Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2022/2-3Crises, dynamiques démographiques...

Crises, dynamiques démographiques et peuplement

Éditorial
Gil Bellis, Maria Carella, Byron Kotzamanis, Jean-François Léger et Alain Parant

Texte intégral

1Les crises, entendues comme périodes de rupture par rapport à des situations considérées comme normales, sont à ce point nombreuses et diverses que l’on peut finir par se demander si elles ne sont pas, au fond, des moments de régulation normaux des sociétés contemporaines. Il n’empêche que certains événements peuvent considérablement bouleverser, pendant des durées plus ou moins longues, le fonctionnement des sociétés et le comportement des populations.

2La démographie et la géographie humaine sont deux disciplines privilégiées pour prendre la mesure des conséquences des crises sur les populations et les territoires. L’altération du fonctionnement des sociétés peut déjà s’appréhender à partir de la mortalité. Celle-ci dépend en effet du contexte sanitaire, donc social et économique, dans lequel les populations vivent. L’espérance de vie à la naissance, qui est la synthèse des risques de mortalité à chaque âge, est ainsi reconnue comme un bon indicateur synthétique des conditions de vie offertes par un territoire à sa population. Nombreux sont ceux, y compris parmi les économistes, à considérer que l’espérance de vie à la naissance est un bien meilleur indicateur de niveau et de qualité de vie que le Produit intérieur brut par habitant (PIB/habitant). La fécondité des individus et des populations est de même souvent présentée comme un comportement synthétique de pratiques socio-culturelles plus larges, elles-mêmes liées au contexte dans lesquelles elles s’inscrivent. Quant aux migrations, souvent motivées par des impératifs socio-économiques, elles dépendent très largement des contextes économique et politique offerts par les territoires de départ et d’arrivée. Si la démographie donne la mesure de la mortalité, de la fécondité et des flux migratoires, la géographie de la population en apprécie les effets sur la distribution territoriale des populations et par conséquent le peuplement.

3De toutes les crises, la guerre est celle dont les conséquences sont les plus dramatiques. La Première Guerre mondiale en est un effroyable exemple : rien qu’en France métropolitaine, elle fit 1,5 million de morts, essentiellement des hommes jeunes. La mobilisation intense de ces derniers pendant plus de quatre années s’est aussi traduite par un déficit de naissances dont l’ampleur est comparable à celle des victimes de la guerre. À la fin de celle-ci, la population de la France a ainsi perdu, en raison de la forte mortalité et de sa natalité très faible pendant quatre ans et demi, au moins 3 millions de personnes. Sa pyramide des âges fut en outre défigurée et il faudra près de cent ans pour que les traces démographiques de cette guerre disparaissent complètement. Ce conflit et ses conséquences démographiques à court, moyen et long termes sont détaillés par Gil Bellis, Jean-François Léger et Alain Parant dans un dossier pédagogique consacré à ce véritable cataclysme démographique.

4Par l’ampleur de ses conséquences démographiques, la guerre de 1914-1918 permet de relativiser la portée des nombreuses crises contemporaines, qu’elles soient militaires, géopolitiques, économiques, sanitaires ou environnementales. Néanmoins, une crise s’évalue avant tout dans son contexte. Une crise est en effet un moment de rupture que les populations subissent dans un cadre de vie particulier, et c’est par rapport à ce dernier qu’elles sont amenées, le cas échéant, à réagir. Le « sacrifice » des jeunes générations contemporaines dont on a beaucoup parlé au moment des confinements successifs lors de l’épidémie de Covid-19 (les enfants, adolescents et jeunes adultes privés notamment de sociabilité pendant quelques semaines) peut paraître bien dérisoire par rapport à celui des jeunes hommes pendant la guerre de 1914-1918, au cours de laquelle certains contingents d’appelés ont perdu jusqu’au quart des effectifs initiaux (ce fut, par exemple, le cas de la génération 1894), sans compter les nombreux blessés, traumatisés et autres « gueules cassées ». Pourtant, comme le précise une très récente étude conduite par Santé publique France [Léon, du Roscoät, Beck, 2023], les traumatismes sont bien réels : « En France comme à l’étranger, la crise sanitaire provoquée par l’épidémie de Covid-19 a eu un impact important sur la santé mentale des populations ». Chez les jeunes adultes (18-24 ans), la prévalence des épisodes dépressifs est ainsi passé de 11,7 % en 2017 à 20,8 % en 2021.

5Peut-être davantage que d’habitude en sciences sociales, l’appréhension de la portée des crises nécessite donc de décentrer son regard et de bien saisir le contexte dans lequel elles s’inscrivent. Par exemple, si un Français peut pleinement saisir l’effet psychologique que la crise sanitaire a eu sur les populations, il lui est sûrement plus difficile de concevoir la portée qu’a pu avoir sur certains pays proches (le Portugal, l’Espagne, l’Italie par exemple) la crise financière de 2008 où les conséquences économiques ont été bien plus fortes qu’en France. C’est donc par rapport à la situation locale antérieure que l’on peut vraiment prendre la mesure d’une crise. Le temps est donc une dimension importante dans l’appréhension du lien entre population et crise : temps de la mesure statistique et démographique ; temps de la mesure historique d’une crise ; temps de la mesure politique. Or, dans les sociétés modernes, le temps est compressé : la mesure doit de plus en plus être instantanée, l’histoire s’écrivant en direct et le politique étant sommé de réagir immédiatement. Les chercheurs ne peuvent complètement s’affranchir de cette exigence contemporaine et de cet impératif de réponse instantanée à l’actualité, avec les difficultés méthodologiques et l’indispensable prudence que cela induit.

6Les articles réunis dans ce numéro d’Espace populations sociétés offrent un panorama diversifié mais non exhaustif des conséquences des crises contemporaines (de la dernière décennie du XXe siècle à aujourd’hui) sur les dynamiques démographiques ou/et le peuplement : diversité des types de crise (guerre ethnique, guerre civile, crise économique, crise sanitaire, crise environnementale), diversité des effets démographiques (mortalité, fécondité, migration), des contextes géographiques et culturels (Afrique sub-saharienne et du Nord ; Amérique du Sud ; Europe du sud, des Balkans au Portugal) et des temporalités (du temps long et de la mesure rétrospective au temps court et à l’évaluation en temps de crise).

7Ce numéro s’ouvre par une contribution importante de Christophe Bergouignan à la mesure de La mortalité de guerre au Burundi pendant la période 1993-2001. Cet article apporte des résultats originaux sur le nombre de décès et les facteurs de mortalité au cours de cette période caractérisée non seulement par des massacres de masse et une sanglante répression en 1993 (on parle de 140 000 victimes environ en quelques jours seulement), mais aussi par sept années (entre 1994 et 2001) de guérilla et d’exactions sporadiques et, enfin, par des déplacements et regroupements de population. Les résultats permettent de préciser les estimations officielles, notamment celles publiées par la Division de la Population des Nations unies. Mais en plus de cet apport démographique notable à la documentation de cette guerre, ce travail, fondé sur un dispositif d’enquête de grande envergure, révèle aussi à quel point il est difficile de mesurer avec précision la mortalité de guerre. Ce travail pose aussi la question de la réserve que les chercheurs doivent adopter, dans certains cas, en matière de collecte et de diffusion de leurs résultats. En effet, l’enquête sur laquelle se fonde le travail de Christophe Bergouignan a été effectuée quelques années seulement après la fin de la guerre, dans un contexte de transition politique où les rancœurs entre les communautés Hutus et Tutsis étaient encore vives. Le questionnement a ainsi évité de préciser l’appartenance ethnique et c’est seulement vingt ans après sa réalisation que les résultats peuvent être diffusés sans la moindre restriction.

8Il aurait vraisemblablement été aussi difficile, sinon impossible, de conduire une enquête de ce type dans les pays de l’ex-Yougoslavie au début des années 2000, quelques mois seulement après les combats et exactions meurtriers qui ont scandé la dislocation de la Yougoslavie de 1991 à 2001. Vingt ans plus tard, il est en revanche possible de saisir les conséquences de ce bouleversement géopolitique majeur dans les Balkans. C’est précisément ce que propose Dijana Spasenoska dont l’article Dynamics of life expectancy change during the transition to democracy in the ex-Yugoslav countries est consacré comme son titre l’indique aux « Évolutions de l’espérance de vie à la naissance durant la transition vers la démocratie des pays issus de la dislocation de la Yougoslavie ». Cet article montre bien l’intérêt qu’il y a à appréhender les phénomènes démographiques sur le temps long (plus de cinquante ans) afin de mieux saisir les variations induites par une crise et, éventuellement, ses effets différés une fois celle-ci terminée. Dans cet article, Dijana Spasenoska montre ainsi quelles furent les évolutions de l’espérance de vie à la naissance dans chacun des six pays issus de l’ex-Yougoslavie. Cela permet de mieux mesurer l’effet différentiel que la guerre a eu sur chacune des ex-régions de la Yougoslavie, qui ne constituaient déjà pas un ensemble très homogène dans les deux décennies qui ont précédé l’éclatement du pays.

