Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Contingence et fictions de faits ...Hasard et romanesqueLa Fin de La Princesse de Clèves ...

Contingence et fictions de faits divers (XVIe-XVIIIe siècles)
Hasard et romanesque

La Fin de La Princesse de Clèves comme fait divers

The End of The Princess of Clèves as fait divers
David L. Sedley

Résumés

Considérée comme un fait divers par extension, La Princesse de Clèves allie fiction et hasard d’une façon novatrice. La fin du roman, curieusement fade et d’une concision extrême, est un effet de cette alliance. La princesse sécurise son repos final en se mettant hors de portée des événements aléatoires qui l’ont tourmentée au cours de l’intrigue. Dès que le hasard ne peut plus l’atteindre, le récit se relâche et raconte immédiatement sa mort en moins d’une phrase. Cet épuisement rapide du portrait auparavant vif de l’héroïne de Lafayette souligne combien le texte lie fiction et hasard étroitement l’un à l’autre. En l’absence du hasard, la vie de la princesse devient inimitable, au sens où elle n’est plus un objet possible de représentation fictive telle que le roman la définit précédemment. Cette modalité de mimésis résiste à l’appropriation scientifique du vraisemblable programmée par la philosophie de Descartes et d’autres philosophes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous faisons allusion à l'appel à contribution de la journée d'études où nous avons donné la versio (...)
  • 2 L’intérêt pour les faits divers de Jean Donneau de Visé, fondateur du Mercure galant, est formulé d (...)

1Toute discussion du hasard et de la fiction en général, et en particulier des faits divers entendus comme lieux de rencontre entre fiction et hasard lors de la première modernité, devrait inclure La Princesse de Clèves1. Ce roman de Mme de Lafayette peut en effet être considéré comme un fait divers par extension, du fait de la campagne de publicité menée autour de sa parution dans les pages d’un périodique, le Mercure galant, dont les faits divers font partie du fonds de commerce habituel2 : La Princesse de Clèves participe de l’économie contre- ou para-factuelle que le Mercure entretient avec ses lecteurs dans les années 1670.

  • 3 C'est ce que nous avons montré dans notre article de 2013 intitulé « A Mathematical Key to La Princ (...)

2Par ailleurs, le roman lui-même opère une fusion novatrice entre fiction et hasard3. La structure fondamentale de l’intrigue de La Princesse de Clèves consiste en un triangle amoureux entre le personnage éponyme, son mari le prince de Clèves et son amant le duc de Nemours. De tels triangles sont fréquents dans les romans parus antérieurement à celui de Mme de Lafayette. Mais la version qu’elle propose du trio amoureux a pour particularité de répondre au triangle arithmétique de Pascal.

  • 4 Blaise Pascal, Œuvres complètes, éd. Jean Mesnard, vol. 2, Paris, Desclée de Brouwer, 1970, p. 1031
  • 5 Ibid., p. 1035, 1034.

3Dans les années 1650, Pascal a utilisé les nombres (les coefficients binomiaux) contenus dans le triangle arithmétique pour résoudre le « problème des partis », consistant à savoir comment diviser la mise (la somme d’argent engagée) dans un jeu de hasard qui s’interrompt avant sa conclusion naturelle. Pascal s’est montré fier de la solution qu’il apporte à ce problème : en 1654, dans une liste de ses réalisations adressée « à l’illustre académie parisienne de mathématiques », Pascal situe son travail sur le hasard à l’apogée de sa carrière scientifique, sinon de la science tout court4. Il appelle son invention « la géométrie du hasard [Aleae Geometria] », prétendant que celle-ci réussit à maîtriser « l’incertitude de la fortune » si bien que le problème des partis ne peut plus « échapper à l’empire de la raison [rationis dominium] »5.

  • 6 Madame de Lafayette, Œuvres complètes, éd. Camille Esmein-Sarrazin, Paris, Gallimard, coll. « La Pl (...)

4Tandis que cette déclaration exalte la démonstration mathématique énoncée ci-dessus, elle passe sous silence ses limites. Pascal ne mentionne pas le fait que sa géométrie du hasard ne maîtrise le problème des partis que quand il s’agit d’un jeu entre deux joueurs. Quand il y a plus de deux joueurs – trois, par exemple – la solution passant par le triangle arithmétique est rendue inapplicable. Le triangle amoureux de La Princesse de Clèves souligne quant à lui l’ironie de cette contrainte. Le moment crucial à cet égard est la fameuse scène de l’aveu, parce que c’est à ce moment précis que la princesse fait de son mieux pour réduire le triangle entre elle-même, son mari et son amant à une seule ligne la reliant à son mari. En plaçant monsieur de Clèves et elle-même aux deux extrémités de ce simple trait, la princesse suppose que la tension sexuelle qui la tourmente va s’atténuer. Son choix tactique pour exécuter cette stratégie consiste à avouer au prince qu’elle est amoureuse de quelqu’un d’autre. Mais cela ne fonctionne pas comme prévu, parce que Nemours entend l’aveu lui aussi : or il se trouve là – le texte le précise – par « hazard »6.

5C’est bien le hasard qui fait échouer les efforts de la princesse pour contrôler le hasard. L’irruption de ce dernier, à l’instant exact où la princesse fait tout pour le maîtriser, signale non seulement l’échec de sa stratégie, mais aussi la critique de toute stratégie vouée au contrôle du hasard. La maîtrise mathématique du hasard dépend de la restriction du dispositif où ce hasard s’exerce à deux personnes ; or cette condition est fabuleuse. En réalité, il y a de fortes chances pour qu’il y ait plus de deux joueurs dans un jeu de hasard. Autrement dit, la prétention de Pascal d’annexer le hasard à l’empire de la raison nécessite une fiction improbable concernant la façon dont le hasard se comporte. Cela voudrait dire que le jeu fictif entre la princesse, le prince et le duc a, ironiquement, plus de réalité que la prétention pascalienne d’augmenter le domaine de la science. L’une des fonctions de l’épisode de l’aveu pourrait être, alors, de tourner en dérision le fait que le nombre de côtés d’un triangle—trois—est une donnée qui invalide la théorie triangulaire de Pascal.

  • 7 Voir note 3.

6Nous proposons d’interpréter cette résistance ironique à la géométrisation du hasard comme le signe d’un effort fourni par la fiction pour soutenir l’intégrité du roman7 compte tenu du fait que La Princesse de Clèves est un roman qui assure les conditions de l’existence de son genre. Un de ses buts consiste à faire en sorte que, face à l’hégémonie géométrique, le hasard demeure à disposition du roman. La contestation de cette hégémonie que Lafayette met en place entraîne une représentation ridiculement fictive de l’un des instruments mathématiques les plus avancés, celui de la théorie naissante des probabilités. En soumettant le hasard à la géométrie, la théorie de Pascal menace de monopoliser une ressource dont les romans ont grandement besoin pour alimenter les passions qu’ils sont censés fournir à leurs lecteurs, à savoir le hasard. En guise de réponse, le roman de Lafayette offre à ses lecteurs connaisseurs de cette théorie, une occasion d’ajouter une part de hasard à l’empire de la raison mais d’une façon telle qu’ils retrouvent plutôt la raison elle-même dépendante de l’empire de la fiction.

7L’argument que nous nous proposons de développer ici débutera par l’aveu de l’un de ses défauts. Rétrospectivement, il se pourrait que nous ayons confondu deux choses. D’une part, nous avons dit que La Princesse de Clèves s’opposait à la domination géométrique du hasard. D’autre part, nous avons déclaré que le roman de Lafayette revendiquait le hasard à des fins toutes romanesques. Ces idées ne sont pas incompatibles mais leur alliance apparaît problématique. Il nous semble en effet que notre argumentation ne démontre suffisamment que l’une d’entre elles, à savoir la contestation par Lafayette de l’alliance entre hasard et géométrie : la proposition d’une solidarité entre hasard et roman doit être creusée plus avant. Aussi, pour combler cette lacune, nous nous proposons de pousser notre analyse du roman jusqu’à la fin de son intrigue (d’où le choix de notre titre, « La Fin de La Princesse de Clèves comme fait divers »). Non seulement cette démarche tiendra davantage compte du roman, mais elle permettra qui plus est de dégager un sens plus profond à sa façon originale d’engager le hasard.

8La fin de La Princesse de Clèves a pour effet de sceller l’union entre hasard et roman (par opposition à l’effet, propre à l’aveu, consistant à dénouer l’union entre hasard et géométrie). Cette conclusion est extraordinairement concise. Annoncée par l’adverbe « Enfin », elle se compose de deux phrases qui racontent de manière très abstraite la retraite définitive de la princesse de la cour, ses activités subséquentes et sa mort :

  • 8 Mme de Lafayette, op. cit., p. 478.

Enfin des années entières s’étant passées, le temps et l’absence ralentirent sa douleur, et éteignirent sa passion. Mme de Clèves vécut d’une sorte qui ne laissa pas d’apparence qu’elle pût jamais revenir ; elle passait une partie de l’année dans cette maison religieuse, et l’autre chez elle, mais dans une retraite et dans des occupations plus saintes que celles des couvents les plus austères ; et sa vie, qui fut assez courte, laissa des exemples de vertu inimitables.8

  • 9 Ibid., p. 430, 385, 384.

9L’expression « pas d’apparence » rappelle les expressions utilisées par la princesse et le roi Henri II plus tôt dans le roman pour discréditer des événements improbables : « guère vraisemblable », « peu vraisemblables » et « guère d’apparence »9. La princesse soutient qu’il n’est « guère vraisemblable » qu’une femme avoue à son mari être amoureuse d’un autre homme. Le roi, pour sa part, dit ne trouver « guère d’apparence » à la possibilité d’être tué dans un duel, comme un astrologue le lui a prédit, et il dit trouver les horoscopes en général « peu vraisemblables ». Or ces estimations sont contredites par les faits de l’intrigue. Après qu’il a émis ce jugement, le roi se fait tuer dans une espèce de duel factice lors d’un tournoi et, avant qu’elle n’émette son jugement à elle, la princesse a déjà fait le genre d’aveu qu’elle traite d’invraisemblable. Le roi et la princesse se trouvent pris au dépourvu quand, ayant fait peu de cas de choses improbables, ces choses arrivent néanmoins.

  • 10 Ibid., p. 384.
  • 11 Sur la discussion autour des horoscopes dans La Princesse de Clèves voir D. Sedley, « A Mathematica (...)

10Ce point commun entre les destins des deux personnages principaux (celui du roman, et celui de la société que le roman représente), le fait qu’ils soient tous deux susceptibles d’être surpris par des événements improbables, relève de leur conception mutuelle de l’avenir. La princesse, comme nous l’avons suggéré ci-dessus, conçoit l’avenir comme un géomètre exerçant une version informelle de la théorie pascalienne des probabilités. La mentalité du roi est semblable. Son mépris pour l’astrologie implique que si un horoscope s’avère vrai, c’est « un effet du hasard »10, comme disent ceux qui s’opposent à l’astrologie11. Cette inférence de sa part aligne sa posture vis-à-vis de l’avenir sur celle de la princesse, et rend le roi, autant que la princesse, vulnérable aux issues considérées comme improbables.

  • 12 Lafayette, op. cit., p. 478.
  • 13 Ibid., p. 477.
  • 14 Ibid.

11Dans la conclusion du roman, nous trouvons de nouveau un jugement à propos d’un résultat improbable. Mais cette fois-ci, exceptionnellement, le résultat improbable ne survient pas : il n’y a « pas d’apparence » que la princesse quitte sa retraite, et effectivement elle ne la quitte pas12. Cette anomalie par rapport aux cas précédents est liée à la différence entre l’expression « pas d’apparence » et celles auxquelles elle fait echo. L’adverbe de négation pas, moins ouvert ou plus péremptoire que guère ou peu, reflète l’étendue de la distance mise par la princesse entre elle-même et la société de cour. Dans l’avant-dernier paragraphe du roman, monsieur de Nemours essaie de la voir dans la « maison religieuse » où elle s’est retirée13. Or, à la grande déception du duc, il est accueilli non pas par la princesse mais par « une personne de mérite » envoyée par elle14. Nemours l’importune, toujours sans succès :

  • 15 Ibid., p. 478.

[...] il la pria vingt fois de retourner à Mme de Clèves, afin de faire en sorte qu’il la vît ; mais cette personne lui dit que Mme de Clèves lui avait non seulement défendu de lui aller redire aucune chose de sa part, mais même de lui rendre compte de leur conversation.15

12En établissant sa retraite, la princesse a superposé plusieurs couches de protection contre tout ce que Nemours pourrait lui dire, et contre tous les modes possibles de communication par oral ou par écrit, directs ou indirects.

13Ces mesures de sécurité ont pour but de prévenir les coups du hasard. À la suite de son dernier tête-à-tête avec Nemours, où elle lui avoue qu’elle l’aime mais en même temps insiste pour qu’ils se quittent par respect pour son défunt mari, la princesse impose progressivement les limites de son refuge. Nemours essaie de la contacter par l’intermédiaire du vidame de Chartres (son ami et l’oncle de la princesse), mais elle refuse toute correspondance faisant la moindre mention de son amant :

  • 16 Ibid., p. 475.

Monsieur le Vidame écrivit à Mme de Clèves, à la prière de M. de Nemours, pour lui parler de ce Prince ; et dans une seconde lettre qui suivit bientôt la première, M. de Nemours y mit quelques lignes de sa main. Mais Mme de Clèves qui ne voulait pas sortir des règles qu’elle s’était imposées, et qui craignait les accidents qui peuvent arriver par les lettres, manda au Vidame qu’elle ne recevrait plus les siennes, s’il continuait à lui parler de M. de Nemours ; et elle lui manda si fortement, que ce Prince le pria même de ne le plus nommer.16

  • 17 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, Paris, 1690 ; ce sont les premiers sens non-philosophiqu (...)

14La princesse n’entendra plus un mot à propos de Nemours – pour ne rien dire d’un mot venant de lui – parce qu’elle a peur des « accidents qui peuvent arriver par les lettres ». Craindre un accident cela veut dire craindre, selon la definition du mot dans le dictionnaire Furetière, un « evenement fortuit, hazard »17. La princesse cherche donc à se garantir des effets fortuits de la communication qui lui ont déjà causé tant de problèmes.

15On voit que la princesse sécurise son repos deux fois encore. Elle se retire dans les Pyrénées, puis, après une période de maladie, elle développe une véritable stratégie pour tenir sa résolution de ne pas épouser monsieur de Nemours :

  • 18 Mme de Lafayette, op. cit., p. 477.

Ce souvenir qui s’accordait à son devoir, s’imprima fortement dans son cœur : les passions et les engagements du monde lui parurent tels qu’ils paraissent aux personnes qui ont des vues plus grandes et plus éloignées : sa santé, qui demeura considérablement affaiblie, lui aida à conserver ces sentiments ; mais comme elle connaissait ce que peuvent les occasions sur les résolutions les plus sages, elle ne voulut pas s’exposer à détruire les siennes, ni revenir dans les lieux où était ce qu’elle avait aimé. Elle se retira sur le prétexte de changer d’air dans une maison religieuse, sans faire paraître un dessein arrêté de renoncer à la Cour.18

  • 19 Voir la définition principale du mot dans Furetière, op. cit.: « Rencontre, conjoncture, moment où (...)

16Les divers facteurs qui favorisent sa persévérance dans son dessein – le « souvenir » de son mari, son « devoir », sa perspective détachée sur les « passions » et les « engagements », sa santé enfin – lui paraissent insuffisants. Elle ressent toujours le besoin de se réfugier encore plus loin. Ce déplacement supplémentaire a pour motif sa connaissance de « ce que peuvent les occasions sur les résolutions les plus sages ». Les « occasions » laissent la porte ouverte au hasard si on en croit la definition du mot19 ; aussi la princesse verrouille-t-elle sa retraite afin de ne plus y être exposée. Dès que la possibilité de tels hasards devient nulle, sa retraite est complète et, dès lors, il n’y a « pas d’apparence » contrairement à peu ou guère d’apparence qu’elle retourne à la cour.

  • 20 Cette interprétation du repos final de la princesse diffère des autres interprétations, qui tendent (...)

17Après cela, le texte s’achève avec une seule phrase encore. Cette phrase ne dit rien sur ce que la princesse fait une fois que sa retraite définitive est prise, sauf que ses actions sont « saintes » et proposent « des exemples de vertu inimitables ». L’abstraction de ce dernier fragment du récit, sa concision extrême, la place saillante du mot « inimitable », tout cela manifeste, a posteriori, le rôle du hasard en tant qu’ingrédient essentiel de la fiction de Lafayette20.

  • 21 Par exemple, à la fin de la cinquième partie de L'Astrée, « composée sur les vrais Memoires du feu (...)
  • 22 Voir la définition du mot imiter dans A. Furetière, op. cit., où on lit, « On dit proverbialement, (...)

18D’autres romans français du XVIIe siècle s’achèvent sur des notes de vertu et de repos21. Mais La Princesse de Clèves se clôt en indiquant que le repos et la vertu de son héroïne ont dépassé la capacité mimétique de la fiction qui a été chargée de les représenter. La présence prééminente du mot « inimitables » met l’accent sur l’idée de mimésis, tout comme l’extinction rapide de la princesse en suggère l’achèvement. Elle meurt en moins d’une phrase, et avant que sa vie ne prenne fin la vivacité de son portrait s’estompe, faisant place à un résidu de portrait communiqué au moyen d’une prose molle, mécanique et truffée de fadaises. Aussitôt que la princesse se met hors du jeu aléatoire du roman, sa vie devient inimitable au sens où elle n’est plus un objet possible de représentation fictive telle que le roman la définit22. La Princesse de Clèves associe sa mimésis au hasard si étroitement que, quand plus rien n’est laissé au hasard, il n’y a plus rien à mettre en récit.

19Nous espérons que les paragraphes précédents expliquent, mieux que nous n’avions fait auparavant, le rôle du hasard dans La Princesse de Clèves. Mais la raison pour laquelle le hasard joue ce rôle demeure aussi floue qu’au départ. C’est une chose de comprendre comment le roman mobilise le hasard et en dispose, mais c’en est une autre, bien plus complexe et certainement plus importante, de comprendre pourquoi il en est ainsi. Nous essaierons d’éclairer ce problème en cherchant le pourquoi dans le comment, c’est-à-dire en cherchant la raison pour laquelle le hasard joue un tel rôle dans la façon dont il est mis en scène. La Princesse de Clèves se sert du hasard à l’intérieur de notre description du comment cet usage se produit.

