Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2023/1Les mobilités résidentielles dans...

Les mobilités résidentielles dans les petites villes et les bourgs-centres en décroissance au prisme des enjeux de revitalisation. Le cas du Livradois-Forez

Residential mobility in small towns and shrinking market towns in the light of revitalisation issues. The case of Livradois-Forez
Yoan Miot et Sarah Dubeaux

Résumés

Cet article vise à documenter les migrations résidentielles d’un espace rural en décroissance : l’intercommunalité d’Ambert Livradois Forez, située dans le PNR du Livradois Forez. En croisant une analyse quantitative du recensement général de la population et 29 entretiens semi-directifs à destination des nouveaux emménagés, l’article propose de revisiter les raisons des mobilités résidentielles dans ces espaces. Ces dernières oscillent entre des déterminants classiques (l’emploi, le départ à la retraite, la famille, les ruptures biographiques) et d’autres plus liés à la situation de décroissance : l’accessibilité des marchés fonciers et immobiliers rendent possibles des sur-classements économiques favorables à l’arrivée de néoruraux, à des mobilités « de confort des jeunes retraités » [Driant, 2007], etc. Mais cette situation conduit aussi à des disparités territoriales renforcées, où les signes de déclin des petites villes (dégradation du bâti, perte de services et de commerces, désert médical, marché locatif déprécié) les rendent globalement peu désirables en dehors d’une fonction de portes d’entrée (temporaire) sur le territoire, d’actes militants ou de lieux de résidence de retraités. Ces migrations sont donc également à prendre en compte par les politiques publiques dans ce qu’elles révèlent des fragilités et précarités possibles sur ces territoires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si le regain démographique des campagnes et des petites villes est réel et désormais bien documenté [Jousseaume, 2021 ; Rieutort, 2017 ; Royoux, 2018], il ne doit pas pour autant occulter que ce sont les territoires les plus fortement confrontés aux processus de décroissance [Beaudet-Michel et al., 2021], entendue comme une perte structurelle de population et/ou d’emplois provoquant une crise sociale et urbaine [Martinez-Fernandez et al., 2012]. En effet, parmi les 700 aires d’attraction des villes françaises, 245 connaissent une perte absolue de population entre 1982 et 2017 dont 112 ont moins de 10 000 habitants, 45 entre 10 000 et 15 000 habitants et 13 entre 15 000 et 20 000 habitants. Autrement dit, 70% des aires d’attraction en décroissance sont peuplées de moins de 20 000 habitants. Ce sont 45% des aires d’attraction de moins de 20 000 habitants qui sont confrontées à une perte de population sur la période 1982-2017. Dans les plus petites centralités, cette décroissance est de plus en plus nourrie par un solde naturel négatif alors que les soldes migratoires redeviennent globalement positifs, en lien avec le mouvement de « renaissance rurale » [Kayser, 1990]. De même, les communes non polarisées par des aires d’attraction des villes connaissent des trajectoires socio-démographiques très diverses, comme l’ont montré les travaux de Pierre Pistre [2012] ou de Mohamed Hilal et al. [2011]. Ces derniers, en construisant une typologie socio-démographique des campagnes françaises, révèlent l’importance spatiale de campagnes françaises décrites comme déclinantes et vieillies. C’est notamment le cas des communes situées dans l’Est et le centre de la France. En outre, si, au niveau national, ces communes ont regagné de la population entre 1982-2012, elles perdent de nouveau de la population sur les deux dernières périodes intercensitaires sous les effets de l’approfondissement d’un solde naturel négatif.

2Des travaux sociologiques se sont bien intéressés à ces campagnes marquées par des processus de décroissance [Renahy, 2006 ; Coquard, 2019]. Pour autant, ils se sont le plus souvent focalisés sur les ménages ancrés et appartenant plutôt aux classes populaires et aux classes sociales traditionnelles des espaces ruraux (agriculteurs, professions du public, etc.) [Bruneau et al., 2018 ; Coquard, 2019]. A l’heure où l’exode urbain tant attendu après la pandémie de Covid-19 semble avoir été timide et spatialement différencié [Collet et al., 2023 ; Bouvart et al., 2023] et où les petites villes et les centres-bourgs deviennent des cibles de politiques publiques à travers les politiques « Petites Villes de Demain » ou « Villages d’avenir », le présent article cherche à comprendre les processus démographiques à l’œuvre au sein des petites villes et des centres-bourgs confrontés à la décroissance et à rendre compte de la place que leurs espaces centraux occupent dans les trajectoires résidentielles et les modes de vie. En effet, ces politiques de revitalisation, en tant que dispositifs ciblant des espaces jugés problématiques dans une perspective de redéveloppement [Bacqué et al., 2003], mobilisent fortement les instruments d’intervention sur l’habitat privé ancien et cherchent à faire en sorte que les logements anciens, dégradés ou vacants, (re)deviennent des lieux d’accueil de nouveaux ménages. Elles sont fondées sur le postulat que le déclin des centralités et des tissus bâtis les plus anciens est lié à une inadaptation de l’offre de logement par rapport à la demande tout en restant largement aveugle aux dynamiques démographiques réelles des territoires, notamment dans les situations de décroissance [Miot et Dubeaux, 2023]. Dans cette perspective, nous cherchons à caractériser les profils et les trajectoires résidentielles des nouveaux emménagés ainsi que la façon dont ils appréhendent le petites villes et centres-bourgs en décroissance. Alors que les petites villes et les centres-bourgs sont profondément marqués par les symptômes les plus visibles de la décroissance, notamment une vacance multiforme de longue durée dégradant le cadre de vie [Miot et Dubeaux, 2023] et par l’accueil de ménages populaires précarisés [Coquard, 2019], dans quelle mesure les nouveaux emménagés considèrent-ils ces espaces comme des lieux de projection et d’ancrage résidentiel ? Dans quelle mesure les politiques de revitalisation ciblant explicitement les parties centrales et denses de ces communes peuvent-elles atteindre leurs objectifs au regard des pratiques et des trajectoires résidentielles effectives des ménages ?

Eléments méthodologiques et présentation des enquêtés

3Afin de répondre à cette interrogation, nous nous fondons sur une étude de cas, celle de l’intercommunalité d’Ambert-Livradois-Forez. Cette intercommunalité forme un cas intéressant dans le sens où elle peut être considérée comme emblématique de la décroissance de petites aires d’attraction des villes. Premièrement, cette intercommunalité est située dans le Puy-de-Dôme au sein d’un espace rural peu dense de moyenne montagne organisé autour d’une vallée centrale, la Dore, entourée de deux massifs, le Livradois à l’ouest et le Forez à l’Est (fig. 1).

Figure 1 : Carte de localisation du Livradois-Forez et communes enquêtées

Figure 1 : Carte de localisation du Livradois-Forez et communes enquêtées

Réalisation personnelle des auteur.es, 2023

4Elle est au cœur de la diagonale des faibles densités où se concentrent la plupart des aires en décroissance en France [Beaudet-Michel et al., 2021 ; Cauchi-Duval et al., 2017]. Deuxièmement, elle est composée de 58 communes et accueille 28 000 habitants. Elle est structurée autour de l’aire d’attraction d’Ambert qui est peuplée de 10 500 habitants et des trois petites centralités, Arlanc, Cunlhat et Saint-Anthème, de 1250 à 2000 habitants dotées de services de base (collèges, maisons de santé, marché, supérettes) [Jousseaume et Talandier, 2013]. Ce territoire est historiquement marqué par la décroissance. Depuis 1876, ce territoire ne fait perdre que des habitants sous les effets de l’exode rural. Sur une période plus récente, entre 1982 et 2017, Ambert-Livradois-Forez connaît un déclin démographique prononcé (fig.2) cumulé avec un déclin de l’emploi local. L’intercommunalité a perdu 14% de sa population et la petite ville d’Ambert 18%. Toutes les communes connaissent des pertes de population. Le nombre d’emplois sur la même période a diminué de 26%. Ainsi, le territoire est représentatif des petites villes en décroissance inscrite dans un espace rural.

Figure 2 : Evolution de la population entre 1982 et 2017

Figure 2 : Evolution de la population entre 1982 et 2017

Source : INSEE, Recensement général de la population, 2017. Traitement réalisé par les auteur.es

5Méthodologiquement, l’exploration des dynamiques résidentielles de ce territoire et de la place qu’y prennent les centres-bourgs se fonde sur une approche spatiale, quantitative et qualitative. Reprenant la typologie de V. Jousseaume et M. Talandier [2016], nous avons caractérisé les communes du territoire selon leur fonction. Trois types d’espaces ont été distingués : les villages, soit des communes ne disposant a maxima que d’un commerce alimentaire ou d’un service. Viennent ensuite les bourgs-centres, soit des communes disposant de commerces banals, d’un petit supermarché, d’un établissement de soin ou d’un collège. En haut de la hiérarchie locale se trouve enfin la petite ville soit une commune disposant de l’ensemble des aménités présentes dans les gros bourg-centres auxquelles il faut ajouter une zone commerciale et un lycée (fig. 3). L’approche quantitative se fonde sur le « Fichier Individus Migrations Communales 2017 » du recensement général de la population. Il permet de caractériser les personnes entrants et sortants des communes selon l’âge, la profession et catégorie sociale, le type d’activité de la personne de référence du ménage. D’un point de vue méthodologique, les ménages entrants étrangers ont été exclus de l’analyse car le recensement de la population ne documente pas les ménages sortants vers des pays étrangers. Ce choix méthodologique peut conduire à faire apparaître un solde migratoire négatif.

  • 1 6 entretiens ont été menés auprès de couples

6Le second matériau se compose de 29 entretiens semi-directifs réalisés dans le cadre d’un atelier d’étudiants du master « Altervilles » de l’Université Jean Monnet dans trois centres-bourgs entre mars et juin 2021. Les 29 entretiens semi-directifs permettent de rendre compte de la trajectoire résidentielle [Authier et al., 2010] de 35 enquêté.es1 emménagés depuis moins de cinq ans dans le territoire. Ces nouveaux emménagés sont l’ensemble des personnes ayant déménagé vers les communes étudiées, qu’ils vivaient ou non préalablement dans le territoire. Les 35 enquêté.es sont 20 femmes et 15 hommes. En termes d’âge, 2 enquêté.es ont moins de 25 ans, 16 ont entre 25 et 39 ans, 9 entre 40 et 64 ans et 8 plus de 65 ans. 25 sont en couple tandis que 10 sont soit célibataires, divorcé.es, séparé.es ou veuf.ves. 7 enquêté.es vivaient déjà au sein du territoire et 3 autres dans des communes limitrophes. Les autres enquêté.es venaient soit d’autres départements d’Auvergne-Rhône-Alpes, soit du reste du territoire national. Deux enquêtés sont des migrants internationaux. Enfin, d’un point de vue social, 6 enquêté.es appartiennent aux classes populaires entendues comme des personnes aux positions subalternes dans l’emploi et marquées par une précarité économique et des formes de l’emploi [Siblot et al., 2015], 7 aux classes moyennes, entendues comme des personnes travaillant comme employés et professions intermédiaires et dont les positions professionnelles sont stables [Clément, 2018], 12 aux cadres et professions intellectuelles supérieures (CPIS) ou ayant appartenues à cette catégorie avant leur reconversion professionnelle. Le reste des enquêté.es se compose de retraités, soit appartenant aux CPIS (6), soit issus des classes populaires (4). 20 enquêté.es sont propriétaires de leur logement, 15 sont locataires ou hébergés à titre gratuit. 8 vivent à Ambert et 27 dans les deux autres centres-bourgs enquêtés d’environ 1250 à 2000 habitants (Cunlhat et Arlanc). En termes de lieux de vie, 19 vivent dans les parties centrales et constituées des communes et 16 dans des hameaux ou de l’habitat dispersé.

1. Un regain migratoire différencié, nourrissant le vieillissement, un solde naturel négatif et la décroissance démographique

7Selon les données du recensement général de la population de 2017, 817 personnes se sont installées dans l’intercommunalité l’année précédente de l’enquête du recensement, 854 personnes l’ont quitté et 601 personnes ont déménagé en son sein. L’ensemble de ces mobilités résidentielles traduit trois dynamiques distinctes : le vieillissement de la population, l’accession à la propriété et la fonction de porte d’entrée sur le territoire.

8En premier lieu, les migrations renforcent le vieillissement général de la population et viennent nourrir le solde naturel négatif au sein du territoire. En effet, alors que les mobilités sortantes du territoire sont effectuées fortement par des ménages jeunes (19% ont moins de 25 ans et 37% ont entre 25 et 39 ans), les mobilités entrantes au sein du territoire sont le fait de ménages plus âgés : 41% des entrants ont entre 40 et 54 ans, 26% plus de 55 ans. D’une part, cette dynamique migratoire peut s’expliquer par le départ des ménages jeunes pour leurs études, ménages qui ne reviennent pas forcément s’insérer dans le marché de l’emploi local, d’autant que ce dernier est nettement en déclin. Depuis 1982, 2 633 emplois ont été supprimé, principalement dans l’industrie mais également dans les services publics sous les effets de l’austérité [Conti et al., 2020 ; Guiraud et al., 2021]. D’autre part, cette dynamique prend racine dans le mouvement de migrations liées à la retraite (27% des ménages entrants dans le territoire sont des retraités).

9En deuxième lieu, ces migrations dessinent une forte dynamique d’accession à la propriété : 43% des entrants et 53% des mobiles au sein de l’intercommunalité déménagent pour (re)devenir propriétaires. Cela constitue un solde migratoire positif élevé de personnes propriétaires (+113). Pour les ménages entrants (420 personnes), cette dynamique se traduit par l’achat de maisons (95%) autant très anciennes (38% datant d’avant 1919) que récentes (34% datant d’après 1990) dans les villages et les bourgs-centres. Concernant les mobiles internes à l’intercommunalité (316 personnes), l’accession se traduit dans 52% des cas par une implantation dans un village alors que ces communes ne représentent que 40% de la population du territoire. La petite ville d’Ambert est nettement sous-représentée dans ces dynamiques puisque seulement 10% des mobilités d’accession s’y effectue.

10En conséquence, l’ensemble de ces mobilités résidentielles construit un système résidentiel où les villages sont des communes fragilisées perdant de nombreux jeunes ménages qui quittent le territoire pour le reste de la région et du Puy-de-Dôme tandis qu’elles en gagnent par les processus d’accession à la propriété de ménages extérieurs à la région et internes au territoire. La petite ville (Ambert) se trouve dans une situation intermédiaire où elle connaît de fortes pertes résidentielles, liées aux migrations internes à l’intercommunalité, tandis qu’elle constitue la porte d’entrée des personnes jeunes arrivant du reste de la France. C’est à la fois le point de départ d’un certain nombre de ménages du territoire qui engagent des parcours d’accession à la propriété et un point d’ancrage temporaire pour les nouveaux arrivants lointains. Enfin, les bourgs-centres sont dans une situation plus favorable dans le sens où ils réussissent autant à gagner des ménages dans les échanges lointains, de proximité qu’interne à l’intercommunalité (fig. 3).

Figure 3 : Le système résidentiel des mobilités résidentielles au sein d'Ambert-Livradois-Forez

Figure 3 : Le système résidentiel des mobilités résidentielles au sein d'Ambert-Livradois-Forez

Source : INSEE, Fichier Individus Migrations Communales 2017, traitement réalisé par les auteur.es

11En somme, l’analyse quantitative pointe un net regain migratoire au sein des communes de centres-bourgs qu’il convient d’examiner. Différencié socialement, il s’agit de se demander quelles sont les trajectoires résidentielles et les profils sociaux qui animent ce regain et quelle est sa spatialisation : se situe-t-il plutôt dans les espaces centraux et denses de ces communes, faisant l’objet des politiques de revitalisation, ou au contraire dans les espaces d’habitat dispersé ?

2. Dans les centres-bourgs, une dynamique d’installation néo-rurale

12En premier lieu, l’enquête qualitative permet de confirmer que les emménagements récents apparaissent structurés par des déterminants classiques de mobilités résidentielles. Quatre déterminants ont été documentés ; professionnels, liés à l’âge et à la retraite, familiaux ou encore suite à des ruptures biographiques.

« I : Dans un premier temps, en général, on demande aux personnes qu’est ce qui les a amenés à Arlanc.

R : Bah moi c’est le boulot, tout simplement, j’ai trouvé un emploi chez XXX., là-bas, qui font des chaudières biomasses. Du coup à la base j’étais en Haute-Loire du côté de Paulhaguet, entre Brioude et le Puy en Velay. Voilà, au début c’étaient les aller-retours et puis quand ils m’ont pris en CDI, bah j’ai décidé de me rapprocher un peu, histoire d’éviter la route d’une heure et demie. » Enquêté n°18, homme seul, 25-39 ans, en emploi, appartement, centre-bourg.

13Le déterminant le plus important dans notre enquête est le facteur professionnel (11 enquêté.es). Mécanisme classique et bien documenté tant par des enquêtes quantitatives que qualitatives, il représente structurellement environ un tiers des mobilités résidentielles en France depuis plus de trente ans [Baccaïni, 1992 ; Debrand et Taffin, 2005 ; Sigaud, 2014]. Concernant notre enquête, ces emménagements peuvent être de courte (Allier, Clermont-Ferrand, communes du PNR) (6) comme de longue distance (5), venant d’autres régions françaises (3), voire de l’étranger (1). Ce sont avant tout des ménages jeunes : 10 sur 11 ont moins de 35 ans au moment de l’enquête. Les déterminants professionnels conduisent le plus souvent à une installation en tant que locataire (6) dans les centres-bourgs ou dans leurs franges (8). Les ménages accédants à la propriété sont ceux ayant les projets professionnels les plus aboutis ou les revenus les plus élevés et stables.

« Alors, je vous explique. En fait, nous avions donc depuis 10 ans une résidence secondaire à Arlanc et bon, c’était plus ou moins dit que pour la retraite, on viendrait à Arlanc. » Enquêté n°17, couple, 40-64 ans, retraités, maison individuelle avec jardin en centre-bourg, installé en 2019.

14Le deuxième motif d’emménagement sur le territoire est l’âge et concerne 6 ménages représentant 10 personnes. Ce déterminant est lui aussi classique [Caradec, 2010 ; de Lapasse et Prévost, 2021]. 5 des 6 ménages ont entre 60 et 65 ans. Ils réalisent des mobilités de longue distance et d’installation sur le territoire (Lyon, Haute-Savoie, Marseille, Var) au moment de la retraite. Ces déplacements correspondent à ceux décrits par J-C. Driant [2007] comme étant des « mobilités de confort des jeunes retraités. » Un ménage a plus de 75 ans et réalise une mobilité interne au territoire parce qu’il souhaite avoir un logement dans lequel vieillir. Ce sont presque exclusivement des propriétaires occupants qui viennent soit accéder à la propriété en mobilisant le capital immobilier accumulé précédemment (4), soit s’installer dans une résidence secondaire qu’ils occupent définitivement à la retraite (1). Ils viennent principalement acquérir des maisons individuelles anciennes avec jardin, majoritairement situées dans les centres-bourgs (4 sur 6), même si les hameaux sont fortement valorisés par les retraités les plus jeunes (2).

« Nous, on est arrivé à Ambert il y a cinq ans. Je suis donc une femme de quarante ans, mère de deux enfants. On est arrivé à Ambert et ben pour le poste de travail au fait. Moi, j'ai suivi mon conjoint qui avait obtenu un poste à Ambert. » Enquêtée n°15, 40 ans, en couple, en emploi, maison individuelle avec jardin, centre-bourg.

15Le troisième déterminant – classique - des mobilités résidentielles est familial [Bonvalet et Gotman, 1993 ; Bonvalet et al., 1999]. 7 personnes enquêtées mentionnent ce motif comme la raison principale de leur déménagement. Ce motif familial se couple souvent avec des déterminants professionnels. En effet, dans 5 cas, des femmes indiquent avoir suivi leur conjoint qui effectuait une mobilité professionnelle. Dans les autres cas, ce sont des mobilités de mise en couple (1), d’adaptation du logement et du mode de vie à l’arrivée d’enfants (1). Dans ce dernier cas, l’installation dans le territoire est liée à la proximité de la parentèle, facilitant l’entraide dans la garde et l’éducation des enfants. Ces nouveaux emménagés sont des actifs, plus âgés que ceux réalisant des mobilités professionnelles (30-55 ans). Ils vivent aussi bien en hameau que dans les centres-bourgs, plutôt dans des maisons individuelles avec jardin.

« En 2014 j’ai démissionné de l’Éducation Nationale et heu... du coup, heu... je ne savais pas trop ce que j’allais faire à l’époque et heu... en fait, y’a une évidence qui est apparue qui est que j’ai envie d’être en milieu naturel, et d’avoir un projet heu... en rapport avec heu... un milieu naturel, donc je suis arrivée ici heu... un peu comme ça » Enquêtée n°3, célibataire, 40-64 ans, en emploi et vivant en appartement en centre-bourg

16Le dernier déterminant des mobilités résidentielles est lié à des ruptures biographiques dans les parcours de vie des enquêté.es. 7 enquêté.es indiquent ce motif d’installation sur le territoire. Les ruptures biographiques peuvent être de plusieurs natures soit en raison de séparations conjugales (3), de projets de reconversion professionnelle (2), les deux se liant parfois (1), ou enfin soit dues à la fuite d’un pays pour des raisons politiques (1). Ces ruptures biographiques conduisent à des situations sociales contrastées, pouvant être marquées par une précarité économique assez forte (3 sur 7), caractérisée par une absence de revenu d’activité compensée par des activités de subsistance et associative. Dans 3 des 7 cas, ce sont des femmes seules qui engagent ces mobilités. Du fait de la précarité des situations économiques, quatre des sept personnes sont locataires d’appartement en centre-bourg. Dans 3 cas, ce sont en revanche des projets de reconversion aboutie et réussie, conduisant à une accession à la propriété. Dans ces cas, ce sont des ménages avec un fort capital culturel et économique, accumulé dans leur vie professionnelle et urbaine antérieure.

17Pourtant, derrière ces déterminants classiques des mobilités résidentielles, une part non négligeable de nos enquêté.es correspond à des ménages néo-ruraux. Nous désignons par le terme de néo-rural désigne des personnes installées dans le territoire sans lien préexistant avec le rural et originaire des villes [Hervieu et Léger, 1979 ; Chevalier, 1981 ; Saumon et Tommasi, 2022]. Cela regroupe 14 ménages en tout, soit 18 enquêté.es. Avant l’arrivée sur le territoire, l’ensemble de ces personnes appartenait au groupe des cadres et des professions intellectuelles supérieures ou des chefs d’entreprises. Tous ont été formés dans des villes universitaires et ont passé un moment de leur vie professionnelle dans de grandes villes (Paris, Lyon, Lille, Nancy, Dunkerque ou Saint-Etienne). Tous y ont accumulé des capitaux économiques, la majorité étant précédemment propriétaire de leur logement (8) avant leur arrivée sur le territoire ou d’une entreprise qu’ils ont revendu (1). Tous ont des niveaux d’études supérieures (de licence à doctorat), les conduisant à développer un rapport différent au monde rural. Ce dernier est vu non comme un lieu de production ou de travail mais comme un espace de ressourcement, d’épanouissement voire d’expérimentation de modes de vie qu’ils souhaitent plus écologiques. Cette conception se rapproche du mythe agrarien qu’analyse C. Rouvière [2015] chez les néo-ruraux agriculteurs en Ardèche dans la longue durée où l’espace rural est pensé comme un refuge, un espace de liberté et de bien-être en opposition aux espaces urbains.

18Leur installation sur le territoire se traduit souvent par une accession à la propriété (9 ménages sur 14). Les propriétaires vivent tous dans des maisons individuelles avec extérieur. L’acquisition immobilière s’est effectuée à des prix très faibles (moins de 100 000€ et pour six des neuf cas à moins de 30 000€) et se traduit par la réalisation de travaux considérables menés en auto-réhabilitation, notamment en valorisant des matériaux locaux et des procédés écologiques. 6 d’entre eux ont acquis des biens vacants de longue durée. Leur installation sur le territoire est liée à des mobilités professionnelles ou familiales (rapprochement de conjoint essentiellement) (7 ménages), des mobilités de rupture biographique (5 ménages) et deux mobilités liées à la retraite.

19Les prix immobiliers ont été un facteur déterminant dans leur installation sur le territoire. Les locataires, dans trois cas sur cinq, envisagent cela comme une transition avant de réaliser une accession à la propriété d’une maison individuelle avec extérieur.

20Leur arrivée est marquée par un militantisme revendiqué, les conduisant à porter des projets associatifs, s’engager politiquement, entreprendre des actions de plaidoyer. Quatre de ces enquêté.es, malgré leur arrivée récente sur le territoire, sont élu.es dans les conseils municipaux. En cela, ce groupe de ménages semble correspondre aux profils des gentrifieurs ruraux [Pistre, 2012 ; Tommasi, 2018]. Cependant, à la différence des cas étudiés par la littérature scientifique, ce groupe de ménages, s’il dispose à son arrivée de capitaux économiques, développe, pour les ménages actifs, des activités relativement peu rémunératrices (8 cas sur 10), nécessitant de développer une multitude d’activités pour permettre de dégager un revenu confortable et de compenser par des pratiques d’autoconsommation ou d’échanges. Ici, on retrouve bien la diversité sociale du phénomène d’installation néo-rurale qui articule aussi bien des ménages à capitaux économiques et culturels élevés que des ménages aux situations plus précaires [Rouvière, 2015 ; Saumon et Tommasi, 2022]. En cela, à la différence d’un phénomène de gentrification rurale, la dynamique d’installation néo-rurale qui semble prendre place dans ce territoire rural en déclin, se traduit par une réappropriation symbolique et sociale du patrimoine rural limitée et différenciée selon le profil des ménages néo-ruraux.

21Ainsi, dans la petite ville et les centres-bourgs étudiés, le regain migratoire est marqué par des déterminants classiques des mobilités résidentielles tout en traduisant une dynamique d’installation de ménages néo-ruraux. Pour autant, quels sont les rapports des nouveaux emménagés avec les types d’habitat anciens, denses et centraux des centres-bourgs ?

3. Les espaces centraux et denses des centres-bourgs : des espaces fragilisés

22Si les communes de centres-bourgs connaissent un regain migratoire, leurs tissus anciens, denses et centraux demeurent fragiles, notamment au regard de l’aspiration dominante à la maison individuelle avec jardin (3.1.) et de signes fortement visibles de la décroissance, tant liés à une diminution de l’offre servicielle et commerciale qu’à l’empreinte de la vacance sur le cadre de vie (3.2.).

3.1. Face à l’aspiration à la maison individuelle avec jardin, des espaces centraux fragilisés

« J’ai regardé un peu sur les communes alentour, oui, je ne voulais pas être trop loin de Cunlhat parce que là, je suis attachée à Cunlhat maintenant [...] Je ne cherchais pas en centre-bourg en fait. [...] Je cherchais plutôt une maison à l’extérieur avec
un bout de terrain, mais l’occasion d’acheter une maison pas chère… ». Enquêtée n°26, femme seule avec enfants, 25-39 ans, propriétaire d’une maison sans extérieur, centre-bourg.

23Les choix résidentiels des ménages enquêtés sont dominés par l’accession à la propriété et le fait de vivre dans une maison individuelle avec extérieur. Concernant les statuts d’occupation, les personnes enquêté.es sont majoritairement propriétaires de leur logement. 21 des 35 personnes rencontrées ont acheté ou sont en cours d’acquisition de leur logement tandis que 12 sont locataires et 2 personnes sont hébergées chez des tiers. Pour 14 des 21 propriétaires, le logement acquis est le seul dans lequel ils ont vécu sur le territoire. C’est un point atypique des mobilités résidentielles. En effet, au niveau national, les enquêtes sur les mobilités résidentielles montrent que l’arrivée sur un territoire ou la décohabitation s’effectue d’abord par un passage dans le parc locatif privé ou social. Or, en raison de la faiblesse des prix immobiliers, une partie des ménages, lorsqu’ils arrivent sur le territoire, accède directement à la propriété.

24Dans nos entretiens, ce passage immédiat par l’accession à la propriété s’explique par trois raisons : la difficile lisibilité du marché locatif, sa piètre qualité et la faiblesse des prix d’achat.

25Les enquêtés expriment d’abord une difficulté à trouver un logement locatif. En effet, aucun des enquêté.es locataires n’a trouvé son logement via une agence immobilière. Ils sont soit passés par des sites internet faisant office de place de marché (Le Bon Coin, Se Loger) entre des propriétaires et des demandeurs de logement, soit par une prise de contact direct avec le propriétaire par un petit encart sur une porte, soit par le bouche-à-oreille.

« Il n’y a pas beaucoup de choses à louer. Ça, c’est un vrai problème ici. Il y a plus de choses à vendre qu’à louer. […] Des trucs que j’ai visités... soit c’était trop cher, soit ce n’était pas en bon état, soit c’était pas agencé comme…Voilà ». Enquêtée n°4, femme seule, 40-64 ans, inactive, appartement sans jardin, centre-bourg.

26En outre, 6 des 12 locataires décrivent des logements de mauvaise qualité. Ils font état de défauts d’isolation, de système de chauffage, de problèmes d’humidité et d’éclairement. Enfin, le passage direct à l’accession s’explique par la faiblesse des prix immobiliers, comme le mentionnent 11 enquêté.es extérieurs au territoire. En effet, cela permet aux ménages de se reclasser résidentiellement. D’une part, pour les ménages disposant des capitaux économiques les plus élevés, ils peuvent ainsi acheter un bien qu’ils n’auraient pas réussi à acquérir ailleurs, voire satisfaire pleinement leurs aspirations résidentielles.

« Ici, on peut vivre comme des rois grâce aux prix immobiliers (…). Notre maison, si elle était en Haute-Savoie, elle vaudrait 1 million d’euros ». Enquêté n°7, homme, en couple, plus de 65 ans, propriétaire d’une maison avec extérieur, hameau.

27C’est particulièrement le cas des ménages retraités et les ménages néo-ruraux en reconversion professionnelle. Pour ces derniers, ils arrivent avec des capitaux économiques relativement élevés liés à la revente de biens immobiliers en ville leur permettant de garder le statut de propriétaire tout en engageant leur projet de reconversion qui les conduit le plus souvent à connaître une forte baisse de revenus. C’est particulièrement le cas de ménages qui accèdent à la propriété en centre-bourg où les prix de vente sont les plus faibles. Ainsi, la dévalorisation immobilière peut aussi devenir un facteur d’attractivité.

28Au-delà des statuts d’occupations, les aspirations résidentielles des enquêté.es sont toutes tendues vers la maison avec jardin. D’une part, 24 des 35 personnes ayant emménagé récemment sur le territoire vivent d’ores et déjà en maison individuelle avec un extérieur. D’autre part, 9 autres personnes se projettent dans une maison avec jardin. Dans les deux derniers cas, un.e enquêté.e ne souhaite pas rester sur le territoire et l’autre possède une maison avec jardin non attenant. La maison projetée ou dans laquelle les enquêté.es vivent est de construction ancienne. Dans de nombreux entretiens, la maison ancienne ou la ferme dans un hameau sont des figures valorisées et souhaitées. Autrement dit, peu d’enquêtés vivent ou valorisent les maisons récentes : seuls 3 enquêtée.s vivent dans des maisons neuves et un.e enquêté.e souhaiterait faire construire. Si le rêve de la maison individuelle avec jardin est une construction sociale, voire un habitus culturel [Bourdieu, 2000 ; Lambert, 2015], il est renforcé par le fait qu’une part non négligeable des personnes rencontrées, notamment celles réalisant des mobilités professionnelles ou liées à l’âge, vient sur le territoire en recherchant la tranquillité, le calme ainsi qu’un espace pour cultiver son jardin, ce que l’offre en logements collectifs ou en bourg ne semble pas offrir. Les aspirations à un cadre de vie rural renforcent nettement cette préférence pour la maison individuelle avec jardin.

29Ces aspirations résidentielles conduisent le plus souvent à ne pas considérer le centre-bourg comme un lieu de résidence désirable. Si la majorité de nos enquêté.es vivent en bourg ou en centre-bourg (21 sur 35), ce sont d’abord des locataires (10 sur 11) et des retraités (6 sur 11). En effet, les ménages retraités sont ceux valorisant le centre-bourg comme lieu d’ancrage résidentiel, notamment en raison d’une plus grande proximité aux commerces, services de première nécessité et de santé. En outre, le souhait de réduire les déplacements automobiles, notamment hivernaux, est également une raison invoquée pour aller vivre dans les centres-bourgs. Pour les ménages locataires, la projection résidentielle est toujours tendue vers l’acquisition d’une maison individuelle avec jardin. Les principaux freins à la projection résidentielle dans le centre-bourg sont liés soit à la qualité des biens (isolation, luminosité, parcellaire étroit), soit à la recherche de calme, d’environnement ouvert. Cette deuxième dimension se retrouve parmi l’ensemble des enquêté.es.

30Ce n’est que dans de rares cas que le centre-bourg constitue le lieu d’ancrage et de projection résidentielle des ménages enquêtés. Deux types d’enquêté.es en viennent à valoriser cette localisation, au-delà des retraités. Il y a d’abord des personnes se déclarant comme militants en faveur d’une revitalisation des centres-bourgs. Cela concerne des enquêté.es travaillant dans les professions de l’environnement, de l’urbanisme, du design et de l’architecture (3 enquêté.es). Ils considèrent leur localisation en centre-bourg comme la démonstration qu’il est possible de limiter les déplacements et la consommation d’espace. Ensuite, nous trouvons des ménages qui ont effectué un compromis résidentiel, a minima temporaire, au regard de leur incapacité à trouver le bien recherché. Au moment de l’enquête, ces ménages s’avèrent pleinement satisfaits de leur acquisition en centre-bourg, notamment parce qu’ils ont réussi à trouver un bien avec un extérieur ou à négocier le rachat d’un jardin non attenant. Ce sont des ménages aux revenus limités (ménages populaires) ou incertains (nombreux auto-entrepreneurs) qui effectuent ici un arbitrage résidentiel entre leur aspiration à une maison individuelle isolée et leurs possibilités matérielles d’accession.

3.2. Des espaces centraux marqués par le déclin et un maintien de pratiques commerciales et servicielles fortes

31Enfin, le rapport au centre-bourg est marqué par des ambivalences. Comme nous venons de le mentionner, le centre-bourg n’est pas un espace de projection résidentielle mais il demeure cependant structurant dans les relations sociales des enquêté.es ainsi que dans les pratiques commerciales et servicielles. De même, si les enquêté.es soulignent pourvoir à l’ensemble de leurs besoins, ils pointent d’une part une dévitalisation grandissante des ces centralités et, d’autre part, une inquiétude croissante quant aux services de santé.

32Ainsi, en premier lieu, le centre-bourg est marqué par un processus de déclin visible et remarqué par les nouveaux emménagés (fig. 4).

Figure 4 : Des espaces centraux marqués par la vacance et l'abandon

Figure 4 : Des espaces centraux marqués par la vacance et l'abandon

Photographies personnelles des auteur.es, juillet 2021

33Si la question de la vacance des centres-bourgs n'émerge pas spontanément dans les entretiens, la dégradation est constatée par la très grande majorité des enquêté.es dans les trois communes. Celle-ci est évoquée en des termes liés à l’état du bâti (« en ruine »), à la fermeture des commerces et leurs vitrines dénudées (« plein de pas de portes qui sont inexploités », « des commerces qui sont vraiment abandonnés »), ou, plus globalement, « un manque de vie » et de « dynamisme ». Ce vide dans les centres-bourgs est appréhendé avec un certain regret (« c’est dommage », « c’est triste »), et une acceptation qui se traduit en un pragmatisme qui associe la dépréciation des centres-bourgs à un phénomène inévitable.

« En centre-ville, ouais, il y a plein de pas de portes qui sont inexploités. Tout le centre- ville n’est vraiment pas vivant, clairement [...] Le centre-ville n’est pas ce qu’on peut dire très dynamique et on n’a pas très envie d’y aller. [...] Je n’y vais pas. J’y vais vraiment seulement pour les commerces essentiels : l’opticien, le boulanger... je ne m’aventure pas dans les rues parce que c’est déprimant. Ce n’est pas très bien entretenu et c’est vrai que c’est pas une ville qui est agréable pour se balader. » Enquêtée n°15, femme, en couple, 40-64 ans, en emploi, propriétaire d’une maison individuelle avec jardin, centre-bourg.

34Cependant, le centre-bourg conserve une vocation commerciale et servicielle réelle. L’ensemble des enquêté.es pratique le centre-bourg pour ses courses et pour des activités de services. Dans ce cadre, les marchés sont des hauts lieux de la consommation locale et sont également des moments incontournables de sociabilité. Mais l’intensité de la pratique commerciale des centres-bourgs varie selon les enquêté.es. Certains cherchent à consommer majoritairement dans le centre-bourg, notamment dans une perspective décrite comme militante (10 personnes enquêtées). Cela se retrouve particulièrement chez les ménages néo-ruraux, même si, pour une partie d’entre eux, la pratique est limitée en raison d’une autoconsommation poussée et de la recherche d’achat direct aux producteurs locaux. D’autres pratiquent le centre-bourg avant tout pour des achats de première nécessité, les principaux achats s’effectuant dans les zones commerciales périphériques où se trouvent des grandes surfaces alimentaires. Les zones commerciales les plus fréquemment mentionnées sont celles de Thiers et d’Ambert et dans une moindre mesure les supermarchés d’Arlanc et de Courpière. Il est à noter qu’une part non négligeable des achats s’effectue également en dehors du territoire. Cela concerne des biens d’équipements de la maison et de la personne où les enquêté.es mentionnent aller au Puy-en-Velay, à Clermont-Ferrand ou encore à Lyon. Concernant les activités de service, le centre-bourg est central dans les pratiques habitantes pour les activités associatives. Comme nous l’avons mentionné, nombreux sont les enquêté.es à être inséré.es dans des associations (26 enquêté.es sur 35).

« Quatre médecins pour Ambert, pour six mille habitants, ce n’est pas énorme hein… Ouais voilà, c’est toute cette zone du Forez, c’est vrai que c’est assez sous doté. Quand je vois que tu vas jusqu’à Fournols… C’est… ça fait une trotte quoi. » Enquêtée n°7, femme, en couple, 25-39 ans, en emploi, locataire d’une maison individuelle avec extérieur, en franges.

35En revanche, les services de santé sont ceux jugés les plus manquants ou les plus problématiques. C’est la critique spontanée et la plus récurrente, quel que soit l’âge du ménage (24 enquêté.es sur 35). Beaucoup utilisent le terme de « désert médical » pour le qualifier, parce qu’il est difficile de trouver un médecin généraliste mais également un premier niveau de spécialité médicale (gynécologie, ophtalmologie, dentiste, etc.). Ce manque de services médicaux a été identifié par des enquêté.es comme une possible raison de quitter le territoire si leur état de santé se dégradait ou comme un paramètre qui aurait pu les dissuader de s’installer dans la région s’ils en avaient pris conscience avant leur installation.

Conclusion

36En somme, l’enquête menée sur les migrations résidentielles dans le Livradois Forez permet de confirmer des dynamiques classiques et documentées (mobilités professionnelles, retraite, rapprochements familiaux, ruptures biographiques) mais également de mettre en évidence un phénomène plus inédit lié à la situation de décroissance territoriale.

37Premièrement, le territoire accueille de nombreux nouveaux ménages extérieurs. D’un point de vue quantitatif, cette dynamique démographique fragile reste spatialement différenciée. D’un côté, les villages et les bourgs-centres sont plutôt gagnants par l’accueil de ménages réalisant soit des mobilités de longue distance, soit des mobilités internes à l’EPCI, notamment pour accéder à la propriété. A l’inverse, la petite ville d’Ambert, si elle gagne des ménages jeunes est fortement déficitaire au sein des flux résidentiels intercommunaux. Ambert, dans cette perspective, constitue une portée d’entrée sur le territoire sans réussir à conserver les ménages qu’elle accueille. D’un point de vue qualitatif, les nouveaux ménages venant de l’extérieur sont très majoritaires dans le panel d’enquête alors que notre démarche méthodologique ne visait pas à différencier les nouveaux arrivants des ménages du territoire effectuant une mobilité résidentielle en son sein. Seuls 6 des 35 nouveaux emménagés effectuaient une mobilité au sein du territoire, 9 si on élargit le périmètre aux espaces limitrophes du Parc. Pour une part significative, ces nouveaux ménages venant de l’extérieur peuvent être considérés comme des néo-ruraux, présentant des caractéristiques proches des gentrifieurs ruraux [Pistre, 2012 ; Tommasi, 2018]. 14 ménages et 18 enquêté.es sur les 35 nouveaux arrivants correspondent à ce profil.

38Deuxièmement, l’emploi est un facteur déterminant dans les trajectoires sociales et résidentielles des enquêté.es. D’une part, 11 enquêté.es ont déménagé pour des raisons professionnelles auxquels il faut ajouter 5 autres personnes qui ont suivi leur conjoint ancré professionnellement sur le territoire. Cela représente près de la moitié des nouveaux emménagés. Ainsi, la question de l’emploi et du travail demeure déterminante dans l’installation dans le territoire. Cependant, trouver un emploi stable et rémunérateur reste difficile, notamment chez les néo-ruraux. En effet, l’emploi du conjoint est un problème, conduisant souvent les femmes à être isolées, sans emploi ou devant créer une activité à domicile, peu rémunératrice et renforçant l’isolement. Le second profil de ménages correspond à des personnes en quête d’un nouveau projet de vie avec de fortes valeurs environnementale qui créent une activité souvent peu rémunératrice, souvent à domicile. Au regard de cette situation, la précarité économique peut être forte, renforcée par l’acquisition de biens nécessitant de lourds travaux pour atteindre un bon niveau de confort. Face à ces problèmes, les enquêté.es construisent des solutions collectives, notamment de locaux partagés, voire des formes de vie collective (colocations). C’est le cas de 7 enquêté.es.

39Troisièmement, si le regain migratoire est réel, il ne conduit pas nécessairement à une revitalisation des espaces centraux, denses et anciens de la petite ville et des communes de centres-bourgs. Les espaces centraux sont certes des lieux de pratiques commerciales, sociales mais ils ne sont pas des lieux de projection résidentielle du fait du poids d’un habitus favorable de la maison individuelle avec extérieur, projection résidentielle transversale à l’ensemble des enquêté.es. En outre, ils sont nettement perçus comme en déclin, tant du point de vue commercial, serviciel que dans le cadre de vie qu’ils proposent. En revanche, des potentiels existent. En effet, une demande résidentielle pour les espaces centraux du centre-bourg est visible, notamment de la part des ménages locataires, de classes populaires qui peinent à trouver un logement, et de la part de personnes âgées, si le bien offre un extérieur. Au contraire, la dynamique d’installation néo-rurale est loin d’être synonyme d’un choix résidentiel en faveur des espaces centraux denses ciblés dans les politiques de revitalisation.

40Enfin, malgré le faible coût de l’immobilier les nouveaux emménagés éprouvent certaines difficultés à se loger dignement. Cet état de fait est particulièrement accentué concernant le parc locatif privé où les enquêté.es décrivent des difficultés à trouver des logements à louer, à prix abordables ou non, et de bonne facture. Cela conduit à favoriser une accession à la propriété de biens de grande taille et nécessitant d’importants travaux à réaliser qui peuvent être une charge économique lourde pour des ménages aux ressources demeurant limitées.

41Au final, cette enquête questionne les politiques publiques de revitalisation des centres-bourgs et petites villes. Si elle documente l’afflux de nouveaux résidents sur le territoire ou les mobilités au sein de l’intercommunalité mais en explicitant les pratiques et les trajectoires résidentielles, elle montre les fragilités de ces dynamiques résidentielles en faveur d’une revitalisation des espaces centraux denses de ces communes. L’enjeu de l’adaptation des logements aux demandes résidentielles est réel. Dans cette perspective, face à des espaces centraux anciens et denses, dans un territoire qui continue de perdre de la population, une politique d’aménagement permettant d’adapter les tissus urbains aux aspirations résidentielles contemporaines pourrait s’avérer pertinente, notamment via des projets de déconstruction ciblée [Chavassieux et al., 2021] expérimentés dans d’autres territoires en décroissance. Mais cet enjeu ne concerne qu’une partie de la population, les ménages néo-ruraux et les ménages familiaux actifs, alors qu’une demande réelle de ménages monoparentaux, jeunes ou retraités existent pour ces espaces tout en éprouvant des difficultés de logements face à un parc locatif privé dégradé ou des logements nécessitant de lourds investissements pour être remis en état.

Haut de page

Bibliographie

Jean-Yves Authier, Jennifer Bidet, Anaïs Collet, Pierre Gilbert, Hélène Steinmetz. État des lieux sur les trajectoires résidentielles, Rapport de recherche, PUCA, 2010.

Jean-Yves Authier (dir.), Du domicile à la ville. Vivre en quartiers anciens, éd. Anthropos, coll. Villes, 2001, 214p.

Brigitte Baccaïni, « Mobilité géographique, distances de migration et mobilité 71 professionnelle en France », in Eva Lelièvre, Claire Lévy-Vroelant (dir.), La Ville en mouvement : habitat et habitants, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 41-56

Marie-Hélène Bacqué, Gérard Divay, Damaris Rose, Anne-Marie Séguin, Gilles Sénécal. Survol de quelques politiques de revitalisation urbaine, Rapport de recherche, INRS, 2003

Sophie Baudet-Michel et Fabien Paulus. « La décroissance urbaine en France : mise en perspective par les recherches sur les shrinking cities et les systèmes urbains » in Vincent Béal, Nicolas Cauchi-Duval, Max Rousseau, Déclin urbain. La France dans une perspective internationale, éd. du Croquant, 2021, p. 129-162

Catherine Bonvalet, Anne Gotman (dir.), Le logement, une affaire de famille, 74 Paris, L’Harmattan, 1993, 167 p.

Catherine Bonvalet, Anne Gotman, Yves Grafmeyer (dir.), La famille et ses proches. L’aménagement des territoires, Paris, Presses Universitaires de France – INED, 1999, 291 p.

Coline Bouvart, Olivier Bouba-Olga. “Exode urbain : une mise au vert timide." La note d'analyse de France Strategie 122, no. 7, 2023.

Ivan Bruneau, Gilles Laferté, Julian Mischi, et Nicolas Renahy. Mondes ruraux et classes sociales. Éditions EHESS, 2018.

Pauline Chavassieux, Georges Gay, Rachid Kaddour, Christelle Morel-Journel, Valérie Sala-Pala, (Dé)construire la ville. Les villes en décroissance, laboratoire d’une production urbaine alternative, PUSE, 2021, 384p.

Michel Chevalier, « Les phénomènes néo-ruraux » in L’Espace géographique, tome 10, n°1, 1981, pp. 33-47

Virginie Christel, « Trajectoires résidentielles des personnes âgées », in INSEE, Données sociales – La société française, 2006, p. 525-529

Garance Clément, Migrer près de chez soi. Trajectoires résidentielles et migratoires des membres des « classes moyennes » dans un espace frontalier franco-belge, Thèse de doctorat, Université Paris-Est, 2018, 507p.

Anaïs Collet, Aurélie Delage et Max Rousseau, Mobilités résidentielles post-Covid. Dynamiques sociales et enjeux locaux dans cinq territoires ruraux, Rapport pour le PUCA et le Réseau Rural Français, 2023, 44 p.

Benoit Conti, Sophie Baudet-Michel, et Charlène Le Neindre. « Envisager la rétraction d’un équipement dans le système urbain français : le cas des lits d’hospitalisation en court séjour », Géographie, économie, société, vol. 22, no. 1, 2020, pp. 5-33.

Benoît Coquard. Ceux qui restent : Faire sa vie dans les campagnes en déclin. La Découverte, 2019.

Thierry Debrand, Claude Taffin. "Les facteurs structurels et conjoncturels de la mobilité résidentielle depuis 20 ans." Economie et statistique 381, no. 1, 2005, pp. 125-146.

Jean-Claude Driant, « La mobilité des personnes âgées dans le marché du logement : une approche dynamique », in Catherine Bonvalet, Ferial Drosso, Francine Benguigui, Mai Phuong Huynh (dir.), Vieillissement de la population et logement : les stratégies résidentielles et patrimoniales, PUCA, La Documentation Française, Paris, 2007.

Françoise Cognard. « Migrations d'agrément » et nouveaux habitants dans les moyennes montagnes françaises : de la recomposition sociale au développement territorial, L’exemple du Diois, du Morvan et du Séronais, Thèse de Doctorat de Géographie, Université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand, 2010.

Noé Guiraud, Sophie Baudet-Michel, et Gilles Toutin. « Les réformes de la Justice entre 2000 et 2016 : une rétraction des tribunaux au détriment des petites et moyennes villes de France métropolitaine », Annales de géographie, vol. 737, no. 1, 2021, pp. 35-57.

Danièle Hervieu-Léger, Bernard Hervieu, Le Retour à la nature : au fond de la forêt, l’État, Seuil, Paris, 1979.

Mohamed Hilal, Aleksandra Barczak, François-Pierre Tourneux, Yves Schaeffer, Marie M. Houdart, et Dominik Cremer-Schulte Typologie des campagnes françaises et des espaces à enjeux spécifiques (littoral, montagne et DOM). 2011.

Valérie Jousseaume. Plouc Pride : Récit pour les campagnes. Editions de l'Aube, 2021.

Valérie Jousseaume et Magali Talandier, « Bourgs-centres et petites villes en France », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 32 | 2016, mis en ligne le 18 novembre 2016, consulté le 05 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/tem/3887

Bernard Kayser, La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Armand Colin, Paris, 1990. 

Cristina Martinez‐Fernandez, Ivonne Audirac, Sylvie Fol et Emmanuèle Cunningham-Sabot, "Shrinking cities: Urban challenges of globalization." International journal of urban and regional research 36.2, 2012, pp. 213-225.

Yoan Miot et Sarah Dubeaux, Agir face à la vacance. L’expérience d’Ambert-Livradois-Forez, éd. Autrement, 2023.

Pierre Pistre. Renouveaux des campagnes françaises. Évolutions démographiques, dynamiques spatiales et recompositions sociales, Doctorat de Géographie, Paris Diderot (Paris 7), Paris, 2012.

Nicolas Renahy, Les Gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale. Paris, La Découverte, 2006.

Catherine RouvièreRetourner à la terre. L'utopie néo-rurale en Ardèche depuis les années 1960, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2015

Gabrielle Saumon, Greta Tommasi. La néoruralité. Recours à la campagne. L'opportune, 2021.

Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy, Sociologie des classes populaires contemporaines, coll. U, Armand Colin, Paris, 2015.

Thomas Sigaud. « Accompagner les mobilités résidentielles des salariés : l’épreuve de l’« entrée en territoire » », Espaces et sociétés, vol. 162, no. 3, 2015, pp. 129-145.

Greta Tomasi, « La gentrification rurale, un regard critique sur les évolutions des campagnes françaises », Géoconfluences, 2018, https://geoconfluences.ens-lyon.fr/geoconfluences/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/articles-scientifiques/gentrification-rurale

Haut de page

Notes

1 6 entretiens ont été menés auprès de couples

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation du Livradois-Forez et communes enquêtées
Crédits Réalisation personnelle des auteur.es, 2023
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 2 : Evolution de la population entre 1982 et 2017
Crédits Source : INSEE, Recensement général de la population, 2017. Traitement réalisé par les auteur.es
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 3 : Le système résidentiel des mobilités résidentielles au sein d'Ambert-Livradois-Forez
Crédits Source : INSEE, Fichier Individus Migrations Communales 2017, traitement réalisé par les auteur.es
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 4 : Des espaces centraux marqués par la vacance et l'abandon
Crédits Photographies personnelles des auteur.es, juillet 2021
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13556/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 707k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yoan Miot et Sarah Dubeaux, « Les mobilités résidentielles dans les petites villes et les bourgs-centres en décroissance au prisme des enjeux de revitalisation. Le cas du Livradois-Forez »Espace populations sociétés [En ligne], 2023/1 | 2023, mis en ligne le 22 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/eps/13556 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.13556

Haut de page

Auteurs

Yoan Miot

Maitre de conférences en aménagement et urbanisme, Université Gustave Eiffel, LATTS (UMR 8134)

Articles du même auteur

Sarah Dubeaux

Ingénieure de recherche, Université Gustave Eiffel, LATTS (UMR 8134)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search