9Dans les pays occidentaux, la principale crise des années 2000 ne fut pas militaire mais économique, dans le prolongement de la crise financière de 2008. En Europe, elle a plus particulièrement affecté les économies des pays du Sud du continent (Portugal, Espagne, Italie, Grèce). Dans un contexte socio-économique morose, qui a notamment entraîné de nombreuses émigrations de ces pays vers ceux comme l’Allemagne, la France ou les pays scandinaves, dont l’économie avait mieux résisté à cette crise, quelles furent les conséquences sur la fécondité ? Au Portugal, le questionnement était teinté d’une véritable inquiétude en raison du niveau déjà très bas, avant même le début de la crise, du niveau de la fécondité partout dans le pays ; on craignait même, à long terme, pour la pérennité démographique du pays ! La volonté d’atténuer ce déclin démographique et le vieillissement inhérent de la population a progressivement occupé l’agenda politique, comme le précisent Dulce Pimentel et Maria Cristina Sousa Gomes dans leur article intitulé Beyond the crisis : fertility variations and the family policies in the Portuguese municipalities (Au-delà de la crise : les variations de la fécondité et les politiques familiales dans les municipalités portugaises). Comme le titre l’indique sans ambigüité, les auteurs s’attachent tout particulièrement à mettre en parallèle les mesures politiques prises tant au niveau national que local et les évolutions régionales de la fécondité dans un contexte particulier où, à la crise économique qui perdurait, s’est ajoutée une crise sanitaire (l’épidémie de Covid-19).

10Giammarco Alderotti, Thais Garcia-Pereiro, Roberta Pace et Anna Paterno s’intéressent eux aussi à la fécondité en période de crise économique. Mais ils ajoutent à la crise un critère de vulnérabilité en focalisant leur attention sur l’une des populations les plus vulnérables sur le plan professionnel en période de crise économique : celle des immigrés. L’originalité de leur démarche réside aussi dans le fait qu’ils appréhendent les intentions de fécondité. Ils questionnent donc dans leur article Natives’ ans immigrants’ fertility intentions in Europe : the role of employment (Les intentions de fécondité des natifs et des immigrés en Europe : le rôle de l’emploi) le lien entre statut professionnel et désir d’enfant, qui peut être compris ici comme la capacité à se projeter de manière résolument optimiste dans l’avenir. Cette thématique originale se heurte toutefois à des difficultés méthodologiques qui soulignent à quel point la mesure des effets d’une crise sur les comportements demeure difficile. Les auteurs mobilisent en effet deux vagues de l’Enquête sociale européenne (ESS) conduites en 2004 et 2010. Il est donc impossible de mesurer en toute rigueur l’effet de la crise par la comparaison de deux mesures situées pour l’une en aval de la crise et pour l’autre en amont. En revanche, comme les auteurs le montrent, il est possible de mettre en relation la vulnérabilité des immigrés et leur intention d’avoir des enfants. Ici, le comportement démographique (l’intention d’avoir un enfant) est moins la conséquence éventuelle d’une crise qu’une des manifestations ou expressions de la perception par les immigrés d’une situation de crise personnelle (un statut professionnel vulnérable).

11Alors que la crise de 2008 commençait tout juste à appartenir à l’histoire, le Covid-19 est venu s’abattre sur la quasi-totalité des pays du monde avec une rapidité et une intensité rares, à tel point que quelques semaines, voire quelques jours seulement avant que la France ne soit mise sous cloche comme nombre de pays dans le monde, d’éminents experts qualifiaient encore ce qui allait devenir une pandémie mondiale majeure de simple « gripette ». Les recherches sur les conséquences de cette épidémie de Covid-19 sur la mortalité ou la fécondité n’ont pas manqué. Les médias ont de leur côté également beaucoup mis l’accent sur une (encore non avérée) ruée vers le rural et donc un exode urbain. Mais rares sont les recherches initiées sur le sujet. L’Insee a bien tenté, à partir des comptages anonymes fournis par trois opérateurs de téléphonie mobile, de mesurer les variations de population présente en France métropolitaine induites par le confinement, puis par la première phase de déconfinement [Galiana, Suarez Castillo, Sémécurbe, Coudin, de Bellefon, 2020]. Plus récemment, la reconstitution « des flux d’intentions de mobilité sur la base d’estimations immobilières de propriétaires et d’acheteurs sur la plateforme MeilleursAgents entre janvier 2019 et septembre 2021 » a permis de montrer de manière convaincante que « le souhait de migrer vers des municipalités rurales ou vers d’autres aires d’attraction a augmenté à mesure que la pandémie et les mesures restrictives se poursuivaient et a été particulièrement prononcé après la fin du troisième et dernier confinement » [Breuillé, Le Gallo, Verlhiac, 2022]. Ce numéro d’Espace populations sociétés propose deux nouvelles contributions originales sur ce thème d’actualité.

12Les confinements mis en œuvre à l’occasion de l’épidémie de Covid-19 puis les mesures adoptées pour limiter les déplacements et les concentrations de population, y compris dans les espaces professionnels, ont notamment conduit à renouveler l’organisation du travail dans le secteur tertiaire. Le monde a découvert zoom et le télétravail s’est rapidement imposé auprès de nombre d’actifs, non seulement comme une organisation de secours en réaction à une situation de crise sanitaire, mais aussi comme un mode de vie pérenne. Même si le télétravail a, depuis la levée des mesures destinées à contrôler la diffusion de l’épidémie, fait l’objet d’un encadrement strict au sein des entreprises et de la fonction publique, il est acquis aujourd’hui en France de pouvoir travailler chez soi un ou deux jours par semaine. Quelle(s) conséquence(s) cette nouvelle organisation du travail peut-elle avoir sur les choix résidentiels alors que les confinements ont ravivé le désir des Français pour la maison individuelle et les espaces de moindre densité, une préférence attestée par toutes les enquêtes conduites sur le thème des désirs des Français en matière d’habitation depuis 1945 [Girard, Stœtzel, 1947 ; Damon, 2017] ? C’est précisément la question que se sont posée Éléonore Pigalle et Cyril Atkinson pendant le premier confinement : Le télétravail est-il synonyme d’exode urbain ? Les enseignements du premier confinement. Leur article se fonde sur une enquête originale conduite par internet pendant le confinement. C’est donc une recherche « en direct » qu’ont menée Éléonore Pigalle et Cyril Atkinson, dans un contexte singulier qui a offert, comme le rappellent dans leur article les deux auteurs, « une fenêtre d’observation de ce que le télétravail permet en termes de mobilité résidentielle, puisqu’il a distingué les individus qui pouvaient et ont changé de résidence de ceux qui ont subi un confinement dans des logements exigus ».

13En Espagne aussi les confinements ont incité un certain nombre de personnes à se déplacer vers les espaces ruraux. C’est ce qu’a pu mesurer José Ramón Valero Escandell dans la province d’Alicante, à partir des statistiques démographiques les plus récentes, celles de l’année 2020, issues du Padrón, le registre municipal des habitants, qui est actualisé et diffusé chaque année par l’Institut national de la statistique espagnol (INE). C’est donc un bilan détaillé de la dynamique démographique de la population de cette province pendant l’année 2020, celle des confinements, que propose cet auteur. Une telle étude est encore impossible en France en raison des modalités de collecte des données du recensement. On peut même se demander s’il sera vraiment possible avec cette source de données de bien mesurer l’effet des confinements sur les mouvements résidentiels, puisque chaque millésime du recensement se fait sur la base d’une compilation et synthèse de cinq vagues annuelles d’enquête. De ce fait, la contribution de José Ramón Valero Escandell à la connaissance des effets démographiques de la pandémie de Covid-19 sur la mobilité résidentielle et le peuplement à l’échelle locale est particulièrement utile. Mais l’auteur ne s’arrête pas à ce simple constat comme le titre de son article l’indique nettement : La pandémie de Covid-19, facteur de revitalisation démographique des zones rurales ? Le cas de la province d’Alicante. L’auteur se demande en effet si les mouvements résidentiels observés en 2020, qui ont profité aux zones rurales et sont différents de ceux de la décennie 2010, ne sont qu’une réponse conjoncturelle à une situation de crise sanitaire ou bien l’amorce d’un renouveau pérenne des espaces ruraux intérieurs. En raison de sa configuration, la province d’Alicante offre un terrain géographique et démographique original et intéressant : bien que d’une superficie de petite taille, elle est la cinquième province la plus peuplée d’Espagne. Mais surtout, on y trouve une grande diversité de strates urbaines : une grande ville (Alicante), un ensemble de villes petites et moyennes, un grand nombre de localités côtières attractives et un arrière-pays rural caractérisé par une décroissance démographique. Son économie est en outre très diversifiée, allant du secteur industriel au tourisme. Cette région est traditionnellement un lieu de destination pour de nombreux migrants internes et internationaux parmi lesquels, depuis plusieurs décennies, des personnes âgées originaires des pays du Nord de l’Europe. Cette étude de cas peut donc apporter des éléments de réponse aux mêmes questionnements qui se posent dans bien des territoires ailleurs qu’en Espagne.

14Guerre, crise économique, crise sanitaire... Parmi toutes les crises contemporaines, il en manque une qui va de toute évidence s’imposer dans les décennies qui viennent : la crise environnementale. Elle est précisément l’objet des deux articles qui referment ce dossier consacré aux liens entre crises, dynamiques démographiques et peuplement. Carolina Hernandez-Rodriguez, Nubia Ruiz-Ruiz et Sébastien Velut nous emmènent en Colombie où ils questionnent la relation entre la crise environnementale du fleuve Magdalena et la sécurité alimentaire locale autant que nationale, à travers la situation de la pêche artisanale fluviale. Le titre de l’article, Environmental crisis, food crisis and resisting fisherpersons. The case of the Magdalena River, Colombia (Crise environnementale, crise alimentaire et résistance des pêcheurs. Le cas du fleuve Magdalena, Colombie) ne doit pas tromper : au-delà du secteur de la pêche artisanale et des pêcheurs locaux, l’article montre bien l’interaction entre la dégradation de la qualité des eaux, les contraintes économiques à l’échelle du pays, les impératifs sociaux pour les habitants qui dépendent d’emplois qui menacent en même temps leur environnement et, in fine, leur sécurité alimentaire. En effet, en raison de la taille de son bassin hydrographique et du rôle que ce fleuve a tenu dans le peuplement et la formation même du territoire colombien, les problématiques locales liées à ce fleuve revêtent très rapidement une dimension nationale et intersectorielle : près de 8 habitants sur 10 en Colombie résident en effet aux abords du bassin Magdalena-Cauca, qui concentre aussi 40 % de la pêche intérieure, 70 % de la production agricole et 80 % du Produit intérieur brut du pays.

15Enfin, ce tour d’horizon géographique des crises se termine en Égypte par un article qui renverse le lien entre crises et dynamiques démographiques. Les textes qui figurent dans ce numéro font des dynamiques démographiques les conséquences de crises diverses. Dans son article Le cap des 100 millions en Égypte. Discours de crise et stratégies à l’aune des changements environnementaux globaux, Florian Bonnefoi dévoile, à partir de l’analyse d’un important corpus de discours politiques et d’articles de presse, comment la croissance démographique est au contraire présentée comme le vecteur de crises sociales, économiques, politiques et environnementales. Certes, la crise démographique est une constante de la rhétorique politique en Égypte. Mais l’affirmation de la problématique du réchauffement climatique et de la finitude des ressources rencontre un écho exacerbé dans un pays où seules 5 % des terres sont habitables. Comme le remarque Florian Bonnefoi, « la « crise démographique » est intrinsèquement une crise politique : elle questionne la capacité de l’État à maîtriser sa population et à gérer son territoire ».

16Ce constat vaut pour tous les pays du monde. Les intenses débats sur la réforme du système des retraites en France en sont une illustration parmi d’autres. L’allongement de l’espérance de vie à la naissance, la baisse de la fécondité et le vieillissement démographique inhérent à ces deux évolutions conduisent à une augmentation du rapport entre inactifs âgés et actifs : cette dynamique démographique est l’argument central sur lequel le pouvoir politique s’appuie pour justifier sa volonté de réforme. Cette même dynamique démographique pourrait tout autant conduire à engager des politiques migratoires ou familiales destinées à ralentir ce vieillissement des populations qui paraît inéluctable.

17Le peu de contributions sur le rôle que la démographie peut avoir dans l’émergence de certaines crises n’est finalement guère surprenant. Ce constat fait écho à l’incapacité des politiques à mobiliser en temps utile l’une des forces de l’analyse démographique et géographique : l’inertie des mouvements de population et du peuplement. Parmi de nombreux exemples, le vieillissement des populations occidentales [Chesnay, Calot, 1997] et ses enjeux [Parant, 2005] sont loin d’être une surprise pour les démographes et les très inégales concentrations démographiques sont à la fois largement et finement documentées par les géographes, leurs effets négatifs, notamment dans les grandes métropoles des pays du Sud, ayant été maintes fois détaillées [Davis, 2006]. Mais à force de vouloir documenter l’actualité et les ressorts des crises conjoncturelles et de renouveler les connaissances, peut-être finit-on par perdre de vue les phénomènes caractérisés par une forte inertie et qui pourtant structurent bien davantage les évolutions en cours ou à venir, dont certaines s’annoncent critiques. Bien des développements restent donc à apporter aux contributions réunies dans ce volume.

Haut de page

Bibliographie

Breuillé, Marie-Laure, Le Gallo, Julie, Verlhiac, Alexandra, 2022, « Migrations résidentielles et crise de la Covid-19 : vers un exode urbain en France ? », Économie et statistique, n° 536-37, pp. 57-73. Doi : 10.24187/ecostat.2022.536.2084

Calot, Gérard, Chesnay, Jean-Claude (en collaboration avec Confession, Alain, Parant, Alain, Sardon, Jean-Paul), 1997, Le vieillissement démographique dans l’Union européenne à l’horizon 2050. Une étude d’impact, Paris, Futuribles International-Lips-Datar-Commissariat général du Plan, TRP, n° 6.

Damon, Julien, 2017, « Les Français et l’habitat individuel : préférences révélées et déclarées », SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 16 février 2023. https://doi.org/10.4000/sociologies.5886

Davis, Mike, 2006, Le pire des mondes possibles, Paris, La Découverte.

Galiana, Lino, Suarez Castillo, Milena, Sémécurbe, François, Coudin, Élise, de Bellefon, Marie-Pierre, 2020, « Retour partiel des mouvements de population avec le déconfinement », Insee Analyses, n° 54 (22/07/2020). https://www.insee.fr/fr/statistiques/4635407

Girard, Alain, Stoetzel, Jean, 1947, Désirs des Français en matière d’habitation urbaine : une enquête par sondage, Collection Travaux et documents, n° 3, Paris, PUF-Ined (Ouvrage réédité en 2022, collection Études et enquêtes historiques).

Léon, Christophe, du Roscoät, Enguerrand, Beck, François, 2023, « Prévalence des épisodes dépressifs en France chez les 18-85 ans : résultats du Baromètre santé 2021 », Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire, (2), pp. 28-40. http://beh.santepubliquefrance.fr/beh/2023/2/2023_2_1.htm

Parant, Alain, 2005, « Les enjeux du vieillissement démographique », Revue française d’administration publique, volume n° 113, n° 1, pp. 83-95. https://doi.org/10.3917/rfap.113.0083

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gil Bellis, Maria Carella, Byron Kotzamanis, Jean-François Léger et Alain Parant, « Crises, dynamiques démographiques et peuplement »Espace populations sociétés [En ligne], 2022/2-3 | 2022, mis en ligne le , consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/eps/13389 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.13389

Haut de page

Auteurs

Gil Bellis

Institut national d’études démographiques
bellis[at]ined.fr

Articles du même auteur

Maria Carella

Université de Bari Aldo Moro
maria.carella1[at]uniba.it

Byron Kotzamanis

Université de Thessalie
bkotz[at]uth.gr

Articles du même auteur

Jean-François Léger

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Institut de démographie (Idup)
jfleger[at]univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Alain Parant

Conseiller scientifique de Futuribles International
aparant[at]futuribles.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search