Navigation – Plan du site
Varia

Substituer de l’espace vert privé par de l’espace vert public : un choix multifactoriel. L’exemple de l’unité urbaine de Rouen

Substitute private green space for public green space: a multifactoral choice. The case of Rouen (France)
Marie Havret

Résumés

Les espaces verts urbains représentent un véritable enjeu dans les logiques actuelles de développement durable, dans la mesure où ces espaces participent au bien-être des populations et à la durabilité des villes. Or, dans un contexte de forte tension foncière et de densification urbaine, ces espaces sont de plus en plus menacés et fragmentés. Une alternative pourrait résider dans la réduction de la taille des espaces privés (logement, jardin) pour créer des espaces verts publics, qui apportent davantage de bénéfices sociaux et écologiques que les espaces verts privés. A partir d’une enquête de terrain menée dans l’unité urbaine de Rouen (France), l’article s’intéresse aux facteurs explicatifs de la volonté de substituer de l’espace privé par de l’espace vert public.

Haut de page

Texte intégral

L’enquête de terrain sur laquelle est basé l’article a été établie et financée dans le cadre du projet Spatial Optima and the Social Benefits of Urban Green Space (SOS-BUGS), porté par G. Caruso et P. Picard de l’université du Luxembourg. Ce projet international de recherche urbaine vise à appréhender, entre autres, les relations entre accessibilité et usage des espaces verts urbains à travers l'étude comparative de Luxembourg-ville, de Bruxelles et de Rouen. Pour Rouen, l’enquête a été supervisée par Marion Le Texier, membre du projet. Je remercie l’ensemble des membres du projet pour m’avoir permis d’utiliser l’enquête de terrain et d’avoir pu écrire cet article.
Je tiens également à remercier chaleureusement Marion Le Texier et Sophie de Ruffray pour le suivi régulier et leurs précieux conseils, ainsi que Wandrille Hucy et Armelle Couillet pour les échanges constructifs.

Introduction

1Dans le contexte d’une pression foncière de plus en plus visible dans les villes, la réflexion sur l’importance des espaces verts urbains est un enjeu à la fois scientifique et sociétal [Theys, Emelianoff, 2001]. En effet, les pouvoirs publics tendent à vouloir densifier les villes pour accroître le nombre de logements en évitant l’étalement urbain et la consommation de terres agricoles. La lutte contre ce phénomène est même inscrite dans la loi ALUR de 2014, faisant de ce principe un impératif en matière d’urbanisme. Les villes denses, caractérisées par une densité résidentielle élevée, une mixité des activités et une promotion des modes de déplacements doux, apparaissent comme plus vertueuses que les villes étendues [Charmes, 2010]. En dépit de ces avantages, divers problèmes sont associés à la mise en œuvre de cette approche. La limite questionnée ici est la disparition des espaces verts pour la construction, et plus globalement le manque d’espaces verts pour les citadins. En effet, la densification urbaine se fait généralement au détriment de ces espaces [Haaland, Van der Bosch, 2015], dans la mesure où ils sont coûteux à entretenir [Choumert, Travers, 2010] et que les bénéfices rendus sont difficiles à évaluer par les acteurs publics [Lafontaine, Martineau, 2014]. Si la densification ne passe pas toujours par l’artificialisation d’espaces verts mais par la réutilisation de surfaces déjà artificialisées – parking, friches – ou par la hauteur, le résultat est néanmoins une hausse de la pression sur les espaces verts conservés, du fait de la croissance démographique et de la demande induite.

2Or, les espaces verts urbains représentent un véritable enjeu en matière d’aménagement, puisqu’ils participent au bien-être des populations et au caractère durable des villes, grâce à de nombreux services écosystémiques tels que la filtration de l’air, la réduction des îlots de chaleur et la provision d’habitats pour la faune [Roy et al, 2012]. Des travaux ont d’ailleurs montré que la qualité du cadre de vie, dépendant en partie de la présence d’espaces verts, est devenue un facteur déterminant dans les choix résidentiels des habitants [Choumert, Travers, 2010]. Toutes choses égales par ailleurs (taille, localisation, etc), les biens immobiliers tendent également à se vendre plus chers, lorsqu’ils disposent d’un jardin privé, surtout dans les grandes aires urbaines [Cavailhès, 2009].

3La distinction entre les espaces verts privés, c’est-à-dire non accessibles au public, et les espaces verts publics, ouverts et libres d’accès, est primordiale, car ces espaces ne procurent pas les mêmes bienfaits. Les espaces verts privés participent à la biodiversité, mais moins efficacement que les espaces verts publics, car ils sont plus fragmentés et peuvent être associés à des comportements néfastes qui affectent les écosystèmes locaux (introduction d’espèces invasives, utilisation de pesticides, forte consommation d’eau en période de sécheresse, …) [Cameron et al, 2012]. Socialement, les espaces verts publics apportent également davantage de bénéfices, car ce sont des lieux de socialisation, de récréation et de bien-être, qui améliorent le cadre de vie et la santé des habitants (activité physique, réduction du stress, ...) [Chiesura, 2004 ; Ibes, 2015]. Les espaces verts privés apparaissent ainsi comme des substituts partiels aux espaces verts publics. Or, la préférence des habitants entre ces types d’espaces est peu discutée, avec, en général, une valorisation de la propriété privée sur l’espace public [Cameron et al, 2012].

4Dans ce contexte de diminution des espaces ouverts où le jardin privé est de plus en plus perçu comme un « luxe » [Cameron et al, 2012], une solution pourrait résider dans la réduction de la taille des espaces privés (logement, jardin) pour créer des espaces verts publics, qui apportent davantage de bénéfices écologiques et sociaux. Nous pouvons imaginer que les politiques et les aménageurs pourraient davantage favoriser les espaces verts publics que les espaces verts privatifs, dans une logique d’équité spatiale et de préservation des espaces verts. Proposer davantage d’espaces verts publics permettrait de lutter contre la fragmentation et de mieux faire accepter, socialement du moins, la densification aux citadins. L’objectif de cet article est d’observer si certains profils de citadins seraient davantage prêts à échanger de l’espace privé pour bénéficier de plus d’espaces verts publics.

5Nous faisons l’hypothèse que cette volonté de substitution peut s’expliquer par différents facteurs interdépendants, pouvant être regroupés selon trois grands types - socio-économique, résidentiel, usage – qu’il convient d’appréhender. Nous pouvons, par exemple, supposer que les populations qui vivent dans le centre-ville seraient davantage disposées à échanger de l’espace privé contre de l’espace public, car le fait de vivre dans un espace plus réduit est souvent inhérent au choix de vivre en centre-ville et que le manque d’espaces verts y est plus fort. Au contraire, les personnes qui ont fait le choix de s’installer plus loin du centre-ville pour bénéficier d’un espace de vie plus vaste et accéder, plus facilement et plus généralement, à un jardin privé ne le seraient pas. Pour ces personnes, une préférence du privé par rapport au public serait sous-jacente à l’installation dans des espaces périurbains [Cavailhès, 2005]. L’hypothèse d’un tri spatial qui se ferait exclusivement sur des questions financières serait donc atténuée, puisqu’à capacité financière similaire, les préférences individuelles des habitants interviennent également dans le choix d’un lieu de résidence [Hoyt, Rosenthal, 1997]. Néanmoins, si l’environnement résidentiel est aussi pris en compte par les ménages lors du choix d’un lieu de vie, ce choix reste fortement lié à des questions économiques, les ménages les plus précaires étant soumis à de plus fortes contraintes [Cavailhès, 2005].

Méthodologie

6L’analyse est fondée sur une enquête par questionnaires menée auprès d’environ 500 résidents de l’unité urbaine de Rouen en juin 2017. Dans le cadre de l’enquête, les espaces verts étaient définis comme tout espace végétalisé, ouvert et accessible au public. Les parcs, les forêts ou les promenades plantées sont ciblés, mais les espaces plus informels, comme les pelouses ou les petits squares, sont aussi inclus dans la réflexion. Les espaces verts informels apportent en effet de nombreux bénéfices, en termes de valeur récréative, notamment pour les enfants, mais aussi de perception d’un cadre de vie plus naturel et plus agréable [Rupprecht, Byrne 2014]. Deux questions de l’enquête portaient directement sur l’attitude des répondants face à la substitution : les répondants devaient indiquer si, en cas de changement de logement, ils seraient prêts à vivre dans un logement plus petit ou dans un logement avec un jardin plus petit s'il y avait plus d'espaces verts publics environnants.

7Pour observer le lien entre les variables, ainsi que l'endogénéité potentielle et la complémentarité des facteurs explicatifs, une analyse de données en trois étapes est réalisée : une analyse bivariée basée sur un test du Khi², une comparaison visuelle de cartes, et une analyse des correspondances multiples (ACM).

Rouen, un contexte d’étude particulier

8Morphologiquement, le paysage de l’agglomération rouennaise est structuré par les méandres de la Seine, dont une boucle traverse le territoire étudié. La présence du fleuve crée un relief de vallées et de plateaux, aux sols variés, qui donnent une richesse environnementale au territoire. Dotée d’une ceinture verte d’une surface totale de 10 400 ha, Rouen dispose d’une surface boisée bien supérieure aux autres agglomérations françaises [Hucy, 2002] d’une rare qualité, puisque 70 % des forêts sont publiques et aménagées [Lepillé et al., 2017]. Néanmoins, en 2002, W. Hucy faisait le constat qu’en dépit de ces forêts, l’agglomération souffrait d’un déficit d’espaces verts urbains. L’auteur dénombrait, en moyenne, 4,75 m² d’espaces verts par habitant (contre les 10m² préconisés par l’Organisation mondiale de la santé) et soulignait que la population regrettait le manque de végétation [Hucy, 2002]. Ce constat perdure encore aujourd’hui, puisqu’un document du PLU de la Métropole de Rouen indique qu’en 2016, les habitants résidant au cœur de l’agglomération ne disposent que de 3 m² d’espaces verts.

9L’écart est donc important entre les préconisations et la situation réelle, mais les pressions sur le foncier, dont le besoin pour l’habitat est estimé à 752 ha dans le périmètre correspondant à la zone d’étude, compliquent la création de nouveaux espaces verts urbains au sein de l’agglomération. Le territoire est également marqué par un étalement urbain important, avec un recul des espaces naturels et une densification du bâti, surtout dans les cœurs de ville, renforçant les difficultés [SCOT Métropole de Rouen, 2015].

Enquête sur les pratiques et les représentations des espaces verts

10L’enquête de terrain, réalisée dans le cadre du projet Spatial Optima and the Social Benefits of Urban Green Space (SOS-BUGS) porté par G. Caruso et P. Picard (Université du Luxembourg), a été effectuée auprès de la population de l’unité urbaine de Rouen pendant dix-neuf jours, de mai à juin 2017. Constituée de cinquante questions, le questionnaire suit six axes pour identifier les pratiques et la perception des espaces verts :

  • La fréquentation des espaces verts

  • L’usage des espaces verts

  • La localisation et l’accessibilité des espaces verts à partir du logement

  • La satisfaction du répondant concernant les espaces verts

  • Les préférences et attitudes vis-à-vis des espaces verts

  • Des renseignements sur le répondant

11La majorité des questions sont des questions fermées, à choix unique ou multiple, qui permettent à la fois de faciliter l’expression de la réponse et de collecter des réponses rapidement exploitables. Les questionnaires ont été administrés en face-à-face, les jours ouvrés de 9h à 17h, dans 18 lieux publics très fréquentés, comme des centres commerciaux ou des rues piétonnes, afin de rencontrer à la fois des utilisateurs et des non-utilisateurs des espaces verts (Fig. 1). Les espaces verts publics, tels que les parcs ou squares, ont été évités pour ne pas surreprésenter les usagers de ces espaces. Les lieux d’enquête ont été répartis de façon homogène dans l’ensemble de l’unité urbaine, en suivant le « X rouennais », expression populaire faisant référence à la fois à la morphologie urbaine, à la physionomie de l’agglomération s’organisant autour des fonds de vallées [Hucy, 2002], ainsi qu’à la répartition socio-économique de la population qui suit cette morphologie [Guermond, 2007]. Cette sélection avait pour objectif de maximiser les profils de répondants. A l’issue de la période d’enquête, 489 questionnaires ont été récoltés.

Figure 1 : Localisation des points d’enquête au sein des communes de l’unité urbaine de Rouen

Figure 1 : Localisation des points d’enquête au sein des communes de l’unité urbaine de Rouen

12Les coordonnées géographiques des différents lieux cités par les répondants (espace vert favori, domicile) ont été récupérées lors de la passation du questionnaire, grâce à l’utilisation d’une tablette numérique équipée d’une interface cartographique. La localisation précise des lieux fréquentés par les répondants est donc connue et exploitable.

13L’utilisation d’un questionnaire peut néanmoins induire certains biais [Goeldner-Gianella, Humain-Lamoure, 2010]. Concernant les personnes interrogées, les retraités et les femmes sont plus représentés parmi les répondants (annexe 2). Ces deux catégories de personnes étaient davantage présentes dans l’espace public lors de la réalisation de l’enquête. Cette surreprésentation peut s’expliquer par les jours et les heures d’enquête, correspondant à des jours travaillés, ce qui diminue, de fait, la possibilité de rencontrer des actifs dans l’espace public. Par exemple, le pourcentage de femmes travaillant à temps plein est équivalent à celui des hommes travaillant à temps plein (39,6 % et 39 % du total des enquêtés), mais elles sont plus représentées dans les catégories « Temps partiel » et « Personne restant au foyer » (respectivement 8,9 % et 3 %, contre 4,2 % et 0,9 % dans l’échantillon). La saison de passation peut également représenter un autre biais de l’enquête, puisque celle-ci a eu lieu au printemps, pendant deux mois relativement ensoleillés. Les répondants ont ainsi pu surestimer leur fréquentation ou la valeur donnée aux espaces verts [Goeldner-Gianella, Humain-Lamoure, 2010]. Enfin, une question de l’enquête s’intéressait également au revenu mensuel du ménage, afin d’affiner le statut professionnel et donc la catégorie socio-professionnelle des répondants. Néanmoins, cette variable n’a pu être prise en compte dans l’analyse, 17 % des répondants ayant refusé de répondre à cette question.

Variables sélectionnées

Hypothèses et variables

14Trois grandes familles de facteurs pourraient expliquer la volonté de substituer de l’espace privé par de l’espace vert public :

  • le profil socio-économique des habitants (âge, occupation, diplôme, etc.) ;

  • le profil résidentiel (type de logement, distance au centre-ville, provision en espaces verts autour du logement (400m), satisfaction quant à la provision d’espaces verts autour du lieu de résidence), lui-même influencé par le profil socio-économique des ménages, puisque le choix d’un lieu de résidence est inhérent à leurs capacités économiques, à leurs tailles, à leurs besoins. De même, la valeur foncière du lieu de résidence va dépendre d’autres facteurs tels que la distance au centre-ville, le type de logement, ou le cadre de vie [Goffette-Nagot F, Schaeffer Y, 2013] ;

  • Enfin, l’usage, mesuré en termes de fréquence des visites et de distance parcourue pour se rendre à l’espace vert le plus fréquenté dans notre enquête, permet de rendre compte de l’expérience des individus et, à contraintes égales, de leur plus ou moins grand intérêt pour les espaces verts.

15Les questions de l’enquête permettant de capter l’attitude des répondants face à la substitution étaient : « Si je changeais de logement, je serais prêt.e à vivre dans un logement plus petit s'il y avait plus d'espaces verts publics environnants » et « Si je changeais de logement, je serais prêt.e à vivre dans un logement avec un jardin plus petit s'il y avait plus d'espaces verts environnants ». La majorité des variables utilisées proviennent directement du questionnaire, mais trois d’entre-elles, correspondant à la provision et aux distances, ont été calculées à partir des réponses des enquêtés. La distance parcourue correspond à la distance euclidienne entre le lieu de résidence du répondant et l’espace vert qu’il fréquente le plus. La distance au centre-ville est la distance euclidienne qui sépare l’hôtel de ville de Rouen et le lieu de résidence du répondant. La provision en espaces verts a été calculée à partir des données compilées sur les espaces verts.

Données contextuelles

16Il n’existe pas à l’heure actuelle, en France, de base de données centrales pour les espaces verts urbains. Dans le cadre de cette étude, les données caractérisant la provision en espaces verts publics de l’unité urbaine de Rouen résultent de la compilation des données OpenStreetMap (OSM) et des données issues des bases topographiques (BD Topo) éditées en 2016 par l’Institut national de l'information géographique et forestière (IGN). Le croisement de ces deux bases s’est avéré nécessaire car, si les données OSM renseignent sur un large panel d’espaces verts, leur complétude tend à varier à travers l’espace [Arsanjani et al. 2015]. En outre, ces espaces tendent à être renseignés avec moins de précision et de justesse à mesure que l’on s’éloigne du centre urbain [Le Texier et al. 2018]. A l’inverse, les données de la BD Topo sont construites de façon homogène sur l’ensemble du territoire national, mais la BD Topo ne couvre pas les espaces informels et exclut certains types d’espaces verts publics. La figure 2 permet d’appréhender ces différences et de mieux rendre compte de la provision réelle au sein du territoire étudié.

Figure 2 : Différences d’appréhension de la localisation des espaces verts selon les bases de données utilisées

Figure 2 : Différences d’appréhension de la localisation des espaces verts selon les bases de données utilisées

Endogénéité des facteurs explicatifs

  • 1 Un test du Khi2 a été réalisé pour établir s’il existe un effet entre les deux variables qualitativ (...)

17Pour vérifier l’hypothèse de l’endogénéité des familles de facteurs, des tests statistiques ont été conduits.1 Des corrélations partielles entre les variables ou certaines modalités des variables ont ainsi pu être mises en exergue, à l’image de l’âge (profil socio-économique) qui était fortement corrélé au statut d’occupation (0.55, p-value : 2,2e-16) et du type de logement (profil résidentiel) qui était corrélé à la possession d’un jardin (0.89, p-value : 2,2e-16). A la suite de ces analyses, plusieurs facteurs résultant du questionnaire ont été supprimés de l’analyse afin d’éviter les redondances et permettre une analyse statistique plus efficace. Les modalités de variables sont présentées en annexe (annexe 2).

18L’endogénéité des variables s’illustre aussi visuellement, à l’image de ces trois cartes portant respectivement sur la fréquence d’usage (Fig. 3), la distance parcourue pour se rendre à l’espace vert favori (Fig. 4) et la satisfaction concernant la quantité d’espaces verts autour du lieu de vie (Fig. 5), créées à partir des données sur les espaces verts et les données de l’enquête. Ces variables peuvent expliquer la volonté de substituer du privé pour du public, car elles nous renseignent à la fois sur l’usage des espaces verts et sur le profil résidentiel des répondants.

19La figure 3 n’indique pas une logique spatiale claire, puisque les fréquences d’usage sont assez hétérogènes dans la zone d’étude. Les enquêtés sont peu nombreux à fréquenter très régulièrement les espaces verts publics (Quotidiennement : 10,5 % ; Plusieurs fois par semaine : 14 %). La majorité des enquêtés a déclaré fréquenter les espaces verts publics une fois par semaine (27,5 %). Une nette proportion des répondants fréquente rarement ces espaces (Une fois par mois : 23 % ; Rarement-Jamais : 25 %). La proximité des espaces forestiers ne semble pas avoir d’incidence sur la fréquence d’usage.

Figure 3 : Fréquence d’usage des espaces verts urbains selon le lieu de résidence des répondants

Figure 3 : Fréquence d’usage des espaces verts urbains selon le lieu de résidence des répondants

20Sur la question de la satisfaction, la figure 4 souligne une logique de lieux, avec une distinction entre la rive-droite de Rouen, où les répondants ne sont pas satisfaits de la provision en espaces verts autour de chez eux, et le reste du territoire, où les répondants sont plus satisfaits. Cette carte souligne également que la fréquentation des espaces verts n’est pas seulement liée à l’environnement résidentiel, dans la mesure où il n’y a pas de superposition des deux cartes (Fig. 3 et Fig. 4). Par exemple, les habitants de St-Etienne-du-Rouvray sont satisfaits de la provision en espaces verts publics autour de chez eux, pourtant ils ne les fréquentent que très rarement.

Figure 4 : Satisfaction des répondants concernant la quantité d’espaces verts publics situés à moins de 5 minutes à pieds de leur logement

Figure 4 : Satisfaction des répondants concernant la quantité d’espaces verts publics situés à moins de 5 minutes à pieds de leur logement

21La comparaison des cartes de satisfaction (Fig. 4) et de distance parcourue (Fig. 5) semble indiquer un lien entre les deux variables. Une logique spatiale est également perceptible pour cette dernière carte, grâce à la représentation en oursins qui permet d’identifier les espaces verts les plus fréquentés, tout en illustrant les distances parcourues par les répondants (discrétisation en quantiles). Les habitants de St-Etienne-du-Rouvray, Canteleu, Maromme et de Petit-Couronne, satisfaits de la provision en espaces verts, parcourent de courtes distances. Au contraire, les habitants de Rouen rive-droite, n’étant pas satisfaits de la quantité d’espaces verts, fréquentent plutôt des espaces verts éloignés de leur lieu de résidence : la forêt Verte (au nord) et la forêt de Roumare (à l’ouest) sont deux espaces privilégiés par ces derniers. L’attractivité des forêts périurbaines est particulièrement visible (Forêt Verte, Roumare, de la Londe-Rouvray au sud), puisque de nombreux répondants les plébiscitent, qu’ils habitent à proximité ou non. Enfin, le Jardin des Plantes de Rouen (au sud de Rouen) polarise une grande partie des enquêtés, notamment ceux qui parcourent les plus grandes distances.

Figure 5 : Distance parcourue par le répondant pour se rendre à son espace vert favori, selon son lieu de résidence

Figure 5 : Distance parcourue par le répondant pour se rendre à son espace vert favori, selon son lieu de résidence

Analyse factorielle

22Adopter une analyse exploratoire multifactorielle apparaît donc nécessaire pour comprendre les liens entre les différentes facteurs étudiés (individuels, résidentiels, usages des espaces verts). Les variables étant des variables catégorielles, une analyse des correspondances multiples (ACM) a été conduite à partir du package FactoMineR du logiciel R. Les plans factoriels ont été exportés à partir du package « explor » de R2.

23L’observation des plans factoriels a pour objectif de déterminer comment les individus se regroupent - ou se distinguent - pour établir des profils de résidents, mais aussi d’appréhender les liens entre ces profils et les modalités des variables de substitution.

24La matrice est composée de 12 colonnes et 489 lignes. L’inertie totale est de 2,75. Les deux premiers axes expliquent 13 % des variations observées dans l’échantillon (respectivement 7 % et 6 %). Par rapport au décrochement de l’histogramme des valeurs propres, les quatre premiers axes factoriels ont été retenus (Annexe 3 à 7), expliquant 23 % de la variance.

Résultats

25L’axe 1 révèle une opposition entre deux populations d’enquêtés : les étudiants, résidant majoritairement dans l’hypercentre de Rouen, rive droite, vivant seuls et étant non motorisés ; et les ménages avec enfants, vivant en maison. Ces derniers résident principalement dans le périurbain, sans distinction entre la rive droite et la rive gauche. Ils ont une très bonne provision d’espaces verts autour de chez eux.

26L’axe 2 introduit une opposition socio-économique, doublée d’une opposition spatiale : d’une part, des enquêtés, avec un haut niveau d’études et un emploi à temps plein, habitant rive-droite, qui rejoignent le profil des étudiants. Ils sont, comme ces derniers, peu satisfaits de leur environnement proche. Habitant à proximité immédiate du centre-ville, ils sont, à l’instar des habitants de l’hypercentre, ceux qui disposent du moins d’espaces verts autour de leur lieu de résidence. D’autre part, des enquêtés, habitant plutôt rive-gauche, qui sont très satisfaits de la quantité d’espaces verts autour de chez eux et qui fréquentent quotidiennement les espaces verts urbains. Ces enquêtés tendent à avoir un profil plus précaire, caractérisé par un faible niveau d’étude et une absence d’activité professionnelle.

27L’attitude face à la volonté de substituer de l’espace privé pour de l’espace public s’explique avec l’axe 3. Les deux attitudes opposées - volonté de substituer et refus - conduisent l’axe factoriel, la valeur moyenne, correspondant au « légèrement », étant plutôt située au centre du plan factoriel. La distinction entre le logement et le jardin est aussi importante. Les répondants sont globalement plus enclins à rogner la taille de leur jardin que celle de leur logement pour accéder à plus d’espaces verts publics (respectivement 41 % et 32 % des répondants). La proportion de personnes qui refusent totalement la réduction de la taille du logement est de 50 %, alors que pour la taille du jardin, le refus est de l’ordre de 35 %.

28L’axe 4 vient faire le lien entre l’attitude par rapport à la substitution et la satisfaction quant à la quantité d’espaces verts autour du logement. Il met deux profils opposés d’enquêtés en exergue : des personnes refusant la substitution, fréquentant rarement les espaces verts et qui sont peu satisfaites de la quantité d’espaces verts autour de chez elles. Elles parcourent une grande distance pour se rendre dans l’espace vert cité comme leur espace vert favori. Ces enquêtés ont tendance à avoir un profil plus précaire, marqué par l’absence d’activité professionnelle et un niveau d’étude peu élevé. Ils s’opposent à des enquêtés qui se rendent dans les espaces verts à proximité de leur logement. Ces derniers sont très satisfaits de la quantité d’espaces verts autour de chez eux et fréquentent très régulièrement les espaces verts. Ils vivent davantage rive-gauche, au sein de la première couronne urbaine, occupent un emploi à temps partiel et ont des enfants. Ils sont enclins à une réduction de la taille du jardin, moins à celle du logement.

29En multipliant les observations croisées des différents plans factoriels, d’autres profils de répondants peuvent être relevés. Les enquêtés avec enfants, qui se rendent plusieurs fois par semaine dans les espaces verts et qui utilisent les espaces verts à proximité de leur lieu de résidence, refusent néanmoins la substitution. D’un point de vue spatial, ils vivent plutôt rive-gauche, après la première couronne urbaine. Au contraire, les répondants résidant rive-droite, à une distance plus importante du centre-ville, sont très favorables à la substitution. Ils disposent de nombreux espaces verts autour de leur lieu de résidence et parcourent de grandes distances pour se rendre à l’espace vert public qu’ils fréquentent le plus, ce qui peut traduire un réel intérêt pour ce type d’espace mais également un manque d’espaces verts publics répondant à leurs besoins à proximité de leur lieu de résidence.

30L’observation des plans factoriels permet aussi d’appréhender les liens entre les variables (Fig. 6). La fréquence d’usage des espaces verts est bien liée à la provision en espaces verts autour du lieu de résidence : plus les répondants ont des espaces verts à proximité de chez eux, plus ils s’y rendent régulièrement. La fréquence d’usage explique aussi la distance parcourue : ainsi, plus les répondants fréquentent régulièrement les espaces verts, plus ils se rendent dans les espaces verts proches de chez eux. La satisfaction vis-à-vis de la quantité d’espaces verts publics situés autour du lieu de résidence est liée positivement à la fréquence d’usage et négativement à la distance parcourue : les individus satisfaits de leur environnement proche ont tendance à se rendre plus régulièrement dans les espaces verts publics et à privilégier les espaces verts situés à proximité de chez eux. La satisfaction est aussi liée à la provision : plus les répondants disposent d’espaces verts autour de chez eux, plus ils sont satisfaits.

31Au regard des plans factoriels, il n’y a pas de lien clair entre l’attitude face à la substitution et la provision en espaces verts autour du logement et le lien entre la provision en espaces verts et la distance parcourue n’est pas monotone.

32L’attitude face à la substitution est bien liée à la fréquence d’usage des espaces verts ainsi qu’à la satisfaction par rapport à l’environnement local de l’habitant. Les personnes qui ne se rendent jamais dans les espaces verts ne voient pas d’intérêt à la substitution et privilégient donc les espaces privés, alors que les répondants qui les fréquentent souvent sont plus enclins à échanger du privé pour du public. Concernant le lien entre l’attitude face à la substitution et la distance parcourue pour se rendre à l’espace vert le plus fréquenté, on note que, plus les enquêtés parcourent de grandes distances, moins ils sont favorables à la substitution. Les répondants les plus enclins à échanger de l’espace privé pour de l’espace vert public se rendent dans les espaces proches de leur lieu de résidence. Cela pourrait sous-entendre que ces personnes s’approprient davantage l’espace public proche, pouvant être perçu comme une continuité de l’espace privé. La surreprésentation des inactifs, notamment des retraités, lors de la passation de l’enquête peut introduire un biais dans les résultats, puisque, disposant de davantage de temps libre, ils peuvent fréquenter plus régulièrement les espaces verts et donc, potentiellement, y attacher plus d’importance. De plus, les personnes ne fréquentant jamais les espaces verts ont été plus difficiles à capter, dans la mesure où elles ne voyaient pas l’intérêt de l’enquête et se sentaient moins concernées.

Figure 6 : Schéma des relations entre les variables explicatives d’usage, de profil résidentiel et de volonté de substitution

Figure 6 : Schéma des relations entre les variables explicatives d’usage, de profil résidentiel et de volonté de substitution

Discussion

33L’endogénéité des différents facteurs explicatifs rend l’explicitation des résultats assez complexe étant donné que les différents profils sont liés. Concernant les profils socio-économique et résidentiels, un choix résidentiel est perceptible à travers les résultats présentés, puisque les ménages les plus aisés se regroupent dans l’hypercentre ou au sein de la première couronne urbaine, alors que les ménages plus précaires ont tendance à vivre plus loin du centre-ville. Cela rejoint les analyses traditionnelles de la géographie économique, notamment celles d’Alonso, reprises dans des travaux plus récents [Goffette-Nagot F, Schaeffer Y, 2013]. Il aurait été intéressant d’affiner ce constat en étudiant, en plus de la profession des répondants, le revenu des ménages, comme cela était initialement prévu dans l’enquête. L’étude de cette variable aurait sûrement pu expliquer davantage sur la répartition spatiale des différents groupes sociaux et auraient permis d’aller plus loin dans l’analyse du lien entre profil socio-économique et profil résidentiel.

34Les répondants ont une représentation de leur environnement qui répond bien à la situation réelle, dans la mesure où les résultats montrent que la satisfaction est liée à la provision en espaces verts urbains. D’ailleurs, les individus satisfaits de leur environnement proche ont tendance à se rendre plus régulièrement dans les espaces verts publics et à privilégier les espaces verts situés à proximité de chez eux. Cela rejoint les analyses de Schindler et al sur Bruxelles, puisque les auteurs observent également un lien entre la provision et la fréquence d’usage [Schindler et al, 2018]. Néanmoins, nos résultats ne montrent pas directement de lien entre l’attitude face à la substitution et la provision en espaces verts et indiquent que la relation entre distance parcourue et provision en espaces verts est non monotone. Le choix de parcourir une grande distance peut être lié soit à un manque de provision effective d’espaces verts autour du domicile, soit à des caractéristiques individuelles (indifférence, préférence pour un espace vert particulier - le Jardin des Plantes de Rouen par exemple -, …). Ce constat est également perçu à Bruxelles, où la distance parcourue n’est pas corrélée à l’accès à des espaces verts dans l’environnement résidentiel proche [Schindler et al, 2018]. En revanche, la satisfaction vis-à-vis de la quantité d’espaces verts urbains autour de son lieu de résidence, qui explique en partie la volonté de substitution, est bien liée à la provision. Ces résultats tendent à indiquer que la création de nouveaux espaces verts aurait un effet direct sur la satisfaction des habitants.

35Les résultats montrent également l’existence d’oppositions socio-économiques, qui ont tendance à se spatialiser dans la zone d’étude. En effet, les profils les plus précaires ont tendance à être très satisfaits de la provision en espaces verts. A l’inverse, les habitants des quartiers les plus aisés, situés dans le centre-ville ou à proximité directe du centre, sont moins satisfaits. Cela s’explique par le fait que les quartiers centraux sont marqués par une forte pression foncière, doublée d’une forte densité résidentielle qui accroit les pressions sur les espaces verts disponibles. Ainsi, la capacité économique des ménages n’est pas le seul facteur à influencer la capacité des répondants à satisfaire leurs attentes.

36Ces résultats peuvent apparaître plutôt contraires aux résultats présents dans la littérature [Blanchon et al, 2009], où les populations les plus précaires sont souvent les moins bien dotées en termes d’aménités environnementales. Pour Rouen, ces résultats peuvent s’expliquer par les projets de planification urbaine, puisque les zones d’habitat groupé sont généralement aménagées avec des pelouses et des promenades plantées, pouvant répondre à certaines attentes individuelles, notamment celles liées au cadre de vie. Cela peut également s’expliquer par la morphologie urbaine particulière de la zone d’étude : les quartiers de grands-ensembles, accueillant la majeure partie de l’habitat social, ont été installés sur les versants boisés (Canteleu, nord de Rouen) ou à proximité des forêts périurbaines (Grand-Couronne, St-Etienne-du-Rouvray), faisant de la forêt une sorte de barrière naturelle [Guermond et al., 2007]. Les populations les plus précaires de l’unité urbaine bénéficient donc généralement d’une très bonne provision en espaces verts publics, même s’ils ne disposent pas de jardins privés.

37Néanmoins, la question de la motorisation est essentielle, car si les ménages les plus précaires peuvent disposer d’un cadre de vie plus vert, ils ont tendance à être davantage captifs de leur quartier, à cause de contraintes financières qui les empêchent d’accéder aux espaces verts éloignés de leur lieu de résidence. Nous avons en effet observé que les ménages disposant d’une bonne mobilité, notamment liée à la motorisation, sont les ménages les plus aisés et que ces derniers parcouraient une plus grande distance pour accéder à leur espace vert favori. Ces derniers ont donc plus de capacité à renverser la situation initiale en pouvant se rendre dans des espaces verts publics plus éloignés, répondant mieux à leurs attentes, en termes d’aménagement ou d’aménités environnementales. Cette observation rejoint les constats de D. Ibes qui a montré que le fait d’être mobile, notamment en disposant d’une voiture, permettait de trouver des alternatives de loisirs, annihilant ainsi le rôle de la distance [Ibes, 2015].

38Se pose également la question de la qualité et de l’entretien des espaces verts publics, car si la forêt ou les pelouses participent au cadre de vie, les espaces verts situés dans les quartiers moins favorisés ne sont pas forcément aménagés comme les espaces verts des centres urbains, avec, par exemple, des bancs publics ou des jeux pour enfants, vecteur de sociabilisation entre les populations. Cutts et al ont montré que les populations défavorisées de Phoenix avaient un meilleur accès aux parcs de la ville que les habitants plus aisés [Cutts et al, 2009], mais Cleland et al ont, quant à eux, indiqué que les parcs des quartiers aisés de cette ville étaient davantage aménagés et étaient donc de meilleure qualité [Cleland et al, 2010]. Pour Rouen, cette question n’a pu être véritablement mesurée. Une question de l’enquête portait sur la qualité des espaces verts autour du lieu de résidence des répondants, mais les analyses préliminaires ont montré une corrélation de cette variable avec la variable de quantité, qui lui a été préférée pour la suite de l’étude. Il serait donc intéressant de continuer la réflexion en cherchant à mesurer la valeur que les populations donnent aux aménités dans le choix de l’espace vert fréquenté, avec une enquête spécifique, comme cela a pu être fait dans les études anglosaxonnes citées ci-dessus.

39Concernant les profils d’habitants enclins à réduire la taille de leur espace privé pour bénéficier de plus d’espaces verts publics, la taille des ménages est un facteur qui intervient de façon importante dans l’attitude face à la substitution : les familles avec enfants ont tendance à indiquer un refus, sauf lorsqu’elles ne disposent d’aucun espace vert public dans leur environnement proche, comme c’est le cas pour les familles aisées du centre-ville ou de la première couronne urbaine de Rouen. Ce constat rejoint les analyses de Barbosa et al [2007] et Schindler et al [2018] qui montrent que les habitants les plus aisés sont généralement plus enclins à substituer de l’espace privé pour du public. Le constat que les ménages les plus aisés sont plus enclins à la substitution peut s’expliquer par le fait qu’ils disposent probablement d’un espace de vie plus grand que les ménages moins aisés et se sentent donc moins menacés par l’idée d’une réduction de l’espace privé. Ils sont aussi caractérisés par une très bonne mobilité, notamment liée à la motorisation, et sont donc moins captifs de leur lieu de résidence. La réduction de la taille de leur espace privé peut donc être compensée par cette mobilité, qui leur permet de se déplacer dans les espaces répondant à leurs attentes.

40La réduction de la taille du jardin est globalement mieux accueillie que celle du logement. Cela pourrait renforcer l’idée que les espaces verts publics, notamment les jardins ou parcs publics, pourraient répondre aux attentes des habitants, aussi bien que les jardins privés. La discussion avec les répondants lors de l’enquête de terrain peut soulever certaines hypothèses pour mieux comprendre cette attitude : le jardin privé, même s’il est valorisé socialement, peut être source de contraintes (coût financier supplémentaire, entretien difficile notamment pour les personnes âgées, …), alors que les jardins publics sont libres d’accès, arborés et entretenus tout au long de l’année. Cette idée rejoint l’analyse de Cameron et al [2012] sur la valeur mitigée du jardin privé pour les populations et sur la nécessité de continuer les recherches sur l’utilisation effective de ces espaces. Au regard de ces résultats, des politiques volontaristes en faveur des espaces verts publics sont à préconiser, surtout dans l’hypercentre de Rouen, sous-doté en espaces verts. Plus généralement, le manque d’espaces verts publics est davantage perceptible dans cette commune que dans les autres communes de la zone d’étude. Cette demande quantitative ne doit cependant pas éclipser la nécessité de créer des espaces verts de qualité et d’entretenir régulièrement ces espaces.

41Ce constat nous mène également à réfléchir à une meilleure gouvernance dans la gestion des espaces urbains afin de conserver les services rendus à la communauté [Donadieu et al, 2016]. La création de véritables zones vertes, moins fragmentées, serait souhaitable à la fois pour recréer et favoriser les écosystèmes en ville, mais aussi permettre aux habitants de s’approprier davantage les espaces verts. La création d’espaces verts lors d’opérations de renouvellement urbain, notamment dans les espaces très denses, peut être une solution, même si cela doit passer par une réduction globale des espaces verts privés. En effet, cette étude montre que les résultats ne peuvent être que positifs, certaines personnes portant assez d’intérêt aux espaces verts urbains pour réduire leur espace privé. Les espaces périurbains, davantage dotés en espaces verts, sont moins concernés par cette nécessité d’une hausse quantitative de la provision en espaces verts publics. Néanmoins, les habitants de certaines communes périurbaines, comme Grand-Couronne par exemple, parcourent de grandes distances pour se rendre aux espaces verts publics d’autres communes limitrophes. Cela indique que ces communes semblent avoir un déficit d’aménagements publics, recherchés par les habitants. Il serait donc pertinent d’améliorer les espaces verts publics existants, pour mieux répondre aux demandes des habitants, et ainsi améliorer l’accessibilité de ces derniers aux espaces verts publics de leur commune de résidence. La création d’espaces verts apparaît actuellement comme un véritable outil d’aménagement que les municipalités peuvent facilement mettre en œuvre, du fait de l’absence de contraintes législatives concernant ces espaces [Choumert, Travers, 2010].

Conclusion

42Cette étude exploratoire permet de mieux comprendre les différents facteurs pouvant inciter ou freiner l’usage des espaces verts urbains par les citadins. Les résultats concernant la substitution donnent de nouvelles pistes de réflexion sur les différences entre les espaces verts publics et les espaces verts privés. La question de la substitution étant encore peu appliquée à ce type d’espaces urbains, il convient de continuer les recherches afin de proposer des modèles de développement urbain durable dans le contexte de diminution des espaces non artificialisés.

43Si la nécessité de protéger les espaces naturels et agricoles est fondamentale, il est néanmoins pertinent de questionner le processus de densification, qui poussé à l’extrême, ne laisse aucune place aux interstices pouvant être végétalisés. Même si les municipalités doivent assurer le développement urbain, avec toutes les logiques sous-jacentes, les bienfaits procurés par les aménités environnementales, notamment en termes de santé et de cadre de vie, devraient être davantage pris en compte pour répondre aux attentes des populations et à la durabilité des villes. La gestion des espaces verts urbains est encore généralement tournée vers des raisons esthétiques et économiques. Or, l’évaluation économique des bienfaits qui guide les politiques publiques actuelles sous-entend une conception instrumentaliste de la nature qui est discutable en elle-même [Lafontaine, Martineau, 2014] et qui ne répond pas aux attentes des habitants.

Haut de page

Bibliographie

Arsanjani, J.J, Zipf, A., Mooney, P., Helbich, M., 2015. OpenStreetMap in GIScience. Lecture Notes in Geoinformation and Cartography, p. 324.

Barbosa, O., Tratalos, J. A., Armsworth, P. R., Davies, R. G., Fuller, R. A., Johnson, P., & Gaston, K. J. (2007). Who benefits from access to green space? A case study from Sheffield, UK. Landscape and Urban Planning, 83(2-3), 187-195.

Blanchon, D., Moreau, S., Veyret, Y., 2009. Comprendre et construire la justice environnementale, Annales de géographie, p. 35-60.

Cameron, R., Blanuša, T., Taylor, J., et al., 2012. The domestic garden–Its contribution to urban green infrastructure, Urban Forestry & Urban Greening, vol. 11, no 2, p. 129-137.

Cavailhès, J., 2005. Le prix des attributs du logement. Economie et statistique, vol. 381, no 1, p. 91-123.

Cavailhès, J., 2009. Le coût du logement selon sa localisation, Informations sociales, no 5, p. 38-46.

Charmes, E., 2010. La densification en débat. Études foncières, 145, 20-23.

Chiesura, A., 2004. The role of urban parks for the sustainable city, Landscape and Urban Planning, 68, 129–138.

Choumert, J., Travers, M., 2010. La capitalisation immobilière des espaces verts dans la ville d'Angers : Une approche hédoniste, Revue économique, p. 821-836.

Cleland, R., Falletta-Cowden, A., Ibes, D., Sigurdsson, S., 2010. An Environmental Justice and Public Health Analysis of Park Use in South Phoenix. Poster.

Cutts, B., Darby, K., Boone, C., Brewis, A., 2009. City structure, obesity, and environmental justice: an integrated analysis of physical and social barriers to walkable streets and park access, Social science & medicine, vol. 69, no 9, p. 1314-1322.

Donadieu, P., Rémy, É., Girard, M. C., 2016. Les sols peuvent-ils devenir des biens communs ?, Natures Sciences Sociétés, 2016/3 (Vol. 24), p. 261-269.

Goeldner-Gianella, L., Humain-Lamoure A-L., 2010. Les enquêtes par questionnaire en géographie de l'environnement, L’Espace géographique, vol. tome 39, no. 4, pp. 325-344.

Goffette-Nagot, F., Schaeffer Y., 2013. Accessibilité ou voisinage ? Une analyse des sources de la ségrégation résidentielle au sein des aires urbaines françaises », Revue économique.

Guermond, Y., Bussi, M., Billard, G., Dubos-Paillard, E., Hucy, W., Lucchini, F., 2008. Rouen, la métropole oubliée ? Editions L'Harmattan.

Haaland, C., van Den Bosch, C. K., 2015. Challenges and strategies for urban green-space planning in cities undergoing densification: A review. Urban forestry & urban greening, 14(4), 760-771.

Hoyt, W.H, Rosenthal, S.S., 1997. Household location and Tiebout: do families sort according to preferences for locational amenities?. Journal of Urban Economics, vol. 42, no 2, p. 159-178.

Hucy, W., 2002. La nature dans la ville et les modes d'habiter l'espace urbain : expérimentation sur l'agglomération rouennaise. Thèse de doctorat. Université de Rouen.

Ibes, D., 2015. A multi-dimensional classication and equity analysis of an urban park system: A novel methodology and case study application, Landscape and Urban Planning, 137, p. 122–137.

Lafontaine, J. P., Martineau, R., 2014. Une étape importante dans la représentation des rapports de l’homme à la nature : le cas de l’évaluation de la nature au Royaume-Uni. Natures Sciences Sociétés, 22(1), 42-50.

Lepillé, R., Evrard, B., Bussi, M., Femenias, D., 2017. Quand la forêt devient un équipement de la ville : un parc animalier à l’échelle de l’agglomération rouennaise, VertigO, Hors-série 28.

Le Texier, M., Schiel, K., Caruso, G., 2018. The provision of urban green space and its accessibility: Spatial data effects in Brussels. PloS one, 13(10).

Roy, S., Byrne, J., Pickering, C., 2012. A systematic quantitative review of urban tree benefits, costs, and assessment methods across cities in different climatic zones. Urban Forestry & Urban Greening, vol. 11, no 4, p. 351-363.

Rupprecht, C, Byrne, J., 2014. Informal urban greenspace: A typology and trilingual systematic review of its role for urban residents and trends in the literature, Urban Forestry & Urban Greening, vol. 13, no 4, p. 597-611.

Schindler, M., Le Texier, M., Caruso, G., 2018. Spatial sorting, attitudes and the use of green space in Brussels, Urban Forestry & Urban Greening.

Theys, J., Emelianoff, C., 2001. Les contradictions de la ville durable, Le débat, 1, 122-135.

[n.s.], 2015. SCOT de la Métropole Rouen Normandie, www.metropole-rouen-normandie.fr/le-scot-dans-la-metropole-approuve

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Comparaison de l’échantillon de l’enquête avec la population de l’unité urbaine de Rouen, selon le genre, l’âge et le statut d’occupation

Annexe 1 : Comparaison de l’échantillon de l’enquête avec la population de l’unité urbaine de Rouen, selon le genre, l’âge et le statut d’occupation

Annexe 2 : Variables étudiées

Annexe 2 : Variables étudiées

Annexe 3 : Plan factoriel, Axes 1 et 2

Annexe 3 : Plan factoriel, Axes 1 et 2

Annexe 4 : Plan factoriel, Axes 1 et 3

Annexe 4 : Plan factoriel, Axes 1 et 3

Annexe 5 : Plan factoriel, Axes 1 et 4

Annexe 5 : Plan factoriel, Axes 1 et 4

Annexe 6 : Plan factoriel, Axes 2 et 3

Annexe 6 : Plan factoriel, Axes 2 et 3

Annexe 7 : Plan factoriel, Axes 2 et 4

Annexe 7 : Plan factoriel, Axes 2 et 4
Haut de page

Notes

1 Un test du Khi2 a été réalisé pour établir s’il existe un effet entre les deux variables qualitatives croisées dans un tableau de contingence. La force d’association entre les variables a ensuite été mesurée par le V de Cramer. Les valeurs peuvent varier de 0 (absence d’association) à 1 (association parfaite).

2 Disponible sur : https://github.com/juba/explor

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des points d’enquête au sein des communes de l’unité urbaine de Rouen
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-1.png
Fichier image/png, 634k
Titre Figure 2 : Différences d’appréhension de la localisation des espaces verts selon les bases de données utilisées
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 3 : Fréquence d’usage des espaces verts urbains selon le lieu de résidence des répondants
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-3.png
Fichier image/png, 171k
Titre Figure 4 : Satisfaction des répondants concernant la quantité d’espaces verts publics situés à moins de 5 minutes à pieds de leur logement
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-4.png
Fichier image/png, 145k
Titre Figure 5 : Distance parcourue par le répondant pour se rendre à son espace vert favori, selon son lieu de résidence
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-5.png
Fichier image/png, 140k
Titre Figure 6 : Schéma des relations entre les variables explicatives d’usage, de profil résidentiel et de volonté de substitution
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-6.png
Fichier image/png, 41k
Titre Annexe 1 : Comparaison de l’échantillon de l’enquête avec la population de l’unité urbaine de Rouen, selon le genre, l’âge et le statut d’occupation
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-7.png
Fichier image/png, 24k
Titre Annexe 2 : Variables étudiées
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-8.png
Fichier image/png, 25k
Titre Annexe 3 : Plan factoriel, Axes 1 et 2
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-9.png
Fichier image/png, 60k
Titre Annexe 4 : Plan factoriel, Axes 1 et 3
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-10.png
Fichier image/png, 59k
Titre Annexe 5 : Plan factoriel, Axes 1 et 4
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-11.png
Fichier image/png, 60k
Titre Annexe 6 : Plan factoriel, Axes 2 et 3
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-12.png
Fichier image/png, 60k
Titre Annexe 7 : Plan factoriel, Axes 2 et 4
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10156/img-13.png
Fichier image/png, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Havret, « Substituer de l’espace vert privé par de l’espace vert public : un choix multifactoriel. L’exemple de l’unité urbaine de Rouen », Espace populations sociétés [En ligne], 2020/1-2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/eps/10156 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.10156

Haut de page

Auteur

Marie Havret

Doctorante en Géographie
UMR 6266 – IDEES
Université de Rouen Normandie
marie.havret@univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals