Navigation – Plan du site

Avant Propos

Claire Boulard-Jouslin, Armel Dubois-Nayt et Aurélie Griffin

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Marc Angenot, Les Champions des femmes. Examen du discours sur la supériorité des (...)

1Ce volume d’articles s’inscrit dans les études portant sur des discours sur l’égalité / l’inégalité des sexes qui se sont multipliées dans les domaines anglophone, francisant, hispanophone et italianophone au cours des trois dernières décennies.1 La recherche a montré que les débats et les controverses sur l’égalité / inégalité des sexes du XVIe au XVIIIe siècle ont réactivé au moins quatre querelles héritées du Moyen Âge – la querelle dite « du mariage », celle « du savoir », celle « du pouvoir » et celle du « vêtement » – qui posaient les questions suivantes : était-il dans l’intérêt des deux sexes de se marier ; les femmes devaient-elles avoir accès à l’éducation et à la culture pour leur bénéfice et celui de la société ; les femmes avaient-elles la capacité de gouverner sans exercer un pouvoir tyrannique ? Enfin, question qui peut paraître secondaire, mais qui prend tout son sens à la suite des précédentes : hommes et femmes pouvaient-ils s’approprier le vestiaire du sexe opposé sans risquer de bouleverser l’ordre du monde ?

2Les travaux qui ont traité de ces débats ont largement porté sur les différences intellectuelles et morales au cœur de l’argumentation des auteurs philogynes et misogynes en occultant, sinon le corps, du moins les cinq sens. Si l’on regarde les caractéristiques corporelles de sexe envisagées dans les études sur le genre à l’époque moderne, on observe la dominance de deux systèmes de différenciation, l’un reposant sur les anatomies fonctionnelles des hommes et des femmes et, notamment, leurs appareils génitaux, l’autre sur la théorie humorale et les équilibres / déséquilibres des quatre fluides corporels qu’elle reconnaissait : sang, phlegme, bile jaune et bile noire.

  • 2 Constance Classen, Worlds of Sense : Exploring the Senses in History and Accross Cultures, Londres (...)
  • 3 John Locke, An Essay Concerning Human Understanding, éd. Peter H. Nidditch, Oxford, 1979, « monster (...)

3Or, il suffit de se tourner vers les historiens des sens, par exemple Constance Classen, Robert Jütte et David Howes pour voir que les cinq sens ont été largement mis à contribution dans les tentatives de hiérarchiser les sexes aux XVIe et XVIIe siècles2. D’une part, ils ont servi à opposer les sexes entre eux, l’homme étant traditionnellement décrit comme un animal raisonnable par opposition à la femme, habituellement considérée comme créature sensuelle. La femme va même jusqu’à devenir une corruptrice de la sensation dans l’empirisme lockien. Ce dernier impute au genre féminin la responsabilité de la transmission des idées fausses et superstitieuses et le dote de la capacité de troubler les sens masculins et, partant, l’entendement des hommes. Dans An Essay Concerning Human Understanding, la femme est ainsi tenue pour responsable, lorsque l’homme prend « les monstres qui logent dans son esprit pour des images de la divinité et pour les fruits de son labeur ».3 D’autre part, le masculin et le féminin ont à leur tour permis de hiérarchiser les sens les uns par rapport aux autres depuis Platon et Aristote. Ainsi, étaient considérés comme masculins les sens nobles (la vue, l’ouïe), associés à l’esprit et, comme féminins, les sens de proximité, plus corporels, que sont le goût, l’odorat et le toucher. C’est d’ailleurs à la gourmandise d’Ève que l’exégèse biblique attribue la responsabilité de la Chute.

  • 4 Constance Classen, The Color of Angels: Cosmology, Gender and the Aesthetic Imagination, Londres et (...)
  • 5 Robert D. Brown, « Lucretius’ Malodorous Mistress (De Rerum Natura 4. 1175) », The Classical Journa (...)
  • 6 Constance Classen, David Howes et Anthony Synnott, The Cultural History of Smell, Londres et New Yo (...)

