Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2023/1Les bourgs ruraux face au vieilli...

Les bourgs ruraux face au vieillissement de la population : des stratégies d’attractivité résidentielle en décalage avec les dynamiques démographiques et migratoires ?

Very small towns and ageing : questioning the relevance of local public policies in the light of demographic and migratory dynamics
Anton Paumelle

Résumés

En France, les bourgs ruraux sont en proie depuis plusieurs décennies à des difficultés structurelles et à un vieillissement important de leur population. Ils bénéficient par conséquent d’un programme national dans lequel les enjeux relatifs au vieillissement de la population font partie des priorités affichées. Toutefois, au même titre que dans la littérature académique, les facteurs explicatifs du vieillissement et ses effets sur les dynamiques territoriales des bourgs ruraux sont peu, voire pas questionnés par les politiques territoriales. Or, l’étude de l’action publique locale de trois bourgs ruraux (Vayrac (Lot) ; Tarascon-sur-Ariège (Ariège) ; Loué (Sarthe)) au prisme de leurs dynamiques démographiques fait apparaître un décalage. En effet, les stratégies locales tournées vers l’attractivité des jeunes ménages contrastent avec les réalités migratoires de ces communes. Les bourgs ruraux sont majoritairement attractifs pour les personnes âgées et relativement répulsifs pour les jeunes actifs. De plus, alors qu’une partie des bourgs ruraux font face à des fragilités socio-démographiques, l’arrivée de retraités, perçue comme subie localement, est parfois synonyme de maintien voire d’augmentation de la population communale. Cet article invite donc à questionner les politiques locales d’attractivité mises en place dans les bourgs ruraux et à déconstruire une partie des représentations négatives qui entourent les effets du vieillissement de la population sur les dynamiques territoriales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Charrel Marie, 2019, “Comment le vieillissement de la population va bouleverser nos sociétés” Le Mo (...)

1En France, la proportion de personnes âgées de plus de 65 ans est passée en moins de vingt ans de 15,7 % à 19,8 % (1999-2018). Un vieillissement de population qui devrait s’accroître fortement dans les décennies à venir et ce, dans de nombreux autres territoires ayant achevé leur première transition démographique [Nations Unies, 2019]. Ce phénomène structurel d’ampleur qui, selon certains journalistes, devrait « bouleverser nos sociétés » [Le Monde, 2019]1 est en effet vecteur d’enjeux majeurs. Sur le plan des dynamiques territoriales, l’entrée dans une seconde transition démographique, caractérisée notamment par la baisse du solde naturel et l’augmentation de l’âge moyen de la population [Van de Kaa, 1987], bouscule les trajectoires démographiques d’un grand nombre de territoires et remet en cause l’idée d’un horizon ininterrompu de croissance [Avdeev et al., 2011]. Derrière cette tendance générale, les déterminants variés du vieillissement produisent toutefois des effets très différents selon les territoires concernés. Au-delà de l’évolution de la structure de la population, de la baisse du taux de fécondité et de la hausse de l’espérance de vie des personnes âgées, le vieillissement peut découler aussi bien d’un départ des populations jeunes que de l’arrivée de personnes âgées, affectant ainsi des territoires aux profils d’une grande diversité [de Lapasse et Pilon, 2017]. Au Japon, en Allemagne de l’est et en France, il accompagne par exemple la décroissance urbaine que connaissent certaines villes [Wolff et al., 2013 ; Buhnik, 2016]. Le vieillissement joue même fréquemment un rôle direct dans celle-ci par le poids qu’il fait progressivement peser sur le solde naturel [Cauchi-Duval, 2021]. Par ailleurs, il peut également être synonyme de repeuplement dans des campagnes attractives [Pistre, 2016] et jouer un rôle positif dans les dynamiques sociales et économiques de ces territoires [Vollet et al., 2013].

2En France comme ailleurs, la progression de la part de plus de 65 ans et la diversité de ses effets sur les dynamiques démographiques des territoires, apparaît comme un enjeu de taille pour l’action publique territoriale. Parmi les communes particulièrement concernées par celui-ci, les bourgs ruraux occupent une place de choix. Ces petits centres, qui jouent un rôle de desserte locale en biens et en services élémentaires dans les campagnes, accueillent en effet en moyenne une proportion de plus de 65 ans quasiment supérieure de dix points à celle de la moyenne nationale. Les bourgs ruraux sont même devenus depuis les années 1990 la catégorie de peuplement avec la part de personnes âgées la plus élevée en France [Paumelle, 2022]. Les déterminants et les effets du vieillissement de la population des bourgs ruraux demeurent toutefois peu renseignés. Or, ces communes, souvent fragilisées sur le plan social et économique [Hilal et al., 2020 ; Brouard-Sala, 2021], font l’objet d’un important regain d’intérêt de la part de l’action publique locale et nationale. Ils sont notamment au cœur du récent programme national « Petites villes de demain » qui accompagne près de 1600 bourgs et petites villes dans des projets de « revitalisation » de centres-bourgs et au sein duquel les enjeux relatifs au vieillissement sont affichés comme une priorité. Depuis juillet 2021, une démarche dédiée au « bien vieillir » qui vise à améliorer la prise en compte des enjeux relatifs au vieillissement dans les politiques territoriales y est par exemple déployée. Plus largement, les discours sur sa prise en compte dans les politiques territoriales, à l’image des rapports Broussy [2013, 2021], semblent se faire progressivement entendre [Philipona, 2019]. Toutefois, peu de travaux se sont penchés sur la manière dont le vieillissement est traité et problématisé par l’action publique locale [Viriot Durandal et al., 2018]. Par ailleurs, les effets qu’il provoque sur les dynamiques territoriales restent relativement peu traités dans la littérature académique francophone au regard des autres transitions en cours (écologique, numérique ou néolibérale) [Buhnik, 2019] et en particulier lorsqu’ils concernent ces petits centres ruraux.

3Alors que les bourgs ruraux connaissent d’importantes difficultés structurelles, cet article propose d’analyser les stratégies d’attractivité résidentielle de l’action publique locale de trois d’entre eux au regard des déterminants et des effets du vieillissement de la population sur les dynamiques démographiques de ces communes. Il s’appuie sur trois cas d’étude (Vayrac (Lot), Tarascon-sur-Ariège (Ariège), Loué (Sarthe)), sélectionnés à partir d’une série de critères et en particulier à partir du profil socio-démographique de leur population de retraités.

Méthodologie

Définir les bourgs à partir d’une approche fonctionnelle

4Présent dans la littérature et dans le langage, le bourg demeure une forme de peuplement aux contours flous, située entre la petite ville et le village. Dans le cadre de nos travaux sur cet objet, nous avons opté pour une approche principalement fonctionnelle pour les définir. Ainsi, nous avons mis de côté d’éventuels seuils démographiques qui, au-delà de leur nature arbitraire [Édouard, 2012], varieraient pour les bourgs très fortement selon la distance aux grands pôles urbains, la densité de population régionale, la superficie des limites communales et la structure de peuplement [Paumelle, Verdier, à paraître]. Pour identifier les bourgs, la base permanente des équipements produite par l’INSEE qui recense l’ensemble des commerces, services et équipements présents à l’échelon communal a donc été exploitée. Une commune considérée comme un bourg dans ce travail est, tout d’abord, une commune rurale ou une commune-centre d’unité urbaine telle que définie par l’INSEE. Ensuite, nous nous sommes inspirés dans un premier temps des travaux de Valérie Jousseaume et Magali Talandier [2016], qui distinguent les catégories de la hiérarchie urbaine à partir de la présence ou l’absence d’équipements précis. Les bourgs se différencient des villages par la présence d’un collège et/ou d’une structure sanitaire de proximité (centre de santé ou maison de santé pluriprofessionnelle). La petite ville se caractérise par la présence d’un lycée et/ou d’un hôpital de court séjour ou d’une maternité. Enfin, pour identifier la centralité commerciale exercée par le bourg en plus de la présence d’équipements, nous avons opté pour une approche par la diversification de l’offre de commerces, utilisée par exemple dans le travail de Mohamed Hilal et al., [2020]. Dans notre définition, les bourgs qui ont un supermarché recensent au minimum deux commerces. Les bourgs sans supermarché ont au minimum huit commerces. Les petites villes sont identifiées par la présence d’un hypermarché ou d’au minimum 50 commerces. Nous avons ainsi identifié 1706 communes appartenant à la catégorie bourg en France. Parmi elles, nous nous intéressons en particulier aux 877 qui n’appartiennent pas à un grand pôle urbain ou à une couronne périurbaine d’un grand pôle, tel que définis par la typologie des aires urbaines de l’INSEE. Il s’agit pour nous d’écarter les bourgs périurbains pour privilégier ceux situés dans les espaces ruraux, particulièrement en proie au vieillissement de leur population [Blanchet, 2013].

Des départements d’étude à la population vieillie et socialement située

5Les terrains d’étude ont dans un premier temps été sélectionnés à partir de l’échelon départemental (fig. 1). Le département est l’un des maillages clefs pour interroger les politiques locales en direction des personnes âgées compte tenu de ses compétences (création et gestion d’hébergement à destination des personnes âgées, politique de prévention et de maintien des personnes âgées à domicile, etc.) Les trois départements sélectionnés sont marqués par une très forte présence d’habitants de plus de 65 ans dans les bourgs ruraux (respectivement 36 %, 30 %, 31, % en moyenne) et se distinguent par la catégorie sociale des populations de retraités au sein de ces bourgs (fig. 1). Le Lot se détache par la surreprésentation, au sein de la population des bourgs, de retraités appartenant aux catégories sociales supérieures (29% d’anciens cadres et professions intellectuelles supérieures), l’Ariège par la surreprésentation d’anciens retraités appartenant aux classes populaires (70% anciens ouvriers et employés) et enfin la Sarthe par une population de retraités diversifiée avec une forte proportion d’anciens agriculteurs (28 % d’anciens artisans, commerçants et chefs d’entreprise et agriculteurs dont 55 % d’anciens agriculteurs).

Fig. 1. Relations entre la part des plus de 65 ans dans la population des bourgs ruraux et celle des retraités appartenant à une catégorie socio-professionnelle dans les bourgs ruraux en 2018 (échelon départemental)

Fig. 1. Relations entre la part des plus de 65 ans dans la population des bourgs ruraux et celle des retraités appartenant à une catégorie socio-professionnelle dans les bourgs ruraux en 2018 (échelon départemental)

Auteur : Paumelle, 2022.

Vayrac, Tarascon-sur-Ariège et Loué : trois bourgs ruraux face à la dévitalisation de leur centre-bourg et à une surreprésentation de personnes âgées

6Les trois départements sélectionnés nous ont permis, dans un second temps, de choisir trois bourgs d’étude inscrits dans des contextes sociaux différents et en proie à un vieillissement particulièrement avancé de leur population. Les trois bourgs en question ont également été choisis pour leur proximité au profil moyen des bourgs de leur département et pour leur appartenance au programme public Petites villes de demain qui vise à lutter contre la dévitalisation des centres-bourgs.

7Ancien chef-lieu de canton situé dans la vallée de la Dordogne au nord du département du Lot, Vayrac est la première commune étudiée. Bourg agricole de 1303 habitants, sa population se caractérise par la forte présence d’anciens cadres et professions intellectuelles supérieures parmi les retraités (35 %). Tout comme les communes qui l’environnent, Vayrac profite d’un fort attrait touristique et d’un parc de résidences secondaires conséquent (près de 20 %). Elle connait toutefois une importante vacance résidentielle et commerciale en centre-bourg. Du point de vue de sa démographie, la commune présente, à l’image de son bassin de vie, une population particulièrement vieillie (39 % de la population a plus de 65 ans) avec notamment une très forte surreprésentation des 65-69 ans chez les hommes et des plus de 70 ans chez les femmes par rapport à la structure par âge de la population française (fig. 2). L’indice de vieillissement de la commune est par conséquent très élevé : on y recense 223 habitants de plus de 65 ans pour 100 personnes de moins de 20 ans en 2019 (pour 158 dans le Lot et 83 en France).

Fig. 2. Pyramides des âges (%) de la population selon le RP 2019 (INSEE)

Fig. 2. Pyramides des âges (%) de la population selon le RP 2019 (INSEE)

Source : INSEE RP2019. Auteur : Paumelle, 2022.

8Tarascon-sur-Ariège, le deuxième bourg étudié, est ancré dans une vallée de la Haute-Ariège et recense 3028 habitants. S’il s’agit également d’une commune avec une forte part de plus de 65 ans (30,5%), la population de retraités appartient quasi-exclusivement aux classes populaires (78% d’anciens employés et ouvriers). Tarascon-sur-Ariège est, de plus, particulièrement marquée par la désindustrialisation, la précarisation de sa population et la rétraction des services publics. En centre-bourg, la vacance commerciale et résidentielle y sont très prononcées. Au même titre que Vayrac, la commune connait une surreprésentation des classes d’âges de plus de 60 ans et une sous-représentation des jeunes actifs. Son indice de vieillissement est lui aussi particulièrement élevé (161 habitants de plus de 65 ans pour 100 personnes de moins de 20 ans contre 127 en Ariège).

9Enfin, Loué, troisième et dernier cas d’étude, est un chef-lieu de canton de la Sarthe de 2068 habitants, connu pour ses élevages de volailles et les appellations qui en découlent (« Volailles de Loué » et « Œufs de Loué »). La commune recense près de 30 % de plus de 65 ans dans sa population avec une très forte surreprésentation d’anciens agriculteurs (32 %) parmi les retraités. La commune se distingue des deux autres cas d’étude par son ancrage dans un territoire au fort dynamisme économique et peu touché par le chômage. En forte concurrence territoriale avec le bourg voisin, Brûlon, elle présente elle-aussi de la vacance résidentielle et commerciale, mais dans une moindre mesure par rapport à Vayrac et surtout à Tarascon-sur-Ariège. Son indice de vieillissement est de 133 habitants de plus de 65 ans pour 100 personnes de moins de 20 ans (pour 83 dans la Sarthe).

  • 2 Un PETR, Pôle d’Equilibre Territorial et Rural, est un établissement public à fiscalité propre ayan (...)

10À l’occasion de trois séjours de recherche, 52 entretiens semi-directifs ont été menés. Sur chacun des terrains, les entretiens ont été réalisés principalement auprès d’acteurs de l’action publique à l’échelle communale (élus, techniciens, chargés de mission Petites villes de demain), intercommunale (élus, services techniques des EPCI et PETR2, direction de syndicats mixtes) et départementale (élus, direction générale des services, services dédiés aux personnes âgées et à l’autonomie). Parmi la cinquantaine d’entretiens réalisés, une partie a également été menée auprès d’acteurs locaux afin de préciser les enjeux relatifs au vieillissement de la population sur chacun des terrains (présidents d’association, direction d’EHPAD, services d’aide à domicile, agents immobiliers, etc.)

Derrière le vieillissement de la population : le départ des jeunes et l’arrivée de différents types de personnes âgées

11Au sein des trois territoires étudiés, le vieillissement de la population est bien identifié par les pouvoirs publics grâce à différents diagnostics. En revanche, les phénomènes à l’origine de celui-ci ne le sont peu, voire pas. Or, ils sont nécessaires pour appréhender les effets du vieillissement de la population sur un territoire. À l’échelle locale, au-delà de la baisse de la natalité, de la baisse de la mortalité des plus âgés et de l’arrivée des générations nombreuses du baby-boom aux classes d’âge élevées, les migrations résidentielles jouent un rôle déterminant pour comprendre la variation de la part des plus de 65 ans sur un territoire.

  • 3 La base de données MIGCOM est une base complémentaire du recensement de la population de l’INSEE. E (...)

12Vayrac, Tarascon-sur-Ariège et Loué sont, en premier lieu, des communes peu attractives pour les étudiants et les jeunes actifs. Comme le constate une série d’acteurs sur les trois terrains, ces communes observent depuis plusieurs années davantage de départs que d’arrivées pour ces catégories de population. Le traitement de la base MIGCOM3 de 2017 permet d’observer, avec des effectifs limités, le taux de migration interne nette par tranche d’âge pour chaque commune (fig. 3). Cet indicateur correspond au taux d’évolution de la population imputable aux mouvements migratoires sur le territoire français et permet d’évaluer le poids du solde migratoire de chaque tranche d’âge par rapport à la population totale de celle-ci. Ainsi selon le recensement de 2017, les trois communes observent en effet davantage de départs pour les 30-45 ans que d’arrivées. Vayrac et Loué connaissent même un taux de migration interne nette négatif pour les 15-45 ans et Tarascon-sur-Ariège pour les 30-60 ans. L’attrait des villes plus grandes semble demeurer structurant. De plus, le manque d’accès à de l’emploi qualifié, le déficit d’équipements culturels ou encore l’inéquation de l’offre de logements disponibles avec la demande des jeunes ménages participent, selon les acteurs locaux, aux départs de ces classes d’âge jeunes et par conséquent au vieillissement de la population.

Fig. 3. Taux de migration interne nette par tranche d’âge selon le recensement de 2017

Fig. 3. Taux de migration interne nette par tranche d’âge selon le recensement de 2017

Source : INSEE Base MIGCOM2017. Auteur : Paumelle, 2022.

13En deuxième lieu, l’arrivée de retraités joue un rôle majeur dans le vieillissement de la population observé dans les trois bourgs ruraux. À Vayrac par exemple, selon le recensement de 2017, il y eu 25 arrivées de 60-74 ans pour seulement un départ. Plus largement, le taux de migration interne nette de cette tranche d’âge est positif pour les trois communes étudiées. Les entretiens ont notamment fait ressortir l’effet d’un retour à l’âge de la retraite d’anciens natifs de leur commune ou de leur région. Ces « retours au pays » sont renseignés par la littérature dans les espaces ruraux [de Lapasse et Prévost, 2021] et bien identifiés par les acteurs locaux. À Tarascon-sur-Ariège, comme l’indique le maire de la commune, retraité, l’une des raisons du vieillissement « c’est le retour des retraités […]. J’ai plein de copains qui sont revenus. » Au-delà de l’attachement à la commune, ces retours plus ou moins lointains sont, selon les acteurs locaux, accentués dans les bourgs grâce à la présence d’aménités rurales (le calme, la proximité avec la nature, etc.) associée à celle d’un dense maillage associatif, de commerces et surtout de services médicaux.

