Navigation – Plan du site
Les objets du voyage/ le voyage des objets en Europe

S’instruire et se déplacer : le livre, objet matériel du voyage en Espagne au XVIIe siècle

Learning and Travelling: Books as Material Travel Accessories in Seventeenth-Century Spain
Marc Zuili

Résumés

Au XVIIe siècle, la France se prit de passion pour « les choses d’Espagne ». À l’époque, malgré les tensions et les conflits opposant fréquemment les deux nations, de nombreux Français se mirent à étudier le castillan et cet engouement provoqua une floraison d’ouvrages de toutes sortes – livres de grammaire, dictionnaires, recueils de dialogues bilingues, etc. –, destinés à faciliter l’apprentissage de cette langue. Grâce à ces publications, ceux qui souhaitaient se rendre en Espagne pouvaient donc se mettre aisément à l’étude du castillan. Il leur était ensuite possible de partir en emportant ces ouvrages de petit format, facilement transportables et très utiles lors de leur périple. Les candidats au « voyage d’Espagne » – comme l’on disait alors – faisaient également appel à un autre type d’ouvrages qui correspondraient à ce que nous dénommons aujourd’hui les guides de voyage : ces livres, dont le contenu allait des indications les plus savantes aux conseils les plus pratiques, étaient également fort maniables, puisque de format réduit allant du in-octavo au in-16. Une fois glissés dans l’escarcelle d’une dame ou dans la poche du pourpoint d’un homme, ils pouvaient donc accompagner partout les voyageurs. La présente étude se propose de présenter quelques-uns de ces ouvrages, qu’ils soient à but pédagogique ou qu’ils relèvent de la catégorie des guides de voyage, tout en précisant leurs principales caractéristiques. Véritables objets matériels intimement liés au voyage en Espagne, ils connurent un succès qui perdura tout au long du XVIIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est le cas, par exemple, de la Tragicomedia de Calisto y Melibea, également désignée par le titre(...)
  • 2 On pourra consulter divers travaux d’érudition qui présentent des listes d’œuvres espagnoles tradui (...)
  • 3 Pour des détails plus précis sur la nature des emprunts faits par ces auteurs au théâtre espagnol, (...)
  • 4 À propos de Charles Sorel et de ses liens avec la littérature espagnole, voir María Soledad Arredon (...)
  • 5 L’Histoire comique de Francion contient d’indéniables échos de diverses œuvres espagnoles parmi les (...)
  • 6 Le berger extravagant est un roman qui s’inspire évidement du Quichotte de Cervantès, puisque son h (...)
  • 7 Au sujet de cette inimitié, voir M. S. Arredondo, « Relaciones entre España y Francia en los siglos (...)
  • 8 Au-delà de cette incursion, il y eut bien alors une véritable entreprise d’invasion quasi simultané (...)
  • 9 Rappelons que la crainte des catholiques de voir monter sur le trône de France un roi protestant lo (...)
  • 10 Sur la question de l’enseignement de l’espagnol dans la France du XVIIe siècle, voir les travaux su (...)
  • 11 À cette liste, Chantal Liaroutzos, maître de conférences en littérature, ajoute « […] le voyageur “ (...)
  • 12 Parmi les Français qui, à l’époque, se sont rendus en Espagne, un certain nombre ont laissé des rel (...)

1Au XVIIe siècle, la France connut un vif engouement pour ce que l’on appelait « les choses d’Espagne ». À l’époque, ce pays jouissait, aux yeux des Français, d’une immense gloire littéraire. En effet, les grandes œuvres du patrimoine littéraire espagnol, grâce aux courants humanistes de la Renaissance, avaient été traduites en français dès le premier XVIe siècle et largement diffusées. Certaines d’entre elles avaient remporté un tel succès qu’elles donnèrent même lieu à des traductions successives1 ou connurent de multiples réimpressions, ce qui prouvait leur succès. Et ce phénomène ne fit que s’amplifier au XVIIe siècle2. C’est à cette époque que des auteurs tels que Jean de Rotrou, Antoine Le Métel d’Ouville, Georges de Scudéry, Pierre Corneille, Jean Mairet, François le Métel de Boisrobert, Philippe Quinault, Molière, Brécourt ou encore Noël Lebreton de Hauteroche puisèrent leur inspiration dans des œuvres théâtrales espagnoles3. Il en fut de même pour la prose : citons l’exemple de Charles Sorel4, chez qui l’influence évidente de romans castillans apparaît dans l’Histoire comique de Francion5 ou dans Le Berger extravagant6. Comme on le verra, il est certain que les unions interdynastiques entre les Bourbons de France et les Habsbourgs d’Espagne contribuèrent également à susciter la curiosité des Français pour tout ce qui avait trait à l’Espagne. Un tel enthousiasme peut sembler paradoxal à une époque où de vives tensions opposaient les deux pays7. L’hostilité qui régnait entre ces deux nations datait du siècle précédent, lorsque les troupes espagnoles de Philippe II, commandées par Alexandre Farnèse, firent, depuis les Pays-Bas espagnols, une incursion8 en France, pays alors en proie à des déchirements religieux intérieurs. En agissant ainsi, le monarque espagnol apportait non seulement son soutien à la Ligue9, mais avait également le secret espoir de parvenir à placer sur le trône de France sa fille Isabelle, dont la mère était fille d’Henri II, et ce au mépris de la loi salique. Henri de Navarre, devenu roi sous le nom d’Henri IV après l’assassinat d’Henri III, mena dès 1595 une guerre contre l’envahisseur et, après plusieurs années de lutte, conclut avec l’Espagne la paix de Vervins (1598) qui mit fin aux hostilités entre les deux belligérants, ainsi qu’aux espérances de Philippe II de voir sa fille monter sur le trône de France. Dès lors, les Espagnols se retirèrent de la Bourgogne, la Picardie, la Bretagne et de nombreuses villes de France. Le début du XVIIe siècle vit alors l’illusion d’une paix s’établir entre les deux royaumes et le mariage de Louis XIII avec l’infante Anne d’Autriche en 1615 constitua un rapprochement diplomatique qui parut confirmer cette impression. Mais, en dépit d’apparences longtemps sauvegardées par l’action de Richelieu et d’Olivares, le conflit qui couvait toujours éclata en 1635, donnant de nouveau lieu à plusieurs années d’hostilités. Malgré la déroute des Espagnols à Rocroi en 1643, qui marqua le début du déclin de leur hégémonie en Europe, l’antagonisme entre les deux couronnes perdura. Ce n’est qu’en 1659, date de l’union de Louis XIV et de Marie-Thérèse d’Autriche, que la paix des Pyrénées fut signée, établissant enfin la concorde entre les deux nations. Ce contexte – goût des Français pour la littérature espagnole et impact sur les esprits des mariages royaux en 1615 et 1559 – fit que la langue espagnole connut alors une vogue immense, attestée par une floraison d’ouvrages de toutes sortes destinés à son enseignement10 : livres de grammaire, recueils de dialogues bilingues à visée didactique, dictionnaires, nomenclatures thématiques, etc. Cela incita alors nombre de Français à entreprendre le voyage d’Espagne pour leur agrément, dans un but commercial, à l’occasion de pèlerinages ou encore dans le cadre de la diplomatie11. Aux très nombreux manuels qui leur permettaient d’apprendre le castillan s’ajoutaient d’ailleurs des ouvrages spécialisés contenant la description des villes espagnoles et de leurs particularités, l’indication des chemins à parcourir pour passer d’un lieu à un autre, des considérations sur les monnaies et mille autres détails destinés à leur faciliter leur séjour en terre d’Espagne. Ces livres, utilisés avant et pendant leur voyage, devinrent dès lors des objets indispensables à toutes les personnes qui souhaitaient se rendre de l’autre côté des Pyrénées12. Les développements qui suivent sont consacrés à la présentation de cet ensemble d’ouvrages relevant soit de l’enseignement du castillan, soit d’un genre qui s’apparente plus ou moins à nos guides touristiques d’aujourd’hui puisqu’ils présentaient à leurs lecteurs les modalités pratiques du voyage en Espagne. Objets matériels accompagnant les voyageurs, ils avaient des caractéristiques bien précises sur lesquelles il convient de se pencher.

Un préalable au voyage d’Espagne : l’apprentissage du castillan par le livre

  • 13 Ces publications servirent également à toutes les personnes qui, sans avoir l’intention de se rendr (...)
  • 14 Le cas de l’antagonisme entre deux de ces maîtres de langue, César Oudin et Ambrosio de Salazar, es (...)

2Afin de se rendre en Espagne, les futurs voyageurs se devaient de dominer pour le moins quelques rudiments de castillan. C’est à cet effet qu’au XVIIe siècle de très nombreuses publications didactiques pour l’enseignement de l’espagnol virent le jour en France13. Elles étaient très souvent rédigées par des maîtres de langues qui dispensaient également des enseignements en se servant de leurs propres ouvrages. Ces enseignants, qu’ils soient Français ou Espagnols, étaient en constante rivalité, tant les enjeux étaient importants : en effet, la plupart d’entre eux recherchaient le soutien d’un haut personnage et si possible une charge d’interprète-traducteur à la cour, d’où la féroce concurrence qui les opposaient14.

