Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Entre polémique et affaire pastor...

Entre polémique et affaire pastorale : la prédication des indulgences en France de 1550 à 1650

From Polemic to Pastoral Care: Preaching on Indulgences in France 1550-1650.
Elizabeth Tingle

Résumés

La Réforme en Allemagne fut déclenchée – involontairement – par la prédication de Johan Teztel sur les indulgences. Les 95 thèses de Martin Luther ouvrirent une nouvelle polémique sur la nature et l’importance des pardons, à laquelle répondit l’ensemble de l’Église occidentale. Au siècle suivant, la prédication des indulgences reflète les débats contemporains sur l’autorité religieuse, les bonnes œuvres et le salut. En France, alors que la polémique protestante condamne les indulgences tout au long de la période, à partir du milieu du XVIe siècle les prédicateurs catholiques adoptent le pardon comme un signe d’orthodoxie et comme une pratique utile pour les fidèles. À la suite de la confirmation de la pratique des indulgences par le concile de Trente en 1563, les jubilés romains de 1575 et 1600 popularisent les grâces plénières à travers l’Europe, y compris en France. Cette renaissance est facilitée par le retour aux dévotions traditionnelles dans le cadre militant du catholicisme ligueur. Les usages polémiques des indulgences se poursuivent dans le premier quart du XVIIe siècle, mais avec l’apaisement des conflits religieux après 1630, les sermons adoptent un ton plus pastoral. Les prédicateurs se tournent vers la recommandation des indulgences comme travail spirituel, moyen de réforme intérieure autant qu’extérieure. Cet article examine la prédication des indulgences en France de 1550 à 1650 et les replace dans l’évolution des pratiques de dévotion, de la polémique antiprotestante à la pastorale catholique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette contribution s’appuie sur Elizabeth Tingle, Indulgences after Luther: Pardons in Counter Refo (...)
  • 2 Wietse De Boer, The Conquest of the Soul: Confession, Discipline, and Public Order in Counter-Refor (...)
  • 3 Voir Isabelle Brian, Prêcher à Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Classiques Garnier, 2014 ; Stefan (...)

1On a toujours prêché les indulgences, et cette pratique a toujours fait l’objet de controverses1. Depuis Urbain II et sa prédication pour l’indulgence de la croisade à Clermont en 1098 jusqu’à la parodie du Pardonneur de Geoffrey Chaucer dans ses Contes de Canterbury, les pardons ont fait l’objet d’un véritable marché à travers les sermons adressés à un auditoire de chrétiens majoritairement illettrés cherchant le salut. Les indulgences étaient aussi utilisées lors des prédications pour créer la polémique. C’est la prédication dans l’espace germanique du dominicain Johan Tetzel en faveur de la reconstruction de la basilique de Saint Pierre qui a poussé Martin Luther à écrire sa liste sur les rôles des indulgences sur la pénitence en 1517 : Quatre-vingt-quinze thèses sur la puissance des indulgences. Cette polémique ébranla profondément les fondations théologiques et pastorales de l’Église avec pour résultats, au fil des ans, que les protestants finirent par rejeter l’intercession d’un tiers et la confession à un prêtre pour obtenir son absolution, ce qui rendait caduc le besoin des indulgences. De leur côté, les catholiques ne se laissèrent pas faire et «  cherchèrent à se défaire des abus, à instaurer une confiance renouvelée dans les pratiques traditionnelles et à renforcer leurs fonctions »2. Finalement, les indulgences furent maintenues et au cours des deux siècles suivants, elles furent repensées et reconceptualisées pour accompagner l’évolution pastorale et les intérêts disciplinaires de l’Église catholique. La prédication joua un rôle fondamental dans tous ces changements, dans la formation des idées, la création de débats et dans l’enseignement du véritable message du Christ aux croyants3. J’aborderai dans cette étude la relation qui s’établit entre la prédication, la polémique et les indulgences pour la période allant de 1517 à 1521, les années de la controverse de Luther, puis à trois moments du seizième et du début du dix-septième siècles en France : au début des années 1560, quand les dernières séances du Concile de Trente coïncident avec les guerres de religion en France ; à la fin des années 1570 et 1580, qui voient le Jubilé du pape de 1575 et l’émergence de la Ligue Catholique de France ; puis au début du dix-septième siècle, au cœur de la Réforme catholique. Je tâcherai de démontrer qu’au fil des années, il y a eu un basculement d’un usage polémique vers un usage pastoral des indulgences dans les sermons, même si ces deux catégories ne sont jamais clairement distinguées. Par ailleurs, il existe une relation étroite entre les sermons et l’impression. Dans le cas des sermons, cette contribution s’appuie principalement sur les pamphlets et les tracts qui ont enregistré et influencé les prédications sur les indulgences.

La prédication des indulgences

  • 4 Hervé Martin, Le Métier de prédicateur au Moyen Age (1350-1520), Paris, Cerf, 1988 ; Daniel Baloup, (...)
  • 5 Francis Rapp, « Les campagnes d’indulgences dans le diocèse de Strasbourg à la fin du moyen âge », (...)
  • 6 H. C. Lea, A History of Auricular Confession and Indulgences in the Middle Ages, Philadelphia, Lea (...)

