Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2020/3-2021/1Un espace de mobilitésDes Suds vers le Grand Nord : rec...

Un espace de mobilités

Des Suds vers le Grand Nord : recomposition des mobilités et des identités urbaines post-soviétiques

From the South to the Far North: Recomposition of post-Soviet urban mobilities and identities
Sophie Hohmann

Résumés

L’Arctique russe représente environ 40 % de la population de tout l’espace Arctique, et les peuples autochtones ne constituent que 5 % de sa population. La Russie est aussi la région arctique la plus urbanisée. Les processus de peuplement urbain ont été marqués par l’histoire soviétique et ses paradoxes, mais ils se transforment aussi dans une logique transnationale. Cette histoire complexe de la construction de villes les plus peuplées et les plus industrialisées de l’Arctique invite à s’intéresser aux identités urbaines, à l’histoire des mobilités et à la construction d’une citadinité arctique caractérisée par l’afflux croissant de populations originaires de différentes régions et républiques anciennement soviétiques, dont l’Asie centrale et le Caucase du Sud. Cet article analyse le lien entre les mobilités de l’époque soviétique et les plus récentes, et comment ces dernières participent à la construction d’identités multiculturelles. Il montre comment les migrants économiques pour la plupart originaires de pays musulmans anciennement soviétiques profitent de la fin du soviétisme et de la désécularisation pour refaçonner leur identité religieuse autour de la communauté, dans une région qui jusqu’à présent n’avait pas éprouvée cette rencontre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans l’Arctique russe, la construction des identités à travers les mobilités suit des processus assez semblables. Véritable front pionnier dès le début du XXème siècle, son rôle dans la construction des villes et l’industrialisation fut cardinal. L’histoire du peuplement et des mobilités y suit des temporalités différentes mais a toujours été guidée par le développement de secteurs économiques très porteurs dès le début de l’époque soviétique : l’extraction de minerais, les hydrocarbures, ainsi que le secteur de la pêche. Ces villes suivent quasiment toutes le même schéma de développement qui est porté par la politique soviétique stalinienne d’industrialisation massive à partir du Premier Plan quinquennal en 1928 et qui se poursuit dans les années 1930. La construction des premières villes industrielles de l’Arctique (à l’exception de Mourmansk, et surtout d’Arkhangelsk qui fait partie des plus anciennes villes de Russie) est marquée par l’expérience concentrationnaire du Goulag, créé en 1930, dont l’une des fonctions principales était précisément l’exploitation des richesses du sous-sol [Werth, 1997 ; Jurgenson, Werth, 2019]. A côté des vagues de prisonniers et de déportés se trouvaient des volontaires poussés souvent par les famines, la pauvreté en Russie centrale attirés par les subsides [McCannon, 1998] et plus tard à partir des années 1950 de komsomols (jeunesses communistes) qui ont eux-aussi développé une identité très forte en accord avec la conquête de l’Arctique rouge.

  • 1 Complètement détruite et sinistrée durant la Deuxième Guerre mondiale, son industrie se relèvera et (...)

2Au début des années 1930, une stratégie volontariste fut donc adoptée, et se caractérisa entre autres par la mise en place en 1932 des indemnités polaires (severnye nadbavki ou polârki) ce qui contribua à l’installation sur la plus longue durée de ces populations [Laruelle, Hohmann, Burtseva, 2017 et Zamâtina, 2019a]. Par ailleurs, la présence stratégique dans la péninsule de Kola, à Mourmansk, de l’administration générale de la Flotte du Nord à partir de 1932, de nombreuses bases militaires, et de l’administration centrale chargée de développer la route du nord en Arctique a participé à cette conquête économique et stratégique du Nord comme front pionnier avec de fortes résonnances dans l’univers mental des populations. Il en résulta un véritable boom démographique (la ville est passée de 11 400 habitants en 1928 à 117 000 en 1939)1 comme dans la plupart des autres grandes villes circumpolaires (figure 1), de Vorkouta à Magadan en passant par Norilsk, pour ne citer qu’elles. La mort de Staline en mars 1953 et les vagues de libération consécutives à l’ouverture progressive des camps du Goulag, puis le XXème Congrès du Parti Communiste de l’URSS vont perturber l’ordre social et économique établi de force. Ainsi les périodes qui vont suivre sous Khrouchtchev et Brejnev se caractérisent par de nouvelles formes de mobilités. Les années 1960 puis 1970-1980 voient arriver plusieurs vagues de migrants, avec en arrière-plan cette idée « nostalgique » de contribuer à la continuité de la « conquête » des fronts pionniers et la volonté de relever un défi magistralfaisant aussi de la ville une utopie (photographie 1).

Photographie 1 : Fresque soviétique à Vorkouta représentant la conquête pionnière du Grand Nord.

Photographie 1 : Fresque soviétique à Vorkouta représentant la conquête pionnière du Grand Nord.

Sophie Hohmann, 13 juillet 2018

L’âge d’Or des villes industrielles du Grand Nord2 russe

  • 2 J’utilise ici le concept de Grand Nord (Krajnij Sever) plutôt que celui d’Arctique, le Grand Nord é (...)
  • 3 La résolution du 29 mai 1948 N°1840 est la première disposition qui met en place la répartition et (...)
  • 4 Gosudarstvennyj komitet po vyšemu i srednemu special’nomu obrazovaniû Soveta Ministrov Arm. SSR (Co (...)
  • 5 Archives nationales d’Arménie, fonds 733, opis’3, delo 73.

3Pour comprendre les mobilités actuelles, il convient de s’intéresser aux trajectoires migratoires et d’inscrire les migrations post-soviétiques dans l’histoire plus longue des mobilités professionnelles, estudiantines, de la répartition des cadres (raspredelenie) et surtout des traditions professionnelles établies dans un contexte soviétique, essentiellement guidées par la réalisation du Plan. À partir des années 1960, des ingénieurs vont être envoyés dans des villes comme Mourmansk, d’autres villes d’extraction de la péninsule de Kola, les Khibiny où les spécialistes en métallurgie et les géologues sont alors très demandés (Montchegorsk, Kirov, Apatity, Nikel). Ces villes constituaient une sorte de récompense pour un géologue dont la trajectoire passait avant cela par les villes minières de Sibérie. Les archives du Fonds du Ministère de l’éducation de la République Socialiste Soviétique (RSS) d’Arménie sur la formation supérieure et sur la répartition de jeunes spécialistes et des cadres entre 19593 et 1983 témoignent de ces orientations chez les géologues arméniens envoyés dans le Grand Nord dès les années 1960 (et aussi en Asie centrale) pour se spécialiser4, stipulant par exemple que les étudiants de la faculté de géologie de Erevan de troisième et quatrième année seraient envoyés à Mourmansk en 1962 et 19635.

  • 6 Ma méthodologie qualitative repose sur différentes techniques d’enquêtes dont la technique biograph (...)

4Le Xème plan quinquennal (1976-80) donne la priorité très clairement à l’intensification de l’exploitation du pétrole et du gaz sibériens au détriment des biens de consommation. La création de niches économiques nouvelles, qui répondent aux grands chantiers d’extraction découverts dans les années 1960-70 notamment, avec les découvertes énergétiques dans le district autonome de Khanty-Mansis, puis dans le district autonome adjacent de Iamalo-Nénétsie, vont nécessiter une main d’œuvre qualifiée [Vaguet, 2013] dans le cadre d’une nouvelle dynamique d’urbanisation (incarnée par la naissance de villes nouvelles comme Nefteyugansk (1967), Nadym (1972), Novyï Urengoï (1975), Noiabrsk (1982), Mouravlenko (1984) et Goubkinskyï (1986), en Iakoutie également. Ces villes nouvelles reproduisent l’atmosphère pionnière de « l’âge d’or » soviétique et ont préservé une partie de l’épopée de la conquête de nouveaux territoires. Les années 1970 marquent par ailleurs le début de la crise structurelle en URSS avec une démographie qui commence à décliner en Russie ce qui va pousser les autorités à faire appel à une main d’œuvre issue des républiques soviétiques méridionales où des formations spécialisées dans les niches de l’extraction, de la métallurgie avaient une très bonne réputation (Heleniak, 1999 et 2010). Travailler dans le Grand Nord signifiait aussi recevoir un salaire plus conséquent (des coefficients de nordicité étaient appliqués en fonction des régions), et toucher des subsides polaires (polârki), (Zamâtina, 2019a). Les Centrasiatiques, souvent des Kirghizes travaillant dans la pose des systèmes de tubes, se sentaient une âme de pionniers en partant des Tian-Chan, le piémont de l’Himalaya, vers les vastes espaces de toundra polaire et glaciale (en témoigne par exemple une interview réalisée en mai 2018 à Bichkek avec Mambet6, ingénieur kirghize né en 1977, diplômé de l’Institut polytechnique de Bichkek et contractuel dans le district autonome de Iamalo-Nénétsie au début des années 2000, au moment du boom de la construction, envoyé ensuite sur les chantiers du Nord des Sakhalines). Chez plusieurs ingénieurs centrasiatiques interviewés, on retrouve un sentiment héroïque en partie hérité de la nostalgie de ce que fut cette conquête pionnière de l’Arctique, conjugué à la réussite professionnelle sur ces confins hostiles à l’homme. Cet héritage des fronts pionniers reste manifeste chez de nombreux migrants - quelle que soit la génération - à travers tout un imaginaire.

5La formation d’ingénieurs, de mineurs, de spécialités liées à l’extraction, se retrouve surtout chez les Arméniens, les Azéris, les Nord Caucasiens, les Kirghizes, les Kazakhs, les Turkmènes, les Ouzbeks. Rappelons que dès les XVIII et XIXèmes siècles sont créés des instituts techniques spécialisés dans l’extraction de minerais, des instituts d’extraction pétrolière ; mais c’est à partir du début du XXème siècle puis dans les années 1930 au moment de l’industrialisation forcée que se développent les instituts polytechniques, les instituts métallurgiques, les facultés de métallurgie au sein d’universités (parmi eux, Frounzé, Alma-Ata, Tachkent pour l’Asie centrale et bien d’autres dans le Caucase à Ordjonikidzé et Magnitogorsk, Bakou, en Sibérie, en plus bien entendu des instituts dans l’Oural, à Saint-Pétersbourg, Moscou, etc.). Une véritable tradition voit donc le jour, et des kyrielles d’ingénieurs de toutes les nationalités au sein de l’URSS vont être formées durant des décennies –et céder à l’attractivité des salaires dans ces régions pionnières. L’aventure confère aux courageux une fonction héroïque. Par ailleurs, l’armée et surtout en son sein la Flotte du Nord représente une niche fermée très sélective et d’autant plus importante qu’elle permet de façonner des réseaux puissants et tentaculaires qui seront très utiles par la suite, à travers les liens tissés avec les forces de sécurité, le ministère de l’Intérieur, les services de sécurité mais aussi les cercles criminels des années 1980-90 [Hohmann, 2018].

Nouvelles frontières, recomposition des trajectoires et des mobilités

  • 7 La moitié des monovilles russes se trouve dans l’Arctique. Une monoville se définit par plusieurs c (...)
  • 8 La population de Russie est passée de 148 millions en 1993 à 141,9 millions en 2011 (gks.ru). Le dé (...)

6Les transformations de l’équilibre démographique dans l’Arctique russe vont être radicales à partir de l’effondrement de l’Union soviétique. Les années 1990 ont connu une véritable hémorragie de populations non autochtones qui retournent vers les zones situées plus au sud « sur le continent » pour s’assurer des jours meilleurs, les conditions de vie difficile n’étant plus compensées par les indemnités polaires ni par aucun filet de sécurité sociale. Parmi ces populations, certaines franges partiront à l’étranger profitant de l’ouverture des frontières. Inversement, de nouvelles populations vont arriver sur ces anciens fronts pionniers pour échapper à la crise économique ou aux conflits armés qui touchent leurs pays d’origine anciennement intégrés à l’espace soviétique (le Caucase du Sud et l’Asie centrale en particulier). La Russie reste la plus avancée en termes d’urbanisation dans l’espace arctique, des modèles urbains homogènes de construction innovants ayant été répliqués depuis les années 1930. Néanmoins, la fin de l’URSS a entraîné la disparition des économies locales et cela a engendré la dépression des monovilles7 industrielles du Nord [Didyk, Ryabova, 2014]. La dépopulation a été fulgurante, et un processus de désurbanisation a touché de nombreuses monovilles et villes arctiques. Entre 1989 et 2002, un habitant sur six en Russie émigrait du Grand Nord (parmi les migrations intérieures). Les régions de Magadan et de Tchoukotka ont perdu plus de la moitié de leur population, la péninsule de Taïmyr un tiers de sa population et celle du district autonome de Iamalo-Nénétsie un quart [Heleniak, 1999]. La libéralisation des prix en février 1992 accompagnant la politique de thérapie de choc, a durablement affecté l’économie et l’histoire économique et sociale du Grand Nord. La dépression des monovilles a marqué les esprits, transformant des villes très industrielles en villes fantômes [Heleniak 2009], certaines bases militaires ont été fermées en l’espace de quelques mois. Les villes portuaires d’Igarka et de Tiksi ont perdu la moitié de leurs habitants sur cette même période. Dans les années 2000, bien que le taux global de dépeuplement ait ralenti, les villes de Vorkouta et d’Igarka, ainsi que celles du nord de la Iakoutie et de la Tchoukotka, ont continué de faire face à un déclin de leur population de plus de 20% en dix ans [Heleniak, 2009 et 2010]. Parallèlement à ce dépeuplement inédit, la crise démographique en Russie qui commence en 1992 jusqu’en 2013 - caractérisée par la « croix russe » (la courbe des naissances passe sous celle des décès)8- va créer les conditions d’un besoin majeur en immigrants [Blum, 2016 ; Hohmann, 2019] dans un cadre administratif et légal post-soviétique complètement nouveau.

Figure 1 : Évolution démographique des villes de l’Arctique russe à l’époque soviétique aux différents recensements

Figure 1 : Évolution démographique des villes de l’Arctique russe à l’époque soviétique aux différents recensements

(sources : demoscope.ru et rosstat). Hohmann, 2020.

Une terre d’immigration

7En 2018, le service fédéral des statistiques de l’État russe recensait sur son territoire 3,4 millions d’Ouzbeks, 1,7 million de Tadjiks, 1,3 million d’Ukrainiens, et entre 300 000 et 600 000 Kirghizes, Kazakhs, Azerbaïdjanais, Arméniens, Moldaves et Biélorusses. En tout, le nombre de migrants internationaux était estimé à environ 12 millions, faisant de la Russie le quatrième pays d’immigration au monde. Mesurer l’immigration est très souvent complexe et la Russie n’échappe pas aux migrations illégales. En 2014, le FMS (Service fédéral des migrations de Russie) enregistrait environ 600 000 illégaux9. Le site de la statistique russe (gks.ru) publie des données générales par région y compris pour le Grand Nord (un onglet spécifique « Grand Nord » Kraïnyï Sever) mais les données par nationalité ne sont pas publiées. Les recensements de 2002 et 2010 (le dernier recensement a eu lieu en 2020) permettent de croiser les données sur la présence des différentes nationalités (par appartenance nationale/ethnique) dans des villes et des régions données, l’année d’arrivée, l’obtention de la citoyenneté ou non, la qualification professionnelle des habitants, la composition des ménages, l’éducation des enfants, etc. Mais elles ne disent pas tout des processus migratoires. Sur le site du Ministère de l’Intérieur de Russie (MVD), des statistiques migratoires administratives sont disponibles et données par région (objectif de la venue : tourisme, études, travail, raisons personnelles ; l’obtention d’une patente, d’une autorisation de résidence, le permis de séjour, la citoyenneté accordée, etc.). Ces données permettent de dresser un tableau « impressionniste » de la situation migratoire (figure 2) et requiert une certaine prudence dans les analyses de celle-ci.

Figure 2 : Solde migratoire en 2017 dans les principales villes de l’Arctique

Figure 2 : Solde migratoire en 2017 dans les principales villes de l’Arctique

(source : données Ministère de l’Intérieur russe). Hohmann, 2020.

  • 10 Strategiâ social’nogo-èkonomičeskogo razvitiâ Âmalo-Neneckogo avtonomnogo okruga do 2020 goda (Stra (...)

8La plupart des villes arctiques russe sont en pleine dépopulation, mais d’autres enregistrent une croissance démographique (figure 3) en lien avec la présence de ressources en gaz importantes comme dans la péninsule de Iamal, mais aussi de diamants, d’or, de gaz, de charbon, d’étain, de cuivre en Iakoutie (Sakha). Norilsk de son côté enregistre une baisse démographique, mais une augmentation des migrations de travail. Les villes de la péninsule de Kola, de la République des Komis comme Vorkouta déclinent fortement. Il est intéressant d’observer que deux villes comme Vorkouta et Salekhard distantes de 150 km (onze heures par le train) et séparées par les Mont Oural, ont suivi des rythmes très différents d’industrialisation et de peuplement. La première a été construite sur l’exploitation du charbon en 1932 par les prisonniers du Goulag, la seconde s’est développée au moment de la découverte des gigantesques gisements de gaz dans les années 1960 dans le district autonome Iamalo-Nénétsie [Vaguet, 2013], devenant la « capitale administrative » de Gazprom grâce à la présence de son siège social. De nouvelles villes sont créées, attirant de nombreux migrants économiques, attirés par des salaires bien plus élevés comme par exemple dans la région autonome de Iamalo-Nénétsie. Celle-ci fait partie d’un petit groupe de régions de Russie jouissant d’une croissance démographique naturelle constamment positive, de 14% entre 2005 et 2011. Dans le classement des sujets de la Russie, en termes de taux de croissance naturelle, le district occupe la première place parmi les régions du district fédéral de l’Oural et figure parmi dans le « top cinq » de l’ensemble des régions de la Fédération de Russie10. Il occupe la septième place pour ton taux de fécondité, ce qui est une exception dans les régions de l’Arctique (avec le district autonome Khanty-Mansis et le district autonome de Iamalo-Nénétsie de la région d’Arkhangelsk). Ces différents processus et caractéristiques démographiques reflètent deux mondes évoluant quasiment à des rythmes inverses : l’ancien Arctique « staraâ Arktika » en décroissance (figure 3) et le jeune Arctique « molodaâ Arktika » (figure 4) en pleine prospérité démographique [Zamâtina, 2019b].

Figure 3 : Villes de l’Arctique russe en décroissance

Figure 3 : Villes de l’Arctique russe en décroissance

(source : gks.ru). Hohmann 2020.

Figure 4 : Villes de l’Arctique russe en croissance

Figure 4 : Villes de l’Arctique russe en croissance

(source : gks.ru) Hohmann, 2020.

Trajectoires des extrêmes et encastrement réticulaire

  • 11 Ce conflit aurait fait officiellement 27 000 morts, officieusement près de 100 000, un million de d (...)
  • 12 Bien entendu il est important de souligner ici que le Grand Nord ne représente pas la destination u (...)
  • 13 À la fin des années 2010, on estime à environ un million le nombre de travailleurs issus d’Azerbaïd (...)
  • 14 Ce sont des bataillons de construction autour des grands chantiers créés à partir des années 1950 s (...)
  • 15 Entretiens à Mourmansk en juillet 2015 et mars 2016 avec différents acteurs municipaux (anonymat pr (...)
  • 16 Il y avait aussi des commerçants, qui effectuaient la plupart du temps des migrations pendulaires à (...)

9Les migrations issues du Caucase du Sud sont très anciennes ; elles se sont diversifiées au gré de la construction de l’URSS, et plus tard des élans nationalistes, du conflit du Haut-Karabagh, des conflits abkhaze et ossète [Merlin & Serrano, 2010] puis la fin de l’Union soviétique. Les conditions sociopolitiques et économiques léguées par la fin de l’URSS dans le Caucase du Sud et en Asie centrale constituent une cause majeure de départ, qui plus est dans de sociétés souvent rurales, patriarcales et très codifiées. Le délitement des filets de sécurité a contraint les populations à trouver des alternatives de survie dans des pays très corrompus et pauvres (excepté le Kazakhstan et l’Azerbaïdjan). Les migrants vont essentiellement s’insérer dans des dynamiques migratoires qui ont préexisté à 1991 et bénéficier de relations inter-personnelles, régionales et claniques tissées dès les années 1960 via l’armée, le commerce, les services (figures 5 et 6). En Asie centrale, la guerre civile au Tadjikistan entre 1992 et 199711, les violents affrontements sous forme de conflits ethniques à la fin des années 1980, jusqu’aux massacres de Och au Kirghizstan en 2010 ont exacerbé les départs forcés en exil et en migration de travail. Ces migrations ont convergé dans le Grand Nord12 autour de niches ethnicisées et assises sur des réseaux et des liens inter-personnels bien établis. La hiérarchisation des niches ethniques, en plus de leur territorialisation, est une réalité qui traduit des enjeux économiques mais aussi sociaux et culturels. Par exemple, les Azéris13 constituent la première nationalité des pays du Sud post-soviétique dans la région de Mourmansk et y restent très actifs ainsi qu’à Norilsk (figures 5 et 6). Nombreux sont ceux qui viennent dans le cadre de migrations saisonnières (de quelques mois) pour vendre leur production, ou encore qui se sont retrouvés sur les grands chantiers de construction dans les années 1980, dans les fameux strojotrâdy14, et qui ont joué et continuent de jouer un rôle cardinal dans l’organisation et la consolidation des stratégies migratoires post-soviétiques en Russie. C’est dans les années 1990, sur les décombres de l’URSS, que se sont développées les migrations commerciales de va et vient, dites de la navette (čelnok), comme stratégie de survie. Une aristocratie commerciale est née, dominée par les Azéris ayant une forte légitimité et des appuis multiformes [Laruelle, Hohmann, Burtseva, 2016]. Ils ont profité du vide des années 1990 pour s’associer en partie à l’économie de l’ombre et dominer une part cruciale du marché dans la péninsule de Kola en bénéficiant de liens forts tissés via l’armée et les forces de sécurité15. Les niches économiques créées dans ces années d’industrialisation se sont transformées et ont permis aux nouvelles générations d’accéder au marché du travail dans les années 1990-200016. Ces grands chantiers ont engendré une diversification et une pluriethnicisation des niches économiques avec des hiérarchies entre les nationalités (exemple des Centrasiatiques très souvent employés par les Azéris).

Photographie 2 : Azéri sur le marché de Norilsk vendant des vêtements de mineurs de la firme Norilsk Nickel.

Photographie 2 : Azéri sur le marché de Norilsk vendant des vêtements de mineurs de la firme Norilsk Nickel.

Marlène Laruelle, 20 août 2014

Photographie 3 : Nouvel an azéri Navruz (fête du printemps dans le monde iranien) à Mourmansk avec la diaspora azérie.

Photographie 3 : Nouvel an azéri Navruz (fête du printemps dans le monde iranien) à Mourmansk avec la diaspora azérie.

Sophie Hohmann, 21 mars 2016.

10Les flux se sont accélérés dans les années 2000 [Mkrtchian et Karachurina, 2014] avant une pause provoquée par la crise de 2008. De plus, la région arctique est devenue ou redevenue une région attractive économiquement pour ces populations sans perspectives d’avenir, ou en proie à des situations politiques incertaines. Le contexte socioéconomique et politique des républiques indépendantes d’Asie centrale où domine la jeunesse (entre 30 et 50% de moins de 18 ans en Asie centrale, excepté au Kazakhstan) a poussé des franges entières des populations à partir chercher du travail en Russie. Ces nouvelles générations « d’aventuriers » qui bien souvent n’ont pas connu l’URSS, sauf peut-être à travers le récit familial, évoluent dans des logiques transnationales qui ne sont pas marquées, dans leurs mentalités, par le post-soviétisme, même si les possibilités qui leur sont données de travailler en Russie via des réseaux anciennement construits les y placent de fait. Néanmoins, il ne faut pas sous-estimer les nouvelles logiques qui ne seraient plus « post-soviétiques/post-coloniales » mais qui relèveraient davantage de processus mondialisés.

Figure 5 : Immigration des populations originaires d’Asie centrale : les régions arctiques les moins attractives

Figure 5 : Immigration des populations originaires d’Asie centrale : les régions arctiques les moins attractives

(source : démoscope.ru) Hohmann 2020

Figure 6 : Immigration des populations originaires d’Asie centrale : les régions arctiques les plus attractives

Figure 6 : Immigration des populations originaires d’Asie centrale : les régions arctiques les plus attractives

(source : démoscope.ru) Hohmann 2020.

Photographie 4 : vendeuse kirghize de šašliki (brochettes) et de boissons à Doudinka.

Photographie 4 : vendeuse kirghize de šašliki (brochettes) et de boissons à Doudinka.

Sophie Hohmann, 24 juillet 2015.

Des mobilités construites à travers la ville 

11La ville est l’endroit où se forment et se transforment les relations entre les différents groupes sociaux. Elle catalyse les univers mentaux et symboliques, les modes de vie en les faisant se côtoyer, interférer mais aussi s’opposer. À travers les usages de la ville apparaît très clairement le lien entre les mobilités récentes et celles vécues à l’époque soviétique. La ville continue de jouer un rôle, en ce qu’elle contribue à fabriquer ou re-fabriquer des situations de mobilités professionnelles, économiques dont les conséquences sociales se perçoivent à différents niveaux : dans le pays d’arrivée, mais aussi celui d’origine vers lequel les rémittences sont régulièrement envoyées et où résonne une autre forme de légitimité pour ces migrants héroïques partis vers d’anciens fronts pionniers. La régionalisation des monopoles était bien connue et se retrouvait dans la territorialisation et l’ethnicisation des marchés en milieu urbain essentiellement. Puis l’effondrement de l’URSS a bouleversé ces équilibres, les niches économiques occupées par les migrants se sont transformées, les marchés se sont segmentés (le secteur de la construction étant devenu le plus attractif pour les migrants au début des années 2000 avec la reprise de la croissance en Russie). Par exemple, les Azerbaïdjanais qui dans les années 1970-80 vendaient des fruits et légumes sur les marchés et détenaient par ailleurs le monopole des marchés aux fleurs, sont devenus gérants de chaînes entières de supermarchés, ou à la tête des marchés de gros dans les années 2000 (observations de terrain à l’été 2015 à Mourmansk, Doudinka et Norilsk), (photographies 3 et 4). Ces niches se pluriethnicisent en établissant des rapports de confiance avec d’autres « nationalités » comme notamment les Ouzbeks et les Tadjiks qui ont la réputation d’être de « bons travailleurs ». La ville arctique concentre les mobilités bien plus qu’ailleurs en Russie car hors la ville ou la monoville, il n’y a aucune perspective de travailler en Arctique, excepté sur les plateformes pétrolières et gazières et leurs grands chantiers en rotation (vahtovyki).

  • 17 Vorkouta (67°30’ nord), ville créée en 1943, est tristement célèbre par son goulag. C’est à Vorkout (...)
  • 18 Entretien à Vorkouta avec Rouslan, Kirghize, 13 juillet 2018.
  • 19 Les travailleurs envoyés pour la construction du BAM (Bamovtsy) restés en Sibérie après le chantier (...)

12La désindustrialisation, la faillite économique de nombreuses industries et niches économiques en Asie centrale (comme ailleurs) sont des causes majeures de l’émigration en ex-URSS. Dans les niches de l’extraction qui intéressent particulièrement l’Arctique, des ingénieurs, des mineurs, des cadres diversifiés vont trouver des réseaux économiques dans leur spécialité et développer des stratégies professionnelles et/ou de survie [Heleniak, 2010]. Lorsque les mines de la région kirghize de Batken à Kyzyl-Kya par exemple ont fermé dans les années 1990, des centaines de mineurs kirghizes ont trouvé d’autres débouchés à la faveur de l’hémorragie du Grand Nord et sont partis à Vorkouta17 dans la république des Komis en Russie, profitant de l’émigration massive de travailleurs russes, biélorusses, ukrainiens qui n’avaient plus d’intérêts financiers à rester. En effet, les subsides polaires ont été supprimées, les salaires demeuraient impayés et les lois sur la décentralisation en 1992 ont fait péricliter les monovilles. A Vorkouta, des ingénieurs kirghizes avaient été envoyés dans les années 1970 et 1980, constituant des niches « ethnicisées » pour les nouveaux arrivants. À présent, nombreux sont les Kirghizes qui travaillent à la mine de charbon (il en reste 3 sur 14 dans la ville de Vorkouta actuellement). De même pour les Ouzbeks d’Angren, ville minière se trouvant près de Tachkent, qui ont suivi les mêmes trajectoires que leurs voisins kirghizes. Ici la spécialité a guidé leur choix de s’orienter vers les mines du Grand Nord, comme pour les Kirghizes : un réseau avait préexisté à leur arrivée favorisant leur intégration. D’autres seront plus tard, dans les années 2000 et 2010, appelés sur contrat pour venir travailler dans les villes arctiques nécessitant des qualifications particulières acquises - par exemple par des ingénieurs kirghizes ayant fait leurs études à l’Institut polytechnique de Frounze (ancien nom de Bichkek)18. Les conséquences des politiques de répartition, des bataillons de construction (strojbat), des komsomols se traduisent par des réticularités [Granovetter, 1973] que nous pouvons observer là où elles eurent lieu : autour du projet ferroviaire Baïkal Amour Magistral [Povoroznyuk, 2016]19, et en général sur les chantiers du Grand Nord.

  • 20 Conversations par Whatsapp en mai et juin 2019.
  • 21 Entretien avec Rouslan à Vorkouta, au Centre islamique de la ville, le 14 juillet 2018.

L’exemple de Rouslan illustre en partie ces trajectoires post-soviétiques dans le Grand Nord. Rouslan est un Kirghize de Och (vallée de Feghana), né en 1990 ; il a trois enfants nés à Vorkouta. Mineur et fils de mineur (son père avait tissé un réseau à Vorkouta à l’époque soviétique), Rouslan souhaite quitter Vorkouta, le dur travail à la mine, les conditions climatiques très dures, l’atmosphère de cette ville triste (pečal’nyj gorod) en raison du lourd héritage du goulag omniprésent. Les dernières mines encore en activité sont menacées de fermeture. Il souhaiterait pouvoir se reconvertir avant de se retrouver sans rien et travailler dans la restauration, ouvrir un petit restaurant japonais ; il aime cuisiner, mais il se cherche, il doit payer son hypothèque avant de partir, sa femme kirghize travaille au jardin d’enfants et ne gagne pas grand-chose. Il voudrait aller à Moscou mais la concurrence est forte, son frère est en Malaisie, à Kuala Lumpur, il serait tenté (il est parti à Moscou et revenu finalement à Vorkouta où se trouve son réseau de solidarité et où il a du travail pour l’instant)20.
Selon Rouslan, la communauté des Kirghizes à Vorkouta compte 3000 personnes, quasiment tous musulmanes, avec des degrés de pratiques hétérogènes (sur une population de 58 000 habitants en 2018 et une population de 15 000 musulmans). On y trouve des familles, pas seulement des hommes seuls venus tenter leur chance ; la communauté s’est élargie depuis les années 1990 au moment où les migrations se sont intensifiées en raison également des conflits inter-ethniques dans la Ferghana et les massacres de Och en juin 2010. Les femmes kirghizes sont très présentes sur le bazar de Vorkouta, elles vendent des fruits et légumes, des vêtements, des foulards russes mais pas de hijab. Les Kirghizes ont une bonne réputation, ils sont paisibles, ne boivent quasiment pas, sont fiables, ce qui n’est pas le cas des Azéris qui ont une réputation mafieuse, comme les Ouzbeks d’ailleurs21. Rouslan a un rôle dans la communauté musulmane, il est assistant de l’imam daghestanais du centre islamique de Vorkuta, Makhmoudapandi Magomedov, ancien mineur, parti en vacances dans son village au Daghestan. En parlant religion avec Rouslan, on se rend vite compte qu’il a une connaissance très superficielle de l’islam. Néanmoins, il vante les propriétés de la viande halal de renne et de toutes sortes de produits allant de la brosse à dent à la confiture de baies arctiques halal, et même « halal bio ».

  • 22 Plat traditionnel centrasiatique, sorte de pilaf à base de viande de mouton surtout, agrémenté de l (...)
  • 23 La coopération entre le district autonome de Iamalo-Nénétsie et le Kirghizistan indépendant a comme (...)

13La norme halal se développe aussi dans l’Arctique même si les problèmes d’approvisionnement la rendent moins présente qu’ailleurs. On observe toutefois la volonté de créer un nouveau « branding halal arctique » : des accords commerciaux y compris avec les Émirats et l’Arabie Saoudite ont été signés en 2018 pour commercialiser les produits d’épicerie arctiques, des produits halal du district autonome de Iamalo-Nénétsie (photographie 5) ont été présentés au Salon halal de Kazan en 2018. Dès qu’un arrivage de viande halal de poulet est disponible, les femmes communiquent par Whatsapp aux communautés musulmanes locales les horaires d’arrivée et de livraison au centre islamique. Il est important de noter ici que les femmes ne sont pas toujours des actrices présentes dans le Grand nord comme à Vorkouta où les communautés se sont installées en famille. Le centre islamique est pourvu d’une salle de prière pour les femmes, ce qui est un indicateur de leur présence et ce qui n’est pas le cas dans toutes les autres villes du Grand Nord. Des accords commerciaux ont été récemment signés en 2019 entre la firme Nyda Resurs de Nadym dans le district autonome de Iamalo-Nénétsie (créée en 2011 avec une production halal et qui développe toute une approche autour de l’alimentation saine et écologique) et l’Ouzbékistan : ils portent sur les exportations vers l’Ouzbékistan, entre autres produits du Grand Nord, de viande de renne faisant la promotion du « plov22 à la viande renne halal »,  et l’importation dans le district autonome de Iamalo-Nénétsie de fruits et de légumes en provenance d’Ouzbékistan, introuvables à de telles latitudes. Un accord similaire a été signé avec le Kirghizstan23, régulant l’exportation de productions maraîchères kirghizes si précieuses pour les habitants des espaces toundriques, et parallèlement, la mise à disposition pour les travailleurs nordiques (Severâne) des sanatoriums, clubs de vacances et complexes sportifs autour du lac Issyk-koul pour leurs congés, comme alternative aux villes balnéaires de Sotchi ou à d’autres lieux sur les bords de la Mer noire. Ces exemples témoignent d’une certaine forme de continuité avec les logiques sociales soviétiques, mais aussi d’une imagination et d’une adaptabilité à de nouvelles situations, de nouveaux besoins.

Photographie 5 : Vente de viande de renne halal certifiée, magasin à Salekhard, https://tass.ru/​ekonomika/​5189619

Photographie 5 : Vente de viande de renne halal certifiée, magasin à Salekhard, https://tass.ru/​ekonomika/​5189619

Renouveau des imaginaires héroïques autour des fronts pionniers et réislamisation

  • 24 La langue des prêches est le russe la plupart du temps - seule langue commune aux musulmans d’ex-UR (...)

14La visibilité de l’islam participe aussi au multiculturalisme en Russie arctique : la mosquée Nurd Kamal de Norilsk est la plus polaire au monde (photographie 6) ; il y aurait environ une cinquantaine de mosquées et salles de prière24 dans les villes de l’Arctique russe [Laruelle & Hohmann, 2019].

15À l’époque soviétique, l’islam n’avait pas une telle visibilité dans l’espace public, l’athéisme militant et scientifique par définition prohibant toute forme de croyance religieuse et de pratiques. Être musulman renvoyait dans les mentalités davantage à une identité culturelle qu’à des pratiques, même si celles-ci existaient plus ou moins secrètement selon les périodes et les lieux. Les années 1960 ont vu émerger des stratégies de diplomatie islamique dirigées vers les pays musulmans en développement et en plein processus de décolonisation, diplomatie qui bat son plein dans la Russie d’aujourd’hui, et témoigne de l’institutionnalisation et de l’ancrage fort de l’islam dans le paysage politique.

  • 25 Actuellement, la proportion de Musulmans en Russie est estimée entre 14 et 20 millions soit 12 à 14 (...)
  • 26 Entretien à Norilsk avec l’imam de la mosquée, juillet 2015
  • 27 Entretien avec l’ancien représentant de la communauté musulmane de Salekhard, 20 juillet 2018
  • 28 Les djamaats sont des communautés ou congrégations musulmanes Dans le Caucase du Nord elles recoupe (...)
  • 29 « Musul’mane Iamala ob’edinilis’ v edinuiu ummu » (Les musulmans de Iamale se sont réunis dans une (...)

16Les transformations post-soviétiques se sont traduites comme ailleurs par un réveil du religieux et par la libéralisation du « Croire ». La croissance démographique des populations musulmanes25 se concrétise par la revitalisation du religieux dans l’espace public, y compris des villes arctiques. Celles-ci créent des conditions particulières qui ont une influence sur la pratique religieuse. L’isolement et le caractère hautement industriel de ces villes souvent situées en zone stratégique (pogran zona), dernière frontière avant l’Océan, contribuent à accentuer certaines caractéristiques qui façonnent le paysage social dans lequel vivent les musulmans. Les identités se retrouvent en concurrence entre les populations slaves présentes depuis longtemps (Russes, Ukrainiens, Biélorusses), les peuples autochtones chamanistes et animistes bien que plutôt minoritaires dans les villes polaires, et les migrants issus des républiques d’Asie centrale et du Caucase du Sud. La crise des idéaux post-soviétiques a engendré une sorte de « ré-enchantement » par le religieux et la réaffiliation des travailleurs migrants d’origine centrasiatique s’effectue par le travail et très souvent aussi par l’islam. Y contribue la conjonction entre un « besoin » d’islam et de spiritualité, l’isolement, et l’éloignement de la famille et des proches dans des conditions très dure26. Les imams dans le Grand Nord sont cooptés par les autorités spirituelles compétentes, la plupart du temps parmi les migrants ayant reçu une formation théologique. En cela les migrants constituent un vivier pour la communauté musulmane, car peu d’imams de Russie (du continent) acceptent de venir dans le Nord27 avec tous les problèmes que cela sous-tend en termes d’obédience (différents courants, différentes djamaats28), de loyauté vis-à-vis des autorités spirituelles en Russie et de formation (certains au Pakistan, d’autres en Asie centrale, au Caucase, au Moyen-Orient, etc.). La volonté de former une « Oumma arctique » s’est concrétisée par la création d’une Direction spirituelle arctique du district autonome de Iamalo-Nénétsie en 201729, ce qui témoigne d’un certain degré de multiculturalisme, mais peut-être surtout de la volonté de contrôler la communauté des croyants sur ces franges arctiques très stratégiques, où la rencontre avec l’islam ne s’était pas encore produite.

Photographie 6 : Mosquée Nurd Kamal de Norilsk, la plus polaire au monde.

Photographie 6 : Mosquée Nurd Kamal de Norilsk, la plus polaire au monde.

Photographie Vitas Beneta, 21 décembre 2018.

Conclusion

17Étudier les trajectoires migratoires dans les villes industrialisées de l’Arctique russe permet d’explorer différentes facettes de l’histoire soviétique et de ses réalités sociologiques et professionnelles. Ces réalités nécessitent (ou imposent) de prendre en compte les besoins engendrés par les recompositions majeures des années 1990 et 2000.

  • 30 La gestion de la mort est une tragédie partout dans le monde, en Asie centrale, des corps commencen (...)

18La crise sanitaire, économique et politique multiscalaire et sans précédent entraînée par la pandémie du Covid-19 a déjà considérablement bouleversé les réalités dans lesquelles nous vivions et va se poursuivre sur un temps inconnu. Les conséquences sont et seront gigantesques sur l’économie mondiale et en particulier sur l’économie russe, avec une baisse inédite du prix du baril de pétrole. Les mesures de confinement mises en place à partir du mois d’avril 2020 par les exécutifs locaux touchent de plein fouet l’économie et entraînent une baisse nette de la production des industries (notamment extractives) et des secteurs non essentiels, avec pour conséquence une profonde baisse de confiance. Le chômage s’impose à une frange majeure de la population et entre autres aux travailleurs migrants qui se retrouvent sans ressources, vulnérables à l’épidémie, et stigmatisés dans les services de santé surchargés, souvent désorganisés et mal préparés. À cela s’ajoute l’absence de transferts de fonds que les migrants ne sont plus en mesure de renvoyer à leur famille au pays : une quadruple peine pour beaucoup qui n’ont pas pu rentrer chez eux30.

  • 31 Conversations whastapp avec une collègue russe de Mourmansk, 17 mars et 16 avril 2020.

19Face à un système de santé essoufflé et à deux vitesses, où la qualité des soins est plus que jamais questionnée, les migrants sont les laissés pour compte. Les réseaux de solidarité ainsi que les associations caritatives, islamiques surtout, jouent alors un rôle majeur dans la distribution de nourritures, de biens de première nécessité, de rapatriement des corps. Dans l’Arctique, la ville de Mourmansk est très touchée par le covid. Les premiers cas ont été détectés lors d’un tournoi d’échec, des salariés de la société Innotech (services, livraisons etc.) se sont infectés, et l’épidémie s’est répandue à Mourmansk et au-delà31, y compris dans les villes militaires fermées (ZATO) comme Severomorsk sur la mer de Barents. Les ports impliquant une circulation constante des marchandises et des hommes sont des vecteurs cardinaux de propagation de la maladie. Dans ce contexte, l’avenir nous dira comment les migrations vont se transformer dans les villes du Grand Nord, très dépendantes de l’extraction minière, pétrolière et gazière, mais surtout quelles seront les stratégies que l’État russe va développer en termes de politiques adaptées à une situation absolument inédite. Cela pourrait constituer un véritable test de la résilience politique, sociale, économique du régime russe mais aussi remettre en question le contrat social déjà affaibli et la place des systèmes de santé publique qu’ils occupent dans les négociations entre autorités, opinion publique, et migrants dont la présence sera plus que nécessaire à la reprise de l’économie russe.

20Ces recherches ont été financées par le projet PIRE: Promoting Urban Sustainability in the Arctic à l’initiative de l’Université George Washington et financé par la Fondation nationale pour la recherche des États-Unis (NSF).

Haut de page

Bibliographie

BLUM Alain, 2016, Russie : des migrations internationales et des politiques migratoires changeantes et complexes. Diplomatie : affaires stratégiques et relations internationales. Les Grands dossiers, AREION Group, Géopolitique des migrants, 31, p.76-78.

DIDYK Vladimir, RYABOVA Larissa, 2014, Monogoroda Rossiiskoi Arktiki: strategii razvitiya (na primere Murmanskoi oblasti) (Les monovilles de l’Arctique russe : stratégies de développement (l’exemple de la région de Mourmansk). Ekonomicheskie i sotsial’nye peremeny: fakty, tendentsii, prognoz, 4(34), p. 84–99.

GRANOVETTER Mark, 1973, The Strength of Weak Ties. The American Journal of Sociology. 78(6), p. 1360–1380.

HELENIAK Timothy, 1999, Out-migration and Depopulation of the Russian North during the 1990s. Post-Soviet Geography and Economics, 40, no. 3, p. 281–304.

HELENIAK Timothy, 2009, Growth Poles and Ghost Towns in the Russian Far North, in Russia and the North. Ed. Wilson Rowe Elena, Ottawa: University of Ottawa Press, p. 129-163.

HELENIAK Timothy, 2010, Population Change in the Periphery: Changing Migration Patterns in the Russian North. Sibirica: Interdisciplinary Journal of Siberian Studies 9, no. 3, p. 17–18.

HOHMANN Sophie, 2010, Migrations et enjeux socio-économiques et sanitaires de la guerre civile au Tadjikistan. in Laruelle M. (dir), Dynamiques migratoires et changements sociétaux en Asie centrale, Paris : Petra, p. 189-213.

HOHMANN Sophie, 2018, Arctic labour migration, vulnerability, and social change in the South Caucasus: The case of Azerbaijanis in the polar cities of Murmansk and Norilsk. In AVERRE D. (Ed.), Security and Democracy in the Caucasus: the Interaction of State and Society, London: Routledge, 416 p.

HOHMANN Sophie, LARUELLE Marlène, 2019, Norilsk : Terre maudite et paradis perdu dans l’Arctique. In SAMSON D. & SAVELLI D., “La Sibérie comme paradis”, Collection Nord Asie, Centre d’Etudes mongoles et sibériennes, Paris : EPHE, 392 p.

JURGENSON Luba, WERTH Nicolas, 2019, Le Goulag. Témoignages et archives, Paris, Robert Laffont, 1130 p.

LARUELLE Marlène, HOHMANN Sophie, BURTSEVA Aleksandra, 2016, Murmansk. Biography of a City and its Population Movements. In Laruelle Marlène (Eds.), New Mobilities and Social Changes in Russia’s Arctic Regions, Londres : Routledge, p. 159-175.

LARUELLE Marlène, HOHMANN Sophie, 2019, Polar Islam: Muslim Communities in Russia’s Arctic Cities. Problems of Post-Communism. https://doi.org/10.1080/10758216.2019.1616565

McCANNON John, 1998, Red Arctic: Polar Exploration and the Myth of the North in the Soviet Union, 1932-1939. New York – Oxford : Oxford University Press, 256 p.

MERLIN Aude, SERRANO Silvia (ed.), 2010, Ordres et désordres dans le Caucase. Bruxelles : Editions de l’Université de Bruxelles, 228 p.

MKRTCHIAN Nikita, KARACHURINA Lilâ, 2014, Migratsiia v Rossii. Potoki i tentry pritiazheniia (Migration en Russie: Flux et centres d’attraction). Demoscope Weekly no. 595-96 (April 21-May 4). http://www.demoscope.ru/weekly/2014/0595/index.php

PILÂSOV Aleksandr, 2018, Prestižnaâ” Arktika i “podpol’nyj” Sever: budut li rashodit’sâ traektopii ih razvitiâ? (Entre l’arctique de prestige et l’arctique clandestin : les trajectoires vont-elles bifurquer ?). Go Arctic, 28/02/2018.
https://goarctic.ru/live/prestizhnaya-arktika-i-podpolnyy-sever-budut-li-i-dalshe-raskhoditsya-traektorii-ikh-razvitiya/?sphrase_id=2501, consulté le 25 avril 2018.

POVOROZNYUK Olga, 2016, Social dynamics and sustainability of BAM communities: migration, competition for resources and intergroup relations. In Laruelle M. (Eds.), New Mobilities and Social Changes in Russia’s Arctic Regions, Londres : Routledge, p. 133-157.

ŠČERBAKOVA Еkaterina Mihailovna, 2018, Demografičeskie itogi I polugodiâ 2018 goda v Rossii (Bilan démographique du premier semestre 2018 en Russie). Demoscop weekly, N° 777-778. http://demoscope.ru/weekly/2018/0779/barom01.php

VAGUET Yvette, 2013, Oil and Gas towns in Western Siberia: past, present and future challenges. Nordregio, Nordregio, WP 6: 218 (125-132). halshs-01779907v2

WERTH Nicolas, 1997, « Déplacés spéciaux » et « colons de travail » dans la société stalinienne. Vingtième Siècle, n°54, avril-juin 1997. Dossier : Sur les camps de concentration du 20e siècle, p. 34-50

ZAMÂTINA Nadejža, 2019a, Noč’, tundra, l’goty…čto opredelâet granicy Arktiki (Nuit, toundra, subsides… définitions de la frontière de l’Arctique). Go Arctic, 13/09/2019 https://goarctic.ru/live/chto-takoe-arktika-podkhody-k-opredeleniyu-granits/ consulté le 18/09/2019.

ZAMÂTINA Nadežda, 2019b, Hraniteli russkogo frontira (Les gardiens de la frontière russe) Russkij Mir. Ru, Août 2019. https://rusmir.media/2019/08/05/zamiatina consulté le 3/09/2019

Haut de page

Notes

1 Complètement détruite et sinistrée durant la Deuxième Guerre mondiale, son industrie se relèvera et de nouvelles vagues de migrants viendront aider à la reconstruction puis trouver du travail dans les combinats, les mines, etc. Mourmansk est ainsi devenue la plus grande ville située au-delà du cercle polaire avec 472 274 au recensement de 1989.

2 J’utilise ici le concept de Grand Nord (Krajnij Sever) plutôt que celui d’Arctique, le Grand Nord étant un concept social en ce sens qu’il implique une attention particulière portée aux populations par l’instauration d’un régime économique spécial, établi dès les années 1930 avec les avantages nordiques spéciaux. Le Grand Nord ne recouvre pas exactement le même territoire que l’Arctique puisque les villes de l’Extrême-Orient russe comme Vladivostok par exemple bénéficient d’avantages nordiques et de coefficients de nordicité élevés. Ici, ce qui compte est l’éloignement du Centre, et d’autres paramètres comme les conditions climatiques, la présence du pergélisol. À l'époque soviétique, l'Arctique se définissait par des critères maritimes, sécuritaires et environnementaux. En raison de son importance militaro-stratégique croissante durant la Guerre froide et de la rivalité entre le Pacte de Varsovie et l’OTAN, l'Arctique est devenu synonyme de zone secrète, et cette étiquette reste vivace encore de nos jours en raison de l’héritage historique mais aussi de la reconquête économique et géostratégique entre les forces en présence (Pilâsov, 2018).

3 La résolution du 29 mai 1948 N°1840 est la première disposition qui met en place la répartition et de l’utilisation des jeunes spécialistes, diplômés des instituts spécialisés de formations secondaires et supérieures. D’autres suivront à partir de 1959 et se succèderont au fur et à mesure des besoins en main d’œuvre qualifiée dans les différentes régions de Russie soviétiques et des autres républiques soviétiques.

4 Gosudarstvennyj komitet po vyšemu i srednemu special’nomu obrazovaniû Soveta Ministrov Arm. SSR (Comité gouvernemental du Conseil des Ministres pour l’éducation supérieure et secondaire spécialisée de la RSS d’Arménie). Fonds 733, opis’ 3, delo 193, list 14 et delo 73, list 6 ; delo 903 et fonds 772, Institut de géologie de la RSS d’Arménie, opis’ 1 (1949-1963). Recherche dans les Archives nationales d’Arménie, octobre 2019.

5 Archives nationales d’Arménie, fonds 733, opis’3, delo 73.

6 Ma méthodologie qualitative repose sur différentes techniques d’enquêtes dont la technique biographique AGEVEN (plus d’une trentaine de travailleurs migrants originaires d’Asie centrale, d’Arménie et d’Azerbaïdjan. Toutefois les situations (notamment lorsque je suis descendue dans les mines, ainsi qu’au sein des usines métallurgiques) ne m’ont pas toujours permis de m’appuyer sur cette méthode qui requiert des conditions particulières : plusieurs heures d’entretien. La plupart de mes interlocuteurs lorsqu’il s’agissait de travailleurs migrants et d’autres employés se situaient dans la tranche d’âge assez large de 20-40 ans.

7 La moitié des monovilles russes se trouve dans l’Arctique. Une monoville se définit par plusieurs critères : au moins 25 % de sa population travaille pour l’industrie de la ville, plus de 50% du total de la production de la ville est générée par cette industrie qui contribue à 20% du budget municipal.

8 La population de Russie est passée de 148 millions en 1993 à 141,9 millions en 2011 (gks.ru). Le déclin le plus important de la population en Russie a été observé entre1999 et 2005 avec un déficit annuel de 600 000 personnes au moins (Ščеrbakova 2018).

9 https://мвд.рф/Deljatelnost/statistics/migracionnaya/item/12162186/ et selon d’autres estimations il y aurait plus de 5 millions d’illégaux en Russie.

10 Strategiâ social’nogo-èkonomičeskogo razvitiâ Âmalo-Neneckogo avtonomnogo okruga do 2020 goda (Stratégie de développement socio-économique du district autonome Yamalo-Nenets pour 2020), modifications 15/12/2016, http://docs.cntd.ru/document/424064239, consulté le 6 janvier 2020.

11 Ce conflit aurait fait officiellement 27 000 morts, officieusement près de 100 000, un million de déplacés et réfugiés dont 500 000 à l’intérieur du pays et 250 000 départs [Hohmann S., 2010].

12 Bien entendu il est important de souligner ici que le Grand Nord ne représente pas la destination unique en Russie pour les emplois caucasiens et centrasiatiques. Il tend à attirer néanmoins de plus en plus de professions spécialisées et de travailleurs en rotation depuis les années 2010 avec la première phase du programme de développement socio-économique de la zone Arctique de la Fédération de Russie.

13 À la fin des années 2010, on estime à environ un million le nombre de travailleurs issus d’Azerbaïdjan en Fédération de Russie (OIM) ; 60 % des rémittences seraient destinés aux familles habitant en milieu rural azéri.

14 Ce sont des bataillons de construction autour des grands chantiers créés à partir des années 1950 sous Khrouchtchev.

15 Entretiens à Mourmansk en juillet 2015 et mars 2016 avec différents acteurs municipaux (anonymat préservé) et d’anciens migrants d’origine sud- et nord-caucasienne.

16 Il y avait aussi des commerçants, qui effectuaient la plupart du temps des migrations pendulaires à l’époque soviétique et qui sont parfois restés ou sont revenus dans l’Arctique dans les années 1990-2000.

17 Vorkouta (67°30’ nord), ville créée en 1943, est tristement célèbre par son goulag. C’est à Vorkouta ainsi qu’à Norilsk qu’eurent lieu les grands soulèvements au Goulag après la mort de Staline ; un autre soulèvement eut lieu dans le camp de Kengir au Kazakhstan.

18 Entretien à Vorkouta avec Rouslan, Kirghize, 13 juillet 2018.

19 Les travailleurs envoyés pour la construction du BAM (Bamovtsy) restés en Sibérie après le chantier sont remontés plus au Nord en quête de travail. En Yakoutie par exemple ils jouent un rôle dans les réseaux professionnels et pour les nouveaux arrivants après 1991. Parmi les travailleurs envoyés dans les bataillons de construction dans les années 1970-80, 1/5 était d’origine centrasiatique.

20 Conversations par Whatsapp en mai et juin 2019.

21 Entretien avec Rouslan à Vorkouta, au Centre islamique de la ville, le 14 juillet 2018.

22 Plat traditionnel centrasiatique, sorte de pilaf à base de viande de mouton surtout, agrémenté de légumes, d’épices et souvent d’huile de coton.

23 La coopération entre le district autonome de Iamalo-Nénétsie et le Kirghizistan indépendant a commencé en 2008. À ce jour, les représentants des organisations de compatriotes du Kirghizistan sont devenus des participants réguliers aux projets dans le district autonome de Iamalo-Nénétsie, y compris les forums internationaux. De nombreuses initiatives existent, et le Kirghizstan a des facilités administratives et légales puisqu’il a ratifié en 2015 le traité d’Union économique eurasiatique.

24 La langue des prêches est le russe la plupart du temps - seule langue commune aux musulmans d’ex-URSS. Mais les prières étant dites en arabe, il est nécessaire de trouver des imams qui disposent des rudiments dans cette langue.

25 Actuellement, la proportion de Musulmans en Russie est estimée entre 14 et 20 millions soit 12 à 14 % de la population totale. En Russie arctique, ce chiffre est estimé à 5% environ et peut aller jusqu’à plus de 20% de la population dans certaines villes industrielles (dernier recensement de la Russie de 2010 et des estimations statistiques centrales et régionales disponibles jusqu’en 2018).

26 Entretien à Norilsk avec l’imam de la mosquée, juillet 2015

27 Entretien avec l’ancien représentant de la communauté musulmane de Salekhard, 20 juillet 2018

28 Les djamaats sont des communautés ou congrégations musulmanes Dans le Caucase du Nord elles recoupent des communautés religieuses et des clans par exemple, elles peuvent aussi recouper des entités régionales, territoriales, des kolkhozes comme en Asie centrale.

29 « Musul’mane Iamala ob’edinilis’ v edinuiu ummu » (Les musulmans de Iamale se sont réunis dans une seule Oumma), SeverPress (12 décembre 2017), http://sever-press.ru/2017/12/12/musulmane-yamala-ob-edinilis-v-edinuyu-ummu/ (consulté 16 octobre 2018).

30 La gestion de la mort est une tragédie partout dans le monde, en Asie centrale, des corps commencent à être rapatriés de Russie en mars, les rites funéraires ne peuvent pas être observés en contexte épidémique et cela n’est pas sans rappeler les épidémies de choléra de la fin du XIXè siècle en Russie et au Turkestan russe et au-delà des pratiques bouleversées, les épidémies mettent à l’épreuve l’ordre politique (Hohmann S., Власть и эпидемии “невидимых чудовищ”: холера в Туркестане в XIX веке, avril 2020 https://caa-network.org/archives/19589

31 Conversations whastapp avec une collègue russe de Mourmansk, 17 mars et 16 avril 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 : Fresque soviétique à Vorkouta représentant la conquête pionnière du Grand Nord.
Crédits Sophie Hohmann, 13 juillet 2018
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 1 : Évolution démographique des villes de l’Arctique russe à l’époque soviétique aux différents recensements
Crédits (sources : demoscope.ru et rosstat). Hohmann, 2020.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10402/img-2.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 2 : Solde migratoire en 2017 dans les principales villes de l’Arctique
Crédits (source : données Ministère de l’Intérieur russe). Hohmann, 2020.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10402/img-3.png
Fichier image/png, 39k
Titre Figure 3 : Villes de l’Arctique russe en décroissance
Crédits (source : gks.ru). Hohmann 2020.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10402/img-4.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 4 : Villes de l’Arctique russe en croissance
Crédits (source : gks.ru) Hohmann, 2020.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10402/img-5.png
Fichier image/png, 37k
Titre Photographie 2 : Azéri sur le marché de Norilsk vendant des vêtements de mineurs de la firme Norilsk Nickel.
Crédits Marlène Laruelle, 20 août 2014
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10402/img-6.png
Fichier image/png, 548k
Titre Photographie 3 : Nouvel an azéri Navruz (fête du printemps dans le monde iranien) à Mourmansk avec la diaspora azérie.
Crédits Sophie Hohmann, 21 mars 2016.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10402/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 5 : Immigration des populations originaires d’Asie centrale : les régions arctiques les moins attractives
Crédits (source : démoscope.ru) Hohmann 2020
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10402/img-8.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 6 : Immigration des populations originaires d’Asie centrale : les régions arctiques les plus attractives
Crédits (source : démoscope.ru) Hohmann 2020.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10402/img-9.png
Fichier image/png, 55k
Titre Photographie 4 : vendeuse kirghize de šašliki (brochettes) et de boissons à Doudinka.
Crédits Sophie Hohmann, 24 juillet 2015.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10402/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Photographie 5 : Vente de viande de renne halal certifiée, magasin à Salekhard, https://tass.ru/​ekonomika/​5189619
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10402/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Photographie 6 : Mosquée Nurd Kamal de Norilsk, la plus polaire au monde.
Crédits Photographie Vitas Beneta, 21 décembre 2018.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/10402/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Hohmann, « Des Suds vers le Grand Nord : recomposition des mobilités et des identités urbaines post-soviétiques », Espace populations sociétés [En ligne], 2020/3-2021/1 | 2021, mis en ligne le 21 janvier 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/eps/10402 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.10402

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search