  • 23 Two books of Francis Bacon, of the proficience and advancement of learning, divine and human, Londo (...)

20Nous avons comparé les différents passages du roman où le hasard est en jeu. En les réexaminant, nous remarquons qu’ils concernent également le problème de la vraisemblance. Ceci n’est pas une coïncidence. Car si le hasard et la vraisemblance apparaissent en même temps, c’est parce qu’ils subissent la même pression, une pression générée par ce que Francis Bacon appelait le learning (dans son livre Du progrès et de la promotion des savoirs23), par ce que Descartes nommait la philosophie, et par ce que nous considérons aujourd’hui comme la science. À travers la théorie des probabilités de Pascal, nous avons déjà donné une idée de cette pression sur le hasard. Aussi, pour donner une idée de la pression exercée par l’impérialisme scientifique sur la vraisemblance, nous invoquerons le cas de Descartes et sa conception d’une nouvelle philosophie mathématisée.

21Dans sa préface à la traduction française des Principes de la philosophie, parue en 1647, Descartes énonce que son livre de principes philosophiques peut se lire comme un roman. Il propose

  • 24 Lettre-préface des Principes de la philosophie, présentation et notes par Denis Moreau, Paris, Flam (...)

[...] un mot d’avis touchant la façon de lire ce Livre, qui est qu[’il] voudrai[t] qu’on le parcourût d’abord tout entier ainsi qu’un Roman, sans forcer beaucoup son attention ni s’arrêter aux difficultés qu’on y peut rencontrer, afin seulement de savoir en gros quelles sont les matières dont [il a] traité.24

Néanmoins, lire sa philosophie de cette manière ne peut pas être un but ultime. Descartes continue,

  • 25 Ibid., p. 70.

[...] et qu’après cela, si on trouve qu’elles méritent d’être examinées, et qu’on ait la curiosité d’en connaître les causes, on le peut lire une seconde fois pour remarquer la suite de mes raisons, mais qu’il ne se faut pas derechef rebuter si on ne la peut assez connaître partout, ou qu’on ne les entende pas toutes ; il faut seulement marquer d’un trait de plume les lieux où l’on trouvera de la difficulté, et continuer de lire sans interruption jusqu’à la fin ; puis si on reprend le Livre pour la troisième fois, j’ose croire qu’on y trouvera la solution de la plupart des difficultés qu’on aura marquées auparavant ; et que s’il en reste encore quelques-unes on en trouvera la solution en relisant.25

Lire les Principes comme un roman conduit le lecteur jusqu’à environ un tiers de la distance requise. Pour bien les comprendre, on doit les lire encore et encore – et pas comme un roman.

22Que Descartes considère qu’il existe une dissimilitude décisive entre philosophie et roman n’a rien de surprenant, compte tenu de sa définition de la philosophie et de la réputation du roman à son époque. Il définit en effet la philosophie, dans un autre passage de la préface que nous venons de citer, de la façon suivante :

  • 26 Ibid., p. 54-56.

[la philosophie est] l’étude de la Sagesse ; et que par la Sagesse on n’entend pas seulement la prudence dans les affaires, mais une parfaite connaissance de toutes les choses que l’homme peut savoir, tant pour la conduite de sa vie que pour la conservation de sa santé, et l’invention de tous les arts ; et qu’afin que cette connaissance soit telle, il est nécessaire qu’elle soit déduite des premières causes, en sorte que pour étudier à l’acquérir, ce qui se nomme proprement philosopher, il faut commencer par la recherche de ces premières causes, c’est-à-dire des Principes ; et que ces Principes doivent avoir deux conditions : l’une qu’ils soient si clairs et si évidents que l’esprit humain ne puisse douter de leur vérité lorsqu’il s’applique avec attention à les considérer ; l’autre que ce soit d’eux que dépende la connaissance des autres choses, en sorte qu’ils puissent être connus sans elles, mais non pas réciproquement elles sans eux ; et qu’après cela il faut tâcher de déduire tellement de ces principes la connaissance des choses qui en dépendent qu’il n’y ait rien en toute la suite des déductions qu’on en fait qui ne soit très manifeste.26

23Philosopher comme il faut, c’est chercher à savoir les choses par leurs causes, ou, comme Descartes les appelle, leurs « principes » (l’idée selon laquelle la philosophie est la connaissance des causes remonte à Aristote). Quand on sait les choses par leurs causes, on sait la vérité sur ces choses, et on sait cette vérité certainement. La connaissance causale est certaine parce qu’elle est faite de séries de pensées jointes ensemble au moyen de « déductions » solides.

