Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2022/2-3La mortalité de guerre au Burundi...

La mortalité de guerre au Burundi pendant la période 1993-2001

Christophe Bergouignan

Résumés

En partie structuré par des oppositions ethniques, le conflit Burundais débuté en 1993 a engendré un grand nombre de victimes directes (tuées par la guerre) et indirectes (suite à la détérioration des conditions de vie). Au-delà de la mortalité, cette crise a provoqué de nombreux déplacements forcés. L'objectif de cet article est, partant du profil des victimes de la guerre civile burundaise selon diverses caractéristiques (âge, sexe, …) et en analysant les très fortes différences géographiques de mortalité de guerre, de comprendre les facteurs de surexposition à cette mortalité. L'exploitation de l'Enquête Démographique et de Santé de la Reproduction réalisée en 2002 (ESDSR Burundi 2002) permet d'estimer les taux de mortalité à partir des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs enfants et sur la survie de leurs parents. Lorsque le décès d'un des proches est déclaré, on peut distinguer s'il résulte de violences armées ou d'une autre cause, ce qui autorise l'estimation de taux de mortalité de guerre par âge et sexe. À l’échelle des secteurs d’enquête, et afin de neutraliser l’effet des petits effectifs d’enquêtés dans chaque secteur et l’effet des différences de composition par sexe et âge, des taux standardisés de mortalité de guerre ont été estimés. Ces estimations sont proposées pour 2 périodes : l'année 1993 caractérisée par des massacres de masse et leur répression, et la période 1994-2001 caractérisée par une guérilla et des exactions sporadiques. À cette distinction temporelle s’ajoutent les regroupements de populations opérés en 1993 et 1994 puis pendant les années 1996-1999, qui fournissent indirectement de nombreuses informations sur l’exposition à la mortalité de guerre des différentes parties de la population en fonction de leur situation face aux enjeux politiques, ethniques et régionaux, dans le cadre de la géographie humaine complexe du Burundi.

Haut de page

Texte intégral

Contexte et objectifs

  • 1 Cette estimation de 140 000 victimes de violences armées porte sur l’ensemble de l’année 1993 (Berg (...)
  • 2 Pour commenter leur histoire récente beaucoup de Burundais parlent de la « crise », terme qui sera (...)

1Depuis la période de l’indépendance (déclarée en juillet 1962), le Burundi a connu une histoire politique très instable marquée par de nombreuses périodes de violence, des assassinats de leaders politiques et des massacres de populations. Cette instabilité et ces violences révèlent les fortes rivalités communautaires (principalement entre Hutus et Tutsis) et régionales existant au sein des élites et, dans une moindre mesure, au sein de la population [Chrétien, 2000, 2007 ; Deslaurier, 2013]. Les tensions prévalant dans la société burundaise vont conduire, après la victoire du FRODEBU aux élections présidentielles et législatives de juin 1993, à l’enlèvement puis à l’assassinat de Melchior Ndadaye, le président élu le 21 octobre 1993 [Nations Unies, 1996] ; certains ministres et personnalités politiques ont également été tués. Dans les jours suivant ces assassinats, des massacres massifs de Tutsis, principalement en milieu rural ont été perpétrés en représailles de l’assassinat du président Ndadaye. Ces massacres ont été suivis d’une répression brutale par les forces armées et par des représailles émanant de quelques groupes de Tutsis, notamment à Gitega et Bujumbura [Nations Unies, 1996]. On estime que l’ensemble de ces violences a causé environ 140 000 victimes probablement réparties sur quelques jours1. Après ces violences, l’instabilité politique s’est poursuivie au sommet de l’état, jusqu’aux accords d’Arusha en août 2000. Simultanément, une guérilla entre l’armée et des groupes Hutus ayant rompu avec le FRODEBU [Nations Unies, 1996] installe une insécurité durable pour la population qui perdure jusqu’au milieu des années 2000, donc au-delà des accords d’Arusha qui n’ont pas été reconnus par ces groupes. Cette longue période d’insécurité fait de nombreuses victimes, bien qu’il s’agisse de violences moins concentrées dans le temps que les tueries de la fin de l’année 1993. Les violences survenues en 1993 et le contexte d’insécurité persistante engendrent un grand nombre de déplacements de population. Dès la fin de l’année 1993, plus de 700 000 Burundais fuient leur pays pour se réfugier en Tanzanie, au Zaïre et au Rwanda ; une grande partie d’entre eux retourneront au Burundi assez rapidement en 1994, en particulier depuis le Rwanda et le Zaïre [UNHCR, 2002]. Le nombre de réfugiés restera néanmoins important en Tanzanie jusqu’en 2009 [UNHCR, 2010] avec, notamment, de nouvelles arrivées massives de 1996 à 1999, portant l’effectif de ces réfugiés burundais en Tanzanie à plus de 500 000 personnes en 2000 [UNHCR, 2002]. Dans le même temps d’importants déplacements de population se produisent à l’intérieur du Burundi. Dès 1994, des camps de déplacés sont créés en milieu rural pour protéger plus facilement les survivants des massacres d’octobre 1993 de l’insécurité liée à la guérilla : il s’agit principalement de Tutsis des provinces où ces massacres ont été les plus violents. D’autres Tutsis provenant du milieu rural trouveront refuge dans certains quartiers de Bujumbura chez des membres de leur famille déjà installés depuis longtemps en ville. Plus tardivement, à partir de 1996, les populations rurales de l’extrême Sud du pays, notamment dans la province de Makamba, sont regroupées dans d’autres camps de déplacés de façon à être plus facilement surveillés par l’armée afin de les empêcher de porter assistance aux groupes rebelles et d’empêcher ces groupes de recruter de jeunes hommes au sein de ces populations. Ces mouvements de réfugiés et ces regroupements de populations dans les camps de déplacés vont conduire à créer une situation de séparation communautaire entre Hutus et Tutsis dans une grande partie du Burundi, alors que de telles séparations étaient beaucoup plus rares avant la « crise2 » débutée en 1993 [Nations Unies, 1996].

2L’objectif de ce texte est, à partir des données d’une vaste enquête réalisée en 2002 [Blayo et al., 2004], non seulement de mesurer la mortalité de guerre survenue de 1993 à 2001, mais aussi de caractériser les victimes de cette mortalité en termes démographiques et en fonction de leur position dans les événements qui ont jalonné cette partie tragique de l’histoire burundaise. Si le rapport établi en 1996 par la commission d’enquête des Nations Unies fournit déjà d’importantes réponses à cette dernière question, sa dimension qualitative et l’absence de couverture systématique du territoire ne permettent pas de quantifier ni de caractériser les victimes de la mortalité résultant de ces violences. Par ailleurs, l’enquête des Nations Unies ayant eu lieu en 1996, les événements de la période 1997-2001 ne peuvent évidemment pas y être mentionnés. Ce texte vise donc à compléter les conclusions du rapport des Nations Unies dans une perspective quantitative couvrant l’ensemble du territoire burundais et toute la période 1993-2001. Il permettra ainsi, en partie, de vérifier à quel point les faits énoncés dans ce rapport (massacres, répression, partition communautaire, …), qui ne font pas forcément l’unanimité dans les débats historiques et politiques, correspondent à des réalités statistiques. A contrario, ce texte ne traite pas du tout d’autres aspects centraux du rapport des Nations Unies, notamment la recherche de l’enchaînement des responsabilités dans l’assassinat du président Melchior Ndadaye, qui, selon les auteurs du rapport, n’a pas vraiment abouti.

  • 3 Enquête Socio-Démographique et de Santé de la Reproduction Burundi 2002, elle a été organisée par l (...)
  • 4 Il existait 2 niveaux de subdivision supplémentaires en milieu rural : la colline et la sous-collin (...)

3La mesure de la mortalité de guerre à partir des données de l’enquête ESDSR 20023 est ici envisagée à l’échelle de l’ensemble du Burundi, mais également, sous forme standardisée, à l’échelle des secteurs d’enquête. Cette analyse à une échelle géographique très fine permet à la fois de montrer la très grande hétérogénéité des situations et de participer à une caractérisation plus fine des victimes au regard de leur position dans l’histoire récente du pays. En effet, les séparations communautaires résultant de la « crise », qui prévalaient encore à la date de l’enquête ESDSR, en 2002, confèrent aux secteurs d’enquête une valeur informationnelle concernant la position de leurs habitants dans l’histoire récente du pays. Des cartographies de ces secteurs d’enquête permettront de visualiser d’éventuelles singularités au regard de cette histoire. La carte suivante publiée en 2004 par l’Agence de Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies (OCHA), représente le Burundi et ses subdivisions administratives (les provinces : premier niveau de subdivision ; les communes : deuxième niveau de subdivision) prévalant en 20024.

Figure 1. Carte du Burundi selon les divisions administratives de niveau 1 (provinces) et de niveau 2 (communes).

Figure 1. Carte du Burundi selon les divisions administratives de niveau 1 (provinces) et de niveau 2 (communes).

Source : OCHA.

Méthodes

  • 5 Une organisation souple basée sur une relation quotidienne avec la cellule de sécurité des Nations (...)

4L’analyse de la mortalité de guerre survenue en 1993-2001 au Burundi s’appuie sur les données de l’enquête ESDSR dont la collecte s’est déroulée fin 2002 (d’août à octobre), alors que la « crise » n’avait pas encore complètement pris fin et qu’une insécurité sporadique consécutive à la présence temporaire de rebelles se manifestait dans certaines zones. La persistance de cette insécurité a eu des conséquences sur l’organisation de l’enquête (la collecte dans certains secteurs a dû être retardée dans de nombreux cas5, la présence dans chaque secteur devait être relativement brève) mais n’a en revanche pas empêché que la totalité du territoire puisse être couverte à l’issue des deux mois passés sur le terrain.

  • 6 Pour chacune des strates principales, une stratification secondaire a été mise en place (province p (...)

5Au final, 7 119 ménages (soit 32 805 personnes) ont été enquêtés dans le cadre d’un sondage aréolaire au sein de 3 strates principales (une pour le milieu rural avec 100 secteurs d’enquête, une pour le milieu urbain avec 28 secteurs d’enquête, une pour les camps de déplacés avec 40 secteurs d’enquête, soit un total de 168 grappes aréolaires)6. En raison de la spécificité des contextes qu’ils ont traversés, les ménages des camps sont très surreprésentés dans l’échantillon (3 181 ménages), ce qui confère davantage de puissance statistique aux analyses ici envisagées pour cette sous-population.

6Le questionnaire comprenait :

  • un volet dédié à l’ensemble du ménage (composition, conditions d’habitat, événements démographiques des 12 derniers mois), avec une liste spécifique destinée aux absents associés au ménage (ils correspondent aux membres du ménage vivant dans des collectivités et donc absents lors de la collecte : il s’agit principalement de militaires en casernement et d’élèves/étudiants en internat), les terres et les animaux d’élevage ;

  • un volet individuel, rempli pour toutes les personnes du ménage (sexe, date de naissance, nationalité, religion, scolarisation, niveau d’éducation, activité et situation socio-professionnelle, vaccination, perception du SIDA, bénéfice de l’assistance humanitaire,……), mentionnant aussi la liste des enfants (année de naissance, année d’un éventuel décès et cause sommaire de ce décès), l’année de naissance des parents et leur éventuel décès (année et cause sommaire), le nombre de frères et sœurs survivants et présents au Burundi et le parcours résidentiel récent (depuis 1993). Ce dernier était recueilli dans un tableau dont chaque ligne correspondait à une résidence distincte (la première ligne remplie pour tous les enquêtés correspondait à la résidence au 1er janvier 1993) et dont les colonnes caractérisaient la résidence et la mobilité éventuelle pour la quitter (commune ou pays de résidence – si étranger –, type de résidence – ordinaire ou camps de déplacés/réfugiés –, année éventuelle de départ, assistance éventuelle pour le déplacement et cause du déplacement) ;

  • un volet spécifique destiné aux femmes de 14 ans et plus (tableau de vie génésique, santé de la reproduction, recours aux soins, violences subies).

  • 7 Dans le questionnaire et sur le terrain c’est le mot « crise » qui était utilisé car correspondant (...)

7L’estimation des taux de mortalité de guerre par sexe et âge quinquennal à partir des données de ESDSR 2002 s’appuie, pour les moins de 40 ans, sur un tableau listant les déclarations des enquêtés sur la survie de leurs enfants. Dans ce tableau, figurant en première page du bulletin individuel, chaque ligne correspondait à un enfant de l’enquêté (10 lignes étaient prévues, en cas de descendance plus importante, les enquêteurs ajoutaient un bulletin supplémentaire). Chaque colonne de ce tableau correspondait à une caractéristique des enfants (sexe, année de naissance, année de survenue d’un éventuel décès, cause sommaire de l’éventuel décès). S’agissant de la cause de décès, plusieurs modalités étaient initialement prévues distinguant les morts violentes subdivisées en 3 catégories (personne tuée lors des violences liées à la guerre7, personne victime d’un accident, personne décédée d’une autre cause violente) et les morts par d’autres causes dont le SIDA. En pratique, à la suite des premiers tests du questionnaire sur le terrain ayant précédé la réalisation de l’enquête, il a été indiqué aux enquêteurs, pendant la formation et dans le guide qui leur était fourni, qu’ils ne devaient pas chercher à connaître les causes médicales mais se focaliser sur les personnes tuées par les violences de guerre (ou de « crise ») en les distinguant soigneusement des personnes mortes de maladie en raison de la détérioration des conditions vie du fait de la guerre et des personnes mortes de mort violente pendant la guerre mais sans qu’elle en soit la cause. L’absence de limite supérieure d’âge dans le recrutement des enquêtés permettait, y compris pour une période antérieure de 9 ans à l’enquête, de disposer d’informations sur la survie des enfants de ces enquêtés jusqu’à des âges assez élevés. Néanmoins, si l’on considère le début de la crise, les informations concernant des enfants ayant alors plus de 40 ans sont supposées provenir d’enquêtés âgés d’au moins 65 ans en 2002, ce qui dans une population très jeune, comme celle du Burundi, est relativement rare. C’est la raison pour laquelle cette limite supérieure d’âge de 40 ans pour l’estimation des taux de mortalité à partir des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs enfants a été choisie.

  • 8 Dans la perspective de mesurer la mortalité via un moyen supplémentaire, il aurait été intéressant, (...)

8L’estimation des taux de mortalité de guerre par sexe et âge quinquennal à partir des données de ESDSR 2002, s’appuie pour les 30 ans et plus, sur les déclarations des enquêtés sur la survie de chacun de leurs 2 parents (année de naissance, année de survenue d’un éventuel décès, cause sommaire de l’éventuel décès). Cette estimation nécessite d’être corrigée des probabilités de déclaration multiple concernant un même parent en raison de la survie des membres de la fratrie qu’il a conçu. Pour réaliser cette correction, on s’appuie sur la question renseignant sur le nombre de frères et sœurs de chaque enquêté survivants et présents au Burundi à la date de l’enquête8. Par précaution, cette estimation des taux de mortalité basée sur les déclarations des enquêtés sur la survie de leurs parents ne concerne que les âges au-delà de 30 ans. En effet, pour éviter des phénomènes de sélection différentielle massive structurelle, il est préférable de débuter les estimations pour des âges où l’immense majorité des personnes destinées à devenir parents le sont déjà. L’arrivée du premier enfant qui fait entrer dans la population observable des parents ne concerne par définition que des personnes n’étant pas décédées. Les personnes qui auraient eu un premier enfant mais qui sont mortes avant de l’avoir, et étaient les plus exposées à la mortalité aux âges d’arrivée du premier enfant, sont donc structurellement éliminées des estimations. Au Burundi, l’immense majorité des personnes destinées à devenir parents, le sont déjà à 30 ans. Ainsi, au Burundi, débuter les estimations des taux de mortalité issus de l’exploitation des enquêtés sur la survie de leurs parents, à partir de l’âge de 30 ans, apparaît comme une précaution suffisante.

  • 9 Ou taux comparatifs de mortalité de guerre.

9À l’échelle des secteurs d’enquêtes, des taux standardisés de mortalité de guerre9 ont été calculés par standardisation directe en appliquant à la composition par sexe et âge de l’ensemble des enquêtés les taux de mortalité par sexe et âge quinquennal des moins de 35 ans issus de l’exploitation des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs enfants et les taux de mortalité par sexe et âge quinquennal des 35 ans et plus issus de l’exploitation des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs parents. Cette précaution permet, pour comparer la mortalité de guerre des différents secteurs d’enquête, de neutraliser les effets de composition par sexe et âge. Elle est sans doute un peu excessive pour comparer les secteurs d’enquête ruraux et les camps de déplacés entre eux, mais elle permet également de les comparer sans biais de composition avec les secteurs d’enquête urbains, dont la composition par sexe et âge est sans doute sensiblement différente.

10Les différents taux de mortalité de guerre obtenus sont calculés pour l’année 1993 qui concentre l’épisode le plus violent de la « crise » avec les massacres de masse de la fin octobre, puis pour la période 1994-2001 caractérisée par des tueries plus sporadiques et par la guérilla entre les groupes rebelles et l’armée. Par ailleurs, sans qu’ils constituent un objectif central de ce texte, les taux de mortalité par une autre cause que la guerre correspondants (taux par sexe et âge quinquennal à l’échelle nationale, taux standardisés à l’échelle des secteurs d’enquête) sont estimés pour les mêmes périodes (1993 puis 1994-2001) dans une démarche de comparaison et de contextualisation.

  • 10 Pour l’ensemble de la période étudiée (1993-2001), après redressement des déclarations des enquêtés (...)

11Les taux ainsi estimés présentent certaines limites. Tout d’abord, lorsque des enquêtés répondent à des questions concernant le destin de leurs proches, ils peuvent omettre ou ne pas disposer des informations concernant le devenir de ces proches. Dans un contexte de crise ayant entraîné des déplacements forcés, ce risque de méconnaissance du destin est évidemment plus important. La majoration de ce risque d’omission ou de méconnaissance concerne d’ailleurs probablement davantage les frères ou les sœurs des enquêtés que leurs parents, mais surtout que leurs enfants (parents et enfants qui constituent les proches dont l’enquête ESDSR cherche à collecter le destin). Quoi qu’il en soit, ce risque d’omission et de méconnaissance du destin n’est sans doute pas indépendant de la mortalité des proches dont la survie est collectée, les proches décédés, surtout dans un contexte de déplacements forcés, pourraient voir leur destin plus facilement méconnu. Ce risque d’omission ou de méconnaissance du destin des proches au sujet desquels les enquêtés sont interrogés joue donc très probablement dans le sens d’une sous-estimation des taux de mortalité issus de l’exploitation des déclarations les concernant. Ensuite, la connaissance de l’année de naissance des parents des enquêtés, qui peut remonter à une date lointaine, est sans doute très souvent approximative. Ayant identifié a priori ce problème, l’organisation de l’enquête a établi un axe historique (adapté à chaque province comprenant des événements internationaux, nationaux et provinciaux) à compléter pour chaque ménage avec les événements familiaux (naissances et décès) devant être déclarés dans le questionnaire. Sans garantir une qualité parfaite, la nécessaire cohérence temporelle des événements portés sur l’axe historique a apparemment permis d’éviter des biais systématiques dans les réponses concernant l’année de naissance des parents des enquêtés. Il n’a, en effet, pas été constaté de phénomènes d’attraction pour certaines périodes de naissance hormis les biais usuels déjà observés pour les années de naissances déclarées par les personnes enquêtées pour elles-mêmes (années correspondant aux dizaines de millésimes ou années finissant par un « 2 », correspondant à un âge atteint à l’enquête multiple de 10). Enfin, il existe un risque majeur de biais de sélection lié aux corrélations familiales de la mortalité. Cela signifie que les personnes dont les parents et/ou les enfants sont les plus exposés à une mortalité précoce sont elles-mêmes les plus exposées à une mortalité précoce, donc ont une probabilité plus importante de ne pas être en vie à l’enquête. Autrement dit, les personnes les plus exposées à une mortalité précoce seraient celles dont les proches susceptibles de déclarer leur destin sont sous-représentés parmi les enquêtés en raison de leur moindre survie. Ces corrélations familiales de la mortalité peuvent résulter de maladies graves transmissibles (héréditairement ou via la vie domestique), du partage d’un environnement dégradé, de facteurs de vulnérabilités communs (biologiques, socio-économiques, …) ou de l’exposition à des crises dont la manifestation est localisée (catastrophe naturelle, conflit, épidémie, crise alimentaire, etc.). Le contexte de la « crise » burundaise avec ses massacres de masse, notamment ceux de la fin octobre 1993, constitue évidemment, de ce point de vue, un facteur majeur de corrélation familiale de la mortalité. S’il est possible de corriger en grande partie la sous-estimation des indices de mortalité à l’échelle de l’ensemble du pays [Bergouignan, 2011], il est très problématique de recourir aux méthodes mises en œuvre pour une telle correction à un échelon géographique plus fin, en raison des petits effectifs en cause10. Raison pour laquelle, une fois encore, il faudra considérer les indices ici estimés comme des minima, leur sous-estimation étant probablement d’autant plus forte qu’ils sont déjà élevés car correspondant aux secteurs dont les proches des habitants actuels ont été les plus touchés par les massacres. Par ailleurs, le fait de disposer, à l’échelon national, de 2 voies d’estimation (déclaration des enquêtés sur la survie de leurs parents et déclaration des enquêtés sur la survie de leurs enfants) pour les taux de mortalité de 2 groupes d’âges (30-34 ans et 35-39 ans), permet de se faire une idée de la robustesse des estimations.

12Au total, les taux de mortalité ici estimés souffrent d’un certain nombre de biais. Toutefois, ces biais sont loin de priver ces taux de mortalité de toute propriété informative et démonstrative. En effet, les biais affectant les taux de mortalité ici estimés sont toujours de même sens : ils sont sous-estimés. De plus, cette sous-estimation tend à atténuer les différences de mortalité ici mises en évidence, puisque ce sont les sous-populations les plus touchées par les massacres qui risquent le plus d’être frappées par ces biais sous-estimateurs.

Résultats

13Quelle que soit la période (1993 ou 1994-2001), les taux de mortalité de guerre à 30-34 ans et à 35-39 ans sont relativement proches selon qu’ils sont estimés à partir des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs enfants ou sur la survie de leurs parents (figure 2). On constate surtout qu’il ne semble pas y avoir d’écart systématique associé à un type de déclaration. Ainsi, pour l’année 1993, les taux à 30-34 ans issus des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs enfants sont inférieurs à ceux issus des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs parents et les taux à 35-39 ans issus des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs enfants sont supérieurs à ceux issus des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs parents. Pour la période 1994-2001, les taux des hommes à 30-34 ans et les taux des femmes à 35-39 ans sont presque égaux selon qu’ils sont issus des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs enfants ou sur la survie de leurs parents et les taux des hommes à 35-39 ans et les taux des femmes à 30-34 ans sont légèrement supérieurs lorsqu’ils sont issus des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs parents.

  • 11 Enquête organisée par le FNUAP en 1999-2000 et enquête organisée par l’OMS-CDC à la même période.
  • 12 Enquêtes Démographiques et de Santé. À la différence des autres enquêtes évoquées pour ces comparai (...)

14Pour 1993, et dans une moindre mesure, pour la période 1994-2001, les taux de mortalité de guerre ont tendance à augmenter avec l’âge. C’est particulièrement net pour les femmes avec des taux de mortalité de guerre de 1993 ayant un profil par âge assez proche de celui des taux de mortalité pour l’ensemble des autres causes (figure 3). Bien qu’il soit légèrement plus élevé chez les hommes, notamment pour les âges entre 25 et 64 ans, l’écart des taux de mortalité entre les sexes n’est pas très important. Ce profil par sexe et âge de la mortalité de guerre peut sembler surprenant lorsque l’on sait que ce sont le plus souvent de jeunes hommes qui sont impliqués dans les actes violents mais il existe ici probablement une forte asymétrie entre les auteurs des violences et leurs victimes. On retrouve d’ailleurs des résultats assez semblables pour la guerre du Kosovo en 1999 à partir de 2 enquêtes11 [Spiegel et al., 2000 ; Bergouignan et al., 2013] avec, cependant, un écart entre les hommes et les femmes un peu plus important et des taux de mortalité de guerre plus faibles que ceux observés au Burundi pour 1993. À partir des enquêtes EDS12 2000, 2005 et 2010, on peut estimer que ce profil par sexe et âge des taux de mortalité de guerre se retrouve également pour le Rwanda en 1994 [Bergouignan et al., 2013] avec, cependant, des écarts entre hommes et femmes un peu plus importants qu’au Burundi mais surtout un niveau en moyenne 4 fois plus élevé que celui des taux estimés pour l’année 1993 du Burundi. Cet écart de niveau s’explique en grande partie par la durée de la phase de violence extrême (plusieurs mois pour le génocide rwandais, quelques jours pour les tueries au Burundi). Dans ces 3 configurations caractérisées par des guerres civiles à forte dimension communautaire et par des massacres, on aurait pu s’attendre à retrouver des taux de mortalité de guerre présentant des niveaux très semblables pour la plupart des âges et pour les 2 sexes. Plusieurs éléments peuvent expliquer qu’il n’en soit rien. Tout d’abord, ces massacres reposant souvent sur des listes nominatives et s’agissant de populations jeune (Kosovo) ou très jeunes (Burundi, Rwanda), la « notoriété » locale des personnes est sans doute liée à leur âge, les plus âgés ayant donc une probabilité plus grande de se trouver sur ces listes et donc d’être assassinés. Ensuite, dans ces contextes de massacres, il arrive fréquemment que les enfants issus de la communauté menacée soient cachés par les familles voisines appartenant à la communauté qui n’est pas menacée, leur risque d’être assassinés sera donc d’autant plus faible qu’ils sont jeunes. Enfin, les personnes les plus âgées ont souvent moins tendance à fuir face à ce type de menace, en partie en raison de leurs capacités physiques, mais surtout en raison de leur attachement à leur lieu de vie.

Figure 2. Taux de mortalité par âge de guerre (‰ personnes-années) selon la période et le type de proche des enquêtés.

Figure 2. Taux de mortalité par âge de guerre (‰ personnes-années) selon la période et le type de proche des enquêtés.

Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.

Figure 3. Taux de mortalité par âge en 1993 (‰ personnes-années) selon le sexe, la cause et le type de proche des enquêtés.

Figure 3. Taux de mortalité par âge en 1993 (‰ personnes-années) selon le sexe, la cause et le type de proche des enquêtés.

Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.

15Lorsque les taux de mortalité de guerre sont sur une même échelle pour les 2 périodes, on remarque une différence considérable de niveau, les taux de mortalité de guerre de 1993 sont, en moyenne, 10 fois plus élevés que ceux de la période 1994-2001 (figure 2).

16À l’échelle des secteurs d’enquête ce facteur 10 se maintient. Les taux standardisés de mortalité de guerre des secteurs où résident en 2002 les personnes dont les proches ont été les plus touchés en 1993 sont ainsi environ 10 fois plus élevés que les taux standardisés de mortalité de guerre des secteurs où résident en 2002 les personnes dont les proches ont été les plus touchés en 1994-2001.

  • 13 Plus de 90% des personnes enquêtées en 2002 dans ces camps et nées avant 1993 résidaient dans la mê (...)
  • 14 Ces secteurs ruraux dans lesquels les parents et les enfants des enquêtés ont été fortement touchés (...)

17Les secteurs enquêtés où résident en 2002 les personnes dont les proches ont été les plus touchés en 1993 se situent presque tous dans les camps de déplacés du Nord-Est du Burundi (provinces de Gitega, Karuzi, Kayanza, Kirundo, Muyinga et Ngozi. Figures 4 et 5). Il s’agit de camps de déplacés où ont été installés les survivants des massacres de 1993 qui vivaient initialement dans le milieu rural de ces provinces de façon à les protéger d’éventuelles exactions des groupes rebelles13. Parmi ces provinces, 2 d’entre-elles, frontalières du Rwanda (Kirundo et Ngozi), comprennent les communes de Marangara et Ntega qui, déjà en 1988, ont connu des violences extrêmes bien que beaucoup plus localisées [Chrétien, 1989]. On remarque également que les autres secteurs d’enquête dont les parents et/ou les enfants des enquêtés ont été très touchés par la mortalité de guerre sont, pour l’essentiel, des sous-collines rurales appartenant aux mêmes provinces14. Bien que validant l’hypothèse selon laquelle c’est dans cette partie du Burundi qu’ont eu lieu les massacres les plus importants en 1993, ce résultat peut faire l’objet d’une triple interprétation. Soit il s’agit de secteurs ruraux où les survivants des massacres de fin octobre 1993 n’ont pas pu et/ou pas cherché à se réfugier en ville ou dans les camps de déplacés. Soit il s’agit de secteurs ruraux où les survivants des massacres de fin octobre 1993 sont retournés après s’être réfugiés ; soit il s’agit de secteurs ruraux dont les proches des habitants de 2002 ont été particulièrement touchés par la répression militaire intervenue suite aux massacres de 1993. Les informations sur la mobilité résidentielle recueillies dans le questionnaire donnent un éclairage, néanmoins incomplet, sur ces possibles interprétations. Ainsi, pour un de ces secteurs très touché par la mortalité de guerre (dans la province de Kirundo), une proportion importante (plus de 50%) de personnes enquêtées nées avant 1993 a séjourné dans un camp de déplacés en 1993-1994 avant de revenir dans son secteur d’origine, indiquant qu’il s’agit sans doute de survivants des massacres de 1993 ayant fui avant de revenir. Dans d’autres secteurs ruraux très touchés par la mortalité de guerre, la mobilité résidentielle en 1993-1994 suivie d’un retour concerne entre 50 et 75% des personnes enquêtées nées avant 1993, mais très peu d’entre-elles l’ont fait vers un camp de déplacés, de sorte qu’il n’est pas sûr qu’il s’agisse de survivants ayant fui les massacres d’octobre 1993. Enfin, dans d’autres secteurs ruraux très touchés par la mortalité de guerre, très peu de personnes enquêtées nées avant 1993 se sont déplacées en 1993 ou en 1994, ce qui laisse supposer, soit une absence de fuite des massacres de la part de leurs survivants, soit le fait que les proches des personnes restées sur place ont été victimes de la répression militaire ayant suivi les massacres. De manière générale, les proches des personnes enquêtées en ville ont connu une mortalité de guerre d’un moindre niveau, tout en étant non négligeable dans tous les secteurs d’enquête et relativement importante en 1993 dans le quartier de Kamenge au Nord-Est de Bujumbura où se sont déroulés des combats entre l’armée et des groupes de jeunes [Nations Unies, 1996].

18Les secteurs dont les proches des enquêtés ont été les plus touchés par la mortalité de guerre pendant la période 1994-2001 sont essentiellement des camps de déplacés du Sud du Burundi et, dans une moindre mesure, quelques sous-collines rurales et camps de déplacés du Nord-Ouest du pays ainsi qu’un quartier du Nord-Est de Bujumbura. Il ne s’agit donc pas du tout des mêmes secteurs que ceux dont les proches des enquêtés ont été les plus touchés par la mortalité de guerre en 1993. Cela illustre bien le fait que les camps de déplacés du Sud n’ont pas été mis en place pour protéger la population ayant survécu aux massacres de 1993, mais l’ont été plus tardivement avec des objectifs plus ambigus. Ainsi, les personnes nées avant 1993 et enquêtées dans ces camps de déplacés du Sud se sont pour la très grande majorité d’entre elles déplacées pour la première fois depuis le début de la « crise » uniquement à partir de 1996. Ces résultats tendraient à aller dans le sens de l’hypothèse des Nations Unies et d’Amnesty International selon lesquelles l’armée aurait imposé ces regroupements plus tardifs dans les camps de déplacés afin d’éviter que les rebelles ne puissent trouver appui (accueil temporaire, recrutement des jeunes adultes dans ses rangs) auprès de ces populations éparses dans les collines [Nations Unies, 1996 ; Amnesty International, 1997].

Figure 4. Taux standardisés de mortalité de guerre des différents secteurs d’enquête en 1993 et en 1994-2001 (‰ personnes-années).

Figure 4. Taux standardisés de mortalité de guerre des différents secteurs d’enquête en 1993 et en 1994-2001 (‰ personnes-années).

Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.

Figure 5. Position géographique des secteurs d’enquête dont le taux standardisé de mortalité de guerre est supérieur à 5‰ personnes-années en 1993.

Figure 5. Position géographique des secteurs d’enquête dont le taux standardisé de mortalité de guerre est supérieur à 5‰ personnes-années en 1993.

Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.

Figure 6. Position géographique des secteurs d’enquête dont le taux standardisé de mortalité de guerre est supérieur à 5‰ personnes-années pour la période 1994-2001.

Figure 6. Position géographique des secteurs d’enquête dont le taux standardisé de mortalité de guerre est supérieur à 5‰ personnes-années pour la période 1994-2001.

Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.

  • 15 On parle ici de ménages avec des militaires associés, dans la mesure où presque tous les militaires (...)

19Dans la « crise » burundaise, il semble que les hypothèses et témoignages concernant le rôle central des militaires [Nations Unies, 1996] montrent de premiers éléments de cohérence avec les constats empiriques issus de l’enquête (riposte aux massacres de masse de 1993, protection des survivants de ces massacres via les premiers camps de déplacés, répression de la rébellion, regroupement des populations soupçonnées de sympathie pour la rébellion dans les camps de déplacés de la deuxième vague). C’est la raison pour laquelle il apparait nécessaire de mettre en relation, à l’échelle des secteurs d’enquête, les taux standardisés de mortalité de guerre et la proportion de ménages avec des militaires associés15 dans ces secteurs d’enquête (figure 7).

Figure 7. Taux standardisés de mortalité de guerre en 1993 puis en 1994-2001 (‰ personnes-années) dans les différents secteurs d’enquête et proportion de ménages avec des militaires associés dans ces secteurs d’enquête.

Figure 7. Taux standardisés de mortalité de guerre en 1993 puis en 1994-2001 (‰ personnes-années) dans les différents secteurs d’enquête et proportion de ménages avec des militaires associés dans ces secteurs d’enquête.

Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.

20Les secteurs d’enquête présentent une très grande diversité en termes de proportion de ménages avec militaires associés. Pour un peu plus de la moitié des secteurs d’enquête aucun ménage enquêté ne comprend de militaire associé. Pour une proportion non négligeable de secteurs elle est non négligeable, mais elle dépasse 25% pour quelques secteurs d’enquête. Les camps de déplacés du Nord-Est dont les proches apparentés ont été très touchés par les massacres de masse de 1993, mais beaucoup moins touchés par les violences armées des années 1994-2001, font partie des secteurs d’enquête où la proportion de ménages avec des militaires associés est conséquente sans être pour autant très élevée. Cela pourrait s’expliquer, soit par la composition de ces ménages avant la « crise » qui aurait pu comprendre des militaires pour une proportion modérée d’entre eux, soit par le fait que ces camps de déplacés étant placés sous la protection de l’armée, certains des militaires chargés de cette protection auraient constitué des familles avec des femmes de ces camps. Dans une grande partie des camps de déplacés du Sud dont les proches apparentés ont été peu touchés par les massacres de 1993, mais plus touchés que les autres populations par les violences armées des années 1994-2001, aucun ménage du camp ne comprend de militaires associés. Cela semblerait confirmer l’hypothèse selon laquelle beaucoup de ces camps de déplacés du Sud sont des regroupements forcés dont la population n’entretient pas ou peu de proximité relationnelle avec les militaires. On remarque cependant 2 camps du Sud qui présentent des proportions de ménages avec militaires associés comprises entre 5 et 25%, signe probable que les regroupements de population opérés au Sud du Burundi de 1996 à 1999 ne sont pas parfaitement homogènes en termes de motifs et de populations concernées.

21On observe également des secteurs d’enquêtes ruraux qui se caractérisent par des proportions extrêmement élevées (entre 25% et 35%) de ménages comprenant au moins 1 militaire associé et par des niveaux de mortalité de guerre quasi-nuls en 1993 et relativement faibles en 1994-2001 (figure 7). Ces sous-collines rurales à très fortes proportions de ménages associés à des militaires sont relativement concentrées géographiquement (figure 8), notamment dans les vallées montagneuses des communes de Mugamba (dans la province de Bururi), de Bisoro (dans la province de Mwaro), de Kiganda (dans la province de Muramvya) et de Mugongo-Manga (dans la province de Bujumbura-rural). Il n’existe qu’une seule autre sous-colline rurale dont les ménages comprennent plus de 25% de militaires associés et qui ne se situe pas dans cette zone montagneuse mais à l’extrême Est du pays dans la province de Cankuzo. On peut ici faire l’hypothèse que le lien des ménages de ces sous-collines rurales avec les militaires est antérieur à la « crise », ce qui a pu leur procurer une certaine protection au moment des massacres de 1993 et expliquerait la mortalité de guerre quasi-nulle en 1993 chez les proches des personnes enquêtées dans ces secteurs. Cette explication serait cohérente avec le fait que, depuis les années 1960, notamment le coup d’état de 1966, la majorité des élites militaires du Burundi est originaire de ces vallées montagneuses du Sud et de l’Ouest du pays. S’agissant de la période 1994-2001, ces sous-collines rurales où la proportion de ménages associés à des militaires est particulièrement élevée voient les proches des enquêtés être modérément touchés par la mortalité de guerre sans, dans la plupart des cas, être totalement épargnés par la violence, contrairement à ce qui s’était produit en 1993.

Figure 8. Position géographique des secteurs d’enquête dont la proportion de ménages associés à des militaires en casernement est supérieure à 25%.

Figure 8. Position géographique des secteurs d’enquête dont la proportion de ménages associés à des militaires en casernement est supérieure à 25%.

Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.

22Les conflits armés ont non seulement des conséquences directes à travers les personnes tuées et déplacées, mais ils ont également des conséquences indirectes. Ces conséquences indirectes peuvent jouer sur la mortalité par une cause extérieure aux violences armées, que ce soit via la détérioration des conditions de vie, notamment pour les personnes déplacées, ou par la perturbation de l’activité des services de santé, ou encore par les difficultés de production et d’approvisionnement alimentaire. C’est la raison pour laquelle on cherche ici à mettre en relation l’intensité de la mortalité hors guerre pendant les années 1994-2001 avec, d’une part, la mortalité de guerre lors des massacres du début de la « crise » en 1993 et, d’autre part, la mortalité de guerre des années 1994-2001 associée aux combats entre les rebelles et l’armée.

Figure 9. Taux standardisés de mortalité hors guerre en 1994-2001 des différents secteurs d’enquête et taux standardisés de mortalité de guerre en 1993 et en 1994-2001 (‰ personnes-années) dans ces secteurs d’enquête.

Figure 9. Taux standardisés de mortalité hors guerre en 1994-2001 des différents secteurs d’enquête et taux standardisés de mortalité de guerre en 1993 et en 1994-2001 (‰ personnes-années) dans ces secteurs d’enquête.

Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.

23Que ce soit au regard de la mortalité de guerre de 1993 ou au regard de la mortalité de guerre des années 1994-2001 à l’échelle des secteurs d’enquête, le lien avec la mortalité hors violences de guerre ne paraît pas évident. Ainsi, les camps du Nord-Est dont les proches des enquêtés ont été très touchés par les massacres de 1993 sont loin d’être les secteurs d’enquête dont les populations présentent la mortalité hors guerre la plus élevée. Ce sont au contraire des sous-collines rurales du Nord-Est et certains camps du Sud dont les proches des enquêtés ont été modérément, voire assez peu, touchés par les massacres de 1993 qui, en 1994-2001, présentent la mortalité hors guerre la plus élevée. Au regard de la mortalité de guerre des années 1994-2001, ces secteurs d’enquête très touchés par la mortalité hors guerre présentent un double profil opposant certains camps du Sud, très touchés par la mortalité due à la rébellion, aux sous-collines rurales du Nord-Est très peu concernées par cette mortalité de guerre des années 1994-2001. S’agissant des camps (situés pour la plupart au bord du Lac Tanganyika), il est possible que cette surmortalité par une autre cause que la guerre soit le résultat de déplacements forcés et de mauvaises conditions de vie en matière d’approvisionnement et d’infrastructures de santé. S’agissant des sous-collines rurales touchées par cette surmortalité par une autre cause que la guerre, elles sont situées pour quelques-unes au Centre du pays mais, surtout, à l’extrême Nord-Est près de la frontière avec le Rwanda, régions qui se sont trouvées très enclavées pendant la crise et historiquement plus touchées par les crises de subsistance que les autres parties du pays [Thibon, 2004]. Ceci contraste néanmoins avec les camps de déplacés installés dans ces régions (pour la plupart peuplés de survivants des massacres de 1993), dont la mortalité par une autre cause que la guerre est plutôt faible au regard des sous-collines rurales avoisinantes. La mortalité par une autre cause que la guerre de ces camps de déplacés du Nord-Est accueillant les réfugiés des massacres de 1993 est également plus faible que celle observée dans les camps de déplacés des autres parties du Burundi. Il se pourrait que ces camps de déplacés du Nord-Est dont les proches des enquêtés ont été massivement victimes des massacres de 1993 aient fait l’objet d’une attention particulière en termes d’approvisionnement et d’infrastructures de santé. Ainsi, d’après l’enquête, alors que moins de 1% des habitants des sous-collines rurales déclarent avoir bénéficié de l’assistance humanitaire, cette proportion est de 52% pour les déplacés des camps du Nord-Est contre 44% pour les déplacés des camps du Nord-Ouest, mais de seulement 10% pour les déplacés des camps du Sud.

Figure 10. Position géographique des secteurs d’enquête dont les proches des enquêtés présentent un taux standardisé de mortalité par une autre cause que la guerre supérieur à 20‰ personnes-années.

Figure 10. Position géographique des secteurs d’enquête dont les proches des enquêtés présentent un taux standardisé de mortalité par une autre cause que la guerre supérieur à 20‰ personnes-années.

Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.

Conclusion et discussion

Les apports de l’enquête ESDSR 2002 et de son exploitation

24Pour la plupart d’entre eux, les résultats présentés dans ce texte corroborent et prolongent un certain nombre de constats opérés par la commission d’enquête des Nations Unies [Nations Unies, 1996].

25Les résultats ici obtenus confirment tout d’abord la réalité des massacres d’octobre 1993 en représailles à l’assassinat de Melchior Ndadaye. Ils en fournissent l’ampleur et montrent que, si la répression aveugle de l’armée suite à ces massacres a bien eu lieu, l’intensité de la mortalité qui en résulte reste très inférieure à celle associée aux massacres. La très grande différence du niveau de la mortalité de guerre en 1993 selon qu’elle est mesurée chez les proches des habitants des camps du Nord-Est qui sont des réfugiés de ces massacres ou chez les proches des habitants des sous-collines rurales des mêmes provinces semble en apporter la preuve. Les résultats ici obtenus montrent également que, dans certains territoires, ces massacres de 1993 n’ont quasiment pas eu lieu, notamment dans les sous-collines rurales des vallées montagneuses où réside une proportion importante de ménages comprenant des militaires. Sans pouvoir la prouver formellement, l’idée selon laquelle les camps du Sud et certains camps du Nord-Ouest sont le résultat de regroupements de population forcés en raison d’accointances présumées des déplacés avec les rebelles semble correspondre à une réalité. La forte surmortalité de guerre mesurée pour les années 1994-2001 chez les proches des personnes enquêtées dans ces camps du Sud et du Nord-Ouest irait, en effet, dans le sens d’une participation de certains de ces proches aux activités de la rébellion. Il faut cependant nuancer un peu cette catégorisation géographique des camps de déplacés du Sud car une toute petite partie d’entre eux présente un profil plus ambigu, notamment avec une fréquence assez importante de ménages associant des militaires. Quoi qu’il en soit, et peut-être en raison de leur constitution plus tardive ou du fait de leurs accointances présumées avec la rébellion, ces camps de déplacés du Sud ne semblent pas bénéficier de la même attention, notamment en termes d’aide humanitaire, que les autres camps de déplacés. Cette moindre attention pourrait se traduire par des problèmes d’approvisionnement et par un déficit d’infrastructures de santé au regard des autres camps de déplacés (notamment ceux du Nord-Est) et expliquer la surmortalité par une autre cause que la guerre qui y est comparativement mesurée pour les années 1994-2001. Cette surmortalité par une autre cause que la guerre pour les années 1994-2001 a également été mesurée dans certaines sous-collines rurales mais, dans ce cas, cela ne semble pas tant être la conséquence d’une moindre attention des autorités et des humanitaires que celle des différences d’enclavement et de capacité de production agricole.

Limites et « point aveugle »

26Ces résultats présentent évidemment plusieurs imperfections et une sorte de point en partie aveugle.

27Les imperfections tiennent tout d’abord aux difficultés de mesure de la mortalité en interrogeant des enquêtés sur la survie ou le décès de leurs proches apparentés. En particulier, dans un contexte de massacres de masse, les indices qui en sont tirés ont de grandes chances d’être sous-estimés (non déclaration du décès d’un proche dont on est sans nouvelles, familles entièrement tuées sans membre survivant pour témoigner). Cela constitue certes une importante limite lorsqu’il s’agit de proposer un chiffrage global du nombre de décès, notamment de guerre, mais aussi par une autre cause que la guerre. Il est d’ailleurs possible de tenter de corriger cette sous-estimation, par exemple, par le recours à la micro-simulation [Bergouignan, 2011], mais ce recours ne peut pas être envisagé pour des sous-populations à l’échelon géographique fin. Toutefois, si l’on considère que les biais sous-estimateurs des indices de mortalité sont d’autant plus importants que ce qui les favorise ici le plus (massacres de masse et déplacements de survivants) se manifeste intensément, les différences de mortalité de guerre ici analysées sont sans doute encore plus importantes. Autrement dit, c’est dans les secteurs d’enquête où ont été mesurées les mortalités (de guerre et par une autre cause) les plus fortes qu’elles risquent le plus d’être sous-estimées, ce qui veut dire que les différences géographiques sur lesquelles s’appuient les conclusions ici proposées sont sans doute plus importantes que ce qui a été calculé.

  • 16 L’ethnie Twa est très minoritaire et n’occupe pas un rôle prépondérant dans la « crise » débutée en (...)

28Le point partiellement aveugle de ce texte est évidemment l’absence de prise en considération directe des distinctions entre Hutus et Tutsis16. Cette absence de prise en considération directe est tout d’abord la conséquence du contexte d’organisation de l’enquête (en 2002) qui s’est déroulée en pleine période de transition politique. De ce fait, tant du point de vue des organisations internationales que de celui des administrations locales, il n’était pas envisageable d’interroger les enquêtés sur leur appartenance ethnique, l’idée étant alors de ne pas raviver des oppositions douloureuses tant à l’échelle individuelle des enquêtés lors de la passation du questionnaire, qu’à celle de l’ensemble de la population à travers le rapport d’exploitation des données. C’est aussi pour cette raison que ce texte paraît près de 20 ans après l’enquête, car s’il ne fait pas mention directe des oppositions ethniques, le lien entre l’histoire des regroupements de population et les secteurs au moment où ils ont été enquêtés renvoie indirectement à une trame à dominante ethnique. Pour autant, bien que les déplacements et regroupements de population survenus entre 1993 et 2002 aient favorisé une homogénéité ethnique dans les secteurs enquêtés, il n’est pas du tout certain que celle-ci soit complète. Ainsi, d’une part, l’absence de massacres en 1993 dans certaines parties du territoire et, d’autre part, ces massacres de 1993 et les attaques de la rébellion en 1994-2001 ayant une dominante ethnique mais aussi une logique politique avec des partis qui n’étaient pas parfaitement homogènes sur ce plan, pourraient impliquer la subsistance d’une petite hétérogénéité ethnique dans certains secteurs lors de l’enquête.

Un conflit aux conséquences minorées par la communauté internationale ?

29D’un point de vue plus global, ce texte montre l’ampleur de la mortalité due à la crise burundaise débutée en 1993, avec sa phase très intense de massacres (fin octobre 1993) suivie de sa phase de rébellion beaucoup plus étalée dans le temps. Des exploitations de l’enquête ESDSR 2002 concentrées sur l’échelon national plutôt que sur le travail de différentiation territoriale fine de cet article ont montré qu’environ 140 000 personnes ont été tuées par la violence armée en octobre 1993 [Bergouignan, 2011] et presqu’autant au cours des 8 années suivantes [Bergouignan, 2004]. Malgré ces quantités très importantes de victimes directes du conflit burundais pour un pays de cette taille, celui-ci reste relativement méconnu, de sorte que la surmortalité causée par ces violences est quasiment imperceptible dans les estimations de mortalité des adultes publiées par la Division de la Population des Nations Unies (figure 11). Pourtant, cette forte surmortalité des adultes à l’échelle de l’ensemble du Burundi est non seulement mesurable à partir des données de ESDSR 2002, mais également à partir des données de l’Enquête Démographique et de Santé de 2010 (figure 11).

Figure 11. Estimations de la probabilité de décéder entre 15 et 50 ans (‰) au Burundi selon la source de données (World Populations Prospects de la Division de la Population des Nations Unies, NU WPP2019 ; Enquête Socio-Démographique et de Santé de la Reproduction de 2002, ESDSR 2002 ; Enquête Démographique et de Santé de 2010, EDS 2010).

Figure 11. Estimations de la probabilité de décéder entre 15 et 50 ans (‰) au Burundi selon la source de données (World Populations Prospects de la Division de la Population des Nations Unies, NU WPP2019 ; Enquête Socio-Démographique et de Santé de la Reproduction de 2002, ESDSR 2002 ; Enquête Démographique et de Santé de 2010, EDS 2010).

30Cette absence de prise en considération de 2 enquêtes démographiques par la Division de la Population des Nations Unies paraît d’autant plus étonnante que :

  • l’enquête ESDSR 2002 a été financée et co-organisée par le Fond des Nations Unies pour la Population,

  • les EDS constituent pour de nombreux pays une source essentielle sur laquelle se base la Division de la Population des Nations Unies pour produire ses estimations,

  • le rapport de la commission d’enquête des mêmes Nations Unies en 1996 signalait, certes sans chiffrage quantitatif, l’existence de massacres importants en octobre 1993,

  • L’importance du génocide débuté quelques mois après dans le Rwanda voisin a en revanche été prise en compte, bien qu’un peu minorée, dans les estimations de mortalité adulte de la Division de la Population des Nations Unies (figure 12).

Figure 12. Estimations de la probabilité de décéder entre 15 et 50 ans (‰) au Rwanda selon la source de données (World Populations Prospects de la Division de la Population des Nations Unies, NU WPP 2019 ; Enquêtes Démographiques et de Santé de 2000 et de 2005, EDS 2000, EDS 2005).

Figure 12. Estimations de la probabilité de décéder entre 15 et 50 ans (‰) au Rwanda selon la source de données (World Populations Prospects de la Division de la Population des Nations Unies, NU WPP 2019 ; Enquêtes Démographiques et de Santé de 2000 et de 2005, EDS 2000, EDS 2005).

31Ces incohérences manifestes entre les estimations de la mortalité adulte au Burundi tirées de 2 enquêtes différentes et les estimations de la Division de la Population des Nations Unies posent la question de la capacité des Nations Unies à prendre la mesure de situations très particulières en adaptant leurs procédures d’estimation habituelles. Il semblerait que la prise en compte de ces situations particulières dépende à la fois de l’ampleur de leurs conséquences mais aussi de la reconnaissance politique de ces situations. S’agissant du Burundi, une telle reconnaissance s’avère sans doute très problématique au regard de la façon dont le processus de transition politique et de rétablissement de la paix civile s’est finalement déroulé.

Haut de page

Bibliographie

Amnesty International, 1997, Burundi - Forced relocation; new patterns of human rights abuses, 20 p. www.refworld.org/docid/45b637062.html

Amnesty International, 1999, Pas de répit sans justice, 45 p.

Bergouignan Ch., 2004, L’usage des confrontations en analyse démographique, Rapport pour l’habilitation à diriger des recherches, soutenu à l’Université Montesquieu-Bordeaux IV, 299 p. + 141 p. d’annexes.

Bergouignan Ch., 2011, "Recourir aux microsimulations pour étudier la mortalité de crise : illustration par la mortalité au Burundi en 1993", Cahiers Québécois de démographie, pp 299-329. http://www.erudit.org/revue/cqd/2011/v40/n2/1011543ar.pdf

Bergouignan Ch., Eljim Kh., 2013, « Le profil par âge de la mortalité violente liée aux conflits armés », IUSSP international population conference, Busan.

Blacker, J. 1984. « Experience in the use of special mortality questions in multi-purpose surveys: the single-round approach », in United Nations, Data bases for mortality measurement : 79–89.

Blayo Ch., Bergouignan Ch., Etchelecou A., Cordazzo V., LLopart M., Okobo N., 2004, Situation démographique et sociale du Burundi, FNUAP, DDP, Burundi, 484 p.

Blacker, J. 1984. « Experience in the use of special mortality questions in multi-purpose surveys: the single-round approach », in United Nations, Data bases for mortality measurement : 79–89.

Chrétien J. P., 2000, L’Afrique des Grands Lacs, 2000 ans d’histoire, Aubier, collection historique, Paris, 411 p.

Constitution de la République du Burundi, Loi n°1/010 du 18 mars 2005, Bujumbura.

Deslaurier Ch., 2013, « Rwagasore for ever. Des usages contemporains d’un héros consensuel au Burundi », Vingtième siècle, revue d’histoire, pp 15-30. https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2013-2-page-15.htm

Institut National de la Statistique du Rwanda et ORC Macro, 2006, Rwanda Enquête Démographique et de Santé 2005, ORC Macro.
http://www.measuredhs.com/publications/publication-FR180-DHS-Final-Reports.cfm

Institut de Statistiques et d’Etudes Economiques du Burundi et collab, 2012, Burundi Enquête Démographique et de Santé 2010, ICF International.
http://www.measuredhs.com/publications/publication-FR253-DHS-Final-Reports.cfm

Office d’Aide Humanitaire (ECHO), Commission Européenne, 2004, Aide Humanitaire aux populations vulnérables de la République du Burundi-Plan global, Comité d’aide humanitaire 22 janvier 2004, 21 p.
http://ec.europa.eu/echo/files/funding/decisions/2004/gp_bdi_01000_fr.pdf

Office National de la Population et ORC Macro, 2001, Rwanda Enquête Démographique et de Santé 2000, ORC Macro.
http://www.measuredhs.com/publications/publication-FR125-DHS-Final-Reports.cfm

Spiegel P., Salama P., 2000, « War and mortality in Kosovo, 1998-99 : an epidemiological testimony », in The Lancet, 355, 2204-09.

Thibon, Ch., 2004, Histoire démographique du Burundi, Karthala.

United Nations, 1996, International Commission of Inquiry for Burundi : final report, 67 p. www.usip.org/sites/default/files/file/resources/collections/commissions/Burundi-Report.pdf

Haut de page

Annexe

Note : Les décès dénombrés dans ces tableaux pour chaque secteur d’enquête correspondent à la somme des décès d’enfants de moins de 35 des enquêtés et des décès de parents de 35 ans ou plus des enquêtés, corrigés des probabilités de déclarations multiples (2 parents pour les décès d’enfants des enquêtés, autres membres de la fratrie pour les parents des enquêtés).

Tableau A1. Répartition des secteurs d’enquête en fonction du nombre de décès de guerre déclarés pour la période 1993-2001.

Aucun décès

1 décès

2 à 4 décès

5 à 9 décès

10 à 24 décès

25 à 49 décès

50 décès ou plus

Total

Camps de déplacés

0

1

1

4

13

15

6

40

Sous-collines rurales

10

28

33

24

4

1

0

100

Zones de dénombrement urbaines

0

0

10

15

3

0

0

28

Tableau A2. Répartition des secteurs d’enquête en fonction du nombre de décès par d’autres causes que la guerre déclarés pour la période 1993-2001.

Aucun décès

1 décès

2 à 4 décès

5 à 9 décès

10 à 24 décès

25 à 49 décès

50 décès ou plus

Total

Camps de déplacés

0

0

0

0

3

20

17

40

Sous-collines rurales

0

0

0

13

77

10

0

100

Zones de dénombrement urbaines

0

0

0

1

24

3

0

28

Haut de page

Notes

1 Cette estimation de 140 000 victimes de violences armées porte sur l’ensemble de l’année 1993 (Bergouignan, 2011) mais, comme l’indiquent les témoignages rapportés à la commission d’enquête des Nations Unies, l’essentiel de ces violences est concentré entre le 21 et le 24 octobre 1993 (Nations Unies, 1996).

2 Pour commenter leur histoire récente beaucoup de Burundais parlent de la « crise », terme qui sera ici utilisé pour décrire la situation historique dans son ensemble, le terme de « guerre » étant réservé aux faits de violence armée, donc à la mortalité qui en découle.

3 Enquête Socio-Démographique et de Santé de la Reproduction Burundi 2002, elle a été organisée par le Fond des Nations Unies pour la Population (FNUAP), le Département de la Population du Burundi et l’Institut de Statistiques et d’Etudes Economiques du Burundi (ISTEEBU).

4 Il existait 2 niveaux de subdivision supplémentaires en milieu rural : la colline et la sous-colline, et 1 niveau de subdivision supplémentaire en milieu urbain : la zone de dénombrement. Dans ces milieux, les secteurs d’enquête constituant les grappes aréolaires correspondent aux subdivisions administratives les plus fines (sous-collines et zones de dénombrement).

5 Une organisation souple basée sur une relation quotidienne avec la cellule de sécurité des Nations Unies, permettait, chaque matin, lorsqu’un secteur à enquêter se trouvait dans une zone comportant des risques avérés d’insécurité, de le permuter avec un secteur devant être enquêté un jour ultérieur. Le nombre d’enquêteurs relativement élevé (212 enquêteurs sans compter les superviseurs) et la relative brièveté du questionnaire ont également permis de réduire le temps passé dans chaque secteur d’enquête rural (caractérisés par un habitat dispersé) ce qui a permis de réduire les risques. À l’issue de la phase de collecte, aucun enquêteur n’avait subi d’actes de violence.

6 Pour chacune des strates principales, une stratification secondaire a été mise en place (province pour le milieu rural, grands quartiers et villes secondaires pour le milieu urbain, grandes régions et période de création pour les camps), afin d’assurer une représentativité à des niveaux géographiques infranationaux.

7 Dans le questionnaire et sur le terrain c’est le mot « crise » qui était utilisé car correspondant au terme compris par la plupart des Burundais pour désigner les violences politiques qu’ils subissaient.

8 Dans la perspective de mesurer la mortalité via un moyen supplémentaire, il aurait été intéressant, plutôt que de poser cette question globale sur le nombre de frères et sœurs survivants et présents au Burundi, de disposer d’un tableau identifiant chaque frère et/ou sœur des enquêtés et sa survie (âge si survivant, sinon âge au décès et durée depuis laquelle le décès est survenu). Toutefois, les impératifs de taille du questionnaire liés à la nécessité de ne pas rester longuement dans les secteurs en raison du risque sécuritaire ont conduit la direction de l’enquête à privilégier la question globale sur le nombre de frères et sœurs survivants et présents au Burundi, qui ne peut servir que pour corriger des probabilités de déclaration multiple, les taux de mortalité issus des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs parents.

9 Ou taux comparatifs de mortalité de guerre.

10 Pour l’ensemble de la période étudiée (1993-2001), après redressement des déclarations des enquêtés sur la survie de leurs parents et de leurs enfants, en raison des probabilités de déclarations multiples (membres d’une même fratrie pour les déclarations concernant les parents des enquêtés et 2 parents pour les déclarations concernant les enfants des enquêtés), on obtient un total de 5 792 décès. Parmi ces 5 792 décès déclarés, 1 708 sont des décès de guerre. Dans 21 camps de déplacés enquêtés on dénombre plus de 25 décès de guerre déclarés (maximum 103 décès de guerre déclarés dans un camp). A contrario, dans 83 secteurs d’enquête (notamment ruraux) moins de 5 décès de guerre ont été déclarés. Si cette extrême variabilité du nombre de décès de guerre par secteur provient en partie de la petite taille des grappes aréolaires (notamment en milieu rural, 28 ménages par grappe contre 80 dans les camps et 40 dans les zones urbaines de dénombrement), elle provient surtout de la concentration des populations en fonction de leur situation vis-à-vis des massacres de 1993 et des violences des années suivantes. En effet, considérant les décès par d’autres causes que la guerre, leur distribution entre les grappes aréolaires est beaucoup plus homogène, (voir annexe en fin de texte).

11 Enquête organisée par le FNUAP en 1999-2000 et enquête organisée par l’OMS-CDC à la même période.

12 Enquêtes Démographiques et de Santé. À la différence des autres enquêtes évoquées pour ces comparaisons (ESDSR Burundi 2002 ; 2 enquêtes conduites au Kosovo), le questionnaire des EDS ne distingue par les décès causés par violence armée des autres décès. Néanmoins, la surmortalité liée au génocide rwandais est telle qu’une simple différence entre les taux de mortalité toutes causes de l’année 1994 et les taux de mortalité toutes causes des années 1986-1993 donne des résultats très nets et un profil par sexe et âge très marqué (Bergouignan et al., 2013).

13 Plus de 90% des personnes enquêtées en 2002 dans ces camps et nées avant 1993 résidaient dans la même province début 1993 et ont fui leur résidence initiale dès la fin de l’année 1993 ou début 1994. De manière plus générale, la mobilité entre provinces s’avère relativement faible (près de 87% des enquêtés nés avant 1993 n’ont pas changé de province depuis le 1er janvier 1993 mais près de 55% ont changé de lieu de résidence), ce qui se comprend pour 4 raisons.
Une partie importante des déplacements, mais non majoritaire, a eu lieu entre le domicile initial et un ou plusieurs camps de déplacés. Or ces derniers ont été établis de façon à ce que les déplacés puissent continuer à exploiter leurs terres. Ils se trouvent donc à une relative proximité de leur ancienne résidence : il s’agit d’une forme de concentration locale d’un habitat initialement dispersé.
La majeure partie des déplacements ont eu lieu entre le domicile initial et un lieu à proximité utilisé pour se cacher en attendant la fin d’un épisode de violence : ce fut probablement surtout le cas lorsque ces personnes ont fui la répression militaire.
Les rares changements de province enregistrés dans l’enquête concernent des personnes qui ont fui et qui ont trouvé refuge chez des proches résidant à Bujumbura.
Si les départs vers les pays voisins sont plus fréquents que les changements de province, c’est parce que ces départs vers l’étranger sont motivés par des craintes politiques et la recherche d’un régime politique présumé plus favorable, ce qu’un changement de province ne permettrait pas.

14 Ces secteurs ruraux dans lesquels les parents et les enfants des enquêtés ont été fortement touchés par la mortalité de guerre en 1993 présentent néanmoins des taux standardisés de mortalité de guerre moins élevés que les proches des personnes enquêtées dans les camps de déplacés de ces provinces, ce qui est logique puisque la population des camps de déplacés de ces provinces a très probablement été sélectionnée par la fuite des massacres dont leurs proches ont été victimes.

15 On parle ici de ménages avec des militaires associés, dans la mesure où presque tous les militaires résident en casernement et sont donc presque toujours mentionnés dans la liste des absents associés aux ménages enquêtés. La proportion ici mesurée est donc la proportion de ménages au sein de chaque secteur d’enquête comprenant au moins 1 militaire qui leur est associé, via la liste des membres du ménage absents lors de la collecte.

16 L’ethnie Twa est très minoritaire et n’occupe pas un rôle prépondérant dans la « crise » débutée en 1993.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte du Burundi selon les divisions administratives de niveau 1 (provinces) et de niveau 2 (communes).
Crédits Source : OCHA.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/12914/img-1.png
Fichier image/png, 600k
Titre Figure 2. Taux de mortalité par âge de guerre (‰ personnes-années) selon la période et le type de proche des enquêtés.
Crédits Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/12914/img-2.png
Fichier image/png, 98k
Titre Figure 3. Taux de mortalité par âge en 1993 (‰ personnes-années) selon le sexe, la cause et le type de proche des enquêtés.
Crédits Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/12914/img-3.png
Fichier image/png, 71k
Titre Figure 4. Taux standardisés de mortalité de guerre des différents secteurs d’enquête en 1993 et en 1994-2001 (‰ personnes-années).
Crédits Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/12914/img-4.png
Fichier image/png, 67k
Titre Figure 5. Position géographique des secteurs d’enquête dont le taux standardisé de mortalité de guerre est supérieur à 5‰ personnes-années en 1993.
Crédits Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/12914/img-5.png
Fichier image/png, 597k
Titre Figure 6. Position géographique des secteurs d’enquête dont le taux standardisé de mortalité de guerre est supérieur à 5‰ personnes-années pour la période 1994-2001.
Crédits Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/12914/img-6.png
Fichier image/png, 361k
Titre Figure 7. Taux standardisés de mortalité de guerre en 1993 puis en 1994-2001 (‰ personnes-années) dans les différents secteurs d’enquête et proportion de ménages avec des militaires associés dans ces secteurs d’enquête.
Crédits Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/12914/img-7.png
Fichier image/png, 111k
Titre Figure 8. Position géographique des secteurs d’enquête dont la proportion de ménages associés à des militaires en casernement est supérieure à 25%.
Crédits Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/12914/img-8.png
Fichier image/png, 330k
Titre Figure 9. Taux standardisés de mortalité hors guerre en 1994-2001 des différents secteurs d’enquête et taux standardisés de mortalité de guerre en 1993 et en 1994-2001 (‰ personnes-années) dans ces secteurs d’enquête.
Crédits Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/12914/img-9.png
Fichier image/png, 114k
Titre Figure 10. Position géographique des secteurs d’enquête dont les proches des enquêtés présentent un taux standardisé de mortalité par une autre cause que la guerre supérieur à 20‰ personnes-années.
Crédits Source : ESDSR Burundi 2002. Traitement : auteur.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/12914/img-10.png
Fichier image/png, 356k
Titre Figure 11. Estimations de la probabilité de décéder entre 15 et 50 ans (‰) au Burundi selon la source de données (World Populations Prospects de la Division de la Population des Nations Unies, NU WPP2019 ; Enquête Socio-Démographique et de Santé de la Reproduction de 2002, ESDSR 2002 ; Enquête Démographique et de Santé de 2010, EDS 2010).
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/12914/img-11.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure 12. Estimations de la probabilité de décéder entre 15 et 50 ans (‰) au Rwanda selon la source de données (World Populations Prospects de la Division de la Population des Nations Unies, NU WPP 2019 ; Enquêtes Démographiques et de Santé de 2000 et de 2005, EDS 2000, EDS 2005).
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/12914/img-12.png
Fichier image/png, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Bergouignan, « La mortalité de guerre au Burundi pendant la période 1993-2001 »Espace populations sociétés [En ligne], 2022/2-3 | 2022, mis en ligne le 21 février 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/eps/12914 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.12914

Haut de page

Auteur

Christophe Bergouignan

COMPTRASEC, Université de Bordeaux
christophe.bergouignan[at]u-bordeaux.fr

COMPTRASEC
Université de Bordeaux - Site de Pessac
Avenue Léon Duguit
33608 Pessac Cedex

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search