Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2020/3-2021/1VariaTransmissions culturelles au sein...

Varia

Transmissions culturelles au sein des familles et dans les espaces publics : cas des immigrés camerounais en France

Cultural transmission within families and in public spaces: the case of Cameroonian immigrants in France
Pierre Kamdem et Abdoul Hameth Ba

Résumés

Cet article aborde la question des processus de transmission culturelle à l’œuvre dans les familles immigrées d’origine camerounaise et résidant en région parisienne. En effet, figurant parmi les flux migratoires de plus en plus dynamiques ces dernières décennies, les migrations camerounaises ont tendance à se renforcer en région parisienne où elles ont déjà inscrit un tropisme fort dans une perspective diasporique. A ce titre, quelques-uns des éléments majeurs de cette construction diasporique résident dans la consolidation d’un tissu associatif « ethnique » d’une part, dans les stratégies matrimoniales reposant sur une endogamie plus ou moins forte adoptée dans le but d’exercer un contrôle des processus de transmission culturelle dans les familles de migrants, d’autre part.
Or, à bien observer ces familles, il semble de plus en plus se mettre en place un processus d’hybridation culturelle dont il convient de mieux cerner les effets des tenants et aboutissants en termes d’éléments à risque de marginalisation autant en pays de départ (une citoyenneté non aboutie à travers entre autres le rejet de la double nationalité) qu’en pays d’arrivée (discriminations diverses, effet de plafond de verre).

Haut de page

Texte intégral

1Amorcées timidement dès la fin du 19ème siècle, les migrations internationales d’origine subsaharienne en général et, camerounaise en particulier ont connu une forte accélération [Kamdem, 2015a] au cours de la dernière décennie du 20ème siècle. Originellement faites d’allers et retours systématiques, elles se sont progressivement inscrites dans une fixation discrète dans les principaux pays d’accueil sur la base de critères historiques et socioculturels. Il s’agit des principaux pays ayant des liens coloniaux avec le Cameroun, à savoir l’Allemagne, la Grande Bretagne et la France. C’est dans ce dernier pays, ayant reçu la charge finale de l’administration coloniale de la plus grande partie du territoire, que se concentre la plus importante frange de cette migration. Elle y suit le tropisme structurel en vigueur marqué par une forte concentration de la population en Île-de-France pour de multiples raisons tant socioéconomiques, socioculturelles, sociopolitiques que stratégiques, extrêmement avantageuses [Kamdem, 2007].

2Cette volonté de fixation progressive relève aussi de la faiblesse des structures gouvernantes en pays d’origine, frappé par des crises multiformes à répétition depuis l’acquisition de sa pleine souveraineté, et dont les programmes d’ajustements structurels (PAS) [Hugon, 1989 ; Deng, Kostner, Young, 1991] en ont constitué le couronnement. C’est durant la mise en œuvre de ces PAS au début des années 1990 que ce courant migratoire connait une forte accélération. Cette augmentation des flux migratoires camerounais s’accompagne d’une diversification des profils de migrants. Émergent ainsi aux côtés du regroupement familial, des figures féminines et une forte propension à la migration individuelle avec pour motif les études et la formation. Cette diversification concerne aussi les destinations migratoires dans lesquelles l’Île-de-France conserve la position de pôle majeur d’attraction et d’installation [Kamdem, 2007].

3Cette contribution aborde la question de l’insertion et de l’intégration, dont la structuration familiale constitue à la fois un moyen et un révélateur. On s’interroge alors sur le rôle de la structuration familiale dans sa version matrimoniale en tant que révélateur des tendances fortes autant au sein d’un groupe qu’en fonction des aspirations individuelles. La même préoccupation est ici soulevée en ce qui concerne les pratiques de groupe, particulièrement d’ordre socioculturel notamment dans le domaine du mouvement associatif féminin [BA, 2014], et socioéconomique (modes et lieux de consommation diverse en migration), dans la mesure où il s’agit de processus convoqués dans les structurations familiales que ces migrants complètent par des démarches individuelles inscrites dans les itinéraires socioprofessionnels et socio-résidentiels spécifiques.

4Pour mieux comprendre le mécanisme de transmission au sein de ces familles, nous nous appuierons sur des matériaux de recherche constitués sur une longue durée, à savoir depuis 2002, en convoquant une méthodologie faite de questionnaires et grilles d’entretiens semi-directifs. Les matériaux issus de cette démarche ont été complétés par des récits de vie recueillis au long cours au fil de l’enquête. Ce qui nous permet (1) de faire un point sur le contexte migratoire des Camerounais, (2) de dégager les typologies et les modes de formation des familles de migrants camerounais et enfin (3) d’en relever les effets induits quant aux processus de transmission aux fins d’intégration en lieu d’accueil, en l’occurrence ici la région parisienne.

1. Un contexte de mise en migration originellement dynamique

5La mise en migration de Camerounais repose sur un contexte socio-historique, sociopolitique et socioéconomique spécifique. Sur le plan sociohistorique, le mode de construction du territoire camerounais relève davantage de forces impérialistes que d’initiatives endogènes [Njeuma, 2000]. Le tournant de ce processus fut pris lors de la Conférence de Berlin de 1884-1885 ayant abouti à l’adoption de la première enveloppe territoriale. Dès ce moment, s’enclenche un processus de mobilité des populations fait de contraintes pour nécessité de ressources naturelles indispensables à l’économie de la puissance tutélaire. L’alternance de cette tutelle a contribué à animer les postures vis-à-vis des mouvements de population, tant en interne qu’à l’international.

  • 1 Il s’agit des missionnaires de la congrégation des pallottins, fondateurs de l’église catholique du (...)

6En interne, les grands chantiers génèrent des mouvements de population des principales zones de peuplement du territoire dans l’arrière-pays (Bamiléké et autres), vers les zones de production ou de réalisation de principaux chantiers nécessaires à l’évacuation des produits de rente (le littoral). Ces mouvements internes s’accélèrent au lendemain de la Grande Guerre, dans la foulée du Traité de Versailles marquant l’alternance tutélaire, l’Allemagne cédant ainsi une position déjà pratiquement perdue sur le terrain dès 1916, à la Grande Bretagne et la France. C’est sous cette double tutelle que se consolident les mouvements internationaux timidement amorcés dans la période allemande par le clergé pallottin1 [Ngongo, 1982]. Le statut transitoire du territoire camerounais clairement établi dans l’entre-deux guerres se prête à une cristallisation des processus migratoires par filtration administrative prononcée, autant à l’entrée qu’à la sortie du pays [Mbogning, 2005 ; Kamdem, 2015b]. Cette crispation sécuritaire sur les flux migratoires internationaux s’accroît avec la montée des velléités indépendantistes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte de bipolarisation globale, et imprègne le jeune État camerounais dès son indépendance en 1960. La succession d’une kyrielle de textes [Bayart, 1989]législatifs et administratifs consacrant cette posture méfiante face aux mouvements transfrontaliers, vise à contenir les velléités de départs tout en dissuadant les candidats au retour, particulièrement ceux soupçonnés de subversion à l’ordre politique autoritaire établi. Cette situation révèle un caractère rigide du traitement des frontières hermétiques jusqu’en 1990, date de l’ouverture tous azimuts avec un essor des implantations transnationales et leurs incidences sur les constructions familiales. Ces implantations tirent leurs spécificités d’un certain nombre de critères majeurs [Kamdem, 2007], à savoir :

  • l’origine urbaine des migrants camerounais concourant à une forte mixité,

  • le caractère individuel de la migration camerounaise prédisposant à une forte hybridation culturelle de ces familles,

  • la différenciation des types de composition de familles de Camerounais en Île-de-France accentuant l’hybridation,

  • l’absence d’ancrage culturel des familles de ces migrants, associée à un faible dispositif politique spécifique les exposant à une fragilité sociale susceptible d’ouvrir sur des travers et dérapages extrémistes par séparation ou marginalisation [Kamdem, 2008a].

7Ces critères majeurs obligent à questionner les éléments structurant les processus de transmission en cours au sein de ces familles apparemment traversées par une mixité accrue, alimentant une hybridité source d’acculturation progressive et traduisant une difficulté d’ancrage dans les sociétés de référence (de départ et d’accueil). Une meilleure compréhension de ces processus passe par l’analyse de la composition de ces structures familiales.

Carte 1 : Présence de personnes d’origine camerounaise à l’étranger en 2017.

Carte 1 : Présence de personnes d’origine camerounaise à l’étranger en 2017.

2. Structures familiales, caractéristiques matrimoniales et lieux de résidence de migrants camerounais en Île-de-France

8D’après la Division de la Population des Nations Unies, on comptait 82.513 immigrés camerounais en France en 2017. Ils constituaient le quatrième groupe le plus important des ressortissants subsahariens en France après les Malgaches (122.229), les Sénégalais (119.661), et les Ivoiriens (91.303). La part de la population immigrée subsaharienne dans la population totale par aire urbaine atteint 4,5% en Ile de France alors que dans les autres grandes villes françaises, on n’atteint que rarement 2%. La majorité des Camerounais se concentrent en région parisienne. Trois paramètres nous permettent de dégager une typologie des constructions familiales de Camerounais en Île-de-France. Il s’agit de la taille des ménages en lien avec les origines des conjoints, des nouvelles formes d’évolution des ménages et enfin des lieux d’implantation de ces migrants.

Des structures familiales généralement de taille moyenne à élevée

9Bien qu’elles présentent un caractère assez varié, les structures familiales classiques de ces ménages sont néanmoins marquées par leur grande taille. En effet, notre enquête révèle que malgré le ratio moyen de 3,77 membres par foyer, ces personnes vivent pour une importante majorité dans des ménages d’au moins quatre membres. Cette taille varie en fonction du statut matrimonial et des lieux de résidence.

10Mariés, divorcés et séparés constituent les catégories aux tailles de ménages très élevées, généralement au-dessus de 4,2 personnes en moyenne, les catégories d’union libre connaissant plutôt une taille de ménage proche de la moyenne générale. Les ménages les moins grands sont généralement ceux de veufs et surtout de célibataires, dont la majorité compte trois personnes par foyer au plus.

11Des disparités par sexe apparaissent dans la taille des ménages, celle des femmes s’avérant plus élevée, particulièrement en ce qui concerne les catégories de célibataires, de divorcées et d’union libre, alors que la catégorie de mariés connait une taille plus élevée de ménage plutôt chez les hommes dont plus du quart se constituent en foyers de plus de six membres.

12Cette diversité s’observe aussi en fonction des lieux de résidence. Les plus grandes tailles avec au moins six personnes concernent la Grande Couronne (Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Val d’Oise) avec un peu plus d’un ménage sur cinq, la plus forte proportion s’élevant à un ménage camerounais sur trois dans le Val d’Oise.

13Il apparaît de ce fait des différences de composition de familles selon le sexe et le statut matrimonial en fonction des lieux de résidence de Camerounais. Les ménages d’une seule personne constituant près de 9% de cette population sont pour les trois-quarts représentés par des célibataires récemment arrivés en Île-de-France pour des raisons d’études, et installés à Paris, en Hauts-de-Seine et en Seine-et-Marne. Ces célibataires sont majoritaires dans les ménages de deux personnes constitués des jeunes femmes seules avec un enfant, fortement représentées en Hauts-de-Seine. Il s’agit ici de jeunes filles au niveau scolaire supérieur au Baccalauréat, dont la maternité reste le dernier recours pour la régularisation une fois les études terminées, ou alors à l’expiration de la durée du séjour autorisée en France.

14Concernant près de 17% de Camerounais de la région, les ménages de trois personnes connaissent une forte représentation des célibataires plutôt masculins, catégorie à laquelle s’ajoutent les unions libres et les personnes mariées dont les proportions semblent progresser avec la taille des ménages. Ces célibataires sont tantôt plusieurs membres d’une fratrie arrivés en Île-de-France à des périodes différentes, tantôt de jeunes hommes en situation régulière faisant venir de jeunes enfants qu’ils avaient antérieurement eus au Cameroun, ou alors des étudiants et copains en colocation. Ce phénomène s’observe plus particulièrement en Petite Couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne) dans les localités universitaires.

15Les ménages d’au moins quatre membres sont le fait de personnes non célibataires. C’est le cas des trois-quarts de ménages de mariés, associés aux divorcés, séparés et dans une moindre mesure aux unions libres. La composition de ces ménages s’avère assez diversifiée, les structures familiales classiques biparentales côtoyant des familles monoparentales pour cause de divorce, de séparation ou de décès de conjoints.

  • 2 Il s’agit d’un enfant de la famille élargie confié en soutien à un jeune couple. C’est une figure d (...)

16La complexité d’un bon nombre de ces ménages relève aussi de l’importance de la collatéralité, l’accueil de demi-frères ou demi-sœurs voire de neveux ou nièces affectant la taille du ménage. Dans certains groupes ethniques du Cameroun comme les Bamiléké, les Bamoun et les populations anglophones du Nord-Ouest du pays, cette pratique s’étend parfois à la famille élargie, s’inscrivant alors dans la tradition ancestrale du Diemou2 [Tabapssi, 1999].

17En plus des faits de monoparentalité et de collatéralité, ces familles n’échappent pas au phénomène social de recomposition en pleine expansion dans la société française. Il s’agit fréquemment de couples construits sur les ruines de deux unions après divorce, séparation ou décès de conjoint. L’autre formule assez récurrente est la prise en compte d’enfants nés hors mariage, concernant plus fréquemment les femmes souvent victimes de maternités précoces.

18Ces formes de recomposition familiale sont assez courantes et bien souvent cristallisées autant par la déculpabilisation offerte par la récurrence de ces pratiques en société française, que par les structures communautaires permettant des rencontres propices à ces types de construction.

3. Les modes de construction des structures familiales comme facteurs de transmission

19Par mode de construction, nous entendons ici principalement les divers contextes relevant des espaces de vie et des espaces vécus [Di Meo, Buleon, 2005], offrant au migrant camerounais l’occasion de produire des structures familiales plus ou moins élaborées. À cet effet, nous avons choisi de privilégier quelques éléments spécifiques à ce courant migratoire, à l’instar de sa féminisation croissante, du rôle du contexte de voisinage vécu [Di Meo, 2017], et de celui des relations amicales entretenues tant sur le lieu de travail qu’ailleurs.

Féminisation croissante et construction des structures familiales

20Dans les sociétés camerounaises majoritairement matrilinéaires, le rôle de la femme est primordial dans le façonnement des mécanismes de transmission culturelle. Par conséquent, les femmes ont toujours séculairement été dépositaires de l’éducation des enfants. À cet effet, la transposition des pratiques en cours au pays d’origine accompagne peu ou prou le phénomène de féminisation marquant ce courant migratoire depuis le début des années 1990 [Kamdem, 2015b].

21Cette féminisation s’accompagne d’une paupérisation croissante, du fait du différentiel de considération en pays d’origine. Cette paupérisation se traduit par une implantation privilégiée de ces personnes dans les parcs de logements collectifs sociaux, particulièrement dans des poches résidentielles sensibles de certains départements franciliens (Seine Saint-Denis, Val de Marne, Val d’Oise et Yvelines), avec des répercussions sur le voisinage et les relations interpersonnelles.

Rôle du voisinage dans la construction des structures familiales

22Le voisinage est ici envisagé dans une dimension de proximité physique sur le plan spatial, particulièrement du point de vue de la qualité des relations qui en découlent. De cette qualité de relations de voisinage dépendent aussi les potentialités de construction de structures familiales, et par conséquent, des processus spécifiques de transmissions familiales en migration. Le recours massif des migrants subsahariens en général et, des migrants camerounais en particulier, aux parcs résidentiels sociaux de la région parisienne fait qu’ils connaissent une mixité socio-ethnique en phase avec la volonté des gestionnaires de ce secteur, consistant à éviter les concentrations pouvant aboutir à des ghettos ethniquement homogènes.

23En Île-de-France, on enregistre plusieurs figures de voisinage en fonction des origines de ces voisins, et dont la plus fréquente reste la diversité des voisins à la fois d’origine française et autres, déclarée par plus de la moitié de Camerounais qui estiment bons les rapports à ces voisins. Ces rapports sont même considérés chaleureux par plus du tiers d’entre eux. Ce qui laisse augurer un élargissement du cercle d’amitié à partir du voisinage, favorable à la rencontre ou au contact et susceptible de contribuer aux processus de transmission familiale.

24Cependant, une bonne frange de cette population estime ses relations avec les voisins immédiats fortement marquées par l’indifférence. Ce qui la conduit bien souvent soit à l’isolement, soit à se tourner vers les structures associatives communautaires à caractère « affinitaire » [Kamdem, 2008b].

25La seconde configuration de voisinage déclarée par un peu plus d’un Camerounais sur cinq, concerne exclusivement les personnes d’origine française, avec des relations nettement plus chaleureuses que dans toutes les autres situations de voisinage, rendant ainsi propices des occasions de relations amicales mixtes de proximité, et par conséquent, les possibilités de construction et de transmission familiales.

26Toutefois, une infime frange de cette population considère ces relations de voisinage mauvaises (moins de 4%), voire très mauvaises (moins de 1%). Il s’agit de situations de voisinage exclusif avec des Français ou des personnes d’origine autre, plus particulièrement maghrébine. Ceci s’explique entre autres par les différences culturelles et cultuelles fortement affirmées à travers des attachements profonds et parfois exclusifs aux habitudes et pratiques traditionnelles importées pour les Camerounais et les Maghrébins, ou à caractère fortement rural pour les voisins français concernés. L’un de ces caractères principaux reste le très bas niveau scolaire bien souvent communément partagé par tous ces protagonistes ainsi en condition sociale modeste. Dans tous les cas, les relations interpersonnelles interfèrent sur les processus de transmission au sein de ces familles de migrants camerounais en Île-de-France.

Effets des relations interpersonnelles sur les processus de transmission

27Nous entendons ici par relations interpersonnelles les formes de relations qu’entretiennent deux personnes par fréquentation plus ou moins prononcée, pouvant potentiellement déboucher sur la construction d’une structure familiale quelconque. Dans ce registre, nous classons prioritairement les relations amicales et les relations amoureuses dont nous estimons qu’elles ont une forte influence sur les processus de transmission familiale des personnes d’origine camerounaise en migration. Ces deux formes de relations interpersonnelles sont envisagées ici tant sous l’angle spatial, ethnique que socioprofessionnel.

28Sur le plan spatial, les espaces susceptibles de donner lieu aux relations interpersonnelles pour les migrants camerounais d’Île-de-France sont l’espace résidentiel, l’espace professionnel et l’espace associatif. L’espace résidentiel se prête à la situation de voisinage dont le bilan dressé plus haut s’avère favorable à la mixité dans les processus de transmission familiale tant en termes de relations amicales qu’en termes de relations amoureuses.

Photo 1 : Une fête d’anoblissement traditionnel chez un patriarche en région parisienne

Photo 1 : Une fête d’anoblissement traditionnel chez un patriarche en région parisienne

Clichés P. Kamdem, 2005

29Les contextes de difficultés inhérents à la mixité exogène dans les relations interpersonnelles induisent un repli « communautaire » tout aussi traversé par de forts clivages basés sur le fait tribal, voire clanique, marquant l’espace associatif camerounais en migration. Les associations de migrants camerounais s’érigent en plateformes privilégiées de production de structures familiales tout en se donnant pour mission de participer très activement aux processus de transmission. L’adhésion à ces structures associatives révèle certains traits caractéristiques de ses membres, particulièrement ceux qui se réfèrent aux us et pratiques en cours dans les terroirs d’origine (accession à la notabilité traditionnelle, revendication de statut héréditaire lié à la notabilité traditionnelle etc, comme l’illustre la photo 1.)

30Il s’en suit aussi une volonté d’essentialisme tribal, dont les organisations associatives de ce type s’efforcent de promouvoir les caractères à visées identitaires tribales : celles-ci traversent les relations amicales et amoureuses qu’elles favorisent dans une perspective de transmission de pratiques endogamiques spécifiques – supposées plus efficaces pour la maîtrise des principaux outils de transmission « identitaire » (Il s'agit ici de la reproduction, de la validation et de l’adhésion aux schémas sociaux dans sa structuration traditionnelle, à travers des rituels liés aux chants et danses du terroir comme le montre la photo 2).

Photo 2 : Ouverture de la piste de chants et danses traditionnelles par les femmes

Photo 2 : Ouverture de la piste de chants et danses traditionnelles par les femmes

Clichés P. Kamdem, 2005

Les principaux outils de transmission dans les structures familiales

31Outre la taille et la forme des structures familiales associées aux modes de construction de ces structures, les mécanismes de transmission au sein de ces familles dépendent aussi fortement des outils mobilisés. À ce titre, du fait de leur rôle prépondérant dans le courant migratoire camerounais d’Île-de-France, nous nous concentrerons particulièrement sur les catégories d’outils d’ordre socioculturel, à savoir la langue, l’alimentaire et les loisirs.

La langue comme outil de transmission au sein des familles

32Outre son statut de support de communication, la langue est aussi reconnue en tant que vecteur de culture et de pratiques sociales diverses [Warnier, 2004 ; Berthelier, 2005 ; Duclos, 2011] . Elle est à ce titre chargée de sens et symboles d’ancrages spécifiques au terroir de référence. C’est en cela qu’au sein de la population francilienne d’origine camerounaise, l’adhésion aux pratiques traditionnelles affichée par certains s’accompagne d’une volonté de promotion des langues maternelles, au point que des cellules de soutien linguistique sont formées en la matière au sein des associations affinitaires, parfois appuyées par des productions littéraires [Momha, 2008] et artistiques.

33La majorité des chanteurs et musiciens d’origine camerounaise utilisent leurs langues maternelles qu’ils associent bien souvent aux sonorités dites traditionnelles, dans l’optique d’accompagner le processus de transmission linguistique au sein du groupe. En effet, environ 86% de Camerounais interrogés en Île-de-France souhaitent transmettre leur langue maternelle à leur progéniture. On a quasiment le même ratio concernant la volonté de transmettre les habitudes alimentaires en vigueur en pays d’origine. Toutefois, notre enquête a néanmoins révélé une ambiguïté entre le rejet des pratiques traditionnelles et le recours massif à l'usage de la langue comme moyen de transmission des us et coutume, indiquant alors la place prépondérante de la langue comme outil majeur de transmission au sein des familles de migrants camerounais en Ile-de-France. Notons que cette propension à transmettre la langue maternelle est courante dans les communautés immigrées subsahariennes au point où certaines associations œuvrent exclusivement dans ce sens, c’est le cas par exemple de l’association pour la promotion du soninké (APS) en France [Ba, 2007].

L’alimentaire et les loisirs : des outils de transmission dans les familles

34En résonance à l’affirmation de Claude Fischler [2007] qui dit « je suis ce que je mange, ce que je mange me transforme ; le manger transmet certaines caractéristiques aux mangeurs. En conséquent, si je ne sais plus ce que je mange, je ne sais plus qui je suis », la transmission des habitudes alimentaires passe par la connaissance des produits et des réseaux d’approvisionnement en contexte migratoire, et la mobilisation de dispositions festives en tant qu’occasions idoines de revisiter le large registre culinaire des terroirs d’origine. Ainsi, naissances, baptêmes, mariages, décès et autres événements de la vie sont mis à profit pour des buffets exotiques parfois éloignés des pratiques alimentaires quotidiennes de certains migrants. Des mets incontournables en pays d’origine sont alors proposés aux convives, à l’instar du taro à la sauce jaune, du Ndolè (variété d’épinard amer) et bien d’autres (voir photo ci-dessous).

Photo 3a : le taro ou 'pô', et l'évidement rapide de son contenant appelé 'kop pô' par rapport aux autres ustensiles.

Photo 3a : le taro ou 'pô', et l'évidement rapide de son contenant appelé 'kop pô' par rapport aux autres ustensiles.

Photo 3b : ustensiles exogènes pour une consommation urbaine en pays d’origine. Le beignet-haricot (BH)

Photo 3b : ustensiles exogènes pour une consommation urbaine en pays d’origine. Le beignet-haricot (BH)

Photo 3c : dégustation transgressive du 'pô' à la fourchette par une jeune francilienne.

Photo 3c : dégustation transgressive du 'pô' à la fourchette par une jeune francilienne.

Clichés P. Kamdem, 2005

35C’est aussi l’occasion d’échanger des informations sur les différentes filières d’approvisionnement en produits du terroir, dont l’une des plaques tournantes est le marché du métro Château Rouge dans le 18ème arrondissement parisien (Photo 4a), grâce à un réseau de commerces de plus en plus ethniques [Vuddamalay, Wihtol de Wenden, 2003 ; Ma Mung, 2015], soutenu par une filière de restauration spécifique. Ces établissements de restauration initialement concentrés dans le 17ème et le 18ème arrondissement, s’éparpillent désormais dans l’ensemble de la région francilienne. La multiplication de ces établissements est aussi soutenue par la montée en puissance de la féminisation de ce courant migratoire, au regard du rôle culinaire dévolu aux femmes en pays d’origine ainsi valorisé en migration.

Photo 4a : façade d’un commerce camerounais du 18ème arrondissement parisien

Photo 4a : façade d’un commerce camerounais du 18ème arrondissement parisien

Photo 4b : restaurants camerounais dans le 18ème arrondissement parisien, utilisant des noms désignant chacun à la fois un groupe ethnique, une rivière, un département et l’origine des tenanciers

Photo 4b : restaurants camerounais dans le 18ème arrondissement parisien, utilisant des noms désignant chacun à la fois un groupe ethnique, une rivière, un département et l’origine des tenanciers

Clichés P. Kamdem, 2005

36Ces établissements commerciaux s’évertuent aussi à transmettre les éléments marqueurs en termes de relais identitaires, tels que l’usage sur les enseignes commerciales de noms bien spécifiques (photo 4b, lieux, rivières et cours d’eau etc.) dans ces espaces accueillant bien souvent les sorties hebdomadaires ou occasionnelles de familles de Camerounais au titre de loisirs. Certains de ces restaurants offrent à leur clientèle des prestations d’artistes du terroir (musiciens, humoristes et autres). Dans le registre culturel, les femmes jouent un rôle important dans la transmission des divers éléments marqueurs de la culture du pays d’origine : elles portent les vêtements traditionnels l’été (Photo 5), créent des salons de coiffure africaine (tissage). En somme, les femmes accordent une place singulière à la transmission des éléments de la culture africaine et apparaissent comme des vraies actrices de développement social et culturel dans l’épisode migratoire. Une analyse de la sociologie du tissu associatif issu de l’immigration subsaharienne montre bien la mobilisation des femmes pour la valorisation de la culture des pays d’origine [Ba, 2014].

Photo 5 : L’hybridité vestimentaire des femmes camerounaises d’Ile-de-France

Photo 5 : L’hybridité vestimentaire des femmes camerounaises d’Ile-de-France

Clichés P. Kamdem, 2005

37Les loisirs [Teboul, 2004 ; Pronovost, 2005] constituent aussi un outil de transmission dans ces familles. Ils concernent autant les sorties diverses de week-end, que des voyages de plus ou moins longues distances pour les vacances. Outre les sorties au restaurant mentionnées plus haut, on enregistre aussi la fréquentation des lieux de concert où se produisent généralement les artistes camerounais. Il s’agit de petites salles municipales et espaces locaux dédiés tels que Le Moulin Basset à Saint-Denis, ou l’Espace Chevreuil à Nanterre, et dans une moindre mesure des salles prestigieuses telles que l’Olympia, ou le Zénith.

38Toujours au titre de loisirs, les départs en vacances sont faiblement pratiqués, compte tenu de la cherté des prix des billets d’avion, au sein de ces familles. Toutefois, dès qu’ils sont possibles, ils s’orientent vers le Cameroun et offrent ainsi l’occasion de transmettre des liens affectifs au sein de ces familles.

39En somme, les migrants d’origine camerounaise en Île-de-France affichent la tendance à reproduire les us et pratiques importés du pays d’origine au titre de support de transmission au sein de leurs familles. Les contraintes liées au voisinage et au contexte socioprofessionnel en pays d’accueil leur confèrent une certaine particularité. Bien que l’on constate une empreinte, de ces us et pratiques, il ne reste pas moins que ceux-ci se trouvent à affronter la logique d’une réalité inhérente au pays d’accueil, plus spécifiquement sous la contrainte des faits de voisinage et de contexte socioprofessionnel.

4. « L’hybridation accélérée », vers une intégration différenciée ?

40Bien que la taille des ménages affecte les mécanismes de transmission au sein des familles de migrants camerounais en Île-de-France, il n’en reste pas moins que la tendance générale réside dans une convergence progressive avec la société d’accueil. Quelques facteurs militent en faveur de ce constat. Il s’agit de l’origine massivement urbaine de ces migrants provenant essentiellement des deux principales villes du pays à savoir Douala et Yaoundé, véritables métropoles concentrant plus du quart de la population du pays estimée à 25 millions d’habitants en 2018. Il s’agit aussi des us et pratiques liées à l’urbanité et, par conséquent, contraignants en termes sociodémographiques avec à la clé, le rétrécissement de la taille de la famille. En l’occurrence, l’un des phénomènes sociodémographiques agissant sur la taille des ménages en milieu rural camerounais que constitue la polygamie, y est largement abandonné, au même titre que le nombre pléthorique des membres de la famille placée sous contraintes résidentielles dans ces villes. Le processus est ainsi logiquement prolongé en migration dès lors qu’il rencontre un terrain favorable à ces mutations.

41C’est aussi le cas pour les formes de construction matrimoniale dont certaines pratiques comme l’union libre, la famille recomposée ou la famille monoparentale timidement initiées dans l’urbanité du pays d’origine se trouvent débridées en Île-de-France. Ces éléments conduisent à une adoption progressive par hybridation des us et pratiques en pays d’accueil au titre de mécanismes de transmission en vigueur au sein de cette population dans une perspective d’intégration. Complétant alors la longue série des paradigmes différemment convoqués dans les nombreuses tentatives de clarification théorique et épistémologique [Barou, 1993 ; Schnapper, 1998 ; HCI, 1993, 2001], et d’opérationnalisation [Landecker, 1965 ; Schnapper, 1991 ; Robin, 1994 ; ADRI, 1999] du concept d’intégration en termes de synonymes tels qu’absorption, acculturation, anomie, assimilation, fusion, ou d’antonymes tels qu’exclusion, séparation, marginalisation, la notion d’hybridation accélérée semble ici se frayer une place, particulièrement en ce qui concerne l’intégration culturelle [Landecker, 1965].

42En effet, l’hybridation apparaît comme une notion à forte charge polysémique du fait de la multiplicité de ses champs d’application. Elle fait partie du vocabulaire autant des sciences naturelles que des sciences humaines et sociales. Au regard de ses principaux synonymes que sont croisement, mélange, mixage, métissage ou interrelation, elle consiste en l’élaboration d’une nouvelle trajectoire autonome issue de deux dynamiques différentes auxquelles elle ne se référent que partiellement, avec pour finalité la création d’une nouvelle catégorie de forme à « dimension dépassant largement celle de l’emprunt, de la combinatoire ou de la superposition pure et simple de techniques ou de pratiques » [Molinet, 2006]. Il s’agirait, in fine, de manière très audacieuse, du processus de création d’une nouvelle entité culturelle.

43Dans le contexte camerounais en Ile-de-France, son caractère accéléré est ici nettement renforcé par la féminisation croissante de ce courant migratoire. En effet l’aspiration féminine à une meilleure considération, sensible dans le pays d’origine depuis le début des années 1990, est renforcée par la particularité de l’exception au droit à la bi-nationalité accordée par la loi du 11 juin 19683 aux femmes camerounaises en situation de couple marié mixte. L’installation féminine à l’étranger est ainsi facilitée au même titre que l’inscription de leurs progénitures dans les processus locaux de transmission familiale, du fait de l’imbroglio législatif entourant leur statut face au code de la nationalité camerounaise.

44Le voisinage socio-ethnique et géographique [Chamboredon, Lemaire, 1970 ; Vant, 1986] constitue, de manière certes très discutée, un autre facteur d’hybridation dans la mesure où il n’est pas constaté de réels espaces socio-ethniques circonscrits tant au niveau endogène (concentrations ethniques à l’image des différents groupes ethniques en vigueur en pays d’origine où on compte près de deux cent langues locales), qu’au niveau exogène (concentration spécifique de Camerounais). Cette relative dispersion de Camerounais dans les espaces d’accueil en lien avec leur forte dépendance aux logements sociaux explique aussi autrement la dilution progressive par hybridation de leurs mécanismes de transmission familiale en migration. C’est aussi ce que traduit le rôle des espaces de construction des relations amicales de Camerounais nettement marqués par cette relative dispersion en Île-de-France. Les lieux privés tels que les domiciles, prisés pour ces types de relations en pays d’origine, sont ici nettement supplantés par les lieux publics tels que l’école et le lieu de travail. La préséance de ces lieux publics sur les mécanismes de transmission familiale au sein de ce groupe s’appuie sur des outils culturels de transmission en pays d’accueil tels que la gratuité de l’éducation et la solidité du modèle social français, avec par ailleurs une incidence non négligeable sur les outils de transmission relevant des loisirs tels que les vacances.

45En effet, plus du tiers des migrants franciliens d’origine camerounaise disant ne pas pouvoir aller en vacances, résident majoritairement dans des localités et départements modestes (Seine Saint-Denis, Val de Marne et Val d’Oise). Or, il s’agit de localités où sont déployés d’importants efforts sociaux afin de réduire certains types d’inégalités sociales, à l’instar des départs en vacances. Ces ressortissants camerounais ne pouvant partir au Cameroun comme ils le souhaiteraient, bénéficient des programmes de colonies de vacances et d’activités de loisirs diverses en immersion dans les réalités de leur pays d’accueil. Il est aussi à noter une évolution progressive de la diversification des destinations pour ceux d’entre eux qui ont la capacité de partir, et plus particulièrement pour les près de 45% disant pouvoir partir régulièrement au moins une fois par an. Cette tendance permet ainsi d’intérioriser les pratiques de vacances diversifiées fortement ancrées en pays d’accueil par ailleurs principale destination touristique mondiale et gros pourvoyeur de touristes et de tour-opérateurs au monde [Robin, 1994 ; WTO, 2016].

46Cette tendance est aussi soutenue par un contexte sécuritaire instable en pays d’origine (terrorisme de Boko Haram, sécessionnisme anglophone, corruption ambiante), et un contexte socioéconomique peu enviable (absence de réelles structures touristiques adaptées aux besoins de cette clientèle particulière, potentielle consommatrice de tourisme des racines), ainsi que par un contexte sociopolitique dissuasif [Bayart, 2006] du fait de l’effet de visa opposé aux ressortissants binationaux assortis des lourdeurs administratives entourant leur délivrance. Il convient aussi de noter la faiblesse du mécanisme consulaire de mobilisation culturelle que les migrants imputent volontiers entre autres aux profils inadéquats du personnel en charge de ces services consulaires.

47Ainsi, malgré les atouts dont dispose le courant migratoire subsaharien d’Île-de-France, on peut noter que les transmissions culturelles familiales des migrants subsahariens en général et des Camerounais en particulier sont sous l’emprise d’une hybridation forte et croissante, du fait des limites inhérentes autant aux modes de construction des structures familiales, qu’au faible poids des structures familiales sur les mécanismes majeurs de transmission que sont l’école [Tavoillot, 2009] et la société d’accueil, ainsi qu’à la faiblesse des outils mobilisés, particulièrement en ce qui concerne les outils culturels endogènes de transmission face aux canaux classiques de transmission en pays d’accueil [Octobre, Détrez, Mercklé, Berthomier, 2011].

48Bien que l’endogénisation soit fortement revendiquée par les migrants franciliens d’origine camerounaise en ce qui concerne les processus de transmission familiale, celle-ci subit durement les pesanteurs historiques, sociologiques, économiques et politiques au point que l’on serait fondé de s’interroger sur des éventuels risques de marginalisation, terreaux des replis identitaires fortement redoutés en pays jacobin. Sont aussi à redouter la recrudescence de diverses formes de délinquance, la radicalisation politique, idéologique et confessionnelle ou encore la situation de dépression, véritable poids pour le modèle de sécurité sociale à la française.

Haut de page

Bibliographie

Agence pour le Développement des Relations Interculturelles (ADRI), 1999, Guide pratique de l’intégration, Paris, La Documentation française, 1999

BA Abdoul Hameth, 2007, Acteurs et territoires du Sahel, collection espaces et sociétés, éditions ENS Lyon, 2007

BA Abdoul Hameth, 2014, « Femmes africaines responsables d’association face aux enjeux de citoyenneté et de développement : entre mimétisme et innovation en Ile de France et dans le Nord-pas de Calais ». Espaces, populations, sociétés, 2014/2-3, mis en ligne le 12 janvier 2015.

Barou Jacques, 1993, « Les paradoxes de l’intégration, de l’infortune des mots à la vertu des concepts ». Ethnologie française, vol. XXIII, n° 2, 1993, p. 169-176

Bayart Jean-François, 1989, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayart, 1989.

Berthelier  Robert, 2005, « Langage(s) Culture(s) Personne(s) ». in VST - Vie sociale et traitements3/2005 (no 87) , p. 42-51 URL : www.cairn.info/revue-vie-sociale-et-traitements-2005-3-page-42.htm ;

Chamboredon Jean Claude, Lemaire  Madeleine M, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement ». Revue française de sociologie, vol. XI, 1970, p. 3-33

Deng Lual A., Kostner Markus, Young Crawford, 1991, Democratization and Structural Adjustment in Afìica in the 199O’s, Madison, University of Wisconsin, African Studies Program.

DI MEO Guy, 2017, Le désarroi identitaire. Une géographie sociale, Paris, L’Harmattan, 224 p.

Di Méo Guy, Buléon Pascal, (dir.), 2005, L’espace social. Lecture géographique des sociétés, Paris, Armand Colin, 304 p.

Duclos Alexandre , 2011, «La langue comme limite et comme fondement». in Les cahiers psychologie politique [En ligne], n° 19, 2011. URL : http://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index.php?id=1888

Fischler Claude, 2007, Manger, Français, Européens et Américains face à l’alimentation, Odile Jacob, 2007.

Haut Conseil à l’Intégration, 2001, Les parcours d’intégration, Paris, la Documentation Française,

Haut Conseil à l’Intégration, 1993, L’intégration à la française, Paris, UGE,

Hugon Philippe, 1989, « Incidences sociales des politiques d’ajustement ». Revue Tiers-Monde, t. XXX, n. 117, p. 59-85.

Kamdem Pierre, 2007, Camerounais en Ile-de-France. Une intégration différenciée. Paris, l’Harmattan, 326 p.

Kamdem Pierre, 2008a, « Incidences des pratiques religieuses dans l’immigration camerounaise en Ile-de-France : du syncrétisme vers l’extrémisme ? ». in Cahiers de la Méditerranée, n°76, juillet 2008, Migration et Religion en France (I), CMMC, MSH-Université de Nice Sophia Antipolis, p. 153-178 http://cdlm.revues.org/index4319.html

Kamdem Pierre, 2008b, Le mouvement associatif de la diaspora camerounaise. Enjeux et perspectives, Paris, L’Harmattan, .

Kamdem Pierre, 2015a, « Le Cameroun ». In Gildas Simon, Dictionnaire géohistorique des migrations internationales, Paris, Armand Colin, p. 366-372.

Kamdem Pierre, 2015b, « Femmes camerounaises en migration. De l’invisibilité institutionnelle à un dynamisme migratoire accéléré ». Hommes et Migrations n°1311, 2015, p.115-121 ;

Landecker Werner S., 1965, « Types of integration and their measure ». American Journal of Sociology, vol. 56, p. 332-340. Traduction française Raymond Boudon et Paul Lazarsfeld, Le Vocabulaire des sciences sociales. Paris, Mouton,

Ma Mung Guillaume, 2015, « Le commerce ethnique dans les espaces marchands de Château Rouge (Paris) et Brixton (Londres) », e-migrinter [En ligne], 13 |2015, http://e-migrinter.revues.org/564 ; DOI : 10.4000/e-migrinter.564 (19.06.2016),

Mbogning Pascal Dejoli, 2005, « La politique migratoire du Cameroun : la rigidité normative à l’épreuve des flux humains ». in Luc Sindjoun (dir.), 2005, État, individus et réseaux dans les migrations africaines. Paris, Karthala, p.19-66.

Molinet Emmanuel , 2006, « L’hybridation : un processus décisif dans le champ des arts plastiques ». Le Portique [En ligne], 2-2006, Varia, mis en ligne le 22 décembre 2006, consulté le 26 juin 2016. URL : http://leportique.revues.org/851

Momha Bellnoun, 2008, Le dictionnaire Bassa-Français, Paris, L’Harmattan, 2008.

Ngongo Louis Paul, 1982, Histoire des forces religieuses au Cameroun, Paris, Karthala, 1982.

Njeuma Martin, 2000, Histoire du Cameroun : XIXème - début du XXème siècle, Paris, l’Harmattan, 2000.

Octobre Sylvie, Détrez Christine, Mercklé Pierre, Berthomier  Nathalie, 2011, « La diversification des formes de la transmission culturelle : quelques éléments de réflexion à partir d'une enquête longitudinale sur les pratiques culturelles des adolescents ». In Recherches familiales 1/2011 (n°8), p. 71-80. URL : www.cairn.info/revue-recherches-familiales-2011-1-page-71.htm, consulté le 10-07-2016

Pronovost Gilles, 2005, Temps sociaux et pratiques cultuelles, Presses universitaires du Québec, Québec, 2005

Robin Nelly, 1994, Villes nouvelles et intégration spatiale des familles maghrébines en Île-de-France, Paris, ORSTOM Éditions,

Schnapper Dominique, 1998, La Relation à l’autre : au cœur de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, . 

Schnapper Dominique, 1991, La France de l’intégration, sociologie de la nation en 1990. Paris, Gallimard, 1991.

Tabapssi Timothée, 1999, Le modèle migratoire bamiléké (Cameroun) et sa crise actuelle : perspectives économique et culturelle. Research School of Asian, African and Amerindian Studies, Leiden University, 1999.

Tavoillot Pierre-Henri, 2009, « La place de l’école dans la transmission de la culture ». Les politiques culturelles, Paris, La Documentation française, Collection Cahiers français n°348, janvier-février 2009, pp. 69-73.

Teboul René, 2004, Culture et loisirs dans la société du temps libre, Éditions de l’Aube, Gemenos, 2004 ;

Vant André, dir., 1986, Marginalité sociale, marginalité spatiale. Paris : Éditions du CNRS, 1986

Vuddamalay Vasoodeven et WiHtol de Wenden Catherine (dir ), 2003, Existe -t-il des métiers ethniques ? Editions Paroramiques-Corlet.

Warnier Jean-Pierre, 2004, La mondialisation de la culture, 3ème éd., Paris, La Découverte, 2004 ;

WTO, 2016, Annual report 2016, wto.org/english/res_e/booksp_e/anrep_e/anrep16_e.pdf (11-05-2016)

Haut de page

Notes

1 Il s’agit des missionnaires de la congrégation des pallottins, fondateurs de l’église catholique du Cameroun, conduits par l’Allemand Gerhard Heinrich Vieter (1853-1914) issu de la mouvance du Romain Vincent Pallotti (1795-1850), béatifié en 1950 par le Pape Pie XII. La canonisation de Pallotti lors du concile de 1963 par le Pape Jean XXIII consacrait son œuvre, principalement la fondation de la Société de l’Apostolat Catholique reposant sur les trois piliers suivants : (1) une œuvre missionnaire universelle, (2) un mouvement de renouveau religieux et moral pour le peuple chrétien, (3) une œuvre universelle d’amour

2 Il s’agit d’un enfant de la famille élargie confié en soutien à un jeune couple. C’est une figure de la pratique des « enfants confiés » en Afrique de l’Ouest ou encore de celle des « reste avec » en Haïti.

3 http://www.refworld.org/docid/3ae6b4d734.html (consulté le 10.06.2016)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Présence de personnes d’origine camerounaise à l’étranger en 2017.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Photo 1 : Une fête d’anoblissement traditionnel chez un patriarche en région parisienne
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Crédits Clichés P. Kamdem, 2005
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Photo 2 : Ouverture de la piste de chants et danses traditionnelles par les femmes
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Crédits Clichés P. Kamdem, 2005
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 3a : le taro ou 'pô', et l'évidement rapide de son contenant appelé 'kop pô' par rapport aux autres ustensiles.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Photo 3b : ustensiles exogènes pour une consommation urbaine en pays d’origine. Le beignet-haricot (BH)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photo 3c : dégustation transgressive du 'pô' à la fourchette par une jeune francilienne.
Crédits Clichés P. Kamdem, 2005
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Photo 4a : façade d’un commerce camerounais du 18ème arrondissement parisien
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Photo 4b : restaurants camerounais dans le 18ème arrondissement parisien, utilisant des noms désignant chacun à la fois un groupe ethnique, une rivière, un département et l’origine des tenanciers
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Crédits Clichés P. Kamdem, 2005
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo 5 : L’hybridité vestimentaire des femmes camerounaises d’Ile-de-France
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Crédits Clichés P. Kamdem, 2005
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11085/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Kamdem et Abdoul Hameth Ba, « Transmissions culturelles au sein des familles et dans les espaces publics : cas des immigrés camerounais en France », Espace populations sociétés [En ligne], 2020/3-2021/1 | 2021, mis en ligne le 21 janvier 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/eps/11085 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.11085

Haut de page

Auteurs

Pierre Kamdem

MIGRINTER, UMR /CNRS, 7301, Université de Poitiers

Articles du même auteur

Abdoul Hameth Ba

IDHES, UMR /CNRS, 8533, Université d’Evry-Paris Saclay

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search