4Les sens ont également pour fonction dans la pensée antique de l’identité sexuelle, encore influente au début de la première modernité, de différencier l’homme de la femme: le sensorium masculin se distingue du sensorium féminin. Ainsi, dans la théorie des humeurs exposée dans le Corpus hippocratique et sur lequel repose encore la médecine des XVI-XVIIe siècles, la femme est froide et humide tandis que l’homme est chaud et sec. Mais on pensait aussi pouvoir distinguer l’homme de la femme au toucher, à l’odeur, à la vue et l’ouïe.4 Selon le poète Lucrèce (De Rerum Natura), alors que l’odeur des hommes est sucrée, celle des femmes est répugnante et putride5 ; et, dans la pensée socratique, emprunter son parfum au sexe opposé est aussi condamnable que le travestissement.6 Comme l’a montré Thomas Laqueur dans un ouvrage qui a fait date, Making Sex : Body and Gender from the Greeks to Freud (1990), les avancées de la médecine aux XVIIe et XVIIIe siècles, et singulièrement de la physiologie, ont conduit à une redéfinition des sexes sur une base physiologique et anatomique, ce qui a entraîné une définition plus précise et, à certains égards, normative de la sensibilité féminine.

  • 7 Pour la référence à Aristote, voir Constance Classen, The Color of Angels, p. 176.
  • 8 Katherine H.  Henderson, et Barbara F. McManus, Half-Humankind–Contexts and Texts on the Controvers (...)

5Enfin, Aristote, dans la Génération des animaux, défend l’idée d’un code de couleurs permettant de dissocier visuellement les hommes et les femmes : pour les premiers, des vêtements sombres, reflétant leur force et leur sérieux ; pour les secondes, et par simple symétrie, les couleurs claires.7 De façon connexe, les différents sons produits par les deux sexes par le biais de leurs vêtements, de leurs bijoux, de leurs instruments de musique ou de tout autre objet, ou encore par la voix, sont des éléments potentiels de différenciation et de hiérarchisation assez peu étudiés à ce jour, si l’on excepte les études sur les mégères et les commères, personnages récurrents des pamphlets populaires de la Querelle.8

  • 9 Gosynhill, The Schoolhouse of Women (1541) et The Prayse of All Women (1542) ; Guillaume Alexis, Le(...)

6Vu l’implication des sens dans la hiérarchisation des sexes, il était naturel que l’un des objectifs de ce colloque fût de mettre en évidence l’importance des arguments concernant les sens dans la Querelle des femmes. Dans le présent volume, Tatiana Clavier, Armel Dubois-Nayt et Lucy Hinnie ouvrent la voie de ce champ d’étude en montrant tout d’abord la récurrence de l’argument sensoriel dans les débats aussi bien en France, en Angleterre qu’en Écosse. Il ressort de leurs analyses que l’argument des sens, loin d’être rare, apparaît dans de nombreux textes philogynes et misogynes célèbres – le Golden Targe du poète écossais Dunbar ou Le Livre du courtisan de Castiglione – mais aussi dans des ouvrages plus confidentiels comme celui de l’Anglais Gosynhill ou dans les discours polémiques des Français Guillaume Alexis ou Gratien Du Pont.9 Les travaux de ces chercheurs analysent en outre la manière dont les auteurs utilisent les cinq sens pour non seulement alimenter la querelle mais aussi pour préciser la nature de la hiérarchie naturelle des sexes.

7Ainsi Tatiana Clavier, dans son article, « Des hommes asservis par leurs sens ou “embabouinés” par les femmes? » montre comment les auteurs misogynes de la Renaissance française usent des poncifs sur la sensualité féminine et sur l’amour pour confirmer l’équation entre sensualité basse et infériorité féminine. La théorie du complot sensoriel ourdi par les femmes et visant à aveugler les hommes et, plus généralement, à affaiblir leur pouvoir est récurrente sous leur plume et trahit leur peur d’être dominés et de perdre, via les sens, leur virilité. Armel Dubois-Nayt dans son étude consacrée à « L’usage des sens dans deux diptyques de la querelle des femmes en Angleterre (1540-1589) » montre quant à elle que les controverses anglaises de l’époque Tudor tendent à remettre en question le postulat selon lequel la hiérarchie des sens conforte la hiérarchie des sexes. Tandis que les défenses des femmes confèrent à ces dernières des sens nobles tels la vue, traditionnellement associés à la masculinité, tout en revalorisant l’esprit féminin et les sensorialités basses, elles dénoncent l’usage masculin et dévoyé d’une sensualité haute à des fins triviales. Lucy Hinnie, enfin, démontre que les deux poèmes de Dunbar The Golden Targe et Sen that I am prisoneir constituent par la sensualité des images une réponse indirecte à la misogynie sensualiste du Roman de la Rose et détournent ainsi les arguments de la Querelle.

  • 10 Simon Smith, Jackie Watson et Amy Kenny (dir.), The Senses in Early Modern England, 1558-1660, Manc (...)

8Le second objectif de ce volume est de compléter les études récentes sur les sens qui n’ont pas approfondi, comme on aurait pu le souhaiter, les pistes ouvertes par Robert Jütte, Constance Classen et David Howes. Ces pionniers ont d’emblée insisté sur l’importance jouée par les sens dans la différenciation des sexes et sur le contraste entre les injonctions portant sur l’usage des sens selon l’identité sexuelle des unes et des autres selon qu’elles s’adressent aux hommes ou aux femmes. En revanche, les derniers travaux en date, à commencer par le recueil, The Senses in Early Modern England, 1558-1660, ne consacrent que quelques pages à cette question, sous l’angle des rencontres sensorielles entre hommes et femmes et du rôle des sens dans le plaisir ou la mélancolie amoureuse.10

  • 11 Voir par exemple Jean Noël Vuarnet, Extases féminines, Paris, Hatier, 1991 et Jean-Jacques Antier, (...)
  • 12 Annette Kern-Stähler, Beatrix Busse, Wietse de Boer (dir.), Religion and the Senses in Early Modern (...)
  • 13 Wietse de Boer, Christine Göttler dir. The Five Senses in Medieval and Early Modern England, Leyde, (...)

9De la même façon, l’amour mystique, analysé dans la perspective d’une étude genrée des sens, reste paradoxalement peu exploré. Alors que les mystiques accordaient une grande importance à la faculté de perception des sens dans leur récit d’union avec le Christ, les nombreux ouvrages qui leur sont consacrés et qui pourtant insistent sur les pratiques de mortification ou sur la spécificité féminine des extases mystiques n’abordent guère leur relation à l’amour divin sous le prisme conjoint du genre et des sens.11 En témoigne l’ouvrage récent, au demeurant très intéressant, Religion and the Senses in Early Modern Europe,12 qui aborde  l’impact de la réforme protestante sur une pratique sensorielle de la religion, mais laisse de côté la question du genre. Un autre volume, paru en 2016 chez Brill et intitulé The Five Senses in Medieval and Early Modern England13, n’aborde pas davantage le paradigme « des sens et du genre », même s’il le juge pertinent puisque sont évoqués dans l’introduction les textes homilétiques et prescriptifs qui mettent en garde les femmes contre les dangers moraux que représentent les sens. Ces deux ouvrages réunissent en revanche des travaux portant sur des hommes et des femmes, et, à ce titre, peuvent envisager la spécificité ou l’absence de spécificité du traitement des sens selon que les textes sont produits par des auteurs ou des autrices. Mais ils ne mettent que peu en parallèle les expériences sensorielles de chaque sexe.

10Le présent volume offre donc quelques pistes d’analyse sur ces questions restées inexplorées. Les trois articles susmentionnés, qui analysent les sens dans la querelle des femmes, mettent en évidence le rôle majeur que jouent les expériences sensorielles dans la relation amoureuse. Armel Dubois-Nayt montre en particulier qu’en Angleterre la querelle repose sur des définitions sensorielles différentes, mais toujours genrées, de l’amour et de ses conséquences. Considéré comme maladie par les auteurs misogynes, l’amour subvertit le fonctionnement des cinq sens masculins – la vue, obsédée par la beauté de l’objet aimé, est affectée en premier lieu et, une fois pervertie, provoque un déséquilibre humoral qui dérègle l’ensemble des sens et provoque mélancolie. La responsabilité de cette maladie incombe ainsi aux femmes, accusées de perturber les perceptions sensorielles masculines de la vue (par leurs fards et leur beauté), mais aussi celles de l’odorat (par les parfums) et du toucher (par le commerce sexuel). Cette maladie d’amour menace donc la hiérarchie interne des sens autant que celle des sexes. En revanche, les auteurs philogynes qui considèrent la maladie d’amour comme une intoxication alimentaire ou comme l’effet d’une satiété des bienfaits sexuels et domestiques, rejettent la responsabilité des effets de l’amour sur les hommes, jugés incapables de modérer leurs sens. Cette incapacité les relègue selon eux au rang de bêtes.

11Deux autres articles s’occupent de la manière dont les religieuses catholiques concilient amour mystique, phénomènes physiques et féminité. Helena Queiròs et Laurence Lux‑Sterritt montrent respectivement comment quelques mystiques portugaises et les Bénédictines anglaises du couvent de Gand mettaient leur sens physiques au service des sens spirituels, négociant ainsi une tension entre mortification des cinq sens, perçus comme faiblesse féminine mais menant vers une relation privilégiée à la divinité, et une injonction d’exercer l’ascèse de manière modérée, injonction imposée par des hommes définissant le féminin comme excessif et fragile.

12C’est donc la relation paradoxale aux sens et une stratégie de contournement, par le truchement des sens, de cette réserve masculine que Laurence Lux-Sterritt observe dans son article, « S'approprier les sens pour dépasser la clôture ». Cette étude, qui examine un corpus relativement inexploré des couvents anglais sur le continent au XVIIe siècle, montre que « dans un contexte post-tridentin qui se défie du mysticisme féminin et qui ordonne la clôture des femmes ainsi que leur sujétion corps et âme à la tutelle masculine du clergé », les Bénédictines de Gand sont atypiques car elles s’appuient moins sur la mortification des sens – en dépit d’une règle bénédictine stricte bannissant le plaisirs des sens – que sur des expériences a-sensorielles, comme les extases et les manifestations mystiques pour exalter l’efficacité du catholicisme. La renommée que ces manifestations mystiques leur procurent en Angleterre leur permet à la fois de participer indirectement à la reconquête catholique du royaume et à amoindrir les effets d’une clôture qui brime spécifiquement les sens féminins. De plus, en mettant les sens physiques au service des sens spirituels, elles subvertissent la hiérarchie sexuelle et sensorielle en réaffirmant la capacité féminine d’atteindre au sacré par une médiation sensorielle hors du commun.

  • 14 Voir Dominique de Courcelles, Thérèse d’Avila, Femme d’écriture et de pouvoir, Grenoble, Jérôme Mil (...)
  • 15 Voir Mathew Millner, The Senses and the English Reformation, Farnham, Ashgate, 2011.

13À partir d’une hagiographie et de deux biographies dévotes portugaises rédigées au XVIIIe siècle, Helena Queiròs analyse à son tour la logique genrée qui innerve la construction des modèles de perfection féminine proposés par ces textes, en lien avec le jugement porté sur les différents sens. Elle souligne notamment la prédominance de la vue et du toucher (le sens le plus vil et considéré comme le plus féminin) spécifique à l’ascèse féminine et si prégnante dans l’élaboration de ces modèles de sainteté féminine. La pratique de la mortification des sens au Portugal constitue aussi la preuve de l’influence de Thérèse d’Avila (1515-1582),14 qui invitait les mystiques féminines à devenir des femmes viriles. Cette étude confirme donc une forme de résistance méditerranéenne, via la négation des sens, au contrôle masculin de pratiques religieuses marquées par l’excès – une résistance qui s’étend après la Réforme en Europe du Nord.15

  • 16 Anthony Fletcher, Gender, Sex and Subordination in England 1500-1800, New Haven et Londres, Yale Un (...)

14Plusieurs articles de ce volume, on le constatera aussi, soulignent la fonction de contrôle des femmes par les hommes, ainsi que celle de régulateur social qu’endossent les sens dans la vie domestique. Le recours à des arguments sensoriels dans la Querelle des femmes confirme l’affirmation de l’historien Anthony Fletcher,16 selon laquelle, ces débats constituent au XVIe siècle une manière de pointer les manquements de conduite et d’enseigner les codes de la société patriarcale garantissant un commerce harmonieux entre les sexes, particulièrement dans le mariage. Mais comme le montre Aurélie Lentsch-Griffin, le théâtre anglais aussi met en scène cette utilisation régulatrice et sociale des sens dans les rapports entre les sexes. Dans l’article « Taste and Touch as Means of Coercion in The Taming of the Shrew », elle propose une analyse de la manière dont Petruccio manipule les sens du goût et du toucher de son irascible épouse Kate pour susciter chez elle une mélancolie qui contrebalancerait son excès de colère, son but ultime étant de la métamorphoser en une épouse plus conforme aux critères de la féminité anglicane, – obéissante à son mari, douce, humble, etc. Cette étude souligne donc le lien établi dans la pièce entre, d’une part, les sens et le système humoral et, d’autre part, la volonté d’enseigner la hiérarchie sociale des sexes par les sens. Par extension la pièce met en scène le contrôle et la domination sensorielle exercée par les hommes sur les femmes. Enfin, si le succès du dressage de la rebelle par les sens reste une question ouverte et largement débattue par la critique, la pièce confirme que les représentations esthétiques sont un terrain privilégié non seulement pour représenter, mais surtout pour explorer, l’ambiguïté des expériences sensorielles selon les sexes. En effet, Lucie Hinnie suggère que Dunbar reflète ce postulat dans son poème Sen that I am Prisoneir, qui recourt de manière paradoxale à l’allégorie du siège et donc à la violence sensorielle pour célébrer l’institution du mariage et le triomphe de la raison masculine sur les sens. Andrew Hiscock, quant à lui, montre dans son article, « Yet not past sense : Walter Ralegh, Mary Wroth and the pleasure principles of the body » comment deux auteurs contemporains de la Renaissance anglaise, de sexes différents, peuvent également explorer dans leurs œuvres l’ambivalence culturelle et épistémologique des expériences sensorielles. Selon lui, Ralegh et Wroth, en faisant des plaisirs et des douleurs extrêmes de leurs héros masculins et féminins un mode de connaissance de soi interrogent dans leurs œuvres les hiérarchies traditionnelles des sens ainsi que celle du corps et de l’âme.

  • 17 Les articles réunis dans ce numéro sont issus du colloque « Les sens dans la construction du genre (...)

15Pierre Degott poursuit la même interrogation dans son étude « La construction du genre : contraltos et castrats dans la production lyrique haendélienne », en montrant qu’au XVIIIe siècle, Haendel brouille la hiérarchie des genres en convoquant les sens nobles de l’ouïe et de la vue, contribuant ainsi dans ses opéras et oratorios à modifier l’image et la perception de la chanteuse. En confiant à des femmes travesties en hommes (plutôt qu’à des castrats) les rôles de secundo uomo dans l’opéra italien, il semble confirmer la hiérarchie des sexes sur la scène. Pourtant, paradoxalement, c’est pour ces seconds rôles tenus par des femmes qu’Haendel crée ses plus beaux airs. Par ailleurs, ces rôles vocalement moins sophistiqués mais à la psychologie plus profonde et nuancée, contribuent à mettre en scène une masculinité plus modérée ayant des qualités traditionnellement féminines (telles la douceur, la tendresse, la capacité à souffrir en silence) et ayant sous le costume une silhouette féminine que le public ne pouvait pas ignorer. En outre, Pierre Degott montre que cette esthétique de la modération qui est véhiculée par la voix féminine dans des rôles masculins est encore renforcée lorsque dans les années 1740, l’opéra italien cède le pas au genre de l’oratorio. Elle se traduit par « une écriture vocale plus mesurée » et des personnages dont la sexualité masculine est moins marquée, un entre-deux de la voix et du sexe, qui fait écho à un genre lyrique en construction. Le changement de genre – dans le sens du mot anglais « genre » – accompagne donc l’évolution du regard que l’on pouvait porter sur le genre – dans le sens du terme « gender » – prouvant encore, s’il en était besoin, l’utilité d’une réflexion conjointe des sens et du genre.17

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Marc Angenot, Les Champions des femmes. Examen du discours sur la supériorité des femmes 1400-1800, Montréal, Presses Universitaires du Québec, 1977 ; Éliane Viennot (dir.), avec la collaboration de Nicole Pellegrin, Revisiter la Querelle des femmes. Discours sur l’égalité/l’inégalité des femmes et des hommes, de 1750 aux lendemains de la Révolution, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012 ; Armel Dubois-Nayt, Nicole Dufournaud et Anne Pauper (dir.), Revisiter la Querelle des femmes. Discours sur l’égalité/l’inégalité des femmes et des hommes, de 1400 à 1600, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2013 ; Danielle Haase-Dubosc et Marie-Élisabeth Henneau (dir.), Revisiter la Querelle des femmes. Discours sur l’égalité/l’inégalité des femmes et des hommes, de 1600 à 1750, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2013 ; Armel Dubois-Nayt, Marie-Élisabeth Henneau et Rotraud von Kulessa (dir.), Revisiter la Querelle des femmes. Discours sur l’égalité / inégalité des femmes et des hommes, de 1400 aux lendemains de la Révolution, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2015 ; Helen J. Swift, Gender, Writing and Performance. Men defending Women in Late Medieval France, 1440-1538, Oxford, Clarendon Press, 2008 ; Guyonne Leduc, Réécritures anglaises au dix-huitième siècle de l’Égalité des deux sexes (1673) de François-Poulain de la Barre, Paris, L’Harmattan, 2010 ; Margarete Zimmermann, « Querelle des femmes, querelle du livre » dans Dominique de Courcelles et Carmen Val Julian (dir.), Des Femmes et des livres. France et Espagnes, XIVe-XVIIe siècles, coll. « Études et rencontres de l’École des Chartes », Paris, École des Chartres, 1999, p. 79-94.

2 Constance Classen, Worlds of Sense : Exploring the Senses in History and Accross Cultures, Londres et New York, Routledge, 1993 ; David Howes, Empire of the Senses : The Sensual Culture Reader, Oxford, Berg, 2005 ; Robert Jütte, A History of the Senses from Antiquity to Cyberspace, 2000, trad. J. Lynn, Cambridge, Polity Press, 2005. Voir aussi Mark M. Smith, Sensing the Past, Hearing, Smelling, Tasting and Touching in History, Oxford, Berg, 2007.

3 John Locke, An Essay Concerning Human Understanding, éd. Peter H. Nidditch, Oxford, 1979, « monsters lodged in his own brain for the images of deity, and the workmanship of his own hands. » p. 84.

4 Constance Classen, The Color of Angels: Cosmology, Gender and the Aesthetic Imagination, Londres et New York, Routledge, 1998, p. 64 ; Constance Classen, The Deepest Sense: A Cultural History of Touch, Urbana, Chicago and Springfield, University of Illinois Press, 2012, p. 73.

5 Robert D. Brown, « Lucretius’ Malodorous Mistress (De Rerum Natura 4. 1175) », The Classical Journal, 113.1, 2017, p. 26-43.

6 Constance Classen, David Howes et Anthony Synnott, The Cultural History of Smell, Londres et New York, Routledge, 1994, p. 36.

7 Pour la référence à Aristote, voir Constance Classen, The Color of Angels, p. 176.

8 Katherine H.  Henderson, et Barbara F. McManus, Half-Humankind–Contexts and Texts on the Controversy about Women in England, 1540-1640, Urbana et Chicago, University of Illinois Press, 1985.

9 Gosynhill, The Schoolhouse of Women (1541) et The Prayse of All Women (1542) ; Guillaume Alexis, Le Blason des faulses amours (1450-1486) ; Gratien Du Pont, Les Controverses des sexes Masculin et Femenin (1534).

10 Simon Smith, Jackie Watson et Amy Kenny (dir.), The Senses in Early Modern England, 1558-1660, Manchester, Manchester University Press, 2015.

11 Voir par exemple Jean Noël Vuarnet, Extases féminines, Paris, Hatier, 1991 et Jean-Jacques Antier, Le Mysticisme féminin, Épouses du Christ, Paris, Perrin, 2001.

12 Annette Kern-Stähler, Beatrix Busse, Wietse de Boer (dir.), Religion and the Senses in Early Modern Europe, Leyde, Brill, 2012.

13 Wietse de Boer, Christine Göttler dir. The Five Senses in Medieval and Early Modern England, Leyde, Brill, 2013.

14 Voir Dominique de Courcelles, Thérèse d’Avila, Femme d’écriture et de pouvoir, Grenoble, Jérôme Millon, 1993.

15 Voir Mathew Millner, The Senses and the English Reformation, Farnham, Ashgate, 2011.

16 Anthony Fletcher, Gender, Sex and Subordination in England 1500-1800, New Haven et Londres, Yale University Press, 1995, p. 105

17 Les articles réunis dans ce numéro sont issus du colloque « Les sens dans la construction du genre (XVIe-XVIIIe siècles) » organisé par les universités de la Sorbonne Nouvelle-Paris3 et de Versailles-Saint-Quentin les 30 et 31 mars 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Boulard-Jouslin, Armel Dubois-Nayt et Aurélie Griffin, « Avant Propos », Études Épistémè [En ligne], 34 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/episteme/3145 ; DOI : 10.4000/episteme.3145

Haut de page

Auteurs

Claire Boulard-Jouslin

Articles du même auteur

Armel Dubois-Nayt

Articles du même auteur

Aurélie Griffin

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals