Navigation – Plan du site
La miniature à l'époque moderne
1. Les voyages de la miniature: négociations, attributions et circulations

Le monogramme « DM » pour toute signature : un mystérieux miniaturiste de la fin du XVIIIe siècle enfin démasqué.

A Mysterious “DM” Monogram: The Identity of a Late 18th Century Miniaturist Finally Revealed.
Nathalie Lemoine-Bouchard

Résumés

On soupçonnait cet artiste d'avoir travaillé entre Bordeaux et Paris entre 1785 et 1796 en raison de miniatures trouvées dans ces deux villes, simplement signées d'un discret monogramme formé des deux lettres DM entrelacées. Son identité qui a longtemps intrigué les chercheurs, est dévoilée dans cet article qui s'efforce d'éclaircir les raisons de pareille discrétion et de reconstituer sa carrière. Issu d’une famille de fermiers généraux enrichis en deux générations, Jean-Louis-Dominique Duvaucel (Paris, 1749 - Paris, 1830) se déclara sieur de Marsoeuvre lors de son mariage, prétention sans fondement car cette seigneurie près de Bourges avait été revendue par son père. Après la faillite familiale, Duvaucel de Marsoeuvre gomma le patronyme terni de Duvaucel et s’établit sous le pseudonyme de Marsoeuvre comme peintre en miniature à Bordeaux. Il y lia amitié notamment avec le peintre Pierre Lacour. Enrôlé dans l’armée pendant la Révolution, puis dans la garde nationale, il fut incarcéré sur dénonciation pendant la Terreur. La période révolutionnaire fut néanmoins l’une des plus fécondes dans sa production artistique. Un peu plus d’une trentaine de miniatures sont connues de lui, finement exécutées, non dénuées d’un charme naïf, dont deux au musée Lambinet à Versailles et au musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La question est soulevée depuis le dictionnaire de Schidlof Léo, La miniature en Europe, 1964.
  • 2 Lemoine-Bouchard Nathalie, Les peintres en miniature actifs en France, 2008, p. 363-364.

1Un artiste de la fin du XVIIIe siècle intrigue depuis longtemps les historiens de l’art de la miniature1. Il peignait très finement et signait toujours d'un discret monogramme formé des deux lettres en anglaises D.M. entrelacées (fig.1). On le soupçonnait d'avoir travaillé entre Bordeaux et Paris entre 1785 et 1796 en raison d'œuvres trouvées dans ces deux villes.2

Monogramme tiré du portrait d’un Homme à mi-corps de ¾ à droite, en redingote grise, jabot de dentelle, gilet gris rayé, cheveux poudrés, sur fond gris, S.D.d. D.M. / 1795, diam. 7 cm (Ader, 28 février 2017, n° 51 repr., expert N Lemoine-Bouchard, voir fig. 4)

  • 3 Lemoine-Bouchard N., op. cit., p. 369.
  • 4 Sophie Matthieson avait vu juste en identifiant dans son Dictionnaire politique des artistes et des (...)

2A Bordeaux, se trouvait également un « de Marfoeuvre » peintre en miniature cité par le Journal de Guyenne dès 1785 et que j’avais également répertorié3. Pouvait-il finalement ne faire qu’un avec « D.M. » actif à la même époque ? Il semblait improbable qu’on ait utilisé le « d » d’une particule dans un monogramme liant plutôt deux majuscules. Peut-être le D pouvait-il venir de l’un de ses prénoms Jean-Louis-Dominique trouvés dans les archives révolutionnaires. C'était l'intuition de Sophie Matthieson4. Il lui manquait son véritable patronyme et c’est en cherchant l’origine du nom ‘Marsoeuvre’ que les pièces du puzzle ont fini par s’assembler. Après avoir dévoilé sans plus attendre son identité, cet article s'efforcera d'éclaircir les raisons de pareille discrétion et de reconstituer sa carrière.

3L’artiste « D.M. » s’appelait en réalité Jean-Louis-Dominique Duvaucel de Marsoeuvre, dit Marsoeuvre (Paris, St Sulpice, 8 novembre 1749 - Paris, 13 juillet 1830). Il était tout à fait parisien mais mena une partie de sa carrière à Bordeaux où il est signalé comme on l’a vu dès 1785. Qui était-il au juste, comment et pourquoi avait-il changé de nom ?

  • 5 Source : Généanet, Mme Andrée Mireille Tinelle Bouilleau qui mentionne le patronyme « Varguin » ; a (...)
  • 6 Fermier général, guillotiné. Il eut un fils Alfred, né à Paris le 4 février 1793, mort à Madras en (...)

4S’il a échappé aux investigations aussi bien des historiens de l’art que des généalogistes contemporains qui se sont intéressés à la famille Duvaucel, fort connue pour avoir donné plusieurs fermiers généraux, c’est en partie en raison de l’oubli du premier mariage dont il est issu. Il était le fils de Louis-Jules Duvaucel (Paris, 21 décembre 1712-Paris, St Eustache, 11 avril 1783) marié en 1744 avec Catherine Varguin ou plutôt Verguin [?] (1725 –décédée entre le 8 novembre 1749 et 1750)5. Sa mère mourut semble-t-il en couches ou fort peu de temps après sa naissance car son père se remaria dès 1750 avec Marie-Thérèse de Breget (1725-1769). Naquirent alors Charlotte-Françoise (1750-1784) qui se fit appeler Duvaucel de Castelnau ; Louis-Philippe-Alexandre (1752- 1794)6 ; Alexandre-Jacques (1755-1824) ; Marie-Louis (1759-1842) et plus tard une petite Cécile-Marie-Louise qui ne vécut pas (1769 – 1769) ; leur mère mourut, peut-être des suites de l’accouchement, la même année 1769.

  • 7 Waquet Jean-Claude, Les grands maîtres des Eaux et forêts de France de 1689 à la Révolution suivi d (...)
  • 8 A.N., MC/ET/XCV/208 Notaire Thomas Simon Perret, 31 mars 1751, rente partage entre Jules Nicolas Du (...)

5Le père de notre artiste, Louis-Jules Duvaucel, était issu d’une famille considérablement enrichie en deux générations. Son propre père, François-Jules, fils de François Duvaucel marchand de soie, avait fait une belle fortune dans la finance. D’abord marchand bourgeois de Paris, il était devenu en 1710 fermier général, puis en 1728 secrétaire du roi. Il mourut en charge en 1739, laissant à l’aîné de ses trois fils, Louis-François, la somme de 540.256 livres. Grâce à cet important viatique, à ses propres forces et à son crédit, ce dernier put acquérir la charge de Grand maître de Paris pour les Eaux et forêts.7 Son frère Jules-Nicolas Duvaucel, fermier général, devint trésorier général des offrandes. Quant au père de notre artiste, il reprit la charge paternelle de secrétaire du Roi et se lança lui aussi dans une belle ascension sociale, en affaires parfois avec ses deux frères8.

  • 9 A.N., Z/1f/474, f° 44 verso, f° 45 verso 17 avril 1761 permis de construire de porte cochère pour D (...)
  • 10 Hillairet Jacques, Dictionnaire historique des rue de Paris, 1985, t. II, p. 421, indique qu’il app (...)

6Tout laisse supposer que notre artiste connut une jeunesse aisée. En 1761, à douze ans, il logeait probablement dans l’immeuble parisien « rue Neuve St Gilles près le cul-de-sac St Pierre », que son père fit embellir d’une porte cochère9. Acheté et transformé au siècle précédent par l’architecte Pierre Delisle-Mansart (1641-1710), cet hôtel particulier à la belle façade sur cour précédée de deux pavillons encadrant la porte cochère, subsiste au n° 22 de l’actuelle rue St Gilles.10

  • 11 L’orthographe est variable au XVIIIe siècle ; le village est baptisé Masseuve après 1800.
  • 12 Source: Stéphane Le Falhun, Généanet. A la date du 6/8/2019, il ignorait le premier mariage dont es (...)

7Le père de notre artiste avait acquis divers titres de noblesse : marquis de Castelnau (de 1742 à 1755), seigneur de Marsoeuvre (Marseuve, Masseuvre)11, seigneur des terres de Thun et d'Evequemont (1762)12.

  • 13 L. Cartier de Saint-René, « La Seigneurie et l'ancien Canton de Saint-Florent sur Cher », Mémoires (...)

8Marsoeuvre, une des clés du mystère, était une terre située dans le canton de Chârost, sur la commune de St Florent sur Cher, dans le bailliage de Bourges relevant alors d’Issoudun. Marsoeuvre était le chef-lieu d’une très ancienne seigneurie, comptant un gros village et un moulin au XIIe siècle, un château dès le XIIIe siècle. Le logis seigneurial se dressait sur le coteau au-dessus du bourg avec un domaine de près de soixante-cinq hectares, lui-même jouxtant une soixantaine d’hectares de bois.13

  • 14 Archives Nationales, P 24, n° 106, acte du 10 novembre 1742. Louis-Jules « du Vaucel » (sic) était (...)
  • 15 A.D.36 (Indre)/ 36-2 B92 : Entérinement des lettres de terrier de la seigneurie de Masseuvre (sic) (...)
  • 16 L. Cartier de Saint-René, op. cit., p.34-35 a dressé la liste des propriétaires successifs du logis (...)
  • 17 Il est certain qu’à cette époque le logis seigneurial était détenu par le marchand de Bourges Souch (...)

9Louis-Jules « du Vaucel », acquéreur en septembre 1742 des créanciers de Gabriel Aubry, conseiller au parlement, avait rendu hommage de la terre, seigneurie et marquisat de Castelnau14, autrefois propriété de Philippe-Charles comte d’Etampes qui possédait également la seigneurie de Marsoeuvre. Cependant, cette dernière appartenait toujours en 1748 à sa veuve, Jeanne-Marie du Plessis Châtillon, comtesse d’Etampes.15 L.-J. Duvaucel réussit à en devenir propriétaire puisqu'il revendit la seigneurie de Marsoeuvre avec le marquisat de Castelnau au maréchal de camp Charles de Bussy (1718- 1785) pour 600.000 francs en 1755. L.-J. Duvaucel avait cependant conservé le logis seigneurial de Marsoeuvre (ceci est attesté en 1762), avant de le céder à un certain Louis Martin avant 1775 année où il passa à un marchand de Bourges, Jacques-Claude Souchois.16 Entre sa naissance en 1749 et 1762 au moins, notre futur miniaturiste fit probablement des séjours dans ce logis de Marsoeuvre au point de s’y attacher. Il dut garder une affection particulière pour cette terre seigneuriale dont le nom sonnait bien : elle fut ajoutée à son patronyme et adoptée pour nom d’artiste. C’est ainsi paré du titre d’une seigneurie qui n’appartenait plus à sa famille que Louis-Dominique Duvaucel se maria en 1778.17

  • 18 Généanet : généalogie de Mme Andrée Mireille Tinelle Bouilleau. La profession du marié n’est pas me (...)
  • 19 ibidem

10« Louis Dominique Duvaucel de Marseuve, Sieur de Marseuve » (sic) épousa le 8 octobre 1778 Marguerite Blanche Poutrel à l’église St Gervais- St Protais à Paris.18 Elle était la fille de Laurent Poutrel (mort dix ans plus tôt) et de Marie-Geneviève Benaux (vers 1713 – 1802), avait une sœur aînée Rénée-Angélique (1750-vers 1820), et une cadette Geneviève-Agathe (vers 1760-1840). Laurent Poutrel avait été marchand tissutier-rubannier rue Saint-Denis à Paris, maître fabricant d’étoffe d’or et d’argent.19

  • 20 A.N. MC/ET/XCVIII/262, 3 juillet 1667, quittance par François Du Vaucel (sic), marchand de soie, de (...)
  • 21 Lemoine-Bouchard N., Les peintres en miniature actifs en France, 2008, p. 428. Il exposa au Salon d (...)

11Cette alliance avec la fille d’un fabricant d’étoffes précieuses faisait écho avec le métier qu’avait exercé son arrière-grand-père, François Duvaucel, marchand de soie pour la Cour20. La famille Poutrel comptait plusieurs maîtres doreurs fondeurs. Un peintre en miniature du nom de Poutrel (prénom inconnu) exposa au Salon de 179521. On peut le supposer apparenté. L’une des deux belle-sœurs de l’artiste « D.M. », Renée-Angélique Poutrel, avait épousé en 1772 François-Louis Bourgeois de la Richardière qui, après avoir été chirurgien de la Faculté de médecine de Paris, fut à Saint-Pétersbourg attaché au service de Mme Narychkina née Troubetskaïa, puis dessinateur, graveur et illustrateur à Paris. Leur fils Antoine-Achille Bourgeois de la Richardière (1777-1838) fut dessinateur et graveur, notamment pour le Museum d’histoire naturelle.

  • 22 Elle épousa le comte Gallemant de Marennes, d’où descendance, et mourut le 15 juin 1841 rentière ru (...)
  • 23 Journal de Paris, 27 avril 1783, p. 488. L’hôtel de Charost, dont le nom venait de l’ancien proprié (...)
  • 24 A.N., MC/ET/XCI/1211 Notaire Jean-Baptiste Lefebvre, 29 avril 1783, Inventaire après décès de Louis (...)
  • 25 AN/MC/XVI/849 inventaire après décès de Louis François Duvaucel le 10 mars 1784. Waquet, op.cit. p. (...)
  • 26 Si l’on croit Waquet, voir supra, la succession fut divisée en cinq, or Louis François Duvaucel ava (...)

12Ils eurent une fille, Blanche-Louise Duvaucel de Marsoeuvre née vers 1780 à Paris22. Trois ans plus tard, le père de l’artiste mourut rue Montmartre, à l'hôtel de Charost où des scellés furent apposés.23 C’est à cette adresse que fut réalisé son inventaire après décès le 29 avril 1783 puisqu’il laissait encore un mineur parmi ses enfants 24. L’acte étant malheureusement non communicable actuellement, nous ignorons quel héritage notre artiste put recueillir. Un an plus tard sa demi-sœur la plus proche en âge, Charlotte Françoise (1750-1784), mourrait à son tour. Et la même année 1784, s’éteignait aussi son oncle, Louis François, Grand maître des eaux et Forêts de Paris, passablement ruiné en raison de la gestion malheureuse de son frère Jules Nicolas, trésorier général des offrandes, auquel il avait porté secours25. Cet oncle était resté sans alliance, mais il ne semble pas que notre artiste ait été porté sur son testament, cela reste néanmoins à vérifier26.

  • 27 Matthieson, op.cit, à paraître. Cette information d’élève de Le Prince a été donnée aussi par un si (...)
  • 28 Jules Delpit, « Eloge de Pierre Lacour », Actes de l’Académie impériale des sciences, belles-lettre (...)

13Est-ce à la suite de ces successions ? l’artiste décida de s’éloigner de Paris, d’oublier son patronyme Duvaucel quelque peu terni par la débâcle financière de ses oncles, et de s’établir à Bordeaux. Il y est signalé en 1785 comme peintre en miniature sous le nom de « de Marfoeuvre », domicilié les premières années rue Sainte-Catherine, puis rue Guirande pendant la Révolution. Selon Sophie Matthieson, il aurait auparavant été à Paris élève du peintre, graveur et accessoirement peintre en miniature Jean-Baptiste Le Prince (1734-1781) mais il n’a pas été possible de trouver à ce stade des archives fiables confirmant cette information27. Il se lia avec Pierre Lacour père (Bordeaux, 1745 1814), peintre, décorateur, peintre en miniature, professeur, très bien introduit à Bordeaux et ancien élève de Joseph Vien à Paris dans son école de la rue Montmartre. Peut-être les deux artistes se connaissaient-ils de Paris. Lacour donna à son fils Pierre en 1790 un modèle gravé par « de Marsoeuvre, dans le genre de Callot » que l’enfant de douze ans, très doué, copia à main levée. 28Cette anecdote atteste que le miniaturiste « D.M. » pratiqua aussi la gravure.

14Un peu plus d’une trentaine de miniatures sur ivoire sont actuellement répertoriées sous son pinceau, dont une au musée Lambinet à Versailles (inv. 606) et l’autre au musée des arts décoratifs et du design de Bordeaux (inv. 58.1.4270). Les premières datent du milieu des années 1780, la dernière vers 1798. La période la plus féconde, dans l’état actuel des connaissances, est concentrée sur les années 1790-1796. Dans son oeuvre se trouvent des portraits d’officiers, de femmes, d’enfants, d’hommes en civil, certains très sobres vu à mi-corps sur fond gris. Les positions sont variées, souvent avec des accessoires, ce qui coûtait toujours plus cher pour le commanditaire qu’un simple buste. Signalons, par exemple, le très original Cavalier à mi-corps, s’apprêtant à monter à cheval, une main visible tenant une cravache, veste sombre, cravate blanche nouée, cheveux courts, la tête du cheval placée à gauche de la miniature, signé D.M. (Miniaturen Dosen Vitrinenobjekte, Karin Henninger-Tacvar Kunsthandel, Pforzheim, 1992, n° 44/57, repr., diam. non précisé).

  • 29 Lemoine-Bouchard, op. cit., p. 363-364 pour une analyse plus détaillée de son style et pour une lis (...)
  • 30 Vendue comme étant « d’après Louis-Marie Sicard » . Une copie non signée de cette miniature est au (...)
  • 31 Aubin Roubeau, ancêtre du donateur Jeanvrot, était huissier audiencier au Conseil souverain en la s (...)

15Le traitement des costumes est d’une grande précision, avec des détails soulignés de couleurs délicates. Le dessin manque toutefois de souplesse et ses poses sont figées, mais cela donne un charme naïf à ses miniatures, très fines d’exécution29. Peu de modèles sont identifiés. Parmi ceux-ci, le profil en buste à l’antique de Théodore Dauberval, première danseuse de l’Académie de musique et du spectacle de Bordeaux, portant l’indication « Demarsoeuvre pinxt (fig.2) ; Marie Jacobée Prunet, née Balguérie (morte en septembre 1829 ; d’une famille d’armateurs de Bordeaux), de ¾ à gauche dans un paysage, en robe de linon blanc, ruban strié bleu et blanc dans les cheveux, ceinture bleue, une rose au corsage accoudée à un entablement, tenant dans la main gauche une pensée, S.b.d. DM / 178[-], diam. 7,6 cm (Christie’s Londres, 21 octobre 1997, n° 64 repr.)30 ; la duchesse d’Orléans en robe blanche, assise dans un sofa de velours carmin, d’après le tableau de Mme Vigée Le Brun exposé au Salon de 1789, que l’artiste est peut-être allé admirer à Paris, et son fils, le futur roi Louis Philippe, enfant en costume bleu à collerette de dentelle blanche, dans un paysage devant une draperie brune, accoudé à un socle de pierre et jouant avec un oisillon retenu par un ruban devant sa cage entr’ouverte, S.b.d. DM, deux miniatures sur une boîte ronde en écaille cerclée d’or, diam. 7 cm chacune (Drouot, Me Arcole, Paris, 20 décembre 1991, n° 139 repr.). Ou encore Monsieur Douat en uniforme d'officier de marine bleu, à manchettes rouges, haut-col, gilet rayé et cravate de voile blanc coiffé d'une perruque à rouleaux, vu de trois-quarts à droite, S.D.m.g. DM 1794, diam. 6,4 cm, une indication au revers rappelant que le modèle servit sur le « Tancrède », ancré au port de Bordeaux (Drouot, Me Binoche, 28 novembre 2012, n° 66 repr. ). Ainsi que le portrait d’Aubin Roubeau (Fontenay-près-Vézelay, 1742 – Pointe-à-Pitre, 1799), S.D.d. au niveau de l’épaule « DM 4 è » [pour an IV, 1795-1796] (coll. Jeanvrot ; musée des Arts décoratifs et du design de Bordeaux, inv. 58.1.4270).31

Fig. 2 Profil en buste à l’antique de Théodore Dauberval, première danseuse de l’Académie de musique et du spectacle de Bordeaux, portant l’indication « Demarsoeuvre pinxt », portrait en grand ou miniature aujourd’hui perdue, gravé par Jean Palliere (New York Public Library Digital collections ; 11.7 x 9.5 cm 

  • 32 Almanach national pour l’année 1790, A Paris chez Cuchet libraire, p. 14.
  • 33 A.N./ F/7/10786/B. Demandes de passeports et d’autorisation de résidence de Louis Dominique Duvauce (...)

16Marsoeuvre fut enrôlé dans l’armée pendant la Révolution, tout en continuant à peindre. Il était en 1790 sous-lieutenant dans l’état-major du régiment de Saint-Maixent n° 6 stationné à Bordeaux32, puis aide-major33. Il n’est donc pas étonnant de trouver à cette période le portrait en miniature d’un Mestre de camp de cavalerie, dans un uniforme instauré à l’été 1790 et qui sera modifié à la fin de 1791(fig. 3). La même année, il signait encore plusieurs portraits de femmes dont une vue aux trois quarts de face, le visage de trois-quarts à gauche, en robe bleu-ciel et redingote prune rayée, les deux mains tenant une lyre dorée posée sur une table à dessus de marbre, S.D.g. D.M./ 1790, ovale (Boris Wilnitsky Fine Arts, Vienne, 2013).

Fig. 3 : Mestre de camp de cavalerie, dans un uniforme instauré à l’été 1790 et qui sera modifié à la fin de 1791, vu à mi-corps, la main droite passée dans son gilet, la garde de son épée visible, en uniforme bleu à distinctives rouges passepoilées de blanc, collet beige à passepoil rouge, deux épaulettes dorées à franges, boutons dorés, S.D.d.: DM / 1790, ovale à vue 6 x 5 cm, dans un médaillon double face (vente par Teissier-Sarrou, hôtel Drouot, 20 avril 2018, n° 107 repr. expert N Lemoine-Bouchard.

  • 34 A.M. Bordeaux, Ariste Ducaunnès-Duval, Inventaire sommaire, période révolutionnaire 1789-an 8, 1910 (...)
  • 35 Patrice John O’Reilly, Histoire complète de Bordeaux, 1857-1858, livre IV, chap. 8, p. 100.
  • 36 Matthieson, op.cit, à paraître, p. 339.

17Il prit l’uniforme de la Garde nationale en 1792. L'année suivante, il fut dénoncé avec deux autres citoyens, le poissonnier Lalanne et le maître d’écriture Jacques Magendie, par Duran, cordonnier rue Porte Dijeaux, un « prédicateur forcené du terrorisme » et par Thulier, fondeur, « le chef des hommes de sang de sa section » [section 10 dite de la Révolution], « pour avoir provoqué la force départementale et être partisans de la commission populaire »34. « Jean-Louis-Dominique Marsoeuvre, peintre en miniature, âgé de quarante-quatre ans. Convaincu de s'être montré coupable de faiblesse; que sa conduite civique peut le ranger dans la classe des intrigants et des meneurs qui ont contribué à égarer les citoyens etc. etc. » fut condamné à un mois de détention le 11 Brumaire (1er novembre 1793).35 On l’incarcéra au fort du Hâ où il rencontra le poète Romain Duperier de Larsan36. Ce dernier fit son éloge en 1795 :

  • 37 Les verroux (sic) révolutionnaires, poème héroï-comique en douze chants en vers alexandrins, dédié (...)

18« Nos trois Dessinateurs ont rempli notre attente / Guillaume est parmi nous la gazette ambulante. Exaltons ce Bruno dont l’archet séducteur, / a transmis à l’oreille un son doux et flatteur. De l’humble modestie, ah ! soulevons le voile, / Marsoeuvre, ton Pinceau fit respirer la Toile, / En peignant de l’Etat les plus beaux attributs, / Tu sus briller encor par l’éclat des vertus. »37 Il serait ici question d’un tableau sur toile, et non d’une miniature.

19L’an III était bien entamé (il allait du 22 sept 1794 au 22 sept 1795) lorsque l’artiste adopta le calendrier républicain pour dater ses miniatures. Il indiquait encore « 1795 » sur le portrait d’un Homme à mi-corps de ¾ à droite, en redingote grise, jabot de dentelle, gilet gris rayé, cheveux poudrés, sur fond gris (fig. 4).

Fig. 4 : Homme à mi-corps de ¾ à droite, en redingote grise, jabot de dentelle, gilet gris rayé, cheveux poudrés, sur fond gris, S.D.d. D.M. / 1795, diam. 7 cm (Ader, 28 février 2017, n° 51 repr., expert N Lemoine-Bouchard)

20Marsoeuvre songeait cependant à regagner Paris, et prépara avec soin son retour. Le passeport délivré et les tampons qu’il présente prouvent qu’il remonta dans la capitale avec sa femme et sa fille en passant par Tours et par Blois ; il nous donne surtout une précieuse description physique :

  • 38 A.N./ F/7/10786/B Passeport délivré en exécution du titre III de la loi du 10 Vendémiaire an 4me su (...)

Laisser passer le citoyen Louis Dominique Duvaucel Dit Marsoeuvre, artiste peintre en mignature (sic) français domicilié de Bordeaux du 3e arrondissement rue Guirande n° 8 âgé de quarante neuf ans, taille de 5 pieds [1,52 m], cheveux chatains (sic), sourcils chatains (sic) yeux gris, nez petit, bouche grande, menton rond, front découvert, visage rond, inscrit sur le tableau de son arrondissement sous le n° 8330, lequel a déclaré savoir signer, prêtez-lui aide et assistance, en cas de besoin, pour aller à Paris pour affaires.
Fait et délivré à l’administration municipale du troisième arrondissement du canton de Bordeaux, le 17 Fructidor l’an 6 de la République Française (sic) sous l’attestation des citoyens Léon Terral rue Catherine n° 32 et de Bqn (?) Turpin même rue n° 69 qui ont déclaré connaître le dit citoyen Duvaucel dit Marsoeuvre et que c’est véritablement son nom [c’est nous qui soulignons] et ont signé. / A déposé sa carte de sûreté.
Verso. : Vu passer à Tours le 23 Fructidor an 6e / Vu passer à Blois le 23 Fructidor an 6 [9 septembre 1798] 38.

21Ce document fut enregistré par l’administration municipale du 1er arrondissement, canton de Paris, le 26 Fructidor an VI à charge pour le porteur de se présenter au Bureau Central sous trois jours. Ce qui fut fait le 28 Fructidor. Il fut alors renvoyé « sous trois décades », au ministre de la Police pour obtenir sa résidence. L’artiste dicta alors une lettre à un écrivain public (fig. 5) :

  • 39 A.N./ F/7/10786/B, le dossier contient cinq pièces. Cette lettre porte le n° 1291 / Enregistrement (...)

Au Citoyen Ministre de la Police nationale / Louis Dominique Duvaucel dit Marsoeuvre, né à Paris, âgé de 49 ans, venant de Bordeaux où il exerçait la peinture en miniature, désire se fixer à Paris pour y trouver des occupations qui le fasse subsister : en conséquence il désire obtenir la résidence rüe basse du rempart chaussée d’Antin n° 360 Premier arrondissement du Canton de Paris où il réside actuellement. A Paris ce 21 Vendémiaire de l'An 7 de la République française. Signé : Duvaucel dit Marsoeuvre. 39

Figure 5 : Lettre dictée pour obtention de résidence, A.N./ F/7/10786/B, le dossier contient cinq pièces. Cette lettre porte le n° 1291 / Enregistrement n° 2570

22Il lui adjoignit un certificat de bon citoyen signé des députés de la Gironde qui passait sous silence son mois d’incarcération. Le rapport de l’administration fut positif (voir Annexe 1 en fin d’article) et il fut autorisé à résider à Paris. Il abandonna sa carrière de miniaturiste. L’une des dernières miniatures connues, un Homme de ¾ à droite en costume gris, S.d. D.M., au dos monogramme en or ABRSJ sur soie verte, diam. 6 cm, peut être datée par le costume vers 1798 (Ader, hôtel Drouot, 14 avril 2017, n° 78 repr. expert N Lemoine-Bouchard (fig. 6).

Fig. 6 : Homme de ¾ à droite en costume gris, S.d. D.M., au dos monogramme en or ABRSJ sur soie verte, diam. 6 cm, peut être datée par le costume vers 1798 (Ader, hôtel Drouot, 14 avril 2017, n° 78 repr. expert N Lemoine-Bouchard

  • 40 Elle est l’auteur de Deux jeunes musiciennes, pierre noire, rehauts blancs, signée et datée Antoine (...)

23On ne sait pas encore quelles furent par la suite ses occupations dans la capitale. Il maria sa fille le 28 septembre 1802 à Antoine Jean-Charles Gallemant de Marennes, avocat, plus tard fait comte ; deux petits-enfants virent le jour, en 1803 Antoinette-Blanche-Louise qui fut artiste peintre à son tour40 ce qui dut ravir son grand-père, et en 1806 Louis-Charles-Auguste.

  • 41 Le faire part de décès, que m’a aimablement communiqué François-Laurent Jacquier, indique : "Monsie (...)

24Duvaucel de Marsoeuvre mourut en 1830, sa fille en 1841. Le patronyme Duvaucel de Marsoeuvre s’éteignit avec elle et très vite disparut le souvenir des charmantes miniatures peintes par son père. 41

Très jeune enfant blond, en robe blanche à ceinture bleue, jouant
avec un lapin albinos, sur fond de paysage, S.D.b.d. sur le talus DM /
4 [1795-96], diam. 6 cm (Christie’s Genève, 15 novembre 1994, n°
183 repr. ; coll. privée).

Haut de page

Annexe

Annexe 1
A.N./ F/7/10786/B. Rapport de l’Administration municipale n° d’ordre 1291.809 1291
Exposent que leur intention étant de fixer leur domicile à Paris où depuis leur arrivée ils demeurent rue Basse du rempart n° 360, ils désireraient en obtenir l’autorisation préalable. Vu un certificat délivré par les Cns Cholet, Grandmaison fils, Labrousse, Labecque, Courant, Duchatel, Perrin, Barennes et Duplantier, tous membres de la députation de la Gironde au Corps législatif en date du 6 Brumaire an 7, qui constatent qu’il est à leur connaissance que le Cn Duvaucel du Marsoeuvre, son épouse et sa fille se sont toujours comportés à Bordeaux lieu de leur domicile en bons citoyens depuis le commencement de la révolution jusqu’au dit jour. Vu un cartouche de Garde nationale délivré au Cn Duvaucel le 27 janvier 1792 an Ie de la Liberté duquel il résulte que le Cn Duvaucel a été nommé aide major au régiment nationale (sic) de St Mexant à Bordeaux, et qu’il en a rempli les fonctions avec honneur courage et assiduité. Vu trois passeports individuellement délivrés au Pétitionnaire le 17 Fructidor de l’an 6 par l’administration M[unicip]ale du 3e arrondissement du Canton de Bordeaux enregistré en la notte [cotte ?] le 26 fructidor de l'an 6 et au Bureau central le 28 du même mois. Vu que les citoyens Louis Leurin, menuisier rue Croix n° 976 et Louis Denis Histillet aussi menuisier même demeure nous ont constaté leur civisme, leur moralité, la validité de leurs motifs, leurs moyens d’existence et l'identité de leurs personnes. Affirmons qu'il n'y a pas d'inconvénient à ce que le Ministre de la Police générale accède à leur demande. Enregistré sous le n° 80 à l’administration. Le 14 Brumaire an Sept de la République française une et indivisible. Les administrateurs municipaux Moussard / Pannequiné.

Notice
« Le Cen Duvaucel, peintre, natif de Paris était domicilié à Bordeaux avec sa femme et sa fille depuis la révolution. Il vient reprendre à Paris son ancien domicile, et il demande l’autorisation d'y résider. La députation entière du dépt de la Gironde déclare avoir parfaitement connu ce Cen, qu’il s’est bien comporté depuis le commencement de la révolution jusqu’à ce jour (6 Brumaire an 7) il produit en outre un brevet d'aide major dans la garde nationale de Bordeaux. Il y a lieu à accorder à cette famille l’autorisation de résider à Paris. Bailly. 2 Germinal. En marge : Accordé / 6 Ger An 7 ».

Haut de page

Notes

1 La question est soulevée depuis le dictionnaire de Schidlof Léo, La miniature en Europe, 1964.

2 Lemoine-Bouchard Nathalie, Les peintres en miniature actifs en France, 2008, p. 363-364.

3 Lemoine-Bouchard N., op. cit., p. 369.

4 Sophie Matthieson avait vu juste en identifiant dans son Dictionnaire politique des artistes et des artisans de luxe de la Révolution française, à paraître, « D.M. » avec « Jean-Louis-Dominique [de] Marfoeuvre » ; il lui manquait son véritable patronyme (mon courriel du 17/06/2018 et nos échanges suivants). Je la remercie chaleureusement de m’avoir communiqué plusieurs références le concernant à Bordeaux durant la période révolutionnaire, notamment sa citation dans les Verroux révolutionnaires.

5 Source : Généanet, Mme Andrée Mireille Tinelle Bouilleau qui mentionne le patronyme « Varguin » ; a-t-il été bien lu ? il est inconnu des archives. Le nom pourrait il être Verguin ?

6 Fermier général, guillotiné. Il eut un fils Alfred, né à Paris le 4 février 1793, mort à Madras en en 1824, naturaliste qui a donné son nom notamment à un oiseau, le Trogon de Duvaucel. Sa mère, Anne Marie Sophie Duvaucel née Loquet du Trazail (1768-1849), s’était remariée en 1804 avec le fameux naturaliste Georges Cuvier. Elle avait eu aussi une fille, Antoinette-Sophie-Laure Duvaucel (1789-1867), ép. Ducret de Villeneuve, femme de lettres qui a donné au Louvre un portrait d’elle dessiné par Sir Thomas Lawrence (RF 15).

7 Waquet Jean-Claude, Les grands maîtres des Eaux et forêts de France de 1689 à la Révolution suivi d'un dictionnaire des grands maîtres (coll. « Mémoires et documents de la Société de l'École des Chartes »), Genève, 1978, p. 132. Cette charge très importante fut acquise 440.000 livres, et il put financer l’année suivante pour 110.000 livres de droits sur les ventes de son département.

8 A.N., MC/ET/XCV/208 Notaire Thomas Simon Perret, 31 mars 1751, rente partage entre Jules Nicolas Du Vaucel (sic) trésorier général des aumônes du Roi, Jules Louis Du Vaucel (sic) marquis de Castelnau, et Louis François Du Vaucel (sic) grand maître des eaux et Forêts tous trois domiciliés à Paris.

9 A.N., Z/1f/474, f° 44 verso, f° 45 verso 17 avril 1761 permis de construire de porte cochère pour Du Vaucel de Castelnau rue Neuve St Gilles près le cul-de-sac St Pierre.

10 Hillairet Jacques, Dictionnaire historique des rue de Paris, 1985, t. II, p. 421, indique qu’il appartint vers 1750 « à Jules de Vaucel, (sic), marquis de Castelnau, grand maître des eaux-et-forêts » ; il y a là confusion entre les titres des deux frères.

11 L’orthographe est variable au XVIIIe siècle ; le village est baptisé Masseuve après 1800.

12 Source: Stéphane Le Falhun, Généanet. A la date du 6/8/2019, il ignorait le premier mariage dont est issu notre artiste, signalé par Mme Andrée Mireille Tinelle Bouilleau. Nous n’avons pas la date exacte ni le lieu du mariage.

13 L. Cartier de Saint-René, « La Seigneurie et l'ancien Canton de Saint-Florent sur Cher », Mémoires de la Société historique, littéraire et scientifique du Cher, 1912, p.34-35 «  En 1779, le fief de Marseuvre comprenait 175 arpents (environ 60 hectares) de bois appartenant à divers propriétaires, outre les 1.500 boisselées (environ 64,5 hectares) du domaine »

14 Archives Nationales, P 24, n° 106, acte du 10 novembre 1742. Louis-Jules « du Vaucel » (sic) était alors « écuyer, conseiller, secrétaire du Roi maison et couronne de France et de ses finances ».

15 A.D.36 (Indre)/ 36-2 B92 : Entérinement des lettres de terrier de la seigneurie de Masseuvre (sic) appartenant à Jeanne-Marie du Plessis Châtillon, veuve de Philippe-Charles comte d’Estampes, 28 septembre 1748.

16 L. Cartier de Saint-René, op. cit., p.34-35 a dressé la liste des propriétaires successifs du logis seigneurial et du domaine de Marsoeuvre : « 1697-1720, Pierre et Abraham Trumeau de la Saisonnière. 1732-1749, Mme Lebrun, veuve d'Abraham. 1749, Pierre Trumeau de la Sablonnière. 1758, Etienne Trumeau, s. de Lierne. 1762, Louis-Jules Duvancel, écuyer, «seigneur de Marseuvre et Rosières », et après lui Louis Martin. 1775, Jacques-Claude Souchois, marchand de Bourges, et Jeanne Vannier, sa femme. 1779, Robert du Peyroulx de Marseuvre, dans la famille duquel Masseuvre est resté jusqu'en 1821 ».

17 Il est certain qu’à cette époque le logis seigneurial était détenu par le marchand de Bourges Souchois. La seigneurie appartenait à Charles de Bussy : A.D. 36 / 2B318 – Le 19 mars 1778 « procès en matière possessoire (sic) entre Charles de Bussy, marquis de Castelnau, seigneur du Coudray, de Civray et Masseuvre, et Charles Lebloys, seigneur des Rimberts. Cette terre changea encore de mains en 1784 car l’on note un procès relatif à la saisie de la seigneurie de Masseuvre (sic) faite par Philippe Péarron, seigneur de Serennes, sur Charles de Bussy, marquis de Castenau, 13 mai 1784 (A.D.36/ 2 B 324).

18 Généanet : généalogie de Mme Andrée Mireille Tinelle Bouilleau. La profession du marié n’est pas mentionnée par cette source.

19 ibidem

20 A.N. MC/ET/XCVIII/262, 3 juillet 1667, quittance par François Du Vaucel (sic), marchand de soie, demeurant rue Aux Fèves, au duc de La Rochefoucauld et au prince de Marcillac, d'une somme de 450 livres qui lui était due à cause de la succession de Jeanne de Schomberg.

21 Lemoine-Bouchard N., Les peintres en miniature actifs en France, 2008, p. 428. Il exposa au Salon de 1795, n° 411 bis, demeurant rue Neuve des Mathurins, n° 884.

22 Elle épousa le comte Gallemant de Marennes, d’où descendance, et mourut le 15 juin 1841 rentière rue St Dominique à Paris.

23 Journal de Paris, 27 avril 1783, p. 488. L’hôtel de Charost, dont le nom venait de l’ancien propriétaire, Armand de Bethune, marquis de Charost, gendre du surintendant Nicolas Fouquet, évoquait, coïncidence ?, le canton où se trouvait la seigneurie de Marsoeuvre ; il disparut en 1790 dans le percement du prolongement de la rue Montmartre.

24 A.N., MC/ET/XCI/1211 Notaire Jean-Baptiste Lefebvre, 29 avril 1783, Inventaire après décès de Louis Jules Duvaucel, chevalier, marquis de Castelnau, demeurant rue Montmartre, à l'hôtel de Charost.

25 AN/MC/XVI/849 inventaire après décès de Louis François Duvaucel le 10 mars 1784. Waquet, op.cit. p. 132-134 et 364 : Il avait une maison à Pantin, un logement rue Royale, une bibliothèque, une charge de grand maître des Eaux et forêts représentant un actif de 500.000 livres mais des dettes considérables, qui ne laissait plus qu’un solde positif de 66.075 livres à partager en cinq. Sans alliance, il eut deux enfants légitimés, Nicolas Louis grand vicaire de Troyes et chanoine de Meaux en 1783 ; et Cécile, épouse de Varagne, inspecteur des Ponts-et-Chaussées.

26 Si l’on croit Waquet, voir supra, la succession fut divisée en cinq, or Louis François Duvaucel avait quatre neveux vivants du côté de son frère Louis Jules, dont notre artiste, et deux enfants légitimés. Nous n’avons pu consulter l’acte de partage.

27 Matthieson, op.cit, à paraître. Cette information d’élève de Le Prince a été donnée aussi par un site que nous avions consulté en 2018 et qui n’existe plus : http://www.hcotation.com/p-455-jean-louis-dominique-marsoeuvre-demarsoeuvre-1749-xix-.html

28 Jules Delpit, « Eloge de Pierre Lacour », Actes de l’Académie impériale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, 1862, p.8

29 Lemoine-Bouchard, op. cit., p. 363-364 pour une analyse plus détaillée de son style et pour une liste d’œuvres, (six seulement antérieures à 1790) que nous complétons ici.

30 Vendue comme étant « d’après Louis-Marie Sicard » . Une copie non signée de cette miniature est au Louvre, sans identification (RF 5091, Jean-Richard Pierrette, Inventaire des miniatures sur ivoire conservées au Cabinet des dessins, musée du Louvre, musée d’Orsay, Paris, 1994, n° 586 « Jeune fille tenant une pensée à la main, attribuée à Louis Marie Sicard [dit Sicardi] » ; cette attribution à Sicardi est peu convaincante).

31 Aubin Roubeau, ancêtre du donateur Jeanvrot, était huissier audiencier au Conseil souverain en la sénéchaussée de Pointe-à-Pitre jusqu’en 1793 ; royaliste fervent, il fut incarcéré en 1794 mais pu s’échapper de prison et quitter provisoirement la Guadeloupe pour Bordeaux où ce portrait fut réalisé.

32 Almanach national pour l’année 1790, A Paris chez Cuchet libraire, p. 14.

33 A.N./ F/7/10786/B. Demandes de passeports et d’autorisation de résidence de Louis Dominique Duvaucel dit Marsoeuvre, âgé de 49 ans, son épouse Marguerite Blanche Poutrel, 42 ans, native de Paris et sa fille Anne Blanche Louise Duvaucel, 18 ans, native de Paris.

34 A.M. Bordeaux, Ariste Ducaunnès-Duval, Inventaire sommaire, période révolutionnaire 1789-an 8, 1910, p. 127 n° 49 et p. 128, n° 61 in « Tableau des hommes connus dans les sections de Bordeaux comme ayant participé aux horreurs commises sous la tyrannie qui a précédé le 9 Thermidor , en exécution du décret du 21 Germinal, l’An troisième ».

35 Patrice John O’Reilly, Histoire complète de Bordeaux, 1857-1858, livre IV, chap. 8, p. 100.

36 Matthieson, op.cit, à paraître, p. 339.

37 Les verroux (sic) révolutionnaires, poème héroï-comique en douze chants en vers alexandrins, dédié au neuf thermidor par Romain Dupérier, Bordeaux, s.d. [après le 27 juillet 1794], chant V, p. 63. Cette référence nous a été communiquée par Sophie Matthieson.

38 A.N./ F/7/10786/B Passeport délivré en exécution du titre III de la loi du 10 Vendémiaire an 4me sur la police intérieure des communes de la république, celle du 17 Ventôse suivant, et du 28 Vendémiaire an 6.

39 A.N./ F/7/10786/B, le dossier contient cinq pièces. Cette lettre porte le n° 1291 / Enregistrement n° 2570.

40 Elle est l’auteur de Deux jeunes musiciennes, pierre noire, rehauts blancs, signée et datée Antoinette Duvaucelles 1818, 72,5 x 54 cm (Etude Renaud, hôtel Drouot, 13 nov. 1986, n° 44 non repr.).

41 Le faire part de décès, que m’a aimablement communiqué François-Laurent Jacquier, indique : "Monsieur de comte Gallemant de Marennes, Monsieur le vicomte et Madame la vicomtesse Gallemant de Marennes, Monsieur et Madame Collin, Mesdemoiselles Caroline et Marie Collin, Monsieur le marquis de Castelneau, maréchal de camp en retraite, Monsieur Renié, Monsieur Delahaye, Conseiller à la Cour Royale, Monsieur Renié, architecte du Ministère de la Guerre, Monsieur de La Richardière, ont l'honneur de vous faire part de la perte douloureuse qu'ils viennent de faire en la personne de Madame la comtesse Gallemant de Marennes (Anne Blanche Louise) née Duvaucel de Marseuvre, leur femme, mère, belle-mère, nièce et cousine, décédée le 15 juin 1841 à l'âge de 61 ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Lemoine-Bouchard, « Le monogramme « DM » pour toute signature : un mystérieux miniaturiste de la fin du XVIIIe siècle enfin démasqué. »Études Épistémè [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 19 avril 2020, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/episteme/5472 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.5472

Haut de page

Auteur

Nathalie Lemoine-Bouchard

Nathalie Lemoine-Bouchard est historienne de l’art, antiquaire spécialisée et experte en miniatures françaises, membre du Syndicat français des experts professionnels, membre associée de l'Académie des sciences morales, des lettres et des arts de Versailles et d'Ile de France. Elle consacre ses recherches aux peintres en miniature actifs en France du XVIIe au XIXe siècles. Sa thèse inédite portait sur Les van Blarenberghe, catalogue raisonné (Paris IV, 2004). Elle a publié Les miniatures, catalogue des collections du musée Cognacq-Jay (Paris-Musée, 2002); le dictionnaire biographique Les peintres en miniature actifs en France 1650-1850 (L'Amateur, 2008), qu'elle complète avec la rédaction depuis 2009 du bimestriel numérique La Lettre de la miniature. Elle a publié en collaboration avec Nicole Garnier et Bernd Pappe, Portraits des maisons royales et impériales de France et d'Europe, les miniatures du musée Condé à Chantilly (Somogy 2007), organisé deux colloques internationaux sur la miniature avec l’appui de l’Institut de France (2007 et 2013). Elle a assuré le commissariat de l'exposition De la guerre en dentelles aux charges héroïques au musée de la miniature à Montélimar (2006) et participé au catalogue de l’exposition Jean-Jacques Karpff (1770-1829) "Visez au sublime", au musée Unterlinden à Colmar (2017). Elle a signé de nombreux articles sur des peintres en miniature : Louis-Nicolas van Blarenberghe, Jean-Baptiste Massé, Fontallard, Charles-Paul Jérome de Bréa, Jean-Baptiste Isabey, Miniature painters in 17th Century France (en anglais et allemand), Collecting Miniatures in France in the 18th Century (en anglais et russe, 2019), Nicolas Jacques (conférence à la SHAF en 2018, à paraître), Aimée Thibault et ses miniatures du roi de Rome (à paraître en 2020), Ambroise Charlemagne Victor Le Chenetier (à paraître en 2020). Elle a créé le Centre de recherches sur la Miniature et l’iconographie française qui anime de façon informelle un réseau de chercheurs et aide les étudiants intéressés par la miniature. Elle travaille actuellement au catalogue des miniatures étrangères du Musée national de Cracovie en collaboration avec Danuta Godyǹ.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals