Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36La miniature à l'époque moderneRedécouvrir la miniature : après ...

La miniature à l'époque moderne

Redécouvrir la miniature : après Hilliard

Rediscovering the Miniature: After Hilliard
Céline Cachaud et Anne-Valérie Dulac

Texte intégral

2019, une année Hilliard

1L’année 2019 a été marquée au Royaume-Uni par une succession d’événements consacrés à Nicholas Hilliard (v. 1547-1619) et ses contemporains. Orfèvre de formation, le nom de Hilliard est très tôt associé aux petits portraits qu’il peint à l’aquarelle et à l’or sur vélin, nous laissant ainsi quelques 300 visages de l’Angleterre d’Élisabeth et de Jacques, ainsi qu’un traité dévoilant une partie de ses secrets. L’engouement est tel que Hilliard voit de son vivant déjà s’épanouir autour de lui et à sa suite une véritable école qui compte de nombreux apprentis et suiveurs de part et d’autre de la Manche, tous poussés par la demande croissante de ces petits bijoux qui circulent à la cour, dans les échanges diplomatiques et entre citadins.

2C’est pourquoi le 400e anniversaire de la mort du premier grand peintre anglais a été largement célébré : nous nous arrêterons ici, en guise d’introduction, sur deux expositions qui ont eu lieu à Londres (Elizabethan Treasures à la National Portrait Gallery, accompagnée d’un colloque international d’ouverture), et A Jewel in the Hand à la Philip Mould Gallery, une autre à Cambridge (Secrets of a Silent Miniaturist au Fitzwilliam Museum), et enfin sur la publication d’une nouvelle monographie majeure dédiée à l’artiste par l’historienne Elizabeth Goldring. Ce sont ces moments forts de l’année Hilliard qui nous semblent rendre le mieux compte de l’état des recherches autour de la miniature ainsi que des pistes et perspectives ouvertes pour l’avenir — autant d’éléments qui ont présidé à la conception de ce numéro.

1983-2019 : Nouvelles pistes pour la miniature

3L’exposition qui s’est tenue du 21 février au 19 mai 2019 à la National Portrait Gallery de Londres offrait un merveilleux panorama du parcours de Nicholas Hilliard et de son élève Isaac Olivier (v. 1565 - 1617). Elizabethan Treasures : Miniatures by Hilliard and Oliver est la première exposition à s’être emparée de ce sujet en une génération : la dernière en date avant elle, Artists of the Tudor Court, avait été organisée au Victoria & Albert Museum en 1983 sous l’égide de Sir Roy Strong, dont les recherches menées aux côtés de Jim Murrell allaient durablement relancer l’intérêt pour ces œuvres.

4La scénographie à la fois claire et théâtrale de l’exposition de 2019 permettait au spectateur d’observer attentivement chaque œuvre, alors même que l’on sait qu’un tel dispositif muséal diffère de l’intimité et de la proximité appelées par le format de ces petites œuvres, dont Hilliard nous rappelle dans son traité qu’elles sont conçues pour être admirées au creux de la main. Par souci de cohérence, seules 91 œuvres étaient exposées à la National Portrait Gallery, sur les plus de 500 portraits de la main des deux maîtres conservés à ce jour. Outre les œuvres soigneusement sélectionnées dans les collections publiques et privées, l’exposition plaçait les miniatures en regard d’autres productions auxquelles elles sont historiquement et techniquement liées : enluminures, dessins, estampes, sceaux, et bien sûr bijoux.

  • 1 Nous songeons ici également aux recherches menées sur les œuvres en grand format réalisées par Hill (...)
  • 2 Voir W. Aslet, L. Burgio, C. Cachaud, A. Derbyshire & E. Rutherford, « An English artist at the Val (...)

5Le spectateur était d’abord invité à suivre un parcours stylistique allant du début de la carrière de Hilliard vers 1570 au règne de Jacques Ier (r. 1603 - 1625) avant de progresser au gré des sujets ou lieux de production : portraits de la Reine Élisabeth, portraits d’enfants, ou bien encore œuvres produites par Hilliard en France. Dans la section consacrée à ces dernières, un portrait de Catherine de Médicis par François Clouet (m. 1572, Victoria & Albert Museum) était exposé à titre de comparaison avec le portrait d'Henri III peint par Hilliard à Paris (c. 1576-1577) et récemment découvert (Djanogly Collection). Cette œuvre était exposée pour la première fois au grand public, témoignant des tout derniers rebondissements et découvertes de la recherche. Une vitrine entière était d’ailleurs consacrée à la présentation du matériel employé par Hilliard et Olivier, inscrivant de la sorte l’événement dans la lignée des travaux de reconstitution menés entre autres par le Victoria & Albert Museum : c’est en effet grâce aux recherches technologiques développées depuis les années 80 – soit depuis la dernière exposition consacrée aux miniatures – que les avancées les plus notables ont été rendues possibles1. Une partie de l’équipe du Victoria & Albert Museum (Alan Derbyshire, Victoria Button, Lucia Burgio et Flavia Fiorillo) a d’ailleurs présenté lors du colloque international qui accompagnait l’ouverture de l’exposition le résultat des travaux d’investigation menés sur un échantillon d’une trentaine de miniatures qui ont permis d’aboutir à quelques trouvailles fondamentales, quoique non généralisables. Ce sont ces analyses menées entre autres sur les techniques respectives de Hilliard et Oliver pour représenter les yeux, les cils ou la bouche qui ont permis d’attribuer le portrait d’Henri III à Hilliard2.

Table présentant les divers instruments et pigments du miniaturiste à la période élisabéthaine, préparée dans le cadre de l’exposition Elizabethan Treasures, National Portrait Gallery, Londres, 21 février au 19 mai 2019 © Céline Cachaud

  • 3 Voir le site de l’exposition (et notamment une série de vidéos consacrées à tel ou tel aspect des œ (...)

6Le site Internet richement fourni de l’exposition permet de se rendre compte du dispositif retenu et de l’apport des techniques non invasives les plus récentes d’analyse des œuvres, et il est encore possible d’accéder à l’ensemble des cartels qui accompagnaient l’exposition3. Le catalogue associé, précédé de trois essais qui posent les bases du sujet (tentative de définition de la miniature, rappel des étapes de sa production et biographies de Nicholas Hilliard et Isaac Olivier), est suivi d’une bibliographie exhaustive qui témoigne elle aussi de la volonté des commissaires de l’exposition de dresser un état de l’art de la question, au terme de plus de trois décennies d’investigation nourries, de reconstitutions minutieuses et de trouvailles scientifiques, techniques et historiques qui ont renouvelé en profondeur notre connaissance de ces œuvres.

Couverture du catalogue de l’exposition, dir. Catherine MacLeod, London, National Portrait Gallery, 2019

Appréhender la miniature: le rapport à l’objet

7À quelques centaines de mètres de là, à la galerie Philip Mould, se tenait au même moment une exposition complémentaire de la première. Comme son titre l’indiquait, Jewel in the Hand, il s’agissait là plutôt de mettre en scène et de recréer la manière dont ces portraits-bijoux étaient portés et manipulés. Le dispositif retenu mettait en outre en lumière les liens entre théâtre et miniature : témoins les costumes de la Royal Shakespeare Company prêtés pour l’occasion et qui permettaient de voir comment les miniatures paraient le vêtement d’époque, mais aussi les fascinants portraits de femmes de la cour apprêtées pour des masques, divertissements royaux particulièrement populaires sous Jacques Ier.

Costume (Royal Shakespeare Company) et miniatures exposés dans le cadre de l’exposition Jewel in the Hand à la Philip Mould Gallery, Londres, 12 mars-18 avril 2019 © Anne-Valérie Dulac

Revoir, repenser la miniature: le tournant matériel

  • 4 Voir ici le descriptif des projets passés et en cours ainsi que leurs différentes étapes: https://w (...)
  • 5 Alan Derbyshire et Robert Withnall, « Pigment Analysis of Portrait Miniatures Using Raman Microscop (...)

8L’université de Cambridge, troisième plus grande collection publique après le Victoria & Albert Museum et la National Portrait Gallery, a pour sa part organisé un accrochage à la galerie Rothschild du Fitzwilliam Museum. Ce dernier cherchait à mettre en valeur les récentes recherches effectuées sur les œuvres d’Isaac Olivier par Christine Slottved Kimbriel (Hamilton Kerr Institute) et Paola Ricciardi (Fitzwilliam Museum), elles aussi fondées sur une approche par la technologie et les dernières méthodes d’investigation non invasive des œuvres. Le projet, encore en cours, promet d’appréhender mieux encore l’œuvre d’Olivier4. Les deux chercheuses se sont concentrées sur un petit groupe d’œuvres dans le but principal de discerner les matériaux employés par Olivier (grâce notamment à la spectroscopie Raman) et de les comparer avec ceux de son maître Nicholas Hilliard, étudiés de près par l’équipe du Victoria & Albert Museum depuis une dizaine d’années5.

  • 6 Ibid.

9L’une des trouvailles de l’équipe de Cambridge tient à la faible utilisation de céruse par Olivier pour la base (carnation) sur laquelle l’artiste trace les traits du visage, ce qui indique qu’il comptait sur le vélin et sa couleur naturelle pour l’aider à rendre les visages. Ceci expliquerait entre autres pourquoi avec le temps, et l’effacement de la surface picturale, les visages ont l’air extrêmement pâles. Cette technique, parfois été reprise par les artistes contemporains, l’aurait également été par Hilliard lui-même. L’autre différence technique qui sépare Olivier de son maître est l’emploi de calomel, un pigment blanc à base de mercure que Nicholas Hilliard décrit dans son traité comme étant plutôt l’apanage des femmes peintres6. Son emploi est notable dans le noircissement de certains détails, d’où l’importance de certains repeints. D’autres pigments inexistants chez Hilliard témoigneraient aussi de l’influence du continent et des artistes de Flandres sur Olivier. L’enquête matérielle toujours en cours promet de révéler de nombreuses pistes supplémentaires au sujet de celui dont l’œuvre est encore à ce jour relativement moins connue que celle de son maître.

Secrets of a Silent Miniaturist, Cambridge, Fitzwilliam Museum, 9 août 2019 © Céline Cachaud

10L’accrochage de Cambridge permettait dès lors d’ouvrir ce qui s’annonce comme une nouvelle étape dans l’appréhension des miniatures d’Olivier, de donner à voir la nature de ces travaux d’attribution et de reconstitution des conditions de production de la miniature. Ainsi, cet événement signait là encore, comme l’exposition à la National Portrait Gallery, le tournant matériel adopté outre-Manche dans l’approche de la miniature, dont la fertilité n’en finit pas d’être démontrée.

Nicholas Hilliard: The Life of an Artist: la miniature en son temps

11Le troisième événement majeur de cette année anniversaire, en réalité le premier du point de vue chronologique, est la publication au mois de février 2019 du nouvel ouvrage de l’historienne Elizabeth Goldring aux éditions Yale University Press, en partenariat avec le Paul Mellon Center. Après le travail d’Erna Auerbach (1961), de Mary Edmond (1983) et de Karen Hearn (2005), il s’agit donc de la quatrième publication monographique consacrée au maître de la miniature.

Couverture de l’ouvrage de Elizabeth Goldring, Nicholas Hilliard: Life of an Artist, Londres et New Haven, Yale University Press, 2019.

12L’ouvrage puise sa force dans l’immense travail de contextualisation de la production de l’artiste, qui éclaire tant la vie de Hilliard que ses choix artistiques d’un jour nouveau. L’apport de Goldring est particulièrement sensible s’agissant des parties jusque-là moins connues et documentées de la vie d’Hilliard, en particulier les trente premières années.

  • 7 Le fils ainé, Thomas Bodley, âgé de seulement deux ans de plus que Hilliard, est l’un de ses grands (...)
  • 8 Ibid, p. 79-80.
  • 9 R. Strong, The English Renaissance Miniature, Londres, Thames & Hudson, 1983, p. 68.
  • 10 Ibid, p. 72 et C. Cachaud, « Le séjour en France de Nicholas Hilliard (1576-1579) et ses conséquenc (...)

13Tout commence à Exeter, dans l’Ouest de l’Angleterre, où Nicholas Hilliard naît vers 1547 ; il est le fils de l’orfèvre Richard Hilliard. Le milieu aisé et protestant dans lequel Nicholas grandit lui offre l’occasion de quitter l’Angleterre au moment des persécutions sous le règne de Marie Tudor (r. 1553-1558) et de rejoindre le continent en compagnie d’une grande famille bourgeoise de la région, les Bodley7. À son retour, vers 1559, le jeune homme rentre sans doute à Exeter puis s’installe à Londres comme apprenti orfèvre auprès de Robert Brandon, joaillier d’Élisabeth Ire. Goldring avance à ce propos de nombreuses et stimulantes hypothèses relatives à la formation de Hilliard en tant que peintre. Elle évoque notamment un apprentissage possible auprès du peintre flamand Lucas de Heere8 (1534-1584), qu’une future étude comparative, stylistique et technique, pourrait venir étayer. Il est à ce jour encore impossible de confirmer de manière certaine l’identité du maître en peinture de Hilliard. De précédentes propositions ont fait se succéder les noms de Levina Teerlinck (miniaturiste et fille de l’enlumineur flamand Simon Bening, active à Londres de 1545 à 1576, année de sa mort), ou encore le maître de la comtesse de Warwick pour la peinture sur panneau9. La formation de Hilliard à la calligraphie n’est quant à elle pas évoquée (Sir Roy Strong avait précédemment postulé qu’Hilliard aurait pu l’apprendre auprès du calligraphe Jean de Beauchesne, un Lyonnais actif à Londres à partir de 1565).10

  • 11 E. Goldring, Robert Dudley, Earl of Leicester and the World of Elizabethan Art. Painting and Patron (...)

14Après avoir passé sa maîtrise auprès de la corporation des orfèvres en 1569, Hilliard monte rapidement les échelons de la société : non pas grâce aux bijoux qu’il crée, dont des archives confirment la production par l’artiste, mais bien grâce à ses portraits ornés de délicates calligraphies à l’or. Goldring mentionne également les relations entre Hilliard et la cour et, notamment, Robert Dudley, comte de Leicester, au sujet duquel elle avait déjà publié en 2014 une magnifique monographie11. L’historienne apporte également des informations cruciales concernant la culture visuelle qui a pu nourrir Hilliard, à travers la collection du même Dudley, entre autres, ou bien encore par le truchement de l’Italien Federico Zuccaro, parvenu à la cour d’Élisabeth Ire en 1575.

  • 12 W. Aslet, L. Burgio, C. Cachaud, A. Derbyshire & E. Rutherford, « An English artist at the Valois C (...)
  • 13 A. Paulet, Copy-book of Sir Amias Paulet’s letters written during his embassy to France (A.D. 1577)(...)

15L’ouvrage ayant été publié en même temps que les recherches en cours sur Nicholas Hilliard en France12, il n’évoque pas les travaux plus récents qui ont porté sur le portrait du duc d’Alençon, frère du roi Henri III (r. 1574-1589) et premier employeur de Hilliard en France. Le portrait, conservé au domaine de Chantilly, est aujourd’hui attribué à un suiveur français, et est considéré comme une possible copie tardive. Par ailleurs, à l’automne 1577, alors que le duc d’Alençon revient d’une campagne militaire contre les Huguenots, il passe par Paris où il change entièrement sa suite, incluant alors vraisemblablement Hilliard, avant de partir rencontrer les chefs protestants des futures Provinces-Unies au château de La Fère en Picardie. L’ambassadeur anglais est mis au courant de cette tractation, censée être secrète, dans les deux semaines qui suivent. Les Mémoires de Marguerite de Valois nous apprennent que des médailles en or, ornées des portraits d’Alençon et de Marguerite, ont été réalisées à cette période. Il est donc possible que Hilliard, en tant qu’artiste au service du prince, ait participé à cette commande13.

  • 14 Goldring (2019), op. cit, p. 113.
  • 15 Kervyn de Lettenhove (dir.), Relations politiques des Pays-Bas et de l’Angleterre sous le règne de (...)
  • 16 Goldring (2019), op. cit., p. 289 (note 61) et Goldring (2014), op. cit., p. 74-78.
  • 17 Probablement Étienne puisque Cosme est dans la suite de sa sœur Marguerite à la cour de Navarre. Cf (...)

16En revanche, il est peu probable que Hilliard ait réalisé le portrait d’Élisabeth Ire pour l’infant Jean d’Autriche14, comme le suggère Goldring, puisque l’artiste est décrit dans une lettre comme « ung François estant de présent en France »15. Un artiste français aurait ainsi été au service d’Élisabeth Ire mais lequel ? Plusieurs gravitent autour de la cour à cette période, notamment Jean de Court, au service de Marie Stuart jusque vers 1573, que Dudley réussit à attirer pour une commande16, et un peu plus tard un des frères Dumonstier qui accompagnent le duc d’Alençon en 1581 lors de sa visite à Londres17.

17La deuxième partie de l’ouvrage traite principalement de la carrière fulgurante de l’artiste. Elle s’intéresse particulièrement aux relations de l’orfèvre avec la cour anglaise et la ville de Londres. Bien que figurant parmi les artistes principaux de la cour, ses commandes ne le mettent pas à l’abri du besoin, en raison, sans doute, de son train de vie extravagant ainsi que de la nécessité d’acheter des pigments de première qualité, et donc coûteux, pour ses œuvres. À cela s’ajoute une famille composée de pas moins de huit enfants – Daniel (1578), Elizabeth (1579), Francis (1580), Laurence (1582), Lettice (1583), Nicholas (1584, mort-né), Penelope (1586) et Robert (1588) –, contribuant dès lors à creuser un peu plus la dette du père. Goldring souligne néanmoins dans son ouvrage le fait que Hilliard n’est pas mal payé ; en effet, il reçoit l’équivalent du salaire annuel d’un fermier par miniature, soit trois livres. À ce salaire plus ou moins régulier s’ajoutent les nombreuses commandes de la reine, dont le Second Grand Sceau, des portraits en miniature et sur panneau. Hilliard est donc un homme très recherché. Cependant, la reconnaissance pécuniaire de la Couronne tarde à arriver et Hilliard ajoute des cours privés de dessin et de miniature à son emploi du temps déjà fort chargé pour augmenter ses revenus. En effet, il n’apparaît pas dans les comptes de la cour avant 1599, et touche le même montant que Levina Teerlinc (m. 1576) avant lui, soit quarante livres par an. Cette annuité est prolongée par Jacques Ier (r. 1603-1625). Outre les miniatures pour le roi, il semblerait que Hilliard ait pu participer à l’élaboration du premier sceau du monarque. Cependant, Hilliard, qui est alors âgé de près de cinquante ans, représente un autre temps, et la cour lui préfère son ancien élève, Isaac Olivier : sa clientèle se réduit. La fin de vie du maître est assez difficile. Hilliard voit ses soutiens mourir les uns après les autres, le laissant bien seul. Considérablement endetté, il est obligé de quitter son atelier qu’il laisse à son fils Laurence avant d’être emprisonné pour dettes puis de s’installer dans la paroisse de Saint-Martin-in-the-Fields où il meurt dans les premiers jours de 1619. Il est enterré le 7 janvier de la même année, à l’âge de soixante-douze ans.

18Biographie de première importance, Nicholas Hilliard: The Life of an Artist, contribue magistralement à contextualisation des années de formation et de la production de l’artiste, en le replaçant dans son époque au cœur d’un réseau dense et international. De futures analyses stylistiques et techniques viendront sans nul doute compléter ce travail historien fondateur et vérifier certaines des nombreuses et stimulantes hypothèses formulées au sujet de l’inscription de Hilliard dans la vie culturelle de son temps et de ses liens avec d’autres artistes de la période.

Après Hilliard : circulations, transmissions, négociations

19Cette livraison d’Études Épistémè s’inscrit dans la lignée des dernières recherches consacrées à la miniature, dont l’évocation dans la première partie de cette introduction rend compte. Nous avons tâché de rassembler des textes de spécialistes de disciplines diverses (histoire, histoire de l’art, études théâtrales et littérature, approches textuelles et techniques) et avons opté pour une périodisation allant du XVIe au XVIIIe siècle, afin de démontrer l’incroyable pérennité et le formidable succès de cette formule picturale. Il semble en effet désormais que seule une approche à la fois transdisciplinaire et internationale permette de saisir la richesse d’un genre pictural dont l’histoire dit assez les circulations et renégociations constantes. Objet pluriel et donc complexe, la miniature ne peut s’appréhender de manière univoque ou simple : comprendre les enjeux de sa création aussi bien que ceux de sa réception nécessite le concours d’autant de regards possibles, susceptibles d’appréhender l’objet dans ses multiples dimensions.

20C’est pourquoi le présent numéro entend prolonger et élargir la réflexion sur le portrait miniature en abordant la question à l’échelle internationale entre les XVIe et XVIIIe siècles. Les petits portraits de Hilliard dont nous célébrons l’œuvre cette année portaient déjà en germe la variété de leurs usages et leur vocation à circuler au-delà des frontières du royaume, signe de l’efficacité d’une formule picturale nourrie d’emprunts et destinée à un succès jamais démenti jusqu’à l’avènement de la photographie. Aujourd’hui encore, les regards des modèles enfermés dans leur médaillon ouvragé ne lassent de nous fasciner et témoignent de la puissance mimétique de ce type de représentation.

21Les trois premiers articles sont consacrés aux voyages de la miniature. Les contributions de Maëlig Chauvin et Patricia Telles abordent la question de la circulation matérielle des œuvres, envisagées dans leur dimension internationale et leur rôle dans les échanges diplomatiques. Le texte de Nathalie Lemoine-Bouchard s’attarde sur un autre voyage, celui de l’investigation et de l’enquête entre Paris et Bordeaux, afin de remonter jusqu’à à l’auteur d’une miniature. Les débats autour des questions d’attribution de ces œuvres sont en effet souvent vifs, soit que la signature manque, soit que les artistes eux-mêmes, en raison du prestige très variable dont la forme a pu jouir, ne les aient pas toujours publiquement revendiquées.

22C’est de cette question de la légitimité du petit format que s’empare Cyril Lécosse dans la seconde partie de notre dossier, consacrée aux discours sur la miniature. Qu’il s’agisse du discours académique (qu’explore le texte de Lécosse) ou bien théorique, comme dans les articles de Christina Faraday et Élodie Cayuela, ce sont bien souvent les discours qui entourent, commentent ou préparent la production d’une miniature qui nous permettent d’en saisir les conditions de réception, le sens et l’efficace.

23C’est pour cette même raison que la littérature, et le théâtre en particulier, peut également nous renseigner sur la réception de ces œuvres, et les façons dont elles étaient perçues à diverses époques. La contribution d’Armelle Sabatier, qui envisage le travail du miniaturiste à l’aune de ce que le théâtre anglais du tout premier XVIIe siècle nous en dit, met en acte cette interdisciplinarité féconde. Karin Shrader enfin, en regardant elle aussi la miniature à travers une autre forme artistique, ici le portrait en grand format de femmes de cour au XVIIIe siècle, nous permet de faire entrer en résonance la miniature et ses propriétaires ou destinataires, comme en une mise en scène heuristique ouvrant à une meilleure appréhension de ces objets qui ont encore tant à nous révéler.

Haut de page

Notes

1 Nous songeons ici également aux recherches menées sur les œuvres en grand format réalisées par Hilliard, dont la paternité a été établie avec certitude grâce à l’emploi de ces même technologies récentes. Nous renvoyons ici au site très complet qui avait été consacré à ces travaux à l’occasion de l’exposition Power & Portraiture : Painting at the Court of Elizabeth I (Waddesdon Manor, 7 juin-29 octobre 2017) : https://waddesdon.org.uk/whats-on/elizabethan-power-portraiture-hilliard/ (consulté le 11 juillet 2019).

2 Voir W. Aslet, L. Burgio, C. Cachaud, A. Derbyshire & E. Rutherford, « An English artist at the Valois Court: a portrait of Henri III by Nicholas Hilliard », The Burlington Magazine, vol 161, février 2019, p. 102-111.

3 Voir le site de l’exposition (et notamment une série de vidéos consacrées à tel ou tel aspect des œuvres) ici :https://www.npg.org.uk/whatson/elizabethan-treasures/exhibition/ et les cartels à l’adresse suivante : https://www.npg.org.uk/assets/microsites/Elizabethan_Treasures/docs/large%20print_minitures.pdf (consulté le 8 juillet 2019).

4 Voir ici le descriptif des projets passés et en cours ainsi que leurs différentes étapes: https://www.fitzmuseum.cam.ac.uk/research/secrets-silent-miniaturist-technical-analysis-isaac-oliver%E2%80%99s-miniatures (consulté le 4 septembre 2019).

5 Alan Derbyshire et Robert Withnall, « Pigment Analysis of Portrait Miniatures Using Raman Microscopy », Journal of Raman Spectroscopy, vol. 30, n°3, mars 1999, p. 185-188 ; Lucia Burgio, Anna Cesaratto & Alan Derbyshire, « Comparison of English portrait miniatures using Raman microscopy », Journal of Raman Spectroscopy, vol. 43, n°11, novembre 2012, p. 1713-1721.

6 Ibid.

7 Le fils ainé, Thomas Bodley, âgé de seulement deux ans de plus que Hilliard, est l’un de ses grands amis. Ils ont sans doute étudié ensemble. Bodley devient par la suite érudit et diplomate. Un portrait en miniature, daté de 1598, est conservé à la Bodleian Library d’Oxford que ce dernier a fondé cette même année. Cf. E. Goldring, Nicholas Hilliard: Life of an artist, Londres et New Haven, Yale University Press, 2019, p. 43-56.

8 Ibid, p. 79-80.

9 R. Strong, The English Renaissance Miniature, Londres, Thames & Hudson, 1983, p. 68.

10 Ibid, p. 72 et C. Cachaud, « Le séjour en France de Nicholas Hilliard (1576-1579) et ses conséquences sur son œuvre », Mémoire de recherche, Pr. Sabine Frommel (dir.), Paris, École Pratique des Hautes Études, septembre 2017, p. 22-25.

11 E. Goldring, Robert Dudley, Earl of Leicester and the World of Elizabethan Art. Painting and Patronage at the court of Elizabeth I, Londres et New Haven, Yale University Press, 2014.

12 W. Aslet, L. Burgio, C. Cachaud, A. Derbyshire & E. Rutherford, « An English artist at the Valois Court: a portrait of Henri III by Nicholas Hilliard », The Burlington Magazine, vol 161, février 2019, p. 102-111.

13 A. Paulet, Copy-book of Sir Amias Paulet’s letters written during his embassy to France (A.D. 1577), Octavius Ogle (éd.), vol. 2, Londres, John Nichols & Son, 1866, p.164 ; M. Valois, Mémoires et lettres de Marguerite de Valois, M.F. Guessard (éd.), Paris, chez Jules Renouard et Cie, 1857, p. 129-130 et C. Cachaud, op. cit., p. 50-51.

14 Goldring (2019), op. cit, p. 113.

15 Kervyn de Lettenhove (dir.), Relations politiques des Pays-Bas et de l’Angleterre sous le règne de Philippe II, vol IX, Bruxelles, 1890, p. 249-250 [en ligne], consulté le 20 août 2019 : https://archive.org/details/relationspolitiq09nethuoft/page/250.

16 Goldring (2019), op. cit., p. 289 (note 61) et Goldring (2014), op. cit., p. 74-78.

17 Probablement Étienne puisque Cosme est dans la suite de sa sœur Marguerite à la cour de Navarre. Cf. « Dumonstier, Cosme », Benezit Online, 31 octobre 2011 [en ligne, accréditation nécessaire], consulté le 20 août 2019 : https://www-oxfordartonline-com.ezproxy.inha.fr:2443/benezit/view/10.1093/benz/9780199773787.001.0001/acref-9780199773787-e-00055434?rskey=VRnaCv&result=7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Cachaud et Anne-Valérie Dulac, « Redécouvrir la miniature : après Hilliard »Études Épistémè [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 27 février 2020, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/5462 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.5462

Haut de page

Auteurs

Céline Cachaud

Céline Cachaud est doctorante à l'université de Genève sous la direction de Frédéric Elsig ; sa thèse est intitulée "Le portrait en miniature sur vélin à Paris : naissance, développement et déclin (1520-1630)". Elle a publié un article collégial dans le Burlington Magazine sur Nicholas Hilliard en France (Février 2019), et participé au colloque international dédié à l'artiste et la miniature du 16e siècle à la National Portrait Gallery (mars 2019). Ses recherches portent principalement sur l'aspect technique de la miniature et ses sources ainsi que sur l'histoire des collections et le portrait en général.

Céline Cachaud is a PhD candidate at Geneva university under the supervision of Frédéric Elsig, her dissertation is entitled: "Parisian miniature portraits on vellum : origins, development and decline (1520-1630)". She published a collegial article in the Burlington Magazine about Nicholas Hilliard in France (February 2019), and participated in the international symposium about the artist and 16th century miniature painting at the National Portrait Gallery in London (March 2019). Her research interests focus on in the technical aspects of miniatures and their sources as well as the history of collections and portraiture in general.

Anne-Valérie Dulac

Anne-Valérie Dulac est maître de conférences en études élisabéthaines à Sorbonne Université. Ses recherches portent sur l’aquarelle sur vélin à la Renaissance en Angleterre et sur ce que la littérature (poésie, théâtre) nous apprend de la réception des genres picturaux associés. Elle prépare en ce moment une monographie sur l’aquarelle et le théâtre dans l’Angleterre de la première modernité.


Anne-Valérie Dulac is assistant professor in Elizabethan Studies at Sorbonne Université. Her research and publications focus on watercolour on vellum in early modern England and what literature (drama and poetry) tells us about the reception of associated pictorial genres. She is currently preparing a monograph on limning and drama in early modern England. 

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search