2Au début du seizième siècle, la prédication des indulgences était à la fois répandue et vertement critiquée par l’Église occidentale, comme l’ont montré les travaux d’Hervé Martin et de Daniel Balupe4. Un clergé plus strict condamnait les prêtres populaires qui faisaient croire qu’en échange d’aumônes, les indulgences effaçaient les péchés ainsi que la nécessité de la pénitence, et suffisaient à octroyer la satisfaction (réparation). La prédication de l’indulgence du Dominicain Johann Tetzel dans le diocèse de Strasbourg en 1509 fut ainsi critiquée par Johann Geiler von Keyserberg comme ne mettant pas suffisamment l’accent sur l’importance d’un repentir sincère5. La bulle papale de Jules II, intitulée Liquet Omnibus, prévoyant l’octroi d’indulgences pour lever des fonds afin de reconstruire Saint Pierre à Rome, fut vivement critiquée du fait que les pardons étaient utilisés pour le salut : un pardon plénier par suffrage était accordé aux âmes du Purgatoire contre le paiement « d’aumônes » définies par des commissaires, et la bulle suspendait pour une durée de huit ans toutes les autres indulgences, ce qui était à la fois rare et impopulaire. La promotion de cette indulgence dans le nord de l’Allemagne revint à Albrecht, Archevêque et Électeur de Mainz, qui nomma Tetzel pour prêcher le pardon. Tetzel était un promoteur d’indulgences expérimenté, comme il avait prêché le Jubilé d’Alexandre VII en 1500 et une indulgence de cruzada pour l’Ordre teutonique en 15076. La nouvelle campagne de pardon de Tetzel fut la raison de la fureur de Luther, et de son impact révolutionnaire sur l’économie du salut.

  • 7 Ludovic Lalanne (éd.), Journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François premier (1515-1536 (...)
  • 8 Bibliothèque nationale de France (BnF), cote E-1681 (Réserve).
  • 9 Marc Venard, « Les ventes d’indulgences au temps de Luther », dans Michel Aubrun (dir.), Entre idéa (...)
  • 10 J. K. Farge, Orthodoxy and Reform in Early Reformation France. The Faculty of Theology of Paris, 15 (...)
  • 11 David Bagchi, « Luther’s Ninety-Five Theses and the Contemporary Criticism of Indulgences », dans R (...)

3La France fut rapidement rattrapée par les débats sur les indulgences au moment où elle faisait face au même type de campagnes de pardon qu’en Allemagne. Les indulgences étaient une pratique religieuse répandue dans le royaume, comme partout en Europe. Dans Le Journal d’un bourgeois de Paris, l’auteur décrit trois indulgences auxquelles il assista, entre 1515 et 1525. L’une d’elle, en janvier 1518, fut lancée par un sermon prononcé dans la cour épiscopale par Monsieur de Quercus, curé de la paroisse de St-Jean-en-Grève7. Comme sur le territoire allemand, à travers la France, la « croisade » des indulgences fut largement relayée par divers textes et discours8. L’auteur Aymar de Rivail en Bourgogne nota que le pardon était si bien promu que les hommes sans le sou faisaient don de leur arme pour y avoir droit, et que les femmes offraient leur robe de mariage ou d’autres possessions de valeur9. À nouveau, comme Outre-Rhin, l’indulgence s’attira l’opprobre des plus hauts échelons du clergé français. En janvier 1518, elle fut vivement critiquée par la Faculté de Théologie de la Sorbonne à Paris, et la faculté décida même d’informer le roi, le légat papal et les évêques diocésains, des « scandales et […] abus qui surviennent partout » dans la prédication des pardons, les pauvres se faisant escroquer en achetant de fausses promesses. Deux prédicateurs de l’indulgence, Nicolas Payen, un Dominicain et Nicolas Cappelly, un Augustin, furent convoqués par la Sorbonne pour être jugés10. Le décret Qualificatio de 1518 n’était pas si éloigné de la critique formulée par Luther en 1517 lorsqu’il condamnait cette « marchandisation des suffrages au nom des morts » de « fausse, scandaleuse et délétère » et remettait en cause l’autorité du pape à émettre de tels pardons11.

  • 12 Inventaire sommaire des archives hospitalières antérieures à 1790. Hôtel-Dieu vol 1., Paris, Grandr (...)
  • 13 P. Tamizey de Larroque (éd.), Livre de raison de la famille Dudrot de Capdebosc (1522-1675), Paris, (...)
  • 14 Cf. Larissa Taylor, Soldiers of Christ: Preaching in Late Medieval and Reformation France, Oxford, (...)

4Les censures évangéliques et le rejet protestant de la théologie des indulgences conduisirent à un déclin rapide de leur promotion en France. Même parmi les Catholiques, la popularité et l’usage des indulgences commencèrent à décliner, même si localement le tableau pouvait être plus contrasté, cette évolution s’inscrivant dans une transformation plus large de la spiritualité, qui comportait aussi la diminution d’autres pratiques traditionnelles, comme la fondation des chapellenies et la participation aux confréries. Il existe des preuves, issues de plusieurs institutions ecclésiastiques, détaillant ce déclin après 1530. Par exemple, à l’Hôtel Dieu de Paris, il n’y eut plus de nouvelles indulgences depuis les années 1520 jusqu’à la première moitié du dix-septième siècle, même si les droits existants continuèrent à être vendus au mitan du siècle12. En témoignent, par de rares mentions, les journaux familiaux et personnels tels que Le Livre de raison de la famille Dudrot de Capdebosc de la région de Condom, qui retranscrit les pardons papaux disponibles dans la ville en 1536, quand les habitants participaient à une procession pieds-nus, et en février 154313. Même si quelques bulles, brèves et affiches faisant la promotion des indulgences ont été conservées, l’étude de Larissa Taylor sur les prédicateurs de la Renaissance montre que parmi les prédicateurs célèbres au cours de la période allant des années 1520 à la fin des années 1550, peu mentionnaient les indulgences ou même le Purgatoire, et que rares étaient les auteurs qui consacraient au Purgatoire ou aux pardons des discours spécifiques pendant ce demi-siècle14. Les critiques évangéliques et protestants avaient remporté la bataille polémique contre les indulgences comme forme de financement et de corruption spirituelle : c’était donc là un sujet que les prédicateurs et le clergé catholiques préféraient ne pas aborder.

  • 15 H. C. Lea, op. cit., III, p. 285-286.
  • 16 Michel Cassan, Le Temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, P (...)
  • 17 M. Venard, art. cit., p. 276-277.
  • 18 Ibid., p. 280.
  • 19 L. Odespun de La Mechinière (éd.), Concilia novissima Galliæ, Paris, Denis Beschet, 1646, p. 756 ; (...)

5Il y eut même une offensive catholique contre la prédication des indulgences au milieu du seizième siècle. À partir de 1215, Latran IV, au moins, les évêques et leurs officiers furent indisposés par les chicaneries des pardonneurs, et essayèrent de mettre de l’ordre dans les prédications et dans les collectes15. Les activités des pardonneurs itinérants firent donc difficulté pour l’Église de France avant même la Réforme. Dans le diocèse de Limoges, les évêques dénoncèrent en 1519 et en 1533 les prédicateurs qui faisaient trafic de fausses reliques et d’indulgences, alors que les pardonneurs itinérants continuaient à faire commerce de leurs marchandises16. Les statuts synodaux du diocèse de Meaux de 1511 interdisaient aux vendeurs de pardons et aux confréries de faire la collecte dans leurs paroisses, à l’exception du fameux pardon de l’Hôtel Dieu de Paris. Les statuts synodaux de Tournai et d’Angoulême, vers 1520, reposaient sur les mêmes bases17. Ainsi, non isolée, la critique de Luther éveilla à peine les consciences sur les abus de la vente des saluts. Il ne faut pas non plus éluder la question de l’autorité ecclésiastique. Les conciles provinciaux en France et les synodes diocésains locaux cherchèrent à réguler les activités des collecteurs pour ne pas décevoir les croyants tout en renforçant l’autorité épiscopale. Le concile de Sens de 1528 condamna les pardonneurs qui trompaient ainsi les croyants18. Les lois du Concile de Narbonne de 1551 et les statuts du synode de Beauvais de 1554 stipulaient que le clergé paroissial ne devait pas autoriser les collecteurs itinérants à prêcher et à recevoir l’aumône sans leur autorisation. Les prêtres devaient avertir l’évêque s’ils soupçonnaient de faux pardonneurs19.

  • 20 N. P. Tanner (éd.), Decrees of the Ecumenical Councils, 2 vols., London & Washington, Sheed & Ward (...)
  • 21 Concilia novissima Galliæ, op. cit., p. 24.

6Au Concile de Trente, les actions des pardonneurs furent naturellement considérées comme ayant jeté l’opprobre générale sur toutes les indulgences. En juillet 1562, un décret interdit aux quæstores de distribuer des indulgences et prohiba l’office de vendeur des indulgences (« pardonneurs »). Les indulgences devaient être publiées par ordre de l’évêque diocésain aidé de deux membres du chapitre de la cathédrale, qui étaient chargés de collecter les aumônes pour les œuvres de charité les concernant, mais de manière volontaire et gratuite20. En France, cette disposition fut adoptée et renforcée dans les synodes provinciaux. Au Concile de Reims de 1564, les quæstores furent condamnés comme simoniaques21. Les statuts conciliaires lyonnais de 1577 résument ainsi les suspicions qui frappaient les pardonneurs à la fin du seizième siècle :

  • 22 Statuts et ordonnances synodales de l’église métropolitaine de Lyon, primatiale des gaules, Lyon, J (...)

Le Diable, qui jamais ne cesse de causer le trouble en l’Église de Dieu, que ce soit lui ou ses serviteurs, a engendré tout un tas de pardonneurs avares et ambitieux, qui à force d’artifices et de ruse sous couvert de religion, de vœux et d’aumônes, en prétextant qu’ils prédiquaient, ont séduit et trompé le clergé, les paroissiens et les braves gens, entraînant la perte de nombreuses âmes.22

  • 23 Concilia novissima Galliæ, op. cit., p. 582, 708. NB l’Assemblée du Clergé de France de 1625 n’est (...)

7Les conciles provinciaux de Rouen de 1581, Toulouse en 1590 et Narbonne en 1609, ainsi que l’Assemblée du Clergé de France de 1625 : tous se positionnèrent contre cette pratique23. Au milieu et à la fin du XVIe siècle, les prédicateurs de pardon disparurent pratiquement des paroisses rurales et urbaines, alors que ceux, célèbres, des grandes villes ne consacraient que rarement des sermons aux indulgences au milieu de leurs véhémentes prédications antiprotestantes. René Benoist, Jean Christi et d’autres évitaient les pardons qui pouvaient s’attirer les foudres des Protestants. Il s’agissait d’un débat polémique qui les mettait en difficulté.

Le Jubilé romain

  • 24 H. C. Lea, Op. cit., III, p. 216
  • 25 Ibid., III, p. 49; Gregory Martin, Roma Sancta, éd. G. Bruner Parks, Rome, Edizioni de Storia e Let (...)

8Pourtant en à peine vingt ans, les indulgences retrouvèrent bonne grâce et redevinrent un outil de dévotion. Le Jubilé romain de 1575 joua un rôle crucial, ainsi que les jubilés papaux et provinciaux qui suivirent. Des changements furent adoptés, en réponse aux critiques des Luthériens et des Évangélistes. Déjà pour le Jubilé de 1525, Clément VII avait modifié les clauses concernant le paiement des bulles des indulgences, en remplaçant l’argent par cinq Pater Noster. Avec le Jubilé Romain de Grégoire XIII, en 1575, les oblations furent effectuées sur la base du volontariat24. En effet, l’utilité des pardons reposait avant tout sur l’attitude de contrition du croyant et sur ses actes de piété. Quand l’archevêque Borromée donna à ses ouailles milanaises des instructions pour la tenue sur place du Jubilé de 1575, il mit l’accent sur la confession, la contrition et les œuvres de dévotions et de charité. Qui plus est, alors que faire preuve de charité était encouragé, il n’existait aucun prix fixe, l’aumône devait rester un acte de dévotion, à la discrétion et selon la bonne conscience du donneur25.

