Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Face aux villes : les villages prennent leur revanche ?

Jean-Marc Stébé
Référence(s) :

À propos de : Éric Charmes, La revanche des villages. Essai sur la France périurbaine, Paris, Seuil, 2019

Texte intégral

  • 1 Il a notamment publié La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine (PUF, 2011) et (...)
  • 2 Cf. entre autres le numéro spécial « Sociologie du périurbain » de la Revue française de sociologie(...)

1Éric Charmes, bien connu pour ses recherches sur la vie périurbaine1, a récemment publié un essai court et précis intitulé La revanche des villages. Essai sur la France périurbaine [Seuil, 2019]. Sorti involontairement à l’acmé du mouvement des gilets jaunes, cet ouvrage bien documenté et à l’analyse fine s’est inscrit au bon moment à l’agenda parce qu’il donnait à voir différemment les espaces périurbains, leurs habitants et leurs relations aux villes. Plus largement encore, le chercheur en sciences sociales appliquées à l’urbain alimente de façon appropriée le débat public, débat qui, en cette période pré-électorale, met bien sur le devant de la scène la question des inégalités territoriales, mais convoque souvent des arguments fort éloignés de la réalité périurbaine. Avec cet ouvrage, le sociologue urbaniste prolonge et vulgarise la réflexion engagée il y a maintenant plus d’une vingtaine d’années par les géographes tout d’abord, et par les sociologues, les urbanistes et les politistes ensuite, sur les transformations majeures du périurbain, en mettant en exergue sa diversité sociale, économique et géographique2.

  • 3 Article portant le titre « Exurbanisation et métamorphisme péri-urbain. Introduction à l’étude de l (...)
  • 4 Ouvrage publié chez Flammarion en 2014. C. Guilluy a également publié toujours chez Flammarion Le c (...)
  • 5 Soit de Paris avec ses 12 millions d’habitants à Dijon avec ses 377 000 habitants, en passant par B (...)

2Le terme « périurbain », qui a été employé pour la première fois en 1967 par le géographe suisse Jean-Bernard Racine dans un article de la Revue de géographie de Montréal3, est resté longtemps confiné au sein des études spécialisées de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Il ne commence vraiment à se diffuser dans les publications scientifiques – surtout des géographes – qu’au cours des décennies 1980 et 1990. Désormais, le vocable « périurbain » est largement utilisé, à tel point que le processus de périurbanisation revient régulièrement dans les études des chercheurs de différentes disciplines (économistes, politistes, géographes, sociologues…) et dans les discours politico-médiatiques en tant que facteur explicatif, voire dominant, des transformations sociales et politiques que connaissent nos villes et plus largement la société française depuis plus de quarante ans. En particulier, les thèses sur les fractures socio-territoriales de Christophe Guilluy, dont le livre le plus connu est La France périphérique. Comment on a sacrifié les classes populaires,4 ont suscité un large écho dans la presse et dans le monde politique. Selon le géographe, la France est coupée en deux. D’un côté, on trouverait une « France métropolitaine » constituée des vingt-cinq plus grandes aires urbaines5, comprenant « les zones denses des agglomérations et une petite partie des couronnes périurbaines ». De l’autre, se dessinerait une « France périphérique » organisée autour des villes petites et moyennes, des espaces ruraux, des communes multipolarisées et des espaces périurbains « contraints ». Ce vaste ensemble socio-géographique relégué regrouperait un peu plus de 34 000 communes – sur 36 000 communes –, soit près de 40 millions d’habitants, dont les trois quarts appartiennent aux catégories populaires. « Invisible et oubliée », cette « France périphérique » accueillerait une population qui a fui par obligation les centralités urbaines en raison des prix de l’immobilier de plus en plus prohibitifs, mais qui a également quitté par choix les villes centres pour accéder à la propriété d’un pavillon au sein d’un lotissement le plus souvent. S’opposeraient donc une France urbaine, dynamique, entreprenante, multiculturelle et pleinement intégrée à l’économie-monde, et une France périphérique en déclin économique, délaissée et se raccrochant par réaction à des valeurs nationalistes et xénophobes.

  • 6 « Une France contre l’autre ? », La Vie des Idées, 2014 | Mis en ligne le 5 novembre 2014. 
  • 7 « Une France contre l’autre ? », op. cit.

3Dans son ouvrage La revanche des villages, qui fait suite à un article éponyme publié en 2017 sur le site La Vie des Idées, Éric Charmes intègre l’analyse de Guilluy, mais s’en démarque nettement, critiquant sans détour l’hypothèse selon laquelle il existerait désormais une opposition entre d’un côté une France des métropoles, riche et active, et de l’autre une France des campagnes, pauvre et oubliée. Pour le socio-urbaniste, cet antagonisme traditionnel ville-campagne est trop schématique, l’opposition est même révolue. Les espaces urbains comme les espaces ruraux ont été métamorphosés par le développement des villes, et tout particulièrement par le processus de périurbanisation, qui pour beaucoup de familles représente le rêve de la « ville à la campagne ». Sur le plan national, la « France périphérique » intègre aussi bien des petits villages que des villes comme Besançon ou Reims. Il s’agit donc d’un tableau qui noircit et uniformise à l’excès des situations socio-géographiques extrêmement diverses : « La Drôme n’est pas la Meuse » rappelle Charmes6. Le premier de ces départements bénéficie en effet contrairement au second « d’importants flux touristiques » ; il est en outre « attractif pour les néo-ruraux, développe une agriculture dynamique orientée sur des créneaux porteurs et innove sur le plan politique […]. » Il est alors abusif de dire que la Drôme est un territoire malheureux souffrant d’être à l’écart des grandes métropoles. Il s’agit là pour Charmes d’une « limite importante de l’opposition binaire proposée par Christophe Guilluy. Cette opposition s’accompagne d’un discours excessivement défensif et pessimiste sur la France périphérique. Sans nier les difficultés, les territoires situés à l’écart des métropoles sont loin d’être uniformément en déshérence. En outre, si les métropoles disposent de ressources qui font défaut à la France périphérique, cette dernière possède des atouts qui font défaut aux métropoles : le logement y est moins onéreux, la proximité à la nature et à l’agriculture plus grande, etc. Bref, il y a une vie hors des métropoles et cette vie peut être heureuse. »7

  • 8 Afin de montrer que tout le monde ne boude pas la ville, Éric Charmes donne dans La revanche des vi (...)
  • 9 Charmes s’arrête notamment sur le cas de l’aire urbaine de Toulouse qui ne comptait au début des an (...)
  • 10 Cf. Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé : « Le pré-urbain : un territoire refuge aux confins du périur (...)

4En outre, la concentration des richesses dans les centres-villes, que signale Guilluy, ne concerneraient que certaines grandes métropoles. Autour des villes moyennes en revanche, les périurbains, quelle que soit leur situation, bénéficient des aménités de la ville (emplois qualifiés, logements modernes…) et de la campagne (qualité environnementale élevée, espace personnel conséquent…). La prospérité et même la diversité sociale ne se limitent pas aux grands centres urbains. Dans une certaine mesure, l’exode rural qui avait longtemps suivi la croissance économique en France s’est inversé. S’il est quelque peu abusif de parler d’exode urbain, parce que certaines métropoles ont encore vu leur population augmenter au cours des deux dernières décennies8, il n’en demeure pas moins que la diffusion des espaces périurbains toujours plus loin de la ville a transformé, dynamisé, voire transfiguré, des villages autrefois en déclin. Depuis les années 1960, de nombreuses villes ont intégré dans leur orbite de nouveaux espaces ruraux9. Selon Éric Charmes, il n’est donc pas excessif d’affirmer que le mouvement de périurbanisation a entraîné dans son sillage une revitalisation des campagnes : « les campagnes se revitalisent en devenant urbaines. » Ceci étant, tous les territoires ruraux situés dans les couronnes périurbaines des villes ne sont pas dans une situation d’ascension économique et sociale. En effet, hors de l’aire d’influence immédiate des métropoles et hors des circuits touristiques les plus plébiscités, les territoires périurbains éloignés – autrement dit les plus ruraux – sont le plus souvent occupés par des ménages modestes ou vieillissants, et « la vie comme nous le dit Charmes n’y est pas toujours rose ». Ce constat a également été fait par d’autres auteurs10. Ceux-ci montrent que plus on s’avance vers les couronnes périurbaines extérieures, plus se profile un territoire aux caractéristiques socio-économiques particulières. Ce territoire spécifique, imbriqué entre le périurbain traditionnel et l’espace rural, dénommé « pré-urbain », se caractérise par des modes de vie urbano-ruraux dans un décor champêtre de villages, par une impérative nécessité de se déplacer quotidiennement en automobile, par l’installation de jeunes ménages aux revenus modestes et moyens, tout en ne bénéficiant pas des avantages, et de la ville, et de la banlieue, et des premières couronnes du périurbain classique en termes d’infrastructures médicales, économiques, commerciales, culturelles, scolaires et de services. Le pré-urbain naît d’une recomposition sociale et démographique des couronnes situées aux confins du périurbain.

  • 11 Cf. « Mutations des territoires, sur la piste des hybrides », in Luc Gwiazdzinski, L’hybridation de (...)
  • 12 École nationale des travaux publics de l’État

5Enfin, l’opposition binaire ville-campagne mise en exergue par Christophe Guilluy n’a plus beaucoup de sens. À l’instar de Martin Vanier11, Charmes affirme plutôt que les villes et les campagnes se sont au cours des décennies précédentes hybridées. Peut-on encore parler de deux univers socio-économiques distincts se demande le socio-urbaniste de l’ENTPE12 ? Aujourd’hui, villes et campagnes sont fortement en interdépendance : les habitants qui s’installent dans les villages situés au sein des couronnes périurbaines sont avant tout des urbains avec des modes de vie qui se différencient guère de ceux des habitants des centralités urbaines ; et n’oublions pas qu’ils travaillent pour la très grande majorité d’entre eux dans les pôles urbains. Contrairement aux paysans des années 1960, les habitants des campagnes dépendent aujourd’hui d’une région métropolitaine pour les différentes activités quotidiennes, pour le travail, les loisirs, l’école ou pour les courses.

  • 13 Notamment, Orfeuil J.-P., « Les mobilités en ville et hors la ville », in Mattei M.-F. et Pumain D. (...)

6Dans le chapitre intitulé « Solutions environnementales », Charmes revient sur une autre idée largement diffusée dans le sens commun : les ménages résidant au sein du périurbain seraient beaucoup plus pollueurs que les habitants des villes. L’installation dans les campagnes supposerait une dépendance à l’automobile, une extension du bâti et une prolifération des infrastructures dans les périphéries plus ou moins éloignées des villes. Pourtant de nombreuses recherches interrogent l’équation « mobilité des périurbains = consommation d’énergie et émission de gaz à effets de serre »13. En effet, elles montrent que si les périurbains se déplacent plus au cours de la semaine, notamment pour se rendre à leur travail, ils tendent en revanche à rester chez eux le week-end, désireux qu’ils sont de profiter de leur jardin et de leur barbecue. En d’autres termes, ils n’éprouvent pas le besoin de gagner une campagne vivifiante, de rechercher le calme, la verdure et le bon air dont ils jouissent déjà, contrairement aux habitants des centres-villes qui vont faire des déplacements beaucoup plus conséquents les week-ends pour se rendre dans leur maison de campagne ou dans des lieux reposants ; ce que d’aucuns n’ont pas hésité à nommer « l’effet barbecue ».

7Par ailleurs, les habitants du périurbain tendent à se déplacer en recourant de plus en plus aux applications dédiées au covoiturage, y compris pour les trajets quotidiens entre le domicile et le lieu de travail. Et si la bicyclette semble plus difficile à utiliser dans les campagnes périurbaines en raison des plus longues distances à parcourir qu’en ville, il n’en demeure pas moins qu’avec l’essor des vélos électriques et le développement des pistes cyclables, les mobilités douces sont en pleine expansion. In fine, en ce qui concerne les transports, les perspectives environnementales de la ville diffuse ne sont pas aussi pessimistes qu’on le laissait entendre au cours de la décennie 1990.

8Pour Éric Charmes, c’est l’émiettement des espaces urbanisés qui seraient davantage à interroger que l’étalement de la ville. La ville de Bordeaux par exemple se diffracte en plusieurs centaines de villages, bourgs et petites villes, et celle de Paris en près de 1 400. Cet émiettement a un impact considérable sur les paysages, l’agriculture et la biodiversité : il ne fait pas seulement que démultiplier les impacts de l’artificialisation des sols, il accroît également le coût des infrastructures (routes, ponts…), des équipements (réseaux électriques, conduites d’eau…) et des services (collecte des ordures, ligne de bus de ramassage scolaire…). Sans remettre en cause le dynamisme retrouvé des campagnes périurbaines, il semble possible, selon l’auteur, d’améliorer le bilan environnemental de ces territoires, notamment en s’appuyant sur les gros bourgs et les petites villes qui parsèment le périurbain. En concentrant l’urbanisation sur de telles communes, les changements environnementaux seraient déjà manifestes, sans pour autant contraindre les ménages à résider dans les banlieues des grandes villes. Et l’autre avantage serait de rendre viables des équipements (administratifs, scolaires, sanitaires…). et des services (corridors dédiés aux cyclistes, lignes de bus…) qui ne pourraient pas l’être si chacune des communes de la couronne périurbaine d’une métropole reçoit sa petite part d’habitants.

  • 14 « Le droit au village », Justice spatiale/Spatial Justice, n° 7, 2015 [en ligne].
  • 15 Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 1972 (1ère éd. 1968).
  • 16 Le droit à la ville pour Lefebvre recouvre non seulement un droit à habiter, à se réapproprier une (...)
  • 17 La Clubbisation s’opère, selon Charmes, dans des communes périurbaines au sein desquelles les résid (...)

9Au sein des chapitres 3 « Du droit à la ville au droit au village » et 4 « Le pouvoir des villages » – chapitres qui sont plus de l’ordre de l’essai –, le sociologue urbaniste avance quelques propositions visant à résoudre les problèmes posés par l’avancée du front urbain toujours plus loin vers les campagnes. La première s’organise autour de l’idée d’un « droit au village » que Charmes reprend à Frédéric Landy et Sophie Moreau14. Ce droit au village se nourrit à la fois du « droit à la ville » d’Henri Lefebvre15, dans sa dimension participative16 et de la philosophie des communs : il s’agit pour l’auteur d’un droit à agir avec ses voisins, dans une relative autonomie à l’égard des échelons métropolitains ou étatiques, pour le bien commun par l’institution d’une communauté politique qui permette de contrecarrer la tendance à la « clubbisation », c’est-à-dire de lutter contre la tendance qu’ont certaines communes périurbaines à s’engager dans une politique de sélection sociale des habitants et à freiner la densification urbaine afin de préserver le cadre de vie de la commune17. La seconde proposition se rapporte à la distribution territoriale des pouvoirs. Les villages périurbains qui retrouvent pour certains un dynamisme socio-économique auront tendance à faire cavalier seul face à la ville centre – refusant parfois d’intégrer la communauté urbaine ou la métropole. Charmes montre à travers quelques exemples (agglomérations de Mulhouse ou encore du Puy-en-Velay) que les villages des campagnes périurbaines ont eu ces dernières années parfois tendance à omettre qu’ils doivent leur bonne santé démographique et économique à la proximité d’une grande ville. Si ces villes voient quelquefois leur leadership remis en question, il n’en reste pas moins que dans la très grande majorité des cas elles dominent toujours les petits villages environnants et leur dictent leur propre vision des choses. Afin de régler ces conflits de leadership, l’auteur propose de redonner toute sa place à l’échelon des départements, à même de répartir les ressources, de planifier les dépenses et de distribuer les pouvoirs et les prérogatives au niveau local. L’échelon départemental peut sembler séduisant de prime abord, mais est-il vraiment le niveau pertinent pour penser l’aménagement du territoire à l’heure où les départements sont remis en cause dans le contexte européen ?

10In fine, la revanche dont parle Charmes n’est pas celle des villages périurbains qui « gagneraient » sur les villes centres une compétition idéologique sur la définition du bien vivre et du bien habiter. Elle doit plutôt, selon l’auteur, se saisir dans une perspective d’hybridation urbain-rural et dans une optique relationnelle win-win.

  • 18 Le périurbain recouvre aujourd’hui, selon l’INSEE, 207 258 km2. Rappelons que la France métropolita (...)

11À l’heure où le périurbain, qui accueille le quart des Français, semble toujours poser problème aux opérateurs de la ville, et dont l’image est bien souvent dépréciée par les habitants des villes, le dernier ouvrage d’Éric Charmes réinterroge précisément les différentes facettes du débat : Pourquoi ce modèle de vie a-t-il longtemps séduit les Français ? Pourquoi peut-il se révéler difficile ? Comment pourrait-on en augmenter les qualités et en atténuer les effets négatifs ? Quelle serait l’échelle pertinente de gouvernance de ce territoire qui recouvre presque la moitié de la superficie de la France métropolitaine18 ? Que l’on partage ou non les propositions avancées par Charmes, cet ouvrage est sans conteste un support de réflexion pertinent bien loin des analyses simplistes et caricaturales en vogue actuellement.

Haut de page

Notes

1 Il a notamment publié La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine (PUF, 2011) et La vie périurbaine face à la menace des gated communities (L’Harmattan, 2005).

2 Cf. entre autres le numéro spécial « Sociologie du périurbain » de la Revue française de sociologie, n° 57-4, 2016 et le numéro de la revue Esprit intitulé « Tous périurbains », n° 393, 2013.

3 Article portant le titre « Exurbanisation et métamorphisme péri-urbain. Introduction à l’étude de la croissance du Grand-Montréal », Revue de géographie de Montréal, vol. XXI, n° 2, p. 313-341. À cette époque, les mots « péri-urbain » et « périurbanisation » étaient écrits avec des traits d’union.

4 Ouvrage publié chez Flammarion en 2014. C. Guilluy a également publié toujours chez Flammarion Le crépuscule de la France d’en haut (2016).

5 Soit de Paris avec ses 12 millions d’habitants à Dijon avec ses 377 000 habitants, en passant par Bordeaux (1 300 000), Grenoble (690 000), Rennes (720 000) ou encore Nancy (433 000).

6 « Une France contre l’autre ? », La Vie des Idées, 2014 | Mis en ligne le 5 novembre 2014. 

7 « Une France contre l’autre ? », op. cit.

8 Afin de montrer que tout le monde ne boude pas la ville, Éric Charmes donne dans La revanche des villages l’exemple de l’aire urbaine de Nantes qui a vu sa population passer de 710 000 habitants en 1999 à 950 000 en 2015, soit une croissance de près de 33 % en 16 ans.

9 Charmes s’arrête notamment sur le cas de l’aire urbaine de Toulouse qui ne comptait au début des années 1960 aucune commune périurbaine, et qui en réunissait 255 en 1990 et plus de 450 en 2010.

10 Cf. Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé : « Le pré-urbain : un territoire refuge aux confins du périurbain éloigné », Métropolitiques, 2017 | Mis en ligne le 30 octobre 2017 ; « Quand le périurbain s’étend, le pré-urbain émerge », Urbanisme, n° 403, 2016, p. 76-77.

11 Cf. « Mutations des territoires, sur la piste des hybrides », in Luc Gwiazdzinski, L’hybridation des mondes, Grenoble, Elya Éditions, 2016, p. 231-238.

12 École nationale des travaux publics de l’État

13 Notamment, Orfeuil J.-P., « Les mobilités en ville et hors la ville », in Mattei M.-F. et Pumain D. (dir.), Données urbaines, Anthropos, n° 5, 2007, p. 113-125 ; Nessi H., Études foncières, n° 145, 2010 ; n° 163, 2013 ; et Bouleau M. et Mettetal L., IAUIF-Notes rapides, n° 646, 2014.

14 « Le droit au village », Justice spatiale/Spatial Justice, n° 7, 2015 [en ligne].

15 Le droit à la ville, Paris, Anthropos, 1972 (1ère éd. 1968).

16 Le droit à la ville pour Lefebvre recouvre non seulement un droit à habiter, à se réapproprier une ville, mais également un droit à pouvoir agir sur son cadre de vie et plus largement sur la gestion de la cité.

17 La Clubbisation s’opère, selon Charmes, dans des communes périurbaines au sein desquelles les résidents souhaitent davantage consommer des services et jouir des aménités que de participer au développement de la citoyenneté, à la vie associative et plus largement à la création du lien social. D’où cette définition selon laquelle la clubbisation revoie directement à « la sortie de certaines communes de la sphère politique pour entrer dans la sphère marchande. » in É. Charmes, La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, op. cit. Précisons que la clubbisation n’est pas l’embourgeoisement des communes. Dans cette veine, on peut regretter que l’auteur n’ait pas assez développé la question de la gentrification de certaines communes périurbaines.

18 Le périurbain recouvre aujourd’hui, selon l’INSEE, 207 258 km2. Rappelons que la France métropolitaine a une superficie de 543 899 km2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Stébé, « Face aux villes : les villages prennent leur revanche ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2020/1-2 | 2020, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/eps/10236

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals