Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2022/1 « On se voit ce week-end ! ». Bi...

 « On se voit ce week-end ! ». Bi-résidence hebdomadaire et vie conjugale : le cas des professeures des écoles de l’académie de Lyon

“See you next weekend!”. Women teachers, weekend commuting and conjugal lives
Juliane Deloffre

Résumés

À partir d’une recherche qualitative sociologique auprès de dix couples hétérosexuels dont la femme, professeure des écoles, est en situation de mobilité professionnelle hebdomadaire, cet article propose de questionner l’impact de la bi-résidence féminine sur la vie conjugale. Cette étude a permis l’identification de trois profils conjugaux selon l’adaptation des conjoints à cette mutation professionnelle féminine dans le cas du professorat des écoles de l’académie de Lyon. L’enquête, menée dans le cadre d’un mémoire de recherche de master 2, offre un échantillon restreint de cette situation. Cependant, elle permet d’inscrire la bi-résidence professionnelle féminine d’un métier non mobile dans le champ des études en sciences sociales sur l’imbrication vie professionnelle - vie conjugale. Ainsi, elle donne accès à la construction de leur vie de couple par les conjoints à travers le prisme des rapports sociaux de classe et de genre, permettant d’élargir les résultats amenés par les études sur la mobilité professionnelle en sociologie de la famille et du genre.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 70, les modèles familiaux ne cessent d’évoluer. A cette époque, une baisse significative de la fécondité doublée d’une baisse de la nuptialité remet en cause le modèle de la famille dite ”traditionnelle”, confirmant les transformations qui la caractérisent ces dernières décennies [Déchaux, 2009]. En parallèle se déploie une diversification de styles de vie privée, notamment portée par de nouveaux calendriers : date de la mise en couple et de la maternité repoussés, cohabitation avant mariage, etc. Aujourd’hui, devenir une famille est un ”projet familial” des deux conjoints, dans un environnement choisi [Landour, 2019] et la place de l’enfant devient centrale, notamment dans les catégories sociales les plus élevées [Pape, 2009]. Par ailleurs, le modèle de la femme au foyer semble décliner et elles sont nombreuses à travailler à temps partiel [Déchaux, 2009]. Pourtant, d’une manière générale, elles gardent la responsabilité de l’habitat et de l’éducation [Blöss, 2016], l’idée d’une « vocation maternelle » persistant malgré un certain déclin des stéréotypes de genre [Papuchon, 2017].

2Ainsi, c’est le fait de vivre ensemble qui permet d’être identifié comme un couple [Bertaux-Wiame and Tripier, 2006]. En sciences sociales, le logement, lieu par excellence où se déroule l’intimité des vies familiales, est un « espace privilégié de l’analyse des rapports sociaux de sexe » [Gilbert, 2016]. Il s’exerce, dans le fait d’être ”en couple”, des arrangements conjugaux conscients ou non, donnant des rôles spécifiques à chacun des membres du duo autant que des comportements socialement attendus. Le fait d’habiter ensemble semble être une sorte de rituel de passage pour être reconnu comme un couple solide et la séparation spatiale serait, de facto, vue comme un risque.

  • 1 Soit par allers-retours hebdomadaires, bi-résidence ou déménagement familial.
  • 2 Un métier est dit mobile lorsque la profession implique forcément une bi-résidence ou des déplaceme (...)

3Pourtant, travailler aujourd’hui implique de plus en plus de se déplacer hors de sa zone d’habitation1. En 2007, 15% de la population française active (25-54 ans), déclare plus de 60 kilomètres dans ses déplacements quotidiens [Schneider and Meil Landwerlin, 2008]. Par ailleurs, la mobilité concerne de plus en plus les deux conjoints [Bonnet, Collet and Maurines, 2006], constituant une transformation contemporaine de la famille en l’impactant directement, liant ainsi intimement les sphères professionnelles et privées [Schneider, Rüger and Ruppenthal, 2014]. Très souvent, les mobilités sont du fait de la carrière masculine : la bi-résidence hebdomadaire [Gräbe and Ott, 2003] est alors favorisée sans pour autant que l’homme exerce dans un domaine dit mobile2. La décohabitation constitue alors un « révélateur des enjeux de la condition moderne de la conjugalité » : selon les ressources des duos, la mobilité géographique de l’un des deux membres serait un facteur qui pourrait aggraver les inégalités de genre, renforçant alors « la spécialisation des rôles conjugaux dans la vie privée » [Bertaux-Wiame and Tripier, 2006].

4Jusqu’alors, les recherches en sciences sociales en France ont questionné la bi-résidence conjugale via les métiers dits « mobiles » [Guichard-Claudic, 1999] ; plus rarement, la mobilité professionnelle féminine [Lambert, 2018] ou les deux [Charrier and Déroff, 2006 ; Vincent, Viry and Kaufmann, 2010]. D’autres études européennes ou internationales [Gräbe and Ott, 2003 ; Rüger and Sulak, 2017 ; Schneider, Rüger and Ruppenthal, 2014], ayant souvent pour terrain les familles avec enfants [van der Klis and Karsten, 2009], se sont intéressées à la mobilité professionnelle mais sans distinguer particulièrement le genre des mobiles. D’une manière générale, les résultats présentent une mobilité géographique masculine mise au service du couple [Charrier and Déroff, 2006] : la femme reste en charge du foyer conjugal tandis que son conjoint travaille à augmenter le capital économique du duo. Dans le cas de la mobilité professionnelle féminine, il a été montré une inversion des rôles ménagers tendant alors à une certaine égalité de la répartition des tâches entre conjoints au sein de l’habitat conjugal [Kaufmann, 2000] ou à une « suspension temporaire des normes traditionnelles du genre » [Lambert, 2018]. Cependant, une troisième forme de mobilité a été peu étudiée : l’injonction à l’exercice de la fonction sans que la profession soit catégorisée comme mobile, nécessitant parfois une bi-résidence. Le fait que la mobilité ne soit pas choisie questionne pourtant les habitudes conjugales ; et surtout, elle touche peu à peu les femmes : il n’est plus aussi rare aujourd’hui qu’elles aussi soient appelées à se déplacer pour les mêmes raisons que les hommes - c’est le cas des enseignantes du premier degré.

  • 3 Ici, le cas étudié est celui de l’académie du Rhône (réunissant les départements du Rhône, de l’Ain (...)
  • 4 Cf. encadré méthodologique.

5C’est ainsi le principal intérêt de cette recherche : observer ce qu’il advient dans le cas de mobilité conditionnée par l’exercice de la profession, et surtout féminine. Ainsi s’agit-il de questionner si les résultats de la littérature scientifique, évoqués ci-dessus, correspondent à ce type de mobilité qui n’a jamais été questionné sous cet angle. En effet, le professorat des écoles fait partie des professions institutionnelles soumises à un système de mutation nationale. Nécessitant aujourd’hui un master 2 après validation d’un concours académique, les lauréats sont assurés d’avoir un emploi en tant que fonctionnaires et de faire carrière par leur ancienneté. En 2021, la féminisation du professorat des écoles est vive dans le secteur privé (74,2 % contre 70,9 % dans le public) et dans le premier degré́ (privé : 92 %, public : 85,2 %) [n.d.], et c’est un métier que choisissent, cette même année, 334 219 individus. Pourtant, faire ce choix impacte, de manière profonde, la manière de « faire couple » de ces femmes. Devenant mobiles à leur(s) première(s) affectations(s), elles doivent faire face à une vie coupée en deux : enseignante la semaine, conjointe le weekend. De fait, si les enseignantes obtiennent un département qui n’est pas celui où elles vivent, elles se retrouvent affectées parfois à plus de 100km dans un département limitrophe. Cela ne leur permet pas de faire les allers-retours tous les jours, et elles font bien souvent le choix de la bi-résidence alors que cela n’est pas souhaité. Cette population3 porte au grand jour une mobilité jamais étudiée jusqu’alors : féminine d’une part, imprévue d’autre part4. Ainsi cet article questionne-t-il la manière dont des couples, à l’aube de leur construction familiale, s’approprient une mobilité professionnelle féminine hebdomadaire qui n’était pas envisagée initialement.

6La rencontre avec dix couples (neuf professeures des écoles et un enseignant ; six de leurs conjoints) a permis d’observer la modification des habitudes conjugales redessinées par la mobilité professionnelle féminine. Aucun des duos n’ayant encore d’enfant, accéder à la réadaptation des conjoints à la carrière de l’enseignante a permis de mettre en exergue la construction d’une vie à deux sertie par les projets futurs (avoir des enfants, choisir un lieu de vie commun). Ainsi, il a pu être observé que ce qui peut s’apparenter à l’identité de chaque couple est intimement lié aux projets individuels de chacun et, ici, à la mobilité. En effet, chaque couple existe ici depuis plusieurs années, suffisamment pour que les conjoints se projettent à long terme et décident ensemble d’un parcours commun. Cependant, cette mobilité imprévue vient, à la fois, questionner des éléments qui leur paraissaient évidents, tout autant qu’elle va les consolider. Ainsi allons-nous pouvoir observer que, a contrario de ce qui a pu être démontré par nos collègues scientifiques, dans la majorité des cas, les normes de genre sont renforcées plus que suspendues voire élaguées. Or, cela n’est pas sans lien avec l’origine sociale des individus : plus la mobilité professionnelle est liée à la matérialisation d’une hypogamie féminine, plus les couples réfutent l’adaptation à la situation, et plus les normes de genre sont différenciées.

7Par cet article, nous allons voir qu’une carrière individuelle peut venir chambouler des habitudes conjugales et les projets en lien. De fait, la vie commune s’agence autour de cette première ; les conjoints s’accordent, en fonction de leurs parcours individuels et leur parcours communs, pour se projeter dans une vie à deux. Ici est mise en évidence l’imbrication forte entre profession institutionnelle et changements interpersonnels. Avec l’injonction de la mobilité professionnelle, des négociations s’effectuent sur le tard et participent à une (re)définition, peut-être permanente, du couple et des espaces de chacun. Ces modifications vont ainsi modifier ou ancrer les étapes de la vie conjugale. Cela est d’autant plus vrai ici que la population est en plein (re)questionnement identitaire : les couples, réunissant des professeures des écoles et leurs conjoints, sont en transition entre ne plus être seulement « couple étudiant » ni encore « future famille ». Ils vivent cette évolution conjugale en parallèle d’un lancement d’activité qui leur donne désormais un statut professionnel. Cette recherche a ainsi donné accès à un regard englobant sur un fonctionnement généralisé des conjoints, mettant en lien des éléments observés habituellement de manière isolée : répartition des tâches des conjoints, projets de couple, carrières individuelles, etc. Comme nous le verrons, les choix professionnels sont ici intimement liés aux projets conjugaux et permettent d’accéder aux conciliations régissant les différents couples et les pratiques construites à deux.

8Les conséquences de cette mobilité peuvent être nombreuses. Les repères de la vie de ces couples sont à (re)construire dans un temps conjugal fortement réduit. Cette enquête sur les professeures des écoles de l’académie de Lyon et leurs arrangements conjugaux a permis d’élaborer trois types de profils conjugaux en fonction de leur adaptation à un nouveau quotidien. Cet article les présentera successivement à travers le prisme de la carrière conjugale. Il questionnera ensuite la place des rapports de genre et de classe dans cette modélisation de pratiques conjugales soumises à une mobilité féminine nouvelle et imprévue - cela permettant d’inscrire l’injonction à la mobilité professionnelle féminine dans les recherches en sciences sociales.

Encadré méthodologique

L’enquête qualitative a duré 2 ans, dans le cadre d’un mémoire de recherche en sociologie. Le terrain a été délimité par mon expérience personnelle de titulaire de professorat des écoles. Lors de mon master et, ensuite, de ma titularisation, j’ai pu observer l’impact de la première mutation professionnelle et les déplacements hebdomadaires liés sur la vie privée de mes collègues. L’Ain étant souvent le département d’accueil des Lyonnais ou Liguriens n’ayant pas eu leur premier choix d’affectation (le Rhône ou la Loire).

L’académie de Lyon réunit trois départements (Ain, Rhône, Loire), dans lesquels sont répartis les lauréats en fonction de leur classement au concours. Les départements étant proches mais très étendus, la mobilité devenait alors une condition sine qua non à l’exercice de leur fonction. Afin de percevoir l’impact de cette mutation sur leurs projets conjugaux et leur manière de faire couple, en 2017, un pré-questionnaire quantitatif a été rempli par 150 collègues du département de l’Ain. 141 avaient répondu ne pas avoir souhaité être affectés dans le département ; 113 espéraient en partir rapidement ; 28 s’y plaisaient et ne pensait pas en partir. Par la suite, l’enquête qualitative a permis d’interroger 16 individus (10 enseignants (9 femmes et un homme, rencontrés à la faculté ou en école d’exercice) et 5 de leur conjoints et une conjointe) dans le cadre d’entretiens semi-directifs séparés.

Caractéristiques des enquêtés :
Le conjoint enseignant a entre 1 et 5 ans d’ancienneté ; il n’est pas en reconversion.
Il exerce dans l’Ain par affectation post-concours et le département n’est pas son choix premier
Le couple n’a pas encore d’enfant mais en a le projet
Les deux conjoints reconnaissent un « logement commun » qu’ils ont eu ou ont encore : ils ont déjà une organisation conjugale.

Plusieurs thématiques ont été abordées avec les conjoints afin de percevoir l’impact de la mobilité des professeures des écoles sur l’organisation conjugale : choix du type de mobilité (bi-résidence hebdomadaire (7 couples), déménagement (3 couples)), ressenti sur la situation, changements d’habitudes, nouvelle organisation quotidienne avec leur entourage et dans leur logement commun, perspectives du couple en lien avec la mobilité. Avant les entretiens, il leur a été demandé de remplir un emploi du temps « type » de leurs échanges réguliers lors de la séparation hebdomadaire.
L’analyse croisée des retranscriptions des entretiens et des emplois du temps a permis de dessiner ces trois profils conjugaux (les prénoms en gras sont ceux, anonymisés, des individus rencontrés)

Les Casaniers

Elise et Corentin

Nathalie et Lucas

Emma et Dany

Judith et Marc

- Professeure des écoles et aide-soignant

- Professeure des écoles démissionnaire et « poste à responsabilité dans une usine familiale »

- Professeure des écoles et « ouvrier spécialisé dans une entreprise familiale »

- Professeure des écoles et ouvrier en mécanique

- 27 et 28 ans.

- 25 et 24 ans.

- 28 et 27 ans.

- 29 et 30 ans.

- En couple depuis 5 ans.

- En couple depuis 9 ans.

- En couple depuis 11 ans.

- En couple depuis 11 ans.

- Pacsés pour l’Education Nationale (EN)

- Pacsés pour l’E.N. puis mariés

- Pacsés pour l’E.N.

- Pacsés pour l’E.N.

- Bi-résidence (chambre en internat au lycée du secteur) / habitent à Lyon et souhaitent retourner à Dijon (ville d’origine).

- Bi-résidence (studio) / habitent dans la Loire

- Bi-résidence (studio) / habitent dans la Loire

- Bi-résidence (airbnb) / habitent dans la Loire

Les Futuristes

Julie et Théo

Marin et Héléna

Maurianne et Dan

 

- Professeure des écoles et professeur de percussions en école de musique.

-Professeur des écoles et professeure d’anglais.

- Professeure des écoles et agent ferroviaire de sécurité

- 28 et 27 ans.

- 28 et 26 ans.

- 28 et 31 ans.

- En couple depuis 8 ans.

- En couple depuis 9 ans.

- En couple depuis 5 ans.

- Pacsés pour l’E.N., mais fiancés depuis 5 ans.

- Mariage accéléré pour l’E.N.

- Pacsés pour l’E.N.

- Bi-résidence (colocation) / habitent à Lyon / originaires de Clermont-Ferrand

- Bi-résidence (colocation) / habitent à Lyon / originaires de Nantes

- Bi-résidence (colocation) / habitent à Lyon / originaires de Lyon et Carcassonne

Les Barou-deurs

Marielle et Eric

Malou et Alban

Juliette et Cyril

 

- Professeure des écoles et professeur d’histoire contractuel (prépa. au concours)

- Professeure des écoles et coordinateur territorial de maison d’enfants

- Professeure des écoles et responsable de laboratoire

- 26 et 25 ans.

- 28 et 30 ans.

- 24 et 29 ans.

- En couple depuis 10 ans.

- En couple depuis 3 ans.

- En couple depuis 5 ans.

- Pacsés pour l’E.N.

- Déménagement proche de l’école / originaires de Vaulx-en-Velin

- Pacsés pour l’E.N.

- Déménagement proche de l’école / originaires de Saint Etienne

 

- Déménagement proche de l’école / originaires de Lyon

Les « casaniers » : l’habitat commun comme identificateur du couple

9La première caractéristique de cette forme de conjugalité qui regroupe 4 couples de l’enquête réside dans le fait qu’elle soit hypogame ou en situation d’ascension sociale féminine. La deuxième caractéristique est que les conjoints ont tous des professions qui découlent du monde ouvrier, tout comme leurs familles et leurs amis, originaires de la classe ouvrière. La troisième caractéristique est qu’ils sont systématiquement originaires de la Loire et insistent sur la nécessaire proximité de leur entourage, parents et familles élargies.

La bi-résidence malgré eux

10La bi-résidence est choisie à contrecœur et fait naître un tiraillement de l’enseignante dans ce découpage géographique : aller exercer sa profession ailleurs en compensant son absence par des allers-retours réguliers. La bi-résidence s’impose comme le choix le plus pratique pour réguler la fatigue et enseigner convenablement. Pourtant, le deuxième logement est complètement désinvesti. C’est la femme qui choisit le logement professionnel de manière très réfléchie : coût, temps de trajet, praticité. Le logement s’apparente systématiquement à un studio ou à une chambre d’étudiante, loin du confort qu’elles rattachent au logement conjugal, sans que le conjoint ne s’y intéresse. Le lieu choisi est d’emblée neutre, presque froid, à l’image de ce que ressentent les individus devant cette mobilité qui leur paraît imposée. Le weekend, elles préfèrent rentrer « chez elle(s) », c’est-à-dire dans le logement conjugal, le plus souvent possible et notamment le mercredi, afin de n’y vivre que le temps strictement nécessaire. Le logement professionnel s’apparente à un extérieur au couple, une situation provisoire qui garantit l’ancrage du couple dans une zone géographique choisie, à l’instar de ce qu’avait pu montrer Stéphanie Vincent-Geslin [Vincent-Geslin, 2012].

11Ces individus sont ancrés dans un fort développement d’entourage local, principalement axé sur la proximité géographique et relationnelle ; ils racontent vivre très mal cette situation de mobilité loin de leurs proches. Le temps passé « ensemble » est réduit aux weekends, à certains mercredis et aux vacances scolaires. Le « chez moi » auquel se rattachent les enseignantes inclut à la fois l’appartement conjugal, la proximité familiale et sociale. Cela s’élargit également aux loisirs : tout est « là-bas », chez eux. De fait, aucune relation amicale à proximité de leur logement professionnel ne se développe : les enseignantes préférant se consacrer à leur profession plutôt qu’à développer une vie sociale dans un lieu qui leur apparaît comme provisoire et détaché de leur quotidien. Cela est d’autant plus renforcé que l’entourage familial et local est pleinement apparenté à la construction identitaire du couple : rares étaient les moments où les duos voyaient leurs familles ou amis seul.e. Restés aux domiciles conjugaux en l’absence de leur conjointe, les hommes gardent désormais les habitudes conjugales qu’ils s’approprient solitairement : ils continuent d’aller voir leurs amis, leur famille, en l’absence de leur conjointe. Rien n’était, jusqu’alors, organisé sans l’autre, et c’est ce qui donne aux enseignantes en situation de mobilité une impression de déchirement clairement évoquée dans leurs dires.

12La mobilité professionnelle ici impacte clairement les habitudes conjugales : couple soudé face aux autres, c’est habiter ensemble et partager des moments à deux les fait se sentir en couple. Tout est organisé, prévu à l’avance et les semaines se déroulaient jusqu’alors dans l’ancrage d’habitudes qui leur permettait d’accéder à une certaine stabilité conjugale. Les weekends deviennent un espace-temps conjugal essentiel qui leur permet d’exister à nouveau : les habitudes se condensent sur deux jours. Un entre-soi conjugal se crée alors, les conjoints tentant de rattraper le temps perdu de la semaine. Cette précipitation temporelle, que les enseignantes présentent comme nécessaire à leur bien-être, les met pourtant en porte-à-faux : elles sont épuisées, ont l’impression de « courir partout », et surtout, se sentent plus investies dans leur couple que l’est leur conjoint.

13Cette situation met en relief un vécu conjugal axé autour d’arrangements intrinsèques mêlés à des habitudes ancrées depuis plusieurs années, dans des rôles genrés spécifiques. Chaque couple s’est construit avec des dispositions plus ou moins communes de manière de « faire couple » pour en créer une qui leur est propre. Dans cette situation, la culture commune est fragilisée ; les repères perdus mettent à mal le duo. Le fait que les enseignantes soient isolées se traduit dans leur volonté de se réapproprier leur environnement conjugal le weekend. Pour elles, il est essentiel que ce temps soit consacré au conjoint et à leurs habitudes conjugales. Or, si leur conjoint prévoit autre chose (un entraînement sportif, notamment) cela donne lieu à des conflits : elles se sentent abandonnées et argumentent que cela ne leur sert à rien de rentrer si c’est pour que l’autre s’en aille.

14Une forme de culpabilité se détache de ce surinvestissement conjugal. Les mobiles s’absentant toute la semaine, le couple casanier n’existe plus physiquement : il est alors fragilisé par un manque de partage et d’échanges « physiques ». Ainsi souhaitent-elles compenser leur absence le weekend, et le temps passé avec l’autre devient une priorité. Ce n’est pourtant pas le cas de leurs conjoints qui, s’ils ressentent l’absence de leur conjointe, n’ont pas perdu leurs habitudes : ils vivent au même endroit qu’avant, dans leur environnement social et géographique habituels. Si le fait de se retrouver est important pour eux, cela ne nécessite pas de retrouver des habitudes à deux qu’ils ont finalement développées seul. Ils sont heureux de voir leur conjointe au quotidien sans pour autant changer leurs nouvelles habitudes. Un conflit se dessine alors : un rapport de priorité qui se distingue de manière genrée, la femme se plaçant comme garante de l’entretien conjugal, reprochant systématiquement à l’autre de ne pas s’investir autant qu’elle dans leur duo, alors qu’elle-même est en situation de surinvestissement conjugal.

Un surinvestissement féminin de l’organisation quotidienne

  • 5 Cf. introduction
  • 6 Autorisation accordée par l’employeur pour que l’individu ne perde pas son statut sans exercer son (...)

15La compensation féminine par surinvestissement est particulièrement visible dans l’organisation quotidienne du ménage. Chez les casaniers, la femme est systématiquement la garante de la gestion du logement commun. A contrario de ce qui a été majoritairement montré jusqu’alors dans les recherches en sociologiques5 à ce sujet, les répartitions ménagères ne se suspendent pas : elles se renforcent. Les femmes, en revenant le weekend, anticipent leur départ du dimanche soir ou du lundi matin : elles rangent, font le ménage, les lessives, et préparent les repas de la semaine qu’ils se diviseront en Tupperware égaux « sinon, il n’y pense pas », « il ne mange pas correctement » (Judith). Les conjoints ne s’engagent pas plus : les enseignantes font en amont ce qu’ils ne feront pas la semaine. Ainsi expliquent-elles garder la responsabilité de certaines tâches, même quand elles ne sont pas là. Le repassage, par exemple ; et cela se traduit par le fait qu’elles font, sans réfléchir, ce qu’elles savent que l’autre ne fera pas [Kaufmann, 2000]. Un réflexe féminin consisterait plus en le fait de décider pour son conjoint que de le laisser perturber l’ordre établi jusqu’alors. Nathalie, qui a pris une disponibilité (et démissionné aujourd’hui)6 afin de ne plus être séparée de Lucas, présente elle-même ce paradoxe : elle explique faire beaucoup plus à la maison que son conjoint qui « lui, travaille, et est moins dispo pour le faire. Logique ! » alors qu’elle vient de présenter le fait qu’elle enchaîne les petits boulots toute la journée afin de compenser le manque financier. En introduisant la répartition des tâches ménagères, elle s’exprime comme si son mari était le seul actif. Une forte dissociation est présentée entre la semaine et le weekend, comme si chacun gérait son foyer quotidien et que l’autre n’intervenait pas. Pourtant, elles compensent leur absence par un renforcement de leur rôle ménager le weekend : tout tend à renforcer les habitudes conjugales d’entretien de l’habitat plus qu’à les modifier. Le « faire utile », terme utilisé par plusieurs des enquêtées, montre l’envie de faire couple, même à distance. D’une manière générale, les femmes ont tendance à prendre en charge le collectif bien plus que les hommes [Singly, 2016]. Ainsi expriment-elles le fait que seules, elles ne pourraient pas gérer deux endroits à la fois, tandis que dans les faits elles gèrent l’organisation des deux lieux de vie – a contrario de si elles étaient célibataires.

16Par ailleurs, la culture commune des casaniers donne une grande importance aux projets de couple : acheter un appartement ou une maison, se marier, développer une vie de famille rapidement maintenant que la vie professionnelle est stable. L’une des caractéristiques de ce couple est de regretter ce qu’ils voulaient faire et qui ne leur est plus accessible. Cela est renforcé par le fait que l’Éducation Nationale valorise les couples à condition qu’ils soient reconnus socialement : pas de points de bonifications – qui permet d’avoir une meilleure affectation – sans pacs ou mariage. Ainsi les couples décident-ils d’accélérer leur projet : leur mariage est avancé, ou remplacé par un pacs « en attendant de nous marier quand on le voudra et comme on le voudra » (Emma). En parallèle, ils n’imaginent pas pouvoir fonder une famille dans cette situation. Le projet familial est alors valorisé par rapport au projet professionnel féminin : elles optent pour un temps partiel voire une démission, l’enseignante remettant en cause sa carrière professionnelle « au service de (son) couple » (Nathalie). La famille prime sur la profession féminine.

« Les chats vont bien ? »

17Observer la communication à distance a permis de mettre en exergue la manière de faire couple des Casaniers. Au-travers de l’outil téléphonique se dessine la présence de l’autre, hyper-accessible et cependant à distance. La visio prend d’ailleurs le pas sur le simple appel : « c’est se voir qui compte, plus que s’entendre » (Emma). Si un appel téléphonique doit avoir lieu, il a une visée rapide, exceptionnelle ou informative : « je suis bien arrivée », « je pars du boulot ». Sinon, il est remplacé par la visioconférence ou les messages. Emma précise : « on s’appelle tous les jours en visio, j’aime voir mes chats chez moi ! (rires) ». La vidéo prend ici une certaine forme de contrôle, permettant aux conjoints d’accéder visuellement au quotidien de l’autre. Cependant, les appels peuvent aussi être le témoin de l’éloignement : c’est le cas pour deux des couples casaniers qui relèvent l’absence ou la quasi-absence de contact lors de la séparation hebdomadaire. Celle-ci a pu être justifiée dans leurs dires par l’importance pour chacun de s’investir professionnellement ; or, les individus concernés étaient en difficulté de communication et Élise parlait même de séparation. Rythmes trop différents, absence de moments à deux, vies trop séparées ; les raisons ne manquaient pas pour mettre au jour la difficulté de faire couple à distance. Nathalie explique que les échanges donnaient lieu à des « blancs », des moments tangibles de non-discussion. Ne partageant plus rien au quotidien, ils n’avaient plus rien à se dire. Cela a donné lieu à de fortes angoisses et des disputes multiples, au point qu’elle a décidé, au bout d’un an de séparation, de ne plus enseigner pour retourner auprès de son conjoint. Aujourd’hui, mariés et parents d’un enfant, les problématiques conjugales ne sont plus les mêmes et ce qui a pu mettre en péril la relation n’existe plus.

18Le fait que l’enseignante se soit résolue à quitter son travail ressemble, dans sa symbolique, à un sacrifice conjugal. Pour elle, aucune négociation possible : elle n’en a pas parlé à son conjoint ; il lui était évident que si son couple n’était plus soudé, c’était à cause de son départ. Elle a donc résolu le(s) non-conflit(s) en prenant la décision de ne plus travailler. Ici, la domination masculine intrinsèque se dessine dans son choix : toute la responsabilité incombe à la conjointe. Si elle crée la situation, elle la résout, peu importe ce que cela implique. Son mari n’a, lui, aucunement protesté ou suggéré cette possibilité. C’est d’ailleurs quelque chose qui est très présent dans ses discours : lui travaille, elle organise la maison et gère le quotidien. Les rôles sociaux genrés sont très ancrés pour ce couple et le célibat géographique impossible. Les conflits, d’une manière générale pour les casaniers, sont générés par la situation de mobilité. Les individus présentent dans leurs discours des habitudes bien ancrées et très peu de disputes. Or, la situation impactant les habitudes conjugales inhérentes aux couples, les conflits permettent de les mettre en relief. Leur résolution est systématique : si un conflit éclate, la situation non-désirée est systématiquement remise en cause ; la mobile en prend la responsabilité et adapte son comportement. Sauf dans les situations où elles considèrent être pleinement présentes pour le couple (par exemple, l’absence du conjoint pour un entraînement sportif sur un temps délibérément conjugal) ; dans ces cas-là, les femmes ont le dernier mot.

« Je rentre bientôt ! »

19Les casaniers sont très impactés par la mobilité professionnelle féminine. Cette dernière remettant en question toute l’identité conjugale, une compensation féminine forte se met en place. Auto-culpabilisées, les enseignantes adaptent leur comportement afin que le couple soit toujours central dans leur manière d’être et d’agir. Au point que leur carrière professionnelle est remise en cause : si le couple est trop impacté, elles préfèrent opter pour la démission. Il y a clairement une prévalence du couple plutôt qu’un équilibrage vie professionnelle féminine et vie conjugale. D’un point de vue du genre, la carrière masculine est valorisée a contrario de la carrière féminine. Cela est d’autant plus intéressant qu’il faut rappeler que les femmes sont en situation d 'hypogamie - cela les place dans un rapport de force professionnel qu’elles compensent par un surinvestissement conjugal : ce sont elles qui valorisent leur conjoint quand lui-même n’a pas abordé la question. Se révèle une forme d’évidence genrée chez les casaniers :  les rôles sont définis, ancrés, et le couple prévaut sur la situation professionnelle féminine.

Les « futuristes », l’attachement aux projets conjugaux à venir

20Ce profil conjugal regroupe 3 couples, qui, comme première caractéristique, sont homogames : leurs diplômes (et ceux de leurs familles) sont de niveau équivalent. En seconde caractéristique, ils se sont rencontrés au début de leurs études secondaires et cultivent leur relation depuis ce moment-là. Enfin, troisième caractéristique, les amis de chacun sont devenus communs et le duo a pour habitude de se rendre dans leur famille de temps à autre, de une fois par mois à chacune des vacances scolaires en fonction de la distance à laquelle ils résident de leurs proches.

La bi-résidence délibérée

21Chez les futuristes, la bi-résidence est le choix principal du couple. Cela a été décidé à deux, avec une prévalence pour le bien-être de l’enseignante : faire en sorte qu’elle ne soit pas trop fatiguée, qu’elle n’ait pas trop distance à effectuer (moins de 30 km de l’école), etc., et prend la forme d’une colocation. Une volonté est présentée dans le fait de ne pas subir la situation ; elle est provisoire, il faut se l’approprier tant qu’elle est là. Pour autant, l’accent est mis sur le fait de se voir le plus possible, et les enseignantes rentrent dès qu’elles le peuvent. Les couples donnent, ici encore, assez peu d’importance au domicile professionnel, même s’il a pu faire l’objet de retrouvailles lors de certains weekends. Il devient alors domicile conjugal lors de ce laps de temps, à l’instar d’un micro-séjour de repos organisé ailleurs. Dans ce cas de figure, les femmes investissent plus le lieu et l’environnement social, même si cela est uniquement sur des temps où elles sont seules. Le nouveau chez-elle présente des objets qui leur tiennent à cœur, des photos qu’elles emmènent parfois avec elles lorsqu’elles rentrent. Pour les futuristes, la situation est provisoire mais fait partie de leur quotidien : ils s’y adaptent.

22L’habitat commun est un lieu choisi mais hors de la région d’origine. Lyon est devenue leur ville d’adoption et ils ne comptent pas la quitter. Ici, chacun doit s’épanouir dans son travail tout en construisant une vie commune. Les allers-retours ne sont donc pas appréciés, mais sont une condition à l’exercice de la profession que les mobiles ont choisi afin de garantir le lieu de vie commun. Ainsi préfèrent-ils opter pour des allers-retours hebdomadaires plutôt que de faire une croix sur leur carrière professionnelle. C’est le cas pour la femme comme pour l’homme : il n’a jamais été question que ce dernier suive la première. Dans cette situation, les hommes ont tous un poste ou une formation à Lyon et ne souhaitent pas le quitter. De fait, la bi-résidence s’apparente à un choix de couple : les meilleures solutions ont été évoquées, discutées, creusées, et le résultat s’apparente à ce qu’il y avait de plus équilibré pour l’épanouissement de chacun.

Toi, mon tout, mon toit

23Les conjoints placent le couple au centre de leur choix de lieu de vie. En décidant de s’installer dans la métropole lyonnaise, ils ont créé de nouveaux réseaux communs tout en entretenant les amitiés « de toujours » et des visites régulières au familles respectives. Les temps de loisirs sont organisés en amont et toujours partagés : aucun conjoint n’a vu sa famille seul depuis qu’ils sont en couple. Les moments séparés sont relativement rares, à moins qu’ils soient organisés à l’avance et qu’il y ait une raison particulière – « un enterrement de vie de garçon », « un weekend entre copines » (Julie). Tout se construit autour du duo, dans une communication particulièrement valorisée et une « évidence » souvent présentée en entretien. La relation semble, pour les deux conjoints, toujours fluide : rien ne peut les séparer. Avec la mobilité géographique, la scission semaine de travail/temps conjugal provoque un entre-soi absolu le weekend. Dans cette situation, les conjoints valorisent le temps passé ensemble : ils voient moins leurs amis et moins leurs familles. Les moments avec ces derniers sont réservés aux vacances, afin que les temps de travail et de couple soient valorisés au maximum pour l’un comme pour l’autre. Ces moments de retrouvailles sont enrichis par une attention particulière mise sur les temps à deux. Pour ce type de couple, lire côte à côte, travailler chacun sur son ordinateur mais à la même table donne vraiment du sens au fait de « passer du temps ensemble » (Héléna). Chaque temps est alors propice à un partage. A contrario des casaniers, c’est le fait d’être au même endroit qui est valorisé, plus que forcément pratiquer une activité commune. Les uns et les autres sont attentifs aux rythmes et aux besoins de chacun, tant qu’ils sont en « temps conjugal ».

24Si les nouvelles habitudes semblent s’être établies assez aisément dans l’échange, les projets initiaux du couple peuvent être remis en cause ici. Pour les futuristes, la bi-résidence s’apparente à une certaine insécurité car elle ne s’inscrit pas comme ils l’avaient imaginé dans leurs projets, et principalement celui de fonder une famille. Ils en parlent depuis des années et attendaient d’avoir une vie professionnelle stable pour avoir un enfant. La situation décale alors ce projet : ils l’ont en tête et le prévoient dans un futur plus ou moins proche à leur grand désarroi. Un couple, notamment, a fait le choix que l’enseignante avorte plutôt que d’avoir un enfant qu’ils désiraient depuis longtemps, en attendant que la situation soit moins contraignante. Il existe chez ces couples une stratégie conjugale : ils sont informés au mieux pour valoriser leur duo au sein de l’institution et procèdent schématiquement afin de pouvoir entreprendre leurs projets comme ils l’imaginaient initialement. Ainsi, le pacs intervient comme un élément clé de leur relation : s’ils pensaient se marier dans les années à venir, il devient une solution essentielle à leur officialisation sociale sans pour autant toucher leur projet de mariage.

« Tu peux m’aider ? »

25Cette adaptation permanente est aussi efficiente en ce qui concerne les tâches quotidiennes. A l’instar de ce qui est démontré dans les études sociologiques, la femme reste la garante de l’organisation de l’habitat et passe plus de temps aux tâches ménagères que l’homme. En revanche, elle n’hésite pas à le solliciter pour équilibrer, à son avis, un peu mieux la situation. Avec la mobilité professionnelle, l’habitat conjugal se divise en deux : il appartient la semaine au conjoint qui y vit, et redevient un lieu partagé le weekend. Cela est particulièrement visible dans le cas de Maurianne qui rentre chez elle le mercredi midi pour repartir le jeudi matin. Dans ce cas-là, elle rentre « comme si c’était chez lui », ne regardant « ni le ménage, ni la vaisselle sale traînant. Elle relève elle-même ne pas se sentir « franchement légitime » de pouvoir lui dire quoi que ce soit. En revanche, à son retour le vendredi soir, elle explique rentrer « chez eux » : le « je » devenant le « nous ». La saleté du lieu génère une réaction vive : « ça me rend folle ! », en découvrant sa tasse du jeudi matin posée exactement au même endroit. À ce moment-là, elle reprend ses habitudes et son rôle dans l’appartement ; la séparation des espace-temps rend alors particulièrement visible l’arrangement conjugal. Un conflit peut naître alors de l’irrespect des règles communes : les habitudes conjugales, absentes la semaine, reprennent le dessus le weekend - l’enseignante en étant la garante. Si cet arrangement n’est pas respecté, il est associé aux tâches qui sont conférées à la femme et celle-ci présente clairement son désaccord. Ainsi, s’il existe un rééquilibrage masculin, les enseignantes restent garantes des tâches ménagères et valorisent la nouvelle implication de leur conjoint tout en s’assurant qu’elle est effective.

Loin des yeux, près du téléphone

26La communication est un point essentiel de l’entretien de la relation à distance des futuristes. Les couples échangent au quotidien de manière ritualisée. Certains marqueurs se détachent des autres, permettant de lier les individus dans les moments conjugaux privilégiés : se saluer par message le matin avant de parler à qui que ce soit d’autre ; se souhaiter un bon appétit ; se souhaiter une bonne nuit avant de couper son téléphone et de s’endormir. Quelques jeux virtuels sont relevés comme faisant partie du contact intangible entre deux conjoints. Les appels sont alors très peu présents, comme s’ils pouvaient casser le rythme des journées individuelles. C’est par exemple le cas de Julie : « il m’appelle souvent quand il a quelques minutes de battement (…) c’est toujours à un moment où je ne suis pas disponible, c’est souvent embêtant pour moi » » (Julie). Si appel il y a, il intervient souvent le soir, entre le repas et le coucher, pour un bilan-journée partagé. Ainsi, ces rendez-vous sont d’autant plus forts qu’ils sont ritualisés par des temps spécifiques, réunissant les conjoints dans leurs deux habitats respectifs ; parfois en cherchant à contrôler visuellement ce que fait l’autre, parfois simplement en échangeant oralement ou à l’écrit, cherchant dans les paroles les habitudes conjugales.

27Enfin, hormis ceux concernant les tâches ménagères, les conflits sont très peu visibles dans cette forme conjugale : les autres ne sont pas abordés. Il existe chez les individus qui répondent à ce modèle conjugal une sorte d’accord tacite entre eux qui laisse place à de la pudeur. Les réponses aux questions concernant les conflits sont assez évasives, comme pour maintenir l’image d’un couple soudé devant les « personnes extérieures ». L’accent est mis sur le fait que les deux individus échangent sans tabou et que cela régule leur duo.

L’adaptation des futuristes

28Cette forme de conjugalité montre une adaptation forte à la manière de faire couple : attachés à leurs projets plus qu’à leurs habitudes, les conjoints maintiennent ce qui a été organisé et décidé avant d’être touchés par la mobilité professionnelle. Ils adaptent alors leur vie commune mais toujours au profit de leur duo : le pacs, par exemple, a permis à ces quatre couples de bénéficier d’un rapprochement de conjoint et d’un changement de département en moins de trois ans lorsqu’il en faut en moyenne cinq. Aujourd’hui, tous sont parents. Chez eux, vie conjugale et vie professionnelle sont intimement liées, imbriquées ; tout est fait pour que l’autre se sente bien dans sa vie professionnelle et que le duo existe au cœur des choix de chacun, dans une temporalité organisée.

Les « baroudeurs », être ensemble avant tout

29La première caractéristique de ce troisième idéal-type qui correspond à trois couples est la même que le second : ils sont en situation d’homogamie. La deuxième caractéristique est celle de n’avoir vécu, jusqu’alors, que dans des zones de campagnes, hors grande ville. La troisième est qu’ils se connaissent soit depuis le lycée et ont connu un temps de rupture, soit ils sont ensemble depuis assez peu de temps (moins de trois ans).

J’irai où tu iras

30La spécificité de ce profil réside dans le fait que la résidence n’est pas scindée en deux : les conjoints décident de s’installer soit à proximité du lieu d’exercice de l’enseignante, soit à mi-chemin des deux zones d’exercice. Chacun d’entre eux souhaite vivre à la campagne pour des pratiques sportives (ski, randonnée, trail) soit par simple habitude. Les membres du couple deviennent alors doublement mobiles sans que cela soit problématique, et (ré)apprennent à vivre ensemble dans un nouvel habitat conjugal. Leur principal projet est d’acheter une habitation, et à ce jour, ils sont tous propriétaires, parfois à l’endroit choisi avec la première mutation, « idéalement » entre leurs travails et leurs familles.

31Les baroudeurs se distinguent des autres formes conjugales par le fait qu’ils se réjouissent de la situation. De l’environnement au coût en passant par la fatigue, ils ne trouvent guère d’inconvénients à leurs mutations. Ici, la démarche est très différente, car dès la première affectation, la stratégie est de mise pour pouvoir se rapprocher du nouveau lieu de vie : c’est celui-ci qui permet l’évolution du couple. Pour ces couples, vie professionnelle et vie conjugale sont liées par des adaptations permanentes, les projets trouvant leur origine dans l’inattendu de ce qui se présente.

32Ainsi de nouvelles habitudes sont-elles créées autant que nécessaire tant qu’ils peuvent passer du temps à deux. Ils ont l’habitude de rendre visite à leurs amis et leurs familles ensemble, même s’ils ont respectivement des amis « personnels » qu’ils voient seuls. Ils ne répondent pas à une routine précise : rien n’est prévu à l’avance, si ce n’est le temps désigné comme à deux. Une fois celui-ci fixé (un soir par semaine ou deux en moyenne), chacun vaque à ses occupations individuelles en prévenant l’autre. Marielle explique par exemple que régulièrement, sur un coup de tête, elle va voir son meilleur ami en Angleterre sans que cela soit sujet à discussion. Elle décide, informe son conjoint et s’en va. Le fait d’avoir un habitat à eux deux leur a permis de trouver un rythme et des habitudes qui leur sont propres.

« J’ai de la chance, il fait plus que moi à la maison » (Marielle)

33Les baroudeurs ont investi un nouvel habitat conjugal avec la mutation, aussi sont-ils dans une phase d’équilibrage : même s’ils ont déjà vécu ensemble auparavant (ce qui n’est finalement le cas que d’un couple sur trois – les autres passaient leur temps ensemble mais chez l’un ou l’autre), ils questionnent de nouvelles habitudes, cherchent un nouveau rythme. La répartition des tâches semble alors plus égalitaire de prime abord, puisqu’elles sont établies et dispatchées à deux. Au premier emménagement commun d’un couple, ses membres tendent à une certaine égalité du partage de l’entretien du logement – même si, au fur et à mesure, la liberté et la recherche d’équilibre(s) laissent place à un ancrage des habitudes ritualisées et automatiques [Kaufmann, 2000]. Cependant, si chacun des conjoints prône une répartition égalitaire, l’emploi du temps montre une répartition assez inégale : l’enseignante passe plus de temps à faire le ménage ou les courses que l’autre.

34Ainsi, les enseignantes gardent le contrôle de l’organisation principale de l’habitat. Le principal changement face aux autres couples est le fait que les hommes s’investissent « plus », et elles ferment les yeux sur ce qu’elles considèrent peu efficace, voire le refont derrière leurs conjoints. Marielle se dit « avoir de la chance » : son compagnon en ferait plus qu’elle à la maison. Sans contrôler leurs implications mutuelles, il semblerait qu’ils aient trouvé un fonctionnement qui leur convienne à tous les deux. Ainsi leur situation apparaît-elle plutôt comme le fonctionnement d’un couple « ordinaire » au quotidien plus que comme un couple dont l’un des conjoints est en situation de mobilité.

Vivre ensemble séparément : la bi-résidence féminine imprévue

35La mobilité professionnelle féminine des professeures des écoles fait percevoir l’imbrication des sphères familiale et professionnelle et ainsi l’impact en lien. Bien que l’échantillon de cette enquête soit restreint, il laisse percevoir trois éléments permettant d’analyser les accommodations liées à l’injonction à la mobilité.

36Premièrement, si la mobilité n’était pas anticipée, elle n’est pas forcément un frein aux projets conjugaux. En effet, nous avons pu voir avec les « Baroudeurs » que le fait d’habiter ensemble prime sur le reste. En revanche, un profil comme celui des « Casaniers » est fortement perturbé par l’imprévu et les conjoints s’attachent à entretenir un maximum leurs habitudes construites et négociées depuis plusieurs années, au point de remettre en question l’exercice professionnel féminin. Enfin, le dernier profil, « les futuristes », ne sont pas des plus à l’aise avec cette situation mais s’attachent à se projeter dans le futur pour qu’elle soit moins difficile. Ici, les arrangements conjugaux sont parsemés de stratégies liant à la fois les possibilités offertes par l’éducation nationale pour changer sa mutation (pacs) et leurs projets conjugaux (on attend un peu avant de faire un enfant). C’est la relation conjugale et les projets qui prévalent : l’épanouissement individuel est au service du duo. En tous les cas, chaque situation professionnelle est adaptée afin de mieux permettre un épanouissement conjugal en lien avec les projets futurs.

37Deuxièmement, ce sont les pratiques conjugales ancrées qui peuvent expliquer, d’une part, la réaction à cette mobilité et, d’autre part, comment elle est vécue. L’ancrage géographique du couple dans ses réseaux de parenté est essentiel pour comprendre pourquoi la mobilité est inenvisageable [Vignal, 2006] pour « les casaniers ». Les femmes, en devenant mobiles géographiques, se sentent isolées. Inscrites jusqu’alors avec leur conjoint dans des routines importantes de rencontres familiales et amicales à proximité de leur logement, elles expriment se sentir dépossédées de ce qui fait partie intégrante, pour elles, de leur identité propre : leur lieu de vie. Ici, cet élément est si important dans le vécu individuel et conjugal (intrinsèquement liés) qu’il mène très rapidement soit à une démission, soit à une pause dans la carrière professionnelle féminine, le couple prévalant sur le reste. Chez les autres profils, le choix de la résidence est également en lien avec l’ancrage géographique conjugal et les différencie : chez « les Baroudeurs », notamment, c’est auprès du conjoint qu’il faut vivre, pas dans une zone géographique spécifique. On perçoit ici ce qui peut être apparenté à différentes ressources dans l’acceptation de la mobilité. Dans cette population d’enquête, avant même l’apparition des profils, le choix de la profession n’est pas lié à la mobilité des affectations. De fait, l’injonction à la mobilité peut devenir pesante pour les pratiques conjugales : cela n’est pas sans rappeler ce qui a pu être montré en comparant mobilité géographique et mobilité sociale.

38En effet, ces vécus différenciés vis-à-vis de la mobilité professionnelle peuvent être liés aux rapports de classe. Il a été montré que lorsque la bi-résidence (ou tout autre choix de mobilité) n’est pas liée à l’ascension sociale, elle est mal vécue ou rejetée, car elle met les individus devant diverses insécurités - peur de la séparation avec le conjoint, perte d’un ancrage familial, impossibilité de trouver du travail autour de son domicile, etc. Le choix s’apparente alors à un « moins pire » [Vignal, 2006], voire peut être comparé au fait de « tourner en cage » [Renahy, 2009]. Ainsi, les notions de motilité et de mobilité, soit la capacité à se mettre en mouvement et la mise en mouvement réelle, permettent de comprendre l’engagement des individus dans la bi-résidence professionnelle (ou d’autres formes de déplacement) [Kaufmann and Widmer, 2005]. Elles permettent de percevoir sa préhension par les individus, ses conditions d’accès, et surtout la manière de vivre l’injonction à la mobilité comme c’est le cas de la mobilité de certaines professeures des écoles. Ici, l’on note clairement une distinction entre le fait de pouvoir se déplacer et de le concrétiser avec une certaine implication. Cela confirme une particularité de l’enquête puisque « les Casaniers », notamment, sont des couples hypogames et ce sont eux qui vivent le plus mal cette mobilité imprévue. Ainsi, lorsque le niveau de diplôme des femmes est supérieur à celui des hommes, il pourrait entraîner un lien entre la position dans l’organisation du travail, source de prestige et de pouvoir, et dans l’espace privé [Bouchet-Valat, 2018]. L’hypogamie féminine, ici, peut être analysée comme une forme d’ascension sociale vis-à-vis du milieu d’origine des enseignantes. Cependant, dans cette situation, la bi-résidence n’est pas vu comme un élément positif à l’instar d’autres mobilités professionnelles [Vignal, 2006]. A l’inverse, elle met en porte-à-faux d’autres arrangements conjugaux particulièrement ancrés dans des normes de genre donnant aux conjoints des rôles fortement différenciés.

39C’est ce qui permet de rappeler notre troisième point : dans cette situation, une tension est créée par le fait que la mobilité féminine modifie les rôles assignés à chacun des membres du couple dans leur intimité. Si la responsabilité de l’organisation de l’habitat (tâches ménagères, repas, gestion de l’emploi du temps) incombe toujours aux femmes, le temps manque et il est nécessairement cloisonné. Bien qu’elles anticipent leur absence en surinvestissant le logement conjugal le weekend, les enseignantes « casanières » se trouvent tiraillées entre deux espace-temps, leur perception mettant en relief une fragilisation de leur couple. Ce n’est ainsi pas le cas des autres profils conjugaux, homogames, qui s’attachent à développer un autre rapport à la temporalité en s’attachant à valoriser un futur commun (les « Futuristes ») quand d’autres favorisent le fait de vivre ensemble, n’importe où (les « Baroudeurs »). Ainsi, les « Casanières » préfèrent favoriser le couple à la vie professionnelle, engendrant finalement une hypogamie relative, comme pour effacer l’effet de domination que pouvait provoquer leur vie professionnelle sur celle de leur conjoint. La tension générée par la bi-résidence professionnelle féminine est ainsi résolue par sa suppression : les temps partiels et autres démissions décidées par les enseignantes renforcent alors les professions masculines en masquant les leur.

40Finalement, il se révèle dans l’intimité une re-modulation des rôles assignés à chacun des conjoints ou, au contraire, le renforcement des normes de genre. La mobilité professionnelle vient remettre en question un ensemble de facteurs impactant la vie conjugale avant même qu’il y ait des enfants. Le fait que la mobilité concerne les femmes ajoute un critère de genre non négligeable dans notre analyse, le choix de la bi-résidence s’apparentant à une stratégie permettant aux conjoints de protéger leur couple et les actions de la vie professionnelle servant la vie conjugale – ou inversement. Les adaptations multiples aux carrières professionnelles permettent de percevoir que, selon l’origine sociale des couples ou selon des pratiques en adéquation avec des rôles genrés précis, les conjoints construisent une vie à deux comme ils pourraient construire une carrière professionnelle avec des étapes clés (pacs, ancrage d’un lieu de vie, future parentalité), présentant l’interdépendance entre vie conjugale et mobilité professionnelle. Si cette dernière est particulièrement présente avant même la présence d’enfants [Bonnet and Collet, 2009], elle peut également permettre de percevoir des organisations conjugales précises, encore souvent ancrées dans des pratiques genrées bien différenciées.

Haut de page

Bibliographie

Bertaux-Wiame Isabelle, Tripier Pierre, 2006, “Les intermittents du foyer ou les arrangements entre membres des couples qui travaillent loin l’un de l’autre. Introduction,” Cahiers du Genre, 41(2), pp. 11–22.

Blöss Thierry, 2016, “Devoirs maternels,” Actes de la recherche en sciences sociales, 214(4), pp. 46–65.

Bonnet Estelle, Collet Beate, 2009, “Les familles face à la mobilité pour raisons professionnelles : des logiques de genre bien différenciées,” Recherches familiales, 6(1), p. 55.

Bonnet Estelle, Collet Beate, Maurines Béatrice, 2006, “Family career and professional geographical mobility,” Cahiers du Genre, 41(2), pp. 75–98.

Bouchet-Valat Milan, 2018, “Hypergamie et célibat selon le statut social en France depuis 1969: Une convergence entre femmes et hommes ?,” Revue de l’OFCE, N160(6), p. 5.

Charrier Gilda, Déroff Marie-laure, 2006, “La décohabitation partielle : un moyen de renégocier la relation conjugale ?,” Cahiers du Genre, 41(2), p. 99.

Déchaux Jean-Hugues, 2009, Sociologie de la famille, 128 p.

Gilbert Pierre, 2016, “Classes, genre et styles de vie dans l’espace domestique,” Actes de la recherche en sciences sociales, 215(5), p. 4.

Gräbe Sylvia, Ott Erich, 2003, “--man muss alles doppelt haben”: Wochenpendler mit Zweithaushalt am Arbeitsort, Münster, Lit, Soziologie. Forschung und Wissenschaft, 169 p.

Guichard-Claudic Yvonne, 1999, Eloignement conjugal et construction identitaire: le cas des femmes de marins, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales, 270 p.

Kaufmann Jean Claude, 2000, La trame conjugale: analyse du couple par son linge, Paris, Nathan.

Kaufmann Vincent, Widmer Éric D., 2005, “L’acquisition de la motilité au sein des familles: État de la question et hypothèses de recherche,” Espaces et sociétés, 120–121(2), p. 199.

Lambert Anne, 2018, “La discontinuité familiale chez les navigant.e.s du transport aérien,” in Imbert Christophe, Lelièvre Éva, Lessault David (dir.), La famille à distance, Ined Éditions, pp. 309–328.

Landour Julie, 2019, Sociologie des Mompreneurs: entreprendre pour concilier travail et famille?, Villeneuve-d’Ascq, France, Presses universitaires du Septentrion, Le regard sociologique, 182 p.

Pape Marie-Clémence Le, 2009, “Être parent dans les milieux populaires : entre valeurs familiales traditionnelles et nouvelles normes éducatives,” Informations sociales, 154(4), pp. 88–95.

Papuchon Adrien, 2017, “Rôles sociaux des femmes et des hommes : L’idée persistante d’une vocation maternelle des femmes malgré le déclin de l’adhésion aux stéréotypes de genre,” Insee Références, Femmes et hommes, l’égalité en question.

Renahy Nicolas, 2009, “« Les problèmes, ils restent pas où ils sont, ils viennent avec toi »: Appartenance ouvrière et migration de précarité,” Agora débats/jeunesses, 53(3), p. 135.

Rüger Heiko, Sulak Harun, 2017, “Wochenendpendeln von Erwerbstätigen in Deutschland: Analysen mit den Mikrozensen 1991 bis 2012,” Raumforschung und Raumordnung, 75(5), pp. 413–427.

Schneider Norbert F., Meil Landwerlin Gerardo (dir.), 2008, Mobile living across Europe I: relevance and diversity of job-related spatial mobility in six European countries, Opladen ; Famington Hills, MI, Barbar Budrich Publishers, 1 p.

Schneider Norbert F., Rüger Heiko, Ruppenthal Silvia, 2014, “Mobilität und mobile Lebensformen,” in Niephaus Yasemin, Kreyenfeld Michaela, Sackmann Reinhold (dir.), Handbuch Bevölkerungssoziologie, Wiesbaden, Springer Fachmedien Wiesbaden, pp. 1–21.

Singly François de, 2016, Libres ensemble: l’individualisme dans la vie commune, 2e éd, Paris, Armand Colin, Individu et société.

van der Klis Marjolijn, Karsten Lia, 2009, “Commuting partners, dual residences and the meaning of home,” Journal of Environmental Psychology, 29(2), pp. 235–245.

Vignal Cécile, 2006, “Concilier mobilité résidentielle et mobilité professionnelle : cadrage statistique et pistes de réflexion:,” Horizons stratégiques, n° 2(2), pp. 37–47.

Vincent Stéphanie, Viry Gil, Kaufmann Vincent, 2010, “Carrières académiques: comment concilier mobilités spatiales et vie de famille?,” Revue Synergies. Pays Riverains de la Baltique, 7, pp. 77–94.

Vincent-Geslin Stéphanie, 2012, “Des racines et des ailes: Les mobilités pendulaires, stratégie de conciliation entre vie privée et vie professionnelle,” SociologieS.

N.d., “Repères et références statistiques 2021,” Ministère de l’Education Nationale de la Jeunesse et des Sports.

Haut de page

Notes

1 Soit par allers-retours hebdomadaires, bi-résidence ou déménagement familial.

2 Un métier est dit mobile lorsque la profession implique forcément une bi-résidence ou des déplacements réguliers. C’est par exemple le cas des stewards qui partent quelques jours complets avant de revenir le temps de leur repos.

3 Ici, le cas étudié est celui de l’académie du Rhône (réunissant les départements du Rhône, de l’Ain et de la Loire).

4 Cf. encadré méthodologique.

5 Cf. introduction

6 Autorisation accordée par l’employeur pour que l’individu ne perde pas son statut sans exercer son métier (et donc non rémunéré).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliane Deloffre, «  « On se voit ce week-end ! ». Bi-résidence hebdomadaire et vie conjugale : le cas des professeures des écoles de l’académie de Lyon »Espace populations sociétés [En ligne], 2022/1 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/eps/12621 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.12621

Haut de page

Auteur

Juliane Deloffre

UMR 5206 Triangle, ENS et Université Lumière Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille
  • Logo Laboratoire TVES
  • Logo Laboratoire Clersé
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search