Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38« Injure pour injure » : Une polé...

« Injure pour injure » : Une polémique presque invisible autour De la fréquente communion d’Antoine Arnauld

« Injure pour injure »: An Imperceptible Controversy over Antoine Arnauld’s De la fréquente communion
Yasushi Noro

Résumés

La polémique et le scandale provoqués par le livre de De la fréquente communion d’Antoine Arnauld, publié en août 1643, sont bien connus. Ce premier livre d’Arnauld fit couler dans les années 1640 beaucoup d’encre, aussi bien dans le camp anti-janséniste que janséniste. Cependant, dans le présent article, nous nous intéresserons à une autre polémique à peine visible. Celle-ci se rend visible par la lecture des éditions tardives du même livre. Pour répondre aux « invectives » lancées par un prédicateur sur la chaire, Arnauld prépara un Avertissement et le fit imprimer séparément pour qu’il soit inséré plus tard dans son livre. Il s’opposait à Jacques Nouet (1605-1680), jésuite qui avait attaqué le livre d’Arnauld dans ses « Sermons » prononcés dans une église parisienne de la Compagnie. Bien que ses « Sermons » ne nous soient pas parvenus, il n’est pas impossible de les reconstituer partiellement, à partir de quelques textes d’Arnauld, et entre autres de son Avertissement. Mais ce que nous découvrons surtout, c’est l’impressionnante stratégie mise en place par Arnauld et ses défenseurs pour contrer les attaques. Cette polémique, presque indiscernable dans le premier tirage De la fréquente communion, présente ainsi un exemple intéressant du combat de l’imprimé contre la chaire.

Haut de page

Texte intégral

1En 1609, Cornelius Jansénius (1585-1638) fit la connaissance de Jean Duvergier de Hauranne, le futur abbé de Saint-Cyran (1581-1643). Ils travaillèrent ensemble jusqu’en 1616. En 1635, Jansénius fut nommé recteur de l’Université de Louvain, puis désigné évêque d’Ypres. Il mourut trois ans après. Ce sont ses amis qui publièrent ses manuscrits à Louvain en 1640, après la mort de l’auteur, sous le nom d’Augustinus. En France, cet ouvrage fut réimprimé l’année suivante et provoqua une polémique. Or Saint-Cyran était incarcéré à cette époque et ne fut libéré qu’après la mort de Richelieu en 1642. Il chargea son disciple, Antoine Arnauld (1612-1694), de défendre le livre de Jansénius. En 1643, Arnauld publia de son côté son monumental De la fréquente communion. Ainsi, la polémique lancée contre le livre d’Arnauld rejoignit celle qui avait commencé avec la réimpression de l’Augustinus. Dans cet article, nous nous attachons à analyser la stratégie d’Antoine Arnauld face au père Jacques Nouet (1605-1680), prédicateur jésuite, qui attaque en chaire le traité De la fréquente communion d’Arnauld. Bien que ses « Sermons » oraux ne nous soient pas parvenus, il n’est pas impossible de les reconstituer partiellement, à partir de quelques textes d’Arnauld, ou de son Avertissement, associés tardivement dans les éditions ultérieures de son livre. Cette polémique, presque invisible au moins dans le premier tirage De la fréquente communion, présente un exemple intéressant du combat de l’imprimé contre la chaire.

Les textes

  • 1 De la fréquente communion, ou les sentimens des Pères, des Papes, et des Conciles, touchant l’usage (...)
  • 2 Voici la table des matières d’« une première édition » couramment répandue (nous reprenons celle de (...)
  • 3 Comme nous allons l’expliquer plus loin, l’Avertissement a été préparé comme réponse aux « Sermons (...)

2De la fréquente communion1 est sans doute l’un des ouvrages d’Antoine Arnauld les plus connus. Les éléments qui constituent le livre varient selon les éditions2. L’Avertissement et une partie des Approbations, qui ont été tardivement insérés3, occupent une place particulière dans ce livre. Le mot « avertissement » signale ici un appel à la mise en garde ; quant à l’approbation, elle désigne une autorisation de publication donnée par les approbateurs, en particulier par les docteurs lors de l’examen préalable des livres : les approbateurs jouent pour les livres religieux le rôle que jouent les censeurs pour les livres laïcs.

3Or ces deux éléments sont étroitement liés, car l’Avertissement renvoie systématiquement les lecteurs à l’autorité des approbateurs. Les Approbations fonctionnent à la fois comme témoignage et certificat de qualité, et comme un argument d’autorité. Elles sont écrites par les défenseurs d’Arnauld. L’Avertissement est préparé par l’auteur même. Il s’intitule : Avertissement sur quelques sermons prêchés à Paris contre ce livre [de la Fréquente communion]. Cet écrit a été donc préparé pour répondre aux « Sermons » oraux, et s’inscrit dans la polémique initiée par l’attaque orale d’un jésuite après la publication du livre – comme en témoigne l’ouverture :

  • 4 Avertissement sur quelques sermons prêchés à Paris contre ce livre, Lyon, Claude Rey & L. Plaignard (...)

Ayant donné au public le livre de la Fréquente Communion [...], j’avoue que j’ai été surpris de voir, que la Compagnie des jésuites se soit soulevée pour opprimer une doctrine si chrétienne, & si puissamment établie dans toute l’Ecriture, & dans tous les Pères, & qu’ils m’obligent aujourd’hui de me défendre publiquement contre leurs accusations publiques [...].4

Ce récit mentionne des « accusations publiques » de la part des jésuites. Celles-ci restent pour l’instant invisibles aux lecteurs, puisque leur contenu n’est pas explicité ; pourtant, le mot « public », sur lequel nous reviendrons plus tard, nous laisse penser à une attaque visible.

  • 5 Voir sa «  Satisfaction du P. Nouet, jésuite », dans Œuvres de messire Antoine Arnauld, N. de Larri (...)
  • 6 Jacques Nouet (1605-1680) entre au noviciat de Rouen en 1623. Il enseigne les humanités et la rhéto (...)
  • 7 Quand nous parlerons d’un ou plusieurs sermons du père Nouet, nous les désignerons systématiquement (...)
  • 8 Voir « Autre projet d’ordonnance ou de lettre circulaire sur le même sujet » dans les Œuvres de mes (...)
  • 9 « Satisfaction du P. Nouet, jésuite », dans ibid., t. 28, p. 618.
  • 10 « Mémoire pour Rome », dans ibid., p. 623.
  • 11 « Lettre de d’Andilly au cardinal Bentivoglio et à M. de S. Chamond Ambassadeur à Rome » : « tous c (...)
  • 12 Lettres de messeigneurs les prélats approbateurs du livre De la fréquente communion aux papes Urbai (...)

4Qu’en est-il au juste de cette affaire de prédication ? En fait, un prédicateur prêche dans l’église jésuite Saint-Louis à Paris, durant huit dimanches consécutifs, du mois d’août au mois d’octobre5 : il s’agit du père Nouet, de la Compagnie de Jésus6. Ses « Sermons »7 provoquent un scandale. Arnauld ne défend pas directement son livre. Il compte sur l’autorité des approbateurs de son livre, dont il aiguillonne la fureur contre le prédicateur. Certains approbateurs préparent un projet d’ordonnance pour condamner ses « Sermons » et envisagent même d’excommunier le prédicateur8. Le 29 novembre, l’Assemblée du Clergé se tient à Paris et fait circuler le procès-verbal accompagné d’une Lettre circulaire de messeigneurs les prélats suivie de la Satisfaction du P. Nouet de la Compagnie de Jésus. C’est ainsi que le jésuite se trouve contraint de demander des excuses9 « à genoux »10. Ce n’est pas tout. Les défenseurs d’Arnauld rapportent cette affaire à Rome11, et leurs lettres adressées aux papes Urbain VIII et Innocent X sont souvent reprises dans des éditions ultérieures de De la fréquente communion12.

  • 13 Sur la stratégie d’Arnauld en tant qu’auteur, je me permets de renvoyer à mon intervention dans le (...)

5Voilà la fonction des paratextes du livre d’Arnauld. Les Approbations sont des pré-textes envoyés à Arnauld comme garants de la validité de son texte et imprimés avec celui-ci. L’Avertissement est un épi-texte ultérieur et auctorial. Mais curieusement, l’Avertissement ne vise pas tout à fait à défendre l’auteur et son livre : il rend plutôt bien visibles l’autorité des approbateurs et leur fonction13.

La trace de la polémique entre Arnauld et le père Nouet

  • 14 Les fragments sont publiés dans les Œuvres de messire Antoine Arnauld, op.cit., t. 27, p. 674-739.
  • 15 « Avertissement », dans Œuvres de messire Antoine Arnauld, op.cit., p. 22-23.

6Or, l’Avertissement n’est pas le seul texte écrit contre les « Sermons » du père Nouet. Avant la publication de ce texte, Arnauld avait préparé des réfutations, qui furent finalement abandonnées14. Ce n’est qu’après six « Sermons »15 qu’Arnauld fit publier l’Avertissement. Voici la chronologie des événements :

  • 16 Quand nous parlerons d’un ou plusieurs sermon(s) du père Nouet, nous utiliserons systématiquement « (...)
  • 17 D’un côté, définissant la quatrième imposture, Arnauld répond au sixième « Sermon », qui a été fait (...)

Chronologie de la polémique
Arnauld (A) : La publication de De la fréquente communion (fin août en 1643)
Nouet (N) : Le premier « Sermon » du père Nouet (août)**
(A) : La Réfutation du premier « Sermon » (sans date) *
(N) : Le second « Sermon » (août-septembre)**
(A) : La Réfutation du second « Sermon » (sans date)*
(N) : Les troisième et quatrième « Sermons »16 (août-septembre)**
(A) : La Réfutation des troisième et quatrième « Sermons » (sans date)*
(N) : Les cinquième et sixième « Sermons » (septembre-octobre)**
(A) : La préparation de l’Avertissement17 et de la Conclusion de l’Avertissement sur quelques sermons (octobre)*
(N) : Les septième et huitième « Sermons » (octobre-novembre)**
(A) : La publication de l’Avertissement (octobre)
(A) : La publication de la Tradition de l’Église (octobre)

La Lettre circulaire de messeigneurs les prélats suivie de la Satisfaction du P. Nouet de la Compagnie de Jésus (d’après la décision du 29 novembre de l’Assemblée du clergé)
*Le texte restait inédit à l’époque, mais il a été publié au XVIIIe siècle dans les Œuvres de messire Antoine Arnauld.
**inédits et introuvables

  • 18 « Conclusion de l’Avertissement sur quelques sermons prêchés (par le père Nouet) contre le livre De (...)

7Dans ce duel apparent d’Arnauld avec le père Nouet, seul Arnauld écrivit et publia l’Avertissement en guise de réfutation. Tout en rendant ses « accusations publiques » sur la chaire, le père Nouet ne publia rien. La polémique entre les « Sermons » oraux et les écrits imprimés s’avère à cet égard inéquitable. Pour documenter cette polémique presque invisible, nous disposons de trois Réfutations inédites d’Arnauld, de l’Avertissement et de la « Conclusion de l’Avertissement », restée inédite à l’époque18 : voilà les instruments principaux qui nous permettent de restituer en partie les « Sermons » du père Nouet.

Comment Arnauld a-t-il obtenu les « Sermons » ?

8Quelle était la source des « Sermons » pour Arnauld ? Il l’explique lui-même :

  • 19 Avertissement, op.cit., p. 26.

Et je ne crains pas qu’il m’accuse de lui avoir imposé moi-même, et d’avoir altéré ses paroles en quelques chose [sic]. Nous avons eu les extraits des deux premiers Sermons de plusieurs personnes très intelligentes, qui les ont faits aussitôt après l’avoir ouï, et qui ont plutôt passé plusieurs choses très aigres : qu’ils n’ont aigri celle qu’ils rapportent. Ce qui est si vrai ; que la plupart de ceux qui y avaient été, n’en disaient autre chose, sinon que c’était des injures et des invectives continuelles. Et pour ce qui est de tous les autres Sermons, j’en ai fait faire des extraits par des personnes qui ont écrit sous lui ses propres paroles, lorsqu’il prêchait.19

  • 20 Ibid.

9Pour deux premiers « Sermons », Arnauld se fonde sur plusieurs rapporteurs qui ont rédigé les extraits « aussitôt après l’avoir ouï », alors que pour le reste, il tire parti des extraits fournis « par des personnes qui ont écrit sous lui ses propres paroles, lorsqu’il prêchait ». Arnauld peut ainsi s’appuyer à la fois sur des témoignages oraux et écrits. Ici, trois opérations d’écriture peuvent s’observer : rapporter, mettre en texte et extraire. Ces opérations orientent dès le début l’interprétation, non seulement des lecteurs, mais aussi des rapporteurs mêmes. Les témoins ne rapportent que des « choses aigres » et « des injures et des invectives continuelles ». C’est dans cette perspective, avec le biais interprétatif qu’elle suppose, que les informateurs d’Arnauld rapportent les « Sermons » : Arnauld ne trouve naturellement que « des injures et des invectives » dans leurs extraits. Immédiatement après, Arnauld définit le sens des extraits des « Sermons » : « Voilà les fondements sur lesquels ceux de cette Compagnie ont entrepris, pour la plus grande gloire de Dieu, d’étouffer un livre [...] et de déchirer la réputation des évêques et de vingt docteurs »20. Dans les rapports des « Sermons », Arnauld ne voit que « les fondements » de l’entreprise mise en œuvre par la Compagnie de Jésus, qu’il entend seulement citer et présenter. Mais citer et présenter comme « des injures et des invectives » est aussi une action de polémiste : c’est sur ce principe de citation-interprétation qu’il organise ses « Réfutations.

De la discussion théologique à la critique de la prédication

10Outre l’Avertissement, les monumentales Œuvres de messire Antoine Arnauld comprennent trois « Réfutations », dont chacune correspond à un « Sermon ». Pour visualiser le discours du jésuite, ses paroles sont systématiquement mises en italiques dans le texte. Voici le début de la première « Réfutation » :

  • 21 « Fragment de la réfutation du premier sermon du père Nouet, touchant le livre de la fréquente comm (...)

Car si alors (du temps des persécutions) la vertu était si grande, & néanmoins ils communiaient tous les jours, que devons-nous faire aujourd’hui qu’elle est si languissante ?

Réponse. Prodigieux raisonnement, indigne d’un prêtre, indigne d’un chrétien, indigne d’un homme qui ait la moindre connaissance de la grandeur ineffable de ce sacrement auguste !21

Après avoir succinctement exposé le débat touchant au sacrement, voire plus généralement à la doctrine, Arnauld présente seize avis tirés des Pères de l’Église.

  • 22 « Réfutation du second sermon du père Nouet, touchant le livre de la fréquente communion » [imprimé (...)
  • 23 « Réfutation du troisième sermon, dont le texte était : Quærite Primum Regnum Dei, etc. » [donné su (...)
  • 24 « Réfutation du second sermon du père Nouet », ibid., t. 27, p. 677.
  • 25 « Conclusion de l’Avertissement », dans les Œuvres de messire Antoine Arnauld, op.cit., t. 28, p. 3 (...)
  • 26 « Réfutation du second sermon du père Nouet », ibid., t. 27, p. 677.

11Sa seconde « Réfutation », qui répond au deuxième « Sermon », est beaucoup plus longue22 que la première, et la troisième l’est encore plus23. Dans les trois « Réfutations », Arnauld conserve le même procédé : il cite d’abord les Paroles du jésuite, mises en italique sur l’imprimé, puis sa Réponse. Par ailleurs, Arnauld nous fournit des informations sur le ton et la gestuelle du prédicateur : le père Nouet est « monté en chaire la pâleur sur le visage, le feu dans les yeux, la passion dans le cœur »24, « les injures dans la bouche, l’aigreur et la violence dans ses mouvements et toutes ses actions »25 ; il prend « un ton tragique », comme s’il eût « été envoyé de Dieu pour déplorer la ruine de toute la religion »26. Voici la première citation tirée de la seconde « Réfutation » :

  • 27 Ibid.

Le croyez-vous ? Le croyez-vous, Messieurs, que dans Paris, dans une ville si chrétienne, & parmi l’usage des sacrements si saintement entretenu par le soin des pasteurs et le zèle des peuples, il se trouve néanmoins des esprits, ou si aveugles ou si malicieux, qui, non contents de dissuader la fréquence des communions, ils veulent encore abolir la fréquence des confessions ?

Réponse. La chaleur qui vous emporte vous empêchant de bien discerner les choses, cause une telle confusion dans votre discours, qu’il n’est pas aisé de comprendre le sujet de votre colère.27

12Avec la Réponse, le lecteur découvre la colère du prédicateur. La Réponse fournit ainsi des informations (toujours orientées) sur son ton de prédication. Dans la seconde « Réfutation », nous trouvons jusqu’à sept citations attribuées au jésuite, suivies de sept Réponses. Mais le sujet traité change petit à petit ; voyons la septième et dernière parole du jésuite :

  • 28 Ibid., p. 690.

Mais qui leur a dit que toutes sortes de péchés publics ou secrets, étaient sujets à cette pénitence ? Est-ce Tertullien [...] ?

Réponse. Votre ignorance serait pardonnable dans des matières assez cachées [...]. Mais [...] il n’y a rien de plus insupportable qu’un ignorant qui veut faire l’habile homme, qui n’allègue que des injures, au lieu de raisons, et qui pense avoir réfuté un livre autorisé par quinze évêques et par vingt docteurs, quand il a pris la hardiesse de faire passer pour ignorants ou malicieux, tous ceux qui reconnaissent la vérité des maximes saintes et chrétiennes des anciens Pères qui y sont expliquées.28

13Le sujet central de la Réponse est légèrement déplacé. Dans celle-ci, la critique porte sur la « hardiesse » du père Nouet devant les approbateurs de son livre. Mais ici, la discussion se concentre sur l’interprétation des Pères de l’Église, en particulier celle de Tertullien : l’affrontement discursif reste pour l’instant cantonné au terrain théologique.

« Injure pour injure »

14Dans la troisième « Réfutation », la critique vise parfois à dévoiler le style du « Sermon » pour s’en moquer, sans entrer dans la discussion doctrinale :

  • 29 « Réfutation du troisième sermon », ibid., t. 27, p. 711.

C’est pourquoi il nous faut animer de zèle et de courage contre cette langue désespérée, armée de trois pointes ; de passion, de médisance et d’impiété, qui blesse tout ensemble trois sortes de personnes [...].

Réponse. Que votre zèle est doux, et que vos paroles sont modérées ! Vous avez grand sujet de dire dans la suite de ce Sermon, que vous ne voulez point rendre injure pour injure : car dire que la langue d’un écrivain catholique, d’un prêtre, d’un théologien, qui ne fait rapporter les propres paroles de l’Église de Rome [...] est une langue désespérée, armée de trois pointes ; de passion, de médisance et d’impiété : ce n’est pas dire des injures, selon le style du père Nouet, c’est garder l’équité d’un prédicateur, la douceur d’un religieux, la modestie d’un jésuite.29

15La Réponse n’est plus la réponse à un débat théologique, mais bien plutôt la réaction au « Sermon » et aux actes du prédicateur. Ce genre d’attaque contre le style n’apparaissait pas dans les deux premières « Réfutations ». La Réponse poursuit ainsi :

  • 30 Ibid.

Ces termes marqueraient en un autre, une passion bien violente [...]. Ces termes marqueraient en un autre une insigne médisance ; puisqu’accuser un écrivain ecclésiastique, d’avoir trempé la langue et sa plume dans le venin des serpents, ou plutôt d’être la langue même des serpents, n’a pas été pris jusqu’à présent pour une louange, si ce n’est dans la rhétorique du père Nouet ; mais pour une atroce médisance.30

  • 31 Voir plus haut, n.27.
  • 32 Ici, le mot « injure » est à prendre dans le sens d’une insulte.
  • 33 « Réfutation du troisième sermon », ibid., t. 27, p. 714.

16Arnauld attaque directement les paroles du jésuite. Or, il reprend lui-même les termes injurieux tels qu’ « ignorant » et « hardiesse »31. En s’appropriant les expressions de son adversaire, il rend lui aussi « injure pour injure »32. Quand le père Nouet dit ne pas vouloir rendre « injure pour injure », la deuxième occurrence du terme injure désigne initialement dans sa bouche le livre d’Arnauld. Mais lorsque la même expression est prise en charge par Arnauld, le deuxième mot « injure » dans la phrase désigne la prédication du jésuite et le premier pourrait désigner sa réfutation. Si Arnauld reprend lui-même cette formule « rendre injure pour injure », soulignée pour l’attribuer au père Nouet, cela signifie qu’il reconnaît en partie que son livre contenait aussi des injures et que ses Réponses pourraient également constituer pour ce jésuite, d’une manière ou d’une autre, des injures. Il y a donc un consensus entre les deux polémistes : la polémique finit par produire des injures. L’injure contre l’injure devient toujours l’injure. Cette transaction a été rendue visible par la réaction d’Arnauld : « puisque transporté d’une haine aussi malicieuse que violente, vous altérez mon raisonnement, vous corrompez toutes mes intentions, et empoisonnez toutes mes paroles »33. Arnauld réagit à l’altération et à l’« empoisonnement » de ses paroles. En apparence, il veut simplement dénoncer la mauvaise intention de son adversaire. Le terme injure employé par son adversaire lui paraît bien injuste. Pourtant, dire cela, c’est reconnaître que ses paroles ont été effectivement modifiées pour devenir des injures et qu’existe toujours le risque que l’adversaire le critique en répétant les mêmes mots. Tout d’un coup, la réponse peut aussi devenir insulte. On ne sait plus qui a commencé l’agression et où elle a commencé. Dans la treizième parole du jésuite, Arnauld revient à l’expression « injure pour injure » :

  • 34 Ibid., p. 722-723.

Je ne veux point dire injure pour injure. Il me souvient que S. Chrysostome dit qu’un ecclésiastique doit mépriser tout ce qu’on dit contre lui et doit faire paraître en toutes choses une modération chrétienne. Mettons donc toutes les injures sous les pieds. Vous dites que nous entretenons les abus du temps. Vous le dites, mais il le faut prouver.

Réponse. [...] Après que vous avez vomi des injures en public et dans le même discours, après avoir traité des hommes de langues de serpents, armées de trois pointes, de passion, de médisance et d’impiété ; [...] vous vous avisez de dire que vous ne voulez point rendre injure pour injure.34

  • 35 Avertissement, op.cit., p. 16.
  • 36 « Réfutation du troisième sermon », ibid., t. 27, p. 735.

17On ne sait plus si toutes ces injures énumérées sont du père Nouet, puisque, premièrement, elles ne sont plus en italiques dans l’imprimé et que, deuxièmement, plus tard dans l’Avertissement, quand les mêmes expressions sont reprises35, l’ordre des mots est parfois modifié, et certains termes remplacés par d’autres. Bref, il devient malaisé de faire le départ entre le discours d’Arnauld et les mots supposés du père Nouet. Arnauld revient encore – de manière obsédante – à cette expression « injure pour injure » dans la vingt-troisième Réponse36 et dans l’Avertissement.

18Résumons les opérations exercées par Arnauld dans ses trois « Réfutations ». Dans la première, comme dans une polémique doctrinale, Arnauld essayait de réfuter son adversaire en expliquant le sens du sacrement à partir de la tradition. Dans la seconde « Réfutation » également, il continuait cette discussion doctrinale en s’appuyant sur les Pères de l’Église, et en invoquant à la fois la tradition et l’autorité des approbateurs. Il commence ensuite à critiquer de plus en plus vivement le style et les actions du prédicateur et à mettre en évidence ses contradictions : aux yeux d’Arnauld, quand le prédicateur dit « ne pas vouloir rendre injure pour injure », il trahit sa propre parole et profère « injure pour injure ». Arnauld s’en irrite. Pourtant, une fois acceptée, cette expression crée et manifeste bel et bien un consensus. En définitive, Arnauld ne reconnaît que des injures dans les oraisons de son adversaire, alors que le père Nouet ne prononce, au moins à en croire la Réfutation d’Arnauld, que des injures.

19Après avoir préparé assez longuement les « Réfutations », Arnauld les a abandonnées pour en reprendre certaines dans l’Avertissement. Ainsi, l’Avertissement est un texte qui vise à remplir une double fonction : avec cet Avertissement, Arnauld veut à la fois remplacer toutes les « Réfutations » polémiques et doctrinales et répondre aux injures qui lui ont été faites. Enfin, il souhaite rendre visible l’action du jésuite pour le faire condamner par le public.

Contre les « Sermons »

20Voyons maintenant le texte publié. Arnauld ne compte pas répondre directement au père Nouet. Il attire l’attention des lecteurs sur l’attitude du prédicateur, qui méprise et insulte les évêques, voire tous les approbateurs du livre. D’où le contraste dessiné avec insistance entre le père jésuite et les approbateurs :

  • 37 Ibid., p. 5. C’est Arnauld qui met en valeur les citations par son usage de l’italique. Il explicit (...)

Les évêques témoignent avoir lu ce livre avec beaucoup d’édification et de satisfaction : Et il [le père Nouet] soutient au contraire, que tous les savants qui le liront le trouvèrent plein de faussetés.

Les évêques soutiennent que c’est un excellent livre : Et il soutient au contraire, que c’est un livre très méchant et très pernicieux.37

21Cette comparaison a pour but de rendre visible la différence entre les approbateurs et le père jésuite, et ridiculise le discours de celui-ci. Arnauld continue à énumérer jusqu’à dix-sept comparaisons formulées sur le même modèle : « les évêques soutiennent [...] et il soutient au contraire que [...] ». Voici la liste des paroles présumées de Nouet :

  • 38 Ibid., p. 5-7. C’est nous qui soulignons.

[il soutient au contraire que] tous les savants qui le liront le trouvèrent plein de faussetés (4.Sermon),

que c’est un livre très méchant et très pernicieux (4.Sermon),

qu’elle [la doctrine d’Arnauld] combat la piété des fidèles (3.Sermon),

qu’on ne l’a proposée que pour jeter les âmes dans l’égarement (3.Sermon),

que c’est un excellent moyen pour fournir des excuses et des prétextes aux libertins, afin qu’ils n’aillent plus ni aux sacrements ni à la messe (4.Sermon),

que tous les catholiques doivent fuir cette doctrine comme une lèpre, et tous ceux

qui l’enseignent comme des lépreux (2.Sermon),

qu’on y trouvera plusieurs passage laborieusement recherchés, mais dont il n’y en a pas un qui prouve ce qu’il prétend (4.Sermon),

que ce sont des extravagances qu’on impose malicieusement aux pères (4.Sermon),

que ce sont des maximes qui combattent la coutume de toute l’Église (5. et 4.Sermon),

que cet ouvrage est propre pour retirer tous les prêtres de l’Autel, et les fidèles de la Table eucharistique (4.Sermon),

que c’est un livre qui contient une des plus mauvaises doctrines qui ait été dans l’Église depuis longtemps (1.Sermon),

que c’est une doctrine injurieuse à l’Esprit de l’Église (3.Sermon),

que c’est un livre dont l’auteur se sert sans cesse de l’antiquité, et que c’est ce qui en doit rendre toute la doctrine suspecte (2.Sermon),

que c’est un livre qui enseigne, que la fréquente communion est un abus ; et qui nous veut retrancher et ravir les sacrements (1.Sermon et 3.Sermon),

que ce sont les péchés de ceux qui abusent de l’Eucharistie, qui ont été cause de ce méchant livre, et de ce que Dieu a permis un si grand désordre, et un si grand dérèglement (4.Sermon),

qu’on médite par ce livre la ruine de toute l’Église (4.Sermon).38

22Les citations soulignées sont celles dans lesquelles deux « Sermons » sont mêlés. Ainsi, il est inutile de chercher à savoir si Arnauld les cite de façon littérale et précise, puisque cette comparaison est tout à fait arbitraire et ne respecte pas le contexte de chaque énonciation. Arnauld utilise ces mots uniquement pour mettre en contraste la différence de deux positions : c’est sa première opération. Ensuite, Arnauld mélange l’attaque lancée contre lui et celle qui vise les évêques approbateurs, en présentant comme suit les paroles du jésuite :

  • 39 Ibid., p. 7-8.

Il a appelé l’auteur de ce livre, Nouveau réformateur, falsificateur des pères, ignorant, imaginatif, phantastique, mélancolique, lunatique, aveugle, malicieux, furieux, serpent, ayant une langue à trois pointes, armée de passion, de médisance et d’impiété, scorpion, monstre, loup déguisé en agneau, voulant ruiner l’Église comme Luther et Calvin, sous prétexte de la réformer. De sorte que si nous le croyons, les évêques ont été ensevelis dans une si profonde ignorance, qu’ils ont pris les Ténèbres pour la Lumière, les Erreurs pour des vérités, les Loups pour des Agneaux, les Serpents pour des Colombes [...].39