  • 27 Discours de la méthode, introduction, dossier et notes par Denis Moreau, Paris, Librairie Générale (...)
  • 28 Ibid., p. 63-64.

24Or c’est là une conception mathématique de la philosophie. Descartes idéalisait les démonstrations faites par les géomètres de ce qu’il appelait « chaînes de raison »27, et il les prenait pour modèles de tout argument philosophique. En même temps, il envisageait le délai créé par tout le travail nécessaire pour transformer la philosophie en chaînes déductives. Tout se passe comme si on avait besoin d’une sorte de salle d’attente philosophique où on pourrait vivre sa vie tandis que les chaînes seraient en chantier. C’est là que surgit la question de savoir que faire en attendant la fin de la mise en chaîne de la vérité. La réponse de Descartes est qu’« on ne doit pas douter des choses qui semblent vraies, en ce qui regarde la conduite de la vie, mais qu’on ne doit pas aussi les estimer si certaines qu’on [ne] puisse changer d’avis lorsqu’on y est obligé par l’évidence de quelque raison »28. En l’absence provisoire des choses qui sont vraies, on vit en accord avec « des choses qui semblent vraies ».

  • 29 A. Furetière, op. cit.

25Une autre façon de dire « semblent vraies » est de dire « sont vraisemblables ». De ce point de vue la différence entre la philosophie au sens cartésien et le roman devient évidente. Alors que le philosophe propose le vrai, ou à défaut le vraisemblable, le romancier offre le vraisemblable au mieux, et au pire l’invraisemblable. Au XVIIe siècle c’était un lieu commun à propos des romans de juger qu’ils avaient tendance à tomber dans l’invraisemblable au lieu de se tenir au vraisemblable. C’est la raison pour laquelle le dictionnaire de Furetière définit le mot « romanesque » comme « [ce] qui tient du Roman, qui est extraordinaire, peu vraisemblable »29.

  • 30 Nous remettons la démonstration de cette hypothèse, selon laquelle les rapports entre science et li (...)

26Que Descartes dissocie en grande partie la lecture d’un texte de philosophie et la lecture d’un roman est donc compréhensible. Pour lui, ces deux expériences ne sont compatibles que dans la mesure où la philosophie s’occupe du vraisemblable et le roman se débarrasse de l’invraisemblable. La pensée cartésienne imposerait à la vraisemblance une date d’expiration, après laquelle on n’en aurait plus besoin ni envie. On aurait remplacé ce qui semble vrai par ce qui est vrai. Si l’obsolescence de la vraisemblance – et par là même celle de la fiction, et également celle du roman – n’est pas dictée explicitement par la pensée cartésienne, elle se fait entendre. Il est facile de déconsidérer cette vision de l’impact de la science comme un fantasme naïf de la première modernité. Mais il est difficile de sous-estimer combien les nouvelles sciences animées par les mathématiques faisaient rêver au XVIIe siècle. Il n’était pas impossible d’imaginer que tout ce que les lettres laissaient sans résolution, serait élucidé grâce aux chiffres, et que ce déluge numérique créerait un nouvel ordre où la vraisemblance aurait une valeur provisoire et l’invraisembable n’en aurait aucune30.

27La Princesse de Clèves, nous semble-t-il, observe cet ordre envisagé par la science et en même temps l’affronte. Le roman de Lafayette renonce aux excès des romans pastoraux et héroïques et se montre de ce fait relativement vraisemblable. Mais en respectant la vraisemblance il la redéfinit. Les aventures de la princesse, du roi et du narrateur apprennent au lecteur que la vraisemblance ne peut pas se calculer géométriquement, parce qu’elle doit inclure les effets du hasard, et que ces effets débordent les triangles arithmétiques et leurs algorithmes.

28La Princesse de Clèves manifeste une formule romanesque dont le but serait de permettre au roman de se plier à la science et d’y résister simultanément. La réponse à la question du « pourquoi le hasard joue-t-il un rôle particulier chez Lafayette » ne saurait pas être définitive. Ceci dit, elle s’accorde bien avec l’un des effets notables du roman : la vision d’une place stable et centrale dans un monde numérisé par les révolutions scientifiques. Une preuve en faveur de cette hypothèse est un élément de la campagne publicitaire menée dans les pages du Mercure galant en faveur du roman de Lafayette. Il s’agit de la lettre d’un « géomètre de Guyenne », qui fait l’éloge du roman en ces termes :

  • 31 Bernard de Fontenelle, « Lettre sur La Princesse de Clèves », dans Camille Esmein-Sarrazin (éd.), P (...)

Il vous serait aisé de juger qu’un géomètre comme moi l’esprit tout rempli de mesures et de proportions, ne quitte point son Euclide pour lire quatre fois une Nouvelle galante, à moins qu’elle n’ait des charmes assez forts pour se faire sentir à des Mathématiciens mêmes, qui sont peut-être les gens du monde sur lesquels ces sortes de beautés trop fines et trop délicates, font le moins d’effet.31

29Ce « géomètre de Guyenne » est Bernard de Fontenelle, et son éloge rappelle le conseil que Descartes avait donné trente ans plus tôt aux lecteurs de ses Principes, à savoir de les lire comme un roman. Mais Descartes n’a recommandé qu’une seule lecture romanesque, tandis que Fontenelle dit avoir lu La Princesse de Clèves quatre fois. Cette déclaration signale un rapprochement entre la géométrie et le roman qui est, sinon vrai, alors au moins vraisemblable.

Haut de page

Notes

1 Nous faisons allusion à l'appel à contribution de la journée d'études où nous avons donné la version orale de cet article. Nous avons trouvé particulièrement utiles pour notre conception du fait divers le livre à exposer de façon plus synthétique d'Annick Dubied, Les Dits et les scènes du fait divers, Genève, Droz, 2014 et les articles de Philippe Hamon, « Fait divers et littérature », Romantisme, 27, 1997, p. 7-16 et de Michelle Perrot, « Fait divers et histoire au XIXe siècle », Annales, 38, 1983, p. 911-919.

2 L’intérêt pour les faits divers de Jean Donneau de Visé, fondateur du Mercure galant, est formulé dès le numéro inaugural: « Comme on entend de temps en temps parler de Procés si extraordinaires, & si remplis d’avantures, que les Romans les plus surprenans n’ont rien qui en aproche, je ne manqueray pas de vous en divertir, & de vous en mander les veritables circonstances, qui ne sont jamais bien sçeuës que de ceux qui se donnent la peine de les rechercher avec soin » (Mercure galant, Paris, janvier 1672, p. 5-6) [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k32948j, consulté le 2 mars 2019]. Un examen des ordinaires et extraordinaires du Mercure galant des années 1670 montre que cette prévision n'a pas été démentie.

3 C'est ce que nous avons montré dans notre article de 2013 intitulé « A Mathematical Key to La Princesse de Clèves », Modern Language Quarterly, 74, 2013, p. 493-516. Nous n'avons pas l'intention de reprendre intrégralement l’argumentation qui y est développée ; nous en offrirons toutefois une synthèse précise afin de tenter de la porter plus loin dans les pages suivantes.

4 Blaise Pascal, Œuvres complètes, éd. Jean Mesnard, vol. 2, Paris, Desclée de Brouwer, 1970, p. 1031.

5 Ibid., p. 1035, 1034.

6 Madame de Lafayette, Œuvres complètes, éd. Camille Esmein-Sarrazin, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 2014, p. 417.

7 Voir note 3.

8 Mme de Lafayette, op. cit., p. 478.

9 Ibid., p. 430, 385, 384.

10 Ibid., p. 384.

11 Sur la discussion autour des horoscopes dans La Princesse de Clèves voir D. Sedley, « A Mathematical Key to La Princesse de Clèves », art. cit., p. 508 sqq.

12 Lafayette, op. cit., p. 478.

13 Ibid., p. 477.

14 Ibid.

15 Ibid., p. 478.

16 Ibid., p. 475.

17 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, Paris, 1690 ; ce sont les premiers sens non-philosophiques cités.

18 Mme de Lafayette, op. cit., p. 477.

19 Voir la définition principale du mot dans Furetière, op. cit.: « Rencontre, conjoncture, moment où l'on trouve un temps, ou un lieu favorable pour faire quelque chose ; hazard, fortune. J'ai rencontré cet homme par occasion, par hazard ».

