Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2022/2-3RecensionLaurent Davezies. L’État a toujou...

Recension

Laurent Davezies. L’État a toujours soutenu ses territoires

Paris, Éditions du Seuil & La République des Idées, 2021
Jean-Marc Stébé
Référence(s) :

Laurent Davezies. L’État a toujours soutenu ses territoires, Paris, Éditions du Seuil & La République des Idées, 2021

Texte intégral

  • 1 Lévy Jacques, Fauchille Jean-Nicolas et Ana Povoas, Théorie de la justice spatiale. Géographies du (...)
  • 2 Cf. Fortin Daniel, « Le mythe de la fracture territoriale », Les Échos, 5 mars 2021.
  • 3 Ouvrage publié en collaboration avec Christophe Noyé aux Éditions Autrement.
  • 4 Soit de Paris avec ses 12 millions d’habitants à Dijon avec ses 377 000 habitants, en passant par T (...)

1On lit et on entend un peu partout que la géographie économique et sociale de la France serait marquée par un important décrochage entre les métropoles et les territoires périphériques. Cette idée, qui affirme que le territoire français est fracturé et que seules comptent désormais les grandes aires urbaines au mépris d’une « France périphérique » abandonnée à son triste sort, est, si l’on en croit Jacques Lévy, Jean-Nicolas Fauchille et Ana Povoas1, une véritable construction imaginaire. Depuis une bonne quinzaine d’années, cette « légende des temps modernes »2 a fait florès tant au sein de la sphère politico-médiatique que dans certains cercles d’intellectuels. Un des premiers essayistes à mettre sur le devant de la scène l’idée selon laquelle il existe en France de fortes inégalités territoriales est certainement Christophe Guilluy. Ce géographe de formation n’a de cesse de montrer au fil de ses essais (Atlas des nouvelles fractures sociales en France, 20043 ; Fractures françaises, 2010 ; La France périphérique, 2014 ; Le crépuscule de la France d’en haut, 2016) comment le territoire français se fracture. Il affirme sans ambages que la France est coupée en deux. D’un côté, on trouverait une « France métropolitaine » dynamique et entreprenante, constituée des 25 plus grandes aires urbaines4, comprenant « les zones denses des agglomérations et une partie des couronnes périurbaines ». De l’autre, face à cette « France métropolitaine » se dessinerait, selon Guilluy, la fameuse « France périphérique » organisée autour des villes petites et moyennes, des espaces ruraux, des communes multipolarisées et des espaces périurbains « contraints ». Ce vaste ensemble socio-géographique relégué et oublié regrouperait environ 34 000 communes (sur 35 000 communes), soit près de 40 millions d’habitants, dont les trois quarts appartiennent aux catégories populaires.

  • 5 Dufrègne Jean-Paul et Jean-Paul Mattéi, « Rapport d’information déposé par le Comité d’évaluation e (...)

2Plus récemment, et dans la même veine, les deux rapporteurs de la mission d’évaluation de l’accès aux services publics dans les territoires ruraux notaient que « plusieurs décennies de repli des services publics sous le signe des économies budgétaires […] ont durablement marqué le territoire. »5 En effet, selon les auteurs du rapport, les vagues successives de réforme de l’action publique se sont traduites par la fermeture de nombreux services publics, accentuant dans les territoires ruraux, souvent éloignés des infrastructures de transport et parfois dépourvus d’une couverture numérique, le sentiment d’isolement, voire de relégation. « Sans population, les services publics ont vocation à disparaître et, là où les services publics ne sont pas accessibles, de nouveaux habitants ne s’installeront pas », résume le rapport.

3À la même époque, le mythe de la fracture territoriale a été l’un des moteurs du très protéiforme mouvement des « gilets jaunes ». Se réunissant sur les ronds-points et défilant tous les samedis au cours des années 2018-2019, les participants de ce mouvement, dont une grande part était issue de petites et moyennes villes ainsi que de villages, ont largement diffusé l’idée selon laquelle les territoires périurbains et ruraux étaient oubliés et abandonnés par les pouvoirs publics. Ils n’hésitaient pas aussi à dénoncer l’existence de fortes inégalités fiscale et sociale entre les territoires.

  • 6 Publié dans la collection « La République des Idées » aux Éditions du Seuil, 2021.
  • 7 Selon le baromètre Ipsos-Villes de France publié le 11 février 2019, 80 % des Français interrogés j (...)
  • 8 Gateaud Pascal, « [Retour vers le futur] Pour en finir avec le mythe de la fracture territoriale », (...)
  • 9 Néau Cédric et Romain Gaspar, Laurent Davezies : « L’État n’abandonne pas ses territoires », La Gaz (...)
  • 10 Aurélien Hélias, « Quand un économiste dénonce la plaie d’un égalitarisme des territoires à tout pr (...)

4Dans son dernier ouvrage, au titre qui sonne comme une provocation « L’État a toujours soutenu ses territoires »6, Laurent Davezies, spécialiste des politiques territoriales, s’inscrit en faux contre ces représentations sociales de « territoires abandonnés » par l’État, d’« explosion des inégalités » et de « sécession » des métropoles, autrement dit contre le sentiment largement répandu dans le sens commun7 d’une France urbaine riche choyée par les pouvoirs publics versus une France périphérique en déclin et abandonnée. La thèse principale développée par l’économiste s’organise autour de l’idée selon laquelle en dépit de la concentration croissante des richesses, les inégalités de revenu entre les territoires (régions, départements, communes) se réduisent. S’appuyant sur de nombreuses statistiques, à commencer par celle de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), l’auteur affirme dans L’Usine Nouvelle8 à propos de son ouvrage que « les vrais territoires abandonnés, ce sont ceux qu’on appelle les territoires perdus de la République, dans les zones urbaines […]. Je ne suis pas en train de dire que tout va bien dans les territoires ruraux. Mais force est de constater qu’ils n’ont pas été désertés par les services publics, c’est faux… L’État est, et reste, le principal aménageur des territoires les plus vulnérables. » Commentant et expliquant dans La Gazette des communes, des départements, des régions9 les différents éléments statistiques présentés dans son dernier livre, Laurent Davezies n’hésite pas à affirmer que « l’État est en réalité protecteur en termes d’emplois, de dépenses publiques et de redistribution depuis longtemps. S’il y a eu ‘‘abandon’’ de ces territoires, c’est le fait de leurs entreprises, puis de leurs populations et particulièrement des jeunes. » En abordant ces thèmes et en mettant en évidence les réalités territoriales, le professeur émérite au Centre national des arts et métiers (CNAM) est conscient d’avancer à contre-courant des thèses développées par nombre d’élus et par beaucoup de ses collègues universitaires. Et pourtant, ce sont bien les chiffres et les données empiriques qui parlent et qui sont à la base de la réflexion ne cesse-t-il de répéter : « je récupère toutes les données publiques disponibles (INSEE, impôts, etc.) et j’observe, c’est tout ! »10 insiste-t-il.

Les métropoles « de véritables poules aux œufs d’or »

5Organisé autour de quatre chapitres, l’ouvrage de Laurent Davezies « L’État a toujours soutenu ses territoires » cherche à savoir si les inégalités territoriales existent bien, et si elles existent, de quel type d’inégalités s’agit-il ? Pour le professeur émérite, si l’on regarde de près les effets concrets du jeu de la redistribution opéré par l’État-Providence, les inégalités territoriales ne sont guère au rendez-vous. Affirmer cela ne l’empêche pas de montrer que, depuis plusieurs décennies, on observe un mécanisme de concentration de l’emploi salarié privé et des richesses dans les territoires métropolitains. C’est ainsi que l’Île-de-France (IDF), avec un poids inchangé par rapport à la population nationale, a vu sa part du Produit intérieur brut (PIB) national passer de 27 % en 1980 à 31 % en 2015 (p.13-14). Entre 2006 et 2016, la région IDF a accumulé 38 % des créations nettes d’emplois du pays. « Désormais, c’est le plus gros qui grossit le plus vite », écrit Laurent Davezies (p. 13). Globalement, les aires urbaines des vingt-et-une principales métropoles françaises ont vu leurs emplois salariés privés progresser de près de 8 % entre 2007 et 2018, contre moins de 3 % en moyenne nationale. Mais cette progression est très inégale : sept d’entre elles enregistrent un recul de leurs emplois (Metz, Nancy et Dijon entre autres), quand Toulouse ou Nantes effectuent une forte progression, respectivement, de 22 % et 20 % (p. 17).

6Davezies note également qu’il existe une hyper-concentration des activités désignées comme « métropolitaines » (numérique, ingénierie, activités de contrôle et analyse techniques, conseils de gestion, programmation et autres activités informatiques…). Considérées comme les supports de la croissance de demain, ces activités stratégiques se déploient essentiellement dans les quatre grandes aires urbaines que sont Paris, Lyon, Toulouse et Nantes, avec un poids déterminant de l’aire urbaine parisienne (p. 18 et 19).

7Mais le professeur d’économie montre aussi que malgré ce boom économique des métropoles, les disparités de développement territorial reculent : les inégalités interrégionales de revenu disponible brut (RDB) par habitant ne cessent de se réduire depuis les années 1980, et même depuis la décennie 1960. La principale raison de cette réduction s’explique essentiellement par le fait que la constitution du revenu des ménages dépend aujourd’hui « plus de la circulation publique et privée des revenus que de la création de richesse dans leurs territoires. » (p. 10-11). Ce sont par exemple les salaires des navetteurs perçus en ville mais qui seront majoritairement dépensés ailleurs, sur leurs lieux de résidence – dans les espaces périurbains et ruraux entre autres –, ou encore les diverses allocations financées sur fonds publics versées aux ménages. Les métropoles sont donc de « véritables poules aux œufs d’or » pour le reste du territoire nous dit le spécialiste des politiques territoriales (p. 11).

Les territoires éloignés des métropoles ont-ils été abandonnés ?

8D’une manière générale, c’est la notion d’abandon des territoires excentrés que M. Davezies conteste, reprenant ici sa thèse féconde de capacités de développement alternatif, construites autour de l’attractivité résidentielle (dont le tourisme), les nouvelles formes d’organisation du travail (télétravail) ou du renforcement de l’emploi non marchand en lien avec l’expansion du care. C’est ainsi que les 6 900 communes que l’INSEE dénomme « isolées hors influence des pôles » regagnent des habitants depuis le début de la décennie 2000, et ce après des décennies d’exode rural. Alors que les activités industrielles et agricoles périclitent, celles liées au commerce, à la restauration et à la santé montent en puissance, et les débits de boissons, dont certains diversifient leur activité, réapparaissent dans les campagnes.

9Si l’on pointe la focale sur la question de la couverture médicale des différents territoires, l’INSEE observe que sur les 6 900 communes rurales isolées, on trouve la même couverture en médecine générale de ville (un médecin pour 1 000 habitants en 2018) qu’en moyenne dans la France de province (p. 51). Sur l’éducation, on note les mêmes dynamiques. L’État déploie un budget plus conséquent par élève dans les écoles, collèges et lycées des territoires périphériques et au niveau de la diagonale entre la Lorraine et les Landes, qu’au sein des métropoles ou des régions les plus denses. En 2019, la dotation globale de fonctionnement par habitant y est en moyenne de 36 % supérieure à la moyenne nationale alors que le potentiel fiscal par habitant est inférieur de 10 % (p. 51-52).

10D’une façon générale, sur les onze départements dans lesquels la population a régressé et où l’emploi privé s’est effondré depuis deux décennies, l’emploi public a continué son ascension dans neuf d’entre eux. Laurent Davezies insiste sur le fait que les emplois non marchands ont joué un rôle de parachute, même s’il reconnaît que cela a été parfois insuffisant.

Des points positifs malgré quelques interrogations

  • 11 Cf. la note de Giudicelli Jérôme sur l’ouvrage de Laurent Davezies in la revue Esprit, juillet-Août (...)

11Outre ce positionnement dans le débat à la fois étayé et à contre-courant, l’ouvrage de Laurent Davezies avance nombre d’éléments fort pertinents pour la compréhension et l’analyse socio-économique des différents territoires français. L’auteur ouvre ainsi quelques focales au fil du propos, comme le paradoxe d’une économie numérique qui a de plus en plus besoin de s’insérer dans un territoire pour se développer, alors même qu’elle semble par définition délivrée des contraintes logistiques, ou encore le dilemme entre égalité sociale et égalité spatiale, selon que l’on se réfère au nombre d’habitants ou à la densité de la population, pour déterminer un juste accès aux services essentiels (santé, éducation…)11. Il n’en demeure pas moins que le livre aurait pu expliquer davantage la question de l’« emploi marchand ». En effet, Laurent Davezies en fait un instrument essentiel de l’équilibre entre territoires, mais il en précise peu les composantes (fonction publique, univers associatif…) et les différentes dynamiques. En outre, si le professeur émérite voit dans le développement du numérique, de la robotique, de la fabrication additive (imprimantes 3D)… une opportunité d’émergence d’un « nouveau cycle industriel » relocalisé où l’immatériel produirait le matériel, il reste néanmoins peu disert sur le devenir de la main d’œuvre salariée et sur l’organisation des qualifications dans ce nouveau type de production. Enfin, l’économiste montre bien les tendances générales à l’œuvre dans les territoires, mais il ne précise pas les conditions particulières du succès ou du retard de chaque aire urbaine : quelles sont les raisons pour lesquelles Metz ou Dijon ne parviennent pas à tirer leur épingle du jeu de la transformation en cours, ou pourquoi certaines villes moyennes, comme Beaune ou Draguignan, qui devraient être fragilisées, parviennent à s’en extraire par le haut ?

12Voici un ouvrage qui dérange et balaie nombre d’idées reçues sur les « fractures territoriales », l’augmentation croissante des inégalités fiscales et sociales entre les grandes aires urbaines et les petites et moyennes villes, ou encore sur la sécession des métropoles et l’abandon des territoires périphériques.

Haut de page

Notes

1 Lévy Jacques, Fauchille Jean-Nicolas et Ana Povoas, Théorie de la justice spatiale. Géographies du juste et de l’injuste, Paris Éd. Odile Jacob, 2018.

2 Cf. Fortin Daniel, « Le mythe de la fracture territoriale », Les Échos, 5 mars 2021.

3 Ouvrage publié en collaboration avec Christophe Noyé aux Éditions Autrement.

4 Soit de Paris avec ses 12 millions d’habitants à Dijon avec ses 377 000 habitants, en passant par Toulouse (1 330 000), Rennes (720 000), ou encore Nancy (433 000).

5 Dufrègne Jean-Paul et Jean-Paul Mattéi, « Rapport d’information déposé par le Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques sur l’accès aux services publics dans les territoires ruraux », Assemblée nationale, n° 2297, 10 oct. 2019.

6 Publié dans la collection « La République des Idées » aux Éditions du Seuil, 2021.

7 Selon le baromètre Ipsos-Villes de France publié le 11 février 2019, 80 % des Français interrogés jugent que les grandes métropoles et Paris sont les territoires qui bénéficient le plus de la politique du gouvernement de l’époque : http://www.villesdefrance.fr/upload/DP%20Villes%20de%20France_reveal_barometre_180213.pdf

8 Gateaud Pascal, « [Retour vers le futur] Pour en finir avec le mythe de la fracture territoriale », L’Usine Nouvelle, 13 mars 2021.

9 Néau Cédric et Romain Gaspar, Laurent Davezies : « L’État n’abandonne pas ses territoires », La Gazette des communes, des départements, des régions, in le dossier « Les métropoles vont-elles vampiriser leurs voisins ? », 05 mai 2021.

10 Aurélien Hélias, « Quand un économiste dénonce la plaie d’un égalitarisme des territoires à tout prix… », Le Courrier des Maires, le 04 juin 2021.

11 Cf. la note de Giudicelli Jérôme sur l’ouvrage de Laurent Davezies in la revue Esprit, juillet-Août 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Stébé, « Laurent Davezies. L’État a toujours soutenu ses territoires »Espace populations sociétés [En ligne], 2022/2-3 | 2022, mis en ligne le 21 février 2023, consulté le 25 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/eps/13380 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.13380

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Stébé

Professeur des universités
Université de Lorraine
Laboratoire lorraine de sciences sociales (2L2S
jean-marc.stebe[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search