23Même si nous croyons à l’usage réel de ces mots dans les « Sermons », serait-il juste de présenter toutes ces invectives, lancées visiblement à « l’auteur de ce livre », comme si le prédicateur attaquait les évêques approbateurs ? Nous y décelons deux opérations. D’abord, on doit se rappeler que ce ne sont pas les évêques que le prédicateur critique, mais bien « l’auteur de ce livre ». Or Arnauld s’exprime comme si c’était les évêques que le prédicateur attaquait. Ensuite, l’expression « loup déguisé en agneau » est visiblement utilisée pour désigner « l’auteur » dans l’oraison. Or pour y répondre, Arnauld dit que le prédicateur accuse les évêques d’avoir pris « les Loups pour des Agneaux ». Les italiques suggèrent que c’était le mot dont le prédicateur se servait réellement. Dans ce contexte, cette expression « les Loups pour des Agneaux » ne pourrait plus être généralisée. Ce ne sont pas les « Loups » en général, mais bien un « loup » particulier qui est visé. Ce seul mot est utilisé dans deux significations différentes : l’un désigne « l’auteur » qui est un « loup déguisé en agneau » et l’autre l’erreur commise par les évêques qui prenaient « les Loups pour les Agneaux ». L’expression « les Loups pour les Agneaux » n’est mise en exergue que pour mettre en accusation la fausseté de la critique formulée par le prédicateur. Or rappelons que l’expression « loup déguisé en agneau » était initialement attribuée à Arnauld ; et que le mot « Loups » mis en italique est attribué au prédicateur et par lui prononcé. Tout à coup, dans la généralisation faite par Arnauld, les évêques se sont laissé berner par lui et l’ont pris pour un « agneau ». Dès lors, s’ils sont capables d’une telle méprise, aux yeux du père Nouet, alors ils sont naïfs, puisque susceptibles de prendre « des Loups pour des Agneaux ». Par cette déclaration, le père Nouet ridiculise les évêques. Ainsi la critique initialement lancée contre Arnauld par le prédicateur (Arnauld est un « loup déguisé en agneau ») se trouve ensuite remplacée par celle visant les évêques (le prédicateur dit qu’ils prennent « les Loups pour des Agneaux »). Selon nous, le sens premier de cette critique est malicieusement détourné par Arnauld et interprété comme une erreur commise par les évêques coupables d’avoir pris un loup pour un agneau. C’est un exemple de déplacement. En outre, on peut se demander si c’est Arnauld qui ajoute ou invente les mots « Ténèbres » et « Erreurs », puisqu’ils ne figurent pas dans les premières invectives évoquées au début de la citation. Encore une fois, il faut se rappeler que les mots mis en italiques sont les mots cités : c’est un exemple d’ajout arbitraire ou d’invention.

24Résumons les différences entre les « Réfutations » et l’Avertissement du même auteur. Premièrement, les « Réfutations » sont la préparation d’une réponse publique au prédicateur, alors que l’Avertissement vise les lecteurs publics. Deuxièmement, contrairement à ce qu’il fait dans les « Réfutations » abandonnées, Arnauld, dans l’Avertissement, ne rentre guère dans la discussion théologique. Troisièmement, en paraissant être fidèle aux textes des « Sermons, il les cite en faisant abstraction de leur contexte d’origine, et invoque parfois dans l’Avertissement un mélange de « Sermons » ; il n’est pas certain que ce soit un discours précis et réellement prononcé.

Contre ses « impostures »

  • 40 Ibid., p. 17.

25Or, quant aux points doctrinaux, Arnauld veut y répondre par le livre même : « Le Livre [De la fréquente communion] seul qu’il [le père Nouet] a voulu réfuter par ses Sermons est la réfutation de tous ses Sermons »40. C’est un procédé réfutatif étrange, puisque son livre était précisément à l’origine de la prédication du jésuite. Mais il est possible d’y voir une stratégie. C’est là qu’Arnauld cite plus longuement qu’ailleurs les propres termes du prédicateur :

  • 41 Le signe b renvoie au premier Sermon du jésuite.
  • 42 Ibid., p. 19-20.

La troisième imposture est, Qu’il nous a appelés sans cesse de Nouveaux Réformateurs ; Qu’il a dit que nous voulions détruire l’Église, sous prétexte de la réformer. Ce sont, dit-il, des personnes particulières, gens inconnus, qui font comme Calvin, lequel auparavant que de répandre ouvertement son venin demeura caché dans des grottes,b Quand je me représente les artifices,41 dont se servant aujourd’hui nos Réformateurs pour semer leurs erreurs, il me semble que je vois toute la procédure dont Luther se servit autrefois ; qui semblait d’abord combattre seulement l’abus ; Et enfin vint à attaquer la créance de toute l’Église. [...] Voilà une accusation horrible qui doit faire prononcer anathème contre les accusés, si elle est vraie [...] mais qui doit aussi attirer la haine et la vengeance de Dieu et des hommes sur l’accusateur, si elle est fausse. Voyons les paroles du Livre.42

  • 43 Voir la note 37.

26Il procède ainsi comme si tout était écrit dans son livre. Mais, comme dans l’opération que nous venons de voir, en accusant l’auteur du livre d’être « Nouveau réformateur »43, Arnauld en remplace le destinataire, qui est maintenant l’équipe d’approbateurs, représentée par « Nouveaux Réformateurs ». L’accusation est ainsi systématiquement déplacée. Les lecteurs ont sans doute eu l’impression que le père Nouet n’avait pas bien lu le livre de l’adversaire et qu’il avait disqualifié les approbateurs. Cependant, en se référant au livre, il est impossible d’y retrouver les « erreurs » visibles commises par les approbateurs. Le discours d’Arnauld conduit les lecteurs à se représenter l’illusion entretenue par le prédicateur. Arnauld peut multiplier les invectives sans doute prononcées par Nouet en chaire. Mais la quantité de discours cités ne prouve rien : citer est toujours une action relevant d’une réflexion stratégique, et le résultat d’une mise en polémique des contextes et des discours opposés.

Le combat pour l’appropriation du public

27En conclusion, si la restitution de la prédication nous paraissait initialement possible en récoltant un maximum de propos du prédicateur et en reliant ces fragments pour reconstituer un discours (puisqu’Arnauld nous transmet ses propres paroles), ce n’était qu’une illusion polémique. Si la prédication paraît violente, c’est parce qu’Arnauld ne tire des « Sermons » que les invectives. Certes, cette action peut être justifiée dans l’activité polémique. Si les lecteurs y trouvent effectivement des « invectives », cela ne prouve que le succès des opérations du polémiste. Or, les polémistes en général ne trouvent aucun accord à l’époque. La lecture du texte d’Arnauld nous oriente systématiquement vers la critique de son adversaire. L’écrit construit un accès biaisé à une performance orale passée, comme telle devenue à jamais inatteignable.

  • 44 Ibid., p. 26. C’est nous qui soulignons.
  • 45 Ibid., p. 1. C’est nous qui soulignons.

28La prédication orale du père Nouet disparaît dès qu’elle a été prononcée sur la chaire, alors que les textes d’Arnauld sont écrits et imprimés. Ceux-ci restent seuls vérifiables. Cependant, l’impression qu’il donne qu’ils étaient vérifiables n’était qu’illusoire. Elle ne rendait vérifiable que la stratégie arnaldienne. Arnauld était parfaitement conscient de ce caractère inéquitable, comme en témoigne son emploi du terme « public ». En répétant ce mot, Arnauld explique la signification des « Sermons » prêchés par son adversaire : « Ç’a été une déclamation publique ; faite dans un lieu saint & public, par un prédicateur qui est une personne publique »44. L’indignation d’Arnauld vient de trois faits différents : d’abord, le père Nouet est une personne « publique » ; ensuite, la prédication se fait dans un lieu « saint et public » ; enfin, s’il parle devant un public, son discours se révèle nécessairement « public ». En définissant ainsi l’idée de « public » chez son adversaire, Arnauld attribue une tout autre signification à ce mot : « Ayant donné au public le livre de la Fréquente communion, [...] j’avoue [...] qu’ils m’obligent aujourd’hui de me défendre publiquement contre leurs accusations publiques [...] »45.

29À l’action orale et publique du jésuite, Arnauld s’oppose lui-même par sa propre action publique, d’abord avec la publication De la fréquente communion, puis avec celle de l’Avertissement. Le résultat : seuls les textes imprimés restent vérifiables. Certes l’action polémique engagée par le prédicateur au travers de sa performance est publique. Mais l’écrit et sa publication agissent plus fortement. Le pouvoir d’écriture et de publication s’impose. S’il en est ainsi, nous pourrions lire dans cet affrontement un combat pour l’appropriation de la notion de public. Le père jésuite profitait, en tant que prédicateur, de la meilleure situation, en tant que chargé de prédication extraordinaire dans l’église de la Maison professe des Jésuites, tandis que l’enjeu pour Arnauld, qui ne briguait pas l’avantage que constitue le fait d’avoir un endroit et un public gagnés d’avance, était de créer son public par son écriture. Le père Nouet ne pouvait, ou bien ne voulait pas à son tour compter sur ce moyen médiatique ; en tout cas, il ne fit pas publier son discours. Essayer de rendre la polémique visible par le biais d’une prédication invisible, mais « publique », permet ainsi de visualiser le combat qui se déroule alors autour de la notion de public et les différents moyens déployés pour se concilier le public.

Haut de page

Notes

1 De la fréquente communion, ou les sentimens des Pères, des Papes, et des Conciles, touchant l’usage des sacrements de Pénitence et d’Eucharistie, sont fidèlement exposés : pour servir d’adresse aux personnes qui pensent sérieusement à se convertir à Dieu ; aux pasteurs et confesseurs zélés pour le bien des âmes. Par M. Antoine Arnauld, prêtre, docteur en théologie de la Maison de Sorbonne, Paris, Antoine Vitré, Imprimeur ordinaire du roi, de la reine régente Mère de sa Majesté, et du Clergé de France, 1643, avec privilège, et approbations.

2 Voici la table des matières d’« une première édition » couramment répandue (nous reprenons celle de Gallica) : Avertissement sur quelques sermons prêchés contre ce livre / « Déclaration » d’Arnauld / Préface / Approbations de Messeigneurs les prélats / Privilège du roi / De la fréquente communion / « Lettres de Messeigneurs les prélats approbateurs du livre De la fréquente communion aux papes Urbain VIII et Innocent X pour la recommandation de ce livre » / Table des chapitre / Avertissement sur cette Table. Bien que cette édition soit considérée comme la « première édition », sortie en 1643, cette énumération des éléments de base dévoile qu’elle est hétérogène et qu’elle a été tardivement constituée, puisque la « Déclaration » d’Arnauld date du 14 mars 1644 et que la première lettre des trois « Lettres » a été écrite en avril 1644. En tout cas, le texte que le père Nouet a dû lire ne contenait pas encore l’Avertissement, la « Déclaration » et les trois « Lettres ».

3 Comme nous allons l’expliquer plus loin, l’Avertissement a été préparé comme réponse aux « Sermons » qui voulaient attaquer la première édition du livre d’Arnauld. Quant aux Approbations des approbateurs, il y en avait trente-cinq dans la première édition en 1643, auxquelles douze autres ont été ajoutées après 1645.

4 Avertissement sur quelques sermons prêchés à Paris contre ce livre, Lyon, Claude Rey & L. Plaignard, 1683, p. 1 (c’est nous qui soulignons). Pour des raisons de commodité, nous nous réfèrerons pour l’Avertissement à l’édition de 1683, imprimée à Lyon, de De la fréquente communion.

5 Voir sa «  Satisfaction du P. Nouet, jésuite », dans Œuvres de messire Antoine Arnauld, N. de Larrière et al. éd., Paris-Lausanne, Sigismond d’Arnay, 1775-1783, 43 vol., t. 28, p. 618. Les dimanches de ces mois en 1643 sont les suivants : les 20, 27 août, les 3, 10, 17, 24 septembre et les 1er, 8, 15, 22, 29 octobre. Nous ne savons pas si le manuscrit avait circulé avant l’impression. Mais son impression n’a été achevée que le 26 août selon l’extrait du privilège du roi.

6 Jacques Nouet (1605-1680) entre au noviciat de Rouen en 1623. Il enseigne les humanités et la rhétorique à Paris (1636-1638), et se consacre ensuite à la prédication. Il dirige les collèges d’Alençon et d’Arras (Carlos Sommervogel et Augustin et Aloys De Backer, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, nouvelle édition, 1890-1909 (Martino Publishing Reprint), art. « Nouet, Jacques »).

7 Quand nous parlerons d’un ou plusieurs sermons du père Nouet, nous les désignerons systématiquement par « Sermon(s) » mis entre guillemets et avec S majuscule. Aucun de ses « Sermons » originaux n’est parvenu jusqu’à nous.

8 Voir « Autre projet d’ordonnance ou de lettre circulaire sur le même sujet » dans les Œuvres de messire Antoine Arnauld, op. cit., t. 28, p. 605-608.

9 « Satisfaction du P. Nouet, jésuite », dans ibid., t. 28, p. 618.

10 « Mémoire pour Rome », dans ibid., p. 623.

11 « Lettre de d’Andilly au cardinal Bentivoglio et à M. de S. Chamond Ambassadeur à Rome » : « tous ceux de MM. les prélats approbateurs du livre, qui se sont trouvés à Paris, ne pouvant plus souffrir les artifices & les cabales des jésuites contre mon frère, se sont résolus décrire au Pape, & d’adresser à M. le Cardinal Barberini la lettre [...] » (dans ibid., t. 28, p. 634).

12 Lettres de messeigneurs les prélats approbateurs du livre De la fréquente communion aux papes Urbain VIII et Innocent X. Pour la recommandation de ce livre, reprises dans l’édition 1683 de Lyon, op. cit., p. 821-848. Voir aussi les Œuvres de messire Antoine Arnauld, op.cit., t. 28, p. 628-633 ; ibid., p. 647-655.

13 Sur la stratégie d’Arnauld en tant qu’auteur, je me permets de renvoyer à mon intervention dans le colloque « Littérature(s) et autorité(s) », 23 septembre 2017, Fukuoka (Japon) : « Autorités de derrière : autorités dans la polémique autour De la fréquente communion d’Antoine Arnauld » (inédit).

14 Les fragments sont publiés dans les Œuvres de messire Antoine Arnauld, op.cit., t. 27, p. 674-739.

15 « Avertissement », dans Œuvres de messire Antoine Arnauld, op.cit., p. 22-23.

16 Quand nous parlerons d’un ou plusieurs sermon(s) du père Nouet, nous utiliserons systématiquement « Sermon(s) » avec S majuscule et entre guillemets.

17 D’un côté, définissant la quatrième imposture, Arnauld répond au sixième « Sermon », qui a été fait un dimanche d’octobre, alors qu’à propos du « Sermon », il dit lui-même « quatre dimanches consécutifs » d’un autre côté. Voir Avertissement, op.cit., p. 22 et 26. Il a dû donc commencer à l’écrire après le quatrième « Sermon » et publier son écrit après le sixième « Sermon ».

18 « Conclusion de l’Avertissement sur quelques sermons prêchés (par le père Nouet) contre le livre De la fréquente communion » dans les Œuvres de messire Antoine Arnauld, op. cit. t. 28, p. 31-35. Malgré le titre donné à ce manuscrit lors de la reprise dans les Œuvres de messire Antoine Arnauld, cette « Conclusion » semble avoir été préparée juste après les trois « Réfutations » et avant l’Avertissement. Comment interpréter une phrase telle que celle-ci : « Car qui est celui qui ayant assisté à ces sermons, a pris la peine de lire le Livre, qui n’ait reconnu que toutes ces quatre déclamations insolentes n’ont été autre chose qu’un amas d’impostures et de calomnies, [...] » (p. 32) ? Par ailleurs, plusieurs parties de cette « Conclusion » ne sont que la reprise des « Réfutations. La « Conclusion » n’est-elle, malgré le titre, qu’un fragment d’une autre réfutation encore, qui aurait peut-être constitué une quatrième réfutation ?

19 Avertissement, op.cit., p. 26.

20 Ibid.

21 « Fragment de la réfutation du premier sermon du père Nouet, touchant le livre de la fréquente communion » [imprimé pour la première fois sur le manuscrit original] dans les Œuvres de messire Antoine Arnauld, op.cit., t. 27, p. 674.

22 « Réfutation du second sermon du père Nouet, touchant le livre de la fréquente communion » [imprimé pour la première fois sur le manuscrit original], ibid., t. 27, p. 677-698.

23 « Réfutation du troisième sermon, dont le texte était : Quærite Primum Regnum Dei, etc. » [donné sur une copie fidèle, demeurée jusqu’à présent manuscrite], ibid., t. 27, p. 699-739.

24 « Réfutation du second sermon du père Nouet », ibid., t. 27, p. 677.

25 « Conclusion de l’Avertissement », dans les Œuvres de messire Antoine Arnauld, op.cit., t. 28, p. 33.

26 « Réfutation du second sermon du père Nouet », ibid., t. 27, p. 677.

27 Ibid.

28 Ibid., p. 690.

29 « Réfutation du troisième sermon », ibid., t. 27, p. 711.

30 Ibid.

31 Voir plus haut, n.27.

32 Ici, le mot « injure » est à prendre dans le sens d’une insulte.

33 « Réfutation du troisième sermon », ibid., t. 27, p. 714.

34 Ibid., p. 722-723.

35 Avertissement, op.cit., p. 16.

36 « Réfutation du troisième sermon », ibid., t. 27, p. 735.

37 Ibid., p. 5. C’est Arnauld qui met en valeur les citations par son usage de l’italique. Il explicite aussi la source de la citation. Par exemple, la première de ces phrases du père vient de son quatrième sermon (« 4. Sermon » selon lui), comme si le lecteur pouvait le vérifier sur un écrit.

38 Ibid., p. 5-7. C’est nous qui soulignons.

39 Ibid., p. 7-8.

40 Ibid., p. 17.

41 Le signe b renvoie au premier Sermon du jésuite.

42 Ibid., p. 19-20.

43 Voir la note 37.

44 Ibid., p. 26. C’est nous qui soulignons.

45 Ibid., p. 1. C’est nous qui soulignons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yasushi Noro, « « Injure pour injure » : Une polémique presque invisible autour De la fréquente communion d’Antoine Arnauld »Études Épistémè [En ligne], 38 | 2020, mis en ligne le 01 février 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/8643 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.8643

Haut de page

Auteur

Yasushi Noro

Yasushi Noro est Maître de Conférences en langue et littérature françaises à l’Université d’Okayama au Japon. Il a publié Une vie à la trace. Amable Bourzeis, écrivain(1606-1672) chez Classiques Garnier en 2017.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search