Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2020/3-2021/1RecensionsLa maison individuelle : un modèl...

Recensions

La maison individuelle : un modèle d’habiter bien français

Jean-Marc Stébé
Référence(s) :

Matthieu GATEAU et Hervé MARCHAL, La France pavillonnaire, Paris, Éditions Bréal, 2020.

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment, Gateau M. (2016), « Choix pavillonnaire, sociabilités et ancrage résidentiel en zone (...)

1L’ouvrage de Matthieu Gateau et d’Hervé Marchal La France pavillonnaire revient sur quelques questionnements liés à l’habitat individuel que les deux auteurs ont initiés dans plusieurs recherches empiriques au cours de la dernière décennie1. Les deux sociologues, grands spécialistes de la ville et de l’habitat, proposent ainsi, de façon didactique, de répondre à cinq questions relatives à l’univers pavillonnaire correspondant à autant de chapitres : Est-il possible de bien vieillir dans son pavillon ? (I) Comment s’agrègent et se distinguent les catégories sociales au sein des lotissements pavillonnaires ? (II) Pourquoi leurs habitants recherchent-ils la proximité de la nature ? (III) Comment voisinent-ils ? (IV) Enfin, quels sont les ressorts de leur engagement citoyen ? (V). Ce livre, très stimulant intellectuellement, défend d’emblée l’idée selon laquelle le mode de vie dans un pavillon peut être considéré comme un phénomène social majeur, et davantage encore comme un analyseur social à même de nous aider à comprendre nombre d’enjeux et de défis de société relatifs à ce que les deux chercheurs en sociologie dénomment la « question pavillonnaire ». En effet, le pavillon fait naître nombre de questions aussi bien au niveau du vieillissement de la population, de la répartition des catégories sociales, des mobilités quotidiennes, de l’organisation du travail et des loisirs que de la géographie électorale, de l’aménagement du territoire et du développement durable.

  • 2 Menées entre autres par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (...)
  • 3 Institut national de la statistique et des études économiques.
  • 4 Institut national des études démographiques
  • 5 Girard A. et Stoetzel J. (1947), Désirs des Français en matière d’habitation urbaine : une enquête (...)
  • 6 Djefal S. et Eugène S. (2004), « Être propriétaire de sa maison, un rêve largement partagé, quelque (...)
  • 7 Durif P. et Berniard S. (1969), « Les Français et la maison individuelle », Économie et statistique(...)
  • 8 Sources : INSEE et Service de la donnée et des études statistiques (SDES) – ministère du Logement e (...)
  • 9 En 2008, le nombre de maisons individuelles s’élevait à 18,4 millions, soit 56,7 % du parc total de (...)
  • 10 Chiffre des logements individuels (purs et groupés) mis en chantier en 2019 en France hors Mayotte (...)

2Afin de montrer l’ampleur du phénomène pavillonnaire, Gateau et Marchal s’appuient sur les enquêtes d’opinion en matière de logement idéal menées régulièrement auprès des Français2 et sur les statistiques de l’habitat de l’INSEE3. La grande majorité des Français réaffirment à intervalle régulier que la maison individuelle représente le logement idéal. Ainsi, en 1947, l’INED4 publiait les résultats d’une grande enquête sur les désirs de la population française en matière d’habitation : 72 % des enquêtés déclaraient alors préférer la maison individuelle au logement dans un immeuble collectif5. En ce début de XXIe siècle, les Français continuent à largement plébisciter le pavillon individuel. En 2004 par exemple, le CRÉDOC indiquait que le « logement idéal » était la « maison individuelle » pour 82 % des Français et qu’être propriétaire de sa maison constitue la combinaison parfaite pour 77 % d’entre eux. Le centre de recherche relevait également que 12 % préféraient la propriété d’un appartement et 11 %, la location de la résidence principale6. De son côté, l’INSEE porte depuis longtemps son attention sur la question des préférences en matière de logement. Suite à l’exploitation des données de l’INSEE, Pierre Durif et Sylvie Berniard notaient à la fin de la décennie 1960 que pour 77 % des candidats au déménagement, le logement idéal est une maison individuelle7. Par ailleurs, l’Institut relève qu’en 2019 sur les 36,6 millions de logements que compte la France hors Mayotte, 56 % sont des maisons individuelles8. Celles-ci sont majoritaires parmi les résidences principales comme parmi les résidences secondaires, respectivement 56,8 % et 55,8 %. Mais depuis 2008, leur part recule légèrement car le nombre de logements collectifs augmente plus vite que celui des maisons individuelles9. En outre, l’INSEE met en exergue que l’habitat individuel est d’autant plus fréquent que la commune est petite, et ce pour toutes les catégories de logements (résidence principale ou autres). Enfin, on apprend que six ménages sur dix sont propriétaires de leur résidence principale en 2019. Cette part est stable sur les dernières années alors qu’elle n’avait cessé de croître depuis les années 1980 jusqu’en 2010. Si pour les deux sociologues, la « question pavillonnaire » est devenue au fur et à mesure du temps un phénomène d’ampleur considérable, c’est bien parce qu’aujourd’hui encore on construit en France plus de 162 200 maisons individuelles10, parce que celles-ci s’inscrivent de manière ostensible et constante dans les paysages qu’ils soient urbains, suburbains ou ruraux, et parce qu’elles recouvrent en moyenne près de 50 % de la surface des terres artificialisées au cours d’une année.

  • 11 Raymond et al. (1966), L’habitat pavillonnaire, Paris, CRU ; Raymond-Dezès M.-G. (1966), La politiq (...)

3Les auteurs n’omettent pas d’inscrire leurs réflexions dans le droit-fil des études menées au cours des années 1960-1970 par Henri Raymond et ses collègues Marie-Geneviève Raymond, Nicole et Antoine Haumont. Ces recherches, conduites au sein de l’Institut de sociologie urbaine (ISU) et qui seront publiées dans trois ouvrages11, ont permis de porter un éclairage neuf sur la dimension symbolique et sociale non seulement de l’habitat pavillonnaire mais également de l’habitat en général, de souligner l’ancrage spatial de la socialisation ainsi que le caractère pulsionnel de l’appropriation socio-spatiale et, plus précisément, de la clôture de l’espace de l’habitat. Les résultats de l’analyse montreront que le pavillon semble mieux correspondre aux aspirations des individus que le logement collectif – pourtant plébiscité à l’époque par les séides du rationalisme urbain et du fonctionnalisme architectural – et qu’il ne constitue réellement ni un archaïsme ni une pure expression de l’égoïsme petit-bourgeois. Précisons que d’une façon générale, les études de l’ISU sur les pavillonnaires s’ancrent dans les travaux d’Henri Lefebvre, qui, dès les années 1960, exhorte les chercheurs en sciences humaines et sociales à s’intéresser davantage à la dimension spatiale de la vie quotidienne des individus.

  • 12 Cf. Fischer G.-N. (1981), La psychosociologie de l’espace, Paris PUF ; Moles A. et Rohmer E. (1976) (...)

4Cela étant précisé, la première question à laquelle les deux enseignants-chercheurs de l’Université de Bourgogne souhaitent répondre est celle de savoir s’il est possible de bien vieillir dans son pavillon composé dans un grand nombre de cas de deux niveaux. Malgré que ce type de logement soit assez peu adapté au vieillissement, les aînés interviewés par les chercheurs semblent cependant y être attachés. Pour comprendre ce qui apparaît surprenant, il est nécessaire de déplacer la focale analytique en direction non pas du logement individuel en lui-même mais vers le quartier dans lequel s’insèrent les pavillons des personnes âgées. Pour celles-ci leur quartier pavillonnaire est bien souvent apprécié parce qu’il dispose « de multiples petites sphères informelles de sociabilité », comme la boulangerie du coin, la pharmacie ou encore la supérette, autant de lieux d’accroche rassurants et familiers permettant l’instauration de moments de convivialité (p. 20). En raison de la familiarité qui s’instaure, le lotissement pavillonnaire se révèle, sans aucun doute, accueillant pour les aînés. Il devient progressivement au cours des années un territoire apprivoisé, connu… dans lequel les processus de nidification – d’appropriation – sont possibles12 qui sied bien aux personnes âgées. In fine, comme le signalent les auteurs, le quartier pavillonnaire participe du « capital social et spatial » des aînés : il propose ainsi à la fois « un capital d’aise » à travers le contrôle d’une spatialité qui fait territoire et lieu, et « un capital identitaire » en raison des liens qui s’y tissent et des actions collectives qui s’y déploient (p. 21 et 26).

5La deuxième question soulevée dans la France pavillonnaire s’intéresse à la composition sociale des quartiers pavillonnaires. Si les classes moyennes s’imposent massivement dans les premiers lotissements des années 1960-1970, qu’en est-il aujourd’hui cinquante après ? Les crises successives (économiques, financières) qu’a connues la France à la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle ont, à plus d’un égard, modifié la cartographie sociale des espaces suburbains. Les recherches menées depuis plusieurs décennies au sein du périurbain pavillonnaire mettent en exergue la présence de « populations variées qui se polarisent entre celles qui subissent la relégation sociale et spatiale, celles dont l’arrivée plus récente entraîne de nouveaux phénomènes de ségrégation ‘‘par le haut’’ et celles, ‘‘moyennes’’ » qui peinent aujourd’hui à se maintenir dans les espaces périurbains les plus cotés (p. 30-31). Force est donc de constater que les lotissements de maisons individuelles sont sur le plan socio-économique des espaces pluriels et diversifiés : quartiers pavillonnaires gentrifiés d’un côté, paupérisés et moyennisés de l’autre. C’est dire s’il n’existe pas de ce point de vue une seule « France pavillonnaire » mais des « France pavillonnaire ».

  • 13 Les jardins de Kyoto sont emblématiques du Japon, pays qui a su les élever au rang de véritable art (...)

6Le troisième chapitre pose la question des motivations pour la maison individuelle. Si le choix d’un pavillon est surtout motivé par l’attrait de la nature et de la campagne, de quelle nature s’agit-il ? En France, la maison individuelle environnée de nature, éloignée de la ville et inscrite dans un cadre villageois fait florès depuis fort longtemps et est très souvent convoquée dans les discours des familles pour justifier leur choix résidentiel. Pour elles, le vocable « nature » renvoie à la qualité paysagère et environnementale et correspond à un « espace ouvert », calme, sans voisins et sans espace bâti dans son champ de vision (p. 45). Mais Matthieu Gateau et Hervé Marchal montrent avec beaucoup de pertinence que le rapport qu’entretiennent les habitants des pavillons à la nature est ambivalent, étant donné que celle-ci est autant un ressort pour justifier le choix résidentiel qu’une figure d’opposition lorsqu’elle apporte nombre d’insatisfactions : le chant du coq intempestif au petit matin, les chemins boueux à la sortie de l’hiver, la prolifération d’insectes à l’arrivée de l’été, la multiplication des feuilles mortes à l’automne… autant de désagréments qui font que les habitants des zones périurbaines pavillonnaires apprécient la nature en tant que paysage figé. Ils préfèrent sans conteste une nature maîtrisée, arrangée, dépourvue de son état sauvage, débarrassée de toutes ses nuisances, à l’image d’un décor de carte postale ou des jardins ciselés et léchés de Kyoto13.

7Le quatrième chapitre vise à répondre à la question du développement des sociabilités dans les pavillonnaires. D’emblée les auteurs rappellent « qu’on peut être voisins sans jamais voisiner, c’est-à-dire sans jamais créer de relation » (p. 65), et c’est certainement cela qui se déroule, dans bien des cas, au sein des zones pavillonnaires. En effet, comme cela a souvent été observé par les sociologues urbains, les relations entre voisins se cantonnent à « de simples marques de politesse renvoyant à la recherche d’un minimalisme social et de la cordiale ignorance » (p. 65). Les habitants des lotissements de maisons individuelles qui vivent à proximité les uns des autres s’accordent sur le fait d’établir, bien sûr, des relations avec ses voisins, mais que celles-ci soient aimables et sereines, mais surtout pas coercitives, « en vertu du principe selon lequel les voisins ne sont pas, sauf volonté contraire, des intimes » (p. 65). Si les règles du « chacun chez soi » et « du bonjour, bonsoir » dominent, il n’en demeure pas moins qu’il existe au sein de l’univers pavillonnaire des lieux où les sociabilités entre les résidents s’organisent, comme les associations, les comités de quartiers, les conseils municipaux, les clubs ou tout simplement les groupes constitués de façon informelle autour d’un hobby (marche en forêt, bicyclette…).

  • 14 Lefebvre H. (1972), Le droit à la ville, Paris, Anthropos.
  • 15 Birck J.-N. (2013), « Conseil de quartier », in Casillo I. et al. (dir.), Dictionnaire critique et (...)

8Les lotissements pavillonnaires seraient, comme le prétendent parfois un certain nombre d’experts, des lieux de passage marqués par l’individualisme et le repliement, et c’est à cette question que s’intéresse le cinquième et dernier chapitre. Les deux chercheurs s’élèvent contre cette idée reçue, se plaçant ainsi dans les pas d’Henri Raymond. Il existerait, selon eux, des formes multiples d’engagement citoyen dans les pavillonnaires, à commencer par l’investissement associatif et le militantisme politique. Les conseils de quartier par exemple sont devenus progressivement depuis 2002 – date de leur création – de véritables instances citoyennes dans lesquelles se décident des actions collectives (fête des voisins, vide-grenier, ramassage des ordures aux abords des chemins forestiers…) et s’organisent des actions de développement communal et d’aménagement urbain (pistes cyclables, ralentisseurs sur la chaussée…). Ils permettent ainsi de redonner aux citoyens-pavillonnaires une forme de pouvoir et de prise sur les problématiques de leur quartier. Nous retrouvons ici une idée chère à Henri Lefebvre, celle d’instituer un « droit à la ville »14, autrement dit de restituer aux habitants le droit à la participation active et à la gestion de la cité, et ici en l’occurrence la gestion des quartiers de maisons individuelles. Ainsi, les conseils de quartiers se constituent en « instances de socialisation à l’action politique parfois à la prise de parole en public ou encore à l’expression d’une nouvelle forme d’expertise issue des ‘‘savoirs d’usage’’ détenus par les citoyens »15.

  • 16 Legué P., Pinson D. et T. Paquot (2014), « La culture de la maison ne va pas de soi », propos recue (...)

9La France pavillonnaire est un ouvrage qui se lit agréablement. Si les deux auteurs mobilisent de nombreuses références bibliographiques, nous regrettons que certaines thèses n’aient pas été soutenues et appuyées par quelques chiffres. Ainsi, par exemple, les démonstrations sur les relations sociales ou sur l’engagement citoyen auraient eu davantage de poids si des statistiques sur l’investissement associatif ou la mobilisation citoyenne avaient été mobilisées. Par ailleurs, une partie sur l’évolution de la construction des maisons individuelles depuis un demi-siècle aurait, nous semble-t-il, permis de saisir davantage la place qu’a pris – et que prend encore – dans la vie des Français et dans l’économie nationale l’habitat individuel. Enfin, un petit passage sur la sémantique des termes « pavillon » et « maison » aurait été la bienvenue pour mieux saisir l’idéologie anti-pavillonnaire qui se développe depuis plusieurs décennies. Daniel Pinson dit bien que « le pavillon se distingue de la maison par son détachement affirmé de la ville ». Et il ajoute : « Le pavillon, c’est la tente de campagne du chef de guerre, devenue plus tard ‘‘folie’’ aristocratique, censée éloigner de la ville les turpitudes du noble. […] Le pavillon est le type d’habitation dont les urbanistes parlent avec une pointe de dédain, voire de mépris, et qui, à la faveur d’un règlement hygiéniste datant d’une loi de 1902, fait le vide autour de lui avec ses trois mètres de marge latérale minimales réglementaire. Cette rente de situation et ce privilège de paysage, le pavillonnaire ne veut pas les partager avec un autre projet encore moins s’il est collectif et social. »16 À la lecture de ces quelques lignes du professeur Pinson, on ne peut qu’être en accord avec Matthieu Gateau et Hervé Marchal lorsqu’ils affirment que la maison individuelle est au centre de nombreuses controverses, qu’elle véhicule nombre de représentations sociales et d’idées reçues, et qu’elle mobilise les passions voire les exaltations.

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment, Gateau M. (2016), « Choix pavillonnaire, sociabilités et ancrage résidentiel en zones périurbaines. Le cas des classes moyennes supérieures dijonnaises », in Costes L., Territoires du périurbain. Quelles nouvelles formes d’appropriation ?, Paris, L’Harmattan, p. 37-56 ; Marchal H. (2017), « Vieillir dans un quartier composé de pavillons », Gérontologie et société, vol. 39, n° 152, p. 27-40 ; Marchal H. et Stébé J.-M. (2016), « Acquérir et rénover une maison en cœur de village. Regards sur un territoire émergent : le pré-urbain », Ethnologie française, vol. XLVI, n° 4, p. 719-730.

2 Menées entre autres par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CRÉDOC).  

3 Institut national de la statistique et des études économiques.

4 Institut national des études démographiques

5 Girard A. et Stoetzel J. (1947), Désirs des Français en matière d’habitation urbaine : une enquête par sondage, Paris, PUF-INED.

6 Djefal S. et Eugène S. (2004), « Être propriétaire de sa maison, un rêve largement partagé, quelques risques ressentis », Consommation et modes de vie, CRÉDOC, n° 177.

7 Durif P. et Berniard S. (1969), « Les Français et la maison individuelle », Économie et statistique, vol. 7, n° 1, p. 3-16.

8 Sources : INSEE et Service de la donnée et des études statistiques (SDES) – ministère du Logement et de l’Habitat durable, estimations annuelles du parc de logements au 1er janvier. L’INSEE distingue deux types de maisons : « individuel pur » (maison individuelle résultant d’une opération de construction ne comportant qu’un seul logement) et « individuel groupé » (maison individuelle résultant d’une opération de construction comportant plusieurs logements individuels).

9 En 2008, le nombre de maisons individuelles s’élevait à 18,4 millions, soit 56,7 % du parc total de résidences (32,5 millions).

10 Chiffre des logements individuels (purs et groupés) mis en chantier en 2019 en France hors Mayotte (sources : INSEE-SDES).

11 Raymond et al. (1966), L’habitat pavillonnaire, Paris, CRU ; Raymond-Dezès M.-G. (1966), La politique pavillonnaire, Paris, CRU ; Haumont N. (1966), Les pavillonnaires, Paris, CRU.

12 Cf. Fischer G.-N. (1981), La psychosociologie de l’espace, Paris PUF ; Moles A. et Rohmer E. (1976), Micropsychologie et vie quotidienne, Paris, Denoël-Gonthier.

13 Les jardins de Kyoto sont emblématiques du Japon, pays qui a su les élever au rang de véritable art. Cf. notamment le jardin de mousses Saiho-Ji où sont cultivés près de 120 espèces de mousses. Ce dernier est entretenu par une armée de jardiniers portant des gants blancs.

14 Lefebvre H. (1972), Le droit à la ville, Paris, Anthropos.

15 Birck J.-N. (2013), « Conseil de quartier », in Casillo I. et al. (dir.), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris, GIS, cité par les auteurs p. 78-79.

16 Legué P., Pinson D. et T. Paquot (2014), « La culture de la maison ne va pas de soi », propos recueillis par Léglise F., L’architecture d’aujourd’hui, n° 403, p. 36-43

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Stébé, « La maison individuelle : un modèle d’habiter bien français », Espace populations sociétés [En ligne], 2020/3-2021/1 | 2021, mis en ligne le 21 janvier 2021, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/eps/11270 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.11270

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search