Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursL’Europe depuis 1990 : nouvelles ...

L’Europe depuis 1990 : nouvelles frontières, nouvelles dynamiques des populations ?

Alexandre Avdeev, Bénédicte Gérard, Jean-François Léger et Jitka Rychtaříková

Des frontières nouvelles et différentes en Europe depuis 1990

Depuis 1990, les frontières internes de l’Europe ont été considérablement bouleversées, tant dans sa partie Est après la chute du mur de Berlin en 1989, que dans sa partie Ouest sous l’impulsion, notamment, de la création de l’espace Schengen en 1995 et de l’élargissement de l’Union européenne.

En effet, depuis 1990, certaines frontières terrestres ont disparu (notamment celles entre les Allemagne de l’Est et de l’Ouest après la réunification de ces deux pays en 1990) quand d’autres sont apparues avec la création de nouveaux États. Ainsi la dislocation de l’URSS s’est concrétisée par la naissance de quinze républiques, dont sept dans sa partie européenne (1991), la Tchécoslovaquie s’est scindée en deux états (la République tchèque et la République slovaque le 1er janvier 1993) et, dans les Balkans, la Yougoslavie s’est fragmentée en six états indépendants au terme d’une guerre de plusieurs années.

À l’Ouest, dans le même temps, l’élargissement progressif de l’Union européenne (de 12 États au début des années 1990 à 27 depuis 2013) s’accompagnait au contraire d’une volonté de favoriser la circulation des hommes et des biens entre les pays, avec en particulier la mise en œuvre de l’espace Schengen à partir de 1995. Si cet espace n’abolit pas les frontières terrestres, il contribue en tout cas à minimiser les contraintes qu’elles peuvent exercer sur les mobilités.

Toutefois la question des frontières et des affirmations identitaires et culturelles n’a pas disparu pour autant dans cette partie de l’Europe. Le récent Brexit en est une illustration à l’échelle nationale ; les velléités d’indépendance catalanes ou écossaises, l’autonomie réclamée par la Corse en France en sont d’autres à l’échelle régionale. Par ailleurs, lors de la récente épidémie de Covid-19, les frontières se sont à nouveau imposées aux habitants au sein même de l’espace Schengen. Ce virus qui a transcendé les frontières internationales en a dans le même temps rappelé toute l’importance (sanitaire dans le cas présent).

En dépit de ces quelques exemples, de manière schématique, un double mouvement peut être mis en évidence en Europe depuis trente ans : d’un côté, la multiplication des États-nations dans la partie de l’Europe anciennement dominée par l’URSS et, de l’autre, une perméabilité des frontières nationales qui s’affirme dans un contexte de mondialisation de l’économie et qui s’est progressivement étendue, à mesure de l’élargissement de l’Union européenne, jusqu’aux portes occidentales de la Russie. Ce large espace de libre circulation des populations, des capitaux et des marchandises tend d’ailleurs à rendre caduque l’ancienne opposition entre l’Ouest et l’Est de l’Europe.

C’est tout particulièrement dans les très grandes villes que se concentrent les populations qui ont le plus bénéficié de la circulation de plus en plus aisée au sein de l’espace européen. Le début des années 1990 marque aussi l’affirmation des très grandes villes, les métropoles. Considérées par les États comme des forces économiques, intellectuelles et culturelles de projection sur le plan international, elles contribuent à l’effacement des frontières entre pays, au point qu’il y a aujourd’hui sûrement moins de différences socio-démographiques entre ces métropoles internationales qu’entre ces dernières et les villes des strates urbaines inférieures dans leur propre pays. On peut d’ailleurs se demander si ces métropoles ne définissent pas une géographie humaine qui transcende les frontières terrestres.

Comme l’histoire de ces trente dernières années en Europe en témoigne, les frontières ne sont pas figées dans le marbre, loin de là. Les tracés séparent parfois des populations très proches, culturellement et linguistiquement. Les frontières sont également devenues plus floues, en raison, d’une part, de la mobilité accrue des populations sur presque tous les territoires européens et, d’autre part, de la circulation des idées, des modes de vie, des comportements individuels et collectifs qui s’est intensifiée depuis l’essor d’internet à partir des années 1990. De ce fait, les frontières en Europe aujourd’hui, tant dans leur tracé que dans la nature des séparations qu’elles sont supposées imposer entre les populations de ce continent, sont bien différentes de celles de la fin des années 1980.

Comment les populations d’Europe ont-elles évolué dans ce contexte géopolitique renouvelé ?

D’une manière générale, depuis le début des années 1970, on constatait dans les pays d’Europe occidentale une baisse critique de la fécondité, une poursuite de la hausse de l’espérance de vie à la naissance notamment due au recul de la mortalité aux âges avancés, une diversification des formes familiales (familles monoparentales, ménages recomposés, familles complexes, couples de même sexe avec ou sans enfant...) et un encouragement à la mobilité internationale précoce comme en témoigne la création en 1987 du programme éducatif européen Erasmus. En Europe de l’Est, dans les années 1980, la fécondité s’était stabilisée à un niveau dépassant à peine le seuil de remplacement des générations, tandis que l’espérance de vie à la naissance ne progressait plus et demeurait, avec des valeurs voisines de 65 ans pour les hommes et 75 ans pour les femmes, nettement en retrait de celle des pays d’Europe de l’Ouest. La démographie dessinait donc aussi une ligne de partage très nette entre Est et Ouest en Europe. En revanche, à la fin des années 1980, le ralentissement de la croissance démographique et le vieillissement des populations étaient des problématiques communes à l’ensemble de l’Europe et déjà bien identifiées par les démographes.

Au regard de tous les bouleversements géopolitiques depuis trente ans, comment les populations et la démographie en Europe ont-elles évolué ? Les grandes tendances démographiques rappelées ci-dessus se sont-elles poursuivies depuis en dépit des bouleversements des frontières européennes ? Ou bien durant ces trente dernières années qui ont rebattu les cartes (au sens propre comme au sens figuré) tracées ou/et distribuées à l’issue de la Deuxième Guerre mondiale, a-t-on observé une inflexion, une accélération de ces dynamiques, voire l’émergence de nouvelles tendances en matière de mortalité, de fécondité, de structure familiale, de migrations... ? Des évolutions démographiques similaires caractérisent-elles aujourd’hui l’Europe entière ? Ou bien observe-t-on des mouvements plus localisés (à l’échelle des grandes régions européennes, des États, des régions ou de territoires plus locaux) de convergence ou au contraire de divergence démographique ? Ces évolutions tendent-elles à redéfinir la géographie de la population en Europe et si oui, à quelle(s) échelle(s) : le continent, les régions continentales, les pays, les territoires infranationaux, les strates urbaines ?

Quel(s) lien(s) entre la dynamique des populations et les frontières en Europe ?

Il est tentant d’aller au-delà de la mise en parallèle de l’évolution des frontières en Europe et de celle des dynamiques et comportements démographiques, et d’appréhender le contexte géopolitique et la démographie dans le cadre d’un lien de cause à effet. Ainsi, il est possible d’envisager les évolutions démographiques contemporaines en Europe comme une conséquence du bouleversement des frontières depuis 1990. En d’autres termes, ces changements se sont-ils traduits par des mouvements de convergence de la mortalité et de la fécondité par exemple là où les frontières s’atténuaient, et par des divergences là où au contraire elles s’affirmaient ? Quelles conséquences ce profond bouleversement géopolitique a-t-il pu avoir sur les mouvements migratoires internationaux, mais aussi internes à chaque pays ? Quels effets ces mouvements démographiques ont-ils pu avoir sur le peuplement des différents pays ou régions d’Europe, sur la distribution spatiale des populations, tant à l’échelle internationale, nationale que locale ? D’une certaine manière, est-ce que la démographie suit la géographie des frontières, ou bien en définit-elle une autre, de nature plus culturelle (via les comportements en matière de santé, de fécondité, de mise en union, d’activité professionnelle, linguistique, etc.) ?

Cette dernière interrogation invite à questionner autrement le lien entre frontières étatiques et démographie : dans quelle mesure et de quelle façon les bouleversements géopolitiques des trente dernières années en Europe ont pu être, au moins en partie, influencés par des évolutions démographiques particulières ? L’analyse des évolutions des phénomènes démographiques pouvait-elle permettre de comprendre, voire d’anticiper, les recompositions de nombre de frontières en Europe ? Cette approche peut aussi être déclinée à des échelles géographiques plus fines et avoir une dimension plus prospective. Compte tenu de leurs caractéristiques socio-démographiques, de leurs comportements (santé, fécondité, migration, mode de cohabitation, éducation, langue apprise ou/et parlée, etc.), vers quel territoire tendent certaines populations ? Est-ce celui dans lequel les frontières administratives les inscrivent ? Ou bien leurs comportements définissent-ils des espaces qui s’affranchissent de ces dernières et pourraient même à terme en dessiner d’autres ? On pense bien sûr aux populations frontalières, mais pas seulement. Qu’en est-il par exemple des territoires ultra-marins français ? Qu’en est-il de certaines populations des métropoles parfois plus en phase avec celles de métropoles étrangères qu’avec les populations des strates urbaines inférieures de leur propre pays ? Quel espace définissent ces populations ?

Ces interrogations conduisent tout naturellement à se poser aussi la question des politiques publiques, internationales, nationales ou infranationales, mises en œuvre depuis trente ans pour accompagner les évolutions démographiques constatées, les freiner voire les empêcher, ou au contraire les accélérer, ou en initier de nouvelles. On peut d’ailleurs inscrire dans ce champ de l’action politique les mesures prises par Eurostat pour harmoniser les opérations nationales de recensement et les enquêtes statistiques européennes. Quels effets l’harmonisation des pratiques statistiques, des questionnements dans les enquêtes européennes ou encore l’adoption commune de mêmes unités d’agrégation territoriale des données infrana-tionales (les NUTS) peuvent-elles avoir sur les représentations des éventuelles disparités démographiques entre les pays, et au sein même des pays ? Ces actions ne peuvent-elles pas conduire à minorer ou à accentuer des différences « réelles » ?

Résumé de la thématique du numéro

Ce numéro d’Espace populations sociétés est consacré au lien entre les évolutions démographiques et les changements (terrestres, symboliques) qui ont affecté les frontières en Europe depuis 1990. Les approches prospectives sont également les bienvenues.

Ces évolutions démographiques couvrent à la fois :

- les comportements démographiques : mortalité, santé, morbidité ; fécondité ; migration ; mode de vie et structure familiale ;

- les caractéristiques et la dynamique des populations : accroissement démographique naturel, migratoire, total ; remplacement des générations ; structure des populations par âge, situation d’activité, nationalité ; vieillissement démographique ; etc.

Les politiques publiques mises en œuvre pour accompagner ou anticiper les évolutions démographiques font également partie du champ de ce numéro.

Les évolutions démographiques et les politiques de population pourront être appréhendées à diverses échelles, du continent aux échelons infranationaux. Les articles pourront être centrés sur un ou des territoires saisis dans leurs interactions ou dans le cadre d’une démarche comparative. D’autres articles pourront être centrés sur des populations dont les caractéristiques et les évolutions seront mises en relation avec un ou des territoires. Dans tous les cas, les caractéristiques démographiques des territoires ou des populations devront être mises en lien avec les changements qui ont affecté les frontières en Europe et qui ont été rappelés à grand trait dans cet appel à articles.

Les articles en anglais sont les bienvenus.

Calendrier

- Date limite pour l’envoi des propositions d’articles (titre et résumé d’environ 1-2 pages) : 01/12/2022

- Sélection des résumés par le Comité de rédaction et annonce aux auteurs : 16 décembre 2022

- Date limite de l’envoi des articles au Comité de rédaction : 30 avril 2023

- Parution du numéro en septembre 2023

- Consignes de publications : https://journals.openedition.org/eps/3344

Contacts

Les résumés puis les articles sont à adresser à :

Jean-François Léger (Université Paris 1, Idup) : jfleger@univ-paris1.fr

Et pour toute information complémentaire :

Alexandre Avdeev (Université Paris 1, Idup) : Alexandre.Avdeev@univ-paris1.fr

Bénédicte Gérard (Université de Strasbourg, SAGE) : bgerard@unistra.fr

Jitka Rychtaříková (Université Charles de Prague) : jitka.rychtarikova@natur.cuni.cz

  • Logo Université de Lille
  • Logo Laboratoire TVES
  • Logo Laboratoire Clersé
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search