  • 26 Noël Taillepied, Brief traicte et declaration de l’an jubilé et efficace des pardons & indulgences (...)
  • 27 René Benoist, Advertissement et declaration touchant les choses requises pour entendre et gaigner l (...)
  • 28 Les affiches pour le diocèse de Saint-Pol-de-Léon 1575. BnF Réserve E. 1685.
  • 29 P. H. Morice, Mémoires pour servir des preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne 3 (...)

9Le Clergé réformateur s’empara de la question des indulgences en les présentant comme un auxiliaire à la fois polémique et eschatologique. Ici, il est intéressant de se pencher sur le travail du Franciscain Noël de Taillepied, de Pontoise, qui se trouve dans la publication d’un Jubilé, lui-même sans doute basé sur un ou plusieurs sermons antiprotestants. Il s’appropria le thème du Décret tridentin sur l’antiquité des indulgences et détailla ses origines dans l’Ancien Testament et au début de l’Église. Son message se voulait activiste et catholique : il exaltait l’impatience de partir en pèlerinage à Rome, afin de voir de ses propres yeux l’endroit où les martyres avaient versé leur sang. Il voyait aussi d’un bon œil le fait que le pape autorisait les Jubilés à se répandre à travers l’Europe, pour que les croyants qui ne pouvaient voyager jusqu’au Saint-Siège puissent en bénéficier. Taillepied décrivait les indulgences disponibles et les actions nécessaires pour les gagner, au premier rang desquelles figurait la pénitence : « Quiconque, peu importe son état, ne peut gagner l’indulgence qu’en ayant l’intention de se détourner du péché »26. Taillepied n’était pas le seul dans ce nouvel engouement pour les indulgences. René Benoist publia deux textes sur les Jubilés en 1576, un premier pour le Jubilé romain et le second pour la promotion d’un Jubilé incitant les croyants à prier pour lutter contre la peste : des sermons, de nouveau, relayèrent ces incitations27. C’est peut-être aussi le Jubilé qui entraîna la réimpression de certaines indulgences domestiques en France. En 1575, l’évêque de Saint-Pol-de-Léon autorisa la publicité et la prédication d’un certain nombre d’indulgences plénières en son siège, pour les bénéficiaires et les donneurs de l’Hôtel Dieu et de l’hôpital des Quinze-Vingts de Paris, ainsi que de l’hôpital Saint-Yves à Rennes28. Une réponse polémique vint en juin 1590 à Rennes, où Bertrand Avenel, un libraire Huguenot, fut emprisonné pour avoir vendu un libelle diffamatoire contre le catholicisme sous la forme d’une indulgence. Celui-ci proclamait que le véritable pardon et la rémission des péchés étaient possibles grâce à la miséricorde divine, à travers le Christ et par son sang versé : c’était une indulgence que tous pouvaient gagner. Ceux qui n’avaient pas une foi totale en la miséricorde de Dieu seraient effacés du Livre de la vie. Le document, dont la forme rappelait celle d’une indulgence et dont le contenu était protestant, jeta un pavé dans la mare29. Cet épisode reflète toutefois un regain d’intérêt pour la controverse autour des pardons, en lien avec les bouleversements de la vie spirituelle catholique et des conflits religieux au sein de la Ligue.

  • 30 M. H. Meurier, Petit Traite de L’Antiquité, Vray Usage et Vertu tant des indulgences ecclésiastique (...)
  • 31 Ibid., p. 95-96.

10À compter de la fin des années 1580, les indulgences devinrent plus visibles dans l’économie du salut en France. Le contexte était une croissance du militantisme catholique stimulé par la situation sociale et politique alarmante du royaume et par l’ascension de la Ligue catholique. La dimension polémique des prédications et des publications des indulgences n’était pas dépourvue d’amertume. Le Chanoine théologal de la cathédrale de Reims, Hubert Meurier, soutenant la Réforme tridentine, publia en 1587 sept de ses sermons sur les indulgences, prononcés en 1576 en lien avec le Jubilé de 1575 donné à Reims, discours mi-théologique mi-historique qui incitait les croyants à user des indulgences30, en déployant une invitation à la pénitence, perçue comme étant le seul remède à l’hérésie. Meurier faisait certes observer qu’« il était préférable de susciter la piété et la dévotion par le suffrage plutôt que par les indulgences » : le suffrage, la prière et le don portaient des fruits plus importants et plus durables. Il ajoutait cependant que les indulgences ne devaient pas être négligées car elles pouvaient rapidement et efficacement soulager les âmes du purgatoire, et étaient susceptibles de remplacer les suffrages manquants ou oubliés31.

  • 32 Dominique Julia, « Gagner son jubilé à l’époque moderne : mesure des foules et récits de pèlerins » (...)
  • 33 La plus ancienne copie semble être celle de Pierre du Moulin, Eaulx de Siloé pour esteindre le feu (...)
  • 34 Jacques Suarès, Torrent de feu sortant de la face de Dieu pour desseicher les Eaux de Mara, enclose (...)
  • 35 Hugues Burlat, Deux sermons de la resurrection du Lazare Par lesquels est verifiée l’intercession d (...)

11Le grand Jubilé romain de 1600 fut le point culminant des Jubilés et restaura largement les pardons. Dominique Julia estime qu’entre 350000 et 400000 pèlerins français se rendirent à Rome cette année-là pour gagner les indulgences32. Le Jubilé fut suivi de nombreux textes et sermons imprimés, dans lesquels les Protestants et les Catholiques français échangeaient en des termes virulents leur point de vue sur le Purgatoire et sur les pardons. En 1599, le pasteur protestant Pierre du Moulin publia un sermon d’abord prêché à Grenoble, dans lequel il attaquait le Purgatoire et les travaux du Franciscain portugais Jacques Suarès de Sainte-Marie, sous le titre Eaux de Siloë pour esteindre le feu de Purgatoire33. Pierre Victor Palma Cayet et André Duval, théologien à la Sorbonne et proche de dévots comme Pierre de Bérulle, contre-attaquèrent, ainsi que Suarès, qui en 1603 prêcha puis publia une réponse à Du Moulin dans une défense du Purgatoire en trois parties : il s’agissait d’une doctrine aussi ancienne que les prières pour les morts, qui avaient été pratiquées par l’Église pendant 1368 années ; c’était dans un véritable endroit souterrain que les âmes étaient conservées pour être purifiées avant leur entrée au Paradis, et la Bible nous exhortait à prier pour tous, les vivants comme les morts34. L’accent était avant tout placé sur les activités du quotidien. Ainsi, Hugues Burlat, docteur de Sorbonne et chanoine théologal en l'église Sainte-Croix de la Ville d'Orléans, déclara que les bonnes œuvres reposant sur la foi faisaient partie des obligations des Chrétiens. Ceux qui œuvraient sur ces fondations recevaient immédiatement le salut éternel, alors que ceux qui commettaient des péchés véniels étaient voués au Purgatoire jusqu’à ce qu’ils aient été entièrement purifiés de leurs fautes35. Les actions effectuées pour gagner une indulgence étaient mises en avant comme des actes militants, s’opposant consciemment au protestantisme. Aussi le Capucin Charles de Genève déclara-t-il :

  • 36 Cité dans Bernard Dompnier, « Un aspect de la dévotion eucharistique dans la France du XVIIe siècle (...)

[L’]hérésie de Luther trouvait son origine dans son mépris et son opposition aux indulgences sacrées, ainsi, un des meilleurs moyens de détruire l’hérésie est d’honorer et de célébrer les saintes indulgences, soit par la prière, l’écrit ou par tout autre moyen.36

La pénitence et la polémique fonctionnaient de concert.

L’apaisement de la polémique et le traitement pastoral des pardons

  • 37 Jean-Pierre Camus, Instruction Catholique des Indulgences, Paris, Gervais Clousier, 1641, préambule

12Après 1630, la dimension polémique des indulgences se réduisit. Il y eut un basculement des sermons et des attaques imprimés contre les opposants à un traitement pastoral des pardons. À mesure que le protestantisme perdait de son influence en France, les débats sur les indulgences diminuaient également. Les pardons redevinrent un élément populaire, pastoral et dévotionnel, plutôt qu’une déclaration d’orthodoxie catholique. Les indulgences étaient promues comme une bonne œuvre, une invitation à la charité et par-dessus tout, à la prière. Pour Jean-Pierre Camus, l’évêque de Bellay, les indulgences représentaient un obstacle ou une préoccupation pour ceux qui cherchaient délibérément à prendre leurs distances avec le catholicisme, mais pour les catholiques pratiquants, elles constituaient « une pierre à l’édifice, un remède extraordinaire et une grande consolation […], une vertu et une sagesse, cachées dans le mystère de la croix »37. Simon Pourré, Minime, écrivit en 1663 :

  • 38 Simon Pourré, Thresor des indulgences réduit en quatre parties, Lille, Nicolas de Rache, 1663, page (...)

[A]près le sacrement sacré de l’autel […] il n’existe pas de don plus précieux, pas de grâce plus abondante et profitable à un homme baptisé et pécheur, que les indulgences qui sont pour lui un moyen de racheter son péché et sa rédemption, une nouvelle libération de toutes les dettes qu’il a contractées depuis son baptême, avant le jugement de Dieu.38

  • 39 Nicolas Aubespin, La Cordelière ou trésor des indulgences du cordon St François suivant la reformat (...)
  • 40 Andel de Lodève, Defense du purgatoire et de l’honneur des ecclésiastiques et des religieux mespriz (...)
  • 41 Camus, op. cit., p. 24.
  • 42 Anon, Doctrine des indulgences et du jubilé, pour servir d’instruction aux fidèles dans ce tems de (...)

13Les pardons jouaient un rôle important dans le recentrement de l’Église sur une charité pratique comme moyen de salut personnel. Dans La Cordelière au trésor des indulgences du cordon de S. François de Nicolas Aubespin, en 1610, l’auteur conseille au croyant la pratique des bonnes œuvres ainsi que les indulgences, en associant les deux, comme les indulgences acquittaient des dettes de péchés passés et les bonnes œuvres prévenaient des transgressions futures39. Andéol de Lodève écrivit en 1638 que les indulgences représentaient le quatrième moyen d’échapper au Purgatoire, après l’Eucharistie, la charité et les « œuvres satisfaisantes » qui comprenaient la prière, l’aumône, les vigiles et les jeûnes40. L’évêque Camus pensait que les indulgences et les Jubilés encourageaient les croyants « à faire tant de bonnes œuvres que les croyants sont édifiés par elles, ceux refroidis sont réchauffés par la piété et les faibles sont forcés à faire le bien et à se défaire du mal »41. Elles devaient engendrer « un amour sincère et véritable de nos ennemis, quand nous prions pour eux de tout notre cœur »42. Les indulgences reposaient désormais particulièrement sur les bonnes œuvres et sur l’exercice de la charité.

  • 43 Bruno Maes, Daniel Moulinet et Catherine Vincent, Jubilé et culte marial (Moyen Age – période conte (...)
  • 44 Georges Provost, Pardons et pèlerinages en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Cerf, 1998.

