Navigation – Plan du site

L’usage des sens dans deux diptyques de la querelle des femmes en Angleterre (1540-1589)

The Use of the Senses in Two Diptychs of the Controversy about Women in England (1540-1589)
Armel Dubois-Nayt

Résumés

Cet article vise à démontrer que les sens sont convoqués dans le débat sur l’égalité / inégalité des sexes appelée « querelle des femmes ». Il s’appuie sur deux diptyques du début de la période moderne, qui se composent chacun d’une attaque et d’une défense du sexe féminin. Le premier ensemble a été imprimé au début des années 1540 par le même auteur Edward Gosynhill (The Schoolhouse of Women, The Prayse of All Women). Le second a été recomposé en présupposant que le pamphlet de Jane Anger, Her Protection for Women, pouvait être une réponse à la mise en garde à Philautus (« A Cooling Card for Philautus ») qui figure dans Euphues : The Anatomy of Wit de John Lyly. Les cinq sens sont omniprésents dans ces quatre textes et cet article entend clarifier comment la hiérarchie des sexes que chacun d’eux soutient met à contribution la hiérarchie des sens telle qu’elle était conçue à la période Tudor. Il s’intéresse dans un premier temps à la manière dont les attaques comme les défenses s’approprient le postulat selon lequel les sens sont féminins, contrairement à la raison considérée comme masculine, mais également celui qui polarise la sensorialité basse du côté des femmes et la sensorialité haute, notamment la vue et l’ouïe, du côté des hommes. Les deux controverses remettent en question ces théories et envisagent les rapports sociaux de sexe sous un nouvel angle à l’aide des cinq sens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marc Angenot, Les Champions des femmes. Examen du discours sur la supériorité des femmes (1400-1800 (...)

1Les études sur la querelle des femmes qui ont repris dans les années 1970 après une pause de quatre décennies n’ont encore fait que peu de place aux cinq sens dont le rôle dans l’argumentation des misogynes et des philogynes est moins prépondérant, semble-t-il, que par exemple l’ordre, le lieu et la matière de la création d’Adam et Ève, les différences physiques entre les sexes en termes de beauté et de force, leur rôle dans la génération selon les différentes théories médicales qui se sont succédées, ou encore les différences et les écarts de vertus morales et guerrières, de capacités intellectuelles et politiques ou d’aptitude au savoir et au pouvoir des deux sexes1.

  • 2 Les références à ces textes sont données dans l’édition de Katherine Usher Henderson et Barbara F. (...)
  • 3 Les références à ces textes sont données dans l’édition de Lea Scragg, Euphues the Anatomy of Wit a (...)

2Les cinq sens ne constituent pas à ce titre un nœud identifié de la querelle. Pourtant à partir de deux diptyques composés entre 1540 et 1589, je souhaiterais ici suggérer que les sens méritent de figurer au sein de la thématique des discours de la double question de l’égalité (ou de l’inégalité) des sexes, et de leur différence (ou de leur similarité) selon la formule d’Éliane Viennot. Les textes sur lesquels repose ma suggestion sont la défense et l’attaque du sexe masculin qu’Edward Gosynhill fit paraître en 1541 et 1542, le premier anonymement, le second signé, sous les titres The Prayse of all Women et The Schoolhouse of Women2. Le second diptyque, légèrement plus tardif, se compose d’une attaque misogyne figurant dans Euphues, The Anatomy of Wit (1578) de John Lyly, à laquelle, selon toute vraisemblance, Jane Anger répond dans Her Protection for Women (1589)3.

  • 4 La querelle des « Amyes » trouve son origine dans la traduction en français par Jean Chaperon (?) e (...)

3Les deux ensembles de textes appartiennent à deux querelles connexes à la querelle des femmes : celle du mariage (les quatre textes débattent des bienfaits et méfaits de la vie conjugale) et celle des « amyes » (Euphues s’en prend à elles plutôt qu’aux épouses)4. Dans les deux diptyques, les sens sont omniprésents comme en témoigne notamment le titre du pamphlet de Jane Anger, adressé à un amant « écœuré », qui a perdu le goût de l’amour des femmes, et celui de Lyly, qui propose un remède (« a cooling card ») à l’amant énamouré pour qu’il retrouve ses sens et reprenne ses esprits. L’objet de cet article est donc d’étudier comment la hiérarchie des sexes exploite la hiérarchie des sens pour asseoir la misogynie, la philogynie ou la misandrie en opposant ou non l’esprit (placé du côté du masculin) et les sens (du côté du féminin), ou en maintenant l’équation entre sensorialité basse et féminin d’un côté, et sensorialité haute et masculin de l’autre. Enfin, il s’interrogera sur la finalité pragmatique de ces textes, qui dépeignent les rapports entre les sexes comme des agressions sensorielles ou au contraire comme des douceurs, par définition agréables aux sens, en proposant aux lecteurs et aux lectrices des projets de société différents.

Contestation de l’alignement de l’opposition des sexes sur l’opposition des sens et de l’esprit

  • 5 Edward Gosynhill, Here begynneth a lytle boke named the Schole house of women wherin euery man may (...)
  • 6 Ibid., p. 155.
  • 7 John Lyly, A Cooling Card, op. cit., p. 95.
  • 8 Jane Anger, Her Protection for Women, op. cit., p. 43.
  • 9 Lyly, A Cooling Card, op. cit., p. 98.

4Les attaques misogynes reprennent, sans surprise, d’une part l’association des sens et du féminin – l’esprit constituant une faculté allouée de manière quasi idiosyncratique au masculin –, et d’autre part une éthique des sens misogyne, tenante du consensus théologique qui définit les sens comme trompeurs, et partant les femmes – associées à la sensorialité – comme peu fiables. Pour illustrer le premier point, on peut citer The Schoolhouse où le misogyne pose grossièrement : « These women be so sensuall / That by theyr reason, not Worth a torde »5, tout en évacuant plus loin les bénéfices éventuels de l’éducation : « in the woman / is little thing of praise worthy / lettered or unlearned whether they be »6. Pour le second, on peut renvoyer à la mise en garde de Euphues : « The society with women breedeth security in the soul and makes all the senses senseless »7. Jane Anger fait allusion à ces critiques en évoquant les accusations de tromperie par l’odorat dirigées contre les femmes (« they say we deceive them with perfumes »8). Toutefois, les misogynes vilipendent surtout les tromperies relevant de la sensorialité haute : l’ouïe, compromise par les chants mielleux (« sweet songs ») et les voix tout sucre (« sugared voice ») de Calypso et de ses imitatrices, le goût, qui fait partie des sens masculins trahis par les femmes (par le biais des formules synesthésiques que je viens de mentionner)9, mais surtout la vue.

  • 10 Ibid., p. 91.
  • 11 Ibid., p. 96.

5Les lamentations des misogynes se concentrent en effet sur cette sensorialité suprême qui ouvre sur la connaissance et distingue fondamentalement le masculin du féminin. Il s’agit donc pour les misogynes de défendre cette supériorité masculine en appelant à la remobilisation de la raison pour restaurer la clairvoyance du sexe fort, à l’instar du roi Cyrus qui eut la force d’esprit de ne pas porter les yeux sur Panthée10 ou de Euphues qui invite ses compères à ne pas croiser le regard des femmes (« abstain from their glances ») et à ne pas les écouter (« if thou pass by her door and be called back, either seem deaf and not to hear »)11.

  • 12 Gosynhill, The Praise, op. cit., p. 168.

6Face à cette ligne d’attaque, le champion et la championne des dames ont recours à plusieurs parades. La première remet en question la différenciation des sexes par l’antinomie sens / esprit. On observe ainsi dans la défense de Gosynhill des références beaucoup moins nombreuses aux sens et, à l’inverse, une revalorisation des qualités, notamment intellectuelles et artistiques, des femmes, à travers des listes de femmes illustres. Dans ce même texte, la vue des femmes et, à travers elle, leur entendement sont également revalorisés comme en atteste un argument d’autorité suprême – « God chose women to be the first to see the risen Christ »12 – et plus trivialement par l’apologie de leur capacité à superviser – étymologiquement voir au-dessus – leurs domaines ou leurs foyers :

  • 13 Ibid., p. 169.

Estates commonly where I go
Trust their wives to overlook
Baker, brewer, butler, and cook,
With other all ; man meddleth no whit
Because the woman hath quicker wit.13

  • 14 Anger, Her Protection, op. cit., p. 42.

7La seconde parade relève du procédé rhétorique de la rétorsion : elle consiste à retourner contre les hommes les arguments de la tromperie par les sens. Ainsi Jane Anger dénonce-t-elle « les fornicateurs affublés de l’habit de moine », et le chant des courtisans musiciens : « their singing is a bait to catch us, and their playings plagues to torment us and therefore take heed of them, and take this as an axiom in logic and a maxim in the law, Nulla fides hominibus »14.

  • 15 Ibid., p. 44.
  • 16 Ibid., p. 35.

8À cela, les défenseurs des femmes ajoutent la dénonciation de l’usage de la sensorialité haute par les hommes à des fins triviales, l’homme cessant d’être un observateur du monde pour devenir un vulgaire voyeur : « Then Mischief, he pries into every corner of us, seeing if he can espy a cranny at that, getting his finger into it, he may make it wide enough for his tongue to wag in »15. Et pour en finir avec une supériorité des hommes reposant sur une primauté de la raison sur leurs sens, Anger décrit la capitulation de leur esprit dépassé par la rapacité de leurs sens : « Men, being of wit sufficient to consider of the virtues which are in us women, are ravished with the delight of those dainties, which allure and draw the senses of them to serve us, wherby they become ravenous hawks, who do not only seize upon us, but devour us »16.

  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid., p. 36.

9Anger ne défend cependant pas la thèse d’une supériorité féminine reposant sur l’usage de la raison et au contraire, elle concède : « The greatest fault that doth remain in us women is, that we are too credulous, for could we flatter as they can dissemble, and use our wits well, as they can their tongues ill, then never would any of them complain of surfeiting »17. Partant, elle se contente de dénigrer l’usage masculin de la raison en dénonçant le refus des hommes d’écouter les conseils de leurs épouses, à travers une description qui recourt de nouveau à la synesthésie. Ainsi évoque-t-elle une écoute masculine qui débouche non pas sur l’entendement mais sur l’agacement, lui-même assimilé à une réaction épidermique, un pincement désagréable, comme si la pensée masculine était alors le produit du sens superficiel du toucher : « Our good counsel is termed nipping injury, in that it accords not with their foolish fancies. Our boldness rash, for giving noddies nipping answers, our dispositions naughty, for not agreeing with their vile minds »18.

Mise à l’épreuve de l’équation femme et sensorialité basse versus homme et sensorialité haute ?

10Cet épisode de la querelle anglaise remet donc en question, par différentes approches, la hiérarchie des sexes reposant sur celle qui place l’esprit au-dessus des sens. Mais ces textes interrogent aussi la hiérarchie interne au système de classement des sens, et l’équation traditionnelle entre féminité et sensorialité basse d’un côté, et de l’autre masculinité et sensorialité haute.

  • 19 Constance Classen, The Colour of Angels. Cosmology, Gender and the Aesthetic Imagination, Londres e (...)
  • 20 Gosynhill, The Praise, op. cit., p. 158.
  • 21 Anger, Her Protection, op. cit., p. 36.

11Il apparaît en premier lieu que le sens suprême de la vue occupe une place prépondérante dans notre corpus, et ce pour deux raisons. D’une part, bien que la vue opère à distance, c’est un sens de contrôle au fondement de la société patriarcale reposant sur le droit de coercition des pères et des époux sur les femmes et leur devoir de préservation de la pudeur féminine à travers notamment le voilement, la couverture, l’enfermement, voire la clôture. D’autre part, la querelle, en tant que controverse littéraire, est née de la révolte de Christine de Pizan contre l’aveuglement des hommes quand il est question des femmes, et de la volonté de leur faire recouvrer la vue sur la nature du sexe féminin19. Gosynhill, champion des dames, invite ainsi les hommes à regarder à nouveau les écritures saintes et à débarrasser leurs exégèses de leur vernis obscène (« lewd gloss »), c’est-à-dire leurs préjugés misogynes20. Jane Anger, moins optimiste, se contente de louer la suprématie féminine en matière de clairvoyance : « We are contrary to men, because they are contrary to that which is good : because they are purblind, they cannot see into our natures, and we too well – though we had but half an eye – into their conditions because they are so bad »21.

  • 22 Gosynhill, The Schoolhouse, op. cit., p. 139 : « Have you once turned your eye and back /Another sh (...)
  • 23 Ibid., p. 145 : « And for she would be reckoned true, / The matter to cloak more craftily, / Her “k (...)
  • 24 Ibid., p. 140 : « Then must she have maids two or three / That may them gossips together bring / Se (...)

12Les positions misogynes et philogynes sur la vue des hommes au sein de notre corpus convergent cependant sur la faiblesse de celle-ci. Les tenants de la domination masculine cultivent en effet la peur des hommes dans le but de les contraindre à mieux surveiller les femmes, à aiguiser leur vue, pour qu’ils adoptent l’attitude qui est socialement attendue d’eux – celle de garants de l’ordre moral – et sans laquelle ils ne peuvent conserver leur propre honneur. Les menaces sur les conséquences d’un relâchement de la vigilance s’enchaînent ainsi aux moqueries pour attiser une peur qui dépasse la gynophobie dont elle se nourrit : peur que leurs épouses ne les trompent22, peur de la bâtardise de leur progéniture23, mais également et plus simplement, peur de l’oisiveté dissimulée de leurs compagnes24.

  • 25 Nicole Pellegrin, Voiles. Une histoire du Moyen Âge à Vatican II, Paris, CNRS Éditions, 2017, p. 62 (...)

13Les philogynes, à l’inverse, soulignent le paradoxe de cette surveillance, et des barrages visuels, murs ou tissus, qui sont plus destinés à réfréner les pulsions des hommes que celles des femmes25. Jane Anger dénonce ainsi, comme je l’ai déjà évoqué, les regards lubriques des hommes qui tentent de percer les vêtements féminins et met en lumière le second objet que toute forme de couverture vise en définitive à contrôler et à masquer : l’intempérance sexuelle des hommes.

14Le sens masculin de la vue n’est donc ni aussi perçant ni aussi noble que la hiérarchie des sens à l’époque moderne ne le pose a priori et les textes de la querelle étudiés ici le montrent fort fragile. Il est même à l’origine de l’écœurement dont souffre l’amant dans la mise en garde misogyne de Lyly qui, de la sorte, établit une continuité entre la sensorialité haute et la sensorialité basse à travers le paradigme goût / dégoût.

  • 26 Lesel Dawson, Lovesickness and Gender in Early Modern English Literature, Oxford, Oxford University (...)
  • 27 Ibid., p. 26.
  • 28 Ficino, Commentary on Plato’s Symposium on Love, VII, iv-v, cité dans Dawson, Lovesickness, op. cit (...)

15Pour comprendre ce dénigrement de la vue des hommes, il faut revenir à l’étiologie de la maladie d’amour (« lovesickness »), considérée comme une véritable pathologie au XVIe siècle et associée, dans le cas des hommes, à une forme de mélancolie. Parmi les quatre étiologies identifiées par Lesel Dawson dans Lovesickness and Gender in Early Modern Literature, une première met en cause un déséquilibre humoral, une deuxième autre des productions excessives de sécrétions génitales entraînant un dérèglement de l’appétit sexuel, et les deux autres le regard et ses organes, les yeux, comme vecteur de l’affection26. La première théorie oculistique, attribuée au médecin persan Avicenne, actif au Xe siècle, assigne l’origine de la maladie à une fixation visuelle résultant de l’emprise irrépressible de la beauté sur le sujet27. La seconde théorie oculaire de la maladie d’amour, développée par Marsile Ficin au XVe siècle, complète celle d’Avicenne en précisant que le regard avide de l’amant agit comme un aimant qui attire une fine vapeur de sang. Celle-ci sort des yeux de la bien-aimée pour pénétrer dans ceux de l’amant, et contaminer le reste de son corps, notamment son foie28.

  • 29 Lyly, A Cooling Card, op. cit., p. 96.
  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid., p. 95.
  • 32 Ibid., p. 97.
  • 33 Ibid., p. 90.

16Pour lutter contre la maladie d’amour, l’écœurement dont souffre l’amant chez Lyly, on lui propose de procéder par réaction, de chasser de sa vue l’objet de sa fixation en prenant pour mot d’ordre : « abstain from their glances »29. Mais pour que le remède soit efficace, il faut que d’autres sens sentinelles soient en alerte, à commencer par l’ouïe (« if thou pass by her door and be called back, either seem deaf and not to hear »30), mais également le toucher («  Take from them their periwigs, their paintings, their jewels, their rolls, their bolsterings, and thou shalt soon perceive that a woman is the least part of herself »31) et enfin le goût (« refrain from all such meats as shall provoke thine appetite to lust… take clear water for strong wine, brown bread for fine manchet, beef and brewis for quails and Partridge »32), déjà convoqué par le misogyne pour rappeler l’amertume de l’amour : « the very blossom of love is sour, the bud cannot be sweet »33.

  • 34 Anger, Her Protection, op. cit., p. 38.
  • 35 Ibid., p. 39.
  • 36 Ibid., p. 29
  • 37 Ibid., p. 33.
  • 38 Ibid., p. 36.

17Il en va différemment dans le pamphlet de Jane Anger qui, s’il ne conteste pas les regards enjôleurs des femmes, impute à la nature masculine la responsabilité de leur débauche (« we have rolling eyes, and they railing tongues : our eyes cause them to look lasciviously, and why ? because they are given to lechery »34) et de leur écœurement (« some have so glutted themselves with our liberality as they cry no more »35). Elle étend d’ailleurs l’objet de l’écœurement à l’interaction entre les sexes dans son ensemble et non à sa seule expression sexuelle. Dans sa réponse à l’amant écœuré, c’est à l’homme qui souffre d’une indigestion de bonté féminine (« overcloyed with womens kindness »36) qu’elle s’adresse, dénonçant une satiété qui rabaisse les hommes au rang animal (« they have been so daintily fed with our good natures, that like jades (their stomachs are grown so queasie), they surfeit our kindness »37), tout en étant contre-nature (« the lion rageth when he is hungry, but man raileth when he is glutted »38).

  • 39 Ibid.

18En réduisant la maladie d’amour des hommes à une intoxication alimentaire, Jane Anger peut parallèlement louer le sexe féminin en tant que pourvoyeur des besoins matériels et corporels de la famille : « for knowing that women are the greatest help that men have, without whose aid and assistance it is as possible for them to live, as if they wanted meat, drinke, clothing, or any other necessary »39. C’est également ce que fait de manière conventionnelle Gosynhill dans The Praise :

  • 40 Gosynhill, The Praise, op. cit., p. 159.

If that your finger other head ache,
Or else what aileth you, hand or foot,
There can no medicine the pain aslake
Without the woman be your boot,
Lap you warm in clothes soft,
A Kerchief bind unto your head,
And in her arms bear you to bed.40

  • 41 Le Mesnagier de Paris, éds. Georgina E. Brereton et Janet M. Ferrier, Paris, Le Livre de Poche, 201 (...)
  • 42 Ibid., p. 303.

19Rien de bien original ici : on retrouve les idées maîtresses des ouvrages d’économie domestique dans la lignée du Mesnagier de Paris, composé à la fin du XIVe siècle41. Mais alors que ce texte prescriptif présentait un modèle optimal d’organisation conjugale où les femmes avaient vocation à servir ou à faire servir leur mari dans leur maison, tout en se reposant sur lui pour les besognes extérieures42, les défenses philogynes de cet épisode de la querelle Tudor, lorsqu’elles virent aux attaques misandres, condamnent parallèlement la passivité des hommes dans le foyer et leur manque de considération pour le bien-être sensoriel des épouses. C’est l’occasion d’évoquer à la marge deux sens peu présents dans cette querelle : le toucher et l’odorat.

20Dans un reproche qui prend le contrepied de l’abstraite construction de la différence des sexes selon la polarité froid / chaud sur la base de la théorie des humeurs, le champion des dames que fait parler Gosynhill évoque l’expérience quotidienne des épouses qui ont froid la nuit aux côtés de leurs époux.

  • 43 Gosynhill, The Schoolhouse, op. cit., p. 141.

Of all this night, till the cock crew,
He would not once turn, me for to kiss ;
Every night he riseth to piss,
and when he cometh, again unwarm,
Doth turn his arse in to my barm.
Lappeth himself round all about
and trusteth me out of my place ;
Leaveth me scantly one rag or clout
To cover and cast over my face.43

  • 44 Gosynhill, The Praise, op. cit., p. 161.
  • 45 Anger, Her Protection, op. cit., p. 39.
  • 46 William Ian Miller, The Anatomy of Disgust, Cambridge et Londres, Harvard University Press, 1997, p (...)

21Il offre également un des rares commentaires sur la gêne olfactive que peuvent provoquer les hommes chez les femmes dès la petite enfance (« The babe also unto her take, / And when he is unclean beneath, Must be content with many ill breath »44). Jane Anger, pour sa part, fait allusion aux odeurs bestiales des époux (« Without our care they lie in bed like dogs in litter, and go like lousy Mackerel swimming in the heat of summer »45). Ces lignes sont à apprécier pour leur rareté puisque, comme le souligne Ian Muller dans The Anatomy of Disgust : « we never hear much about female abhorrence for male odors, which is little wonder given that with rare exception men were doing the writing »46.

  • 47 Constance Classen, David Howes et Anthony Synnott (dir.), The Cultural History of Smell, Londres et (...)
  • 48 J’ai relevé quelques exceptions, voir note 6.
  • 49 Aristophanes, Lysistrata, trad. Ian Johnston, Vancouver Island University, Nanaimo, BC, Canada, 200 (...)

22On notera à l’inverse que les quatre textes de notre corpus comportent peu de références aux odeurs féminines, que ce soient les émanations fétides qu’on leur reproche depuis l’Antiquité47, ou les parfums épicés et troublants des femmes fatales, ou encore la fragrance sucrée des vertueuses48. Partant, la possibilité d’y arguer la supériorité d’un sexe sur l’autre sur la base de ses qualités olfactives, comme c’est le cas notamment du Lysistrata d’Aristophane, est exclue49.

  • 50 Gosynhill, Here begynneth, op. cit., f. AIIv.

23Cette sous-représentation du toucher et de l’odorat, deux sens qui impliquent la proximité, est en réalité liée à la finalité pragmatique de ces textes, qui n’abordent le commerce conjugal que comme une nécessité biologique : « And yet may not, them longe mysse / For many sondry commodyties. So Trickey way, they have no kysse / with mouth and rollynge eyes »50. Pour cette même raison, aucun ne loue le contact ou l’interaction et, à l’inverse, ils invitent majoritairement à la distance et à l’éloignement entre les sexes. C’est la nature de cet éloignement qui sera étudiée avant de conclure, pour tenter de mieux comprendre la motivation de leurs auteurs et autrice.

Quereller à propos des sens pour quels projets de société ?

  • 51 Anthony Fletcher, Gender, Sex and Subordination in England 1500-1800, New Haven et Londres, Yale Un (...)

24L’analyse d’Anthony Fletcher, qui considère que la fonction didactique de cette littérature satirique et misogyne n’était plus, au milieu du XVIe siècle, de créer des vocations ecclésiastiques, mais d’inculquer aux lecteurs et lectrices les codes d’honneur de la société patriarcale élisabéthaine afin d’œuvrer au bonheur conjugal et à celui de la collectivité, nous éclaire sur ce point : « By naming and displaying the standard female wiles and weaknesses, the literature sought to neutralise the threat that these posed to domestic harmony »51.

  • 52 Gosynhill, The Schoolhouse, op. cit., p. 138.
  • 53 Ibid., p. 149.

25Ce bonheur conjugal passait en premier lieu par une communication unilatérale dans le couple et l’injonction au silence féminin. Pour rappeler l’importance d’une bonne gestion vocale et sonore au sein du couple, Gosynhill fait donc, dans son texte hostile aux femmes, résonner les voix tonitruantes de mégères, jusqu’à l’aboiement (« feminine […] have tongue at large, voice loud and shrill »52). Et il réécrit la Genèse pour faire naître Ève non pas de la côte d’Adam, mais de celle du chien voleur qui s’était emparé de l’os d’Adam (« The story of woman’s creation from the rib of Adam is not quite accurate, for a dog ran away with the rib and ate it, forcing God to make woman out of the dog’s rib »53).

26De manière symétrique, son texte favorable aux femmes les montre quasiment inaudibles : aucune digression, ici, ne faisant entendre des caquets, désagréables ou joyeux. Seule Vénus y prend la parole dans l’exorde pour demander, en signe de déférence à la figure masculine de l’auteur-narrateur, de répondre à l’attaque dont les femmes ont fait l’objet dans The Schoolhouse. Au final, le diptyque de Gosynhill ne remet pas en question l’institution conjugale et adopte le différentialisme conservateur sur lequel la société patriarcale pensait pouvoir se construire puisqu’il maintenait comme clé de voûte le paradigme de l’amour sous le signe du paradoxe et du mépris.

  • 54 Ibid., p. 155.

27Gosynhill misogyne revendique en effet avoir écrit sans malveillance aucune et dans le seul but de faire rire les hommes aux dépens des femmes (« he did not write with any “ill intent”, but rather « the masculine might hereby / have somewhat to jest with the feminine »54). Il affiche cependant un mépris assumé pour le sexe féminin, c’est-à-dire, au sens étymologique, sa dévalorisation sur le plan moral. Mais ce mépris qui, comme le dégoût suppose une hiérarchie des êtres, ne rend pas, contrairement au dégoût évoqué par Lyly, les relations de couple impossibles, comme l’explique William Ian Miller :

  • 55 Miller, The Anatomy of Disgust, op. cit., p. 32-33.

Both contempt and disgust are emotions that assert a superior ranking as against their objects. But the experience of the one is quite different from that based on the other […] whereas disgust finds its object repulsive, contempt can find its object amusing. […] Consider in a related vein how differently the emotions can intersect with love. Not only are love and contempt not antithetical but certain loves seem to be necessarily intermingled with contempt […] contempt is more than just a sneer of hostility. The notion of looking down is consistent with softer and gentler sentiments : pity, graciousness and love. Whatever disgust’s relation to love, it is not the one we have constructed for contempt. If some forms of contempt are in fact love itself, disgust opposes love. It operates as an antithesis to love as much as hatred does.55

  • 56 Ibid., p. 110-111.

28C’est cette différence d’importance entre le mépris et le dégoût qui explique la bifurcation du projet du Euphues de Lyly, tenant de la misogamie philosophique, par rapport à celui du misogyne ordinaire dans l’attaque de Gosynhill. La survivance même de la société patriarcale est en effet remise en question par le pamphlet de Lyly, qui substitue le dégout au mépris, rendant le mélange des sexes quasi impossible. Car si le dégoût du narrateur misogyne est un dégoût par écœurement (« surfeit »), qui fait suite à une surconsommation amoureuse, l’objectif de son texte réactive la tradition misogyne cléricale, en cherchant à interdire le mariage et le commerce nuptial par le dégoût, selon la distinction opérée par Miller56.

  • 57 Lyly, The Anatomy of Wit, op. cit., p. 97.
  • 58 Ibid., p. 95.

29La Cooling Card exhorte donc le lecteur à l’abstinence et à la retraite studieuse derrière les murs de l’université (« Take […] the company of philosophers for the fellowship of ladies [...] go to Athens, and … Fly women »57), ou à défaut à la fréquentation de plusieurs femmes, autre remède efficace contre la maladie amoureuse (« the mind enamoured on two women is less affected with desire and less invected with despair »58). Dans les deux solutions, on observe la même volonté d’empêcher la formation du couple. Le mariage et la recherche d’une harmonie conjugale ne font donc pas partie de la proposition de Euphues et le différentialisme de la Cooling Card débouche sur la défense d’un bastion masculin – l’Université – qui n’est pas tant menacé par une entrée des femmes que par un éventuel abandon des hommes préférant l’amour à l’étude.

  • 59 Anger, Her Protection, op. cit., p. 39.

30Et rien au final ne montre de manière plus aiguë les enjeux du féminisme de Jane Anger que sa propre invitation à un entre-soi féminin, dont les enjeux sont aux antipodes de ce que l’on trouve dans le pamphlet de son adversaire : « Let us secretly ourselves with ourselves, consider how and in what, they that are our worst enemies, are both inferior unto us and most beholden unto our kindness »59. Car si le bien-fondé d’une sociabilité masculine inaccessible par la vue ou l’ouïe aux femmes n’est remis en question par aucun texte de notre corpus, la défense de Jane Anger, qui revendique un espace de sociabilité féminine identique, était loin d’être acquise. Cela est clairement visible dans l’attaque de Gosynhill, qui commence par vilipender ces temps singuliers de maladie ou de grossesse permettant la constitution ponctuelle de gynécées. Gosynhill se concentre sur la maladie, là où d’autres prennent pour cible le moment entre l’accouchement et les relevailles, où les femmes vivent entre co-mères, à l’abri du regard des hommes :

  • 60 Gosynhill, The Schoolhouse, op. cit., p. 140.

Wed them once and then adieu,
Farewell all trust and housewifery.
Keep their chambers and themself mew
For staining of her physionomy,
And in their bed all day do lie.
Must once or twice every week
Feign themself for to be sick.
Send for this and send for that ;
Little or nothing may them please
Come in, good gossip and keep me chat ;
I trust it shall do me great ease. 
Complain of many a sundry disease ;
« A gossip’s cup between us twain »,
Till she be gotten up again.60

31Ce moment de solidarité féminine et de séparation d’avec le masculin inversait ponctuellement les rapports sociaux de sexe entre les époux, tout en les privant de deux fruits du mariage : le travail domestique et les services sexuels de leurs épouses. Il n’était donc toléré que de manière transitoire et, pour garantir qu’il ne se pérenniserait pas, il était également voué aux gémonies comme une école des femmes transgénérationnelle où s’échangeaient conseils et états d’âme.

  • 61 Ibid., p. 144.

Thus among they keep such schools,
the young to draw after the old,
Moting ever upon their stools,
Of every matter that they have wold,
By mean(s) wereof the young was bold,
So that within a month they be
Quatermaster, or more than he.61

  • 62 Anger, Her Protection, op. cit., p. 40.
  • 63 Ibid.
  • 64 Mary Astell, A serious proposal to the ladies, for the advancement of their true and greatest inter (...)

32La querelle Tudor opère un virage avec Jane Anger qui, sans remettre en question le mariage comme fondement de la société patriarcale, revendique le droit de constituer une communauté féminine parallèle, ne fût-ce que de manière furtive, le temps de l’écriture ou de la lecture d’un pamphlet, et ainsi d’échapper à la vue, à l’ouïe et au contrôle des hommes. Jane prétend en effet n’être entendue que par son sexe (« seeing I speak to none but to you which are of mine own Sex »62). Il n’y a donc pas de recherche de la confrontation ni d’accès à la sphère masculine dans cette proposition modeste. Seule revendication associée à celle d’un droit à l’entre-soi, celle d’une reconnaissance des capacités intellectuelles des femmes par les femmes et du droit de philosopher ensemble : « give me leave like a scholar to prove our wisdom more excellent than theirs, though I never knew what sophistry meant »63. Une proposition modeste mais néanmoins sérieuse, qui annonce d’autres propositions féministes : le droit à l’éducation, mais non, dans un premier temps, l’effrayante mixité de l’éducation, laquelle rapproche les sexes par les sens en plus de postuler l’égalité de leurs esprits64.

Conclusion

33Cet épisode de la querelle anglaise met en évidence le bien-fondé d’une prise en considération des cinq sens dans l’analyse des discours sur la double question de l’égalité et de la différence des sexes, en montrant notamment comment les champions des dames revalorisent l’esprit des femmes, ainsi que leur sensorialité basse tout en discréditant l’intelligence des hommes et leur sensorialité haute. La métastase, figure de pensée par laquelle on rejette sur le compte d'autrui ce que l'on est forcé d'avouer, selon le Dictionnaire de poétique et de rhétorique (1961) d’Henri Morier, est ainsi largement à l’œuvre dans les réponses aux attaques misogynes et misogames qui reprennent les topoi d’une hiérarchie des sexes reposant sur une hiérarchie des sens.

  • 65 Voir sur ce point les travaux d’Elizabeth A. Foyster, et notamment son Manhood in Early Modern Engl (...)

34Mais les deux propositions semblent se rejoindre dans la revendication d’un devoir – chez Lyly – ou d’un droit – chez Anger et Gosynhill philogyne – à l’éloignement, à la prise de distance. Celle-ci offre aux cinq sens une plage de repos et suspend momentanément le devoir de contrôle que la société patriarcale de la première modernité impose à un sexe sur l’autre et ainsi, en vérité, aux deux sexes. Car s’il est pesant d’être constamment regardé, écouté, entravé, senti et même goûté, il est tout aussi pénible de devoir constamment regarder, épier, entraver, sentir et goûter65.

35L’émergence de l’idée de deux sociabilités parallèles propres à chacun des sexes se dessine donc dans ce chapitre de la querelle comme une perspective d’émancipation plus libératrice que l’accès à la sphère masculine pour les femmes, ou que l’exercice contraignant de l’autorité conjugale pour les hommes.

Haut de page

Notes

1 Marc Angenot, Les Champions des femmes. Examen du discours sur la supériorité des femmes (1400-1800), Montréal, Presses Universitaires du Québec, 1977 ; Danielle Haase-Dubosc et Marie-Élisabeth Henneau (dir.), Revisiter la querelle des femmes. Discours sur l’égalité / l’inégalité des sexes, de 1600 à 1750, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2013 ; Constance Jordan, Renaissance Feminism. Literary Texts and Political Models, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1990 ; Ian McLean, Woman Triumphant. Feminism in French Literature, 1610-1652, Oxford, Clarendon Press, 1977 ; Éliane Viennot et Nicole Pellegrin (dir.), Revisiter la querelle des femmes. Discours sur l’égalité / l’inégalité des sexes, de 1750 aux lendemains de la Révolution française, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2012 ; Linda Woodbridge, Women and The English Renaissance. Literature and the Nature of Womankind, 1540-1620, Urbana et Chicago, University of Illinois Press, 1986.

2 Les références à ces textes sont données dans l’édition de Katherine Usher Henderson et Barbara F. McManus (dir.), Half Humankind. Contexts and Texts of the Controversy about Women in England 1540-1640, Urbana et Chicago, University of Illinois Press, 1985, sauf pour les passages abrégés.

3 Les références à ces textes sont données dans l’édition de Lea Scragg, Euphues the Anatomy of Wit and Euphues and His England, Manchester et New York, Manchester University Press, 2009 et celle de Simon Sheperd, The Women’s Sharp Revenge – Five Women’s Pamphlets from the Renaissance, Londres, Fourth Estate, 1985.

4 La querelle des « Amyes » trouve son origine dans la traduction en français par Jean Chaperon (?) et Jacques Colin d’Il Cortegiano en 1537 et éclate en France avec le texte de Bertrand de la Borderie Amye de Court (1542) et la riposte de Charles Fontaine Contr’Amye de Court (1543). Au regard du transfert culturel entre l’Italie et la France, à l’origine de cette joute mondaine sur le thème des femmes et de l’amour et de la traduction en anglais en 1567 par Thomas Hoby d’Il Cortegiano, il m’a semblé pertinent d’emprunter à la typologie française des textes de la querelle, cette appellation de querelle des « amyes » pour renvoyer à un débat en partie de même nature. Les liens avec le texte de Castiglione restent cependant à étudier plus avant.

5 Edward Gosynhill, Here begynneth a lytle boke named the Schole house of women wherin euery man may rede a goodly prayse of the condicyons of women, Prynted at London : In Paules Churche yearde, at the sygne of the maydens heed, by Thomas Petyt, The yeare of our Lorde: M.D.XLj. [1541], f. A.IIv.

6 Ibid., p. 155.

7 John Lyly, A Cooling Card, op. cit., p. 95.

8 Jane Anger, Her Protection for Women, op. cit., p. 43.

9 Lyly, A Cooling Card, op. cit., p. 98.

10 Ibid., p. 91.

11 Ibid., p. 96.

12 Gosynhill, The Praise, op. cit., p. 168.

13 Ibid., p. 169.

14 Anger, Her Protection, op. cit., p. 42.

15 Ibid., p. 44.

16 Ibid., p. 35.

17 Ibid.

18 Ibid., p. 36.

19 Constance Classen, The Colour of Angels. Cosmology, Gender and the Aesthetic Imagination, Londres et New York, Routledge, 1998, p. 83.

20 Gosynhill, The Praise, op. cit., p. 158.

21 Anger, Her Protection, op. cit., p. 36.

22 Gosynhill, The Schoolhouse, op. cit., p. 139 : « Have you once turned your eye and back /Another she will have to smick and smack ».

23 Ibid., p. 145 : « And for she would be reckoned true, / The matter to cloak more craftily, / Her “kinsman” call him, I warrant you, / And all to blear the husband’s eye. / God wot the blind eateth many a fly ; / so doth the husband often iwis / Father the child that is not his ».

24 Ibid., p. 140 : « Then must she have maids two or three / That may them gossips together bring / Set them to labor to blear the eye / Themself will neither wash nor wring, / Bake nor brew, nor other thing ».

25 Nicole Pellegrin, Voiles. Une histoire du Moyen Âge à Vatican II, Paris, CNRS Éditions, 2017, p. 62-63.

26 Lesel Dawson, Lovesickness and Gender in Early Modern English Literature, Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 19-26.

27 Ibid., p. 26.

28 Ficino, Commentary on Plato’s Symposium on Love, VII, iv-v, cité dans Dawson, Lovesickness, op. cit., p. 26.

29 Lyly, A Cooling Card, op. cit., p. 96.

30 Ibid.

31 Ibid., p. 95.

32 Ibid., p. 97.

33 Ibid., p. 90.

34 Anger, Her Protection, op. cit., p. 38.

35 Ibid., p. 39.

36 Ibid., p. 29

37 Ibid., p. 33.

38 Ibid., p. 36.

39 Ibid.

40 Gosynhill, The Praise, op. cit., p. 159.

41 Le Mesnagier de Paris, éds. Georgina E. Brereton et Janet M. Ferrier, Paris, Le Livre de Poche, 2010.

42 Ibid., p. 303.

43 Gosynhill, The Schoolhouse, op. cit., p. 141.

44 Gosynhill, The Praise, op. cit., p. 161.

45 Anger, Her Protection, op. cit., p. 39.

46 William Ian Miller, The Anatomy of Disgust, Cambridge et Londres, Harvard University Press, 1997, p. 70.

47 Constance Classen, David Howes et Anthony Synnott (dir.), The Cultural History of Smell, Londres et New York, Routledge, 1994, p. 38.

48 J’ai relevé quelques exceptions, voir note 6.

49 Aristophanes, Lysistrata, trad. Ian Johnston, Vancouver Island University, Nanaimo, BC, Canada, 2008, 740-845. URL : https://lcsl.uic.edu/docs/default-source/classics/the-original-ancient-text.pdf?sfvrsn=0 (consulté le 15 novembre 2018).

50 Gosynhill, Here begynneth, op. cit., f. AIIv.

51 Anthony Fletcher, Gender, Sex and Subordination in England 1500-1800, New Haven et Londres, Yale University Press, 1995, p. 105.

52 Gosynhill, The Schoolhouse, op. cit., p. 138.

53 Ibid., p. 149.

54 Ibid., p. 155.

55 Miller, The Anatomy of Disgust, op. cit., p. 32-33.

56 Ibid., p. 110-111.

57 Lyly, The Anatomy of Wit, op. cit., p. 97.

58 Ibid., p. 95.

59 Anger, Her Protection, op. cit., p. 39.

60 Gosynhill, The Schoolhouse, op. cit., p. 140.

61 Ibid., p. 144.

62 Anger, Her Protection, op. cit., p. 40.

63 Ibid.

64 Mary Astell, A serious proposal to the ladies, for the advancement of their true and greatest interest by a lover of her sex, Londres, R. Wilkin, 1694.

65 Voir sur ce point les travaux d’Elizabeth A. Foyster, et notamment son Manhood in Early Modern England : Honour, Sex and Marriage, Londres et New York, Routledge, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armel Dubois-Nayt, « L’usage des sens dans deux diptyques de la querelle des femmes en Angleterre (1540-1589) », Études Épistémè [En ligne], 34 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/episteme/3387 ; DOI : 10.4000/episteme.3387

Haut de page

Auteur

Armel Dubois-Nayt

Armel Dubois-Nayt est Maîtresse de conférences à l’Université de Versailles-Saint-Quentin. Elle travaille sur les théories autour du pouvoir des femmes à la période moderne en Écosse et en Angleterre, et plus généralement sur l’histoire des femmes en Grande-Bretagne au début de la période moderne. Elle a publié avec Pascal Caillet et Jean-Claude Maihol, L’Écriture et les femmes en Grande-Bretagne (1540-1640). Le Mythe et la Plume (PUV, 2008), avec Emmanuelle Santinelli-Folz, Femmes de pouvoir et pouvoir de femmes dans l’Occident médiéval et moderne (PUV, 2009) et avec Christian Auer et Nathalie Duclos, Femmes, pouvoir et nation en Écosse du XVIe siècle à aujourd’hui (Septentrion, 2012). Elle a co-dirigé les numéros 17 et 19 d’Études Épistémè consacrés à l’écriture de l’histoire par les femmes, ainsi que le numéro 23 consacré à George Buchanan. Elle a signé plusieurs articles sur John Knox, Marie Stuart, George Buchanan, Marie de Guise, Ann Dowriche et Jane Anger. Ses travaux récents dans le cadre de ses activités au sein de la SIEFAR ont porté sur la querelle des femmes et elle a édité les troisième et quatrième volumes consacrés à ce vaste débat avec Nicole Dufournaud et Anne Paupert : Revisiter la « Querelle des femmes ». Discours sur l’égalité / inégalité des sexes, de 1400 à 1600, Saint-Étienne, PUSE, 2013, avec Marie-Élisabeth Henneau et Rotraud Von Kulessa, Revisiter la « Querelle des femmes ». Discours sur l’égalité / inégalité des sexes en Europe, de 1400 aux lendemains de la Révolution, Saint-Étienne, PUSE, 2016. Elle travaille actuellement à la rédaction d’une monographie sur Marie Stuart (1542-1587) dans la querelle des femmes.

Articles du même auteur

Haut de page
  • OpenEdition Journals