Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2022/2-3Le cap des 100 millions en Égypte...

Le cap des 100 millions en Égypte. Discours de crise et stratégies à l’aune des changements environnementaux globaux

Reaching the 100 million in Egypt. Crisis narrative and strategies at a time of global environmental changes
Florian Bonnefoi

Résumés

Avec plus de 100 millions d’habitants, l’Égypte est un géant démographique. Le pays gagne désormais un million d’habitants tous les 7 mois et sa population est extrêmement jeune : deux tiers des Égyptiens ont moins de 30 ans. Dans un pays désertique à 96 %, cette augmentation soutenue de la population est présentée comme alarmante. Depuis les années 1950, un discours de crise se construit dans les déclarations politiques et dans les médias. La croissance démographique est accusée de tous les maux du pays : pauvreté, « retards de développement », insécurité, construction illégale, etc. Dans un contexte de changements environnementaux globaux, ce discours se teinte d’une dimension environnementaliste insistant sur la rareté des ressources, en premier lieu l’eau et les terres arables. En s’appuyant sur la presse et sur des entretiens menés dans la région du Delta, cet article analyse le discours de crise qui reporte la responsabilité sur les classes populaires. Face à ce qui est présenté comme un défi majeur, des politiques publiques de réduction de la natalité et des politiques territoriales de fronts pionniers dans le désert – bonification des terres et villes nouvelles – sont menées depuis plusieurs décennies et s’accélèrent aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Chaque jour, le décompte du nombre d’habitants s’affiche en rouge sur la façade du siège de la Central Agency for Public Mobilization and Statistics (CAPMAS) en charge des statistiques nationales égyptiennes au Caire. L’augmentation de la population est effectivement une préoccupation forte en Égypte et la gestion de l’évolution démographique une priorité pour le gouvernement. Elle pose en effet un certain nombre de défis en termes d’économie, d’éducation, d’accès à la terre et d’environnement.

2L’Égypte est un pays à la géographie particulière, peut-être unique au monde. Située dans une zone aride désertique, elle dépend à 93 % du Nil pour son alimentation en eau. En effet, 96 % du million de kilomètres carrés qui composent son territoire sont désertiques. Les terres utiles se concentrent dans la vallée et le delta du Nil qui sont intensément exploités. Cette géographie physique hors du commun coexiste avec une géographie humaine tout autant hors normes. C’est effectivement sur cette portion d’espace limité que vit 95 % de la population, soit environ 98 millions d’habitants. L’Égypte est le pays le plus peuplé du monde arabe et le troisième à l’échelle du continent africain. En à peine deux cents ans, sa situation démographique est passée d’un extrême à l’autre. Au début du règne de Mohammed Ali, la question du sous-peuplement – 2 à 2,5 millions d’habitants en 1839 – se pose de façon pressante [Tucker, 1979]. Les progrès économiques, sociaux et sanitaires permettent ensuite un accroissement de la population, la baisse de la mortalité intervenant dès le milieu du XIXe siècle. La population est multipliée par deux entre 1846 et 1896, puis par six entre 1897 et 1996, atteignant alors les 59,3 millions d’habitants [Denis et Moriconi-Ebrard, 1998]. Cette phase de croissance n’est pas homogène sur l’ensemble du territoire. Yoann Doignon, Elena Ambrosetti et Sara Miccoli [2021] ont analysé les taux de fécondité sur l’ensemble du pays. L’originalité de leur étude tient à une mise en carte inédite à l’échelle locale des qism/markaz. L’article atteste d’une baisse de l’indicateur conjoncturel de fécondité (ICF) qui passe de 6,7 enfants par femme au début des années 1960 à 3 enfants par femme au milieu des années 1990. Cette transition a commencé au Caire et à Alexandrie dans les années 1950, puis à Port-Saïd. Elle a ensuite suivi une diffusion hiérarchique – des villes vers les campagnes – et par contagion en périphérie des pôles urbains. Les régions rurales du Fayoum et du Delta ont suivi le mouvement dans les années 1970, un différentiel d’une vingtaine d’années existant entre la Basse-Égypte et la Haute-Égypte.

3Cependant, alors que la transition démographique semblait bien engagée, les enquêtes démographiques et de santé (Standard Demographic and Health Surveys) du ministère de la Santé attestent d’un regain de la natalité à partir de 2008, l’ICF remontant de 3,1 à 3,4 enfants par femme entre 2008 et 2014-2015. Ce regain, plus marqué dans les campagnes, semble entériner une rupture dans la convergence à l’œuvre entre milieux ruraux et urbains [Al Zalak et Goujon, 2017]. Le taux de croissance atteint sur cette période 2,6 % contribuant au maintien d’une forte majorité de jeunes dans la population ; en 2017, les moins de 30 ans représentent entre 54 et 68 % de la population des gouvernorats. L’Égypte questionne alors le modèle de la transition démographique [Doignon, 2020], témoignant d’une « contre-transition », d’une « exception démographique » [Ambrosetti, 2021], voire d’une « transition en marche arrière » [Courbage, 2015]. Pour expliquer cette remontée de la fécondité diverses hypothèses sont avancées, notamment : l’arrivée au pouvoir des Frères musulmans, qui aurait induit un regain de religiosité ; la crise économique qui, en limitant les opportunités d’emploi, plus particulièrement de la population la plus éduquée, aurait incité les femmes à se marier et, ce faisant, à procréer [Al Zalak et Goujon, 2017].

4L’ICF retombe toutefois à moins de 3,2 enfants en moyenne par femme en 2020. Ce retournement de tendance, dans un contexte de crise économique renforcée, vient contrebalancer l’explication du rebond de 2008-2015 par la montée du chômage. Didier Billon et Alain Parant [2020], examinant l’évolution sur longue période des taux de fécondité par âge, montrent que l’ensemble des femmes en âge de procréer ont contribué à la transition initiale de l’ICF de 6,8 à 3 enfants par femme, au rebond à 3,4, puis au retrait à 3,2. Ils notent que « le regain de 2010-2015 coïncide avec une période, certes profondément troublée, mais aussi de grande espérance pour le peuple égyptien », tandis que la situation économique dégradée des dernières années conduirait à un report des projets matrimoniaux et familiaux.

5En dépit du retour récent à la baisse de la fécondité, le pays gagne un million d’habitants tous les sept mois. De nombreuses études cherchent à qualifier sa démographie, la comparant à celle d’autres pays de la région [Doignon, 2020]. Rares en revanche sont les travaux qui interrogent la vision des gouvernants et de la population sur le sujet.

6Depuis l’avènement de la République en 1952, un discours de crise s’est construit politiquement et médiatiquement. Il sert une stratégie de culpabilisation des classes populaires rendues responsables des « retards de développement » du pays. Alors que la presse suit pas à pas le décompte du nombre d’habitants, le cap des 100 millions a été atteint en février 2020. En octobre 2022, le pays dépasse les 104 millions d’habitants. Chaque mois, des articles, qui s’appuient sur les discours politiques, portent sur les dangers de la surpopulation. Tous les maux de l’Égypte sont désormais imputés à une natalité présentée comme incontrôlée : habitat informel, construction illégale, faible niveau d’éducation, crise économique, insécurité. Les discours sur la pauvreté et le sous-développement se maintiennent mais, dans un contexte de changements environnementaux et climatiques globaux, ils prennent de plus en plus une dimension environnementaliste. Ils insistent sur le couple irréconciliable que constitueraient la croissance démographique soutenue d’une part et la rareté des ressources naturelles, notamment l’eau et les terres arables, d’autre part. La pression anthropique qui se matérialise en partie par l’urbanisation, qu’elle soit planifiée ou spontanée, vient accentuer une vulnérabilité environnementale déjà forte, en raison plus particulièrement des empiètements sur les terres agricoles. Elle met à l’épreuve les limites planétaires [Steffen et al., 2015] et questionne le maintien des modes de vie et d’aménagement du territoire à moyen et long termes.

7Ces discours sont emblématiques de l’élargissement de la notion de crise à tous les domaines de la vie sociale et politique [Dobry, 1986]. Les crises représentent des perturbations qui peuvent être le fait d’un événement externe ou de dynamiques internes, « à partir de processus apparemment non perturbateurs » [Morin, 2012]. La crise correspond alors à un changement d’échelle d’un phénomène, au dépassement d’un seuil qui crée une situation de déséquilibre et d’incertitude. On peut cependant s’interroger sur l’emploi de ce terme qui désigne une situation quasi structurelle, qui se pérennise depuis les années 1950. La crise devient alors chronique. Elle a au moins trois facettes : une réalité sociale, sa construction par les discours, prenant une dimension performative et parfois idéologique, et la façon de gouverner et de gérer cette réalité [Bonnecasse and Brachet, 2013].

8Dès lors, dans un contexte de rareté des ressources naturelles et de pressions environnementales et climatiques, comment la « crise démographique » est-elle construite dans les discours et imputée aux classes populaires tout en servant la vision aménagiste du régime ?

9L’article analyse tout d’abord la façon dont ces discours ciblent les classes populaires, « surpopulation » et risques environnementaux étant de plus en plus fréquemment associés. Il revient ensuite sur la prise en charge de la « crise démographique » et la mise en œuvre de politiques publiques et territoriales pour y remédier.

Méthodologie

10Cet article interroge les discours politiques et médiatiques sur la croissance de la population égyptienne. Pour ce faire, une revue de la presse arabophone et anglophone des deux dernières années a été réalisée, composant un corpus d’environ 170 articles. La recension est faite à partir des journaux Al-Ahram, Al-Ahram Online, Al-Manassa, Al-Masri al-Youm, Cairo24, Daarb, Egyptian Streets, Egypt Independent, Egypt Today, El-Watan, Mada Masr, Masrawy, Shorouk, Youm7. Les articles ont été répertoriés via une recherche par mots clés dans les moteurs de recherche des différents journaux. Ce travail a été facilité par les revues de presse quotidiennes de l’Ambassade de France en Égypte pour les journaux de langue anglaise, et du journal Mada Masr avec son programme Mada Morning Digest en arabe. Un codage thématique leur a ensuite été apposé, permettant de classer ces articles selon différentes catégories : décompte, politiques publiques, discours sur le développement, sécurité, discours religieux. En Égypte, la presse est largement entravée et contrôlée par le régime. On assiste depuis une dizaine d’années à une concentration de plus en plus forte de la propriété des principaux organes de presse, en particulier par l’État [Badr, 2021] ; le site internet du principal journal indépendant, Mada Masr, est bloqué dans le pays. Cela interroge certes sur la transparence et la fiabilité des informations diffusées. Toutefois, la presse, en tant que canal de diffusion officiel, représente une fenêtre relativement fiable sur les discours des acteurs politiques.

11Les données démographiques mobilisées sont issues du recensement de 2017 – accessible en ligne librement du fait d’une convention entre le Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ) et le CAPMAS1 – ainsi que du Standard Demographic and Health Survey de 2014, enquête la plus récente concernant la fécondité.

12Enfin, ces différentes données sont contextualisées par une approche qualitative – entretiens et observations – mise en œuvre lors d’un terrain de 18 mois en Égypte entre février 2021 et décembre 2022 et portant sur les dynamiques environnementales et migratoires dans le delta du Nil. L’article s’appuie sur une vingtaine d’entretiens semi-directifs menés avec des hommes âgés de 35 à 80 ans. Dans le contexte politique égyptien de méfiance envers les chercheurs, le recours à l’enregistrement est difficile, voire dangereux. Les entretiens, en arabe, ont donc été retranscrits de mémoire. Deux groupes principaux ont été interrogés : d’une part, des hommes originaires des gouvernorats ruraux de Beheira et de Menoufeyya, installés à Alexandrie ; d’autre part, des paysans rencontrés dans les champs en Menoufeyya et en Qalioubeyya. Les séjours de recherche effectués dans le delta du Nil ont été l’occasion d’une observation directe des changements environnementaux en cours, notamment en termes de construction sur les terres agricoles. De par sa fragilité socio-économique et écologique et son poids dans la démographie nationale, le delta du Nil est un cas d’étude pertinent.

1. Dimension environnementaliste du discours de crise

13Jeunesse et augmentation de la population deviennent l’objet de discours politiques et médiatiques sur la « crise démographique ». Il faut noter le caractère conjoncturel de ce discours de crise : au XIXe siècle, en plein boom économique et industriel, la population était vue comme un atout. Aujourd’hui, alors que la situation est plus morose, elle est accusée de ralentir les efforts de développement du gouvernement et de mettre en danger la durabilité des modes de vie en contexte de changements environnementaux et climatiques.

1.1. La boîte de Pandore égyptienne

14Dans les discussions quotidiennes, les Égyptiens et les Égyptiennes témoignent d’une fierté quant au poids démographique du pays qui lui confèrerait une certaine puissance. Cependant, cette population nombreuse est considérée comme un problème public par les acteurs politiques, donnant lieu à des discours de crise. Ces derniers s’appuient en premier lieu sur le martèlement des chiffres qui leur donne une caution d’objectivité. Les journaux, s’appuyant sur les annonces du CAPMAS, retracent de façon précise le nombre de naissances, témoignant presque d’une obsession pour la question. Ainsi, un article de Cairo242 souligne que l’Égypte aurait gagné 250 000 habitants en 50 jours, soit 5 000 par jour, 208 par heure, 3,5 par minute et un habitant toutes les 18 secondes2. Quantifier c’est donner une forme numérique à une réalité sociale [Desrosières and Kott, 2005]. C’est aussi une stratégie argumentative qui participe d’une politique du chiffre et rappelle l’urgence de la situation.

  • 3 « « Raqam lā tataḥamluh āī dawla »… wazīra at-taḫṭīṭ : miṣr tušahid kul ‘ām 2.5 milyūn mawlūd », Ak (...)
  • 4 « Al-Sīsī : mu’adalāt ṭatūir al-dawla lam tatahsin fī āḫr 150 sana bisabab al-namū al-sakānī », Al (...)
  • 5 « Wazīr al-māliyya : yījib al-tasdī lil-zīyāda al-sakāniyya bil-tašrī’āt wa al-mušāraka al-muǧtama’ (...)
  • 6 « Al-Sīsī lil-mūātīn : lamā bitḫalif ākṯar min ṭifl bitḥuṭ nafsak fī muškila », Masrawy, 22/12/21 [(...)
  • 7 « Al-ra’īs al-Sīsī : al-namū al-sakānī kān ān yu’adī īlā tadmīr al-dawla ‘ām 2011 », Cairo24, 14/08 (...)
  • 8 « Ra’īs ṣaha al-šīyyūḫ : al-muškila al-sakāniyya ṯānī āḫṭar tihadīd al-‘āmn al-qaūmī b’ad al-‘īrhāb (...)

15La croissance démographique est présentée comme une bombe à retardement, à l’origine de tous les maux du pays (Figure 1). Les expressions utilisées sont hyperboliques et alarmistes : la ministre de la Planification parle d’un « nombre qu’aucun pays ne peut supporter »3, les termes de « déséquilibre », de « surpopulation » et de « catastrophe » reviennent régulièrement. Alors que 30 millions d’Égyptiens vivent sous le seuil de pauvreté, elle serait la cause du coup d’arrêt donné au développement du pays depuis un siècle et demi4. La croissance démographique apparaît comme un mot clé pouvant expliquer toutes les défaillances de l’État : inflation, baisse du pouvoir d’achat, hausse du chômage, manque de services publics. Le ministre des Finances souligne la saturation du marché du travail qui ne parvient pas à absorber le million d’individus supplémentaires en âge de travailler chaque année5. La presse reprend les discours politiques ciblant principalement les classes populaires qu’ils cherchent à responsabiliser et à culpabiliser. Le discours de crise sert la stratégie de communication du gouvernement : il appelle une réponse normative. Ainsi, le Président Abdel Fattah al-Sissi encourage les plus démunis à n’avoir qu’un ou deux enfants. On assiste à une volonté de contrôle des corps emblématique du biopouvoir [Hortonéda, 2005] et à une moralisation de la question démographique : le gouvernement fait la différence entre les familles « correctes » qui font deux enfants et les autres qui, en guise de punition, verront leurs subventions à la consommation diminuer. Les discours ont alors un impact direct sur la vie ordinaire des populations. Dans un discours prononcé fin décembre 2021, le Président interpelle ses concitoyens : « quand vous faites plus d’un enfant, vous vous mettez en difficulté », « Tu fais un enfant, deux, trois, sans pouvoir t’en occuper financièrement. Mais comment ?! »6. Il reprend ainsi l’argumentation malthusienne sur l’incompatibilité entre croissance démographique et développement et sur la responsabilité des parents, en particulier des familles pauvres [Malthus, 1826]. Dans les discours présidentiels, tout cela fait de la croissance démographique l’une des principales menaces aux droits de l’Homme en Égypte. Cette rhétorique sert le discours sécuritaire du Président Abdel Fattah al-Sissi qui la rend responsable de l’instabilité politique des dix dernières années voire d’une « quasi-destruction de l’État » en 20117. Il en fait son cheval de bataille, au même titre que la lutte contre le terrorisme ; deux défis qui mettent en difficulté le pays8.

Figure 1 : La « surpopulation » accusée de tous les maux

Figure 1 : La « surpopulation » accusée de tous les maux

1.2. De la « crise démographique » à la « crise environnementale »

16Au-delà des aspects économiques et sociaux, ces discours de crise s’appuient de plus en plus sur la thématique environnementale. Cette mobilisation de l’environnement est autant structurelle – en lien avec la géographie physique et humaine particulière du pays – que conjoncturelle. Elle est liée notamment à la montée en puissance des discours internationaux sur l’environnement et les changements climatiques, à l’accueil de la COP27 par l’Égypte en novembre 2022 qui a mis l’environnement à l’agenda politique du pays, ainsi qu’à la construction du barrage de la Renaissance en Éthiopie qui est une source importante d’incertitude. Elle s’appuie aussi sur l’article 41 de la Constitution de 2014 qui stipule que « L’État assure la mise en œuvre d’un programme démographique qui vise à réaliser l’équilibre entre le taux de croissance de la population et les ressources disponibles, à maximiser l’investissement dans les ressources humaines et en améliorer les caractéristiques, dans le cadre de la réalisation du développement durable ». Sans adopter une vision malthusienne, on peut reconnaître que cette augmentation de la population accroît la pression sur les ressources dans un milieu contraignant et à l’espace utile limité.

  • 9 « Madbūlī : taḫfīḍ al-zīyāda as-sakāniyya « qaḍīyya hayya āū mūt » … wa āhtīyyāǧātnā al-ǧadīda tafū (...)
  • 10 « "Ethiopia's dam and overpopulation are Egypt's two most serious challenges": Irrigation Minister (...)
  • 11 Entretien avec Salah, 42 ans, agriculteur dans le gouvernorat de Menoufeyya, le 4 juin 2021.

17Dans les médias et les discours politiques, la question démographique est régulièrement associée à la question hydrique. Les 104 millions d’Égyptiens et d’Égyptiennes représentent un défi en matière de gestion de l’eau. Un nouveau Plan national pour l’eau, présenté en 2021, vise à améliorer la qualité de l’eau et à en rationnaliser les usages dans un contexte de croissance démographique soutenue. Ainsi, la quantité d’eau disponible par habitant est passée de 2 500 m3 en 1947 à 1 900 m3 en 1970, puis 660 m3 en 2013 [Khedr, 2019]. Elle serait aujourd’hui de 580 m3, amenant le Premier ministre, Mustafa Madbouly, à qualifier le contrôle de la natalité de « question de vie ou de mort »9. Les sources d’eau douce sont limitées : le Nil, les eaux souterraines non renouvelables, les précipitations globalement très faibles. Les interventions du ministre de l’Irrigation et de la Ressource en eau sont de plus en plus nombreuses. Il cite le nouveau barrage éthiopien et la croissance démographique comme deux des dangers majeurs auxquels est confrontée l’Égypte. La menace est présentée à la fois comme venant de l’intérieur et de l’extérieur10. Ce discours est repris par les agriculteurs en Menoufeyya : « dans le Delta, on a de la chance, on a de l’eau. Mais avec le barrage en Éthiopie, on va tous mourir »11.

  • 12 « Al-zīyāda al-sakāniyya talathum naṣīb al-fard min al-raq’aa al-zirā’iyaa fī misr », El-Watan, 01/ (...)
  • 13 Le feddan est une mesure agraire qui correspond à 0,42 hectare, Soit 4 200 m2.
  • 14 Entretien avec Ali, 45 ans, agriculteur et instituteur, Menoufeyya, le 10 décembre 2021.
  • 15 Entretien avec Mido, 42 ans, employé de bureau à Alexandrie, vivant à Kafr el-Dawar (Beheira), Alex (...)
  • 16 Entretien avec Hamdi, 48 ans, employé dans un syndicat, Menoufeyya, le 7 octobre 2022.
  • 17 Entretien avec Samir, 34 ans, vendeur de frigidaires, diplômé de la faculté d’Agriculture, Qaliubey (...)

18Une population nombreuse est aussi source de dégradations environnementales plus importantes. Certains prévoient une crise socio-économique, mais aussi sanitaire en lien avec la pollution de l’air [Ghanem, 2018]. Mais la thématique la plus souvent reprise par les médias est le manque de terres arables et la nécessité de les préserver. Or, la croissance démographique les menacerait constamment12. La superficie agricole par habitant ne cesse de diminuer. Elle était déjà passée de 0,22 à 0,11 feddan13 entre 1960 et 1998 [Mutin, 2006]. Dans plusieurs de ses discours, le Président Abdel Fattah al-Sissi associe le trop grand nombre d’enfants des Égyptiens et les empiètements sur les terres agricoles. La lutte contre ces derniers est un cheval de bataille du gouvernement depuis 2019. Se met en place une narration autour des fellahs (paysans) non éduqués qui feraient trop d’enfants et ruineraient les terres fertiles du delta et de la vallée du Nil. Les entretiens réalisés dans les campagnes des gouvernorats de Menoufeyya et de Qaliubeyya montrent une certaine perméabilité de ces discours auprès de la population. Plusieurs paysans évoquent la construction spontanée sur les terres agricoles qui se serait accélérée durant la période révolutionnaire (2011-2013), marquée par un laisser-faire des autorités. « On a fait n’importe quoi »14, « les gens sont devenus fous […], la terre n’est plus comme avant »15. Mido m’explique qu’avant 2011, il n’y avait pas d’autre maison que la sienne dans sa rue sur cinq kilomètres et que désormais tout est construit. Il souligne la montée de l’individualisme où chacun voit son intérêt dans la vente de terres à construire. Hamdi fait le même constat : « Cette partie de la ville a commencé à se construire avec l’arrivée de la voie ferrée, mais dans les années 1990, ma maison était la seule. Maintenant, on est complètement dans la ville »16. Pour ces hommes, cette dynamique est aussi liée à la surcharge démographique. Samir a fait des études à la Faculté d’Agriculture de Banha. Il souhaitait travailler sur les terres familiales, mais ces dernières ont été intégralement construites pour permettre le maintien au village de ses quatre frères et sœurs et de ses cousins. S’il ne remet pas en cause ce choix – « ils auraient dû aller où ? Ce n’est pas acceptable qu’ils partent alors qu’on a des terres » –, il admet que le boom de la construction a transformé le visage des campagnes égyptiennes et a en partie dégradé les conditions de vie17.

  • 18 Entretien avec Mokhtar, 78 ans, employé de bureau retraité, originaire de Menoufeyya, Alexandrie, l (...)

19Les fortes densités questionnent l’habitabilité du delta du Nil à moyen et long termes [Fanchette, 1997]. Un schéma intergénérationnel lie la surpopulation, a minima à l’échelle familiale, et l’impossibilité de se maintenir sur les terres. Trois employés de bureau vivant à Kafr el-Dawar et travaillant à Alexandrie me font le récit de leurs pères, membres de fratries de cinq à huit enfants, qui ont dû quitter leurs villages dans les années 1970. Rester vivre et travailler sur place aurait entraîné la fragmentation de la propriété des terres et donc une division des récoltes. Dans ces trois cas, ce sont les deux aînés, réputés plus proches de la terre et du père, qui restent. Les autres ont profité de la demande de main-d’œuvre dans les filatures de Kafr el-Dawar pour trouver du travail en ville. Un homme issu d’une fratrie de huit enfants d’un village de Menoufeyya m’explique s’être lui aussi installé à Alexandrie à la fin des années 1960 du fait de l’impossibilité de se maintenir sur les terres familiales. Au cours de sa vie maritale, il a recouru à la contraception afin, me dit-il, de ne pas répéter ce schéma : « Je ne sais pas si Dieu est d’accord avec ça, mais qu’est-ce que j’aurais dû faire ? Je n’allais pas, moi aussi, avoir autant d’enfants, pour ne pas pouvoir m’en occuper »18.

20La crise démographique est donc construite par les discours politiques et médiatiques qui se répercutent dans les discours émiques. Elle correspond également à une réalité chiffrée et a une dimension empirique qui s’expriment dans les transformations des paysages et dans des expériences individuelles et familiales. Si elle est régulièrement utilisée comme cache-misère de l’inaction du gouvernement, elle s’impose comme un défi majeur quant à la gestion des ressources naturelles.

2. Prendre en charge la « crise démographique » : entre politiques publiques et politiques territoriales

21La question démographique n’est pas seulement un effet de discours. Depuis les années 1950, elle donne lieu à des politiques publiques qui cherchent à encadrer la natalité. Elle mobilise divers acteurs, nationaux et internationaux, laïcs et religieux, politiques, des membres de la société civile, etc. Depuis l’époque nassérienne, elle dicte en partie l’aménagement du territoire, les dirigeants successifs ayant cherché à élargir un écoumène jusque-là très limité.

2.1. Les politiques publiques de contrôle de la natalité

  • 19 Une fatwa est un avis juridique donné par un spécialiste de la loi islamique. En Égypte, elles sont (...)
  • 20 « Nā’ib at-tansīqiyya yiṭālib bi-āstrātīǧiyya wāḍha li-taqlīl al-zīyāda as-sakāniyya », Masrawy, 10 (...)
  • 21 Agenda national lancé en 2016 par le gouvernement égyptien, fixant huit objectifs à atteindre d’ici (...)

22Le discours sur la surpopulation n’est pas récent en Égypte. Il émerge dès le premier quart du XXe siècle. La première fatwa19 en faveur d’une limitation des naissances est publiée en 1937 alors que le pays comptait 15 millions d’habitants. Les migrations vers le Soudan ou l’Irak sont alors encouragées [Fargues, 1986]. Les premières mesures pour faire baisser la natalité apparaissent avec l’avènement de la République : une Commission nationale pour les affaires de la population est créée en 1953. En 1965, lui succède le Conseil national suprême du planning familial présidé par le Premier ministre et composé des ministres de la Santé, de l’Enseignement supérieur, de l’Information, des Waqfs, de la Planification, des Administrations locales, de l’Agriculture et des Affaires sociales. Il est remplacé en 1985 par le Conseil national de la population [Fargues, 2011]. Les mesures d’encadrement de la natalité sont au cœur des débats entre laïcistes et islamistes lors de la troisième Conférence internationale sur la population et le développement qui se tient au Caire en septembre 1994 [Farag, 1994]. Hosni Mubarak soutient activement le planning familial mis en place dès 1965, le premier dans un pays arabe à l’époque [Radovich et al., 2018]. En avril 2022, le Sénat a étudié un rapport réclamant la mise en œuvre d’une nouvelle agence, la National Population and Family Authority, qui ne serait plus attachée au ministère de la Santé, mais dépendrait directement de la Présidence. Il s’agirait d’une organisation parapluie à laquelle une part du budget de l’État serait dédiée afin de mener une politique d’envergure nationale20. Son action s’inscrirait dans la Vision 203021 de l’Égypte pour le développement durable.

  • 22 « Al-Sīsī: “ miš hanas bi-tiḥsin ġīr lamā īnḫafaḍ al-namū al-sakānī ilā 4 000 ālf sanaūiyan ” », Al (...)
  • 23 « Egypt’s PM reviews national strategy to control population growth », Daily News Egypt, 23/12/20, (...)
  • 24 Religieux sunnite qui interprète la loi musulmane. Son élection par le Conseil Suprême d’Al-Azhar e (...)
  • 25 « ‘Alī Gom’a : al-zīyāda al-sakāniyya fī misr “maḏmūma” wa al-šar’a lam īāmarnā bi-‘adad mu’aīn », (...)
  • 26 « Egypt's grand mufti legalises use of contraceptives to limit population growth », Middle East Mon (...)
  • 27 « Maṣdar : bada’ tadrīs māda « al-zīyāda as-sakāniyya » bi-l-ǧāma’āt fī al-‘ām al-ǧedīd… wi taḥdīd (...)

23Aujourd’hui, ces discours sont portés par différents acteurs nationaux et internationaux comme le montrent les travaux en cours de Mariam Ghafir. La question démographique occupe une place importante dans les discours de l’exécutif, qu’il s’agisse du Premier ministre, Mustafa Madbouly, ou du Président Abdel Fattah al-Sissi qui souligne que les efforts réalisés par le gouvernement ne pourront se faire sentir qu’une fois la croissance démographique annuelle limitée à 400 000 naissances22, soit 6 fois moins qu’aujourd’hui. Le gouvernement égyptien travaille avec les acteurs internationaux. Ainsi, une coopération est en cours avec le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et l’Union européenne (UE) pour limiter la croissance démographique dans une optique de développement durable. 4 500 coordinateurs seront envoyés dans tous les gouvernorats pour sensibiliser la population, en particulier dans les zones rurales. En outre, la Stratégie nationale pour le contrôle de la croissance démographique (2021-2023) ainsi que la campagne « Deux c’est suffisant » cherchent à restreindre le nombre d’enfants par femme d’ici 203023. Cette campagne est financée par le ministère de la Solidarité sociale (75 millions de livres égyptiennes) et par les Nations Unies (10 millions de livres égyptiennes). Elle cible 1,1 million de ménages considérés comme pauvres et ayant trois enfants ou plus. L’initiative s’appuie sur la formation de médiateurs et d’ONG locales qui ont pour mission de sensibiliser la population dans les villages. Les femmes sont également invitées à des séminaires animés par des représentants du corps médical et religieux qui font la promotion du planning familial. Les acteurs religieux sont effectivement partie prenante de la lutte contre la natalité. En février 2021, Dar el-Ifta a lancé un hashtag sur Twitter (#تحديد_ النسل_جائز) (« le contrôle des naissances est licite »). Ali Gomaa, ancien Grand Mufti d’Égypte24 entre 2003 et 2013, affirme que la charia ne prend pas position sur les questions démographiques25. Le Grand Mufti actuel, Shawki Allam, s’est quant à lui prononcé en faveur de la contraception26. Par ailleurs, la thématique a été mise au programme des universités pour la rentrée 202127. Le discours de crise est effectivement corroboré par certaines publications académiques arabophones [Mostafa, 2020] et soutenu par l’institution qui mène un effort de sensibilisation auprès des étudiants.

24Il y a donc aujourd’hui une mobilisation générale des acteurs officiels pour lutter contre la croissance démographique. Différents canaux sont utilisés pour sensibiliser la population : réseaux sociaux, discours politiques, médias traditionnels, universités, programmes des agences de développement et des organisations internationales, actions de la société civile. Rien n’est laissé de côté pour remédier à ce qui est présenté comme un enjeu de sécurité nationale.

2.2. La maîtrise du territoire : du Haut-Barrage d’Assouan aux villes nouvelles dans le désert

25En parallèle des politiques publiques qui promeuvent la limitation des naissances, les gouvernements successifs ont pris acte du défi que constitue une croissance démographique très soutenue dans un territoire à fortes contraintes. Dès lors, la question démographique a en partie orienté les projets d’aménagement du territoire national. Deux dynamiques ont été privilégiées : la maîtrise des ressources naturelles, en l’occurrence l’eau du Nil, via les aménagements hydrauliques, et la conquête du désert, par les « fronts pionniers » agricoles, étudiés par Delphine Acloque, et les villes nouvelles.

26Face à l’augmentation de la population et pour résoudre le problème de la ressource en eau nécessaire aux activités agricoles garantes de la sécurité alimentaire, l’État nassérien désire réaliser un réservoir capable de contenir l’intégralité de la crue du Nil. L’objectif du Haut-Barrage d’Assouan est d’augmenter la production agricole par la bonification des terres et la maîtrise de l’irrigation. L’ouvrage, une retenue d’eau de 162 milliards de m3, dont la construction est décidée en 1956, est inauguré en 1971 et entre en pleine production en 1975. Son coût écologique est très élevé mais le barrage suspend le risque de famine généré par le déséquilibre entre une population sans cesse plus nombreuse et la vulnérabilité et l’instabilité des ressources naturelles et agricoles [Ayeb, 2001]. Il permet la colonisation de nouvelles terres sur les marges désertiques du Delta, une dynamique qui se poursuit jusqu’à aujourd’hui [Acloque, 2017, 2020].

  • 28 « Al-zirā’a : mašrū’ al-deltā al-ǧedīda yī’aūḍ al-faqd fī al-‘ārāḍī al-zirā’īyya min al-bunā’ al-ǧā (...)

27Un mégaprojet de « Nouveau Delta » a été annoncé par le Président Abdel Fattah al-Sissi en mars 2021 et les premières réalisations inaugurées en mai 2022 (Figure 2). Il sera situé dans le désert occidental et s’étendra sur les gouvernorats de Matrouh, d’Alexandrie, de Beheira et de Gizeh. D’une superficie de 2,2 millions de feddans, dont un million dédié à l’agriculture, il représentera 2 % de la superficie cultivable égyptienne qui devrait être portée à 7,6 millions de feddans d’ici 2024. Les acteurs politiques soulignent que la surface cultivable aura alors augmenté de 50 % depuis l’époque pharaonique. Les discours hyperboliques sur ce projet « géant », à la localisation stratégique de « génie » proche des routes commerciales terrestres et maritimes, mettent en miroir le « nouveau » et l’« ancien » deltas. Le coût total estimé est de 300 milliards de livres égyptiennes (soit environ 11,4 milliards d’euros) ; la bonification d’un feddan coûterait 200 000 livres égyptiennes (7 600 euros). Le Président et les différents ministères impliqués avancent trois objectifs principaux : la mise en œuvre d’une agriculture moderne capable d’assurer la sécurité alimentaire du pays, qui importe aujourd’hui 65 % de sa nourriture, la création de 5 millions d’emplois directs et indirects dans l’agriculture et les industries agro-alimentaires, la compensation partielle de la destruction des terres agricoles du cœur deltaïque historique, tout en absorbant une partie de la croissance démographique. Dans la continuité d’autres projets plus anciens comme celui de Toshka, lancé en 1997 pour créer une nouvelle vallée, le Nouveau Delta prévoit, sans leur en donner le nom, des migrations organisées vers le désert. Dans un contexte de stress hydrique amené à s’accroître du fait du réchauffement climatique, la communication gouvernementale met l’accent sur les innovations en matière d’irrigation et sur l’implantation d’une usine de retraitement des eaux usées agricoles. Paradoxalement, l’agriculture désertique devient la vitrine de l’agriculture durable en Égypte. Le Nouveau Delta répond à la volonté de création d’une « Nouvelle République » incarnée par plusieurs mégaprojets tels que la Nouvelle Capitale Administrative, la ligne à grande vitesse Ain Sukhna-Al-Alamein ou l’aménagement du lac Bardawil dans le Sinaï28. Il s’inscrit aussi dans une histoire plus longue de conquête du désert qui lie front pionnier et construction nationale [Acloque, 2022].

Figure 2 : Un mégaprojet de conquête du désert : le Nouveau Delta

Figure 2 : Un mégaprojet de conquête du désert : le Nouveau Delta

28Ces nouvelles terres agricoles ne résolvent cependant pas la question du logement. Le delta et la vallée du Nil sont présentés comme saturés, au bord de la rupture socio-économique et environnementale. De fait, les densités y sont extrêmement élevées (Figure 3). Si la densité moyenne à l’échelle du pays est de 100 habitants/km2, la densité moyenne dans l’espace réellement occupé est de 1 140 habitants/km2, soit l’une des plus fortes au monde.

Figure 3 : Un écoumène restreint aux fortes densités

Figure 3 : Un écoumène restreint aux fortes densités
  • 29 « Egypt faces overpopulation, plans to build 45 new cities. », Egypt Today, 08/11/21, [https://www. (...)
  • 30 Discussion informelle avec Mustafa, 61 ans, enseignant retraité, de retour en Égypte après avoir pa (...)

29Dans ce contexte, le désert apparaît comme une soupape de décompression. Depuis Anouar el-Sadate et la loi n°79 de 1979 qui prévoyait un programme de construction de 22 villes ex-nihilo, les gouvernements successifs ont misé sur le déplacement d’une partie de la population vers les villes nouvelles. Leur création s’inscrit dans une volonté étatique de rééquilibrage de la population nationale dans un contexte de très forte croissance démographique. Elles remplissent un objectif de fixation des populations et surtout de réorientation de la population des villes mères, présentées comme débordées, vers des zones moins denses et jusqu’alors non urbanisées. Initialement concentrées en périphérie du Caire [Barthel, 2011], elles s’égrènent désormais sur l’ensemble du territoire. Actuellement, plusieurs dizaines de villes nouvelles de quatrième génération sont prévues et la communication gouvernementale insiste sur le fait qu’elles sont à la pointe du développement durable et qu’elles aideront à absorber le surplus démographique29. Elles répondent à une logique de l’anti-densité par opposition aux villes centres [Barthel, 2017], un discours repris par leurs habitants, à l’instar de Mustafa qui a préféré s’installer à New Damiette à son retour d’Arabie Saoudite, plutôt qu’à Damiette, sa ville natale, qu’il qualifie de « bondée, où l’on a du mal à respirer »30. Les villes nouvelles sont présentées comme la solution miracle permettant de soulager le delta et la vallée du Nil. Leur succès est cependant limité, les taux de vacance demeurant élevés, de l’ordre de 35 à 60 % [Sims, 2015], et elles servent aujourd’hui autant la spéculation foncière et immobilière que la politique démographique.

Conclusion

30D’inspiration populationniste au XIXe siècle, le discours officiel sur la démographie égyptienne est aujourd’hui néo-malthusien, préconisant une limitation des naissances. Différentes narrations se mettent en place autour de la croissance de la population. Elles articulent pauvreté, sous-développement et dépassement de la capacité de charge des socio-éco-systèmes. Elles rejettent quasi systématiquement la faute sur les classes populaires, présentées comme irresponsables. La volonté « incontrôlée » des Égyptiens et des Égyptiennes de faire des enfants menacerait la stabilité de l’État et l’habitabilité du pays. La question des ressources naturelles, l’eau et les terres arables en premier lieu, a toujours été centrale, mais est réactualisée à l’aune des changements environnementaux globaux. Le réchauffement climatique menace les activités agricoles dans la Vallée. Le Delta, pour sa part, zone extrêmement peuplée, est vulnérable à la montée des eaux et pourrait se voir amputé d’une portion non négligeable de sa superficie, ce qui soulève un certain nombre de questions en termes de migrations à venir et de sécurité alimentaire.

31Par effet miroir, la crise devrait permettre de saisir la normalité [Roitman, 2013]. Néanmoins, le caractère continu de ces discours depuis près de 70 ans, rend difficile d’imaginer une situation d’équilibre. La « crise démographique » est devenue une constante de la politique égyptienne au service des gouvernants. Si ces discours sont aussi présents au quotidien dans la presse et les événements officiels, c’est effectivement parce que la « crise démographique » est intrinsèquement politique : elle questionne la capacité de l’État à maîtriser sa population et à gérer son territoire. Dans un monde où l’abondance des ressources naturelles est profondément remise en question, la croissance démographique continue vient interroger la vision d’un État-providence réellement protecteur. Dans ce contexte, la mise en avant de la présidence d’Abdel Fatah al-Sissi comme une grande charnière de l’histoire égyptienne, comparée à l’époque pharaonique et marquée par de nouveaux mégaprojets de conquête du désert, met en scène l’efficacité du pouvoir en place.

Haut de page

Bibliographie

Acloque Delphine, 2022, « Frontière désertique, front pionnier et territorialisation. Approche à partir du cas égyptien » [en ligne], Géoconfluences.
Disponible sur : https://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/geographie-critique-des-ressources/articles/front-pionnier-delta-nil-egypte

Acloque Delphine, 2020, « Le front pionnier agro-désertique égyptien, par-delà rural et ruralité ? » [en ligne], EchoGéo, 54.
Disponible sur : http://journals.openedition.org/echogeo/20441

Acloque Delphine, 2017, « Recomposition des acteurs et des espaces agricoles égyptiens : enjeux politiques, socio-économiques et alimentaires », Revue d’Économie Régionale Urbaine, 3, pp. 457–482.

Al Zalak Zakarya, Goujon Anne, 2017, « Exploring the fertility trend in Egypt », Demographic Research, 37(32), pp. 995–1030.

Ambrosetti Elena, 2021, Égypte, l’exception démographique, Paris, Ined Éditions, 256 p.

Ayeb Habib, 2001, « L’Égypte et le barrage d’Assouan. Que serait l’Égypte sans ce très grand barrage ? », Hérodote, 103(4), pp. 137–151.

Badr Zahraa, 2021, « More or More of the Same: Ownership Concentration and Media Diversity in Egypt », The International Journal of Press/Politics, 26(4), pp. 774–796.

Barthel Pierre-Arnaud, 2017, « Le Caire : entre rentes et révoltes », in Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 109–149.

Barthel Pierre-Arnaud, 2011, « Repenser les « villes nouvelles » du Caire : défis pour mettre fin à un développement non durable », Égypte/Monde arabe, 8, pp. 181–207.

Billion Didier, Parant Alain, 2020, « L’Égypte, un géant au bord de la rupture », Futuribles n°438, pp. 69-90.

Bonnecasse Vincent, Brachet Julien, 2013, « Les « crises sahéliennes » entre perceptions locales et gestions internationales », Politique africaine, 130(2), pp. 5–22.

Courbage Youssef, 2015, « Égypte, une transition démographique en marche arrière », [en ligne] Orient XXI, 9 July 2015.
Disponible sur : https://orientxxi.info/magazine/egypte-une-transition-demographique-en-marche-arriere,0956#:~:text=En%202001%20on%20d%C3%A9nombrait%201,faut%20plus%20que%2028%20ans.

Denis Éric, Moriconi-Ebrard François, 1998, « La population de l’Égypte 1897-1996. Les modalités régionales de la croissance », L’Information Géographique, 62(1), pp. 12–23.

Desrosières Alain et Kott Sandrine, 2005, « Quantifier », Genèses, 2005, no 58, p. 2.

Dobry Michel, 1986, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 320 p.

Doignon Yoann, 2020, « Les transitions démographiques des pays méditerranéens depuis 1950 », Géoconfluences.
Disponible sur : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/la-mediterranee-une-geographie-paradoxale/articles-scientifiques/transitions-demographiques

Doignon Yoann, Ambrosetti Elena, Miccoli Sara, 2021, « The spatial diffusion of fertility decline in Egypt (1950–2006) », Genus, 77(1), p. 23.

Fanchette Sylvie, 1997, Le delta du Nil : densités de population et urbanisation des campagnes, Tours, URBAMA, 389 p.

Farag Iman, 1994, « Identité, natalité ou les avatars d’une conférence internationale », Égypte/Monde arabe, 20, pp. 43–66.

Fargues Philippe, 2011, « Croissance et mutations démographiques au XXe siècle », in Battesti Vincent, Ireton François (dir.), L’Égypte au présent. Inventaire d’une société avant révolution, Arles : Paris, Sindbad-Actes Sud, pp. 41–71.

Ghanem Samar Khairy, 2018, « The relationship between population and the environment and its impact on sustainable development in Egypt using a multi-equation model », Environment, Development and Sustainability, 20(1), pp. 305–342.

Hortonéda Jeanine, 2005, « Sécurité, territoire, population et Naissance de la biopolitique de Michel Foucault Contrechamp », Empan, 59(3), pp. 61–70.

Khedr Mosaad, 2019, « Challenges and Issues in Water, Climate Change, and Food Security in Egypt », in Negm Abdelazim M. (dir.), Conventional Water Resources and Agriculture in Egypt, Cham, Springer International Publishing, The Handbook of Environmental Chemistry, pp. 229–243.

Malthus Thomas Robert, 1826, An Essay on the Principle of Population, London, John Murray Ed., 134 p.

Morin Edgar, 2012, « Pour une crisologie », Communications, 91(2), pp. 135–152.

Mostafa Eman, 2020, « Aṯar al-ziyyāda as-sakāniyya al-maltasār’a ‘alā al-tanmiyya al-malstadāma fī miṣr ḫilāl al-fatra 1977-2018 », Arab Journal of Administration, 40(2), pp. 141-160.

Mutin Georges, 2006, « Quel avenir hydraulique pour l’Égypte ? », Confluences Méditerranée, 58(3), pp. 115–126.

Radovich Emma, El-Shitany Atef, Sholkamy Hania, Benova Lenka, 2018, « Rising up: Fertility trends in Egypt before and after the revolution », PLOS ONE, 13(1).
Disponible sur : https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0190148

Roitman Janet, 2013, Anti-Crisis, Durham, NC, Duke University Press, 176 p.

Sims David, 2015, Egypt’s Desert Dreams, Cairo, The American University in Cairo Press, 402 p.

Steffen Will, Richardson Katherine, Rockström Johan, Cornell Sarah E., Fetzer Ingo, Bennett Elena M., Biggs Reinette, Carpenter Stephen R., de Vries Wim, de Wit Cynthia A., Folke Carl, Gerten Dieter, Heinke Jens, Mace Georgina M., Persson Linn M., Ramanathan Veerabhadran, Reyers Belinda, Sörlin Sverker, 2015, « Planetary boundaries: Guiding human development on a changing planet », Science, 347(6223).
Disponible sur : https://www.science.org/doi/10.1126/science.1259855

Tucker Judith, 1979, « Decline of the Family Economy in Mid-Nineteenth-Century Egypt », Arab Studies Quarterly, 1(3), pp. 245–271.

Haut de page

Notes

1 https://www.cedejcapmas.org/

2 « aṣā : miṣr zādat ruba’ milyūn nisma ḫilāl 50 yumiān », Cairo24, 24/08/21 [https://tinyurl.com/yavfypw8 ; dernière consultation le 19/06/22].

3 « « Raqam lā tataḥamluh āī dawla »… wazīra at-taḫṭīṭ : miṣr tušahid kul ‘ām 2.5 milyūn mawlūd », Akhbar al-Youm, 25/01/22 [https://tinyurl.com/4dzck7m7 ; dernière consultation le 20/06/22].

4 « Al-Sīsī : mu’adalāt ṭatūir al-dawla lam tatahsin fī āḫr 150 sana bisabab al-namū al-sakānī », Al Borsa, 23/01/21 [https://alborsaanews.com/2021/01/23/1414528 ; dernière consultation le 19/06/22], « Hāla al-Sa’īd : al-zīyāda as-sakāniyya tū’aṯir salibān ‘alā daḫl al-fard wa at-ta’līm wa as-ṣaḥa », El Watan, 02/03/22 [https://www.elwatannews.com/news/details/5975083 ; dernière consultation le 19/06/22].

5 « Wazīr al-māliyya : yījib al-tasdī lil-zīyāda al-sakāniyya bil-tašrī’āt wa al-mušāraka al-muǧtama’iyya », Shorouk, 24/08/21 [https://tinyurl.com/2m7ar35w ; dernière consultation le 21/06/22].

6 « Al-Sīsī lil-mūātīn : lamā bitḫalif ākṯar min ṭifl bitḥuṭ nafsak fī muškila », Masrawy, 22/12/21 [https://tinyurl.com/578cfzc7 ; dernière consultation le 20/06/22].

7 « Al-ra’īs al-Sīsī : al-namū al-sakānī kān ān yu’adī īlā tadmīr al-dawla ‘ām 2011 », Cairo24, 14/08/21 [https://tinyurl.com/4s792dur ; dernière consultation le 19/06/22]. « Sisi links political unrest to population growth in public address calling for birth control », Mada Masr, 17/02/21 [https://www.madamasr.com/en/2021/02/17/news/politics/sisi-links-political-unrest-to-population-growth-in-public-address-calling-for-birth-control/ ; dernière consultation le 19/06/22].

8 « Ra’īs ṣaha al-šīyyūḫ : al-muškila al-sakāniyya ṯānī āḫṭar tihadīd al-‘āmn al-qaūmī b’ad al-‘īrhāb », Shorouk, 28/03/22 [https://tinyurl.com/yf6aavzw ; dernière consultation le 22/06/22].

9 « Madbūlī : taḫfīḍ al-zīyāda as-sakāniyya « qaḍīyya hayya āū mūt » … wa āhtīyyāǧātnā al-ǧadīda tafūq qadarāt al-dūwal al-mutaqadima ‘alā maǧābahthā », Daarb, 28/02/22 [https://tinyurl.com/323d7nwf ; dernière consultation le 19/06/22].

10 « "Ethiopia's dam and overpopulation are Egypt's two most serious challenges": Irrigation Minister tells Senate », Al Ahram, 18/04/21 [https://tinyurl.com/mr47c9zp ; dernière consultation le 19/06/22]. « Ar-raī : miṣr tuāǧah al-‘adīd min at-taḥdiyyāt al-mā’iyya ‘alā rāshā sad an-nahḍa wa al-zīyāda as-sakāniyya », Al Borsa, 02/12/21 [https://alborsaanews.com/2021/12/02/1487053 ; dernière consultation le 19/06/22].

11 Entretien avec Salah, 42 ans, agriculteur dans le gouvernorat de Menoufeyya, le 4 juin 2021.

12 « Al-zīyāda al-sakāniyya talathum naṣīb al-fard min al-raq’aa al-zirā’iyaa fī misr », El-Watan, 01/03/21, [https://www.elwatannews.com/news/details/5344340 ; dernière consultation le 16/05/21].

13 Le feddan est une mesure agraire qui correspond à 0,42 hectare, Soit 4 200 m2.

14 Entretien avec Ali, 45 ans, agriculteur et instituteur, Menoufeyya, le 10 décembre 2021.

15 Entretien avec Mido, 42 ans, employé de bureau à Alexandrie, vivant à Kafr el-Dawar (Beheira), Alexandrie, le 6 octobre 2021.

16 Entretien avec Hamdi, 48 ans, employé dans un syndicat, Menoufeyya, le 7 octobre 2022.

17 Entretien avec Samir, 34 ans, vendeur de frigidaires, diplômé de la faculté d’Agriculture, Qaliubeyya, le 9 décembre 2021.

18 Entretien avec Mokhtar, 78 ans, employé de bureau retraité, originaire de Menoufeyya, Alexandrie, le 3 juillet 2022.

19 Une fatwa est un avis juridique donné par un spécialiste de la loi islamique. En Égypte, elles sont principalement émises par Dar al-Ifta.

20 « Nā’ib at-tansīqiyya yiṭālib bi-āstrātīǧiyya wāḍha li-taqlīl al-zīyāda as-sakāniyya », Masrawy, 10/04/22 [https://tinyurl.com/2p9v3vyw ; dernière consultation le 19/06/22].

21 Agenda national lancé en 2016 par le gouvernement égyptien, fixant huit objectifs à atteindre d’ici 2030 pour répondre aux Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies.

22 « Al-Sīsī: “ miš hanas bi-tiḥsin ġīr lamā īnḫafaḍ al-namū al-sakānī ilā 4 000 ālf sanaūiyan ” », Al-Masrawy, 16/02/2021, [https://tinyurl.com/7fkcvw ; dernière consultation le 16/05/21].

23 « Egypt’s PM reviews national strategy to control population growth », Daily News Egypt, 23/12/20, [https://dailynewsegypt.com/2020/12/23/egypts-pm-reviews-national-strategy-to-control-population-growth/ ; dernière consultation le 16/05/21].

24 Religieux sunnite qui interprète la loi musulmane. Son élection par le Conseil Suprême d’Al-Azhar est ratifiée par le Président. Il est la plus haute autorité religieuse du pays avec le Cheikh d’Al-Azhar.

25 « ‘Alī Gom’a : al-zīyāda al-sakāniyya fī misr “maḏmūma” wa al-šar’a lam īāmarnā bi-‘adad mu’aīn », El-Watan, 21/02/21, [https://www.elwatannews.com/news/details/5323458 ; dernière consultation le 16/05/21].

26 « Egypt's grand mufti legalises use of contraceptives to limit population growth », Middle East Monitor, 04/01/22 [https://www.middleeastmonitor.com/20220104-egypts-grand-mufti-legalises-use-of-contraceptives-to-limit-population-growth/ ; dernière consultation le 19/06/22].

27 « Maṣdar : bada’ tadrīs māda « al-zīyāda as-sakāniyya » bi-l-ǧāma’āt fī al-‘ām al-ǧedīd… wi taḥdīd maūā’īd īmtiḥānāt « ḥuqūq al-īnsān » », Cairo24, 18/05/21, [https://tinyurl.com/2ty76xam ; dernière consultation le 19/05/21].

28 « Al-zirā’a : mašrū’ al-deltā al-ǧedīda yī’aūḍ al-faqd fī al-‘ārāḍī al-zirā’īyya min al-bunā’ al-ǧā’īr », Youm7, 30/03/21 [https://tinyurl.com/2p83vzfh ; dernière consultation le 22/06/22].

29 « Egypt faces overpopulation, plans to build 45 new cities. », Egypt Today, 08/11/21, [https://www.egypttoday.com/Article/1/109702/Egypt-faces-overpopulation-plans-to-build-45-new-cities ; dernière consultation le 20/06/22].

30 Discussion informelle avec Mustafa, 61 ans, enseignant retraité, de retour en Égypte après avoir passé 25 ans en Arabie Saoudite, New Damiette, le 2 novembre 2022.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La « surpopulation » accusée de tous les maux
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13211/img-1.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure 2 : Un mégaprojet de conquête du désert : le Nouveau Delta
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13211/img-2.png
Fichier image/png, 263k
Titre Figure 3 : Un écoumène restreint aux fortes densités
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13211/img-3.png
Fichier image/png, 384k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Bonnefoi, « Le cap des 100 millions en Égypte. Discours de crise et stratégies à l’aune des changements environnementaux globaux »Espace populations sociétés [En ligne], 2022/2-3 | 2022, mis en ligne le 21 février 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/eps/13211 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.13211

Haut de page

Auteur

Florian Bonnefoi

Doctorant CNRS en géographie, UMR 7301 Migrinter/CEDEJ, Université de Poitiers, France, agrégé de géographie, fellow Institut Convergences Migrations
Coordonnées : florian.bonnefoi[at]univ-poitiers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search