20 Cette interprétation du repos final de la princesse diffère des autres interprétations, qui tendent à se diviser en deux catégories. Selon certaines, son repos signifie une résistance aux contraintes patriarcales imposées aux femmes, au mariage, et au statut d'auteur : voir, par exemple, Faith E. Beasley, Revising Memory: Women's Fiction and Memoirs in Seventeenth-Century France, New Brunswick, Rutgers University Press, 1990 ; Katharine Ann Jensen, « Making Sense of the Ending: Passion, Virtue, and Female Subjectivity », dans Faith E. Beasley et Katharine Ann Jensen (dir.), Approaches to Teaching Lafayette's the Princess of Clèves, New York, Modern Language Association, 1998, p. 68-75 ; Jean DeJean, Tender Geographies: Women and the Origins of the Novel in France, New York, Columbia University Press, 1991 ; J. DeJean, « Lafayette's Ellipses: The Privileges of Anonymity », Publications of the Modern Language Association, vol. 99, 1984, p. 884-902 ; Donna Kuizenga, « The Princesse de Clèves: An Imitable Model? », dans Patrick Henry (dir.), An Inimitable Example: The Case for The Princesse de Clèves, Washington, Catholic University of America Press, 1992, p. 71-83. Selon d'autres interprétations, son repos représente une retraite religieuse de l'atmosphère spirituellement corrosive de la société de cour et ses divertissements : voir, par exemple, Jean Mesnard, « Présentation », dans son édition de La Princesse de Clèves, Paris, Flammarion, 2009, p. 7-69 ; Philippe Sellier, « Introduction », dans son édition de La Princesse de Clèves, Paris, Libraire Générale Française, coll. « Le Livre de Poche », 1999, p. 7-33 ; Françoise Gevrey, L'Esthétique de Madame de Lafayette, Paris, SEDES, coll. « Esthétique », 1997 ; Francis Mathieu, « Mme Lafayette et la condition humaine : Une lecture pascalienne de La Princesse de Clèves », Cahiers du dix-septième : An Interdisciplinary Journal, vol. 12, 2008, p. 61-85.

21 Par exemple, à la fin de la cinquième partie de L'Astrée, « composée sur les vrais Memoires du feu Mre Honoré d'Urfé » par Balthazar Baro, on lit que « tous les Bergers & Bergeres revindrent raconter à Lignon les triomphes qu'ils avoient emportez en la jouyssance des faveurs qu'ils avoient si long temps attenduës, dont cette Riviere se rendit si sçavante, qu'il semble encore aujourd'huy que dans son plus doux murmure, elle ne parle d'autre chose que du repos de CELADON, & de la felicité d'ASTRÉE » (La Conclusion et dernière partie d'Astrée, Paris, 1632, p. 986) [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k214897z, consulté le 24 février 2019]. L'avant-dernière phrase de la suite de la cinquième partie de Clélie, histoire romaine par Madeleine de Scudéry raconte de son héroïne et son amant (et maintenant son mari) Aronce que « aprés tant de malheurs ces deux illustres personnes se virent aussi heureuses qu'elles avoient esté infortunées, & ne virent rien qui pust esgaler leur bonheur, que leur vertu » (Paris, 1661, p. 1323) [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k87208063, consulté le 24 février 2019].

22 Voir la définition du mot imiter dans A. Furetière, op. cit., où on lit, « On dit proverbialement, que l'art imite la nature. Et on dit d'une chose, qu'elle est bien imitée, quand elle est bien tirée d'aprés nature ». Sur la mimésis au XVIIe siècle, voir Mary Jo Muratore, Mimesis and Metatextuality in the French Neo-Classical Text: Reflexive Readings of La Fontaine, Molière, Guilleragues, Madame de La Fayette, Scarron, Cyrano de Bergerac and Perrault, Genève, Droz, 1994.

23 Two books of Francis Bacon, of the proficience and advancement of learning, divine and human, London, 1605.

24 Lettre-préface des Principes de la philosophie, présentation et notes par Denis Moreau, Paris, Flammarion, 1996, p. 69-70.

25 Ibid., p. 70.

26 Ibid., p. 54-56.

27 Discours de la méthode, introduction, dossier et notes par Denis Moreau, Paris, Librairie Générale Française, 2000, p. 90.

28 Ibid., p. 63-64.

29 A. Furetière, op. cit.

30 Nous remettons la démonstration de cette hypothèse, selon laquelle les rapports entre science et littérature lors de la première modernité seraient envisageables comme jeu à somme nulle, à une autre occasion. Pour un autre point de vue selon lequel vraisemblance et science paraissent plutôt complémentaires, voir Anne Duprat, Vraisemblances : Poétiques et théorie de la fiction du Cinquecento à Jean Chapelain, Paris, Champion, 2009.

31 Bernard de Fontenelle, « Lettre sur La Princesse de Clèves », dans Camille Esmein-Sarrazin (éd.), Poétiques du roman : Scudéry, Huet, Du Plaisir et autres textes théoriques et critiques du XVIIe siècle sur le genre romanesque, Paris, Champion, p. 650-654, ici p. 650.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David L. Sedley, « La Fin de La Princesse de Clèves comme fait divers »Études Épistémè [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/episteme/7393 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.7393

Haut de page

Auteur

David L. Sedley

David L. Sedley est Associate Professor à Haverford College (USA), où il enseigne la littérature française et comparée. Il est l’auteur de Sublimity and Skepticism in Montaigne and Milton (Michigan, 2005). Il prépare actuellement un livre sur les différences entre science et littérature chez Montaigne, Bacon, Pascal, Lafayette, Milton et Hobbes.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search