Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2021/2-3Des politiques inclusives aux eff...L’insertion délicate des disposit...

Des politiques inclusives aux effets ambivalents

L’insertion délicate des dispositifs d’accompagnement des usagers de drogue précaires dans le tissu urbain bordelais

The insertion of support centres for precarious drug users in the urban environment of Bordeaux
Cecilia Comelli

Résumés

L’usage de drogue est considéré comme un « problème social » que les États tentent de réguler par des politiques plus ou moins permissives. La France est dans un modèle plutôt prohibitionniste qui dispose d’un versant répressif et d’un versant sanitaire et social. Ce second versant propose d’accompagner les usagers de drogues par le biais de structures médico-sociales (CSAPA et CAARUD) qui se déploient sur le territoire. Nous étudions ici l’insertion de ces dispositifs dans le tissu urbain bordelais qui connaît une politique de rénovation depuis une vingtaine d'années. Cette évolution est en partie responsable des tensions qu’il peut y avoir entre la ville solidaire des usagers précaires et l’hostilité à leur égard qui se manifeste en réaction à l’implantation des centres d’accueil et d’accompagnement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les études urbaines montrent que de nombreuses villes évoluent en fonction d'une idéologie néo-libérale qui tend à mettre la ville en scène, dans une perspective capitaliste, et à en faire un produit générant des profits [Harvey, 2008, Margier, 2017]. Cette vision de la ville entraîne une recherche d’« espaces inoffensifs » [Sennett, 2009], d’aseptisation qui serait gage de sécurité et d’attractivité. Dans ce contexte, des habitants se trouvent marginalisés et peuvent être la cible de mesures d’éviction [Atkinson, 2003 ; Lees, 2003], en particulier dans l’espace public où leur visibilité peut déranger. Les usagers de drogue précaires font partie des exclus, de ces personnes « out of place » [Creswell, 1996].

2La drogue est par ailleurs construite comme un « problème social » [Ogien, 2017] qui pose des enjeux de sécurité. La réaction sociale et le jugement moral, qui accompagnent ce fait social, participent à façonner les politiques des villes confrontées à ces problèmes sanitaires et sociaux. Les politiques urbaines oscillent ainsi entre une recherche d’attractivité, produisant des villes dissuasives, niant le droit à la ville pour tous [Harvey, 2011 ; Sennett, 2009 ; Terrolle, 2004] et des politiques du care visant à accompagner les plus démunis [Tronto, 2008]. Dans ce contexte néolibéral, les usagers de drogues précaires sont à la fois la cible de mesures sanitaires et sociales visant à les protéger, les soigner ou les réinsérer et des mesures sécuritaires visant à ce qu’ils ne troublent pas l’ordre public.

  • 1 DRUSEC (2017-2021), projet franco-allemand financé par l’ANR pour la France et le BMBF pour l’Allem (...)
  • 2 https://drusec.hypotheses.org/.
  • 3 Les salles de consommation de Paris et Strasbourg ont été ouvertes fin 2016 pour une expérimentatio (...)

3La recherche présentée a été menée dans le cadre de l’ANR DRUSEC1, projet franco-allemand qui s’intéresse aux enjeux de sécurité liés à l’usage de drogue et d’alcool dans les espaces publics urbains2. Nous nous intéresserons ici plus particulièrement au versant sanitaire et social de cette politique à travers les dispositifs d’accompagnement des usagers de drogue à Bordeaux. Cette ville a été choisie en raison de l’ancienneté des associations en charge de ces centres et de l’influence de leurs responsables, tant au niveau local dans leurs relations avec les représentants de l’État (mairie, Agence Régionale de Santé), qu’au niveau national, au sein du milieu des professionnels du secteur. Ces dispositifs se déploient dans un contexte politique local lui-même d’une grande stabilité (la ville est restée à droite de 1947 à 2021) qui a permis la construction de relations sur le long terme entre ces acteurs et le déploiement de la politique de soin sous sa forme actuelle dans la ville. De plus, Bordeaux devait expérimenter une salle de consommation à moindre risque (SCMR)3 avec Paris et Strasbourg.

  • 4 L’Observatoire français des drogues et de la toxicomanie est un groupement d’intérêt public, crée e (...)

4Pour mener à bien la recherche, nous avons conduit une trentaine d’entretiens semi-dirigés auprès des acteurs mettant en œuvre cette politique. Nous avons ainsi interrogé des professionnels du secteur sanitaire et social, des personnels municipaux, de la police nationale et de l’Agence Régionale de Santé (ARS) ainsi que des élus. Quelques entretiens ont été menés avec des habitants, usagers ou non. Nous avons également pu assister aux focus-groupes du réseau TREND (Tendances Récentes et Nouvelles Drogues) réunissant les acteurs régionaux du champ sanitaire. Ce dispositif national de l’Observatoire français des drogues et de la toxicomanie (OFDT)4 vise la collecte d’informations sur le territoire concernant l’évolution des pratiques et les phénomènes émergents. Des entretiens plus informels ont aussi été menés auprès d’usagers fréquentant les Centres d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des Risques pour les Usagers de Drogue (CAARUD) lors d’observations in situ. Les observations ont été menées dans et aux abords des deux CAARUD associatifs présents à Bordeaux qui sont gérés par le CEID (Comité d’Étude et d’information sur la Drogue) et La CASE (fondée par Médecins du Monde).

5Ces centres sont des dispositifs contribuant à la dimension « solidaire » de la ville [Rousseau et al., 2014]. Cette dimension n’est pas déconnectée du contexte néolibéral puisqu’elle vise, au moins en partie, à la (ré)insertion des individus « déviants » [Becker, 1985] et qu’elle est, bien souvent, financée par l’État. De plus, la politique de réduction des risques encourage la responsabilisation des usagers, que Fournier considère comme « une modalité indispensable "du gouvernement de la conduite" au sein d’une rationalité néolibérale » [Fournier, 2015]. Cet auteur ajoute que « la notion de responsabilisation est particulièrement visible dans les politiques d’aides sociales » [Ibid.]. Cette approche, qui va souvent de pair avec l’accompagnement communautaire et l’empowerment [Bacqué et Biewener, 2013], est également mis en œuvre outre-Atlantique et notamment au Canada, ainsi que décrit par Quirion et Bellerose : « Les stratégies de réduction des méfaits doivent ainsi être considérées comme la manifestation particulière d’une reconfiguration des rapports entre l’État et les individus, dans la foulée du virage néolibéral qui caractérise les sociétés occidentales de la fin du xxe siècle. » [Quirion et Bellerose, 2007]. Enfin, la question du trafic de drogue est intrinsèquement liée au néolibéralisme car il « s’organise comme un marché » [Poret, 2006], son commerce suit la loi de l’offre et de la demande, aussi bien à l’échelle mondiale [Carroué, 2018] qu’à l’échelle locale. Cela a des conséquences sur la géographie des lieux ressources pour les consommateurs : nous verrons que ces centres sont souvent localisés à proximité des drug places que sont les lieux de consommation et/ou de vente de stupéfiants.

6Au sein de cette rationalité néolibérale, comment ces structures s’insèrent-elles dans le tissu urbain local dans un contexte de réhabilitation et de revitalisation des centres anciens [Fleury et Froment-Meurice, 2014] qui a tendance à exclure les populations les plus précaires [Froment-Meurice, 2016] ? Qu’en est-il des relations entre les associations, les autorités et les riverains ? Ces dispositifs qui revendiquent une hospitalité inconditionnelle des usagers de drogue ne participent-ils pas aussi à une forme de violence institutionnelle à leur égard [Bruneteaux, 2006] en cherchant à s’intégrer ?

  • 5 CAARUD : Centres d'Accueil et d'Accompagnement à la Réduction de Risques pour Usagers de Drogues,

7Après une présentation des contextes socio-politiques, aux niveaux national et local, dans une première partie ; nous présenterons, dans un second temps, les structures de la mise en œuvre de cette politique (CAARUD et CSAPA5) ; puis, nous montrerons comment ces structures locales s’insèrent dans le tissu urbain à Bordeaux, au regard de la géographie quotidienne des usagers et du rapport au voisinage.

1- L’application d’une politique nationale au niveau local

1.1 Le contexte législatif : du répressif au médico-social

8Actuellement, la France mène une politique prohibitionniste parmi les plus sévères d’Europe. C’est essentiellement à partir du XXème siècle que la législation sur les stupéfiants a réellement pris forme, en France et au niveau international. C. Protais donne trois raisons à cela : la dérégulation de l’usage de produits psychoactifs, notamment l’opium en Europe et dans les colonies, la pression des groupes prohibitionnistes et la médicalisation de la société. Toutefois, la législation tournée initialement vers le tout répressif et la volonté d’éradiquer les drogues s’est peu à peu ouverte à une approche plus médico-sociale [Faugeron, Kokoreff, 2002].

Un volet répressif

  • 6 Loi n° 70-1320 du 31 décembre 1970, J.O. du 2 janvier 1971.

9La politique des drogues en France est actuellement régie par la loi de 19706. Plusieurs facteurs ont concouru à l’évolution du cadre législatif à cette époque. Tout d’abord, il convient de rappeler le contexte socio-politique. Nous sommes deux ans après la révolte étudiante de Mai-68 et les autorités veulent reprendre en main la jeunesse contestataire, qui a désorganisé le pays durant quelques mois, tout en la sauvant des dangers de la drogue « qualifiée d’épidémie, de cancer rongeant la jeunesse » [Marchant, 2012]. D’autant que cette jeunesse militante est assimilée au mouvement hippie, alors en vogue, qui a un goût certain pour les produits hallucinogènes dont le LSD [ibid.]. Par ailleurs, l’État entreprend de lutter contre la French Connection, qui est la plus importante filière mondiale de fabrication et de trafic d’héroïne de l’après-guerre aux années 1970, aux mains des mafias corses et marseillaises. Enfin, le décès par overdose d’une jeune fille à Bandol, à l’été 1970, a créé une « panique morale » [Cohen, 2002] largement alimentée par les médias et aurait servi d’argument pour faire évoluer la loi. Ainsi, le 31 décembre 1970, la nouvelle loi est adoptée à l’Assemblée Nationale. Elle est principalement punitive, aveugle à la réalité des mœurs, en visant l’éradication du trafic mais aussi de la consommation. Le versant sanitaire de la loi est une alternative à l’incarcération pour les infractions mineures et consiste en des cures de désintoxication, en milieu hospitalier pour atteindre l’abstinence, contraintes si nécessaire par le biais de l’injonction thérapeutique.

10Cependant, suite à l’épidémie de VIH, la France dut se résoudre à accepter l’existence des consommations et à assouplir sa position en autorisant, dans un premier temps, la distribution de seringues pour limiter les échanges de matériel et la propagation du virus parmi les usagers de drogues, qui étaient particulièrement touchés par la maladie. Par la suite, d’autres mesures sanitaires et sociales ont été mises en place et s’inscrivent dans une politique des drogues visant à réduire les risques et les dommages pour les usagers, mais aussi pour ce qui relève de la sécurité publique.

Un volet sanitaire : la réduction des risques

  • 7 Article L 3411-8 du code de santé publique.

11La politique de Réduction Des Risques (RDR), déjà à l’œuvre ailleurs en Europe et au Canada, venait de voir le jour en France. Fort décriée lors de sa mise en place, et encore aujourd’hui par une partie de la population et des politiques qui y voient une invitation à se droguer, notamment dans le cas du dispositif des Salles de Consommation à Moindre Risque (SCMR) [Jauffret-Roustide et Cailbault, 2018], elle est cependant communément admise par les professionnels et les chercheurs. Elle est définie ainsi dans la loi : « La politique de réduction des risques et des dommages en direction des usagers de drogue vise à prévenir les dommages sanitaires, psychologiques et sociaux, la transmission des infections et la mortalité par surdose liés à la consommation de substances psychoactives ou classées comme stupéfiants. »7.

12Elle fut initialement pensée pour infléchir l’épidémie de VIH qui faisait près de 500 décès par an au début des années 1990 d’après l’OFDT. La distribution de seringue jusqu’alors marginale, voire illégale dans un premier temps (organisée notamment par Médecins du Monde), devient légale et se structure peu à peu par la création de kits stériles, appelés Stéribox, contenant le matériel nécessaire à une injection « propre » dont le but est aussi de limiter la transmission des hépatites, très fréquentes chez les usagers injecteurs. La politique de réduction des risques est initialement orientée vers ces usagers injecteurs qui courent le plus de risques sur le plan sanitaire. Bien que le panel des actions se soit depuis diversifié, en ciblant d’autres types d’usages, ce public est actuellement la cible prioritaire des structures qui seront décrites par la suite. Par cette politique publique, l’État entend agir sur les versants sanitaires et sociaux qui considèrent l’usager comme une personne malade à prendre en charge ou à accompagner. Il s’agit alors de limiter les problèmes de santé physique des usagers (infections, overdose, contamination par le VIH-VHC), les problèmes de santé mentale (troubles psychiatriques) et d’améliorer leur insertion sociale (accès aux droits, au logement). Cette politique est saluée par la plupart des acteurs du secteur, professionnels et usagers.

13Sur le terrain, la RDR est principalement mise en œuvre par des médecins et des travailleurs sociaux au sein de structures dont les actions se font dans et hors les murs, sur les principes de « l’aller-vers » [Coppel, 2002]. C’est le cas depuis 1972 à Bordeaux qui a été choisi comme terrain d’étude.

1.2 Le contexte bordelais : le choix d’un terrain représentatif

14L’offre d’accompagnement médico-sociale de la ville de Bordeaux est représentative des situations que l’on peut retrouver sur le reste du territoire. Ainsi, quelques structures proposent la quasi-totalité des actions possibles dans le cadre de la politique sanitaire des drogues. En dehors de l’absence de SCMR, on y retrouve aussi bien des CSAPA que des CAARUD, des dispositifs fixes et d’autres mobiles, de l’ambulatoire et du résidentiel. De plus, certains centres sont bien intégrés, alors que d’autres rencontrent des difficultés avec le voisinage.

Une situation socio-politique particulièrement stable

15Bordeaux est une ville du sud-ouest de la France qui compte 250 000 habitants intra-muros et 775 000 pour sa métropole. C’est une ville étudiante et touristique, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, dont l’attractivité ne faiblit pas depuis le début des années 2000. Durant les mandats d’A. Juppé, la ville a été transformée, suite à de grandes opérations de réhabilitation des quais et des quartiers centraux (piétonisation, ravalement des façades, mise en lumière, tramways) [Comelli, 2015]. Ces opérations ont participé à la gentrification des quartiers centraux et notamment ceux où sont implantées les structures décrites.

  • 8 Jacques Chaban-Delmas a été élu de 1947 à 1995.
  • 9 Alain Juppé est élu en 1995. Déclaré inéligible en décembre 2004, il démissionne et Hugues Martin e (...)

16La ville est également remarquable en matière de stabilité et de continuité politique. En effet, la droite Gaulliste, incarnée par Jacques Chaban Delmas8 puis Alain Juppé9, a occupé la mairie de 1947 à 2021. D’après les professionnels rencontrés, cette stabilité, limitant la mobilité des agents au sein des différents services municipaux, n’est pas étrangère à la longévité des associations et des dispositifs à destination des usagers de drogues. En effet, les différents acteurs locaux (élus, agents municipaux et associatifs) ont eu le temps d’apprendre à se connaître et de créer des relations de confiance : « Ils savent à la mairie qu’on est fiable, qu’on travaille, parce qu’on travaille quand même énormément, ils ont confiance » (personne travaillant en CAARUD). La municipalité fait confiance aux associations, notamment à celles venant en aide aux personnes précaires. Elle les soutient et les accompagne dans leurs projets et leurs actions : « On a une tradition à la Ville de Bordeaux qui consiste à être dans un rapport de confiance totale et aveugle au tissu associatif et à quelques figures charismatiques et très en avance sur un certain nombre de sujets » (élu.e à la mairie de Bordeaux). Cette confiance entre la mairie et les associations participe à l’ancienneté des dispositifs et réciproquement, la longue expérience des associations de RDR et notamment du CEID, qui œuvre depuis 1972, est une des raisons de cette confiance.

« Dans la prévention des risques on a effectivement le CEID mais aussi la CASE qui sont des structures extrêmement puissantes, toutes les deux pilotées par des personnalités extrêmement puissantes. Et donc je pense que la Ville est moins force de proposition et élaboratrice de stratégies qu’accompagnatrice des stratégies et des actions expérimentales de ces figures associatives […]. Pour ce qui concerne la drogue et la prostitution, on est plutôt en soutien de ce que ces acteurs font » (élu.e à la mairie de Bordeaux).

17Le CEID est la plus ancienne association de France encore en activité dans le champ d’accompagnement des usagers de drogue. Sa longévité est aussi liée à son approche pluridisciplinaire, avec une entrée historiquement médicale, quand cette dernière était rejetée d’une partie des intervenants du secteur qui étaient contre la médicalisation. D’après la direction de l’association, cette spécificité médicale participe à sa reconnaissance par les institutions.

Alcool, cannabis, cocaïne : des consommations caractéristiques des grandes métropoles françaises

18La drogue est présente de longue date à Bordeaux, notamment en raison de son passé de port colonial qui en fit une entrée pour le négoce de denrées diverses [Delile, 2000]. Actuellement, comme dans toutes les grandes métropoles, on y trouve des lieux de vente et de consommation de stupéfiants, mais également une consommation d’alcool assez importante dans les espaces publics, notamment en raison de sa population étudiante. D’après le dispositif TREND et les données récoltées lors des entretiens et des observations, on trouve les mêmes produits que sur le reste du territoire métropolitain, avec des tendances d’une année sur l’autre10. La situation géographique et la tradition festive de la région ont une incidence sur le type de consommation, avec une surconsommation d’alcool très présente chez les jeunes et une forte présence de cannabis en provenance du Maroc via l’Espagne.

19D’après le dernier rapport TREND (paru en décembre 2020 sur les tendances de 2019), outre l’alcool qui est en ventre libre et le cannabis qui est le premier produit illicite consommé, la cocaïne est très présente dans la région. Ces dernières années, la disponibilité du produit est en hausse tandis que son prix est en baisse. « Rhodes, Hyatt, et Scheiman [1994] considèrent que la baisse des prix de la cocaïne peut s’expliquer par une demande croissante pour ce psychotrope qui entraîne l’apparition de structures de marché plus efficaces » [Poret, 2006]. La proximité avec la côte atlantique réserve régulièrement des arrivages impromptus. La dernière grosse « marée blanche » date de novembre 2019, avec l’apparition de plusieurs centaines de kilos sur la côte, suite au délestage d’un bateau en provenance de Colombie11. On commence aussi à trouver sur le marché local quelques revendeurs et consommateurs de cocaïne sous forme de crack12, dans des proportions très limitées si l’on compare avec la situation parisienne, mais néanmoins en augmentation.

  • 13 MDMA signifie méthylènedioxyméthamphétamine qui est une molécule de la famille des amphétamines que (...)

20Parmi les autres produits dont la consommation est fréquente à Bordeaux, on retrouve la MDMA13, les opiacés (dont l’héroïne), les amphétamines (speed) et les NPS (Nouveaux Produits de Synthèse). La plupart des usagers accompagnée par les structures s’injecte les produits, que ce soit des stupéfiants, des TSO (Traitement de Substitution aux Opiacés) ou des médicaments détournés. Parmi les personnes souffrant d’addiction qui fréquentent les CAARUD, la poly-consommation est quasi systématique.

2- La ville solidaire au prisme des structures de la mise en œuvre de la politique de réduction des risques

21La politique de réduction des risques, qui a évolué depuis les années 1990, se déploie aujourd’hui sur le territoire par le biais de différentes structures médico-sociales, dont les CAARUD et les CSAPA. Ces dernières répondent à des missions spécifiques en vue d’améliorer la santé et l’insertion des usagers. Plusieurs d’entre elles ont choisi leur implantation géographique dans l’espace urbain, en fonction du public qu’elles reçoivent, pour être au plus près de ceux qui ne se déplaceraient pas forcément si elles étaient plus éloignées. Cette inscription dans le tissu urbain peut susciter des tensions car elles ne sont pas toujours bien acceptées par le voisinage. Leur acceptation est variable selon le quartier et la visibilité du type d’activité ou des locaux d’accueil.

2.1 Les CAARUD : des centres d’accompagnement multi-services pour les usagers de drogue les plus précaires

22Les CAARUD sont des accueils dits à « bas seuil d’exigence », c’est-à-dire sans condition. Il n’est pas nécessaire pour les usagers d’avoir le désir d’entreprendre une démarche de soin ou d’abstinence pour y être accueillis et bénéficier des services proposés de manière anonyme et gratuite. Ils remplacent les anciennes « boutiques » autorisées en 1993, elles-mêmes héritières des premiers lieux d’accueil communautaires des années 1970 qui s’inspiraient des free clinics californiennes [Delile, 2011]. Ces centres médicaux-sociaux, ouverts uniquement en journée à Bordeaux, offrent aux usagers les plus précaires du matériel de consommation stérile (en particulier des seringues), du café, disposent de douches, de machines à laver et les professionnels présents peuvent aider dans les démarches administratives et d’accès aux droits.

Missions des CAARUD (décret n° 2005-1606 du 19 déc. 2005 Art. R. 3121-33-1)

Les centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues assurent :
1/ L’accueil collectif et individuel, l’information et le conseil personnalisé pour usagers de drogues ;
2/ Le soutien aux usagers dans l’accès aux soins qui comprend :
a) L’aide à l’hygiène et l’accès aux soins de première nécessité, proposés de préférence sur place ;
b) L’orientation vers le système de soins spécialisés ou de droit commun ;
c) L’incitation au dépistage des infections transmissibles ;
3/ Le soutien aux usagers dans l’accès aux droits, l’accès au logement et à l’insertion ou la réinsertion professionnelle ;
4/ La mise à disposition de matériel de prévention des infections ;
5/ L’intervention de proximité à l’extérieur du centre, en vue d’établir un contact avec les usagers.
Ils développent des actions de médiation sociale en vue de s’assurer une bonne intégration dans le quartier et de prévenir les nuisances liées à l’usage de drogues.

23Les consommateurs dépendants socialement insérés sont peu nombreux à fréquenter les CAARUD car ils n’ont pas forcément besoin de ces lieux comme ressources ou refuges. Les professionnels rencontrés pensent que certains les évitent même car ils ne s’identifient pas à la population présente :

« On a plein d'usagers de la rue, des punks à chien. Nous, on est un lieu plutôt pour les gens précaires, ne vont s'installer dans ce lieu-là que des gens qui se reconnaissent dans le groupe. Un cadre sup’, un mec de la city par exemple qui consomme aussi de la coc’, qui a peut-être des pratiques à risque, ne va pas se retrouver dans cet endroit-là, il n'a pas d'intérêt d'y venir, il va chercher un truc qui est plus adapté à lui » (professionnel.le en CAARUD).

24Le public fréquentant les CAARUD est majoritairement très précaire, ce que confirme l’enquête nationale ENa-CAARUD14 diligentée par l’OFDT. Cette enquête se déroule dans tous les CAARUD du territoire, depuis 2006, et a pour objectif : « de suivre les caractéristiques des usagers de drogues fréquentant ces structures, de suivre leurs consommations et d’objectiver l’émergence d’éventuels nouveaux phénomènes. Elle permet de plus d’adapter les réponses des professionnels et des pouvoirs publics aux difficultés de cette population »15. La 6ème édition, qui s’est déroulée en juin 2019, met en évidence la précarité des usagers, dont la situation s’est globalement dégradée depuis l’enquête précédente réalisée en 2015. Seule la moitié des usagers interrogée dispose d’un logement indépendant est logée ou chez des proches, les autres se déclarent SDF (23%), en logement temporaire ou précaire (camion, hôtel à leur frais, 16%) ou en institution (8,5%). Près de 70% des usagers des CAARUD n’a aucun revenu ou perçoit des revenus sociaux (RSA, AAH16). 14 à 22% d’entre eux n’auraient pas de couverture sociale. On ne dispose pas encore des chiffres pour 2020-2021, mais on peut penser que la crise sanitaire du Covid a encore accentué cette précarité, si l’on prend en compte le fait qu’une part des revenus provient de la manche qui n’a pu avoir lieu normalement durant les confinements.

Figure 1: Profil socio-démographique des usagers de CAARUD, enquête ENa CARRUD 2019, OFDT

Figure 1: Profil socio-démographique des usagers de CAARUD, enquête ENa CARRUD 2019, OFDT

2.2 Les CSAPA : des centres de soins habilités à délivrer des traitements de substitution

25Les CSAPA sont des établissements de soins le plus souvent gérés par des associations, mais qui peuvent également se trouver en centres hospitaliers, parfois dans les unités psychiatriques. Ils sont habilités à prescrire des Traitements de Substitution aux Opiacés (TSO), ce que ne peuvent pas faire les CAARUD. Ils proposent d’accompagner le sevrage des usagers qui en font la demande, de manière ambulatoire ou en hébergement. En ambulatoire, les usagers sont des patients qui vont chercher leur TSO, selon un rythme défini avec le médecin addictologue, ce peut être tous les jours comme une fois par semaine ou par mois, selon la gestion de chacun. Les patients qui gèrent bien leur TSO peuvent aussi le retirer directement en pharmacie.

26Certains usagers préfèrent d’ailleurs aller en officine pour chercher leur TSO, comme des clients lambda qui viennent chercher un médicament, car ils trouvent cette démarche moins stigmatisante que de se rendre dans un centre de soins dédié. Ce peut être aussi une manière de prendre de la distance avec ce milieu, pour éviter la tentation ou les tensions potentielles avec les autres usagers. D’autres vont quant à eux préférer se rendre dans un CSAPA, car ils s’y sentent mieux reçus et moins jugés que dans une pharmacie. Il est vrai que le rapport aux pharmaciens ou aux médecins de ville n’est pas toujours aisé. Les usagers rencontrés ont le sentiment que certains professionnels de santé (hors CSAPA/CAARUD) portent un jugement ostensiblement négatif à leur encontre. Ces difficultés sont confirmées et vécues également par les professionnels des structures, en particulier ceux chargés de démarcher les pharmaciens pour les faire intégrer le programme d’échange de seringue. Certains pharmaciens acceptent volontiers de s’associer à cette démarche, d’autres sont plus difficiles à convaincre :

« Il y en a qui sont un peu réticents, il y en a qui n’ont pas du tout envie d’avoir ce genre de clientèle ou qui ne se sentent pas en confiance. Je fais un peu le VRP du Stéribox. […] le but est de permettre aux pharmaciens d’être lieu ressource pour la réduction des risques parce qu’on sait que c’est un lieu de passage en milieu rural pour les gens qu’on n’arrive pas à atteindre. » (professionnel.le du CEID).

27L’accompagnement au sevrage ou le renforcement de l’abstinence peut se faire en hébergement individuel ou collectif, selon la volonté de l’usager, son profil et la place disponible dans les différents dispositifs. Là aussi, différentes modalités de prise en charge sont possibles selon des critères, tels que l’état de santé, l’autonomie, la présence de chien(s) et le projet de la personne concernée. Sur Bordeaux et les alentours, les deux associations proposent des hébergements. La CASE a un service d’appartements de coordination thérapeutique depuis 2010 qui dispose actuellement de 14 places (dont une place mère-enfant et six places pour des usagers sortant de prison) dans des logements diffus à Bordeaux pour des usagers atteints de pathologie chronique grave. Le CEID propose 4 offres de soins résidentiels en Gironde : il dispose de 10 appartements en diffus en ville, il propose également des solutions thérapeutiques en hébergements collectifs (CSAPA résidentiels) pour des durées variables (de 3 à 24 mois). Chaque structure propose des projets différents : un centre thérapeutique de 11 places à Bègles, commune limitrophe de Bordeaux ; une communauté thérapeutique de 35 places à Barsac, à 40 km au sud de Bordeaux et un dernier établissement, qui existe depuis 1976, de 16 places où les chiens sont acceptés, « la ferme Merlet » à 45 km au nord de Bordeaux dans un cadre plus rural.

Missions des CSAPA (Décret n° 2007-877 du 14 mai 2007, Art. D. 3411-1.)

Les centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie assurent, pour les personnes ayant une consommation à risque, un usage nocif ou présentant une dépendance aux substances psychoactives ainsi que pour leur entourage :

1/ L’accueil, l’information, l’évaluation médicale, psychologique et sociale et l’orientation de la personne ou de son entourage ; dans ce cadre, ils peuvent mettre en place des consultations de proximité en vue d’assurer le repérage précoce des usages nocifs.
2/ La réduction des risques associés à la consommation de substances psychoactives ;
3/ La prise en charge médicale, psychologique, sociale et éducative. Elle comprend le diagnostic, les prestations de soins, l’accès aux droits sociaux et l’aide à l’insertion ou à la réinsertion. Les centres assurent le sevrage et son accompagnement, la prescription et le suivi des traitements médicamenteux, dont les traitements de substitution aux opiacés. […] 

28En dehors des CSAPA hospitaliers qui peuvent être excentrés, si les hôpitaux le sont, les structures destinées à accueillir le public usager de drogue tentent, dans la mesure du possible, d’avoir leurs locaux d’accueil à proximité des lieux fréquentés par ces derniers : lieux de manche, squats, parkings.

3- L’implantation des structures dans l’espace public bordelais : pour vivre heureux, vivre cachés ?

29Ces structures d’accueil sont dans une logique de lieux réservés aux usagers dépendants et sont plus ou moins visibles et ouvertes sur l’extérieur. Il existe trois CSAPA et deux CAARUD à Bordeaux (fig. 2) :

  • Le CSAPA du Service addictologie de l’hôpital psychiatrique Charles Perrens ;

  • Le CSAPA de l’association Addictions France (ex ANPAA : Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie) qui, historiquement, reçoit les personnes dépendantes à l’alcool ;

  • Le CSAPA du CEID (Comité d'Étude et d'Information sur la Drogue et les Addictions) dispose de deux antennes ambulatoires en centre-ville (Serisé à St Pierre et Planterose à St Michel) et d’hébergements.

  • Le CAARUD « Planterose » du CEID dans les mêmes locaux (l’après-midi) que l’activité du CSAPA (qui se déroule le matin)

  • Le CAARUD « la CASE » (fondée par Médecins du Monde) dispose d’un local en centre-ville et d’appartements thérapeutiques

Figure 2: localisation des lieux fréquentés par les usagers de drogue

Figure 2: localisation des lieux fréquentés par les usagers de drogue

Source : Géoportail, Comelli, 2020.

3.1 L’insertion discrète des CSAPA

30Ces centres, du fait de l’architecture des bâtiments qui les hébergent, se fondent plus ou moins dans le paysage urbain. Cependant, leur insertion visuelle dans le voisinage dépend aussi de la volonté des structures qui donnent ou non de la visibilité à l’activité depuis l’espace public, ce qui peut être facteur de conflit ou de rejet de la part de riverains, habitants ou commerçants. Ainsi, la localisation et l’implantation des CSAPA ne posent pas particulièrement de problème de voisinage à Bordeaux, d’après les professionnels y travaillant, ce que confirme l’absence d’article à ce propos dans la presse locale. Cela semble dû à leur faible visibilité : d’une part, ils se fondent dans l’ensemble urbain où ils sont implantés et, d’autre part, les usagers y vont généralement sur rendez-vous pour voir un médecin ou prendre leur traitement. Cette discrétion se vérifie dans le cas du CSAPA hospitalier et de celui d’Addictions France (ANPAA) qui sont un peu excentrés (fig. 2).

Figure 3: Entrée du CSAPA d’Addictions France (ex-ANPAA)

Figure 3: Entrée du CSAPA d’Addictions France (ex-ANPAA)

Photos : Comelli, 2021.

31Le premier ne donne pas directement sur l’espace public, en étant dans l’enceinte de l’hôpital, et le second, qui reçoit peu d’usagers de stupéfiants mais surtout des personnes venant pour une addiction à l’alcool, est situé dans un immeuble de bureau quelconque d’un quartier résidentiel (fig. 3). Une des antennes du CSAPA du CEID est située dans l’hyper-centre piéton, dans une ruelle commerçante du quartier Saint-Pierre, dans un immeuble semblable aux autres, entre un magasin de vêtements et un restaurant (fig. 4). Sa présence et son activité ne se devinent pas et seule une plaque discrète indique qu’il s’agit du centre Maurice Serisé. Il est, comme les autres lieux d’accueil présentés, ouverts aux heures de bureau. Les usagers qui le fréquentent viennent plutôt sur rendez-vous (même s’il est possible d’y aller sans) et sont, pour beaucoup, relativement insérés : « Ici au CSAPA, […] souvent ils ont des logements autonomes […]. C’est pas le même public. Ils ont la possibilité de consommer on va dire dans des lieux privés. Quand je parle de l’ambulatoire, c’est plus ce profil, toujours inséré, qui travaille et qui présente bien. » (personne travaillant en CSAPA).

Figure 4: Entrée du centre Serisé du CEID (façade bleue)

Figure 4: Entrée du centre Serisé du CEID (façade bleue)

Photos : Comelli, 2021.

32Le logement est en effet un des critères pour mesurer l’insertion des individus. Le rapport de synthèse des CSAPA réalisé par l’OFDT, en 2018, notait que 84% des patients possédaient un logement stable et que seuls 2 à 5% étaient sans logements. Ces chiffres, comparés à ceux de l’enquête ENa-CAARUD évoquée plus haut (voir fig. 1), montrent la différence des profils des usagers de ces deux types de centres qui sont complémentaires. Les usagers suivis en ambulatoire dans ce CSAPA ont accès à un logement autonome, ce qui participe à ce que ses abords ne soient pas plus qu’ailleurs en ville occupés par des usagers. Ce lieu n’est donc pas ostensiblement visible, mais il ne cache pas pour autant sa présence.

33Si le quartier Saint-Pierre est aujourd’hui rénové, il fut longtemps un quartier populaire de dockers, d’immigration et de prostitution fréquenté par des usagers de drogue ainsi que le décrivait C. Bernié-Boissard dans les années 80-90 :

« Le quartier Saint-Pierre est composé pour l’essentiel d’une population à faibles revenus ainsi que d’un sous-prolétariat significatif (nourrissant trafics en tout genre et prostitution). Je rencontre ici un métissage de traditions ouvrières (les dockers, dans la proximité des quais et des entreprises liées au transport maritime) et de l’immigration déqualifiée et sous-payée, hébergée dans des logements insalubres, débouchant sur une véritable déclassification urbaine.» [Bernié-Boissard. 2004. p. 31].

34L’identité de l’époque de ce quartier est la raison pour laquelle le CEID s’y est installé dès 1973, pour être au plus près des consommateurs, dans une logique de boutique. L’ancienneté de sa présence dans le quartier, bien avant sa rénovation, participe à sa légitimité auprès des riverains. Les locaux actuels sont occupés depuis 1978, mais ils ne sont plus dans une logique d’ouverture sur l’espace public depuis sa transformation en bureaux et salles de soins en 1992.

Figure 5: Évolution du profil socio-économique des résidents du quartier St-Pierre

Figure 5: Évolution du profil socio-économique des résidents du quartier St-Pierre

Sources : INSEE, 3 IRIS pris en compte, Réalisation : Comelli e, 2021.

35Le rôle d’accueil à bas seuil, tenu principalement par les CAARUD, est toujours revendiqué par l’association mais il se fait essentiellement dans un autre local, le centre Planterose dans le quartier Saint Michel. L’embourgeoisement du quartier St-Pierre, visible notamment grâce à l’évolution du profil des résidents, justifie ce déplacement, mais n’est pas source de tension avec le CSAPA de l’association qui est bien insérée.

3.2 La cohabitation avec le voisinage plus difficile pour les CAARUD

36Si les CSAPA sont relativement discrets et bien intégrés dans le tissu urbain bordelais, la cohabitation entre CAARUD et riverains est beaucoup plus difficile. Les deux associations qui gèrent les CAARUD à Bordeaux sont localisées en position centrale. Leur localisation a du sens: « Il faut installer la structure là où les usagers passent […], le lieu de passage c'est le centre-ville, c'est là où ils font la manche, c'est là où ils font le deal, c'est là qu'ils consomment de l'alcool, c'est là qu'ils se retrouvent, c'est leur lieu de vie. […] donc c'était cette zone qui nous intéressait [pour trouver un local] » (personne travaillant en CAARUD). Cet extrait explique en partie les raisons des tensions avec les riverains : la cohabitation est notamment difficile car derrière l’accueil du public d’usagers, parfois craint, se trouve la présence, inquiétante, du trafic de drogue et de l’effet « Boule de neige » qui voudrait que les structures attirent les usagers qui attirent les dealers qui attirent encore plus de consommateurs [Delile, 2019].

37Les CAARUD reçoivent en majorité des usagers très précaires qui peuvent être considérés comme indésirables par d’autres habitants [Margier, 2017]. Comme nous avons pu le constater sur le terrain, ce que confirme l’enquête ENa-CAARUD, on retrouve parmi la population fréquentant ces centres beaucoup de jeunes en errance avec des chiens et quelques migrants, venus des pays de l’Est pour la plupart. Une autre raison de la cohabitation difficile avec les riverains est l’évolution de ces quartiers qui se gentrifient et sont de plus en plus commerçants et touristiques [Victoire, 2007 ; Comelli, 2015], mettant à jour des conflits d’usage et d’appropriation de ces territoires. Fleuret et Séchet prennent justement l’exemple des établissements destinés à accompagner les usagers de drogue pour montrer ces tensions :

  • 17 NIMBY signifie textuellement « not in my backyard » que l’on peut traduire par : pas dans mon jardi (...)

« Les équipements sanitaires et sociaux sont fréquemment au cœur de conflits territoriaux. Révélateurs de jeux d’acteurs complexes, ces conflits peuvent être “pour” ou “contre” selon qu’il s’agit de tenter d’empêcher des fermetures de services et d’équipements ou au contraire de s’opposer à des projets d’implantation de structures destinées à prendre en charge des malades mentaux, alcooliques ou toxicomanes. Dans ce second cas, les porteurs de projets mais aussi les acteurs publics tels que des maires sensibles à l’argument des créations d’emplois, seront confrontés à des mobilisations de type NIMBY17. L’argument de la perte de valeur de leurs biens immobiliers employé par les habitants riverains côtoie celui de la perte de tranquillité, qui lui-même peut cacher des réflexes de défiance à l’égard de l’autre parfois si différent et si irrespectueux des normes (à proximité des établissements pour toxicomanes par exemple). » [Fleuret et Séchet, 2006].

38Ce type de réaction se retrouve à Bordeaux à proximité des CAARUD, en particulier de celui de la CASE dont l’installation est plus récente (2012) et s’est faite dans un quartier qui commençait à être l’objet de rénovation. Au niveau de l’architecture et de l’implantation dans le tissu urbain de son voisinage, le CAARUD de la CASE passe pourtant inaperçu (fig.7). L’association occupe un très bel immeuble dont on pourrait penser que derrière les vitres recouvertes de film occultant se déroulent des activités de bureau. Son implantation en 2012 dans ce quartier rénové, après 10 ans passés dans un quartier plus populaire vers la gare, ne s’est cependant pas faite sans difficultés : nombreux étaient les riverains et les commerçants méfiants, voire en colère, et les réunions d’information n’ont pas réussi à apaiser les craintes de tous. Parmi les causes de ce rejet, la peur de la figure du junkie et la crainte que les usagers qui fréquentent les lieux nuisent au commerce et à l’image du quartier. Ainsi, on pouvait lire en 2011 dans le journal Sud-ouest :

« Hier soir à l’Athénée, réunion d’information autour de l’installation de l’association La CASE. Riverains et commerçants ont manifesté leurs craintes avec virulence. La foire d’empoigne. Ou alors vraiment pas loin. Le déménagement de l’association de soins aux toxicomanes, La CASE, installée dans le quartier Sainte-Croix depuis dix ans, suscite un vent de fronde. »18.

  • 19 Ibid.

39La presse locale n’a pas participé à l’apaisement des tensions en se faisant régulièrement l’écho des associations de commerçants et de riverains tenant un discours de type NIMBY: « On ne nie pas la nécessité de ces établissements, mais ailleurs ! Des millions d’euros ont été dépensés pour réhabiliter le centre-ville, attirer les familles qui avaient déserté dans les années 80. L’intégration ne marchera plus, si on concentre ici, toutes les populations marginales »19. D’autres commerçants sont clairement opposés à cette installation et trouve le local « trop beau » pour sa destination :

  • 20 SO du 29 avril 2011.

« On s’est battu pour créer une dynamique commerçante ici, l’arrivée de cette association va tout casser. […] La cohabitation est impossible. Et puis, ce beau local, en tête de la rue Saint-James, une vitrine : franchement on pouvait faire autre chose qu’un local associatif, non ? On a déjà deux associations qui prennent en charge les drogués dans le secteur […]. Cela devient une concentration, sans compter la future bagagerie pour SDF de la rue Ausone. »20.

40La réaction des riverains est courante face à ce type de situation, lors de l’implantation de structures de prise en charge d’un public précaire, usagers de drogue [Davidson et Howe, 2014] ou SDF [Loison-Leruste, 2009]. Le rapport sur l’évaluation de l’expérimentation de la SCMR de Paris fait état du même constat : peur que la salle attire plus d’usagers, peur des dégradations, peur de la baisse des prix de l’immobilier [Jauffret-Roustide et al., 2021].

Figure 6 : Évolution du profil socio-économique des résidents de l'IRIS où se situe la CASE

Figure 6 : Évolution du profil socio-économique des résidents de l'IRIS où se situe la CASE

Source : INSEE, réalisation : Comelli, 2021)

41Comme pour le CSAPA du CEID à Saint-Pierre, les locaux du CAARUD de la CASE ne sont pas ouverts sur la rue. Toute personne voulant y entrer doit sonner, attendre qu’on vienne lui ouvrir et justifier sa présence, notamment d’une consommation de stupéfiants considérée « problématique », c’est-à-dire qui a des effets négatifs sur la santé et la vie du consommateur.

Figure 7: Immeuble abritant le CAARUD "La Case", à l'angle de rues piétonnes

Figure 7: Immeuble abritant le CAARUD "La Case", à l'angle de rues piétonnes

Photo: Comelli, 2021.

42Il y a bien des personnes dont la précarité est visible à proximité de la CASE, mais leur présence, antérieure à l’ouverture de l’association dans ce quartier, n’est pas uniquement liée à l’existence et à l’activité de la structure. En effet, l’association se trouve à quelques mètres du cours Victor Hugo et de la rue Sainte-Catherine (voir fig. 2), des rues où ont l’habitude de se retrouver les jeunes marginalisés, souvent consommateurs de produits psychotropes, pour faire la manche notamment. Leur présence ancienne n’est pas spécifiquement liée à l’implantation du CAARUD. La logique est plutôt inverse : l’association a cherché un local près des usagers concernés par son activité. Cependant, pour éviter les problèmes avec le voisinage, le personnel de la CASE va régulièrement devant l’immeuble pour déloger les usagers, en particulier s’ils sont bruyants ou alcoolisés :

« À chaque fois qu'il y a quelqu'un qui sort on lui dit de ne pas stagner devant la porte et dès qu'il y a plus de deux personnes, on sort pour les faire circuler aussi. Il ne faut pas qu'ils s'installent parce qu'après c'est très compliqué à réguler. Si on ne fait pas ce travail-là, il y a des groupes qui se créent et on a un vrai regard négatif en réaction de la part des commerçants et des riverains. » (personne travaillant de la CASE).

43Afin de maintenir les activités de l’association, qui consistent en l’accueil de personnes usagères de drogue, ces dernières sont partiellement invisibilisées de l’espace public environnant. Ainsi, il existe d’autres mesures prises pour réduire les nuisances perçues, concernant les chiens et la consommation d’alcool. La première cible les chiens qui peuvent (et doivent) entrer à l’intérieur du local : « Dans l'entrée il y a des anneaux, toujours pareil, dans la logique de limiter les nuisances à l'extérieur parce que si le chien reste à l’extérieur soit le maître est avec lui et ça va créer un attroupement, soit le maître n'est pas avec lui et le chien va aboyer. Donc on les fait rentrer, ils sont attachés à des anneaux, ça fonctionne comme ça » (personne travaillant de la CASE). Par ailleurs, la consommation d’alcool est autorisée un jour par semaine à l’intérieur des locaux afin de réduire l’alcoolisation rapide (boire vite sa canette avant d’entrer) et de faire de la RDR autour de ces consommations. L’autorisation de consommer de l’alcool a également été mise en place dans l’autre CAARUD bordelais et ailleurs en France. Cet extrait d’entretien mené avant l’autorisation de boire de l’alcool au CAARUD du CEID montre bien ces deux enjeux : de relation au voisinage et de réduction des risques :

« La consommation d’alcool dans le CAARUD est interdite sauf que nous on n’en peut plus, il faut qu’on change ça : tout déborde autour du CAARUD, les voisins c’est compliqué et on les comprend aussi mais le problème c’est que notre attitude peut induire un surdosage, c'est à dire que le mec il arrive ou la fille elle arrive, sait qu’il a un entretien et les gens ils veulent pas perdre leur canette parce qu’elle se rebouche pas, parce qu‘on a pas d’endroit où les poser, ils peuvent se la faire piquer donc en fait ils rentrent et ils se descendent la grosse canette donc ils sont complètement défoncés avant de monter voir le médecin ou leur rdv et nous on a généré quelque chose qui va à l’encontre du soin. Ces règlements arrivent à faire quelque chose de cet ordre-là aussi. Ça va à l’inverse de la protection des individus. » (personne travaillant au CEID).

44Les chiens comme l’alcool sont des éléments de tension : visuellement, les chiens et les canettes de bières sont des marqueurs identitaires qui stigmatisent leur propriétaire et renvoient à la figure du « punk à chien » [Antoni, 2009]. Cette population, présente depuis les années 1990 à Bordeaux, est souvent crainte [Langlois, 2019]. De plus, leur présence peut être sonore, si les chiens aboient ou si les maîtres sont ivres et parlent fort. Autoriser les chiens et l’alcool à l’intérieur du centre permet de soustraire ces attributs de l’espace public et, de fait, les usagers, au moins aux heures d’ouverture. Le but, pour les professionnels, est de s’intégrer au mieux dans le quartier :

« Le mouvement naturel c'est de s'agglutiner devant la porte en groupe avec les chiens, des bières et de parler très fort. Sauf que ce mouvement naturel ne nous convient pas dans la dynamique du quartier qui est très commerçant, avec des riverains juste au-dessus, donc nous on a une intervention sur la rue, quotidiennement. Si on gère pas les extérieurs, pour l'image de notre activité, et pour l’image des usagers ensuite, c’est pas possible. » (personne travaillant à la CASE).

45Le centre Planterose est le CAARUD du CEID, dans ce local depuis 1999, après avoir été deux ans dans une rue proche. Tout comme le premier local se situait à St-Pierre pour être proche des usagers, la même logique a présidé au choix de l’installation dans le quartier St-Michel, il y a presque 25 ans. Ce quartier qui est désormais en voie de gentrification a longtemps abrité les couches les plus populaires, ainsi que des populations immigrées (surtout maghrébines, portugaises et espagnoles). Il est actuellement en cours de transition, les espaces publics ont été réhabilités (réaménagement de la place centrale, de la voirie et de l’éclairage), les façades ravalées et de nouveaux commerces plus variés ont vu le jour. Cependant, il n’est pas complètement embourgeoisé et conserve une certaine mixité culturelle et sociale. La proximité avec le quartier des capucins et le cours de la Marne qui, bien qu’en transition également, sont encore populaires et occupés par des personnes très précaires, participe à une gentrification lente ou partielle [Chabrol, 2011].

Figure 8 : Profil socio-économique des résidents du quartier St-Michel (2 IRIS pris en compte)

Figure 8 : Profil socio-économique des résidents du quartier St-Michel (2 IRIS pris en compte)

Réalisation : Comelli, 2021).

46Le centre Planterose se trouve dans une rue moins passante que la Case et n’est pas connu d’une partie des habitants du quartier interrogée. Son activité est pourtant plus visible, depuis l’espace public, du fait de sa configuration (fig. 9). Malgré des similitudes sur l’offre et le type d’accompagnement, les deux structures ont un mode d’accueil un peu différent. Pour commencer, la localisation et la morphologie des lieux diffèrent : la rue Planterose est une rue assez étroite, peu commerçante et peu passante. Le matin, l’activité est dévolue au CSAPA, les usagers y viennent sur rendez-vous pour prendre leur TSO. Le rideau de fer est baissé, ne laissant pas deviner l’activité, il faut alors sonner pour entrer. Il y a peu d’usagers présents aux abords, comme pour l’autre CSAPA de l’association. L’après-midi, lorsque le centre est ouvert (en CARRUD uniquement), ce rideau est levé, donnant à voir un hall entre la rue et la porte vitrée de l’accueil. Il s’agit d’un espace couvert, avec des sièges et des tables, où les usagers peuvent attacher leurs chiens (qui ne sont pas permis dans le centre), discuter, boire un café ou une bière et fumer. Cet espace est privé, mais ouvert sur la rue. Les usagers et les professionnels vont et viennent et échangent aussi bien à l’intérieur, dans le sas, qu’à l’extérieur. Ensuite, au fond de ce sas, l’accueil du centre est entièrement vitré, ce qui permet de voir à l’intérieur et inversement. Du fait de ce sas et des habitudes, l’accueil intérieur n’est pas très utilisé par les usagers, en particulier aux beaux jours, qui le traversent surtout pour aller à un rendez-vous, aux toilettes, prendre une douche, du matériel ou un café. Cette ouverture physique et cette visibilité ne créent pas d’effet de frontière entre la rue et le centre. La présence des usagers aux abords du centre est plus marquée et visible qu’à la CASE ou à Saint-Pierre mais le personnel ne les déloge pas systématiquement et n’intervient qu’en cas de bagarre entre les chiens ou les usagers ou lorsqu’ils surprennent un deal. La direction a fait le choix d’une rue plus discrète, avec moins de commerces et de résidents afin de limiter les éventuelles tensions.

Figure 9 : Entrée et sas du centre Planterose, CSAPA et CAARUD (CEID)

Figure 9 : Entrée et sas du centre Planterose, CSAPA et CAARUD (CEID)

Photo: Comelli, 2021

Conclusion

47Les CSAPA et les CAARUD qui accompagnent les usagers de drogue font partie des dispositifs de la ville solidaire et hospitalière, celle qui accueille les plus démunis. La recherche menée auprès des associations, qui gèrent ces centres à Bordeaux, a permis de confirmer la nécessité de la politique de RDR qui est une réussite en matière sanitaire et participe à améliorer les conditions de vie des usagers en bénéficiant. Bordeaux a la spécificité d’être dans une continuité d’action du fait de l’ancienneté des associations. Cette longévité leur a permis de faire leur preuve et d’être reconnues par la Mairie, qui est elle aussi particulièrement stable. Ces relations de confiance participent à cette réussite et à la possibilité de monter des projets innovants, notamment hors les murs comme le dispositif TAPAJ21 (pour Travail Alternatif Payé à la Journée pour les jeunes en errance de moins de 25 ans) ou le Hangover café22 (dispositif mobile allant à la rencontre des usagers dans les quartiers festifs toute la nuit les soirs de week-end). Pourtant, on peut noter des limites, voire des effets dommageables pour les usagers.

  • 23 Numéro d’appel du service d’écoute et d’urgence social qui oriente les personnes en matière d’héber (...)

48Tout d’abord, en proposant un accueil à bas seuil, les CAARUD font un peu office d’accueil de jour pour les usagers, mais avec des horaires d’ouverture restreints, sans accueil le soir ou le week-end. Pour exemple, seul celui de la Case est ouvert le matin, de 10h à 12h30, puis les deux centres de 14h à 17h. Il n’y a donc pas d’accueil à bas seuil en dehors de ces plages horaires. Compte tenu du profil précaire des usagers, l’absence d’hébergement d’urgence de type sleep in tel qu’il en existe à Paris, Marseille ou Lille, réservé spécifiquement aux personnes consommatrices, est un réel manque à Bordeaux. Le CEID proposait cette solution au début de son activité, mais elle a pris fin au début des années 1980 suite à des épisodes de violence. Il existe bien des places via le 11523, mais, au-delà d’être rares, elles ne sont pas adaptées pour les usagers consommateurs ou ayant des chiens. L’absence de logement, ou de possibilité de mise à l’abri augmente la vulnérabilité des personnes précaires et notamment celle des usagers. En effet, sans abri sûr, les consommations ont plus de risque de se dérouler dans l’espace public ou dans des endroits inadaptés et de mettre en danger l’usager. Soit que les conditions sanitaires ne sont pas réunies, soit que l’usager prenne des risques en se dépêchant pour éviter d’être surpris par un riverain ou la police. Il est bien connu et documenté que le logement est la condition sine qua none pour être en sécurité et éventuellement entamer des démarches de soin [Tsemberis et Asmussen, 1999]. C’est le rôle du programme Housing First développé dans quelques villes en France, depuis 2010, sous le nom « un logement d’abord » et outre-Atlantique depuis les années 1990 [Renther, 2013 ; Laval, 2018].

49Le manque d’abri et les horaires d’ouverture réduits des centres participent à ce que les usagers précaires occupent l’espace public et participent à la fabrique de drug places. Ce sont leurs lieux de vie, où ils dorment, consomment, se sociabilisent, font la manche. C’est aussi dans ces lieux qu’il y a de la vente, dans une logique de marché, afin d’être proche des consommateurs. Cette visibilité dérange les autres habitants, en particulier dans les « beaux quartiers » ou en contexte de rénovation des métropoles. L’installation de structures sanitaires et sociales à proximité des lieux de ces drug places, peut être source de conflit comme l’ont démontré Fleuret et Séchet (2006). En effet, les usagers sont souvent considérés comme out of place [Creswell, 1996] par les riverains et les commerçants dans ces espaces embellis.

50Pour obtenir des relations de bon voisinage, les personnels des associations agissent parfois comme s’ils cautionnaient ce discours, en demandant à leurs usagers de se faire discret et idéalement de ne pas rester trop aux abords. La CASE a d’ailleurs avancé son ouverture d’une demi-heure le matin pour limiter les regroupements devant le local, à la demande des commerçants :

« Il y a un vrai groupe qu’on peut pas gérer avant l’ouverture qui va stagner pendant 1/2h, ¾ h, 1h en attendant qu’on ouvre parce là il y a un enjeu, il y a le nombre de douche, le nombre de machine le matin. Et si les terrasses ouvrent à 10h et que nous on ouvre à 10h30, il y a une demi-heure avec un gros groupe gênant pour les terrasses et donc on essaye d’ouvrir à 10h, en réponse aux commerçants. Il y a une bonne volonté d’essayer d’améliorer la vie ensemble. » (personne travaillant à la CASE).

51Si cette demi-heure supplémentaire est bénéfique aux usagers, il semble, dans ce cas, que ce soit le confort des commerçants qui ait précédé au choix d’ouvrir plus tôt. Ces demandes de déplacement ou de dispersion de la part du personnel des CAARUD participent-elles vraiment à améliorer l’image des usagers ou, au contraire, renforcent-elles le sentiment de légitimité des riverains et commerçants dans leur attitude de rejet ? Cette forme de contrôle des usagers en dehors de l’enceinte des structures ne contraint-elle pas davantage ces personnes en grande précarité dans leur mobilité quotidienne dans l’espace public ? Ces derniers sont déjà soumis à la violence institutionnelle en étant régulièrement déplacés par les autorités régaliennes. Une part des professionnels est convaincue que « faire la police » est bénéfique à l’activité du centre et, de ce fait, aux usagers. Mais si tous les habitants qui s’éloignent de la norme sont invisibilisés, comment pourraient-ils être acceptés et considérés par le reste des habitants dans un idéal de droit à la ville pour tous ? Le choix d’une localisation dans l’hyper-centre touristique permet d’être au plus près du quotidien des usagers mais les tensions avec le voisinage et ses conséquences peuvent mettre à mal l’alliance entre les usagers et les professionnels.

Haut de page

Bibliographie

ANTONI Jean-Philippe, 2009, Lexique de la ville. Paris, Ellipses, 192 p.

ATKINSON Rowland, 2003, Domestication by Cappuccino or a Revenge on Urban Space? Control and empowerment in the management of public spaces. Urban Studies, vol. 40, n° 9, (pp.1829-1843).

BACQUE Marie-Hélène et BIEWENER Carole 2013. L'empowerment, un nouveau vocabulaire pour parler de participation ? Idées économiques et sociales, vol. 173, n° 3, (pp. 25-32). https://doi.org/10.3917/idee.173.0025

BECKER Howard S., 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance. Paris, Éditions Métailié (Leçons De Choses), 250 p.

BERNIE-BOISSARD Catherine, 2004, Regards d’urbanité, Parcours, recherches et pistes dans la ville. Paris, Harmattan, 346 p.

BRUNETEAUX Patrick, 2006, L’hébergement d’urgence à Paris ou l’accueil en souffrance. Sociétés contemporaines. vol. 3, n° 63, (pp. 105-125). DOI : 10.3917/soco.063.0105

CARROUE Laurent, 2018, Atlas de la mondialisation. Paris, Autrement, 96 p.

CHABROL Marie, 2004, De nouvelles formes de gentrification ? Dynamiques résidentielles et commerciales à Château-Rouge (Paris). Thèse de doctorat en géographie, sous la direction de Dureau, Paris, Université de Poitiers.

COHEN Stanley, 2002, Folk Devils and Moral Panics. Londres, Routledge, 280 p.

COMELLI Cécilia, 2015, Mutations urbaines et géographie de la nuit à Bordeaux, Thèse de doctorat en géographie dirigée par Hélène Velasco-Graciet, université Bordeaux 3.

COPPEL Anne, 2002, Peut-on civiliser les drogues. Paris, La Découverte, Alternatives sociales.

DAVIDSON Peter J. et HOWE Mary, 2014, Beyond NIMBYism: understanding community antipathy toward needle distribution services. The International Journal on Drug Policy, vol. 25, n° 3, pp. 624-632.

DELILE Jean-Michel, 2019, Espace(s) de la salle de consommation à moindre risque, entre dedans et dehors. Alcoologie et Addictologie, vol. 41, n° 3, pp. 210-218.

DELILE Jean-Michel, 2011, Les communautés thérapeutiques arrivent en France : pourquoi (seulement) maintenant ? Psychotropes, vol. 17, n° 3, pp. 29-57.

DELILE Jean-Michel, 2000, Historique de la consommation des drogues à Bordeaux. Rapport TREND / OFDT, CEID.

FAUGERON Claude et KOKOREFF Michel, 2002, Société avec drogues. Enjeux et limites. Éditions Érès, Trajets.

FLEURET Sébastien et SECHET Raymonde (Dir.), 2006, Spatialité des enjeux de pouvoir et des inégalités : pour une géographie sociale de la santé. In : Penser et faire la géographie sociale : Contribution à une épistémologie de la géographie sociale [en ligne]. Rennes, Presses universitaires de Rennes, DOI : https://doi.org/10.4000/books.pur.1929.

FLEURY Antoine et FROMENT-MEURICE Muriel, 2014, Embellir et dissuader : les politiques d'espaces publics à Paris. In Antonio Da Cunha et Sandra Guinand, Qualité urbaine, justice spatiale et projet. Ménager la ville, Presses polytechniques et universitaires romandes, (Espace en société), [en ligne]
Disponible sur : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01018868> (consulté le 6 septembre 2021)

FOURNIER Philippe, 2015, La responsabilité comme mode de gouvernement néolibéral : l’exemple des programmes d’aide aux familles aux États-Unis de 1980 à nos jours. Les ateliers de l'éthique / The Ethics Forum, vol. 10, n° 1, pp. 129–154. https://doi.org/10.7202/1032732ar

FROMENT-MEURICE Muriel, 2016, Produire et réguler les espaces publics contemporains : les politiques de gestion de l’indésirabilité à Paris, Thèse de doctorat en géographie dirigée par Jérôme Monnet & Jean-François Staszak, Université Paris Est.

HARVEY David, 2011, Le capitalisme contre le droit à la ville : Néolibéralisme, urbanisation, résistances. Paris, Édition Amsterdam.

HARVEY David, 2008, Géographie de la domination. Paris, Les Prairies Ordinaires.

JAUFFRET-ROUSTIDE Marie, CAILBAULT Isabelle, CHAUVIN Carole, FILIPE Estelle, JANGAL Candy, LEBRETON Mireille et TRAN Viet Chi, 2021, Recherche sociologique sur l’impact de la SCMR sur la tranquillité publique et son acceptabilité sociale. In Salles de consommation à moindre risque, rapport scientifique commandé par la MILDECA, Institut de Santé Publique de l’Inserm, Paris.

JAUFFRET-ROUSTIDE Marie et CAILBAULT Isabelle, 2018, Drug consumption rooms: Comparing times, spaces and actors in issues of social acceptability in French public debate. International journal on drug policy, n° 56, pp. 208–217, https://doi.org/10.1016/j.drugpo.2018.04.014

JAUFFRET-ROUSTIDE Marie, 2011, Les salles de consommation de drogues : entre santé et sécurité publiques, Métropolitiques, 16 mars 2011. [en ligne]
Disponible sur : <https://metropolitiques.eu/Les-salles-de-consommation-de-drogues-entre-sante-et-securite-publiques.html> (consulté le 6 septembre 2021)

LANGLOIS Emmanuel, 2019, Donner l’hospitalité aux jeunes en errance : défis professionnel et politique. In. James, S., Keriven, A., (Dir.) Lutter contre les inégalités, les discriminations, et promouvoir la mixité, Paris, La Documentation Française, pp. 153-167.

LAVAL Christian, 2018, Introduction : Un contexte de globalisation des concepts et des pratiques. Vie sociale, vol. 3, n° 3-4, pp.11-20. https://doi.org/10.3917/vsoc.183.0011

LEES Lauretta, 2003, The ambivalence of diversity and the politics of Urban renaissance: The case of youth in downtown Portland, Maine. International Journal of Regional and Urban Research, vol. 27, n° 3, pp. 613-634.

LOISON-LERUSTE Marie, 2014, Habiter à côté des SDF. Représentations et attitudes face à la pauvreté. Paris, L'Harmattan.

MARCHANT Alexandre, 2012, La French Connection, entre mythes et réalités. Vingtième Siècle. vol. 115, n° 3, pp. 89-102.

MARGIER Antonin, 2017, Cohabiter l’espace public. Conflits d’appropriation et rapports de pouvoir à Montréal et Paris, Presses Universitaires de Rennes.

OGIEN Albert, 2017, L’usage de drogues, un « problème social » ? Quelque chose a-t-il changé depuis vingt ans ? Après-demain, vol. 4, n° 44, pp. 5-7. doi.org/10.3917/apdem.044.0005

PORET Sylvaine, 2006, L'impact des politiques répressives sur l'offre de drogues illicites. Une revue de la littérature théorique. Revue économique, vol. 57, n° 5, pp. 1065-1091.

PROTAIS Caroline, 2016, Réprimer ou soigner ? Les législations européennes en matière de stupéfiants : état des lieux et évolutions. Psychotropes, vol. 22, n° 2, pp. 41-60.

QUIRION Bastien et BELLEROSE Charles, 2007, Discours néolibéral d’émancipation dans le champ de l’usage des drogues : réduction des méfaits et empowerment. Sociologie et sociétés, vol. 39, https://doi.org/10.7202/016931ar

RHENTER Pauline, 2013, Vers un chez soi, L’accompagnement de personnes sans abri ayant des troubles psychiques. Le Sociographe, n° 42, pp. 59-66.

ROUSSEAU Max, BEAL Vincent, FABUREL Guillaume (dir.), 2014, Pratiques et politiques de la ville solidaire. Paris, Rapport du PUCA.

SENNETT Richard, 2009, La conscience de l’œil. Urbanisme et société, Paris, Verdier.

TERROLLE Daniel, 2004, La ville dissuasive : l'envers de la solidarité avec les SDF. Espaces et Sociétés, n° 116-117, pp.143-157.

TRONTO Joan C., 2008, Du care. Revue du MAUSS, n° 32, pp. 243-265. doi.org/10.3917/rdm.032.0243

TSEMBERIS Sam et ASMUSSEN Sara, 1999, From Streets to Homes. Alcoholism Treatment Quarterly, vol. 17, n° 1-2, pp. 113-131. DOI: 10.1300/J020v17n01_07

VICTOIRE Emile, 2007, Sociologie de Bordeaux. Paris, La Découverte.

Haut de page

Annexe

Glossaire

AAH : allocation adulte handicapé

ANR : agence nationale de la recherche

ARS : agence régionale de la santé

CAARUD : Centres d'Accueil et d'Accompagnement à la Réduction de risques pour Usagers de Drogues

CEID : Comité d’étude et d’information sur la drogue

CSAPA : Centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie

NIMBY : Not in my Backyard

NPS : nouveau produit de synthèse

OFDT : Observatoire français des drogues et des toxicomanies

RDR : réduction des risques

RSA : revenu de solidarité active

SCMR : salle de consommation à moindre risque

SDF : sans domicile fixe

TREND : tendance récente et nouvelle drogue

TSO : traitement de substitution aux opiacés

VIH : virus de l'immunodéficience humaine

VHC : virus de l’hépatite C

Haut de page

Notes

1 DRUSEC (2017-2021), projet franco-allemand financé par l’ANR pour la France et le BMBF pour l’Allemagne.

2 https://drusec.hypotheses.org/.

3 Les salles de consommation de Paris et Strasbourg ont été ouvertes fin 2016 pour une expérimentation d’une durée de six ans et Bordeaux n’a finalement pas suivi.

4 L’Observatoire français des drogues et de la toxicomanie est un groupement d’intérêt public, crée en 1993, qui a pour objet d’éclairer les pouvoirs publics, les professionnels du champ et le grand public sur le phénomène des drogues et des addictions (https://www.ofdt.fr/ofdt/).

5 CAARUD : Centres d'Accueil et d'Accompagnement à la Réduction de Risques pour Usagers de Drogues,

CSAPA : Centres de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie.

6 Loi n° 70-1320 du 31 décembre 1970, J.O. du 2 janvier 1971.

7 Article L 3411-8 du code de santé publique.

8 Jacques Chaban-Delmas a été élu de 1947 à 1995.

9 Alain Juppé est élu en 1995. Déclaré inéligible en décembre 2004, il démissionne et Hugues Martin est élu pour assurer l’intérim jusqu’à la fin du mandat. A. Juppé est réélu en 2006, il conserve son poste jusqu’à sa démission, en 2019, pour siéger au Conseil Constitutionnel.

10 Voir les rapports annuels sur le site : https://www.ofdt.fr/regions-et-territoires/reseau-des-sites-trend/rapports-des-sites-locaux-du-dispositif-trend/.

11 https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/plus-tonne-cocaine-recuperee-cote-atlantique-1751729.html.

12 Le crack ou « free base » est de la cocaïne mélangée à du bicarbonate ou de l’ammoniaque. Cette transformation permet une cristallisation de la poudre en petits cailloux, destinés à être fumés et plus rarement injectés (source : https://www.ofdt.fr/produits-et-addictions/de-z/cocaine-et-crack/)

13 MDMA signifie méthylènedioxyméthamphétamine qui est une molécule de la famille des amphétamines que l’on retrouve dans l’ecstasy par exemple.

14 https://www.ofdt.fr/enquetes-et-dispositifs/ena-caarud/.

15 Description donnée par l’OFDT sur son site.

16 RSA : Revenu de Solidarité Active, AAH : Allocation Adulte Handicapé.

17 NIMBY signifie textuellement « not in my backyard » que l’on peut traduire par : pas dans mon jardin, pas à côté de chez moi. (NDA)

18 SO du 18 mai 2011 « La case, impossible deal », https://www.sudouest.fr/2011/05/18/la-case-l-impossible-deal-401345-2780.php?nic.

19 Ibid.

20 SO du 29 avril 2011.

21 https://tapaj.org/

22 https://www.facebook.com/MrHangoverByCeid/

23 Numéro d’appel du service d’écoute et d’urgence social qui oriente les personnes en matière d’hébergement d’urgence notamment.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Profil socio-démographique des usagers de CAARUD, enquête ENa CARRUD 2019, OFDT
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11749/img-1.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 2: localisation des lieux fréquentés par les usagers de drogue
Crédits Source : Géoportail, Comelli, 2020.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Figure 3: Entrée du CSAPA d’Addictions France (ex-ANPAA)
Crédits Photos : Comelli, 2021.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11749/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 4: Entrée du centre Serisé du CEID (façade bleue)
Crédits Photos : Comelli, 2021.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11749/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 5: Évolution du profil socio-économique des résidents du quartier St-Pierre
Crédits Sources : INSEE, 3 IRIS pris en compte, Réalisation : Comelli e, 2021.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11749/img-5.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 6 : Évolution du profil socio-économique des résidents de l'IRIS où se situe la CASE
Crédits Source : INSEE, réalisation : Comelli, 2021)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11749/img-6.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 7: Immeuble abritant le CAARUD "La Case", à l'angle de rues piétonnes
Crédits Photo: Comelli, 2021.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11749/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 8 : Profil socio-économique des résidents du quartier St-Michel (2 IRIS pris en compte)
Crédits Réalisation : Comelli, 2021).
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11749/img-8.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure 9 : Entrée et sas du centre Planterose, CSAPA et CAARUD (CEID)
Crédits Photo: Comelli, 2021
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/11749/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cecilia Comelli, « L’insertion délicate des dispositifs d’accompagnement des usagers de drogue précaires dans le tissu urbain bordelais »Espace populations sociétés [En ligne], 2021/2-3 | 2021, mis en ligne le 19 octobre 2021, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/eps/11749 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.11749

Haut de page

Auteur

Cecilia Comelli

Chercheuse associée au laboratoire Passages, UMR 5139, 12 espanade des Antilles 33600 Pessac
cecilia_comelli@homail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille
  • Logo Laboratoire TVES
  • Logo Laboratoire Clersé
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search