Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Prêcher et /ou polémiquer contre ...

Prêcher et /ou polémiquer contre les protestants, par la parole et les publications : sur les deux cas de Simon Vigor et René Benoist

Preaching or polemicising against Protestants through words and publications: the two examples of Simon Vigor and René Benoist
Marie-Madeleine Fragonard

Résumés

Simon Vigor (1496-1575) et René Benoist (1521-1608) furent tous deux curés de Paris. Le premier laisse la mémoire d’un excité, l’autre d’un négociateur. Notre approche de leur rhétorique est tributaire d’abord des conditions d’édition des sermons : les éditions de Vigor sont posthumes, mises au point et utilisées par les Ligueurs, Benoist minimise sa prédication au profit des libelles qui servent d’exutoire à la polémique, malvenue en chaire. Leurs fonctions mêlent la politique aux débats religieux. Ils sont amenés à diverger en chaire, l’un pour s’obstiner à une construction méthodique serrée et un dialogue spectaculaire avec les protestants absents, l’autre pour utiliser plus clairement la didactique par le texte biblique, et un ton d’émotion plus lénifiant. Tous deux exercent leur fonction avant que la rhétorique italienne ait renouvelé visiblement l’art de prêcher ; l’un et l’autre militent pour une réforme du clergé et croient au devoir de prédication et renouvellent les discussions théologiques par la clarté d’exposé et par les preuves patristiques, mais violence ou irénisme dans l’approche de l’ennemi confessionnel modifient le rapport aux auditeurs et l’autorité du prédicateur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les évêques et leur rôle redéfini par le Concile de Trente, ainsi que les genres de la publicat (...)

1Le croisement de la polémique confessionnelle et des guerres oblige à choisir une manière de prêcher, puis de publier ou non les prêches. La prédication catholique est majoritaire dans la France des guerres : autant d’occasions de se défendre de l’influence protestante. Le renouveau catholique de la rhétorique sacrée1, si l’on entend par là l’influence des Italiens, comme Musso et Panigarole, est tardif, après 1590, avec des modèles, des « Arts poétiques » si l’on peut dire, et un débat ouvert sur la place de la polémique dans la prédication. Auparavant on expérimente les attitudes de combat frontal ou feutré. Je vais comparer deux extrêmes, également célèbres en leur temps : un prédicateur ayant la réputation d’un excité intégriste, « fléau des hérétiques », Simon Vigor, évêque de Narbonne à sa mort en 1575, et un autre curé ayant la réputation d’un moyenneur, voire d’un suppôt caché de l’hérésie, René Benoist, mort en 1608.

  • 2 Anon. La vie de Simon Vigor, Docteur de la maison de Navarre, Archevêque de Navarre, tirée de l’his (...)
  • 3 1- Sermons sur le Symbole des apostres et les Evangiles du dimanche de l’Avent, faicts à St - Merry (...)
  • 4 Avent, f° 1-18.

2Simon Vigor (1496-1575), natif d’Évreux, fut Docteur du collège de Navarre à Paris, grand pénitencier du collège d’Évreux en 1545, « où il fit bien voir qu’on le nommeroit un jour avec raison la lumière et l’appui de l’Église gallicane, et le véritable fléau des hérétiques », dit sa biographie anonyme2. Il a vu naitre l’hérésie, et vieillit avec elle. Dès 1553, il dispute contre les hérétiques. Il participe au concile de Trente pour accompagner Gabriel Le Veneur, évêque d’Évreux, en qualité de Docteur. Puis il quitte ses fonctions d’Évreux pour prêcher, réfuter, enseigner, comme théologal de Paris et curé de Saint-Paul. Il tient en France la première controverse à quatre participants : Claude de Saintes (nouvel évêque d’Évreux) et lui affrontent les pasteurs Jean de L’Espine et Simon de Rosières (Actes en 1566). En 1573, malgré l’avis du roi qui le trouve trop raide, il est nommé à l’archevêché de Narbonne qu’il ne peut rejoindre qu’en fin 1573, et où il meurt en 1575. Les études modernes qui le redécouvrent le créditent d’une forte influence préparatoire à la Saint-Barthélemy. Il laisse quatre gros recueils de sermons posthumes en français3. Il ne formule pas à proprement parler de doctrine sur l’art et la manière de prêcher, sinon dans le Sermon du Lundi après ler dimanche de l’Avent4, où dans l’exposé de sa méthode il minore la place des réfutations. Or toute sa pratique ramène à la nécessité de détruire l’opinion protestante.

  • 5 émile Pasquier, René Benoist 1521-1608. Le Pape des halles, Paris, Picard, 1913 ; Thierry Amalou, « (...)

3René Benoist5 (1521-1608) est plus recommandable. Cet angevin prononce son premier texte défensif en 1558. Une rafale de traités s’ensuivra, trente pour les seules sept premières années de la guerre ! Titulaire de la cure de Breteil près de Saint-Malo où il ne semble guère être allé, il est plus attaché à la cour ; client du cardinal de Lorraine, il suit un an en Écosse Marie Stuart dont il est le confesseur. Il est frappé d’un premier coup de semonce quand en 1566 la faculté de Paris le raye de ses rangs pour avoir traduit la Bible en français (1564), mais il reçoit la cure de St-Pierre des Arcis, puis de Saint-Eustache en 1569. En 1572 il devient lecteur royal en théologie (une première), et, dans le cadre de la piété lettrée d’Henri III, il est l’un des acteurs du retour à la tradition en même temps qu’aux Écritures. Son catholicisme est moins romain que patristique, jusqu’à montrer l’accommodation possible des textes aux temps. Ligueur, comme il se doit (il prononce l’Oraison Funèbre des Guise), mais pas « espagnolisé », il est soutenu par le public de sa paroisse. Malgré le surnom de « Pape des Halles » qui lui est donné par les Ligueurs, n’allons pas le voir avec les harengères : Saint-Eustache (1569) est une cure riche, la plus importante de Paris à côté de laquelle sont les hôtels des Lorraine, Nemours, Elbeuf, Cossé, Uzès, avec des notables bien représentés chez les Seize. Parce qu’il veut convertir, il accepte d’intervenir quand Henri de Navarre le met au nombre des ecclésiastiques parisiens auxquels il demande instruction en juin 1593. Consultant le légat et le duc de Mayenne, il sort de Paris malgré leur interdiction, pour suivre son devoir de chrétien... ce qui lui vaut autant d’accusations, de calomnies, et de solides ennemis. Il devient confesseur du Roi jusqu’en 1604. Évêque de Troyes nommé par le roi en 1593, il n’est jamais accepté ni investi par la papauté.

  • 6 Voir Tyard, op. cit., particulièrement p. 60- 85, p. 103-106, l’ Homélie définie comme simple expli (...)
  • 7 E. Pasquier, op. cit., p. 171 sq, ch. 4 « Benoist prédicateur ».
  • 8 Remonstrance et exhortation au Roy Treschrestien Henry Quatriesme de s’opposer chrestiennement, ver (...)

