Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2020/3-2021/1RecensionsQuand les tours font le bonheur d...

Recensions

Quand les tours font le bonheur des uns et le malheur des autres

Elsa Martin et Jean-Marc Stébé
Référence(s) :

Dan FERRAND-BECHMANN, Au bonheur des tours, Paris, Éditions L’Harmattan, 2020

Texte intégral

  • 1 Elle a entre autres publié Bénévolat et solidarité (Syros, 1992), Le métier de bénévole (Économica- (...)
  • 2 Pauvre et mal logé (L’Harmattan, 1990) et Entraide, participation et solidarités dans l’habitat (L’ (...)
  • 3 Tribulations d’une sociologue. Quarante ans de sociologie (L’Harmattan, 2008)
  • 4 L’auto-analyse constitue une méthode d’analyse consistant à se prendre soi-même et son environnemen (...)

1Professeure émérite à l’Université Paris 8, Dan Ferrand-Bechmann vient de publier un ouvrage sur les immeubles de grande hauteur (IGH) en France, elle est pourtant bien plus connue pour ses études sur le bénévolat, les solidarités et l’engagement associatif1 que pour ses recherches sur la ville et le logement. Mais rappelons que Madame Ferrand-Bechmann a commencé sa carrière de chercheure par des études urbaines. Après avoir soutenu en 1975 une thèse de Doctorat de 3e cycle sur les résidences secondaires, elle dirige au début des années 1990 un ouvrage sur les enjeux sociaux de l’habitat et un autre sur la participation et les solidarités dans l’habitat2. Il n’y a donc rien de surprenant à ce qu’aujourd’hui elle publie un opuscule intitulé Au bonheur des tours (L’Harmattan, 2020), opuscule qui dévoile quelques bribes de l’immeuble dans lequel elle réside. Il y a quelques années Dan Ferrand-Bechmann s’était déjà laissée aller aux confidences dans un ouvrage où elle revenait sur quarante années de sociologie3. L’auteure semble donc apprécier l’exercice de ce que d’aucuns nomment l’auto-analyse4. Si le texte ne comporte pas toutes les caractéristiques d’une auto-analyse, il n’en demeure pas moins qu’il a pour composante principale un fragment du cadre de vie de Madame Ferrand-Bechmann : une tour de 31 étages comprenant 335 appartements, dénommée Antoine et Cléopâtre en écho à la tragédie historique éponyme de William Shakespeare, et située entre les avenues d’Italie et de Choisy à proximité de la Place d’Italie dans le 13e arrondissement de Paris. L’auteure, qui nous donne l’occasion d’entrer au sein des appartements, de circuler dans les couloirs, d’emprunter les ascenseurs ou encore de pénétrer dans les entrailles de cet immeuble où résident 660 personnes, nous permet avant tout de saisir les pratiques et les modes de vie des habitants ainsi que de comprendre leurs choix résidentiels. Cela lui permet de revenir sur l’histoire récente du quartier « Italie » et plus largement du 13e arrondissement, sur la controverse autour de la question sensible de la construction des tours à Paris, ou sur des problématiques sociologiques plus générales, comme le voisinage, le quartier, l’échange et les solidarités de proximité.

  • 5 Outre les observations in situ au sein de l’immeuble et les conversations informelles avec les rési (...)
  • 6 Cf. les deux ouvrages de Thierry Paquot, La folie des hauteurs. Pourquoi s’obstiner à construire de (...)

2Sorti involontairement à l’acmé de la pandémie de Covid-19, au beau milieu de la période de confinement, cet ouvrage bien documenté, accroché à un protocole méthodologique solide5, et écrit sur un ton plutôt léger et badin, s’est inscrit au bon moment à l’agenda parce qu’il a permis de s’interroger sur les relations de voisinage qui se tissent et sur les échanges qui s’organisent ou non au sein d’une tour d’habitation, en l’occurrence dans un univers hyper urbanisé dense et vertical. Plus largement encore, Dan Ferrand-Bechmann nourrit de façon opportune le débat public, débat qui, en cette période de dé-confinement met sur le devant de la scène la question des disparités de logement et des inégalités territoriales, mais convoque souvent des arguments fort éloignés de la réalité sociale et urbaine. Avec cet ouvrage, la sociologue prolonge et vulgarise ainsi la réflexion engagée il y a maintenant plus d’une vingtaine d’années par nombre de spécialistes des Urban Studies6 et de décideurs politiques sur l’urbanisme et l’architecture des tours.

3Au bonheur des tours, organisé autour de trois pôles majeurs déclinés en dix-huit petites sections, s’ouvre tout d’abord sur une présentation du quartier « Italie » dans lequel s’enracine Antoine et Cléopâtre ; cette présentation du quartier est l’occasion d’introduire le débat sur la pertinence ou non de l’urbanisme vertical. Il propose par la suite d’explorer la tour en elle-même, ses habitants avec leurs motivations, leur enthousiasme à résider dans un tel habitat si particulier, mi angoissant-mi euphorisant. L’ouvrage se termine enfin sur les échanges et les rapports de voisinage qui s’établissent entre les résidents ; elles permettent à l’auteur de poser la question de savoir si l’on peut comparer les relations sociales existant au sein de cet immeuble à une sociabilité villageoise.

  • 7 Ouvrage publié (aux Éd. Plon) par le Corbusier en 1941 à la suite du IVe Congrès international d’ar (...)
  • 8 L’agence américaine Skidmore, Owings & Merril avait dessiné à cette époque le projet d’une tour de (...)

4À partir des années 1960, le 13e arrondissement de Paris connaît de nombreuses opérations de rénovation urbaine, notamment la vaste intervention d’urbanisme « Italie 13 » interrompue au cours de la décennie 1970. Celle-ci a pour principal objectif d’éradiquer les nombreux îlots insalubres et de restructurer en profondeur certains quartiers autour de l’Avenue d’Italie. Albert Ascher, Michel Holley, Daniel Mikol et Maurice Novarina, quelques-uns des architectes engagés dans cette réalisation urbaine de grande envergure appliqueront les principes de l’Architecture moderne contenus dans la Charte d’Athènes de Le Corbusier7 : remplacer les immeubles d’habitation alignés le long des rues étroites, sombres et humides par des tours afin de libérer de vastes espaces au sol et de disposer d’appartements baignés de lumière. De cette opération surgiront une trentaine de tours en particulier celles de l’îlot Galaxie, du village Olympiades et de l’ensemble Masséna, et bien sûr la tour Antoine et Cléopâtre. L’immeuble phare de ce projet urbain, la tour Apogée, censée être l’immeuble le plus élevé de Paris8, ne verra jamais le jour, parce que le Président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, estime à cette époque que Paris ne doit pas devenir une ville de gratte-ciel à l’image des métropoles américaines.

5Malgré l’enthousiasme de nombreux décideurs politiques et intellectuels pour la ville moderne, la transformation des quartiers du 13e arrondissement engagée dans les années 1960 fera couler beaucoup d’encre en raison de sa démesure et sera l’objet de nombreuses controverses, tant au niveau économique et politique que social et intellectuel. En effet, le projet urbain, organisé autour du principe de la table rase et qui programme l’érection de 55 tours et le relogement de plusieurs dizaines de milliers de personnes, ne laisse pas les Parisiens indifférents et particulièrement les habitants de ces quartiers anciens. Le sociologue Henri Coing s’intéressera ainsi aux opérations de rénovation urbaine de cet arrondissement du sud de Paris. Il publiera notamment en 1966 Rénovation urbaine et changement social (Éditions ouvrières) dans lequel il retrace une enquête de trois ans dans un des quartiers du 13e arrondissement en cours de rénovation urbaine. À partir de cette monographie, Coing montre la manière dont une transformation architecturale et urbanistique vient bouleverser en profondeur la communauté de quartier, ses modes de vie, ses aspirations et les relations entre ses membres.

6Si le programme immobilier de l’opération « Italie 13 » n’a pas été comme nous l’avons vu précédemment réalisé dans sa totalité – un peu plus de 50 % des tours sont sorties de terre –, il n’en demeure pas moins que le 13e arrondissement incarne de façon majeure l’architecture et l’urbanisme fonctionnaliste avec ses barres, ses tours, ses dalles et ses vastes centres commerciaux. Avant la restructuration urbaine des années 1960-1970 de cet arrondissement, celui-ci reflétait déjà ostensiblement « la folie des hauteurs » comme le dirait Thierry Paquot. En effet, à quelques centaines de mètres au nord de la Place d’Italie, le premier gratte-ciel de logements de la capitale a été érigé à la fin des années 1950. D’une hauteur de 67 mètres, la tour « Croulebarbe » de 23 étages se détache nettement des immeubles environnants, et tout particulièrement du bâtiment d’Auguste Perret accueillant le Mobilier national.

  • 9 La tour Triangle devrait voir sa pointe dominée Paris pour les Jeux olympiques d’été de 2024.
  • 10 Haute qualité environnementale
  • 11 Les autres projets de tours – par exemple autour de la ZAC Bercy-Charenton (12e arrondissement) – a (...)

7Au fur et à mesure de l’érection des tours du 13e, un changement d’état d’esprit de la population parisienne se révèle, une opposition aux immeubles de grande hauteur qui trouve un écho chez les décideurs politiques, et ce jusqu’au plus haut sommet de l’État. Au niveau national, les grandes opérations d’urbanisme de tours programmées sont alors progressivement arrêtées dès le milieu de la décennie 1970, et la polémique sur les tours semblera bien enterrée, jusqu’au moment où les préoccupations environnementales s’inviteront dans le débat sur l’aménagement des villes. Le débat sur les tours a été en effet relancé à la fin des années 2000, notamment par le maire de Paris, qui, face à la pénurie de foncier dans la capitale, se demandait si le choix raisonné de quelques emplacements ne permettrait pas d’accroître le rythme de construction de logements, notamment sociaux. De nombreuses voix se sont élevées à l’époque contre cette hypothèse, y compris au sein de la majorité municipale. Pourtant, quelques sites – porte de la Chapelle, porte de Bercy et au sein du parc des expositions de la porte de Versailles – ont été avancés par la mairie. Le projet de la Tour Triangle à la porte de Versailles sert depuis 2008 de catalyseur et d’amplificateur des controverses, ainsi que de chambre d’écho tant aux séides qu’aux opposants des tours en général. Avec ses 42 étages, cet immeuble de 180 mètres de haut, qui rassemblera – s’il est construit9 – des bureaux, des salles de congrès, un hôtel, des commerces sur rue et des espaces accessibles au public (atrium, belvédère…), ne parvient pas à faire consensus malgré les nombreux investissements déployés en vue de réduire ses impacts environnementaux (énergie solaire et géothermie, certification HQE10, etc.)11. Dans ce débat, deux questions se posent : pourquoi les tours, et en particulier les tours de logements, sont-elles mal perçues par de larges couches de la population ? Doit-on adopter une position de principe, favorable ou défavorable, et, dans l'affirmative, au nom de quels arguments ?

8Tout l’intérêt de l’ouvrage de Dan Ferrand-Bechmann est d’avoir recueilli à la fin des années 2010 la parole des habitants de bas (Antoine) en haut (Cléopâtre) ainsi que du nord au sud et de l’est à l’ouest de cet IGH, avec pour but d’aller au-delà des représentations communément admises. Tout d’abord, il semble que les habitants semblent heureux d’habiter cette tour et satisfaits de fréquenter le quartier « Italie ». Ils sont bien chez eux nous dit l’auteure, notamment parce que certains appartements sont modulables et donc plus facilement appropriables (p. 66). D’une façon générale, même si les bruits des voisins peuvent gêner, la très grande majorité des habitants rencontrés s’accordent à dire que 1/ l’agencement à l’intérieur des appartements est fonctionnel (p. 69), 2/ les services et les équipements de l’immeuble (poste de contrôle et sécurité, piscine, salle de réunion, celliers au niveau des étages…) sont pratiques (p. 70), 3/ « l’immeuble est bien tenu et bien fréquenté » (p. 77). Finalement, nous dit l’auteure, si quelques habitants sont arrivés dans le quartier un peu par hasard et séduits par l’architecture de l’immeuble, ils s’y sont installés durablement et sont souvent devenus inconditionnels de la proximité des multiples transports, des commerces et de l’animation autour de la place d’Italie. Par ailleurs, ce qui pourrait surprendre au premier abord, c’est qu’il semble régner une atmosphère conviviale dans l’immeuble, même si les habitants arrivés à l’ouverture de la tour se montrent nostalgiques lorsqu’ils évoquent des souvenirs d’activités communes (cours de danse, de piano, expositions, prêt de livres…) et l’ambiance villageoise qui y régnait (p. 74-75). En outre, si Antoine et Cléopâtre a perdu presque la moitié de ses occupants depuis son ouverture en 1979, la question qui préoccupe Dan Ferrand-Bechmann est de savoir « pourquoi vient-on habiter et reste-t-on dans cet immeuble ? » Pour nombre de résidents, le prix a été l’élément déterminant, prix modéré du fait de la situation du quartier – au sud-est de Paris –, de l’architecture verticale dominante et de l’urbanisme fonctionnaliste. Mais pour beaucoup d’habitants, c’est le type d’architecture de l’immeuble qui a motivé leur choix résidentiel : « On est dans les nuages, comme sur une colline, il y a une vision large et pas de vis-à-vis, on est au-dessus des autres maisons, j’adore la lumière et les couchers de soleil extraordinaires » (p. 85) note une habitante rencontrée par l’auteure. Malgré l’hyper urbanité, certains habitants avouent qu’ils n’auraient pas pu vivre ailleurs (p. 87).

9Au bonheur des tours s’arrête sur une réflexion sur les relations de voisinage et notamment sur le lien entre architecture et voisinage : l’architecture influence-t-elle la constitution des relations d’échange, d’entraide ? L’auteure montre, qu’à ce sujet, ce sont les équipements qui structurent fortement les échanges sociaux. Si le fort taux d’équipement commercial du quartier et leur large amplitude horaire ne conduisent que rarement les habitants à se solliciter les uns les autres (pour du dépannage alimentaire par exemple), d’autres équipements – de loisirs notamment – structurent davantage les sociabilités. C’est le cas exemplaire de la piscine et du sauna qui fonctionnent comme des lieux où se croisent de manière plus soutenue les habitants de l’immeuble, et donnent à voir comment des hiérarchies implicites s’immiscent entre les habitants (entre ceux nouvellement arrivés et ceux plus anciens par exemple). Aussi, parce qu’il est plus fréquenté encore, l’ascenseur a pu être comparé à la place du village (p. 111) ; néanmoins les échanges restent ici lapidaires. Alors peut-on dire que des liens de proximité et d’échange sont plus conséquents au sein d’un lotissement pavillonnaire par exemple ? L’auteure soulève la question et montre que les salutations cordiales ne sont pas moins nombreuses, et que se jouent même des échanges de services. Ici ou là l’auteure rapporte quelques conflits de voisinage (autour du bruit ou de l’usage des équipements propres à l’immeuble) mais sans pour autant que cela n’impacte la quiétude offerte par la tour. La création d’un groupe WhatsApp témoigne d’ailleurs de la volonté de certains de créer une communauté d’échanges au sein de l’habitat vertical, espace numérique qui a d’ailleurs pour rôle élargi celui d’informer les résidents, à côté des instances classiques (comme le Poste de contrôle et sécurité).

10En plus de livrer un témoignage personnel, l’ouvrage de Dan Ferrand-Bechmann a le mérite de revenir sur de nombreuses questions qui taraudent les chercheurs spécialistes des Urban Studies. Émaillés de documents iconographiques (affiches, photographies, articles de presses…) – qui ne sont malheureusement pas de bonne qualité et dont certaines légendes manquent –, cet ouvrage se lit agréablement même si l’auteure aurait pu convoquer davantage la parole des habitants et ses propres observations. On regrettera aussi que les cahiers dits de mains courantes ne soient pas plus exploités, et ce de manière plus systématique, en ce sens qu’ils auraient pu représenter des traces objectivées de la vie quotidienne qui se joue au sein de la tour. Ce livre propose donc une description riche et personnelle du 13e arrondissement de Paris et de la vie dans un IGH, loin des stéréotypes habituellement associés au logement collectif. Ouvrage facile à lire, peu jargonnant, et mobilisant quelques-unes des références phares de la sociologie urbaine, il est aussi l’occasion de saisir par le terrain les enjeux du champ. Pour les plus initiés, Au bonheur des tours se présente alors comme une manière d’entrer discrètement dans l’immeuble Antoine et Cléopâtre et de disposer d’un matériau empirique foisonnant.

Haut de page

Notes

1 Elle a entre autres publié Bénévolat et solidarité (Syros, 1992), Le métier de bénévole (Économica-Anthropos, 2000) et Le bénévolat, Au bénévole inconnu ! (Juris Associations, 2014).

2 Pauvre et mal logé (L’Harmattan, 1990) et Entraide, participation et solidarités dans l’habitat (L’Harmattan, 1992). Rappelons que le manuscrit de la thèse de Madame Ferrand-Bechmann avait pour titre : L’anti-ville : les résidences secondaires (1975).

3 Tribulations d’une sociologue. Quarante ans de sociologie (L’Harmattan, 2008)

4 L’auto-analyse constitue une méthode d’analyse consistant à se prendre soi-même et son environnement personnel comme objet d’étude sociologique. L’auto-analyse permet de saisir comment son propre environnement influence l’analyse sociologique. Pierre Bourdieu s’est – partiellement – plié à cet exercice afin de trouver la vérité scientifique, sociologique en l’occurrence, à propos de soi et de son cadre de vie. (Science de la science et réflexivité, Raisons d’Agir, 2001 et Esquisse d’une auto-analyse, Raisons d’Agir, 2004).

5 Outre les observations in situ au sein de l’immeuble et les conversations informelles avec les résidents, l’auteure a réalisé 35 entretiens semi-directifs d’habitants et une interview de l’architecte de la tour (Michel Holley). Elle a également consulté les mains courantes déposées dans les cahiers du Poste de contrôle et sécurité (PCS) et participé à un forum d’échanges avec une cinquantaine de ménages de l’immeuble via l’application WhatsApp.

6 Cf. les deux ouvrages de Thierry Paquot, La folie des hauteurs. Pourquoi s’obstiner à construire des tours ? (Éd. François Bourin, 2008) et Désastres urbains. Les villes meurent aussi (La Découverte, 2015) ainsi que le dossier « Tours » de la revue Urbanisme, n° 354, mai-juin 2007.

7 Ouvrage publié (aux Éd. Plon) par le Corbusier en 1941 à la suite du IVe Congrès international d’architecture moderne (CIAM) de 1933 qui s’était tenu sur un bateau entre Marseille et Athènes. Cet ouvrage comprend 95 points sur la planification et la construction des villes.

8 L’agence américaine Skidmore, Owings & Merril avait dessiné à cette époque le projet d’une tour de 230 mètres de haut. Rappelons que cette agence a réalisé à ce jour plus de 280 gratte-ciel dans le monde, et notamment le plus haut, la Burj Khalifa de 828 mètres à Dubaï (É.A.U.).

9 La tour Triangle devrait voir sa pointe dominée Paris pour les Jeux olympiques d’été de 2024.

10 Haute qualité environnementale

11 Les autres projets de tours – par exemple autour de la ZAC Bercy-Charenton (12e arrondissement) – avancés par la mairie de Paris ne rencontrent pas un grand succès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Martin et Jean-Marc Stébé, « Quand les tours font le bonheur des uns et le malheur des autres », Espace populations sociétés [En ligne], 2020/3-2021/1 | 2021, mis en ligne le 21 janvier 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/eps/11260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.11260

Haut de page

Auteurs

Elsa Martin

Maître de conférences
Université de Lorraine
Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S)
Mail : elsa.martin@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Jean-Marc Stébé

Professeur des universités
Université de Lorraine
Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S)
Mail : jean-marc.stebe@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search