Les ouvrages pour l’enseignement de la grammaire espagnole15

  • 15 En ce qui concerne ces ouvrages, on se reportera à la synthèse réalisée par Marie-Hélène Maux-Piova (...)
  • 16 Les données fournies ici à propos de cette production d’ouvrages grammaticaux reprennent, en les co (...)
  • 17 Si beaucoup parmi les lecteurs de ce type d’ouvrages n’avaient pas vraiment pour but de se rendre d (...)

3Parmi leurs publications figuraient d’abord des ouvrages pour l’enseignement de la grammaire espagnole. En effet, les premiers livres de ce type parurent à la toute fin du XVIe siècle et l’auteur qui s’illustra le premier dans ce domaine fut un certain Charpentier : sa Parfaicte Méthode pour entendre, escrire, et parler la langue espagnole, une grammaire publiée en 1596, ne connut cependant qu’une faible diffusion et fut très vite supplantée par l’ouvrage de César Oudin intitulé Grammaire et observation de la langue espagnolle, qui sortit des presses parisiennes du libraire-imprimeur Marc Orry en 1597. Contrairement à la grammaire de Charpentier, celle de César Oudin bénéficia d’une longévité extraordinaire puisqu’elle donna lieu, moyennant refontes et mises à jour, à une vingtaine d’éditions réparties entre 1597 et 1686. On connaît également l’Introduction en la langue espagnolle par le moyen de le françoise de Jean Saulnier (Paris, Jean Millot, 1608), le livre publié par Ambrosio de Salazar sous le titre Espexo general de la gramática en diálogos (Rouen, Adrien Morront, 1614), qui connut maintes rééditions sous des appellations diverses, l’Arte breve y compendiossa para aprehender a leer, pronunciar, escrevir, y hablar la lengua española de Juan de Luna (Paris, Estevan Perrin, 1616), la Gramática de la lengua española de Gerónimo de Texeda (Paris, Nicolas Bourdin, 1619), la Grammaire espagnole abrégée de Jean Doujat (Paris, Antoine de Sommaville, 1644), la Grammaire espagnole de Claude Dupuy des Rosiers (Paris, chez l’auteur, 1659), l’Abrégé de la grammaire espagnole de Simón Deza Sotomayor (Paris, Nicolas et Jean de la Coste, 1659) ou encore La nouvelle méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue espagnole de Claude Lancelot (Paris, Pierre le Petit, 1660)16. Le point commun de tous ces ouvrages était leur maniabilité : de petit format, ils pouvaient aisément se glisser dans l’escarcelle des dames ou dans les poches des chausses ou du pourpoint des messieurs, étant ainsi à même d’accompagner les voyageurs dans tous leurs déplacements lorsqu’ils se trouvaient en Espagne17.

Les ouvrages de dialogues bilingues

  • 18 Pour de plus amples détails sur ces ouvrages de dialogues bilingues, voir M. Zuili, « Recherches su (...)
  • 19 Voici ce que l’auteur, Antoine Oudin, dit du « toilettage » qu’il apporta à la précédente version d (...)

4Au XVIIe siècle, outre les recueils de grammaire, l’offre d’ouvrages destinés à l’apprentissage de l’espagnol comprenait aussi des volumes comportant des dialogues bilingues destinés à former le lecteur à la conversation : ces textes, d’une grande richesse lexicale, présentaient de façon thématique toutes les situations auxquelles on pouvait être confronté lors d’un séjour en Espagne. L’hispaniste César Oudin, qui avait planifié méthodiquement la rédaction d’un ensemble d’ouvrages complémentaires pour l’enseignement du castillan, couvrant ainsi les besoins des élèves de tous les niveaux, des débutants aux plus avancés, ajouta donc à sa grammaire et à son dictionnaire un ouvrage de ce type intitulé Diálogos muy apazibles escritos en lengua española y traduzidos en francés (Paris, Marc Orry, 1608)18. En guise d’exemple, citons le titre du dialogue sur lequel s’ouvre ce volume : « Premier dialogue pour se lever au matin, & les choses qui appartiennent à cela, entre un Gentil-homme appelé Don Pierre & son serviteur, & un sien amy nommé Don Jean & une nourrice ». La lecture de ce dialogue, qui se veut mimesis de la réalité, révèle qu’il permettait d’aborder le vocabulaire se rapportant aux vêtements masculins, à la nourriture, aux meubles, aux travaux domestiques et à certains métiers. Les autres dialogues de ce volume portaient sur de multiples champs lexicaux, d’où leur grande utilité pour les voyageurs, tant pour le vocabulaire en situation qu’ils contenaient que d’un point de vue syntaxique. Une fois de plus, le succès fut au rendez-vous puisque soixante-sept ans séparent l’édition princeps de cette œuvre et sa dernière parution en 1675. De plus, en 1650, Antoine Oudin reprit les huit dialogues bilingues figurant dans les précédentes éditions réalisées par son père, leur fit subir un « toilettage »19 et leur ajouta une traduction en allemand et en italien, ce qui leur permit de connaître ainsi une nouvelle diffusion sous cette forme quadrilingue : ce volume, intitulé Dialogues fort récréatifs (Paris, Antoine de Sommaville, 1650), fit à son tour l’objet de trois éditions entre 1650 et 1665. Signalons enfin que César Oudin fut imité par Juan de Luna puisque ce dernier publia également un volume intitulé Diálogos familiares (Paris, Michel Daniel, 1619) : l’ouvrage fut si apprécié qu’il donna lieu à cinq éditions réalisées entre 1619 et 1660. Là encore, il convient d’insister sur le format réduit de ces publications, des in-octavo, voire même des in-douze, ce qui permettait aux voyageurs de les emporter afin de les avoir sous la main une fois arrivés en Espagne.

Les dictionnaires et nomenclatures bilingues

5La production de dictionnaires bilingues bidirectionnels pour le français et l’espagnol ne fut pas en reste au XVIIe siècle. Il est vrai que jusqu’alors, le public ne disposait que de peu de choses dans ce domaine car il s’agissait essentiellement d’ouvrages relevant plus du glossaire que du véritable dictionnaire. Le premier répertoire digne par son extension (554 pages) d’être enfin considéré comme un véritable dictionnaire mettant le français en contraste avec l’espagnol fut le Recueil de dictionaires françoys, espaignolz et latins de Henricus Hornkens (Bruselas, Rutger Velpius, 1599). Toutefois, comme son titre l’indique, ce n’était pas un dictionnaire strictement bilingue : en effet, chacune de ses 26 000 entrées en français étant suivie d’un équivalent en espagnol puis en latin. Il s’agissait donc très précisément d’une œuvre trilingue français-espagnol-latin monodirectionnelle. Un pas décisif fut vraiment franchi lorsque Jean Pallet, un lexicographe français, publia son Diccionario muy copioso de la lengua española y francesa / Dictionaire très ample de la langue françoise et espagnole (édition princeps : Paris, Matthieu Guillemot, 1604), ouvrage qui connut une seconde et dernière édition deux ans plus tard (Bruxelles, Rutger Velpius, 1606-1607). Comme l’a souligné Sabina Collet Sedola,

  • 20 S. Collet Sedola, « L’étude de l’espagnol en France à l’époque d’Anne d’Autriche », dans Charles Ma (...)

[l]a partie hispano-française du dictionnaire [de Jean Pallet] comprend environ 21 000 articles, et il y en a presque autant dans la partie franco-espagnole. Si nous songeons que les vocabulaires hispano-français les plus complets du XVIe siècle arrivaient difficilement à un tiers de ce chiffre, cela nous donne une idée assez claire de l’effort de l’auteur.20

  • 21 Ce dictionnaire a donné lieu à une édition récente : César Oudin, Tesoro de las dos lenguas español (...)
  • 22 Voir Marc Zuili, « César Oudin y la difusión del español en Francia en el siglo XVII », dans Manuel (...)

6Mais cet ouvrage fut détrôné en 1607 par la publication de la première version d’un dictionnaire bidirectionnel bilingue « espagnol-français » et « français-espagnol » considéré comme un modèle du genre, le Tesoro de las dos lenguas española y francesa (Paris, Marc Orry), dû à la plume de César Oudin21. Ce dictionnaire, qui faisait partie de la longue liste d’ouvrages conçus par Oudin pour favoriser la diffusion de l’espagnol en France22, est considéré comme un chef-d’œuvre de la lexicographie. Sans cesse réactualisé et augmenté par son auteur puis, après sa mort, par son fils Antoine, il fut sans nul doute le dictionnaire bilingue mettant en contraste le français et l’espagnol le plus diffusé au XVIIe siècle : entre 1607 et 1675, il compta huit éditions réalisées à Paris, Bruxelles et Lyon. Son succès tenait au nombre de ses entrées, inégalé jusqu’alors, au fait qu’il couvrait la plupart des domaines de la connaissance et à ses mises à jour régulières. Le format in-quarto ou in-octavo des différentes éditions du Tesoro…, bien loin des lourds in-folio de beaucoup des dictionnaires de l’époque, permettait même à tout voyageur d’emporter l’ouvrage dans ses bagages afin qu’il l’accompagne lors de son périple en Espagne.

  • 23 Ana María Carranza Torrejón, « La “Recopilación de las voces más usuales para empezar á hablar en f (...)
  • 24 En ce qui concerne certains des glossaires et dictionnaires emportés par les voyageurs, voir Maria (...)

7Toutefois, pour qui souhaitait se munir d’un répertoire lexicographique, mais de moindre dimension encore que les dictionnaires, il était possible d’avoir recours à de tout petits livres de format in-douze dans lesquels le vocabulaire était présenté de façon thématique car il s’organisait autour de notions pratiques telles que « les repas », « les vêtements », « la maison », « les monnaies », etc. Une telle présentation avait pour avantage « de réunir des mots d’un même champ lexical tout en mettant en relief leur rapport naturel et en favorisant de cette façon l’apprentissage méthodique du vocabulaire »23, ainsi que son usage dans toutes les circonstances par les Français séjournant en Espagne. Parmi ces répertoires thématiques figure, par exemple, une Nomenclature françoise et espagnole publiée par Antoine Oudin (Paris, Antoine de Sommaville, 1647). Cet ouvrage monodirectionnel, qui ne comptait pas moins de 348 pages et abordait 75 thèmes différents, comportait, en regard des entrées en français, leur équivalent en espagnol, le tout classé dans des rubriques thématiques qui facilitaient l’utilisation de ces vocables. Outre le fait qu’il contenait un grand nombre de termes concernant de multiples aspects de la vie quotidienne, son format in-douze le rendait très facile à avoir sur soi, encore bien plus que les dictionnaires qui ont été précédemment évoqués : il pouvait donc rendre de nombreux services à tous les voyageurs français qui en disposaient lorsqu’ils parcouraient l’Espagne24.

Les œuvres de fiction bilingues

  • 25 Au sujet de ces ouvrages bilingues publiés par César Oudin, voir M. Zuili, « Étude introductive », (...)

8Terminons cette présentation de la production d’ouvrages destinés à l’apprentissage de l’espagnol en ajoutant qu’au XVIIe siècle, circulaient également des recueils contenant des œuvres de fiction en version bilingue. Ces volumes, du fait de leur conception même, pouvaient parfaitement servir à des fins didactiques puisque la position juxtalinéaire des deux textes, l’un en français, l’autre en espagnol, permettait d’utiles comparaisons entre les structures des deux langues utilisées. César Oudin, dans le cadre de son vaste projet pédagogique pour l’enseignement du castillan, compléta bien entendu sa gamme d’ouvrages didactiques par divers volumes de ce type25.

  • 26 Bartolomé et Lucille Bennassar, Le Voyage en Espagne, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 19 (...)

9Nous venons de voir combien, dans la France du XVIIe siècle, la production d’ouvrages destinés à l’apprentissage de l’espagnol fut abondante car elle répondait à une demande pressante du public. Comme l’ont souligné Bartolomé et Lucile Bennassar, « [l]es Français désireux de voyager en Espagne ne manquaient donc pas de moyens pour s’initier à la pratique du castillan et n’en étaient plus réduits, comme ceux du XVIe siècle, à utiliser des ouvrages édités en Flandre et qui proposaient des équivalences trilingues : flamand, français, castillan26 ». Au-delà de l’apprentissage de l’espagnol, ils pouvaient également préparer ce périple dans les meilleures conditions possibles grâce à diverses autres publications qui, cette fois, ne relevaient pas de la didactique de l’espagnol, les livres-guides de voyage, ouvrages qui les accompagnaient ensuite tout au long de leur périple.

Les livres-guides destinés aux voyageurs français (XVIIe siècle)27

  • 27 Pour ce qui est de la production de certains de ces ouvrages au siècle précédent (XVIe siècle), voi (...)

10En France, à côté de l’impressionnante production de manuels et autres ouvrages consacrés à l’enseignement de l’espagnol, il y eut au XVIIe siècle une floraison de livres qui étaient de véritables guides de voyage, ancêtres des guides touristiques d’aujourd’hui.

11La préparation d’un voyage en Espagne reposait en bonne partie sur l’utilisation de ces ouvrages qui fourmillaient de détails pratiques et permettaient de déterminer les itinéraires à emprunter ainsi que les différentes étapes à prévoir, les distances entre les villes y étant indiquées. Pour ce qui est des précisions sur les parcours et sur le nombre de lieues séparant deux étapes du voyage, ces guides du XVIIe siècle reprenaient exactement la même présentation que celle que l’on trouvait dans d’anciennes publications réalisées en Espagne, le Reportorio de todos les caminos de España de Juan Villuga (Medina del Campo, Juan de Espinosa, 1546) et le Repertorio de caminos de Alonso de Meneses (Alcalá de Henares, Sebastián Martínez, 1576). Les nouveaux guides de voyage publiés au cours du XVIIe siècle accompagnaient ensuite tout au long de leur périple les voyageurs qui se rendaient en Espagne, leur fournissant conseils, description des lieux traversés avec leurs particularités et renseignements divers sur les moyens de transport, le logement, etc.

  • 28 L’historienne Carole Christen-Lécuyer indique : « […] il est tout aussi difficile de définir un gui (...)

12En ce qui concerne la période qui nous intéresse ici, nous avons retenu un choix de quelques guides destinés à des Français souhaitant voyager en Espagne. Ce corpus se compose des trois ouvrages suivants : Théodore Turquet de Mayerne, Sommaire description de la France, Allemagne, Italie, Espagne (1591) ; Ambrosio de Salazar, Inventaire général des plus curieuses recherches des Royaumes d’Espagne (1612) ; Louis Coulon, Le fidèle conducteur pour le voyage d’Espagne (1654). Si l’on se réfère aux titres de ces volumes, ils semblent évoquer des ouvrages très divers dans leur conception : le premier se présente comme un ouvrage descriptif, le second paraît être une compilation de faits curieux relatifs à l’Espagne et n’avoir aucun rapport avec un guide de voyage, et seul le troisième fait explicitement état de cette vocation. Mais en fait, lorsque l’on analyse leur contenu réel, comme nous le ferons ci-après, on constate que, finalement, tous trois relèvent bien de la catégorie « guides de voyage », même si cette catégorie n’est pas si évidente à définir, comme l’a souligné à juste titre une spécialiste de ces questions, Carole Christen-Lécuyer28. Ces trois ouvrages, du fait de leur diversité, mais également de leurs points communs, constituent donc un échantillon tout à fait révélateur de l’ensemble de la production de l’époque dans ce domaine, tous les guides produits alors présentant ces mêmes caractéristiques. En effet, tous offrent une place prépondérante aux descriptions géographiques, évoquent des coutumes et des usages propres à l’Espagne (nourriture, vêtements, divertissements…) et comportent des indications d’ordre économique (liste des monnaies en circulation en Espagne, localisation et date des principales foires, précisions sur les villes espagnoles dans lesquelles les activités commerciales étaient les plus développées, etc.). Terminons ces quelques considérations sur les guides destinés aux voyageurs qui se rendaient en Espagne par une remarque sur leurs auteurs. On constate que lorsque ces derniers pratiquaient le catholicisme, ils mettaient plus souvent l’accent sur divers aspects relatifs à leur religion : les descriptions d’églises et de monastères abondent, de curieuses anecdotes liées à la foi et relevant de la catégorie des mirabilia sont rapportées (résurrections prodigieuses, eaux miraculeuses soignant les malades…), les reliques sont décrites avec minutie. En revanche, dans le cas d’auteurs protestants, transparaît une certaine défiance face à tout ce qui a trait à l’Église apostolique et romaine.

La Sommaire description de Théodore Turquet de Mayerne

  • 29 Au XVIIe siècle, Cologny était souvent utilisé pour dissimuler le fait qu’un ouvrage avait été impr (...)
  • 30 L’ouvrage décrit ici correspond à l’édition suivante que nous avons pu consulter : Théodore Turquet (...)
  • 31 Voir infra les développements consacrés aux ouvrages d’Ambrosio de Salazar et de l’abbé Louis Coulo (...)
  • 32 T. Turquet de Mayerne, « Dédicace », dans Sommaire description de la France, Allemagne, Italie, Esp (...)
  • 33 Ibid.

13Le premier de ces guides a été rédigé par Théodore Turquet de Mayerne, un médecin et chimiste issu d’une famille protestante. C’est en 1591 qu’il fit paraître l’édition princeps de sa Sommaire description de la France, Allemagne, Italie, Espagne (Cologny29, Jacob Stoer). L’ouvrage, ainsi que son nom l’indique, ne se limitait pas à l’Espagne, mais préfigurait déjà en quelque sorte la notion de « Grand Tour » qui allait se développer entre les XVIe et XVIIIe siècles. Son succès fut tel qu’il donna lieu entre 1591 et 1642 à de nombreuses éditions, toutes réalisées à Genève ou à Rouen. La première partie du volume30 porte sur la France, sa géographie, son histoire, ses principaux monuments (p. 1-35), puis comporte une succession de chapitres consacrés à la « […] description des pays voisins de la France depuis la mer océane jusques aux Alpes, & de toute l’Allemagne » (p. 36-69), à la « Description d’Italie » (p. 70-86) et enfin à la « Description d’Espagne » (p. 87-98), partie qui nous intéresse ici. Vient ensuite la liste des itinéraires propres à chacun des pays évoqués dans l’ouvrage. Pour ce qui est de l’Espagne, les routes et chemins présentés font l’objet d’un chapitre intitulé « Les issues du Royaume de France pour aller en Espagne par Languedoc & Gascogne, & les chemins des lieux et villes plus renommez d’Espagne » (p. 220-257). Un tel titre, caractérisé par l’emploi du terme « issues », montre bien que cette partie de l’ouvrage était destinée à des Français désireux de sortir de leur pays pour se rendre en Espagne munis de ce précieux ouvrage. Le volume comporte à la suite et avec une pagination continue une nouvelle page de titre : Recueil des principales et franches foires qui se tiennent tant au Royaume de France, Allemagne, Italie, qu’Espagne (p. 260). En fait, le passage consacré aux foires qui, à l’époque, avaient lieu en Espagne, n’occupe que quelques lignes de la page 266. Le livre s’achève sur une partie intitulée Petit traité des métaux et monnoyes fort utile pour le voyager (p. 280-294) où sont brièvement évoquées quelques monnaies espagnoles d’alors. Si l’on se penche sur les pages de ce volume consacrées à la description de l’Espagne, on constate que l’auteur aborde divers aspects du pays : sa géographie physique et politique, quelques allusions à son histoire depuis l’époque des Goths, etc. Chaque région donne alors lieu à des développements particuliers portant sur divers points : villes, fleuves, monts et montagnes, ports, climat, population, etc. Ce qui attire notre attention, c’est l’ordre dans lequel ces régions sont abordées. En effet, il est évident que Turquet de Mayerne a rédigé son guide en songeant en permanence qu’il s’adresse à des lecteurs français désireux de faire un tour complet d’Espagne, d’où des formulations telles que « de là on entre en Navarre » (p. 88), « Suivant la coste de la mer tendant entre Occident & Midy on entre au Royaume de Valence » (p. 89), « Passé que l’on a Almerie on entre aux terres de Granade qui vont jusques à Gibraltar ». Ces indications montrent bien que l’auteur semble accompagner ses lecteurs pas à pas dans le long périple qu’il leur propose. Le circuit qu’il indique est le suivant : une fois passée la barrière des Pyrénées, l’on se dirige vers la Navarre, l’Aragon, la région de Valence, la ville de Murcie, puis la zone de Grenade. De là, on se rend dans le reste de l’Andalousie, avant de partir pour la Nouvelle-Castille, puis pour la Vieille-Castille dont les principales villes sont citées : Ségovie, Salamanque, Ávila, Medina del Campo, Burgos, Zamora, etc. Le périple continue avec une incursion au Portugal, pays qualifié de « petit État qui a eu de très bons Roys, magnanimes et de haute entreprise, & plusieurs vaillants chevaliers, & bons guerriers » (p. 95). Le retour en Espagne se fait par la Galice pour s’achever, après un passage par les Asturies, aux pieds des Pyrénées, en prévision du retour en France. Au cours de ces pages, on ne trouvera aucun récit de miracles ou d’événements prodigieux, comme cela apparaît dans d’autres publications du même type, rédigées par des auteurs catholiques31, et ce sans nul doute du fait de l’appartenance de Turquet de Mayerne à la religion réformée. De même, toutes les choses qui ont trait au catholicisme (églises, cathédrales, monastères, pratiques cultuelles…) ne donnent jamais lieu à de longs développements : seules apparaissent des remarques très neutres, d’ordre strictement géographique, historique ou architectural. Cette partie du volume est complétée par une quarantaine de pages qui indiquent les itinéraires à suivre pour se déplacer d’un lieu à un autre. Ces itinéraires sont tous présentés de la même façon. Leur description débute par un titre, « De Narbonne à Barcelonne, Valence & Granade » (p. 220), par exemple, puis l’auteur indique sous forme d’une colonne la liste des différents lieux de passage pour réaliser ce parcours et, en regard, dans une autre colonne, est mentionnée en lieues la distance nécessaire pour passer d’une étape à l’étape suivante. Enfin, l’ouvrage totalise pour chaque itinéraire le nombre de lieues qu’il compte en tout : ainsi, l’itinéraire permettant de passer de Narbonne à Grenade via Barcelone et Valence représenterait, selon l’auteur, une distance totale de 153 lieues. En ce qui concerne la partie du volume consacrée aux foires, celles ayant lieu en Espagne sont traitées en quelques lignes seulement, mais cela permet tout de même au lecteur d’accéder à des informations utiles qui portent essentiellement sur le moment de l’année où elles se tiennent et sur leur durée. C’est ainsi que l’on apprend que « La foire de Rioseco commence trois jours après Pasque, & dure jusques après la Pentecoste » (p. 266) ou que l’une de celles de Medina del Campo « commence à la Pentecoste, & dure tout le mois d’aoust » (p. 266), tandis que « L’autre foire de Medina commence le premier de Novembre, & dure jusques à 8 jours devant Pasque » (p. 266). Le volume s’achève par quelques considérations sur les monnaies alors en usage en Espagne, en particulier « l’écu pistolet », « le vieil ducat » et « la realle » (p. 283). Cet ensemble paraît donc fort bien documenté. Pourtant, son auteur avoue ne jamais s’être rendu en Espagne. C’est ainsi qu’il indique que les pages de son livre qui concernent ce pays ont été écrites « avec l’ayde d’aucuns autheurs impimez32 » et « encore plus par la commodité que j’ai euë de conférer avec mon père33 », ce dernier étant un historien huguenot originaire de Lyon et réfugié à Genève après le massacre de la Saint-Barthélemy.

L’Inventaire général des plus curieuses recherches des Royaumes d’Espagne d’Ambrosio de Salazar

  • 34 Il s’agit d’une traduction en français réalisée par Ambrosio de Salazar lui-même de son Almoneda ge (...)
  • 35 Mis à part ces passages qui portent sur des faits associés à la religion catholique, on remarque, e (...)
  • 36 La partie du volume d’Ambrosio de Salazar consacrée au « Guide des chemins d’Espagne » n’est plus f (...)

14Le deuxième ouvrage qui retient notre attention dans le cadre de cette étude est celui proposé en 1612 par Ambrosio de Salazar sous le titre Inventaire des plus curieuses recherches des Royaumes d’Espagne (Paris, Anthoine du Breuil)34. Rappelons que cet auteur, né à Murcie en 1573, quitta l’Espagne pour la France afin de combattre dans les rangs de la Ligue. Établi dans ce pays, il y devint maître de langue et publia de nombreux ouvrages pour l’enseignement du castillan aux Français. Le volume qui est évoqué ici venait à point nommé pour compléter cette production d’ouvrages pédagogiques. Le contenu de ce livre est des plus curieux. En effet, il est composé de pages consacrées à de nombreuses particularités historiques, politiques, sociales et géographiques de l’Espagne, mais avec parfois des invraisemblances et des approximations historiques assez hasardeuses, en particulier lorsque l’auteur remonte dans ses explications jusqu’à l’époque biblique. Les titres choisis par Salazar pour chacun de ces passages attestent cette étonnante diversité et font que l’ouvrage en question semble avant tout relever du genre encyclopédique : « Des premières nations qui peuplèrent l’Espagne, depuis Noé jusques aux Goths venus en icelle » (fol. 1), « Vraie & certaine généalogie de tous ceux qui ont gouverné l’Espagne depuis Noé jusques à présent. Avec un traicté des saints Martyrs, des Papes, & autres hommes illustres » (fol. 67v°) ou encore « Viscomtes, généraux, Admiraux, & Prieurez, ensemble de toutes les commanderies qui se treuvent en Espagne, avec leurs rentes » (fol. 139). Au vu de ces titres, on pourrait légitimement se demander en quoi cet ouvrage peut s’apparenter à un guide de voyage. En fait, il contient plusieurs pages qui relèvent de cette catégorie. C’est ainsi que l’on y trouve un chapitre intitulé « Monnoyes d’Espagne changées en celles de France pour le soulagement du voyageur » (fol. 174-178). Des indications telles que « Une reale vaut trente quatre maravedis, qui sont cinq sols » (fol. 174) ou « Chaque ducat vaut onze reales qui sont cinquante cinq sols de France » (fol. 176) devaient, en effet, se révéler très précieuses pour les Français qui souhaitaient voyager outre-Pyrénées. L’ouvrage de Salazar comporte également un « Guide des chemins d’Espagne » qui, à première vue, ressemble par sa présentation à celui de Théodore Turquet de Mayerne : en effet, on y trouve un titre correspondant à chacun des itinéraires proposés et, à la suite, une liste des étapes à parcourir avec les distances qui séparent chacune d’elles, le tout étant accompagné d’un chiffre totalisant le nombre de lieues que comporte l’itinéraire en question. Toutefois, le volume se démarque de celui de son prédécesseur pour plusieurs raisons : si, contrairement à la Sommaire description de la France, Allemagne, Italie, Espagne, cet Inventaire général des plus curieuses recherches des Royaumes d’Espagne n’inclut pas des descriptions aussi détaillées de toutes les régions d’Espagne, il propose en revanche un plus grand nombre d’itinéraires, 133 contre 41. De plus, il fournit des indications que l’on ne trouve absolument pas dans l’œuvre de Turquet de Mayerne car, en bon catholique, Ambrosio de Salazar se plaît à relater tout ce qui relève des prodiges liés à cette religion35. Ainsi donne-t-il à son lecteur le conseil suivant : « À Saragosse, visite nostre Dame del Pilar, par laquelle Dieu fait plusieurs beaux miracles » (fol. aiiij)36. De même, après avoir qualifié Cordoue de « grande cité » (fol. bviij), il indique : « Là se voit la Mosquée qu’avoient fait bastir autres fois les Mores, laquelle a en rondeur vingt-quatre portes, & est soustenue sur trois cens soixante cinq pilliers de marbre noir, à l’un desquels se voit gravé sur le mesme marbre un crucifix fait par un Chrestien que ces barbares détenoient captif » (fol. bviij). Et pour donner plus de véracité à ses dires, Ambrosio de Salazar ajoute un témoignage personnel qui montre bien qu’il connaît parfaitement le pays : « Du temps que j’y estois il me fut dit que ce marbre lui fut rendu maniable comme de la cire, ce que je tiens comme une chose croyable » (fol. bviij). On retrouve le même genre de remarque pour la ville de Montserrat : « À Montserrat se visite l’image de la vierge, par laquelle Dieu fait tous les jours plusieurs grands miracles » (fol. aiiij). À propos de Tolède, il ne relate plus d’événements miraculeux et se contente de préciser : « Là tu verras le grand fort & mémorable Alcaçar, où font leur demeure les Roys Mores, & où l’eau monte en grande abondance par un artifice admirable qui rejaillit de la rivière du Tage » (fol. d vij). Enfin, quant à Grenade, notre auteur donne le conseil suivant à son lecteur : « […] voy l’Alhambra, qui est le chasteau des Roys Mores, où tu verras des choses esmerveillables, & à l’entrée une fontaine faicte avec un admirable artifice, & où sont autant de canaux qu’il y a de jours en l’année […] » (fol. av-av v°). Ambrosio de Salazar se montre plus précis que Turquet de Mayerne lorsqu’il évoque les lieux de passage puisqu’il prend soin d’inclure diverses indications qui ne figurent pas dans la Sommaire description de la France, Allemagne, Italie, Espagne. Par exemple, il indique si les lieux traversés sont des villes, des cités ou de simples bourg ou hameaux : « Il faut remarquer aussi que les villes sont marquées par un V et les cités par une * Car pour les petits Bourgs & hameaux ils ne sont notés d’aucune marque » (p. 179). Pour rendre plus commode la consultation de son livre, il s’adresse directement à son lecteur et lui fournit l’information suivante : « J’advise le Voyageur que cette Guide des Chemins est mise par ordre Alphabétique afin qu’on puisse treuver avec plus de facilité les cités, villes & autres lieux qu’on désirera de sçavoir » (fol. 178v°). Ce sont toutes ces caractéristiques qui permettent d’affirmer que l’Inventaire des plus curieuses recherches des Royaumes d’Espagne peut parfaitement être assimilé à un guide destiné aux Français voulant se rendre en Espagne. Cet ouvrage est d’autant plus fiable qu’il a été rédigé par un homme né en Espagne et connaissant bien ce pays, ainsi que l’attestent les multiples allusions à son passage dans les diverses contrées qui le composent. En outre, l’approche de type encyclopédique d’une grande partie du volume, avec ses pages consacrées à des curiosités du pays – « Généalogie des […] Roys qui ont possédé l’Espagne depuis les Goths jusques au Roy Philippe III » (fol. 23) ou encore « Traicté de toutes les rentes qu’a le Roy d’Espagne en tous ses royaumes & aux Indes » –, devait sans nul doute susciter l’intérêt de nombreux lecteurs du fait de la présence de ces thèmes si particuliers et peu communs.

Le fidèle conducteur pour le voyage d’Espagne de Louis Coulon

15Le dernier guide de voyage qui sera abordé ici est plus tardif puisqu’il date de 1654. Il s’agit d’un volume rédigé par l’abbé Louis Coulon (1605-1664) et intitulé Le fidèle conducteur pour le voyage d’Espagne (Paris, Gervais Clouzier). L’auteur, géographe et historien français, avait conçu cet ouvrage afin de fournir à ses lecteurs de nombreuses informations à propos de l’Espagne. S’était-il lui-même rendu dans ce pays ou écrivit-il ce texte à partir de sources secondaires (lectures, témoignages de voyageurs…) ? Malgré de nombreuses recherches, nous n’avons trouvé aucune indication permettant de répondre à cette interrogation. Quoi qu’il en soit, cet auteur, dès la page de titre, annonce que son volume présente « […] les raretez & choses Remarquables qui se trouvent en chaques villes, & les distances d’icelles, avec un dénombrement des batailles qui y sont données ». Le livre comporte un « Advis au lecteur » qui incite ce dernier à se rendre en Espagne, alors même que les deux nations n’avaient pas encore signé le traité des Pyrénées qui allait mettre fin au conflit qui les opposait. Dans cet « Advis », l’abbé Coulon déclare :

  • 37 Louis Coulon, Le fidèle conducteur pour le voyage d’Espagne, Paris, Gervais Clouzier, 1654, fol. ai (...)

Mon Cher lecteur quoy que tu sois François de nation, n’abhorre pas le voyage de l’Espagne. Si ce pays est ennemy de la France, il en est voisin, si tu crains la discourtoisie de ses peuples, ils apprendront de toy ce que c’est que d’estre humain, deux contraires opposez l’un à l’autre, esclattent davantage : il est quelque fois bien nécessaire de cognoistre le génie, les mœurs, les adresses, & les desseins de son adversaire, cela ne peut estre inutile, & peut beaucoup servir.37

16L’ouvrage de Louis Coulon débute par une présentation générale de l’Espagne et de ses habitants (p. 1-9), puis se poursuit par des pages exclusivement consacrées à la ville de Tolède (p. 9-13) : de nombreux développements rappellent son histoire et sa géographie, décrivent ses principaux monuments et évoquent ses activités commerciales. L’auteur propose ensuite vingt-neuf itinéraires dont l’originalité est que tous ont pour point de départ cette même ville de Tolède, ce qui contraste avec les autres guides de ce type dont les itinéraires étaient beaucoup plus diversifiés : citons, par exemple, « De Tolède à Ávila, Salamanque, Brangance, & Orense » (p. 14), « De Tolède à Guadarama, Ségovie, Vailladolid & Palence » (p. 26) ou encore « De Tolède à Cordoüe » (p. 82). Le texte qui correspond à chacun de ces parcours est truffé de références historiques, d’anecdotes savoureuses ou de conseils liés aux déplacements d’un lieu à un autre avec mention des distances qui les séparent. Ainsi, l’itinéraire « De Tolède à Grenade » débute par des précisions sur les différentes étapes de ce parcours : « Il y a 49 [lieues] de Tolède à Grenade, à scavoir 18 jusques à Almagro ville agréable et délicieuse. D’Almagro à Úbeda 17. D’Úbeda à Jaén (…) 6. de Jaén à Grenade 9 » (p. 74). Il comporte ensuite une digression sur l’origine du nom de Grenade, ville « […] qui fut ainsi nommée, comme l’on croid, ou pour la graine d’escarlate, dont le païs est abondant, ou plustot pour ce que ses maisons sont serrées, comme les grains d’une Grenade » (p. 74). Enfin, il présente les différents quartiers qui composent cette ville avec leurs principales caractéristiques (localisation, monuments, habitants, etc.). Les pages consacrées à cet itinéraire offrent une quantité impressionnante de détails sur les villes traversées. Guadix donne lieu au commentaire suivant : « Guadix nommée ainsi par les Mores, assise dans une plaine spacieuse ombragée d’arbres et ceinte de tous costez de rudes montagnes à 30 l[lieues] de Tolède en passant par Almagre » (p. 80). Pour Almería, Louis Coulon donne les précisions suivantes : « [Ville] qui est à trois lieuës au-delà de Guadix assise sur la mer, & qui fut enlevée aux Mores en l’an 1147 » (p. 80). Enfin, l’auteur n’hésite pas à indiquer tout ce qui peut s’avérer utile à ses lecteurs : ainsi, lorsqu’il évoque la région d’Antequera, il signale que l’on y trouve « […] une fontaine, qu’ils appellent Petra, dont l’eau guérit de la gravelle » (p. 82). C’est une démarche similaire qui est adoptée pour chacun des itinéraires figurant dans l’ouvrage, d’où son extrême richesse qui rend sa lecture fort plaisante. Notons cependant que l’abbé Coulon, contrairement à Ambrosio de Salazar, évoque rarement miracles et prodiges. L’une des très rares occasions où il relate ce type d’événement concerne une « fontaine prodigieuse, qui attire & engloutit tout ce qui touche son eauë » (p. 106). Toutefois, il met très souvent l’accent sur des faits ou des pratiques en rapport avec le catholicisme. Ainsi, à propos de la cathédrale de Burgos, il évoque « le service divin […] qui est chanté par cinq chœurs différents, sans qu’ils s’interrompent les uns et les autres » (« Table alphabétique des choses et des lieux les plus remarquables », non-paginé). Pour Compostelle, il précise que « le Voyageur pourra [y] passer s’il a quelque dévotion pour l’Apostre S. Iacques dont le corps y repose » (p. 19). Pour ce qui est de Valladolid, il écrit : « Il y a dans cette ville quatre vingt dix monastères [et] soixante églises de paroisses » (p. 29). Enfin, au sujet de l’Escurial, notre auteur indique que « les plus dévots sont touchés de la piété des Religieux de l’ordre de S. Ierosme, qui vivent dans ce monastère » (p. 34).

  • 38 « [...] en Francia, ni varón ni mujer deja de aprender la lengua castellana », Miguel de Cervantes, (...)
  • 39 Voir supra, note 12.

17Au XVIIe siècle, la France se prit de passion pour « les choses d’Espagne ». La littérature française de l’époque en témoigne, qui est si empreinte des influences venues d’outre-Pyrénées. De plus, les mariages de Louis XIII et de Louis XIV avec des princesses espagnoles ne firent que renforcer cet engouement. À l’époque, malgré les tensions et les conflits opposant fréquemment les deux nations, de nombreux Français se mirent à étudier le castillan. Comme l’a souligné Cervantès, avec toutefois une exagération certaine, « […] en France, il n’est ni homme ni femme qui n’apprenne à parler castillan38 ». Il y eut alors une floraison d’ouvrages de toutes sortes – livres de grammaire, dictionnaires, recueils de dialogues bilingues, etc. – destinés à faciliter l’apprentissage de l’espagnol et rédigés très souvent par des maîtres de langue espagnols ou français. Ces derniers dispensaient également des enseignements en utilisant leurs propres publications et trouvaient ainsi une appréciable source de revenus. Grâce à ces enseignants et à leurs ouvrages, les Français qui souhaitaient se rendre en Espagne pouvaient donc se mettre aisément à l’étude du castillan. Il leur était ensuite possible de partir en emportant ces ouvrages de petit format, facilement transportables, lesquels pouvaient s’avérer très utiles lors de leur périple. Les candidats au « voyage d’Espagne » – comme l’on disait alors – faisaient également appel à un autre type d’ouvrages qui correspondraient à ce que nous dénommons aujourd’hui les guides de voyage. Ces livres avaient pour but de permettre à quiconque souhaitait aller en Espagne de préparer un tel déplacement et de disposer ensuite sur place d’informations de toute nature : outre diverses remarques portant sur l’histoire, la géographie, les us et coutumes, ils comportaient tous des itinéraires permettant de se rendre d’une ville à une autre, avec mention des différentes localités par lesquelles passer et les distances qui séparaient chacune de ces étapes. Parmi les auteurs de ces ouvrages, on remarque que seuls ceux de confession catholique mettaient particulièrement l’accent sur la description des lieux de culte, des couvents ou des monastères et, pour certains d’entre eux, allaient même jusqu’à relater prodiges et miracles, ce qui bien évidemment n’était pas du tout le cas des protestants. Quoi qu’il en soit, ces volumes dont le contenu allait des indications les plus savantes aux conseils les plus pratiques, avaient pour caractéristique principale, tout comme la plupart des manuels d’apprentissage du castillan, leur maniabilité. En effet, il s’agissait d’ouvrages imprimés dans des formats assez petits. C’est bien le cas des trois livres constituant le corpus qui vient d’être présenté : in-12 pour l’édition de 1604 de la Sommaire description de la France, Allemagne, Italie, Espagne de Théodore Turquet de Mayerne, in-octavo pour l’Inventaire général des plus curieuses recherches des Royaumes d’Espagne d’Ambrosio de Salazar et pour Le fidèle conducteur pour le voyage d’Espagne de l’abbé Louis Coulon. Ces éléments – contenu et format – expliquent donc pourquoi, au XVIIe siècle, les livres qui ont été évoqués ici constituaient des objets matériels indispensables à tous les voyageurs français désireux de se rendre en Espagne. Un certain nombre de ces voyageurs, à leur retour en France, publiaient d’ailleurs le récit de leur périple en Espagne : aux livres d’apprentissage du castillan et aux guides de voyage s’ajoutait alors une nouvelle catégorie d’ouvrages, à leur tour largement diffusés, les relations de voyage qui, à l’époque, remportèrent un vif succès auprès du public39.

Haut de page

Notes

1 C’est le cas, par exemple, de la Tragicomedia de Calisto y Melibea, également désignée par le titre La Celestina, dont on connaît des traductions publiées entre 1527 et 1578, cette dernière due à la plume de Jacques de Lavardin. L’œuvre sera de nouveau traduite en français au XVIIe siècle, en 1634, et publiée à Rouen chez Charles Osmont.

2 On pourra consulter divers travaux d’érudition qui présentent des listes d’œuvres espagnoles traduites en français au cours des XVIe et XVIIe siècles. Il s’agit essentiellement des études suivantes : Gustave Lanson, « Études sur les rapports de la littérature française et de la littérature espagnole au XVIIe siècle (1600-1660) », Revue d’histoire littéraire de la France, t. III, 1896, p. 45-70 (et plus particulièrement les pages 52-56) ; Raymond Foulché-Delbosc, Bibliographie hispano-française 1477-1700, The Hispanic Society of America, New York – Paris, 1912-1914, t. I (1477-1610), t. II (1611-1660) et t. III (1660-1700) (il existe une édition en fac-similé plus récente de cet ouvrage, en un volume : New York, Kraus Reprint Corporation, 1962) ; Philippe Van Tieghem, Les Influences étrangères sur la littérature française (1550-1880), Paris, P.U.F., 1961 (et plus particulièrement les pages 36-59 et 249-251) ; Madeleine Horn-Monval, Répertoire bibliographique des traductions et des adaptations françaises du théâtre étranger du XVe siècle à nos jours, t. IV. Théâtre espagnol, Paris, C.N.R.S., 1961 et Alejandro Cioranescu, Bibliografía francoespañola (1600-1715), Madrid, 1977 (Anejo XXXVI del Boletín de la Real Academia Española). On se reportera également aux travaux de Christian Péligry : « L’accueil réservé au livre espagnol par les traducteurs parisiens dans la première moitié du XVIIe siècle (1598-1661) », Mélanges de la casa de Velázquez, t. XI, 1975, p. 163-176 et « La difusión del libro español en Francia y particularmente en París en el siglo XVII », accessible uniquement en ligne : http://cvc.cervantes.es/obref/fortuna/peligry.htm [consulté le 23 juillet 2019].

3 Pour des détails plus précis sur la nature des emprunts faits par ces auteurs au théâtre espagnol, voir les notices très détaillées qui leur ont été consacrées par le professeur José Manuel Losada Goya. À titre d’exemple, voici ce qu’il écrit à propos de la tragi-comédie de Philippe Quinault intitulée Le fantôme amoureux (1657) et qui reprend à son compte des éléments tirés de la comedia de Pedro Calderón de la Barca, El galán fantasma : « L’intrigue, les personnages et plusieurs situations ont été empruntés à la pièce espagnole. Quinault a transposé l’action à Ferrare au lieu de la situer en Saxonie, comme l’avait fait Calderón. Dans son édition du Fantôme amoureux, Manuel Couvreur dit que Quinault suivit Calderón d’assez près […]. Pourtant le Français ne jugea pas opportun de mentionner le dramaturge qu’il démarquait », José Manuel Losada Goya, Bibliographie critique de la littérature espagnole en France, Genève, Droz, coll. « Travaux du Grand Siècle », n° 9, 1999, p. 105-106.

4 À propos de Charles Sorel et de ses liens avec la littérature espagnole, voir María Soledad Arredondo, Charles Sorel y sus relaciones con la novela española, thèse de doctorat, Universidad Complutense de Madrid, 1986.

5 L’Histoire comique de Francion contient d’indéniables échos de diverses œuvres espagnoles parmi lesquelles figurent Le Colloque des chiens de Miguel de Cervantès, La vie de l’aventurier Don Pablos de Ségovie de Francisco de Quevedo, Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán ou encore la Desordenada codicia de Carlos García, ainsi que l’ont montré Frank Greiner et Véronique Sternberg dans leur ouvrage intitulé L’Histoire comique de Francion de Charles Sorel, Paris, SEDES, 2000, p. 76.

