Navigation – Plan du site
Dossier pédagogique

Le lien logement-population à l’échelle locale. II – Caractéristiques des logements et composition par âge des populations

Jean-François Léger

Texte intégral

1Le 1er dossier consacré au lien logement-population à l’échelle locale [EPS 2019-3] a détaillé la relation forte entre les caractéristiques d’un parc de logements et le nombre d’habitants qui l’occupent. Ce « rendement démographique » des logements [Léger, 2020] est en fait la conséquence des caractéristiques démographiques des populations qui occupent chaque catégorie de logement. « Dis-moi quelle est la composition du parc de logements, je te dirai quelle est la composition démographique de la population. » C’est vraiment en ces termes que l’on peut poser, au niveau local, la relation entre les caractéristiques du parc de logements et la pyramide des âges de la population : à chaque catégorie de logement sa pyramide des âges. Ce lien a été mis en évidence dès 1960 par Louis Henry, modélisé par Hervé Le Bras et Jean-Claude Chesnay en 1976 et mis en pratique, à de nombreuses reprises, au niveau local [par exemple, Louchart, 1999 ; Dittgen, 2005 ; Collot, 2013 ; Naulin, 2019 ; Sagot, Gouin, Dupoizat, 2019].

2L’analyse des pyramides des âges des différents ensembles de logements distingués selon le type (logement collectif, maison individuelle), la taille, l’ancienneté et le statut d’occupation apporte deux séries d’informations, l’une de type transversal, l’autre de type longitudinal. Lorsque l’on effectue une coupe à un moment donné (par exemple le 1er janvier 2015 – approche transversale), on est en mesure de caractériser la composition démographique d’un parc de logements et d’identifier les problématiques sociales associées à ce moment-là aux différentes générations présentes en nombre (accueil de la petite enfance, scolarisation des enfants dans les établissements primaires qui sont à la charge des communes, accompagnement des personnes âgées, etc.). Mais les informations relatives à des logements d’anciennetés différentes saisies à un même moment permettent également de simuler l’évolution de l’effectif et de la composition démographique au sein d’une même cohorte de logements à mesure que ces derniers vieillissent (simulation de l’approche longitudinale).

3En 2015, l’Insee distingue ainsi les logements récents livrés entre 2006 et 2015 (moins de 10 ans d’ancienneté) des logements plus anciens classés en différentes cohortes selon leur période d’achèvement et de livraison sur le marché immobilier : 1991-2005 (entre 10 et 25 ans d’ancienneté), 1971-1990 (entre 25 et 45 ans d’ancienneté), 1946-1970 (entre 45 et 70 ans d’ancienneté) et avant 1946 (au moins 70 ans d’ancienneté). Il est possible, sous réserve que l’évolution de la composition par âge au sein de chaque type de logement soit constante d’une cohorte à l’autre, d’assimiler les différentes cohortes d’un même type de logement saisies à un même moment aux différents stades de l’évolution dans le temps d’une même cohorte de logements. On peut donc avec une même information proposer une double approche, statique (la population de différentes cohortes de logements à un moment donné) et dynamique (la projection de la population d’une même cohorte de logements dans le temps). C’est précisément ce qui est proposé dans ce dossier.

4Dans un premier temps (section 1), nous détaillons, en nous appuyant comme dans le dossier 1 sur le cas de l’agglomération de Lyon [EPS 2019-3], d’une part, la contrainte exercée par le nombre de pièces des logements sur la composition par âge des ménages les occupant et, d’autre part, la déformation de ce lien à mesure que le parc de logements vieillit. Ce lien entre la taille des logements et la pyramide des âges des populations est commun à tous les statuts d’occupation des logements mais il présente toutefois des nuances selon que les ménages occupent un logement du secteur social ou privé. Si le schéma démographique d’occupation des logements est bien commun, les nuances sont toutefois suffisamment notables pour qu’elles soient précisées, ce que nous proposons dans la section 2. Une bonne connaissance des caractéristiques du parc immobilier (proportions respectives de maisons individuelles et d’appartements récents ou anciens de 1, 2, 3 et 4 pièces ou plus des secteurs social ou privé) permet donc d’en déduire la composition par âge de la population locale, à des échelles variées (du quartier à l’agglomération). C’est ce qui est montré dans la section 3. La compréhension du lien logement-population à l’échelle locale conduit aussi à appréhender de manière critique la décomposition classique en démographie de la variation de l’effectif de la population en soldes naturel et migratoire. Le « simulateur immobilier » [cf. dossier 1, EPS 2019-3] avait déjà montré que l’on pouvait décomposer le taux d’accroissement de l’effectif d’une population locale sans faire intervenir les mouvements démographiques naturels (naissances et décès) et migratoires (arrivées et départs). Dans la section 4, nous montrons, à partir du cas extrême de Paris intra-muros (mais révélateur des tendances à l’œuvre dans les grandes métropoles régionales), pourquoi l’importance du logement dans la dynamique démographique des populations locales altère considérablement la distinction encore opérée par l’Insee à l’échelle des communes des contributions des flux naturels et migratoires dans la variation du nombre d’habitants. Enfin, en conclusion, nous exposons l’intérêt de la mobilisation du lien logement-population en matière de prospective démographique à l’échelle locale.

1. Types de logement et caractéristiques démographiques des populations

5À chaque type et taille de logement sa population (figures 1). Dans l’agglomération lyonnaise, les appartements de 1 pièce (T1) sont quasiment tous occupés par des personnes seules (82 % de la population des T1) et les jeunes adultes âgés de 18-29 ans sont très largement surreprésentés (62 % de la population des T1). À mesure que le nombre de pièces augmente, ces deux proportions diminuent, tandis que celles des adultes en couple et des enfants de moins de 18 ans s’affirment : les adultes en couple (avec ou sans enfant) représentent ainsi 33 % de la population des T2 et environ 43 % de celles des T3, T4 et T5+ ; les enfants de moins de 18 ans ne représentent que 2 % de la population des T1 et 5 % de celle des T2, mais 21 % de celle des T3, 29 % de celle des T4 et 30 % de celle des T5+. Dans les maisons individuelles, les adultes en couple (avec ou sans enfant), plus âgés en moyenne que dans les appartements de très grande taille (5 pièces ou plus), représentent 54 % de la population et les enfants de moins de 18 ans 24 %. La composition selon l’âge, le sexe et le lien avec la personne de référence du ménage au sein de chaque type et taille des logements suit ce schéma général partout en France même s’il existe des variations selon les territoires [Zaepfel, Bergouignan, 2013].

Figures 1. Composition selon l’âge, le sexe et le lien avec le chef du ménage de la population des logements de l’agglomération de Lyon en 2015 (pour 10 000 logements de chaque type et taille)

Figures 1. Composition selon l’âge, le sexe et le lien avec le chef du ménage de la population des logements de l’agglomération de Lyon en 2015 (pour 10 000 logements de chaque type et taille)

Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calcul : auteur.

  • 1 C’est parce que la population dépend des logements à l’échelle locale que les pyramides des âges so (...)
  • 2 Pour montrer la façon dont la composition par âge d’une population se déforme au sein d’une même co (...)

6Le nombre de pièces a une incidence considérable sur le nombre d’occupants. Là où les petits logements accueillent majoritairement des personnes seules ou des couples sans enfant, les logements plus grands peuvent accueillir des ménages composés d’adultes seuls ou en couple avec leurs enfants. La diversité générationnelle potentielle au sein des logements est donc très inégale comme en témoignent leurs pyramides des âges1. La taille des logements a aussi une influence sur la capacité de ces derniers à fixer les ménages dans le temps (tableau 1). Un logement de 1 ou 2 pièces ne se prête en effet guère à l’accueil d’enfants. De ce fait, un ménage qui s’agrandit devra presque nécessairement quitter ce type de logement. Il y a alors de fortes chances pour qu’il soit remplacé par un petit ménage aux caractéristiques comparables, ce qui permet d’assurer une certaine permanence de la pyramide des âges. Au contraire, les grands logements (qu’il s’agisse d’une maison individuelle ou d’un appartement) peuvent accueillir dans la durée les ménages. Ils y emménagent souvent dans une configuration familiale et peuvent y rester alors que les enfants ont pourtant décohabité. Dans ce cas, cette sédentarité s’accompagne d’une déformation importante de la pyramide des âges et d’une recomposition du poids des différents groupes d’âges au sein des logements. Ce sont précisément ces mécanismes que nous détaillons maintenant2.

Tableau 1. Répartition des ménages selon l’ancienneté de résidence au sein des différents types et tailles de logement dans l’agglomération lyonnaise en 2015

Type et taille des logements

Taille moyenne des ménages

Ancienneté de présence du ménage dans le logement

Moins de 5 ans

10 ans et plus

Maisons

2,73

19%

66%

Appartements

2,05

46%

37%

1 pièce

1,11

77%

11%

2 pièces

1,35

59%

23%

3 pièces

2,01

44%

37%

4 pièces ou plus

2,80

29%

52%

Source : Insee, recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : auteur

1.1 Dans les petits logements (T1 et T2), une population composée de nombreux jeunes adultes, qui se renouvelle rapidement

7Dans les petits logements de l’agglomération lyonnaise, les ménages - le plus souvent composés d’une seule personne - se renouvellent très rapidement. C’est tout particulièrement le cas dans les T1 où 77 % des ménages sont présents depuis moins de 5 ans, tandis que 11 % seulement sont présents depuis au moins 10 ans (tableau 1). Le renouvellement est un peu moins rapide dans les T2 mais plus de la moitié des ménages (59 %) tout de même ne sont présents dans leur logement que depuis moins de 5 ans, tandis que 23 % sont présents depuis au moins 10 ans. Cette mobilité importante des ménages au sein de ce parc de petits logements se concrétise par une composition par âge caractérisée par une certaine stabilité (figures 2 et 3).

8Ainsi, quelle que soit l’ancienneté du logement, les jeunes adultes constituent la population la plus nombreuse au sein du parc de logements de 1 pièce (figures 2). Dans les T1 récents, livrés à partir de 1991, les jeunes adultes âgés de 18-29 ans représentent plus des trois-quarts des occupants de ce type de logement. À mesure que les logements sont plus anciens, leur poids démographique va toutefois diminuer mais ces jeunes adultes vont rester majoritaires : ils représentent encore plus de la moitié des habitants des T1 livrés avant 1991. Les enfants restent absents de ces logements ; en revanche, la part des personnes âgées augmente avec l’ancienneté du logement : tandis que les personnes âgées de 65 ans ou plus ne représentent que 3 % des personnes résidant dans les T1 récents, leur proportion dans les T1 plus anciens peut dépasser les 10 %. Les ménages présents au sein de ces logements se renouvellent très rapidement, ce qui permet à la pyramide des âges de garder sa forme particulière, caractérisée par le poids dominant des 20-24 ans et, à un degré moindre, des 15-19 ans (essentiellement des 18-19 ans) et 25-29 ans. Ces logements sont donc, de manière constante dans le temps, caractérisés par une forte spécialisation démographique et une concentration de jeunes adultes. Il y a toutefois, avec l’ancienneté des logements, un rééquilibrage au sein de cette population des jeunes adultes. Tandis que les 15-19 ans sont le deuxième groupe d’âges le plus représenté dans les logements récents, ils cèdent cette position aux 25-29 ans par la suite. Une partie des jeunes va donc demeurer au moins 5 ans dans ces logements, ce qui assure un mouvement, certes limité, de translation de la pyramide vers le haut, de quelques années seulement. Enfin, une fraction plus réduite de cette population des T1 demeure au moins 10 ans dans ce type de logement, ce qui se traduit par une croissance des effectifs, modérée mais incontestable, de la part des personnes âgées de plus de 30 ans.

Figures 2. Pyramide des âges de la population des T1 en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Figures 2. Pyramide des âges de la population des T1 en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Lecture : Les pyramides en vert correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide figurée par des rectangles blancs cerclés en noir correspond à la population occupant 10 000 logements de la cohorte la plus récente (logements livrés entre 2006 et 2015). Par exemple, au sein de 10 000 T1 achevés avant 1946, on dénombre un peu plus de 1 000 hommes âgés de 20-24 ans, tandis qu’il y en a 2 000 dans 10 000 T1 récents (achevés entre 2006 et 2015).

Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur

9Dans les T2 (figures 3), les jeunes adultes constituent toujours la population la plus représentée. Toutefois, même dans les T2 les plus récents, la part des 18-29 ans n’atteint pas les 50 % (48 % dans les T2 livrés entre 2006 et 2015). Cette catégorie d’âges ne représente plus que le tiers des effectifs environ dans les T2 livrés avant 1991. Elle continue tout de même d’imprimer à la pyramide des âges sa forme particulière. Par rapport aux T1 où les 20-24 ans constituent le groupe d’âges le plus représenté, dans les T2, ce sont les 25-29 ans qui concentrent le plus grand nombre de personnes. On ne compte par ailleurs guère de 15-19 ans. En fait, par rapport aux T1, les jeunes adultes se révèlent ... un peu moins jeunes. Là où les 15-29 ans étaient nettement surreprésentés dans les T1, ce sont cette fois les 20-34 ans qui dominent. Les T2 accueillent davantage de ménages de 2 personnes, en particulier des jeunes couples. Il y a d’ailleurs, selon les cohortes de logements, de 3 à 4 fois plus d’enfants âgés de moins de 10 ans dans les T2 que dans les T1. Les enfants demeurent toutefois très peu nombreux. Ainsi, dans les T2 les plus anciens, ceux dans lesquels le nombre d’enfants est le plus élevé, on dénombre moins de 500 enfants de moins de 6 ans et moins de 200 enfants âgés de 6-10 ans pour 10 000 logements. En d’autres termes, il y a moins de 700 enfants de moins de 11 ans dans 10 000 T2 anciens, soit nettement moins de 0,1 enfant de moins de 11 ans par T2. Les personnes âgées de 65 ans et plus sont en revanche davantage représentées dans les T2 anciens. Dans ceux livrés avant 1991, leur poids est d’environ 15 % de l’ensemble des occupants, soit environ 2 000 personnes pour 10 00 logements (0,2 personne âgée de 65 ans ou plus en moyenne par T2).

Figures 3. Pyramide des âges de la population des T2 en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Figures 3. Pyramide des âges de la population des T2 en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Lecture : Les pyramides en vert correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide figurée par des rectangles blancs cerclés en noir correspond à la population occupant 10 000 logements de la cohorte la plus récente (logements livrés entre 2006 et 2015). Par exemple, au sein de 10 000 T2 achevés avant 1946, on dénombre un peu moins de 1 000 hommes âgés de 20-24 ans, tandis qu’il y en a 1 000 dans 10 000 T2 récents (achevés entre 2006 et 2015).

Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur

10Pour résumer, les T1 comme les T2 (mais dans une moindre mesure) sont surtout occupés par de jeunes adultes. C’est tout particulièrement le cas dans les logements les plus récents. Une grande partie de cette population reste peu de temps. Les ménages qui partent sont alors remplacés par des ménages de taille et de composition par âge comparables, ce qui assure la permanence de la forme de la pyramide des âges. Toutefois, la plus grande sédentarité d’une petite partie des ménages contribue à réduire la proportion des jeunes adultes au profit des autres catégories d’âges, notamment les personnes âgées, ce qui rééquilibre un (tout petit) peu la distribution par âge.

1.2 Dans les logements de taille intermédiaire (T3), des familles en début de parcours résidentiel

11La population des T3 présente une composition démographique originale par rapport à celle des petits et des grands logements. Ces logements accueillent en effet une grande diversité générationnelle : des jeunes enfants, leurs parents (les 25-34 ans représentent le groupe d’âges le plus dense, quelle que soit l’ancienneté des T3) et des personnes âgées dont le poids augmente à mesure que les logements sont anciens. La composition démographique conserve toutefois une certaine stabilité quelle que soit l’ancienneté des logements (figures 4) en raison d’un relatif équilibre entre les ménages qui restent peu de temps et ceux qui sont plus sédentaires : en 2015, dans les T3 de l’agglomération lyonnaise, 44 % des ménages étaient présents dans leur logement depuis moins de 5 ans, tandis que 37 % étaient présents depuis au moins 10 ans (tableau 1). La part relativement élevée (près de la moitié) de ménages qui ne résident pas très longtemps dans ces logements permet de limiter la déformation de la pyramide des âges. Mais la fraction non négligeable (plus d’un tiers) des ménages qui demeurent au contraire plus longtemps dans ces mêmes logements contribue à une évolution originale de la pyramide des âges : celle-ci conserve un profil familial tout en voyant la part de personnes âgées augmenter à mesure que le parc de T3 devient ancien.

12Les personnes qui emménagent dans les T3 récents sont des adultes âgés de 25-34 ans et leurs enfants, dont une grande partie est âgée de moins de 6 ans. Dans les T3 livrés à partir de 2005, on compte en moyenne 0,34 enfant de moins de 6 ans sur les 2,21 personnes que compte chaque T3 récent, soit 15 % des occupants. À mesure que l’ancienneté de ce type de logement augmente, le nombre de ces jeunes enfants diminue : on n’en compte plus en moyenne que 0,25 par T3 de la cohorte 1991-2005, 0,20 par T3 de la cohorte 1946-1970 et 0,17 en moyenne par T3 livré avant 1946. L’effectif des 6-10 ans décroît également mais moins fortement (de 0,11 à 0,09 par T3 de la cohorte de logements la plus récente à la plus ancienne). Selon l’ancienneté du logement, le nombre de jeunes enfants diminue donc mais il reste toutefois notable : même dans les logements plus anciens, dans chaque T3, il y a en moyenne presque 0,3 enfant de moins de 11 ans. Ces T3 constituent pour bien des jeunes couples le logement où se construisent les premières années de la vie familiale. Certains déménagent assez rapidement lorsque la famille s’élargit quand d’autres y demeurent. Ces logements constituent aussi un lieu de repli pour les adultes plus âgés seuls ou en couple mais sans enfant. Ces ménages sont les plus sédentaires, puisque ce type de logement représente le plus souvent un choix adapté à une composition de ménage plus pérenne. Dans ces logements, le nombre de personnes âgées augmente fortement, passe par un maximum avant de se stabiliser à un niveau moins élevé. Ainsi, dans les T3 récents, on compte en moyenne 0,13 personne âgée de 65 ans ou plus (6 % de la population de ce type de logement). Mais cet effectif moyen par T3 est le double dans les logements livrés entre 1991 et 2006 (0,24, 11 % de la population), le triple dans les logements livrés entre 1946 et 1971 (en moyenne, 0,38 du 1,92 occupant de chaque T3, soit 20 % de la population des T3). Toutefois, dans les T3 les plus anciens, ceux livrés avant 1946, au sein desquels tous les ménages initiaux ont été remplacés et qui se trouvent donc dans un cycle de renouvellement de leur population au fil de l’eau, il n’y a plus que 0,29 personne âgée de 65 ans ou plus, soit 15 % tout de même des occupants de ces T3 anciens.

Figures 4. Pyramide des âges de la population des T3 en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Figures 4. Pyramide des âges de la population des T3 en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Lecture : Les pyramides en vert correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide figurée par des rectangles blancs cerclés en noir correspond à la population occupant 10 000 logements de la cohorte la plus récente (logements livrés entre 2006 et 2015). Par exemple, au sein de 10 000 T3 achevés avant 1946, on dénombre 1 000 femmes âgées de 25-29 ans, tandis qu’il y en a plus de 2 000 dans 10 000 T3 récents (achevés entre 2006 et 2015).

Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur

1.3 Les T4+ : un parc qui assure à terme un grand équilibre entre les générations

13La diversité générationnelle observée dans les T3 se retrouve également dans les logements collectifs de 4 pièces ou plus, de manière à la fois plus accentuée et plus équilibrée.

14La population qui réside dans les grands appartements (4 pièces ou plus) récents est massivement composée d’adultes âgés de 30-44 ans et de leurs enfants âgés de moins de 15 ans (figures 5). Ainsi, les 0-10 ans représentent à eux seuls plus du quart de la population occupant les T4+ livrés entre 2005 et 2015. Dans un T4+ récent, on compte en moyenne 3,24 résidents, dont 1,1 a moins de 15 ans, soit un tiers de la population occupant un T4+ récent. C’est plus que le nombre et la part d’adultes âgés de 30-44 ans (0,81 par T4+ en moyenne). À eux deux, ces groupes des générations des parents et de leurs jeunes enfants représentent 60 % de la population des T4+. Si l’on agrège cette fois-ci les moins de 18 ans (1,34 en moyenne par T4+) et les 30-49 ans (1,1 en moyenne par T4+) pour avoir une statistique plus extensive du poids des enfants et de leurs parents dans la population des T4+ récents, on parvient à un ensemble correspondant aux trois-quarts de la population de ces logements.

15Dans les T4+ récents, les personnes âgées de 65 ans ou plus sont peu nombreuses (0,18 par T4+, 5 % de la population). Mais dans les T4+, les ménages sont très sédentaires. En 2015, dans l’ensemble de ce parc de logements de l’agglomération lyonnaise, plus de la moitié des ménages sont présents depuis au moins 10 ans et seulement 29 % sont présents depuis moins de 5 ans (tableau 1). La norme dans ces logements est donc d’y rester longtemps. Cela se traduit par une déformation considérable de la pyramide des âges à mesure que les logements sont anciens (figures 5). La pyramide des âges initiale (celle des logements récents) effectue une translation partielle vers le haut : les adultes vieillissent sur place mais les enfants décohabitent progressivement. Le nombre d’enfants de moins de 15 ans va donc diminuer tandis que celui des personnes âgées va augmenter. Ainsi, dans les T4+ livrés entre 1946 et 1971, on compte jusqu’à 0,46 personne âgée de 65 ans et plus en moyenne par logement (17 % des 2,70 occupants de cette cohorte de T4+), tandis qu’il n’y a plus que 0,65 enfant de moins de 15 ans (24 % des occupants de cette même cohorte de T4+). Puis, une fois que tous les ménages initiaux ont été remplacés dans les T4+, le renouvellement continu de la population va minorer le poids des personnes âgées de 65 ans et plus (0,39 des 2,67 occupants en moyenne des T4+ livrés avant 1946) et préserver une part importante d’enfants de moins de 15 ans (0,60, soit encore 22 % de la population des T4+ les plus anciens). Mais la dynamique des ménages et de la population au sein des T4+ au fil du temps se traduit par une diminution de moitié du nombre d’enfants de moins de 15 ans, ce qui explique d’ailleurs en grande partie la diminution de la taille moyenne des ménages au sein de ce type de logement (de 3,2 dans les T4+ les plus récents à 2,7 dans les plus anciens) [cf. dossier pédagogique I, EPS 2019-3].

Figures 5. Pyramide des âges de la population des T4+ en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Figures 5. Pyramide des âges de la population des T4+ en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Lecture : Les pyramides en vert correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide figurée par des rectangles blancs cerclés en noir correspond à la population occupant 10 000 logements de la cohorte la plus récente (logements livrés entre 2006 et 2015). Par exemple, au sein de 10 000 T4+ achevés entre 1946 et 1971, on dénombre 1 000 filles âgées de 0-4 ans, tandis qu’il y en a 2 000 dans 10 000 T4+ récents (achevés entre 2006 et 2015).

Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur

1.4 Dans les maisons individuelles, une dynamique comparable à celle des T4+ mais un vieillissement de la population encore plus marqué

16Dans les maisons individuelles, qui comptent quasiment toutes au moins quatre pièces, la dynamique de la population en fonction de l’ancienneté des logements est comparable à celle des T4+. Mais le vieillissement est plus marqué en raison de la part plus grande de propriétaires parmi les occupants d’une maison individuelle. Or le fait d’être propriétaire accroit la sédentarité au sein du même logement [Dittgen, 2005 ; Louchart, 2019].

17L’accès à la maison individuelle est un peu plus tardif que celui à l’appartement de grande taille. De ce fait, les adultes qui arrivent dans une maison individuelle sont un peu plus âgés que ceux qui arrivent dans un appartement de grande taille. Dans les maisons récentes, les 35-39 ans et les 40-44 ans sont plus nombreux que les 30-34 ans tandis que dans les appartements de grande taille, les effectifs de ces trois groupes d’âges sont plus équilibrés. De ce fait, les enfants de 5-9 ans sont, dans les maisons individuelles, nettement plus nombreux que ceux de 0-4 ans, tandis que ces deux groupes d’âges comportent le même nombre de personnes dans les T4+. Comme dans les T4+, les enfants de moins de 15 ans et les adultes de 30-44 ans constituent la grande majorité des occupants des maisons individuelles récentes : dans chaque maison individuelle livrée entre 2006 et 2015, on dénombre en moyenne 1,2 enfant de moins de 15 ans et 1,3 adulte de 30-44 ans, soit au total près des trois quarts des 3,45 personnes par ménage. On compte en revanche très peu de personnes âgées de 65 ans ou plus (0,11 en moyenne par maison récente). Mais à mesure que les logements sont anciens, cette composition par âge très déséquilibrée va se transformer de manière considérable (figures 6). En effet, les ménages sont très sédentaires dans ce type de logement. Dans l’agglomération lyonnaise, les deux tiers y résident depuis au moins 10 ans et moins de 20 % seulement sont présents depuis moins de 5 ans (tableau 1). De ce fait, la part d’adultes qui vieillissent sur place est importante. Ils « bloquent » en quelque sorte le renouvellement des ménages au sein des maisons individuelles qui voient assez rapidement les enfants décohabiter. Le faible renouvellement des ménages limite donc l’arrivée de nouvelles familles, ce qui se concrétise par un rétrécissement spectaculaire de la pyramide des âges et, inversement, une augmentation de la part des personnes âgées. Dans les maisons construites entre 1971 et 1991, dans lesquelles résident encore de nombreux primo-arrivants, les enfants de moins de 15 ans ne représentent plus que 16 % de la population de cette cohorte de logements (0,40 des 2,56 personnes par ménage en moyenne dans ces maisons). Par rapport à leur nombre dans les maisons récentes, leur effectif a été divisé par trois. À l’opposé, la part des personnes âgées de 65 ans ou plus fait le chemin inverse : elles représentent plus du quart de la population des ménages des maisons construites entre 1971 et 1991 (0,66 personne âgée de 65 ans ou plus par ménage). Dans les maisons les plus anciennes, au sein desquelles au moins un cycle complet de renouvellement des ménages a eu lieu, le poids des personnes âgées de 65 ans ou plus a légèrement diminué. On n’en compte plus « que » 0,59 par ménage occupant une maison livrée avant 1946, soit tout de même 23 % de la population totale de cette cohorte de maisons individuelles. Les enfants de moins de 15 ans n’ont guère profité de ce renouvellement qui se fait dorénavant au fil de l’eau : on en dénombre seulement 0,45 par ménage.

Figures 6. Pyramide des âges de la population des maisons individuelles en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 maisons de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Figures 6. Pyramide des âges de la population des maisons individuelles en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 maisons de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Lecture : Les pyramides en vert correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide figurée par des rectangles blancs cerclés en noir correspond à la population occupant 10 000 logements de la cohorte la plus récente (logements livrés entre 2006 et 2015). Par exemple, au sein de 10 000 maisons achevées avant 1946, on dénombre environ 500 filles âgées de 0-4 ans, tandis qu’il y en a près de 2 000 dans 10 000 maisons individuelles récentes (achevées entre 2006 et 2015).

Source : Insee, Recensement 2015.Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur

18Les maisons individuelles et les appartements de grande taille sont donc les logements familiaux par excellence. Mais un logement familial ne signifie pas pour autant un logement occupé par un grand nombre d’enfants. Certes, c’est bien le cas dans les grands logements récents et pour cause : dans ces derniers comme dans les logements plus anciens, ce sont des couples avec enfants qui emménagent dans la plupart des cas. Mais la sédentarité de ces mêmes ménages et la décohabitation progressive des enfants transforment la problématique associée à ce type de parc immobilier de manière radicale : là où au début il s’agit d’accompagner les jeunes enfants, quelques décennies plus tard, il s’agit d’assister les personnes âgées.

2. Des dynamiques démographiques proches dans les parcs de logements privés et sociaux, mais des peuplements différents

  • 3 Ici les propriétaires et les locataires des logements du secteur privé sont regroupés bien que leur (...)

19D’une manière générale, les logements sociaux sont, à l’échelle d’une ville et plus encore d’une agglomération, minoritaires. La dynamique démographique des ménages au sein des logements est donc avant tout déterminée par celle au sein du parc de logements du secteur privé. C’est tout particulièrement le cas pour les logements de 1 pièce. Par exemple, dans l’agglomération lyonnaise en 2015, 15 % des T1 seulement sont dans le secteur social. Même minoritaire, le poids des logements sociaux est toutefois loin d’être négligeable. Toujours au sein de l’agglomération lyonnaise en 2015, 22 % des T2, 28 % des T3, 30 % des T4 et 24 % des T5+ sont ainsi dans le secteur social. Ces proportions peuvent être beaucoup plus élevées à l’échelle de quartiers. Il est donc utile de distinguer les logements de ces deux parcs immobiliers car si dans les secteurs privé3 et social, à taille de logement équivalente, l’évolution de la composition par âge suit un schéma comparable, elle n’est pas identique pour autant, loin s’en faut...

2.1 Peuplement initial et déformation de la structure par âge selon le secteur immobilier

  • 4 Nous ne présentons cependant pas la comparaison de l’évolution de la composition par âge dans les m (...)

20Certes, dans les T1 et les T2, quel que soit le secteur immobilier, on observe une contraction de la part des jeunes adultes avec le temps ; dans les T3 et plus encore dans les T4+, le déséquilibre initial au profit des adultes et des enfants cède la place avec le temps à une composition par âge beaucoup plus équilibrée. Mais il existe pourtant des différences notables (figures 7 et 8) qui sont la conséquence de compositions par âge initiales là aussi différentes d’un parc à l’autre et de rythmes de renouvellement des ménages différents d’un parc de logements à l’autre (tableau 2). D’une manière générale, les ménages dans le secteur social se renouvellent plus lentement que dans le secteur privé, à l’exception des T4+ et, dans une moindre mesure, des maisons individuelles4. Or, plus le renouvellement est rapide, plus la composition par âge reste proche de sa configuration initiale et inversement.

Tableau 2. Répartition des ménages selon l’ancienneté de résidence au sein des logements collectifs du secteur social ou privé dans l’agglomération lyonnaise au recensement de 2015

Type et taille des logements

Ancienneté de présence du ménage dans le logement

< 5 ans

≥ 10 ans

Social

Privé

Social

Privé

T1-T2

44%

65%

35%

19%

T3

35%

47%

44%

34%

T4+

26%

30%

55%

52%

Maisons individuelles

29%

17%

50%

67%

Lecture : dans les T3 du secteur social, 35 % des ménages recensés en 2015 étaient présents depuis moins de 5 ans, tandis que 44 % étaient au contraire présents depuis au moins 10 ans.

Source : Insee, recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : auteur

21Dans les petits logements, le renouvellement des ménages est beaucoup plus rapide dans le secteur privé : 65 % des ménages sont présents dans leur logement depuis moins de 5 ans alors que ce n’est le cas que de 44 % des ménages dans le secteur social. De ce fait, la composition par âge des occupants des T1 et T2 du secteur privé se déforme moins que celle des occupants des petits logements du secteur social. De plus, dans les petits logements sociaux, les jeunes adultes sont moins surreprésentés que dans le secteur privé. De ce fait, dans les logements de 1 ou 2 pièces anciens du secteur social, cette surreprésentation a complètement disparu au profit d’une structure par âge très équilibrée. Dans le parc privé, en revanche, les 18-29 ans restent le groupe d’âges le plus dense. Les petits logements de ces deux secteurs immobiliers différents ont toutefois en commun de n’accueillir que très peu d’enfants, en particulier dans les T1 (figures 7).

Figures 7. Pyramide des âges de la population des T1 et T2 les plus récents et les plus anciens des parcs social et privé en 2015 (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Figures 7. Pyramide des âges de la population des T1 et T2 les plus récents et les plus anciens des parcs social et privé en 2015 (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Lecture : Les pyramides en rouge correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements sociaux de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide bleu pâle correspond à la population occupant 10 000 logements du secteur privé de la même cohorte. Par exemple, au sein de 10 000 T2 du secteur social achevés après 2005, on dénombre en 2015 environ 1 000 hommes âgés de 25-29 ans, tandis qu’il y en a plus de 2 000 dans 10 000 T2 du secteur privé de même ancienneté.

Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur

22Dans les T3 du secteur privé, on compte davantage de ménages présents depuis moins de 5 ans que de ménages présents depuis au moins 10 ans (47 % contre 34 %) ; c’est exactement l’inverse dans le secteur social (35 % contre 44 %). Mais même dans les logements du secteur privé, moins de la moitié des ménages sont présents depuis moins de 5 ans dans leur T3. Le renouvellement des ménages dans ces logements est donc modéré en regard de celui dans les petits logements du secteur privé. Par contre, la structure par âge de la population dans les logements récents du secteur social est très proche de celle des occupants des T3 du secteur privé. Il y a toutefois moins d’adultes âgés de 25-34 ans et beaucoup plus d’enfants de moins de 10 ans (figures 8). Ces particularités sont inhérentes aux procédures d’attribution des logements sociaux qui tiennent précisément compte de la composition familiale. Dans les logements anciens, les différences de structure par âge des populations occupant les T3 des secteurs privé ou social vont demeurer mais en s’atténuant néanmoins un peu. Ces logements accueillent en revanche, à terme, un nombre de personnes âgées de 40 ans ou plus comparable.

23Enfin, dans les T4+, le renouvellement se fait globalement au même rythme dans les secteurs privé et social. La population des T4+ récents du secteur social compte un peu plus d’adultes âgés de 30-49 ans (1,23 en moyenne dans un T4+ du secteur social contre 1,05 dans un T4+ du secteur privé). Le surplus est exclusivement féminin et correspond vraisemblablement à des familles monoparentales de grande taille éligibles aux logements sociaux. Mais la différence importante est le nombre d’enfants de moins de 20 ans : en moyenne dans un T4+ du secteur social on en compte 2,17 contre 1,10 dans le secteur privé, soit moitié moins dans le secteur privé que dans le secteur social. Mais dans ces deux parc immobiliers les ménages sont très sédentaires. De ce fait, les enfants vont décohabiter laissant leurs parents plus âgés seuls dans ces logements. Si, à terme, dans un parc de T4+ très ancien, le renouvellement permanent mais réduit des ménages assure la présence de familles avec de jeunes enfants, la composition par âge des occupants n’a plus rien à voir avec celle des logements récents. C’est vrai dans le secteur privé mais aussi dans le secteur social. Toutefois, tandis qu’aucun groupe d’âges ne se distingue parmi les occupants des T4+ anciens du secteur privé, les enfants de moins de 20 ans demeurent nombreux dans le secteur social même si leur effectif est quasiment deux fois moins élevé que dans les T4+ récents du parc social (1,21 enfant de 0-19 ans en moyenne dans chaque T4+ ancien du parc social contre 2,17 dans les logements les plus récents).

Figures 8. Pyramide des âges de la population des T3 et T4+ les plus récents et les plus anciens des parcs social et privé en 2015 (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Figures 8. Pyramide des âges de la population des T3 et T4+ les plus récents et les plus anciens des parcs social et privé en 2015 (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)

Lecture : Les pyramides en rouge correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements sociaux de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide bleu pâle correspond à la population occupant 10 000 logements du secteur privé de la même cohorte. Par exemple, au sein de 10 000 T4+ du secteur social achevés après 2005, on dénombre en 2015 près de 3 000 garçons âgés de 0-4 ans, tandis qu’il y en a moins de 2 000 dans 10 000 T4+ du secteur privé de même ancienneté.

Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur

2.2 Des populations aux caractéristiques démographiques différentes selon le type de parc immobilier

24La conjonction, d’un parc de logements à l’autre, de peuplements différents dans les logements récents, de rythmes de renouvellement des ménages au sein des logements inégaux et d’une ancienneté différente conduit à différencier assez nettement la population qui réside dans le parc social de celle qui demeure dans les logements du secteur privé, et ce quelle que soit la taille du logement.

25Par exemple, au sein de l’agglomération lyonnaise en 2015, la structure par âge des T1 du secteur social est relativement équilibrée : les 18-29 ans (23%), les 30-44 ans (26 %), les 45-59 ans (20 %) et les 60 ans ou plus (26 %) ont des densités démographiques comparables. C’est loin d’être le cas dans le parc privé de T1 où les jeunes adultes (18-29 ans) représentent à eux seuls 57 % de la population de ce parc de petits logements collectifs (figures 9). Toutefois, dans les deux cas, la grande majorité des habitants vit seul ; moins de 15 % de la population des T1 vit en couple.

Figures 9. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T1 de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T1 de chaque type)

Figures 9. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T1 de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T1 de chaque type)

Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur

26Un constat comparable caractérise aussi les T2 (figures 10). Bien que les 18-29 ans ne représentent plus que 41 % de la population des T2 du secteur privé, cette catégorie d’âges reste fortement surreprésentée dans ces logements. Ce n’est pas le cas dans les T2 du secteur social où cette catégorie d’âges représentent 16 % de la population, soit nettement moins que les 30-44 ans (26 %) et surtout les 60 ans et plus (29 %). Dans les T2 du secteur social, les différents groupes de générations sont donc, là encore, comme dans les T1, relativement équilibrés. Par rapport aux T1, la proportion de personnes en couple a doublé dans le secteur social (28 % contre 13 % dans les T1) comme dans le parc privé (35 % contre 14 % dans les T1).

Figures 10. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T2 de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T2 de chaque type)

Figures 10. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T2 de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T2 de chaque type)

Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur

27Les différences de population selon le type de parc de logements s’atténuent à mesure que leur taille augmente. En effet, dans le secteur privé, le renouvellement des ménages est bien moins rapide dans les logements de 3 pièces ou plus que dans les très petits logements (tableau 2). De ce fait, ce facteur de différenciation entre les populations des parc privé et social tend à devenir de moins en moins déterminant à mesure que la taille des logements augmente. Les différences de pyramide des âges selon le secteur s’atténuent donc, et ce dès les T3 (figures 11). La population des T3 du secteur social se distingue toutefois de celle des T3 du parc privé par la part plus importante d’enfants de moins de 18 ans (28 % contre 18 %). En volume, il y a presque deux fois plus d’enfants de moins de 18 ans dans 10 000 T3 du parc social (6 500, 0,65 par logement) que dans les T3 du secteur privé (3 500, 0,35 par logement). On note également d’autres différences. Les 18-29 ans représentent 21 % de la population des T3 du secteur privé contre 14 % dans le secteur social. Et tandis qu’il s’agit le plus souvent de jeunes adultes vivant seuls, en couple ou plus rarement en colocation (à cet âge, une grande partie de la catégorie « Autres ») dans les T3 du secteur privé, il n’est pas rare, dans les T3 du secteur social, qu’il s’agisse d’enfants résidant avec leur(s) parent(s), en particulier chez les garçons. En revanche, la part de personnes âgées de 60 ans ou plus au sein de la population des T3 est comparable quel que soit le parc (environ 20 %).

Figures 11. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T3 de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T3 de chaque type)

Figures 11. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T3 de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T3 de chaque type)

Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur

28Dans les T4 comme dans les T5+, la différence majeure concerne le plus grand nombre d’enfants qui résident dans les logements du parc social (figures 12 et 13). Pour 10 000 T4 du secteur social, on dénombre 11 400 enfants de moins de 18 ans contre seulement 6 200 dans ceux du parc privé. Ces enfants de moins de 18 ans représentent 35 % de la population des T4 du secteur social contre 25 % de celle des T4 du secteur privé (figures 12). En revanche, dans ces derniers, les personnes âgées de 60 ans ou plus sont en proportion plus nombreuses (22 %) que dans les T4 du parc social (14 %). Les T4 du secteur privé comprennent également une population de jeunes adultes (entre 18 et 25 ans) qui ne sont ni chefs de ménage ni membres d’une famille. Il s’agit le plus souvent de jeunes colocataires, dont la présence commence, dans le centre des très grandes agglomérations, à apparaître sur les pyramides des âges des grands logements. De ce fait, une partie des grands logements est donc soumis avec le développement de ce mode de résidence à un renouvellement rapide de la population qui y réside.

29Ces mêmes constats se retrouvent dans les logements comportant au moins 5 pièces (figures 13). Ceux du parc social accueillent deux fois plus d’enfants de moins de 18 ans que ceux du parc privé (respectivement 1,5 et 0,75 par logement en moyenne) ; ces enfants de moins de 18 ans représentent 38 % de la population des T5+ du parc social contre 27 % de ceux du parc privé. Là encore, dans ces derniers, la présence de jeunes adultes occupant des T5+ en colocation est repérable sur la pyramide des âges. Enfin, les personnes âgées de 60 ans ou plus représentent 22 % de la population des T5+ du parc privé contre 10 % seulement de celle des T5+ du parc social.

Figures 12. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T4 de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T4 de chaque type)

Figures 12. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T4 de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T4 de chaque type)

Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur

Figures 13. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T5+ de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T5+ de chaque type)

Figures 13. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T5+ de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T5+ de chaque type)

Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur

30Enfin, on peut noter que la part des femmes cheffes de ménage parmi l’ensemble des femmes âgées de 30-59 ans est toujours plus élevée dans le parc social que dans le parc privé. Dans les T3 du secteur social de l’agglomération lyonnaise en 2015, 50 % des femmes âgées de 30-59 ans sont cheffes de ménage contre 35 % dans le secteur privé. Cette différence s’explique par l’accès prioritaire des familles monoparentales aux logements sociaux. Cette raison rend compte également des écarts dans les T4 (35 % des femmes âgées de 30-59 ans cheffes de ménage dans le secteur social contre 24 % dans le secteur privé) et les T5+ (respectivement 28 % et 15 %).

3. La pyramide des âges au niveau local est le reflet des caractéristiques de son parc immobilier

31Compte tenu du lien très fort entre les caractéristiques des différents types de logement (logements collectifs ou maisons individuelles, nombre de pièces, ancienneté, secteur immobilier) et la composition par âge des populations, les caractéristiques du parc immobilier déterminent la pyramide des âges des communes. Dans les grandes métropoles françaises, on peut ainsi, comme c’est le cas à Lyon, distinguer l’hyper-centre composé des communes de Lyon et Villeurbanne, où les logements collectifs de petite taille sont surreprésentés, de la banlieue où la part de maisons individuelles et plus largement de grands logements est élevée (cartes 1 et 2). Ainsi, dans les communes-centres de l’agglomération lyonnaise (Lyon et Villeurbanne), 96 % des 325 500 logements sont des appartements, dont 38 % comptent une ou deux pièces. Dans l’ensemble des autres communes de l’agglomération que l’on qualifiera de banlieue, 35 % des 284 500 logements sont des maisons individuelles. Si l’on ajoute les logements collectifs de 4 pièces ou plus (28 % du total des logements), 63 % des logements de la périphérie sont donc de grande taille, tandis que 14 % seulement comptent 1 ou 2 pièces.

Carte 1. Proportion des logements collectifs de taille petite (T1 et T2) ou moyenne (T3) selon les IRIS ou les communes de l’agglomération lyonnaise en 2015

Carte 1. Proportion des logements collectifs de taille petite (T1 et T2) ou moyenne (T3) selon les IRIS ou les communes de l’agglomération lyonnaise en 2015

Source : Insee, recensement 2015. Réalisation : UrbaLyon (Agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise), 2018.

Carte 2. Proportion des maisons individuelles selon les IRIS ou les communes de l’agglomération lyonnaise en 2015

Carte 2. Proportion des maisons individuelles selon les IRIS ou les communes de l’agglomération lyonnaise en 2015

Source : Insee, recensement 2015. Réalisation : UrbaLyon (Agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise), 2018.

32Ces parcs immobiliers bien distincts accueillent donc des populations elles-mêmes bien différentes (figure 14a). La population du centre est caractérisée par une surreprésentation des jeunes adultes de 18-29 ans qui résident dans les nombreux petits logements du secteur privé, tandis qu’en banlieue la pyramide des âges est caractérisée par l’équilibre entre les générations, qui correspond au peuplement des grands logements. À l’échelle locale, la composition par âge et sexe de la population est donc la moyenne des pyramides des âges de chaque type de logement pondérée par le poids de chacun de ces types de logement dans le parc immobilier. Par exemple, dans l’agglomération lyonnaise, le poids important du parc de petits logements dans le centre (82 % des T1 et 71 % des T2 de l’agglomération sont localisés dans le centre ; ces T1 et T2 du centre représentent à eux seuls 20 % de l’ensemble du parc immobilier de l’agglomération) contribue à étirer la pyramide des âges de la population de l’agglomération urbaine à 20-24 ans (figure 14b). Le parc de logements structure donc fortement la composition par âge de la population à l’échelle locale.

Figures 14. Pyramide des âges du centre (communes de Lyon et Villeurbanne) et de la banlieue de l’agglomération lyonnaise en 2015 (effectifs en milliers)

Figures 14. Pyramide des âges du centre (communes de Lyon et Villeurbanne) et de la banlieue de l’agglomération lyonnaise en 2015 (effectifs en milliers)

Lecture : Dans 10 000 logements représentatifs du parc immobilier du centre de l’agglomération, on compte 500 garçons âgés de 5-9 ans, soit quasiment deux fois moins que dans 10 000 logements représentatifs du parc immobilier de la banlieue [figure 14a]. Dans l’agglomération lyonnaise (centre + banlieue) en 2015, on compte plus de 60 000 femmes âgées de 20-24 ans dont 20 000 résident en banlieue.

Source : Insee, recensement 2015. Calculs : auteur

4. Les contraintes immobilières et l’interaction entre les mouvements naturels et migratoires

33La mobilisation du lien logement-population permet une meilleure compréhension de la dynamique démographique à l’échelle locale. Elle éclaire notamment de manière critique la décomposition classique de la croissance démographique en soldes naturel et migratoire, dont la pertinence est très discutable à l’échelle locale. C’est tout particulièrement le cas dans les territoires saturés ou proches de la saturation sur le plan immobilier, comme c’est par exemple le cas à Paris ou dans l’hyper-centre des très grandes villes comme Lyon. La décomposition du solde démographique en soldes naturel et migratoire suppose, sur le plan statistique, que ces mouvements soient indépendants et distincts les uns des autres. En d’autres termes, cela signifie que les migrations n’ont pas d’incidence sur le mouvement naturel et réciproquement. Même si cette condition est rarement strictement observée, ce calcul reste pertinent quand l’incidence des mouvements migratoires sur les mouvements naturels est suffisamment faible pour être négligée, ce qui est le cas à des échelles géographiques suffisamment étendues (pays, régions, départements, aire urbaine) pour que l’essentiel des mobilités résidentielles se fassent à l’intérieur même des territoires considérés. Mais ce n’est plus tout à fait le cas à mesure que l’échelle se réduit. Comme le notent par exemple Michel Poulain et Thierry Eggerickx [2007, p. 9], « dans l’analyse démographique des populations locales, le phénomène démographique le plus important devient la mobilité spatiale. » Et à cette échelle, celle-ci est le plus souvent contrainte par l’accès au logement qui, comme nous l’avons montré, est fortement corrélé à la configuration familiale et donc aux mouvements naturels. Le cas de Paris intra-muros est à ce titre exemplaire. Certes, Paris a une « démographie atypique » [Dittgen, 2005] dans la mesure où cette dernière est complètement contrainte par le logement. La capitale constitue donc un cas limite (à l’échelle tout de même de 2 millions de personnes) mais vers lequel tendent toutes les villes-centre des plus grandes agglomérations françaises.

34Le parc immobilier de Paris est singulier à bien des égards :

  • Il est tout d’abord d’une remarquable constance : en 1999, on dénombrait 1,32 million de logements ; en 2016, il y en avait 1,37 million. Les limites géographiques de la capitale et la densité déjà très élevée de logements rend quasiment impossible toute augmentation du nombre d’habitations.

  • Ce parc est composé quasiment exclusivement de petits logements : les T1 (25 % du parc immobilier en 2016), les T2 (32 %) et les T3 (23 %) représentent à eux seuls 80 % des logements de la capitale.

35Comme nous l’avons détaillé précédemment à partir de l’exemple lyonnais, dans les logements de petite taille, les ménages, essentiellement composés de jeunes adultes de 20-34 ans, se renouvellent très rapidement, ce qui assure une certaine permanence de la composition par âge. Comme, par ailleurs, le nombre total de logements ne varie guère d’une année à l’autre, le nombre d’habitants demeure stable. De fait, à Paris, le nombre d’habitants varie depuis 1999 au sein d’une tranche très réduite allant de 2,1 à 2,2 millions. Cette population composée d’un nombre constant d’habitants qui se renouvellent très rapidement au sein des petits logements se traduit par une pyramide des âges d’une stabilité elle aussi remarquable dans le temps (figure 15). Si Paris, comme toutes les grandes métropoles mondiales, ne dort jamais, sa population elle, ne vieillit pas ! Le seul groupe de générations que l’on peut voir se déplacer sur la pyramide des âges entre 2006 et 2016 est celui des personnes âgées de 55-59 ans en 2006, dont la présence légèrement surreprésentée se retrouve 5 et 10 ans plus tard (elles ont alors 60-64 ans puis 65-69 ans). Pour quasiment tous les autres groupes d’âges, les effectifs sont restés quasiment les mêmes d’un recensement à l’autre.

Figure 15. Pyramides des âges de Paris aux recensements de 2006, 2011 et 2016 (effectifs en milliers. Population totale)

Figure 15. Pyramides des âges de Paris aux recensements de 2006, 2011 et 2016 (effectifs en milliers. Population totale)

Source : Insee, recensements 2006, 2011, 2016. Calculs : auteur

36Selon la décomposition classique adoptée, notamment, par l’Insee, ce quasi équilibre démographique est le résultat d’une tension entre le solde naturel positif (un excédent de naissances sur les décès) et le solde migratoire négatif (un excédent de départs de la ville sur les arrivées). Entre 2011 et 2016, la variation annuelle moyenne de la population parisienne est de – 0,5 %. Cela signifie qu’en moyenne, chacune des années de cette période, un ensemble de 1 000 personnes en a perdu 5 (en d’autres termes, on passe de 1 000 à 995 personnes en un an). Ce taux d’accroissement est la somme du taux d’accroissement naturel annuel moyen (+ 0,7 % : dans un groupe de 1 000 personnes représentatives de tous les Parisiens, on compte 7 naissances de plus que de décès) et du taux d’accroissement migratoire annuel moyen (- 1,2 % : dans un groupe de 1 000 personnes, on compte 12 départs de plus que d’arrivées). La lecture des chiffres du tableau 3 suggère donc que Paris est une ville répulsive (un solde migratoire négatif) qui ne parvient à préserver le nombre de ses habitants qu’en raison d’une natalité élevée. La prise en compte du logement permet de montrer les limites de cette décomposition et de révéler l’interaction très forte précisément entre mouvements naturels et migratoires.

Tableau 3. Contributions des soldes naturel et migratoire à la croissance démographique de Paris

Indicateurs démographiques

1999 à 2006

2006 à 2011

2011 à 2016

Variation annuelle moyenne de la population en %

0,4

0,6

–0,5

     due au solde naturel en %

0,7

0,8

0,7

     due au solde apparent des entrées sorties en %

–0,4

–0,2

–1,2

Taux de natalité (‰)

14,8

14,1

13,1

Taux de mortalité (‰)

7,3

6,4

6,2

Source : Insee, recensements 1999, 2006, 2011, 2016. Tableau POP T2M

  • 5 D’une manière générale, « l’attractivité résidentielle des métropoles [est] portée essentiellement (...)

37On observe à Paris, comme dans toutes les métropoles françaises, des mouvements migratoires très sélectifs et fortement dépendants de l’âge, celui-ci apparaissant comme un marqueur du cycle de vie des Parisiens. Le solde migratoire est particulièrement positif autour de vingt ans, soit au moment de l’accès aux études supérieures5. Ainsi, en 2014, 15 % des 16-25 ans ne vivaient pas à Paris un an plus tôt [Beyne, Molinier, 2019]. Ce mouvement, contrairement à ce qui est observé dans les grandes villes universitaires de province, se prolonge plus longtemps (jusqu’à près de 30 ans) en raison de l’attractivité de la capitale sur le plan économique, en particulier pour les jeunes diplômés de l’enseignement supérieur. Puis ces jeunes adultes se mettent en couple et ont des enfants, le plus souvent à partir de 30 ans : l’âge moyen des Parisiennes à la naissance de leur(s) enfant(s) est d’ailleurs supérieur à 30 ans depuis quelques années [Raulot, Virot, Léger, 2011]. Mais la rareté des grands logements et leur prix prohibitif conduisent ces familles à chercher ailleurs que dans la capitale un logement adapté à leur configuration familiale. Un grand nombre de familles composées d’adultes et d’enfants quittent donc Paris quand les enfants sont encore jeunes. Il s’agit bien d’une émigration familiale, en partie compensée, numériquement, par une immigration individuelle de jeunes adultes (étudiants et actifs, dont de nombreux cadres, en début de parcours professionnel), qui à leur tour auront des enfants, partiront et seront remplacés par de nouveaux jeunes adultes et ainsi de suite. Ce cycle démographique, permanent depuis au moins une trentaine d’années, explique le renouvellement de la composition de la population parisienne et assure la permanence d’une population globalement jeune.

38Pour résumer, à Paris arrivent chaque année de très jeunes adultes qui, le plus souvent, emménagent seuls dans les nombreux petits logements de la capitale. Un certain nombre d’entre eux vont se rencontrer, habiter ensemble dans un T1, un T2 ou un T3 puis avoir un ou plusieurs enfants. Ils quittent alors la capitale en raison de la quasi impossibilité de trouver un grand logement. Sur le plan comptable, à l’échelle de cette trajectoire, tout commence par deux arrivées à Paris (deux immigrations). Puis la rencontre de ces deux arrivants produit deux naissances ; et ces deux naissances conduisent au départ de 4 personnes, les deux parents et leurs deux enfants. Du point de vue de Paris, le solde migratoire de ce cycle de vie est donc de – 2 personnes (2 arrivées de jeunes adultes moins le départ d’un couple avec deux enfants) qui est compensé par un solde naturel de + 2 (2 naissances mais aucun décès, puisque le couple avec enfants est parti rapidement vivre ailleurs). On voit bien que dans le cas présent, décomposer le solde démographique en soldes naturel et migratoire n’a guère de sens compte tenu de la forte interaction entre mouvements naturels et migratoires : les naissances sont le produit des arrivées à Paris, tandis que les départs sont, d’une part, via les contraintes exercées par le logement, le produit des naissances et, d’autre part, la cause de l’absence de décès (dans la réalité la cause de la mortalité très faible).

39Dans les centres des métropoles françaises régionales, une dynamique comparable est observée. Mais elle est toutefois moins marquée en raison des coûts moins élevés (mais inaccessibles pour une partie importante de la population locale qui compte moins de cadres et professions intellectuelles supérieures qu’à Paris [Léger, 2014]) des logements comparativement à Paris, d’une proportion plus élevée de logements familiaux et aussi de réserves foncières qui permettent encore l’accroissement du parc immobilier. C’est le cas par exemple de l’agglomération lyonnaise. Mais à mesure que la densité de logements approche de la saturation et que et les prix de l’immobilier augmentent, le « schéma parisien » d’interaction entre mouvements naturels et migratoires via la contrainte immobilière s’affirme.

Pour conclure : logements et prospective démographique

40À l’échelle locale, « pour accompagner leur gestion des équipements publics, optimiser leurs décisions d’aménagement, définir leurs objectifs de développement territorial ou débattre de leurs orientations stratégiques, les décideurs locaux peuvent être amenés à soumettre plusieurs interrogations aux démographes » [Bergouignan, 2012, p. 10]. Et c’est souvent sous l’angle des projections que la contribution des démographes est attendue. Selon l’échelle géographique (région, département, aire urbaine, agglomération, commune ou quartier) et la problématique, les méthodes qui peuvent être mises en œuvre sont multiples. On peut, comme le propose d’ailleurs l’Insee pour tout ensemble démographique comptant au moins 50 000 personnes avec son modèle OMPHALE [Rudant, 2012], adopter la méthode classique des composantes [Bergouignan, 2008], qui consiste à simuler l’évolution d’une population initiale dont on connait la composition par sexe et âge en fonction d’hypothèses relatives à l’évolution de la mortalité, de la fécondité et des migrations. Des méthodes plus complexes, par exemple celles fondées sur des modèles multi-états [Sanderson et al., 2012] peuvent aussi être mises en œuvre pour déterminer un potentiel d’accroissement démographique localisé au sein d’un bassin démographique plus large. Toutes ces méthodes ont leur intérêt, notamment aux échelles où la contribution des migrations reste mineure par rapport à celle des mouvements naturels. Elles ont donc un intérêt pour saisir le contexte démographique local général dans lequel une plus petite entité territoriale s’inscrit. Mais à un échelon géographique relativement fin (commune, quartier), la place du logement dans l’exercice de projection reste centrale [Léger, 2018]. D’ailleurs, les statisticiens de l’Insee avaient eux-mêmes suggérés dans les années 1980 qu’à un niveau géographique fin, les projections démographiques « nécessiteraient le développement d’un outil particulier : il consisterait à projeter indépendamment la population du stock de logements occupés par des ménages ordinaires, celle des établissements de population comptée à part et des ménages collectifs et celle des logements susceptibles d’être implantés, année après année… » [Garagnon, Laurent, 1987, p. 162]. Rares sont les démographes à s’être pourtant emparés de ce principe méthodologique qui a, de plus, une vertu pédagogique importante auprès des élus et techniciens locaux.

  • 6 Pour une présentation plus détaillée, cf. Léger, 2018.

41Autant il est difficile de rendre concrètes des inflexions des taux de migration nette (comment expliquer une variation de quelques dixièmes de points de pourcentage de ce taux par exemple ?), autant il est aisé de faire comprendre les évolutions démographiques au sein d’un parc de logements en fonction des cycles de vie. Il est ainsi possible d’expliquer simplement qu’un parc de logements est « condamné » à perdre des habitants ; il est même possible d’en proposer une mesure et d’établir un ordre de grandeur du déficit attendu. Le principe de la démarche est simple6 : il s’agit d’attribuer aux logements distingués selon leur type, le nombre de pièces, leur date d’achèvement (ou de livraison) et éventuellement selon qu’ils appartiennent au secteur privé ou social, le nombre moyen d’occupants à l’horizon de la projection (2030, 2040 etc.). La détermination de cette taille moyenne des ménages se fonde sur le lien robuste entre, d’une part, les caractéristiques du logement et, d’autre part, la taille et la composition par âge des ménages qui y résident. Si dans les logements les plus anciens la composition des ménages ne va guère évoluer compte tenu d’un processus de renouvellement au fil de l’eau des ménages au sein des logements une fois que tous les primo-occupants ont été remplacés, dans les logements de taille moyenne ou grande plus récents, le vieillissement des ménages conduit à la baisse des effectifs d’occupants. Par exemple, en 2015, la taille moyenne des ménages des appartements d’au moins 4 pièces livrés au cours de la période 2006-2010 dans l’agglomération lyonnaise est de 3,2 personnes. En 2015, si l’on fait une hypothèse de répartition régulière des livraisons tout au long de cette période, ces logements ont donc en moyenne 6,5 ans d’ancienneté. En 2040, ils auront donc environ 31,5 ans d’ancienneté. En 2015, les appartements de cette taille dont l’ancienneté est d’une trentaine d’années accueillent des ménages composés de 2,9 personnes environ. De ce fait, on estime qu’à l’horizon 2040, chaque T4+ livré entre 2006 et 2011 perdra en moyenne 0,3 personne et ne comptera plus, environ, que 2,9 personnes. On multiplie cette taille moyenne des ménages attendue en 2040 par le nombre de logements de ce type et de cette cohorte pour estimer le nombre total d’occupants en 2040. On en déduit alors le déficit démographique par rapport à 2015. En renouvelant cette démarche pour tous les types et cohortes de logements identifiés, il est donc possible d’estimer l’ordre de grandeur de l’effectif de la population qui occupera le parc existant (celui de 2015) 25 ans plus tard et en déduire le déficit démographique attendu. L’application de ce principe méthodologique pour l’agglomération lyonnaise a permis d’expliquer qu’en l’état (pas de nouvelles constructions ni de destructions de logements anciens à l’horizon 2040 ; stabilité des proportions de résidences principales et du taux de vacance), l’agglomération lyonnaise devrait perdre en trente ans près de 50 000 habitants (sur un effectif initial de 1,4 million) dans son parc de logements actuel. Si le taux de vacance augmente, si la part de résidences principales diminue, ce déficit sera encore plus important. Sur le plan technique, il est aisé de faire varier ces paramètres.

42Avec cette démarche, les élus et techniciens locaux comprennent aisément que ne serait-ce que pour maintenir à l’équilibre l’effectif de la population il faudra augmenter le nombre de logements. Et comme on connait le lien entre les différents types de logements et la taille des ménages, il est possible de proposer des combinaisons de logements assurant cet objectif d’équilibre démographique mais d’accroissement de la densité urbaine. Cette démarche pose donc concrètement la question de la densification du bâti en milieu urbain (donc du cadre de vie) et de sa soutenabilité pour les populations. La robustesse des relations entre logement et population sur lesquelles ce lien se fonde permet aussi de proposer des simulations à des échelles démographiques relativement fines et de préciser certains besoins en infrastructure. Il est par exemple possible lors de la livraison d’un ensemble immobilier d’estimer la contribution des nouveaux logements à la démographie scolaire, non seulement au moment de l’arrivée des nouveaux ménages, mais également d’en saisir la variation dans le temps avec le vieillissement du parc et de ses ménages à mesure que ces derniers se renouvellent (figures 16). Par exemple, on observe qu’en moyenne, dans une maison individuelle récente, il y a près de 0,5 enfant âgé de 6-10 ans susceptible d’être accueilli dans une école élémentaire. De ce fait, si une vingtaine de maisons ont été livrées dans un lotissement, ce sont donc près d’une dizaine d’enfants qu’il faudra accueillir. Mais quelques années plus tard, les besoins induits par ce même lotissement chuteront de moitié. À des échelles démographiques plus importantes, ces informations peuvent être mobilisées pour aider à la prise de décision sur le nombre de classes nécessaires pour accueillir l’ensemble des enfants d’un quartier, compte tenu des seuils d’ouverture ou de fermeture des classes. Cette approche peut être employée pour d’autres groupes d’âges (les personnes âgées par exemple) auxquelles sont associées des problématiques sociales différentes. Selon les populations et ces mêmes problématiques, cette démarche peut être complétée et précisée par la mobilisation de sources statistiques plus détaillées de type administratif. C’est tout particulièrement le cas pour les projections de population scolaire à l’échelle des périmètres infra-communaux [Léger, Raulot, 2012].

Figures 16. Estimation du nombre moyen d’occupants de quelques tranches d’âges par logement selon le type et l’ancienneté du logement. Cas de l’agglomération de Lyon

Figures 16. Estimation du nombre moyen d’occupants de quelques tranches d’âges par logement selon le type et l’ancienneté du logement. Cas de l’agglomération de Lyon

Lecture : On compte 0,5 enfant âgé de 0-5 ans par T4+ récent. Mais à mesure que ce type de logement « vieillit », le nombre moyen d’occupants de moins de 6 ans diminue : il n’est ainsi plus que de 0,2 dans les logements les plus anciens.

Source : Insee, recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : auteur.

43En matière de prospective démographique locale, comme le notait justement Pierre-Jean Thumerrelle, « amener à interpréter correctement les données fournies par les recensements et l’état civil, et en déduire les évolutions potentielles compte tenu des données locales et des perspectives régionales, c’est déjà répondre à une grande partie des interrogations » [Thumerelle, 1987, p. 176]. La mobilisation du lien logement-population pour la compréhension des ressorts des évolutions démographiques locales s’inscrit pleinement dans cette conception de l’expertise. La transparence de la démarche qui s’appuie sur des éléments concrets favorise notamment l’échange avec les élus et techniciens locaux. D’une certaine manière, il ne s’agit plus seulement de produire des projections sur lesquelles les décideurs n’ont guère de prise ; la transparence du lien permet de faire comprendre les hypothèses sur lesquelles elle se fonde (une relative stabilité des comportements résidentiels en fonction des cycles de vie) et permet ainsi la co-construction de scénarios qui s’appuient sur les fondements mêmes d’un territoire : les logements. Comme l’a précisé Roland Pressat en 1983 lors du 1er séminaire organisé par l’Association internationale des démographes de langue française (Aidelf) organisé à Bordeaux sur le thème des projections de population urbaine, « la conduite de prévisions de population urbaine (...) ne saurait être du ressort exclusif du démographe, tant la référence aux mécanismes proprement démographiques est mince. Et si le démographe peut encore tenir ici une place privilégiée, c’est plus en raison de son sens des réalités statistiques que de sa technique propre. Mais moins qu’ailleurs, il ne saurait, sur ce sujet, travailler dans l’isolement » [intervention orale recueillie et retranscrite par Parant, 1984, p. 624]. Cette ouverture vers d’autres experts du territoire (élus et techniciens locaux, sociologues, géographes, urbanistes, etc.) « l’engage [aussi] davantage dans l’action qu’un simple exercice intellectuel de prévision, aussi sophistiqué soit-il » [Wattelar, 2004, p. 254] et en fait un acteur de la réflexion prospective au niveau local.

Haut de page

Bibliographie

bergouignan Christophe, 2008, Projeter les populations soumises à une forte mobilité résidentielle. II – Les simulations démographiques locales et régionales fondées sur les méthodes des « composantes », mises en œuvre techniques, apports analytiques et prospectifs. Cahiers de démographie locale 2008, Néothèque, pp. 55-97.

bergouignan Christophe, 2012, Projections démographiques localisées : une réflexion sur la compatibilité des démarches. Cahiers de démographie locale 2010, Néothèque, pp. 9-32.

Beyne Lo Polly, Molinier Marie, 2019, Les 16-25 ans à Paris. Portrait social et démographique, Atelier Parisien d’Urbanisme (Apur), 56 p.

COLLOT Gaëlle, 2013, Types de logement et caractéristiques démographiques des ménages. Cahiers de démographie locale 2011, Néothèque, pp. 45-60.

Dittgen Alfred, 2005, Paris, une démographie atypique. Population & Avenir, n° 671, pp. 4-7.

Dittgen Alfred, 2005, Logement et ménage dans la dynamique des populations locales. L’exemple de Paris intra-muros. Population-F, 60 (3), pp. 307-348.

FNAU (Fédération nationale des agences d’urbanisme), 2017, Métroscope. 50 indicateurs clés pour les métropoles françaises, FNAU, 64 p.

Garagnon Jacques, Laurent Loeiz, 1987, Les projections démographiques régionales et locales de l’Insee : les modèles PRUDENT et MIGRAGE. Les projections démographiques, Actes du VIIIe colloque de démographie. Tome 1, Grenoble, 5-7 mai 1987, Éditions de l’INED / PUF, collection « Travaux et Documents », Cahier n° 116, pp. 153-168.

Henry Louis, 1960, Villes nouvelles et grandes entreprises : structure de la population. Population, 15e année, n° 4, pp. 583-612.

Le Bras Hervé, Chesnais Jean-Claude, 1976, Cycle de l’habitat et âge des habitants. Population, 31e année, n° 2, pp. 269-299.

LÉGER Jean-François, 2014, Présence des cadres et géographie résidentielle des actifs dans les principales métropoles françaises. Espace populations sociétés, 2013-3, pp.135-156.

LÉGER Jean-François, 2018, Le logement, variable centrale de l’exercice de prospective démographique à l’échelle locale. Revue Quetelet/Quetelet Journal, vol. 6, n° 1, pp. 7-33.

LÉGER Jean-François, 2020, « Le lien logement-population à l’échelle locale. I – Le « rendement démographique » des logements ». Espace populations sociétés [En ligne], 2019-3, mis en ligne le 28 janvier 2020.

LÉGER Jean-François, RAULOT Jean-Yves, 2012, Les perspectives scolaires au niveau infra-communal : le recours incontournable aux sources administratives. Cahiers de démographie locale 2010, Néothèque, pp. 205-235.

LOUCHART Philippe, 1999, De l’influence du parc de logements sur la structure et la dynamique des populations au sein de l’Île-de-France. In : Jeannine d’ARMAGNAC, Chantal BLAYO, Alain PARANT (éds.), Démographie et aménagement du territoire, Actes du Xe colloque national de démographie, Bordeaux, 21-23 mai 1996, pp. 325-333.

LOUCHART Philippe, 2019, L’impact du vieillissement sur le marché du logement en général et sur celui des grands logements en particulier. In : Mariette SAGOT (coord.), Vieillissement et logements. Tome 2 – Impact du vieillissement sur l’occupation et la libération des grands logements d’ici 2035, L’Institut Paris Région, pp. 19-58.

NAULIN Audrey, 2019, Quelle population par type de parc selon le territoire de l’aire urbaine rennaise ?. Note démographie, juin, Agence d’urbanisme et de développement intercommunal de l’agglomération rennaise (AUDIAR), 8 p.

POULAIN Michel, EGGERICKX Thierry, 2007, La démographie des populations locales peut-elle ne pas être, faute de données appropriées ?  In Chantal BLAYO, Gérard CALOT, Alain ETCHELECOU, Marlène LAMY (éds.), Les populations locales, Actes du XIe colloque national de démographie, Strasbourg, 18-21 mai 1999, pp. 9-23.

PARANT Alain, 1984, Les projections de populations urbaines. Bordeaux, 26-27 avril 1983. Compte rendu de colloque. Population, Année 1984, 39-3, pp. 621-625.

RAULOT Jean-Yves, VIROT Pauline, LÉGER Jean-François, 2011, De nouvelles problématiques démographiques pour Paris et le centre d’agglomération, Atelier Parisien d’Urbanisme (Apur), 8 p.

RUDANT Jean-Baptiste, 2012, Le modèle de projections localisées Omphale 2010. Cahiers de démographie locale 2010, Néothèque, pp. 83-109.

SAGOT Mariette, GOUIN Mathieu, DUPOIZAT Juliette, 2019, Vieillissement et logements. Tome 1 – Impact de la composition du parc de logement sur le vieillissement à l’échelle locale, L’Institut Paris Région, 40 p.

SANDERSON Jean-Paul, DAL Luc, DEBUISSON Michel, EGGERICKX Thierry, POULAIN Michel, 2012, Perspectives de population et de ménages des communes belges. Cahiers de démographie locale 2010, Néothèque, pp. 111-148.

THUMERELLE Pierre-Jean, 1987, Des perspectives démographiques à l’échelle locale : Pour qui ? Pour quoi ?. Les projections démographiques, Actes du VIIIe colloque de démographie. Tome 1, Grenoble, 5-7 mai 1987, Éditions de l’INED / PUF, collection « Travaux et Documents », Cahier n° 116, pp 169-181.

Wattelar Christine, 2004, Perspectives démographiques : historique de la méthode et méthodes actuelles. In : Graziella Caselli, Jacques Vallin, Guillaume Wunsch (dir.), Démographie : analyse et synthèse, vol. V : Histoire du peuplement et prévisions, Éditions de l’INED, pp. 253-276.

ZAEPFEL Christophe, BERGOUIGNAN Christophe, 2013, Essai de mesure de la déformation spatiale de la relation population-logement. Cahiers de démographie locale 2011, Néothèque, pp. 61-101.

Haut de page

Notes

1 C’est parce que la population dépend des logements à l’échelle locale que les pyramides des âges sont présentées pour 10 000 logements de chaque type et cohorte (et non pour 10 000 habitants de chaque type et taille de logement). De cette façon, il est possible de montrer l’effet des caractéristiques des logements sur le nombre ET la composition par âge des personnes qui les occupent.

2 Pour montrer la façon dont la composition par âge d’une population se déforme au sein d’une même cohorte de logements au fil du temps, nous comparons les pyramides des âges de différentes cohortes de logements observées à un même moment (ici le 1er janvier 2015). Si l’on fait l’hypothèse que le mécanisme de déformation de la pyramide des âges au sein d’une cohorte de logements est le même d’une cohorte à l’autre, l’information saisie en 2015 auprès de logements d’anciennetés différentes permet de reconstituer le cycle démographique des occupants d’une même cohorte de logements au fil du temps. De ce fait, les pyramides des âges sont présentées de la cohorte de logements la plus récente (en haut à gauche) à la plus ancienne (en bas à droite) afin de présenter la façon dont une pyramide des âges se déforme au fil du temps au sein d’une même cohorte de logements.

3 Ici les propriétaires et les locataires des logements du secteur privé sont regroupés bien que leurs comportements résidentiels soient différents. En effet, comme le détaille notamment un travail récent mené par l’Institut Paris Région [Louchart, 2019] sur la mobilité résidentielle selon le statut d’occupation et le nombre de pièces, les propriétaires sont bien plus sédentaires que les locataires. Mais il s’agit ici de distinguer la façon dont la population se renouvelle dans le temps au sein d’un parc de logements selon les caractéristiques de ce dernier. Pour simuler la dynamique démographique de la population des ménages au sein d’un type de logement particulier (T1, T2, etc.), il est nécessaire que les caractéristiques qui définissent ce dernier soient stables dans le temps. De ce point de vue, « le statut d’occupation des logements est une variable assez problématique à traiter car (...) elle est une caractéristique éventuellement temporaire, et il est donc difficile de savoir si les logements initialement proposés pour un statut d’occupation le resteront à l’avenir » [Bergouignan, 2012, p. 25]. Dit autrement, dans le secteur privé, sur le temps long, un même logement peut être occupé successivement par des ménages locataires ou propriétaires. De plus, le statut d’occupation caractérise les ménages et non le logement. De ce fait, les logements du secteur privé ont été appréhendés dans leur ensemble bien que leur durée moyenne d’occupation diffère selon que les ménages qui y résident sont propriétaires ou locataires.

4 Nous ne présentons cependant pas la comparaison de l’évolution de la composition par âge dans les maisons individuelles selon qu’elles se situent dans le secteur privé ou social. Dans l’agglomération lyonnaise, la part des maisons individuelles appartenant au secteur social représente à peine 2 % de ce parc de logements. Les ménages qui occupent les maisons individuelles du secteur social sont soumis au même processus de sélection et aux mêmes contraintes de renouvellement résidentielle que ceux des T4+ du secteur social. De ce fait, la déformation de la pyramide des âges dans les maisons individuelles du secteur social est comparable à celle dans les T4+ du secteur social. Quant aux maisons individuelles privées, compte tenu de leur poids dans le parc de maisons individuelles (98 %), les particularités de la déformation de la pyramide des âges en fonction de l’ancienneté du logement sont les mêmes que celles qui ont été détaillées pour l’ensemble des maisons individuelles (cf. supra).

5 D’une manière générale, « l’attractivité résidentielle des métropoles [est] portée essentiellement par les étudiants » [FNAU, 2017, p. 22]

6 Pour une présentation plus détaillée, cf. Léger, 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figures 1. Composition selon l’âge, le sexe et le lien avec le chef du ménage de la population des logements de l’agglomération de Lyon en 2015 (pour 10 000 logements de chaque type et taille)
Crédits Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calcul : auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-1.png
Fichier image/png, 95k
Titre Figures 2. Pyramide des âges de la population des T1 en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)
Légende Lecture : Les pyramides en vert correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide figurée par des rectangles blancs cerclés en noir correspond à la population occupant 10 000 logements de la cohorte la plus récente (logements livrés entre 2006 et 2015). Par exemple, au sein de 10 000 T1 achevés avant 1946, on dénombre un peu plus de 1 000 hommes âgés de 20-24 ans, tandis qu’il y en a 2 000 dans 10 000 T1 récents (achevés entre 2006 et 2015).
Crédits Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-2.png
Fichier image/png, 73k
Titre Figures 3. Pyramide des âges de la population des T2 en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)
Légende Lecture : Les pyramides en vert correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide figurée par des rectangles blancs cerclés en noir correspond à la population occupant 10 000 logements de la cohorte la plus récente (logements livrés entre 2006 et 2015). Par exemple, au sein de 10 000 T2 achevés avant 1946, on dénombre un peu moins de 1 000 hommes âgés de 20-24 ans, tandis qu’il y en a 1 000 dans 10 000 T2 récents (achevés entre 2006 et 2015).
Crédits Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-3.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figures 4. Pyramide des âges de la population des T3 en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)
Légende Lecture : Les pyramides en vert correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide figurée par des rectangles blancs cerclés en noir correspond à la population occupant 10 000 logements de la cohorte la plus récente (logements livrés entre 2006 et 2015). Par exemple, au sein de 10 000 T3 achevés avant 1946, on dénombre 1 000 femmes âgées de 25-29 ans, tandis qu’il y en a plus de 2 000 dans 10 000 T3 récents (achevés entre 2006 et 2015).
Crédits Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-4.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figures 5. Pyramide des âges de la population des T4+ en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)
Légende Lecture : Les pyramides en vert correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide figurée par des rectangles blancs cerclés en noir correspond à la population occupant 10 000 logements de la cohorte la plus récente (logements livrés entre 2006 et 2015). Par exemple, au sein de 10 000 T4+ achevés entre 1946 et 1971, on dénombre 1 000 filles âgées de 0-4 ans, tandis qu’il y en a 2 000 dans 10 000 T4+ récents (achevés entre 2006 et 2015).
Crédits Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-5.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figures 6. Pyramide des âges de la population des maisons individuelles en 2015 selon la date d’achèvement du logement (pour 10 000 maisons de chaque cohorte. Effectifs en milliers)
Légende Lecture : Les pyramides en vert correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide figurée par des rectangles blancs cerclés en noir correspond à la population occupant 10 000 logements de la cohorte la plus récente (logements livrés entre 2006 et 2015). Par exemple, au sein de 10 000 maisons achevées avant 1946, on dénombre environ 500 filles âgées de 0-4 ans, tandis qu’il y en a près de 2 000 dans 10 000 maisons individuelles récentes (achevées entre 2006 et 2015).
Crédits Source : Insee, Recensement 2015.Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-6.png
Fichier image/png, 79k
Titre Figures 7. Pyramide des âges de la population des T1 et T2 les plus récents et les plus anciens des parcs social et privé en 2015 (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)
Légende Lecture : Les pyramides en rouge correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements sociaux de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide bleu pâle correspond à la population occupant 10 000 logements du secteur privé de la même cohorte. Par exemple, au sein de 10 000 T2 du secteur social achevés après 2005, on dénombre en 2015 environ 1 000 hommes âgés de 25-29 ans, tandis qu’il y en a plus de 2 000 dans 10 000 T2 du secteur privé de même ancienneté.
Crédits Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-7.png
Fichier image/png, 75k
Titre Figures 8. Pyramide des âges de la population des T3 et T4+ les plus récents et les plus anciens des parcs social et privé en 2015 (pour 10 000 logements de chaque cohorte. Effectifs en milliers)
Légende Lecture : Les pyramides en rouge correspondent à la composition par âge de la population occupant 10 000 logements sociaux de la cohorte indiquée dans l’en-tête de chaque graphique. La pyramide bleu pâle correspond à la population occupant 10 000 logements du secteur privé de la même cohorte. Par exemple, au sein de 10 000 T4+ du secteur social achevés après 2005, on dénombre en 2015 près de 3 000 garçons âgés de 0-4 ans, tandis qu’il y en a moins de 2 000 dans 10 000 T4+ du secteur privé de même ancienneté.
Crédits Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-8.png
Fichier image/png, 78k
Titre Figures 9. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T1 de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T1 de chaque type)
Crédits Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-9.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figures 10. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T2 de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T2 de chaque type)
Crédits Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-10.png
Fichier image/png, 38k
Titre Figures 11. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T3 de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T3 de chaque type)
Crédits Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-11.png
Fichier image/png, 39k
Titre Figures 12. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T4 de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T4 de chaque type)
Crédits Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-12.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figures 13. Composition par âge, sexe et lien à la personne de référence du ménage de la population des T5+ de l’agglomération lyonnaise des secteurs social et privé en 2015 (pour 10 000 T5+ de chaque type)
Crédits Source : Insee, Recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : Auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-13.png
Fichier image/png, 107k
Titre Carte 1. Proportion des logements collectifs de taille petite (T1 et T2) ou moyenne (T3) selon les IRIS ou les communes de l’agglomération lyonnaise en 2015
Crédits Source : Insee, recensement 2015. Réalisation : UrbaLyon (Agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise), 2018.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Carte 2. Proportion des maisons individuelles selon les IRIS ou les communes de l’agglomération lyonnaise en 2015
Crédits Source : Insee, recensement 2015. Réalisation : UrbaLyon (Agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise), 2018.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figures 14. Pyramide des âges du centre (communes de Lyon et Villeurbanne) et de la banlieue de l’agglomération lyonnaise en 2015 (effectifs en milliers)
Légende Lecture : Dans 10 000 logements représentatifs du parc immobilier du centre de l’agglomération, on compte 500 garçons âgés de 5-9 ans, soit quasiment deux fois moins que dans 10 000 logements représentatifs du parc immobilier de la banlieue [figure 14a]. Dans l’agglomération lyonnaise (centre + banlieue) en 2015, on compte plus de 60 000 femmes âgées de 20-24 ans dont 20 000 résident en banlieue.
Crédits Source : Insee, recensement 2015. Calculs : auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-16.png
Fichier image/png, 128k
Titre Figure 15. Pyramides des âges de Paris aux recensements de 2006, 2011 et 2016 (effectifs en milliers. Population totale)
Crédits Source : Insee, recensements 2006, 2011, 2016. Calculs : auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-17.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figures 16. Estimation du nombre moyen d’occupants de quelques tranches d’âges par logement selon le type et l’ancienneté du logement. Cas de l’agglomération de Lyon
Légende Lecture : On compte 0,5 enfant âgé de 0-5 ans par T4+ récent. Mais à mesure que ce type de logement « vieillit », le nombre moyen d’occupants de moins de 6 ans diminue : il n’est ainsi plus que de 0,2 dans les logements les plus anciens.
Crédits Source : Insee, recensement 2015. Champ : agglomération de Lyon. Calculs : auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10207/img-18.png
Fichier image/png, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Léger, « Le lien logement-population à l’échelle locale. II – Caractéristiques des logements et composition par âge des populations », Espace populations sociétés [En ligne], 2020/1-2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/eps/10207 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.10207

Haut de page

Auteur

Jean-François Léger

Université Panthéon Sorbonne – Paris 1, Institut de démographie (Idup)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals