Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Prédication et controverse sous l...

Prédication et controverse sous le régime de l’édit de Nantes. Étude comparée de trois publications (Mestrezat, Du Moulin, Eustache)

Preaching and Controversy under the Édit de Nantes. A Comparative Study of three Publications (Mestrezat, Du Moulin, Eustache)
Cinthia Meli

Résumés

Fondée principalement sur des sermons, la présente étude vise à mettre au jour les stratégies respectives de trois prédicateurs réformés, Jean Mestrezat, Pierre Du Moulin et David Eustache, pour faire face à leurs adversaires, dans les années 1630-1640. Après avoir examiné les circonstances de production des sermons, nous procédons à l’analyse de leur texte, afin de mettre au jour le type d’arguments (logos ou ethos) et de style qui y sont privilégiés. L’étude montre que les trois prédicateurs choisissent soigneusement leur stratégie argumentative en fonction, non des thèmes des sermons, qui sont communs, mais de leurs circonstances de lieux et de personnes et que, dans un cas, l’adversaire doctrinal visé explicitement par le texte ne coïncide pas avec sa cible effective, déductible à partir de la chaîne de publication dans lequel il s’inscrit. L’étude invite plus largement à interroger les rapports entre les divers genres discursifs, écrits (traité et pamphlet) et oraux (sermon et conférence), dans lesquels se déploie la controverse entre catholiques et réformés dans la première moitié du XVIIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marianne Carbonnier-Burkard et Jean Baubérot, Histoire des protestants. Une minorité en France (XVI (...)
  • 2 Louis Desgraves en dénombre plus de 7 000 dans son Répertoire des ouvrages de controverse entre cat (...)
  • 3 Voir Émile Kappler, Les Conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au XVII (...)
  • 4 Jean Mestrezat, Sermon sur la justification par la foi sans les œuvres de la Loi, sur les vers. 15 (...)

1Pour qui souhaite interroger les liens entre prédication et polémique, la France du premier XVIIe siècle paraît constituer un terrain privilégié : l’édit de Nantes, en mettant un terme au conflit armé, engage en effet les anciens belligérants à changer les armes d’acier pour celles de papier, pour reprendre une formule souvent citée du juriste Pierre de Beloy. « Le temps de l’édit de Nantes, remarque ainsi Marianne Carbonnier-Burkard, a été celui de la controverse interconfessionnelle, orale et écrite, le but étant de vaincre l’adversaire, le réduire au silence, ou mieux le convertir, l’amener de l’erreur à la vérité. »1 Si la controverse se traduit par la publication d’un nombre très important de traités et de libelles2, elle se déploie également dans les genres oraux de la conférence théologique et du sermon, même si, dans ce dernier cas, le genre ne lui est ni spécifiquement, ni exclusivement dévolu. Le pasteur a en effet d’abord pour mission d’instruire ses auditeurs des principaux articles de la foi réformée, en se fondant sur le commentaire du texte biblique cité en épigraphe, et de préciser les conséquences de cette doctrine sur le comportement des croyants, deux fonctions désignées respectivement par les termes d’explication et d’application. C’est dans la partie dévolue à l’explication que le prédicateur peut aborder les objets de désaccord entre réformés et catholiques et donner à son sermon un tour polémique. Si les trois corpus mentionnés – traités de controverse, conférences théologiques et sermons – ont donné lieu chacun, dans les années 1980-1990, à des études de fond3, il reste encore à préciser la dynamique de leurs relations, tant les pratiques auxquelles ils renvoient ont partie liée : c’est du moins ce que laissent entrevoir les trois dossiers constitués dans la perspective de la présente étude, fondée sur des sermons de Jean Mestrezat, Pierre Du Moulin et David Eustache publiés respectivement en 1639, 1640 et 16484.

  • 5 Lorsque celui-ci désigne un individu qui a déjà publié des traités de controverses ou qui a pris pa (...)
  • 6 Soit que celui-ci mentionne un objet de controverse (comme le sermon de Mestrezat, qui porte « sur (...)
  • 7 On trouvera les références bibliographiques de ces trois réactions en annexe.
  • 8 On trouvera également le détail et les références bibliographiques de ces réactions en chaîne en an (...)
  • 9 Le Dictionnaire de la France protestante attribue par exemple à Pierre Du Moulin près de 80 ouvrage (...)
  • 10 Dans ses trois sermons, Pierre Du Moulin aborde aussi bien la doctrine de la justification par la f (...)

2L’enquête s’est heurtée à une difficulté initiale : comment identifier, dans la masse des sermons réformés publiés en France entre 1598 et 1685, ceux qui revêtent un caractère polémique ? Rappelons que Françoise Chevalier a répertorié à partir de la bibliographie de Cioranescu, pour cette période et ce territoire, plus de 350 ouvrages, composés d’un ou plusieurs sermons, pour un nombre total estimé à plus de 1000. Aux indices péritextuels qu’auraient pu constituer le nom d’auteur5 et le titre de l’ouvrage6 a pourtant été préféré un indice jugé plus fiable, de nature épitextuelle : il consiste en la publication d’une réaction au sermon concerné, que celle-ci prenne la forme d’une censure, d’une réfutation ou d’un examen7. Ces réactions attestent avec certitude le caractère polémique du sermon, amplifié en amont par les ouvrages de controverse publiés par leur auteur, et en aval par la cascade de publications qu’entraîne la ou les réponses qu’il oppose à ses détracteurs8. Par leur nombre et parfois leur longueur9, les titres ainsi mis au jour rendaient impossible, dans les limites assignées à cet article, l’étude de l’articulation du sermon à l’œuvre doctrinale de son auteur, ou celle de sa réfutation par les adversaires de ce dernier. À ces deux pistes de recherche, restées ouvertes, a été préférée une troisième, qui consiste en l’étude comparée des stratégies argumentatives des trois prédicateurs, comprises comme la disposition, dans un style donné, d’un argumentaire choisi : ces stratégies sont-elles identiques, ou obéissent-elles à des principes distincts ? Et à quels facteurs attribuer leurs éventuelles divergences ? L’enquête, menée prioritairement à partir des textes imprimés, mais fondée également sur leurs circonstances de production et de publication (que celles-ci soient ou non rapportées par leurs auteurs), a révélé, et cela en dépit de la proximité chronologique et thématique des publications10, des stratégies distinctes, dont l’analyse contribue, dans le cas particulier du sermon de Mestrezat, à déplacer le lieu d’inscription du caractère polémique du sermon du texte à ses épitextes. Après avoir éclairé les circonstances des sermons étudiés et le cadre argumentatif imposé aux prédicateurs réformés par leurs adversaires, j’étudierai le type d’argumentation choisi par chaque auteur, en répertoriant à leur tour les arguments et les figures de style relevant du logos et de l’ethos.

Circonstances

3Du Moulin et Eustache se montrent diserts quant aux circonstances de production et de performance de leurs sermons respectifs, qu’ils détaillent dans les pièces liminaires de leurs publications. Leurs récits convergent sur trois points. Ils attribuent d’abord l’initiative des premiers sermons polémiques, et donc la responsabilité de la controverse, à leurs adversaires, qui appartiennent dans les deux cas à un ordre religieux connu pour son engagement controversiste, l’ordre mendiant des capucins d’un côté et la compagnie de Jésus de l’autre. Du Moulin écrit ainsi dans la « Préface » à ses trois sermons :

  • 11 P. Du Moulin, « Préface », op. cit., n. p. (je souligne).

L’Assiduité des Peres Capucins à se trouver à nos predications, a esmeu les esprits du peuple de ceste ville tant d’une que d’autre religion. Depuis ce temps là la ville bruit de disputes, & le sujet des Sermons de ces Peres est de refuter ce que nous avons dit. Cela m’a obligé à faire trois Predications, esquelles je me suis estendu en leur presence sur les controverses. 11

4Le récit d’Eustache est à la fois plus long et plus orienté, en ce qu’il annonce d’emblée l’issue de la confrontation différée entre les deux prédicateurs :

  • 12 D. Eustache, « Au lecteur », op. cit., p. 7-8 (je souligne).

Il n’y a pas long temps qu’un nouveau Predicateur vint à Montpelier, où il fut du commencement suivy d’un tres grand nombre d’auditeurs[.] Alors le zele, ou la curiosité de l’ouïr, étoit extraordinaire, & tout l’entretien de la ville n’étoit que sur le sujet de la Religion. Mais toute cette devotion ne fut qu’un vent, qu’une pluye subite abbat en un instant. Les suites ne répondirent pas à ses commencemens, & la fin fit évanouïr toutes les esperances des siens. Il avoit exposé en un Sermon, ces paroles, Ceci est mon corps ; & parce que quelques-uns des nostres qui y assisterent, mirent sur le papier les principales raisons qu’il avoit apportées, pour refuter notre doctrice sur ce poinct, & qu’il promit de venir au Presche le Dimanche suivant ; comme il fit, on obligea M. Eustache, qui estoit en semaine à prendre le mesme texte, à quoi il consentit […].12

  • 13 Pour une présentation détaillée du contexte politique et religieux des trois sermons de Du Moulin, (...)

5La convergence du début de ces deux récits est révélatrice de la situation de minorité dans laquelle se trouvent les communautés réformées dans l’aire francophone, sur le plan numérique, d’abord, puisque leur population est largement inférieure à la population catholique ; sur le plan politique, ensuite, étant donné les clauses de l’édit de Nantes, qui interdisent aux pasteurs de prendre l’initiative de la controverse. Certes, cette dernière remarque ne saurait s’appliquer à Du Moulin, qui vit, enseigne et prêche à Sedan, une principauté indépendante de la couronne française, mais ce lieu de refuge, où règnent depuis 1563 la liberté et l’égalité de culte, et où les deux communautés cohabitent en bonne entente, vit ses dernières heures : après la conversion à la foi catholique, en 1636, du prince régnant, Frédéric-Maurice de La Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, une offensive à la fois politique et religieuse est lancée sur la principauté, qui sera intégrée au royaume de France en 164213. Toujours est-il qu’attaqués par ceux qu’ils présentent comme des fauteurs de trouble, les deux prédicateurs semblent ne faire que répondre à une provocation.

6Le second trait commun aux deux récits tient aux bonnes intentions affichées par leurs auteurs à l’égard de leurs publics respectifs, appréhendés et construits pourtant de façon différente. Eustache choisit de mettre en valeur les élites laïques et ecclésiastiques en présence desquelles son sermon a été prononcé, quelle que soit leur appartenance confessionnelle, et de projeter un lecteur impartial, qui ne pourra qu’adhérer à son discours :

  • 14 D. Eustache, « Au Lecteur », op. cit., p. 8-9.

[…] en tout son discours [il] témoigna autant de civilité, & de respect qu’il en estoit deu à une assemblée, qui fut l’une des plus celebres qu’on eut encores veuës dans le Temple, pource qu’outre les nostres, les principaux des Catholiques Romains, et tous les corps, & Ordres de la ville, s’y trouverent, & s’y firent remarquer avec éclat, pour le nombre & pour la qualité. Ce fut en leur presence qu’il exposa ce mesme texte, & qu’il répondit à tout ce que leur predicateur avoit dit de plus considerable contre nous. Et c’est ce qui a donné lieu à la publication de ce Sermon, apres lequel l’adversaire edifia si mal les siens, qu’il semblait qu’il e[û]t payé pour cela. Si le Lecteur prend la peine de lire ce Sermon avec un esprit desinteressé, je m’asseure qu’il y trouvera sa satisfaction.14

7Du Moulin opère en revanche, au sein de son auditoire originel puis de son lectorat, des distinctions qui visent aussi bien à le justifier contre ses détracteurs qu’à attiser la curiosité de son lecteur :

  • 15 P. Du Moulin, « Préface », op. cit., n. p.

[j’] ay fait [ces trois sermons] contre ma coustume. Car mon inclination est plustost d’enseigner à bien vivre qu’à disputer, & tascher plustost à rendre les hommes bons & vertueux, qu’à les rendre savants. De ces trois predications ces Peres Capucins non accoustumés au langage de la verité, sont sortis autant contens que satisfaits : & n’ont cessé depuis de parler de ces predications avec mespris. Et ceux qui les croyent disent que ce sont presches d’escholier, pleins de railleries & calomnies, bons pour l’Hostel de Bourgongne. Cela m’a meu à les mettre au jour, pour faire voir si c’est avec raison que je suis ainsi traitté. Si ce sont railleries & bouffonneries, elles serviront à resjouir les personnes de gaye humeur. Mais si ce sont choses serieuses & claires, & fondees en la parole de Dieu, se trouveront quelques personnes, quoy que passionnees, qui me justifieront, & en feront leur profit. De ce que je mets au jour, j’ay pour tesmoins trois ou quatre mille personnes qui m’ont ouy. Lesquelles, par la grace de Dieu, par ceste violente contradiction de ces Peres, sont devenuës plus zelees au service de Dieu, & plus soigneuses à s’instruire és saintes Escritures.15

  • 16 « Nous ne recerchons pas en nos predications des fleurs de Rhetorique, mais nous proposons la parol (...)

8Si la performance orale des trois sermons a produit chez les pères capucins des réactions contradictoires (la satisfaction puis le mépris), et chez leurs partisans des critiques qui mettent en cause la crédibilité de Du Moulin en l’assimilant à un comédien, leur publication imprimée pourrait selon lui le justifier auprès de quelques-uns de ses détracteurs, pourtant partisans, en reconduisant l’effet positif qu’ils ont eu sur son auditoire (effet qui lui permet du reste de renouer avec la mission morale qu’il s’assigne de préférence). Du Moulin exagère sans doute le nombre de ses auditeurs à dessein, mais, ce faisant, il renforce sa caractérisation (il est question plus haut du « peuple de cette ville »). Or cette caractérisation du premier public du prédicateur, qui s’opère à partir d’une assemblée hétérogène, constituée de bourgeois et d’artisans, de catholiques et de réformés, sans doute identique à celle de Montpellier, porte en elle la définition d’une stratégie argumentative, adaptée aux simples, que renforce encore l’engagement topique du prédicateur réformé à renoncer à l’éloquence pour privilégier la vérité16.

  • 17 Sur le terme d’exposition et la rhétorique qu’il suppose, voir Anne Régent-Susini, « La rhétorique (...)

9Un dernier point, enfin, rapproche et distingue à la fois les récits produits par Du Moulin et Eustache : le traitement réservé à leur adversaire doctrinal. Si les deux prédicateurs laissent entendre la faiblesse théologique et la défaite de leurs adversaires, les stratégies rhétoriques qu’ils déclarent adopter à leur égard sont nettement distinctes. Eustache s’inscrit dans une logique d’explication du verset biblique (qu’il désigne ici et ailleurs par le terme d’exposition17) et de réfutation des « principales raisons » de son adversaire. Du Moulin, lui, place son sermon sous l’enseigne ambivalente des « railleries et calomnies » dont on l’accuse et d’une « contradiction » qu’il qualifie lui-même de « violente ». On pourrait croire qu’en recourant à une alternative exclusive (« Si ce sont railleries & bouffonneries […] Mais si ce sont choses serieuses & claires, & fondees en la parole de Dieu »), Du Moulin, se défend, textes à l’appui, de l’accusation portée contre lui : l’étude de sa stratégie argumentative effective réserve sur ce point des surprises.

  • 18 Bien qu’elle s’inscrive dans la chaîne de publications à laquelle appartient le sermon de Mestrezat (...)
  • 19 J. Mestrezat, « A Monsieur de Sainct-Marc, conseiller du Roy en ses Conseils d’Estat & Privé », op. (...)
  • 20 Sur Théophile Brachet de La Milletière et sur la teneur théologique de son débat avec Mestrezat, vo (...)
  • 21 Leur détail est indiqué en annexe.

10Contrairement à Du Moulin et à Eustache, Mestrezat ne donne quant à lui aucune indication quant aux circonstances de composition et de performance du sermon qu’il publie18. Il se contente, dans l’épître dédicatoire, de décrire en termes allusifs le motif de sa publication : il écrit à son dédicataire, Monsieur de Saint-Marc, que « le zele qu[e celui-ci a] pour la verité de la Confession de Foy de nos Eglises, [lui] ayant donné un sensible desplaisir de la voir combattuë par une personne qu’[il a] affectionné[e], [le] porte à un particulier examen des choses par leurs fondemens »19, une inclination que viendrait satisfaire le sermon de Mestrezat, publié à sa demande. La chaîne de publications dans laquelle s’inscrit son ouvrage permet toutefois d’identifier la personne à laquelle Mestrezat fait allusion : il s’agit de Théodore Brachet de La Milletière, un théologien réformé devenu depuis 1628 agent de la politique confessionnelle de Richelieu, auteur de plusieurs ouvrages dans lesquels il appelle les réformés à rentrer dans le giron de l’Église catholique, en s’employant pour cela à dissoudre les différends doctrinaux qui opposent les deux confessions20. Brachet de La Milletière cherche en particulier à instrumentaliser la crise déclenchée en 1634 par la publication par Moyse Amyraut d’un traité sur la prédestination qui remettait en cause l’interprétation rigoriste formulée au siècle précédent par Jean Calvin et plus encore par Théodore de Bèze, pour tenter un rapprochement doctrinal avec Mestrezat, qui se traduit par la publication de plusieurs ouvrages21 et se solde par un échec. L’omission du nom et de la confession de son adversaire participe de la stratégie argumentative du pasteur de Charenton, qu’il s’agit maintenant de saisir, comme celles de Du Moulin et d’Eustache.

Logos

  • 22 Pour une présentation synthétique de ces argumentaires, voir par exemple Patrick Cabanel, Histoire (...)
  • 23 « La coustume de nos adversaires en leurs disputes est d’user d’une chicanerie hargneuse, & fort in (...)
  • 24 « Et si en la loy toutes les parties & pieces du Tabernacle devoyent estre tres exactement & parfai (...)
  • 25 Voir par exemple ibid., p. 15, 22 et 55.
  • 26 « Et nous rapporterons ce qu’il nous dit à deux poincts, qui seront le sujet de nostre meditation e (...)
  • 27 Ibid., p. 25-26 et 27-28.
  • 28 Ibid., p. 7, 10-11, 19-20, 25, 32, 37.
  • 29 Ibid., p. 50, 52.

11On ne saurait analyser les sermons, lorsqu’ils prennent une dimension polémique, sans tenir compte de ce qui se fait à l’époque dans ces deux autres genres de la controverse que sont le traité et la conférence. Or les historiens qui les ont étudiés constatent à la fois une variété et une évolution des pratiques argumentatives : si les deux camps se sont pendant longtemps appuyés sur l’argument historique, en accumulant une réserve importante de citations patristiques, le jésuite Robert Bellarmin leur impose le raisonnement scolastique avec sa synthèse, intitulée Débats sur les controverses de la foi chrétienne, parue entre 1586 et 1593, avant qu’un autre jésuite, François Véron, ne remette l’accent à partir des années 1620 sur l’Écriture, les conciles et les Pères de l’Église, en laissant toutefois aux réformés le soin de justifier leur séparation de l’Église catholique22. Du Moulin se plaint du reste de cette règle imposée aux protestants par les catholiques sans qu’eux-mêmes ne s’y soumettent, pour justifier sans doute les libertés qu’il prend en la matière23. Mestrezat et Eustache, en revanche, se montrent plus dociles, en produisant à l’appui de la doctrine réformée les arguments que leurs adversaires catholiques attendent : ces arguments, fondés d’abord sur le commentaire exégétique du texte biblique, et dans une moindre mesure, sur la patristique, sont de nature philologique et, surtout chez Eustache, de nature scolastique. Mestrezat place son raisonnement sous le principe de convenance et d’analogie auquel sont soumises selon lui les Écritures saintes24, ce qui l’engage à étayer son interprétation des versets de l’épître aux Galates, qui constituent le texte de son sermon (Gal 2 : 15-16), par des occurrences, dans d’autres versets de l’Ancien et du Nouveau Testament, des termes qui les composent. Il tient compte également du contexte historique de l’épître paulinienne pour préciser l’extension des termes du débat – justification par la foi et justification par la loi –, ce qui l’engage au passage à opposer la doctrine paulinienne à celle des docteurs juifs auxquels il s’adresse25. L’annonce de la division du discours26, l’usage d’exemples et d’analogies à portée didactique27, de commentaires métadiscursifs28 et d’organisateurs de discours29 qui viennent souligner l’articulation logique du propos, traduisent une préoccupation pédagogique certaine, que la complexité de la discussion et de son objet rend toutefois vaines pour un auditeur ou un lecteur non averti : le sermon s’adresse à des spécialistes.

  • 30 « Pour l’intelligence de ces paroles, Ceci est mon Corps, il faut examiner trois choses. 1. Que sig (...)
  • 31 « Monstrons plus particulièrement que ce verbe, est, se prend pour signifie, en ceste proposition, (...)

12La même préoccupation de se rendre clair se retrouve chez Eustache : elle est perceptible encore une fois dans la division du discours30, mais aussi dans l’annonce et la caractérisation des arguments produits pour chaque point31. Mais le propos prend chez lui une tournure plus élitiste que chez Mestrezat, en raison de sa grande technicité : le prédicateur recourt à des termes de grammaire (verbe, nom, pronom), de scolastique (espèce, genre, accident) et à des raisonnements syllogistiques parfois complexes, qui réservent son discours à un public savant, et peut-être davantage à la lecture qu’à l’audition. À titre d’illustration, on retiendra le passage suivant, dans lequel le pasteur ressaisit l’analyse grammaticale de l’énoncé « ceci est mon corps », à laquelle il vient de procéder, à l’appui d’un raisonnement syllogistique dont il emprunte la majeure à Bellarmin :

  • 32 Ibid., p. 14 (l’auteur souligne).

Par ce moyen la transsubstantiation est destruite, pource que le pain ne peut estre le corps de Christ qu’en figure, veu que la lumiere naturelle contraint nos adversaires d’avouër [manchette : Bellar. l. 1 De Eucha., c. II], que de deux choses qui sont differentes de genre, & de nature, l’une ne peut estre l’autre que par figure [majeure], comme quand il est dit, les sept vaches sont sept années, la semence, c’est la parole de Dieu, Christ est le sep. Il faut donc dire le mesme de cette proposition, Ce pain est mon corps [conclusion] ; pource que le pain & le corps sont deux substances, differentes de genre, & de nature [mineure].32

13La référence au concept de « lumière naturelle » est ici centrale : cette catachrèse désigne une clairvoyance en matière de foi commune à l’ensemble des hommes, bien que limitée par leur nature concupiscente, sur laquelle est fondée tout le dispositif probatoire du sermon. Mais si Eustache n’hésite pas à plusieurs reprises à instrumentaliser les propos de ses adversaires doctrinaux à sa démonstration, il les ramène la plupart du temps à leurs seuls arguments : ainsi, son adversaire direct, le jésuite Richard Mercier, n’est jamais caractérisé, ni même nommé dans son texte : il est réduit par les formules récurrentes « on a dit » et « on a allégué » à n’être que l’énonciateur anonyme de ses arguments, homme logocentré, désincarné, dont l’appréhension par Eustache contribue à dépersonnaliser le débat.

  • 33 C’est du reste le programme du traité de controverse mentionné supra dans la note 9, Nouveauté du p (...)

14Qu’en est-il maintenant de l’argumentation logique chez Du Moulin ? Elle est à la fois nettement plus ténue que chez les deux autres pasteurs, et fondée dans une large mesure sur un type d’arguments distincts, de nature historique, qui consistent à souligner les écarts, sur le plan de la doctrine et de la liturgie, entre le catholicisme et le christianisme des premiers siècles33. Si Du Moulin cite bien le texte biblique à l’appui de son propos, celui-ci ne fait pas l’objet d’une explication très poussée ni très technique, sur les plans philologique et dialectique. À l’analyse grammaticale, il préfère la mention de l’usage commun, au syllogisme des analogies adaptées au public large auquel il s’adresse. Abordant ainsi la doctrine controversée de la prédestination, et les conséquences néfastes qu’elle pourrait avoir selon ses adversaires catholiques sur le comportement moral des croyants, il s’appuie sur une analogie entre grâce et longévité pour balayer l’objection :

  • 34 P. Du Moulin, op. cit., p. 1-2.

De ceux qui parlent ainsi [les adversaires de la justification par la foi] vous pouvez dire asseurément, que s’ils continuent à tenir tels propos, ils sont reprouvez : Car s’ils appartenoyent à l’election de Dieu, Dieu leur donneroit son S. Esprit, qui mettroit en leurs cœurs des meilleures pensees. Ils parlent avec autant de raison que si quelcun disoit, Si Dieu a ordonné en son conseil que je parvienne à une grande vieillesse, je n’ay que faire de manger & de boire, & de prendre medecine en mes maladies : car quoi que je face, il faut necessairement que je vive jusqu’au jour que Dieu a determiné & preordonné en son conseil. D’un homme qui là-dessus prendroit la resolution de ne manger point, vous diriez asseurément que sa mort est prochaine. Car si Dieu vouloit qu’il vescust plus long temps, il luy donneroit la prudence pour se servir des moyens necessaires pour sa conservation. Ceux que Dieu a destiné[s] à une fin, il les a aussi destinez à suivre les moyens pour parvenir à ceste fin. Ceux qu’il a predestinez à salut, il les a aussi predestinez à vivre sainctement & honnestement : car c’est le chemin pour parvenir au salut.34

15Du Moulin passe par une analogie triviale, propre à être saisie par tout auditeur, pour établir la généralité du principe sur lequel il s’appuie – qui prévoit la fin prévoit les moyens –, puis l’appliquer à la question particulière de la prédestination. De même, le pasteur réfute le fondement doctrinal du sacrement de l’eucharistie, la transsubstantiation, en l’abordant sous un angle liturgique (et non théologique, comme le fait Eustache), et en prenant le discours des catholiques en la matière au pied de la lettre, pour en dénoncer les contradictions :

  • 35 Ibid., p. 40-41.

Voicy encore d’autres choses que nos adversaires disent estre requises, pour faire qu’une action soit vrayement & proprement sacrifice. Ils disent, & ont raison, qu’il faut que la chose qu’on sacrifie soit visible. Car un sacrifice d’une chose invisible est une pure imagination. Sur cela nous leur demandons, voyez-vous Jesus Christ en la Messe, puis que vous le sacrifiez ? Ils respondent Nous le voyons. Puis donc qu’en la Messe ils voyent le corps de Christ qui est un corps humain, qu’ils nous disent s’il est assis ou debout, s’il a les yeux ouverts ou fermés. S’il a le dos tourné ou la face. Mais c’est ce qu’ils ne voyent pas. Eux mesmes, disans qu’ils voyent J. Christ sous les especes, disent qu’ils ne le voyent pas, puis qu’il est caché sous les especes. Comment le verroyent-ils sous les especes, puis que ces especes, le couvrent & en empeschent la veuë ? Ils parlent comme si je disois, je voy cet argent sous le coffre, car il est enfermé au coffre qui m’empesche de le voir.35

16À nouveau, l’analogie finale a pour fonction de mettre à la portée de l’auditeur l’argument dialectique selon lequel la proposition « voir le corps du Christ sous les espèces » est contradictoire. Davantage, en réattribuant cette dernière à ses adversaires, par le recours au dialogue, il s’emploie à les discréditer : chez lui, l’argument logique est inséparable de l’argument éthique. Sur le plan de la dispositio, enfin, les sermons du pasteur de Sedan sont peu élaborés, comparés à ceux de Mestrezat et d’Eustache : sans s’arrêter à formuler une division, il procède à un commentaire linéaire du verset liminaire, dans lequel il trouve le prétexte de défendre l’Église réformée des critiques formulées par ses adversaires, puis de porter des accusations contre ces derniers, dont les croyances et pratiques liturgiques et dévotionnelles sont décrites et dénoncées.

Ethos

17On l’aura compris : chez Du Moulin, ce sont les arguments qui relèvent de l’ethos qui l’emportent, c’est-à-dire des arguments qui consistent à mettre en doute la crédibilité de l’adversaire pour saper la valeur de sa prise de position. Et comme l’atteste la citation précédente, ce sont ces arguments qui servent de support aux railleries et aux calomnies dont l’accusent ses détracteurs. Le passage suivant, qui porte également sur la doctrine de la transsubstantiation, constitue un autre exemple de cette combinaison d’arguments logiques (relatifs à la nature et au lieu de Jésus-Christ) et d’attaques ad personam :

  • 36 Ibid., p. 22-23.

Mais voulez-vous voir clair comme le jour, que l’Eglise Romaine despouille Jesus Christ de toute puissance, & le rend plus impuissant que les hommes les plus infirmes ? Sçachez donc que l’Eglise Romaine enseigne que Jes. Christ qui est en l’hostie ne peut ouvrir les yeux, ny remuer les mains : & qu’il ne se peut changer de lieu, pource qu’il n’y est pas en lieu. S’il tombe, il ne se peut relever. Il ne se garentit pas contre les souris qui l’emportent, ny contre les larrons qui le derobbent. Alors on dit avec grande douleur, Dieu est derobbé.36

18Comme le dialogue, la prosopopée finale laisse entrevoir que de tels arguments peuvent bien donner lieu aux « bouffonneries » qui ont été reprochées à Du Moulin. Ce qui vient compliquer les choses, c’est que la dénonciation du comportement adverse, chez lui, est souvent couplée à celle du comportement de ses coreligionnaires. Ainsi, c’est la critique du nicodémisme – le fait pour un protestant de ne pas faire profession publique de sa foi – qui lui fournit le prétexte à railler les dévotions catholiques :

  • 37 Ibid., p. 12.

Item, nostre Apostre nous commandant d’offrir nos corps à Dieu, condamne les craintifs qui allans à la Messe contre leur conscience, pour s’accommoder au monde & servir à leurs affaires domestiques, disent pour excuse, qu’ils ne laissent pas de servir Dieu en leurs cœurs, & de condamner les abus de l’Eglise Romaine. C’est une belle chose de les ouïr discourir. Ils disent, quand j’entre en une Eglise & que j’y voy l’image de Dieu, le Pere vestu en Pape, j’en destourne mes yeux, car je sçay que Dieu a deffendu cela en sa parole. Quand je voy des povres idolatres qui avec tant de devotion baisent des os, & adorent des reliques, j’ai cela en execration. Quad ie voy qu’on adore la croix en parlant à elle en disant, Ie te saluë bois triomphal [manchette : Ave ligni triumphale], je sçay que ce bois n’entend pas ce qu’on luy dit, & n’a nulle intelligence.37

19De même, c’est la violente dénonciation des comportements immoraux des membres de la communauté réformée de Sedan, accusés notamment de prostitution et d’ivrognerie, qui lui fournit le prétexte, dans l’application, à une attaque contre les pratiques de dévotion des capucins :

  • 38 Ibid., p. 27-28.

Pour ceste cause [les comportements répréhensibles auxquels se livrent les membres de la communauté réformée de Sedan] Dieu estant irrité a esbranlé les fondemens de son temple, & monstre aujourd’hui ses verges prestes pour punir nostre ingratitude. Par sa sagesse & juste providence, il nous a amené des Religieux de S. François qui par leurs clameurs & violence servent à reveiller nostre zele languissant, & à vous rendre soigneux à vous instruire és sainctes Escritures : afin de vous pourvoir d’armes necessaires pour defendre la cause de Dieu, qui est aussi la vostre.
Voire j’ose dire que Dieu les a amenez exprés pour vous servir d’exemple, & de juste reproche. Car qui est-ce d’entre vous qui prattique aussi soigneusement les commandemens de Dieu, qu’ils observent les commandemens des hommes ? Qui est celuy d’entre vous, qui garde aussi exactement la reigle de l’Evangile, qu’ils gardent la reigle de S. François, et les Constitutions de leur ordre ? Trois fois la semaine, et en plusieurs vigiles, ils se despouillent tout nuds apres minuict, et se fouettent eux mesmes depuis les jarrets jusqu’aux espaules avec des fouets de cordelettes, tant que le sang en decoule : et en se foüettant chantent, Miserere. Ils mendient, ils vont pieds nuds, ou demi nuds, ils n’ont point de chemise, ils n’ont qu’un habit, et icelui rapetassé. Qui est-ce d’entre vous qui en fist autant pour le service de Dieu ?38

20Si ces propos ont pu dans un premier temps contenter les pères capucins présents au sermon, ceux-ci se sont vite rendu compte qu’ils étaient à charge, Du Moulin s’employant ensuite à dénoncer l’orgueil et l’erreur que recèlent de telles pratiques de dévotion. De fait, le pasteur avance masqué, pour retourner en blâme ce qui semble tenir a priori de l’éloge, mais que nuancent déjà les parallélismes (pratiquer les commandemens de Dieu vs observer les commandemens des hommes ; garder la reigle de l’Evangile vs garder la reigle de saint François). La stratégie vise sans doute également à amuser ses auditeurs, qui pourraient prendre plaisir, au milieu des reproches qui leur sont adressés, à voir tourner en bourrique les pères mendiants. Aussi admettra-t-on que Du Moulin met beaucoup de malice dans ses sermons et dans leur préface commune, dans laquelle, pour mieux appâter ses lecteurs, il se défend d’une accusation pourtant méritée de raillerie.

21On ne trouve évidemment rien de tel chez Eustache, qui professe à l’égard de ses adversaires et de son auditoire « modestie et douceur », en vertu du principe de clairvoyance commune qui les réunit et les définit :

L’evidence de la verité, que nous ferons voir à l’œil, avec l’assistance du S. Esprit, & la respectueuse modestie, & douceur, dont nous assaisonnerons nostre discours, sera la recognoissance de ce que vous nous honorés de vos presences. […] C’est par les lumieres de ce divin Esprit, que nous éclaircirons cette matiere, avec une ame vuide de toute passion, qui ne se propose pour but que la gloire de Dieu, & vostre propre salut.

  • 39 Ibid., p. 72.

22Ces principes se démentent rarement, et dans la partie du sermon dévolue à l’explication, ne laissent aucune place à un portrait à charge de ses adversaires : comme il a été remarqué plus haut, c’est uniquement d’un point de vue logique qu’Eustache s’emploie à réfuter Mercier, ou plutôt sa doctrine – une synecdoque révélatrice utilisée vers la fin du sermon39. Un changement de régime s’observe toutefois à la fin de l’application, lorsque le prédicateur entreprend de s’adresser à une partie restreinte de son auditoire pour l’encourager à se détourner de l’éclat trompeur de la religion catholique et à rejoindre la vérité lumineuse de l’Église réformée, en filant la métaphore qui fonde son sermon :

  • 40 Ibid., p. 79-80.

Nous ne pouvons assés exprimer la douleur de nostre esprit, qui est fort sensiblement navré de voir tant de belles ames courir dans une si mauvaise voye. Ce qui fait que nous avons de la peine à croire que Dieu vous ait fait naistre, pour vous laisser pour tousjours en cet estat ; les qualités qui sont en vous semblent nous faire esperer que son infinie misericorde vous en tirera bien tost. Ce qui vous [a] retenus jusques ici, c’est l’esclat, & la pompe qui suit vostre Religion, comme l’ombre, le corps. Mais comme le Soleil à son lever efface toute la clarté des estoiles, ainsi quand il plairra à Dieu de faire lever sur vous la lumiere de son Evangile, elle fera esvanouïr de devant vos yeux toute cette gloire mondaine, qui vous [a] charmés jusques à maintenant.40

23Le propos prend dès lors une tournure missionnaire, qui explique peut-être le soin mis par le jésuite Mercier à combattre le sermon, puis les textes rédigés par Eustache pour sa défense. L’abondance de l’échange montre en Eustache un adversaire d’autant plus redoutable qu’il ne tombe pas dans la veine satirique et la contradiction violente de Du Moulin.

  • 41 J. Mestrezat, op. cit., p. 71.
  • 42 Il est excommunié par Théophile Rosset le 29 janvier 1645, sur décision du Synode national de Chare (...)

24Pour ce qui est de Mestrezat, enfin, les arguments qui relèvent de l’ethos sont également très restreints. Jamais il ne s’emploie à caractériser négativement ses adversaires, qu’ils soient présents (les docteurs catholiques) ou passés (les docteurs juifs), et cela même dans l’exhortation finale, adressée exclusivement à un auditoire réformé. Mestrezat en décrit longuement la nature pécheresse, une éthopée finale qui prend a contrario valeur d’argument en faveur de la doctrine de la prédestination : comment l’homme pourrait-il être sauvé par les œuvres, alors qu’il ne parvient jamais à observer strictement la loi morale ? « Sçachant bien que nous ne pouvons estre justifiés par les œuvres de la Loy, écrit-il en s’incluant dans la quatrième personne avec son destinataire, nous recourrons avec les cœurs brisez & froissez à Jesus-Christ, afin d’être justifiés par la foy que nous aurons en lui »41. Le soin mis à représenter les réformés comme une communauté humiliée, suspendue à la grâce de Dieu, est l’indice de l’enjeu de ce sermon : il s’agit de resserrer les rangs après la crise déclenchée en 1634 par Amyraut, que son instrumentalisation par Brachet de La Milletière vient raviver. En adressant explicitement ses arguments aux docteurs de l’Église catholique et en évitant de nommer, dans son sermon, son adversaire effectif, Mestrezat cherche à étouffer la polémique lancée par celui qui fait figure d’agent provocateur à la solde de Richelieu, et qui sera quelques années plus tard exclu de l’Église réformée42.

  • 43 Voir B. Dompnier, art. cit., en particulier p. 33-40.

25L’analyse rhétorique des sermons de Mestrezat, Du Moulin et Eustache révèle ainsi, en dépit de leur proximité chronologique et de leurs thèmes communs – les doctrines de la prédestination et du saint sacrement – un argumentaire et un style tout à fait distincts, qu’on peut attribuer aux circonstances de lieu et de personnes de leur performance initiale ou de leur publication. Bernard Dompnier a déjà argué de façon convaincante que le style apparemment archaïque adopté par Du Moulin est dicté par la nécessité de s’adapter au style missionnaire pour le moins expéditif des capucins43. Le pasteur choisit de regagner à la cause réformée la population de Sedan, dont une partie pourrait être tentée, à l’instar du prince régnant, de rejoindre le camp catholique. Eustache choisit quant à lui la stratégie opposée, en s’adressant dans un style à la fois mesuré et élevé aux élites de la ville de Montpellier, pour mieux retourner contre lui les armes de son adversaire jésuite. Enfin Mestrezat opte quant à lui pour une stratégie de la rupture, en récusant à Brachet de La Milletière le statut même d’adversaire doctrinal : la discussion et la réfutation des arguments catholiques sur la doctrine de la prédestination vise pour l’essentiel à resserrer les rangs d’une communauté réformée fragilisée par les dissensions doctrinales qui ont récemment opposé ses principaux représentants. Le fait que le texte soit dédicacé à Monsieur de Saint-Marc, « Conseiller du Roy en ses Conseils d’Estat & Privé », dénote également la volonté d’associer à ce mouvement une aristocratie protestante, proche du pouvoir royal, qui pourrait être tentée pour des raisons politiques de se convertir à la foi catholique. Dans tous les cas, la cible et le caractère véritablement polémique du sermon de Mestrezat ne sont pas inductibles de son texte, mais de la chaîne de publications à laquelle il appartient et qui permet d’en déterminer le contexte.

  • 44 Voir ibid., p. 40-44.

26Les trois dossiers mis au jour à partir des sermons de Mestrezat, Du Moulin et Eustache appelleraient enfin des investigations plus poussées, susceptibles d’éclairer les relations que la prédication, comme genre, entretient d’une part avec la conférence, et de l’autre avec la littérature de controverse qu’elle intègre, du moment qu’elle est imprimée. Ainsi, il est frappant de constater que le style satirique adopté par Du Moulin dans ses trois sermons se prolonge dans les ouvrages produits par lui-même et ses partisans contre les capucins, la prédication conditionnant profondément la littérature de controverse44. De même, il serait intéressant de mesurer les effets de réassignation de la polémique produits par la publication imprimée, notamment lorsque celle-ci change de lieu, dans les cas particuliers des échanges initiés par les sermons de Du Moulin et d’Eustache, et cela d’autant plus qu’ils obéissent à des logiques contraires (de Sedan à Paris dans le premier cas, de Genève à Montpellier dans le second). Enfin, on peut remarquer que le sermon fournit au prédicateur un cadre moins contraignant que la conférence, soumise alors à un règlement très strict, qui profite au camp catholique, en lui permettant notamment de faire parler ses adversaires à sa guise, par le recours aux figures du dialogue et de la prosopopée. Pratiquées par les mêmes acteurs, prédication, conférence et controverse ont partie liée, et leur articulation demande encore à être élucidée.

Annexe : références bibliographiques des ouvrages publiés en lien avec les trois publications étudiées

Jean Mestrezat, Sermon sur la justification par la foi sans les œuvres de la Loi, sur les vers. 15 & 16 du chap. 2 aux Galat, Charenton, M. Mondière, 1639, 86 p.

Théophile Brachet de La Milletière, Lettre à un gentilhomme docte de ses amis. Imprimée du consentement de l’auteur, s.l., 1638, 30 p.

Théophile Brachet de La Milletière, Amiable éclaircissement avec M. Mestrezat, sur la vérité de la doctrine des catholiques, touchant les mérites et la justification du fidèle, Paris, s.n., 1638, 39 p.

Jean Mestrezat, Discours de la grâce contre les prétendus mérites et la justification par les œuvres, adressé à Mr de La Milletière, Charenton, M. Mondière, 1638, 75 p.

Théophile Brachet de La Milletière, Réponse à l’argument fait par M. Mestrezat en son prêche du 28 août 1639, Paris, s.n., 1639, 23 p.

Théophile Brachet de La Milletière, Censure du sermon de M. de Mestrezat sur la justification par la foi sans les œuvres de la loi, avec l’explication naïve des paroles de S. Paul à S. Pierre : Galat. 2, vers. 11 et suiv., Paris, P. Rocolet, 1639, 246 p.

Théophile Brachet de La Milletière, La Doctrine catholique. De la justification du fidèle et du vrai mérite que la grâce de Dieu forme en lui, défendue contre les raisons de M. Mestrezat, pour la réunion du schisme en l’église, Paris, P. Rocolet, 1639, 954 p.

Pierre Du Moulin, Trois sermons faits en présence des pères capucins qui les ont honorés de leur présence, Sedans, P. Jannon, 1640, 88 p. (rééd. Charenton, S. Petit, 1641 et Genève, I. Chouet, 1641)

Lettre du sieur Crescentiam de Mont-Ouvert. Adressée par forme de Relation au Sieur Mettayer, jadis ministre de Lusignan, maintenant professeur de la Foi Catholique en l’Eglise Romaine. Où se voit en Entretien de Religion, qui s’est passé à Sedan. Avec la réfutation de trois prêches du Sieur Du Moulin : tirées des Sermons du P. Joseph de Morlaix capucin. Ensemble les Instructions pieuses qu’il donne à un nouveau converti, Reims, Fr. Bernard, 1641, 302 p.

Pierre Du Moulin, Examen du livre du Père Joseph de Morlaix, capucin, intitulé Lettre du sieur Crescentian de Mont-Ouvert et promettant la réfutation de trois sermons de Du Moulin, Sedan, P. Jannon, 1641, 184 p.

Pierre Du Moulin, Le Capucin, traité auquel est décrite l’origine des capucins, et leurs vœux, règles et disciplines examinées, Sedan, P. Jannon, 1641, 80 p. (rééd. Genève, Chouet, 1641)

François Clouet, Journal des Capucins, en suite du Capucin du Sr Du Moulin. Avec une addition de plusieurs pratiques secrètes de leur ordre, s.l.n.d., 31 p.

Paul Caillavet, Les Réponses à trois sermons du Sr Du Moulin, ministre à Sedan, sur le sacrifice de la Messe et l’Autorité de l’Église. Dédiées à Monseigneur l’Évêque de Rieux, Paris, L. Boulanger, 1642, 169 p.

Guillaume Cacherat, Le Capucin défendu, contre les calomnies de Me Pierre du Moulin Ministre ; ou Traité apologétique, contenant les justes raisons pour lesquelles le Parlement de Bordeaux a fait brûler par les mains de l’exécuteur des sentences criminelles le libelle diffamatoire contre les capucins. Avec la réfutation sommaire des calomnies et impiétés qui y sont contenues, Paris, A. Vitray, 1642, 175 p.

David Eustache, Sermon sur les paroles du chapitre XXVI de saint Matthieu, verset 26. Ceci est mon corps. Prononcé à Montpellier, Genève, Ph. Gamonet, 1648, 83 p.

Richard Mercier, Examen des falsifications des passages, troncations, citations de mauvaise foi, ignorance et autres, Toulouse, J. Boude, 1649, 330 p.

David Eustache, Sermon sur la parole du chapitre XXVI de saint Matthieu, verset 26 : « Ceci est mon corps », avec la réponse au livre que le sieur Richard Mercier a publié sur l’Eucharistie, où il examine particulièrement ledit sermon, Orange, E. Raban, 1649, 438 p.

Conférence entre David Eustache, ministre du Saint Évangile, et Richard Mercier, jésuite, sur le sujet de l’Eucharistie, Genève, P. Gamonet, 1649, 99 p.

David Eustache, Anatomie du livre publié par le sieur Mercier, intitulé Cent faussetés, contradictions ou impertinences contenues dans cinquante feuillets, Orange, E. Raban, 1650, 64 p.

David Eustache, Sermon sur les paroles du chapitre XXVI de saint Matth., vers. 26 : ceci est mon corps, prononcé à Montpellier […] revue et corrigé de nouveau par l’auteur, Charenton, L. Vendôme, 1650, 88 p.

Richard Mercier, Réflexions sur le livre intitulé : Réponse au livre que le sieur Mercier, jésuite, a publié sur l’Eucharistie, Montpellier, D. Pech, 1651, 452 p.

David Eustache, Du point de la position d’un corps en plusieurs lieux à la fois par la puissance de Dieu. Du corps de Jésus-Christ : si selon l’Écriture sainte il est en plusieurs à la fois, contre ce que le sieur Mercier dit dans son livre intitulé Examen, etc. Remarques sur le livre que le même a publié sous le titre de Réflexions, etc., Orange, E. Raban, 1651, 269 p.

Richard Mercier, Le Séjour de l’Église prétendue R. dans les îles imaginaires. Et Réponse au livre intitulé Réponse, Montpellier, D. Pech, 1652, 827 p.

Haut de page

Notes

1 Marianne Carbonnier-Burkard et Jean Baubérot, Histoire des protestants. Une minorité en France (XVIe-XXIe siècle), Paris, Ellipses, 2016, p. 117.

2 Louis Desgraves en dénombre plus de 7 000 dans son Répertoire des ouvrages de controverse entre catholiques et protestants en France (1598-1685), Genève, Droz, 1984-1985, 2 vol.

3 Voir Émile Kappler, Les Conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2011 (1980) ; Jacques Solé, Le Débat entre protestants et catholiques français de 1598 à 1685, Paris, Aux amateurs de livre, 1985 ; et Françoise Chevalier, Prêcher sous l’Édit de Nantes. La prédication réformée au XVIIe siècle en France, Genève, Labor et fides, 1994.

4 Jean Mestrezat, Sermon sur la justification par la foi sans les œuvres de la Loi, sur les vers. 15 & 16 du chap. 2 aux Galat., Charenton, M. Mondière, 1639 ; Pierre Du Moulin, Trois Sermons faits en présence des pères capucins qui les ont honorés de leur présence, Sedan, P. Jannon, 1640 (rééd. Charenton, S. Petit, 1641 et Genève, J. Chouet, 1641) ; David Eustache, Sermon sur les paroles du chapitre XXVI de saint Matthieu, verset 26. Ceci est mon corps. Prononcé à Montpellier, Genève, Ph. Gamonet, 1648.

5 Lorsque celui-ci désigne un individu qui a déjà publié des traités de controverses ou qui a pris part à des conférences théologiques, comme c’est le cas des trois auteurs étudiés, Mestrezat, Du Moulin et Eustache. Voir pour le détail de leurs interventions les ouvrages cités de Louis Desgraves et Émile Kappler.

6 Soit que celui-ci mentionne un objet de controverse (comme le sermon de Mestrezat, qui porte « sur la justification par la foi sans les œuvres de la loi »), soit qu’il cite un verset biblique dont l’interprétation par les deux communautés diverge (comme le sermon d’Eustache, qui porte sur Mt 26 : 26 « ceci est mon corps »), soit enfin qu’il mentionne la présence dans l’auditoire de représentants de l’Église catholique (c’est le cas des trois sermons de Du Moulin, « faits en la présence des pères capucins qui les ont honorés de leur présence »).

7 On trouvera les références bibliographiques de ces trois réactions en annexe.

8 On trouvera également le détail et les références bibliographiques de ces réactions en chaîne en annexe.

9 Le Dictionnaire de la France protestante attribue par exemple à Pierre Du Moulin près de 80 ouvrages de controverse, et, quand bien même une des deux réponses à ses trois sermons les met directement en lien avec l’un de ses traités de controverse, intitulé Nouveauté du papisme (Genève et Sedan, 1627), celui-ci fait plus de 1000 pages.

10 Dans ses trois sermons, Pierre Du Moulin aborde aussi bien la doctrine de la justification par la foi que celle du sacrement de l’eucharistie, qui constituent respectivement l’objet des sermons de Mestrezat et Eustache.

11 P. Du Moulin, « Préface », op. cit., n. p. (je souligne).

12 D. Eustache, « Au lecteur », op. cit., p. 7-8 (je souligne).

13 Pour une présentation détaillée du contexte politique et religieux des trois sermons de Du Moulin, voir Bernard Dompnier, « Pierre Du Moulin, les capucins et la règle de saint François. Autour des controverses de Sedan (1640-1641) », in M. Magdelaine, M.-C. Pitassi, R. Whelan et A. McKenna (dir.), De l’Humanisme aux Lumières, Bayle et le protestantisme. Mélanges en l’honneur d’E. Labrousse, Oxford, Voltaire Foundation, 1996, p. 31-44. On trouvera en outre une analyse rhétorique de ces trois sermons dans l’article de Christabelle Thouin-Dieuaide, « Prédication sous tension : trois sermons de Pierre Du Moulin faits en présence des capucins », in J. Léonard (dir.), Prêtres et Pasteurs. Les clergés à l’ère des divisions confessionnelles (XVIe-XVIIe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 171-180.

14 D. Eustache, « Au Lecteur », op. cit., p. 8-9.

15 P. Du Moulin, « Préface », op. cit., n. p.

16 « Nous ne recerchons pas en nos predications des fleurs de Rhetorique, mais nous proposons la parole de Dieu en sa pureté & simplicité. Laissans à nos adversaires le prix de l’eloquence, nous nous contentons de celuy de la verité. » Du Moulin, ibid.

17 Sur le terme d’exposition et la rhétorique qu’il suppose, voir Anne Régent-Susini, « La rhétorique d’exposition dans la controverse antiprotestante du second XVIIe siècle : irénisme ou violence ? L’exemple de Bossuet », dans Benoît Bolduc et Henriette Goldwin (dir.), Concordia discors, Berlin, Günter Narr, 2011, vol. II, p. 55-63.

18 Bien qu’elle s’inscrive dans la chaîne de publications à laquelle appartient le sermon de Mestrezat, la Réponse du sieur de La Milletière à l'argument fait par M. Mestrezat en son presche du 28 aoust 1639, Paris, s.n., 1639, porte sur un autre sermon de Mestrezat, également consacré à la doctrine de la justification, mais fondé sur Ga 3. 3.

19 J. Mestrezat, « A Monsieur de Sainct-Marc, conseiller du Roy en ses Conseils d’Estat & Privé », op. cit., n. p.

20 Sur Théophile Brachet de La Milletière et sur la teneur théologique de son débat avec Mestrezat, voir R. J. M. Van de Schoor, The Irenical Theology of Théophile Brachet de La Milletière (1588-1665), Leyde, Brill, 1995, chapitre III, la section intitulée « La Milletière and the congregation of Charenton », p. 95-106.

21 Leur détail est indiqué en annexe.

22 Pour une présentation synthétique de ces argumentaires, voir par exemple Patrick Cabanel, Histoire des protestants en France (XVIe-XXIe siècle), Paris, Fayard, 2012, en particulier la section intitulée « Un “paradis pour controversistes” », p. 404-411.

23 « La coustume de nos adversaires en leurs disputes est d’user d’une chicanerie hargneuse, & fort injuste. Ils ne s’estiment pas obligez à prouver leur doctrine par l’Escriture : Mais ils nous veulent obliger à amener des passages formels, c’est à dire, esquels tout ce que nous disons soit contenu en autant de mots & de syllabes. Ce qui est plein d’injustice. » P. Du Moulin, op. cit., p. 43.

24 « Et si en la loy toutes les parties & pieces du Tabernacle devoyent estre tres exactement & parfaictement adiustées les unes aux autres ; il estoit raisonnble que la Religon chrestienne, qui est une production divine encor plus excellente, eust en toutes ses parties une tres-belle analogie & convenance. » J. Mestrezat, op. cit., p. 6-7.

25 Voir par exemple ibid., p. 15, 22 et 55.

26 « Et nous rapporterons ce qu’il nous dit à deux poincts, qui seront le sujet de nostre meditation en l’heure presente, à sçavoir, 2. Que c’est qu’estre justifié par la Loy, ou par la Foy. 2. La necessité imposée à tous, tant Juifs que Gentils, d’estre justifiez par la Foy. » Ibid., p. 14.

27 Ibid., p. 25-26 et 27-28.

28 Ibid., p. 7, 10-11, 19-20, 25, 32, 37.

29 Ibid., p. 50, 52.

30 « Pour l’intelligence de ces paroles, Ceci est mon Corps, il faut examiner trois choses. 1. Que signifie le pronom, Ceci. 2. Que signifie le verbe, est. 3. Quel est le sens de toute cette proposition, Ceci est mon corps. Nous respondrons selon les occasions aux objections qu’on a apportées sur ce sujet. » D. Eustache, op. cit., p. 13-14.

31 « Monstrons plus particulièrement que ce verbe, est, se prend pour signifie, en ceste proposition, ceci est mon corps. Nous le prouvons 1. par l’escriture. 2. par la coustume de l’Eglise Iudaique. 3. par l’usage commun, 4. par la raison. » Ibid., p. 26.

32 Ibid., p. 14 (l’auteur souligne).

33 C’est du reste le programme du traité de controverse mentionné supra dans la note 9, Nouveauté du papisme, opposée à l’Antiquité du vrai christianisme.

34 P. Du Moulin, op. cit., p. 1-2.

35 Ibid., p. 40-41.

36 Ibid., p. 22-23.

37 Ibid., p. 12.

38 Ibid., p. 27-28.

39 Ibid., p. 72.

40 Ibid., p. 79-80.

41 J. Mestrezat, op. cit., p. 71.

42 Il est excommunié par Théophile Rosset le 29 janvier 1645, sur décision du Synode national de Charenton, et il se convertit alors au catholicisme.

43 Voir B. Dompnier, art. cit., en particulier p. 33-40.

44 Voir ibid., p. 40-44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cinthia Meli, « Prédication et controverse sous le régime de l’édit de Nantes. Étude comparée de trois publications (Mestrezat, Du Moulin, Eustache) »Études Épistémè [En ligne], 38 | 2020, mis en ligne le 01 février 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/episteme/9346 ; DOI : https://doi.org/10.4000/episteme.9346

Haut de page

Auteur

Cinthia Meli

Cinthia Meli est docteure ès lettres et chargée d’enseignement en littérature française à la Faculté des Lettres de l’Université de Genève. Après avoir soutenu en 2012 une thèse de doctorat consacrée à Bossuet et à la prédication catholique, elle poursuit ses recherches dans deux directions, l’homilétique réformée d’une part, la réception des auteurs classiques à la Belle Époque de l’autre.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search