6 Le berger extravagant est un roman qui s’inspire évidement du Quichotte de Cervantès, puisque son héros, Lysis, est saisi, tout comme le personnage de don Quichotte, d’une folie livresque.

7 Au sujet de cette inimitié, voir M. S. Arredondo, « Relaciones entre España y Francia en los siglos XVI y XVII: testimonios de una enemistad », Dicenda: Estudios de lengua y literatura españolas, n° 3, 1984, p. 199-206.

8 Au-delà de cette incursion, il y eut bien alors une véritable entreprise d’invasion quasi simultanée de plusieurs régions de France par des troupes espagnoles. C’est ce que souligne l’historien Jean-Michel Sallmann : « Il [Farnèse] se consacra à son expédition en France. Il vint affronter Henri de Navarre dans l’est de Paris, en Brie, aux alentours de Meaux, grenier à blé et zone stratégique pour le ravitaillement de la capitale. À la suite d’une habile manœuvre, il s’emparait de Lagny au début de septembre 1590 et débloquait Paris. […] Pendant ce même été, un corps expéditionnaire espagnol occupait le port de Blavet dans l’estuaire de la Loire […] tandis qu’une armée espagnole entrait en Languedoc […] », Jean-Michel Sallmann, Géopolitique du XVIe siècle, 1490-1618, Paris, Seuil, coll. « Nouvelle histoire des relations internationales », n° 1, p. 251-252.

9 Rappelons que la crainte des catholiques de voir monter sur le trône de France un roi protestant lorsque Henri III, monarque sans héritiers directs ou collatéraux, disparaîtrait, a débouché sur la constitution d’une ligue sous la direction du duc Henri de Guise. Cette ligue « dont le programme s’exprime dans un manifeste signé à Péronne en mars 1585, […] nie les droits du roi de Navarre à la couronne de France, demande l’extirpation de l’hérésie, la réforme de l’État, et fait du seul Bourbon catholique, le vieux cardinal Charles de Bourbon, l’héritier d’Henri III », Alain Talon, L’Europe au XVIe siècle. États et relations internationales, Paris, P.U.F, coll. « Nouvelle Clio », 2010, p. 77.

10 Sur la question de l’enseignement de l’espagnol dans la France du XVIIe siècle, voir les travaux suivants : C. Péligry, « César Oudin et l’enseignement de l’espagnol sous Louis XIII », Deux siècles de relations hispano-françaises. De Commyne à Madame d’Aulnoy, Paris, L’Harmattan, coll. « Récifs », 1987, p. 31-43 ; Marc Zuili, « L’enseignement de l’espagnol en France au XVIIe siècle : public, enseignants, ouvrages et pratiques pédagogiques », dans José Carlos Herreras (dir.), L’Enseignement de l’espagnol en France : réalités et perspectives, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, coll. « Recherches valenciennoises », n° 27, 2008, p. 201-219 et id., « L’enseignement du castillan en France au XVIIe siècle », dans Marc Zuili et Susan Baddeley (dir.), Les Langues étrangères en Europe : apprentissages et pratiques (1450-1700), Paris, PUPS, 2012, p. 91-108. ; Aurore Schoenecker, « Enseigner et apprendre l’espagnol en France au XVIIe siècle : modélisation du matériau didactico-linguistique par les pratiques sociales et pédagogiques », Maîtres et élèves de la Renaissance aux Lumières, Journée d’étude des jeunes chercheurs, Université Paris-Sorbonne, juin 2012, p. 14-29, consultable en ligne : http://www.cellf.paris-sorbonne.fr/sites/default/files/articles/texte_59.pdf [consulté le 23 juillet 2019].

11 À cette liste, Chantal Liaroutzos, maître de conférences en littérature, ajoute « […] le voyageur “curieux”, l’aristocrate, le hobereau, le bourgeois ou le marchand qui se déplacent pour affaires (juridiques ou commerciales), les médecins […], les étudiants », Chantal Liaroutzos, « Les premiers guides français imprimés », In Situ. Revue des patrimoines, n° 15, 2011, p. 1-11, en particulier p. 2, en ligne : http://journals.openedition.org/insitu/486 [consulté le 23 juillet 2019].

12 Parmi les Français qui, à l’époque, se sont rendus en Espagne, un certain nombre ont laissé des relations de leur périple sous forme de manuscrits ou de livres. Ces récits ont été recensés par R. Foulché-Delbosc, « Bibliographie des voyages en Espagne et en Portugal », Revue Hispanique, t. III, 1896, p. 1-349. Il existe une édition en fac-similé plus récente de cet ouvrage, comportant une introduction de Ramón Alba : R. Foulché-Delbosc, Bibliographie des voyages en Espagne et en Portugal, Madrid, Julio Ollero Editor, 1991. Parmi ces Français du XVIIe siècle qui ont laissé ce type de témoignages, on compte Barthélemy Joly qui fit le voyage d’Espagne en 1604, Jean Mocquet en 1614-1615, François de Bassompierre en 1621, Balthasar de Monconys en 1628, François Bertaut en 1659-1660, Antoine de Brunel en 1665, Marie-Catherine Le Jumel de Barneville (plus connue sous le nom de madame d’Aulnoy) en 1579, etc. À propos de ces relations de voyage, voir également Bartolomé et Lucie Bennassar, Le Voyage en Espagne. Anthologie des voyageurs français et francophones du XVIe au XIXe siècle, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1998.

13 Ces publications servirent également à toutes les personnes qui, sans avoir l’intention de se rendre en Espagne, voulaient néanmoins apprendre le castillan, langue alors à la mode. Comme l’a souligné Adolphe de Puibusque, « Depuis la Ligue, aucune langue étrangère n’était plus répandue en France que la langue espagnole. [...] Les grammaires espagnoles se multipliaient [...]. L’union des cours de France et d’Espagne, par le mariage de la fille de Philippe III avec Louis XIV, prolongea pendant tout le XVIIe siècle le goût des Français pour la langue castillane », Adolphe de Puibusque, Histoire comparée des littératures espagnole et française, t. II, Paris, Dentu, 1843, p. 388-389.

14 Le cas de l’antagonisme entre deux de ces maîtres de langue, César Oudin et Ambrosio de Salazar, est évoqué dans deux études : Alfred Morel-Fatio, Ambrosio de Salazar et l’étude de l’espagnol en France sous Louis XIII, Paris-Toulouse, Picard-Privat, coll. « Bibliothèque espagnole », n° 1, 1901, p. 145-186 et M. Zuili, « L’enseignement du castillan en France au début du XVIIe siècle », art. cit., p. 97-99.

15 En ce qui concerne ces ouvrages, on se reportera à la synthèse réalisée par Marie-Hélène Maux-Piovano, Les Débuts de la didactique de l’espagnol en France : les premières grammaires pratiques (1596-1660), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2002. Voir également l’Inédit d’HDR de cette même universitaire : M.-H. Maux-Piovano, Les trois Arte Breve de Juan de Luna, Université de Pau et des pays de l’Adour, 2013. On pourra également consulter les travaux suivants : Sabina Collet Sedola, « Juan de Luna et la première édition de l’Arte breve », Bulletin hispanique, t. LXXIX, nos 1-2, janvier-juin 1977, p. 147-154 ; id., « Gerónimo de Texeda », Bulletin hispanique, t. LXXXII, nos 1-2, janvier-juin 1980, p. 189-198 ; id., « L’origine de la didactique de l’espagnol en France. L’apport des grammairiens espagnols exilés (1600-1650) », Histoire. Épistémologie. Langage, t. XV, fascicule 2, 1993, p. 39-50 ; Daniel Sáez Rivera, La lengua de las gramáticas y métodos de español como lengua extranjera en Europa (1640-1726), thèse de doctorat, Universidad Complutense de Madrid, 2007.

16 Les données fournies ici à propos de cette production d’ouvrages grammaticaux reprennent, en les complétant et en les actualisant, des éléments tirés de M. Zuili, « L’enseignement du castillan en France au XVIIe siècle », art. cit., p. 103-104.

17 Si beaucoup parmi les lecteurs de ce type d’ouvrages n’avaient pas vraiment pour but de se rendre dans le pays de Cervantès, mais simplement d’acquérir quelques rudiments de castillan, langue devenue à la mode, il n’en reste pas moins que ces livres faisaient partie du bagage de certains d’entre eux. Il s’agissait, en effet, de manuels « typiques d’une nouvelle génération d’outils didactiques [qui] toucheraient un public plus varié que le lecteur idéal figuré par le courtisan […] mais aussi l’utilisateur type des lexiques polyglottes, à savoir le voyageur ou le marchand », A. Schoenecker, « “Pour voyager, sans crainte de se mouiller les pieds jusqu’aux monts Pyrénées”. De l’utilité des livres d’apprentissage de l’espagnol en France au XVIIe siècle », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 48, 2014, p. 64-73, en particulier p. 68.

18 Pour de plus amples détails sur ces ouvrages de dialogues bilingues, voir M. Zuili, « Recherches sur les Diálogos muy apazibles… (1608) de César Oudin, “Secrétaire Interprète du Roy ès langues Germanique, Italienne & espagnolle” », dans Marie-Hélène Maux-Piovano (dir.), ReCHERches. Culture et histoire dans l’espace roman, n° 5 : Enseigner les langues modernes en Europe (XVe-XVIIe siècles), Strasbourg, Université de Strasbourg, automne 2010, p. 117-143.

19 Voici ce que l’auteur, Antoine Oudin, dit du « toilettage » qu’il apporta à la précédente version de cet ouvrage : « Je vous donne le François beaucoup plus moderne qu’il n’estoit auparavant, & pour l’Italien et l’Allemand, je les fais discourir, autant que je puis, selon leur propre Idiome, sans m’attacher autrement à la diction Espagnole, que j’ay purgée en plusieurs endroits de certaines saletez, qui ne pouvoient estre bienséantes que dans la bouche de personnes de très basse-condition. », Antoine Oudin, Dialogues fort récréatifs, Paris, Antoine de Sommaville, 1650, fol. aiiij.

20 S. Collet Sedola, « L’étude de l’espagnol en France à l’époque d’Anne d’Autriche », dans Charles Mazouer (dir.), L’Âge d’or de l’influence espagnole. La France et l’Espagne à l’époque d’Anne d’Autriche (1615-1666) : Actes du 20e colloque du CMR 17 (Bordeaux, 25-28 janvier 1990), Mont-de-Marsan, Éditions interuniversitaires, 1991, p. 39-51, en particulier p. 47.

21 Ce dictionnaire a donné lieu à une édition récente : César Oudin, Tesoro de las dos lenguas española y francesa / Tresor des deux langues françoise et espagnolle, 2 tomes, étude introductive par Marc Zuili, préface de Dominique Reyre, Paris, Honoré Champion, coll. « Documents & références », 2016.

22 Voir Marc Zuili, « César Oudin y la difusión del español en Francia en el siglo XVII », dans Manuel Bruña Cuevas, María Gracia Caballos Bejano, Inmaculada Illanes Ortega, Carmen Ramírez Gómez et Anna Raventós Barangé (dir.), La cultura del otro: español en Francia, francés en España - La Culture de l’autre : espagnol en France, français en Espagne, Encuentro hispano-francés de investigadores 1 (APFUE-SHF), Séville, Departamento de Filología Francesa de la Universidad de Sevilla, 2006, p. 278-289, en ligne : https://dialnet.unirioja.es/descarga/articulo/4047097.pdf [consulté le 23 juillet 2019].

23 Ana María Carranza Torrejón, « La “Recopilación de las voces más usuales para empezar á hablar en francés” (1781) de Pierre-Nicolas Chantreau », Cédille. Revista de estudios franceses, n° 10, avril 2014, p. 95-114, en particulier p. 97-98.

24 En ce qui concerne certains des glossaires et dictionnaires emportés par les voyageurs, voir Maria Colombo Timelli, « Dictionnaires pour voyageurs, dictionnaires pour marchands ou la polyglossie au quotidien aux XVIe et XVIIe siècles », Linguisticæ investigationes, vol. XVI, n° 2, 1992, p. 395-420.

25 Au sujet de ces ouvrages bilingues publiés par César Oudin, voir M. Zuili, « Étude introductive », dans César Oudin, Tesoro de las dos lenguas española y francesa / Tresor des deux langues françoise et espagnolle, op. cit., p. 86-91.

26 Bartolomé et Lucille Bennassar, Le Voyage en Espagne, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1998, p. IV.

27 Pour ce qui est de la production de certains de ces ouvrages au siècle précédent (XVIe siècle), voir Pierre Jeannin, « Guides de voyage et manuels pour marchands », dans Jean Céard et Jean-Claude Margolin (dir.), Voyager à la Renaissance, Paris, Maisonneuve & Larose, 1987, p. 159-169.

28 L’historienne Carole Christen-Lécuyer indique : « […] il est tout aussi difficile de définir un guide au 16e qu’au 20e siècle. Cette littérature utilitaire, pédagogique car d’apprentissage, diffuse des codes, des valeurs, des moyens de comprendre l’espace et le temps. Elle est un moyen d’atteindre la réalité d’autrefois mais à travers une construction de représentations et de symboles. Les guides s’inscrivent donc dans l’histoire des stéréotypes, des représentations, mais leur élaboration fait appel à de multiples apports qui exigent de multiplier et de croiser les approches », Carole Christen-Lécuyer, « Les guides imprimés du 16e au 20e siècle », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 63, juillet-septembre 1999, p. 131-133, en particulier p. 131.

29 Au XVIIe siècle, Cologny était souvent utilisé pour dissimuler le fait qu’un ouvrage avait été imprimé à Genève, et ce pour d’évidentes questions religieuses : « Si usava così, per nascondere la provenienza da Ginevra, porre un fittizio luogo di edizione […]. Infatti Cologny (Colonia Allobrogum) non è Colonia, come molti erroneamente interpretarono, ma un paesetto presso Ginevra. » (« On procédait ainsi afin de cacher la provenance genevoise, en indiquant un lieu fictif d’édition […]. En fait, Cologny (Colonia Allobrogum) n’est pas la ville de Cologne, comme beaucoup l’ont interprété par erreur, mais un village près de Genève »), Annamaria Gallina, Contributi alla storia della lessicografia italo-spagnola dei secoli XVI e XVII, collezione « Biblioteca dell’ “Archivum Romanicum” », Serie I, vol. 58, Firenze, Olschki, 1959, p. 233-234.

30 L’ouvrage décrit ici correspond à l’édition suivante que nous avons pu consulter : Théodore Turquet de Mayerne, Sommaire description de la France, Allemagne, Italie, Espagne, Rouen, Jean Petit, 1604. Nous citons à partir de cette édition.

31 Voir infra les développements consacrés aux ouvrages d’Ambrosio de Salazar et de l’abbé Louis Coulon.

32 T. Turquet de Mayerne, « Dédicace », dans Sommaire description de la France, Allemagne, Italie, Espagne, op. cit., non-paginé.

33 Ibid.

34 Il s’agit d’une traduction en français réalisée par Ambrosio de Salazar lui-même de son Almoneda general de las más curiosas recopilaciones de los reynos de España, ouvrage qui fut également publié en 1612 par le même libraire-imprimeur parisien, Anthoine du Breuil.

35 Mis à part ces passages qui portent sur des faits associés à la religion catholique, on remarque, en revanche, que l’engagement d’Ambrosio de Salazar dans la Ligue ne semble pas avoir eu d’autres incidences sur le contenu de son texte, en particulier dans le domaine de la propagande antiprotestante.

36 La partie du volume d’Ambrosio de Salazar consacrée au « Guide des chemins d’Espagne » n’est plus foliotée, contrairement à tout ce qui précède. C’est pourquoi, afin de localiser les passages cités, nous utiliserons les signatures placées en bas de page et composées d’une lettre suivie de chiffres romains.

37 Louis Coulon, Le fidèle conducteur pour le voyage d’Espagne, Paris, Gervais Clouzier, 1654, fol. aij-aij v°. On retrouve là les échos d’un texte similaire de César Oudin qui, lorsqu’il publia en 1597 sa Grammaire et observation de la langue espagnolle, s’était senti obligé de prendre des précautions pour ne pas être soupçonné de sympathies envers l’ennemi espagnol, d’où les lignes suivantes qui figurent dès les premières pages de ce livre : « Je ne doubte point que quelques-uns ne se scandalisent, voyant que c’est vouloir enseigner la langue de nos ennemis […] qu’ils considèrent aussi que les plus grands capitaines sont louez par les historiens pour avoir sçeu plusieurs sortes de langues, & que c’est en effect le moyen de descouvrir les menées de son ennemy de l’entendre parler », César Oudin, Grammaire et observation de la langue espagnolle, Paris, Marc Orry, 1597, fol. aii v°-aiii.

38 « [...] en Francia, ni varón ni mujer deja de aprender la lengua castellana », Miguel de Cervantes, Los trabajos de Persiles y Sigismunda, éd. Carlos Romero Muñoz, Madrid, Cátedra, coll. « Letras Hispánicas », n° 427, 2003, p. 567. C’est nous qui traduisons.

39 Voir supra, note 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Zuili, « S’instruire et se déplacer : le livre, objet matériel du voyage en Espagne au XVIIe siècle »Études Épistémè [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 10 mars 2020, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/episteme/6417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.6417

Haut de page

Auteur

Marc Zuili

Marc Zuili est professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines où il dispense des cours de littérature et de civilisation sur l’Espagne du Siècle d’Or. Auteur de nombreux articles portant sur cette période, il a aussi publié divers ouvrages parmi lesquels une édition du Tesoro de las dos lenguas española y francesa de César Oudin (Honoré Champion).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals