Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Migrations, circulations, mobilités. Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain. Sous la direction de Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn et Mathis Stock

Aix en Provence, Presses Universitaires de Provence, 238 pages, 2018
Armelle Gaulier
Référence(s) :

Migrations, circulations, mobilités. Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain. Sous la direction de Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn et Mathis Stock. Aix en Provence, Presses Universitaires de Provence, 238 pages, 2018.

Texte intégral

1Dire que le monde traverse aujourd’hui une crise mobilitaire [Zelinski, 1971] et que les déplacements, les circulations et les migrations de populations n’ont jamais été aussi importants relève du lieu commun. Depuis les années 2000 le mobility turn, dans lequel les sciences humaines et sociales sont impliquées, a déjà largement contribué à ce constat. C’est pourquoi, les auteurs de cet ouvrage font un pas de côté et changent les habitudes de recherche en ne pensant pas les mobilités mais bien en pensant « par la mobilité » (p.14). Des contributions de sociologues, anthropologues et géographes sont rassemblées dans ce livre et, en cherchant à s’émanciper des carcans disciplinaires, appréhendent les multiples « régimes de mobilités » (p.200) révélés par l’empirie.

2Le premier chapitre, tout à fait stimulant, co-écrit par Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn et Mathis Stock, revient sur l’évolution des concepts de mobilité et de migration, depuis les années 1970 jusqu’à aujourd’hui. Les auteurs avouent d’ailleurs s’être « affrontés à plusieurs reprises » (p.15) à propos des présupposés théoriques et disciplinaires sous-entendus dans les termes migrations, circulations, mobilités. Pour trouver un terrain d’entente, ils ont finalement cherché à « appréhender les multiples formes d’action qui entourent le changement de lieu géographique. » (p.191). Les 11 chapitres de ce livre sont autant d’études de cas qui analysent : les logiques catégorielles créées par le politique et l’administration (partie 1) ; les représentations de la migration et de la mobilité (partie 2) ; les nouvelles technologies et reconfigurations des frontières entre mobilité et migration (partie 3). Si les thématiques ne sont pas réellement nouvelles dans le champ des études sur les migrations, ce sont la diversité et l’originalité des cas présentés qui sont à souligner dans cet ouvrage. Par exemple, les différentes utilisations des termes expatrié et étranger dans le contexte Suisse pour caractériser respectivement à Genève les élites transnationales et les migrants bosniaques (Barbara Dellwo) ; l’expérience d’expatriation pour des professeurs de français à Rabat ou à Londres vécue comme une expérience d’immobilité (Sylvain Beck) ; les situations de mobilités spatiales mais aussi sociales des adolescents de 11 à 19 ans des zones rurales en France. Enfin, la troisième partie de l’ouvrage sur les Technologies de I’Information et de la Communication (TIC) met à jour l’importance des mobilités virtuelles qui défient les cadres de l’Etat-Nation et participent d’un imaginaire de déplacement. Il peut être nourri par des liens transnationaux parfois constants avec le pays d’origine (Hélène Simon-Lorière), ou bien symbolisé par des commerces de coutures ou de transfert d’argent qui confondent les migrations et les mobilités (Ines Ebilitigé). Enfin, la conclusion reprend les différents concepts communs de ces contributions, pensés comme autant de pistes à explorer toujours de façon pluridisciplinaire : la notion d’habiter, le capital mobilitaire lié à l’immobilité (souvent impensé dans les études sur les migrations) et l’espace social translocal.

3Pour les auteurs la notion d’habiter est à investir de sens pour comprendre l’espace et sortir du couple simpliste : lieu de « départ » et « d’arrivée ». L’enjeu ici est de dépasser l’écueil d’un migrant qui arrive dans un lieu, s’y établit et finalement « s’intègre » et se « naturalise » (dans le sens de changer sa nature) comme l’analysait Sayad [1999]. L’habiter est ici utilisé pour sortir d’une hiérarchie présente dans différents espaces et comprendre aussi l’appropriation par les individus des normes sociales et culturelles des lieux qu’ils habitent. Ces régimes de mobilités, ou régimes de l’habiter, sont aussi à percevoir en fonction d’un capital mobilitaire qui s’envisage différemment en fonction des observations empiriques. Le cas des Organisations de Solidarité Internationale issues de la Migration (OSIM) françaises est éloquent sur ce point. Le terme de « migration » et son corollaire « migrant » font écho à des représentations sociales, politiques et médiatiques dépréciatives en France (la figure du « travailleur migrant » s’opposant à celle de l’ « expatrié » cosmopolite valorisé). Pour autant, Claire Vinvent-Mory explique que les associations « issues de l’immigration » revendiquent cette terminologie et investissent positivement leurs positions de « migrants », car composées pour partie par des personnes ayant une situation sociale plutôt privilégiée en France. L’appellation signifierait donc : « la possession d’un capital mobilitaire et l’existence de pratiques mobilitaires » (p.90) preuves tangibles d’une ascension sociale réussie grâce à la migration. Ce capital sous-entend aussi l’immobilité tant spatiale que sociale. Simon Mastrangelo revient sur la revendication d’un droit à la mobilité pour les harraga (« bruleurs de frontières ») tunisiens, qui sans-papiers en Europe sont reconduits en Tunisie et renvoyés à leurs vécus subjectifs de la mobilité/immobilité. Les imaginaires circulatoires sont alors investis de sens grâce notamment à des références religieuses (mektoub).  Ces situations d’immobilités traversent les cas d’études proposés mais sont envisagées de manière originale par l’analyse des TIC, qui si elles modifient les séjours dans le pays d’accueil permettent d’analyser de nouvelles configurations « de la présence/absence. »(p.194). Constance De Gourcy analyse les pratiques de parentalité en situation de migration entre l’Algérie et la France. Le paradoxe est que si les TIC permettent des « effets de présence » (p.157) instantanés par la conversation, qui sont perçus comme affectifs, ils sont aussi contraints par le virtuel (ou autrement dit l’éloignement) et deviennent finalement non signifiants. Les TIC n’évitent pas les filtres de conversation : « laisser dans l’ombre les informations jugées problématiques, celles qui pourraient inquiéter. » (p.160). Enfin, l’articulation entre l’habiter et le capital mobilitaire se retrouve dans la notion d’espace social translocal proposé en conclusion de l’ouvrage. Elle permet de percevoir les pratiques distinctives, propres à chaque individu, c’est-à-dire « les agencements spatiaux socialement significatifs constitués par les individus et la spatialisation des pratiques sociales. » (p.196). Cet espace interstitiel, liminaire et translocal permet d’envisager la pluralité de référents géographiques et d’appartenances identitaires, d’attachement pour les individus qu’ils soient mobiles au niveau international ou non. Les régimes de mobilité sont à envisager dans leur diversité et dans la « multipositionnalité » d’agencements (locaux, translocaux, multilocaux) qui laissent percevoir de nouveaux espaces sociaux construits par des individus aux statuts sociaux et juridiques multiples.

4Ce livre ambitionne donc de saisir les constructions et représentations sociales comme les dynamiques singulières (voire singularisantes), les imaginaires politiques et les rapports de domination à l’œuvre dans les différents régimes de mobilité étudiés. Ainsi, en proposant les bases d’un langage conceptuel commun et pluridisciplinaire, cet ouvrage ouvre de nouvelles perspectives très stimulantes pour penser les migrations, circulations et déplacements dans des espaces sociaux translocaux aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Sayad, Abdelmalek (1999), Immigration et "pensée d'État", Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 129, Délits d'immigration, pp.5-14.

Zelinsky, Wilbur (1971), The Hypothesis of the Mobility Transition, Geographical Review 2, pp.219-249.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Gaulier, « Migrations, circulations, mobilités. Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain. Sous la direction de Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn et Mathis Stock », Espace populations sociétés [En ligne], 2020/1-2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/eps/10213

Haut de page

Auteur

Armelle Gaulier

Chercheure associée LAM – Sciences Po Brodeaux
armellegaulier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals