Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Contingence et fictions de faits ...Hasard et exemplaritéL’appropriation du fait divers da...

Contingence et fictions de faits divers (XVIe-XVIIIe siècles)
Hasard et exemplarité

L’appropriation du fait divers dans quelques nouvelles du Cinquecento: le cas de la comtesse de Challant

Reading News Stories in some Renaissance Novellas: The Strange Case of the Countess of Celant
Enrica Zanin

Résumés

La vie passionnelle, les crimes et la terrible mort de Bianca Maria, comtesse de Challant, sont relatés dans une chronique, puis racontés par Bandello dans une nouvelle (1554), qui est traduite en plusieurs langues. Au gré des traductions, le sens de l’histoire change. Les auteurs moralisent de plus en plus le texte, en proposant diverses stratégies pour neutraliser le hasard et livrer une vision cohérente de l’histoire. Comment interpréter cet excès de moralisation ? L’exploration des conceptions renaissantes de « fiction », d’« éthique » et du rapport entre les deux laisse entrevoir une possible réponse à cette question, et révèle un changement radical dans le traitement de la morale du texte.

Haut de page

Texte intégral

1S’il est vrai que les auteurs de nouvelles, et notamment Bandello, insistent traditionnellement sur le caractère historique et actuel de leurs récits, il est difficile pour le lecteur d’aujourd’hui de saisir l’actualité de ces textes et le jeu de reconnaissances que ces récits pouvaient susciter. Il existe pourtant une nouvelle qu’il m’est possible de lire comme un « fait divers » : il s’agit de l’histoire de la comtesse de Challant, qui a marqué comme un événement curieux, unique et certain, les souvenirs de mon enfance. L’histoire de ses méfaits m’était racontée chaque fois que je visitais le Château d’Issogne, au Val d’Aoste, où elle a vécu avec le conte René de Challant, et où, disait-on, son ombre se promène chaque nuit, en portant sa tête, sur le balcon du premier étage. Si je n’ai jamais pu voir son fantôme, j’ai pu en revanche reconstituer son histoire qui a effectivement défrayé la chronique, dans les premières années du XVIe siècle.

  • 1 Antonio Grumello, Cronica (après 1529), in Raccolta di cronisti e documenti storici lombardi inedit (...)
  • 2 Edoardo Rossetti, « ‘Chi bramasse di veder il volto suo ritratto dal vivo’ Ermes Visconti, Matteo B (...)

2Bianca Maria Gaspardone naît à Casale Monferrato vers 1499. Elle est fille de Giacomo Gaspardone, trésorier du marquisat de Montferrat. En 1513, elle épouse Hermès Visconti, de 20 ans son aîné, et s’installe avec lui à Milan. L’année suivante, son père meurt, la laissant héritière unique d’une vaste fortune. C’est pendant ces années qu’elle fréquente la maison de Ippolita Sforza Bentivoglio, où elle rencontre, parmi les habitués, Matteo Bandello. En 1519, Ermes Visconti est justicié à Milan : Bianca Maria, à l’âge de 20 ans, est donc belle, libre et très riche. Plusieurs nobles la courtisent : elle refuse Sigismondo Gonzaga, cousin du marquis de Mantoue, pour épouser, en 1522, René, comte de Challant. Dès l’année suivante le couple se sépare : René mène la guerre avec François premier contre Milan, alors que Bianca Maria se réfugie à Pavie, près d’un parent, où elle se lie avec Ardizzino Valperga, comte de Masino. En 1525 on lui connait une nouvelle liaison avec Roberto Sanseverino, comte de Caiazzo : Masino, éconduit, la diffame publiquement. La comtesse de Challant, pour faire taire son ancien amant, demande d’abord à Sanseverino et ensuite à Pietro Cardona, fils naturel du comte de Collisano, de tuer Masino. En 1526, Masino et son frère sont assassinés. Charles de Bourbon, qui a reçu de Charles Quint le gouvernement de Milan, enquête sur l’affaire. Il découvre le mandataire du crime, grâce au témoignage de Sanseverino. Il fait arrêter Cardona et Bianca Maria, mais n’a pas de preuves pour accuser la comtesse. Alors que le connétable est sur le point de la libérer, Bianca Maria lui écrit et confesse son crime. Elle est décapitée à Milan, devant le château des Sforza, à l’âge de 27 ans1. Il reste aujourd’hui une trace de sa grâce et de sa beauté dans la fresque peinte par Bernardino Luini, dans la Cappella Besozzi, à Milan. On y voit sainte Catherine, sur le point d’être décapitée : le bourreau a les traits de Ermes Visconti, Catherine ceux de Bianca Maria, les deux étant les commanditaires de la chapelle2. Le sujet de la fresque évoque étrangement le sort de la comtesse.

Sainte Catherine sous les traits de Bianca Maria

Sainte Catherine sous les traits de Bianca Maria

Bernardino Luini, Affreschi di santa Caterina, Milano, San Maurizio al Monastero Maggiore, Cappella Besozzi, ca. 1520

(CC BY-SA 3.0 wikipedia)

  • 3 Antonio Grumello, Cronica, op. cit.; Matteo Bandello, Novelle, Lucca, Busdraghi, 1554, nouvelle I, (...)
  • 4 Giuseppe Luigi Vallardi, La contessa di Cellant, drame, Milan, 1858 ; Pier Ambrogio Curti, Madama d (...)

3La vie de Bianca Maria est liée à l’actualité politique des guerres d’Italie et son histoire est relatée d’abord dans la Cronica de Antonio Grumello composée après 1529 et ensuite racontée par Bandello dans ses Nouvelles publiées en 1554. La nouvelle de Bandello connaît un large succès : elle est anthologisée par Centorio (1560), traduite en français par Belleforest (1564), retraduite en anglais par Painter (1566) et par Fenton (1567), utilisée dans des recueils d’exempla par Whetstone (1576) et par Bonciari (1641)3, adaptée au théâtre par John Marston (in The Insatiate Countess, 1613). Au XIXe siècle, Bianca Maria devient une héroïne romantique et son histoire est l’objet de quatre drames, de trois récits et d’un opéra4. Le fait divers devient donc fiction et connaît diverses interprétations qui cherchent à expliquer l’histoire pour tirer du hasard des événements un sens et une morale. C’est ce parcours de l’histoire à l’exemple que je voudrais retracer ici, par l’analyse des diverses réécritures du récit de Bandello.

Du fait à la fiction ?

  • 5 Antonio Grumello, op. cit., p. 426.
  • 6 Ibid., p. 427.
  • 7 « Li rispose il vicario: Madama, tutto lo oro del mondo non ve salvarla », ibid., p. 428.

4On pourrait supposer que la mise en fiction du fait divers viendrait l’expliquer et le justifier, que l’on passerait d’un récit où les faits seraient racontés de manière factuelle (dans la chronique) à un récit où les faits seraient normalisés (dans la nouvelle), où leur succession pourrait être expliquée par une série de causes et leur caractère excessif et exceptionnel rendu crédible et vraisemblable. Or il n’en est rien. La chronique de Grumello est d’emblée normalisée, le fait « nu » n’existe pas. Dans la chronique, comme dans les gazettes de l’époque et dans les nouvelles, l’actualité reçoit d’emblée une explication logique et une justification morale. C’est la concupiscence qui pousse Bianca Maria au crime : une nuit où elle prenait du plaisir avec don Pietro di Cardona – raconte Grumello –, son désir incontrôlé et l’influence du diable suscitèrent en elle le dessein d’assassiner Masino5. C’est par l’action de la divine Providence que son crime est puni : alors qu’aucun indice ne l’inculpait, la comtesse choisit de tout confesser à Charles de Bourbon6. La morale de l’histoire, pour Grumello, est claire : l’argent ne sauve pas. En se sachant condamnée, la pauvre comtesse propose au juge toute sa fortune pour avoir la vie sauve. Mais le juge répond : « Madame, tout l’or du monde ne saurait vous sauver »7.

  • 8 « Homme de lettres et de grande expérience », Matteo Bandello, Novelle, éd. Giochino Brognolino, Ba (...)
  • 9 Donata Ortolani, « Una liberazione impossibile. A proposito del “realismo” nelle Novelle di Matteo (...)
  • 10 Matteo Bandello, op. cit., vol. 1, p. 59.
  • 11 Diplôme du 3 mai 1464, cité dans « Gaspardone, Bianca Maria », in Dizionario Biografico degli Itali (...)
  • 12 « Chi vuol nodrire razze di cavalli, ricerca cavalle generose prodotte da buone e nobili cavalle. M (...)

5Si la chronique présente une version moralisée des faits qui ne laisse aucune place au hasard, Bandello, en revanche, insiste sur la réalité historique de sa nouvelle. Il évoque son souvenir de Bianca Maria, « fanciulletta » (jeune fille), chez Ippolita Bentivoglio, il vérifie les faits auprès d’un témoin fiable, Antonio Sabino, « uomo di buone lettere di molta esperienza »8. Son récit semble donc véritable et historiquement fondé9, alors qu’en réalité Bandello altère l’histoire de Bianca Maria. Il affirme que la comtesse était de très basse condition, que son père s’était enrichi par l’usure10. Or les archives11 montrent que le marquis du Montferrat avait annobli l’aïeul de Bianca Maria, qui appartenait, par conséquent, à la petite noblesse. Si Bandello altère le récit, c’est pour mieux le moraliser. Il explique en effet que l’histoire de Bianca Maria nous invite à méditer sur le choix difficile d’une bonne épouse : si pour acheter un cheval ou un chien de chasse l’on cherche à connaître sa race et son origine, de même, pour le choix d’une épouse, il faudrait prendre en compte la qualité de ses parents, plutôt que la quantité des biens qu’ils possèdent12. Si la comparaison entre la femme et le cheval nous paraît choquante, sa signification est claire : la qualité d’une personne est aussi liée à la qualité de ses ancêtres et à leur rang social.

  • 13 « Essendo io a Diporto con madama di Mantova, ella mi comandò che io prendendo le Decadi liviane, d (...)

6L’histoire de la comtesse de Challant est donc présentée à la fois comme un récit vrai et comme une fiction moralisante. Cette ambivalence qui paraît aujourd’hui contradictoire – comment un récit pourrait-il être à la fois fictionnel et véritable ? – ne l’était pas du temps de Bandello, où il était possible, selon les lois de la rhétorique, d’orner de fictions une histoire véritable sans qu’elle ne perdît, aux yeux du lecteur, sa véracité. Un exemple tiré des Novelle permet d’expliquer ce paradoxe apparent : un jour, alors que Bandello lisait avec une dame de Mantoue le récit du viol de Lucrèce dans Tite Live, Castiglione lui propose de re-raconter l’histoire telle qu’elle fut, mais en l’ornant de ces « choses vraisemblables » qui rendent le propos plus léger et plus agréable à tous13.

  • 14 Humbert de Romans, de dono timoris, de abundantia exemplorum (1277), trad. Christine Boyer, Lyon, P (...)

7Il en résulte une histoire très éloignée de celle de Lucrèce, qui pourtant est considérée, par Bandello et les auditeurs, comme véritable. Ce mélange entre fait et fiction n’est pas propre à Bandello, mais est un trait de la poétique de l’exemplum, issu à la fois de la rhétorique antique et de la pratique médiévale : Cicéron expose, dans le livre III du de Oratore, les ornements (fictifs) qu’il faut ajouter aux faits véritables pour émouvoir l’auditoire ; Humbert de Romans, dans sa collection d’exempla, explique qu’un exemple est « véritable » s’il provient d’une source illustre et s’il révèle une vérité de la foi14 :  selon ces critères, les anecdotes des anciens et les mythes antiques sont alors des récits « véritables ». Ce mélange entre fait vrai et fiction nous surprend : il n’est pourtant pas sans rappeler la vogue récente pour les récits « issus d’une histoire vraie ». De tels récits sont dits « vrais » – c’est-à-dire, non-intentionnels, factuels, sérieux, authentiques et donc plus pathétiques – alors que l’on sait qu’ils sont en réalité le fruit d’un remaniement. Si l’on accepte ce mélange entre fait et fiction c’est que l’on prend plus de plaisir à imaginer que le récit soit réellement issu de l’histoire, qu’à le croire fictif. De la même manière dans la nouvelle, l’ajout d’ornements vraisemblables à un fait divers sert le plaisir des auditeurs. Mais le plaisir n’est pas la seule raison du mélange entre fait et fiction : la nouvelle est aussi au service d’un savoir pratique. Il s’agit, pour le lecteur, de s’approprier l’histoire pour en tirer des leçons pratiques, qui pourraient venir orienter son action. La nouvelle dépasse ainsi le clivage entre histoire et fiction et produit un récit « factuel » qui est déjà moralisé. Le caractère exceptionnel et excessif du récit, ainsi que le caractère arbitraire de sa fin sont mis en évidence pour surprendre, et ils sont expliqués pour moraliser. On peut se demander si les traductions plus tardives de la nouvelle présentent la même ambivalence.

De l’histoire à la morale ?

  • 15 Thibault Catel, « Le Sentier de l’exemple », morale et moralisation dans la nouvelle tragique, thès (...)
  • 16 « Contiensi in questa quarta novella la leggerezza d’una immoderata donna, che per adempire le sue (...)
  • 17 « Ce n'a point esté sans cause si de tout temps les hommes plus accorts & sages, ont tenu l' œil & (...)
  • 18 Geoffrey Fenton, op. cit., p. 137 ; William Painter, op. cit., p. 196.
  • 19 « Blanca Maria […] sibi meritam mortem imprudens adsciscit » : « Bianca Maria, par son imprudence, (...)

8La critique a montré que les traductions des nouvelles de Bandello tendent à pousser plus loin la normalisation et la moralisation du récit15, et ce par trois stratégies. D’abord, en généralisant le récit circonstancié de Bandello. Pour ce faire, le premier compilateur des nouvelles, Centorio (1560), supprime l’épître dédicatoire qui précisait le contexte de l’énonciation chez Bandello. Après Centorio, les nouvelles n’ont plus de cadre, on ne sait plus qui les raconte, pour quelle raison et dans quel contexte. Centorio remplace les épîtres dédicatoires de Bandello par un sommaire moralisateur, que les traducteurs reprennent et développent. Si Centorio explique que la nouvelle de la comtesse de Challant sert à réprouver la luxure d’une femme immodérée16 ; pour Belleforest, la nouvelle montre aux maris qu’il faut à tout prix contrôler leurs femmes, pour qu’elles ne suivent point leur pente naturelle à la concupiscence17. Fenton et Painter soulignent que non seulement les maris, mais aussi les pères doivent exercer ce contrôle salutaire18 et Bonciari conclut que Bianca Maria, par ses passions désordonnées, a bien mérité de mourir19.

  • 20 « [Visconti] : ‘perché io conosco il trotto e l’andar del mio polledro, non mi parendo di lasciargl (...)
  • 21 « Ce n'a point esté sans cause si de tout temps les hommes plus accorts & sages, ont tenu l' œil & (...)

9Si l’effort de moralisation est présent dans tous les textes, la morale de la nouvelle change. Pour Bandello, il s’agissait d’inviter les maris à mieux discerner avant de choisir leur épouse. Pour Belleforest et les autres traducteurs, en revanche, il s’agit d’inviter maris et pères à mieux contrôler leurs épouses et leurs filles. La métaphore du cheval, évoquée par Bandello, trouve un nouvel usage en traduction. Dans le texte italien, elle apparaît dans le dialogue entre Ippolita Bentivoglio et Ermes Visconti. À la requête de la comtesse, qui demandait plus de liberté pour la jeune Bianca Maria, Ermes répond qu’il connaît bien son poulain, et que pour cette raison il ne veut pas lui laisser la bride sur le cou, de peur qu’il ne s’égare20. Dans le texte de Belleforest, la métaphore apparaît au discours indirect, dans la morale : il semblerait mauvais d’ôter toute liberté à la jeunesse, mais en vérité « la bride trop lincentieuse donnée à la jeunesse luy cause une si forte et & fascheuse servitude, qu'il vaudroit mieux estre enchainé & clos dans quelque obscure prison, que d'estre marqué d'une telle tâche d'infamie, que volontiers telles licences & libertez nous apportent »21. Si Bandello propose une stratégie morale, discutée par la suite dans le texte, Belleforest impose une maxime de conduite que le texte se limite à démontrer.

  • 22 Ibid., fol. 98v.
  • 23 Ibid., fol. 103r.
  • 24 George Whetstone, op. cit., p. 1-11.

10La moralisation accrue de l’intrigue va de pair avec sa fictionnalisation. Dans les traductions, les figures historiques qui étaient évoquées par Bandello deviennent des personnages dont on décrit le caractère et les propos. Ermes Visconti est le modèle du bon mari, qui « aime mieux que [sa femme] soit un peu captive, que libre avec son deshonneur & mon infamie »22. René de Challant est son double inversé et propose à sa femme un pacte de liberté : « Il vaut mieux, madame, que nous qui sommes plus proches de la gaillardise Françoise, & qui vivons suivant la liberté dudit païs, vivions ensemble, plustost que vous soyez captive dans la maison d'un Italien, lequel vous tiendra en pareille servitude que d'autres-fois vous avez experimenté »23. Les deux maris servent ainsi d’exemples : le premier, par ses contraintes, défend l’honneur de sa femme, le second, par ses libertés, cause indirectement les crimes de Bianca Maria. Les adaptations plus tardives introduisent des dialogues qui soulignent le caractère fictif de l’intrigue : Whetstone recense l’histoire de Bianca Maria dans la section de son recueil consacrée aux exemples de ruine morale. Il ne retrace pas le fait divers, mais donne alternativement la parole à Bianca Maria, qui raconte son histoire au comte de Caiazzo, qui l’accuse, et encore à la comtesse qui reconnait se fautes et demande le pardon24.

  • 25 Les nouvelles de Bandello sont explicitement condamnées en 1574 dans l’Avviso alli librari par Paol (...)

11Les traductions de la nouvelle de Bandello tendent ainsi à aller plus loin dans la moralisation du texte, par la généralisation du propos, l’ajout de passages moralisants, ainsi que par l’introduction d’éléments clairement fictionnels, comme l’évocation des pensées de personnages et de leurs propos au style direct. De la nouvelle de Bandello (publiée en 1554) aux traductions (publiées vers 1570) et jusqu’aux recueils d’exemples de Bonciari (vers 1640), l’histoire de Bianca Maria est de plus en plus moralisée. Pourquoi ? Les raisons de ce surcroît de morale sont multiples. Sans doute, l’éloignement chronologique et géographique de l’événement le rend moins actuel et moins familier : dès lors, le lecteur s’intéresse moins à la proximité brûlante de l’événement qu’à sa portée symbolique, c’est-à-dire à son sens général, à sa qualité fictionnelle, à sa valeur morale. De même, le poids de la censure25 invite les traducteurs à préciser clairement le sens du récit. Il n’est donc pas surprenant que Centorio, dans sa collection de 1560, s’applique à sélectionner les nouvelles plus « exemplaires » et à expliciter pour chacune, dans un chapeau introductif, la morale qu’on doit en tirer. Je voudrais pourtant montrer que l’excès de moralisation n’est pas seulement dû à des circonstances extérieures aux textes, mais qu’il manifeste en réalité un changement de poétique, qui affecte la façon de lire et d’interpréter le récit.

Les nouvelles : un cas de « narration appliquée »

12Les traductions de Bandello ne se limitent pas à accroître l’importance de la morale, mais l’envisagent autrement. Le surcroît de morale manifeste un changement dans la perception de la valeur et de la finalité du récit. Pour comprendre ce changement, il est nécessaire d’abord d’historiciser notre idée de « morale » et de « récit ». En ce qui concerne le « récit », nous avons vu que, dans la première modernité, le fait « nu » n’existe pas, car tout récit est déjà expliqué et moralisé. De même, le clivage entre récit « littéraire » plaisant (fiction), et récit « didactique » sérieux (exemplum) n’est pas tranché. Cela veut dire que toutes les réécritures de la nouvelle partagent le même univers de référence : la chronique, la nouvelle, les traductions, les exempla participent toutes à ce que l’on pourrait appeler une « narration appliquée », c’est-à-dire une narration qui cherche à décrire les « mœurs » et les conduites à adopter dans les cas les plus divers.

  • 26 Voir Amedeo Quondam, Forma del vivere : l'etica del gentiluomo e i moralisti italiani, Bologne, Il (...)

13C’est en ce sens que la nouvelle de la Renaissance appartient à l’éthique : non pas parce que le récit est subordonné à l’expression d’une morale explicite, mais parce que chaque narration traite de problèmes éthiques et vise à orienter le lecteur dans sa recherche du bonheur. Pour comprendre la pertinence éthique du récit renaissant, il convient donc d’historiciser notre conception de la morale. L’éthique de la Renaissance n’est pas déontologique, comme le sera la morale kantienne : elle n’indique pas comment faire le bien conformément à la loi morale, elle ne préconise aucun commandement abstrait, ni ne dissocie la morale du bonheur et du plaisir. Au contraire, l’éthique renaissante est eudaimonique26 : elle indique comment agir bien pour être heureux, par l’épanouissement de vertus dans l’action et dans la vie avec les autres. Il s’agit d’une éthique d’inspiration aristotélicienne, fondée sur l’idée que la vie morale procure le bonheur, qu’agir bien rend nécessairement l’homme heureux, et que la valeur morale ne dépend pas de l’intention de l’agent mais de la qualité de son action, c’est-à-dire de son comportement social et de la convenance entre sa situation (âge, genre, naissance) et son agissement. Pour agir bien, il ne faut pas suivre un commandement, mais cultiver ses vertus, c’est-à-dire, développer ses qualités innées. La vertu suprême, selon Aristote, est la prudence (phronesis), c’est-à-dire l’art de bien délibérer en tout circonstance. Or pour bien délibérer, il faut pouvoir anticiper les conséquences de chaque action, c’est-à-dire pouvoir envisager tous les scénarios possibles.

  • 27 Voir Pontano : « les histoires de ce genre (fabellae), puisqu’elles sont créees pour les bonnes mœu (...)
  • 28 Je reprends ce terme à Gadamer (Anwendung), qui traite de la proximité entre éthique et interprétat (...)

14On comprend, dès lors, en quoi le récit est un élément essentiel de l’éthique : connaître des histoires permet de mieux agir dans le monde, car les récits proposent une multiplicité de cas et campent des personnages dont la conduite est plus ou moins ajustée à leur situation et conforme à leurs vertus, qui sont appelés à agir et font des choix – bons ou mauvais – dans l’espoir d’être heureux27. En termes aristotéliciens, donc, une fable bien composée (récit vraisemblable, personnages convenables, renversements de fortune) propose au lecteur une réflexion éthique (description d’un cas, usage des vertus, délibération). Poétique et éthique ne sont pas de disciplines séparées : en ce sens, il serait faux de dire que la « littérature », à la Renaissance, est « une partie de » l’éthique. Plutôt, la poétique de la Renaissance définit le récit comme une « narration appliquée »28 qui contribue à l’épanouissement du lecteur.

  • 29 « Da questo senza dubio ne nasce che l’uomo, se si vede d’un diffetto macchiato il quale senta dagl (...)
  • 30 François de Belleforest, op. cit., épître, fol. 8r.
  • 31 Matteo Bandello, op. cit., vol. 2, I, 35, p. 47.

15Cette vision éthique du récit s’exprime très clairement dans les propos des auteurs de nouvelle : pour Bandello, la lecture des histoires transforme le lecteur en « pédagogue de soi-même », car en appliquant le récit à sa propre vie il comprend ce qu’il est juste de faire, à la fois pour devenir meilleur et pour être heureux29. Bandello, ainsi que Belleforest, propose donc une « narration appliquée », parce qu’il demande au lecteur d’appliquer le récit à sa propre expérience. C’est d’ailleurs cette raison, écrit Belleforest, « qui m’a fait encore feuilleter Bandel, afin que les choses de plus fraîche mémoire nous donnent avec le plaisir un appétit et honnête désir de suivre la vertu et détester le vice »30.  Dans la nouvelle, donc, histoire et fiction se rencontrent, plaisir et utilité s’embrassent : l’auteur doit ajouter à l’histoire (vraie) des ornements (fictifs) pour accroître le plaisir du lecteur, en rendant le texte plus proche et plus persuasif, et par là-même plus utile, car plus facilement applicable à la situation actuelle du lecteur31.

D’une morale à une autre

16Dans ce contexte, comment expliquer le surcroît de morale que l’on trouve dans les traductions et dans les adaptations plus tardives de l’histoire de Bianca Maria ? De Bandello à Whetstone on n’assiste pas seulement à une explicitation de la morale, mais aussi à un changement dans la poétique (et donc aussi dans l’éthique) du récit.

  • 32 Bandello, op. cit., vol. 2, II,7, p. 349.

17Pour Bandello, le récit propose une éthique descriptive. La variété des cas (« varii casi ») proposés dans les nouvelles sert l’enseignement (« ammaestramento ») du lecteur, en fortifiant sa prudence. La prudence est renforcée par l’expérience, qui permet aux hommes de connaître toutes les situations possibles et ainsi de bien jauger chaque délibération. Or, les hommes, et notamment les plus jeunes, n’ont pas un répertoire assez vaste de scénarios possibles et risquent donc d’agir imprudemment. C’est donc pour les hommes imprudents et pour la jeunesse (« per i nostri figliuoli e nipoti ») qu’il faut écrire des nouvelles, pour pallier leur manque d’expérience et leur donner les moyens de bien délibérer dans chaque cas concret. Dans ce contexte, un événement surprenant et unique (« meno sperato ») est plus efficace qu’un événement prévisible : parce qu’en raison de son exceptionnalité il inclut tous les cas « ordinaires » et parce qu’il est plus apte à susciter la surprise du lecteur et donc à s’imprimer dans sa mémoire (« tanto piú è maggior la meraviglia e l’utile piú fruttuoso »)32. L’histoire de Bianca Maria est un bon exemple de « cosa meno sperata » : si un homme apprend comment agir pour résister au pouvoir de séduction de la comtesse, a fortiori il saura résister à d’autres tentations moins extrêmes.

18Pour mieux fortifier la prudence, il est nécessaire que le récit soit vraiment advenu. Seulement ainsi il pourra contribuer au répertoire des scénarios possibles, devenir un matériau utile à l’expérience et capable de rendre les lecteurs plus prudents. Idéalement, écrit Bandello, il faudrait pouvoir raconter tout ce qui a lieu (« ogni cosa che occorra »), pour rendre complète notre expérience du monde et parfaite notre prudence. Pour cette raison Bandello insiste sur la vérité historique de l’histoire de Bianca Maria, sans pour autant renoncer à la modifier pour rendre son exemple plus pertinent et plus saisissant. Le récit, pour être « appliqué », doit être à la fois vrai et modifiable, et ainsi pouvoir s’adapter à d’autres contextes et convenir à la situation particulière du lecteur.

  • 33  Ibid., p. 422. Voir aussi : Elisabetta Menetti, Enormi e disoneste : le novelle di Matteo Bandello(...)

19Enfin, le récit ne doit pas être moral, mais doit aider à bien agir. Pour cette raison, Bandello avoue à plusieurs reprises que ses nouvelles sont parfois immorales (« disonestissime ») et racontent des péchés graves et blâmables (« enormi e vituperosi peccati »)33, mais qu’elles ne cessent pour autant d’être bonnes, parce que le lecteur peut tirer un enseignement d’un cas vertueux comme de son contraire. En ce sens la morale de Bandello est descriptive : elle décrit des cas éthiques, c’est-à-dire des cas qui posent et discutent un problème éthique.

  • 34 Bandello, op. cit., vol. 3, II, 35, p. 243 (je traduis).

20Pour Bandello, donc, le hasard existe : notre action est confrontée à nombre d’accidents étranges et imprévisibles. La variété des nouvelles est une réponse possible à la diversité des événements et des situations. Chaque nouvelle propose une solution possible à un cas particulier et permet au lecteur d’accroître son expérience et de fortifier sa prudence. Pour cette raison, Bandello a « entrepris de rédiger tous les accidents qui lui semblent dignes de mémoire, et dont on peut tirer du plaisir ou de l’utilité »34

  • 35 « Di loro [novelle] si è fatta una scelta, accompagnata da quei sensi morali, che al signor Ascanio (...)

21Après 1560 le lien entre éthique et récit change : les nouvelles proposent une éthique normative. Si Centorio remplace les épîtres dédicatoires par un sommaire expliquant le sens moral de l’histoire, c’est parce qu’il croit que l’explicitation de la norme peut aider le lecteur à délibérer « l[ui] enseignant, avec plus de sagesse à conduire [ses] passions et à agir avec prudence dans l’arbitrage entre volonté et fortune »35.

  • 36 «  Je ne nie pas que la nature ne puisse beaucoup plus acheminer nos esprits à l’impression de vert (...)
  • 37 « Profitable they be, in that they disclose what glorie, honour, and preferment eche man attaineth (...)
  • 38 « Worthy Gentlemen […] it importeth necessarie matter of direction, for vnstayed youth […]. For who (...)

22Dès lors, le récit ne doit plus être vrai, mais il faut qu’il soit vraisemblable, pour illustrer plus efficacement la norme morale. C’est ainsi que Belleforest se propose de « refaire les traits » posés par la nature et d’en réadapter « les couleurs » pour que la logique morale de la nouvelle soit plus visible36. Si les histoires vraies, selon Bandello, nourrissaient l’expérience par la multiplicité des cas présentés, pour Belleforest l’histoire doit révéler la norme morale, souvent dissimulée dans la nature, pour conforter le lecteur et l’inviter à agir moralement. C’est pour cette raison, ajoute Painter, que la nouvelle doit suivre la justice poétique, c’est-à-dire montrer la vertu récompensée et le vice puni. Les nouvelles « disoneste » de Bandello ne sont plus de mise, car il faut désormais proposer au lecteur des exemples clairs de rétribution morale37. Le récit doit éduquer le lecteur : Whetstone et Belleforest, tout comme Bandello, destinent leurs nouvelles aux jeunes gens. Mais si Bandello entendait nourrir leur expérience du monde et fortifier leur prudence, ses traducteurs souhaitent proposer des modèles de conduite et persuader la jeunesse de s’y conformer38. Pour Bandello, le lecteur est autonome, il sait appliquer seul la nouvelle à son action, en revanche, après 1560, le lecteur doit être éduqué : la nouvelle devient ainsi l’illustration d’un principe moral et la récompense accordée aux personnages vertueux doit inviter le lecteur à pratiquer la vertu. Le cas de Bianca Maria est un exemple de ce déplacement moral. Dans la nouvelle de Bandello, l’histoire de la comtesse suscitait une réflexion sur la bonne délibération, et invitait les lecteurs à bien méditer sur les qualités de la future épouse avant de se marier. Dans les traductions, en revanche, les actions de la comtesse appellent une réflexion sur les moralités de l’éducation des épouses : il vaut mieux contrôler les jeunes que les laisser libre de s’épanouir, de peur qu’ils ne s’égarent.

23Dans l’histoire de la comtesse de Challant, le hasard et l’exception sont expliqués et moralisés, parce que le récit est vu comme un « réservoir d’exemples » qui permet de faire face à la fortune et agir avec prudence. Mais si, avant 1560, la nouvelle était un cas « vrai », recueilli avec d’autres pour que le lecteur l’applique à son expérience, après 1560 la nouvelle devient l’exemple vraisemblable d’une maxime morale et propose une règle de conduite moins fondée sur la délibération autonome que sur le respect d’une règle de conduite. Pour conjurer le hasard, nous disent les traductions de la nouvelle de Bandello, il ne convient pas de puiser dans la variété de l’expérience des solutions ajustées à chaque situation, mais d’appliquer une règle abstraite, dans l’idée que cette règle peut suffire à assurer le succès de l’action en toute circonstance.

Haut de page

Notes

1 Antonio Grumello, Cronica (après 1529), in Raccolta di cronisti e documenti storici lombardi inediti, éd. Giuseppe Muller, Milano, Colombo, 1856, p. 424-428 et « Gaspardone, Bianca Maria », par Donatella Rosselli, in Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 52, 1999, en ligne à l’adresse : http://www.treccani.it [consulté le 13 janvier 2019].

2 Edoardo Rossetti, « ‘Chi bramasse di veder il volto suo ritratto dal vivo’ Ermes Visconti, Matteo Bandello e Bernardino Luini: appunti sulla committenza artistica al Monastero Maggiore », Archivio Storico Lombardo, 138, 2012, p. 127-165.

3 Antonio Grumello, Cronica, op. cit.; Matteo Bandello, Novelle, Lucca, Busdraghi, 1554, nouvelle I, 4 ; Matteo Bandello, Novelle, éd. Ascanio Centorio, Milan, Giovanni Antonio de gli Antonii, 1560, I, 4 ; François de Belleforest, Les Histoires tragiques, tome second, Paris, Magnier, 1566 (1565) II, 20 ; William Painter, The Palace of pleasure, Londres, Richard Tottell et William Iones 1566-67, II, 24 ; Geoffrey Fenton, Certaine Tragicall Discourses, Londres, Thomas Marshe, 1567, histoire 7 ; George Whetstone, The Rocke of Regard, Londres, Robert Waley, 1576, p. 1-17 ; Marco Antonio Bonciari, Thrasymenus, sive Anthologiae Illustrium Exemplorum Decades duae, Pérouse, 1641, II, 8.

4 Giuseppe Luigi Vallardi, La contessa di Cellant, drame, Milan, 1858 ; Pier Ambrogio Curti, Madama di Celan, roman, Milan, 1858 ; M. Sorre, Maria Celano, dramma, Milano, 1860 ; Camillo Caracciolo, La contessa di Cellant, drame, Napoli, 1861 ; L. Gualtieri e A. Scalvini, La contessa di Cellant, Milano, 1882 ; Giacomo Giacosa, La signora di Challant, drame, Milan, 1891 ; Luigi Gramegna, Occhio di gazzella, récit, Turin, 1926 ; Arturo Rossato, Madama di Challant, livret d’opéra, Milan, 1927.

5 Antonio Grumello, op. cit., p. 426.

6 Ibid., p. 427.

7 « Li rispose il vicario: Madama, tutto lo oro del mondo non ve salvarla », ibid., p. 428.

8 « Homme de lettres et de grande expérience », Matteo Bandello, Novelle, éd. Giochino Brognolino, Bari, Laterza, 1928, vol. 1, I, 4, p. 58.

9 Donata Ortolani, « Una liberazione impossibile. A proposito del “realismo” nelle Novelle di Matteo Bandello », L’immagine riflessa, 6, 1983, p. 59-151.

10 Matteo Bandello, op. cit., vol. 1, p. 59.

11 Diplôme du 3 mai 1464, cité dans « Gaspardone, Bianca Maria », in Dizionario Biografico degli Italiani, op. cit.

12 « Chi vuol nodrire razze di cavalli, ricerca cavalle generose prodotte da buone e nobili cavalle. Medesimamente costoro che de la caccia si dilettano, se i cani, siano di qual sorte si voglia o per augelli o per fiere, non sono di buona razza, non li vogliano, e con diligenza investigano qual fu il padre e qual fu la madre; e se per sorte una lor cagna è coperta da tristo cane, tutti i figliuoli che nascono gettano a l’acque. Che dirò io? Se l’uomo vuol comprar panno o scarpe, vuol che di buona lana e di buon coio siano. E nel prender moglie altro oggidí non si ricerca che roba. E nondimeno a questo piú si deverebbe metter mente e con maggior cura intender, chi fu il padre e chi la madre, che al resto » : « ceux qui veulent élever une belle race de chevaux, recherchent des juments d’un sang pur, produites par de bonnes et nobles cavales. De même, ceux qui aiment la chasse ne veulent pas de chiens, qu’il s’agisse de chiens d’arrêt ou de chiens courants, qui ne soient de bonne race ; ils s’enquièrent avec tout le soin possible du père et de la mère ; et, si par malheur une de leurs chiennes est couverte par un chien de mauvaise race, ils jettent à l’eau tous les petits. Que dirai-je encore ? si l’on veut acheter des souliers, on s’assure qu’ils sont faits avec de la bonne laine ou du bon cuir. Et pour prendre femme, on ne s’occupe aujourd’hui que de l’argent ! Cependant on devrait mettre plus de sollicitude de ce que sont le père et la mère », Matteo Bandello, op. cit., vol. 1, p. 58 ; trad. Adelin Charles Fiorato, Paris, Les Belles Lettres, 2008, tome 1, p. 57.

13 « Essendo io a Diporto con madama di Mantova, ella mi comandò che io prendendo le Decadi liviane, dinanzi a lei leggessi lo stupramento di Tarquinio in Lucrezia, con la morte di lei […] [a Castiglione] credo io che narrando tutta l’istoria come fu, ma ornandola con quelle cose verisimili che vi pareranno a proposito, piú di leggero e con piú sodisfacimento di noi altri farete » : « Quand je me trouvais en vacances avec Madame de Mantoue […] elle m’enjoignit de prendre les Décades de Tite-Live et de lui lire le viol de Lucrèce par Tarquin, ainsi que la mort de celle-là […] [à Castiglione] si vous narrez toute l’histoire comme elle advint, en l’ornant toutefois de ces traits vraisemblables qui vous paraîtront à propos » Matteo Bandello, op. cit., vol. 3, II, 21, p. 57 ; trad. cit., tome III, p. 163-4.

14 Humbert de Romans, de dono timoris, de abundantia exemplorum (1277), trad. Christine Boyer, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003, p. 29-30.

15 Thibault Catel, « Le Sentier de l’exemple », morale et moralisation dans la nouvelle tragique, thèse soutenue en 2016 à l’université de Paris-Sorbonne ; Nicola Ignazio Loi, Bandello in Italia, la tradizione delle novelle tra XVI et XVII secolo, thèse soutenue en 2017 à l’université Sorbonne nouvelle - Paris III ; Renzo Bragantini, « Avvio minimo all’analisi di una riscrittura narrativa : Bandello e Centorio », in Feconde venner le carte. Studi in onore di Ottavio Besomi, éd. T. Crivelli, Bellinzona, Edizioni Casagrande, 1997, p. 207-222.

16 « Contiensi in questa quarta novella la leggerezza d’una immoderata donna, che per adempire le sue inhoneste voglie non attende a senso alcuno di ragione. Per Bianca Maria che procaccia la morte de’ suoi amanti hor con uno, et hor con l’altro, si mostra la volubilità delle donne sempre al suo peggio intente, et il desiderio della vendetta […] » : « Cette quatrième nouvelle relate le caractère volage et immodéré d’une femme, qui pour satisfaire ses désirs malhonnêtes ne suit pas le sens de la raison. Par l’exemple de Blanche Marie, qui recherche la mort de ses amants, en sollicitant tantôt l’un, tantôt l’autre, on montre la volubilité des femmes toujours poussées à faire le pire, et le désir de vengeance […] », Matteo Bandello, Novelle, éd. Ascanio Centorio, op. cit., fol. 34v (je traduis).

17 « Ce n'a point esté sans cause si de tout temps les hommes plus accorts & sages, ont tenu l' œil & sur leurs filles & sur celles qu'ils avoyent prinses pour espouses, non à fin de les tenir comme serves & esclaves, & leur oster toute liberté, ains pour eviter le murmure d'un peuple & les occasions qui se presentent à la jeunesse pour la corrompre & infecter, & sur tout estans asseurez des assauts que l'on donne aux filles estans encore en la premiere flamme du feu que nature allume au cœur de celles mesmes qui sont les plus sages », François de Belleforest, op. cit., fol. 92v.

18 Geoffrey Fenton, op. cit., p. 137 ; William Painter, op. cit., p. 196.

19 « Blanca Maria […] sibi meritam mortem imprudens adsciscit » : « Bianca Maria, par son imprudence, s’est procuré une mort méritée », Marco Antonio Bonciari, op. cit., II, 8 p. 236.

20 « [Visconti] : ‘perché io conosco il trotto e l’andar del mio polledro, non mi parendo di lasciargli la briglia sul collo’ […] », « [Visconti] : mais je connais le trop et le pas de ma pouliche et je sais qu’il ne faut pas lui laisser la bride sur le cou » Matteo Bandello, op. cit., I,4 p. 58 ; trad. cit., tome 1, p. 56.

21 « Ce n'a point esté sans cause si de tout temps les hommes plus accorts & sages, ont tenu l' œil & sur leurs filles & sur celles qu'ils avoyent prinses pour espouses, non à fin de les tenir comme serves & esclaves, & leur oster toute liberté, ains pour eviter le murmure d'un peuple & les occasions qui se presentent à la jeunesse pour la corrompre & infecter […] . Mais telles gens ne pensent point que la liberté & bride trop licencieuse donnée à la jeunesse luy cause une si forte & fascheuse servitude, qu'il vaudroit mieux estre enchainé & clos dans quelque obscure prison, que d'estre marqué d'une telle tache d'infamie, que volontiers telles licences & libertez nous apportent », Belleforest, op. cit., fol. 92v.

22 Ibid., fol. 98v.

23 Ibid., fol. 103r.

24 George Whetstone, op. cit., p. 1-11.

25 Les nouvelles de Bandello sont explicitement condamnées en 1574 dans l’Avviso alli librari par Paolo Costabili, voir Nicola I. Loi, op.cit., p. 276.

26 Voir Amedeo Quondam, Forma del vivere : l'etica del gentiluomo e i moralisti italiani, Bologne, Il Mulino 2010 ; Rethinking virtue, reforming society : new directions in Renaissance ethics, c. 1350-1650, éd. David A. Lines et Sabrina Ebbersmeyer, Turnhout, Brepols, 2012 ; Matthias Roick, Pontano’s Virtue, Londres, Bloomsbury, 2017 ; Jerome B. Schneewind, The Invention of Autonomy. A History of Modern Moral Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

27 Voir Pontano : « les histoires de ce genre (fabellae), puisqu’elles sont créees pour les bonnes mœurs (bonos mores) et pour délasser les esprits (recreandos animos), doivent à la fois plaire et être utiles (et delectare debent et prodesse) Elles seront utiles si les auditeurs les accueillent avec plaisir (gratis animis), elles seront accueillies avec agrément et plaisir si le récit même est orné et aimable, si le propos est exquis et brillant, et l’air et le geste de celui qui parle appropriés au sujet lui-même », De sermone, trad. Florence Bistagne, Paris, Champion, 2008, livre 6, p. 323.

28 Je reprends ce terme à Gadamer (Anwendung), qui traite de la proximité entre éthique et interprétation (Hans-Georg Gadamer, Vérité et Méthode (1960), Paris, Seuil, 1996, p. 329).

29 « Da questo senza dubio ne nasce che l’uomo, se si vede d’un diffetto macchiato il quale senta dagli scrittori vituperare, con l’altrui lezione diventa a se stesso ottimo pedagogo e maestro, e di cosí fatta maniera se stesso corregge che, in tutto messa da parte la mala consuetudine che prima aveva d’andare ne l’operazioni sue morali di male in peggio, si sforza mettersi nel camino de la vertù », «  de la provient sans aucun doute qu’un homme qui se voit entaché d’un défaut, s’il entend les écrivains le fustiger, devient, à partir de la leçon impartie par d’autres, un excellent maître et pédagogue de lui-même, et s’amende de telle manière que, quittant la mauvaise habitude qu’il avait auparavant de se conduire de plus en plus mal, il s’efforce de se mettre sur le chemin de la vertu », Bandello, op. cit., vol. 3, II, 24, p. 106 ; trad. cit., tome III, p. 211-212.

30 François de Belleforest, op. cit., épître, fol. 8r.

31 Matteo Bandello, op. cit., vol. 2, I, 35, p. 47.

32 Bandello, op. cit., vol. 2, II,7, p. 349.

33  Ibid., p. 422. Voir aussi : Elisabetta Menetti, Enormi e disoneste : le novelle di Matteo Bandello, Carocci, Rome, 2005, chap. 1.

34 Bandello, op. cit., vol. 3, II, 35, p. 243 (je traduis).

35 « Di loro [novelle] si è fatta una scelta, accompagnata da quei sensi morali, che al signor Ascanio Centorio degli Hortensi è piaciuto darle, che saranno a viventi di estrema utilità, insegnando loro con più ragione a guidare gli effetti suoi, ne ponere la prudenza dell’animo in arbitrio della volontà e della fortuna », Matteo Bandello, Novelle, éd. Centorio, op. cit., fol. 4r (au lecteur).

36 «  Je ne nie pas que la nature ne puisse beaucoup plus acheminer nos esprits à l’impression de vertu en nos âmes, et qu’il n’y ait quelque idée de perfection gravée en notre intellect: mais quoi? si les couleurs ne sont souvent réadaptées sur le premier crayon, et si le sage pinceau ne refait les traits trop simplement posez par la nature, facilement on en voit effacer l’œuvre comme chose sans force, et qui n’a eu rien qui lui puisse donner un fondement assez solide », Francois de Belleforest, Quatrième Tome des histoires tragiques, Turin, Farine, 1571, « dédicace » fol. 4r.

37 « Profitable they be, in that they disclose what glorie, honour, and preferment eche man attaineth by good desert […] Profitable I say, in that they do reueale the miseries of rapes and fleshly actions, the ouerthrow of noble men and Princes by disordered gouernment »: « Elles sont profitables, puisqu’elles révèlent la gloire, l’honneur, la primauté atteinte par les bons […]. Je le dis, elles sont profitables, parce qu’elles révèlent les misères causées par les violences et les agissements de la chair, et la chute des princes dont le gouvernement est dépravé », William Painter, op. cit., vol. 1, p. 11 (je traduis).

38 « Worthy Gentlemen […] it importeth necessarie matter of direction, for vnstayed youth […]. For whose behalfe and forewarning, I haue collected together a number of my vnlearned deuises […] »: « Nobles Gentilshommes […] la question de la direction, pour la jeunesse inexpérimentée, est importante […]. C’est pour eux et pour les guider que j’ai recueilli ensemble un nombre important de mes maximes […] » George Whetstone, op. cit., dédicace non paginée (je traduis) ; « Quoique de prime face il semble que ce soient des discours d’amour, si est-ce que ma prétente est […] de faire voir à la jeunesse le dégât, la ruine et le malheur qui lui advient si elle suit les désirs volages et lascifs », Belleforest, Le Second Tome des histoires tragiques, op. cit., « épître » fol. 8r.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sainte Catherine sous les traits de Bianca Maria
Légende Bernardino Luini, Affreschi di santa Caterina, Milano, San Maurizio al Monastero Maggiore, Cappella Besozzi, ca. 1520
Crédits (CC BY-SA 3.0 wikipedia)
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/6811/img-1.png
Fichier image/png, 871k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Enrica Zanin, « L’appropriation du fait divers dans quelques nouvelles du Cinquecento: le cas de la comtesse de Challant »Études Épistémè [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/episteme/6811 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.6811

Haut de page

Auteur

Enrica Zanin

Enrica Zanin est maîtresse de conférences en littérature comparée à l’Université de Strasbourg et membre junior de l’Institut Universitaire de France. Ses recherches portent sur le théâtre européen de la première modernité et notamment sur ses enjeux de poétique et sur la circulation des modèles tragiques (Fins tragiques, Droz, 2014, et Le Théâtre au miroir des langues, éd. Véronique Lochert, Marc Vuillermoz et Enrica Zanin, Droz, 2019). Elle travaille actuellement à un projet concernant le contenu éthique de la nouvelle, de Boccace à Madame de La Fayette.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search