quatre œuvres didactiques qui entrent en dialogue avec ces premiers textes : L’Institution de la femme chrestienne7 (De institutione feminae christianae), rédigée en latin par Juan Luis Vivès en 1524 et traduite en français dès 1542 et Le Courtisan8 (Il libro del Cortegiano), écrit en italien par Baldassare Castiglione en 1528 et traduit en français dès 1537 ; puis deux textes se proposant d’instruire les hommes au pouvoir, L’Horloge des princes avec le tresrenomme livre de Marc Aurele9 (Libro llamado Reloj de principes en el cual va incorporado el muy famoso libro de Marco Aurelio), d’Antonio de Guevara, paru en espagnol dès 1529 et en français dès 1540 et le Traité de l’excellence & dignité de mariage que Pierre Boaistuau ajoute à l’institution des princes10 qu’il fait publier en 1556.

  • 11 Voir Joan Kelly, « Early feminist theory and the “Querelle des Femmes”, 1400-1789 », Signs 8-1, 198 (...)

3J’aborderai la question des sens dans la construction du genre en y examinant les discours tenus sur les liens sexuels et amoureux entre les femmes et les hommes. Je montrerai comment les défenseurs de l’ordre du genre dévoilent la fragilité du système qu’ils théorisent lorsqu’ils évoquent la rencontre des sexes sur les terrains de l’amour et du désir, et comment les textes de mon corpus relaient les argumentaires pro et contra de la Querelle des femmes11. Les hommes sont-ils assujettis par les femmes qu’ils désirent ou asservis par leurs propres sens ? Telle est la question qui guidera ma courte exploration de ces huit succès éditoriaux au cœur de la Querelle.

Des hommes assujettis par les femmes ?

4Guillaume Alexis écrit dans son Blason des faulses amours que les hommes amoureux des femmes « s’abestissent / Quant les chierissent. / Tant Obeissent / Que de liberté se desfont » (v. 833-836). L’image récurrente des animaux domestiques sert à sa démonstration : en autorisant les sens à gouverner, l’amour fait d’eux des bêtes soumises à leurs maîtresses. Ainsi, celui qui accepte d’être « Mys a senestre [négligé] / Pour servir femme, et il [et qui] l’endure, / C’est raison qu’on le maine paistre, / La teste dedans ung chevestre [licol], / Comme une beste, a la verdure » (v. 811-816). Alexis insiste sur ce risque de dérèglement de l’ordre du monde en convoquant plusieurs espèces. Il écrit par exemple : l’« Homme qui gouverner se laisse, / [est] Ainsi qu’ung chien qu’on maine en laisse » (v. 850-851) ; ou encore : « Se une fois vous tiennent en mue [cage], / C’est assavoir en leur clapier,/ Fussiez vous cent fois esprevier, / Ilz vous feront devenir grue » (v. 945-948). « Bref, conclut-il, qui s’accointe de tel pute, / Plus que beste je le repute » (v. 1138-1139).

5Pour Mathéolus, qui se dit victime de manipulations, quoi que l’épouse désire obtenir de son mari, elle « le maine desur le lit, / Et feint que vueille avoir delit, / Lors son mari baise et acole » (II, v. 1111-1113). Les séductions qui poussent les hommes à perdre leur pouvoir sur leurs épouses font l’objet de nombreux développements dans ses Lamentations misogames :

A son mari tourne la chiere
Et puis luy tent sa bouche et poitrine.
Bien le deçoit par sa dottrine.
Tant ly requiert, tant ly supplie
Qu’il luy dit tout ; si fait folie ;
Car depuis est dame et maistresse,
Et il est serf a grant destresse. (II, v. 1232-1238)

  • 12 D’après le Dictionnaire du Moyen Français de l’Atilf, l’expression « vent de la chemise » désigne l (...)

6Cette soumission des maris amoureux pousse Drusac à la caricature dans Les Controverses des sexes Masculin et Femenin lorsqu’il décrit « Ceulx là qui veullent, estre dictz bon maritz / Et qui des femmes, font le commandement / Et n’oseroient, avoir fait aultrement / Après [avoir] receu, le vent de la chemise » (D7v) ; autrement dit ceux qui se soumettent après avoir été satisfaits sexuellement ou en avoir eu l’espoir12.

7Les textes étudiés offrent de nombreux exemples d’hommes dominés par des femmes aimées. On trouve même parmi eux les plus grands philosophes. Mathéolus montre Socrate tyrannisé par son épouse (III, v. 932), et Drusac accentue les humiliations que lui infligeait Xantippe. « Ledict saige, nuyct et jour tourmentoit / De ces parolles, et qu’est pis, le batoit » écrit-il. Elle lui fit même « grandissime oultraige » lorsque « du pissat, luy gecta sur la teste » (S2). Mathéolus montre aussi Aristote chevauché par une femme, dans une scène qui incarne le renversement de l’ordre du genre : « Femme fu chevalier et l’omme/ Fu le cheval » (I, v. 1147-1148). Drusac vilipende également Aristote, si amouraché de sa courtisane qu’il fut contraint d’abandonner Athènes parce qu’il la « mainctenoit / Plus honorée, qu’à elle n’appartenoit » (T7). Dans le chapitre de De la bonté et mauvaistié des femmes que Marconville consacre à leur impudicité, il se dit « esbahy de celles qui ont peu faire chopper [trébucher] les plus renommez Philosophes du monde ». La prostituée Archenasse, par exemple, sut « si bien embabouiner le divin Platon que non seulement il l’aimoit, mais aussi se lamentait d’estre detenu de l’amour d’une vieille ridée », et la courtisane Laïs « se jactoit et vantoit que les plus renommez philosophes alloient à son escholle et devenoient amoureux d’elle » (177).

8Plus encore que les philosophes, les grands hommes de la culture occidentale séduits par des femmes sont énergiquement condamnés. Marconville résume ainsi la situation : les femmes « ont si bien embabouiné les hommes de l’amour lascif qu’ils ont delaissé plusieurs beaux faicts, et excellens » (182). Achille refusa par exemple la bataille pour Chryséide, Circé retint Ulysse dans ses filets, Cléopâtre fit tourner la tête de César et de Marc Antoine, Tibère fuit à Rhodes devant les adultères de Julia, Samson laissa Dalila le déposséder de sa force, et Hercule servit Omphale comme « pedisseque [esclave] et chambriere » (183).

9Les humanistes du XVIe siècle connaissent bien tous ces exemples. Ainsi dans L’Institution de la femme chrestienne, Vivès déconseille-t-il aux hommes la proximité avec les femmes : « Plusieurs exemples en avons, écrit-il, de freres & amys, qui en sont tombez en gros scandales et inconveniens » (95). Lui aussi rappelle les cas des plus célèbres :

Troye en tesmoignera pour Heleine ; l’empire des Lacedemoniens pour les vierges ravyes. Roderic laissa & perdit les Espaignes pour le ravissement de la fille du conte Julien ; Adam mist tous ses successeurs en peine pour Eve ; David ses subjectz pour Bersabee ; Salomon se mescongneut pour estrangieres ; Sanson pour Dalida ; Jason pour Medee, et tant d’autres, que l’on estimoit sages & constans, tant hommes que femmes [je souligne], lesquelz n’ont peu mettre bride a leurs folz amours. (108)

10Dans un texte d’abord destiné aux femmes, Vivès adresse donc sa leçon sur les conséquences de l’amour aux hommes comme aux femmes. Il ne parvient pourtant à n’en citer qu’une seule, Médée, aliénée par amour. Ce sentiment, demande-t-il, n’a-t-il pas « incité le grant prophete David a faire mourir ung innocent ? Salomon a ydolatrie ? Sanson a debilitation ? Medee [je souligne] a lacerer son frere & tuer ses enfans ? Catilina a occire son propre filz ? » (109).

11Dans Le Blason des faulses amours, le moine condamne Adam, Salomon, Hérode, Antoine. L’amour, selon lui, est maladie dangereuse. À propos de Pâris, assujetti par son amour pour Hélène, il déclare : « Mieulx lui vaulsist en mal estraine [pour son malheur] / Avoir tremblé fievre quartaine [fièvre quarte] / Que tant aymer ce qu’il ayma » (v. 670-672). Boaistuau tire aussi de nombreux exemples de plusieurs livres bibliques comme de l’histoire ancienne dans son Traité de l’excellence & dignité de mariage où il veut d’abord montrer « Combien l’incontinence est dommageable aux Princes, & comme elle est cause de la ruyne de plusieurs Royaumes & principautez » (100v). Il dit par exemple les lourdes peines infligées à David « pour son adultere », écrit que Salomon « pour la mesme cause idolatra, & fut donné en sens reprouvé ». Il affirme aussi que Troie « pour le ravissement d’Helene fut ruinée », que Thèbes « pour le rapt de Chrysippe, & pour l’inceste d’Oedipe fut punie », et que les rois furent bannis de Rome « pour le ravissement de Lucresse » (101v).

  • 13 L’idée selon laquelle la beauté d’Hélène a causé la guerre de Troie figure dans les Satires d’Horac (...)

12Drusac rappelle tous ces exemples dans ses Controverses, et met aussi sur le compte du désir pour les femmes la chute des plus grands empires. Les titres de plusieurs suites de vers attirent l’attention sur le sujet : « De la perdition du Royaulme des Assyriens, faicte par Sardenapallus à l’occasion des femmes », où Sardanapale, célèbre pour ses débauches, est qualifié d’« effeminé, plus que aultre renommé » (Z1) ; « De la perte du Royaulme d’Asie et destruction de Troye », où la responsable est sans doute trop célèbre pour qu’il soit nécessaire de noter son nom13; puis « De la perdition du Royaulme de Romme par Lucresse » (Z2). Visant l’exhaustivité dans sa somme misogyne, Drusac évoque même des cas moins connus. Du peintre Appelle, amoureux de Campaspe, la maîtresse d’Alexandre, il dit par exemple : « sy fort, estoit d’elle surpris / Qu’il povoit dire, certes le Rat est pris » (T7v).

13Les auteurs et narrateurs eux-mêmes disent avoir été pris à ce piège. Mathéolus se propose comme contre-exemple dans ses Lamentations, et décrit comme il s’est fait séduire : « Bien est raison que vous sachiés / Comme fui pris et enlaciés. / Je fuy baisiés et acolés, / Je fuy seduis et afollés / Par doulx regars, par beau langage » (I, v. 567-571). « Par la veüe / fu ma science deceüe » (I, v. 647-648) avoue-t-il, et il ne cesse de répéter qu’il est victime des violences de sa femme, tyrannisé et effrayé par elle. Il écrit par exemple : « [Si] ceste euvre luy estoit dite, / Ou visage me cracheroit / Et les deux yeulx m’esracheroit » (IV, v. 26-28), puis « Je n’ose mais lever le chief / [Ni] le sourcil vers ma maistresse » (IV, v. 264-265). L’ensemble de l’œuvre, de fait, donne une piètre image de l’homme et de sa prétendue supériorité naturelle.

14Moins attendues sont les confidences du lieutenant de la maréchaussée toulousaine, Drusac. On en trouve néanmoins à divers endroits des Controverses. Dans les Coupletz espars contre Eve, il écrit : « Femme en ses laz, aultresfoys m’a tenu », pour affirmer : « jamais plus, n’y serai detenu » (F5). Plus loin, il avoue qu’il a compté parmi les amoureux les plus fous :

Je vous promectz, que j’en sçay la science
Tant d’ouyr dire, que par experience
Car ne pencez, que jamays ebetté
Oncq fut vivant, plus fort que j’ay esté. (K5)

15C’est donc au nom de cette « science » qu’il parle : le savoir d’un homme assujetti, qui en est resté aigri. La même « science » motive les propos de l’empereur Marc Aurèle qui, sous la plume de Guevara, s’exclame dans l’Horloge des princes : « O quantes fois en ma jeunesse je cogneu les femmes, je traictay avecques femmes, parlay avecques femmes, conversay avecques femmes, creu en femmes, & combien de fois elles m’ont deceu, mal traicté & diffamé » (164).

Les responsabilités des femmes : créatures impudiques, diaboliques et destructrices

16Pour persuader les lecteurs que les femmes sont responsables de ces maux, plusieurs les présentent comme des créatures impudiques et destructrices. Le chapitre de Marconville titré « De la discontinence et dereiglée impudicité d’aucunes femmes » (XX) est le plus fourni de la partie sur la Mauvaistié des femmes avec 36 exemples. De même, la liste des femmes luxurieuses de Drusac en compte 75, contre 31 orgueilleuses et 43 meurtrières listées dans ses Controverses, encore que plusieurs soient aussi des débauchées.

17Les courtisans misogynes mis en scène dans le célèbre traité italien de Castiglione affirment que les femmes, « pour l’imbecillité du sexe, sont beaucoup plus enclines aux appetits sensuels que les hommes » (436). Drusac, lui, veut démontrer qu’elles sont « plus chauldes que les hommes » (2e cahier non chiffré, 7). Non seulement il affuble celles qu’il cite de qualificatifs orduriers, mais les femmes violées subissent aussi ses foudres. Thamar mérite par exemple de figurer parmi les luxurieuses « nonobstant, que repugnast ung peu » (T1), lorsque son frère abusa d’elle. De même, s’adressant à Philomène, il écrit : « Paillarde fuz, du roy dict Theseus » et « il te feist la chosette » pour qualifier le viol (V4v). Il compte Cyanè, violée par son père, parmi les « paillardes incestueuses » et les parricides. Puis, en tête de sa liste « Des femmes qui se sont tués d’elles-mesmes » (Y2), il accuse la célèbre « Lucresse » de s’être suicidée après le crime. Il répond même à l’accusation selon laquelle les hommes sont responsables de la luxure dans les vers accordés à l’épouse de Putiphar qui, dit-il, « voulut forcer » Joseph « de coucher avec elle » (T3).

Aulcunnes folles, pour des hommes mesdire
Veullent conclure, totallement et dire
Que sy les femmes, par luxure mesfont
A la requeste, de nous hommes le font
Que nous en sommes, premiers instigateurs
Solliciteurs, et vrays incitateurs. (T3)

18Drusac insiste sur la violence physique de « la mauldicte » qui accusa ensuite Joseph. Il persiste à vouloir montrer que les femmes accusent de viol, par dépit, ceux qu’elles n’ont pu séduire dans l’histoire suivante, dont le titre résume le contenu : « D’ugne femme qui fut tant amoureuse d’un Clerc, qu’elle le pressoit toutz les jours de paillarder avec elle, et de despit qu’il ne le voulsist faire se ala plaindre au Juge, disant icelluy la vouloir forcer, dont fut mys en prison, et à la fin bruslé » (T4v).

  • 14 Poudres « charmées et envelimées / De plusieurs especes limées / Ou il avoit mainte recaupe [morcea (...)
  • 15 « Pouldre de chippre aussy de la cyvete / Que dans leur con, tant en mectent petit / Grand challeur (...)

19Plusieurs auteurs indiquent aussi que les femmes tirent leurs pouvoirs de leurs liens avec les puissances occultes. Dans ses Lamentations, Mathéolus n’hésite pas à écrire au XIIIe siècle : « On dit que la femme, sans fable [je ne plaisante pas], / Scet plus un art que le deable » (II, v. 2059-2060). Au XVIe siècle, Drusac affirme dans Les Controverses des sexes Masculin et Femenin, qu’elle est « plus dommaigeable, que pouvoir sathanicque » (I4v), et dans L’Horloge des princes, Guevara fait déclarer à Marc Aurèle que les femmes « sont tant puissantes, que quand elles veulent, elles imposent silence aux vivans, & font que les morts parlent es sepulchres » (194v). La sexualité féminine, surtout, est diabolisée. Mathéolus dit avoir été abusé par une femme au moyen de « poudres » qui ont tout des recettes de sorcières14, et Drusac dénonce crument celles qui mettent « dans leur con » des aphrodisiaques à base de poudre de chypre et de civette15.

  • 16 « A tous propos, / Sans nul repos, / Sont demandante ; / Pour tollir los, / Pour ronger l’os, / Tre (...)

20Mathéolus dit aussi les femmes venimeuses : « C’est un serpent, dont Dieu te gart : / Les gens occist de son regart. / Retien bien pour toute doctrine : / Le fuïr en est medecine » (II, v. 91-94). Il rappelle aussi le « proverbe / Du serpent qui gisoit en l’erbe, / Né du malice femenin : / En la queue gist le venin » (I, v. 657-662) ; proverbe repris par Alexis dans Le Blason des faulses amours : « Je dy, se le chief est benyn, / Qu’a la queue gist le venin. / Et de la viennent playes mortelles » (v. 766-768). Le moine mis en scène par Alexis compare les femmes quémandeuses de sexe aux Harpies dévastatrices, décrites par Virgile comme « demandantes », aux « mains ravissantes, / Riflantes » (c’est-à-dire frôlantes, pour ne pas dire « frotteuses »), qui harcèlent les hommes pour « tollir los » (les déshonorer), et les « ronger [jusqu’à] l’os » 16.

21Dans les textes du XVIe siècle, on entend l’écho de ces peurs des femmes, dont la compagnie semble si dangereuse à certains qu’ils disent lui préférer la mort. Dans le Courtisan, le misogyne Gaspar critique celles qui aiment voir souffrir de multiples prétendants. Il dénonce le pouvoir de ces « cruelles bestes […] plus alterees de sang que ne sont pas les tygres » (511), qui « peuvent faire les hommes miserables & heureux, leur donner la mort & la vie, comme il leur plaist » (508). De même, dans L’Horloge des princes, Guevara fait tenir à Marc Aurèle un réquisitoire contre les femmes qui allègue « le grand peril ou sont les hommes, pour trop communiquer avecques les femmes » (163v) : « Les uns eschappent de vos mains comme effeminez, infames, les autres bleçez par vos langues, autres persecutez de vos œuvres, autres deceuz par vos contenances, autres desprises par vostre haine » (164v) déclare l’empereur. Marconville y renvoie plusieurs fois dans sa Mauvaistié des femmes : « Qui n’aura faict experience de la mauvaistié des femmes, lise ce que Marc Aurele en a escrit » (202) propose-t-il, avant de clore sa « Conclusion de la malice des femmes » en écrivant que Marc Aurèle « souvent s’escrioit, disant O femmes […] pensant que je vy avec vous, je souhaite ma mort, car il n’y a point d’autre mort que d’estre avec vous, et n’y a point de vie heureuse que de fuir vous autres (208).

Des hommes asservis par leurs propres sens : les responsabilités des séducteurs et des impuissants haineux

  • 17 Constantin l’Africain le théorise dans le Viaticum au XIe siècle.

22Plusieurs auteurs disent pourtant que les hommes sont avant tout victimes d’eux-mêmes lorsqu’ils sont touchés par la maladie du « fol amour », ou amor heroicus, bien connu au Moyen Âge pour associer troubles physiques et psychiques17. Le « gentilhomme » du Blason des faulses amour en est atteint. Le moine l’accuse d’être un grand praticien d’« amours folle » (v. 42), et veut le soigner avant que cette aliénation le détruise, « Car seurement / Ceulx que amour tient / En ses prisons, / Finablement / Vont a nyent [sont détruits] » (v. 1189-1193) déclare-t-il. Le gentilhomme lui-même qualifie l’amour charnel de forte addiction : « l’homme, tant soit subtil […] n’a povoir ne puissance / De laisser telle accoustumance » (v. 1221-23). On lit aussi dans un passage des Controverses des sexes titré par Drusac « Signification d’amour venericque selon aulcuns », que « Therence dit, qu’est une maladie / Que l’homme mue » (O7v). Et dans L’Horloge des princes, Marc Aurèle note que la chair asservit les hommes et les retient auprès des femmes, alors que la raison voudrait qu’ils les fuient. Tous savent cela, mais aucun n’y a trouvé de remède, et « si les bestiaux mouvemens de la chair ne forçoyent les hommes de vouloir & desirer les femmes, je doute s’il y auroit femme au monde soufferte ny aymée » (163) déclare l’empereur, qui avoue avoir été victime de « [s]a propre chair », le plus « cruel bourreau de [s]on honneur & de [s]a renommée » (164v).

23Dans Le Courtisan, le personnage Bembo explique que ce qu’on nomme communément amour n’est qu’un appétit sensuel et sexuel insatiable : « tous les amans qui accomplissent leurs deshonnestes desirs avec les femmes qu’ils ayment […] aussy tost qu’ils sont parvenuz à la fin desiree, non seulement sentent ils une satieté & ennuy, mais haïssent la chose aymee » (617-618). Il y décrit comme drogués ceux qui « ne se contentent & ne s’assouvissent », mais « se retrouvent en cete furieuse & tresardante soif » (618). Ces hommes « enveloppez, en cet amour sensuel » sont indignes de jouir du véritable amour, « ils ne sentent en amour autre plaisir que celuy que reçoivent les bestes sans raison : mais ils sentent les ennuys beaucoup plus griefs » (620) déclare-t-il. Il fait ainsi écho aux propos du misogyne Octavien qui caricaturait, au début du texte de Castiglione, les amoureux « pasles, tristes & pensifs, [… qui] ne tiennent propos d’autre chose, que de larmes, de tourmens, de desespoir & envie de mourir » (25). Caricature qu’on retrouve sous la plume de Drusac dans les vers des Controverses intitulés « Des joyes des amoureulx, et s’yl est bon d’aymer d’amour folle, C’est à dire venericque » (O4v). Les amoureux éplorés, y écrit-il, « Tousjours seront, tristes, peneulx, pensifz / Pasles, deffaictz, maisgres, et fort plainctifz / Souffrans de maulx, trop plus chose certaine/ Que ne font ceulx, qu’ont la fiebvre quartaine [fièvre quarte] » (O6v).

24Si le moine du Blason d’Alexis accuse le chevalier de « Vivre en mourrant comme martir » (v. 154), pour César, du camp des défenseurs des dames dans Le Courtisan, le martyr amoureux appartient à l’arsenal des ruses employées par les séducteurs, qui mènent de « dures batailles » (453) pour vaincre les femmes. Le personnage de Castiglione répond là aux misogynes qui allèguent la fameuse citation du De arte amandi. Ainsi, pour Mathéolus, « Ovydes dit, que femme est chaste, / Quant nul ne la requiert ne taste » (II, v. 1695-1696), et Drusac écrit dans ses Controverses que « Chaste femme, est celle seullement / Qui n’est priée, de nully fermement » (S7v). César, lui, allègue dans Le Courtisan les nombreux amants éconduits par les femmes, chez qui « on voit tous les jours grands signes de continence » (453), sans compter celles qui « ont mieux aymé mourir que perdre leur honneur » (454), dont Marconville liste d’ailleurs un grand nombre dans sa Bonté des femmes. César accuse ensuite les hommes de les vaincre « par allechemens, larmes feintes, par prieres continuelles, lamentations, artifices, tromperies & parjures » (443). « Je ne sçauroy dire, déclare-t-il, en mille ans, toutes les embusches que dressent les hommes, pour induire les femmes à leurs volontez, pource qu’elles sont infinies » et il renvoie à ceux qui ont « composé d’un grand esprit, livres, & mis toute peine, pour enseigner comment en cecy l’on doit tromper les femmes » (463). Parmi toutes les proies des chasseurs, si certaines ont failli, est-ce donc pour autant, demande-t-il, que « le sexe des femmes se doive mespriser du tout [tout entier] » (464) ?

25Alors que Castiglione pointe du doigt le mépris des misogynes et les manœuvres des séducteurs, l’humaniste et pédagogue Vivès incite les femmes à fuir leurs propos dangereux en déclarant dans son chapitre sur les « amourettes » : « Vous ne devez ouyr ny escouter le solliciteur de volupté, non plus que l’enchanteur » (111). Il met aussi en garde contre le chantage au suicide des séducteurs : « Telz torments d’amours crucient [tourmentent], écrit-il, mais ils ne tuent point : car l’on est gary quant l’on est esconduyt ». Et il prévient sa lectrice : « le plus souvent n’y a goutte d’amour […] car ilz n’aiment que leur plaisir & la volupté de ton corps » (112). L’énumération crescendo des conséquences de ces séductions incite les femmes à se garder de cette folie. Le renvoi à la réalité est ici plus utile que les exemples anciens :

Chascun jour nous en voyons les experiences en toutes villes […] Vous lirrez & verrez six cens mil hommes apres qu’ilz ont abusé les pucelles, les avoir delaissees, & de grant amour tomber en hayne capitalle, jusques a les envoyer au bordeau & lieux meschans, batre, tuer & accuser » (113).

26Moins attendu, on trouve dans L’Horloge des princes une fine dénonciation des séducteurs. Lors d’une scène de dispute avec son époux Marc Aurèle, l’impératrice Faustine blâme d’abord l’habitude qu’ont les hommes de tromper les femmes pour les persécuter ensuite.

Vous avez ceste mauvaise coustume entre vous hommes, que pour decevoir [tromper] les femmes, vous les assaillez par grans dons & promesses, vous leurs dictes plusieurs douces & emmiellées parolles, vous dictes que vous ferez merveilles, mais apres que vous les avez deceues, elles sont plus persecutées de vous que non d’autres. (157)

27Puis elle reproche aux hommes de les accuser de ce dont ils sont eux-mêmes coupables, avant de les qualifier à leur tour de langues de vipères :

Je te jure, mon seigneur, que si les femmes avoyent la liberté & authorité sur les hommes, telle que les hommes ont sur les femmes […] elles trouveroyent plus de malices, fausetez & tromperies commises par eux en un jour, qu’ils n’en trouveroyent avoir esté commises par elles en toute leur vie. Entre vous hommes dictes que les femmes sont mal-disantes, encores que voz langues ne soyent autres choses sinon queües serpentines. (158v)

28Les prérogatives masculines sont également dénoncées par Julien Le Magnifique dans Le Courtisan :

Mais si vous voulez dire la verité, vous congnoissez bien que de nostre autorité nous avons usurpé une licence, par laquelle nous voulons que mesmes pechez soient en nous treslegers, meritant aucunefois louange, & ne puissent estre assez chastiez es femmes, sinon avec une mort ignominieuse, ou à tout le moins par une perpetuelle infamie. (435)

29Ce champion des dames affirme même que la chasteté des hommes devrait être plus précieuse que celle des femmes, qui ne pécheraient pas sans eux. C’est ce qu’on trouve aussi sous la plume de Vivès qui, après avoir écrit « Combien que ne voulons cy enseigner les hommes », leur rappelle à eux cette responsabilité : « mais leur souviendra de la sentence du Pitagorien, que l’impudicque & immoderee delectation & trop ardant desir du mary adultere sa femme » (197). Et on peut aussi lire dans le Traité de l’excellence & dignité de mariage, « l’ancien proverbe Grec, qui dit : A mauvais homme, femme tresmauvaise », car les femmes « ordinairement sont corrompues & depravées par les mauvais exemples & vies dissolues de leurs marys qui sont comme lampes qui leur esclairent pour l’entiere formation de leurs mœurs », et parce qu’« il est bien difficile que le mary lascif ait sa femme pudique : comme au contraire le chaste impudique ». Plutarque le confirme, ajoute Boaistuau, avant d’écrire que saint Augustin « exhorte les hommes d’estre tels qu’ils veulent trouver leurs femmes » (109v-110).

30Si les responsabilités des hommes sont épinglées par les humanistes, les discours misogynes et misogames des plus virulents défenseurs de l’ordre du genre révèlent eux-mêmes leurs failles. Ils sont souvent d’abord le fait d’hommes frustrés voire impuissants. Mathéolus avoue par exemple la raison principale de ses Lamentations : « comme orendroit [désormais] plus ne puisse / Touchier ou labourer Perrette / Que peu ou nient [très peu], car ma pharetre [carquois] / Est vuide et mon arc ne puet tendre, / dont je n’ai de quoi moi deffendre » (I, v. 1312-1316). Son impuissance le désarme et le contraint à supporter les excès de son épouse : « Perrette forment [fortement] me guerroye / Et touche et fiert [frappe] et esgratine / De ses ongles par aatine [animosité] / Souffrir m’estuet ses esdarnies [excès], / Car mes bourses sont mal garnies » (I, v. 1318-1322). Et il insiste en écrivant encore : « Ma femme veult, et je ne puis » (I, v. 1337). Il soutient aussi que l’impuissance contractée auprès d’elle l’empêche de trouver du plaisir avec d’autres femmes : « Ma verge ploye, écrit-il, et les deux cuides [bourses sans testicules], / Ou bourses sont plates et vuides. / Aux dames ne me puis deduire / Leur deduit ne me fait que nuire » (II, v. 3781-3784). Seul le mariage en est à son avis la cause explique-t-il :

S’il advient qu’un homme soubmette / Bietrix, Mehaut et Guillemette, / Sans marier de prime face, / Et chacun jour trois fois leur face / Le jeu continuellement / Que longtemps durera sa vertu […] Mais puisqu’il se sera lié, / Son pouoir est tout balié. (II, v. 357-363 et 365-366)

31La puissance des femmes est bien grande, si ce « pouvoir » de l’homme dépend de la présence ou non d’une seule chez lui. C’est pourtant la leçon qu’il reprend à l’envi, sans craindre les hyperboles :

Se homs a seule femme s’allie, / De mille chayennes [chaines] se ly. / Qui de femmes a un millier, / Lors ne le puet on essillier [détruire]. / Franchement vit, tousjours est siens / Par la franchise de ses biens ». (II, v. 4075-4080)

  • 18 Ars amatoria, I, V, v. 419-436.

32Marc Aurèle fait la même démonstration dans L’Horloge des princes, dans la liste des pouvoirs des femmes, annoncée par la manchette « La force des femmes sur les maris » : « Si le mary est voluptueux, vous luy trenchez incontinent le chemin, car vous luy chargez le cœur de tant de souciz, que les plus grandes voluptez ne luy sçauroient donner aucun plaisir » (160v-161). Le moine du Blason des faulses amours cite pour sa part Ovide18, comparant l’amour à un « clistere [un lavement], / [une] Pillule amere, / Qui bourse vuide » (v. 736-38). Et il attribue l’impuissance masculine à la lubricité insatiable des femmes : « Quant sans respit / Femme postule : / Qui ne fournist [accomplit], / On le banist » (v. 1142-1145). Le Marc Aurèle de Guevara entend également faire savoir « que jamais la femme ne se contente » (165), et c’est ce qui semble aussi terrifier Drusac lorsqu’il énumère les femmes à ne pas épouser. Les premières sur sa liste sont les jeunes qui risquent de chercher leur plaisir ailleurs, immédiatement suivies par les vieilles à cause de leur libido insatiable, et il note que si les belles femmes se font prier, les laides sont plus dangereuses encore car elles cherchent à séduire : « Parquoy verrez, plus de laides putains / Bref que de belles » (O1v).

33La peur d’être insatisfaisant et trompé court donc de l’Antiquité au XVIe siècle, et les discours misogynes exposent les failles de leurs argumentaires. Le traducteur de Mathéolus, Jean Le Fèvre, le montrera dans son Livre de Leesce [Liesse], dit aussi Le Rebours de Mathéolus où il expliquera la misogynie du bigame par son impuissance et celle d’Ovide par son émasculation. Pour Castiglione aussi, les misogynes laissent libre cours à leur haine pour se libérer de leur malaise envers les femmes, ou ceux qui comme eux ont perdu tout espoir d’en jouir. Il le fait dire à César. Beaucoup de vieux législateurs, prêtres, philosophes, gouverneurs sévères « tousjours alleguent que le sexe feminin est fort incontinent ou lubrique, & ne se plaignent que de ce que la vigueur naturelle leur defaut, pour pouvoir satisfaire à leurs abominables desirs » (441). On trouve un écho à ces analyses chez Boaistuau, qui renvoie à leurs propres vices ceux qui méprisent les femmes et le mariage, et refusent tout ce qui n’est pas « conforme à leur sensuel », comme il le dit ailleurs dans son Traité de l’excellence & dignité de mariage :

J’ay resolu respondre à tels messieurs […] qui ne treuvent rien bon, s’il n’est assaisonné à la sauce de leurs appetits, que telles eclipses & infirmitez qui suyvent quelques fois le mariage, ne procedent d’iceluy, mais le plus souvent des vices des hommes. (109v)

Les bienfaits de l’amour pour les femmes et de l’égalité entre les sexes

  • 19 Que veut une femme ? de Serge André (Paris, Seuil, 1986) offre une synthèse éclairante de la questi (...)

34À l’image des femmes insatiables, Castiglione, lui, répond en interrogeant leur désir dans le livre III du Courtisan. L’Unique Arétin y explique que les femmes « desirent souvent choses tant estranges, qu’il n’y a homme qui les sçeust imaginer, & quelquefois ne sçavent elles mesmes ce qu’elles desirent » (487). C’est donc à une femme qu’il demande de répondre à la question qui a fait couler tant d’encre19. Il est bon, dit-il à Émilia Pia, « que vous, madame, qui estes femme, & qui à juste cause devez sçavoir ce qui plaist aux femmes, preniez cete peine, pour faire un si grand bien au monde » (487). La réponse de cette dernière est simple : « J’estime donc que celuy qui doit estre aymé, doit aymer & estre aimable, & que ces deux choses suffisent pour aquerir la faveur des femmes » (488-489).

35À celui qui veut être aimé par son épouse, Boaistuau donne aussi cette règle de bon sens égalitaire dans son Traité sur l’excellence du mariage : « Veux tu estre aimé & honoré de ta femme, aime la, & la traite avec douceur & gracieuseté, car il n’y a charme, racine ou pharmaque plus propre à la gaigner, que d’user de telle loy envers elle, que tu veux d’elle recevoir » (110). Pour lui, femmes et hommes sont comme les végétaux, « par un instinct secret & mutuel amour, qui est entre eux, s’entrayment & prennent vigueur & accroissement par la preference les unes des autres » (107). Vivès, lui, conseille dans son Institution de la femme chrestienne d’utiliser la sexualité pour apaiser les conflits entre les époux, car « le lict est ydoine singulierement a reconsiliation » (192). Il montre aussi aux femmes comment se faire respecter voire obéir par leurs maris, en écrivant dans le chapitre sur les femmes âgées que « plusieurs (comme lisons) considerans la vertueuse conduicte de leurs femmes les ont eu en crainte & singuliere recommandation, jusques a obeyssance » (261).

36Boaistuau et Vivès ont comme objectif commun de louer l’institution matrimoniale, mais quelques voix dans notre corpus prônent aussi les vertus de l’amour hors mariage. Dans Le Blason des faulses amour, le chevalier mentionne les héros des romans bretons. Yvain, Arthur, Tristan, Lancelot, « toujours estoient amoureux » (v. 360), ils avaient « En amours courage loyal » (v. 347). Il ajoute qu’un homme, « tant soit il puissant et beau, / S’il n’ayme, ce n’est que une gaine » (v. 477-478), c’est-à-dire une enveloppe vide. « Je n’en donroye pas ung naveau [navet] » (v. 480) déclare-t-il. Au contraire l’amour exige « Qu’on soit honneste, / Gentil, gallant, / Surge [ardent, prompt] et volant [rapide et léger] » (v. 485-487).

37Pour l’institution de la noblesse, Castiglione transmet cette culture chevaleresque. Dans Le Courtisan, César explique ainsi que les femmes et l’amour parfont les hommes, « elles ne desvoient les entendemens, ains les y esveillent » (466) dit-il, et rendent les hommes hardis. Ainsi, les Troyens ont résisté dix ans aux Grecs grâce à leurs dames qui, avant le combat, « leur disoient quelque mot qui les enflammoit & les faisoit plus que hommes » (467), et on doit la prise de Grenade au désir qu’avaient les chevaliers espagnols de montrer aux leurs « qu’elles étaient servies d’hommes vaillants » (468). L’amour a aussi inspiré des chefs-d’œuvre à Salomon, à Pétrarque, et à Bembo, qui affirme sous la plume de Castiglione que l’amour sensuel est autorisé chez les jeunes hommes, pour les actes vertueux qu’il encourage. « J’excuse ceux qui se laissent vaincre par l’amour sensuel, auquel ils sont tant enclins, par l’imbecillité humaine, pourveu qu’en iceluy ils demonstrent une gentillesse courtoise, valeur & les autres nobles qualitez que ces Seigneurs ont dit. » (622)  Si « l’on peut permettre au Courtisan d’aymer sensuellement, tandis qu’il est jeune » (634), l’homme mûr pourra, lui, accéder à une forme d’amour supérieur s’il suit sa leçon de néo-platonisme dans les dernières pages de l’œuvre. La duchesse d’Urbin charge en effet Bembo « d’enseigner au Courtisan ce tant heureux amour, qui n’a [quant à lui] blasme ny desplaisir aucun […] une des plus necessaires & utiles qualitez qui luy ayent encore esté attribuees » (613). Pour « aymer hors la coustume du profane vulgaire », explique-t-il, le courtisan « doit tellement clore le passage au sens, & aux appetits, que ny par force ny par cautelle [ruse], ils y puissent entrer ». Il s’engagera ainsi « en la voye de l’amour divin, ayant la raison pour guide » (635). Il doit ensuite chérir sa dame plus que lui-même, et aimer la beauté de son esprit comme celle de son corps.

[…] qu’il ayme, qu’il obeisse & qu’il honnore en toute reverence, sa maistresse, qu’il la tienne plus chere que soy-mesme, qu’il prefere toutes les commoditez & les plaisirs d’icelle aux siens propres, & qu’il ayme en elle la beauté de l’esprit aussi bien que celle du corps. (637)

38Il jouira ainsi « de cette supreme felicité, qui est incomprehensible aux sens » (649). L’amour pour les femmes permet donc aux vrais amants de s’élever spirituellement, « par l’eschelle, qui tient au plus bas degré l’ombre de la beauté sensuelle, à la haute demeure, où habite la céleste, aymable & vraye beauté » (651-652). Face à ceux qui aimeraient voir disparaître les femmes de la terre parce qu’elles les renvoient à leur propre impuissance, Castiglione montre aussi qu’hommes et femmes se définissent en miroir, les uns par rapport aux autres. « Ainsi celuy ne se doit appeler masle qui n’a la femelle […] ny femmelle, celle qui n’a le masle […] Un sexe seul est une imperfection » (388) déclare son défenseur des dames, Julien Le Magnifique.

  • 20 Voir aussi Tatiana Clavier, « Modalités de diffusion et rhétoriques des discours misogynes et misog (...)
  • 21 Voir Éliane Viennot, « Champions des dames et misogynes : les enjeux d’un combat frontal, à l’aube (...)

39Si les défenseurs de l’ordre du genre révèlent dans leurs propres œuvres la faiblesse de leurs arguments et la difficulté de l’entreprise, d’autres éclairent donc les mobiles de ces démonstrations et leur opposent des idéaux égalitaires. Quand Mathéolus, Alexis et Drusac avouent leur peur du renversement des pouvoirs à travers des exemples qui minent leur démonstration sur la force des hommes et la faiblesse des femmes, Guevara et Castiglione mettent en scène la Querelle dans leurs traités de cour en faisant dialoguer les arguments de chaque camp placés dans la bouche de personnages célèbres. Vivès et Boaistuau mettent quant à eux une partie de l’argumentaire philogyne au service de l’institution du mariage et des époux/ses, et Marconville attire l’attention sur la réversibilité des deux argumentaires juxtaposés dans son recueil de bonnes et mauvaises femmes. Le succès de ces œuvres dans la production d’imprimés en langue française nous renseigne sur la vivacité de la polémique au cours du XVIe siècle20 et le besoin de textes pour l’alimenter, qu’ils soient tirés du Moyen Âge, nouvellement rédigés, traduits du latin, de l’espagnol ou de l’italien. Enfin, certaines traductions, comme celle du Courtisan de Castiglione instamment réclamée par François Ier et son entourage, révèlent une fois de plus l’influence des femmes et des hommes de la haute noblesse sur la diffusion des valeurs courtoises et philogynes en Europe21, dans les cours comme dans les boutiques des libraires.

Haut de page

Notes

1 Voir Ian Maclean, The Renaissance Notion of Woman: A Study in the Fortunes of Scholasticism and medical Science in European intellectual Life, Cambridge & New York, Cambridge University Press, 1980 ; Constance Jordan, Renaissance Feminism. Literary Texts and Political Models, Ithaca & London, Cornell University Press, 1990 ; Revisiter la « querelle des femmes ». Discours sur l’égalité/inégalité des sexes. Vol. 3, de 1400 à 1600, Armel Dubois-Nayt, Nicole Dufournaud et Anne Paupert (dir.), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. « L’École du genre », 2013.

2 Leurs citations seront tirées des éditions présentées dans les notes suivantes, auxquelles je renverrai dans le texte en notant entre parenthèses le numéro de page, de feuillet ou de vers. J’indiquerai pour chaque texte le nombre d’éditions que j’en ai relevé dans mon travail de thèse : La Construction des identités de genre à travers les discours didactiques, édifiants et polémiques imprimés à la Renaissance (1483-1594). Thèse de doctorat en littérature française. Saint-Étienne : Université Jean Monnet et Université de Lyon, déc. 2016. En ligne sur www.hal.archives-ouvertes.fr.

3 Le Blason des faulses amours, in Œuvres poétiques de Guillaume Alexis, t. 1, éd. A. Piaget et E. Picot, Paris, Firmin Didot, SATF, 1896 (32 éditions entre 1486 et 1581).

4 Les Lamentations de Matheolus et le Livre de Leesce de Jehan Le Fèvre de Ressons, éd. Anton Gerard Van Hamel, Paris, E. Bouillon, 1892-1905, 2 t. (9 éditions complètes et 6 abrégés entre v. 1497-98 et 1596).

5 Les Controverses des sexes Masculin et Femenin, Toulouse, Jacques Colomiès, 1534 (9 éditions entre 1534 et 1541).

6 De la bonté et mauvaistié des femmes, Paris, Jean Dallier, 1571, texte édité par Richard A. Carr, Paris, Champion, 2000 (9 éditions entre 1563 et 1586).

7 Livre de l’institution de la femme chrestienne, tant en son enfance que mariage et viduité, aussi de l’office du mary. Naguères composez en latin par Jehan-Loys Vivès et nouvellement traduictz en langue françoyse par Pierre de Changy [1542], éd. A. Delboulle, Le Havre, Lemale, 1891 et Genève, Slatkine Reprints, 1970 (9 éditions dans des traductions différentes entre 1542 et 1580).

8 Le Parfait Courtisan du Comte Baltasar Castillonnois en deux langues, respondans par deux colonnes, l’une à l’autre, pour ceux qui veulent avoir l’intelligence de l’une d’icelles, [trad. Gabriel Chappuys], Lyon, Louis Cloquemin, 1580 (16 éditions dans des traductions différentes entre 1537 et 1592).

9 L’Horloge des princes avec le tresrenomme livre de Marc Aurele, recueilly par don Antonio de Guevare, Evesque de Guadix, Traduict en partie de Castilan en François par feu N. de Herberay seigneur des Essars [trad. René Berthault de La Grise, et Nicolas de Herberay des Essarts], et en partie reveu et corrigé nouvellement outre toutes les autres precedentes impressions, Paris, Charles l’Angelier, 1561 (43 éditions entre 1540 et 1594).

10 L’Histoire de Chelidonius Tigurinus, sur l’institution des Princes Chrestiens des Royaumes. […] Avec un traité de paix & de guerre, & un autre de l’excellence & dignité de mariage. Ensemble une autre histoire de la faulse religion, de Mahomet, Paris, Vincent Norment et Jeanne Bruneau, 1564 (9 éditions entre 1556 et 1585).

11 Voir Joan Kelly, « Early feminist theory and the “Querelle des Femmes”, 1400-1789 », Signs 8-1, 1982, p. 4-28 ; Margarete Zimmermann, « The Old Quarrel : More Than Just Rhetoric ? », dans The Querelle des Femmes in the Romania. Studies in Honour of Friederike Hassauer, Wolfgang Aichinger, Marion Bidwell-Steiner, Judith Bösch & Eva Cescutti (dir.), Vienne, Turia & Kant, 2003, p. 27-42 et la plus récente mise au point sur la question : Éliane Viennot, « Revisiter la “querelle des femmes” : mais de quoi parle-t-on ? », dans Éliane Viennot (dir.), Revisiter la « querelle des femmes ». Discours sur l’égalité/inégalité des sexes. Vol. 1, de 1750 aux lendemains de la Révolution, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, coll. « L’École du genre », 2012, p. 7-29.

12 D’après le Dictionnaire du Moyen Français de l’Atilf, l’expression « vent de la chemise » désigne les ruses et câlineries des femmes, et renvoie proprement au parfum de la chemise féminine.

13 L’idée selon laquelle la beauté d’Hélène a causé la guerre de Troie figure dans les Satires d’Horace (I, 3, v. 107-108).

14 Poudres « charmées et envelimées / De plusieurs especes limées / Ou il avoit mainte recaupe [morceaux] ; / De pié de chat, de pié de taupe / M’aplanoya [me caressa] et atoucha / Au lit, ou tout ny [nu] me coucha » (v. 2065-2070).

15 « Pouldre de chippre aussy de la cyvete / Que dans leur con, tant en mectent petit / Grand challeur donne, et tresgrand appetit » (f. 33 non chiffré, v).

16 « A tous propos, / Sans nul repos, / Sont demandante ; / Pour tollir los, / Pour ronger l’os, / Treffort instantes, / Faces plaisantes, / Mains ravissantes, / Rifflantes [frôlantes], puis tournant le dos, / Ainsi que es fables elegantes / Virgille les Arpies volantes/ Descript ou tiers de Eneydos » (v. 745-756).

17 Constantin l’Africain le théorise dans le Viaticum au XIe siècle.

18 Ars amatoria, I, V, v. 419-436.

19 Que veut une femme ? de Serge André (Paris, Seuil, 1986) offre une synthèse éclairante de la question.

20 Voir aussi Tatiana Clavier, « Modalités de diffusion et rhétoriques des discours misogynes et misogames imprimés à la Renaissance », in GLAD !, Rhétoriques antiféministes 04 (2018). https://www.revue-glad.org/934

21 Voir Éliane Viennot, « Champions des dames et misogynes : les enjeux d’un combat frontal, à l’aube des temps modernes (France, 1380-1530) », dans Florence Rochefort et Éliane Viennot (dir.), L’Engagement des hommes pour l’égalité des sexes, XVIe- XXIe siècle, Saint-Étienne, Publications de l’Université, 2013, p. 21-36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Clavier, « Des hommes asservis par leurs sens ou « embabouinés » par les femmes ? Amour, désir et pouvoir dans quelques succès éditoriaux de la Querelle des femmes au XVIe siècle », Études Épistémè [En ligne], 34 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/episteme/2901 ; DOI : 10.4000/episteme.2901

Haut de page

Auteur

Tatiana Clavier

Tatiana Clavier est docteure en langue et littérature françaises, enseignante (PRCE) à l’Université de La Rochelle en Expression-Communication (IUT), langue et littérature du Moyen-Âge et de la Renaissance (FLASH, département Lettres), et chercheuse associée au laboratoire DYPAC (UVSQ). Ses travaux portent sur la Querelle des femmes et la construction du genre à travers les premiers imprimés.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals