Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Samuel Daniel et les traductions ...

Samuel Daniel et les traductions anglaises du Pastor Fido au XVIIe siècle en Angleterre : du voyage d’Italie à la naturalisation

Christine Sukic

Résumés

Le destin du Pastor Fido de Guarini dans l’Angleterre du XVIIe siècle décrit, plus que l’appropriation d’un texte italien dans la langue anglaise, la conscience qu’avaient certains poètes de participer à la formation d’une poésie nationale. Samuel Daniel, dans le sonnet qui précède la traduction de 1602, de même que dans ses autres écrits, montre que l’Italie est un modèle littéraire qu’il faut s’approprier certes, mais pour mieux l’assimiler afin d’affirmer que la langue anglaise est aussi un lieu poétique. 

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir l’appendice pour une reproduction de ces trois textes.
  • 2 Il existe une édition moderne de cette traduction latine: Pastor Fidus. Parthenia. Clytophon, éd. M (...)
  • 3 Cette information est disponible sur le site de la Cambridge History of English and American Litera (...)
  • 4 La référence du manuscrit est la suivante: Add. 29493. Dans un article qui porte par ailleurs sur l (...)
  • 5 Nicola J. Perella, The Critical Fortune of Battista Guarini’s “Il Pastor Fido”, Florence, Leo S. Ol (...)
  • 6 Elizabeth Story Donno, Three Renaissance Pastorals. Tasso, Guarini, Daniel, Binghamton, New York, M (...)
  • 7 Principal Rules of Italian Grammar, with a Dictionarie for the better understandynge of Boccace, et (...)
  • 8 Vocabolario Italiano e Inglese, a Dictionary, Italian and English, formerly compiled by J. F... Now (...)
  • 9 John Rigby Hale, England and the Italian Renaissance. The Growth of Interest in its History and Art(...)

1L’histoire de la traduction du Pastor Fido en Angleterre au XVIIe siècle commence par la traduction anonyme publiée en 1602 par Simon Waterson, Il Pastor Fido: or the faithfull Shepheard. Dans cette édition, on trouve une dédicace du traducteur à son parent, Sir Edward Dymoke, "champion de la reine", un sonnet de Samuel Daniel et une dédicace en prose de l’éditeur, dans laquelle on apprend que le traducteur est mort depuis peu1. Cette traduction, dans laquelle le prologue de l’œuvre originale de Guarini n’est pas inclus, est rééditée en 1633 par William Sheares, sous le même titre. La traduction suivante, qui constitue la deuxième étape de ce parcours, est celle de Sir Richard Fanshawe, publiée par Humphrey Moseley en 1647: Il Pastor Fido. The Faithfull Shepheard. Celle d’Elkanah Settle, troisième et dernière traduction de l’œuvre au XVIIe siècle, Pastor Fido, or the Faithful Shepherd, est publiée en 1677 par William Cademan. Voilà donc les trois grandes étapes de la traduction du Pastor Fido au XVIIe siècle en Angleterre. On peut y ajouter cependant une traduction latine de l’œuvre, dont deux manuscrits se trouvent à Cambridge, sous le titre de "Pastor Fidus". Sur l’un des manuscrits, apparaît le nom d’un certain "Guliel. Quarles", qui en fut peut-être le traducteur2. La pièce fut lue ou représentée à Cambridge, puisque dans l’un des manuscrits, on peut lire l’indication suivante: "Il pastor fido, di signor Guarini... recitata in Collegio Regali Cantabrigiae"3. Enfin, il faut également mentionner la traduction manuscrite de Jonathan Sidnam, qui se trouve à la British Library et porte le titre suivant: "IL pastor Fido or the Faithfull Sheapheard. An excellent Pastorall written in Italian by Battista Guarini and translated into English by Jonathan Sidnam, Esq., Anno 1630"4. En ce qui concerne les traductions d’extraits de la pièce, ou les allusions ou parodies, de plus en plus nombreuses au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle, l’ouvrage de Nicola Perella, The Critical Fortune of Battista Guarini’s Il Pastor Fido, se révèlera utile 5 de même que l’introduction d’Elizabeth Donno à l’édition moderne de la traduction de 16026. Pour avoir une idée de la place de cette traduction dans les publications anglaises de l’époque, on peut se référer à John Rigby Hale, qui dénombre, entre 1550 — année de la publication de Principal Rules of Italian Grammar de William Thomas7 — et 1659 — qui correspond à la date de publication du Vocabolario Italiano e Inglese de Giovanni Torriano, version révisée du Worlde of Wordes de Florio8 — 400 ouvrages italiens traduits en anglais, représentant l’œuvre de 225 auteurs9. Si l’on compare le Pastor Fido avec l’Aminta du Tasse, le nombre de traductions de l’œuvre de Guarini est à peu près équivalent, puisque l’on trouve une traduction de l’Aminta en anglais au XVIe siècle, et trois au XVIIe.

  • 10 Un exemplaire de cette édition se trouve à la Bibliothèque Nationale de France. Il est à noter que (...)
  • 11 La Prima [Seconda] Parte de Ragionamenti en 1584, Quattro Comedie en 1588 et La Terza et Vltima Par (...)
  • 12 Le Prince (Il Prencipe) et les Discours (Discorsi sopra la prima deca di Tito Liuio) en 1584, les H (...)
  • 13 Sur John Wolfe, on pourra consulter l’ouvrage très documenté de Clifford C. Huffman, Elizabethan Im (...)

2Mais il s’avère essentiel de revenir un peu en arrière, afin d’envisager non seulement l’histoire de la traduction, mais celle du texte même en Angleterre, car elle peut nous fournir quelques clefs intéressantes. Cette histoire débute en fait au XVIe siècle. En effet, il faut savoir que l’œuvre de Guarini a déjà fait l’objet d’une publication en italien à Londres. Alors que la pièce paraît à Venise en 1590, l’éditeur et imprimeur londonien John Wolfe en donne une édition dès 1591, avec l’Aminta du Tasse — en italien également — pour alquelle il se fait appeler Volfeo10. Il semble que Wolfe se soit spécialisé dans la publication d’ouvrages étrangers, notamment italiens, dans le texte ou en traduction, et qu’il avait établi de solides liens avec les immigrés italiens de Londres. Il est, entre autres, l’éditeur de trois ouvrages de l’Arétin11, en italien également, et de cinq œuvres de Machiavel12, toujours en italien, les huit ouvrages comportant de faux lieux d’édition italiens. Wolfe est également connu pour son édition de The first part of the life and reigne of King Henrie the IIII de John Hayward en 1599 qui lui valut une convocation du Privy Council, en raison de la dédicace élogieuse de Hayward au Comte d’Essex, jugée subversive13.

  • 14 D’après Huffman, John Wolfe est coutumier de cette italianisation de son nom (ibid., p. 9).
  • 15 Sur l’édition d’ouvrages italiens en Angleterre, on pourra consulter l’article de Harry Sellers, "I (...)

3Cette édition du Pastor fido en italien est intéressante, parce qu’elle dénote qu’en Angleterre, la tragi-comédie pastorale, publiée "a Londra" par "Volfeo", a encore une dénomination purement italienne en 159114. Ce n’est que dix ans plus tard, avec la traduction de 1602, que "Il Pastor Fido" devient "The Faithfull Shepheard", et, de fait, que la pastorale italienne devient anglaise15.

  • 16 Elizabeth Donno, op. cit., p. xxiii-xxiv.

4Je ne me prononcerai pas ici sur l’identité du traducteur. D’après Elizabeth Donno, ce dernier serait Tailboys Dymoke, un des frères de Sir Edward. C’est à lui que l’on attribue désormais cette traduction, avec quelques points d’interrogation, notamment pour une question de date, puisque la dédicace de l’éditeur est datée de 1601, alors que Tailboys Dymoke était déjà mort à cette époque. Selon Elizabeth Donno, ce décalage s’expliquerait par le fait qu’il y a eu erreur sur la date de la dédicace, qui devrait être de 1602, et non de 1601, ainsi qu’elle apparaît16.

  • 17 Voir à ce sujet Mark Eccles, "Samuel Daniel in France and Italy", Studies in Philology 34 (1937), p (...)
  • 18 Il s’agit ici de la première édition supervisée par Daniel et publiée par Simon Waterson, puisque, (...)
  • 19 Le titre complet en est: The Worthy tract of Paulus Iouis, contayning a Discourse of rare inuention (...)
  • 20 Daniel était également l’ami de John Florio, depuis ses années d’étudiant à Oxford, puisqu’il écriv (...)
  • 21 Au sujet de Daniel imitateur, voir le très bon article de Jason Lawrence, "‘The whole complection o (...)

5On en sait donc peu sur ce traducteur, mais un peu plus sur son parent Sir Edward Dymoke. Un élément biographique nous intéresse plus particulièrement: en 1590-1591, Sir Edward fit un voyage en Italie, accompagné de Samuel Daniel17. Daniel évoque d’ailleurs ce voyage dans deux de ses sonnets, dans le recueil Delia, publié en 159218. Samuel Daniel était lui-même traducteur de l’italien, puisqu’il avait publié en 1585, à la demande de Sir Edward Dymoke, une traduction du Dialogo dell’imprese militari et amorose de Paolo Giovio, sous le titre de: The Worthy Tract19, et dont l’éditeur était d’ailleurs déjà Simon Waterson20. Samuel Daniel est souvent considéré comme un imitateur, non seulement de la littérature italienne, mais aussi du théâtre de Sénèque et de ses imitateurs français du XVIe siècle21. Mais il est plus que cela, et sa carrière poétique semble se confondre assez bien avec l’histoire du Pastor Fido en Angleterre, du voyage d’Italie à l’écriture d’une pastorale anglaise, de la découverte à la naturalisation, en passant par la traduction et l’imitation.

6De cette visite en Italie, on retiendra d’abord une rencontre avec Guarini, au cours de laquelle, si l’on en croit le sonnet de Daniel qui précède la traduction de 1602, le poète italien mit en doute les vertus de la langue anglaise, langue barbare du Nord, sans mesure, c’est-à-dire a-musicale:

Though I remember he hath oft imbas’d
Unto us both, the vertues of the North,
Saying, our costes were with no measures gracd,
Nor barbarous tongues could any verse bring forth.

  • 22 Drawne with th’attractive vertue of her eyes,
    My toucht hart turnes it to that happie cost:
    My ioyful
    (...)

7C’est donc à ce traducteur inconnu, qui parle aussi bien l’italien que l’anglais et qui connaît — selon l’éditeur — la valeur du poète italien, que l’on doit cette "naturalisation" du texte dans la langue barbare. Dans le sonnet "Drawne with th’attractiue vertue of her eyes"22 écrit, selon Daniel, en Italie, le poète répond en quelque sorte à Guarini. Employant des termes similaires ("that happy cost", "My joyfull North, where all my fortune lies"), Daniel semble définir un lieu poétique septentrional qui serait séparé du monde, comme île, mais aussi et surtout par sa vertu intrinsèque: "Divided from the world, as better worth". C’est vers ce nord idéalisé et espéré — "The iewell of my hopes desired most" — que se tourne Daniel alors qu’il se trouve dans une Italie forte d’une littérature non pas nationale — le terme serait anachronique — mais à qui sa langue (ou ses langues?) donne une identité propre.

  • 23 Le titre original de l’ouvrage est: Il Nennio. Nel quale si ragiona di nobilatà, Vinegia, A. Vavass (...)

8Quelques années plus tard, en 1595, dans un poème adressé à William Jones pour sa traduction du Nennio de Giovanni Battista Nenna23, Samuel Daniel affine encore sa vision de la traduction (ou doit-on parler alors déjà de naturalisation?): "Here dost thou bring (my friend) a stranger borne / To be indenized with us, and made our owne". Là, Daniel parvient à circonscrire encore mieux ce lieu poétique des Barbares du nord. L’étranger, celui qui est né ailleurs, c’est-à-dire hors de l’île-joyau qu’est l’Angleterre, est "indenized" (ou "endenised", d’après l’OED). Il s’agit alors bien d’une naturalisation, puisque l’étranger y est fait citoyen. D’après l’OED, ce verbe peut signifier traduire ou métamorphoser. L’étranger est donc désormais "du lieu" et n’y est plus étranger. Il est, comme le dit Daniel, "avec nous" et "nôtre". On peut dire qu’en quelque sorte, l’Arcadie de la pastorale se superpose pour Daniel à cette Angleterre idéalisée, définie à la fois comme île et lieu isolé. Le berger italien peut s’y aventurer, mais, comme le Carino du Pastor Fido, après y être apparu comme étranger, il y deviendra "an Arcadian borne" (traduction de 1602 du Pastor Fido, acte V, scène 4).

  • 24 The Worthy Tract of Paulus Iovius (1585), Facsimile Reproductions, éd. Norman K. Farmer, Delmar, N. (...)

9Cette conscience de la "naturalisation" est aussi celle qu’exprime le traducteur de la version de 1602, puisque, dans les mêmes termes, il se targue d’avoir fait de Guarini un "citoyen anglais" ("an English Denizen"). Il y a encore, malgré tout, un décalage entre le berger-voyageur, qui est d’extraction italienne, et son apparence, puisque, pour être présenté aux "fils de Brute" (les Britanniques), il doit porter un costume anglais, taillé à sa mesure d’une main malhabile: "A silly hand hath fashiond up a sute / Of English clothes". Ce décalage se superpose avec celui qui existe, chez lui, vu non plus comme Italien mais comme berger uniquement, entre ses habits pastoraux et la noblesse de son esprit. Bien qu’il soit italien et porte des habits de berger, il n’en est pas moins noble et anglais. Le traducteur évoque d’ailleurs la possibilité que l’italianité du berger s’éloigne: "If I have failed t’expresse his native looke". On peut noter aussi que la métaphore vestimentaire appliquée à la traduction est assez fréquente. Daniel l’utilise par exemple dans la préface de sa traduction de Giovio, "To the frendly reader", lorsqu’il évoque le texte italien, "barely clothed in an English habite"24.

10Il semble que pour Daniel, la traduction soit un pas vers la constitution d’une poésie nationale. Il s’agit de détourner le texte italien vers la langue dite "barbare" afin de l’assimiler dans un lieu poétique anglais. L’Italie, qui est une des étapes traditionnelles du Grand Tour, et donc passage obligé du gentilhomme-voyageur, doit être assimilée, naturalisée, anglicisée, afin de lui prouver en retour que l’Angleterre barbare est aussi source de musique, et peut — doit — devenir un nouveau lieu poétique. C’est ce qui apparaît dans la dédicace que Daniel adresse à la Comtesse de Pembroke pour sa Cleopatra révisée, et publiée en 1611:

  • 25 "To the most noble Lady, the Lady Mary Countesse of Pembrooke", in Certaine Small Workes heretofore (...)

O that the Ocean did not bound our stile
Within these strict and narrow limits, so,
But that the musique of our well tund Ile
Might hence be heard to Mintium arme & Po,
That they might know how far Thames doth out goe
Declined Tybur, and might not contemne
Our Northern tunes, but now another while
Receiue from vs more then we had from them.
25

11Comme on le voit, l’île-joyau qui devait autrefois se fermer afin de mieux préserver son identité est maintenant assez forte pour dépasser les frontières que lui impose l’Océan et s’adresser au monde: c’est par la Tamise que passera la voix poétique de l’Angleterre. Se déversant dans l’Océan, elle a un débit plus fort que le Tibre déclinant. Tout se lit désormais en termes de quantité poétique, puisque l’Angleterre pourrait donner plus qu’elle n’a reçu. De même, on peut dire que, selon l’épître de Daniel, la Tamise devient fleuve arcadien, au même titre que le Mincio, fleuve virgilien par excellence. On pense également à l’Alfeo du Pastor Fido (Alfeus dans la traduction de 1602).

  • 26 A Worlde of Wordes, or Most copious, and exact Dictionnarie in Italian and English, collected by Io (...)
  • 27 Dans l’épître au lecteur, Florio utilise aussi le topos du traducteur-voyageur, appelant son projet (...)

12Plus que de la naturalisation d’un texte, il s’agit de la naturalisation d’un lieu devenu "un monde de mots ", pour reprendre le titre du dictionnaire italien-anglais de Florio, A Worlde of Wordes, publié trois ans avant The Faithfull Shepheard, en 159826. Dans l’épître dédicatoire adressée aux comtes de Rutland et de Southampton et à la comtesse de Bedford, Florio fait d’ailleurs le constat de la confusion entre le voyage et le langage, sans doute inspiré, comme nombre de traducteurs de l'époque, par l'étymologie du verbe "translate", qui dénote un changement de lieu27. Il décrit son ouvrage comme une carte, aux contours imparfaits mais pouvant servir à indiquer des directions aux voyageurs égarés:

  • 28 "To the Right Honorable Patrons of vertue, Patterns of Honor, Roger Earle of Rutland, Henrie Earle (...)

Then may your Honors without any dishonour [...], sometimes be at a stand, and standing see no easie issue, but for issue with a direction, which in this mappe I hold, if not exactlie delineated, yet conueniently prickt out.28

  • 29 "Yet heere-hence may some good accrewe, not onelie to truantlie-schollers [...] or to well-forwarde (...)

13Mais, fils d’un Italien ayant vécu en Angleterre, et lui-même né Italien en Angleterre, Florio ne cherche pas à faire émerger un quelconque lieu poétique anglais. Son dictionnaire est surtout destiné à ceux qui voyagent en Italie ou dans ses livres (il cite d’ailleurs Guarini aux côtés de l’Arioste, du Tasse, de Boccace et de Pétrarque)29. On trouve néanmoins dans son épître un élément intéressant quant au sujet qui nous préoccupe ici, c’est que la langue italienne en tant que telle n’existe pas vraiment. En effet, Florio insiste sur les différences notables qui existent entre les différents dialectes:

How shall we, naie how may we ayme at the Venetian, at the Romane, at the Lombard, at the Neapolitane, at so manie, and so much differing Dialects, and Idiomes, as be vsed and spoken in Italie, besides the Florentine?

14En revanche, la langue anglaise ne connaît pas, du moins lorsqu’elle est écrite, de différences aussi marquantes. On voit ainsi que la traduction permet une unification de ces dialectes étrangers. Il y a, dans cette transposition du texte en anglais, un processus de totalisation qui nie les multiplicités et contribue à la formation d’une langue littéraire nationale. Il semble que Samuel Daniel ait bien compris cet enjeu.

  • 30 A Defence of Ryme, in Sprague, op. cit., p. 127.

15La traduction du Pastor Fido ne sera donc qu’une étape dans la constitution d’une Arcadie anglaise. Cette constitution correspond aussi à la fin de l’ère élisabéthaine. Lorsque Jacques Ier arrive au pouvoir, Samuel Daniel, fort de son allégeance à Essex, s’autorise à publier un panégyrique au roi, Panegyrike Congratulatorie, qu’il fera publier en 1603 avec plusieurs épîtres et surtout, sa Defence of Rhyme. L’arrivée au pouvoir du nouveau monarque marque un nouvel espoir chez ceux qui, comme Daniel, veulent faire de la poésie anglaise un univers poétique à part entière: "seeing the times to promise a more regarde to the present condition of our writings, in respect of our Soveraignes happy inclination this way"30 écrit Daniel, qui déchantera cependant bien vite. Dès lors, la traduction est indispensable puisqu’elle permet d’assurer une plus grande homogénéité dans cet univers de mots. La meilleure manière de ne plus être considéré comme barbare, c’est d’établir soi-même une nouvelle définition de la barbarie linguistique, la langue anglaise, "our owne native language" devenant langue naturelle qui fait apparaître de nouvelles frontières, et de nouveaux statuts pour l’acquisition de la nationalité:

  • 31 Ibid., p. 158.

... I can not but wonder at the strange presumption of some men that dare so audaciously adventure to introduce any whatsoever forraine wordes, be they never so strange; and of themselves as it were, without a Parliament, without any consent, or allowance, establish them as Free-denizens in our language.31

16Le nationalisme de Daniel n’a rien à voir avec celui que professait Ascham, qui recommandait dans The Scholemaster de n’apprendre l’italien qu’en Angleterre, mais qui pensait également que, même à Londres, la jeunesse pouvait facilement être corrompue par des traductions d’œuvres italiennes:

  • 32 The Scholemaster, London, Iohn Daye, 1570. Ouvrage consulté sur le site de la bibliothèque de l’Uni (...)

These be the inchantementes of Circes, brought out of Italie, to marre mens maners in England: much, by example of ill life, but more by preceptes of fonde bookes, of late translated out of Italian into English, sold in euery shop in London, commended by honest titles the soner to corrupt honest maners: dedicated ouer boldlie to vertuous and honorable personages, the easielier to begile simple and innocent wittes.32

17Pour Ascham, il est évident que la naturalisation est impossible: l’œuvre italienne demeure italienne, et n’a aucune chance d’acquérir une quelconque forme de citoyenneté.

18Chez Daniel, la naturalisation est possible, et même désirée. Depuis sa traduction des Imprese de Paolo Giovio, Daniel exprime ce désir, ainsi que l’atteste la remarque du préfacier anonyme, N. W., rendue célèbre par l’allusion à Giordano Bruno mais qui est importante aussi parce qu’elle accorde au jeune Daniel ce devoir de "révélation" du texte étranger:

  • 33 The Worthy Tract of Paulus Iovius, op. cit.

Iovius therefore is bound to you, both for absoluting and blazing his inventions abroad in this famous Iland, and we are beholding unto you for revealing them to us: wherein truely both arte in translating, and knowledge in judging, justly may challenge their fees. You cannot forget that which Nolanus (that man of infinite titles among other phantasticall toyes) truely noted by chaunce in our Schooles, that by the helpe of translations, all Sciences had their offspring, and in my iudgement it is true.33

19La naturalisation passe donc par l’étape nécessaire de la traduction, depuis les années d’études de Daniel à Oxford et cette rencontre avec le Nolain — et sans doute aussi l’amitié avec Florio — puis le voyage en Italie, avec cette entrevue, qui apparaît déterminante, avec Guarini, et se termine par l’écriture directe en anglais, celle de sa Queenes Arcadia , représentée pour la première fois en 1605, publiée en 1606 et dédiée, bien évidemment, à la reine Anne. Dans l’épître dédicatoire, on ne trouve pas de référence nationale, ni à l’Angleterre, ni à l’Italie, si ce n’est un proverbe italien, qui suit la dédicace, "chi non fa, non falla". Nous sommes désormais clairement dans une Arcadie née d’un monde de mots septentrional, mais non plus barbare. Daniel ne représente l’origine italienne de la tragi-comédie pastorale que par cette trace discrète, en une sorte de défi rétrospectif à la critique acerbe de Guarini.

Haut de page

Annexe

1. Chronologie

1591: Il Pastor Fido: tragicomedia pastorale (Aminta, favola boschereccia del S. Torquato Tasso.) Per G. Volfeo, a spese di G. Castelvetri, Londra, 1591.

1602: Il Pastor Fido: or the faithfull Shepheard. Translated out of Italian into English, For S. Waterson, London, 1602.

1604: " Pastor Fidus ", [William Quarles?], Cambridge.

1630: "IL pastor Fido or the Faithfull Sheapheard. An excellent Pastorall written in Italian by Battista Guarini and translated into English by Jonathan Sidnam, Esq., Anno 1630 " (BL MSS: Add. 29493).

1647: Il Pastor Fido. The faithfull Shepheard. With an addition of divers other Poems, concluding with a short discourse of the long Civill Warres of Rome... by Richard Fanshawe, Esq, R. Raworth, for Humphrey Moseley, 1647.

1677: Elkanah, Settle, Pastor Fido: or, The Faithful Shepherd. A Pastoral, London, 1677.

2. Traduction de 1602 : le paratexte

a. La dédicace de Samuel Daniel à Sir Edward Dymoke

To the right worthie and learned Knight, Syr Edward Dymock, Champion to her Maiestie, concerning this translation of Pastor Fido.

I do reioyce learned and worthy Knight,
That by the hand of thy kinde Country-man
(This painfull and industrious Gentleman)
Thy deare esteem’d Guarini comes to light:
Who in thy loue I know tooke great delight
As thou in his, who now in England can
Speake as good English as Italian,
And here enioyes the grace of his owne right.
Though I remember he hath oft imbas’d
Unto us both, the vertues of the North,
Saying, our costes were with no measures gracd,
Nor barbarous tongues could any verse bring forth.
I would he sawe his owne, or knew our store,
Whose spirits can yeeld as much, and if not more.

Sam. Daniell.

b. La dédicace du traducteur à Sir Edward Dymoke

A Sonnet of the Translator, dedicated to that honourable Knight his kinsman, Syr Edward Dymock.

A silly hand hath fashiond vp a sute
Of English clothes vnto a traueller,
A noble minde though Shepheards weeds he weare,
That might consort his tunes with Tassoes lute,
Learned Guarinies first begotten frute,
I haue assum'd the courage to rebeare,
And him an English Denizen made here,
Presenting him vnto the sonnes of Brute.
If I haue faild t'expresse his natiue looke,
And be in my translation tax'd of blame,
I must appeale to that true censures booke
That sayes t'is harder to reforme a frame,
Then for to build from ground worke of ones wit,
A new creation of a noble fit.

c. La dédicace de l’éditeur à Sir Edward Dymoke

To the right worthy and learned Knight, Syr Edward Dymock, Champion to her Maiestie.

Syr, this worke was committed to me to publish to the world, and by reason of the nearenesse of kinne to the deceased Translator, and the good knowledge of the great worth of the Italian Author, I knew none fitter to Patronize the same then your worthinesse, to whom I wish all happinesse, and a prosperous new yeare. London this last of December, 1601.

Your Worships euer to be commaunded.
Simon Waterson.

Haut de page

Notes

1 Voir l’appendice pour une reproduction de ces trois textes.

2 Il existe une édition moderne de cette traduction latine: Pastor Fidus. Parthenia. Clytophon, éd. Margaret J. Arnold, Renaissance Latin Drama in England, Hildesheim, Olms, 1990.

3 Cette information est disponible sur le site de la Cambridge History of English and American Literature, à l’adresse suivante: <http://www.bartleby.com/216/1200.html>

4 La référence du manuscrit est la suivante: Add. 29493. Dans un article qui porte par ailleurs sur la traduction des Essais de Montaigne par Florio, Warren Boutcher note l’importance de la traduction manuscrite dans l’Angleterre du XVIe siècle ("Humanism and Literature in Late Tudor England: Translation, the Continental Book and the Case of Montaigne’s Essais ", Reassessing Tudor Humanism, éd. Jonathan Woolfson, Basingstoke, Hampshire; New York, Palgrave Macmillan, 2002, p. 243-268, et plus particulièrement p. 256).

5 Nicola J. Perella, The Critical Fortune of Battista Guarini’s “Il Pastor Fido”, Florence, Leo S. Olschki Editore, 1973.

6 Elizabeth Story Donno, Three Renaissance Pastorals. Tasso, Guarini, Daniel, Binghamton, New York, Medieval and Renaissance Texts and Studies, 1993.

7 Principal Rules of Italian Grammar, with a Dictionarie for the better understandynge of Boccace, etc., London, T. Berthelet, 1550.

8 Vocabolario Italiano e Inglese, a Dictionary, Italian and English, formerly compiled by J. F... Now... revised and compared with La Crusca... and enriched with considerable additions, whereunto is added, a Dictionary English and Italian, with severall proverbs and instructions for the speedy attaining to the Italian Tongue, London, T. Warren for J. Martin, J. Allestry, and T. Dicas, 1659.

9 John Rigby Hale, England and the Italian Renaissance. The Growth of Interest in its History and Art, Londres, Faber and Faber, 1954, p. 18.

10 Un exemplaire de cette édition se trouve à la Bibliothèque Nationale de France. Il est à noter que c’est l’érudit italien Giacopo Castelvetro qui commanda à John Wolfe cette impression. La page de titre porte d’ailleurs son nom: "a spese di G. Castelvetri".

11 La Prima [Seconda] Parte de Ragionamenti en 1584, Quattro Comedie en 1588 et La Terza et Vltima Parte di Ragionamenti en 1589.

12 Le Prince (Il Prencipe) et les Discours (Discorsi sopra la prima deca di Tito Liuio) en 1584, les Histoires florentines (Historie) et l’Art de la guerre (Libro della arte della guerra) en 1587 et un recueil de textes, dont L’Âne d’or et La Mandragore en 1588 portant le titre Lasino doro di Nicolo Machiauelli... con tutte laltre sue operette.

13 Sur John Wolfe, on pourra consulter l’ouvrage très documenté de Clifford C. Huffman, Elizabethan Impressions: John Wolfe and His Press, New York, AMS Press, 1988, qui donne notamment la liste de tous les ouvrages publiés et imprimés par Wolfe. Hufffman décrit Wolfe comme "the printer par excellence of Italian texts" (p. 13).

14 D’après Huffman, John Wolfe est coutumier de cette italianisation de son nom (ibid., p. 9).

15 Sur l’édition d’ouvrages italiens en Angleterre, on pourra consulter l’article de Harry Sellers, "Italian Books Printed in England Before 1640", The Library, 4e série, V (1924), p. 105-128, qui porte essentiellement sur les publications de John Wolfe et de John Charlewood.

16 Elizabeth Donno, op. cit., p. xxiii-xxiv.

17 Voir à ce sujet Mark Eccles, "Samuel Daniel in France and Italy", Studies in Philology 34 (1937), p. 148-167.

18 Il s’agit ici de la première édition supervisée par Daniel et publiée par Simon Waterson, puisque, on le sait, vingt-huit des sonnets de Delia furent d’abord publiés à son insu en 1591 par un éditeur londonien peu scrupuleux, Thomas Newman, dans une édition posthume de Sidney, Syr P. S. his Astrophel and Stella. Wherein the excellence of sweete poesie is concluded. To the end of which are added, sundry other rare sonnets of diuers noble men and gentlemen.

19 Le titre complet en est: The Worthy tract of Paulus Iouis, contayning a Discourse of rare inuentions, both Militarie and Amorous called Imprese. Whereunto is added a Preface contayning the Arte of composing them, with many other notable devises, London, Printed for Simon Waterson, 1585.

20 Daniel était également l’ami de John Florio, depuis ses années d’étudiant à Oxford, puisqu’il écrivit pour lui, dès 1582, quelques vers latins pour un ouvrage que Florio destinait à son cercle d’amis, et intitulé Giardino di recreatione (voir Joan Rees, Samuel Daniel. A Critical and Biographical Study, Liverpool University Press, p. 5). Sur l’influence exercée par l’Italie sur l’œuvre de Samuel Daniel, voir aussi dans Pierre Spriet, Samuel Daniel (1563-1619). Sa vie, son œuvre, Études anglaises, Paris, Didier, 1968, la partie biographique qui concerne les études et les voyages de Daniel (p. 18-85).

21 Au sujet de Daniel imitateur, voir le très bon article de Jason Lawrence, "‘The whole complection of Arcadia chang’d’: Samuel Daniel and Italian lyrical drama", Medieval and Renaissance Drama in England 11 (1999), p. 143-171. L’article se concentre plus particulièrement sur les emprunts de Daniel à l’Aminta du Tasse.

22 Drawne with th’attractive vertue of her eyes,
My toucht hart turnes it to that happie cost:
My ioyfull North, where all my fortune lyes,
The iewell of my hopes desired most.
There where my
Delia fayrer then the sunne,
Deckt with her youth whereon the world smyleth:
Ioyes in that honour which her beautie wonne,
Th’eternall volume which her fame compyleth.
Florish faire
Albion, glory of the North,
Neptunes darling helde betweene his armes:
Deuided from the world as better worth,
Kept for himselfe, defended from all harmes.
Still let disarmed peace decke her and thee;
And Muse-foe
Mars, abroade farre fostred bee.

Ce sonnet porte le numéro 44 dans l’édition de Sprague: Samuel Daniel, Poems and A Defence of Ryme, éd. Arthur Colby Sprague, Chicago, Londres, The University of Chicago Press, 1965, p. 32.

23 Le titre original de l’ouvrage est: Il Nennio. Nel quale si ragiona di nobilatà, Vinegia, A. Vavassore, 1542. La traduction de William Jones s’intitule Nennio, Or a treatise of Nobility: Wherein is discoursed what true Nobilitie is, with such qualities as are required in a perfect Gentleman, [London], Printed by P. S. for L. Linley and J. Flasket, 1595.

24 The Worthy Tract of Paulus Iovius (1585), Facsimile Reproductions, éd. Norman K. Farmer, Delmar, N. Y., Scholar’s Facsimiles and Reprints, 1976.

25 "To the most noble Lady, the Lady Mary Countesse of Pembrooke", in Certaine Small Workes heretofore divulged by Samuel Daniel one of the Groomes of the Queenes Majesties privie Chamber & new againe by him corrected and augmented, London, Printed by I. L. for Simon Waterson, 1607, consulté sur le site de Literature Online (LION).

26 A Worlde of Wordes, or Most copious, and exact Dictionnarie in Italian and English, collected by Iohn Florio, Printed at London, by Arnold Hatfield for Edw. Blount, 1598.

27 Dans l’épître au lecteur, Florio utilise aussi le topos du traducteur-voyageur, appelant son projet "my new voyage", et parlant de "this our paper-sea" ("To the Reader", ibid.).

28 "To the Right Honorable Patrons of vertue, Patterns of Honor, Roger Earle of Rutland, Henrie Earle of Southampton, Lucie Countesse of Bedford", consulté sur le site de la Bibliothèque Nationale: <http://gallica.bnf.fr>.

29 "Yet heere-hence may some good accrewe, not onelie to truantlie-schollers [...] or to well-forwarde students, that haue turnd ouer Guazzo and Castiglione, yea runne through Guarini, Ariosto, Tasso, Boccace, and Petraarche" (ibid.). Jason Lawrence note d’ailleurs que la célèbre allusion à ces auteurs italiens dans le Volpone de Ben Jonson se fait dans le même ordre, à une exception près, que celui qui apparaît dans cette épître dédicatoire de Florio ("‘The whole complection of Arcadia chang’d’", op. cit., p. 156).

30 A Defence of Ryme, in Sprague, op. cit., p. 127.

31 Ibid., p. 158.

32 The Scholemaster, London, Iohn Daye, 1570. Ouvrage consulté sur le site de la bibliothèque de l’Université de Virginie (Electronic Text Center): <http://etext.lib.virginia.edu/toc/modeng/public/AscScho.html>.

33 The Worthy Tract of Paulus Iovius, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Sukic, « Samuel Daniel et les traductions anglaises du Pastor Fido au XVIIe siècle en Angleterre : du voyage d’Italie à la naturalisation »Études Épistémè [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 01 novembre 2003, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/4058 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.4058

Haut de page

Auteur

Christine Sukic

Christine Sukic est maître de conférences à l’université de Bourgogne. Elle a coordonné deux recueils d’articles sur des pièces de Shakespeare aux éditions du Temps, l’un sur Antony and Cleopatra (2000) et l’autre sur A Midsummer Night’s Dream (2002), et publie régulièrement des articles sur George Chapman et Samuel Daniel, ainsi que sur l’héroïsme dans la littérature et l’histoire des idées.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search