Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2021/2-3RecensionThierry Paquot. Mesure et démesur...

Recension

Thierry Paquot. Mesure et démesure des villes

Paris, CNRS Éditions, 2020
Elsa Martin et Jean-Marc Stébé
Référence(s) :

Thierry Paquot. Mesure et démesure des villes, Paris, CNRS Éditions, 2020

Texte intégral

  • 1 Cf. « La pandémie a montré qu’une ville énorme est beaucoup plus vulnérable », entretien avec l’aut (...)

1Dans un contexte où la crise sanitaire et le confinement généralisé de la population ont conduit de nombreux ménages à questionner leurs modes de vie en contexte urbain (fréquence des déplacements, fonctionnalité de leur logement, rapport aux espaces verts entre autres) et alors que se joue dans un même temps l’éternelle recherche d’une attractivité plus grande des territoires – les flux démographiques servant d’indicateurs à la vitalité et à la bonne santé de ces derniers –, l’ouvrage de Thierry Paquot « Mesure et démesure des villes » paru en 2020 aux Éditions du CNRS ne peut laisser le lecteur indifférent. S’interrogeant en effet sur la taille idéale des villes et des territoires, l’auteur pense qu’il est urgent de faire décroître les mégalopoles car la propagation du virus de la Covid-19 bénéficie, tout comme à l’époque de la peste, de la densité1. A contrario, si les campagnes ont été moins touchées par le coronavirus en raison d’une densité de population plus réduite, ne faut-il pas alors revoir se demande le philosophe urbain autant le modèle des mégalopoles qui sont de plus en plus invivables que celui de la métropolisation qui concentre emplois et richesses dans quelques capitales régionales ? Un retour à des échelles plus humaines des villes apparaît donc une porte de sortie idoine face à la crise actuelle, aussi bien sanitaire qu’environnementale. Mais quelle est la juste taille d’une ville ? Telle est la question épineuse à laquelle Thierry Paquot tente de répondre dans son dernier livre en revisitant les thèses de nombreux auteurs à travers l’histoire.

2Proposant une réflexion de 313 pages sur l’urbanisation croissante des territoires et la taille des villes, cet essai débute par un débat sur le rapport qu’ont les individus à leur consommation – aujourd’hui plutôt quantitative que qualitative – et la satisfaction que cela produit. En effet, malgré les effets pervers engendrés tant sur le plan écologique que social, l’obsession du quantitatif domine notre société, depuis le succès scolaire en passant par la performance sportive, la compétitivité des entreprises jusqu’à la taille des villes. Ainsi, à la question de la (bonne ?) taille des villes, l’auteur interroge de possibles « justes seuils » ou « bons seuils » (p. 38-39).

3C’est à travers trois chapitres que le philosophe urbain met en discussion nombre de thèses d’auteurs anciens et contemporains – auteurs peu voire pas connus en France comme Léopold Kohr, Kirkpatrick Sale ou Peter Berg – ayant travaillé sur la croissance et la décroissance urbaines, la densification et l’étalement des villes, la gouvernance et la gestion des territoires, l’écologie politique ou encore l’essence de ce qui fait une ville. Le premier chapitre « Croissance et décroissance urbaines » est une histoire des villes qui s’évertue à montrer les travers d’une urbanisation généralisée. Il s’agit donc, dès cette première section, de donner à voir les conséquences et les stratégies – pas toujours heureuses – de la croissance des villes et de rompre avec les idées préconçues selon lesquelles les villes sont amenées à sans cesse grossir. En d’autres termes, le lecteur est invité à s’interroger sur cette vision sublimée du « grand », et de façon plus précise sur ce qui est devenu l’antienne d’un grand nombre d’opérateurs de la ville, la « ‘‘grossitude’’ urbaine, communément dénommée ‘‘mégalopolisation’’ » (p. 58).

  • 2 Platon indique qu’une population idéale devrait être composée de 5 040 foyers, ce qui fait environ (...)
  • 3 E. Howard a imaginé les cités-jardins comme des villes d’un type nouveau, où l’on travaille, réside (...)

4C’est plus particulièrement dans le deuxième chapitre « Des villes taillées sur mesure » que Thierry Paquot propose une mise en discussion des réflexions intellectuelles préexistantes à ce sujet. D’ailleurs, la célèbre formule de l’économiste Ernst Friedrich Schumacher « Small is Beautiful » pourrait en quelque sorte être le leitmotiv de ce chapitre. Si Platon déjà dans Les Lois insinuait que de petites unités2 sont préférables, les différents exemples d’utopies urbaines pensées au cours de l’histoire moderne préconisent tous l’établissement d’entités urbaines jamais infinies, toujours délimités démographiquement, à l’image des cités-jardins conçues au tournant du XIXe et XXe siècles par l’urbaniste britannique Ebenezer Howard3. Bien que les seuils soient variables, l’auteur observe dans ses lectures que le nombre de 30 000 habitants est relativement récurrent. Mais, il ne saurait satisfaire le philosophe, davantage sensible à l’argument qualitatif que quantitatif. Car c’est moins le nombre qui devrait être selon lui maîtrisé que l’adéquation entre une entité urbaine et son milieu.

5Thierry Paquot revient à la fin de ce deuxième chapitre sur la question du « petit ». Initiée par l’économiste Ernst Schumacher, la réflexion sur la perception du « petit » sera poursuivie notamment par Lyle Estill dans Small is Possible : Life in a Local Economy (2008). Dans cet ouvrage paru en 2008, l’essayiste et militant engagé en faveur du développement durable montre que le « petit » est trop souvent connoté négativement et est associé à la réduction du confort : pour un grand nombre de personnes, le « petit » renvoie aux qualificatifs « pauvre », « dévalorisant », « mesquin », « oppressant », « étroit », « inférieur ». Néanmoins, n’omettons pas de signaler que depuis quelques décennies maintenant, les villes petites et moyennes semblent revenir sur le devant de la scène politico-médiatique. En témoignent différents classements sur le « bien-être urbain » relayés par la presse nationale, classements qui bien souvent mettent en haut du palmarès des villes dites de tailles intermédiaires (environ 100 000 habitants). Mais comme le rappelle T. Paquot, « […] les classements réguliers des magazines sur ‘‘les villes où il fait bon vivre’’ ne sont guère fiables, les critères ne sont pas assez bien construits et les statistiques trop hétérogènes d’une ville à une autre ; quant à leur interprétation, elle relève exclusivement du sentiment du journaliste… » (p. 161)

  • 4 In La Recherche, n° 561-562, Juillet-Août 2020, p. 107.

6Si la densification et l’étalement urbain – ou plus largement ce que l’auteur qualifie de « démesure » – ne paraissent pas satisfaisants, une seule limite démographique pour penser la « bonne » taille d’une ville ou d’un territoire ne semble pas l’être non plus. C’est donc dans l’articulation plus qualitative entre lieu de vie et environnement immédiat que se trouve la « juste mesure ». Une ville, rappelle Thierry Paquot, c’est l’heureuse combinaison de trois spécificités : 1/ l’altérité – on accueille l’autre comme un avantage y compris tout ce qui constitue le monde vivant (la flore, la faune) –, 2/ la diversité – qu’elle soit sociale, culturelle, économique ou sociale –, et 3/ l’urbanité – autrement dit l’hospitalité. Dans cette optique, la taille importe donc peu, même si le philosophe de la ville estime que ces trois qualités ne sont guère « envisageables à moins de 3 000 à 4 000 habitants et à plus de 500 000 à 600 000 habitants. »4 À cet égard, il conclut le deuxième chapitre de son livre en affirmant que « le devenir urbain du monde et des humains passe par des biorégions urbaines qui assemblent des regroupements humains de tailles variées, afin de préserver la diversité indispensable à la vie en société, avec le moins de contraintes possible... » (p. 169).

  • 5 Alberto Magnaghi a publié en 2014 aux Éditions Étérotopia un ouvrage qui porte le titre La biorégio (...)

7Comment comprendre cet éloge du « biorégionalisme urbain » ? À première vue, le biorégionalisme pourrait s’apparenter à une plus forte décentralisation de l’action publique. D’ailleurs, l’auteur adresse une critique à l’égard de l’organisation territorialisée actuelles des politiques publiques encore trop centralisée. Pour parvenir à un équilibre territorial, Thierry Paquot part des propositions de l’homme politique belge Émile Vandervelde, qui prônait un exode urbain pouvant contre-balancer l’exode rural, et permettre in fine, non pas d’inverser la tendance, mais de mieux redistribuer les flux tant démographiques qu’économiques. La réflexion de l’auteur sur la recherche de l’équilibre territorial s’appuie également sur la démarche écologico-géographico-patrimoniale de l’architecte et urbaniste Alberto Magnaghi qui intègre la dimension territoriale tout en prenant en compte tout l’héritage historique, qu’il soit langagier (adages, contes, langage vernaculaire…), architectural, agricole ou encore culinaire (recettes et produits du terroir)5. Mais pour T. Paquot, le biorégionalisme est moins une vue de l’esprit, un idéal à atteindre, qu’une méthode, qu’il qualifie de « processuelle, transversale et interrelationnelle » (p. 197). C’est à partir d’elle que « l’on doit repenser radicalement les organigrammes des gouvernements centraux et locaux […] qui « fonctionnent » thématiquement » (p. 197-198). De cette méthode semble pouvoir émerger des centralités multiples et diversifiées – au sens où l’entendait le philosophe Henri Lefebvre.

8Avec cette proposition se dégage tout un lot de questions qu’il est difficile de ne pas relier à celles qui surgissent actuellement : pourquoi intensifier les déplacements alors que l’on pourrait significativement les limiter en utilisant mieux les technologies de l’information et de la télécommunication ? Pourquoi ne pas opter pour les « mobilités douces » ? Pourquoi ne pas regrouper ses rendez-vous, réduire le temps de travail, le partager ou l’assurer sur trois jours afin de rendre viable les villages, sans les transformer en cités-dortoirs et tout en leur apportant une diversité générationnelle et professionnelle ? Pourquoi ne pas consommer en priorité les produits locaux, privilégier les commerces de proximité ou la livraison « groupée » à domicile ? Conscient des inquiétudes environnementales, le philosophe de la ville pense en effet que chaque citadin se devrait d’initier une « démobilité progressive selon son emploi et ses contraintes » 

9Sans aller jusqu’en 2050, comme l’auteur nous y invite – qui imagine une simplification de l’organisation territoriale où seul subsisterait le niveau communal – n’assiste-t-on pas localement à des alternatives portées le plus souvent non pas par les décideurs politiques mais par les citadins ? En témoignent, à l’échelle individuelle, la venue de néo-ruraux s’installant dans les campagnes voisines des centres urbains ou, à l’échelle territoriale, l’élaboration d’éco-hameaux.

10En guise de conclusion – « Pour une juste plénitude » – l’auteur rappelle que les villes ont une « épaisseur temporelle », la taille n’étant pas nécessairement affaire de nombre d’habitants. Il s’interdit ainsi de formuler une réponse irréfragable quant à la « juste » taille, et au terme de cet essai, il ne propose, « sur la taille d’une agglomération humaine, aucun nombre fétiche, aucune limite démographique. » (p. 253). Si l’auteur craint que cette réponse puisse décevoir son lectorat, elle est en fait pour lui un soulagement. En effet, les perceptions du « grand » et du « petit » sont subjectives, fruit notamment des parcours résidentiels, d’attentes individuelles, de rapports différenciés à la nature, d’une sensibilisation plus ou moins forte à l’écologie, etc. Ne peut-on pas dire que la ville moyenne est un centre urbain quand on se place du côté des ruraux peut-être moins initiés aux aménités urbaines ? La campagne ne représente-t-elle pas un espace parfois « vide » pour le citadin dont le regard ne sait percevoir la vie sociale qui se joue dans l’intimité des foyers ? Pour clore cet essai, Thierry Paquot reprend le concept de « topophilie » développé par Alberto Magnaghi et avoue que c’est à cause de cette impossibilité à définir une taille parfaite qu’il se résout « à donner à la topophilie la clé de toute habitabilité » (p. 254).

  • 6 Cf. Piolle X., « Les villes moyennes cités où "il fait bon vivre", espaces urbains moins marqués pa (...)
  • 7 Haëntjens J., « La ville écologique, itinéraire (très sinueux) d’une utopie », Urbanisme, n° 384, M (...)
  • 8 Kayser B., La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, A. Colin, 19 (...)
  • 9 Dibie P., Le village métamorphosé. Révolution dans la France profonde, Paris, Plon, 2006.
  • 10 Grimault V., La Renaissance des campagnes. Enquête dans une France qui se réinvente, Paris, Seuil, (...)

11Ainsi, le rapport au territoire doit supplanter la seule question de la taille de la ville pour mieux appréhender les devenirs urbains. Mais on regrette l’absence d’une réflexion approfondie sur l’idée, pourtant aujourd’hui largement mobilisée mais trop rarement discutée, de « qualité de vie ». Cela est d’autant plus regrettable qu’une « petite promenade bibliographique » nous est proposée à la fin de l’ouvrage. Si elle permet d’offrir au lecteur une synthèse bibliographique extrêmement riche, il eut été intéressant que soit mentionnée la question des territoires « où il fait bon vivre », notamment dès lors que la notion est associée aux villes dites moyennes. Car la taille, trop souvent, fait office de variable explicative, alors même que se jouent des dynamiques multiples au sein de ces dernières. D’ailleurs plusieurs chercheurs, dont de nombreux géographes, se sont intéressés à la question de ces « villes où il fait bon vivre »6. Aussi, afin de ne pas donner le sentiment d’un essai contre le « grand », le « dense », que l’on peut, peut-être à tort, aisément associer au cours de la lecture à la « démesure », la mention de quelques initiatives heureuses permises par l’urbanisation des modes de vie aurait sans doute permis d’apporter de la nuance. Car la croissance d’un espace urbain ne produit-il pas parfois des dynamiques inattendues, la réinvention de modes de vie innovants ?7 Enfin, la mobilisation de nombreux auteurs issus d’époques historiques diverses rend parfois la lecture de l’ouvrage exigeante. Mais la mise en discussion d’un tel panel de chercheurs fait aussi la force de l’essai proposé par le philosophe de la ville. Le lecteur (re)découvrira des réflexions intellectuelles, parfois anciennes et méconnues sur la mesure et la démesure des villes, sur la densité des territoires, ou encore le phénomène d’urbanisation. Ainsi, cet ouvrage est une invitation à interroger nos modes de vie face aux transformations sociales en cours. D’ailleurs, à côté des travaux déjà anciens sur la renaissance rurale8, sur « le village métamorphosé »9 ou plus récemment sur « la renaissance des campagnes »10, l’ouvrage de Thierry Paquot dit toute la nécessité de questionner les territoires en devenir et leur équilibre.

Haut de page

Notes

1 Cf. « La pandémie a montré qu’une ville énorme est beaucoup plus vulnérable », entretien avec l’auteur, propos recueillis par Xavier de Jarcy in Télérama du 07 juin 2020 [en ligne] et « L’avenir passe par la création de biorégions urbaines », entretien avec l’auteur, propos recueillis par Vincent Glavieux in La Recherche, n° 561-562, Juillet-Août 2020, p. 107-109.

2 Platon indique qu’une population idéale devrait être composée de 5 040 foyers, ce qui fait environ 30 000 habitants.

3 E. Howard a imaginé les cités-jardins comme des villes d’un type nouveau, où l’on travaille, réside, se détend, apprend… Des Garden-cities dans lesquelles on trouve des services, des équipements sportifs et culturels, des emplois artisanaux et industriels, des commerces, des écoles… Des villes-campagnes en liaison avec les autres villes au moyen du train.

4 In La Recherche, n° 561-562, Juillet-Août 2020, p. 107.

5 Alberto Magnaghi a publié en 2014 aux Éditions Étérotopia un ouvrage qui porte le titre La biorégion urbaine.

6 Cf. Piolle X., « Les villes moyennes cités où "il fait bon vivre", espaces urbains moins marqués par les clivages sociaux ? », Aménagement et pratiques urbaines rêves et réalités, Paris, CNRS Éd., 1982, p. 71-74. Cf. également l’article de Lise Bourdeau-Lepage « Bien vivre et vivre ensemble : les nouvelles attentes de la population », in Lesechos.fr, mise en ligne le 08 décembre 2020 et l’ouvrage publié sous sa direction Évaluer le bien-être sur un territoire. Comprendre pour agir sur les facteurs d’attractivité territoriaux, Lyon, Éditions VAA Conseil, 2020 [en ligne].

7 Haëntjens J., « La ville écologique, itinéraire (très sinueux) d’une utopie », Urbanisme, n° 384, Mai-Juin 2012, p. 40.

8 Kayser B., La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, A. Colin, 1989.

9 Dibie P., Le village métamorphosé. Révolution dans la France profonde, Paris, Plon, 2006.

10 Grimault V., La Renaissance des campagnes. Enquête dans une France qui se réinvente, Paris, Seuil, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Martin et Jean-Marc Stébé, « Thierry Paquot. Mesure et démesure des villes »Espace populations sociétés [En ligne], 2021/2-3 | 2021, mis en ligne le 19 octobre 2021, consulté le 07 juin 2023. URL : http://journals.openedition.org/eps/12180 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.12180

Haut de page

Auteurs

Elsa Martin

Maître de conférences
Université de Lorraine
Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S)
elsa.martin@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Jean-Marc Stébé

Professeur des universités
Université de Lorraine
Laboratoire lorraine de sciences sociales (2L2S)
jean-marc.stebe@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Lille
  • Logo Laboratoire TVES
  • Logo Laboratoire Clersé
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search