Navigation – Plan du site
Les objets du voyage/ le voyage des objets en Europe

Preuve et matérialité du souvenir d’ailleurs. Les objets dans les récits de voyages et pèlerinages hispaniques de la fin du Moyen Âge

Material Evidence and Exotic Recollections : Objects in Late Medieval Spanish Travel Narratives and Pilgrimages
Julia Roumier

Résumés

Au-delà d’une convoitise matérielle, la curiosité pour l’ailleurs s’attache aux objets car ils font sens, ils concrétisent l’interaction du sujet avec le monde et autrui. Les récits hispaniques ici étudiés (XIVe-XVIe siècles), concernant voyages, pèlerinages ou missions diplomatiques, accordent une importance particulière à la description de réalités concrètes qui manifestent la confrontation à l’étrangeté du voyageur et, par procuration, du lecteur. Objets de piété ou reliques profanes de l’exotisme fondent la continuité entre le passé voyageur et le présent de l’écriture. Souvenirs, fragments de paysages, preuves de vérité, les objets sont achetés, dérobés, offerts, en un flux qui rend visible et tangible l’ailleurs et réunit les hommes dans une même fascination. La plante cueillie, la pierre ramassée, transmises avec le texte, témoignent de la présence physique du voyageur et de sa pensée pour celui qui est resté derrière, membre de la famille ou frère du même monastère. Pour les ambassadeurs en mission auprès de Tamerlan, les objets de luxe dont ils sont munis sont non seulement les outils nécessaires à l’accomplissement de leur mission, créant le lien entre les souverains, mais aussi définitoires de leur propre identité. Pour Pero Tafur (vers 1454), l’objet consolide sa prétention à la noblesse la plus élevée. De même, l’objet offert marque la relation établie entre l’hôte et le voyageur, l’estime pouvant se mesurer à l’aune de la valeur du présent. Cet objet rapporté des lointains en raison de sa rareté n’est plus une realia mais devient merveille, inaugurant le cabinet de curiosités. Il doit en effet incarner l’étrangeté de l’ailleurs, correspondre à l’horizon d’attente exotique déjà en place à la fin de Moyen Âge. Les textes ici étudiés font preuve d’une grande modernité à la fois par la présence d’une valorisation esthétique des objets et le goût humaniste pour l’accumulation individuelle d’objets porteurs de sens. Reliques profanes ou religieuses, outils d’un commerce mercantile ou intime, les objets permettent de prendre possession du monde.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je citerai à titre d’exemple le colloque : « la culture matérielle : un objet en question », centre (...)
  • 2 Pour une définition de chose/res et objet, voir l’introduction au chapitre d’Eliana Magnari et Dani (...)
  • 3 Cf. Charles Delattre (dir.), Objets sacrés, objets magiques de l’Antiquité au Moyen Âge, Paris, Pic (...)
  • 4 Bernard Ribémont, « Les realia : un concept à définir. L’exemple de l’espinette amoureuse de Froiss (...)

1L’anthropologie et l’essor des cultural studies en France ont récemment alimenté d’abondants travaux sur les rapports que l’homme entretient avec les objets1. De ce renouveau de l’intérêt pour l’objet témoignent diverses publications récentes, travaux convergeant pour démontrer la pertinence de cette question portant plus sur la relation de l’homme à l’objet que sur sa matérialité. L’objet est un artefact, c’est-à-dire fait de main d'homme et manipulé, défini par cette matérialité, sa consistance de realia et son origine humaine2. Mais l'objet peut aussi, de façon plus métaphorique, être littéraire, pur produit du discours, où sa matérialité est une fiction organisée par le langage3. Ce cas ne peut être laissé de côté ici, dans des récits de voyages articulant le dire vrai du témoignage et une mise en texte qui reste toujours une fictionnalisation. Il faut en effet rappeler le travail d’écriture et de fiction mis à l’œuvre dans ces textes trop souvent lus comme des sources documentaires. Bernard Ribémont rappelle qu’on a affaire à « du réel écrit », à une illusion référentielle ou un effet de réel. La description au Moyen Âge n’étant pas mimesis, il invite à prendre en compte les effets de réflexion, réfraction ou diffraction qui opacifient le référent et posent la question de la fidélité au réel et de la référentialité des objets décrits4.

  • 5 L’espace étant le premier objet de ces récits. Voir Marie Redon, « Du récit de voyage à l’objectivi (...)
  • 6 Pour une étude du trésor comme ce qui, essentiellement, n’est pas le produit d’une culture matériel (...)
  • 7 Blasco Vallés, Almudena, « la historia de los objetos y la historia medieval », Medievalia, n°15, 2 (...)

2En effet, dans les récits de voyages, l’auteur cherche à donner à voir les espaces parcourus et à convaincre de la véracité du témoignage5. Les objets sont les lieux privilégiés d’interaction du sujet avec le monde et autrui mais aussi généralement une cause essentielle de la curiosité pour l’Orient, largement entachée de convoitise matérielle. Le corpus hispanique étudié ici offrira un panel de rapports à l’objet à la fin du Moyen Âge ; d’abord avec les deux récits de voyages réels castillans, stricto sensu : La Embajada a Tamorlán (1406), le récit de Pero Tafur (vers 1454) ; mais également la traduction castillane de Jean de Mandeville (1503) et le récit de pèlerinage de Fray Diego de Mérida (1512). Ces textes accordent une importance particulière à la description de réalités concrètes qui manifestent la confrontation à l’étrangeté du voyageur et, par procuration, du lecteur. Ils établissent ainsi un inventaire du monde, cherchent à transmettre un savoir total qui s’appuie sur une exhaustivité méticuleuse, en particulier par l’usage de l’énumération. La monstration de l’étranger passe donc par les objets pour leur valeur numéraire ou fonction transactionnelle mais aussi pour leur poids symbolique ou mythique. Ici je privilégierai les objets du voyageur, ceux qu’il garde avec lui au cours de son périple, jusqu’à son retour et au moment même de la rédaction du témoignage. Si les objets apparaissent comme des signes diacritiques qui caractérisent et différencient un personnage dans une narration, c’est plus encore le cas du récit de voyage où le voyageur est à la fois héros, narrateur et auteur. La cohérence de cette identité se fonde sur certains objets clefs : les objets rapportés sont les reliques profanes de l’exotisme6 et fondent la continuité entre le passé voyageur et le présent de l’écriture. Comme le souligne Almudena Blasco Vallés, la possession de l’objet fait sens, fixe l’appartenance à un groupe et ancre l’identité du porteur7.

  • 8 « En Egipto en las montañas altas, avía un buen hombre ermitaño á gran tiempo en un monasterio, el (...)

3Le regard fasciné porté sur l’exotisme entraîne une confusion entre reliques religieuses, merveilles pour cabinet de curiosité et souvenirs profanes. Ainsi les textes soulignent l’importance de ces objets fonctionnant comme une preuve matérielle et dont la présence est encore certifiée dans le présent vécu par le narrateur, unissant voyage et écriture. Cet objet garantit l’authenticité de l’anecdote, fût-elle merveilleuse. Ainsi, dans le Livre des merveilles de Jean de Mandeville, le paragraphe consacré à l’existence légendaire d’un homme né pourvu de cornes se conclut par l’affirmation au présent de l’indicatif de l’existence de ces cornes, raison suffisante pour que le lecteur accorde sa confiance à l’auteur. Ces reliques merveilleuses, toujours visibles à Alexandrie, prouvent son existence à quiconque les voit8. Mais, dans le texte de Mandeville, modèle et référence de la plupart des récits de voyages, les preuves matérielles les plus fréquemment invoquées sont les reliques et autres témoignages des miracles qui persistent en Terre Sainte.

Un autre genre de reliques : objet d’ailleurs et souvenir de Terre Sainte

  • 9 « On voit encore aujourd’hui, trois traces de pas sur les marches », « Aún oy en día parescen las p (...)

4Ce lieu permet au pèlerin de se situer sur la scène même de l’Histoire Sainte et de mettre ses pas dans les empreintes de ses acteurs dont les signes encore visibles sont l’expression de l’actualité et de la vérité du miracle. Dans sa description de la Terre Sainte, Mandeville certifie les miracles par la description de leurs preuves matérielles (trace de pas du Christ, tache de lait de la Vierge…) décrites au présent et dont la réalité est réaffirmée par son témoignage direct9. Un premier exemple du début de la période moderne nous permet d’ouvrir l’interrogation concernant le rapport du pèlerin aux objets profanes. Le récit de pèlerinage de Fray Diego de Mérida est en réalité une lettre qu’il envoie depuis la Crète en 1512 à ses frères restés au monastère hiéronymite de Guadalupe. Le texte parvient au monastère accompagné d’un lot de reliques et d’autres objets curieux grâce aux bons soins d’un commerçant, Marcos Salvadó (qui en fait livraison d’abord à Séville, d’où les frères l’envoient à Guadalupe).

5Il s’agit ici d’un type d’objet relationnel qui renoue le lien à la communauté, répare en quelque sorte l’absence et permet de valider ou authentifier le texte qui l’accompagne. La démarche consistant à prélever le sacré repose sur la croyance en une certaine contagiosité de la vertu. L'objet remplit ici une fonction superstitieuse ou apotropaïque, opérant dans les champs conjoints du sacré et du magique. On voit dans ce contexte comment il articule le matériel et le spirituel et produit une relation cognitive ou affective entre l’émetteur et les destinataires, restés en Espagne. Garant de l’autorité du récit, les objets, fragments et curiosités envoyés avec le texte lui-même permettent un voyage par procuration. L’objet prélevé en Terre Sainte, le lieu de l’histoire sacrée, empreint de la présence christique qui contamine l’objet, l’enrichit de cette présence sanctifiante. Le fragment arraché par le pèlerin continue de faire sens en accord avec son origine qui le sacralise. Il est érigé au statut de relique. C’est un carrefour hermétique et herméneutique entre interprétation du réel, souci de connaissance naturaliste du monde et superstition teintée de piété.

  • 10 « tarayes de lo qual os enbío unos pocos de ramos et sobre mi conciencia juro que son de la orilla (...)
  • 11 Sur les réflexions actuelles sur le don et les alternatives à la théorie maussienne, voir Eliana Ma (...)

6Tout d’abord le frère Diego de Mérida envoie quelques branches coupées sur la rive du Jourdain. Il jure qu’il les a coupées lui-même : « des tamarins dont je vous envoie quelques branches et, sur ma conscience, je jure qu’elles viennent des rives du Jourdain et que je les ai coupées de ma propre main et avec mon couteau »10. Ce qui compte bien plus que la plante elle-même, c’est le contact direct qu’elle a eu avec le corps du voyageur, la connexion qu’elle permet d’établir entre les lecteurs de cette lettre et l’auteur, par-delà la distance géographique. La plante devient ainsi objet, trace et preuve du voyage, signe de l’ailleurs. Le fragment végétal arraché au paysage témoigne de l’action dont il est issu, prélèvement organique de l’essence d’un lieu. C’est en quelque sorte sa propre présence physique que le moine fait parvenir au monastère auprès de ses frères à travers la plante qu’il a cueillie. L’objet joint à ce récit de pèlerinage est le dernier cadeau ou une certaine forme d’adieu à la communauté à laquelle il annonce qu’il ne reviendra pas11. Mais s’il s’arrache ainsi au destin communautaire du monastère, Diego de Mérida continue pourtant de s’enraciner dans un groupe solidaire, celui des pèlerins, ceux qui sont partis, à leurs risques et périls, arpenter les lieux saints.

  • 12 « de aquellas piedras de mosayco os enbío, las quales con mis propias manos arranqué sobre mi conci (...)
  • 13 Pour l’idée du statut acquis par l’objet grâce au rituel, voir Laurent Feller et Ana Rodríguez, Obj (...)
  • 14 « tous les pèlerins prennent des pierres comme ceci : j’en ai pris moi même et vous en envoie », D. (...)
  • 15 « Entre l’image et la matière. La choséité du sacré en Occident » dans Les images dans les sociétés (...)

7La communauté des pèlerins est ainsi représentée par d’autres objets qui incarnent cette expérience religieuse. Diego de Mérida envoie des pierres issues de la mosaïque de l’église du monastère de saint Jérôme (Sinaï), tesselles qu’il a lui-même prélevées : « je vous envoie de ces pierres de mosaïques que j’ai arrachées de mes propres mains en vérité sur ma conscience et de même font les autres pèlerins »12. Là encore la mention explicite et insistante de l’action et de la main fait sens d’autant qu’elle est liée à la communauté d’action des autres pèlerins. C’est par imitation qu’agit le pèlerin, reproduisant les gestes qu’il voit faire en un rituel collectif où le recueillement spirituel s’applique au pied de la lettre13. La contemplation et l’émotion religieuses s’expriment et se vivent dans le prélèvement d’un fragment du lieu. Il en va de même dans la cellule de l’abbé du monastère où Mérida indique bien qu’il agit comme tous, un pronom totalisant qui justifie et légitime une action pouvant sembler à première vue délétère ou superstitieuse : « Todos los peregrinos toman de las piedras desta çela : yo tomé mi parte y dellas os enbío »14. La foule des pèlerins obéissant au rituel participe ainsi progressivement à l’inéluctable effacement du lieu, le détruisant par son adoration. J. C. Bonne souligne ainsi l’immanence du divin dans l’objet qui présentifierait matériellement le sacré15.

  • 16 « En aquel desierto se hallan piedras que se dizen del águila, las quales llaman acá de san Mario [ (...)
  • 17 « Las virtudes que tienen dizen que son muchas, empero de dos supe: la una es que a las mugeres que (...)

8Cette alliance indiscernable de piété et de superstition prend parfois une forme plus marquée d’intérêt pour le merveilleux naturel. L’objet superstitieux est alors un élément naturel dont l’aspect tend mystérieusement à l’artefact ; il intrigue et émerveille car sa composition ou élaboration sont inconnues. Véritables merveilles géologiques, les pierres de l’aigle ou de saint Macaire sont décrites avec une abondance de détails concrets, méthodiques : texture, forme, taille, couleur, le bruit... La description est si précise qu’on peut identifier des boules d’oxyde de fer ou de la limonite, telles qu’on en trouve aujourd’hui encore dans ce désert : « ici je vous en envoie une entière et une autre brisée car je n’ai pu en avoir plus que trois. Elles sont de la forme des amandes, noires et vides à l’intérieur, pleines d’un sable fin et si on les secoue près de l’oreille on les entend sonner »16. Ces pierres se voient attribuer d’abondantes vertus médicinales qui justifient l’intérêt du voyageur et l’envoi de deux d’entre elles, Mérida en gardant une pour lui. S’étant renseigné sur deux vertus de cet objet (même s’il en possède d’autres, car l’objet se dérobe ici à une maîtrise ou connaissance totale), Mérida indique comment procéder (appliquer sur la cuisse pour les difficultés lors d’un accouchement) et tente même de formuler une explication rationnalisante (la pierre aimante l’enfant)17. Ce témoignage d’une pratique curative superstitieuse étonne, mais plus encore l’envoi de cet objet à une communauté monastique : aurait-il donc pu être utilisé dans le cadre d’un accouchement par un des frères ?

  • 18 « Hallado se a moneda de plata et de la una parte una figura de un Rey cuyas letras dezían: Rex Min (...)
  • 19 « Si tuviese mensajero cierto no era mucho enviaros un arca della. Mas Dios me es testigo, que esto (...)
  • 20 « Verdad es que el mercader de Cáliz que lo lleva es syngular hombre et muy honrrado et llámase Mar (...)

9Si l’objet donne à voir et témoigne, il remplit parfois le rôle de preuve. C’est le cas en Crète, lors de la découverte du labyrinthe. Mérida décrit une pièce dont une face représente le roi Minos et, l’autre, le labyrinthe : « je parlai avec celui qui a trouvé cette pierre et il me l’a juré »18. Ici l’autorité extérieure vient confirmer la valeur de l’objet. Le voyageur doit en outre faire parvenir l’objet jusqu’à son destinataire et témoigner ainsi de l’espace lointain dont il fut prélevé mais aussi de l’attention portée au destinataire. Envoyer et transmettre l’objet est une question de confiance. Se pose en effet le problème du transmetteur, cet agent qui opère la translation de l’objet. Mérida a ainsi acheté des épices à Alexandrie et leur valeur rend plus difficile leur trajet sans encombre jusqu’au monastère. Il doute fortement de la possibilité que son envoi parvienne indemne et là encore on voit que, dans le doute, il s’agit d’une affaire de confiance et de foi. Afin de contraindre son agent à l’honnêteté, Mérida l’identifie précisément dans le corps du texte, indiquant sa ville d’origine. Mais il ne lui reste plus qu’à prier Dieu : « si j’avais disposé d’un messager de confiance, ça ne m’aurait pas coûté grand-chose de vous en envoyer un coffret tout rempli. Mais, Dieu m’en soit témoin, ce que j’envoie là c’est sans espoir que cela arrive un jour19. Le porteur de l’envoi est un marchand de Cadix auquel notre auteur est contraint de faire confiance au vu des circonstances : « il est vrai que c’est un homme bien singulier et très honoré, appelé Marco Salvado qui m’a promis de le faire parvenir à Séville […] Plaise à Dieu qu’il en soit ainsi ! »20. Le doute qui subsiste sur l’honnêteté de celui qui pourrait transmettre ces objets du voyage rappelle la convoitise qu’éveillent les biens venus d’ailleurs, une dimension mercantile très effacée dans un récit de pèlerinage comme celui-ci, mais qu’on retrouve bien davantage dans le récit de voyage du noble sévillan Pero Tafur ou le rapport d’ambassade envoyé par Henri III (La Embajada a Tamorlán, 1406).

La description de l’Orient, objet du récit et objet de convoitise

  • 21 Pour cette question des épices et une histoire de l’alimentation dans les récits de voyages depuis (...)
  • 22 Eduardo Aznar Vallejo, Viajes y descubrimientos en la Edad Media, Síntesis, Madrid, 1994, p. 111, p (...)

10L’intérêt matériel et pragmatique s’ajoute dans les récits de voyages aux préoccupations religieuses pour faire de l’Orient l’objet de toutes les convoitises. Le commerce se développant entre les marchands d’Occident et leurs fournisseurs orientaux par l’entremise des commerçants génois et vénitiens, l’Orient s’affirme comme la source fabuleuse des substances rares et des produits de luxe, principalement, des épices21, des minéraux précieux et des soieries. L’accès direct à cet espace désirable aurait facilité le commerce en contournant les coûteux intermédiaires. En effet, les fortes importations occidentales de denrées précieuses provoquent un fort déséquilibre des relations économiques, causant ainsi un déficit des valeurs monétaires en Occident dont s’inquiétaient déjà les hommes du Moyen Âge22.

  • 23 Pour une meilleure idée de l’intensité et de la variété des échanges entre l’Espagne et l’Orient, v (...)
  • 24 « Aux portes d’une Europe encore barbare et profondément rurale, les grandes villes musulmanes exci (...)
  • 25 Jean-Pierre Albert, Odeurs de sainteté. La mythologie chrétienne des aromates, Paris, Éditions de l (...)
  • 26 Julia Roumier, « Un regard éclairé ? Imaginaire et réalité des épices dans les récits de voyages de (...)

11L’intérêt pour les territoires étrangers motivant leurs descriptions textuelles était fortement lié aux échanges commerciaux23. Le monde musulman était essentiellement perçu comme réservoir de produits fabuleux fruits d’un artisanat raffiné24. La croissance économique européenne s’accompagna logiquement d’une augmentation du nombre des consommateurs de ces produits précieux venus d’Orient. La non réciprocité des échanges et l’importation massive de produits de luxe entraînaient la dépendance de l’Occident pour les biens d’ostentation et l’ensemble des produits distinguant les catégories aisées, comme les substances tinctoriales et leur mordant respectif, le sel d’alun, les épices, les pierres et tissus précieux, les tapis, les parfums25, des oiseaux exotiques de compagnie et des rapaces pour la fauconnerie26. Les représentations de l’Orient, imprégnées par cette avaritia, à la fois convoitise et désir de possession, justifient et objectivent cette catégorie géographique floue.

Objets et ambassades : les fastes de la cour

12Dans les récits de voyages et d’ambassades, l’intérêt descriptif pour les objets est focalisé en premier lieu sur les richesses. Au-delà de leur valeur intrinsèque, ces objets sont des symboles de prestige qui peuvent exprimer l’importance d’un souverain et le respect que lui montrent ses vassaux.

  • 27 José Ignacio Gracia Noriega, « Una misión diplómatica : la embajada de Enrique III al Gran Tamorlán (...)
  • 28 Tamerlan est une forme occidentalisée alors que Timour Beg ou Lang est une forme plus proche du nom (...)
  • 29 Les ambassadeurs castillans, Pelayo de Sotomayor et Fernando de Palazuelos, partis de Castille pend (...)
  • 30 « Muchos tajadores de plata con pies altos, en que venían confites e açúcar en panes e passas e alm (...)

13La Embajada a Tamorlán révèle la place consacrée aux objets par un narrateur diplomate, soucieux d’informer son roi et sa cour, mais aussi de valoriser la mission accomplie. Ce compte rendu de la mission réalisée entre 1403 et 1406 et envoyée par Henri III de Castille (1390-1406)27 à Tamerlan/Timour Lang28, décrit la multitude des présents apportés par les ambassadeurs de toutes origines venus rendre hommage à Tamerlan29. Le narrateur est en effet en compétition avec eux pour l’attention du puissant chef mongol. Celui-ci répartit fréquemment ces cadeaux entre les personnes d’importance qui l’entourent afin de les récompenser ou de leur montrer son intérêt, et les ambassadeurs castillans en font heureusement partie. Lors d’un dîner, on leur présente de nombreux plats en argent, couverts de fruits confits et de pains de sucre, de fruits secs, d’amandes et de pistaches. Puis des cadeaux sont distribués entre les différents invités et les ambassadeurs castillans reçoivent des soieries. Enfin la foule est arrosée d’une pluie de pièces d’argent, des clochettes d’or et de turquoises30. Le faste de la cour s’incarne dans des objets raffinés qui démontrent la capacité à s’entourer de plaisirs subtils et complexes (aussi bien des vaisselles d’argent que les confetti ou « confections », que nous nommerions sucreries) qui démontrent la validité du projet d’ambassade et l’importance du souverain mongol. Le narrateur semble fasciné et séduit par cette pluie de pièces d’or et de turquoises qu’il mentionne à plusieurs reprises dans le récit, conférant une dimension légendaire au souverain par une magnanimité extrêmement valorisée en Occident.

  • 31 « La costumbre desta tierra es esta: a cada aldea do llegavan agora oviesse de estar allí o no, lu (...)
  • 32 « fizo el dicho cavallero traer mucha carne cozida ante los dichos ambaxadores e mucho arroz e much (...)

14Le narrateur décrit avec emphase les repas offerts par Tamerlan, en dépit de la dimension souvent péjorative de l’état d’ébriété avancée des convives. De nombreux ambassadeurs venus d’Orient siégeaient à la cour et le faste des repas était destiné à les impressionner. Le pouvoir de Tamerlan s’exprime au long de l’itinéraire menant à Samarkand par l’accueil dont jouissent les ambassadeurs dans les villages qui lui sont soumis. Les chefs locaux, terrifiés à l’idée de déplaire à Tamerlan, couvrent les ambassadeurs de cadeaux coûteux et organisent des repas somptueux31. Une scène similaire se reproduit à l’arrivée des ambassadeurs chez chaque chef dépendant de Tamerlan : « ce seigneur fit apporter beaucoup de viande cuisinée devant les ambassadeurs et beaucoup de riz, de lait et de fromages grillés et des melons qui sont en ce pays très nombreux et excellents »32. L’emphase et les accumulations dans ces descriptions de banquets dénotent le plaisir pris par les ambassadeurs face à une telle abondance de mets après les privations encourues lors des étapes et permettent de signaler la force de l’autorité de Tamerlan sur cet immense empire.

  • 33 « Estava un árbol de oro, hecho a semejança de un roble, que avía el pie tan gruesso como podrá ser (...)

15Les auteurs des récits de voyages médiévaux sont fascinés par le luxe, les artefacts raffinés et en particulier l’automate, incarnation du raffinement oriental qui fait de l’homme un parangon du Créateur divin. Mais, lorsque l’automate magnifie la nature par l’emploi des plus précieuses matières, il sublime le réel et l’élève dépasse le maître. Ainsi, à la cour de Tamerlan, le narrateur décrit minutieusement un arbre en or couvert de fruits faits de pierres précieuses et d’oiseaux mécaniques. Cet automate proviendrait du trésor des califes de Bagdad que Tamerlan avait pillé peu auparavant. Là encore l’objet signale le pouvoir politique et les transferts de richesses liés aux guerres et pillages. Cette description révèle l’attention donnée aux matières précieuses mais aussi à la façon dont leurs couleurs et leurs éclats se combinent. L’intérêt n’est pas seulement numéraire mais aussi esthétique. Le narrateur, fasciné par le réalisme de l’automate, décrit minutieusement comment les oiseaux s’accrochent aux branches, ouvrent leurs ailes et picorent les fruits33.

  • 34 Popeanga Chelaru, Eugenia, Los viajes a Oriente de Odorico de Pordenone, Bucuresti, Cartea Universi (...)
  • 35 P. Priego, op. cit., p. 118.

16La description du palais du Grand Khan chez Odorico indique qu’il serait soutenu par vingt-quatre colonnes d’or et aurait les murs recouverts des peaux les plus luxueuses34. La description du palais est rapidement recentrée sur une merveille particulière, une pierre précieuse aux dimensions prodigieuses, du mendacus qui pourrait sans doute être du jade, enchâssée dans une structure d’or dont surgissent plusieurs serpents. Il s’agit d’un automate d’une richesse prodigieuse, une sorte de fontaine constituée de serpents d’or crachant l’eau dont s’abreuvent les membres de la cour. Cet objet, très proche de ce que décrit Guillaume de Rubrouck, réunit le luxe et le génie mécanique admirés chez les peuples orientaux. De plus, le narrateur de la Embajada indique avec admiration l’existence de paons en or mécaniques et, là encore, exprime la nécessité de ne pas se laisser berner par cet art de l’artifice et de ne pas le prendre pour de la magie : « Lo qual a los quelo non saben es cosa de maravillar, por quanto no saben sy esto sea por arte magica o por algunt artifiçio de baxo de la tierra escondido »35.

  • 36 La beauté au Moyen Âge est marquée par l’harmonie et l’équilibre et fonctionne le plus souvent comm (...)
  • 37 Huguette Taviani, « Les voyageurs et la Rome légendaire au Moyen Âge », Voyage, quête, pèlerinage d (...)

17L’Orient est l’espace de la richesse et d’une appréciation esthétique admirative en particulier pour les œuvres d’art et les monuments. Leur beauté est fondée sur la préciosité et la finesse36, minutieusement décrites dans les récits de Tafur et de La Embadaja. Cet intérêt n’est pas anodin. Comme l’indique Huguette Taviani dans un article consacré à Rome, cet effort pour individualiser l’objet esthétique est un des signes caractéristiques de l’humanisme37. Mais avant de pouvoir affirmer ou réaffirmer son identité par l’appropriation d’un objet venu d’ailleurs qui se fait de signe de distinction, il faut aussi au voyageur trouver le moyen de signaler son identité durant ses pérégrinations.

Ambassade : offrande des objets et objet statutaire

  • 38 Voir le très important volume collectif, Arjun Appadurai (dir.), The Social Life of Things. Commodi (...)

18Chercher, posséder, donner un objet engage un processus identitaire qui qualifie ou disqualifie le sujet par rapport à un groupe social38. Pour les ambassadeurs les objets dont ils sont pourvus sont non seulement les outils nécessaires à l’accomplissement de leur mission mais aussi définitoires de leur propre identité. Comment prouver leur noblesse sans ces attributs ? Comment rendre hommage au grand Khan sans les présents que lui destine le souverain de Castille ?

  • 39 De Trébizonde à Arzinga : « E los dichos embaxadores, viendo su voluntad, tomaron un pedaco de esca (...)
  • 40 « E los dichos embaxadores diéronle su presente de ropas de paño, de lana e de seda, e una espada (...)
  • 41 « E cuando este trotero se partió de ellos, diéronle una ropa de camocán e otrosí dieron una ro (...)

19Au cours de leur périple à travers l’Europe centrale, les ambassadeurs se séparent contre leur gré d’une partie des présents destinés à Tamerlan, en particulier des textiles, comme l’écarlate (lainage teint de quermes) ou le camelot tissé de poils de chameaux. Confrontés aux menaces et obligés de céder, tout dans la narration vise à les dédouaner de cet acte nécessaire face à des seigneurs locaux prélevant un tribut pour eux-mêmes, comme le seigneur Cavasica. À ce dernier, ils doivent sacrifier une toile d’écarlate et une tasse en argent mais il leur réclame plus encore et ils doivent donc acheter une toile de camelot pour la lui offrir)39. Ailleurs, bien des seigneurs réclament l’offrande nécessaire pour être reçu comme un hôte pacifique, comme dans le cas du chef Omar Mirasse auquel les ambassadeurs doivent donner « des habits de drap, de laine et de soie ainsi qu’une épée richement ouvragée qu’il apprécia beaucoup […car] il avait pour habitude de ne pas recevoir ceux qui ne lui offraient pas de présent »40. Ce sont parfois des dons nécessaires aux émissaires envoyés par Tamerlan lui-même, mais chacune de ces offrandes diminue le stock de ce qui peut être remis en mains propres à leur arrivée à la cour et constitue la représentation matérielle de leur légitimité comme ambassadeur. Lorsque le cavalier envoyé par Tamerlan à leur rencontre prend congé, « ils lui remirent un tissu de brocard de soie et ils donnèrent aussi un habit au cavalier que le seigneur leur avait envoyé en premier […] car c’est leur coutume que tout homme envoyé de la part de leur seigneur soit accueilli par un cadeau pour honorer le seigneur et respecter leur coutume qui est de recevoir des présents, et c’est selon la quantité de ce que donne chacun en l’honneur du seigneur qu’est calculée sa grandeur et de cela ils se flattent beaucoup »41.

  • 42 « Vinieron a ellos dos cavalleros que les dixeron que aquellas cosas e presente que al señor traí (...)
  • 43 « E desque las cosas fueron levadas, tomaron a los embaxadores por los braços e lleváronlos. E la (...)
  • 44 « Fizo traer el presente ante sí que el señor rey le embiara e recibiolo y tomolo, e ovo con él (...)

20Les objets précieux jouent ainsi un rôle fondamental dans la mission diplomatique, remplissant des fonctions de crédibilisation, d’intercession et de transmission. Le moment de la remise officielle est détaillé comme une chorégraphie solennelle où le geste confère le sens à l’objet. Il faut en effet aux ambassadeurs castillans adapter leur gestuelle pour se plier aux usages étrangers et éviter de froisser leur hôte. Ils regrettent ainsi de devoir remettre les présents à des émissaires servant d’intermédiaires et de messagers : « ils durent les remettre à ces deux cavaliers. Les ambassadeurs remirent ces choses dans les bras des hommes pour qu’ils les apportent jusqu’au seigneur de façon ordonnée »42. La remise est qualifiée avant tout d’« ordonnée », donnant ainsi à comprendre la hiérarchie complexe qui règne à la cour de Tamerlan dont les codes et significations restent d’abord opaques aux Castillans. Ces derniers sont eux-mêmes traités comme des objets, des pantins, toujours compléments d’objet des verbes d’action, manipulés et déplacés par les hommes de main de Tamerlan, jusqu’au seuil majestueux qui marque la présence sacrée du pouvoir temporel et leur offre l’accès à la scène théâtralisée de la remise des présents : « dès que les objets furent emportés, ils prirent les ambassadeurs par le bras et les emportèrent comme des objets. Et l’entrée de la porte de ce jardin était très grande et très haute, bellement ouvragée d’or et de bleu et d’azulejos et il y avait là beaucoup de portiers qui la gardaient et tenaient des masses à la main de sorte que nul n’osait s’approcher de cette porte »43. Alors Tamerlan reçoit ces objets qui constituent le lien avec Henri III créé par l’ambassade et la joie qu’il montre est un gage de réussite pour les ambassadeurs (« il fit apporter le présent, le reçut et le prit et en montra une grande joie »). Ils détaillent avec satisfaction comment Tamerlan choisit de partager ces étoffes entre ses épouses en particulier la favorite, Caño, (« il partagea les écarlates entre ses épouses, en particulier avec la favorite qu’ils appellent Caño qu’il avait dans ce jardin à ses côtés »), alors qu’il rejette au contraire les présents du sultan : « on les rendit à ses hommes pour qu’ils les gardent et ceux-ci les gardèrent pendant trois jours jusqu’à ce que leur seigneur leur demandât de les rendre »44.

Présents et plaisirs matériels

  • 45 « El emperador era de buen cuerpo e persona bien parecientes. E estavan vestidos el emperador e su (...)

21Le narrateur de La Embajada fait preuve au fil de son récit d’une focalisation sur les informations d’intérêt politique ou stratégique qui correspond à son rôle et au destinataire royal. Cependant la description des costumes et des objets de luxe prend une place prépondérante et le texte se démarque nettement par une attention portée à la beauté des choses. Cette appréciation esthétique et le plaisir qu’elle procure sont rendus évidents par l’abondance de l’adjectif « fermoso », utilisée cent fois dans le texte (à titre de comparaison, il n’est utilisé que trente-trois fois dans le récit de Tafur). Une telle acuité de la préoccupation pour la beauté matérielle et une telle abondance de jugements esthétiques sont notables. Cette appréciation des atours est remarquable dans la description de l’empereur que les ambassadeurs rencontrent à Trébizonde, avec en particulier l’attention accordée aux chapeaux sur sa tête et sur celle de son fils : « de hauts chapeaux avec des tiges d’or qui montaient et en haut de petits échafaudages de plumes de grues et sur les chapeaux des pèlerines de fourrure de martre »45.

  • 46 « El señor tenía vestidos unos paños de sutimi açul con unas bordaduras de oro e en la cabeça un so (...)

22Loin d’un portrait politique, on voit se décomposer la figure du souverain en un empilement d’objets décoratifs, véritable caléidoscope de couleurs et matières, agrégat rendu disjoint par l’obsession délirante du détail. Face à un système culturel totalement inconnu, ignorant l’esthétique et les codes de l’ostentation en vigueur, le narrateur se raccroche aux objets dans leur matérialité pour cerner le personnage et son statut. Le portrait de Tamerlan lui-même débute par une description minutieuse de sa coiffure dont les détails luxueux soulignent la richesse (« il portait du satin bleu avec des bordures d’or et, sur sa tête, une haute coiffe avec des perles et des pierres, surmontée d’un château en or avec un rubis. Du château descendaient deux nattes de cheveux rouges tressés jusqu’à ses épaules et ses tresses sont la devise de Tamerlan »46. On voit ici l’importance accordée à la couleur avec ce fort contraste entre les couleurs rouge et bleue.

  • 47 « Estas puertas dezian que el tamurbec fallara e Bursa cuando robó el tesoro del turco », Ibid., p. (...)

23Ces descriptions, si elles semblent s’éloigner des préoccupations stratégiques attendues, servent cependant la visée informative première. Les modalités de la pompe et de l’étiquette en usage auprès du souverain mongol, les richesses dont il aime s’entourer font partie des contenus que devaient rapporter les ambassadeurs. L’admiration des ambassadeurs pour les richesses découvertes à la cour de Tamerlan est cependant tempérée par la provenance de ces trésors. Le narrateur souligne en effet qu’il s’agit du fruit de pillages comme cette grande icône de bois représentant saint Pierre et saint Paul, les Évangiles à la main, icône enlevée par Tamerlan au grand Turc qui l’avait lui-même volée aux byzantins47.

24Les objets décrits avec le plus de soin sont aussi ceux qui procurent au narrateur du plaisir. Il ne se lasse pas d’énumérer les présents reçus, des vêtements précieux, et même une monture richement équipée. C’est en particulier le cas de Ruy González, qui reçoit les plus beaux cadeaux, ce qui laisse supposer qu’il dirigeait l’ambassade :

  • 48 « fizo vestir al dicho Ruy Gonçález una ropa de camocán e diole un sombrero, e díxole que aquello t (...)

Il fit revêtir à Ruy González un habit de brocard et lui donna un chapeau ; il lui dit de les recevoir en gage de l’amour de Tamerlan pour leur seigneur le roi […] aux autres ambassadeurs il fit donner pour leur voyage des chevaux, de ceux du seigneur et, quand ils voulurent partir, il leur donna à tous deux des habits de brocard et à Ruy González un beau cheval qui va à l’amble, ce qu’ils estiment beaucoup là-bas, garni d’une selle et d’une bride très belles selon leur usage, et aussi une chemise et un chapeau. Dans cette maison, ils offrirent aussi aux ambassadeurs un cheval.48

25Ces présents sont le signe du respect exprimé envers le souverain castillan et démontrent aussi la vérité du voyage effectué.

L’objet : preuve d’authenticité. Valeur de démonstration dans l’artefact textuel

26La force de conviction du récit s’appuie sur l’énumération des preuves matérielles du voyage. Tafur fait ainsi expressément mention des objets qu’il acquiert et indique aussi les cadeaux qui lui sont faits. Il précise alors avec soin si ces objets sont toujours en sa possession ce qui crée un continuum entre le moment du voyage et celui de l’écriture, unissant l’identité du voyageur et de l’auteur. Cet objet rapporté des lointains en raison de sa rareté dans l’espace de l’ici n’est plus une realia mais devient merveille. Il doit en effet incarner l’étrangeté de l’ailleurs, correspondre à l’horizon d’attente exotique déjà en place en cette fin de Moyen Âge. Ainsi le Caire est systématiquement lié au Nil et aux crocodiles dont les peaux tannées voyageaient bien et celles-ci matérialisaient cette identité et cet espace, représentant un danger et un fantasme. Si ce cadeau est luxueux, Pero Tafur souligne pourtant que la peau malodorante qu’il est chargé d’offrir au roi de Chypre de la part du sultan ne lui semble pas le cadeau le plus désirable en comparaison avec les filles du gouverneur :

  • 49 « (el truxamán del soldán) embióle rogar que, si ténia algún cuer de cocatriz, que embiase al rey d (...)

Il lui fit demander, s’il avait une peau de crocodile, de l’envoyer au roi de Chypre qui le lui avait demandé. Il arriva qu’on avait tué un crocodile très récemment qui sentait très mauvais, tant qu’il aurait mieux valu rapporter une fille du gouverneur, qui en avait une bien jolie, plutôt que cette peau.49

  • 50 « la ropa que me dio el Soldán la cual era de acetimí verde e colorado, labrada de oro e forrada la (...)
  • 51 Cf. Julia Roumier, « Un mundo de colores: fuerza y significado del cromatismo en los relatos de via (...)

27Le cadeau chez Pero Tafur symbolise sa propre valeur et son statut social ; il décrit ainsi un vêtement luxueux que lui aurait offert le Sultan : « le vêtement que m’a donné le Sultan était de satin vert et rouge, brodé d’or et fourré d’hermine »50. On ne peut qu’être frappé par la description détaillée de ce vêtement aux couleurs vives, bordé de fourrure d’hermine et fait d’un tissu précieux, « acetimí » de l’arabe « zaituni », satin. La couleur aussi en détermine la rareté, étant un colorant difficile à obtenir dans une teinte soutenue ; c’est d’ailleurs l’unique occurrence de la couleur verte dans le récit51.

  • 52 « Él me dio cinco o seis de ellas,las cuales creo que oy las tengo (p. 105) ; diéronme algunas cosa (...)
  • 53 Ibid., p. 113.
  • 54 L’empereur de Trébizonde lui aurait offert un arc et des flèches qu’il possède encore au moment de (...)

28Ces objets constituent les preuves matérielles de la réalité de son voyage et le fait qu’il les possède encore au moment de la rédaction crée un lien, une continuité entre le voyageur et l’auteur. Parmi les cadeaux reçus, le grand interprète du sultan offre à Tafur deux perroquets, des parfums et une turquoise, qu’il affirme avoir toujours en sa possession lors de la rédaction et le narrateur pense encore posséder les boules de terre protectrice offertes par Niccoló Conti, à la fois talisman et médicament (« il m’en donna cinq ou six que je crois encore avoir » ; « on m’a donné quelques objets que j’ai rapportés : deux chats des Indes, deux perroquets, des parfums et d’autres choses, une turquoise que j’ai encore et des victuailles pour le trajet »52). Le roi de Chypre, qui ne laisse repartir Tafur qu’à grand regret, l’honore une dernière fois en lui remettant sa devise et de multiples présents : « allí me dio su devisa que oy tengo, e me dio diez piezas de chamelote e lienços delgados e un león pardo e tantas vituallas para ir fasta Rodas que bastaran para un año »53. Bien d’autres exemples de présents de courtoisie émaillent le texte, donnant l’impression que le narrateur aurait rapporté de chaque territoire un objet en matérialisant le souvenir, véritable collection de curiosités mêlant le précieux, l’ancien, la superstition ou le règne animal. L’objet de luxe marque le statut social, la noblesse du voyageur, l’importance que lui accorde le donateur ; parfois il s’agit d’une arme qui renforce la dimension chevaleresque de son identité, véritable objet de ce texte54.

  • 55 « leváronnos (…) asaz descortesmente pero a mí por ser Caballero ninguno llegó fasta que truxeron u (...)

29Les objets servent la continuelle ostentation par Tafur de sa condition de chevalier. Les exemples de mise en scène de sa condition chevaleresque sont nombreux : au Saint Sépulcre, il arme chevaliers deux Allemands et un Français ; à la sortie de la ville de Mayence, deux cents ( !) hommes en armes l’attaquent. Tafur fait de lui-même un portrait héroïque et élogieux, insiste sur ses excellentes relations avec les hommes les plus puissants d’Europe mais aussi du Proche-Orient. Tous ces éléments font du récit un panégyrique, une affirmation de noblesse. Son attachement à son arme témoigne de sa mentalité chevaleresque. Quittant Bâle pour Mayence il est attaqué et séquestré peu courtoisement ; pire on le prive des objets attributs essentiels de sa noblesse : « ils nous emportèrent de façon très discourtoise mais personne ne s’en prit à moi, étant noble, jusqu’à ce qu’ils fassent venir un noble qui m’enleva mon épée et mes éperons »55.

  • 56 « No se falló mi espada que me avían tomado e truxéronme una del duque e no la quise e aun dixe que (...)
  • 57 « El postrer lugar que salimos de su tierra, vino a mí un escudero del duque Estéfano rogándome de (...)

30N’acceptant pas l’épée qui lui est donnée en échange par le duc qui souhaite effacer l’incident, Tafur le menace de façon grandiloquente de se venger de l’injure qui lui a été faite par ce vol (« on ne retrouva pas l’épée qu’on m’avait prise ; on m’en apporta une du duc : je ne voulus point la prendre et je dis même que jamais je ne prendrais une autre épée que la mienne ou je me vengerais sur leur peuple de cette injure qu’on m’avait faite sous sa protection »56) et obtient finalement gain de cause. Le duc ayant remué ciel et terre pour la récupérer, ce qui serait la preuve de son respect, Pero récupère l’épée et les éperons : » alors que nous quittions ses terres, un écuyer du duc vint à moi de sa part me demandant de renoncer à ma colère contre lui pour ce qui m’avait été fait et ils m’apportèrent mon épée en précisant que pour l’avoir le duc avait fait plus que pour s’emparer d’une ville »57.

  • 58 « E yo volvime con los otros castellanos a la cibdad e fallé que las cosas que traía en la nao, así (...)
  • 59 « Aquellos mercaderes mis amigos », ibid., p. 29.
  • 60 « La mejor e más rica e magnífica cosa de ver en Babilonia es el alcaicería, de tantas cosas como a (...)
  • 61 « Pero la mercaduría lo más se perdió e aun yo allí perdí muchas cosas que traía de Levante ». Ibid (...)
  • 62 « J’achetais là trois esclaves, deux femelles et un mâle, que j’ai encore aujourd’hui à Cordoue ain (...)

31Toutefois, en dépit de son souhait de démontrer sa noblesse, l’identité de Tafur reste trouble, entachée par l’amour des objets et la pratique du commerce qui semble l’éloigner de la noblesse idéale et d’origine impériale qu’il revendique. En plus des présents, il rapporte des objets, issus d’acquisitions effectuées lors de ses voyages58. Tafur révèle par son récit être très proche des commerçants, partager bon nombre de leurs préoccupations et les désigne explicitement comme ses amis59. Du Caire, le plus intéressant est pour lui le marché où se font les affaires et qu’il décrit avec une emphase fascinée60 : le générique de « cosa » revient alors à plusieurs reprises pour désigner les richesses offertes aux commerçants (voir également les notes 53 et 55). Lors du naufrage de son navire, il mentionne la perte de certains de ces biens rapportés du Levant et laisse supposer sa participation à ces échanges commerciaux61. Il affirme ainsi avoir acheté des esclaves au marché aux esclaves de Kaffa en Crimée et les avoir ramenés en Espagne, chez lui, où ils seraient encore au moment de la rédaction62. Ici les humains mis en esclavage sont bien considérés comme des biens, au même titre que les têtes d’un troupeau. Tafur s’enorgueillit même d’en avoir obtenu une descendance, ce qui exprime implicitement dans le texte le temps écoulé entre le voyage et sa rédaction.

32Cette proximité avec le milieu commerçant transparaît dans son admiration pour le voyage des objets : à Bruges, Tafur s’émerveille de la concentration des richesses venues de toutes parts grâce à un trafic mondialisé. Il énumère les produits et leur lieu d’origine, l’anaphore de l’adverbe de lieu révélant que l’objet apporte l’ailleurs « ici » :

  • 63 « Allí vi las naranjas e las limas de Castilla, que parece que entonces las cogen del árbol. Allí l (...)

Là j’ai vu les oranges et les citrons de Castille, comme s’ils venaient d’être cueillis sur l’arbre ; là, les fruits et les vins de Grèce aussi abondants que là-bas ; là j’ai vu les sucreries et les épices d’Alexandrie et de tout le Levant comme si j’y étais. Là, j’ai vu les peausseries de la mer Noire comme si c’était leur lieu d’origine ; là j’ai vu toute l’Italie avec ses brocards et ses soies et ses armures et toutes les choses qu’on y fabrique. Il n’y a ainsi pas de partie du monde dont les meilleurs biens ne se trouvent à cet endroit réunis.63

33La construction énumérative transcrit la magie de ce lieu où l’activité humaine réussit le prodige de nier les distances et les différences de climat. Tout est étonnamment proche pour celui qui pourrait payer le coût de tous ces voyages et consommer les produits d’un monde où la distance s’abolit. Tafur, qui a parcouru les différents lieux cités et vu sur place les produits qui leur sont propres, trouve en cette ville la possibilité d’un voyage immobile permettant de jouir des meilleures richesses de tous les pays connus, sans avoir à affronter les rigueurs du voyage et les dangers s’opposant à l’acquisition des richesses étrangères. Mais alors l’objet exotique ne serait plus une preuve suffisante du voyage puisque le commerce l’apporte jusqu’aux consommateurs occidentaux.

34Tafur établit également la liste des objets que Niccoló Conti (1395-1469) rapporte d’Inde, preuves matérielles de son lointain séjour :

  • 64 « Dizíe que, aunque lo avíen robado, que muchas cosas traíe e muy ricas, así como perlas e pied (...)

Il dit aussi que, bien qu’on l’ait volé, il rapportait des biens en grand nombre, ainsi que des perles et des pierres précieuses. Ce dont il faisait le plus de cas, c’était des médicaments très salutaires, à tel point qu’ils avaient une valeur inestimable selon lui. Il me montra un rubis ballax de grand prix et un chapeau d’osier, aussi fin que le plus mince des fils de soie. Il me demanda, si Dieu le menait sain et sauf en terre chrétienne, où il me semblait que ces choses qui lui appartenaient pourraient être vendues au meilleur prix.64

  • 65 Après une conversion forcée en mer Rouge, le pape Clément IV donne comme pénitence à Niccoló de nar (...)
  • 66 Ibid., p. 277, 280.
  • 67 Ibid., p. 111.

35Commerçant de famille noble et originaire de Chioggia, il quitte Damas en 1414 pour un long séjour de vingt-cinq ans en Extrême Orient65. Ayant rencontré Tafur au mont Sinaï, ils seraient rentrés ensemble au Caire. Selon Tafur, Niccoló lui aurait demandé d’apporter pour lui des lettres à Venise, autre trace matérielle de la circulation des objets rendue possible par la circulation des voyageurs66. Niccoló, dans sa représentation par Tafur, se fait lui-même vecteur des pratiques superstitieuses indiennes. Il rapporte en effet de la sépulture de saint Thomas des boules de terre aux supposées vertus curatives et en donne à Tafur67.

36Il est précieux de comparer les deux témoignages : dans le texte de Niccoló, aucune trace des objets mentionnés par Tafur. Pourtant le récit retranscrit par Poggio Bracciolini, secrétaire du pape, mentionne un objet spécifique que ne cite pas Tafur en dépit de l’importance que lui donnait la population locale et de sa nécessité pour le voyageur sur place. La description méticuleuse des implants péniens explique leur aspect, leur vente, leur pose et leur usage :

  • 68 Après avoir remonté le Gange, dans la ville de Ava (résidence royale jusqu’au XVIIe siècle). Poggio (...)

Le voyageur affirme que cette ville est la seule où l’on trouve un très grand nombre de boutiques pour un usage bouffon et licencieux – j’en fais mention pour plaisanter. Dans ces boutiques sont vendus, uniquement par des femmes, des objets que nous nommons sonnailles – nommées ainsi je présume par le son qu’elles produisent – qui sont en or, en argent ou en bronze et ont la forme de petites noisettes. Avant de prendre femme, l’homme se rend dans ces boutiques – car sinon, il n’est pas admis à se marier. Après avoir un peu incisé puis soulevé la peau de son membre viril, on introduit entre la peau et la chair jusqu'à douze de ces sonnailles et même davantage au gré du client en divers endroits et tout autour. Une fois que la peau a été recousue, il guérit en quelques jours.68

  • 69 Joaquín Rubio Tovar, Viajes medievales, Tratado de Poggio florentino, 2006, p. 127.
  • 70 « Les hommes agissent ainsi pour satisfaire le désir de leurs épouses : en effet, grâce à ces nodos (...)

37L’anecdote, bien lascive pourtant pour l’esprit de la Contre-Réforme, est préservée dans la traduction castillane qui accompagne l’édition de Marco Polo (Séville, 1503), traduite par Rodrigo Fernández de Santaella69. L’anecdote savoureuse contenait une vertu didactique, un conseil au voyageur, qui pouvait en justifier la présence70 et son inclusion démontre la continuité entre Moyen Âge et modernité dans le rapport fasciné aux objets du voyage, en dépit d’une sévérité accrue envers les propos licencieux.

Conclusion

  • 71 « Les objets conjuguent une fonction pratique d’usage et une fonction symbolique et / ou esthétique (...)
  • 72 Luis Alburquerque-García, « El empirismo avant la lettre en Il Milione de Marco Polo », dans Rafael (...)
  • 73 Luis Alburquerque-García propose ici comme hypothèse que cette ouverture aux cinq sens serait permi (...)

38Les objets rapportés du voyage, prélevés du lieu exotique, constituent des opérateurs privilégiés d’interaction du sujet avec le monde et autrui. Acheté, offert, volé, l’objet fonctionne comme souvenir, comme preuve, comme lien entre les hommes, comme trace de l’action physique et fragment du paysage. Pour reprendre les termes de Fabienne Pomel : « entre fonction transactionnelle et plasticité sémiotique [l’objet est] un carrefour herméneutique »71. Les objets incarnent la description de la présence physique du voyageur au monde étranger, de sa corporéité, de ses sensations, ce qui doit être lié à ce que Luis Alburquerque-García nomme avec justesse la « synestopie »72, néologisme qui souligne l’importance du lien entre les sens, les objets et le lieu dans la définition même du récit de voyage. Dans son analyse du récit de Marco Polo, ce dernier montre bien que les descriptions se contentent de faire allusion à la vue et parfois à l’ouïe, en dépit du grand nombre d’objets décrits. Les textes ici présentés, au contraire, s’ouvrent à la description des objets par les autres sens (tact, goût, odorat), signe d’une plus grande maturité de l’approche73.

39Les objets de l’ailleurs sont ainsi les reliques individuelles de l’expérience du voyage, des talismans qui réactualisent le souvenir et la validité de la connaissance de l’étranger. L’exemple de Diego de Mérida constitue le cas rare d’un récit de pèlerinage accompagné de l’envoi d’objets, façon de dire adieu à la communauté à laquelle il décide de ne jamais revenir et de lui faire partager l’expérience vécue. Pour La Embajada a Tamorlán, les objets sont emportés, volés, offerts, et reçus en retour, témoignant du lien diplomatique établi avec Tamerlan, dans l’espoir que la mission accomplie sera récompensée par le souverain castillan, sans doute par l’octroi de quelques privilèges matériels. Au vu du piètre succès de l’entreprise, lié au décès immédiat de Tamerlan, le récit témoigne en fin de compte du plaisir que les ambassadeurs ont pris à leur voyage, que ce soit gustatif ou purement esthétique, donnant ainsi en partage cette expérience à leur lecteur, faute d’une alliance politique stable. Le récit de Tafur démontre les fluctuations d’une identité complexe, facettée, entre l’affirmation de noblesse et la réalité des actions commerçantes. Pour lui les objets sont ceux d’un confort matériel mais surtout d’une appartenance sociale, démontrant concrètement le rang qu’il souhaite se voir occuper.

40La diversité des objets ici recensés paraît toutefois parcourue d’une même fascination désirante, visible sous de multiples visages : lyrisme de l’attrait esthétique, ferveur de la dévotion, sensualité ou gourmandise, nerf du commerce et, finalement, effet recherché par le texte pour mieux séduire le lecteur. On voit dans ces textes des hommes parcourir le monde pour s’en approprier les objets, alors que d’autres paient pour que des objets venus d’ailleurs leur donnent l’illusion du voyage, mais au final c’est le texte lui-même qui prend son indépendance de la matérialité de l’objet pour en transmettre la fascination par la description écrite.

Haut de page

Notes

1 Je citerai à titre d’exemple le colloque : « la culture matérielle : un objet en question », centre Michel de Boüard - CRAHAM (Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales), Caen, 2015 ainsi que le n°40 des Mélanges de la Casa de Velázquez2010 : L'objet de main en main. El objeto de mano en mano, Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge. Laurent Feller et Ana Rodriguez, Paris, Sorbonne, 2013.

2 Pour une définition de chose/res et objet, voir l’introduction au chapitre d’Eliana Magnari et Daniel Russo, « Exégèse textuelle, exégèse visuelle. Autour du processus de la chose, res, dans le haut Moyen Âge », dans Laurent Feller et Ana Rodriguez (dir.), Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge, Paris, Sorbonne, 2013, p. 25-42.

3 Cf. Charles Delattre (dir.), Objets sacrés, objets magiques de l’Antiquité au Moyen Âge, Paris, Picard, 2007, Préface, p. 7-9.

4 Bernard Ribémont, « Les realia : un concept à définir. L’exemple de l’espinette amoureuse de Froissard », dans Danielle Buschinger et Wolfgang Spiewok (dir.), Les “realia” dans la littérature de fiction au Moyen Âge. Actes du colloque du Centre d'études médiévales de l'Université de Picardie-Jules Verne, Chantilly, 1er-4 avril 1993, Greifswald, Reineke, 1993, p. 153-167, ici p. 153.

5 L’espace étant le premier objet de ces récits. Voir Marie Redon, « Du récit de voyage à l’objectivisation : terres et termes de géographe », Transversalité. La Terre, l’Autre, l’Infini, n°122, 2012/2, p. 83-96.

6 Pour une étude du trésor comme ce qui, essentiellement, n’est pas le produit d’une culture matérielle locale, voir Chris Wickam, « Introduzione. Tesori nascoti e tesori esposti », dans Sauro Gelichi et Cristina La Rocca (dir.), Tesori. Forme di accumulazione della ricchezza nell'alto Medioevo, sec. V-XI. Altomedioevo (3), Rome, Viella, 2004, p. 9-18.

7 Blasco Vallés, Almudena, « la historia de los objetos y la historia medieval », Medievalia, n°15, 2012, p. 89-91 : « Sentirse copartícipe de esos objetos resultaba consolador en unos tiempos de cambios acelerados. Si un personaje se identificaba en una imagen por medio de los objetos que llevaba consigo, eso significaba que pertenecía a algo mayor, más estable y más duradero que él mismo: a una sociedad que mostraba señales de construir un futuro sobre una elaboración estética ».

8 « En Egipto en las montañas altas, avía un buen hombre ermitaño á gran tiempo en un monasterio, el cual contava que en el desierto de Egipto avía un hombre con cuernos grandes y tajantes en la frente […] Y aún oy en día está la muestra de los cuernos en Alixandría por una gran maravilla ». Joaquín Rubio Tovar, Viajes medievales, Madrid, Fundación J. A. de Castro, 2005, p. 181.

9 « On voit encore aujourd’hui, trois traces de pas sur les marches », « Aún oy en día parescen las pisadas en tres lugares en las gradas ». Ibid., p. 203. Les traductions sont réalisées par l’auteur de cet article, celles du récit de Pero Tafur, en collaboration avec Florence Serrano.

10 « tarayes de lo qual os enbío unos pocos de ramos et sobre mi conciencia juro que son de la orilla del Jordán et con mi propia mano et cochillo los cogí », Diego de Mérida, Viaje a Tierra Santa, éd. A. Rodríguez-Moñino, « El viaje a Oriente », dans Analecta Sacra Tarraconensia, n°18, 1945, p. 142.

11 Sur les réflexions actuelles sur le don et les alternatives à la théorie maussienne, voir Eliana Magnanin (dir.), Don et sciences sociales. Théories et pratiques croisées, Dijon, EUD, 2007 ; Alain Testard, Critique du don : études sur la circulation non marchande, Paris, Syllepse, 2007.

12 « de aquellas piedras de mosayco os enbío, las quales con mis propias manos arranqué sobre mi conciencia et semejante hazen los otros peregrinos », D. de Mérida, Viaje, op. cit., p. 143.

13 Pour l’idée du statut acquis par l’objet grâce au rituel, voir Laurent Feller et Ana Rodríguez, Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge, Paris, Sorbonne, 2013, p. 19 (« La question du réemploi »).

14 « tous les pèlerins prennent des pierres comme ceci : j’en ai pris moi même et vous en envoie », D. de Mérida, Viaje, op. cit., p. 144.

15 « Entre l’image et la matière. La choséité du sacré en Occident » dans Les images dans les sociétés médiévales : pour une histoire comparée, Bulletin de l’institut historique belge de Rome, n°69, 1999, p. 77-111, ici p. 95.

16 « En aquel desierto se hallan piedras que se dizen del águila, las quales llaman acá de san Mario [Macario] allá os enbío una sana et otra quebrada, que no pude aver más de tres. Son como almendras en la hechura et negras et vacuas de dentro llenas de arena sotil et sonándolas cerca de las orejas oyreis como suena », D. de Mérida, Viaje, op. cit., p. 178.

17 « Las virtudes que tienen dizen que son muchas, empero de dos supe: la una es que a las mugeres que están de parto et no pueden parir, poniéndosela sobre el muslo syn que esté enbuelta en algo, haze parir por que atrahe como piedra ymán. La otra es que aprouecha para restañar la sangre que sale de las narizes. En mucha estima están acá estas piedras », idem.

18 « Hallado se a moneda de plata et de la una parte una figura de un Rey cuyas letras dezían: Rex Minus, et de la otra parte, figurado, el labirinto, et yo hablé con quien vido esta moneda et me lo juró », ibid., p. 186.

19 « Si tuviese mensajero cierto no era mucho enviaros un arca della. Mas Dios me es testigo, que esto que agora enbío lo enbío como a perdido », ibid., p. 181.

20 « Verdad es que el mercader de Cáliz que lo lleva es syngular hombre et muy honrrado et llámase Marco Salvadó (otros le llaman Salvador), él me prometió enbiarlo a Seuilla […] ¡ plega a Dios que asy sea! », idem.

21 Pour cette question des épices et une histoire de l’alimentation dans les récits de voyages depuis une perspective culturelle voir : Pablo Castro Hernández, « Comidas, especias y prácticas alimentarias en los viajes médiévales a Oriente (ss. XIII-XV) », dans Rafael Beltrán LLavador (dir.), Viajeros en China y libros de viajes a Oriente (siglos xiv-xvii), Parnaseo, València, Universitat de València, p. 175-201.

22 Eduardo Aznar Vallejo, Viajes y descubrimientos en la Edad Media, Síntesis, Madrid, 1994, p. 111, p. 115-120.

23 Pour une meilleure idée de l’intensité et de la variété des échanges entre l’Espagne et l’Orient, voir Damien Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient au Moyen Âge. Un siècle de relations avec l’Égypte et la Syrie-palestine (ca 1330-1430), Madrid-Barcelona, Casa de Velázquez, Institut Europeu de la Mediterrània, 2004. La Castille était toutefois également activement intégrée aux réseaux commerciaux européens. Voir Hilario Casado Alonso (dir.), Castilla y Europa. Comercio y mercaderes en los siglos XIV, XV y XVI, Burgos, Diputación provincial de Burgos, 1995.

24 « Aux portes d’une Europe encore barbare et profondément rurale, les grandes villes musulmanes excitaient l’imagination », Philippe Sénac, L'image de l'Autre. Histoire de l'Occident médiéval face à l'Islam, Paris, Flammarion, 1983, p. 45-48.

25 Jean-Pierre Albert, Odeurs de sainteté. La mythologie chrétienne des aromates, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990.

26 Julia Roumier, « Un regard éclairé ? Imaginaire et réalité des épices dans les récits de voyages de l'Espagne médiévale », Inter-Lignes, Aromates, Épices et Imaginaire, n° 17, Automne 2016, p. 29-52.

27 José Ignacio Gracia Noriega, « Una misión diplómatica : la embajada de Enrique III al Gran Tamorlán », dans Torre de los Lujanes : Boletín de la Real Sociedad Económica Matritense de Amigos del País, n°53, 2004, p. 45-55.

28 Tamerlan est une forme occidentalisée alors que Timour Beg ou Lang est une forme plus proche du nom dans sa langue d’origine. Timur Lang « Le boiteux » (1336-janvier 1405) conquit une grande partie de l’Asie Centrale et de l’Ouest. Il fonda l’Empire des Timourides et la dynastie des Timourides qui survécut jusqu’en 1857. Son surnom, Timur, signifie « fer » en turco-mongol. Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink, Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, « Mongols ». Cf. Lucien Kehren, La route de Samarkand au temps de Tamerlan. Relation du voyage de l’ambassade de Castille à la cour de Timour Beg par Ruy Gonzalez De Clavijo (1403-1406), Paris, Imprimerie Nationale, 1990, et Tamerlan : l’empire du Seigneur de Fer, Neuchâtel, La Baconnière, 1978.

29 Les ambassadeurs castillans, Pelayo de Sotomayor et Fernando de Palazuelos, partis de Castille pendant l’été 1401, assistèrent à la bataille d’Ankara en juillet 1402 et furent reçus par le vainqueur, Tamerlan. Il venait d’obtenir une écrasante victoire sur Bayezid (connu en Occident sous le nom de Bajazet), et fut alors perçu comme une redoutable menace par toute la Chrétienté. Francisco López Estrada, « Fama literaria de Tarmolán en España durante el siglo XV », dans Leonardo Funes et José Luis Moure (dir.), Studia in Honorem Germán Orduña, Alcalá de Henares, Universidad de Alcalá de Henares, Servicio de Publicaciones, 2001, p. 369-374.

30 « Muchos tajadores de plata con pies altos, en que venían confites e açúcar en panes e passas e almendras e alfostigos, […] E este presente repartió el señor con los cavalleros que ante él estavan, e a los dichos embaxadores mandó dar dos tajadores de los en que venían dichos paños de seda. E cuando se quisieron levantar, lançaron por encima de la gente dineros de plata, entre ellas unas chapelinas de oro delgadas e en medio de ellas unas turquessas », Pérez Priego et Miguel Ángel, Viajes medievales, vol. II, Madrid, Fundación J. A. de Castro, 2006, p. 152.

31 « La costumbre desta tierra es esta: a cada aldea do llegavan agora oviesse de estar allí o no, luego de cada casa sacavan tapetes en que se assentavan e luego en ese punto les ponían delante un cuero por manteles, que era como de gua- damacir redondo, que llaman cofra, e allí tienen el pan. Les fizo el señor de aquella ciudad embiar mucha vianda cozida e adobada e mucha fruta e pan e vino », ibid., p. 77. Le jour suivant le repas offert aux ambassadeurs est plus fastueux encore : « Otrosí troxeron fasta cien escudillas de fierro […] e desí pusieron cosas de carne en aquellos taxadores e en las escodillas carnero adobado e albóndigas e arroz e otros manjares […] », ibid., p. 78.

32 « fizo el dicho cavallero traer mucha carne cozida ante los dichos ambaxadores e mucho arroz e mucha leche y natas azedas e muchos melones que ha en esta tierra muchos y buenos », ibid., p. 119.

33 « Estava un árbol de oro, hecho a semejança de un roble, que avía el pie tan gruesso como podrá ser la pierna de un home […]. E la fruta que este dicho árbol tenia eran muchos balaxes, esmeraldas e turquesas, e rubíes e zafíes e aljófar muy gruesso a maravilla, claros e redondos escogidos e guarnidos en muchas partes del árbol. Avía muchos paxarillos de oro esmaltados e hechos de muchos colores […] e fazian semejança que querían comer de aquella fruta del árbol e travavan con los picos de los balaxes e turquesas […] », ibid, p. 168.

34 Popeanga Chelaru, Eugenia, Los viajes a Oriente de Odorico de Pordenone, Bucuresti, Cartea Universitară, 2007, p. 116-118.

35 P. Priego, op. cit., p. 118.

36 La beauté au Moyen Âge est marquée par l’harmonie et l’équilibre et fonctionne le plus souvent comme le signe de la bonté. Voir Umberto Eco, Art et beauté dans l’esthétique médiévale, Paris, Grasset, 1987; Le beau et le laid au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence- CUERMA, 2000). Les descriptions des récits de voyages regorgent d’expressions admiratives face à une beauté essentiellement fondée sur le luxe et la rareté.

37 Huguette Taviani, « Les voyageurs et la Rome légendaire au Moyen Âge », Voyage, quête, pèlerinage dans la littérature et la civilisation médiévale. Sénéfiance, 1976, p. 7-23, en particulier p. 8.

38 Voir le très important volume collectif, Arjun Appadurai (dir.), The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

39 De Trébizonde à Arzinga : « E los dichos embaxadores, viendo su voluntad, tomaron un pedaco de escarlata que llevavan e una taca de plata, e el embaxador del Tamurbec diole una ropa de escarlata forrada en Florencia e una pieca de lienco delgado. E no se contentó con todo ello e demandoles que le diessen más e, por cuantas buenas palabras les dixeron de cortesía, no les valió, ca toda vía dixo que les convenía de le dar lo que les demandava, ca de balde despendían palabras, por lo cual ovieron de comprar de un mercante que iva una pieca de chamelote e diéronselo », Pérez Priego, op. cit., p.75.

40 « E los dichos embaxadores diéronle su presente de ropas de paño, de lana e de seda, e una espada de una usanca bien guarnida, que él preció mucho. E su costumbre es que no quiere ver al que no le lleva nada », ibid., p. 202.

41 « E cuando este trotero se partió de ellos, diéronle una ropa de camocán e otrosí dieron una ropa de florentín al cavallero que el señor les embió primero, que con ellos iva, e otro tal fizo el embaxador del soldán de Babilonia, que en uno iva, e otrosí dieron al segundo cavallero que les el señor embió, un cavallo, ca tal es su costumbre de cualquiera que de parte del señor va a alguna parte, de le dar siempre algo por fazer honor al señor e guardar la su costumbre que es recebir presentes e, según la cantidad de lo que por honor del señor dan, así les es contado la su realeza, e de aquello se alaban mucho », ibid, p. 127.

42 « Vinieron a ellos dos cavalleros que les dixeron que aquellas cosas e presente que al señor traían, que las diessen e las ordenarían e darían a homes que las llevassen ante el señor e assí lo mandavan los mirassaes privados del señor, e oviéronlas de dar a aquellos dos cavalleros. E los embaxadores pusieron aquellas cosas que llevavan en braços de homes que las llevassen ante el señor ordenadamente e, desque las ovieron dado, fuéronse con ellas, e esso mesmo fizieron saber al embaxador del soldán, del presente que levava », ibid., p. 137.

43 « E desque las cosas fueron levadas, tomaron a los embaxadores por los braços e lleváronlos. E la entrada de la puerta desta huerta era muy grande e alta, labrada bien fermosamente de oro e de azul e de azulejos, e a esta puerta estavan muchos porteros que guardavan e avían macas en las manos, que no ossava ninguno a la puerta llegar, […] fallaron los homes que tenían en bracos las cosas e presente que les avían dado, que las tenían en los braços bien puestas », idem.

44 « Fizo traer el presente ante sí que el señor rey le embiara e recibiolo y tomolo, e ovo con él gran placer. E de las escarlatas partió luego con sus mugeres, señaladamente con la su muger mayor que llaman Caño, que tenía en esta huerta consigo. E el presente que el soldán le embió e los otros que esse día le presentaron, no lo recibió, mas tornáronlos a sus homes que los guardassen, los cuales los recibieron e tuvieron tres días hasta que el señor los mandó tomar, ca tal es su costumbre de no recebir presente fasta tercero día », ibid., p. 142.

45 « El emperador era de buen cuerpo e persona bien parecientes. E estavan vestidos el emperador e su fijo de paños imperiales e tenían en las cabeças sendos sombreros altos con unas vergas de oro que subían arriva,e encima unos castillejos con unas plumas de grullas e en los sombreros unos chapirotes de cueros de martas », Pérez Priego, op. cit., vol. II, p. 69.

46 « El señor tenía vestidos unos paños de sutimi açul con unas bordaduras de oro e en la cabeça un sombrero alto e en él cosas de alxófar e piedras e encima del sombrero está un castillejo de oro, e en él un balax ; e del castillejo descendían dos tranças de cabellos bermejos fechos en trisne, que descendían fasta las espaldas, que llegavan fasta los ombros,e estos cabellos assí fechos es la devisa del Tamurbec », Ibid., p. 77.

47 « Estas puertas dezian que el tamurbec fallara e Bursa cuando robó el tesoro del turco », Ibid., p. 167.

48 « fizo vestir al dicho Ruy Gonçález una ropa de camocán e diole un sombrero, e díxole que aquello tomasse en señal del amor que el Tamurbec tenía al señor rey […] e a los dichos embaxadores mandoles dar cavallos en que fuessen,de los del señor,e cuando se de él quisieron partir,dioles sendas ropas de camocán a los dichos embaxadores, e al dicho Ruy Gonçález dio más un cavallo gruesso e amblador, que precian ellos mucho al que ambla, guarnido de silla e de freno muy bien según su usança, e otrosí le dio una camissa e un sombrero; e aquí en esta casa dieron a los dichos señores embaxadores en presente un cavallo » ( Pérez Priego, Ibid., p. 106, 107, 129).

49 « (el truxamán del soldán) embióle rogar que, si ténia algún cuer de cocatriz, que embiase al rey de chipre, que le avíe a rogar. E ofreciose que aván muerto una (cocatriz) e estava fresca e olíe muy mal, tanto que mejor fuera aver traído una fija del adelantado fuy fermosa, que él allí teníe, que el cuero de la cocatriz », Pero Tafur, Andanças e viajes, éd. Pérez Priego, Fundación J. M. Lara, Sevilla, 2009, p. 112.

50 « la ropa que me dio el Soldán la cual era de acetimí verde e colorado, labrada de oro e forrada las muestras de armiño », ibid., p. 85.

51 Cf. Julia Roumier, « Un mundo de colores: fuerza y significado del cromatismo en los relatos de viajes hispánicos a finales de la Edad Media », Epos, Revista de Filología. UNED, n° 29, 2013.

52 « Él me dio cinco o seis de ellas,las cuales creo que oy las tengo (p. 105) ; diéronme algunas cosas que truxe: dos gatos de la India e dos papagayos e perfumes e otras cosas e una turquesa la cual yo tengo ahora e vituallas para el camino », P. Tafur, op. cit., p. 111.

53 Ibid., p. 113.

54 L’empereur de Trébizonde lui aurait offert un arc et des flèches qu’il possède encore au moment de la rédaction, voir ibid., p. 126 ; à Constantinople, il reçoit les faveurs et présents d’une très belle dame : « desta doncella recebí yo muchas cosas, especial dos pavellones que truxe en Castilla, el uno di al maestre, el otro tengo oy », ibid., p. 133. On voit ici que les transferts et dons des objets du voyage se continuent une fois le voyageur de retour en son pays ; il peut alors céder certains objets pour marquer son respect.

55 « leváronnos (…) asaz descortesmente pero a mí por ser Caballero ninguno llegó fasta que truxeron un cavallero que me quitó la espada e las espuelas », ibid. p. 218.

56 « No se falló mi espada que me avían tomado e truxéronme una del duque e no la quise e aun dixe que jamás no la trairía si no fuese aquella misma, o me pagaría en su nación de aquella injuria que me avía fecho sobre su seguro », ibid., p. 219. Pero Tafur accompagnait l’ambassade envoyée par le concile de Bâle au duc de Bourgogne pour qu’il se joigne à leur cause et abandonne le pape qu’il défendait jusque-là.

57 « El postrer lugar que salimos de su tierra, vino a mí un escudero del duque Estéfano rogándome de su parte que yo perdiese todo enojo de lo que me fue fecho, que no se fizo por mí […] e truxéronme mi espada diziendo que al duque avía fecho más por la cobrar que por una villa », idem.

58 « E yo volvime con los otros castellanos a la cibdad e fallé que las cosas que traía en la nao, así esclavos como otras cosas, me las avían tomado todas, diziendo que ninguno no podía traer ninguna cosa del mar Mayor, si no fuese vecino de Veneja, e por qué no lo avía fecho saber a los que cogen los derechos. […] Pero, como vos dezís, esto se entiende o se deve entender a aquellos que usan de mercandear, pero a vos, que vuestro ábito no lo lleva de fazer mercaduría, e lo que aquí traés es por vuestro servicio », ibid, p. 171.

59 « Aquellos mercaderes mis amigos », ibid., p. 29.

60 « La mejor e más rica e magnífica cosa de ver en Babilonia es el alcaicería, de tantas cosas como allí se venden de las que descienden de la India mayor en especial perlas e piedras, especerias, perfumes e toda cosa odorífera e seda e lienço », ibid., p. 109.

61 « Pero la mercaduría lo más se perdió e aun yo allí perdí muchas cosas que traía de Levante ». Ibid., p. 121. « Al tiempo que yo me partí de Veneja para ir andar por las tierras de los cristianos, dexé todas las cosas que traía del Levante, así esclavos como dinero e todas las otras cosas que avía comprado, en poder de micer Doménego Vent, un mercador de allí mucho mi amigo, e tomé el dinero que entendía que me bastava, e fize cambio de alguno de ello en Brujas de Frandes », ibid., p. 185.

62 « J’achetais là trois esclaves, deux femelles et un mâle, que j’ai encore aujourd’hui à Cordoue ainsi que les enfants que j’ai obtenus d’eux ». « E allí compré yo dos esclavas e un esclavo, los cuales oy tengo en Córdova e generación de ellos », ibid., p. 141.

63 « Allí vi las naranjas e las limas de Castilla, que parece que entonces las cogen del árbol. Allí las frutas e vinos de la Grecia,tan abondosamente como allá. Allí vi las confaciones e especerías de Alexandría e de todo el Levante, como si allá estoviera. Allí vi las pelleterías del mar Mayor, como si allí nacieran.Allí estava toda Italia con sus brocados e sedas e arneses e todas las otras cosas que en ella se fazen.Así que no ay de parte del mundo cosa donde allí no se fallase lo mejor que en ella ay », ibid., p. 212.

64 « Dizíe que, aunque lo avíen robado, que muchas cosas traíe e muy ricas, así como perlas e piedras, e lo que más mención fazía era de cosas medicinales muy saludables, tanto que, según él dizíe, no podíe aver estimación el valor de ellas. Él me mostró un balax de muy grande precio e mostrome un sombrero de yerva redonda, tan delgado como el más sotil filo de seda que podía ser. E preguntávame, si Dios lo traxese a salvamento a tierra de cristianos, dónde me parecía que aquellas cosas suyas podíen aver mejor venta », ibid., p. 102.

65 Après une conversion forcée en mer Rouge, le pape Clément IV donne comme pénitence à Niccoló de narrer ce qu’il sait de l’Orient à Poggio Bracciolini. Ce dernier intègre ce récit au De varietate fortunae qui connut une importante diffusion et postérité. La richesse de ces descriptions permit la réalisation de la carte génoise de 1457. Le voyage aux Indes, trad. Diane Ménard, préface de Geneviève Bouchon et Anne-Laure Amilhat-Szary, Paris, Chandeigne, 2004.

66 Ibid., p. 277, 280.

67 Ibid., p. 111.

68 Après avoir remonté le Gange, dans la ville de Ava (résidence royale jusqu’au XVIIe siècle). Poggio Bracciolini, De l’Inde. Les voyages en Asie de Niccoló de’Conti, trad. et éd. Michèle Guéret-Laferté, Brepols, Turnhout, 2004, p. 104.

69 Joaquín Rubio Tovar, Viajes medievales, Tratado de Poggio florentino, 2006, p. 127.

70 « Les hommes agissent ainsi pour satisfaire le désir de leurs épouses : en effet, grâce à ces nodosités, pour ainsi dire, et au gonflement de leur membre, les femmes éprouvent le plus grand plaisir. Lorsqu’ils marchent, nombreux sont les hommes dont le membre en frottant contre leurs jambes produit un son bien perceptible. Niccolo fut lui-même assez souvent prié de se conformer à cet usage par les femmes qui se moquaient de lui à cause de la petitesse de son sexe mais il refusa de souffrir pour satisfaire le plaisir des autres », P. Bracciolini, op. cit., p. 104.

71 « Les objets conjuguent une fonction pratique d’usage et une fonction symbolique et / ou esthétique […]. Chercher, posséder, donner etc. un objet engage un processus identitaire qui qualifie ou disqualifie le sujet par rapport à un groupe social », Fabienne Pomel, Lire les objets médiévaux ; quand les choses font signe et sens, PUR, Collection interférences, 2017, p. 18-19.

72 Luis Alburquerque-García, « El empirismo avant la lettre en Il Milione de Marco Polo », dans Rafael Beltrán LLavador (dir.), Viajeros en China y libros de viajes a Oriente (siglos xiv-xvii), Parnaseo, Universitat de València, p. 29-47, ici p. 43.

73 Luis Alburquerque-García propose ici comme hypothèse que cette ouverture aux cinq sens serait permise par la découverte du Nouveau Monde. Il me paraît au contraire que les récits de Pero Tafur et de La Embajada a Tamorlán sont déjà d’une grande précision sur les sensations ressenties, et en particulier pour cette plus grande attention au tact, à l’odorat et au goût.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Roumier, « Preuve et matérialité du souvenir d’ailleurs. Les objets dans les récits de voyages et pèlerinages hispaniques de la fin du Moyen Âge »Études Épistémè [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 21 avril 2020, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/episteme/5821 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.5821

Haut de page

Auteur

Julia Roumier

Julia Roumier est maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne en Civilisation de l’Espagne classique, ancienne élève de l’ENS Lyon, agrégée d’études hispaniques, et auteur d’une thèse consacrée aux récits de voyages et aux représentations de l’étranger dans le domaine hispanique médiéval. Elle a d’abord consacré ses travaux aux récits de voyages hispaniques et aux circulations de ce genre littéraire, ainsi qu’aux représentations de l’étranger, avant d’élargir son champ de recherche aux croisades et aux biographies chevaleresques. Elle a récemment dirigé deux numéros de revue : Preuve/épreuve : démonstration de la vérité en péninsule Ibérique (XIIIe-XVe siècle), E-Spania, n° 34, 2019, URL : https://journals.openedition.org/e-spania/32152, et, avec Pierre Darnis, Las cadenillas de Hércules » : stratégies discursives de l’argumentation pour convaincre, persuader et séduire (Moyen âge, Siècle d’or), Atalaya, n° 19, 2019, URL : https://journals.openedition.org/atalaya/3537.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals