Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38« Plumer le coq gaulois » : éloge...

« Plumer le coq gaulois » : éloge du prince, guerre des images et stratégies médiatiques dans les oraisons funèbres et les catafalques éphémères en l’honneur de Léopold Ier († 1705) et Joseph Ier de Habsbourg († 1711), dans l’Empire et les territoires de la Maison d’Autriche

“Plumer le coq Gaulois”: Praises of Princes, Image Struggle, and Media Strategies in Funeral Orations and Catalfaques in the Honour of Leopold I (d. 1705) and Joseph I (d. 1711) of the House of Hapsburg
Philippine Casarotto

Résumés

À partir des années 1660, ce n’est plus la Maison d’Autriche qui est soupçonnée de vouloir instaurer en Europe une « monarchie universelle », mais le roi Louis XIV, qui mène une politique extérieure offensive. Les oraisons funèbres prononcées à la mort des empereurs Léopold Ier (mort en 1705) et Joseph Ier (mort en 1711) de Habsbourg dénoncent le « machiavélisme » de la politique française ; elles dressent le bilan de ces règnes et brossent le portrait du prince chrétien idéal, mis en relief par son contre-modèle qu’incarne le roi de France. Dans l’Empire et dans la Monarchie habsbourgeoise, les prédicateurs jésuites sont des relais essentiels de ces représentations ; par leurs sermons, ils contribuent à la diffusion des topoi qui circulent dans les libelles et pamphlets. Le clivage entre catholiques et protestants s’efface dans un consensus fondé sur le rejet de l’ennemi commun.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Barbara Stollberg-Rilinger, Des Kaisers alte Kleider  : Verfassungsgeschichte und Symbolsprache des (...)
  • 2 Sur la représentation princière dans les pays de langue allemande, parmi une abondante bibliographi (...)

1La mise en scène prestigieuse dont s’entourent le prince et sa cour est un fondement essentiel du pouvoir1. Le cérémonial, les fêtes, les beaux-arts, la poésie, le théâtre, la musique et l’éloquence, ainsi que les premiers journaux, les libelles (Flugblätter et Flugschriften) et l’historiographie sont autant de médias dans lesquels se forge et se diffuse l’image du prince2.

  • 3 Jutta Schumann, Die andere Sonne  : Kaiserbild und Medienstrategien im Zeitalter Leopolds I., Berli (...)
  • 4 Chantal Grell (dir.), Les Princes et l’histoire du XIVe au XVIIIe siècle, Bonn, Bouvier, 1998.
  • 5 Telesko, op. cit., p. 13.

2Parmi les cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque, les funérailles (Exequien, Leichenbegängnis) sont un moment particulièrement important dans l’élaboration et dans la diffusion de l’image princière à l’époque moderne. La mort du souverain est une rupture qui fragilise le pouvoir, et il est d’autant plus nécessaire d’envoyer aux sujets de la Monarchie comme aux puissances étrangères des messages mettant en scène la stabilité dynastique3. C’est aussi un moment privilégié pour faire acte de mémoire, esquisser le bilan d’un règne et en écrire l’histoire4. D’abord destinée à un public extérieur, la représentation du monarque est aussi « un acte réflexif d’auto-interprétation »5.

  • 6 Telesko, op. cit., p. 11 ; sur le rituel funèbre impérial de 1519 à 1790, et sur la place de l'orai (...)
  • 7 Liselotte Popelka, « Trauer-Prunk und Rede-Prunk. Der frühneuzeitliche Trauerapparat als rhetorisch (...)
  • 8 Telesko, op. cit. (note 2), p. 14.

3La richesse sémiotique des funérailles vient de la variété des moyens qu’elles convoquent. Le rituel remplit sa fonction habituelle : il permet de « visualiser l’ordre hiérarchique »6, notamment lors du convoi funèbre. La messe de requiem, noyau des funérailles, sert à l’absolution des péchés et à l’intercession des vivants pour le défunt (dimension propitiatoire). Architecture et éloquence se répondent : le catafalque éphémère (castrum doloris Trauergerüst), « œuvre d’art total »7, fait écho au sermon funèbre. L’architecture funèbre éphémère trouve son prolongement dans les arts visuels (notamment la gravure), principaux médias de la représentation habsbourgeoise jusqu’au milieu du XVIIIe siècle8.

  • 9 Michael Brix, Die Trauerdekorationen für die Habsburger in den Erblanden, Diss. Phil., Kiel, 1971 ; (...)
  • 10 Voir le Catalogue général d’oraisons funèbres en langue allemande (Gesamtkatalog deutschsprachiger (...)
  • 11 Rudolf Lenz, Eva-Maria Dickhaut, (dir.), Leichenpredigten als Quelle historischer Wissenschaften (5 (...)

4Si le rituel et l’architecture funèbre éphémère9 sont bien connus, l’éloquence funèbre impériale n’a encore jamais attiré l’attention des historiens des représentations et des court studies. Malgré l’importance sociale du sermon, média à la fois oral et imprimé, l’impact de l’oraison funèbre impériale sur le public de la « Frühe Neuzeit » et des Lumières n’a pas été exploré. Pourtant, depuis cinquante ans, le Centre de recherche sur les écrits biographiques (« Forschungsstelle für Personalschriften », Marburg/ Lahn, Dresde) a recensé plus de 230 000 oraisons funèbres en langue allemande, publiées jusqu’en 1800 dans l’espace germanophone (y compris en Pologne)10, et mis en évidence la fécondité de ces textes pour de multiples champs de recherche : histoire, littérature, sociologie, linguistique…11.

  • 12 Sur l’histoire de ce genre oratoire et ses caractéristiques formelles, voir Philippine Dauga-Casaro (...)

5Sur le plan formel, ces discours hybrides tiennent, en contexte catholique, à la fois du sermon chrétien et du panégyrique à l’antique. Ils obéissent à une structure de type homilétique : ils sont fondés sur un thème tiré des Écritures, commenté dans une argumentation qui fait la part belle à l’amplification et à l’érudition antique et biblique12.

  • 13 35 discours sont issus d’un contexte catholique, 3 d’un contexte protestant. Pour 3 discours sur 38 (...)
  • 14 26 discours ont été prononcés en contexte catholique, 4 en contexte protestant. 4 discours n’ont pr (...)
  • 15 Pour un recensement complet des oraisons funèbres impériales, voir Philippine Dauga-Casarotto, Les (...)

6Les oraisons funèbres observent généralement le ton élevé exigé par le contexte cérémoniel et par le genre épidictique, en vertu de l’impératif de bienséance ; les res gestæ illustrant les vertus impériales sont, le plus souvent, générales et imprécises, et il est rarement fait mention de dates et d’événement particuliers. Cependant, le blâme fait parfois irruption dans l’éloge, et certains prédicateurs abandonnent ponctuellement le ton élevé au profit de la polémique. En 1705 et en 1711, dans les oraisons funèbres prononcées lors des funérailles de Léopold Ier et de Joseph Ier, ces saillies sont particulièrement fréquentes : ces discours se font l’écho de l’hostilité franco-autrichienne, qui atteignit son point culminant dans la guerre de Succession d’Espagne (1701-1713/1714). Léopold Ier (1658-1705) s’était éteint après quarante-sept années de règne, alors que son fils cadet Charles III de Habsbourg, proclamé roi d’Espagne, combattait depuis 1703 sur le sol espagnol. 38 discours funèbres ont été prononcés en l’honneur de Léopold Ier, dans l’Empire et dans la Monarchie habsbourgeoise (Bohême et Hongrie comprises)13. Les orateurs s’efforcent de propager l’image d’une Autriche victorieuse et forte, pleinement en mesure de soutenir ses ambitions au-delà des Pyrénées. En 1711, la mort inattendue de Joseph Ier, qui avait succédé à son père Léopold Ier, change la donne géopolitique. Charles III, son frère, doit rentrer promptement à Vienne, pour y prendre la succession de la Monarchie autrichienne, sous le nom de Charles VI. Les intérêts de l’Autriche en Espagne sont anéantis : ses alliés, les Puissances maritimes (Angleterre et Pays-Bas), ne sauraient accepter que quatre couronnes (Espagne, Saint Empire, Bohême et Hongrie) ceignent la tête du Habsbourg. Pourtant, les 30 discours funèbres14 en l’honneur de Joseph Ier continuent imperturbablement de proclamer dans l’Empire et la Monarchie habsbourgeoise la légitimité des prétentions autrichiennes en Espagne, et d’exalter les victoires militaires de l’empereur15.

  • 16 Les autres orateurs se répartissent comme suit : pour Léopold Ier : un dominicain, deux ermites de (...)
  • 17 Schumann, op. cit., p. 36-37. Sur les liens unissant la Maison d’Autriche aux jésuites, voir Dauga- (...)

7À la mort de Léopold Ier, 30 discours sur 38 sont l’œuvre de jésuites. À la mort de Joseph Ier, la proportion est analogue (21 discours jésuites sur 30)16 : les réserves de l’empereur vis-à-vis de la Compagnie n’ont pas eu le temps d’entamer la position dominante des jésuites à la cour, dans les collèges, les Universités et les paroisses. La Compagnie de Jésus joue donc, sans surprise, un rôle prépondérant dans ce que Jutta Schumann, pour éviter le terme de « propagande », appelle « communication persuasive »17. À Vienne et dans les capitales régionales, on choisit, pour prononcer l’oraison funèbre, un prédicateur reconnu. La plupart des orateurs jésuites occupent une fonction importante à la cour (prédicateur et/ ou confesseur), à l’Université (doyen de faculté) ou au sein de la Compagnie de Jésus.

8Quelles sont les spécificités de l’oraison funèbre par rapport à d’autres sources ? En quoi permettent-elles de renouveler notre regard sur l’histoire des représentations ? Quel rôle joue la polémique anti-française dans la création d’une identité impériale et habsbourgeoise ? En quoi les oraisons funèbres contribuent-elles à la diffusion d’une image du prince ?

9Dans un premier temps, en abordant la publication des textes, nous questionnerons le rôle de l’oraison funèbre dans la diffusion d’un idéal princier, en la situant par rapport à un autre média imprimé, le pamphlet, tout en comparant les stratégies de communication à l’œuvre en France et en Autriche. Les thèmes, formes et fonctions de la polémique anti-française seront ensuite passés en revue, afin de souligner la place essentielle qu’occupe la figure de Louis XIV dans la construction de l’image impériale. Enfin, nous montrerons de quelle manière les oraisons funèbres posent la question de la représentation du souverain, en nous intéressant à la métaphore solaire, tantôt désavouée par les prédicateurs, tantôt récupérée au profit de l’empereur, comme ce fut le cas en 1705, dans la ville bi-confessionnelle de Breslau, en Silésie, avec un faste particulièrement spectaculaire. Les textes étudiés ont tous été publiés dans la Monarchie habsbourgeoise (à l’exception de la Hongrie, pour laquelle les sources publiées sont rares, mais en incluant les pays de la couronne de Bohême) et dans l’Empire.

Les trompettes de la Renommée ou le rayonnement de l’image impériale à travers les oraisons funèbres : modalités de diffusion, acteurs, réseaux

  • 18 Jean Schillinger, Les Pamphlétaires allemands et la France de Louis XIV, Berne et al., Peter Lang, (...)
  • 19 Ibid., p. 17, 56.
  • 20 Ibid., p. 54.

10Pour mesurer le rôle de l’oraison funèbre dans la diffusion de l’image impériale, il paraît pertinent de situer ces discours par rapport aux pamphlets et libelles publiés entre 1648 et 1711. Pour comprendre un pamphlet, il fallait, observe Jean Schillinger, disposer d’une information préalable, et donc lire les journaux. « Le public des pamphlets est à rechercher dans les cercles susceptibles de s’intéresser aux affaires politiques »18, c’est-à-dire parmi les personnes proches du pouvoir (princes laïcs ou ecclésiastiques, membres de la bureaucratie, juristes, aristocratie urbaine). La réception ne se limitait cependant pas à ces sphères. Jean Schillinger suppose qu’un pamphlet tiré à 1000 exemplaires et ayant connu cinq éditions pouvait toucher 50 000 personnes19. Ce « public potentiel » ne savait pas nécessairement lire20.

11Il semble plausible de postuler que les lecteurs des oraisons funèbres publiées, qui sont, dans une certaine mesure, des discours politiques, remplissaient les mêmes critères socio-culturels que les lecteurs des pamphlets. Les clercs et les prédicateurs à la recherche de modèles de sermons devaient constituer une part non négligeable du lectorat. Les dévots trouvaient dans ces œuvres une source d’édification, et les lettrés en goûtaient les charmes grandiloquents. Concernant le tirage des oraisons funèbres, on peut estimer qu’il variait entre 200 et 500 exemplaires, et qu’il pouvait occasionnellement en atteindre 2000, comme cela est attesté pour l’oraison funèbre prononcée en l’honneur de Léopold Ier par le jésuite Franz Widman, lors des obsèques officielles célébrées en 1705 en l’église des Augustins de Vienne. L’oraison funèbre prononcée en 1736 par le jésuite Franz Peickhart en l’honneur du Prince Eugène de Savoie fut tirée à 4000 exemplaires ; elle fait figure d’exception. Si chaque oraison funèbre publiée touchait 10 personnes, selon le mode de calcul adopté par Jean Schillinger pour les pamphlets, on peut faire l’hypothèse haute d’un lectorat potentiel de 5000 personnes, pour une oraison funèbre tirée à 500 exemplaires. Dans l’espace de langue allemande, on peut affirmer que le lectorat potentiel des oraisons funèbres impériales publiées était, par conséquent, plus restreint que celui des pamphlets, en observant que la portée littéraire et mondaine du sermon en général était globalement plus importante dans la France de Bossuet, que dans l’Allemagne catholique et en Autriche.

  • 21 Vienne, Haus-, Hof- und Staatsarchiv : Ä. Zerem. A. 20, fol. 1-5 (6 mai 1705) ; Ä. Zerem. A. 23, fo (...)
  • 22 Sur le public des oraisons funèbres, voir Dauga-Casarotto, Les oraisons funèbres impériales, op. ci (...)

12L’oraison funèbre touchait cependant un auditoire bien plus large et sociologiquement plus varié que le pamphlet, dont elle se distingue par son insertion dans un cadre cérémoniel, et par son caractère d’abord oral. Elle était prononcée immédiatement avant la messe de funérailles, qui rassemblait un public très nombreux, dont les sources (protocoles de la cour21, Wiener Diarium, descriptions d’appareils funèbres) soulignent la diversité. Variant selon le lieu et le commanditaire de la cérémonie (cour impériale pour les obsèques officielles, États, autorités municipales, ordres religieux, confréries…), les nobles y côtoient, en observant l’ordre des préséances, la bourgeoisie locale et les gens du peuple, venus assister à la cérémonie, admirer le castrum doloris et entendre le sermon22. Hyperboliquement, ce sont tous les sujets de la Monarchie et de l’Empire, et même du monde entier, qui sont destinataires du message. La célébration d’une ou plusieurs messes de requiem pour le repos de l’empereur défunt était d’usage dans tous les clochers de la Monarchie, fussent-ils les plus modestes et les plus reculés. Il est donc évident que seule une minorité des oraisons funèbres impériales a été publiée, à savoir celles prononcées par des prédicateurs reconnus pour leur maîtrise de l’éloquence, lors de cérémonies célébrées dans les centres de communication importants de la Monarchie et de l’Empire, au carrefour entre les sphères de l’Église, de la cour et de l’humanisme (collèges, universités). Les quelque 250 oraisons et panégyriques funèbres publiés que nous avons recensés dans l’Empire et dans la Monarchie habsbourgeoise entre 1519 et 1792 ne représentent donc qu’une infime partie des discours et sermons prononcés dans le cadre des messes commémoratives.

  • 23 Schumann, op. cit., p. 341.
  • 24 Ibid., p. 380.

13Comme l’observe Jutta Schumann, « dans la ville de Vienne et dans les territoires placés sous la domination de Léopold Ier, […] le sermon sert de moyen de communication »23. Étant donné le maillage territorial de l’Église diocésaine et des congrégations religieuses, l’oraison funèbre constituait un puissant vecteur de l’image impériale. Dans la Monarchie habsbourgeoise comme dans les villes impériales fidèles à l’empereur (Augsbourg, Nuremberg, Ratisbonne…), les oraisons funèbres, comme les sermons, furent le « relais de la propagande impériale » et constituèrent « des points d’appuis essentiels dans l’effort fourni pour influencer l’opinion »24.

  • 25 Ibid., p. 36-37, 305-369.
  • 26 Ibid., p. 226, 377.
  • 27 Ibid., p. 373.
  • 28 Voir ibid., p. 377, 382-385.
  • 29 Friedrich Polleroß, « Sonnenkönig und Österreichische Sonne », Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte, (...)

14Comme les pamphlets, les oraisons funèbres relèvent d’une politique de l’image organisée non par le monarque lui-même, comme ce fut le cas en France, mais « reposant sur des acteurs multiples » (États, villes, universités, communautés religieuses, paroisses, confréries, artistes…) pour reprendre l’expression de Jutta Schumann25. Celle-ci évoque la « passivité »26 de Léopold Ier, qui « ne se souciait pas personnellement de sa représentation publique, mais se reposait sur d’autres cercles pour diffuser son image ». Si la cour de Vienne fit preuve d’un engagement important dans l’organisation de fêtes (notamment lors du mariage de Léopold Ier avec Marguerite-Thérèse d’Espagne, en 1666) et dans la promotion de l’historiographie pro-impériale, les libelles étaient rarement commandités par l’empereur lui-même27. Léopold Ier, cultivant sa réputation de prince pieux et pacifique, se reposait sur le prestige du titre impérial et sur l’image positive des vertus habsbourgeoises héréditaires, véhiculée par la tradition28. Selon Friedrich Polleroß, « à partir des années 1680, et surtout à partir du couronnement de Joseph Ier en tant que roi romain, les beaux-arts se mirent davantage au service de la politique habsbourgeoise », avant que Charles VI n’« institutionnalise la politique artistique à la manière de Louis XIV »29.

Léopold Ier, l’anti-Louis XIV

« L’ombre la plus noire sert à louer la beauté et l’éclat de la vertu »30 : quelques antonomases tirées de l’Antiquité romaine

  • 30 «  Auch der dunckle Schatten dienet zum Lob deß schönen Tugend-Scheins.  » Karl Pfeiffersberg sj, K (...)
  • 31 Voir Katharina Tenti, « Das Geschichtsbild des Renaissance-Humanismus », dans Sascha Foerster (dir. (...)
  • 32 Hartmut Laufhütte, « Der Umgang mit der Antike in Sigmund von Birkens Herrscherpanegyrik », dans Ul (...)
  • 33 Voir Ruprecht Wimmer, « “Constantinus Redivivus”. Habsburg im Jesuitendrama des 17. Jahrhunderts », (...)
  • 34 Sur les références antiques et bibliques dans la représentation princière, voir Dauga-Casarotto, Le (...)

15Les panégyristes ont pour ambition de faire œuvre d’Histoire, et, fidèles à la tradition cicéronienne31, qui considère l’Histoire comme une école de vie (« Historia magistra vitae »), ils ont recours, pour désigner l’empereur, à des antonomases tirées l’Antiquité romaine. Cela leur permet de souligner la filiation entre l’Empire romain et l’Empire allemand sous domination habsbourgeoise, et d’illustrer l’idée de translatio imperii, argument essentiel dans la célébration de la Maison d’Autriche. Quand ils ne s’appuient pas sur l’auctoritas des Écritures, comparant le défunt à Moïse, Salomon, David ou Josué, les prédicateurs puisent à la « fontaine de légitimation » antique32, et exaltent les vertus d’un nouvel Auguste, d’un Constantinus redivivus33 ou d’un Théodose autrichien34.

  • 35 Telle est la fonction qu’Aristote assigne à l’éloge. Rhétorique, trad. Médéric Dufour, Paris, Galli (...)

16Afin de mieux « mettre en lumière la grandeur [des] vertu[s] »35, les prédicateurs jouent sur les contrastes :

  • 36 «  Sofern ich in gedachten Kayserlichen Spill-Saal hinein sehe / so finde ich disseits häβliche Abe (...)

Jetant le regard dans ce théâtre de l’histoire impériale, je ne vois d’un côté que d’affreux épisodes, de furieuses tyrannies, d’épouvantables débauches ; de l’autre côté, j’aperçois de lumineux miroirs de vertu [...]. Tous deux sont utiles à mon propos : de même qu’un tableau se compose de couleurs claires et sombres, d’ombres et de lumières, de même les empereurs vertueux, aussi bien que les mauvais empereurs, servent à esquisser le vivant portrait de Joseph Ier.36

17assure le jésuite Karl Pfeiffersberg dans son oraison funèbre en l’honneur de Joseph Ier, donnée dans l’église de l’Université (actuelle église des Jésuites) de Vienne, les 26 et 27 août 1711.

  • 37 «  Mit sothaner unartigen Herrsch- und Lebens-Arth [haben sie] keinen andern Nahmen erworben / als (...)
  • 38 Voir aussi Gelasius Hieber (OESA), APOTHEOSIS LEOPOLDI PRIMI CAESARIS, Das ist : DargeLegte HeILIgk (...)
  • 39 Voir Winter sj, Drey-mahl-seelige Sanfftmuth [...] Leopoldi I. deß Grossen / Mild-seeligst- und glo (...)

18Dans l’oraison funèbre qu’il prononce en l’église des Augustins de Vienne lors des obsèques officielles de Joseph Ier, le 18 juin 1711, le prédicateur jésuite Christopher Zenneg puise dans le réservoir d’exempla qu’offre l’Antiquité pour attaquer la France de façon indirecte. Le mépris vis-à-vis des fondements divins du pouvoir, affirme Zenneg, est à l’origine de la tyrannie. Joseph Ier, poursuit-il, rejetait « l’inhumaine devise “Quod libet, licet”, incarnée par l’empereur Caracalla et par d’autres “monstres couronnés” (“gekrönte Welt-Monstra”) » ; « à cause de leur piètre style de vie et de gouvernement, ceux-ci n’ont pas mérité d’autre nom que celui de monstres de la nature »37. Devant toute la cour et les ambassadeurs des puissances étrangères, il convenait de ne pas enfreindre les règles de la bienséance par des attaques trop explicites. Mais de toute évidence, pour l’auditoire, l’allusion à Louis XIV était claire. Aux yeux de Zenneg, Joseph Ier, contrairement à Caracalla, choisit la crainte de Dieu, la vertu et la science comme principes de gouvernement. L’empereur Habsbourg ne déclare pas la guerre par orgueil ou passion mais uniquement pour honorer ses alliances, ou pour défendre une juste cause. Amoureux de la paix plus que des armes, il sait terminer la guerre en temps voulu38. Néron et Caligula sont d’autres « tyrans » fréquemment cités par les prédicateurs39.

L’Hercule autrichien contre le Mars christianissimus

  • 40 Philippine Dauga-Casarotto, « Architecture éloquente et monuments de papier à la gloire de la pieta (...)
  • 41 Voir Bruna Philippi, « The Orator’s Performance. Gesture, Word and Image in Theatre at the Collegio (...)
  • 42 Brix, op. cit., «  Katalog  », p. 86-87.

19Les panégyristes jésuites mettent leur connaissance de la mythologie antique au service de la célébration des Habsbourg40. L’objet de leur louange est grandi par la comparaison avec les héros antiques41. Lors des obsèques organisées à la mort de Léopold Ier dans la cathédrale Saint-Étienne de Vienne, à l’instigation du recteur de l’Université de Vienne, Martin Anton von Drahn, le castrum doloris, réalisé par Johannes Hörl, peintre et décorateur de théâtre42, est surmonté d’une statue de l’Hercules Christianus (ill. 1).

1.Apothéose de l’Hercules christianus. Catafalque éphémère érigé en l’honneur de Léopold Ier dans la cathédrale Saint-Étienne de Vienne, lors des obsèques organisées par l’Université (16-18 juillet 1705).

1.Apothéose de l’Hercules christianus. Catafalque éphémère érigé en l’honneur de Léopold Ier dans la cathédrale Saint-Étienne de Vienne, lors des obsèques organisées par l’Université (16-18 juillet 1705).

Johann Thomas Kemmetinger, Auf zeitlichen-Erden-Stritt folgt ewiger Himmels-Frid  ; oder die / vermittels denen Tugend-Verdiensten erworbene / Vergötterung des Christlichen Herculis, in einem beleuchten Sarch-Gerüste vorgestellet [...], Vienne, Matthias Sischowitz Erbin, 1706. © Stiftsbibliothek Klosterneuburg.

  • 43 Sur la figure d’Hercule dans la représentation impériale, voir Friedrich Polleroß, « “Docent et del (...)
  • 44 «  In der Begipfelung sothanes Werkes erblikete man die / auf der Oëtaeischen Bergs-Anhöhung sich f (...)
  • 45 « Apotheosis Herculis Christiani seu Immortalis Virtus LEOPOLDI MAGNI coelo consecrata […]. »
  • 46 Kemmetinger, op. cit. (note 44), p. 3.
  • 47 « Cenotaphium, partam per Virtutes et merita Apotheosim Herculis exhibens, lemmatis ex Augustali Po (...)

20Depuis Charles Quint, qui avait pour emblème les colonnes herculéennes, ce locus a comparatione, qui symbolise la vertu, la force et l’étendue de la domination habsbourgeoise, a été maintes fois exploité dans la représentation princière43. Comme le précise la description de l’appareil funèbre, la mort de Léopold Ier est assimilée à l’apothéose d’Hercule.44 L’argument du castrum doloris est formulé dans une inscription tenue par deux anges sur la troisième marche du socle.45 Au programme architectural se surimpose un commentaire littéraire : des citations d’Horace sont gravées sur des phylactères ou directement sur le monument : pour louer un empereur, peut-on lire dans le livret funèbre, il fallait un poète impérial « qui insuffle une âme à cette œuvre muette »46. Selon le titre de la gravure, ces citations ont été agencées par un jésuite.47

  • 48 «  Emblemata, in factis Herculis facta & virtutes Leopoldi exprimentia, Cenotaphio sparsim apposita (...)

21Quarante emblèmes « fixés en différents endroits du cénotaphe » complètent cette ornementation48. Chaque emblème comprend un titre (inscriptio), une image (pictura) et un commentaire (suscriptio) en-dessous de celle-ci. Dans chaque image est insérée une citation d’Horace, qui développe le titre. La suscriptio met en relation l’aventure mythique avec une vertu ou un exploit de la vie de l’empereur. Cinq emblèmes illustrent l’hostilité entre la France et l’Autriche. Le septième évoque la victoire d’Hercule sur Géryon (ill. 2).

2. Hercule vainqueur du roi Géryon. Emblème fixé sur le catafalque de Léopold Ier lors des obsèques de l’Université de Vienne (1705).

2. Hercule vainqueur du roi Géryon. Emblème fixé sur le catafalque de Léopold Ier lors des obsèques de l’Université de Vienne (1705).

Johann Thomas Kemmetinger, Auf zeitlichen-Erden-Stritt folgt ewiger Himmels-Frid  ; oder die / vermittels denen Tugend-Verdiensten erworbene / Vergötterung des Christlichen Herculis, in einem beleuchten Sarch-Gerüste vorgestellet [...], Vienne, Matthias Sischowitz Erbin, 1706. © Stiftsbibliothek Klosterneuburg.

  • 49 «  Man verstehe an Geryone […] denselbigen Groβ-Praller / so sich folgenden Reims-Spruch verstiglic (...)

22Comme le précise le livret funèbre, « Géryon représente le vantard qui s’attribue la maxime suivante : “J’inspire la terreur par mes armes”. Mais Léopold a aussi vaincu le Très-puissant, comme le prouve Höchstädt 1704 »49.

23Sur la huitième image (ill. 3), on peut voir Hercule chassant le cerf d’Arcadie. Les bois ornés de fleurs de lis facilitent l’interprétation. Dans le livret funèbre, Johann Thomas Kemmetinger explicite et amplifie la signification du symbole :

  • 50 «  Jener gewaltige Hirsch / so die Landschafft Arcadien mit seinem Muth-Will-Schaden / vermittels d (...)

Ce puissant cerf faisait trembler l’Arcadie par les ravages de ses cornes d’or (qui, sur l’image, ont la forme de deux lis) et de ses pieds de bronze. Mais ce qui faisait la terreur de certains, aiguillonnait la vertu d’Hercule, qui mit en fuite ce cervidé que nul autre ne pouvait contraindre […], comme le suggère l’inscription : “Celui qui fait la guerre à tous, a dû s’incliner devant un seul.” Quoiqu’elle inspire la terreur par sa richesse et sa force, et qu’elle domine facilement tous les autres, la France devrait, à son corps défendant, avouer qu’elle a dû s’effacer devant Léopold. [La France] a été maintes fois prise en flagrant délit dans sa malice, et humiliée par les armes. Léopold a pris en tenaille sa puissance militaire engagée contre l’empire universel allemand […].50

3. Hercule chasse le cerf d’Arcadie. Emblème fixé sur le catafalque de Léopold Ier lors des obsèques de l’Université de Vienne (1705).

3. Hercule chasse le cerf d’Arcadie. Emblème fixé sur le catafalque de Léopold Ier lors des obsèques de l’Université de Vienne (1705).

Johann Thomas Kemmetinger, Auf zeitlichen-Erden-Stritt folgt ewiger Himmels-Frid  ; oder die / vermittels denen Tugend-Verdiensten erworbene / Vergötterung des Christlichen Herculis, in einem beleuchten Sarch-Gerüste vorgestellet [...], Vienne, Matthias Sischowitz Erbin, 1706. © Stiftsbibliothek Klosterneuburg.

  • 51 «  Herkules aber kunte disen nachtheiligen Betrug nicht ertragen  ; sondern verfolgete den Rauber s (...)
  • 52 Voir Jean Bérenger, Histoire de l’empire des Habsbourg  : 1273-1918, Paris, Fayard, 1990, p. 367.
  • 53 Voir Klaus Malettke, Les Relations entre la France et le Saint-Empire au XVIIe siècle, Paris, Champ (...)

24Le neuvième emblème (ill. 4) montre le centaure Nessus en train d’enlever Déjanire, l’épouse d’Hercule, « sous prétexte de lui venir en aide ». « Hercule, commente Kemmetinger, ne put pas supporter cette tromperie. Il poursuivit le voleur jusqu’à ce qu’il abandonne sa vie et sa proie : “L’avarice et la tromperie ont suscité la vengeance d’Hercule.” »51 Selon Kemmetinger, Déjanire peut représenter soit la Castille, enjeu de la guerre de Succession d’Espagne, soit la Transylvanie, à laquelle l’Autriche imposa définitivement son autorité en 1691, au cours de la reconquête de la Hongrie52. Le tertium comparationis est, selon Kemmetinger, la forteresse, attribut de Déjanire, emblème de la Castille et de la Transylvanie (en allemand Siebenbürgen), dont le blason aux armes parlantes, dans sa partie inférieure, comporte sept tours. C’est en vertu du « droit d’intervention » que la France, ici figurée par Nessus, soutint la Transylvanie contre l’Autriche53.

4. Hercule se venge du rapt de son épouse Déjanire. Emblème fixé sur le catafalque de Léopold Ier lors des obsèques de l’Université de Vienne (1705).

4. Hercule se venge du rapt de son épouse Déjanire. Emblème fixé sur le catafalque de Léopold Ier lors des obsèques de l’Université de Vienne (1705).

Johann Thomas Kemmetinger, Auf zeitlichen-Erden-Stritt folgt ewiger Himmels-Frid  ; oder die / vermittels denen Tugend-Verdiensten erworbene / Vergötterung des Christlichen Herculis, in einem beleuchten Sarch-Gerüste vorgestellet [...], Vienne, Matthias Sischowitz Erbin, 1706. © Stiftsbibliothek Klosterneuburg.

25Le dixième emblème compare Troie, vaincue grâce aux flèches d’Hercule, à la forteresse de Landau (actuellement dans le Bade-Wurtemberg), objet d’âpres combats entre les Impériaux et les Français entre 1702 et 1704. Enfin, le onzième emblème évoque la délivrance par Hercule de la princesse troyenne Hésione, allégorie de Gibraltar, prise par les Impériaux et leurs alliés en 1704.

  • 54 Voir Jean-Marie Apostolidès, Le Roi-machine  : spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, (...)
  • 55 Friedrich Carl von Moser, Teutsches Hof-Recht, Francfort, Leipzig, Andreä, 1754-1755, vol. 1, p. 39 (...)
  • 56 Voir Dauga-Casarotto, Les oraisons funèbres impériales, op. cit., t. 1, p. 201‑215 ; Helmut Grössin (...)
  • 57 Cf. le titre de l'oraison funèbre de Raymund Fizing op, Justus Dolor et justa Querela, oder der bil (...)

26Cette « mythistoire »54 de l’Hercules austriacus est un élément de l’apparat déployé par l’Université de Vienne aux obsèques de l’empereur Léopold Ier. « Si un prince possède une Université en ses États, celle-ci reçoit également des ordres relatifs aux cérémonies à organiser en l’honneur du mort », précise Friedrich Karl von Moser dans le chapitre qu’il consacre aux funérailles princières55. Depuis les obsèques de Ferdinand Ier et jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le faste funèbre, au-delà de l’hommage à la dynastie, est un instrument de l’auto-célébration de l’Université, partiellement dominée, depuis une sanction pragmatique publiée par Ferdinand II en 1623, par les jésuites56. Le devoir de saluer la mémoire de son prince fournit à la « très fidèle et obéissante Université »57 l’occasion de faire montre de son prestige et des liens privilégiés qui unissent la dynastie habsbourgeoise à la Compagnie de Jésus. Grâce à son réseau de collèges et d’universités, celle-ci participe activement à la promotion de l’image impériale dans la Monarchie habsbourgeoise et dans l’Empire.

  • 58 Voir Schumann, op. cit., p. 205, 208-212.
  • 59 Ibid., p. 137.
  • 60 Malettke, Les Relations entre la France et le Saint-Empire, op. cit, p. 666.
  • 61 Olivier Chaline, « Ludwig XIV. und Kaiser Leopold I. als Herrscher. Mythos oder Wirklichkeit des ab (...)
  • 62 Bérenger, op. cit., p. 404.

27L’image de Léopold Ier se construit contre celle de l’« Apollon français »58, et cet antagonisme a pour effet de durcir la caricature. Les emblèmes précédemment évoqués mettent en scène un empereur contraint à la guerre par son agresseur. Le tempérament pacifique de Léopold Ier, à l’opposé de son belliqueux cousin, est systématiquement souligné dans les oraisons funèbres, qui reprennent les topoi présents dans les libelles de la seconde moitié du XVIIe siècle59 : Léopold y apparaît comme un monarque répugnant à verser le sang. De fait, selon Malettke, l’Empire et l’empereur, au cours de la plus grande partie du XVIIe siècle, « prirent rarement l’initiative politique » ; sur le plan des images et de la politique médiatique, Louis XIV se montrait aussi agressif que dans sa politique extérieure, et l’empereur devait se contenter de « réagir »60. Olivier Chaline61 et Jean Bérenger62 insistent cependant sur le bellicisme de l’empereur au moment de la guerre de Succession d’Espagne.

Virtus austriaca contre hybris versaillaise : Louis XIV, un repoussoir moral63

  • 63 Voir Maria-Helene Savvides, « Jüdisch-christliches und griechisch-römisches Geschichtsdenken », dan (...)
  • 64 Voir Peter Burke, Louis XIV  : les stratégies de la gloire, Paris, Seuil, 1995, p. 138 sqq.

28La tyrannie de Louis XIV va de pair avec ses mœurs débauchées, affirment les prédicateurs64. Refusant de séparer politique et éthique, ils adoptent la perspective des historiographes antiques, qui voient dans la déchéance morale la cause du déclin de Rome.

  • 65 Jean Schillinger, Les Pamphlétaires allemands, op. cit., p. 80-104.
  • 66 Liborius à Sancta Barbara, Das grosse Tugend-Hertz Carl des Sechsten [...], Vienne, Johann Ignaz He (...)
  • 67 «  Eine Beförderin der Catholischen Religion.  » Simon Carpinsky sj, Die hinterlassene Klarheit der (...)
  • 68 «  Ein Adler [flog] bey ihme [vorüber] / und [warff] in seine Schoß einen schönen Künstlich gemacht (...)
  • 69 «  Als unser [...] Kayser von [seiner] Heyrath gedachte / warff ihm der Römische Reichs-Adler / das (...)
  • 70 Voir Jean-Marie Valentin, Le Théâtre des Jésuites dans les pays de langue allemande (1554-1680)  : (...)

29Les prédicateurs louent la sobriété dans l’usage de la nourriture et de la boisson (« Tafel »), la modération dans le luxe vestimentaire (« Kleidung ») et le mépris envers les fastes de la cour, autant d’attaques implicites contre la cour du roi de France65. Dans son oraison funèbre en l’honneur de Charles VI (1740), Liborius a Sancta Barbara oppose « le luxe vestimentaire » (« Kleider-Pracht ») à « l’éclat de la vertu » (« Tugend-Schmuck »)66. L’amour conjugal et la fidélité entre époux sont des sujets particulièrement présents dans les oraisons funèbres de 1705. Gelasius Hieber, par exemple, loue Léopold Ier de n’avoir pas imité David, amoureux de Bethsabée. Ces thèmes sont absents des discours de 1711 : Joseph Ier délaissait son épouse, et lui transmit une maladie vénérienne. En 1705, lors des funérailles célébrées par le Collège jésuite de Breslau, Simon Carpinsky ne consacre pas moins de deux pages et demie au mariage entre Léopold Ier et sa troisième épouse, Éléonore Madeleine Thérèse, dont il avait été le confesseur. Tandis que d’autres monarques établissent leur trône dans le ciel de Mars ou de Vénus (c’est-à-dire s’adonnent à la guerre et aux plaisirs de la chair), Léopold, affirme Carpinsky, est un modèle de chasteté. Le choix de son épouse n’a pas été dicté par la recherche de la sensualité, mais par la volonté de Dieu et de la Vierge Marie. L’empereur s’est rendu en pèlerinage à Mariazell, afin de demander à la Providence une épouse d’une piété fervente et « qui défendrait la religion catholique »67. Léopold n’a pas imité ce roi d’Égypte qui, comme le rapportent Strabon et Aelianus, vit choir à ses pieds une ravissante pantoufle dérobée par un aigle à une charmante jeune fille pendant son bain68 ; le roi, dont le cœur s’enflamma à cette vue, décida d’épouser la jeune fille, « honorant la pantoufle au lieu d’honorer l’autel de Dieu. »69 Le topos du mariage princier traverse également le théâtre des jésuites et l’œuvre dramatique de Daniel Casper von Lohenstein70.

Repraesentatio majestatis : l’image du prince, enjeu des funérailles

La « modestie habsbourgeoise » contre la « superbe » de la France

30Un emblème réalisé en 1705 à l’occasion des obsèques célébrées en l’honneur de Léopold Ier par la Compagnie de Jésus de Graz montre un atelier où sont imprimées des images de l’empereur (ill. 5).

5. Modestie et humilité de Léopold Ier, qui préfère le jugement de Dieu à celui des hommes. Graz, Collège jésuite, 1705.

5. Modestie et humilité de Léopold Ier, qui préfère le jugement de Dieu à celui des hommes. Graz, Collège jésuite, 1705.

Mausolaeum Augustissimis Manibus Leopoldi I. Romanorum Imperatoris [...]. Trauer-Gerüst Zu Ehren deß in Gott seeliglich verschiedenen Römischen Kaysers [...], Graz, Johann Peter Sutor, 1705, p. 11. © Stiftsbibliothek Klosterneuburg.

  • 71 «  So hat er doch jene sein Abbildung vor anderen geliebet / welche zuvor GOtt mehr gefallen hat.   (...)
  • 72 Voir Schumann, op. cit., p. 373.
  • 73 Ibid., p. 226.

31Selon la subscriptio, Léopold Ier « préfère celle qui plaît le plus à Dieu »71. Les Jésuites avaient donc conscience du rôle de la gravure dans la diffusion de la repraesentatio majestatis. Sur cet emblème, l’empereur n’apparaît pas comme le commanditaire des portraits qui sortent de la presse ; il se contente d’exprimer une préférence. Jutta Schumann a montré que, par rapport à la France, la cour de Vienne prend conscience plus tardivement des enjeux de la représentation princière, et de l’influence qu’elle peut exercer dans ce domaine72. Les prédicateurs imputent cette « passivité »73 à la modestie de l’empereur.

  • 74 «  Verstiege sich vielleicht Leopoldus auf einem stoltzen Pferd / und liesse ihme wie König Nabucho (...)
  • 75 « Tous les peuples, nations et langues se prosternèrent, faisant adoration à la statue d'or qu'avai (...)
  • 76 «  Lasset die alte Kayser zu Pferd sitzend / die bestrittene / oder überwundene Länder an Ketten ge (...)
  • 77 Voir Burke, op. cit. (note 64), p. 98-102.
  • 78 Joël Cornette, Le Roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, P (...)
  • 79 Voir Hendrik Ziegler, Der Sonnenkönig und seine Feinde. Die Bildpropaganda Ludwigs XIV. in der Krit (...)
  • 80 Voir ibid., p. 75-79, 103-126.
  • 81 Ibid., p. 75.
  • 82 Voir Schillinger, Les pamphlétaires allemands, op. cit., p. 131-137.

32Les discours funèbres sont le lieu d’une réflexion sur la représentation du prince chrétien. « Léopold, perché sur une fière monture, aurait-il, comme le roi Nabuchodonosor, fait ériger une statue, les sabots de son cheval piétinant la nuque des autres peuples ? » demande Gelasius Hieber74. Cette référence au roi de Babylone, récurrente dans les pamphlets contre Louis XIV, dissimule une accusation d’idôlatrie75. « Laissez les empereurs antiques, tête couronnée, le sceptre à la main, défiler en grande pompe sur leurs chevaux, les pays convoités ou vaincus enchaînés sous les sabots », renchérit Matthias Pecher76. Ces allusions sont une critique implicite de la « campagne des statues »77 orchestrée en 1685-1686 par Louis XIV. Ces années virent l’érection, à Paris et dans plusieurs villes de province, d’une série de statues équestres de Louis XIV visant à « faire communier les sujets dans la représentation d’une monarchie de gloire »78. Les représentations de Louis XIV à cheval, « à la romaine » furent dénoncées dans plusieurs pamphlets79. Les deux prédicateurs que nous venons de citer, Hieber et Pecher, visent plus précisément la statue inaugurée Place des Victoires, à Paris, en 1686, qui avait suscité une importante vague d’indignation, parce que les monarchies vaincues par la France pendant la Guerre de Hollande (l’Empire, l’Espagne, la Hollande et le Brandebourg), assises sur le piédestal où se dressait Louis XIV à cheval, étaient représentées tête nue, enchaînées, et qu’elles étaient aisément reconnaissable grâce à leur blason80. Ces deux prédicateurs épinglent donc le non-respect des traditions iconographiques. « Ce qui était nouveau et inhabituel, c’était le caractère agressif et tape-à-l’œil » de cette œuvre, « qui ne se contentait pas d’une banale glorification du souverain, mais humiliait explicitement certains de ses ennemis politiques clairement identifiables. »81 Aux yeux des prédicateurs autrichiens, Louis XIV, en instituant un culte idolâtre autour de sa propre personne, retombait dans le paganisme82. L’inscription « Viro immortali », qui ornait la statue de la Place des Victoires, suscite également l’ironie du jésuite Heinrich Kellerhaus, qui s’écrie, lors des obsèques célébrées par la Compagnie de Jésus d’Innsbruck en l’honneur de Joseph Ier :

  • 83 Allusion à Horace, Odes III, 30 : « Exegi monumentum aere perennius ».
  • 84 Cf. Genèse chap. 37, v. 9 : « Il eut encore un autre songe, qu'il raconta à ses frères. Il dit : J' (...)
  • 85 «  So rühme dann Franckreich deinen grossen Ludwig / richte ihme von achtzig tausend Pfund Metall e (...)

Glorifie donc, ô France, ton grand Louis ; dresse-lui une colonne en bronze de quarante tonnes ; appelle-le « vainqueur éternel ». Plus grand que lui est notre empereur d’une grandeur incomparable, car il a rabaissé sa grandeur ; il a vaincu cet éternel vainqueur ; c’est pourquoi il mérite un monument éternel, non pas de bronze, mais de diamant83. Le soleil s’est incliné devant notre Joseph, non pas en rêve, mais dans les faits84 ; et celui qui jugeait le monde entier trop étroit pour y darder ses rayons, est à peine en mesure d’éclairer un seul pays. L’édifice de la domination française universelle, à laquelle la France a travaillé pendant plus de cent ans, s’est écroulé en six ans.85

  • 86 Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa, op. cit., p. 307 ; voir aussi Burke, op. cit., p. 138

33Kellerhaus tourne en dérision un roi de France « pénétré du sentiment de sa puissance »86, à grand renfort de figures de style : apostrophe, polyptotes (« grand – grandeur » ; « vaincu – vainqueur »), surenchère (le bronze pour Louis XIV, le diamant pour Léopold), assimilation de l’empereur au Joseph de la Genèse.

  • 87 «  Gleichwie andere Völcker ihren Königen beygelegt den flattierenden Nahmen eines Grossen / also w (...)

34Gelasius Hieber juge la « sainteté » plus glorieuse que la « grandeur » : « D’autres peuples ont gratifié leur roi de ce qualificatif flatteur. Léopold, cependant, refusa tant qu’il vécut d’être appelé “grand” en ce monde ; c’est pourquoi nous lui décernons après sa mort le titre de “saint”, qu’il a largement mérité. »87 Cet attribut ayant choqué les protestants, le prédicateur dut s’en justifier dans une apologie publiée en même temps que son oraison funèbre.

35Déjà en 1657, Christoph Traut opposait l’idéal du prince humble et soumis à Dieu, incarné par Ferdinand III,

  • 88 «  Wo wie vil Herrlicher ist unser Groβmächtigster Kayser in dieser seiner Demuth / als jene stoltz (...)

aux fiers monarques qui se promènent en grande pompe sur leurs chars de triomphe, tirés par quatre cerfs, comme Aurélien, par quatre éléphants apprivoisés, comme Alexandre Sévère et Pompée, par quatre lions, comme Jules César, ou par quatre licornes comme Tibère, à la recherche du prestige et de la gloire humaine.88

  • 89 Josef Spindler sj, Betrübtes Liebs-Andencken dero von GOtt vnd denen Menschen allzeit beliebten […] (...)
  • 90 Ibid.
  • 91 Nicolas Avancini sj, « Panegyricus funebris Serenißimo ac Potentißimo Germaniae, Vngariae ac Bohemi (...)
  • 92 «  O grosse Herren  ! “Exemplum dedi vobis”, das ist ein Stuck von Ihro Kayserlichen Majestät dem H (...)

36Pour Ferdinand III, au contraire, la plus grande gloire consistait, dit Traut, à s’abaisser devant le Saint Sacrement. Ce passage est plagié par Joseph Spindler en 1705. L’agenouillement de Ferdinand devant le Saint Sacrement vaut à Léopold Ier l’épithète de « nouveau David »89. Selon Spindler, l’empereur ne craignait pas de porter atteinte au prestige de son rang en s’humiliant devant Dieu : « Il professait combien il tirait peu d’orgueil de sa dignité impériale, au regard de Celui qui gouvernait le ciel et la terre »90. Nicolas Avancini affirmait à propos de Ferdinand IV que la dévotion eucharistique, caractéristique de la pietas austriaca, ne nuisait pas à la majesté impériale, ni au respect que lui vouaient les peuples91. À propos du lavement des pieds auquel se livre l’empereur chaque année, le jeudi saint, Hieber place dans la bouche de Léopold Ier les mots suivants, contenant une citation des paroles du Christ lavant les pieds de ses disciples : « Ô Grands de ce monde ! “Je vous ai donné un exemple” ; voilà comment se manifeste la majesté impériale de saint Léopold Ier. »92

  • 93 Matsche, op. cit., vol. 1, p. 123.
  • 94 Selon Gerolf Coudenhove et Wilhelm Mrazek, Die Wiener Pestsäule. Versuch einer Deutung., Vienne, He (...)
  • 95 Ibid.
  • 96 Ziegler, op. cit., p. 75, 127, 129.
  • 97 Thomas Winkelbauer, Ständefreiheit und Fürstenmacht  : Länder und Untertanen des Hauses Habsburg im (...)

37Franz Matsche fait observer que le motif de la statue équestre reste rare dans l’Autriche des Habsbourg93. Cette remarque vaut pour les castra doloris érigés à l’occasion des obsèques impériales. Un seul – installé en 1705 dans l’église des Jésuites de Vienne – contient une représentation de l’empereur à cheval. À la statue équestre, symbole de la superbe française, les oraisons funèbres opposent la colonne de la Peste inaugurée en 1692 sur le Graben, à Vienne, où l’empereur implore la Trinité d’éloigner de Vienne le fléau de la peste. On ne connaît, dans toute l’Europe, aucune autre représentation à genoux d’un monarque contemporain de Léopold Ier94. La colonne de la Peste de Vienne ne fait allusion à aucune victoire militaire, alors qu’elle fut construite entre 1679 et 1692, période pendant laquelle l’armée impériale se couvrit de gloire en Hongrie95. Pour Hendrik Ziegler, elle est la réponse de Léopold Ier « à la politique mémorielle de Louis XIV, qui avait fait auparavant l’objet de virulentes attaques ». Ziegler y voit un « contre-programme aux monuments français des années 1680 », comme un « Sonderweg habsbourgeois » qui se démarquait de la fonction assignée par les Bourbons aux monuments […] »96. Dans l’élaboration de ce programme architectural, Léopold Ier avait pris conseil auprès de son confesseur, le jésuite Franz Menegatti97. Les prédicateurs tirent argument de cette sculpture pour promouvoir leur vision du pouvoir princier.

La métaphore solaire, entre appropriation et adaptation

  • 98 Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa, op. cit., p. 331.
  • 99 Voir Friedrich Polleroß, « Zwischen Konfrontation und Imitation. Französische Einflüsse am Wiener H (...)
  • 100 Friedrich Polleroß, « Sonnenkönig und Österreichische Sonne », op. cit., p. 239‑256 ; voir aussi Sc (...)

38« La France de Louis XIV était un modèle qui attirait le monde entier, et un ennemi qui le faisait trembler »98. Dans un double mouvement d’attraction et de répulsion, l’empereur Habsbourg revêt ou rejette certains traits du Mars christianissimus français99. Friedrich Polleroß a montré que, depuis le XVIe siècle, dans les deux monarchies ennemies, les représentations (le soleil, Hercule, Apollon) s’opposent et se répondent dans une surenchère permanente100.

  • 101 Ziegler, op. cit. (note 79), p. 28-41, 54-74 ; sur la métaphore solaire, voir aussi François Bluche (...)
  • 102 Heinz Schilling, Das Reich und die Deutschen. Höfe und Allianzen  : Deutschland 1648-1763, Berlin, (...)
  • 103 Carpinsky sj, op. cit. ; Innocenz Englsperger osb, Glorwürdigster Ehren-Lauff der Oesterreichischen (...)
  • 104 Franz Xaver Pfyffer sj, Schmerzlichster Untergang der Aller-Durchleuchtigsten Sonn […] CAROLI VI [. (...)
  • 105 «  Der Glantz, und die Strahlen dieser grossen Tugend-Sonne  ». Joseph Socher sj, Lob- und Trauer-R (...)
  • 106 «  [...] Welchen Sattsamb mit Worten zu verfassen die Wohl-redenheit selbsten dörffte zu kurtz komm (...)
  • 107 «  Darumen sorge ich / daß ich nicht mit dem Schatten einer untüchtigen Rede das Liecht [der kayser (...)

39La genèse de l’imagerie solaire de Louis XIV a été reconstituée par Hendrik Ziegler, qui analyse également les critiques et les tentatives de réappropriation qu’elle suscita, notamment à Vienne101. Heinz Schilling102 rappelle que c’est pendant la guerre de Succession d’Espagne que la propagande viennoise s’est emparée de la symbolique solaire. Presque toutes les oraisons funèbres de 1705 et 1711 reprennent occasionnellement l’image du soleil, métaphore traditionnelle de la royauté. Quatre oraisons funèbres l’introduisent dès le titre, et l’exploitent de façon privilégiée103. On la trouve encore en 1740, aux obsèques de Charles VI104. Parmi les différents tertii comparationis entre le soleil et le monarque, le plus fréquent consiste à dire que le monarque dispense à tous ses sujets les bienfaits de ses lois, tel un soleil dont les rayons profitent à chacun. À l’ouverture de son oraison funèbre en l’honneur de Charles VI, le jésuite Joseph Socher évoque « l’éclat et les rayons de ce soleil de vertu »105. Joseph Spindler reprend le topos du sujet qui dépasse le discours (Materia transcendat opus) : l’éloquence est aussi impuissante à décrire le soleil, qu’à dépeindre la gloire de l’empereur106. Elle risque même d’en offusquer l’éclat. Telle est la crainte d’Anton Staudinger : « C’est pourquoi je crains, au lieu de célébrer la lumière du soleil impérial, d’en offusquer l’éclat par l’ombre d’un discours médiocre »107.

  • 108 Titre de l’oraison funèbre de Ferdinand Widman sj : Morgen-Stern bey der Sonne. Der Kaiser mit Gott (...)
  • 109 Anton Walter sj, Schrifft-mässiger höchster Ehren-Flug der Himmlischen Reichs-Adler […], Ratisbonne (...)

40Dans l’oraison funèbre prononcée par le jésuite Ferdinand Widman en l’honneur de Léopold Ier en l’église des Augustins de Vienne, lors des obsèques de la cour, Léopold est assimilé à une étoile, et non au soleil : « L’étoile du matin proche du soleil. L’empereur avec Dieu. Ou bien : Léopold Ier, qui s’est éteint au zénith de ses vertus impériales, vécut avec Dieu et mourut en Dieu »108. La hiérarchie de la Création est respectée : l’empereur reste une créature dépendante de la divinité, comme l’étoile qui règle sa course sur celle du soleil. Enfin, de nombreux discours reposent sur l’allégorie de l’aigle prenant son envol vers le soleil divin109.

Les obsèques célébrées à Breslau en 1705 : quelles représentations impériales dans une ville bi-confessionnelle ?

  • 110 Olivier Chaline, La Reconquête catholique de l’Europe centrale. XVIe XVIIIe siècle, Paris, Cerf, (...)
  • 111 Winkelbauer, op. cit., vol. 2, p. 69.
  • 112 Voir Norbert Conrad et Werner Conze (dir.), Deutsche Geschichte im Osten Europas. Schlesien, Berlin (...)
  • 113 Carsten Rabe, Alma Mater Leopoldina. Kolleg und Universität der Jesuiten in Breslau 1638-1811, Colo (...)
  • 114 Marie-Thérèse Mourey, «  Hoffmannswaldaus Cato als Sinnbild der schlesischen Ablehnung der kaiserli (...)

41À Breslau, en 1705, les obsèques de Léopold Ier furent célébrées de façon particulièrement ostentatoire par le collège et l’université jésuites, dans un contexte de tensions confessionnelles. La Silésie, habsbourgeoise depuis 1526, avait obtenu en 1609 des privilèges accordant aux fidèles de la Confession d’Augsbourg des droits analogues à ceux des catholiques. Mais suite à la bataille de la Montagne Blanche (1620), la contre-réforme fut appliquée avec l’aide de la Compagnie de Jésus110, si bien qu’en 1700, « l’existence du protestantisme semblait menacée dans de vastes régions de Silésie »111. Le collège jésuite, existant dès 1638, fut confirmé en 1649 par Ferdinand III, malgré l’opposition du Conseil de la ville et des États de Silésie, luthériens112. En 1657, la Vierge de l’Apocalypse (la lune de la puissance ottomane sous ses pieds, écrasant le serpent de l’hérésie protestante), trônait au sommet du castrum doloris pyramidal érigé pour Ferdinand III par le collège de Breslau113. Dans une ville encore largement luthérienne, la cérémonie funèbre jésuite devenait une démonstration de la contre-réforme triomphante. En 1659, Léopold Ier mit le Palais de la ville à la disposition des jésuites, brisant la résistance énergique de la Chambre de Breslau, qui occupait jusqu’alors ce bâtiment hautement représentatif ; en 1670, l’empereur donna définitivement le Palais à la Compagnie. Les jésuites disposaient désormais d’un cadre prestigieux en plein cœur de la ville. L’hostilité des autorités municipales de Breslau vis-à-vis du pouvoir habsbourgeois trouve son expression dans le Caton de Christian Hoffmann von Hoffmannswaldau, ainsi que dans l’œuvre de Daniel Casper von Lohenstein114.

42Devant le succès du collège, une faculté de Théologie vint poser les bases de la future université, qui fut créée en 1702. Les magistrats de la ville, les corporations et la bourgeoisie marchande opposèrent une résistance opiniâtre à cette montée en puissance du catholicisme. Mais ils ne purent empêcher, le 15 novembre 1705, jour de la saint Léopold, l’inauguration solennelle de l’Alma Mater Leopoldina. C’est dans ce contexte que furent célébrées les obsèques impériales les 8, 9 et 10 juillet 1705, peu avant l’inauguration de l’Université. Elles rendent hommage à celui qui fut le plus grand bienfaiteur du Collège et de l’Université. Elles reflètent la position dominante acquise par la Compagnie grâce à la protection impériale.

  • 115 Anonyme, Parelium Leopoldinum  ; sive Leopoldus Primus [...] Augustissimi Nominis Sui Anagrammatism (...)
  • 116 Voir Popelka, op. cit., p. 38, 47.
  • 117 Voir «  Le ciel et les astres en devises  », dans Claude-François Ménestrier, La philosophie des im (...)

43Les obsèques de 1705 possèdent le même caractère ostentatoire que la fête organisée en 1676 par les jésuites de Breslau pour célébrer la canonisation du Général de l’ordre, François Borgia. Le castrum doloris – dont aucune reproduction n’a été retrouvée – est surmonté d’un grand soleil portant à sa périphérie le nom de LEOPOLDUS, et son anagramme, SOLE DUPLO115. La guerre des images et des devises se déploie dans cette oraison funèbre sur un mode érudit : le prédicateur a recours au locus notationis ou locus ethymologiae, reposant sur l’inversion anagrammatique du prénom impérial116. C’est une réponse implicite aux devises solaires utilisées pour qualifier Louis XIV117. Dans son titre, la description de l’appareil funèbre explicite la métaphore du double soleil :

  • 118 Parhélie, ou double soleil : « Phénomène lumineux qui, comme celui du halo, est produit par la réfl (...)
  • 119 Parelium Leopoldinum ; Sive LEOPOLDUS Primus, op. cit.

Parhélie léopoldine118 ; ou, si l’on intervertit certaines lettres de l’Auguste nom, on obtient SOL DUPLUS : soleil double. Soleil double par sa naissance, sa vie et son déclin, double soleil amèrement pleuré après sa mort dans une affliction chargée d’ombre [...].119

  • 120 Cf. page de titre : « Coram Senatu, Populoq. Academico ».
  • 121 Johann Kugler sj, Parelion academicum, sive Augustissimus Imperator Leopoldus, Sole duplo, Sapienti (...)
  • 122 « Et Thronus ejus sicut sol. » (Ps. 88, v. 38).

44Un premier discours funèbre fut prononcé en latin, devant les autorités de la ville et les représentants de l’Université120, par le doyen de la faculté de théologie sur le même thème que le catafalque121. L’oraison funèbre du jésuite Simon Carpinsky, déjà évoquée plus haut, file la métaphore. L’éclat solaire de Léopold Ier, thème du sermon122, est d’abord mis en relation avec sa chasteté conjugale (cf. supra), puis avec ses victoires militaires. Suit une longue polémique contre Louis XIV et la raison d’État, un thème sur lequel catholiques et protestants de Breslau pouvaient tomber d’accord. Mais dans sa péroraison, empreinte d’un triomphalisme contre-réformateur, Carpinsky laisse éclater sa fierté, en évoquant la fondation par Léopold Ier de l’Université jésuite de Breslau :

  • 123 «  Nun wirfft sich zu seiner Leich / die allermindeste Gesellschafft JESU / lebet und stirbet ewig (...)

Et maintenant, l’humble Compagnie de Jésus se prosterne devant son cadavre ; elle est liée à jamais, dans la vie comme dans la mort, au nom de l’Autriche ; elle reconnaît que l’empereur Léopold [...] lui a été donné par Dieu ; elle reconnaît avoir été comblée de bienfaits et sauvée par lui de mille persécutions et de mille injures ; elle ­professe que Léopold fut son plus grand protecteur. Si le Collège de Breslau possède une église dont les autels abritent le Vrai Dieu [...], si la Compagnie de Jésus peut loger dans une maison de pierre, c’est l’œuvre de Jésus-Christ le Charpentier et de Léopold. L’honorable Université jaillie, non pas du cerveau de Jupiter, mais du cœur, de la volonté et de la grâce de [...] Léopold, répand, pénétrée de reconnaissance, les saintes cendres, les sages cendres de celui-ci sur la tête de ses professeurs.123

45Le discours se clôt sur une apostrophe du roi Josué au Soleil :

  • 124 « Ihro Majestät […] JOSEPHUS […] mit Stimm und Wunsch des Glorreichen Obsiegers Josue zugeruffen  : (...)

Sa Majesté impériale Joseph Ier […] s’écrie avec le glorieux vainqueur Josué : “Soleil, arrête-toi ! Éclaire-nous depuis le trône de notre père, et dirige tes rayons contre nos ennemis ! Toi qui as éclairé notre père [Léopold Ier] d’une paix qui, au milieu de tant d’orages, n’a jamais cessé de briller, toi qui, dans son ascension comme à son zénith et à son crépuscule, fus pour lui un double soleil, démultiplie-toi pour nous, à la prière de notre père, en de nombreux soleils ! ”124

  • 125 « C'est alors que Josué s'adressa à Yahvé, en ce jour où Yahvé livra les Amorites aux Israélites. J (...)
  • 126 «  […] Und sollte Er beederseiths [im Reich und in Ungarn, ndlr] ein Sighaffter Josue seyn / umb hi (...)

46Comme Carpinszky, Christoph Zenneg glose le récit de la victoire remportée par Israël contre les Amorites, avec le miracle opéré par le roi Josué125, qui ordonna au soleil et à la lune d’arrêter leur course : « [Léopold] devait devenir le Josué victorieux qui allait arrêter dans leur course le soleil de la France et la lune turque. »126 Lors des obsèques de Léopold Ier, célébrées par le Collège jésuite de Vienne en 1705, la bataille d’Höchstädt et la reconquête de la Hongrie sont assimilées sur un emblème à la victoire de Josué sur les Amorites (ill. 6).

6. « La bonne cause triomphe aussi par des prodiges. »

6. « La bonne cause triomphe aussi par des prodiges. »

Collège jésuite de Vienne, obsèques de Léopold Ier (1705). VENERATIO POSTHUMA Collegii Caesareo-Academici Societatis Jesu VIENNAE [...]. Nachschallender Ehren-Ruhm [...] LEOPOLDI I., Vienne, Johann Baptist Schönwetter, 1705, fol. D 1 ro. © Stiftsbibliothek Klosterneuburg.

  • 127 Voir Schumann, op. cit., p. 188, 383 ; Ziegler, op. cit. (note 79), p. 64-65 sqq.
  • 128 Voir notamment Spindler sj, op. cit. ; Andreas Sax sj, Leopoldus der Erste und Grosse [...], Brünn (...)

47L’anagramme « Leopoldus / Pello duos » (« J’en chasse deux »), très fréquent dans les gravures, les médailles, les pamphlets127 et les oraisons funèbres128, est une variante de ce topos qui retourne la métaphore solaire contre Louis XIV.

  • 129 Lothar Noack, Christian Hoffmann von Hoffmannswaldau (1616-1679)  : Leben und Werk, Berlin, Boston, (...)
  • 130 Samuel von Königsdorff, Lob-Rede Der Römisch-Kayserlichen auch zu Hungarn und Böheim Königlichen Ma (...)
  • 131 Christian G. Jöcher et Johann Christoph Adelung, Allgemeines Gelehrten-Lexikon, Leipzig, 1750-1751, (...)
  • 132 «  Der Erd-Kreiß ist niemahls in einer grösseren Bestürtzung gewesen / als er sich in gegenwärtigen (...)
  • 133 «  Das treue Schlesien ist umb so viel mehr diesen Todes-Fall zubetrauren verpflichtet / nachdem es (...)

48Loin d’être l’apanage des jésuites, cette imagerie est reprise avec la même emphase dans le discours prononcé le 26 mai 1705 à l’instigation du Sénat de Breslau, constitué uniquement de protestants, depuis l’introduction de la Réforme dans cette ville129. L’orateur, Samuel von Königsdorff130, y exerçait depuis 1703 les fonctions de « syndic » (c’est-à-dire magistrat). Son « beau panégyrique », dédié à Joseph Ier, « fut traduit dans de nombreuses langues européennes »131. L’éloge de Königsdorff est dithyrambique, la mort de Léopold est qualifiée de catastrophe universelle : « Le globe terrestre n’a jamais connu une telle consternation »132. Léopold est exalté comme le garant de la paix, de la liberté et des droits de la Silésie, comme le défenseur de la Monarchie autrichienne contre la France et les Turcs, et comme le père de la prospérité, grâce à un gouvernement juste, sage et mesuré133 :

  • 134 «  Er hat das Türckische Reich / welches bißher die Christenheit erschrecket / verächtlich gemacht  (...)

[Léopold] a humilié l’empire turc, terreur de la chrétienté ; il a envoyé promener le grand soleil du colosse français, que nulle puissance, nul tremblement de terre ne pouvait ébranler, montrant ainsi que Louis XIV n’était pas comparable au vrai soleil, mais seulement à un astre secondaire, à peine en mesure d’éclairer un pays, et encore moins le monde entier.134

  • 135 Bernhard Asmuth, Daniel Casper von Lohenstein, Stuttgart, Metzler, 1971, p. 17.
  • 136 Sur les rapports entre la Silésie et les Habsbourg, voir Marie-Thérèse Mourey, Poésie et éthique au (...)
  • 137 Béhar, ibid., t. 1, p. 303.
  • 138 Ibid., t. 1, p. 327.

49La figure de Louis XIV sert de repoussoir, et fait passer au second plan les rivalités confessionnelles entre les jésuites et le Sénat de Breslau, qui, malgré sa rancœur envers l’oppression exercée par Vienne, mise sur la fidélité aux Habsbourg, dans la continuité de la politique menée par Christian Hoffmann von Hoffmannswaldau (1616-1679) et Daniel Casper von Lohenstein (syndic de Breslau135 de 1670 à sa mort, en 1683)136. Le discours de Königsdorff est marqué par l’influence de Lohenstein, dont Pierre Béhar résume la vision historique : « Le triomphe universel de la Maison d’Autriche offre trois traits essentiels : les Habsbourg seront victorieux d’une part des Ottomans, d’autre part des Bourbons ; ils instaureront une monarchie universelle, qui inaugurera l’Âge d’or »137. La Turquie et la France sont, aux yeux de Lohenstein, « les deux faces d’un même ennemi »138 que seuls les Habsbourg peuvent contenir, malgré toutes les critiques dont cette dynastie fait par ailleurs l’objet de la part des protestants de Silésie.

L’oraison funèbre : quels apports pour l’analyse de la représentation princière ?

La fonction performative de l’éloge

  • 139 Voir Jeroen Duindam, Vienna and Versailles  : the courts of Europe’s major dynastic rivals, 1550-17 (...)
  • 140 Helmut Reinalter, Joseph II.  : Reformer auf dem Kaiserthron, Munich, Beck, 2011, p. 47-51.
  • 141 Moser, Teutsches Hof-Recht, op. cit., vol. 1, p. 32.
  • 142 Schumann, op. cit., p. 371, 376.
  • 143 Ibid., p. 373-374.
  • 144 Sur l’image du roi de France, voir Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, France, (...)

50Entre 1610 et 1714, la cour de Vienne est moins nombreuse que celle de Versailles, et son budget global est moins élevé139. De 1650 à 1750, elle connaît néanmoins un développement extraordinaire, qui se manifeste par l’augmentation du personnel et des coûts140. Selon le cérémonialiste Friedrich Carl von Moser, c’est lors des traités de Westphalie, en 1648, que les ministres et ambassadeurs des grands princes allemands prennent conscience qu’une puissance, si elle veut être traitée avec égards, doit s’entourer de marques d’honneur. Il en résulte « un accroissement du prestige dans les cours allemandes, et une augmentation du personnel de la cour »141. Il est établi qu’à partir de la deuxième moitié du XVIIe siècle, la cour de Vienne prit peu à peu conscience de la nécessité d’utiliser différents médias pour promouvoir l’image impériale et « influencer l’opinion »142. Les oraisons funèbres impériales participent de ce phénomène, même si cette prise de conscience fut, selon Jutta Schumann, globalement plus tardive et plus « hésitante »143 qu’à la cour de Louis XIV, cousin germain de Léopold Ier, qui se montrait très actif en matière de propagande144.

  • 145 Franz Eybl, « Leichenpredigten », op. cit., p. 922.
  • 146 Ziegler, op. cit. (note 79), p. 190.

51L’éloge du défunt souverain possède une fonction mémorielle, car « l’apothéose inscrit le défunt dans le souvenir collectif »145. Il sert également à combler le vide du pouvoir lors des changements de règne. Mais il permet aussi de formuler des exigences à l’intention du successeur au trône. On loue chez l’empereur les qualités qu’on voudrait qu’il ait, de sorte qu’il soit contraint d’adhérer à son mythe : c’est la dimension performative de l’éloge, qui peut avoir valeur d’injonction, voire de critique. En 1658, l’empereur est loué pour son caractère pacifique, car la paix est le grand espoir des Allemands au lendemain des Traités de Westphalie, espoir qui sera présenté en 1705 comme accompli. Comme l’écrit Hendrik Ziegler, les productions artistiques ne sont pas « une illustration ou un reflet passif de processus historiques », mais « des médias qui génèrent eux-mêmes des actions et engendrent des faits, peuvent créer du sens et marquer des modèles d’interprétation et des souvenirs collectifs qui influencent et guident à leur tour l’action politique. »146

52L’allégorie de la Renommée trône au sommet de nombreux catafalques éphémères, et, dans un jeu de concurrence entre les arts, les prédicateurs se font fort d’ériger « un monument plus durable que le bronze ». L’oraison funèbre impériale, surtout après le long règne de Léopold Ier (47 ans), relaye un ensemble de conceptions théologiques et politiques, de représentations princières et de stéréotypes traditionnels ou novateurs, véhiculés tout au long de la vie du défunt, dont les prédicateurs se proposent de dresser un bilan pour la postérité. L’idéal du princeps christianus et l’apologie de la dynastie habsbourgeoise, théorisés dans les traités de politique, les artes gubernandi et les miroirs du prince, s’expriment également dans la peinture et la sculpture, la littérature (en particulier le théâtre), l’opéra et l’historiographie au sens large (biographies d’empereurs, chroniques, écrits panégyriques, pamphlets, traités sur le cérémonial de cour…).

La polémique contre la France, une topique qui transcende les rivalités confessionnelles

  • 147 Alexandra Merle et Éric Leroy Du Cardonnoy (dir.), Les Habsbourg en Europe  : circulations, échange (...)
  • 148 Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa, op. cit. (note 53), p. 287.
  • 149 Voir Telesko, op. cit. (note 2), p. 9.
  • 150 Pour une comparaison des représentations princières en France et dans l’espace germanophone, voir n (...)
  • 151 Voir Schillinger, Les Pamphlétaires allemands, op. cit. (note 18), p. 56-57.
  • 152 Voir ibid., p. 62.
  • 153 Voir Dauga-Casarotto, « La douceur autrichienne », op. cit., § 16, 58.
  • 154 Voir Schumann, op. cit., p. 102-103, 128-171, 212.
  • 155 Voir Schillinger, Les Pamphlétaires allemands, op. cit., p. 58-59 ; on trouvera dans Malettke, Les (...)

53Au sein des oraisons funèbres se forge une « identité propre à la dynastie »147. Elles participent d’une lutte contre « le déclin des forces supranationales, religieuses et confessionnelles », contre l’émergence « d’une ambition nationale et sécularisée », assimilée à une volonté de domination universelle française148. De son opposition au Mars christianissimus, Léopold Ier tirait une bonne part de sa légitimité dans ses États et dans l’Empire. C’est pourquoi la polémique anti-française est un élément important parmi les canons de la repraesentatio habsburgica149. L’image de Léopold Ier et de Joseph Ier se construit, au cours du « long XVIIe siècle », en opposition à celle de Louis XIV. Cette construction s’effectue par l’intermédiaire de différents médias, dont les prédicateurs veulent, dans une surenchère permanente, résumer tous les arguments150. Les antagonismes entre l’empereur Habsbourg et le roi de France qui sont soulignés dans les oraisons funèbres se retrouvent dans les pamphlets : la piété s’oppose à la raison d’État151, la mesure et la constance stoïcienne à l’hybris ; l’humilité et la soumission à Dieu, conjuguées à l’honnêteté, à la mansuétude, à l’amour de la paix, à la chasteté et à la sobriété, font face à l’orgueil et à l’arrogance152, à la fourberie, à la cruauté153, au bellicisme154 et à la légèreté155. L’empereur Habsbourg respecte les peuples, tandis que le roi de France viole les droits des nations et verse dans la tyrannie.

  • 156 Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa, op. cit., p. 305.
  • 157 Schumann, op. cit., p. 389.

54Outre le rapport à la guerre, la différence la plus souvent relevée entre Louis XIV et son cousin concerne leur conception du pouvoir. Pour Klaus Malettke156, « la communauté scientifique s’accorde pour affirmer que Louis XIV était dominé par une forte aspiration à la gloire. Ses mémoires et de nombreux autres documents sont traversées par des leitmotiv comme “ma dignité”, “ma gloire”, “ma grandeur”, “ma réputation”. » À l’inverse, l’image que l’empereur Habsbourg donne de lui-même est faite à la fois d’effacement et de piété ostentatoire, avec une « insistance sur le caractère strictement défensif de son attitude envers Louis XIV »157. L’historiographie véhicule l’image d’un empereur passif et indécis. Mais ce portrait d’un monarque pacifique n’empêche pas, nous l’avons vu, l’exaltation de l’ardeur guerrière des Habsbourg, en particulier à l’époque de la reconquête de la Hongrie, et de la guerre de Succession d’Espagne.

55Brosser l’empereur sous les traits de l’anti-Louis XIV est un moyen de rallier aux Habsbourg les princes d’Empire, qu’ils soient catholiques ou protestants. Cet argument consensuel est employé avec une insistance particulière dans les régions de la Monarchie où l’influence protestante demeure importante, comme la Silésie, et dans certaines villes libres d’Empire (Ratisbonne). La focalisation sur les ennemis de l’Empire et de la dynastie habsbourgeoise permet aussi de cacher l’envers de la médaille : les échecs de l’empereur, lorsqu’ils ne sont pas passés sous silence, deviennent des épreuves imposées par la Providence, et ses faiblesses sont présentées comme des vertus. Lorsque les prédicateurs évoquent les défaites militaires de l’Autriche, c’est pour louer aussitôt, dans un esprit néo-stoïcien, la douceur, la résignation, la patience, la constance de l’empereur dans les revers. Les phénomènes de dissidence et de résistance passive ou active (notamment la rébellion hongroise), sont gommés ou euphémisés.

Les jésuites, champions de la grandiloquence baroque

  • 158 Schilling, op. cit., p. 309.
  • 159 Eybl, op. cit. (note 11), p. 922.
  • 160 Sur la dimension spatiale du rapport au pouvoir, voir Hassler, op. cit. (note 139).

56Heinz Schilling souligne le rôle de la foi et de la religion dans la légitimation et la consolidation de la Monarchie habsbourgeoise comme entité politique marquée à la fois par sa diversité et son unité. Les oraisons funèbres participent d’une « grandiloquence baroque à la louange de l’État » (« barocker Staatspathos »)158, dont la Colonne de la Peste incarne la quintessence. À Vienne comme dans les grandes villes d’Empire, depuis les capitales régionales (Innsbruck, Graz, Breslau, Prague…) jusqu’aux confins de la Monarchie, cette rhétorique déploie les mêmes clichés, créant une culture pro-habsbourgeoise qui transcende les différences confessionnelles. Pour Franz Eybl, l’oraison funèbre de cour reflète le caractère « multipolaire » et composite de la Monarchie habsbourgeoise : célébrées dans les centres politiques et dans les cours alliées, les obsèques « inscrivent le pouvoir dans le territoire, elles en symbolisent l’extension et la présence » dans l’espace urbain159. Plus les funérailles sont célébrées loin de Vienne, dans les périphéries, plus le portrait de l’empereur est stéréotypé160, hormis les rares cas où le prédicateur, ayant séjourné à la cour, se trouve en mesure d’offrir à ses auditeurs un portrait enrichi d’anecdotes vécues.

  • 161 Voir Schumann, op. cit. (note 3), p. 379-380 ; Telesko, op. cit. (note 2), p. 9.
  • 162 Voir Dauga-Casarotto, Les oraisons funèbres impériales, op. cit. (note 6), t. 1, p. 119-124.
  • 163 Voir John W. O'Malley (dir.), The Jesuits : Cultures, Sciences, and the Arts, op. cit. (note 41), v (...)
  • 164 Victor Lucien Tapié, Le baroque, Paris, Presses universitaires de France, 1961 ; éd. citée  : Que s (...)

57Entre 1637 et 1740, la carte des obsèques célébrées à la mémoire des empereurs Habsbourg matérialise les réseaux de diffusion de la « Renommée » et le rayonnement de la « gloire » impériale depuis la capitale viennoise vers les périphéries161. Cette carte coïncide largement avec celle des établissements jésuites de la Monarchie habsbourgeoise et de l’Empire. 51 % des oraisons funèbres impériales catholiques publiées dans la Monarchie et dans l’Empire entre 1519 et 1790 ont été conçues par un jésuite ou, après la suppression de la Compagnie de Jésus en 1773, par un ex-jésuite (125 oraisons funèbres impériales jésuites ou ex-jésuites recensées pour cette période, sur environ 250). La prépondérance de discours jésuites est particulièrement forte entre 1637 et 1740 : ils représentent plus de 78 % des discours catholiques162. Ceci confirme la dimension politique, culturelle et artistique qui caractérise la spiritualité de la Compagnie de Jésus163. Pour autant, l’éloge des Habsbourg, nous l’avons vu, n’est pas l’apanage de la Compagnie, ce qui interdit de parler d’une « rhétorique jésuite », qu’elle soit néo-latine ou germanophone ; V.-L. Tapié récusait l’expression (jadis péjorative) de « style jésuite », appliquée aux arts et à l’architecture164.

Reichsstil, Kaiserstil : l’image impériale et ses nuances

  • 165  Hellmut Lorenz, « Der habsburgische “Reichsstil”. Mythos und Realität », dans Hellmut Lorenz (dir. (...)
  • 166 Herbert Karner, « Reichsstil, Kaiserstil », op. cit. p. 242.
  • 167 Anton Schindling, « Leopold I. (1658-1705) », dans Anton Schindling et Walter Ziegler (dir.), Die K (...)

58Pour qualifier la politique artistique de Charles VI, Franz Matsche utilise le terme Kaiserstil, défini comme « art impérial viennois ». Hellmut Lorenz a rejeté l’expression Reichsstil, à connotation nationale-socialiste (ce terme fut forgé en 1938, année de l’Anschluss, par l’historien de l’art autrichien Hans Sedlmayr) ; il fait débuter le Kaiserstil en 1683165. Ce concept d’histoire de l’art peut-il être appliqué à l’éloquence funèbre ? Pour qu’il y ait un « style impérial », il faut une idée de l’Empire. Or, sous Léopold Ier, celle-ci n’est pas théorisée de façon uniforme. « La mission eschatologique de l’empereur, son ambition universaliste et la translatio imperii font l’objet d’interprétations diverses »166, tout comme le rapport à la romanité. La politique impériale de Léopold Ier et de Joseph Ier n’est pas thématisée en tant que telle dans les oraisons funèbres publiées au sein de la Monarchie ; c’est à peine si le terme Reich s’y rencontre quelquefois. Ici, on ne saurait donc parler ici de Reichsstil au sens de Reichspatriotismus167. Dans les provinces autrichiennes, les prédicateurs pensent en termes dynastiques et internationaux, ce qui n’exclut pas le patriotisme autrichien ; ils expriment une identité habsbourgeoise uniforme et bien définie. Pour qualifier celle-ci, l’expression « Kaiserstil » peut être pertinente, même si elle est redondante : il est évident que des oraisons funèbres impériales sont écrites dans un style impérial, comme l’exige le decorum.

59Dans les différents territoires de l’Empire, sous le règne de Léopold Ier, l’alliance avec les Habsbourg est le fruit de calculs stratégiques souvent fluctuants. Ici, l’expression « Kaiserstil » ne nous semble pas appropriée, car elle risque de gommer la complexité des rapports avec les Habsbourg. Il en est de même pour la Silésie : pour qui sait lire entre les lignes et se montrer attentif aux détails, en dépit de leur caractère stéréotypé, les oraisons funèbres impériales n’y incarnent pas un « Kaiserstil » uniformisé. Une étude plus poussée serait nécessaire pour mettre en évidence un patriotisme impérial dans les oraisons funèbres publiées dans l’Empire, ou pour y déceler une trace des tensions avec Vienne (notamment dans les territoires protestants et en Bavière, alliée de la France pendant la guerre de Succession d’Espagne).

  • 168 Konrad Repgen, « Ferdinand III. (1637-1657) », dans Anton Schindling et Walter Ziegler (dir.), Die (...)
  • 169 Voir Cölestin Wolfsgruber, Die k. u. k. Hofburgkapelle und die k. u. k. geistliche Hofkapelle, Vien (...)
  • 170 Voir Charles W. Ingrao, Josef I. : der « vergessene » Kaiser, Graz, Styria, 1982, p. 29. Cf. égalem (...)
  • 171 Anton Schindling, « Joseph I. (1705-1711) », dans Anton Schindling et Walter Ziegler (dir.), op. ci (...)

60Ce qu’écrit Konrad Repgen168 à propos des oraisons funèbres prononcées en 1657 en l’honneur de Ferdinand III, vaut pour celles consacrées à Léopold Ier et Joseph Ier, et à tous les empereurs : leur intérêt factuel est quasi nul. Il serait vain d’y chercher quelque révélation sur Joseph Ier, encore trop mal connu. Les oraisons funèbres renseignent sur la norme, et non sur le « réel ». Hormis quelques différences dans la focalisation sur certaines vertus, les oraisons funèbres consacrées à Léopold Ier sont quasiment interchangeables avec celles de son fils. La piété privée de Joseph Ier étant très en-deçà de celle de son père, les orateurs magnifient d’autant plus sa piété publique. En 1705, le jésuite Ferdinand Widman, prédicateur impérial, avait été démis de ses fonctions en raison des propos virulents qu’il avait tenus, dans son éloge funèbre en l’honneur de Léopold Ier, contre les protestants, alliés de l’Autriche dans la guerre de Succession d’Espagne169. Joseph Ier qualifia ce discours, tiré à 2 000 exemplaires, d’« impertinent et inacceptable », et il en interdit la diffusion.170 Sans surprise, cette hostilité de Joseph Ier vis-à-vis des jésuites est passée sous silence. On trouve peu de traces de l’actualité politique concrète. Les tensions entre la cour du jeune archiduc Joseph et celle de son père171 ne sont pas évoquées, non plus que les divergences entre l’empereur Joseph Ier et son frère Charles, à propos de la politique espagnole. Leurs discours ne permettent pas de combler les lacunes de la recherche sur le règne de Joseph Ier.

  • 172 Cf. Friedrich Polleroß, « “Monumenta Virtutis Austriacae”. Addenda zur Kunstpolitik Karls VI. », da (...)

61De nouveaux topoi font leur apparition lors des obsèques de Charles VI172. Mais de la mort du roi Frédéric IV, en 1654, jusqu’en 1740, l’exaltation de la gloire impériale repose sur le même catalogue de vertus. Car les prédicateurs, au-delà de la portée historiographique et mémorielle de leur discours, se font un devoir que de brosser, sous les traits du défunt empereur, un portrait idéal du princeps christianus marqué par l’empreinte de la Réforme catholique. Si les oraisons funèbres impériales s’offrent comme un corpus adéquat pour qui cherche à identifier les canons de la représentation habsbourgeoise, c’est par l’homogénéité de leur topique, et non du fait de leur originalité.

  • 173 Schumann, op. cit., p. 21.
  • 174 Aristote, Rhétorique, trad. Médéric Dufour et André Wartelle, Paris, Gallimard (Les Belles Lettres) (...)

62Ce que les oraisons funèbres mettent en évidence, ce n’est pas tant – contrairement aux pamphlets – l’émergence d’une « opinion publique » au sens d’une « population qui se faisait son opinion sur les évènements et les décisions politiques »173, que la présence massive, dans l’Empire et dans la Monarchie, de « sujets fidèles et reconnaissants », qu’ils soient catholiques ou protestants. L’orateur, qui respecte les règles de la bienséance (aptum), ajuste son discours à un public habitué à la doxa pro-habsbourgeoise. Comme l’écrit Aristote, rapportant les paroles de Socrate, « il n’est pas difficile de louer les Athéniens dans Athènes »174.

Haut de page

Notes

1 Barbara Stollberg-Rilinger, Des Kaisers alte Kleider  : Verfassungsgeschichte und Symbolsprache des Alten Reiches, Munich, Beck, 2008, p. 10.

2 Sur la représentation princière dans les pays de langue allemande, parmi une abondante bibliographie, voir notamment Percy Ernst Schramm, Herrschaftszeichen und Staatssymbolik, Stuttgart, Hiersemann, 1954 ; Konrad Repgen (dir.), Das Herrscherbild im 17. Jahrhundert, Münster, Aschendorff, 1991 ; Jörg Jochen Berns (dir.), Erdengötter  : Fürst und Hofstaat in der Frühen Neuzeit im Spiegel von Marburger Bibliotheks- und Archivbeständen, Marburg, Universitätsbibliothek, 1997 ; Pierre Béhar (dir.), Der Fürst und sein Volk  : Herrscherlob und Herrscherkritik in den habsburgischen Ländern der frühen Neuzeit, St. Ingbert, Röhrig, 2004 ; sur les Habsbourg d’Autriche, voir notamment Franz Matsche, Die Kunst im Dienst der Staatsidee Kaiser Karls VI  : Ikonographie, Ikonologie und Programmatik des « Kaiserstils », Berlin, New York, De Gruyter, 1981 ; Friedrich Polleroß, « Zur Repräsentation der Habsburger in der bildenden Kunst », dans Rupert Feuchtmüller (dir.), Welt des Barock, Vienne : Herder, 1986, vol. 2, p. 87‑104 ; Karl Vocelka et Lynne Heller, Die Lebenswelt der Habsburger  : Kultur- und Mentalitätsgeschichte einer Familie, Graz, Styria, 1997 ; Karl Vocelka, Die Familien Habsburg und Habsburg-Lothringen  : Politik, Kultur, Mentalität, Vienne, Böhlau, 2010 ; Maria Goloubeva, The Glorification of emperor Leopold I. (1658 - 1705) in image, spectacle and text, Mayence, Von Zabern, 2000 ; Werner Telesko (dir.), Die Repräsentation der Habsburg-Lothringischen Dynastie in Musik, visuellen Medien und Architektur 1618-1918, Cologne, Böhlau, 2017.

3 Jutta Schumann, Die andere Sonne  : Kaiserbild und Medienstrategien im Zeitalter Leopolds I., Berlin, Akademie Verlag, 2003, p. 237‑294, 350.

4 Chantal Grell (dir.), Les Princes et l’histoire du XIVe au XVIIIe siècle, Bonn, Bouvier, 1998.

5 Telesko, op. cit., p. 13.

6 Telesko, op. cit., p. 11 ; sur le rituel funèbre impérial de 1519 à 1790, et sur la place de l'oraison funèbre, voir Philippine Dauga-Casarotto, Les oraisons funèbres impériales en Autriche de Ferdinand II à Charles VI (1637-1740)  : discours et représentations, Paris-Sorbonne (Paris IV), Paris, 2004, t. 1, p. 162-196 ; Mark Hengerer, « The Funerals of the Habsburg Emperors in the Eighteenth Century », dans Michael Schaich (dir.), Monarchy and Religion. The transformation of Royal Culture in Eighteenth-Century Europe, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 367‑394 ; Beatrix Bastl et Mark Hengerer, « Les funérailles impériales des Habsbourg d’Autriche, XVe-XVIIIe siècle », dans Juliusz A. Chrościcki (dir.), Les funérailles princières en Europe XVIe-XVIIIe siècle. 1. Le grand théâtre de la mort, Versailles, Centre de recherche du Château de Versailles, 2012, p. 91‑116 ; Philippine Dauga-Casarotto, « La douceur autrichienne contre la superbe des Bourbons  : un éloge funèbre en images à la gloire de l’empereur Léopold Ier (Vienne, 1705) », Exercices de rhétorique, no 11, 2018, § 3. URL : http://journals.openedition.org/rhetorique/689.

7 Liselotte Popelka, « Trauer-Prunk und Rede-Prunk. Der frühneuzeitliche Trauerapparat als rhetorische Leistung auf dem Weg zur virtuellen Realität », dans Birgit Boge et Ralf Georg Bogner (dir.), Oratio Funebris. Die katholische Leichenpredigt der frühen Neuzeit, Amsterdam, Rodopi, 1999, p. 66.

8 Telesko, op. cit. (note 2), p. 14.

9 Michael Brix, Die Trauerdekorationen für die Habsburger in den Erblanden, Diss. Phil., Kiel, 1971 ; Liselotte Popelka, Castrum Doloris oder « Trauriger Schauplatz »  : Untersuchungen zu Entstehung und Wesen ephemerer Architektur, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1994 ; Juliusz Antoni Chrościcki, Mark Hengerer et Gérard Sabatier (dir.), Les Funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle. 2. Apothéoses monumentales, Versailles, Centre de recherche du Château de Versailles, 2013 ; Philippine Dauga-Casarotto, « La pompe funèbre impériale dans la Monarchie habsbourgeoise entre baroque et Lumières (1705-1790) : ruptures et continuité des pratiques rituelles » ; colloque international, Bordeaux, 22-24 mars 2017. Actes à paraître en 2021 (Critique du luxe XVIIe-XVIIIe siècle., Classiques Garnier).

10 Voir le Catalogue général d’oraisons funèbres en langue allemande (Gesamtkatalog deutschsprachiger Leichenpredigten, GESA) : http://www.personalschriften.de/datenbanken/gesa.html. Continuellement enrichi, ce catalogue collecte les données de plus de 110 fonds d’Allemagne et de Pologne.

11 Rudolf Lenz, Eva-Maria Dickhaut, (dir.), Leichenpredigten als Quelle historischer Wissenschaften (5 vol. parus entre 1975 et 2014) ; Rudolf Lenz, De mortuis nil nisi bene ? Leichenpredigten als multidisziplinäre Quelle, Sigmaringen, Thorbecke, 1990. Sur la portée historique des oraisons funèbres, voir également Franz Eybl, « Leichenpredigten », dans Josef Pauser (dir.), Quellenkunde der Habsburgermonarchie (16.-18. Jahrhundert)  : ein exemplarisches Handbuch, Vienne, Oldenbourg, 2004, p. 916-923.

12 Sur l’histoire de ce genre oratoire et ses caractéristiques formelles, voir Philippine Dauga-Casarotto, Les oraisons funèbres impériales, op. cit. (note 6), t. 1, p. 22-83.

13 35 discours sont issus d’un contexte catholique, 3 d’un contexte protestant. Pour 3 discours sur 38, la publication n’est pas attestée. Sur le plan générique et linguistique, ces 38 discours se répartissent comme suit : 27 sermons en allemand, 10 panégyriques en latin, 1 sermon probablement prononcé en tchèque et publié en latin.

14 26 discours ont été prononcés en contexte catholique, 4 en contexte protestant. 4 discours n’ont probablement pas été publiés. On compte 25 sermons en allemand et 5 panégyriques en latin.

15 Pour un recensement complet des oraisons funèbres impériales, voir Philippine Dauga-Casarotto, Les oraisons funèbres impériales, op. cit., t. 3, p. 1-316.

16 Les autres orateurs se répartissent comme suit : pour Léopold Ier : un dominicain, deux ermites de Saint-Augustin, un bénédictin, trois prédicateurs protestants, un laïc ; pour Joseph Ier : le prédicateur de la cour de Trèves, un prêtre de la Congrégation de Saint-Paul, un capucin, un chanoine, un missionnaire, quatre orateurs luthériens.

17 Schumann, op. cit., p. 36-37. Sur les liens unissant la Maison d’Autriche aux jésuites, voir Dauga-Casarotto, « La douceur autrichienne », op. cit., § 7.

18 Jean Schillinger, Les Pamphlétaires allemands et la France de Louis XIV, Berne et al., Peter Lang, 1999, p. 56.

19 Ibid., p. 17, 56.

20 Ibid., p. 54.

21 Vienne, Haus-, Hof- und Staatsarchiv : Ä. Zerem. A. 20, fol. 1-5 (6 mai 1705) ; Ä. Zerem. A. 23, fol. 2-7 (17-20 juin 1711).

22 Sur le public des oraisons funèbres, voir Dauga-Casarotto, Les oraisons funèbres impériales, op. cit., t. 1, p. 194-195.

23 Schumann, op. cit., p. 341.

24 Ibid., p. 380.

25 Ibid., p. 36-37, 305-369.

26 Ibid., p. 226, 377.

27 Ibid., p. 373.

28 Voir ibid., p. 377, 382-385.

29 Friedrich Polleroß, « Sonnenkönig und Österreichische Sonne », Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte, no 40, 1987, p. 242-243 ; voir également Matsche, op. cit.

30 «  Auch der dunckle Schatten dienet zum Lob deß schönen Tugend-Scheins.  » Karl Pfeiffersberg sj, Kayser JOSEPH der Erste / von unsterblicher Tugend [...], Vienne, Andreas Heyinger, 1711, fol. C 2 ro.

31 Voir Katharina Tenti, « Das Geschichtsbild des Renaissance-Humanismus », dans Sascha Foerster (dir.), Blumen für Clio. Einführung in Methoden und Theorien der Geschichtswissenschaft aus studentischer Perspektive, Marburg, Tectum, 2011, p. 98.

32 Hartmut Laufhütte, « Der Umgang mit der Antike in Sigmund von Birkens Herrscherpanegyrik », dans Ulrich Heinen (dir.), Welche Antike ? Konkurrierende Rezeptionen des Altertums im Barock, Wiesbaden, Harrassowitz, 2011, vol. 1, p. 229.

33 Voir Ruprecht Wimmer, « “Constantinus Redivivus”. Habsburg im Jesuitendrama des 17. Jahrhunderts », dans Herbert Zeman (dir.), Die Österreichische Literatur  : ihr Profil von den Anfängen im Mittelalter bis ins 18. Jahrhundert (1050-1750), Graz, Akademische Druck- u. Verlaganstalt, 1989, vol. 2, p. 1093‑1116.

34 Sur les références antiques et bibliques dans la représentation princière, voir Dauga-Casarotto, Les oraisons funèbres impériales, op. cit. (note 6), t. 2, p. 420‑422 ; voir art. «  Antike Geschichte  », dans Martin Warnke et al. (dir.), Handbuch der politischen Ikonographie, Munich, Beck, 2011, vol. 1, p. 413.

35 Telle est la fonction qu’Aristote assigne à l’éloge. Rhétorique, trad. Médéric Dufour, Paris, Gallimard (Les Belles Lettres), 1991, livre I, § 1367 b, p. 63.

36 «  Sofern ich in gedachten Kayserlichen Spill-Saal hinein sehe / so finde ich disseits häβliche Abentheuer / wüttende Tyrannen / allerhand abscheuhliche Laster-Wuest  ; anderseits verspühre ich hell-scheinende Tugend-Spiegl / auβerlöβniste Meister-Stuck der allerzierlichsten Ehren-Würde. Beydes sehr gut zu meinen Vorhaben  : dann gleichwie jedes Gemähld auβ dem Liecht und Schatten / auβ schwartz und hellen Farben bestehet / also taugen beyde Sorten tugendreicher so wohl / als übelgesitter Reichs-Beherrscheren zum lebhafften Entwurff JOSEPH deβ Ersten.  » Pfeiffersberg sj, op. cit. (note 30), fol. B 2 ro.

37 «  Mit sothaner unartigen Herrsch- und Lebens-Arth [haben sie] keinen andern Nahmen erworben / als daß sie [für] Miß-Geburten der Natur [...] gehalten worden.  » Christoph Zenneg sj, Risen-Schritte des Grossen Käysers Josephs [...], Vienne, Christoph Lercher, 1711, fol. C 1 vo.

38 Voir aussi Gelasius Hieber (OESA), APOTHEOSIS LEOPOLDI PRIMI CAESARIS, Das ist : DargeLegte HeILIgkeIt KaIsers LeopoLDI Des Ersten [...] In dem Hoch-adelich-gefreyten weltlichen Reichs-Stifft Obermünster [...] Bey Solennen Exequien [...] Sammt einer nothwendig-beyligenden Schutz-Schrifft, Ratisbonne, Johann Georg Hoffmann, p. 7.

39 Voir Winter sj, Drey-mahl-seelige Sanfftmuth [...] Leopoldi I. deß Grossen / Mild-seeligst- und glorwürdigster Gedächtnuß [...], Innsbruck, Johann Jakob Kürner, p. 28 ; cf. Gilbert Hess, «  Figurationen der Person Neros im Barock  », dans Ulrich Heinen, op. cit. (note 32), vol. 1, p. 769-782.

40 Philippine Dauga-Casarotto, « Architecture éloquente et monuments de papier à la gloire de la pietas austriaca », dans Christian Jérémie et Monique Vénuat (dir.), L’Éloquence ecclésiastique de la pré-Réforme aux Lumières, Paris, Honoré Champion, 2015, p. 298 ; Popelka, op. cit. (note 7), p. 74-90; Laufhütte, op. cit. (note 32), vol. 1, p. 218-219.

41 Voir Bruna Philippi, « The Orator’s Performance. Gesture, Word and Image in Theatre at the Collegio Romano », dans John W. O’Malley (dir.), The Jesuits. Cultures, Sciences, and the Arts 1540-1773, Toronto, University of Toronto Press, 1999, vol. 2, p. 512.

42 Brix, op. cit., «  Katalog  », p. 86-87.

43 Sur la figure d’Hercule dans la représentation impériale, voir Friedrich Polleroß, « “Docent et delectant.” Architektur und Rhetorik am Beispiel von Johann Bernhard Fisher von Erlach », Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte, no 49, 1996, p. 182-185 ; Friedrich Polleroß, « Von redenden Steinen und künstlich-erfundenen Architekturen. Oder  : Johann Bernhard Fischer von Erlach und die Wurzeln seiner conceptus imaginatio », Römische Historische Mitteilungen, vol. 49, 2007, p. 351 sqq. ; Michael Eissenhauer, art. «  Herkules  », dans Warnke et al. (dir.), op. cit. (note 34), vol. 1, p. 467.

44 «  In der Begipfelung sothanes Werkes erblikete man die / auf der Oëtaeischen Bergs-Anhöhung sich fussend  : und Himmel-anschwingend-vergoldte Bildnus Herculis, einen / mit Gold überzogenen / Krantz zu einer Vergötterungs-Andeutung mit der rechten Hand empor haltend.  » Johann Thomas Kemmetinger, Auf zeitlichen-Erden-Stritt folgt ewiger Himmels-Frid [...], Vienne, Matthias Sischowitz Erbin, 1706, p. 3.

45 « Apotheosis Herculis Christiani seu Immortalis Virtus LEOPOLDI MAGNI coelo consecrata […]. »

46 Kemmetinger, op. cit. (note 44), p. 3.

47 « Cenotaphium, partam per Virtutes et merita Apotheosim Herculis exhibens, lemmatis ex Augustali Poëta Horatio illustratum, in funeralibus Augustissimi LEOPOLDI I. […] ab Universitate Viennensi in D. Stephani Basilica propositus. […] Concinnatum â quodam è Societate Jesu […]. »

48 «  Emblemata, in factis Herculis facta & virtutes Leopoldi exprimentia, Cenotaphio sparsim apposita […].  » Kemmetinger, op. cit. (note 44). Ces emblèmes ont peut-être été conçus par le jésuite qui a choisi les citations d’Horace, ou bien par Kemmetinger, auteur du livret funèbre. Ni Brix, op. cit. (note 9), « Katalog », p. 87, ni Popelka, op. cit., p. 62, n’apportent de précision sur ce point.

49 «  Man verstehe an Geryone […] denselbigen Groβ-Praller / so sich folgenden Reims-Spruch verstiglich einbildet  : Gib allen zu schaffen / Mit meinen Kriegs-Waffen. So besigete doch Leopold alle diese / mithin auch jüngst [wie dessen Zeugnus Höchstädt gibet] den Groβmächtigen.  » Kemmetinger, op. cit., p. 4. À Höchstädt, les Français alliés aux Bavarois furent vaincus par les armées impériales et anglaises.

50 «  Jener gewaltige Hirsch / so die Landschafft Arcadien mit seinem Muth-Will-Schaden / vermittels dessen goldenen Hörnern (welche das Gemähl in Gestalt 2.er Lilien darstellete) und ärtzenen Füssen zittern machete. Aber  ! was Anderem zum Schröcken ware Herculi ein Tugend-Erwöken / welcher besagten / niemand Anderem weichenden / Hirsch-Feund in die Flucht getrieben […] laut der Inschrifft  : “Der Alle bekrieget / Vor Einem sich büget.” Frankreich würd wider willen bejaen / daßselbes / obschon von Geld / und Kräfften schröckend  : und all-Anderen leichtlich überlegen ist / einem Leopoldo habe gleichwol weichen müssen. Von welchem es (jederzeit mit ihren Listigkeiten erdapet / offt mit dero Waffen gedemüthiget) die Verriglung ihrer / im Lauff begriffenen / Kriegs-Macht wider das teutsche Weltreich verspüren müssen.  » Ibid.

51 «  Herkules aber kunte disen nachtheiligen Betrug nicht ertragen  ; sondern verfolgete den Rauber so lang / bis er sein Leben mit der Beut im Stich lassen musste  : “Der Geitz / und Betrug war Ursach / Daβ Hercules suchete Rach.“  » Ibid.

52 Voir Jean Bérenger, Histoire de l’empire des Habsbourg  : 1273-1918, Paris, Fayard, 1990, p. 367.

53 Voir Klaus Malettke, Les Relations entre la France et le Saint-Empire au XVIIe siècle, Paris, Champion, 2001, p. 259 ; Klaus Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa im 17. und 18. Jahrhundert : Beiträge zum Einfluss französischer politischer Theorie, Verfassung und Auβenpolitik in der Frühen Neuzeit, Marburg, Hitzeroth, 1994, p. 294.

54 Voir Jean-Marie Apostolidès, Le Roi-machine  : spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Minuit, 1981, p. 66-92.

55 Friedrich Carl von Moser, Teutsches Hof-Recht, Francfort, Leipzig, Andreä, 1754-1755, vol. 1, p. 392.

56 Voir Dauga-Casarotto, Les oraisons funèbres impériales, op. cit., t. 1, p. 201‑215 ; Helmut Grössing, « Die Wiener Universität im Zeitalter des Humanismus von der Mitte des 15. Jahrhunderts bis zur Mitte des 16. Jahrhunderts », dans Günther Hamann (dir.), Das alte Universitätsviertel in Wien 1365-1985, Vienne, Universitätsverlag, 1985, vol. 2, p. 44.

57 Cf. le titre de l'oraison funèbre de Raymund Fizing op, Justus Dolor et justa Querela, oder der billiche Schmertz und die billiche Klag / einer Ihro Käyserl. Majest. treu-gehorsambsten Wiennerischen Universität, Vienne, Johann Georg Schlegel, 1705.

58 Voir Schumann, op. cit., p. 205, 208-212.

59 Ibid., p. 137.

60 Malettke, Les Relations entre la France et le Saint-Empire, op. cit, p. 666.

61 Olivier Chaline, « Ludwig XIV. und Kaiser Leopold I. als Herrscher. Mythos oder Wirklichkeit des absoluten Fürstentums  ? », dans Helmut Neuhaus (dir.), Die Frühe Neuzeit als Epoche, Munich, Oldenbourg, 2009, p. 37.

62 Bérenger, op. cit., p. 404.

63 Voir Maria-Helene Savvides, « Jüdisch-christliches und griechisch-römisches Geschichtsdenken », dans Sascha Foerster (dir.), Blumen für Clio. Einführung in Methoden und Theorien der Geschichtswissenschaft aus studentischer Perspektive, Marburg, Tectum, 2011, p. 51.

64 Voir Peter Burke, Louis XIV  : les stratégies de la gloire, Paris, Seuil, 1995, p. 138 sqq.

65 Jean Schillinger, Les Pamphlétaires allemands, op. cit., p. 80-104.

66 Liborius à Sancta Barbara, Das grosse Tugend-Hertz Carl des Sechsten [...], Vienne, Johann Ignaz Heyinger, 1740, p. 23.

67 «  Eine Beförderin der Catholischen Religion.  » Simon Carpinsky sj, Die hinterlassene Klarheit der nach ihrem Untergang scheinenden Sonne LEOPOLDI I., Breslau / Wrocław, Johann Georg Cavan, 1705, fol. A 2 vo.

68 «  Ein Adler [flog] bey ihme [vorüber] / und [warff] in seine Schoß einen schönen Künstlich gemachten Pantoffel / welchen er vielleicht einen Frauen-Zimmerle entragen / daß sich beym Fluß gewaschen.  » Ibid.

69 «  Als unser [...] Kayser von [seiner] Heyrath gedachte / warff ihm der Römische Reichs-Adler / das Heil. Bild der [...] Jugfrau Maria zu Cell in sein Gemüth [...] / nicht aber einen Pantoffel oder Fussocken eines Frauen-Zimmers  : Dahero vermählete [sich] diser keusche Kayser auß Eingebung des Geists Gottes / nicht aber des Fleisches.  » Ibid.

70 Voir Jean-Marie Valentin, Le Théâtre des Jésuites dans les pays de langue allemande (1554-1680)  : salut des âmes et ordre des cités, Bern, Peter Lang, 1978, t. 1, p. 290, 295 sqq., 616-617 ; Pierre Béhar, Silesia tragica. Épanouissement et fin de l’école dramatique silésienne dans l’œuvre tragique de Daniel Casper von Lohenstein (1635-1683), Wiesbaden, Harrassowitz, 1988.

71 «  So hat er doch jene sein Abbildung vor anderen geliebet / welche zuvor GOtt mehr gefallen hat.  » Anonyme, Mausolaeum Augustissimis Manibus Leopoldi I. Romanorum Imperatoris [...]. Trauer-Gerüst Zu Ehren deß […] Römischen Kaysers [...], Graz : Johann Peter Sutor, 1705, p. 11.

72 Voir Schumann, op. cit., p. 373.

73 Ibid., p. 226.

74 «  Verstiege sich vielleicht Leopoldus auf einem stoltzen Pferd / und liesse ihme wie König Nabuchodonosor eine Bild-Seule aufrichten / welche mit dem Pferd-Huf andern Völckern auf den Nacken stunde  ?  » Hieber (OESA), op. cit. (note 38), p. 6.

75 « Tous les peuples, nations et langues se prosternèrent, faisant adoration à la statue d'or qu'avait élevée le roi Nabuchodonosor. » Daniel 3, 7. Trad. : Bible de Jérusalem.

76 «  Lasset die alte Kayser zu Pferd sitzend / die bestrittene / oder überwundene Länder an Ketten gebunden unter den Füssen / die Cron auff dem Haupt / den Scepter in der Hand mit solchem Pracht und Herrlichkeit führen [...].  » Matthias Pecher sj, Imago Caesaris. Kayserliche Tugend-Bildnuß in LEOPOLDO dem Ersten / und Grossen [...], Innsbruck : Jakob Christoph Wagners Erben, 1705, fol. D 1 vo.

77 Voir Burke, op. cit. (note 64), p. 98-102.

78 Joël Cornette, Le Roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot & Rivages, 2010, p. 270.

79 Voir Hendrik Ziegler, Der Sonnenkönig und seine Feinde. Die Bildpropaganda Ludwigs XIV. in der Kritik, Petersberg, Imhof, 2010, p. 75-132.

80 Voir ibid., p. 75-79, 103-126.

81 Ibid., p. 75.

82 Voir Schillinger, Les pamphlétaires allemands, op. cit., p. 131-137.

83 Allusion à Horace, Odes III, 30 : « Exegi monumentum aere perennius ».

84 Cf. Genèse chap. 37, v. 9 : « Il eut encore un autre songe, qu'il raconta à ses frères. Il dit : J'ai encore fait un rêve : il me paraissait que le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi. » Trad. : Bible de Jérusalem.

85 «  So rühme dann Franckreich deinen grossen Ludwig / richte ihme von achtzig tausend Pfund Metall eine Ehren-Säule auff / nenne ihn Victorem perpetuum, einen ewigen Obsieger. Grösser ist vnser vnvergleichlich grosser Keyser  ; dann Er disen Grossen hat Klein gemacht  : Er hat besieget disen ewigen Obsieger  : und verdienet darum ein ewiges Ehren-Mal / nicht auß Metall / sondern auß Diamant. Für unsern Joseph, hat sich neigen müssen dise Sonne nicht im Traum  : sonder in der That  : und der zuvor eine Welt allein zu eng war / ihre Stralen außzubreiten / ist kaum vermögens mehr ein Land zu erleuchten [...]. Das Gebeude der Französischen Welt-Beherrschung / an welchem Franckreich über hundert Jahr gearbeitet / innerhalb sechs Jahren allein umgeworffen.  » Heinrich Kellerhaus sj, Viel-Färbiger Tugend-Geschmuck der Römisch-Keyserlichen [...] Majestät [...] Josephi des Ersten [...], Graz : Widmanstätterische Erben, 1711, fol. E 1 ro  E 1 vo.

86 Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa, op. cit., p. 307 ; voir aussi Burke, op. cit., p. 138.

87 «  Gleichwie andere Völcker ihren Königen beygelegt den flattierenden Nahmen eines Grossen / also wir [...] Ihme anjetzo / weil er je zu seiner Leb-Zeit den irrdischen Titul eines Grossen hat allzeit abgeschlagen / nach seinem [...] Ableiben den best-meritirten Titul eines Heiligen hinführan beysetzen [...].  » Hieber (OESA), op. cit., p. 2.

88 «  Wo wie vil Herrlicher ist unser Groβmächtigster Kayser in dieser seiner Demuth / als jene stoltze Monarchen / welche auff den Triumphir-Wägen prächtig eingefahren / dem einer zum Pracht und Menschlichen Ruhm zu erjagen 4. Hirschen / als Aurelianus  ; der ander 4. zäme Elephanten / als Alexander Severus, unnd Ca. Pompejus  ; der dritte 4. Löwen / als Julius Caesar  ; der vierdte 4. Einhirn / als Tiberius, und andere mehr / dergleichen selbtsame abgerichte Thier eingespant haben.  » Christoph Traut sj, Ferdinandi des Dritten [...] Gottseeligkeit / in Vergleichung mit dem grossen Adler Ezechielis [...], [Vienne], Matthaeus Cosmerovius, 1657, fol. D 1 ro.

89 Josef Spindler sj, Betrübtes Liebs-Andencken dero von GOtt vnd denen Menschen allzeit beliebten […] Majestät LEOPOLDI I. [...], Gras, Johann Peter Sutor, 1705, fol. C 2 vo.

90 Ibid.

91 Nicolas Avancini sj, « Panegyricus funebris Serenißimo ac Potentißimo Germaniae, Vngariae ac Bohemiae Regi Ferdinandi IV. Austriaco », dans Orationum […] Pars Tertia, Cologne, Johann Wilhelm Friess, 1688, fol. C 1 ro.

92 «  O grosse Herren  ! “Exemplum dedi vobis”, das ist ein Stuck von Ihro Kayserlichen Majestät dem Heiligen Leopoldo.  » Hieber (OESA), op. cit., p. 8.

93 Matsche, op. cit., vol. 1, p. 123.

94 Selon Gerolf Coudenhove et Wilhelm Mrazek, Die Wiener Pestsäule. Versuch einer Deutung., Vienne, Herold, 1958, p. 10.

95 Ibid.

96 Ziegler, op. cit., p. 75, 127, 129.

97 Thomas Winkelbauer, Ständefreiheit und Fürstenmacht  : Länder und Untertanen des Hauses Habsburg im konfessionellen Zeitalter, Vienne, Ueberreuter, 2003, vol. 2, p. 188.

98 Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa, op. cit., p. 331.

99 Voir Friedrich Polleroß, « Zwischen Konfrontation und Imitation. Französische Einflüsse am Wiener Hof um 1700 », dans Karl Möseneder (dir.), Barocke Kunst und Kultur im Donauraum, Petersberg, Imhof, 2014, p. 530‑547.

100 Friedrich Polleroß, « Sonnenkönig und Österreichische Sonne », op. cit., p. 239‑256 ; voir aussi Schillinger, Les Pamphlétaires allemands, op. cit. (note 18), p. 173-181.

101 Ziegler, op. cit. (note 79), p. 28-41, 54-74 ; sur la métaphore solaire, voir aussi François Bluche, Louis XIV, Paris, Fayard, 1986, p. 233 sqq. ; et Schumann, op. cit., p. 95-99.

102 Heinz Schilling, Das Reich und die Deutschen. Höfe und Allianzen  : Deutschland 1648-1763, Berlin, Siedler, 1989, p. 268-269.

103 Carpinsky sj, op. cit. ; Innocenz Englsperger osb, Glorwürdigster Ehren-Lauff der Oesterreichischen Tugendt-Sonne durch das Heilige Römische Reich […], Ratisbonne, Johann Aegidius Raith, 1705 ; Heinrich Colendall sj, Sol occidens in meridie, in occasu meridie splendior [...], Osnabrück, Gottfried Kissling, 1711 ; Jacob Lupperger sj, ECLIpsIs soLIs sVb Ipsa MerIDIe. TraVergrosse Sonn-VerfInsterVng […], Vienne, Johann Baptist Schönwetter, 1711.

104 Franz Xaver Pfyffer sj, Schmerzlichster Untergang der Aller-Durchleuchtigsten Sonn […] CAROLI VI [...], [Augsburg], Johann Michael Labhart, 1740.

105 «  Der Glantz, und die Strahlen dieser grossen Tugend-Sonne  ». Joseph Socher sj, Lob- und Trauer-Rede uber den Tod Weyland KARL des VI. [...], Vienne, Ratisbonne, Emmerich Felix Bader, 1741, fol. C 1 ro.

106 «  [...] Welchen Sattsamb mit Worten zu verfassen die Wohl-redenheit selbsten dörffte zu kurtz kommen.  » Spindler sj, op. cit., fol. A 3 vo.

107 «  Darumen sorge ich / daß ich nicht mit dem Schatten einer untüchtigen Rede das Liecht [der kayserlichen Sonne] nur verstelle / nicht erhebe.  » Anton Staudinger sj, Trauer- und Lob-Rede uber den tödtlichen Hintritt [...] Carl des Sechsten, Vienne, Kaliwoda, 1740, p. 4.

108 Titre de l’oraison funèbre de Ferdinand Widman sj : Morgen-Stern bey der Sonne. Der Kaiser mit Gott. Das ist  : LEOPOLD Der Erste [...] Lebte mit GOtt / sturbe in GOtt / Jn Mittag-Schein Kayserlichen Tugenden erloschen [...], Vienne, Cosmerovische Erben, 1705.

109 Anton Walter sj, Schrifft-mässiger höchster Ehren-Flug der Himmlischen Reichs-Adler […], Ratisbonne, J. Egidius, 1705 ; Ignaz Reiffenstuel sj, Wunder-voller Adlers-Flug zur Göttlichen Sonne in Himmel. Das ist glor-würdigiste Lob- Ehren- und Groß-Thaten Weylands LEOPOLDI [...] des Ersten [...], Vienne, Johann Baptist Schönwetter, 1705 ; Kaspar Adam Betz, Der Sonnen liebende sich glorwürdigst auffschwingende Adler beurlaubet die Erden [...], Coblence, J. F. Krabben, 1711.

110 Olivier Chaline, La Reconquête catholique de l’Europe centrale. XVIe XVIIIe siècle, Paris, Cerf, 1998, p. 48.

111 Winkelbauer, op. cit., vol. 2, p. 69.

112 Voir Norbert Conrad et Werner Conze (dir.), Deutsche Geschichte im Osten Europas. Schlesien, Berlin, Siedler, 2002, p. 334 sqq. ; Gottfried Abt, « Zur Geschichte der Jesuiten, ihrer Universität und ihres Gymnasiums in Breslau » (1802), Mitteilungsblatt des Mathesianer-Verbandes, 65, 1995, p. 7‑19.

113 Carsten Rabe, Alma Mater Leopoldina. Kolleg und Universität der Jesuiten in Breslau 1638-1811, Cologne, Böhlau, 1999, p. 68 sqq.

114 Marie-Thérèse Mourey, «  Hoffmannswaldaus Cato als Sinnbild der schlesischen Ablehnung der kaiserlich-königlichen Macht  », dans Béhar (dir.), op. cit., p. 243-267 ; Pierre Béhar, «  Der Widerstand gegen die Habsburger im Werk Daniel Caspers von Lohenstein  », dans Béhar (dir.), op. cit., p. 269-291.

115 Anonyme, Parelium Leopoldinum  ; sive Leopoldus Primus [...] Augustissimi Nominis Sui Anagrammatismo. Sol duplus in Ortu, Duplus in Progressu, Duplus in Occasu, Breslau, Baumann Erben, 1705, p. 1.

116 Voir Popelka, op. cit., p. 38, 47.

117 Voir «  Le ciel et les astres en devises  », dans Claude-François Ménestrier, La philosophie des images […], Paris, de La Caille, 1682, p. 1-326.

118 Parhélie, ou double soleil : « Phénomène lumineux qui, comme celui du halo, est produit par la réflexion de la lumière sur les petits cristaux de glace qui se trouvent en suspension dans l’atmosphère. » (Larousse.)

119 Parelium Leopoldinum ; Sive LEOPOLDUS Primus, op. cit.

120 Cf. page de titre : « Coram Senatu, Populoq. Academico ».

121 Johann Kugler sj, Parelion academicum, sive Augustissimus Imperator Leopoldus, Sole duplo, Sapientia et Sanctitate Jllustris, Breslau, Baumann Erben, 1705.

122 « Et Thronus ejus sicut sol. » (Ps. 88, v. 38).

123 «  Nun wirfft sich zu seiner Leich / die allermindeste Gesellschafft JESU / lebet und stirbet ewig verbunden den Oesterreichischen Nahmen / Sie erkennet daß LEOPOLDUS DEI Gratiâ [...] Ihr ein Käyser sey gegeben gewesen / Sie bekennet / daß Sie von Ihm mit Wohlthaten überhäuffet / von ungezehlbaren Verfolgungen und Verschmähungen errettet worden / sie bekennet LEOPOLDUM Ihren grösten Beschützer gewesen zu seyn. Daß das Collegium zu Breßlau eine Kirche hat / daß dessen Altär den wahren GOtt bey sich haben [...] / daß halt die Societät JESU in dieser Stadt in einem steinernen Hause wohnet / das hat Christus der Zimmermann und Käyser LEOPOLDUS gethan / mit dessen heiliger und gelehrter Asche die Löbliche / nicht aus dem Gehirn des Jupiter / sondern aus dem Gemüt / Willen und Gnad Ihro Majestät Käysers LEOPOLDI, entsprossene Universität die Häupter ihrer Lehrer danckbar bestreuet.  » Carpinsky sj, op. cit. (note 67), fol. D 1 vo.

124 « Ihro Majestät […] JOSEPHUS […] mit Stimm und Wunsch des Glorreichen Obsiegers Josue zugeruffen  : [...] Steh Sonne  ! Scheine auch uns vom Thron unsers Vatters / und schicke deine Strahlen wider die Feinde / und der Du dem Regierenden und herrschenden Vatter / mit niemalen unter so vielfältigen Ungewittern ausgeloschenen Frieden geschienen hast / und Ihm in seinem Auffgang wie auch im Fortgang und Mittag / und endlichen auch im Untergang eine gedoppelte Sonne worden bist / also vermehre und verdoppele Dich uns mit Verwilligung des Vatters in mehr und vielfältige Sonnen.  » Ibid.

125 « C'est alors que Josué s'adressa à Yahvé, en ce jour où Yahvé livra les Amorites aux Israélites. Josué dit en présence d'Israël : “Soleil, arrête-toi sur Gabaôn, et toi, lune, sur la vallée d'Ayyalôn !” Et le soleil s'arrêta, et la lune se tint immobile jusqu'à ce que le peuple se fût vengé de ses ennemis. » Josué, chap. 10, v. 12-13. Trad. : Bible de Jérusalem.

126 «  […] Und sollte Er beederseiths [im Reich und in Ungarn, ndlr] ein Sighaffter Josue seyn / umb hier die Sonne Franckreichs / dorten den Türckischen Monde stillstehen zu machen.  » Zenneg sj, op. cit. (note 37), fol. C 2 ro.

127 Voir Schumann, op. cit., p. 188, 383 ; Ziegler, op. cit. (note 79), p. 64-65 sqq.

128 Voir notamment Spindler sj, op. cit. ; Andreas Sax sj, Leopoldus der Erste und Grosse [...], Brünn / Brno, Georg Strnadt, 1705 ; Christian Hermann, Die Krafft des gläubigen Gebeths einer sterbenden Majestät […], Breslau, 1705 ; voir Schumann, op. cit., p. 188.

129 Lothar Noack, Christian Hoffmann von Hoffmannswaldau (1616-1679)  : Leben und Werk, Berlin, Boston, De Gruyter, 1999, p. 197.

130 Samuel von Königsdorff, Lob-Rede Der Römisch-Kayserlichen auch zu Hungarn und Böheim Königlichen Majestät / LEOPOLDS des Grossen, Vienne, Johann Baptist Schönwetter, 1706.

131 Christian G. Jöcher et Johann Christoph Adelung, Allgemeines Gelehrten-Lexikon, Leipzig, 1750-1751, vol. 2. Cité par Gerhard Fabian (dir.), Deutsches Biographisches Archiv, Microfiche-Édition, Munich et al., 1989-1993, fiche n° 683/291.

132 «  Der Erd-Kreiß ist niemahls in einer grösseren Bestürtzung gewesen / als er sich in gegenwärtigen Zeiten befindet.  » von Königsdorff, op. cit., fol. A 2 vo.

133 «  Das treue Schlesien ist umb so viel mehr diesen Todes-Fall zubetrauren verpflichtet / nachdem es die Süssigkeit seiner Regierung fast Fünffzig Jahr geschmäcket und unter Dessen klugen Beherrschung bey so schweren Verhängnüssen / welche andere benachbarte Länder betroffen / zum Erstaunen aller Menschen / wie ein Salamander in der Glut / erhalten worden. Der Ackers-Mann hat noch kein Eisen / ausser zum Feld-Bau / und der Burger kein Geschos / als nur zu Freudens-Bezeugung gebrauchet. Insonderheit hat dessen Haupt-Stadt Breslau ungemeine Ursach diese glückselige Zeiten zu erkennen  ; Seine Mauren und Wälle hat keine feindliche Kugel durchlöchert / sie sind noch verbessert und verstärcket / und seine Freyheit-und Berechtsamkeiten von IHM vermehret worden.  » Ibid.

134 «  Er hat das Türckische Reich / welches bißher die Christenheit erschrecket / verächtlich gemacht  ; Er hat das grosse Sonnen-Bild / den Frantzösischen Colossus, so keine Macht / noch Erdbeben zerschmettern können / über einen Hauffen geworffen / und dadurch erwiesen  : daß Ludwig der Vierzehende keiner wahren / sondern nur einer Neben-Sonne zu vergleichen / die kaum vermögend ist ein Land / am wenigsten mehr als eine Welt zu erleuchten.  » Ibid., fol. E 2 ro.

135 Bernhard Asmuth, Daniel Casper von Lohenstein, Stuttgart, Metzler, 1971, p. 17.

136 Sur les rapports entre la Silésie et les Habsbourg, voir Marie-Thérèse Mourey, Poésie et éthique au XVIIe siècle  : les traductions et poèmes allemands de Christian Hoffmann von Hoffmannswaldau (1616-1679), Wiesbaden, Harrassowitz, 1998, p. 167-168, et Béhar, op. cit., t. 1, p. 69‑71, 78‑79, 284-344.

137 Béhar, ibid., t. 1, p. 303.

138 Ibid., t. 1, p. 327.

139 Voir Jeroen Duindam, Vienna and Versailles  : the courts of Europe’s major dynastic rivals, 1550-1780, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 2003, p. 87, 179 ; on trouvera un état de la recherche sur les court studies dans Éric Hassler, La cour de Vienne 1680 - 1740. Service de l’empereur et stratégies spatiales des élites nobiliaires dans la monarchie des Habsbourg, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2013, p. 13-21.

140 Helmut Reinalter, Joseph II.  : Reformer auf dem Kaiserthron, Munich, Beck, 2011, p. 47-51.

141 Moser, Teutsches Hof-Recht, op. cit., vol. 1, p. 32.

142 Schumann, op. cit., p. 371, 376.

143 Ibid., p. 373-374.

144 Sur l’image du roi de France, voir Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, France, Albin Michel, 1999 ; voir également Burke, op. cit. (note 64) ; Isabelle Cogitore et Francis Goyet (dir.), L’Éloge du prince de l’Antiquité au temps des Lumières, Grenoble, ELLUG, 2003 ; Thomas W. Gaehtgens (dir.), L’Image du roi de François Ier à Louis XIV, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2006 ; Joël Cornette, Louis XIV, Paris, Versailles, Chêne/Château de Versailles, 2009 ; Gérard Sabatier, Le Prince et les arts. Stratégies figuratives de la monarchie française, de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2010 ; Jean-Christian Petitfils, Louis XIV, Paris, Perrin, 2014.

145 Franz Eybl, « Leichenpredigten », op. cit., p. 922.

146 Ziegler, op. cit. (note 79), p. 190.

147 Alexandra Merle et Éric Leroy Du Cardonnoy (dir.), Les Habsbourg en Europe  : circulations, échanges et regards croisés, Reims, Épure, Université de Reims Champagne-Ardenne, 2018, p. 12.

148 Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa, op. cit. (note 53), p. 287.

149 Voir Telesko, op. cit. (note 2), p. 9.

150 Pour une comparaison des représentations princières en France et dans l’espace germanophone, voir notamment Duindam, op. cit. ; Christoph Kampmann (dir.), Bourbon, Habsburg, Oranien  : konkurrierende Modelle im dynastischen Europa um 1700, Cologne, Böhlau, 2008 ; Stephanie Schroedter et Marie-Thérèse Mourey (dir.), Barocktanz im Zeichen französisch-deutschen Kulturtransfers  : Quellen zur Tanzkultur um 1700, Hildesheim, New York, Olms, 2008 ; Martin Wrede, « Frankreich, das Reich und die deutsche Nation im 17. und 18. Jahrhundert. Wahrnehmungsmuster und Wahrnehmungswandel », dans Eckhard Leuschner, Thomas Wünsch et Georg Schmidt (dir.), Die deutsche Nation im frühneuzeitlichen Europa. Politische Ordnung und kulturelle Identität, Munich, Oldenbourg, 2010, p. 157‑177 ; Jean Mondot (dir.), Gallophilie und Gallophobie in der Literatur und den Medien in Deutschland und in Italien im XVIII. Jahrhundert, Heidelberg, Winter, 2011 ; Wolfgang Adam et Jean Mondot (dir.), Gallotropismus und Zivilisationsmodelle im deutschsprachigen Raum 1660-1789, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2016 ; Friedrich Polleroß, « Paraphrases artistiques ou contre-images politiques ? Les empereurs et les rois de France dans des gravures parallèles », Bulletin du Centre de Recherche du Château de Versailles, 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14924.

151 Voir Schillinger, Les Pamphlétaires allemands, op. cit. (note 18), p. 56-57.

152 Voir ibid., p. 62.

153 Voir Dauga-Casarotto, « La douceur autrichienne », op. cit., § 16, 58.

154 Voir Schumann, op. cit., p. 102-103, 128-171, 212.

155 Voir Schillinger, Les Pamphlétaires allemands, op. cit., p. 58-59 ; on trouvera dans Malettke, Les Relations entre la France et le Saint-Empire, op. cit., p. 659 sqq. un bilan des regards contrastés que portent l’historiographie française et allemande sur Louis XIV, depuis François Bluche jusqu’à Karl Otmar von Aretin. Pour une comparaison entre Louis XIV et Léopold Ier, voir également Schumann, op. cit. (note 3), p. 208 sqq. ; Martin Wrede, « Türkenkrieger, Türkensieger. Leopold I. und Ludwig XIV. als Retter und Ritter der Christenheit », dans Christoph Kampmann (dir.), Bourbon, Habsburg, Oranien  : konkurrierende Modelle im dynastischen Europa um 1700, Cologne, Böhlau, 2008, p. 149‑165 ; Chaline, « Ludwig XIV. und Kaiser Leopold I. als Herrscher. », op. cit. ; Jean Bérenger, « Ludwig XIV. und Frankreichs Streben nach der Vormachtstellung in Europa », dans Die Türken vor Wien. Europa und die Entscheidung an der Donau, Salzbourg, Vienne, Eigenverlag der Museen der Stadt Wien, 1983, p. 61-72.

156 Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa, op. cit., p. 305.

157 Schumann, op. cit., p. 389.

158 Schilling, op. cit., p. 309.

159 Eybl, op. cit. (note 11), p. 922.

160 Sur la dimension spatiale du rapport au pouvoir, voir Hassler, op. cit. (note 139).

161 Voir Schumann, op. cit. (note 3), p. 379-380 ; Telesko, op. cit. (note 2), p. 9.

162 Voir Dauga-Casarotto, Les oraisons funèbres impériales, op. cit. (note 6), t. 1, p. 119-124.

163 Voir John W. O'Malley (dir.), The Jesuits : Cultures, Sciences, and the Arts, op. cit. (note 41), vol. 2, p. XXXIV.

164 Victor Lucien Tapié, Le baroque, Paris, Presses universitaires de France, 1961 ; éd. citée  : Que sais-je, PUF, 2008, § 6-7. https://www-cairn-info.ezscd.univ-lyon3.fr/le-baroque--9782130567554-page-20.htm.

165  Hellmut Lorenz, « Der habsburgische “Reichsstil”. Mythos und Realität », dans Hellmut Lorenz (dir.), Künstlerischer Austausch. Akten des XXVIII. Internationalen Kongresses für Kunstgeschichte, Berlin, Akademie Verlag, 1993, vol. 2, p. 163-176 ; pour un résumé sur la discussion Reichsstil / Kaiserstil, voir Herbert Karner, « Reichsstil, Kaiserstil oder die Kunst des Heiligen Römischen Reiches deutscher Nation », dans Hartmut Krones (dir.), Die Wiener Hofmusikkapelle III. Gibt es einen Stil der Hofmusikkapelle ?, Vienne, Böhlau, 2011, p. 233‑251. Voir aussi Friedrich Polleroß, « Repräsentation und Reproduktion. Der “Kaiserstil” in den zeitgenössischen “Massenmedien” », dans Werner Telesko (dir.), Die Repräsentation der Habsburg-Lothringischen Dynastie, op. cit., p. 38‑61.

166 Herbert Karner, « Reichsstil, Kaiserstil », op. cit. p. 242.

167 Anton Schindling, « Leopold I. (1658-1705) », dans Anton Schindling et Walter Ziegler (dir.), Die Kaiser der Neuzeit, 1519-1918 : Heiliges Römisches Reich, Österreich, Deutschland, Munich, Beck, 1990, p. 180.

168 Konrad Repgen, « Ferdinand III. (1637-1657) », dans Anton Schindling et Walter Ziegler (dir.), Die Kaiser der Neuzeit, op. cit., p. 144.

169 Voir Cölestin Wolfsgruber, Die k. u. k. Hofburgkapelle und die k. u. k. geistliche Hofkapelle, Vienne, Mayer, 1905, p. 182 ; voir également Aloys et Augustin de Backer et Carlos Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Bruxelles, Oscar Schepens, 1890-1900, vol. VII, p. 1109.

170 Voir Charles W. Ingrao, Josef I. : der « vergessene » Kaiser, Graz, Styria, 1982, p. 29. Cf. également « Extract Der gedruckten und bereits confiscirten Leichenpredigt, darinnen Pater Wiedemann, ordentlicher Hofprediger von des verstorbenen Kaysers Leopoldi I. ungenügend Wisen über den Päpstlichen Glauben, wider die Unkatholischen und Protestirende Religions Verwandten in Schlesien und Ungarn erwiesen [...] und seines Predigtamtes verlustig gemacht hat. » Sächsisches Hauptstaatsarchiv Dresden Loc. 8252, vol. II : « Betreffend die von Sr. Königlichen Majestät mir allergnädigst committirte Puncte an den Kayserlichen Hoffe. » Anno 1704-5, Bl. 148-151. Cité par Rudolf Lenz, Katalog der Leichenpredigten und sonstiger Trauerschriften im Sächsischen Hauptstaatsarchiv Dresden, Sigmaringen, Thorbecke, 1993, p. 99, n° 682.

171 Anton Schindling, « Joseph I. (1705-1711) », dans Anton Schindling et Walter Ziegler (dir.), op. cit., p. 189-191.

172 Cf. Friedrich Polleroß, « “Monumenta Virtutis Austriacae”. Addenda zur Kunstpolitik Karls VI. », dans Markus Hörsch, (dir.), Kunst, Politik, Religion. Studien zur Kunst in Süddeutschland, Österreich, Tschechien und der Slowakei, Petersberg, Imhof, 2000, p. 99‑122.

173 Schumann, op. cit., p. 21.

174 Aristote, Rhétorique, trad. Médéric Dufour et André Wartelle, Paris, Gallimard (Les Belles Lettres), 1980, livre III, § 1415 b, p. 248.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1.Apothéose de l’Hercules christianus. Catafalque éphémère érigé en l’honneur de Léopold Ier dans la cathédrale Saint-Étienne de Vienne, lors des obsèques organisées par l’Université (16-18 juillet 1705).
Crédits Johann Thomas Kemmetinger, Auf zeitlichen-Erden-Stritt folgt ewiger Himmels-Frid  ; oder die / vermittels denen Tugend-Verdiensten erworbene / Vergötterung des Christlichen Herculis, in einem beleuchten Sarch-Gerüste vorgestellet [...], Vienne, Matthias Sischowitz Erbin, 1706. © Stiftsbibliothek Klosterneuburg.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/9111/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre 2. Hercule vainqueur du roi Géryon. Emblème fixé sur le catafalque de Léopold Ier lors des obsèques de l’Université de Vienne (1705).
Crédits Johann Thomas Kemmetinger, Auf zeitlichen-Erden-Stritt folgt ewiger Himmels-Frid  ; oder die / vermittels denen Tugend-Verdiensten erworbene / Vergötterung des Christlichen Herculis, in einem beleuchten Sarch-Gerüste vorgestellet [...], Vienne, Matthias Sischowitz Erbin, 1706. © Stiftsbibliothek Klosterneuburg.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/9111/img-2.png
Fichier image/png, 189k
Titre 3. Hercule chasse le cerf d’Arcadie. Emblème fixé sur le catafalque de Léopold Ier lors des obsèques de l’Université de Vienne (1705).
Crédits Johann Thomas Kemmetinger, Auf zeitlichen-Erden-Stritt folgt ewiger Himmels-Frid  ; oder die / vermittels denen Tugend-Verdiensten erworbene / Vergötterung des Christlichen Herculis, in einem beleuchten Sarch-Gerüste vorgestellet [...], Vienne, Matthias Sischowitz Erbin, 1706. © Stiftsbibliothek Klosterneuburg.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/9111/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre 4. Hercule se venge du rapt de son épouse Déjanire. Emblème fixé sur le catafalque de Léopold Ier lors des obsèques de l’Université de Vienne (1705).
Crédits Johann Thomas Kemmetinger, Auf zeitlichen-Erden-Stritt folgt ewiger Himmels-Frid  ; oder die / vermittels denen Tugend-Verdiensten erworbene / Vergötterung des Christlichen Herculis, in einem beleuchten Sarch-Gerüste vorgestellet [...], Vienne, Matthias Sischowitz Erbin, 1706. © Stiftsbibliothek Klosterneuburg.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/9111/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre 5. Modestie et humilité de Léopold Ier, qui préfère le jugement de Dieu à celui des hommes. Graz, Collège jésuite, 1705.
Crédits Mausolaeum Augustissimis Manibus Leopoldi I. Romanorum Imperatoris [...]. Trauer-Gerüst Zu Ehren deß in Gott seeliglich verschiedenen Römischen Kaysers [...], Graz, Johann Peter Sutor, 1705, p. 11. © Stiftsbibliothek Klosterneuburg.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/9111/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre 6. « La bonne cause triomphe aussi par des prodiges. »
Crédits Collège jésuite de Vienne, obsèques de Léopold Ier (1705). VENERATIO POSTHUMA Collegii Caesareo-Academici Societatis Jesu VIENNAE [...]. Nachschallender Ehren-Ruhm [...] LEOPOLDI I., Vienne, Johann Baptist Schönwetter, 1705, fol. D 1 ro. © Stiftsbibliothek Klosterneuburg.
URL http://journals.openedition.org/episteme/docannexe/image/9111/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippine Casarotto, « « Plumer le coq gaulois » : éloge du prince, guerre des images et stratégies médiatiques dans les oraisons funèbres et les catafalques éphémères en l’honneur de Léopold Ier († 1705) et Joseph Ier de Habsbourg († 1711), dans l’Empire et les territoires de la Maison d’Autriche  »Études Épistémè [En ligne], 38 | 2020, mis en ligne le 12 février 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/9111 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.9111

Haut de page

Auteur

Philippine Casarotto

Université Lyon 3

Philippine Casarotto, maître de conférences à l'Université Lyon 3 (Faculté des Langues, Département d'Etudes Germaniques), est membre de l'Institut d'Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM – UMR 5317). Ses centres d'intérêt concernent les littératures de l'espace germanophone du XVIème au XVIIIème siècle, la Monarchie habsbourgeoise, l'éloquence ecclésiastique, les rituels, l'histoire des représentations. Elle a notamment publié « La ‘Douceur’ autrichienne contre la superbe des Bourbons : un éloge funèbre en images à la gloire de l'empereur Léopold Ier (Vienne, 1705) », Exercices de Rhétoriques n° 11 (2018) https://rhetorique.revues.org ; « Architecture éloquente et monuments de papier à la gloire de la pietas austriaca. Une cérémonie funèbre en l’honneur de l’empereur Léopold Ier de Habsbourg (Innsbruck, 1705) », in Monique Vénuat, Christian Jérémie (dir.), L'éloquence ecclésiastique de la pré-Réforme aux Lumières, Paris : Honoré Champion, 2015, pp. 291-312 ; « Oraison funèbre », in Alain Montandon, Saulo Neiva (dir.), Dictionnaire raisonné de la caducité des genres littéraires, Genève : Droz, 2014, pp. 572-587.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search