Navigation – Plan du site
III. Revendications identitaires et stratégies territoriales autochtones : quelles identités pour quels territoires ?

À l'invisible nul n'est tenu : les conditions spatiales de l’identification métisse au Canada au XIXe siècle

Invisible No One Is Bound: Spatial Conditions of Métis Identification in 19th Century Canada
Étienne Rivard

Résumés

Le « peuple oublié » (the forgotten people), telle est l’image qui collait aux Métis du Canada au tournant des années 1970. Il s’agit d’une époque cruciale où de jeunes intellectuels métis de l’Ouest canadien amorcent un long processus de réhabilitation de leur passé et de remise en question d’une historiographie canadienne qui les dépeint jusqu’alors comme des insurgés demi-sauvages et des menaces directes au développement du Canada moderne. En effet, suite à leur soulèvement en 1885, à l’intervention militaire des forces canadiennes et à la pendaison de leur leader politique, les Métis ont été, dans une large part, et pour la majeure partie du XXe siècle, relégués aux marges géographiques et sociales de l’ensemble canadien. À l’heure de la réconciliation nationale et du renouvellement des relations de l’État avec les peuples autochtones, cette réaffirmation métisse est certes dans l’air du temps. Elle s’accompagne toutefois d’un effet secondaire. À l’ombre de cette réalité métisse de l’Ouest, se multiplient aujourd’hui des communautés se réclamant de l’identité métisse et d’une histoire qui leur est propre, et cela bien au-delà du territoire des Prairies auquel est généralement associé cet espace identitaire au Canada. Ces revendications soulèvent des défis relativement à la définition des Métis comme peuple autochtone : d’une part, les communautés d’affirmation récente souffrent d’une invisibilité politique (reconnaissance) qui n’a d’égale qu’une certaine invisibilité historique (rareté des traces documentaires); d’autre part, ces revendications remettent profondément en question les représentations historiques et géographiques sur lesquelles reposent les processus d’identification de l’autochtonie. Cet article propose un nouveau regard géo-historique sur la question métisse dans l’Est, sensible aux jeux d’échelle et à la pertinence des preuves indirectes dans la construction des savoirs géographiques. Nous tirons profit d’une vingtaine d’années d’expérience en recherche fondamentale sur les questions métisses au Canada et d’une recherche plus appliquée découlant de notre rôle à titre de témoin expert pour une cause judiciaire au Québec.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

There is a popular, but natural, delusion that direct evidence is necessarily better than circumstantial, in fact that it is the only satisfactory kind of evidence. […] Direct evidence not only fails to explain; it may even suggest the wrong explanation; because it tells us only a fraction of the facts, while seeming to tell all.
A. M. Hocart, Kings and Councillors, 1970[1936] (Chicago, Un. Of Chicago Press), p. 11 et 22.

  • 1 Les Métis sont, avec les Premières Nations et les Inuits, l’un des trois peuples autochtones explic (...)

1Le 19 juin 1816 avait lieu la bataille de la Grenouillère, lieu sis sur la rive gauche de la rivière Rouge, dans la colonie du même nom, située au cœur de ce qui est aujourd’hui la ville de Winnipeg au Manitoba. Sortis victorieux de cet affrontement avec les gens de la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH), les Métis1 vont alors s’affirmer politiquement comme la « Nation des Bois-Brûlés » et faire leur entrée comme entité culturelle dans la mémoire collective canadienne (Gouvernement du Canada, 1819). Ce sentiment national ne cessera de prendre de l’ampleur jusqu’en 1885, lors du soulèvement métis du Nord-Ouest et de la défaite militaire aux mains des milices canadiennes (Ens, 2012). Battus, bafoués et marginalisés (politiquement, économiquement et spatialement), les Métis tomberont dès lors dans un oubli presque complet, dépeints qu’ils sont comme des insurgés demi-sauvages et mésadaptés aux rigueurs de la civilisation canadienne [Rivard, 2017b, p. 320].

2Il faudra attendre le tournant des années 1970, époque cruciale où de jeunes intellectuels métis de l’Ouest canadien amorcent un long processus de réhabilitation de leur passé et de remise en question de l’historiographie dominante, pour que la Nation métisse revienne sur l’écran radar de l’autochtonie canadienne. Cette réaffirmation s’accompagne toutefois d’un effet secondaire. À l’ombre de cette réalité de l’Ouest, se multiplient aujourd’hui des communautés se réclamant de l’identité métisse et d’une histoire qui leur est propre, et cela bien au-delà du territoire des Prairies auquel est généralement associé cet espace identitaire dans l’imaginaire canadien [Rivard, 2020a]. Ces revendications soulèvent des défis relativement à la définition des Métis comme peuple autochtone : d’une part, les communautés d’affirmation récente souffrent d’une invisibilité politique (reconnaissance) qui n’a d’égale qu’une certaine invisibilité historique (rareté des traces documentaires); d’autre part, ces revendications remettent profondément en question les représentations historiques et géographiques sur lesquelles reposent les processus d’identification de l’autochtonie.

  • 2 Il s’agit du premier procès au Québec concernant les droits de prélèvement (chasse de subsistance), (...)

3L’invisibilité politique et documentaire des réalités métisses en dehors des Prairies représente un défi scientifique qui reste à ce jour entier. Peu de travaux ont tenté jusqu’ici de le relever, du moins au Québec [Rivard, 2015]. Les résultats que nous présentons ici constituent une tentative (bien partielle) en ce sens et ils reposent sur la prémisse selon laquelle l’invisibilité tiendrait souvent au regard que l’on porte sur les choses. En conséquence, nous proposons une nouvelle perspective géo-historique sur la question métisse dans l’Est, qui soit plus sensible aux jeux d’échelle et à la pertinence des preuves indirectes dans la construction des savoirs géographiques. C’est dans cet esprit que furent développés les travaux de recherche présentés dans cet article et initialement produits en vue de supporter la Communauté métisse du Domaine-du-Roy et de la Seigneurie de Mingan (CMDRSM) – une association formée en 2005 dans le but d’appuyer la défense légale des Métis du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord – dans ce qui est connu comme la cause Corneau2.

4L’article se compose de trois parties. D’abord, nous ferons un court état des lieux concernant la question de l’identité métisse dans le contexte canadien. Ensuite, nous explorerons le cadre idéologique à la base de l’invisibilité historique des Métis dans l’Est. Enfin, nous exposerons les principaux résultats de notre étude, laquelle scrute l’« invisible » par une approche indirecte des faits identitaires, une approche fine centrée sur les comportements résidentiels et spatiaux des ménages métis de la région à l’étude en 1851.

Le spectre contemporain de l’identité en étude métisse

  • 3 Notre propre thèse doctorale en géographie historique soutenue à l’Université de la Colombie-Britan (...)

5Comment définir qui est Métis au sens culturel et légal au Canada? Voilà une question qui aura fait couler beaucoup d’encre au cours des dernières décennies. On peut le dire, aborder cette question est devenu, dans la pratique, un nécessaire rite de passage pour toute personne s’initiant aux études métisses. Plusieurs auteurs s’y sont employés par la force des choses : Bell [1989], Boisvert et Turnbull [1985], la Commission royale sur les peuples autochtones (Gouvernement du Canada, 1996) et bien d’autres à leur suite3.

6Le débat tient en grande partie à l’enchâssement, dans la Loi constitutionnelle de 1982, des droits autochtones (c’est l’Article 35) et à l’identification formelle des « Métis » comme l’un des peuples autochtones du Canada (avec les « Indiens » et les « Inuits »). Le problème avec le texte constitutionnel est qu’il n’offre pas une définition explicite de qui est Métis [Bell, 1989, p. 1-59] et, comme l’expérience historique et contemporaine de la « métissitude » varie grandement à l’échelle du pays [Ens et Sawchuk, 2016], cette imprécision a ouvert la porte à d’innombrables interprétations.

  • 4 Plusieurs de ces chercheurs sont eux-mêmes des Métis de l’Ouest.

7Il y a toutefois deux interprétations dominantes qui polarisent l’opinion des chercheurs, particulièrement au cours de la dernière décennie. D’un côté, on trouve de nombreux universitaires pour qui l’identité métisse est une réalité exclusive de l’Ouest canadien et qui s’appuie sur l’existence, au XIXe siècle, de la Nation métisse [Andersen, 2014; Gaudry, 2018]4. Cette prise de position a l’avantage de correspondre largement à l’imaginaire géo-historique canadien, mettant en scène ce peuple distinct de chasseurs de bison de la Prairie et qui, vers la fin du siècle, se sera opposé pas qu’une, mais bien deux fois aux empiètements de l’État canadien sur son territoire, soit en 1869-1870 (à la rivière Rouge, Manitoba) et en 1885 (dans ce qui est aujourd’hui la Saskatchewan). De l’avis de ces chercheurs, les communautés de l’Est du Canada qui se disent aujourd’hui « métisses » n’ont pas les fondements historiques pour asseoir leurs prétentions identitaires et collectives; ils confondraient, plus souvent, le fait d’avoir des origines mixtes (autochtones et allochtones) et celui d’appartenir à une réalité culturelle qui a fait société [Andersen, 2014].

8D’un autre côté, certains chercheurs prônent une définition plus large qui rendrait compte de la multiplicité des expériences historiques et actuelles de l’identité métisse [Bouchard, Malette et Marcotte, 2019; Ens et Sawchuk, 2016]. Dans certains cas, on s’attarde même à l’existence d’un sentiment national franco-métis qui ne soit pas exclusivement centré sur la rivière Rouge, mais qui serait géographiquement plus étendu, comprenant non seulement l’Ouest canadien, mais aussi les provinces de l’Est, ainsi que certaines régions des États-Unis, celles des Grands Lacs ou des Plaines notamment [Foxcurran, Bouchard et Malette, 2016].

  • 5 Il s’agit du premier jugement de la Cour suprême du Canada en droits métis. La cause remonte à 1993 (...)

9L’intérêt pour l’identité métisse fut longtemps marginale au Québec; jusqu’au début des années 2000, nous étions peu de chercheurs à s’être penchés activement sur cette problématique [Rivard, 2015]. Le portrait change de manière drastique en 2003 avec l’annonce de l’arrêt Powley5. S’en suit une augmentation importante des personnes s’identifiant comme Métis (au Québec, certes, mais aussi dans l’ensemble du pays), des revendications de droit autochtone et, par le fait même, des causes juridiques. Ces causes impliquent en retour des besoins en recherche, tout particulièrement dans le domaine historique, entraînant ainsi l’augmentation des travaux visant à répondre à cette interrogation persistante : « Y a-t-il eu des communautés métisses historiques au Québec »? Les chercheurs québécois, à l’image de leurs homologues canadiens, restent à ce jour divisés sur la réponse à apporter à ce problème (ibid.).

10Bien que nous travaillons sur la question métisse au Québec depuis environ vingt ans, les travaux que nous présentons ici découlent essentiellement de ce contexte scientifico-juridique précipité par la jurisprudence en matière de droit autochtone métis au Canada. Ils préconisent une définition large des notions d’identité et de communauté métisses, une définition qui ne fait pas de l’expression « nationale » la seule manière de définir une communauté culturelle. En revanche, ce type de communautés, plus modestes démographiquement et moins affirmées sur le plan politique, ont aussi tendance à être moins bien documentées dans les archives officielles et restent essentiellement « invisibles ».

Le brouillage idéologique ou le Sauvage a-à sa place

  • 6 C’est le terme historique qui prévaut jusqu’au début du XXe siècle pour décrire les populations des (...)

11Il faut le dire d’entrée de jeu : l’invisibilité historique des Métis dans l’Est n’est pas absolue. Certes, ils ne profitent pas d’une présence aussi importante dans les sources documentaires que leurs homologues de l’Ouest canadien, en particulier à partir du XIXe siècle. L’expression « Métis » – et ses synonymes reconnus comme « half breed », « Métif », « Bois brûlé » ou « sang mêlé » [Brown, 2007] – n'est pas des plus courantes dans les sources documentaires coloniales concernant l’espace boréal québécois. Elle fait assurément figure d’enfant pauvre si on la compare à d’autres ethnonymes courants de la traite des fourrures tels que « Sauvages6 », « Canadiens » ou bien « Voyageurs ». Les réalités métisses prennent pourtant part au paysage culturel de l’époque [Bouchard, Malette et Marcotte, 2019].

L’individu qui cache la forêt communautaire?

  • 7 Cette partie de notre recherche documentaire ne tend pas à l’exhaustivité. Elle tenait d’abord à dé (...)

12Une simple lecture de quelques sources historiques imprimées du XIXe siècle suffit à débusquer un nombre non négligeable de noms qui suggèrent fortement la présence métisse au Québec7. Ces mentions font plus souvent appel à deux termes spécifiques : « métifs » et « bois brûlés ». Si le premier constitue une altération du terme « métis » et qu’il se trouve traduit sous l’expression « half breeds » dans les versions anglaises des documents consultés, le deuxième est culturellement beaucoup plus spécifique, si bien qu’il est utilisé tel quel dans les versions anglaises. Le terme « bois brûlés » a ceci de particulier qu’il n’est pas une expression servant à désigner une réalité strictement « génétique », mais qu’il est largement en usage, dans la première moitié du XIXe siècle, dans la région de la rivière Rouge et dans le Nord-Ouest pour marquer l’appartenance communautaire (pour ne pas dire « nationale ») des Métis qui y habitent. Elle sera même consacrée par l’un de ces Métis, Pierre Falcon, lorsqu’il composera la « Chanson de la Grenouillère », ode décrivant la fameuse bataille de la Grenouillère dont les tenants et aboutissants sont fort bien connus dans le Bas-Canada de l’époque (Gouvernement du Canada, 1819; Ens, 2012).

  • 8 Que des hommes pour l’essentiel.

13On constate beaucoup de similarités dans l’expérience des individus identifiés comme Métis8 dans ces sources. En effet, plusieurs d’entre eux sont souvent appelés à jouer un rôle bien particulier comme informateurs géographiques et, parallèlement, comme guides lors d’expéditions. Il s’agit d’un rôle qui n’est pas sans rappeler celui campé par les Métis de l’Ouest lors d’explorations scientifiques dans cette région : celle de John Palliser (1857-1860), celle de la Rivière-Rouge (1857) ou celle menant à l’arpentage de la frontière canado-états-unienne entre 1872 et 1876 [Spry, 1985, p. 106-107]. L’intérêt d’engager ainsi les Métis, dans l’Ouest comme dans l’Est, tient au fait qu’ils possèdent une connaissance précieuse des territoires et des cultures autochtones des régions « explorées ». L’implication des Métis dans la traite des fourrures – à tire de commis de postes, de voyageurs, de fréteurs, d’interprètes ou de guides [St-Onge et Podruchny, 2012, p. 162] – n’est pas étrangère à ce capital de connaissances.

14C’est en tant que guide qu’Édouard Verrault, « métif », joint le parti de W. H. A. Davis en 1835, dont le mandat consiste à explorer la possibilité d’établir une route entre La Malbaie et le Haut-Saguenay (Davis, 1836). Il s’agit probablement de l’un des fils de François Verrault et de Marie Bersiamiskueu des Terres-Rompues au Saguenay [Alemann, 2005, p. 74]. Quelques années plus tôt, celui qu’on présume être le frère d’Édouard, Charles, un « bois brulé (métif) », est engagé par Nicholas Andrews « en qualité de voyageur et de guide » [Andrews, 1831] pour l’assister dans son expédition d’exploration entre le fleuve Saint-Laurent et la baie des Ha! Ha! (Saguenay). Ce patronyme semble faire office de référence en matière d’expédition au Saguenay, car on trouve un certain monsieur Verrault dans le Rapport des commissaires pour explorer le Saguenay de 1829, fort utile lorsque vient le temps de décrire le pays de l’Ashuapmushuan [Bouchette, 1829, p. 142]. Il pourrait très bien s’agir de Prisque Verrault, frère d’Édouard et de Charles, lequel sera longtemps commis pour la CBH au poste d’Ashuapmushuan.

15Aussi, certaines des mentions réfèrent explicitement à des réalités collectives. On en trouve un bel exemple dans le journal du lieutenant Ingall mandaté en 1830 pour explorer l'étendue de terres situées entre les rivières Saint-Maurice et au Lièvre :

Nous traversâmes bientôt une autre partie de la rivière, où elle s'étendait en largeur au nord et au sud; et après avoir descendu environ 2,5 milles nous entrâmes, par le coin du nord, dans le Lac « Culotte, » mot traduit par les Bois-Brûlés, du mot sauvage d'où il tire son origine [Ingall, 1830, nos italiques].

16L’exploration du Saguenay dans les années 1820 révèle également la présence collective des Métis. Dans l’un des rapports d’expédition qui en découle, l’arpenteur Bouchette mentionne sa rencontre aux prairies naturelles à l’embouchure de la rivière Caribou (au nord de Chicoutimi) avec Jérôme St-Onge, lequel l’informe alors que :

La compagnie de la Baie d'Hudson emploie ordinairement, pour transporter ses marchandises à Mistassini, des barges que conduisent des hommes régulièrement formés pour cela, et qui pour la plupart sont des métifs : dans les portages ces barges sont trainées sur des rouleaux. On se sert de canots de cèdre pour aller dans petites rivières à la recherche des sauvages pour leurs pelleteries, car on ne peut trouver dans ce pays d'écorce de bouleau pour en faire des canots [Bouchette, 1829, p. 164].

  • 9 Il s’agit d’un vaste territoire historique couvrant une superficie presque équivalente à celle de l (...)

17Fait intéressant à noter ici, ce n’est pas Bouchette qui attribue cette identité à ces gens, mais bien Jérôme St-Onge, homme profondément rompu au milieu interculturel de la traite des fourrures dans le Domaine du Roi9 et lui-même élément important des liens communautaires et métis dans la région [Bouchard, 2006, p. 107-108].

18On pourrait se demander pourquoi St-Onge, si pressé de décrire une population métisse de Mistassini, se fait si peu bavard quand vient le temps de décrire la sienne. La réponse réside sans doute dans le contexte de production du rapport. C’est Bouchette qui questionne St-Onge et qui rapporte les propos. Si ce dernier se montre très intéressé pour des détails d’une région qu’il n’a pas explorée (au-delà de l’extrême nord-ouest du lac Saint-Jean), en homme de terrain qu’il est – il est arpenteur général du Bas-Canada (le Québec) depuis 1804 – il n’a certes pas besoin de quiconque pour se faire une idée des réalités qui l’entourent. D’ailleurs, la description de visu que fait Bouchette de St-Onge et de sa demeure fait non seulement éloge de la capacité d’observation de celui-là, mais elle met aussi très nettement en évidence l’environnement interculturel dans lequel baigne celui-ci :

  • 10 Une habitation autochtone en forme de dôme courante dans l’est de l’Amérique du Nord.

Peu de personnes peuvent imaginer les commodités d’un wigwam[10] tel que celui où nous entrâmes, par l’hospitalité d’un nommé Jérôme L’Onge; sa famille, un sauvage Montagnais et leurs enfans composaient tout leur cercle domestique assis autour du feu […]. Ce Jérôme L’Onge est un Canadien de la paroisse des Eboulemens, et a passé la plus grande partie de sa vie soit au service de la compagnie du Nord-Ouest, soit à celui de la compagnie des Postes du Roi, et il nous en conta beaucoup de ses voyages à travers le pays sauvage [Bouchette, 1829, p. 163].

Comment le Sauvage se mesure au Civilisé

19Le poids relativement faible des sources référant à l’expérience collective des Métis commande réflexion. Ce manque pose la question bien sûr de l’existence même d’un sentiment collectif métis. Il pourrait aussi s’agir d’une mise à l’écart volontaire, ce que l’historienne saguenéenne et métisse Russel-Aurore Bouchard a appelé la « conspiration de l’oubli » [Bouchard, 2005, p. 35 et 101]. Sans suivre l’historienne sur cette piste, il faut toutefois admettre qu’aussi longtemps que notre investigation sur le métissage et sur l’identité métisse historiques passeront par l’unique analyse de sources documentaires étrangères aux Métis ou, plus globalement, largement imperméables aux perspectives autochtones, on ne saura faire l’économie d’un questionnement critique des idéologies qui façonnent les perspectives coloniales en ces matières.

20Les préconceptions coloniales sur le métissage euro-indien sont en fait moulées à une idée bien ancrée, « the invention of primitive society » [Kuper, 1988] ou du Sauvage, laquelle dichotomise l’Indien et le « civilisé » en rappelant du coup la « supériorité » de celui-ci (plus élevé sur l’échelle de l’évolution humaine) et la nécessaire civilisation de celui-là [Rivard, 2016, 40; Delâge et Warren, 2017, p. 252, 282 et 341-342]. L’idée se diffuse bien au-delà du cercle relativement fermé du pouvoir politique. Elle trouve par exemple sa voie à travers les conceptions socioculturelles de simples employés de l’État, comme c’est le cas de l’arpenteur Pascal Horace Dumais qui, alors qu’il procède à l’arpentage du canton Ouiatchouan (lac Saint-Jean) en 1866 (où se trouve la réserve indienne), note que :

Les amis de la colonisation du Saguenay, sont tous d’opinion que pour l’avantage des Sauvages, qui ne font aucune culture valant la peine et pour la prompte ouverture du Township Ouiatchouan, un rang soit ajouté à la dernière subdivision, empiétant ainsi de vingt huit arpens sur le terrain réservé : ce qui laisserait encore un espace plus que suffisant aux Sauvages qui voudraient élever leur capacité agricole [Dumais, 1866].

21L’idée du Sauvage, née en Europe, y est encore présente au milieu du XIXe siècle. Dans un essai, Clément Dumesnil, un Français d’origine tout frais arrivé au Canada, traduit bien cette pensée du sauvage primitif en opposition à la civilisation et, surtout, son large rayon d’action dans le monde occidental :

Il n'y a pas de très-grandes difficultés à surmonter pour la civilisation des Montagnais. Ils sont catholiques, et s'ils conservent encore quelque chose de leur caractère primitif, ils n'ont pas les mœurs cruelles, ordinaires aux Sauvages, et ils sont plus disposés à entrer dans la vie de la civilisation, comme le prouve la demande qu'ils ont faite à, l'exécutif d'avoir des terres pour s'y établir et cultiver la terre en peuplades. Qu'on leur fournisse donc, à ces pauvres Sauvages, de l'aide et des missionnaires, et on verra tomber les arbres des forêts, des maisons se bâtir, des chemins s'ouvrir, une église s'élever, une école établie et fréquentée, des champs s'ensemencer, et des enfants de la nature sortir de leur misère et de leurs souffrances, pour jouir d'une condition heureuse avec des établissements fixes [Dumesnil, 1849, p. 51].

22On n’est donc pas surpris si le métissage est très tôt promu au rang de politique quasi officielle dès le Régime français. Non seulement est-il alors conçu comme une stratégie efficace de peuplement – on n’aura donc pas à vider la France pour peupler le Canada et pour assurer la mainmise française sur le continent –, mais il est aussi perçu comme une manière de faciliter le travail d’assimilation des premiers peuples. L’individu métis était voué à devenir un rouage important de l’entreprise française en Amérique septentrionale. L’idée qu’il puisse être à l’image du « sauvage païen » peuplant cette Amérique « primitive » n’était certes pas ce que les métropolitains avaient en tête. Cette personne se devait d’être socialement et religieusement conforme, c’est-à-dire, à la fois d’allégeance française et catholique [Dickason, 1985; Havard, 2003].

23Dans l’imaginaire colonial, le métis n’est avant tout qu’un « catalyseur » social, le « passeur » à qui revient la tâche de faire cheminer le Sauvage sur les chemins de la civilisation. C’est l’image que projettent les propos d’Henry Youle Hind, l’un des scientifiques envoyés par le gouvernement canadien pour explorer la région de la Rivière-Rouge dans l’Ouest canadien en 1857 : « The half-breeds of the north-west are a race endowed with some remarkable qualities, which they derive in great part from their Indian descent, but softened and improved by the admixture of the European element » [1860, vol. 1, p. 178-179]. S’il ne tombe pas dans le piège d’une description trop manichéenne (le Sauvage symbole du mal et la Civilisation emblème du bien), Hind ne manque toutefois pas de noter en quoi les qualités sauvages sont, chez le Métis du Nord-Ouest, le fruit d’une amélioration due à l’influence bienfaitrice du monde civilisé européen. À la même époque, David E. Price s’exprime de la même manière devant la commission Pennefather pour parler des Innus (Montagnais) du lac Saint-Jean :

Quelques métis se sont établis sur la nouvelle réserve indienne à la Pointe Bleue, etc. ; ils ont déjà construit des maisons et des granges, et fait beaucoup de terre-neuve. L'année dernière ils y ont récolté assez de blé, d'orge et de patates pour suffire aux besoins de leurs familles pendant la plus grande partie de l'année. […] Cependant il n'est pas dans la nature du sauvage pur sang de cultiver la terre, et il y a tout à parier que cette tribu qui a conservé toute la pureté primitive du sang indien, et tout l’indolence sauvage du désert, ne s'adonnera jamais à la culture [Price, 1857, app. no. 11].

24Sa description des Métis de Pointe-Bleue semble surtout servir à mettre en relief le caractère primitif des Montagnais, faisant des Métis une mesure baromètre de l’état sauvage de la réserve.

25Les propos de Hind et de Price ne sont pas des cas isolés. L’épaisseur du brouillard idéologique de l’époque est particulièrement mise en évidence par les différentes commissions qui, dans les années 1840 (Commission Bagot) et dans les années 1850 (Commission Pennefather, celle devant laquelle Price s’exprime), ont eu à réfléchir sur les moyens d’assurer la civilisation des « Sauvages »; dans ce contexte, on ne s’étonne guère que l’expression métisse revienne constamment dans les rapports publiés dans le cadre de ces commissions et que, dans plus de 90 pour cent des cas, elle s’affiche d’une simple minuscule, signe d’une identification visant la personne, non pas la réalité culturelle, distincte et collective. Les « métis » sont avant tout, pour les intervenants sur le terrain (missionnaires ou agents des réserves) comme pour les commissaires, des indices qui permettent d’apprécier les progrès accomplis et les défis à relever pour assurer la pleine intégration des populations « sauvages » à l’idéal civilisé des autorités eurocanadiennes. Les percevoir comme un groupe ethnique à part entière ou même comme de simples réalités sociales semble aller contre nature.

26Le caractère durable et fondamental du contexte idéologique à la base de l’idée du Sauvage peut expliquer, du moins en partie [Rivard, 2015], la rareté des preuves documentaires à même de suggérer l’existence de communautés métisses au Québec ou, dans le cas qui nous concerne, dans la région du Saguenay et du lac Saint-Jean. C’est une conclusion qui s’applique d’ailleurs assez bien à l’ensemble canadien, à l’exception faite de la communauté métisse de la Rivière-Rouge abondamment commentée au XIXe siècle. Encore là faut-il rappeler que l’historiographie du fait métis dans le Nord-Ouest, à partir du soulèvement de 1885 et jusqu’au tournant des années 1950, repose encore très largement sur l’idée du Sauvage, dépeignant alors les Métis comme des demi-sauvages voués à disparaître devant l’avancée inexorable de la colonisation [Rivard, 2017b, p. 320]. En regard de cette historiographie, il semblerait que la « Nation métisse » n’ait été qu’un accident de parcours dans le cours normal de l’évolution humaine, qu’elle aura ralenti, certes, mais surtout pas arrêté la marche de la « civilisation » [Delâge et Warren, 2017, p. 374].

Le manifeste invisible : plaidoyer pour la preuve indirecte

27Le recours à une preuve indirecte semble, dans de tels cas, pratiquement inévitable, les Métis (comme les Premières Nations) ayant laissé peu d’écrits pour nourrir les archives documentaires à la base de la démarche historienne. Il en va d’ailleurs de même des Métis de l’Ouest si l’on fait exception, bien entendu, de l’œuvre gigantesque laissée par le leader métis et fondateur de la province du Manitoba, Louis Riel, et les quelques récits oraux ayant défié le temps [Stanley et coll., 1985; Rivard, 2012; Saunders et Dubois, 2019, p. 158].

L’ethnogenèse ou les fondements cachés de l’identité métisse

28La preuve indirecte est d’ailleurs au cœur des recherches en études métisses depuis les 40 dernières années, tout particulièrement celles portant sur l’ethnogenèse et cherchant à comprendre les conditions et les mécanismes à la source de l’émergence d’une tierce identité entre les univers eurocanadiens et autochtones.

29Ces études ont reposé sur un objectif commun : décrire les réalités métisses du Canada dans leur diversité, c’est-à-dire à l’abri d’une vision dominante, celle de la Rivière-Rouge, foyer de la Nation métisse. Cette dernière a non seulement marquée l’histoire métisse, elle constitue l’une des trames narratives historiques dans l’établissement eurocanadien de l’Ouest et, plus globalement encore, dans le récit historique national au Canada. Les études en ethnogenèse métisse émanent d’un intérêt plus large pour l’histoire de la traite des fourrures et participent à la consécration au Canada, à partir des années 1960, de l’histoire sociale (et culturelle), une démarche plus sensible à l’expérience des acteurs de la société civile. Ce changement de perspective coïncidait par ailleurs avec l’accessibilité grandissante des archives de la CBH, lesquelles furent déménagées de l’Angleterre au Canada au début des années 1970.

30Les documents d’archives de la CBH – les registres de poste, les livres de compte et plus de 500 cartes – s’avèrent alors une source cruciale pour relever le défi qui se dresse devant quiconque souhaitant explorer des réalités collectives moins apparentes. Ces sources permettent en effet de suivre des individus dans le temps et l’espace, d’analyser leurs réseaux de parenté ou d’affaire, de cibler leur rôle dans la traite des fourrures, de relever leur comportement spatial ou de situer leurs principaux lieux d’établissement. Il est alors possible, par l’accumulation de preuves indirectes, de formuler un ensemble d’indicateurs ou d’indices d’ethnogenèse. L’accumulation de ces indices permet de dresser un portrait type des communautés métisses : elles sont généralement le fruit de gens d’ascendance mixte (autochtone et allochtone) ayant tiré profit de la géographie de la traite des fourrures – ce réseau réticulaire de postes reliés par un complexe système de voies fluviales et terrestres (ou « portages ») –, de leur grande mobilité spatiale et de leur dualité économique et culturelle pour créer une niche socioculturelle bien à eux (comme guides ou interprètes par exemple), ainsi qu’un vaste réseau de parenté [Brown 2007; Macdougall, Podruchny et St-Onge 2012].

31Les recherches en ethnogenèse métisse sont maintenant centrales en droits métis, l’arrêt Powley s’en inspirant abondamment [Rivard, 2015, p. 188]. Il s’agit d’un fait que reconnaît par ailleurs Roger Banford, le juge de première instance dans la cause Corneau [PGQ c. Corneau, 2015, par. 52]. Il ne faut toutefois pas exagérer l’acceptation de la preuve indirecte et les principes de l’ethnogenèse métisse par les juges canadiens. Ce n’est d’ailleurs pas sans ironie si, après avoir salué l’importance de ces études, le juge Banford en renie par la suite les fondements mêmes, soit la préséance de la preuve indirecte :

Il est pour le moins étonnant qu'après un examen méticuleux de toutes les sources documentaires disponibles, les experts […] qui se sont penchés sur le dossier, n'aient pu soumettre au Tribunal quelque élément de preuve, matériel ou concret, qu'une société distincte était en voie de développement sur le territoire du Domaine-du-Roi-Mingan avant la mainmise. Une telle collectivité, qui se distancierait des bandes indiennes connues et de la population eurocanadienne présente, si elle s'était manifestée d'une quelconque manière, n'aurait pu échapper à tous les observateurs de l'époque, missionnaires, recenseurs, arpenteurs ou à un chroniqueur amateur comme Neil McLaren [PGQ c. Corneau, 2015, par. 262, nos italiques].

32Ailleurs, il est très clair sur la nature des « faits graves et précis » [ibid., par. 206] qu’il attend, soit des « […] exemples explicites d'attribution nominale suggérant l'existence d'une réalité collective métisse » [ibid., par. 214, nos italiques]. En d’autres termes, puisqu’apparemment aucun non-Métis n’a jamais signifié être en présence d’un groupe ethnique spécifiquement situé entre les sociétés amérindiennes et eurocanadienne, le juge conclut donc qu’un tel groupe ne peut pas avoir existé. Pour en arriver à un tel constat, il lui a fallu rejeter un à un tous les indices d’ethnogenèse qui lui furent présentés, au lieu de les considérer dans leur ensemble. Il s’agit là d’une critique essentielle que les principaux intéressés ont tenté de faire valoir à la Cour suprême :

To take a holistic approach when analyzing the presence of a distinctive historic Métis community allows all to see the forest through the trees. […] Picking apart the distinctive elements of an Indigenous culture and scrutinizing them in isolation through a Eurocentric lens further undermines the Métis perspective and renders illusory the rights “recognized and affirmed” in section 35 [CMDRSM et Westaway Law Group, 2018, par. 18 et 19].

33On pourrait certes mettre cette opinion sur le seul compte d’un argument intéressé si ce n’était le fait que celui-ci fut partagé par le Ralliement national métis [RNM, 2017, par. 23 et 24], principal organisme représentant la Nation métisse et réfractaire à la reconnaissance légale de communautés métisses dans l’Est du pays comme celle de la CMDRSM [Rivard 2020a].

La géographie comme preuve (con)textuelle d’existence

34Les études en ethnogenèse métisse et leur approche indirecte de la preuve historique et des identités constituent les assises sur lesquelles repose notre propre démarche géographique des réalités métisses dans le nord du Québec. Une démarche qui, en somme, vise à répondre à une question toute simple : « Comment les comportements individuels dans l’espace peuvent-ils nous informer de l’existence probante d’une réalité collective sous-jacente »? La formulation est simple, mais évidemment, la réponse est plus complexe.

35Cette complexité ne découle pas seulement à l’invisibilité coloniale et documentaire et à la relative faiblesse démographique des groupes concernés. Il tient aussi grandement au fait que la quête d’une communauté historique est déjà en quelque sorte régie par une conception légale préalable. En effet, la Cour suprême du Canada a déjà élaboré les contours de ce que constitue une communauté métisse de droit aux yeux de la Constitution avec l’arrêt Powley :

Le mot « Métis » à l’art. 35 ne vise pas toutes les personnes d’ascendance mixte indienne et européenne, mais plutôt les peuples distincts qui, en plus de leur ascendance mixte, possèdent leurs propres coutumes, façons de vivre et identité collective reconnaissables et distinctes de celles de leurs ancêtres indiens ou inuits d’une part et de leurs ancêtres européens d’autre part. Les communautés métisses ont vu le jour et se sont épanouies avant que les Européens ne consolident leur emprise sur le territoire et que l’influence des colons et des institutions politiques du vieux continent ne devienne prédominante [R. c. Powley, 2003, par. 10].

36Cette idée d’« emprise coloniale » – ou de « mainmise effective » – est ici cruciale parce qu’elle constitue le seuil historique marquant l’antériorité du fait autochtone métis [ibid., par. 18]. Une communauté dont l’émergence est postérieure à cette période de mainmise ne peut pas espérer une protection constitutionnelle. Cette définition de l’antériorité est bien sûr critiquable, d’autant qu’elle a des conséquences non négligeables sur les dynamiques identitaires contemporaines et sur les droits de certains groupes [Motard, 2007, p. 91; Rivard, 2007. p. 100-101; Rivard, 2015]. N’empêche, toute recherche s’inscrivant dans ce contexte légal – ce qui est notre cas ici, puisqu’ayant agi à titre de témoin expert dans la cause Corneau – devra se plier à un tel critère historique.

37Le juge de première instance dans cette cause a considéré que les intimés n’avaient pas su faire adéquatement la preuve de l’existence d’une communauté métisse dans le Domaine du Roi avant la mainmise sur le territoire. Ce qu’il retient de l’expertise soumise par les intimés, c’est la présence de quelques familles d’ascendance mixte « dispersées » sur le territoire, un groupement qui, pour lui, ne répond pas aux « … critères de proximité, de densité démographique » [PGQ c. Corneau 2015, par. 161]. Comme nous l’avons expliqué ailleurs [Rivard, 2017a, p. 12], le juge tire ses critères non pas de la jurisprudence (du jugement Powley), mais des expertises soumises par le Procureur général du Québec, le requérant dans l’affaire. Or, ces expertises découlent essentiellement d’une analyse de la colonie de la Rivière-Rouge (au centre de laquelle se dresse aujourd’hui la ville de Winnipeg au Manitoba), région focale de la Nation métisse de l’Ouest (NMO) et seule communauté historique ayant laissé des traces directes et incontestées dans les documents coloniaux. La NMO s’imposait alors comme une communauté où densité démographique et proximité géographique faisaient paires et bénéficiait d’effectifs sans équivalents ailleurs au Canada à la même époque. Le juge Banford cherche donc, à l’échelle locale, l’existence d’un établissement humain marqué au sceau de la proximité spatiale et de la densité démographique, soit « un lieu précis » [PGQ c. Corneau 2015, par. 231], un hameau, voire un village. Il n’y a pas cela dans le Saguenay métis avant l’ouverture de la région à la colonisation agroforestière au tournant des années 1840.

38Cette vision limitée fut rejetée par la Cour d’appel du Québec :

De l'avis de la Cour, le juge fait ici une erreur. Il est en effet tout à fait possible d'imaginer que les membres d'une communauté historique puissent s'établir à plusieurs endroits distincts tout en formant une seule unité régionale. Il ne devrait donc pas être nécessaire de prouver que les membres d'une communauté vivaient à proximité et formaient un groupe d'une certaine densité pour répondre aux critères de l'arrêt Powley. La jurisprudence provenant des provinces de l'Ouest appuie la proposition selon laquelle une communauté historique peut être régionale et mobile sur un territoire plus ou moins vaste [PGQ c. Corneau 2018, par. 85-86].

  • 11 Le lecteur trouvera ailleurs de plus amples détails concernant les résultats de cette recherche et (...)

39C’est pour faire contrepoids aux conclusions du juge de première instance que fut pensée l’expertise dont nous esquissons les grandes lignes ci-dessous11. L’objectif fut donc de démontrer le degré de proximité et de densité démographique de la population métisse, en concentrant l’analyse à l’échelle fine du voisinage, de sorte de mettre en évidence, d’une part, l’existence de noyaux de voisinages et, d’autre part, l’articulation de ces noyaux entre eux à l’échelle locale et régionale. L’idée est qu’un taux élevé de voisinage serait un bon indicateur de l’existence d’un lien social et communautaire chez les Métis.

  • 12 Nous tenons à remercier les responsables du projet Infrastructure intégrée des microdonnées histori (...)

40Pour ce faire, nous avons mis au point une démarche en trois étapes. Dans un premier temps, nous avons procédé à la constitution d’un échantillon de la population métisse dans le Domaine du Roi à partir du jumelage entre les généalogies des gens d’ascendance mixte, présentées par Ser-Alexander Alemann (2005, étude déposée à la Cour supérieure du Québec lors du procès en cause), et les données nominatives du recensement de 185112, pour certains sous-districts de Saguenay (le district couvre les régions actuelles du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Côte-Nord et de Charlevoix). Cette opération a permis l’élaboration d’un échantillon de 45 ménages métis. Le recensement de 1851 est particulièrement pertinent. D’abord, il correspond assez bien à la période de mainmise effective telle que définie par la Cour supérieure [PGQ c. Corneau 2015, par. 352], soit entre 1842 et 1850, laquelle période fut confirmée par la Cour d’appel [PGQ c. Corneau 2018, par. 95]. De plus, le recensement témoigne de l’état de la colonisation dans le Saguenay ouvert aux colons depuis 1842, les Métis n’étant plus seuls dans la région. En fait, leur poids relatif ne cesse de diminuer avec les années qui passent.

41La deuxième étape de notre démarche consiste en la constitution d’un échantillon témoin « non métis » aléatoire simple de manière à offrir une base comparative avec les ménages métis. Cet échantillon est tiré au sein de quatre sous-districts limitrophes, soit ceux de Simard, Tremblay et Harvey, sur la rive nord du Saguenay, et de Chicoutimi, sur la rive sud. Ces quatre sous-districts de recensement abritent plus de la moitié de tous les ménages de l’échantillon métis (27 sur 45). L’échantillon témoin se compose de 25 ménages.

42La troisième et dernière étape de l’approche vise l’élaboration d’une mesure de ségrégation (différentiation spatiale) en vue de déterminer le degré de concentration géographique des deux échantillons. Le taux de ségrégation correspond, pour chaque unité spatiale prise en compte, à la proportion (en pourcentage) des ménages de l’échantillon qui sont voisins, sachant qu’un ménage est compté une seule fois même s’il a plusieurs voisins. Pour le bien de l’étude, nous considérons comme voisins les ménages qui sont séparés par deux ménages « hors échantillon » ou moins.

43La carte qui suit (Figure 1) présente le résultat de notre analyse de concentration des ménages métis par sous-districts de recensement. L’analyse a permis de relever la présence de sept noyaux locaux de voisinage qui, dans la plupart des cas, impliquent trois ménages ou plus. Le sous-district de Chicoutimi se démarque tant par le nombre de ménages voisins que par le nombre de ces noyaux (2). En moyenne, nous retrouvons 3,4 ménages par noyau dans tout le Domaine du Roi et 4,5 ménages en moyenne pour les deux noyaux du canton de Chicoutimi. À l’échelle de la région totale (le district de Saguenay), on observe un taux de ségrégation de 53,3 %. Ce taux est d’autant plus spectaculaire que le poids relatif des Métis pour la région n’est que de 5,2 %.

Figure 1. Distribution des ménages métis et taux de voisinage selon les sous-districts de recensement

Figure 1. Distribution des ménages métis et taux de voisinage selon les sous-districts de recensement

Sources : Recensement du Canada, 1851
Réalisation : Étienne Rivard

44Cet effet de concentration est particulièrement apparent dans quatre des sous-districts limitrophes du Haut-Saguenay : Simard, Tremblay, Harvey et Chicoutimi. On y retrouve 5 des 7 noyaux de voisinage; chacun des sous-districts abrite au moins un de ces noyaux. Aussi, 18 des 27 ménages métis de ce secteur se voisinent, accusant un taux de ségrégation de 66,7 %, alors que leur poids relatif ne se chiffre qu’à 10,2 %. Si l’échantillon témoin pour ce même secteur montre lui aussi des noyaux de voisinage (trois, tous dans le sous-district de Chicoutimi), ils n’impliquent toutefois que sept des 25 ménages constituant l’échantillon, soit un maigre 28 %. Si ce taux est plus important dans Chicoutimi où se trouvent les trois noyaux (36,8 %), il demeure 1,5 fois plus modeste que pour l’échantillon métis (56,3 %). En outre, le poids relatif des « non Métis » (10,1 %) est légèrement supérieur à celui des Métis (8,5 %). Ces données comparatives suggèrent que les taux de ségrégation métis ne sont pas le fruit du hasard (contrairement à l’échantillon témoin qui lui est aléatoire); au contraire, elles seraient plutôt le résultat d’une intention collective et d’un sentiment d’appartenance spécifique.

Les jeux d’échelle et l’articulation régionale de l’identité métisse

  • 13 Le couple ne fait pas partie des généalogies d’Alemann et de notre échantillon, mais il est assurém (...)

45La communauté métisse du Domaine du Roi est à la fois construite sur une territorialité locale marquée par une proximité géographique de voisinage, et sur une structure territoriale « réticulaire », c’est-à-dire un réseau de lieux dispersés dans un espace plus ou moins vaste, mais reliés par des relations sociales et familiales. Cela est vrai à l’échelle locale des quatre sous-districts limitrophes, les noyaux les composant formant autant de nœuds dans un réseau de proximité démontrant un fort degré de connexité. Sans même tenir compte des ménages « isolés » (sans voisins), on constate de nombreux liens familiaux entre plusieurs des « noyaux » de voisinage identifiés : la famille Mcleod, largement présente dans les noyaux Simard et Chicoutimi; la famille Kichera dans Tremblay et Harvey; les Hervieux dans Harvey et Chicoutimi; ou les Blackburn dans Tremblay et Chicoutimi. Si l'on ajoute à cela le « déménagement » de Michel « Gros-Micho » Tremblay du « fief » ancien des St-Onge dans le canton Tremblay à un noyau métis occupé également par cette cellule familiale (dans Chicoutimi), la présence du jeune couple d’Alexandre McLeod et de Constance Blackburn dans le ménage de Peter McLeod père dans Simard, ou celle du cousin de Michel Tremblay (couple d’Antoine Tremblay et de Julie Blackburn13) dans le canton Tremblay, c’est près d’une trentaine de liens solides qui composent le tissu de relations communautaires à la base de la territorialité métisse à l’échelle locale. En raison de cette proximité et des liens ténus qui existent entre ces noyaux, la communauté métisse n’est pas à cette échelle démographiquement « dispersée ». Elle constitue, à l’opposé, une réalité cohésive tant sur les plans social et spatial et forme un tout démographique.

46Ces liens familiaux s’étendent bien au-delà de cette géographie locale. Ils sont la matière première d’un réseau plus vaste – « réseau à longue portée » –, mais tout aussi cohésif et montrant également une forte connexité. Ce réseau – lequel s’avère polarisé et centré sur les quatre comtés limitrophes de Simard, Tremblay, Harvey et Chicoutimi – repose sur une soixantaine de liens de parenté qui connectent ainsi d’autres sous-districts du Haut-Saguenay (Laterrière et Bagot), comme d’autres plus éloignés tels que Tadoussac, les « Postes du Roi » ou Métabetchouan [Rivard, 2020b, à paraître]. Il est clair que la communauté métisse du Domaine du Roi s’impose, pour reprendre les propos de la Cour d’appel du Québec ci-dessus cités, comme une « seule unité régionale » [PGQ c. Corneau, 2018, par. 85].

Conclusion

  • 14 Le processus de négociation de traité avec les Premières Nations en est un exemple, certains groupe (...)

47Les réalités métisses de l’Est cherchent aujourd’hui à sortir de l’ombre. Jurisprudence et contexte politique14 aidant, ces groupes métis sont plus enclins à s’affirmer sur la place publique et à réclamer leurs droits, n’hésitant pas pour ce faire à emprunter la voie judiciaire s’il le faut [Rivard, 2017a]. Ils défient, ce faisant, l’imaginaire géographique et historique canadien relativement à la question métisse, laquelle reste plus souvent associée à l’Ouest, aux provinces des Prairies plus précisément. C’est la définition même de la catégorie métisse, voire le concept d’authenticité autochtone, qu’ils remettent ainsi en question. Cela ne va pas sans résistance. Leurs revendications font face à un mur de protestations, tant des gouvernements que des Premières Nations dont les territoires ancestraux sont concernés. Dans le meilleur des cas, ces pourfendeurs accueillent avec suspicion les revendications métisses. Souvent, ils vont jusqu’à accuser ces Métis d’opportunisme, pire encore, d’appropriation culturelle.

48Pourtant, sur le plan historique, les Métis de l’Est ne sont invisibles, en grande partie, que parce qu’ils ont échappé à la (re)connaissance. Nos travaux géo-historiques sur le Domaine du Roi constituent certes une contribution modeste vers un renversement de situation. Ils restent largement silencieux sur la teneur exacte de l’identité métisse au XIXe siècle, sur sa persistance dans le temps et sur la nature précise des pratiques, des mœurs ou des traditions qui distinguaient cette population. En revanche, ces travaux mettent en lumière l’importance du regard géographique, rappelant en premier lieu que l’appréhension des notions comme « densité démographique », « proximité géographique » ou « dispersion » dépend largement de l’échelle d’observation et de notre habileté à maîtriser les jeux d’échelle. Dans le contexte de la cause Corneau, la mobilisation de ces notions n’aura pas été heureuse du fait d’une utilisation pour le moins réductrice. Or, dans la réduction réside le risque de perdre sur le sujet à l’étude beaucoup de détails, au point où, éventuellement, il puisse même échapper à la vue.

Haut de page

Bibliographie

ALEMANN S.-A., 2005, Nomenclature des métis du Domaine du Roi-Mingan. Chicoutimi, CMDRSM.

ANDERSEN C., 2014, Métis, Vancouver, UBC Press.

ANDREWS N., 1831, Journal d’expédition d’exploration entre le fleuve Saint-Laurent et la Rivière Saguenay, jusqu’à la Baie des Ha-Ha. In Chambre d’Assemblée. Rapport des Commissaires nommés pour l’exploration du pays bornés par les rivières Saguenay, Saint-Maurice et Saint-Laurent, Québec, p. 4-25.

BELL C., 1989, Metis Aboriginal Title, mémoire de maîtrise non publié, Département de droit, University of British Columbia.

BOISVERT D. et TURNBULL K., 1985, Who Are the Métis? Studies in Political Economy, 18, p. 107-147.

BOUCHARD M., MALETTE S. et MARCOTTE G., 2019, Les Bois-Brûlés de l’Outaouais. Une étude ethnoculturelle des Métis de la Gatineau, Québec, Presses de l’Université Laval.

BOUCHARD R.-A., 2005, La communauté métisse de Chicoutimi : fondements historiques et culturels. Chicoutimi, chez l’auteur.

BOUCHARD R.-A., 2006, La longue marche du peuple oublié… Ethnogenèse et spectre culturel du Peuple métis de la Boréalie. Chicoutimi, chez l’auteur.

Bouchette J., 1829, Journal du parti explorateur de la rivière St.Maurice, formant une des expéditions envoyées sous la direction des Commissaires nommés par le Gouvernement, pour mettre à exécution un Acte de la Législature Provinciale du Bas-Canada. In Rapport des Commissaires pour explorer le Saguenay, Québec, Neilson & Cowan, p. 108-171.

BROWN J. S. H., 2007, Noms et métaphores dans l’historiographie métisse : anciennes catégories et nouvelles perspectives. Recherche amérindiennes au Québec, 37, 2-3, p 7-14.

Canada Gouvernement de, 1819, Papers Relating to the Red River Settlement : 1815-1819. House of Commons.

Canada Gouvernement de, 1996, Rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones. 5 volumes. Approvisionnements et Services Canada, Ottawa.

CMDRSM et WESTAWAY LAW GROUP, 2018, In the Supreme Court of Canada (On Appeal from the Court of Appeal of Québec), mémoire d’appel non publié déposé à la Cour suprême du Canada, Ottawa.

davis W. H. A., 1836, Journal d’une Exploration pour constater la possibilité d’ouvrir un Chemin entre le Saguenay et le Fleuve St.Laurent. In Journaux de la Chambre d’Assemblée du Bas-Canada, vol. 45, app. B.B.

DELÂGE D. et WARREN J.-P., 2017, Le piège de la liberté : Les peuples autochtones dans l’engrenage des régimes coloniaux. Montréal, Boréal.

dickason O. P., 1985, From ‘One Nation’ in the Northeast to ‘New Nation’ in the Northwest: A Look at the Emergence of the Métis. In J. Peterson et J. S. H. Brown. The New Peoples: Being and Becoming Métis in North America, Winnipeg, University of Manitoba Press, p. 19-36.

Dumais P. H., 1866, Ouiatchouan, carnet d’arpentage manuscrit, no O.11.

Dumesnil C., 1849, Droits féodaux et seigneuriaux au Canada, et sur le meilleur mode à employer pour accorder une juste indemnité aux seigneurs. Montréal, J. Starke.

ENS G. J., 2012, The Battle of Seven Oaks and the Articulation of a Metis National Tradition, 1811-1849. In N. St-Onge, C. Podruchny et B. Macdougall. Contours of a People: Metis Family, Mobility, and History, Norman, University of Oklahoma Press, p. 93-119.

FOXCURRAN R., BOUCHARD M. et MALETTE, S., 2016, Songs Upon the Rivers: The Buried History of the French-Speaking Canadiens and Métis from the Great Lakes and the Mississippi across to the Pacific, Montréal, Baraka Books.

GAUDRY A., 2018, Communing with the Dead. American Indian Quarterly, 42, 2, p 162-190.

HAVARD G., 2003, Empire et métissages : Indiens et Français dans le Pays d’en Haut, 1660-1715. Québec, Septentrion.

Hind H. Y., 1860, Narrative of the Canadian Red River Exploring Expedition of 1857 and of the Assinniboine and Saskatchewan Exploring Expedition of 1858. London, Longman, Green, Longman and Roberts, vol. 1.

INGALL F. L., 1830, Journal d’une expédition nommée pour explorer l’étendue de Pays située entre la Rivière Saint-Maurice et la Rivière Au Lièvres. In Journaux de la Chambre d’Assemblée du Bas-Canada, Québec, vol. 34, app. S.

Kuper A., 1988, The Invention of Primitive Society : Transformations of an Illusion. London, Routledge.

MACDOUGALL B., PODRUCHNY C. et ST-ONGE N., 2012, Introduction: Cultural Mobility and the Contours of Difference. In N. St-Onge, C. Podruchny et B. Macdougall. Contours of a People: Metis Family, Mobility, and History, Norman, University of Oklahoma Press, p. 3-21.

MOTARD G., 2007, Les droits ancestraux des Métis et la mainmise effective des Européens sur le territoire québécois. Recherches amérindiennes au Québec, 37, 2-3, p 89-95.

PRICE, D. E., 1858, Témoignage de David E. Price, 14 novembre, 1857. In Gouvernement du Canada, Rapport des Commissaires spéciaux, nommés le 8 septembre, 1856, pour s’enquérir des affaires des Sauvages en Canada, Toronto, Stewart Desbishire & George Desbarats, p. 181-183.

RALLIEMENT NATIONAL MÉTIS, 2017, Factum of the Intervener Métis National Council, Cour d’appel du Québec.

RIVARD É., 2007, Au-delà de Powley : l’horizon territorial et identitaire des Métis. Recherches amérindiennes au Québec, 37, 2-3, p 97-105.

RIVARD É., 2012, “Le Fond de l’Ouest” : Territoriality, Oral Geographies, and the Métis in the 19th Century Northwest. In N. St-Onge, C. Podruchny et B. Macdougall. Contours of a People: Metis Family, Mobility, and History, Norman, University of Oklahoma Press, p. 143-168.

RIVARD É., 2015, Les sentiers battus de l’ethnogenèse métisse au Québec. Francophonies d’Amérique, 40-41, p 185-211.

RIVARD É., 2016, Prendre ses distances : pour une géographie de la diversité culturelle. In M. Lanouette et É. Rivard. Dire la diversité culturelle du Québec : réflexions sur fond muséal, Québec, PUL (coll. « Cahiers du CIEQ »), p. 39-50.

RIVARD É., 2017a, L’indéfendable entre-deux ou l’arbitraire spatiolégal du fait métis au Québec. justice spatiale, 11. http://www.jssj.org

RIVARD É., 2017b, Trajectoires cartographiques et métisses de la Franco-Amérique. In É. Waddell et D. Louder. Franco-Amérique (nouvelle édition revue et augmentée), Québec, Septentrion, p. 313-334.

RIVARD É., 2020a, à paraître, L’enclave métisse : le morcellement (post)colonial des territorialités autochtones. In E. Glon et B. Sepúlveda. Autochtonies. Regards croisés sur les territorialités et les territoires des peuples autochtones, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 24-34.

RIVARD É., 2020a, à paraître, Undercoat Communities: the Geohistorical Scaling of Métis Identity in the East. In M. Bouchard, S. Malette et S. Pulla. Métis Identity: An Ethnogenic History of Exclusion and Survival, New York, Rowman and Littlefield, p. 210-232.

RIVARD É., 2020b, en évaluation, Ségrégation, Métis et identification ethnique à travers le jumelage du recensement de 1851 et les actes d’état civil. Histoire sociale.

SAUNDERS K. et DUBOIS J., 2019, Métis Politics and Governance in Canada, Vancouver, UBC Press.

SPRY I. M., 1985, The Métis and the Mixed-Bloods of Rupert’s Land before 1870. In J. Peterson et J. S. H. Brown, The New Peoples : Being and Becoming Métis in North America, Winnipeg, University of Manitoba Press, p. 95-118.

STANLEY G. F. et coll., 1985, The Collected Writings of Louis Riel – Les écrits complets de Louis Riel. Edmonton, University of Alberta Press, 5 vol.

ST-ONGE N. et PUDROCHNY C., 2012, Scuttling along a Spider’s Web: Mobility and Kinship in Metis Ethnogenesis. In N. St-Onge, C. Podruchny et B. Macdougall. Contours of a People: Metis Family, Mobility, and History, Norman, University of Oklahoma Press, p. 59-92.

Jurisprudence

PGQ (Procureur général du Québec pour ministère des Ressources naturelles) c. Corneau, [2015] C.S.Q. 482.

PGQ (Procureur général du Québec pour ministère des Ressources naturelles) c. Corneau, [2018] C.A.Q. 1171.

R. c. Powley, [2003] 2 S.C.R. 207.

Haut de page

Notes

1 Les Métis sont, avec les Premières Nations et les Inuits, l’un des trois peuples autochtones explicitement reconnus par la Constitution canadienne de 1982. Ils sont le fruit des contacts et des métissages ayant eu cours dans les régions de la traite des fourrures entre Eurocanadiens et gens des Premières Nations (et des Inuits dans certains cas). Si l’identité métisse est généralement associée à l’Ouest de l’Amérique du Nord (du moins sur le plan historique), on trouve des groupes revendiquant une telle identité partout au pays.

2 Il s’agit du premier procès au Québec concernant les droits de prélèvement (chasse de subsistance), lesquels profitent d’une protection constitutionnelle (Article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982), pour une population métisse. La cause a commencé en 1999 alors que Ghislain Corneau, un résident de Saint-Fulgence au Saguenay, fut accusé par le Gouvernement du Québec d’avoir construit, sans autorisation, un camp de chasse sur les terres publiques (sous responsabilité provinciale au Canada). Corneau et les 17 autres intimés par la suite ajoutés à la cause ont plaidé la protection constitutionnelle. Leur plaidoyer a été rejeté par la Cour supérieure du Québec en février 2015 et par la Cour d’appel du Québec en juillet 2018. La Cour suprême du Canada (ultime instance d’appel) a rejeté, en mai 2019, leur demande d’autorisation d’appel, ainsi que leur requête pour présenter de la nouvelle preuve. Ce dossier juridique est donc clos.

3 Notre propre thèse doctorale en géographie historique soutenue à l’Université de la Colombie-Britannique en 2004 n’a pu échapper à ce questionnement. Lors d’une lecture préliminaire de la thèse, Arthur (Skip) Ray, géohistorien et spécialiste en études métisses sur le jury, notera ceci en marge de la section abordant cette question : « It bores me to tears! », ou en traduction libre, « Ceci m’ennuie à mourir! ». Cette anecdote en dit long sur le caractère « existentiel » de cette question et en quoi celle-ci s’impose comme un passage obligé.

4 Plusieurs de ces chercheurs sont eux-mêmes des Métis de l’Ouest.

5 Il s’agit du premier jugement de la Cour suprême du Canada en droits métis. La cause remonte à 1993 alors que Steve et Roddy Powley sont accusés pour chasse illégale à l’orignal dans les environs de Sault-Sainte-Marie en Ontario. En dépit du fait que cette région se trouve bien à l’est du territoire historique de la Nation métisse de l’Ouest, le jugement fait depuis jurisprudence.

6 C’est le terme historique qui prévaut jusqu’au début du XXe siècle pour décrire les populations des Premières Nations et les gens d’ascendance mixte. L’ethnonyme est générique et son équivalent le plus propre serait aujourd’hui le terme « autochtone ».

7 Cette partie de notre recherche documentaire ne tend pas à l’exhaustivité. Elle tenait d’abord à démontrer que même partielle, elle pouvait révéler l’existence d’ethnonymes associés au fait métis. Pour l'essentiel, nous n’avons fait appel qu’à des sources historiques imprimées, ainsi qu’à des rapports d'arpentage primitif manuscrits de la région à l’étude et dont on trouve les images numériques à Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Aussi notre quête documentaire s’est-elle arrêtée à 1850. Précisons toutefois que le nombre d’occurrences des ethnonymes référant au fait métis augmente considérablement suite à la mise sur pieds du système des réserves dans les années 1850. Pour une recherche documentaire plus poussée sur les occurrences ethnonymiques, voir Bouchard, Malette et Marcotte [2019].

8 Que des hommes pour l’essentiel.

9 Il s’agit d’un vaste territoire historique couvrant une superficie presque équivalente à celle de la France et situé sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent. Ces terres furent entièrement réservées à l’usage unique de la traite des fourrures dès le Régime français et cela jusqu’à l’ouverture à la colonisation en 1842 d’une partie du territoire, le Saguenay. Ce territoire historique recouvre principalement les régions actuelles du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord.

10 Une habitation autochtone en forme de dôme courante dans l’est de l’Amérique du Nord.

11 Le lecteur trouvera ailleurs de plus amples détails concernant les résultats de cette recherche et l’approche méthodologique qui les sous-tend [Rivard, 2020b, à paraître; Rivard, 2020c, à paraître].

12 Nous tenons à remercier les responsables du projet Infrastructure intégrée des microdonnées historiques de la population du Québec (IMPQ) au Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ) pour la saisie du recensement et pour nous avoir gracieusement fourni une version exploitable des données.

13 Le couple ne fait pas partie des généalogies d’Alemann et de notre échantillon, mais il est assurément métis et partie prenante du noyau présent dans Tremblay.

14 Le processus de négociation de traité avec les Premières Nations en est un exemple, certains groupes métis ayant usé de ce contexte pour s’opposer ouvertement et mettre ainsi de l’avant leurs propres droits autochtones. C’est le cas notamment de la CMDRSM entre 2005 (année de sa création) et 2008 (début des procédures judiciaires ayant mené au procès Corneau).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Distribution des ménages métis et taux de voisinage selon les sous-districts de recensement
Crédits Sources : Recensement du Canada, 1851 Réalisation : Étienne Rivard
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10107/img-1.png
Fichier image/png, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Rivard, « À l'invisible nul n'est tenu : les conditions spatiales de l’identification métisse au Canada au XIXe siècle », Espace populations sociétés [En ligne], 2020/1-2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/eps/10107 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.10107

Haut de page

Auteur

Étienne Rivard

Université de Saint-Boniface
200, avenue de la Cathédrale
Winnipeg (Manitoba) CANADA R2H 0H7
erivard@ustboniface.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals