Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursCrises, dynamiques démographiques...

Crises, dynamiques démographiques et peuplement

Maria Carella, Gil Bellis, Byron Kotzamanis, Jean-François Léger et Alain Parant

Les crises, entendues comme périodes de rupture par rapport à des situations considérées comme normales, sont à ce point nombreuses et diverses que l’on peut finir par se demander si elles ne sont pas, au fond, des moments de régulation normaux des sociétés contemporaines. Il n’empêche que certains événements bouleversent considérablement, pendant des durées plus ou moins longues, le fonctionnement attendu des sociétés. La question au centre de ce numéro concerne les conséquences que ces crises peuvent avoir sur les dynamiques démographiques et le peuplement, à savoir la distribution spatiale des populations. Mais l’interrogation peut être renversée et ce numéro d’Espace, populations, sociétés est également ouvert aux contributions qui questionneraient les conséquences critiques, sur les plans social, sanitaire, économique, politique... de certaines dynamiques démographiques et caractéristiques du peuplement.

De nombreux exemples contemporains peuvent illustrer la thématique de ce numéro. On pense bien sûr à la crise sanitaire du Covid qui s’est notamment traduite en France, sur le plan démo-graphique, par une hausse du nombre de décès, une baisse de l’espérance de vie à la naissance ou encore une « chute historique du nombre des mariages » [Papon, Beaumel, 2021]. Le peuplement a aussi été affecté par cette crise : en effet, « à la mise en place du confinement, la répartition de la population sur le territoire s’est significativement modifiée » [Galiana et al., 2020] même si, dès les premières semaines du déconfinement, les mouvements de population ont partiellement repris et les surcroîts de population observés ici ou là sur le territoire ont été en partie résorbés. Toutefois, il n’empêche que la crise du Covid a révélé, en France, les limites de la concentration des populations dans les plus grandes villes du pays, en particulier Paris. La mise en place du télétravail a conduit nombre de ménages à quitter les plus grandes villes pour s’installer dans des espaces moins denses. S’agit-il seulement d’une réaction ou/et d’une adaptation à un événement particulier ou l’amorce d’un mouvement de plus grande ampleur ? On peut d’ailleurs noter que cette forme critique du modèle métropolitain exprimé, de l’intérieur, par la mobilité d’une partie des habitants des métropoles depuis le début de cette crise sanitaire, fait en quelque sorte écho à celle exprimée quelques mois auparavant, pour des raisons économiques, de l’extérieur, par le mouvement des gilets jaunes. Cet exemple montre en tout cas que l’appréhension du lien entre crises, dynamiques démographiques et peuplement peut se décliner sur des temporalités différentes : le court, le moyen et même le long termes.

Ce questionnement peut donc être de type rétrospectif et analyser l’effet de crises passées ou plus récentes, mais aussi être de type prospectif et poser la question des possibles évolutions des dynamiques démographiques et des caractéristiques du peuplement en réponse à des crises possibles ou attendues. Ainsi en est-il par exemple des effets du réchauffement climatique qui devrait se traduire, ici ou là, par des variations saisonnières, des précipitations ou encore des épisodes de canicule plus fréquents et plus marqués [Bastin et al., 2019]. Comment les populations pourront-elles s’adapter ? Quelles mesures les pouvoirs publics pourraient-ils prendre en matière de peuplement et d’aménagement du territoire pour amortir les effets de cette crise climatique qui semble maintenant inéluctable ? L’expérience des territoires qui ont été soumis à des catastrophes climatiques, pour certaines récurrentes, au cours des dernières décennies (par exemple les ouragans dans les Caraïbes et sur la côte est des États-Unis ; les incendies dans le sud de l’Europe mais aussi plus récemment, en Australie ou au Canada avec des températures approchant les 50° C) peuvent peut-être renseigner sur les réponses démographiques et géographiques des populations ou des états.

Récemment, d’autres crises ont fait l’actualité, en raison des conséquences qu’elles ont eues sur le plan migratoire. On a ainsi beaucoup parlé ces derniers mois des caravanes de migrants en Amérique centrale qui remontent le continent en direction des États-Unis. Des milliers de familles décident en effet de quitter leur pays avant tout pour fuir une crise de la sécurité encore inconnue dans l’hémisphère nord et à vrai dire difficilement imaginable dans nos pays : l’aggravation de la criminalité et des violences liées aux cartels de la drogue comme au Honduras par exemple n’offrent guère d’autres alternatives pour nombre d’habitants que de fuir leur pays. Ces migrations ont largement contribué à l’augmentation du nombre de migrants illégaux interpellés à la frontière entre le Mexique et les États-Unis : on en a ainsi dénombré plus de 200 000 en juillet et août derniers. Au-delà des conséquences, d’une part, sur les flux de départs de ces pays soumis à une grave crise de la violence et, d’autre part, sur les flux d’arrivées que doivent accueillir ou contenir les pays traversés et in fine les États-Unis, quels effets la criminalité, mais aussi les persécutions politiques ou les violations des droits humains peuvent-elles avoir sur la mortalité, la fécondité ou encore sur la distribution de la population à l’intérieur même de ces pays ? Et qu’en est-il des caractéristiques des migrants qui ont pu évoluer comme cela a été observé avec les migrations consécutives aux guerres civiles en Syrie et Méditerranée [Benassi, Carella, Heins, 2021] ?

Précisément, dans le bassin méditerranéen, d’autres migrations, certaines dramatiques, ont éga-lement fait l’actualité. Ainsi, en réponse à la crise de 2008 dans les pays du sud de l’Europe, les flux d’émigration ont considérablement augmenté. En Espagne par exemple, les flux de départ des natifs du pays mais aussi et surtout ceux des immigrés ont considérablement augmenté, cependant que les flux d’entrées diminuaient [Zamora López et al., 2021]. Les crises politiques en Afrique du nord et au Moyen-Orient se sont notamment traduites par une augmentation du nombre de candidats à l’émigration illégale, de nombreuses tentatives se soldant par la mort de migrants. Ces vagues d’émigration en réponse à la crise dans les pays du sud ont eux-mêmes été vectrices d’une crise politique et morale dans les pays du nord de la Méditerranée, incapables de se coordonner pour accueillir quelques milliers de migrants. Qu’en sera-t-il si les flux devaient être encore plus importants ?

Le lien entre crises, dynamiques démographiques et peuplement n’est donc pas unilatéral. La démographie et le peuplement peuvent eux-mêmes être vecteurs de crise, à commencer entre spécialistes comme en témoigne la controverse sur les possibles effets de la croissance démographique subsaharienne sur la démographie européenne si les pays d’Afrique demeuraient incapables d’offrir de meilleures perspectives à sa jeunesse [Smith, 2018 vs. Héran, 2018]. Au nord du continent africain, la démographie des pays du Maghreb a d’ailleurs largement participé au Printemps arabe. En Tunisie par exemple, la proportion considérable de jeunes diplômés au chômage, massivement concentrés dans les villes, « a été un facteur important dans le déclenchement de la révolution tunisienne » [Khader, 2011]. Une politique ambitieuse d’accès à l’université pour tous (hommes et femmes) a ainsi eu un effet inattendu : cependant que le nombre de diplômés de l’enseignement supérieur augmentait, le nombre d’emplois destinés à cette population de plus en nombreuse n’a pas évolué dans les mêmes proportions ; bilan : le taux de chômage des diplômés du supérieur âgés de moins de 30 ans était peu avant le Printemps arabe nettement plus élevé que celui des actifs de cette même tranche d’âges peu, voire pas, diplômés [Eljim, Sahraoui, 2021]. Plus à l’est sur les rives de la Méditerranée, la forte croissance de la population palestinienne se heurte aux limites spatiales des territoires palestiniens, ce qui se traduit par une émigration importante et une présence importante dans nombre de pays voisins, ce qui n’est pas sans conséquence sur la géopolitique de cette région.

Ce numéro d’Espace, populations, sociétés est donc ouvert à toute contribution qui articulerait les liens entre, d’une part, des phénomènes de crise (sanitaire, économique, politique, etc.) et, d’autre part, les dynamiques démographiques et/ou les caractéristiques de peuplement des territoires ou des espaces considérés. Ces travaux peuvent aborder cette thématique à toutes les échelles : du niveau international au niveau local. Les articles pourront aborder ces interactions sur le court, moyen ou long terme, de manière rétrospective ou prospective. Les crises étudiées pourront être anciennes, contemporaines ou potentielles dans le cas d’une approche prospective et concerner n’importe quel pays ou région du monde.

La revue privilégie les approches quantitatives. Elle est ouverte à toutes les disciplines dès lors que les textes ont une dimension spatiale liée à des questions de population ou/et de société. Cependant, les travaux qualitatifs peuvent être acceptés dès lors qu’ils positionnent bien leur objet d’un point de vue spatial et que des données de cadrage quantitatives permettent de contextualiser le terrain ou la population étudiée.

Les articles en anglais sont bienvenus.

Proposé par :

Maria Carella (Université de Bari Aldo Moro, co-porteur pour EPS),

Gil Bellis (Institut national d’études démographiques),

Byron Kotzamanis (Université de Thessalie),

Jean-François Léger (Université Paris 1, co-porteur pour EPS)

Alain Parant (Groupe Futuribles International)

Calendrier

- Date limite pour l’envoi des propositions d’articles (titre et résumé d’environ 1-2 pages) : 15 mars 2022

- Sélection des résumés par le Comité de rédaction et annonce aux auteurs : avril 2022

- Date limite de l’envoi des articles au Comité de rédaction : 30 juillet 2022

- Parution du numéro : début 2023

- Consignes de présentation : https://journals.openedition.org/eps/3344

Contacts

Titres, résumés et articles sont à envoyer à :

Maria Carella : maria.carella1@uniba.it

Jean-François Léger : jfleger@univ-paris1.fr

Bibliographie

Bastin J-F., Clark E., Elliott T., Hart S., van den Hoogen J., Hordijk I. et al. 2019. Understanding climate change from a global analysis of city analogues. PLoS ONE, 14(7). Doi.org/10.1371/journal.pone.0217592

Benassi F., Carella M., Heins F. 2021. Migration in the Mediterranean region: response to crises and an emergency in its own right. Investigaciones Geográficas, https://doi.org/10.14198/INGEO.19461

Eljim K., Sahraoui S. E. 2021. Les implications démographiques du « Printemps arabe » dans les pays du Maghreb. In : Bellis G., Carella M., Léger J.-F., Parant A. (coord.), Populations et crises en Méditerranée, Franco Angeli, Milan, pp. 165.181.

Galiana L., Suarez Castillo M., Sémécube F., Coudin E., de Bellefon M.-P. 2020. Retour partiel des mouvements de population avec le déconfinement. Insee Analyse, n° 54, 4 p.

Héran F., 2018. L’Europe et le spectre des migrations subsahariennes. Population & Sociétés, n° 558, 4 p.

Khader B. 2011. La Tunisie fut-elle l’hirondelle qui annonçait le printemps arabe ? Outre-Terre, 2011/3, n° 29, pp. 177-192. DOI 10.3917/oute.029.0177

Papon S., Beaumel C. 2021. Avec la pandémie de Covid-19, nette baisse de l’espérance de vie et chute du nombre de mariages. Insee Première, n° 1846, 4 p.

Smith S. 2018. La Ruée vers l’Europe. Grasset, Paris, 272 p.

Zamora López F., Cámara Izquierdo N., Sousa Gomes M. C., Pimentel D. 2021. Migrations in-ternationales légales en Espagne et au Portugal avant et après la crise de 2008. In : Bellis G., Ca-rella M., Léger J.-F., Parant A. (coord.), Populations et crises en Méditerranée, Franco Angeli, Milan, pp. 65-87.

Haut de page
  • Logo Université de Lille
  • Logo Laboratoire TVES
  • Logo Laboratoire Clersé
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search