14Les formes de pardons les plus populaires et les plus accessibles étaient les indulgences obtenues par les confréries pour leurs adhérents et les jubilés ou indulgences plénières acquis par les églises pour leurs fêtes patronales. Ceux-ci étaient fréquemment annoncés depuis la chaire. Les confréries étaient d’importantes pourvoyeuses de bienfaits spirituels et indulgences, notamment celles qui s’appuyaient sur des ordres réguliers. Comme les confréries étaient érigées canoniquement, les autorités pouvaient plus facilement vérifier la qualité des pardons qui y étaient distribués. Les confréries mariales, en particulier du Rosaire et du Saint Sacrement, accordèrent aux fidèles de nombreuses indulgences, comme le démontrent les études sur le culte marial publiées sous la direction de Bruno Maës et al, et celles qui portent sur le site de Chaumont43. Les églises paroissiales, qu’elles soient urbaines ou rurales, avaient également des jours de grâce, des jubilés ou des indulgences plénières pour leurs fêtes patronales, qui attiraient de nombreux visiteurs régionaux. Des grands jubilés de Notre-Dame de Puy à ceux des petites chapelles, les indulgences étaient partout disponibles et largement diffusées, comme le montre l'œuvre de Georges Provost sur la Bretagne44.

  • 45 Grégory Goudot, « La Quête franciscaine en question (1600-1670) », Revue d’histoire de l’Église de (...)
  • 46 BnF Réserve E 1685.
  • 47 BnF Réserve E 1690.
  • 48 Pierre Forestier, Histoire des indulgences et des jubilez, avec des instructions pour en expliquer (...)
  • 49 Archives Départementales de l’Aude G 465. Evêché de Saint-Papoul. Indulgences.
  • 50 Thomas Julien, « La Quête pour la Vierge Noire de Montserrat en France au XVIIe siecle. Un commerce (...)

15Loin des élites des villes, dans les petites villes et les paroisses rurales, l’éloquence de la chaire était elle aussi moins polémique et plus centrée sur le don charitable qui mène au salut. Il semble que la prédication des indulgences dans le but de collecter l’aumône dans les paroisses ait été éphémère mais répandue45. Les opérations les plus visibles à travers la France étaient celles pour les hôpitaux parisiens de l’Hôtel Dieu et des Quinze-Vingts, qui continuèrent tout au long des guerres de religion, jusqu’à la Révolution française. L’autorisation accordée par le roi avait donné pouvoir aux administrateurs de l’Hôtel Dieu de consacrer deux jours de l’année à la collecte de l’aumône, dans l’église de leur choix46. À titre d’exemple, en 1664 et 1678, l’Hôtel Dieu et les hôpitaux des Quinze-Vingts publièrent leurs pardons dans le diocèse d’Évreux, par des affiches ou des admonitions depuis le pupitre. Les dons étaient collectés dans les paroisses, apportés aux rencontres en synode et remis aux procurateurs par les prêtres de la paroisse47. Autre groupe de pardonneurs, qu’il était fréquent de rencontrer : les ordres de la Trinité ou de la Merci, qui rassemblaient les aumônes destinées à faire libérer les catholiques captifs en terre musulmane, plus particulièrement en Afrique du Nord48. À nouveau, les affiches, les homélies et autre bouche-à-oreille étaient une façon efficace de répandre la parole. Bon nombre de bonnes causes étaient également autorisées à collecter dans les diocèses. En 1679 et en 1683, l’évêque de Saint-Papoul donna l’autorisation à l’agent de l’hôpital de Saint-Jacques de Compostelle de collecter l’aumône des confréries de St-Jacques implantées sur le diocèse, afin de contribuer à reconstruire l’hôpital et d’aider les pauvres pèlerins français malades49. L’abbaye de Montserrat en Espagne envoya régulièrement des collecteurs au cours du XVIIe siècle, qui colportaient avec eux des copies des indulgences, privilèges et autres souvenirs, et qui prononçaient des homélies. Ils collectaient les « dons » en échange de l’inscription dans le « Livre de la confrérie » et les gens participaient ainsi aux prières du monastère. Nous ne connaissons pratiquement rien des modes de communication de ces agents, ni de leur utilisation des homélies ou des sermons, mais ils ont dû avoir lieu, et fréquemment. Mieux encadrés et supervisés, les pardonneurs et les collecteurs continuèrent d’agir en tant que visiteurs des paroisses françaises tout au long du siècle50.

  • 51 Arrest de la cour de Parlement et Chambre de l’Edict, Portant défenses à tous ceux de la Religion P (...)
  • 52 Antoine Fuiron, Instruction du chrestien ou explication de la doctrine de l’Église, sur l’année sai (...)

16Bien que ces agents se montrassent généralement pacifiques et pieux, cette pratique des indulgences dans les paroisses pouvait interférer avec les besoins financiers des paroisses et des prêtres et par là causer des tensions, alimentées par la teneur polémique de certains sermons. Un arrêt du parlement de Paris de 1643 interdit aux Protestants de déranger les catholiques pendant les services ou les jours de pardon. Ceci fut le résultat d’une question soulevée par le curé de Airon, en Poitou, François Robouam, contre quelques magistrats protestants de sa châtellerie de Montreuil-Bonin, après des perturbations à Airon et dans les paroisses autour de 1640-164151. Plus tard, en 1676, le prêtre des Carmes déchaux Antoine Fuiron, dans son Instruction du chrestien… sur l’année sainte, le jubilé et les indulgences, nota dans la préface qu’il était essentiel pour les croyants d’être correctement instruits dans la doctrine de l’Église en ce qui concernait les indulgences : les indulgences étaient tournées en dérision par les « hérétiques » et les « libertins », à tel point que de nombreux croyants les négligeaient et ne faisaient pas l’effort d’entreprendre les petites œuvres pour les gagner. La dernière partie de ce livre réfutait également les thèses protestantes sur les pardons52. Les débats, bien que moins nourris, ne s’étaient pas éteints.

  • 53 Voir Provost, op. cit.
  • 54 Pour des études importantes sur la controverse voir : Louis Desgraves, Répertoire des ouvrages de c (...)

17En conclusion, pendant les guerres de Religion, la haine confessionnelle se déploya non seulement sur le champ de bataille, mais aussi au travers des polémiques – mais une fois la paix conclue, les indulgences furent promues comme extrêmement efficaces pour le salut. À un moment où s’affirmait, dans le cadre de la Réforme catholique, une vision renouvelée des bonnes œuvres et de la spiritualité, de nouvelles priorités spirituelles se reflétèrent dans les écrits détaillant les usages des indulgences. La place de la polémique diminua et l’accent fut placé sur la méditation, la réflexion et les actes spirituels ; les indulgences devinrent l’un des moyens d’une régénération spirituelle de l’individu, liée à la réception des grâces sacramentelles – et non plus une fin en soi. À la fin du XVIIe siècle, les pardons faisaient autant partie de la vie religieuse, si ce n’était plus, qu’au cours du haut Moyen-Âge : ils étaient disponibles en de nombreux endroits et considérés comme utiles pour tous les croyants53. Les indulgences demeurèrent toutefois la cause de débats et de tensions, jusqu’en 1685, mais n’en demeurèrent pas moins un pilier de la mission pastorale mise en œuvre au travers des prédications catholiques54. Les prédications d’indulgence survécurent donc à Luther, réinventées et repensées comme un outil puissant de la Réforme catholique.

Haut de page

Notes

1 Cette contribution s’appuie sur Elizabeth Tingle, Indulgences after Luther: Pardons in Counter Reformation France, London, Pickering & Chatto, 2015, qui présente une étude plus détaillée de l’histoire des indulgences dans la contre-réforme et la réforme catholique.

2 Wietse De Boer, The Conquest of the Soul: Confession, Discipline, and Public Order in Counter-Reformation Milan, Leiden et Boston, Brill, 2001, p. 10.

3 Voir Isabelle Brian, Prêcher à Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Classiques Garnier, 2014 ; Stefano Simiz, Prédication et prédicateurs en ville, XVIe-XVIIIe siècles, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2015.

4 Hervé Martin, Le Métier de prédicateur au Moyen Age (1350-1520), Paris, Cerf, 1988 ; Daniel Baloup, « La prédication des indulgences et les quêtes itinérantes dans le royaume de Castille aux derniers siècles du Moyen Âge », dans Religion et mentalités au Moyen Âge : Mélanges en l'honneur d'Hervé Martin, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 315-323.

5 Francis Rapp, « Les campagnes d’indulgences dans le diocèse de Strasbourg à la fin du moyen âge », Revue d’Histoire et de Philosophie Religieuses, 83 (2003), p. 71-88, en particulier p. 80.

6 H. C. Lea, A History of Auricular Confession and Indulgences in the Middle Ages, Philadelphia, Lea Bros & Co., 1897, III, p. 388 et 394.

7 Ludovic Lalanne (éd.), Journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François premier (1515-1536), Paris, Jules Renouard, 1854, p. 48-49.

8 Bibliothèque nationale de France (BnF), cote E-1681 (Réserve).

9 Marc Venard, « Les ventes d’indulgences au temps de Luther », dans Michel Aubrun (dir.), Entre idéal et réalité : actes du colloque international d’Histoire. Finance et religion, Clermont-Ferrand, Institut d’Études du Massif Central, 1994, p. 275-285, en particulier p. 278.

10 J. K. Farge, Orthodoxy and Reform in Early Reformation France. The Faculty of Theology of Paris, 1500-1543, Leiden, Brill, 1985, p. 164.

11 David Bagchi, « Luther’s Ninety-Five Theses and the Contemporary Criticism of Indulgences », dans Robert Swanson (dir.), Promissory Notes on the Treasury of Merits. Indulgences in Late Medieval Europe, Leiden, Brill, 2006, p. 331-356, en particulier p. 346 ; L. Christiani, « Luther et la Faculté de théologie de Paris », Revue d’Histoire de l’Église de France, 32, 1946, p. 53-83, en particulier p. 55 ; J. K. Farge, op. cit., p. 165.

12 Inventaire sommaire des archives hospitalières antérieures à 1790. Hôtel-Dieu vol 1., Paris, Grandrémy et Henon, 1882, p. 385.

13 P. Tamizey de Larroque (éd.), Livre de raison de la famille Dudrot de Capdebosc (1522-1675), Paris, Alphonse Picard, 1891), p. 17, 40-41.

14 Cf. Larissa Taylor, Soldiers of Christ: Preaching in Late Medieval and Reformation France, Oxford, Oxford University Press, 1992 et Heresy and Orthodoxy in Sixteenth-Century Paris: François Le Picart and the Beginnings of the Catholic Reformation, Leiden, Brill, 1999.

15 H. C. Lea, op. cit., III, p. 285-286.

16 Michel Cassan, Le Temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, Publisud, 1996, p. 80.

17 M. Venard, art. cit., p. 276-277.

18 Ibid., p. 280.

19 L. Odespun de La Mechinière (éd.), Concilia novissima Galliæ, Paris, Denis Beschet, 1646, p. 756 ; T. Gousset (éd.), Canons et décrets de métropole de Reims, 3 vols., Reims, L. Jacquet, 1842, III, p. 141-142.

20 N. P. Tanner (éd.), Decrees of the Ecumenical Councils, 2 vols., London & Washington, Sheed & Ward and Georgetown University Press, 1990, II, p. 731-732.

21 Concilia novissima Galliæ, op. cit., p. 24.

22 Statuts et ordonnances synodales de l’église métropolitaine de Lyon, primatiale des gaules, Lyon, Jean Stratius, 1577, p. 30.

23 Concilia novissima Galliæ, op. cit., p. 582, 708. NB l’Assemblée du Clergé de France de 1625 n’est pas un concile au sens canonique, mais une assemblée.

24 H. C. Lea, Op. cit., III, p. 216

25 Ibid., III, p. 49; Gregory Martin, Roma Sancta, éd. G. Bruner Parks, Rome, Edizioni de Storia e Letteratura, 1969, p. 223ff.

26 Noël Taillepied, Brief traicte et declaration de l’an jubilé et efficace des pardons & indulgences données & octroyées par le souverain evesque de Rome aux fidelles chrestiens l’an 1576, Jean Parant, Paris, 1576.

27 René Benoist, Advertissement et declaration touchant les choses requises pour entendre et gaigner le present jubile, Paris, Nicolas Chesneau, 1576 et Advertissement et oraison pour le jubile envoye pour detourner les dangers de la peste, Paris, Nicolas Chesneau, 1576.

28 Les affiches pour le diocèse de Saint-Pol-de-Léon 1575. BnF Réserve E. 1685.

29 P. H. Morice, Mémoires pour servir des preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne 3 vols., Paris, Charles Osmont, 1742-1746, III, col. 1712-1714.

30 M. H. Meurier, Petit Traite de L’Antiquité, Vray Usage et Vertu tant des indulgences ecclésiastiques que des Agnus Dei, Reims, Ve Jean de Foigny, 1587.

31 Ibid., p. 95-96.

32 Dominique Julia, « Gagner son jubilé à l’époque moderne : mesure des foules et récits de pèlerins », Roma moderna e contemporanea, 5 (1997), p. 312-313.

33 La plus ancienne copie semble être celle de Pierre du Moulin, Eaulx de Siloé pour esteindre le feu de purgatoire et noyer les traditions, les limbes, les satisfactions humaines et les indulgences papales, contre les raisons et allégations d’un cordelier portugais défendues par trois escrits dont l’un est du mesme cordelier, intitulé : "le Torrent de feu", etc., La Rochelle, n.p., 1608. Il s’agit au moins de la seconde édition d’un pamphlet plus ancien comme il commente les travaux d’auteurs catholiques abordés plus bas.

34 Jacques Suarès, Torrent de feu sortant de la face de Dieu pour desseicher les Eaux de Mara, encloses dans la chaussée du Moulin d’Ablon, Paris, n.p., 1603, p. 10-17.

35 Hugues Burlat, Deux sermons de la resurrection du Lazare Par lesquels est verifiée l’intercession des saints, la confession auriculaire et le Purgatoire, Paris, J. Richer, 1603, p. 77r.

36 Cité dans Bernard Dompnier, « Un aspect de la dévotion eucharistique dans la France du XVIIe siècle : les prières des quarantes-heures », Revue d’Histoire de l’Église de France, 67, 1981, p. 5-31, en particulier p. 28.

37 Jean-Pierre Camus, Instruction Catholique des Indulgences, Paris, Gervais Clousier, 1641, préambule.

38 Simon Pourré, Thresor des indulgences réduit en quatre parties, Lille, Nicolas de Rache, 1663, page de dédicace.

39 Nicolas Aubespin, La Cordelière ou trésor des indulgences du cordon St François suivant la reformation de NSP Sixte V, Paris, Jean Le Bouc, 1610, p. 111-112.

40 Andel de Lodève, Defense du purgatoire et de l’honneur des ecclésiastiques et des religieux mesprizez et calumnies sans raison par les ministres de la religion pretendue reformée, Tournon, Antoine Pichon, 1638, p. 108-109.

41 Camus, op. cit., p. 24.

42 Anon, Doctrine des indulgences et du jubilé, pour servir d’instruction aux fidèles dans ce tems de l’année sainte, Paris, P. Aubouyn & C. Clousier, 1701, p. 105.

43 Bruno Maes, Daniel Moulinet et Catherine Vincent, Jubilé et culte marial (Moyen Age – période contemporaine), Saint-Etienne, Presses universitaires de Saint-Etienne, 2009 ; Patrick Corbet, François Petrazoller & Vincent Tabbagh, Le Grand Pardon de Chaumont et les pardons dans la vie religieuse XIVe-XVIe siècles, Chaumont, Le Pythagore, 2010.

44 Georges Provost, Pardons et pèlerinages en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Cerf, 1998.

45 Grégory Goudot, « La Quête franciscaine en question (1600-1670) », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 97, n° 238, 2011, p. 57-79.

46 BnF Réserve E 1685.

47 BnF Réserve E 1690.

48 Pierre Forestier, Histoire des indulgences et des jubilez, avec des instructions pour en expliquer le dogme et où il est encore traité de l’origine des confréries, Paris, Charles Robustel, 1702, p. 178.

49 Archives Départementales de l’Aude G 465. Evêché de Saint-Papoul. Indulgences.

50 Thomas Julien, « La Quête pour la Vierge Noire de Montserrat en France au XVIIe siecle. Un commerce international d’indulgences post-tridentin », Albrecht Burkardt (dir.), L’Economie des dévotions. Commerce, croyances et objets de piété à l’époque moderne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, p. 69-90.

51 Arrest de la cour de Parlement et Chambre de l’Edict, Portant défenses à tous ceux de la Religion Prétendue Réformée, de troubler les Catholiques au Service divin, et dans leurs dévotions au temps des indulgences, Paris, J. Jacquin, 1643.

52 Antoine Fuiron, Instruction du chrestien ou explication de la doctrine de l’Église, sur l’année sainte, le jubilé et les indulgences, Paris, Guillaume de Luyne, 1676.

53 Voir Provost, op. cit.

54 Pour des études importantes sur la controverse voir : Louis Desgraves, Répertoire des ouvrages de controverse entre Catholiques et Protestants en France (1598-1685), Genève, Droz, 1984 ; Émile Kappler, Les Conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Tingle, « Entre polémique et affaire pastorale : la prédication des indulgences en France de 1550 à 1650 »Études Épistémè [En ligne], 38 | 2020, mis en ligne le 01 février 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/8486 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.8486

Haut de page

Auteur

Elizabeth Tingle

Elizabeth Tingle est professeur d’histoire de De Montfort University, Leicester, Royaume-Uni. Elle a beaucoup écrit sur la Réforme catholique en France et son dernier livre est Sacred Journeys : Long Distance Pilgrimage in North-Western Europe in the Counter Reformation (De Gruyter / Medieval Institute Press, 2020).

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search