Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2020/3-2021/1RecensionsTer Minassian T. (2017). Norilsk ...

Recensions

Ter Minassian T. (2017). Norilsk : l’architecture au goulag

Paris : Éditions B2, Collection Patrimoine
Guénola Inizan
Référence(s) :

Ter Minassian T. (2017). Norilsk : l’architecture au goulag. Paris : Éditions B2, Collection Patrimoine, 173 p.

Texte intégral

  • 1 Jusque-là, l’histoire de Norilsk était principalement celle du camp du goulag. Cf. par exemple, ERT (...)

1A quelques dizaines de kilomètres de l’embouchure du Ienisseï et de la péninsule de Taïmyr, Norilsk, isolat urbain né du goulag pour l’industrie du nickel, paraît davantage lunaire que terrestre. Taline Ter Minassian raccorde dans ce livre le destin si singulier de cette cité glaciaire à celui du territoire soviétique par une approche architecturale inédite1. A travers le récit du parcours de deux architectes arméniens, elle donne sens aux étonnantes similitudes urbanistiques de cette ville-prison érigée ex-nihilo et de l’ancestrale Erevan, effervescente au début du vingtième siècle. L’auteure enrichit ainsi concomitamment deux récits encore lacunaires : l’histoire « caucasienne de l’architecture » et celle de l’architecture du goulag.

2Après une introduction soulignant l’extrémité climatique et géographique de Norilsk, ainsi que son importance économique dans la Russie d’aujourd’hui, une première partie s’ouvre à Tiflis, haut lieu culturel et intellectuel à l’aube du vingtième siècle, où grandirent les architectes dont la trajectoire est retracée dans cet ouvrage, Kevor Kotchar et Mikael Mazmanian. Ceux-ci ont ensuite œuvré à l’édification d’Erevan dans la toute jeune république soviétique d’Arménie. Les monuments qui y sont érigés s’inscrivent alors dans des courants architecturaux théoriquement opposés, mais parfois mêlés dans les réalisations. D’un côté, le style « néo-arménien » réincarne les formes d’antiques cités caucasiennes, de l’autre, le « modernisme caucasien » est porté par des architectes avant-gardistes formés auprès du Vkhoutemas moscovite, fréquenté par Kotchar et Mazmanian. La nomination de Garo Halabian à la tête de l’Union des architectes de l’Union soviétique témoigne du rayonnement de l’architecture arménienne au-delà du Caucase. Kotchar et Mazmanian y contribuent sous la contrainte : dans le cadre des purges staliniennes, à l’issue d’un voyage en Italie et en Europe, ils sont arrêtés pour cause de fréquentations contre-révolutionnaires. Le lieu de condamnation est le théâtre de la seconde partie : Norilsk. Au moment de leur arrivée en 1938, elle n’est encore qu’une idée dont la réalisation, prévue trois ans plus tôt sous la responsabilité du NKVD, est compliquée par le permafrost et le climat polaire. Au fur et à mesure que Kotchar et Mazmanian s’attellent, parmi des milliers de zeks au sein desquels ils ont une position privilégiée, à bâtir la cité du nickel, Norilsk est peu à peu reliée par la route jusqu’au port de Doudinka. Elle devient rapidement une véritable ville, accueillant 92 000 prisonniers-habitants dès 1951. Dans son plan de 1943, divers éléments morphologiques et ornementaux rappellent la structure et les monuments erevaniens, fruits architecturaux du lien insoupçonné entre deux confins opposés de l’Union soviétique révélé par cet ouvrage.

  • 2 Cette curiosité pourra alors être assouvie par le visionnage de documentaires ayant récemment porté (...)

3En exposant une généalogie architecturale de ce qu’elle nomme une « ectopie urbaine », Taline Ter Minassian met en lumière les dispositifs matériels, humains, politiques et sociaux de la production urbaine soviétique à l’œuvre dans le cadre du goulag. L’exceptionnelle édification de Norilsk résulte d’une concentration d’hommes et de femmes aux nationalités et professions diverses, imposée par un système répressif œuvrant à l’échelle de l’Union toute entière. La curiosité pour Norilsk, naissante et nourrie à la lecture de ces pages, sera peut-être attisée par la taille et le noir et blanc des illustrations qui bien que nombreuses rendent peu compte de la grandeur de ce projet urbain et architectural2.

Haut de page

Notes

1 Jusque-là, l’histoire de Norilsk était principalement celle du camp du goulag. Cf. par exemple, ERTZ Simon, « Building Norilsk, in Paul R., Gregory & Valery Lazarev (eds), The economics of Forced Labor: The Soviet Gulag, Stanford, Hoover Institution Press, 2003.

2 Cette curiosité pourra alors être assouvie par le visionnage de documentaires ayant récemment porté Norilsk à l’écran. Cf. film de JACOB, François, (réalisateur). Sur la lune de nickel [DVD]. Les Films du 3 mars, 2017, 112 minutes ou DESTORS, François-Xavier (réalisateur). Les Films d’un Jour [DVD]. Sur la lune de nickel, 2017, 112 minutes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guénola Inizan, « Ter Minassian T. (2017). Norilsk : l’architecture au goulag », Espace populations sociétés [En ligne], 2020/3-2021/1 | 2021, mis en ligne le 21 janvier 2021, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/eps/11255 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.11255

Haut de page

Auteur

Guénola Inizan

Université Lumière Lyon 2, UMR 5600 EVS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search