Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursLa dimension spatiale de la morta...

La dimension spatiale de la mortalité par cause

Yoann Doignon, Thierry Eggerickx, Jean-Paul Sanderson et Sophie Vanwambeke

Malgré les progrès médicaux et l’amélioration globale des systèmes de santé et de sécurité sociale, les inégalités spatiales de mortalité subsistent et se sont même accentuées depuis plusieurs décennies dans nombre de pays occidentaux [Higgs et al., 1998 ; Taulbut et al., 2014 ; Windenberger et al., 2012]. Ces inégalités spatiales sont également très importantes dans les pays en développement sans qu’un réel schéma d’évolution d’ensemble ne se dégage [Tabutin, Schoumaker, 2020].

La plupart des études considèrent que les caractéristiques sociales de la population expliquent une part importante des différences spatiales de mortalité : les lieux les plus défavorisés se caractérisent, dans le passé comme aujourd’hui, par les niveaux de mortalité parmi les plus élevés et inversement [Caselli, Vallin, 2002 ; Deboosere, Fizman, 2009]. Mais d’autres paramètres entrent aussi en jeu : les attitudes face à la santé, les comportements alimentaires, les composantes environnementales et culturelles des territoires, l’offre et la qualité des soins, etc. dont il est souvent difficile de mesurer l’effet réel, tant au niveau agrégé qu’individuel [Deboosere, Gadeyne, 2002 ; Rican et al., 2003 ; Reid A., Van den Boomen, 2015, Eggerickx et al., 2020].

L’ampleur des inégalités de mortalité au sein des régions ou sous-régions, comme leur accroissement au cours des dernières décennies, invitent à s’interroger sur les changements de composition sociodémographique et par extension sur le rôle des migrations/migrants [Norman et al., 2005 ; Ghosn et al., 2012]. Hier comme aujourd’hui, les migrations structurent profondément les territoires (urbains comme ruraux). D’autre part, les migrants diffèrent des non-migrants par une série de caractéristiques - âge, sexe, situation familiale, niveau d’instruction, revenu…- et peuvent donc influencer la composition démographique et socio-économique des lieux de départ et d’arrivée et donc leur situation de mortalité. L’accroissement des inégalités spatiales de mortalité pourraient donc s’expliquer en partie par l’effet sélectif des migrations.

Si les contributions à ce numéro pourront aborder toutes les causes de mortalité (et non la mortalité toute causes), nous souhaitons accorder une attention toute particulière aux maladies infectieuses ou transmissibles, en ce compris les épidémies. A l’échelle de l’histoire de l’humanité, les maladies infectieuses constituent la principale cause de mortalité. Elles représentent aujourd’hui environ le quart des 67 millions de décès recensés annuellement dans le monde et la quasi-totalité des décès dus aux infections survient dans les pays à revenus faibles et intermédiaires où ils représentent encore la première cause de mortalité. C’était le cas dans les pays développés jusqu’au milieu du 20e siècle. Les progrès en matière d’hygiène et de nutrition, grâce à l’amélioration du niveau de vie, la vaccination, le développement des antibiotiques ont permis d’y éradiquer la coqueluche, la rougeole, la diphtérie ou encore la tuberculose comme agents de la mortalité, favorisant ainsi des progrès notables de l’espérance de vie [Mackenbach, 2020].

Au-delà de ces tendances de fond, dans un contexte de globalisation des échanges, on a observé au cours de ces dernières décennies l’émergence ou la réémergence de maladies infectieuses comme la fièvre hémorragique d’Ebola, la maladie à virus Zika, les grippes aviaires et porcines. La tuberculose est aussi en recrudescence dans le monde (OMS, 2021) et la pandémie récente de Covid-19 nous a rappelé combien les maladies infectieuses peuvent être meurtrières. Selon P. Debré et J.-P. Gonzalez [2013], nous serions entrés dans l’ère d’une nouvelle transition favorisée par une série de facteurs liés à la mondialisation, auxquels s’ajoutent les impacts du changement climatique, de la déforestation et d’une façon générale de l’empiètement sur les milieux naturels, de l’évolution des modes de production agricole, ou encore de l’urbanisation, ainsi qu’une résistance accrue aux antimicrobiens.

La géographie d’une épidémie peut nous renseigner sur son (ses) lieu(x) d’émergence, sa propagation (diffusion hiérarchique et/ou par contiguïté), et les facteurs expliquant sa virulence (proximité des voies de communication, densité de population, pauvreté…). Il convient donc de distinguer la structure des contacts constituée par les déplacements humains à différentes échelles et les facteurs spatiaux qui génèrent, par endroit, des conditions particulièrement favorables à la transmission du pathogène (densité de population, promiscuité, pauvreté, mauvaises conditions d’hygiène, structures des ménages (famille nombreuse et/ou élargie), encadrement médical, antécédents pathologiques, facteurs environnementaux, etc.) [Vinet, 2018].

Ce numéro d’Espace, Populations, Sociétés porte sur les dimensions spatiales de la mortalité par cause, d’hier et d’aujourd’hui, autour de trois axes principaux. Le premier concerne les facteurs explicatifs des structures spatiales de mortalité et leur évolution. Quel est notamment le rôle des mobilités au sens large et des autres déterminants socio-spatiaux ? Le second s’interroge sur les processus de diffusion spatiale des maladies -. Il est tout d’abord possible de décrire le processus, en s’attachant aux canaux de diffusion (proximité géographique, diffusion hiérarchique) et aux dynamiques spatiales des maladies. Observe-t-on des constantes du schéma spatial entre différentes maladies ? Troisièmement, il s’agit d’analyser comment le territoire construit, par ses caractéristiques humaines et environnementales, son développement, son aménagement ou encore les politiques sanitaires qui y sont menées, des vulnérabilités et inégalités face aux maladies infectieuses.

Les articles peuvent considérer l’un ou l’autre de ces axes ou encore aborder des aspects plus méthodologiques liés par exemple à la mesure des processus de diffusion spatiale. Les articles peuvent également s’inscrire dans une perspective historique et comparative, mais aussi aborder cette problématique à n’importe quelle échelle spatiale (intra-urbaine ou internationale).

Calendrier

Les auteurs intéressés devront faire parvenir un résumé de leur contribution (environ 350 mots) aux responsables du numéro, au plus tard le 15 septembre 2023.

Si la proposition est retenue, les auteurs en seront informés début octobre 2023 et les articles finalisés seront attendus avant le 15 janvier 2024. Les articles reçus seront évalués selon les normes habituelles de la revue.

La mise en ligne est prévue pour mai 2024

Contacts

Titres, résumés et articles sont à envoyer à :

yoann.doignon@cnrs.fr CNRS, UMR 6266 IDEES, Université de Rouen

thierry.eggerickx@uclouvain.be FNRS, Centre de recherche en Démographie, UCLouvain

jean-paul.sanderson@uclouvain.be FNRS, Centre de recherche en Démographie, UCLouvain

sophie.vanwambeke@uclouvain.be Earth and Life Institute, UCLouvain

Bibliographie

Caselli G., Vallin J., (2002), « Les variations géographiques de la mortalité », Démographie : analyse et synthèse. III. Les déterminants de la mortalité, sous la direction de G. Caselli, J. Vallin et G. Wunsch, Editions de l’INED, Paris, pp. 373-415.

Debré P., Gonzalez J.-P., (2013), Vie et mort des épidémies, Paris, Odile Jacob, 288 p.

Deboosere P., Fiszman P., (2009), « De la persistance des inégalités socio-spatiales de santé. Le cas belge », Espace, Populations, Sociétés, 1, 1-12.

Deboosere P, Gadeyne S., (2002), « Can regional patterns of mortality in Belgium be explained by individual socio-economic characteristics? », Reflets et perspectives de la vie économique, 4 (Tome XLI), 87-103.

Eggerickx T., Sanderson J.P., Vandeschrick C., (2020), « Mortality in Belgium from nineteenth century to today. Variations according to age, sex, and social and spatial contexts », Quetelet Journal, 8, 2: pp. 7‐59.

Ghosn W., Kassié D., Jougla E., Salem G., Rey G., Rican S. (2012), “Trends in geographic mortality inequalities and their associations with population changes in France, 1975-2006”, European Journal of Public Health, vol. 23, n°5, 834-840.

Higgs G., Senior M.L., William H., (1998), “Spatial and temporal variation of mortality and deprivation: widening health inequalities”, Environment and Planning, volume 30, 1661-1682.

Mackenbach J.P., (2020), A history of population health. Rise and fall of disease in Europe, Brill Rodopi, Leiden/Boston, 430 p.

Norman P., Boyle P., Rees P., (2005), “Selective migration, health and deprivation: a longitudinal analysis”, Social Science & Medicine, 60, pp. 2755-2771.

OMS (2020), https://www.who.int/fr/news/item/09-12-2020-who-reveals-leading-causes-of-death-and-disability-worldwide-2000-2019.

OMS (2021), https://www.who.int/fr/news/item/14-10-2021-tuberculosis-deaths-rise-for-the-first-time-in-more-than-a-decade-due-to-the-covid-19-pandemic

Reid A., van den Boomen N., (2015), “The faces of death: regional differentiation in cause-specific mortality in the past”, The History of the Family, 20:3, 309-319.

Rican S., Jougla E., Salem G., (2003), “Inégalités socio-spatiales de mortalité en France”, BEH, n°30-31, pp. 142-145.

Tabutin D., Schoumaker B., (2020), “La démographie de l’Afrique subsaharienne au XXIe siècle,” Population, 75(2), pp. 169–295.

Taulbut M., Walsh D., McCartney G., Parcell S., Hartman A., Poirier G., Strniskova D., Hanlon P., (2014), “Spatial inequalities in life expectancy within postindustrial regions of Europe: a cross-sectional observational study”, BMJ Open, 1-7.

Vinet F., (2018), La grande grippe. 1918. La pire épidémie du siècle, Vendémiaire, Paris, 261 p.

Windenberger F., Rican S., Jougla E., Rey G., (2012), “Spatiotemporal association between deprivation and mortality: trends in France during the nineties”, European Journal of Public Health, 22(3), pp. 347-353.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search