Navigation – Plan du site
La miniature à l'époque moderne
1. Les voyages de la miniature: négociations, attributions et circulations

La place des miniatures dans les échanges diplomatiques entre les grandes puissances européennes et la Papauté (XVIIe siècle – XVIIIe siècle)

The place of miniatures in diplomatic exchanges between great European powers and the Papacy (17th-18th)
Maëlig Chauvin

Résumés

Les miniatures, figurant souvent des petits portraits de souverains, firent l’objet de nombreux cadeaux diplomatiques, notamment à l’occasion de cérémonies de mariages. Cependant, ce type de présent fut offert avec davantage de parcimonie entre les représentants du pape, les nonces, et les souverains étrangers. La relation spéciale qu’entretenait le pape avec l’image, et son rôle particulier au sein de la Chrétienté, oscillant entre représentant spirituel de la religion et souverain politique, entraîna un rapport spécifique à la miniature, qui ne fut offerte qu’à de rares occasions. Il s’agira de montrer à quelles occasions spécifiques la miniature était offerte aux ambassadeurs du pape, ou offerte par le pape lui-même au souverain étranger, et quelle était la valeur matérielle et spirituelle qui lui était accordée par les contemporains. Enfin, l’efficacité réelle de la miniature au sein des échanges entre les grandes puissances européennes – France, Angleterre, Espagne et Empire – avec le Saint-Siège sera questionnée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 José Luis Colomer, « Arte per la reconciliazione : Francesco Barberini e la corte di Filippo IV », (...)
  • 2 José Luis Colomer, « Introducción - Los senderos cruzados del arte y la diplomacia », dans José-Lui (...)
  • 3 Lorenzo Azzolini, « Diario di Mons. Lorenzo Azzolini, Viaggio da Madrid a Roma nel 1626 ; con un el (...)

1À l’occasion du départ du légat extraordinaire Francesco Barberini de la cour madrilène en 1626, la reine d’Espagne offrit à ce dernier une bague ornée d’un diamant d’une valeur de 4000 écus ainsi qu’un collier qui en valait 400, tandis que son époux Philippe IV lui remettait un portrait miniature, ainsi que d’autres présents non moins précieux destinés aux autres membres de la cour1. La description de ce portrait, qui représentait le souverain lui-même2, subsiste dans le journal en Espagne de Cassiano dal Pozzo, membre du cortège du légat, et de Lorenzo Azzolini3 :

  • 4 Biblioteca Apostolica Vaticana, Barberini latini 5689, Diario di Cassiano dal Pozzo, f. 140 r., 3 a (...)

[…] un joyau de diamants attachés in foggia, comme disent les Français à rocher, c’est-à-dire en monts de diamants qui n’étaient pas taillés en facettes ; et celui au-dessus était taillé en table, mais non pas carré ; il est travaillé à la française, et l’on n’y discerne presque pas l’attache ; il peut servir de bijou, pour une femme, pour un chapeau, et pour accrocher une chape liturgique ; il s’ouvre dessous en fond de boîte, dans laquelle on trouve le portrait de Sa Majesté au naturel, réalisé cependant lorsqu’il était d’un âge moins avancé 4.

  • 5 Voir par exemple le catalogue d’exposition Musée des Beaux-Arts de Laval, Portraits: collection du (...)

2Ce type de portraits miniatures, de l’italien « miniatura », lui-même dérivé du verbe « miniare », signifiant « décorer avec des figures de petites dimensions », était fréquemment utilisé comme présent. Le portrait pouvait être présenté dans un cadre, monté en bijoux, serti dans une tabatière ou encore incrusté de diamants et autres pierres précieuses. La taille de ces miniatures en faisait un exemple de présent pratique à envoyer dans les grandes cours européennes. Dans le cas des échanges diplomatiques, ils pouvaient « présenter » de manière plus ou moins ressemblante une épouse potentielle à un souverain, servir de souvenir d’une rencontre ou même mettre en valeur un personnage en le magnifiant et en l’embellissant. Plus facilement transportables que les grands portraits peints sur toile, les miniatures, diffusées à l’échelle européenne, étaient donc principalement offertes à l’occasion de visites officielles, mariages, et d’évènements politiques depuis la Renaissance5.

  • 6 Ainsi, sur un total de 51 présents recensés comme ayant été offerts par la Papauté à la cour d’Angl (...)

3Pourtant, en dépit des nombreux exemples de miniatures échangées entre les souverains européens à l’époque moderne, ces portraits n’ont été offerts qu’à de rares occasions lors de rencontres diplomatiques entre les représentants du pape - les membres de sa famille liés à la curie pontificale et les nonces, ambassadeurs du pape dans les grandes cours européennes - et les souverains européens. Il s’agira donc de questionner cette affirmation. Dans les grandes cours européennes, la miniature n’apparaît-elle pas comme un moyen d’affirmer la puissance d’un souverain auprès du Saint-Siège, et d’assurer sa pérennité ? En revanche, pourquoi les portraits miniatures représentent-ils une si faible part des présents diplomatiques qui étaient offerts par la Papauté ? On pourrait tout d’abord penser que les objets religieux étaient favorisés, et qu’offrir ce type d’objet profane, très luxueux, aurait été malvenu, à la fois de la part du pape, et du souverain étranger. Pourtant, cette supposition peut facilement être évincée. En effet, des peintures à sujet mythologique, des sculptures antiques et des bagatelles, qui n’étaient à priori pas destinées à provoquer un éveil religieux, ont été offerts par le pape aux souverains européens6.

4Dans un premier temps, il s’agira de se confronter à ce paradoxe. On verra que de nombreux nonces ont reçu ce type de présents de la part des souverains étrangers, alors que la miniature demeure un objet rarement offert et reçu par le pape lui-même. On cherchera ensuite à expliquer les raisons de cette rareté, avant de démontrer que la Papauté s’intéressait toutefois aux miniatures échangées entre les souverains européens, puisque le récit de ces dons était soigneusement raconté dans la correspondance des nonces. L’efficacité politique de ces miniatures pour les relations diplomatiques entre le Saint-Siège et les puissances européennes sera alors questionnée, ainsi que leur intégration dans les collections des destinataires. Quel usage en était fait après la cérémonie du don : étaient-elles mises en valeur ou, au contraire, bien souvent oubliées, voire vendues pour tirer profit des pierres précieuses qui les ornaient ?

Le don de miniatures entre la Papauté et les puissances européennes

La remise d’un portrait miniature au nonce

5Le don de présents diplomatiques était une pratique usuelle qui marquait l’arrivée du nonce ou de l’ambassadeur dans une cour étrangère, puis son départ. Le présent que le souverain offrait à l’ambassadeur lors de sa dernière audience était proportionnel à sa satisfaction. C’est la raison pour laquelle la magnificence du portrait miniature offert par Philippe IV au légat Francesco Barberini avait marqué leurs contemporains, qui avaient assisté à la scène. Les descriptions qui sont faites de cette miniature portent cependant bien davantage sur les diamants qui ornaient le pourtour que sur le portrait du roi d’Espagne lui-même, qui, comme le souligne Cassiano dal Pozzo, était flatteur, puisque ce dernier était représenté dans la fleur de l’âge. Cette pratique de distribution de miniatures servant de présents à la fin de la nonciature, déjà présente au début du XVIIème siècle, devint une habitude plus régulière à la cour de France sous le règne de Louis XIV. Le mardi 5 août 1664, Olivier Lefèvre d’Ormesson évoquait la remise de boîtes à portrait miniatures aux membres du cortège du légat lors de sa dernière audience :

  • 7 Olivier Lefèvre d’Ormesson, Journal d’Olivier Lefèvre d’Ormesson et extraits des mémoires d’André L (...)

Ce jour, le roy fut visiter le légat pour luy dire adieu. La conversation fut qu’un quart d’heure, et debout. Le roy lui envoya ses présens : à luy, une croix de six diamants que j’ay vue ; ils sont fort gros, et on les estime à cinquante mille escus ; à chacun des autres seigneurs, des boetes (sic) de portraits [ornées] de diamans de différens prix. Les présents ont esté magnifiques et ont surpris M. le légat qui a tesmoigné qu’il n’ay avoit qu’un roy de France assez puissant pour faire de si grands présens7.

  • 8 Nouvelles de divers endroits, Beat Fischer, Ex-libris Albert de Montet, 1769, n.n. : « De Vienne, l (...)

6Dans ce cas, on peut noter que le légat ne reçut pas de boîte à portrait, mais une croix imposante sertie de diamants, d’une valeur supérieure. Le témoignage d’Olivier Lefèvre d’Ormesson est révélateur de l’importance portée à la valeur matérielle des présents, puisqu’il insiste sur le prix des diamants sans porter attention aux portraits miniatures décorant les petites boîtes servant probablement de tabatières. On peut noter que la miniature est toujours accompagnée de diamants dans le cas des relations diplomatiques, comme pour rehausser la valeur du portrait lui-même qui semblerait insuffisant. Ces portraits ne sont pas décrits et il n’a malheureusement pas été possible de savoir qui était représenté sur ces boîtes. Il est cependant fort probable que ce soit le roi de France qui ait fait l’objet de la représentation. Le portrait, substitut fictif du roi, apparaissait alors comme un témoignage d’amitié personnelle du souverain pour les membres proches du légat, et non pour le légat lui-même. De même, en juillet 1769, l’infant-duc de Parme offrait son portrait enrichi de diamants aux ambassadeurs de France et d’Espagne, tandis que le nonce du pape recevait une croix et une bague de grand prix8. Le cadeau à connotation religieuse était alors préféré à la miniature étant donné le rôle particulier du nonce, à la fois politique et spirituel.

  • 9 Corine Thépaut-Cabasset, « Les présents du roi : le faste au service de la diplomatie », dans Elisa (...)
  • 10 Louis Mayeul Chaudon ; F.A. Delandine, Nouveau dictionnaire historique, éd. Bruyset ainé, 1804, tom (...)

7Cependant, le présent à connotation religieuse n’était pas automatique et paraît avoir varié selon l’amitié que le souverain portait au nonce. Le présent correspondait en effet à « une récompense quantifiée, réglée, qui répond au rang du récipiendaire, ainsi qu’à des critères de valorisation d’un service rendu, d’une mission accomplie ou d’un contrat »9. Ainsi, de même que Daniele Dolfin, nonce en France entre 1696 et 1698, qui refusa de reconnaître les bâtards de Louis XIV sur instruction du Saint-Siège, se vit refuser son audience de congé et ne reçut pas de présent royal en signe de mécontentement du roi, de même le fait qu’un souverain étranger offrît son portrait au nonce était la preuve de la réussite de la légation. Envoyé en France pour régler la question de la succession d’Espagne, Dominique Paffionei, qui ne fut toutefois pas nommé comme nonce pour ne pas attiser les problèmes politiques, fut bien reçu par le roi Louis XIV puisque « ce fut dans ce second voyage que le Roi l’honora d’un collier avec son portrait enrichi de diamans »10. Signe de la réussite de son ambassade, Paffionei fut d’ailleurs nommé camérier secret de Clément XI à son retour. Cette pratique perdure au XIXe siècle, comme l’évoque un article de journal de 1827 qui relate une remise de présent de ce type.

  • 11 L'Ami de la religion et du roi: journal ecclésiastique, politique et littéraire, A. Le Clère, Paris (...)

M. le cardinal Giustiniani, évêque d’Imola, et qui, depuis plusieurs années, remplissoit les fonctions de nonce à la cour de Madrid, vient de quitter cette résidence pour retourner en Italie. Son Em[inence] a pris congé du roi d’Espagne, qui, pour lui donner un témoignage d’estime, lui a fait présent d’un médaillon avec son portrait entouré de diamans [sic]. Elle laisse les plus honorables souvenirs en Espagne, où elle s’est trouvée dans des temps difficiles, et où elle a montré un zèle, une sagesse et une capacité qui lui ont concilié le respect de toutes les classes11.

8Aussi, contrairement aux portraits miniatures qui étaient échangés par centaines entre les souverains européens, ceux qui étaient offerts aux personnes au service de la Papauté faisaient l’objet d’une attention particulière et devenaient par exemple révélateurs d’une certaine proximité entre le souverain et le nonce, voire d’une amitié, et un véritable témoignage de remerciement, par exemple à l’achèvement d’une période politique perturbée, où le nonce avait joué un rôle important.

Offrir un portrait miniature au cardinal-neveu et au pape

  • 12 Armand Jean du Plessis Richelieu, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d'Etat, recueillis (...)

9Si ce sont davantage les nonces et les légats, en tant qu’ambassadeurs du pape, qui sont les destinataires privilégiés des portraits miniatures, le cardinal-neveu chargé des affaires étrangères reçut un tel présent à quelques occasions. Le 17 juin 1635, une lettre de Jacques-Auguste de Thou, abbé de Bonneval à Jacques Du Puy, prieur de Saint-Sauveur, classée dans la correspondance de Richelieu aux Affaires étrangères, évoquait un présent envoyé par ce dernier au cardinal-neveu Antoine Barberini : « une boîte d’or avec le portrait du roy, entouré de diamants, le tout estimé cent mille livres »12. Le cardinal-neveu, qui s’occupait essentiellement de la politique étrangère avec la France, et avait envoyé de nombreux présents à la cour par l’intermédiaire de Mazarin, reçut cette marque d’estime. Dans une lettre de Mr. de Lionne au comte d’Estrades, le 8 août 1664, les présents offerts par le roi de France au nonce et aux proches du pape apparaissent comme des preuves de sa libéralité.

  • 13 Godefroy comte d’Estrades, Lettres, memoires et negociations de Monsieur le Comte d'Estradés: ambas (...)

Elle [Sa Majesté] a encore accordé à Son Eminence la grace du Cardinal Imperial, & que Monsieur Roberty, de la conduite duquel dans les embarras passez Sa Majesté n’avoit pas été satisfaite, pût nonobstant cela demeurer Nonce ordinaire en France, après qu’il aura fait la fonction de Nonce extraordinaire pour les Langes de Monseigneur le Dauphin ; & pour conclusion quand Son Eminence est partie, Sa Majesté l’a envoyé regaler d’une Croix de Diamans de cinquante mille écus, Dom Sigismond Neveu du Pape, & un Picolomini, aussi petit Neveu de Sa Sainteté, de deux boëttes [sic] avec le portrait de Sa Majesté enrichies de Diamans, & de tous les autres plus considerables de la fuite ont eu de beaux presens dont ils témoignent être si satisfaits, qu’ils avoüent eux-mêmes qu’il n’y a pas de veritablés richesses & magnificences qu’en ce Royaume, ni de grand Roi en toutes choses que le nôtre13.

10Encore une fois, le don de portraits miniatures est révélateur d’une relation particulière entre le souverain pontife ou son représentant et un souverain étranger, qui dépasse une simple obligation coutumière d’échanges de présents.

Le pape commanditaire de portraits miniatures

11Il semble encore une fois évident que le fait d’offrir une miniature n’était pas anodin et qu’il constituait une véritable preuve matérielle de l’efficacité du nonce dans le pays étranger. Cependant, la miniature ne fait pas partie des types de présents qui étaient fréquemment offerts par le Saint-Siège. Un des rares exemples de miniatures offertes par le pape figure dans la correspondance des directeurs de l'Académie de France à Rome avec les surintendants des bâtiments, où une lettre de Poerson à d’Antin, datée du 13 février 1720, évoque une miniature représentant l’empereur Charles Quint, qui fut remise par le nonce Albani à l’empereur. Le sujet représenté fait donc référence au monarque par excellence, empereur et roi d’Espagne, modèle pour les empereurs de domination politique et de grandeur dans un cadre politique perturbé. En effet, ne pourrait-on pas considérer cette miniature comme une allusion à l’héritage qui aurait dû revenir de droit à l’empereur Charles VI dont le père Joseph Ier avait vainement prétendu au trône d’Espagne à la mort de Charles II en 1700 ? Il s’agirait ici d’une prise de parti politique de la part du souverain-pontife qui affichait par ailleurs une stricte neutralité. Ou n’était-ce qu’une référence à la glorification du pouvoir impérial dont l’empereur Charles VI se faisait bon héritier ?

  • 14 Lettre de Poerson à d’Antin, le 13 février 1720, dans Correspondance des directeurs de l'Académie d (...)

[…] L’on assure aussi que M. Albano porte, de la part de Sa Sainteté, une croix de diamant de la valeur de cinquante mille écus et un petit portrait de l’empereur Charles Quint, enrichi de gros diamants, pour Sa Majesté Impériale ; et la croix de diamants est destinée pour l’Impératrice. Outre cela, ce Seigneur est chargé de plusieurs autres bijoux d’un très grand prix pour les principaux Seigneurs et Dames de la Cour, sans parler d’une bonne quantité de chapelets et de médailles d’or et d’argent14.

  • 15 Cänfar Cantu, Allgemeine Geschichte der Neueren Zeit, Schaffhaufen, 1864, volume 11, p. 116 : « Der (...)

12La nouvelle d’un tel présent fut d’ailleurs diffusée dans les journaux allemands, preuve de son originalité et de sa rareté15. Lorsque le pape offrait une miniature, c’était un présent suffisamment peu fréquent pour être évoqué dans les fonds archivistiques. Il est alors intéressant de questionner la raison de cette rareté.

La relation particulière entre le Saint-Siège et le portrait miniature : la crainte de l’idolâtrie ?

Le difficile rapport à l’image du souverain-pontife

  • 16 Agnès Vatican, « Diplomatie et liberalitas – Savo Millini, le nonce désargenté (1675-1685), Arte y (...)

13Alors que les miniatures étaient diffusées en grande quantité dans toute l’Europe, seul un petit nombre a eu un rôle dans les échanges diplomatiques avec la Papauté. Pourtant, le Saint-Siège devait faire preuve de « liberalitas », terme qui apparaît chez Aristote, Cicéron et Sénèque dans De legationibus, pour désigner une façon d’entretenir une certaine forme de familiarité et d’amitié avec les princes par des échanges de présents. La libéralité correspond à une vertu morale, le « juste donner », équilibrée entre avarice et prodigalité. Il s’agit de reconnaître la valeur de quelqu’un et de lui offrir un cadeau proportionnel à son rang ou à ses vertus morales, à ne pas confondre avec la magnificentia, qui, elle, ne repose que la superbe des cadeaux offerts au moment de la distribution16. C’est aussi une vertu politique, qui s’apparente à une forme de corruption douce, visant notamment à obtenir les bonnes grâces du souverain étranger et à le récompenser pour son appui en faveur de la religion catholique.

  • 17 Christopher M.S. Johns, Papal art and cultural politics : Rome in the age of Clement XI, Cambridge, (...)
  • 18 Pierre François Lafitau, La vie de Clement XI, souverain pontife, de l'imprimerie du Séminaire par (...)

14Le portrait miniature représentait généralement le donataire, bien souvent le souverain. Ainsi, lorsque le pape Urbain VIII envoya Malatesta Albani, l’oncle du futur Clément XI, alors en légation à Paris, la reine Marie de Médicis lui offrit son portrait miniature incrusté de diamants17. Le cadeau était alors très personnel puisqu’il avait impliqué une réflexion de la part de la reine, un certain savoir-faire et une habilité technique.: « […] Il [Malatesta Albani] n’avoit encore que vingt-cinq ans lorsqu’il fut envoyé en France pour une négociation des plus difficiles. La Reine Marie de Medicis lui donna son portrait enrichi de diamans, & Urbain VIII se disposoit à l’honorer de la pourpre […] »18.

  • 19 Maëlig Chauvin, Thèse de doctorat en cours. Les cadeaux diplomatiques offerts par la Papauté aux gr (...)

15Cependant, les papes ne semblent pas avoir envoyé ce type de portraits qui aurait glorifié la personne matérielle du pape, non pas en tant que souverain spirituel mais en tant que membre d’une grande famille princière. Les portraits n’auraient-ils pas en effet entraîné un certain culte de la personne du souverain-pontife qui aurait été nuisible ? Le rapport à l’image du souverain-pontife apparaît complexe. Il ne semble exister aucune miniature représentant directement le souverain-pontife ayant été offerte en don. De même, aucun autoportrait du pape ne fit l’objet de présent diplomatique pour la période 1605-172119. On a vu que, contrairement aux autres puissances européennes, le pape n’offrait que des portraits miniatures figurant le destinataire ou en lien avec ce dernier.

Le respect de la tradition comme guide

  • 20 Anonyme, Mémoires historiques, pour le siècle courant avec des réflexions et remarques politiques e (...)

16La Papauté offrit cependant en grand nombre des médailles d’or et d’argent figurant le blason pontifical ou le profil du pape, dans la tradition des empereurs romains. La médaille apparaissait comme un matériau pérenne et représentait au revers des allégories, les principaux évènements du règne ou encore les constructions élaborées durant le règne. Ainsi, au mois de juillet 1738, alors que la reine des Deux-Siciles s’apprêtait à partir pour Faenza, le cardinal Mosca, le légat a latere, « engagea la Reine à recevoir en présent une croix de lapis lazuli, avec une médaille d’or & un corps saint, mis dans une châsse de crystal [sic], garnie d’or, outre une Boëte contenant plusieurs Agnus Dei, mis dans de l’or avec des diamans »20.

  • 21 Madeleine Laurain-Portemer, « Mazarin militant de l'Art Baroque au temps de Richelieu (1634-1642) » (...)

17Les portraits en camée pouvaient également servir d’alternative à la médaille, puisqu’ils s’inscrivaient dans une longue tradition. Ainsi, dans une note du cardinal Antonio Barberini, neveu du pape Urbain VIII, au comte Girolamo Martinozzi, il est indiqué qu’un portrait du pape en camée sur du lapis-lazuli décoré d’or,21 placé dans le quatrième tiroir d’un studiolo de pierres dures, était destiné au cardinal de Richelieu. Ce petit portrait miniature était accompagné de nombreuses autres bagatelles, petits présents très variés tels que des huiles, des parfums, des petits objets en ivoire et des gants en peau.

Privilégier des techniques artistiques spécifiques du pays offrant

  • 22 Michèle Bimbenet-Privat, La boîte à portrait de Louis XIV, Musée du Louvre, Département des objets (...)
  • 23 Mignet, Négociations relatives à la succession d'Espagne sous Louis XIV ou correspondances, mémoire (...)
  • 24 Pour une étude plus détaillée des miniatures françaises au XVIIème siècle, Michelle Bimbenet-Privat (...)
  • 25 Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande, Voyage d’un François en Italie fait dans les Années 1765 & 176 (...)
  • 26 Maureen Cassidy-Geiger (éd.), Fragile diplomacy : Meissen porcelain for European courts ca. 1710-17 (...)
  • 27 Piero D’Onofrj, Elogio di Carlo III, 1789 ; Alvar González-Palacios, Il gusto dei principi : arte d (...)
  • 28 Alvar González-Palacios, Arredi e ornamenti alla corte di Roma : 1560-1795, Milano, Electa, 2004, p (...)

18Il est intéressant de constater à quel point Dal Pozzo, fin connaisseur d’art, lors de la remise de la miniature figurant Philippe IV à Francesco Barberini, insiste sur la réalisation du bijou à la française, faisant de la France le pays spécialiste de la production de miniatures. Il est vrai que l’étude des miniatures sous le règne de Louis XIV, plus tardivement, a mis en valeur les figures de deux orfèvres bijoutiers, logés dans les galeries du Louvre, Laurent Le Tessier de Montarsy et son fils Pierre, principaux fournisseurs des montures en argent doré ornées de diamants, et des portraits issus de l'atelier du miniaturiste Jean I Petitot22. Il suffit de consulter les registres des présents diplomatiques aux archives du Ministère des affaires étrangères à Paris pour y repérer un grand nombre de miniatures offertes23. Les boîtes ornées de miniatures constituaient davantage une spécificité française qu’espagnole ou italienne, et étaient bien souvent à l’effigie de la reine et du roi24. L’emploi de matériaux précieux - or, argent, pierres précieuses – entourant les portraits apparaissait en effet comme le témoignage d’un savoir-faire. Aussi, alors que la Papauté cherchait avant tout à mettre en avant les productions artistiques italiennes, notamment la peinture bolonaise, les reliquaires en orfèvrerie précieuse et les mobiliers de pierres dures, elle n’offrait pas d’objets d’art dont la technique était moins maîtrisée par les artistes italiens. Ainsi, à l’instar de la tapisserie, l’art de la miniature a été laissé de côté jusqu’au pontificat de Benedetto XIII. En effet, les portraits miniatures en micro-mosaïque étaient à l’origine une spécialité florentine et non romaine. On connait ainsi un portrait du pape Clément VIII daté vers 1601, réalisé en pierres dures et nacre sur dessin du florentin Iacopo Ligozzi, aujourd’hui conservé au J.P. Getty Museum à Malibu. Un portrait miniature figurant le pape et le cardinal-neveu en micro-mosaïque, datant du pontificat de Clément XI, fut remarqué par Lalande en 1764 lors de son passage à Rome25. Il devint alors possible d’offrir des miniatures typiquement italiennes, non pas peintes mais réalisées en mosaïque. Il n’existe pas d’atelier de mosaïque au Vatican avant 1727. La surintendance des mosaïques fut alors confiée à Pietro Paolo Cristofari (1685-1743). En 1728, Alessandro Albani de St Clemens, neveu du pape, présenta à Auguste II de Saxe un portrait en mosaïque qui le figurait, fabriqué par les ateliers du Vatican26. En 1738, lors du passage de Marie Amélie de Saxe, nouvelle reine de Naples, près de Rome, à Monterotondo, elle reçut de la part du cardinal Orsini, le neveu du pape, son propre portrait et celui de son époux, tous deux en mosaïque, cernés de gros diamants et présentés dans deux écrins de velours cramoisi27. De même, sous Clément XIV, un double-portrait de l’impératrice et du grand-duc de Toscane Pietro Leopold, de Batoni, aujourd’hui conservé au Kunsthistorisches Museum de Vienne, fut traduit en mosaïque par Bernardino Regoli, élève du célèbre mosaïste Pietro Paolo Cristofari (1685-1743) dans un cadre réalisé par Lorenzo de’ Caporali sur dessin de Batoni afin d’être offert à Marie-Thérèse28. Ce type de présents demeurait cependant très rare au XVIIe siècle et ne fit l’objet de nombreux cadeaux que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle en lien avec la renaissance du goût archéologique et le néoclassicisme. Il semble donc que la rareté des portraits miniatures offerts en don par la Papauté avant le début du XVIIIe siècle s’explique par une mauvaise connaissance technique. Le Saint-Siège évitait les éventuelles critiques en faisant représenter le destinataire plutôt que le souverain-pontife, et en inscrivant ces petits objets dans une tradition héritée de l’Antiquité en favorisant l’art de la médaille, de la taille des camées et de la micro-mosaïque.

Questionner l’utilité politique : la place accordée aux miniatures dans les échanges diplomatiques entre la Papauté et les puissances européennes

La miniature comme preuve de bonne entente

  • 29 Archivio Segreto Vaticano, Segreteria di Stato, Nunziatura di Spagna, t. 104, f°631 r., lettre du n (...)
  • 30 Ibid, f°650, 20 novembre 1652 : « Ali bien detti che la Gioia che manda S.M. alla S.ra Principessa (...)

19Même lorsque les échanges de cadeaux entre deux souverains ne concernaient pas directement le souverain pontife, il est intéressant de noter que le nonce, l’ambassadeur du pape, avertissait le cardinal-neveu chargé des affaires étrangères. La miniature était considérée comme un cadeau à l’importance politique suffisamment importante, pour être évoquée dans la correspondance pontificale au même titre que les affaires politiques. En outre, la remise d’un présent de valeur constituait pour le pape la preuve matérielle de la bonne entente entre ses Fils très chrétiens et très catholiques. Ainsi, le 9 novembre 1652, le nonce à la cour d’Espagne, Francesco Caetani, évoquait dans une lettre au cardinal-neveu Pamphilj le cadeau que le roi d’Espagne prévoyait pour la cour de France : « Je crois savoir que Sa Majesté a décidé d’envoyer un très riche bijou à la Sérénissime Princesse de Condé et que don Giorgio di Castille, qui fait partie du Conseil d’Aragon, soit chargé de lui apporter » 29. Le 20 novembre de la même année, le nonce précisait en quoi consistait exactement ce cadeau et insistait amplement sur la description de l’objet dans une correspondance politique qui détaillait par ailleurs les actions du roi dans la politique européenne : « Il est dit que le bijou qu’envoie Sa Majesté à la Sérénissime Princesse de Condé soit une petite boite en or ornée du portrait de la reine à l’intérieur, et que l’on trouve à l’extérieur cinq gros diamants de grande valeur »30. Le nonce Pompeo Aldovrandi détaillait aussi dans une lettre au Secrétariat de la Chambre apostolique, le 1er juin 1715, où il évoquait les splendides présents offerts au prince palatin de la part du roi d’Espagne, parmi lesquels une épée, une miniature représentant le roi :

  • 31 Archivio Segreto Vaticano, Segretaria di Stato, Nunziatura di Spagna 214, f°225r-v, lettre du nonce (...)

Au susdit prince palatin Sa Majesté a envoyé son portrait entouré de nombreux et beaux diamants, après avoir longtemps évoqué le fait qu’il avait offert un autre portrait de moindre valeur au baron Agen, et si le cadeau fait par Sa Majesté fit bon effet à la Cour par sa magnificence, je me permets de me flatter que pour ces deux autres mes insinuations auprès du marquis de Tore auront contribué à quelque effet31.

20Le pape voyait en la remise de ces présents une garantie de l’amitié que se portaient les souverains. En tant que souverain pacifiste, il les considérait comme une preuve matérielle de l’efficacité de ses actions. C’est pour cette raison que le présent était détaillé par le nonce dans sa correspondance, et non seulement pour sa valeur économique et esthétique.

21Le rôle diplomatique des miniatures est difficile à déterminer. Offrir le portrait du souverain étranger avait nécessairement une connotation politique. La miniature offerte par le cardinal de Richelieu au cardinal-neveu Antonio Barberini, figurant le roi Louis XIII, apparaît ainsi clairement comme un moyen de persuasion susceptible de faire adhérer le cardinal à la politique de Richelieu, malgré l’opposition de son frère le cardinal-neveu Francesco Barberini. Michel Le Vassor, dans son Histoire du règne de Louis XIII, dresse un tableau détaillé des circonstances politiques de ce don qui, associé à une croix de diamants, infléchit selon lui la politique du cardinal-neveu en faveur de la couronne de France.

  • 32 Michel Le Vassor, Histoire du règne de Louis XIII, Roi de France et de Navarre: Contenant ce qui es (...)

[…] Un des premiers soins, ce fut de porter au Cardinal Antoine Barberini le magnifique present que Louïs lui envoioit, afin de l’engager encore plus à garder la Comprotection, malgré l’opposition de François son frère, & des Espagnols, & à en faire les fonctions publiques incontinent après l’arrivée du Comte de Noiailles32.

22Au présent fut jointe une lettre de Richelieu particulièrement explicite de la signification du présent:

  • 33 Ibid, p. 8-9 ; Mémoires pour servir à l’Histoire du Cardinal de Richelieu, Recueil des Lettres du m (...)

[…] Elle [Sa Majesté] a voulu aussi que vous reçussiez [sic] son portrait de sa main, persuadée qu’elle est, que fortifié de la seule ombre d’un si grand Prince, vous resisteriez facilement aux ennemis de vôtre Maison, contre lesquels le Roi emploiera volontiers sa puissance dans toutes les occasions qui se présenterons. J’obéïs [sic] à ce commandement avec un plaisir extrême33.

23L’auteur insiste fortement sur le rôle essentiel de ce présent pour la politique française, position qu’il convient cependant de nuancer. Si ce présent plut probablement au cardinal, il n’apparaît cependant pas dans l’inventaire de sa garde-robe par la suite, et il est difficilement imaginable qu’il ait pu infléchir à ce point la politique du cardinal Antoine Barberini.

  • 34 Ibid., p. 9.

[…] Fut-ce le present même ? fut-ce la manière obligeante dont il le fit ? fut-ce les jolies choses que Richelieu dit dans sa lettre qui engagèrent Antoine à resister si fortement à son Oncle & à son Frere sur l’article de la Comprotection qu’il avoit acceptée ? Quoiqu’il en soit, l’Eminence Italienne reçut la croix & le portrait avec toute la reconnoissance imaginable, en protestant qu’elle préferoit aux plus grans avantages du monde, l’honneur de servir le Roi, nonobstant la résistance qu’elle trouvoit de la part du Cardinal François, & qu’elle aimoit mieux se brouiller avec son propre frere, que de n’exercer pas la Comprotection dont le Roi l’avoir honoré34.

24Antoine Aubery, qui retrace l’Histoire du cardinal Mazarin, insiste quant à lui sur le rôle du cardinal qui fut envoyé en tant que nonce extraordinaire à la cour de France pour remercier le roi du présent.

  • 35 Antoine Aubery, Histoire du cardinal Mazarin, Paris, Cramoisi, 1695, livre I, p. 73-74.

Le Cardinal Antoine se sentit très obligé & de la manière & de la chose. Et il chargea bien expressevement le Seigneur Mazarin, qui s’en venoit Vicelegat à Avignon, & Nonce extraordinaire en France, de remercier le Roy de son magnifique present, & de lui promettre de sa part toute la reconoissance imaginable35.

  • 36 Alfred de Serviez, Histoire de Colbert, Paris, Librairie de Debécourt, 1842, p. 255

25En février 1673, le nonce du pape à Vienne, Francesco Nerli, médiateur de la paix de Nimègue, reçut une croix de diamants d’une valeur de 9, 125 livres, tandis que « M. le cardinal Ollobon [sic] », plus connu sous le nom d’Alexandre VIII, reçut une « boîte à portrait ornée de diamans de 24, 617 livres »36. Ce cadeau n’est pas spécifiquement réservé à la Papauté, mais l’on peut néanmoins remarquer qu’offrir une boîte ornée du visage du roi au souverain-pontife, et non à l’un de ses intermédiaires, était révélateur de la prise de parti du pape en faveur du roi durant la guerre. Les échanges de portraits, révélateurs d’une prise de parti personnel, nuisaient fortement à l’image du souverain-pontife qui se voulait le médiateur européen pour la paix.

  • 37 La Clef du Cabinet des princes de l'Europe, ou Recuëil historique & politique sur les matières du t (...)

26Les journaux de la fin du XVIIIe siècle s’attachaient aussi à détailler les présents diplomatiques échangés lors des audiences et des cérémonies. Ainsi, le journal La Clef du Cabinet, évoquait en 1770 les circonstances de la remise d’une miniature au nonce : « Le Roi a fait aussi donner son portrait, garni de diamans, au Nonce du Pape, pour avoir officié au Couvent des Carmelites de Saint-Denis, le jour que Madame Louis de France a pris le Voile : ce riche présent lui a été remis par l’Introducteur des Ambassadeurs »37. Aussi, l’attention des contemporains était portée à ces échanges de miniatures lors de rencontres diplomatiques.

Portraits miniatures et critiques politiques

  • 38 Renata Ago, Il gusto delle cose : una storia degli oggetti nella Roma del Seicento, Roma, Donzelli, (...)

27Contrairement à ce qu’indique Cassiano dal Pozzo, qui déclare que le bijou pouvait être davantage destiné à une femme, la miniature était un présent aussi bien masculin que féminin, comme l’a rappelé Renata Ago dans son étude sur le goût des objets au XVIIème siècle : « […] Les pierres précieuses, en particulier les diamants, mais aussi les coraux et les grenats que nous sommes si habitués à associer aux femmes et aux épouses, appartiennent principalement aux hommes »38.

28Ces portraits miniatures pouvaient avoir une dimension utilitaire, en étant portés sur soi en broche ou en étant utilisés comme tabatières comme le rappelle Cassiano dal Pozzo dans sa description de la broche offerte par le roi d’Espagne au cardinal Francesco Barberini. Toutefois, le cardinal Francesco Barberini n’utilisa jamais le portrait de Philippe IV lors de cérémonies, accroché sur son manteau liturgique, puisque le fait d’utiliser un tel bijou aurait marqué la préférence du cardinal-neveu pour le roi d’Espagne. Il valait mieux éviter de porter aux yeux de tous un bijou aussi ostentatoire qui n’aurait pas manqué de heurter les sensibilités, voire de soulever l’hostilité des ambassadeurs français. La légation de Francesco Barberini, qui s’était rendu en France en 1625 et en Espagne en 1626 avait justement eu pour but d’apaiser le conflit lié à l’affaire de la Valteline, seule voie de communication praticable et assurée pour les espagnols entre le Milanais, la Franche-Comté et les Pays-Bas qui était bloquée par les Français. Il ne fallait surtout pas afficher clairement le soutien aux Espagnols dans une période tendue de négociations pour la paix et de compromis entre les deux puissances. Aussi, les miniatures offertes lors des échanges diplomatiques ont bien souvent perdu leur rôle utilitaire et ont directement intégré les collections personnelles des souverains et de la Papauté, à l’abri des regards.

La miniature conservée pour sa valeur artistique

29Si les miniatures ont pu inciter le destinataire à intercéder en faveur du donataire, ces petits objets n’ont pas fait l’objet d’un soin attentif dans les inventaires. Les sources archivistiques sont relativement imprécises sur la description des miniatures et empêchent bien souvent de mener une étude approfondie. Ainsi, les registres de comptes de la famille des Barberini conservés à la Bibliothèque Apostolique Vaticane, les témoignages des nonces et les journaux de connaisseurs ou de personnages influents dans les grandes cours européennes, qui évoquent parfois les cérémonies rituelles qui accompagnaient la remise de présents diplomatiques, témoignant éventuellement de la remise d’un tel présent, sont bien les seuls fonds à la disposition du chercheur concernant le don d’une miniature. Il est ensuite possible de chercher dans les inventaires du garde-meuble et des collections royales dans l’espoir de trouver une trace de l’objet offert, mais la miniature, petit objet conservé jalousement par le receveur, disparaît bien souvent sans laisser de traces. Si ces cadeaux semblent avoir été un des principaux types de présents offerts de la part des souverains européens, peu de témoignages matériels subsistent donc à ce jour, en raison de leur petite taille, et de l’association faite entre le portrait du souverain et le souverain lui-même, ce qui pouvait entraîner sa destruction. Les joyaux qui les ornaient ont aussi bien souvent entraîné la destruction du présent à forte valeur marchande.

  • 39 Biblioteca Apostolica Vaticana, Inventaire du garde-meuble de Francesco Barberini, in Marilyn Aronb (...)

30Dans l’inventaire de la garde-robe du cardinal Francesco Barberini pour les années 1623-1625 ainsi que pour les années 1626-1631, seul un petit portrait du cardinal conservé dans une cassette en fer pourrait s’apparenter à une miniature39. Le portrait offert par le roi d’Espagne Philippe IV n’est pas évoqué dans l’inventaire, et l’on ignore où il avait été placé au sein des collections du cardinal. Notons également que dans l’inventaire après décès des collections du cardinal de Richelieu, les miniatures furent laissées à la garde du valet de chambre du cardinal, et non pas vendues. Les quelques miniatures évoquées représentent toutes le cardinal lui-même et, si elles ont fait l’objet d’un cadeau diplomatique, par exemple à l’époque où Jules Mazarin était au service de la Papauté, il n’a pas été possible de retrouver l’occasion durant laquelle elles avaient été offertes. Le petit portrait en camée figurant le pape Urbain VIII ne semble pas apparaître dans les inventaires des collections du cardinal de Richelieu et empêche une étude plus approfondie de l’objet. Il aurait été intéressant de savoir s’il avait été placé en valeur, dissimulé dans un tiroir ou tout simplement offert à un parent du cardinal. Les miniatures ne semblent pas être considérées pour leur valeur historique ou pour le portrait figuré, mais seulement pour leur valeur mercantile, comme l’indique la description précise des pierres précieuses insérées, la matière de l’objet, son poids, et une indication de prix :

N°973. Item, une boitte d’or esmaillé en laquelle sont huict diamens à facettes et vingt quatre aultres diamans tres petitz au milieu de laquelle est le portraict de son Eminence soubz un [fol. 386r] cristail, ladicte boitte attachée sur un papier avec une chesne d’or poisant ensemble deux onces d’or, prisé ensemble la somme de … 220 lt.

N°974. Item, une aultre boite d’or esmaillé de figures en laquelle est le portraict de son Eminence peinct sur une carte, ladicte boitte attachée sur une carte avec une chesne d’or, prisés [fol. 386v] ensemble à la somme de… 90 lt.

N°975. Item, une aultre boitte d’or esmaillé sur laquelle sont douze diamens carrez espois et au milieu le pourtraict de son Eminence soubz un cristail cassé, prisé la somme de… 210 lt.

  • 40 Société de l’histoire de l’art français, L’art à l’époque du cardinal de Richelieu, A. Colin, Libra (...)

N°976. Item, une aultre boitte aussy d’or esmaillé en laquelle sont appliquez neuf diamans à facettes et neuf aultres diamans carrez plus petitz et au milieu le portraict de son Eminence soubz un cristail et sur le hault un petit rond aussy d’or esmaillé où sont appliquez onze diamens, le tout attaché sur un papier avec une chesne d’or, prisé ensemble la somme de… 240 lt40.

31Si de nombreux portraits miniatures ont aujourd’hui disparu, les portraits offerts en 1728 à Auguste II de Saxe par le neveu de Clément XI Albani, et le double-portrait offert à Marie-Thérèse d’Autriche en 1738 sont encore conservés, respectivement dans les collections de la Staatliche Kunstsammlung de Dresde et du Kunsthistorisches Museum, preuve d’une continuelle bonne entente entre les représentants par excellence du pouvoir temporel et spirituel.

Conclusion 

32Les miniatures firent donc l’objet d’un grand nombre de présents diplomatiques en Europe occidentale. À la fois utilitaires, précieuses et facilement transportables grâce à leur petite taille, elles étaient un cadeau courant. Les souverains étrangers offraient régulièrement ce que l’on nomme dans les sources « des boîtes à portrait » à la fin du séjour des ambassadeurs, mais plus rarement aux nonces qui recevaient plus généralement une croix en diamants. Lorsque le roi offrait une miniature au nonce, c’était une véritable preuve de remerciement pour avoir œuvré en faveur des intérêts du royaume ou facilité les relations avec le souverain-pontife. La relation de la Papauté à la miniature, et même à l’image, est plus complexe, puisque représenter le souverain pontife posait problème et pouvait être considéré, soit comme une marque de favoritisme, soit critiquée comme une tentative d’idolâtrie personnelle. L’alternative était donc plutôt de faire des présents de médailles, de camées ou de portraits en micro-mosaïque afin de s’inscrire dans la tradition antique ou de représenter le destinataire du présent, voire un illustre ancêtre servant de modèle pour le souverain étranger, comme ce fut le cas pour la miniature représentant Charles Quint offerte par Clément XI Albani en 1720. Si ces présents ont pu contribuer à renforcer des liens d’amitié entre les puissances européennes et le Saint-Siège, il ne faut pas surestimer leur importance au sein des relations diplomatiques puisque la satisfaction des souverains était de courte durée, et ces objets furent bien souvent oubliés dans les inventaires, morcelés, dispersés, vendus ou donnés. Le faible nombre de miniatures actuellement conservé est malheureusement révélateur de cette influence politique limitée.

Haut de page

Notes

1 José Luis Colomer, « Arte per la reconciliazione : Francesco Barberini e la corte di Filippo IV », dans Lorenza Mochi Onori, Sebastian Schutze, Francesco Solinas (dir.), I Barberini e la cultura europea del Seicento, atti del convegno internazionale, Palazzo Barberini alle Quattro Fontane, 2007, p. 97.

2 José Luis Colomer, « Introducción - Los senderos cruzados del arte y la diplomacia », dans José-Luis Colomer, Casa di Velázquez (dir.), Arte y diplomacia de la Monarquia Hispanica en el siglo XVII, Madrid, Fernando Villaverde Ediciones, 2003, pp. 18-26, ici p. 26.

3 Lorenzo Azzolini, « Diario di Mons. Lorenzo Azzolini, Viaggio da Madrid a Roma nel 1626 ; con un elenco di oggetti preziosi e d'arte », dans Il Muratori, II, 1894, vol.2, ici note 3, p. 178 : « Vi fu ancora il Guardagioie della Regina che presento’ a nome di S. Maestà un diamante legato in un anello stimato da 4 mila scudi in circa, e gli si dono’ una collana di 400, essendose per prima data un’altra simile al Guardagioie del Re ».

4 Biblioteca Apostolica Vaticana, Barberini latini 5689, Diario di Cassiano dal Pozzo, f. 140 r., 3 août 1626 : « un gioiello di diamanti legati in foggia, come dicono i francesi a rocher, cioè a monti di diamanti che non erano tagliati a facciette, e quello di cima era tavola, ma non quadra, era lavoro alla francese non si scorgendo a pena la legatura, può servire di gioiello, da donna, e per capello, e per agrappo da piviale sotto s’apriva in foggia di scatoletta, nella quale era il ritratto di S. M.tà del naturale, fatto però quando era di manco età ». Trad. M.C.

5 Voir par exemple le catalogue d’exposition Musée des Beaux-Arts de Laval, Portraits: collection du Musée des beaux-arts de Laval : 16 octobre 2004-16 janvier 2005, Chapelle Saint-Julien, Laval, 2004, p. 40.

6 Ainsi, sur un total de 51 présents recensés comme ayant été offerts par la Papauté à la cour d’Angleterre entre 1605 et 1721, figuraient 21 tableaux profanes, 2 sculptures antiques et 3 colis de bagatelles, contenant entre autres des parfums, des huiles et des savons sans rapport avec la religion catholique. Note M.C. Thèse de doctorat en cours « L’arte di regalare : les cadeaux diplomatiques offerts par la Papauté aux grandes puissances européennes (1605-1721) ».

7 Olivier Lefèvre d’Ormesson, Journal d’Olivier Lefèvre d’Ormesson et extraits des mémoires d’André Lefèvre d’Ormesson, publiés par M. Chéruel, Paris, Imprimerie impériale, 1860, vol. 2, p. 201.

8 Nouvelles de divers endroits, Beat Fischer, Ex-libris Albert de Montet, 1769, n.n. : « De Vienne, le 20 Juillet […] Un Courrier arrivé de Parme a informé la Cour, que l’Infant Duc a gratifié les Ambassadeurs de France & d’Espagne chacun de son portrait, enrichi de Diamans, & fait present au Nonce du Pape d’une Croix d’une Bague de grand prix ».

9 Corine Thépaut-Cabasset, « Les présents du roi : le faste au service de la diplomatie », dans Elisabeth Caude, Bertrand Rondot (dir.), Visiteurs de Versailles: voyageurs, princes, ambassadeurs, 1682-1789, Musée national du Château de Versailles et de Trianon, Paris, Gallimard, 2017, pp. 130-137.

10 Louis Mayeul Chaudon ; F.A. Delandine, Nouveau dictionnaire historique, éd. Bruyset ainé, 1804, tome 9 « Ne-Pi », p. 329.

11 L'Ami de la religion et du roi: journal ecclésiastique, politique et littéraire, A. Le Clère, Paris, 1827, t. 52, p. 121.

12 Armand Jean du Plessis Richelieu, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d'Etat, recueillis et publiés par M. Avenel, Paris, 1853-1877, p. 113.

13 Godefroy comte d’Estrades, Lettres, memoires et negociations de Monsieur le Comte d'Estradés: ambassadeur de Sa Majesté trés chrêtienne auprés de leurs hautes puissances messeigneurs les Etats Généraux des provinces unies des Païs-bas, pendant les années 1663 jusques 1668 inclus, H. Le Jeune, 1709, vol. 1, p. 369-370.

14 Lettre de Poerson à d’Antin, le 13 février 1720, dans Correspondance des directeurs de l'Académie de France à Rome avec les surintendants des bâtiments, Volumes 5 à 6, Accademia di Francia (Rome, Italy), Charavay frères, 1895, lettre n°2214, p. 299.

15 Cänfar Cantu, Allgemeine Geschichte der Neueren Zeit, Schaffhaufen, 1864, volume 11, p. 116 : « Der päpstliche Nuntius, der Vermittler des Nimweger Friedens, erhielt ein Diamantkreuz im Werthe von 9125 Livres, der Cardinal Pietro Ottoboni (nachmals Papst Alexander VIII) eine mit Brillanten Besezte Tabatsdose im Werthe von 24,677 livres […] ».

16 Agnès Vatican, « Diplomatie et liberalitas – Savo Millini, le nonce désargenté (1675-1685), Arte y Diplomacia de la Monarquìa Hispanica en el siglo XVII, 2003, p. 177-193, ici p. 178

17 Christopher M.S. Johns, Papal art and cultural politics : Rome in the age of Clement XI, Cambridge, New York, Victoria, Cambridge University Press, 1993, p. 13 : « Urban VIII sent Malatesta Albani [son oncle] as a papal envoy to Paris, where the gifted cleric was presented with a diamond-studded portrait of Marie de Médicis by the Queen Dowager herself ».

18 Pierre François Lafitau, La vie de Clement XI, souverain pontife, de l'imprimerie du Séminaire par Jacques Manfré, 1752, p. 4

19 Maëlig Chauvin, Thèse de doctorat en cours. Les cadeaux diplomatiques offerts par la Papauté aux grandes puissances européennes entre 1605 et 1721.

20 Anonyme, Mémoires historiques, pour le siècle courant avec des réflexions et remarques politiques et critiques, Amsterdam, Chez Nicolas Potgieter, 1738, p. 5.

21 Madeleine Laurain-Portemer, « Mazarin militant de l'Art Baroque au temps de Richelieu (1634-1642) », Société de l'histoire de l'Art français, extr. du "Bulletin de la Société de l'histoire de l'Art français, 1975, annexe pp. 85-89. Traduction : « un ritratto del Papa in cameo sopra lapislazzaro legato in oro ».

22 Michèle Bimbenet-Privat, La boîte à portrait de Louis XIV, Musée du Louvre, Département des objets d'art, éd. Somogy, 2015

23 Mignet, Négociations relatives à la succession d'Espagne sous Louis XIV ou correspondances, mémoires, et actes diplomatiques concernant les prétentions et l'avènement de la maison de Bourbon au trone d'Espagne: accompagnés d'un texte historique et précédés d'une introduction, Imprimerie royale, 1842, note 2, p. 7 : extrait du Registre des présents diplomatiques, au dépôt des affaires étrangères : « Il [le roi de France] donna au duc de Buckingham une boîte à portrait enrichie de diamants d’une valeur de vingt-huit mille livres tournois ; au comte d’Arlington, une boîte semblable de douze mille neuf cents livres, avec une bague d’un diamant de trente-six mille livres ; à lord Halifax, une boîte à portrait enrichie de diamants, de dix mille cinq cent quarante livres ».

24 Pour une étude plus détaillée des miniatures françaises au XVIIème siècle, Michelle Bimbenet-Privat, « Les pierreries du roi », in Bernard Barbiche, Yves Marie Bercé, Etudes sur l'ancienne France offertes en hommage à Michel Antoine, École nationale des chartes, 2003, p. 87-96.

25 Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande, Voyage d’un François en Italie fait dans les Années 1765 & 1766, Venezia, 1769, IV, pp. 494-495 ; Alvar González-Palacios, Il gusto dei principi : arte di corte del XVII e del XVIII secolo, Milano, Longanesi, 1993, vol. I, note 11, p. 174

26 Maureen Cassidy-Geiger (éd.), Fragile diplomacy : Meissen porcelain for European courts ca. 1710-1763, New Haven, published for The Bard Graduate Center for Studies in the Decorative Arts, Design, and Culture, New York, by Yale University Press, 2007, p. 212. La miniature est encore aujourd’hui conservée à Staatliche Kunstsammlung de Dresde.

27 Piero D’Onofrj, Elogio di Carlo III, 1789 ; Alvar González-Palacios, Il gusto dei principi : arte di corte del XVII e del XVIII secolo, op.cit., vol. I, note 11, p. 176 « […] in due scatole di velluto cremisi le regalò il proprio Ritratto di essa Regina, e del Re suo Sposo, in mosaico, contorniati di grossi diamanti ».

28 Alvar González-Palacios, Arredi e ornamenti alla corte di Roma : 1560-1795, Milano, Electa, 2004, p. 153.

29 Archivio Segreto Vaticano, Segreteria di Stato, Nunziatura di Spagna, t. 104, f°631 r., lettre du nonce au cardinal Pamphilj, Madrid, le 9 novembre 1652: « Intendo che S. M. habbia destinato d’inviare una richissima Gioia alla S[erenissi]ma Principessa di Condé e che sia per portargliela il s.r D. Giiorgio di Castilui, che è nel Consiglio d’Aragona ».

30 Ibid, f°650, 20 novembre 1652 : « Ali bien detti che la Gioia che manda S.M. alla S.ra Principessa di Condé sia uno scattolino d’oro dentrovi il ritratto della Regina, e che nel di fuori habbia cinque grossi diamanti di gran valore ».

31 Archivio Segreto Vaticano, Segretaria di Stato, Nunziatura di Spagna 214, f°225r-v, lettre du nonce Pompeo Aldovrandi au secrétariat de la Chambre apostolique, de Paris, 1er juillet 1715 : « […] Al s.r Palatino sud.o poi ha mandato la M.S. il suo Ritratto ordinato di molti, e belli Diamanti, dopo essersi lungamente trattenuto a parlar seco come pure un’altro ritratto benché di qualche minor valore, ha fatto tenere al s.r Baron Agen, e se bene il regalo fatto a S.A. el. E stato un puro effetto alla Regia mugnificenza, ardisco di lunsingarmi che agli altri due abbiano forse contribuiti qualche cosa le mie insinuazioni appresso il s.r Marchese di Tore ».

32 Michel Le Vassor, Histoire du règne de Louis XIII, Roi de France et de Navarre: Contenant ce qui est arivé de plus remarquable en France & dans l'Europe, depuis les premiers commencemens de la rupture entre les deux Couronnes, jusques à la prise de Corbie par les Espagnols, Amsterdam, chez Pierre Brunel, 1707, t. 8, p. 7-9, ici p. 8.

33 Ibid, p. 8-9 ; Mémoires pour servir à l’Histoire du Cardinal de Richelieu, Recueil des Lettres du même. Lettre 248 au Cardinal Antoine Barberin, Nani Historia Veneta, L.IX. 1631 ; Vittorio Siri, Memorie recondite, tome VII, p. 183-185.

34 Ibid., p. 9.

35 Antoine Aubery, Histoire du cardinal Mazarin, Paris, Cramoisi, 1695, livre I, p. 73-74.

36 Alfred de Serviez, Histoire de Colbert, Paris, Librairie de Debécourt, 1842, p. 255

37 La Clef du Cabinet des princes de l'Europe, ou Recuëil historique & politique sur les matières du tems, Journal historique et littéraire, chez François Cavelier, Luxembourg, 1770, p. 348.

38 Renata Ago, Il gusto delle cose : una storia degli oggetti nella Roma del Seicento, Roma, Donzelli, 2009, p. 178.

39 Biblioteca Apostolica Vaticana, Inventaire du garde-meuble de Francesco Barberini, in Marilyn Aronberg Lavin, Seventeenth-century Barberini documents and inventories of art, New York University Press, 1975, p. 75: « N°7, Inventaire de la garde-robe du Palazzo a’ Capo le Case : Un retrattino picolo del S.r Cardinale dentro una cassetta di ferro ».

40 Société de l’histoire de l’art français, L’art à l’époque du cardinal de Richelieu, A. Colin, Librairie des arts et Métiers, Paris, 1985, p. 61, extrait de l’inventaire : « Bagues, joyaux et chesnes d’or et aultre chose representez par Louis Croiset dict Desnoyers cousin, vallet de chambre dudict deffunct seigneur le cardinal duc, trouvez dans une petite cassette qui avoi testé laissée en sa garde et possession sur la representation qu’il en auroit cy devant faicte, comme il est porté par le proces verbal dudict sieur lieutenant civil ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maëlig Chauvin, « La place des miniatures dans les échanges diplomatiques entre les grandes puissances européennes et la Papauté (XVIIe siècle – XVIIIe siècle) »Études Épistémè [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 19 avril 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/episteme/5276 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.5276

Haut de page

Auteur

Maëlig Chauvin

Diplômée de l’École du Louvre, Maëlig Chauvin, actuellement en troisième année de doctorat en histoire de l’art moderne à l’université de Paris I, en cotutelle avec l’université de Roma Tre (Italie), rédige sa thèse sur les présents diplomatiques offerts par la Papauté à l’Époque moderne (1605-1721). Elle a organisé la journée d’études consacrée au Langage des présents, choix, circulation et signification des présents d’apparat à l’époque moderne (XVIe siècle – XVIIIe siècle) qui s'est tenue le 25 octobre 2019 à l’INHA à Paris.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals