Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2022/1VariaUne ville plus gaie ? Pratiquer l...

Varia

Une ville plus gaie ? Pratiquer la ville et s’y rencontrer entre hommes via les applications de rencontres géolocalisées

A gayer city? Experience the city and meet men there via location-based dating apps
Clément Nicolle

Résumés

Cet article a pour objectif d’étudier l’impact des applications de rencontres gays sur la pratique et la perception de l’espace urbain des hommes qui les utilisent. Grindr et ses concurrentes s’appuient en effet sur une géolocalisation extrêmement précise, offrant aux individus la possibilité d’interagir sur la base de leur proximité spatiale. Alors que les rencontres entre hommes sont historiquement marquées par des territorialités fortes, autour des lieux communautaires commerciaux ou des multiples lieux de drague et de sexualité, les applications géolocalisées permettent de se rencontrer dans une gamme d’espaces et de temporalités bien plus larges à travers l’espace urbain. Elles questionnent également le rapport à l’espace des homosexuels, marqué par de multiples injonctions hétéronormatives. À partir d’une enquête par questionnaire et d’une série d’entretiens, l’article montre que l’usage de ces applications reconfigure la perception de l’espace urbain, le fait de pouvoir voir et interagir avec d’autres hommes un peu partout diminuant, sans les faire disparaître, la force des injonctions hétéronormatives vécues au quotidien. Si la ville semble devenir plus gay-friendly aux yeux des usagers, cela ne se traduit pas nécessairement dans la géographie des rencontres : celle-ci est en effet marquée par une logique de proximité qui resserre les interactions autour des espaces du quotidien, ainsi que de multiples logiques d’évitement, reconfigurant ainsi, à l’intérieur de la ville, les limites entre les espaces perçus comme propices et ceux perçus comme défavorables aux minorités sexuelles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« Grindr, ça tient dans la poche, tu peux l’utiliser en marchant, au restaurant, à la salle de sport, quand tu pars à l’étranger, dans le bus, quand tu fais la queue dans un magasin, quand tu vas à un concert. » Joel Simkhai, créateur de Grindr.

« Tout le quartier devient gay ». Un usager de l’application.

  • 1 Interview réalisée par Patrick Thevenin dans le premier numéro de la revue Miroir/Miroirs en 2013.

1Depuis son apparition en 2009, l’application américaine Grindr s’est imposée comme l’un des principaux moyens de rencontre pour les hommes gays et bisexuels. Il s’agit d’une application mobile dont la particularité est de rendre compte de la coprésence de ces usagers les uns par rapport aux autres en temps réel, et dont le succès rapide a considérablement remodelé le marché des rencontres gays en ligne. Comme le résume son créateur Joel Simkhai dans une interview donnée en 20131, l’objectif est alors de favoriser les discussions et les interactions dans les espaces fréquentés au quotidien. Loin de pouvoir se dérouler partout, les rencontres entre hommes sont en effet historiquement liées à des lieux et des temporalités spécifiques, et en particulier aux espaces urbains, où se sont développées des centralités homosexuelles durables et fortes, commerciales, militantes ou informelles.

2Ces centralités ont structuré un imaginaire de la ville comme espace de tous les possibles pour les minorités sexuelles. En pratique pourtant, la « ville gay vient s’imbriquer dans la ville hétérosexuelle » [Cattan and Leroy, 2013, p. 88] : en dehors de ces centralités, l’homosexualité est le plus souvent invisible et invisibilisée. C’est à ce titre qu’un enquêté, en entretien, a pu décrire l’apparition de ces applications géolocalisées comme « magique » et « révolutionnaire ». Avec Grindr « tout le quartier devient gay », ce qui offre la possibilité de se rencontrer un peu partout, faisant ainsi déborder la « ville gay » de ses frontières traditionnelles. L’apparition de ces applications de rencontre s’inscrit également dans un contexte de diversification des pratiques spatiales des minorités sexuelles : depuis le début des années 2000, la concurrence d’internet et l’acceptation de plus en plus importante de ces populations dans les pays occidentaux se traduit par un décloisonnement relatif des pratiques vis-à-vis des quartiers gays et des centralités traditionnelles [Ghaziani, 2014 ; Gorman-Murray and Nash, 2014]. Les applications de rencontres sont partie prenantes de cette diversification, au point que l’on a pu parler d’une dilution de l’homosexualité dans la ville, pour qualifier leurs effets [Alessandrin and Raibaud, 2014]. L’objectif de cet article est d’étudier les caractéristiques et les contours de cette dilution : dans quelle mesure et à quelles conditions les possibilités offertes par Grindr et dans une moindre mesure ses concurrentes directes comme Hornet ou Romeo se traduisent par de nouvelles centralités pour rencontres dans l’espace urbain ? En rendant la ville plus gay, ces applications rendent-elle la vie plus gaie aux yeux des hommes qui les utilisent, en nuançant ou contrecarrant les multiples injonctions hétéronormatives vécues au quotidien ? On s’appuiera sur une enquête menée dans le cadre d’une thèse de doctorat : les réponses issues d’un questionnaire en ligne seront croisées avec les résultats d’une série d’entretiens avec des utilisateurs des applications. Ce dispositif a ainsi permis de documenter précisément les usages de ces médias ainsi que les spatialités qu’ils dessinent aux quotidiens dans les grandes villes.

  • 2 La journaliste Judith Duportail a mené une enquête sur le fonctionnement de Tinder et montre notamm (...)

3À sa mise en ligne en 2009, l’application mobile Grindr se distinguait des sites de rencontres existant non seulement par l’usage de la géolocalisation, mais aussi par la manière dont ces données géolocalisées sont rendus sur l’interface. L’application se présente en effet sous la forme d’une grille de profil, la position des profils sur la grille évoluant de façon relative et en temps réel en fonction de la distance vis-à-vis de l’usager. Le succès de Grindr a conduit ses concurrentes à se positionner vis-à-vis d’elle : Hornet et Scruff, apparues au milieu des années 2010, ont des interfaces similaires à leur rivale, et s’en distinguent par des fonctionnalités spécifiques. Le succès de Grindr a également entrainé l’évolution d’acteurs historiques du marché des rencontres gays, à l’instar de Romeo : site web mis en ligne au début des années 2000, il s’est mué en une application mobile à l’interface là encore proche de Grindr en 2015. Cette coexistence sur le marché d’applications très proches à destination du même public se traduit par l’usage simultanée par les individus de plusieurs applications en même temps : ainsi, si Grindr est la plus utilisée et la plus citée par les hommes interrogés, ceux-ci utilisent également souvent en parallèle une ou plusieurs de ces concurrentes. Ce fonctionnement distingue les applications de rencontres gays de celles destinés à des rencontres hétérosexuelles, celles-ci ayant en effet plutôt tendance à adopter le modèle de Tinder, la plus connue des applications de rencontres contemporaines. Malgré la proximité du nom, Grindr et Tinder, n’ont que peu en commun, en dehors de leur statut d’application mobile. Tinder propose les profils un par un : deux usagers doivent se valider mutuellement pour déclencher un « match » et pouvoir interagir. L’ordre de présentation des profils repose sur un algorithme relativement obscur, dans lequel la géolocalisation ne joue qu’un rôle assez faible2. Les applications de rencontres destinées aux femmes lesbiennes, moins nombreuses historiquement que celles dédiées aux hommes, fonctionnent plutôt sur le modèle de Tinder : il semble en effet qu’une géolocalisation trop précise participe à renforcer les biais de genre dans la pratique et la perception de l’espace, notamment public. Ces différences, ajoutées à la moindre importance de l’internet lesbien par rapport à l’internet gay [Bergström, 2011] et à leur invisibilisation au sein du milieu communautaire [Cattan et Clerval, 2011], s’inscrivent donc dans la continuité des inégalités de genre en la matière. Cela implique également que les pratiques spatiales décrites dans cet article soient bien comprises comme relevant d’un rapport genré à l’espace urbain.

I/Étudier des territorialités gays en (r)évolution 

4La géographie des rencontres et des lieux de sociabilités gays connaît, depuis une vingtaine d’année des évolutions dont il convient de préciser les contours afin de comprendre les questions posées par l’apparition des applications géolocalisées. On détaillera également le dispositif méthodologique mobilisé pour étudier l’usage de ces outils numériques.

a) Une diversification croissante

5Les lieux de rencontres entre hommes s’organisent historiquement autour de multiples centralités, oscillant entre visibilité et invisibilité. Le milieu gay contemporain, apparu au cours des années 1960 et 1970, est structuré autour de lieux commerciaux que sont les bars, boites et les commerces tenus et à destination des homosexuels et d’un public LGBT. L’apparition des quartiers gays dans les grandes métropoles européennes et américaines est fortement liée à la gentrification. On a ainsi pu parler de gaytrification pour désigner les processus à l’origine du développement de ces quartiers : à San Francisco, l’installation des gays dans le Castro puis la réputation du quartier en ont fait un pôle pour les jeunes hommes gays dans l’ensemble des États-Unis. Cette migration a largement modifié sa structure démographique antérieure, et est identifié comme le point de départ de la gentrification de cet espace [Castells, 1983]. À Paris, on considère que la reconfiguration des centralités gays autour du Marais, à la fin des années 1970, a accompagné le processus de gentrification du quartier, déjà entamé avec la construction futur Centre Pompidou [Giraud, 2014]. Cette dynamique d’investissement des centre-villes se retrouve également dans des métropoles de moindre importance, sans que l’intensité du phénomène n’autorise la dénomination de quartiers gays à proprement parler : c’est par exemple le cas à Bruxelles [Deligne et al., 2006], ou dans des capitales régionales comme Lille ou Lyon [Blidon, 2007 ; Giraud, 2010]. À cette visibilité des commerces communautaires en centre-ville s’ajoutent une multiplicité d’espaces informels. Les interstices des espaces urbains – parcs, pissotières publiques, gares, abords de zones industrielles, etc. – ont constitué d’importants lieux de rencontres, en particulier pour des interactions sexuelles dans le plus strict anonymat [Gaissad, 2006 ; Humphreys, 1970 ; Leroy, 2012 ; Proth, 2002 ; Redoutey, 2009]. Les centralités homosexuelles urbaines sont donc des « centralités polymorphes » [Leroy, 2005, p. 588] et oscillent entre visibilité et invisibilité. Ces centralités – commerciales comme informelles – sont essentiellement masculines et l’on ne compte que très peu de lieux spécifiquement dédiés aux femmes lesbiennes. Cela s’explique par des inégalités de genre, et notamment par des possibilités d’occupation de l’espace public et d’accès à la propriété commerciale plus contraintes pour les femmes, contraintes renforcées par l’appartenance à une minorité sexuelle [Adler et Brenner, 1992 ; Cattan et Clerval, 2011 ; Podmore, 2006].

6Ces fortes territorialités masculines connaissent d’importantes évolutions depuis une vingtaine d’année. L’acceptation de plus en plus importante des minorités sexuelles dans les pays occidentaux s’accompagne en effet d’une diversification de leurs dynamiques spatiales. D’une part, les travaux nourris du mobility turn à partir du milieu des années 2000 ont nuancé la forte territorialité prêtée aux hommes en montrant comment les différents espaces fréquentés par les individus s’articulaient en fait en réseau les uns avec les autres [Cattan et Vanolo, 2014 ; Gorman-Murray et Nash, 2014]. D’autre part, alors que la « fuite vers la ville » [Eribon, 1999] a constitué un important topos des recherches sur l’homosexualité, non sans raisons au regard de la surreprésentation des minorités sexuelles dans les grandes villes, il apparaît que celles-ci investissent de plus en plus ouvertement des espaces périurbains et ruraux, historiquement perçus comme peu propices [Black et al., 2000 ; Meslay, 2019 ; Rault, 2016 ; Wimark et Östh, 2014]. Cette diversification des lieux de résidence, moins fortement centrés sur les grandes métropoles, s’accompagne également d’un déclin relatif des centralités communautaires et des quartiers gays depuis le début des années 2000 [Ghaziani, 2014] : la concurrence d’internet comme espace de sociabilité, ainsi qu’une moins grande nécessité de ces lieux pour les générations n’ayant connues ni la lutte pour les droits, ni la période de l’épidémie du VIH, expliquent en partie ce mouvement.

7Cette diversification des pratiques spatiales et résidentielles des minorités sexuelles n’empêche toutefois pas la persistance d’une très grande dichotomie entre visibilité et invisibilité dans le rapport à l’espace des individus. De multiples travaux dans les années 1990 et 2000 ont ainsi montré comment les minorités sexuelles négociaient plus ou moins fortement leur visibilité en fonction du contexte, du lieu et de la temporalité, de manière à éviter les risques, réels ou perçus, d’agression et de discrimination. Cette forte vigilance, liée à un « savoir sur l’espace qui guide les conduites » [Blidon, 2008], révèle le caractère fortement hétéronormatif des espaces publics comme privés [Bell, 2009]. Alors que les villes sont historiquement considérées comme le type d’espace le plus favorable aux homosexuels, la pratique qu’en ont les gays et les lesbiennes apparaît relativement contrainte, limitée et discontinue, entre « des lieux du possibles, des lieux du peut-être, des lieux de l’impossible » [Cattan et Leroy, 2010]. Si ces négociations sont aujourd’hui moins fortes qu’elles ne l’étaient il y a dix ou quinze ans du fait des multiples évolutions sociétales, juridiques et législatives concernant l’homosexualité, elles conservent toutefois une actualité importante. Ainsi, à la question de savoir si, en couple, ils ont des gestes de tendresse dans l’espace public, les individus que j’ai rencontré en entretien répondent de manière contrastée selon le contexte, le lieu, où la temporalité (« on s’embrasse pas dans la rue, on se tient pas tout le temps la main »).

b) Géolocalisation, pratique et perception de l’espace urbain

8En permettant aux individus de se rencontrer en dehors des centralités traditionnelles, les applications géolocalisées questionnent le rapport à la ville des homosexuels, puisqu’elles rendent possibles les rencontres dans des espaces largement perçus comme hétéronormatifs [Nash et Gorman-Murray, 2019]. Le succès des applications de rencontres est particulièrement précoce chez les hommes, puisque Grindr apparaît en effet en 2009 et précède ainsi de trois ans Tinder, la plus connue des applications de rencontres contemporaines. Ce succès s’explique par un investissement précoce d’internet puisqu’on estime que celui-ci est devenu le principal mode de rencontre chez les homosexuels au milieu des années 2000. Au milieu des années 2010, on estime qu’environ 1/3 des couples gays et lesbiens s’étaient rencontrés via internet, contre seulement 2 % pour les couples hétérosexuels [Bergström, 2016].

9Les premiers travaux sur ces applications mobiles montrent que leur usage accentue cette dynamique de diversification des lieux et des espaces de rencontres entre hommes. Elles déterritorialisent en effet la principale fonction des lieux de sociabilités, celle de constituer des espaces propices aux interactions entre minoritaires [Miller, 2015]. Ce faisant, elles diversifient les lieux, mais aussi les situations de rencontres possibles et leur temporalité [Blackwell, Birnholtz et Abbott, 2015 ; Stempfhuber et Liegl, 2016]. Du fait de la part importante de rencontre à vocation sexuelle, on observe également un resserrement relatif des rencontres au sein des espaces privés [Koch et Miles, 2020 ; Rivière, Licoppe et Morel, 2015]. La concurrence que constituent ces applications par rapport aux lieux de sociabilités a également fait l’objet de quelques investigations : dans les bars gays ou dans les lieux communautaires, l’usage des applications enrichit leur fonction de lieu de sociabilité en y ouvrant de nouveaux canaux d’interactions, et peut également, de manière plus sensible, participer au sentiment d’être dans un quartier gay [Baudinette, 2019 ; Miles, 2021].

10On s’interroge ici sur l’effet de la géolocalisation – et la manière dont celle-ci est médiatisée par les interfaces virtuelles – sur la pratique et de la perception de l’espace. L’importance croissante du numérique dans la vie quotidienne et la démocratisation des interfaces géolocalisées produit en effet des formes hybrides d’appréhension de l’espace, où présence physique à tel endroit et informations numériques sur celui-ci s’entrecroisent et s’informent mutuellement [de Souza e Silva, 2006]. Du fait de son mode de fonctionnement, Grindr se présente ainsi comme une forme de négatif homosexuel de l’espace, rendant compte de la présence et de l’absence, en temps réel, des autres usagers connectés : dans les espaces urbains, où les densités de population et de connexion sont fortes, se déplacer de quelques centaines de mètres suffit à modifier entièrement l’apparence de la grille. L’effet des applications géolocalisées sur la perception de l’espace sera donc interrogé selon deux grands axes. Le fait de pouvoir voir et reconnaître d’autres hommes via d’une applications géolocalisée, dans une gamme d’espace beaucoup plus large rend-il la ville plus gay-friendly aux yeux des individus ? Si les applications participent à la diversification des espaces et des lieux de rencontre gays, leur usage se traduit-il pour autant par des rencontres partout dans l’espace urbain ?

c) Méthodologie

11Recueillies dans le cadre de l’enquête exploratoire d’une thèse de doctorat en cours, les données mobilisées proviennent d’un questionnaire en ligne d’une part et d’entretiens semi-directifs avec des usagers d’autre part. Le questionnaire, adressé spécifiquement aux usagers des applications de rencontres gays, comportait une vingtaine de questions relatives à celles-ci : fréquence d’utilisation, lieux d’usages, fréquences des rencontres, mobilité pour rencontres, etc. Diffusé principalement via des pages communautaires LGBT sur les réseaux sociaux, il a permis de recueillir 664 réponses. On retrouve les biais propres à ce type d’enquête en ligne auto-administrées : les répondants sont fortement diplômés, les ¾ d’entre eux ont un niveau de diplôme égal ou supérieur à bac+2 et sur le plan professionnel, les catégories populaires sont sous-représentées. Sur le plan géographique, les répondants sont majoritairement issus des agglomérations les plus importantes puisqu’un quart des répondants habitent dans une unité urbaine de plus de 500 000 habitants, et un autre quart dans celle de Paris. Le tableau que dresse ce questionnaire n’est donc pas représentatif, quand bien même il serait possible de constituer un échantillon représentatif d’une population aux contours et aux identifications relativement floues. Cela permet toutefois de voir apparaître diverses tendances, et de mesurer à quel point l’usage des applications s’intègre ou non, dans le quotidien et les espaces qui y sont liés. Diffusé au printemps 2020 et donc pendant le confinement strict mis en place pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, ce questionnaire comportait également des questions relatives à la situation particulière de l’époque.

12À cela s’ajoutent des entretiens semi-directifs menés avec des usagers des applications rencontres à partir de septembre 2020, en visioconférence pour la majorité d’entre eux du fait du contexte sanitaire. On a d’abord mené des entretiens avec des individus vivant à Lyon, à Paris et en région parisienne. Le choix de ces deux villes s’expliquait alors par la volonté d’étudier les usages des applications dans deux contextes métropolitains différents, et ne pas réduire l’enquête à une étude parisienne. On a ensuite progressivement ouvert le panel à des individus vivant dans les autres grandes agglomérations, en mobilisant les répondants au questionnaire ayant accepté d’être recontactés. Cela a permis de constituer un corpus composé d’une trentaine d’entretiens, avec des individus âgés de 18 à 53 ans : outre Paris et Lyon, on compte ainsi des répondants résidant à – où à proximité de – Toulouse, Marseille, Nice, Rennes et Montpellier. D’une durée moyenne d’une heure, ces entretiens se sont organisés selon un déroulé en partie biographique, et ont permis de recueillir de nombreuses informations tant sur leurs usages des applications au moment de l’entretien que sur leurs usages passés. Ce déroulé permettaient également de ne pas documenter uniquement les pratiques des applications sous le régime des restrictions multiples liées à la pandémie, et ainsi de les contextualiser plus finement.

13Ce recrutement des répondants dans les grandes métropoles françaises permet également de sortir du cadre parisien habituellement mobilisé dans les enquêtes françaises sur les minorités sexuelles, et le mettre ainsi en perspective. Paris occupe en effet une place spécifique dans l’imaginaire homosexuel français par opposition au reste du pays, au sein duquel vivre son homosexualité serait plus difficile et délicat. En réalité, plus qu’une opposition entre Paris et une « province » aux contours vague, une opposition plus pertinente se dessine entre les grandes agglomérations, incluant Paris, et les espaces moins denses et peuplées, urbains comme ruraux. Marianne Blidon a ainsi montré que l’ampleur et la densité du tissu commercial LGBT est largement liée à la taille de la ville, et observait également que dans des villes comme Lyon, Marseille, Lille ou Toulouse, ces commerces étaient implantés en centre-ville ou en position péricentrale, selon une logique d’effet village analogue à celle du Marais parisien [Blidon, 2007]. À Lyon, le développement d’une importante visibilité homosexuelle sur les Pentes de la Croix-Rousse dans les années 1990 a même suscité, dans la presse locale, des réflexions sur l’apparition d’un « petit marais » [Giraud, 2010]. Les différences entre Paris et les grandes villes de province dans la structuration des territorialités gays apparaissent donc plus comme des différences de degré que de nature, et c’est hors des grandes métropoles, dans les espaces ruraux, dans les petites villes, ou dans le périurbain, que les sociabilités homosexuelles prennent des formes différentes, beaucoup plus diffuses, invisibles et réticulaires [Giraud, 2016]. Cette différence de degré plus que de nature entre les grandes agglomérations se retrouve dans les usages des applications de rencontres : même si les participants résidaient au moment de l’entretien dans des métropoles, la grande majorité d’entre eux ont connu une ou plusieurs mobilités géographiques au cours de leur vie. L’usage du récit de vie a ainsi permis de documenter ces trajectoires géographiques ainsi que l’usage des applications au cours de ces différentes étapes. De fait, les expériences décrites dans les métropoles se différencient fortement de celles vécues dans les espaces moins denses et moins peuplés, qu’il s’agisse de villes moyennes ou d’espaces ruraux. À l’inverse, les discours tenus en entretien à propos des pratiques dans les grandes villes sont relativement similaires. Cela dessine ainsi une expérience relativement partagée des applications de rencontres en contexte métropolitain, au-delà des différences d’échelle entre Paris et les grandes métropoles régionales.

II/Une ville plus gayfriendly ?

14Informant sur la présence ou l’absence d’autres hommes à proximité, les applications géolocalisées apparaissent comme une forme de négatif homosexuel des différents espaces fréquentés au quotidien, jouant ainsi sur leur perception et leur appréhension.

a) Une augmentation de la visibilité de l’homosexualité au quotidien

15Les applications de rencontres reconfigurent la dichotomie entre visibilité et invisibilité, fortement structurante dans le rapport à la ville des homosexuels. La géolocalisation en temps réel révèle en effet la présence, en nombre, d’autres hommes largement en dehors des centralités gays traditionnelles. Cela peut s’avérer surprenant au premier abord : « Y a tout le quartier qui devient gay » m’a dit par exemple un nouvel usager de Grindr, habitant dans le nord de Paris. Il s’avère, au cours de la conversation, à la fois enthousiaste et perturbé par la très forte densité des connexions autour de lui : la présence d’un profil localisé à un mètre sur l’application lui « fait bizarre », de même que le fait, la veille, d’avoir reconnu son voisin du dessus. Pour la plupart des enquêtés, cette révélation de la présence d’autres hommes au quotidien est d’autant plus appréciable qu’ils ont, dans leur jeunesse, fait, avec plus ou moins de difficultés, l’expérience de la solitude et de l’isolement, à des degrés divers en fonction de leur trajectoire biographique. En entretien, Richard (Lyon) évoque précisément en ces termes le moment où Grindr est apparue sur le marché : « j’ai connu quand Grindr a été lancée, et d’ailleurs, c’était un peu révolutionnaire, je m’en souviens, et j’avais déjà un smartphone donc j’ai trouvé cela incroyablement fantastique. C’était magique de se dire « ah je sais qu’à 200m de moi, y a un autre garçon et que potentiellement je connais sa tête ». Du fait de cette très forte densité, se connecter dans des espaces différents offre donc de nouvelles possibilités d’interaction. Allumer les applications pour mettre à jour sa position géographique au moment d’un déplacement est un automatisme pour Matthieu (Lyon) : « J’étais chez moi, j’ouvrais Grindr. Dans les transports, si je prenais le bus, j’ouvrais Grindr. En arrivant au bureau, je la réouvrais pour que je sois géolocalisé là ». Hugo (Paris) m’a dit à peu près la même chose : « Quand je me déplace, quand je change de lieu, quand je vais dans des endroits où je vais pas habituellement ». Cet usage des applications au quotidien, et l’ampleur de leur intégration à celui-ci, apparaît également assez nettement dans le questionnaire (figure 1), puisque les répondants utilisent majoritairement les applications chez eux, puis sur leur lieu de travail ou d’étude et dans les transports.

16Cet usage répété des applications aboutit à une forme de connaissance virtuelle de ces différentes espaces. Matthieu (Lyon) évoque ses « piliers de Grindr », toujours « connectés à tel ou tel endroit », tandis que Ludovic (Lyon) parle de ces récurrences comme suscitant un « sens de familiarité » avec les espaces en question. Ces individus, connus mais inconnus s’apparentent à des familiar strangers, expression de Stanley Milgram désignant les personnes inconnues mais croisées quotidiennement dans certains endroits. En tant qu’éléments récurrents du décor, ces étrangers familiers participent à l’appréhension positive ou négative de l’espace par les individus, qu’il s’agisse de l’espace public en général [Paulos and Goodman, 2004] ou plus spécifiquement de la vie de quartier [Charmes, 2006]. C’est surtout autour du lieu de résidence, parce que c’est là que les applications sont le plus souvent mobilisées, que l’impression de voir toujours les mêmes profils est la plus nette, avec des variations en fonction du caractère plus ou moins résidentiel de celui-ci. Ainsi, Romain (Paris) lorsqu’il habitait dans le Marais, avait l’impression de voir, plusieurs populations différentes se succéder sur Grindr selon l’heure de la journée, traduisant ainsi les différentes temporalités du quartier et l’intensité des mobilités en son sein. Ces perceptions entrent en ligne de compte dans les usages au quotidien. Maxime (Paris), qui habite dans le 18e arrondissement, préfère se connecter chez lui parce que la population lui paraît plus « stable » : « c’est ça qui me perturbe avec Grindr, Scruff, et ce qui est géolocalisé, c’est que les mecs qui apparaissent pas très loin, tout d’un coup ils sont à 4km la seconde d’après, parce qu’en fait ils étaient dans le métro, du coup, c’est pas aussi stable que quand je suis seul chez moi, où je comprends qu’untel habite ici parce que ça fait un siècle que je le vois connecté à la même distance. »

Encadré 1 : Connaître son quartier

Ludovic habite à Lyon dans le quartier de la Guillotière et l’entretien s’est déroulé dans un bar qu’il avait choisi, en bas de chez lui. À la fin de la discussion, je lui propose d’allumer une des applications qu’il utilise au quotidien et de me commenter l’apparence de la grille. Il allume alors Grindr, et s’ensuit alors une longue suite de « lui je l’ai déjà vu » : « Lui je le vois tout le temps, mais parce que je pense qu’il doit être juste à côté de chez moi, il est à 70 mètres quoi. Lui, je le vois tout le temps mais je lui ai jamais parlé, lui aussi, lui je lui ai déjà parlé, lui je lui ai parlé, lui bah c’est lui qui habite à côté et bosse à côté de mon travail. Lui je l’ai déjà vu dans le métro, mais je lui ai jamais parlé. Lui je crois que je lui ai parlé, c’est pas sûr ». Tous les profils dont il parle se trouvent alors dans un rayon de 600 mètres.

17L’abondance de profils sur les applications alimente chez beaucoup d’enquêtés le sentiment un peu diffus d’être entouré. Même si cette visibilité passe par une interface virtuelle uniquement accessible à ceux ayant téléchargé l’application, le fait de voir et de savoir qu’il y a d’autres hommes à proximité, de pouvoir les reconnaître en les croisant dans la rue, au supermarché ou sur un trajet quotidien, augmente concrètement la visibilité de l’homosexualité dans l’espace urbain, et diminue le sentiment de solitude ressenti en dehors des centralités gays historiques. Ce type d’effet procuré non par la visibilité, mais par la connaissance de la présence d’autres gays, avait déjà été remarqué par Gill Valentine [Valentine, 1993] qui notait comment cela permettait aux lesbiennes au centre de son étude de contrecarrer les multiples injonctions hétéronormatives qu’elles subissaient.

b) Un processus limité

18Cette réappropriation des espaces du quotidien n’est toutefois pas sans limites. L’effet de la visibilité est en effet à double tranchant, et si pour beaucoup d’enquêtés, pouvoir reconnaitre des hommes vus sur les applications est un élément positif, pour d’autres, la possibilité d’être reconnu par des voisins, des collègues, ou des connaissances fréquentant les mêmes espaces géographiques, entre consciemment en ligne de compte dans leurs pratiques. Un individu avec lequel je discute régulièrement m’a ainsi expliqué avoir arrêté de se connecter sur l’application sur son lieu de travail, après y avoir reconnu un collègue et appris du même coup ses pratiques sexuelles, tandis qu’un autre a arrêté d’afficher une photo de son visage car il s’est « fait draguer par des patients » en se connectant au travail. Cette gestion de l’anonymat via la présence ou l’absence de photo de profil, classique sur les sites de rencontres homosexuels, se double donc ici d’une dimension spatiale forte.

19Par ailleurs, si les centres-villes ou les espaces à proximité immédiate apparaissent comme des espaces d’abondance, ce n’est pas nécessairement le cas des quartiers périphériques ou des banlieues. À Paris, le passage du boulevard périphérique fait fortement baisser la densité des connexions, tandis qu’à Lyon, les plus importantes sont localisées dans les plus anciennes zones urbanisées, c’est-à-dire à l’intérieur de la ceinture ferroviaire qui, à fin du XIXe siècle, marquait les limites de la ville haussmannienne. De la même manière qu’ils sont sensibles aux respirations urbaines rendues visibles sur les interfaces virtuelles, les individus interrogés sont sensibles à ces variations, tant elles sont visibles. Par exemple Joachim, qui habite sur la Presqu’ile de Lyon et travaille dans une commune de la banlieue proche me déclare que « ici, (au domicile) à 200m, enfin voilà. Et puis au travail, le plus proche c’est 150m et puis on arrive très rapidement à 1km »). Oscar, lui compare lui le 11e arrondissement de Paris, où le profil le plus loin est à moins de 400m, son lieu de travail situé en Seine-Saint-Denis à plus de 5km du boulevard périphérique où il revient « très rapidement sur des profils qui sont à Paris 20e ou Paris 19e ». Ces différences de densité, auxquelles s’ajoutent souvent à une proportion moins grande de photos sur les profils au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre-ville, apparaît pour certains enquêtés comme le signe que l’homosexualité est plus difficile à assumer en « banlieue », employé le plus souvent comme synonyme de cités. Au-delà de la question spécifique de l’homosexualité et de l’homophobie dans les cités, qui concentre non sans ambigüités l’attention médiatique [Fassin, 2010], le vide relatif des quartiers périphériques, me semble plutôt s’expliquer avant tout par des densités de populations moins importantes, dans la mesure où on la constate dans des proportions similaires quelque soit le type de banlieue. Toutefois, en l’absence de données quantitatives robustes en provenance des développeurs des applications qui permettrait d’étudier précisément les traces géocodées, il est difficile d’aller plus loin sur cet aspect. Quoiqu’il en soit, pour les individus interrogés, ces éléments font apparaître, par comparaison, les quartiers centraux comme les espaces les plus propices aux rencontres, et dans lesquels le sentiment d’être entouré est plus important. Si Grindr rend donc la ville plus gay-friendly dans sa perception, cette gayfriendliness ne se fait donc pas partout avec la même intensité.

III/ Se rencontrer à travers la ville

20Les applications de rencontre géolocalisées interrogent enfin la géographie des rencontres, dans la mesure où elles facilitent les interactions largement en dehors des centralités gays traditionnelles. Le géographe britannique Sam Miles considère ainsi que ces applications « can reconfigure any street, park, bar or home into a queer space by brokering a meeting between mutually attracted individuals » [Miles, 2021, p. 205]. L’étude des lieux de rencontres après discussion sur une application permet, au-delà des possibilités théoriques, de préciser, mais aussi de nuancer, les contours de cette diversification.

a) Des rencontres partout ?

21Dans l’imaginaire collectif, Grindr est surtout associée à la pratique du « plan », c’est-à-dire à des rencontres sexuelles, anonymes et sans lendemain. De ce fait, les interactions qui se déroulent sur cette application sont marquées par la sexualité et ont souvent pour objectif de vérifier la compatibilité réciproque des préférences sexuelles de chacun. Cette facilité avec laquelle des individus inconnus peuvent parler de leur préférences intimes et se rencontrer après quelques messages s’explique par la place importante qu’occupe la sexualité dans la socialisation à l’homosexualité et dans la subculture gay masculine [Pollak, 1982 ; Vörös, 2020] : les scripts interactionnels régissant les lieux de rencontres entre hommes se sont ainsi déplacés et reconfigurés sur les applications mobiles [Rivière, Licoppe et Morel, 2015] : là où les lieux de rencontres, qu’ils soient commerciaux ou non, constituaient aussi des lieux de consommation sexuelle, la digitalisation de la drague a pour conséquence un déplacement de ces rencontres au sein des espaces privés, au sein des domiciles des individus. À l’inverse, les applications qui ne ciblent pas un public spécifiquement gay font l’objet, par ces derniers d’un usage un peu différent : Tinder, pourtant perçue comme un moyen de trouver facilement un ou une partenaire sexuel·le par les hétérosexuel·les, est ainsi plus fréquemment mobilisée par pour des rencontres dites sérieuses, c’est-à-dire autre que directement sexuelles [MacKee, 2016]. Cette différenciation des usages entre les applications se retrouve également à l’intérieur de la gamme que forment les applications masculines, puisque si les individus rencontrés utilisent souvent, en plus de Grindr, Hornet ou Romeo, au fonctionnement très proche, les différences existantes entre toutes ces applications sur le plan des fonctionnalités ou du nombre d’usagers induisent des usages différenciés et complémentaires. Matthieu (Lyon) évoque ainsi Romeo comme lieu d’interactions « plus humaines que charnelles », sur laquelle « trouver un plan en un quart d’heure » est plus difficile que sur Grindr. De fait, les rencontres faites via ces applications ne se réduisent pas uniquement à des rencontres sexuelles, et donc uniquement à un resserrement au sein des espaces privés : nombre de rencontres se déroulent dans des lieux publics ou des lieux commerciaux, en fonction de leur nature sexuelle ou pas (Figure 2).

22Ces lieux commerciaux ne sont pas nécessairement des lieux spécifiquement LGBT, et c’est en ce sens que les applications géolocalisées accélèrent le décloisonnement vis-à-vis des centralités historiques. Ainsi, pour les individus rencontrés en entretien, le choix du lieu de rencontres n’est pas explicitement lié à son caractère gay ou gay-friendly, élément pouvant même constituer un repoussoir, du fait d’une moindre identification à la subculture se déployant dans les lieux communautaires. Les lieux de rencontre ne sont toutefois pas choisis par hasard, puisque nombre d’enquêtés privilégient des lieux qu’ils connaissent ou qu’ils ont l’habitude de fréquenter : Jérémy (Lyon), après avoir cité une série de bars et de cafés situés dans le centre-ville de Lyon d’une part, et dans le 7e arrondissement d’autre part, précise ensuite qu’il s’agit d’endroits qu’il fréquente régulièrement avec ses amis. Dans certains cas, le choix du lieu répond aussi à l’impératif de ne pas trahir le caractère homosexuel de la rencontre, de manière plus ou moins importante : Romain (Paris) ne choisit par exemple « jamais par hasard » un bar pour y rencontrer quelqu’un car il veut un lieu « calme, mais assez animé pour qu’on ne nous entende pas ». Maxime (Paris), lui, raconte un rendez-vous dans un parc avec un individu décrit comme discret et assez frileux vis-à-vis de la potentielle visibilité de son homosexualité : « On avait longuement discuté sur un banc, on était assez seuls et de loin on aurait pas compris que c’était un rencard ».

23Ces éléments nuancent donc en partie la possibilité proclamée de se rencontrer partout, dans la mesure où, dans le cas des rencontres dans l’espace public, les individus ne choisissent pas n’importe comment tel ou tel lieu. Cela révèle également une forme de vigilance vis-à-vis du fait de rendre visible son homosexualité, qui contrebalance la perception de la ville comme un espace plus accueillant du fait de la densité révélée par les applications. L’augmentation du sentiment de confort lié à la visibilité de l’homosexualité dans une gamme d’espace plus grande ne se traduit donc pas vraiment dans le fait de se visibiliser soi-même, dans l’espace public.

b) Logique de proximité, logique d’évitement

24De la même manière, si les rencontres sexuelles ont lieu directement au domicile des uns et des autres, cela ne signifie pas que les individus vont et viennent n’importe où dans l’espace urbain. L’étude de la mobilité pour rencontre révèle ainsi l’importance de la proximité comme facteur de réalisation des rencontres, mais aussi de multiples pratiques d’évitement.

25Dans des environnements urbains aussi denses, la distance devient un critère de sélection des partenaires. Si c’est particulièrement visible dans le cas des rencontres sexuelles rapides, où la proximité permet une concrétisation rapide du rapport charnel, cela vaut aussi, dans une moindre mesure toutefois, pour les autres types de rencontres. Lorsque je lui demande jusqu’où il est prêt à se déplacer, Hugo (Paris) me dit en souriant que « 200m, c’est super loin », puis n’avoir « pas le souvenir d’avoir traversé la Seine pour aller voir quelqu’un ». Julien (Toulouse) parle d’un rayon de « 1 à 2 kilomètres », tandis que d’autres raisonnent en termes d’accessibilité. Interrogé sur les endroits où il s’est déplacé pour rencontrer des gens, David (Saint-Mandé) cite surtout des quartiers de Paris facilement accessibles depuis chez lui – Bastille, le 12e arrondissement, République – même si, en théorie, il est prêt à se déplacer « dans un rayon 10km » autour de chez lui. Les rencontres s’intègrent également dans les mobilités quotidiennes des individus. Beaucoup évoquent ainsi des rencontres spontanées avec des individus sur la base de leur proximité, que cela soit pour discuter de visu ou pour une rencontre sexuelle. De la même manière, ils évoquent également des détours, fait sur tel ou tel trajet, pour rencontrer quelqu’un croisé à ce moment-là sur l’application, et il n’est pas rare de voir sur les profils Grindr une double indication géographique, l’une correspondant au lieu de travail et l’autre au lieu de résidence. Ces rencontres sont toutefois tributaires d’une intégration sans heurts dans le trajet ou l’emploi du temps. Joachim, qui habite dans le centre-ville de Lyon et travaille dans une commune de l’agglomération, évoque par exemple des rencontres à proximité de son lieu de travail « en fonction du temps » dont il dispose entre deux rendez-vous. Cette double logique de proximité et d’accessibilité dessine ainsi des espaces de rencontres globalement articulés aux espaces fréquentés sur une base quotidienne ou régulière.

Encadré 2 : Covid-19, restrictions de déplacement et rencontres

La pandémie de Covid-19 ainsi que les multiples restrictions de déplacement qui se sont succédées depuis le mois de mars 2020 semblent avoir assez peu modifié ces dynamiques de rencontres. Si le confinement très strict du printemps 2020 s’est traduit par une absence ou une quasi absence de rencontre pour les enquêtés rencontrés, ce n’est pas le cas des périodes de restrictions suivantes, qu’il s’agisse du confinement de l’automne 2020 et des périodes de couvre-feu successives. Ces restrictions ont en fait renforcé l’intégration des rencontres dans le quotidien et à proximité des espaces de celui-ci, de manière à pouvoir se jouer des contraintes légales.

26À cette logique de proximité s’ajoutent également de multiples stratégies d’évitement. Ce n’est pas tant le fait d’aller chez un inconnu qui constitue un frein que le fait d’aller dans certains quartiers. Maxime (Paris) explique par exemple éviter d’aller vers la « porte de Clignancourt, vers Barbès aussi » le soir, par peur de se faire agresser, en particulier depuis qu’il y a été victime d’un vol à l’arrachée. Théo (Paris) a refusé d’aller un soir d’aller chez un individu parce que celui-ci habitait dans un quartier qu’il savait « dangereux », malgré le fait que celui-ci soit à proximité de chez lui : « en regardant sur Google Map, c’était un quartier que je savais dangereux. Par rapport au contexte, on va dire, cité, trafic de drogue et compagnie ». À l’inverse, Marc (Lyon) se sent « plus à l’aise pour aller dans un quartier populaire que dans le 6e, clairement ». De manière plus fine, les usagers donnent du sens aux caractéristiques des profils en fonction de leur localisation, mettant en rapport la position géographique avec des caractéristiques sociologiques supposées. Pour Thomas, qui habite à la limite entre le 6e arrondissement de Lyon, particulièrement huppé, et Villeurbanne, commune beaucoup plus populaire : « c’est souvent que des Blancs dans le 6e et souvent tu retrouves des populations plus métissées, avec des origines beaucoup plus diverses à Villeurbanne ».

27Cela invite à s’interroger sur la manière dont les inégalités socio-spatiales se reproduisent sur les applications de rencontres géolocalisées. Les travaux sur l’appareillement amoureux montrent que les rencontres faites via internet sont marquées par une homogamie sociale relativement similaire aux rencontres faites hors-ligne, dans la mesure où les mécanismes de sélection voyant s’appareiller des gens proches sur le plan social et culturel se reconfigurent plus qu’ils ne disparaissent dans les interactions virtuelles [Bergström, 2019]. Si on retrouve sur les applications gays des marqueurs d’inégalités déjà identifiés par Marie Bergström, à l’image de l’orthographe, on en trouve également d’autres liés plus spécifiquement aux normes dominantes dans la subculture gay. La valorisation de la jeunesse, de certaines formes de masculinité, notamment non-blanches, et plus globalement de certaines caractéristiques physiques est au moins aussi forte sur internet que dans les lieux physiques, et apparaît même renforcée par la forme virtuelle des interactions [Campbell, 2004]. Ces éléments se retrouvent sur Grindr, de manière accentuée par la brièveté que peuvent parfois prendre les interactions, notamment lorsque s’y négocient des rencontres sexuelles [Bonner-Thompson, 2017 ; Conner, 2019]. Ce fond spécifique, associé à la géolocalisation, aboutit chez certains enquêtés à la valorisation de certains espaces de banlieue comme espaces d’opportunité sur le plan sexuel, du fait de la concentration en leur sein de populations racisées, tout en étant en même décrits comme des espaces risqués et peu propices à l’homosexualité. La légitimité de la présence de ces hommes racisés à tel ou tel endroit, visible sur les applications, peut également faire l’objet de mise en doute quant à leur trajectoires géographiques, sur la base de stéréotypes et de clichés. Cela apparaît par exemple dans les propos d’Antoine, après qu’il ait décrit la visibilité plus importante – à la fois dans la rue et sur Grindr, d’hommes racisés dans son quartier du 18e arrondissement qu’ailleurs dans Paris : « les rebeus, il y en a mais c'est pas ceux qui sont dans le quartier donc est-ce qu'ils ont grandi en dehors de Paris et qu’il vivent maintenant dans le 18e parce que dans leurs moyens, parce qu’il y des logements sociaux, je sais pas ». La manière dont les individus donnent du sens aux interfaces géolocalisées en mobilisant leurs propres représentations socio-spatiales constitue sans doute une des clefs de compréhension des pratiques d’évitement décrites. Au regard des enjeux spécifiques liés aux constructions identitaires lorsque l’on est minoritaire au sein des minoritaires [Trawalé, 2018], cela invite également à essayer, malgré les difficultés que cela pose, à varier le plus possible les populations interrogées afin de documenter l’expérience conjointe de la ville et des applications de rencontres de manière plus fine aux inégalités et à leur intersectionnalité.

Conclusion

28En révélant la présence d’autres hommes à l’orientation ou aux pratiques sexuelles similaires partout dans l’espace urbain, les applications de rencontres affaiblissent largement le caractère hétéronormatif que celui-ci présente, en dehors des centres-villes. Sur Grindr, la « ville gay » déborde largement les frontières du quartier gay et du centre-ville et en ce sens, l’usage des applications géolocalisées participe à la diversification des pratiques spatiales de cette population en ouvrant largement le champ des possibles en dehors des centralités historiques. Plus qu’une dilution de l’homosexualité dans l’espace urbain, l’usage des applications se traduit par une reconfiguration des centralités pour rencontres autour des lieux et des espaces fréquentés au quotidien. Les espaces à proximité du domicile ou facilement accessibles depuis celui-ci constituent la centralité la plus forte, notamment parce que c’est là que le taux d’usage des applications est le plus important. S’ajoutent à cela des centralités secondaires, liées aux lieux du quotidien ou fréquentés régulièrement, où les rencontres sont plus ponctuelles. Cet effet de l’abondance urbaine sur la géographie des rencontres dans la ville est ainsi assez proche de ce que l’on a pu observer dans des contextes thématiques complètement différents. Ainsi, Mathieu Delage montre que, dans des contextes métropolitains marqués par l’abondance et la diversité de l’offre commerciale, les pratiques d’achat et de consommation des individus se déploient d’abord à proximité du domicile, puis dans la mobilité quotidienne des individus, nuançant ainsi « les théories soulignant une dissociation entre les espaces de vie des individus » [Delage, 2012, p. 250]. Cette superposition connait toutefois des limites, du fait des dynamiques d’évitement de certains lieux, de certaines zones ou de certains quartiers, parce qu’ils sont perçus comme risqués ou peu propices à des rencontres entre hommes : avoir la possibilité de se rencontrer partout ne se traduit donc pas en pratique par des rencontres partout, ce qui montre la persistance et la force des contraintes pesant sur la construction des centralités gays, même lorsqu’elles sont personnelles et individuelles et non plus liées à des lieux précis dans la ville, connus et pratiqués comme tels. Les pratiques décrites ici dessinent également une pratique genrée des espaces urbains du fait du public étudié et de la spécificité des applications de rencontres gays, et l’exploration de cette particularité ainsi que la comparaison avec d’autres populations constituent des pistes de prolongement particulièrement pertinentes.

29Cette reconfiguration des centralités de rencontres autour des espaces du quotidien est plus marquée à Paris que dans les grandes métropoles régionales. Un enquêté ayant vécu à Paris avant de déménager à Lyon me confiait que, si ces pratiques étaient relativement similaires dans les deux villes, il avait l’impression de « toucher plus vite les murs » sur Grindr à Lyon, du fait d’un nombre d’inscrits moindre qu’à Paris, guère étonnant au regard de la différence démographique entre les deux métropoles. Au-delà de ces différences d’échelle, l’usage des applications est toutefois relativement similaire au sein des espaces urbains les plus denses et les plus peuplées, et c’est plutôt en dehors d’elles que l’on voit apparaître des pratiques différentes. Dans les villes plus petites, les espaces ruraux, ou périurbains, la faible densité et la dispersion plus grandes des individus se retrouvent sur les interfaces mobiles : contrairement aux grandes villes, se déplacer de plusieurs kilomètres ne renouvelle que très peu – et parfois pas du tout – les profils proposés. Cette plus grande dispersion n’est pas sans conséquence dans la pratique des applications. Pour les individus les plus urbains, cette faible densité renforce la perception des métropoles comme espaces privilégiés pour vivre son homosexualité. À l’inverse, les enquêtés ayant vécu dans ces espaces par le passé y faisaient preuve d’une mobilité pour rencontrer plus importante, bien moins articulée aux lieux du quotidien, sans que cela ne soit nécessairement vécu comme quelque chose de négatif, ce qui fait écho aux travaux sur les vécus minoritaires en milieu ruraux. Cela invite donc à réfléchir plus largement sur ces questions dans une perspective multiscalaire, et en portant une attention spécifique aux parcours biographiques des individus et à la manière dont la multiplicité des formes de socialisation à l’espace joue dans les pratiques de rencontres via les applications géolocalisées.

Haut de page

Bibliographie

ADLER Sy, BRENNER Johanna, 1992, Gender and Space: Lesbians and Gay Men in the City. International Journal of Urban and Regional Research, 16, 1, pp. 24–34.

ALESSANDRIN Arnaud, RAIBAUD Yves, 2014, Espaces homosexuels dans la ville. Hermès, 69, pp. 152–154.

BAUDINETTE Thomas, 2019, Gay dating applications and the production/reinforcement of queer space in Tokyo. Continuum, 33, 1, pp. 93–104.

BELL David, 2009, Heteronormativity. In Rob Kitchin & Nigel Thrift (Eds.). International Encyclopedia of Human Geography, Oxford, Elsevier, pp. 387–391.

BERGSTRÖM Marie, 2011, La toile des sites de rencontres en France. Réseaux, 166, pp. 225–260.

BERGSTRÖM Marie, 2016, Sites de rencontres : qui les utilise en France ? Qui y trouve son conjoint ?. Populations et sociétés, 530, p. 1–4.

BERGSTRÖM Marie, 2019, Les nouvelles lois de l’amour : sexualité, couple et rencontres au temps du numérique. Paris, la Découverte, 220 p.

BLACK Dan, GATES Gary, SANDERS Seth & TAYLOR Lowell, 2000, Demographics of the gay and lesbian population in the United States: Evidence from available systematic data sources. Demography, 37, 2, pp. 139–154.

BLACKWELL Courtney, BIRNHOLTZ Jeremy & ABBOTT Charles, 2015, Seeing and being seen: Co-situation and impression formation using Grindr, a location-aware gay dating app. New Media & Society, 17, 7, pp. 1117–1136.

BLIDON Marianne, 2007, Ville et homosexualité, une relation à l’épreuve de la cartographie. Données urbaines, Villes, 5, pp. 67–76.

BLIDON Marianne, 2008, La casuistique du baiser. L’espace public, un espace hétéronormatif. EchoGéo, 5.

BONNER-THOMPSON Carl, 2017, ‘The meat market’: production and regulation of masculinities on the Grindr grid in Newcastle-upon-Tyne, UK. Gender, Place & Culture, 24, 11, pp. 1611–1625.

CAMPBELL John Edward, 2004, Getting It On Online: Cyberspace, Gay Male Sexuality, and Embodied Identity. New-York, Haworth Press, 221 p.

CASTELLS Manuel, 1983, The city and the grassroots: a cross-cultural theory of urban social movements. London, E. Arnold, 450 p.

CATTAN Nadine & CLERVAL Anne, 2011, Un droit à la ville ? Réseaux virtuels et centralités éphémères des lesbiennes à Paris. Justice spatiale - Spatial justice, 3. [En ligne] disponible sur : <http://www.jssj.org/article/un-droit-a-la-ville-reseaux-virtuels-et-centralites-ephemeres-des-lesbiennes-a-paris/> consulté le 31 janvier 2022.

CATTAN Nadine & LEROY Stéphane, 2010, La ville négociée : les homosexuel(le)s dans l’espace public parisien. Cahiers de géographie du Québec, 54, 151, pp. 9–24.

CATTAN Nadine & LEROY Stéphane, 2013, Atlas mondial des sexualités : libertés, plaisirs et interdits. Paris, Autrement, 96 p.

CATTAN Nadine & VANOLO Alberto, 2014, Gay and lesbian emotional geographies of clubbing: reflections from Paris and Turin. Gender, Place & Culture, 21, 9, pp. 1158–1175.

CHARMES Éric, 2006, La rue, village ou décor ? Parcours dans deux rues de Belleville. Grâne, Créaphis, 157 p.

CONNER Christopher T., 2019, The Gay Gayze: Expressions of Inequality on Grindr. The Sociological Quarterly, 60, 3, pp. 397–419.

DE SOUZA E SILVA Adriana, 2006, From Cyber to Hybrid: Mobile Technologies as Interfaces of Hybrid Spaces. Space and Culture, 9, 3, pp. 261–278.

DELAGE Matthieu, 2012, Mobilités pour achats et centralités métropolitaines. Le cas de la métropole parisienne. Thèse de doctorat : géographie : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

DELIGNE Chloé, GABIAM Koessan, CRIEKINGEN Mathieu Van, DECROLY Jean-Michel, 2006, Les territoires de l’homosexualité à Bruxelles : visibles et invisibles. Cahiers de géographie du Québec, 50, 140, pp. 135–150.

DUPORTAIL Judith, 2019, L’amour sous algorithme. Paris, Éditions Goutte d’Or, 231 p.

ERIBON Didier, 1999, Réflexions sur la question gay. Paris, Fayard, 526 p.

FASSIN Éric, 2010, Homosexuels des villes, homophobes des banlieues ?. Métropolitiques. [En ligne] disponible sur : <https://metropolitiques.eu/Homosexuels-des-villes-homophobes.html> consulté le 31 janvier 2022.

GAISSAD Laurent, 2006, Une forme notoire de sexualité secrète : chronique territoriale du désir entre hommes dans le sud de la France. Thèse de doctorat : géographie : Université Toulouse-Jean Jaurès, 332 p.

GHAZIANI Amin, 2014, There Goes The Gayborhood?. Princeton, Princeton University Press, 349 p.

GIRAUD Colin, 2010, Identités et espaces homosexuels : le bas des pentes de la Croix-Rousse à Lyon. In Christophe Bareille (Dir.). Homosexualités : révélateur social ?, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, pp. 133–141.

GIRAUD Colin, 2014, Quartiers gays. Paris, Presses universitaires de France, 332 p.

GIRAUD Colin, 2016, La vie homosexuelle à l’écart de la visibilité urbaine. Ethnographie d’une minorité sexuelle masculine dans la Drôme. Tracés. Revue de Sciences humaines, 30, pp. 79–102.

GORMAN-MURRAY Andrew, NASH Catherine Jean, 2014, Mobile Places, Relational Spaces: Conceptualizing Change in Sydney’s LGBTQ Neighborhoods. Environment and Planning D : Society and Space, 32, 4, pp. 622–641.

HUMPHREYS Laud, 1970, Le commerce des pissotières : pratiques homosexuelles anonymes dans l’Amérique des années 1960. Paris, La Découverte, 202 p.

KOCH Regan, MILES Sam, 2020, Inviting the stranger in: Intimacy, digital technology and new geographies of encounter. Progress in Human Geography, pp. 1–23.

LEROY Stéphane, 2005, Le Paris gay. Éléments pour une géographie de l’homosexualité. Annales de géographie, 646, 6, pp. 579–601.

LEROY Stéphane, 2012, « Tu cherches quelque chose ? ». Ethnogéographie de la drague et des relations sexuelles entre hommes dans le Bois de Vincennes. Géographie et cultures, 83, pp. 51–67.

MACKEE Freddy, 2016, Social Media in Gay London: Tinder as an Alternative to Hook-Up Apps. Social Media + Society, 2, 3, pp. 1–10.

MESLAY Gaëlle, 2019, Cinq ans de mariages de même sexe en France : des différences entre les couples d’hommes et les couples de femmes. Population, 74, 4, pp. 499–519.

MILES Sam, 2021, Let’s (not) Go Outside: Grindr, Hybrid Space, and Digital Queer Neighborhoods. In Alex Bitterman & Daniel B. Hess (Eds.). The Life and Afterlife of Gay Neighborhoods: Renaissance and Resurgence, Cham, Springer International Publishing, pp. 203–220.

MILLER Brandon, 2015, ‘They’re the modern-day gay bar’: Exploring the uses and gratifications of social networks for men who have sex with men. Computers in Human Behavior, 51, Part A, pp. 476–482.

NASH Catherine J., GORMAN-MURRAY Andrew, 2019, Queer Mobilities and New Spatial Media. In Catherine J. Nash & Andrew Gorman-Murray (Eds.). The Geographies of Digital Sexuality, Singapore, Palgrave Macmillan, pp. 29–48.

PAULOS Eric, GOODMAN Elizabeth, 2004, The familiar stranger: anxiety, comfort, and play in public places. Proceedings of the 2004 conference on Human factors in computing systems - CHI ’04, pp. 223–230.

PODMORE Julie A., 2006, Gone ‘underground’? Lesbian visibility and the consolidation of queer space in Montréal. Social & Cultural Geography, 7, 4, pp. 595–625.

POLLAK Michael, 1982, L’homosexualité masculine, ou le bonheur dans le ghetto ? Communications, 35, 1, pp. 37–55.

PROTH Bruno-Marcel, 2002, Lieux de drague, scènes et coulisses d’une sexualité masculine. Toulouse, Octares, 447 p.

RAULT Wilfried, 2016, Les mobilités sociales et géographiques des gays et des lesbiennes. Une approche à partir des femmes et des hommes en couple. Sociologie, 4, 7, pp. 337–360.

REDOUTEY Emmanuel, 2009, Ville et sexualités publiques : un essai d’ethno(géo)graphie. Thèse de doctorat : géographie : Université Paris-Est.

RIVIERE Carole Anne, LICOPPE Christian & MOREL Julien, 2015, La drague gay sur l’application mobile Grindr. Réseaux, 189, 1, pp. 153–186.

STEMPFHUBER Martin & LIEGL Michael, 2016, Intimacy Mobilized: Hook-Up Practices in the Location-Based Social Network Grindr. Österreichische Zeitschrift für Soziologie, 41, 1, pp. 51–70.

TRAWALÉ Damien, 2018, L’articulation du racisme et de l’homophobie en contexte français. Marginalité multidimensionnelle, subjectivations et mobilisations associatives gays noires. Thèse de doctorat : sociologie : Université Paris Diderot - Paris 7, 415 p.

VALENTINE Gill, 1993, Negotiating and Managing Multiple Sexual Identities: Lesbian Time-Space Strategies. Transactions of the Institute of British Geographers, 18, 2, pp. 237–248.

VÖRÖS Florian, 2020, Désirer comme un homme : enquête sur les fantasmes et les masculinités. Paris, La Découverte, 160 p.

WIMARK Thomas & ÖSTH John, 2014, The City as a Single Gay Male Magnet? Gay and Lesbian Geographical Concentration in Sweden. Population, Space and Place, 20, 8, pp. 739–752.

Haut de page

Notes

1 Interview réalisée par Patrick Thevenin dans le premier numéro de la revue Miroir/Miroirs en 2013.

2 La journaliste Judith Duportail a mené une enquête sur le fonctionnement de Tinder et montre notamment comment les utilisateur·ices se voient attribuer par l’algorithme une note, en fonction de leur genre et des caractéristiques sociales déclarées. C’est cette note qui détermine en partie la mise en relation des profils et donc un possible match entre les deux individus [Duportail, 2019].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Nicolle, « Une ville plus gaie ? Pratiquer la ville et s’y rencontrer entre hommes via les applications de rencontres géolocalisées »Espace populations sociétés [En ligne], 2022/1 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/eps/12704 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.12704

Haut de page

Auteur

Clément Nicolle

Doctorant-contractuel en géographie
UMR Géographie-cités
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille
  • Logo Laboratoire TVES
  • Logo Laboratoire Clersé
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search