4La part des sermons publiés (ou des homélies, genre nouveau6) est chez lui faible et tardive sauf le sermon sur O salutaris de 1577, petits volumes isolés et brefs, mais il a rédigé Le manuel des chrestiens qui veulent profiter de l’ouïe de sermons et predications, ou Traicté de la prédication et ouye de la parole de Dieu (Paris, Guillaume de La Noue, 1582). Émile Pasquier7 en résume les principes : pas de questions temporelles en chaire, même pas toutes les questions religieuses devant un public mal préparé, sauf cas d’urgence ; prêcher plutôt sur les vérités dogmatiques parce que les péchés viennent souvent de l’ignorance ; pas de profane, pas de vulgarité, pas de rivalité entre les prédicateurs, et pas de diffamation. Il est capable de réprimander les excès catholiques (contre les prières des 40 heures, contre les confréries, sans enthousiasme pour les jubilés, et tiède sur le purgatoire), tout comme il peut rappeler sa mission catholique à Henri IV, quitte à proposer la douceur8.

  • 9 Dont le type de parole est mieux connu, à travers Jean Boucher par exemple : voir le numéro que lui (...)

5Nos deux héros ont commencé le combat au moment de l’épanouissement protestant des années 1550-60, et traversé la période de la Saint-Barthélemy. Nous n’avons pas de sermons de la période ligueuse proprement dite9. Ces deux curés, qui ne purent devenir évêques dans de bonnes conditions, vrais lettrés, prédicateurs appréciés, illustrent diverses difficultés d’interprétation des textes de prédication, des types de polémique, des stratégies de combat. L'histoire même de leur passage à l'imprimé creuse l'écart entre le texte et sa réception, creuse aussi l'écart entre les opinions ; l'agressivité gagne en célébrité tenace, la stratégie "moyenneuse" s'estompe, par un détournement des méthodes proprement catéchétiques de la prédication.

Prêches édités, interprétations différées

  • 10 Sur leur impact effectif : cf. Introduction au Journal d’un curé de Paris au temps des guerres de r (...)
  • 11 L’Éloquence de la chaire entre écriture et oralité (XIIIe-XVIIIe s.), Gabriel Aubert, Amy Henauld, (...)

6Notre poste d’observation déforme les types et instruments de polémique. Il est privé de l’effet majeur de l’art oratoire, l’actio, souvent plus frappante que le texte même10. La hargne comme le ton a peut-être été estompée dans l’édition. Nous pouvons juste nous rabattre sur la diction à haute voix, qui différencie des moments de phrases longues d’éloquence et des systèmes, à phrases courtes et anaphoriques, plus agressives. D’un côté donc la perte du vécu. De l’autre les additions et modifications de l’imprimé. Au début du XVIe siècle et apparemment aussi à la fin, les sermons sont rarement imprimés (ce n’est pas la norme). Le sermon fait la gloire d’une personne dans ses prestations physiques, la version imprimée n’est pas valorisée ; ils sont majoritairement imprimés à la mort de leur auteur, et partant, sont ainsi l’œuvre de plusieurs personnes. La technique de restitution (brouillons, sténo) et la distance entre la performance et l’impression sont des éléments majeurs d’interprétation11. Nos deux auteurs ont des œuvres totalement antithétiques.

  • 12 On consultera pour le détail A. Pettegree, M. Walsby, A. Wilkinson (dir.), French Vernacular Books,(...)
  • 13 Symbole non datés, Avent fin 1568 ou 1569, Purgatoire 1563 ? ; Saint-Sacrement non datés ; Caresme (...)
  • 14 Voir Cinthia Méli, « Vers une littérature sermonnaire : les recueils de sermons en France au XVIIe (...)

7Les sermons de Vigor sont posthumes, parus de 2 à 8 ans après sa mort, souvent réédités jusqu’en 159812, classés par temps liturgique des sermons, et non selon la chronologie de leur émission13. Les longues dédicaces passionnées de Jean Cristi racontent les péripéties des papiers non relus par l’auteur, retravaillés, annotés par l’éditeur et l’imprimeur. Vigor avait confié l’édition et les privilèges à Nicolas Chesneau, libraire juré de l’université et bon catholique, qui a édité Antoine du Val, Du Préau, Jean Fabri, Espence, Billy, Boulaese, et même René Benoist, des opuscules et sa Bible en édition partagée. Chesneau réalise les premières versions entre 1576 et 1582 sur un manuscrit en désordre ; l’aide de Jean Cristi ensuite permet l’édition du dernier volume et la republication des trois autres, d’abord chez Chesneau, puis en édition partagée en 1585 et en 1588, et enfin des éditions post-ligueuses, lyonnaises et parisiennes des années 1593-1598. Cristi doit avouer que certaines citations des anciens et des hérétiques modernes étaient erronées dans la première version très négligée (autant pour Nicolas Chesneau qui s’en excuse en tête des Sermons sur le Symbole), qu’il a dû rectifier pour que les hérétiques ne se servent pas de ces faiblesses pour diffamer l’auteur. Il ajoute tous les actes de communication auxiliaires14 : sous-titre commentatif, référence des faits, date, tables des matières, manchettes. Le soulignement volontaire d’un trait déjà lourd se matérialise par la rafale d’autorités qui s’opposent à l’hérétique, en particulier la longue durée de la patristique, représentée par des listes de noms, de passages cotés et référencés. La lourdeur de ce travail savant s’écarte des relations vécues avec des paroissiens qui ne sont pas tous des lettrés et différencie le sermon du fait et du contexte ponctuel de sa prononciation pour transformer le livre en modèle, source de références et commentaires bibliques, un livre du maître pour les gens en panne de savoir ou d’inspiration.

  • 15 Caresme, Epitre nn : « Que si je ne me suis estudié à y changer le langage quelque peu rude pour y (...)

8Cristi, chanoine de Nantes, dessine son parcours de valorisation par un réseau de dédicataires qui sont d’église locale malgré les éditeurs parisiens : deux membres de la famille de Billy, religieux et traducteurs, et plus étonnant, car il est l’oncle de Duplessis-Mornay, mais région oblige, Philippe du Bec, évêque de Nantes. Les intentions qui y président se voient aux publicateurs : Jean Cristi, docteur de Paris, aidé par Jean Erard, docteur de Paris, avec un poème d’Edme Bourgoin (prieur des jacobins, futur soutien de Jacques Clément), et des textes plus anciens de Pierre Dyvolé (dominicain d’Auxerre, † 1568). Soit une brochette de ligueurs bon teint, qui accompagnent la naissance et le paroxysme du mouvement, et attendent des sermons de Vigor un soutien à ce qu’il n’a pas vécu, mais beaucoup aidé. À qui lira le texte même, il est un brûlot de protestations permanentes contre l’hérésie. Si les dédicaces de Cristi sont encore plus excitées que le texte de Vigor, difficile de croire qu’il a accentué le caractère polémique des sermons15, où les références précises à l’actualité ne manquent pas et où les apostrophes à l’ennemi sont vertes ; mais telle phrase, peut-être prononcée en 1565, peut prendre d’autres accents en 1588 à Paris (au fort de l’opposition à Henri III), voire en 1590-93 à Lyon sous la Ligue, et au retour monarchique quand l’opinion ligueuse survit à petit bruit, c’est à dire que Vigor recèle un potentiel d’action tant que la lutte antiprotestante s’exprime ouvertement....

  • 16 Voir French Vernacular Books, op. cit., sur les 228 items de Benoist (de 3418 à 3646), 6 mentionnen (...)

9Benoist édite de son vivant, et il ne se survivra pas16. Il différencie sciemment des opuscules issus des sermons, Extraits de, Inspirés par, Sommaire de... L’hypothèse que la prédication reste en canevas, ou parfois notée au vol, et qu’elle serve de bancs d’essai aux livrets est tout à fait tenable. Ainsi dans son Traicté de la prédication (p. 182), il avertit que « ses sermons ne sont pas imprimés en la forme, matière et méthode qu’ils furent preschés, autrement certaines gens se contenteroient de la leçon des escrits et n’écouteroient pas les prédicateurs ». Sentiment d’une rivalité de performances des médias où la présence retiendrait moins que la lecture chez soi, l’analyse et la réflexion ? La formulation est grave : un des traits affirmés de la prédication est de croire à la supériorité de la parole vivante pour toucher les cœurs, or elle est marquée ici du sceau du provisoire et, si on peut risquer le terme impropre, ni sentie comme littéraire, ni sentie comme savante. Parce que la lecture est au long cours, le docere prend le pas sur la mobilisation, encadrant l’interprétation du lecteur en lui fournissant des éléments non prêchés qui accompagnent la lecture de l’ex-prêche.

Prédication et politique, un carrefour de voix polémiques

  • 17 Vladimir Angelo, Les Curés de Paris au XVIe siècle, Paris, Cerf, 2005.

10Nous parlons aussi de textes individualisés, alors que la prédication est une affaire de statut, y compris dans le devoir de défendre l’Église et de s’auto-défendre. Les titres (prolixes) annoncent l’auteur, « feu de bonne memoire Maistre Simon Vigor, docteur en theologie, n’agueres archevesque de Narbonne et predicateur du Roy », avec titulature et rang, des circonstances d’énonciation, le lieu et la dignité de l’auditoire : les éléments d’une autorité constituée. Le statut même de prédicateur, le droit de parler comme personne autorisée, est au cœur des textes, dans une hiérarchie. Nous avons affaire à deux curés de paroisses parisiennes17 riches, docteurs en théologie, sous l’œil de la Faculté de théologie sourcilleuse, et pour un public plutôt choisi (lequel n’est quand même pas homogène ni théologien). Ils ont été ou failli être évêques : or la réforme catholique insiste pour que les évêques jouent leur rôle pastoral par la prédication et guident ainsi un clergé dont ils doivent bien dire qu’il est souvent incompétent et mauvais. Vigor insiste sur leur rôle dominant : ses sermons, tenus avant qu’il soit évêque, sont présentés néanmoins comme sermons d’évêque. Peut-être parce qu’il est gallican, il n’argue pas de l’ordre pontifical, mais de celui des évêques qui sont les remparts de l’Église, regrettant l’occasion où les évêques auraient dû s’opposer au roi, dans la primauté du spirituel sur le temporel :

  • 18 Caresme, Mardi après le 2e dimanche, f° 139 ; même thème Vendredi après le 2e dimanche, f° 139.

Et à la vérité les evesques de France sont cause de tous les maux que nous avons. Car s’ils se fussent opposez contre les hérésies, et eussent dit au Roy, Non, plutost nous oster à tous les testes que nous permettions une presche en nos eveschez ! nous n’aurions pas un hérétique.18

11Leur métier a des suppléments institutionnels lourds de devoirs, donc de polémiques supplémentaires : Vigor est prédicateur de Charles IX depuis 1568, Benoist confesseur d’Henri IV. Que le prédicateur soit soutien de l’action royale ou qu’il la combatte, la polémique confessionnelle se double donc d’une part politique et d’un autre rapport de force.

  • 19 Caresme, Lundi après le 2e dimanche, f° 115v, répété f°117.

12Chez Vigor, prêcher l’obéissance au roi ne signifie pas qu’il l’approuve, et le conflit des hiérarchies spirituelle et temporelle est patent. L’application de l’obéissance est tout un paradoxe. D’abord elle n’empêche pas le constat moral sur les individus, puisque le sujet obéit à l’institution, non à la personne. « Les subjects ne doivent pas examiner la vie de leurs supérieurs et les juger, ains leur obeir sans murmurer contre eux »19, ceci valant pour les supérieurs laïcs et religieux. Mais le conflit des deux hiérarchies est sans ambiguïté chez lui quand la religion est en jeu :

  • 20 Caresme, Mardi après le 2e dimanche, f° 114v.

Et pour ce le chrestien est plus tenu d’obeir à son évêque et pasteur qu’à son roy, quoy que disent les calvinistes. Et aussy nous sommes obligez de leur obeir sous peine de pechez mortel. Et c’est aux Evesques à examiner les édits et ordonnances du Roy, si elles sont contre Dieu, et non pas au roy à examiner les decrets des evesques.20

  • 21 Caresme, Mardi après le 2e dimanche, f° 117.
  • 22 Ibid.
  • 23 Dimanches 2, Dimanche XXII, p. 394.
  • 24 Avent, Jour des Innocens, f° 308v.
  • 25 Caresme, Mardi après le 2e dimanche, f° 114.

13Haro sur les hérétiques qui soutiennent le droit du roi plus que celui de Dieu, et profitent matériellement, et poussent à ce qu’on avertisse le prédicateur critique à ne pas se mêler des affaires de l’État : « Et comment, en matière d’estat, n’offense on point Dieu ? Je dis que tout peché est la matière du prédicateur »21. En son temps, Jésus appelait bien Hérode Renard « pour apprendre qu’un prédicateur doit estre libre, et n’espargner personne »22. Comme « Ambassadeur de Jésus Christ »23, le prédicateur a le droit et le devoir de tout dire, « Je ne cesseray de crier tant que vous n’y ayez mis ordre »24. Or donc, reconnaitre que les « princes ont puissance de faire des ordonnances et d’y obliger voire la conscience »25, est simultanément un regret et un vœu de répression. Regret du bon temps des sanctions, thème filé sur plusieurs jours consécutifs pour induire une conclusion :

  • 26 Caresme, Vendredi après le 2e dimanche, f° 142v, et Samedi après le 2e dimanche, f°147v.

Vous avez veu comme en France, il y avoit des Lutheriens, mais on en faisoit justice : plust à Dieu qu’on eust bien continué. Et maintenant il y a des Calvinistes, mais ils seront mis à neant […] Et pour tant bien heureux le temps où le roy rompra ce maudit édit qui permet de vivre en liberté de conscience, et contraindra les hérétiques à revenir en l’Eglise catholique, en les privant de leurs biens et remettant la peine du feu.26

Haro sur les édits royaux, soit deux bonnes pages d’invectives au roi, énoncées sans humour pour le Jour des Innocents (et des massacres donc) :

  • 27 L’édit de Paris est le premier à employer l’expression pour qualifier ses prédécesseurs. Ici l’édit (...)
  • 28 Avent, jour des Innocens, f° 308.

Vous avez donné lieu et authorizé un Edict, que vous surnommez de pacification27, Edict de diable : toutefois vous vous estes couvert d’un beau prétexte : vous avez donné à entendre que c’estoit pour soulager les Catholiques. Or vous avez usé de moyens iniques, et vous avez pensé gaigner à appaiser les uns et les autres : et pour retenir les huguenots en vostre obeissance, vous les avez eslevé en dignitez et estats. D’autre part vous avez vendu le temporel de l’Eglise, et ne sauriez dire que l’avez exposé et baillé, sinon aux huguenots, de peur qu’ils ne se revoltassent et rebellassent contre vous... [et pourtant ruine du royaume] […] Le premier et plus urgent est d’oster l’edit de pacification, O mais qu’ils soient exterminez en la guerre, mais y mettrons ordre.28

  • 29 Caresme, Lundi d’après le 2e dimanche, du 3 mars 1572, f° 110v. Voir aussi Caresme, 3e Dimanche, f° (...)
  • 30 Voir Éric Syssau, « Une quadruple célébration de la Saint-Barthélemy », dans Marie Demeilliez, Este (...)

14La logique suit de curieux raisonnements : Vigor, en montrant qu’on ne peut rien faire sans l’ordre du roi, entend qu’on devrait réprimer férocement. On ne peut pas tuer sans ordre ; le roi peut tout, et « si le roi commandoit de tuer l’admiral, ce seroit mal fait de ne le tuer »29 ! On n’insistera pas sur les tensions ouvertes de cette polémique entre les pouvoirs ni sur les inférences que le public pouvait en tirer en 1570, et mieux en 157230, ou si on lit en 1588, pourquoi on a tellement tyrannisé Henri III pour abandonner les édits. L’autorité ecclésiastique fait de sa guerre contre l’hérétique une guerre interne.

  • 31 Sermon de la disposition requise pour le lavement des pieds, pour l’adoration de la Croix qui se fa (...)
  • 32 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV, 19 avril 1601, tome IV, éd. Nancy Oddo et M (...)
  • 33 Sermon prononcé en la procession de l’université de Paris, faite pour le roi estant à la guerre le (...)
  • 34 Ibid., p. 13, 14.

15Chez Benoist (30 ans après) on a une « polémique à tiroirs », sur le mode défensif : l’ennemi n’est pas l’hérétique, mais le catholique zélé plus catholique que le pape. Le Sermon du lavement des pieds31 (1600) est particulièrement explicite sur les cibles successives de cet ennemi intransigeant. Benoist évoque d’abord la polémique personnelle qui le vise : dans ce sermon, il a affirmé, disent ses ennemis (confirmé par Pierre de L’Estoile32) que seule la grâce du Christ sauve, ce qui pour un catholique dévalue les pardons, le jubilé, et même le purgatoire. La version publiée ne contient rien d’aussi osé, mais s’empêtre dans le « thrésor de l’Eglise » que sont les indulgences et les jubilés... néanmoins utiles pour collecter de quoi reconstruire l’église de Chartres. Contre « mes ennemis et envieux », Benoist dresse une apologie de ses quarante ans de prédication, note en manchette d’éditeur ses opuscules « de long temps divulguez par nous touchant des indulgences », et souligne l’objectif des ennemis : lui faire refuser son évêché par Rome. Mais le débat indirect concerne la foi du roi dont il est le confesseur. La Préface du Sermon est explicite : il resterait stoïque, mais « craignant que cela n’atteigne le roy », il se doit de publier contre ce « scorpionat et chiendent de Ligue ». Le Sermon… pour le roi estant à la guerre33, parti « en sa personne », alors qu’il doit nous donner un héritier, est une défense permanente : avec l’obsession l’appeler très chrestien (titre usuel des rois de France) et très catholique (titre usuel des rois d’Espagne, mais ô combien nécessaire pour se protéger). Toutes les preuves sont utiles : sa clémence, l’organisation de la dispute de Fontainebleau contre les erreurs de Duplessis-Mornay, le don de guérir les écrouelles, et les victoires34.

16La « voix » de nos deux héros est donc statutairement et concrètement le carrefour conflictuel de tous les groupes en cause. Situation intenable... Il leur faut faire un choix. Autant Vigor participe au mouvement de révolte contre des rois trop « politiques », autant Benoist participe de toutes ses forces au mouvement inverse de resacralisation de la fonction et de la personne royales.

Prêcher et/ou polémiquer : comment la situation polémique détourne la prédication de ses fins normales

  • 35 André Stegman, Les Édits des guerres de religion, Paris, Vrin, 2000.

17La prédication oblige à mettre en cause les hiérarchies, alors qu’elle n’est pas un lieu de polémique : en droit public, les édits depuis janvier 1562 interdisent « à tous prescheurs de n’user en leurs sermons et prédications d’injures et invectives contre lesdists ministres et leurs sectateurs, pour estre chose qui a jusqu’ici beaucoup plus servi à exciter le peuple à sédition que provoquer à dévotion »35. Il serait donc nécessaire de dériver le combat vers d’autres modalités. À cause de l’ennemi hérétique, faut-il ou ne faut-il pas prendre comme thème un sujet de dispute qui va diviser au lieu de réunir ? Non, bien sûr, mais les sujets principaux sont tous des sujets de disputes, à commencer par la messe, le saint-sacrement et le statut du clergé... L’intrusion de l’ennemi empêche le duo pédagogique ou l’unité dévote de la paroisse, et par compensation fabrique le mythe de l’Église vraie, unie, unanime, et si tranquille auparavant.

  • 36 Notables resolutions des presents differents de la religion prononcées par diverses prédications en (...)
  • 37 P. 11-12 : 1) Les processions et prières sont faites pour le roi prions pour le roi. 2) Il est en (...)
  • 38 Voir Yves Tatarenko, « Les Sorbonnistes face à Genève. La perception de Calvin et de la réforme gen (...)
  • 39 Voir le récapitulatif Notables resolutions des presents differends de la religion, prononcées par d (...)

18Benoist choisit la séparation des tons, et des échanges entre le livre explicitement réfutatif ou combatif et le livret prédicatif. Les préfaces ou dédicaces des livrets permettent de définir par contraste des fonctions et des priorités : il explique « avec une apologie et response, pourquoy j’ay usé d’autre méthode en mes Prédications qu’en mes écrits et leçons publiques. », la religion pure et la simplicité convenant à la prédication au peuple « pour lequel sont ordonnées principalement les predications […] l’Escriture préferant tousjours les pauvres aux riches quand il est question de la foy »36. Ses sermons conservés sont certes très structurés, mais s’autorisent en fait des plans par juxtaposition de thèmes, de « points », – on pourrait dire de « lieux » – et non par arborescences de raisonnement, apparemment sans raisonnement ni déduction : il y a x points à considérer, d’où un côté inventaire /fatras du plan du Sermon pour le roi allant à la guerre37. La publication isolée d’un sermon exclut les grandes stratégies de raisonnement. Ses ouvrages explicatifs comprennent souvent l’expression d’une clarification, son but est d’exposer d’autorité sans agresser : Traité ou est clairement montré que de tout droict et raison […], Du... où manifestement est prouvé que […], Manifeste et nécessaire probation de[], La manière de connoistre salutairement[…], Claire et certaine probation de la nécessaire manducation[…], Certaine résolution et détermination [], Breve et facile refutation [], Familiere exposition [...]. Benoist, habile, n’avoue rien sur la situation de nécessaire défensive, et fonde son autorité sur le fait de détenir une solution : tout au plus rédige-t-il à ses débuts la Marque pour connoistre les hérétiques38, des Réponses à […] et une Epistre à Jean Calvin (1564) (alertement moqueuse, « petit bonhomme mon ami »). Un rien d’irénisme l’aveugle sans doute : ainsi en 1571, réédité en 1572, Le moyen par lequel aisement tous troubles et differens, tant touchant la croix de laquelle il y a si dangereuse altercation en la ville de Paris, que autres concernants la religion seront assoupis et ostez. A Messieurs les habitants de Paris. Chez Benoist le livret l’emporte sur la prédication, qui reste une source, une activité majeure, mais une publication minorée39. Débarrassé des semi-contraintes d’un vrai public, et des contraintes du calendrier liturgique, on cible mieux fonctions, publics, urgences. Mais il ne table pas sur le raisonnement logique ni sur la passion.

  • 40 Vie de Vigor, op. cit., p. 3.

19Par contre, se livrer, comme forcé, à la polémique est la posture que choisit Vigor. On devrait trouver chez lui une alternance, selon son biographe : « Il employoit le reste de son temps tantost à precher, tantost à réfuter les erreurs de Luther et de Calvin »40. Cette dernière phrase semble sous-entendre que la fonction de la prédication n’est que de polémiquer. En fait, nul doute, il prêche et débat en même temps. Vigor est celui qui pose le plus clairement la question : on ne devrait pas en être là, l’irruption de la polémique détourne la prédication de sa forme et de sa fonction normale, elle est un signe de dégénérescence.

  • 41 Saint-Sacrement, Sermon I, p. 17-18. C’est nous qui soulignons.
  • 42 Purgatoire, Sermon I, f° 332.

C’est grand pitié : voicy où les heresies nous meinent aujourd’hui. Nous debvrions vous induire à la communion du saint sacrement, et declarer comme en toute devotion vous le devez honorer et reverer. Et au lieu de cela il faut que nous nous arrestions à prouver qu’il y a un sacrifice de la messe.41
Mais c’est une grande pitié qu’il nous faut aujourdhui commencer a, b, c, et prouver nos principes et articles de foy : au lieu de remonstrer et reprocher l’ingratitude du peuple qui est si paresseux à prier pour leus parents et amis decedez, maintenant il nous faut prouver et sçavoir si c’est bien fait de prier pour eux et s’ils en ont besoin. Bref, nous sommes devenus jusque là qu’il nous faut recommencer un Catéchisme et rebastir le christianisme.42

20La communion éducative des croyances évidentes cède la place à une démonstration avec preuve : ce qui fait entrer la raison et le débat dans ce qui pourrait être la construction de l’Église fusionnelle. Même si les fidèles présents ne répliquent pas, l’ennemi invisible oblige à se justifier, comme s’il y avait un risque d’avoir tort devant les croyants qui ne s’en remettent plus à leur prêtre. Vigor est sensible à la dépossession du magistère : tout art a besoin d’un apprentissage :

  • 43 Début du Symbole, p. 1v. Presque la même formule Caresme, Mardi d'après le 4e dimanche, f° 231.

Mais aujourd’huy nous sommes devenuz en un tel regne, qu’un chascun veut se faire maistre de l’escriture saincte […] Il n’ y a que la seule science des escritures qui est usurpée de tous communément. La vieille babillarde, le vieil radoteur, le sophiste langard, et tous autres indifferemment présument quelque chose en icelle, la deschirent, l’enseignent avant que de l’apprendre.43

  • 44 Avent, Second lundi de l’Avent, f° 38 à 43.
  • 45 Sur les ambivalences de la méthode douce, voir Marie-Madeleine Fragonard, « Douceur et conversion » (...)

21Non seulement l’ennemi est « à l’envers » du monde réglé, mais il vous oblige à vous mettre aussi d’une certaine façon à l’envers de vos convictions. La polémique fait changer de discours : elle oblige au raisonnement serré. Par un détour qui ressemble aux distinctions de méthode entre prédication aux païens (démontrer qu’il y a un seul Dieu, et puis Jésus Christ) et la prédication en territoire chrétien, le recours à la raison ou la discussion appartient aux savants et n’est pas si compatible avec la foi, peut-être même la gêne-t-elle : « Les savants à qui on a appris ont moins de mérite que les simples qui croient sans raison […] Tant plus la personne est docte, tant moins elle est apte à croire […] Fidèle ignorance est plus à priser que la science téméraire »44. La seule présence de l’hérésie bouleverse les lois de la communication et transforme ce qui devrait être un monologue (seul le prédicateur parle) marqué par la présence dialogique des auditeurs (mes amis, chrétiens), en un trialogue où l’absent hante le discours, l’habite au point qu’on lui parle plus qu’aux présents, devenus témoins de cette controverse in absentia théâtralisée. L’obsédante inclusion de ce qui est supposé un tiers exclu caractérise les sermons de Vigor. Une réflexion annexe cependant : la peur que le tiers exclu soit un tiers présent caché. Le nicodémisme fustigé par Calvin veut dire des nicodémites soupçonnés partout : autant les agonir préventivement d’injures. Le rapport à ce public exclut donc la douceur. La conciliation ne vaut rien45 : le ton mielleux, captieux, hypocrite, est propre à l’ennemi. Si nous sommes doux (par vertu), nous allons passer pour faibles. Si eux sont doux (par tromperie), ils sont menteurs et leur piège va peut-être fonctionner. Il faut donc être fort et armé.

  • 46 Avent, Vendredi premier de l’Advent, f° 27.
  • 47 Saint-Sacrement, Sermon I, p. 13. Ce volume se caractérise par ses longues citations de Calvin.

22Le portrait de l’ennemi est évidemment fondé sur le confusionnisme et calomnie la « synagogue satanique » : « Ils sont idolatres veu qu’ils font un Dieu de Calvin et un cinquiesme évangile de son institution »46. Si on les cite, et même si la citation est juste, la conclusion varie de l’ironie – « Voila pas un beau fondement : Jesus Christ a dit en croix Tout est consommé, il n’y a donc plus de sacrifice, et faut oster la messe » – à l’invective – « De ce lieu, povre misérable, je te montreray qu’il y a un sacrifice de la messe »47.

  • 48 Caresme, 2e dimanche, f° 104.
  • 49 Saint-Sacrement, Sermon I, f° 25, 25, 27 et 29

23D’où des allocutions fantasmées aux absents (Calvin est d’autant plus loin qu’il est mort…), ces invisibles assistants, misérables, méchants, simulateurs, menteurs, qu’on apostrophe sériellement, qu’on met en scène blasphémant (ici Calvin) : « mais je te demande, ne veux tu pas croire aux Apostres, ouy en l’Escriture ? Je te demande où trouves tu que… »48, etc. Mais nulle part le système n’est plus frappant et plus systématique que dans la série des discours théoriques sur le Saint-Sacrement qui possèdent une organisation interne forte étalée sur plusieurs jours, et dont la rigueur analytique est comme aérée par les prises à partie de type familier. Ce qui permet à Vigor de balayer des objections par un constant va-et-vient entre citation, interprétation péjorative, apostrophe à l’ennemi, apostrophe aux témoins adhérents. Partant d’une sorte de syllogisme initial, les points se déduisent dans l’ordre : « Il faut, je montreray, premierement, et puis après, premièrement, consequemment » jusqu’à l’intervention de l’opposant : « Mais Calvin tasche à rompre notre interprétation », d’où les successions dialogiques en divers tons. Départ en fausse commisération doublée d'objectivité : « Vous oirez comme ce pauvre malheureux là est abusé. Il dit... » (suit une citation d’une demi-page de l’Institution, IV, 18, 2). Récapitulation en ironie : « Voici la gentille interprétation par laquelle il veut calomnier toute l’interprétation des anciens ». Prise à témoin, proposant un choix évident : « Tous les anciens pères et Rabbins des juifs recognoissent cela, et Calvin dit le contraire : ausquels aimez vous mieux croire ? ». De la théologie au mépris, signifié par le style familier : « He messieurs, comment vous laissez vous embabouiner par la sotte interpretation d’un petit chicaneur, pour delaisser toute l’antiquité ? »49 

24On mesure que la polémique se prend à son propre piège : « Auxquels aimez vous mieux croire ? », installe le public (ces incompétents silencieux) comme arbitre du débat...

Le choix des armes

25Esquissons un dernier point (rapide et incomplet) sur le renouvellement des arguments, commun aux deux prédicateurs malgré leurs différences de stratégie.

  • 50 Caresme, Vendredi après le 2e dimanche, f° 139v. 
  • 51 Caresme, 3e Dimanche, f° 157.Voir aussi f°163.

26Les exempla, ornements du passé, disparaissent. Ils sont relayés chez Benoist par les épisodes bibliques, qui par le jeu des typologies fournissent un sens concentré autant qu’un « roman ecclésial », et très exceptionnellement par l’actualité (la controverse de Fontainebleau). Vigor garde des éléments narratifs empruntés aux historiens de la patristique et dont l’authenticité est peut-être suspecte, mais disons officielle : Athanase et divers historiographes, Nicéphore ; en allusion à l’actualité, Sozomène lui fournit une heureuse comparaison de Gainas, arien et arriviste, appelant les Barbares contre l’empire, essayant de manipuler l’empereur Arcadius (Ve s), avec l’amiral de Coligny50 ; Prosper d’Aquitaine décrit un exorcisme, « Et ainsi [le diable] fut chassé, comme le diable de Laon » 51. On ne peut pas laisser les Protestants dire que le monde moderne est sans miracles ; ils ne sont pas développés, comme étant de connaissance générale, tel l’argument de la victoire :

  • 52 Caresme, Lundi après le 3e dimanche, f° 165-165v.

Ne demandons plus de miracles : car il n’en est plus de besoin, combien que par la grâce de Dieu il s’en fait encore tous les jours en nostre Eglise, et pour nous : comme cette grande victoire que Dieu nous donna contre les Huguenots à Montcontour. Car les nostres disent, qu’ils n’en tuèrent pas chacun un : et toutefois en une heure il en fut occis de quatorze à quinze mille. Il faut bien dire que c’a esté d’en haut et par miracle ».52

  • 53 Après les éditions latines du début de siècle, les traductions françaises sont faites par des auteu (...)

27Les modes d’argumentation basculent vers les modes d’autorité : on laisse un peu moins la Bible aux protestants, et on leur oppose la longue liste des autorités passées. Témoins et preuves, comme en justice, mobilisent le nombre et la longue durée contre la faiblesse et la nouvelleté. Commence la perception du fait que la durée, le temps spécifique de l’Église. Le renouveau de la patristique s’avère lié aux besoins de prédication, après avoir été lié aux prises de consciences pré-réformées, il est bien une arme, signalée par les traductions en français53. Le paroissien de base n’a pas lu les Pères, d’où deux hypothèses : d’une part les rédacteurs ont ajouté les références effectives, mais d’autre part on peut suspecter qu’ils ont fabriqué des effets de listes invérifiables. Le prestige de l’onomastique remplace le vieil Aristoteles dixit par Augustin, Ambroise, Cyprien, etc. Pas de Thomas d’Aquin dixit, et pas de droit canon. Ils s’appuient sur le réseau des éditeurs-traducteurs qui essaient de sortir les Pères de la seule culture des théologiens et les tirent vers la littérature de piété.

  • 54 Index de Caresme : « Evangile ne doit estre leu du commun peuple ains ouy à la prédication.[…] Gene (...)

28Que faire de l’Écriture dont on ne peut se passer, mais dont l’ennemi a fait son critère dominant, alors que l’Église catholique interdit toujours le contact direct ? Les sermons de Vigor témoignent des restrictions de lecture54 ; Benoist a compris plus tôt, à ses dépens, l’enjeu de ne pas laisser la Bible aux Protestants, en la traduisant en 1560, quoiqu’il pense à la nécessité du prédicateur explicateur. C’est une question de génération, alors qu’apparaissent les premiers hébraïsants de quelque envergure, Maldonat, Feuardent, Genebrard, s’attachant à « reprendre » la Bible aux protestants. L’Écriture est l’autorité et en même temps, inaccessible ; ainsi se renforce le privilège des gens d’Église.

29Le renouveau de la prédication doit donc se sortir d’une situation énonciative piégeante, nécessaire, mais qui témoigne de la fragilité de cet usage de la rhétorique. D’une part à cause des conditions d’éditions qui modifient l’effet des textes : d’où une gêne d’interprétation entre le contexte de l’énonciation des sermons et le contexte de leur publication ou republication, d’autre part parce qu’elle prend le public non-théologien en arbitre (ou parfois en otage) : revenons à Vigor, « Auxquels aimerez vous le mieux croire ? »

30Les effets consolidants de la polémique sont évidents : chaque camp se renforce. Mais le camp catholique doit apprendre à la supporter et même à l’effacer pour mieux gagner : la polémique s’exclura de ce lieu particulier pour ne pas propager les erreurs en les réfutant.

  • 55 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV, op. cit., p. 377, 1er juin 1603.

31On mesure l’écart vertigineux entre les générations, diversement impactées par une rénovation qu’elles font parfois malgré elles et dont les styles de rhétorique répondent à des urgences actives de combat, par l’affrontement ou l’explication. Il faut familiariser avec la piété, prêcher l’Église et l’autorité, mobiliser la cléricature, trouver des critères solides comme les Pères de l’Église. À la génération de 1590 seulement, enfin les Italiens proposent un art de prêcher, réfléchi, policé, séparé des invectives, refondé sur la solidarité émotionnelle du public. Toujours parcimonieusement publié en comparaison de sa fréquence d’exercice, il réclame comme tout métier une formation et un enseignement particulier alliant la théologie et le pathos, où la science des textes trouve, en isolant les traités et les controverses, un moyen de purger de sa violence le terrain de la prédication : en 1603, Pierre de L’Estoile n’en revient pas, le Père Coton « appela Calvin monsieur »55.

Haut de page

Notes

1 Sur les évêques et leur rôle redéfini par le Concile de Trente, ainsi que les genres de la publication, voir mon éd. des Homélies de Pontus de Tyard, évêque de Chalon (Œuvres, tome VI, Paris, Champion, 2007), p. 18-37 et 49-59.

2 Anon. La vie de Simon Vigor, Docteur de la maison de Navarre, Archevêque de Navarre, tirée de l’histoire du collège royal de Navarre. [sd, fin XVIIe] ; Barbara Diefendorf, « Simon Vigor. A Radical Preacher in Sixteenth Century », The Sixteenth Century Journal, 18, 3, 1987, p. 399-410 ; elle détaille les moments de tension évoqués au fil des sermons et leur datation ; Jean Louis Bourgeon, « Quand la foi était révolutionnaire : les sermons d’un curé parisien, Simon Vigor, 1570-1571 », dans La Vie, la mort, la foi, le temps. Mélanges offerts à Pierre Chaunu, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 471-484 ; Larissa Taylor, « Dangerous Vocations : Preaching in France in the Late Middle Ages and Reformations », dans Larissa Taylor (dir.), Preachers and People in the Reformations and Early Modern Period, Leyde, Brill, 2001, p. 91-124.

3 1- Sermons sur le Symbole des apostres et les Evangiles du dimanche de l’Avent, faicts à St - Merry, avec les sermons du Purgatoire preschez à Notre-Dame en 1565, Ensemble quatre sermons du mesme autheur touchant le Purgatoire, Ausquels la perverse doctrine et opinion des calviniste, bezistes et autres heretiques de ce temps est subtilement renversée [Privilege à N. Chesneau daté de janvier 1576, dédicace à Louise de Lorraine, par M.C. Marchant « son très humble estudiant »], Paris, Chesneau, 1576.

– avec [dédicace de J. Cristi à Geoffroy de Billy, abbé de Saint-Vincent les Laon datée de 1579, sonnet d’Edme Bourgoing, Advertissement au lecteur de N. Chesneau daté de décembre 1579], Paris, N. Chesneau, 1581. (Nous suivons Paris, Chesneau, 1587 ; en abrégé : Symbole/Avent/ Purgatoire).

2- Sermons et predications catholiques du S. Sacrement de l’autel accommodées pour tous les jours des octaves de la Feste Dieu, recueillies fidelement selon qu’elles ont été prononcées present le Roy en l’église Notre Dame de Paris, mis en lumiere par M. Jean Cristi, plus dix sermons de la saincte messe et cérémonies d’icelle par feu Monsieur Dyvolé ainsi qu’il les a prononcez à Chartres [Privilège à N. Chesneau daté de janvier 1576, Dédicace de J. Cristi à M. de Belle-Isle archidiacre de Nantes datée de mars 1577, Advertissement de l’imprimeur N. Chesneau avec Errata], Paris, N. Chesneau, 1577. (Nous suivons Paris, Chesneau, 1587 ; en abrégé : Saint-Sacrement).

3 - Sermons catholiques pour tous les jours de Caresme et feries de Pâques, faits en l’église Saint-Etienne du Mont à Paris [privilège à N. Chesneau daté de Janvier 1576, dédicace de J. Cristi à Jacques de Billy abbé de Saint-Michel en L’Herm, datée d’octobre 1576, Advertissement dudit Cristi au lecteur bénévole, Table des matières], Paris, N. Chesneau et Poupy, 1577. (Nous suivons Paris, Chesneau, 1580 ; en abrégé : Caresme].

4- Sermons catholiques sur les dimanches et fêtes depuis l’octave de Paques jusques à l’advent, [— de l’onzieme après la Trinité jusques au caresme], mis en lumiere et reveuz par M. Jean Cristi docteur en la faculté de théologie de Paris et chanoine theologal de Nantes et par M. Jean Erar[d], aussi docteur de ladicte faculté [épitre liminaire de J. Cristi datée de 1582, dédicace de J. Cristi à Philippe du Bec évêque de Nantes], Paris, Chesneau, 1582. (Nous suivons Paris, Sonnius, 1597 ; en abrégé : Dimanches 1 /- 2).

4 Avent, f° 1-18.

5 émile Pasquier, René Benoist 1521-1608. Le Pape des halles, Paris, Picard, 1913 ; Thierry Amalou, « Deux frères ennemis, deux sensibilités catholiques : les prédications de René Benoist et de Gilbert Genebrard à Paris, pendant la Ligue (1591-1592) », 2006, < https://archivesouvertes.fr, hal-01774718> [consulté le 2/9/2019].

6 Voir Tyard, op. cit., particulièrement p. 60- 85, p. 103-106, l’ Homélie définie comme simple explication de texte.

7 E. Pasquier, op. cit., p. 171 sq, ch. 4 « Benoist prédicateur ».

8 Remonstrance et exhortation au Roy Treschrestien Henry Quatriesme de s’opposer chrestiennement, vertueusement et constamment à toutes hérésies et depravations ; où il est enseigné un moyen notable et nécessaire pour destruire l’hérésie en sauvant les personnes, Rouen, Lallemant, 1596.

9 Dont le type de parole est mieux connu, à travers Jean Boucher par exemple : voir le numéro que lui consacre Œuvres et critiques, XXXVIII, 2, 2013.

10 Sur leur impact effectif : cf. Introduction au Journal d’un curé de Paris au temps des guerres de religion [Jean de La Fosse], Marc Vénard (éd.), Genève, Droz, 2004, p. 25 ; le curé admiratif a noté les résumés de deux sermons de Vigor.

11 L’Éloquence de la chaire entre écriture et oralité (XIIIe-XVIIIe s.), Gabriel Aubert, Amy Henauld, Cinthia Meli (éd.), Paris, Champion, 2018.

12 On consultera pour le détail A. Pettegree, M. Walsby, A. Wilkinson (dir.), French Vernacular Books, Leyde, Brill, 2007 : les sermons de Vigor, occupent 73 items, tous types de tirage réunis (items de 50888 à 50961).

13 Symbole non datés, Avent fin 1568 ou 1569, Purgatoire 1563 ? ; Saint-Sacrement non datés ; Caresme (prêché « en son dernier Caresme ») de 1572 ; Dimanches mêlés de 1565 à 1570.

14 Voir Cinthia Méli, « Vers une littérature sermonnaire : les recueils de sermons en France au XVIIe siècle : formes, publics, usages », dans Christian Jérémie et Monique Venuat (dir.), L’Éloquence ecclésiastique de la ré-Réforme aux Lumières, Paris, Champion, 2015, p. 319-322.

15 Caresme, Epitre nn : « Que si je ne me suis estudié à y changer le langage quelque peu rude pour y mettre du fardé et du plus poly, […] considere que tel fard est non seulement indigne de la matiere traitee en ceste œuvre […] mais aussi repugnant directement à l’intention et naturel de l’autheur, lequel n’a jamais pris plaisir à amadizer et feindre son langage ».

16 Voir French Vernacular Books, op. cit., sur les 228 items de Benoist (de 3418 à 3646), 6 mentionnent le terme Sermon ou Homélie, dont aucun ne dépasse la date de 1608.

17 Vladimir Angelo, Les Curés de Paris au XVIe siècle, Paris, Cerf, 2005.

18 Caresme, Mardi après le 2e dimanche, f° 139 ; même thème Vendredi après le 2e dimanche, f° 139.

19 Caresme, Lundi après le 2e dimanche, f° 115v, répété f°117.

20 Caresme, Mardi après le 2e dimanche, f° 114v.

21 Caresme, Mardi après le 2e dimanche, f° 117.

22 Ibid.

23 Dimanches 2, Dimanche XXII, p. 394.

24 Avent, Jour des Innocens, f° 308v.

25 Caresme, Mardi après le 2e dimanche, f° 114.

26 Caresme, Vendredi après le 2e dimanche, f° 142v, et Samedi après le 2e dimanche, f°147v.

27 L’édit de Paris est le premier à employer l’expression pour qualifier ses prédécesseurs. Ici l’édit de Saint- Germain de 1570, le premier à avoir été scellé de la cire verte de la perpétuité. Sur les subtilités juridiques et les types de formules, voir site < elec.enc.sorbonne.fr >. Formule toujours mise en ironie par Vigor, Dimanches 1, 2e dimanche après la Trinité, f° 257, ou Caresme, f° 6, 147, 379, 387.

28 Avent, jour des Innocens, f° 308.

29 Caresme, Lundi d’après le 2e dimanche, du 3 mars 1572, f° 110v. Voir aussi Caresme, 3e Dimanche, f° 155v, la présence de l’hérétique est en permanence celle d’un ennemi : « Et nous n’en avons qu’une poignée, et nous les endurons seduire le peuple ; c’est grand pitié, mais il ne faut rien faire sans l’authorité du prince ». Le terme « exterminer » est récurrent.

30 Voir Éric Syssau, « Une quadruple célébration de la Saint-Barthélemy », dans Marie Demeilliez, Estelle Doudet, Mathieu Ferrand, Eric Syssau (dir.), Le Théâtre au collège, numéro de European Drama and Performance Studies, 11, 2018, p. 171-197, qui décrit des pièces de théâtre jouées au collège de Navarre après la Saint-Barthélemy et qui suivent de près les thèmes des prédications de Vigor.

31 Sermon de la disposition requise pour le lavement des pieds, pour l’adoration de la Croix qui se fait le Vendredi Sainct, et pour gagner le jubilé, faict et prononcé en la ville d’Orléans le jeudy Absolu, devant le Roy et les princes et seigneurs estant réunis à la Cour, Paris, P. Chevalier, 1601.

32 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV, 19 avril 1601, tome IV, éd. Nancy Oddo et Marie-Madeleine Fragonard, Genève, Droz, 2020, p. 210 et 261.

33 Sermon prononcé en la procession de l’université de Paris, faite pour le roi estant à la guerre le 15 septembre 1600, P. Chevallier, Paris, 1600.

34 Ibid., p. 13, 14.

35 André Stegman, Les Édits des guerres de religion, Paris, Vrin, 2000.

36 Notables resolutions des presents differents de la religion prononcées par diverses prédications en plus de 50 Caresmes, 1608.

37 P. 11-12 : 1) Les processions et prières sont faites pour le roi > prions pour le roi. 2) Il est en guerre en sa propre personne > les bons rois. 3) Dieu punit nos péchés par les présentes guerres > pénitence. 4) Misérable condition du peuple et ruine du royaume > on a besoin de paix. 5) Notre roi est sur le point de se marier > paix ! et que Dieu bénisse ce mariage. 6) La guerre présente est entre princes chrétiens et catholiques > paix, et union contre les ennemis de la foi. 7) « La grande affection de nostre roi tres chrestien et tres catholique à la défense de la religion saincte chrestienne et catholique ce qu’il a apertement et constamment monstré les jours passez à Fontainebleau » > récit de la conférence où l'évêque Du Perron accuse d'erreurs Duplessis-Mornay.

38 Voir Yves Tatarenko, « Les Sorbonnistes face à Genève. La perception de Calvin et de la réforme genevoise par les théologiens parisiens, 1536-1564 », dans O. Millet (dir.), Calvin et ses contemporains, Genève, Droz, 1998, p. 135.

39 Voir le récapitulatif Notables resolutions des presents differends de la religion, prononcées par diverses predications, en plus de cinquante Caresmes, le tout dressé sur chacun jour du Caresme, Chevallier, Paris, 1608.

40 Vie de Vigor, op. cit., p. 3.

41 Saint-Sacrement, Sermon I, p. 17-18. C’est nous qui soulignons.

42 Purgatoire, Sermon I, f° 332.

43 Début du Symbole, p. 1v. Presque la même formule Caresme, Mardi d'après le 4e dimanche, f° 231.

44 Avent, Second lundi de l’Avent, f° 38 à 43.

45 Sur les ambivalences de la méthode douce, voir Marie-Madeleine Fragonard, « Douceur et conversion », dans Hélène Baby et Josiane Rieu (dir.), La Douceur en littérature, de l’antiquité au XVIIe siècle, Paris, Garnier, 2012, p.101-120, dont p. 108 les remarques rhétoriques de du Perron.

46 Avent, Vendredi premier de l’Advent, f° 27.

47 Saint-Sacrement, Sermon I, p. 13. Ce volume se caractérise par ses longues citations de Calvin.

48 Caresme, 2e dimanche, f° 104.

49 Saint-Sacrement, Sermon I, f° 25, 25, 27 et 29

50 Caresme, Vendredi après le 2e dimanche, f° 139v. 

51 Caresme, 3e Dimanche, f° 157.Voir aussi f°163.

52 Caresme, Lundi après le 3e dimanche, f° 165-165v.

53 Après les éditions latines du début de siècle, les traductions françaises sont faites par des auteurs farouchement antiprotestants : Hervet (Jérome, Augustin, Chrysostome) et Tigeou (Chrysostome) ; puis traduction de livrets pour de motifs polémiques très datés : Damascène, Traité des images (1553, 1555, 1556) est traduit par Benoist en 1563.

54 Index de Caresme : « Evangile ne doit estre leu du commun peuple ains ouy à la prédication.[…] Genese defendue d’être leue par les jeunes gens sous l’aage de trente ans »

55 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV, op. cit., p. 377, 1er juin 1603.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Madeleine Fragonard, « Prêcher et /ou polémiquer contre les protestants, par la parole et les publications : sur les deux cas de Simon Vigor et René Benoist »Études Épistémè [En ligne], 38 | 2020, mis en ligne le 01 février 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/8542 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.8542

Haut de page

Auteur

Marie-Madeleine Fragonard

Marie-Madeleine Fragonard est professeur émérite de l’Université de Paris 3. Après une thèse d’État sur La pensée religieuse d’Agrippa d’Aubigné et son expression (1981), elle a publié plusieurs ouvrages et plus de cent articles sur la littérature politique, scientifique et religieuse des XVIe et XVIIe siècles (une cinquantaine, réunis dans Variations sur la grâce et l'impuissance de la Parole, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2011). Elle a aussi participé à des entreprises d’édition collective (Les Recherches de la France d’Etienne Pasquier en 1996), les Œuvres de Palissy, rééd. 2010) ou individuelle (la Correspondance d'Agrippa d’Aubigné en 2016 et, sur le thème de ce numéro, les Homélies de Pontus de Tyard en 2007).

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search