14En outre, on observe à Vayrac, Tarascon-sur-Ariège et Loué l’existence de « migrations d’ajustement » réalisées en milieu ou fin de retraite [Caradec, 2010] (fig. 3). Comme le décrit bien un agent immobilier implanté de longue date à Tarascon-sur-Ariège : « À partir d’un certain âge, il y a des personnes des villages alentours qui se rapprochent du centre-bourg. » Il s’agit essentiellement de migrations de proximité pour rejoindre un logement plus adapté et plus petit comme on peut en trouver en centre-bourg. Chacune des communes bénéficie également d’une offre de logements spécialisés (EHPAD, résidences autonomie, résidences séniors ou habitats inclusifs). Des travaux mettent enfin en exergue le désir pour certains retraités de se rapprocher des commerces et services (de soin, de transport, administratifs, etc.) [Aouci et Nowik, 2021] et de lutter contre l’isolement qui peut s’accroitre avec une progressive démotorisation [Mallon, 2010]. Ainsi, et à rebours d’une partie des représentations, le vieillissement de la population à Vayrac, Tarascon-sur-Ariège et Loué est en partie lié à leur attractivité auprès d’une diversité de retraités et ce, malgré la dévitalisation de leur centre-bourg.

L’attractivité auprès des personnes âgées : un facteur majeur de maintien de la population voire de croissance démographique

15À Tarascon-sur-Ariège, les acteurs locaux interrogés mettent surtout en avant le poids du départ des actifs pour expliquer le vieillissement de la population communale.

« Le vieillissement de Tarascon s'explique au moins pour deux ou trois raisons. La plus évidente c'est le désengagement des usines Pechiney au début de ce siècle, depuis les années 2000. […] Nécessairement, ce sont les jeunes qui sont partis. Sont restés, les retraités. » (Maire, Tarascon-sur-Ariège).

16La commune a en effet connu la fermeture progressive d’une usine pourvoyeuse de plusieurs centaines d’emplois au tournant des années 2000. Elle demeure par ailleurs ancrée dans un territoire affrontant des difficultés économiques et donc peu attractif pour les actifs. Pour reprendre les mots de la directrice du PETR, Tarascon-sur-Ariège et ses environs sont « très peu attractifs en termes d’emplois. » La commune connait par conséquent une baisse importante de sa population entre 2008 et 2019 marquée par des soldes naturels et migratoires négatifs (fig. 4). Le vieillissement important de cette population découle ainsi en partie des difficultés économiques et sociales du territoire. Toutefois, même dans ce contexte, la commune parvient à attirer, comme nous l’avons vu, des populations de personnes âgées en début et en milieu de retraite. Si leur arrivée participe au vieillissement de la population et ne compense pas complètement le départ des classes d’âge plus jeunes, elle limite la décroissance démographique du territoire (fig. 4).

17À Vayrac et à Loué, l’arrivée de retraités joue un rôle encore plus important dans le vieillissement de la population. Dans le bourg du Lot, qui recense une proportion importante de retraités appartenant aux catégories sociales supérieures, il s’agit en particulier de la captation de migrations lointaines en provenance d’agglomérations urbaines plus importantes.

« Comme souvent ce sont des personnes qui vivent en ville et prennent leur retraite à la campagne. Pour certains ils ont déjà acheté leur maison il y a longtemps, ils venaient en vacances puis ont décidé de s'installer ici. » (Maire, Vayrac)

18L’analyse du maire va dans le sens des migrations recensées dans la base MIGCOM de 2017. En moyenne, les individus âgés de plus de 60 ans qui déménagent à Vayrac habitaient auparavant à plus de 279 km de la commune lotoise. Parmi eux, une partie importante provient d’agglomérations urbaines (Orleans, Maubeuge) et de la région parisienne. Vayrac, non loin de communes particulièrement touristiques comme Martel ou Rocamadour, attire des vacanciers qui, pour une partie, deviennent ensuite des habitants.

19À Loué, les migrations des jeunes retraités en direction de la commune sont différentes. Selon le recensement de 2017, la distance moyenne parcourue lors d’une migration résidentielle d’un individu de plus de 60 ans est seulement de 17 km. Tout comme les autres bourgs locaux, la commune est en partie « un lieu de retraite » pour reprendre les termes du maire. Plus précisément, elle observe notamment l’arrivée d’agriculteurs qui viennent de prendre leur retraite, de céder leur exploitation agricole et leur logement. Une adjointe au maire dont les parents étaient agriculteurs décrit ce mouvement :

« À 60 ans, ils ont laissé leur maison. Cas typique de plein de gens. Ils habitaient une petite commune sans service et sans association aussi. Ce qu'ils viennent chercher à Loué ce sont les services, les commerces et l'animation parce qu’il y a plus de monde. »

20Sur le plan démographique, cette importante attractivité résidentielle auprès des retraités a eu un effet particulièrement favorable pour les deux communes entre 1999 et 2013 (fig. 5 et 6). Ainsi, malgré le départ des classes d’âge les plus jeunes, le solde naturel négatif et la dévitalisation de leur centre-bourg, Vayrac et Loué ont gagné des habitants grâce à l’arrivée de retraités. On notera, cependant, que ces communes connaissent sur la dernière période (2013-2018) une variation annuelle moyenne de leur population négative en lien notamment avec la dégradation progressive du solde naturel.

Fig. 4. Indicateurs démographiques de la commune de Tarascon-sur-Ariège

 

1999 à 2008

2008 à 2013

2013 à 2019

Variation annuelle moyenne de la population en %

0,2

–0,9

–1,6

due au solde naturel en %

–0,6

–0,5

–0,9

due au solde apparent des entrées sorties en %

0,8

–0,4

–0,7

Fig. 5. Indicateurs démographiques de la commune de Vayrac

 

1999 à 2008

2008 à 2013

2013 à 2019

Variation annuelle moyenne de la population en %

1,2

0,4

–0,5

due au solde naturel en %

–1,2

–1,7

–2,1

due au solde apparent des entrées sorties en %

2,4

2

1,6

Fig. 6. Indicateurs démographiques de la commune de Loué

 

1999 à 2008

2008 à 2013

2013 à 2019

Variation annuelle moyenne de la population en %

0,4

0,9

–1,1

due au solde naturel en %

–0,2

–0,4

–0,7

due au solde apparent des entrées sorties en %

0,6

1,2

–0,4

Source : INSEE, 2022

21Ainsi, si les trois bourgs ruraux observent un vieillissement important de leur population, l’étude des statistiques migratoires permet d’en éclaircir les déterminants et les effets démographiques. Aussi bien à Vayrac qu’à Tarascon-sur-Ariège et à Loué, le solde migratoire négatif des jeunes classes d’âge contraste avec l’attractivité résidentielle qu’exercent ces communes auprès de différentes populations de retraités. Dans ces trois communes, l’arrivée de personnes âgées a permis d’atténuer la perte de population voire d’offrir des années de croissance démographique dans un contexte marqué pourtant par la dévitalisation de leur centre-bourg.

Une attractivité auprès des personnes âgées majoritairement subie par l’action publique locale dans les discours

  • 4 Le Projet d'Aménagement et de Développement Durable (PADD) est un document du Plan Local d’Urbanism (...)

22À Vayrac, Loué et Tarascon-sur-Ariège, les acteurs locaux constatent l’arrivée des retraités. Cette attractivité résidentielle est toutefois loin d’être planifiée. L’un d’eux, élu du territoire de Loué, l’exprime ainsi : « On ne les attire pas, ils viennent naturellement. » À Tarascon-sur-Ariège, un autre travaillant pour l’intercommunalité constate : « on a plus l'impression que c'est subi, que c'est une espèce de flot. » Si l’attractivité résidentielle est bien l’un des maîtres-mots des politiques locales, au même titre que dans de nombreuses villes petites et moyennes [Cauchi-Duval et al., 2016 ; Berroir et al., 2019], elle est présentée sur les trois terrains presque exclusivement en direction des jeunes ménages. À Loué, le président de l’intercommunalité est par exemple très clair sur l’objectif principal à fixer pour les bourgs : « Il faut vraiment réfléchir à ce qui est important et attractif pour que les jeunes viennent chez nous. » À Vayrac, on retrouve le même discours inscrit dans le PADD4 du PLUI qui dicte les politiques d’aménagement en cours, il faut « enrayer le vieillissement de la population en fidélisant et en attirant des jeunes ménages ». L’un des adjoints ne s’en cache pas : « L’orientation pour moi c'est la jeunesse. Le reste, très bien, mais après tout le monde s'adapte. » Derrière ces stratégies locales, une motivation très claire est ressortie des enquêtes de terrain. Alors que les espaces ruraux font face à une rétraction de certains services publics [Baudet-Michel et al., 2019], le maintien des équipements scolaires, qui bénéficient d’un très fort attachement [Fijalkow et Taulelle, 2020], joue un rôle prédominant dans les stratégies locales d’attractivité. La vice-présidente du département de l’Ariège résume bien le lien effectué : « Les élus locaux, c’est simple. Ils veulent construire des pavillons pour avoir des jeunes et donc garder leurs écoles. » Le maire de Loué l’indique en effet lui-même : « la cible de l'élu, c'est d'aller remplir un lotissement avec des jeunes qui vont faire des enfants pour remplir l'école. »

23Pour comprendre le choix des catégories de population ciblées par l’action publique locale, un détour par les représentations attachées à la forte présence de personnes âgées dans la population s’avère également éclairant. Interrogés, tout d’abord, sur les éventuels éléments positifs associés à cette surreprésentation de population dans leur commune, les acteurs locaux identifient presque systématiquement deux apports. Le premier est relatif au rôle des retraités dans le maintien du commerce de centre-bourg. Le temps libre, l’attrait pour les commerces de proximité et la baisse de la motorisation font des personnes âgées des clients réguliers et importants pour les commerçants du centre-bourg. « Cette tranche de population fait vivre le boulanger, la fleuriste, l'opticienne, le coiffeur parce que ces gens vivent en autarcie chez nous » comme le résume le président de l’association des commerçants de Loué. Même en perte d’autonomie, les pensionnaires des EHPAD participent à l’activité des commerçants de la commune en ayant recours à des coiffeurs, fleuristes, magasins de vêtements et d’autres tout au long de l’année. Les acteurs de l’action publique locale insistent encore plus particulièrement sur l’importance des retraités pour le tissu associatif. Sur les trois terrains, le monde associatif est très largement « tenu » (maire de Tarascon-sur-Ariège) par les retraités. Pour le maire de Loué, l’engagement des retraités dans la sphère associative va « au-delà de ce qu'ils apportent financièrement. » À titre d’exemple, à Vayrac, le fonctionnement d’un cinéma associatif doit beaucoup à l’investissement des retraités de la commune et constitue un vrai marqueur d’attractivité pour la commune. Ainsi, au-delà de participer à maintenir la population communale, les acteurs locaux font le constat que l’arrivée de personnes âgées et leur forte présence joue également un rôle important pour l’activité commerciale, l’emploi de service et la vie sociale de ces territoires.

24Cependant, la forte présence de personnes âgées est malgré tout majoritairement considérée comme une fragilité par les enquêtés. Un lien fort est projeté par de nombreux acteurs locaux entre l’évolution de l’âge des habitants et le dynamisme des communes. Par exemple, pour le maire de Loué, l’objectif est clair, il faut « rajeunir la commune pour la redynamiser. » Il en va de même à Tarascon-sur-Ariège. Pour le maire, lui-même retraité, « ce n'est pas avec les gens de ma génération que l'on va créer du dynamisme. » Au-delà même du dynamisme, la commune dans certains discours semble prendre de l’âge en même temps que sa population et perdre ainsi de sa vitalité. Elle est « moins vivante » (élu de Vayrac) avec l’augmentation du nombre de personnes âgées. Certains élus justifient leurs discours d’attractivité tournés vers les jeunes en usant de la même analogie :

« S'il y a des jeunes, il y aura de la dynamique, ça c'est sûr. S'il y a des jeunes dans la ville, il y aura des commerces, des cafés, des restos, tout un tas de choses, des clubs de sport […]. Parce que les jeunes, c'est l'avenir. Si on fait ici une grande maison de retraite, très bien mais ça ne sert à rien. Les jeunes c'est l'avenir, si le village veut se développer, c'est par la jeunesse. »

25À ce titre, le maintien de l’école se révèle primordial. Il s’agit pour le maire de Loué de maintenir le cœur de sa commune :

« L'école c'est le cœur d'une vie. […] il faut tout faire pour maintenir son école parce que si vous voulez avoir des jeunes couples actifs et que vous voulez que votre bourg continue à vivre sur des activités qui bougent, c'est ultra important. »

26La présidente du PETR Ariège le résume ainsi : « Si l’école part, le village meurt. »

Limites des stratégies d’attractivité locale en direction des jeunes ménages

27Pour mettre en place des politiques d’attractivité résidentielle en direction des jeunes ménages, la construction de logements constitue un axe prioritaire. Les élus souhaitent, dans les trois bourgs, développer de nouvelles zones pavillonnaires pour attirer ces populations. Ils se heurtent toutefois aux réalités migratoires de leur commune. À Vayrac par exemple, l’intérêt de retraités pour les logements pavillonnaires déplait, comme en témoigne les propos d’un élu local de premier plan : « Le lotissement n’est qu'en état de projet mais sur les demandes, on a eu deux visites : un jeune couple et… des retraités qui veulent passer leur retraite à Vayrac… ». À propos du même projet, un autre élu complète : « On ne peut pas interdire aux retraités d’acheter… ». Même son de cloche dans l’intercommunalité de Loué de la part d’un acteur du même rang : « Le dernier lotissement : surprise. Ce sont des personnes âgées qui ont acheté. Cela m'avait un peu énervé. » Une tension se dessine ici entre les objectifs d’attractivité affichés et la population attirée. Les stratégies d’attractivité en direction des jeunes ménages semblent se heurter aux réalités migratoires. Elles peuvent même parfois apparaître en fort décalage avec les évolutions démographiques des territoires concernés. À Vayrac, la municipalité projette par exemple de réaliser une extension de l’école élémentaire et de créer une nouvelle aire de jeux pour enfants, malgré la baisse structurelle du nombre d’enfants dans la commune. Il s’agit pour le maire d’émettre localement « un signe fort » pour attirer des familles. Cette politique interroge un conseiller municipal de l’opposition : « Ok, il faut rénover l'école, agrandir la cantine mais est-ce que dans cinq ou dix ans cela ne sera pas devenu aberrant ? »

  • 5 L’habitat inclusif désigne un mode d’habitation regroupé comprenant des locaux communs et un projet (...)

28Face aux difficultés d’attirer des populations jeunes, on observe malgré les discours décrits plus tôt, l’existence de politiques résidentielles en direction des personnes âgées. En effet, les trois communes participent parallèlement au développement d’une offre de logements spécialisés en direction des personnes âgées en accompagnant des porteurs de projets. À Vayrac, pour reprendre les termes d’un ancien maire : « C'est mieux que rien. » Deux projets d’habitats spécialisés en direction des personnes âgées portés par des acteurs privés sont en cours dans la commune. Le premier, une résidence privée située en cœur de bourg et le second, des chalets à quelques minutes à pied du centre. L’un d’eux va permettre, en plus d’attirer de la population et de créer de l’emploi, de réhabiliter une friche en centre-bourg. Il s’agit pour les élus d’opportunités à saisir, faute de mieux. « On est très sollicité par le secteur privé qui s'empare de l'hébergement [des personnes âgées] » note le maire. Dans le même esprit, Loué et Tarascon-sur-Ariège souhaitent accueillir un habitat inclusif5 en lieu et place de logements vacants de centre-bourg. L’un des projets pourrait être soutenu par le programme Petite ville de demain. Toutefois, ces initiatives en phase avec l’attractivité résidentielle exercée par ces communes témoignent moins d’un changement de regard de la part des décideurs locaux sur l’arrivée des personnes âgées que d’opportunités saisies dans un contexte démographique perçu comme difficile.

Discussion et conclusion

29Alors que l’action publique territoriale s’empare des enjeux relatifs à la dévitalisation des centres-bourgs, l’étude des stratégies locales à Vayrac, Tarascon-sur-Ariège et Loué pointe une forme de décalage. En effet, notre travail montre que le vieillissement de la population de ces communes découle en partie de l’attractivité migratoire qu’elles exercent auprès d’une diversité de personnes âgées. Il montre également que l’arrivée de ces individus participe au maintien voire dans certains cas à l’augmentation de la population de ces communes et ce, malgré les difficultés structurelles qu’elles rencontrent depuis de nombreuses années. De plus, comme le souligne les acteurs locaux interrogés, la forte présence de populations retraités joue un rôle de premier plan dans la préservation d’une partie de l’activité commerciale en centre-bourg, de l’emploi de services et de la vie sociale de ces territoires. Or, malgré ces apports nombreux, l’arrivée de ces populations apparaît subie par une grande partie des élus locaux. Elle n’est pas perçue comme une forme d’attractivité. Par ailleurs, les discours recueillis, quel que soit le contexte territorial, sont tournés presque exclusivement vers l’attractivité des jeunes ménages et ce, alors que Vayrac, Loué et Tarascon-sur-Ariège sont des bourgs structurellement répulsifs pour ces catégories de population. Un décalage entre le public visé par les stratégies locales d’attractivité résidentielle et les réalités migratoires observées apparaît. Celui-ci a des conséquences. Sur nos trois terrains, les politiques locales qui visent à attirer des jeunes ménages peinent à s’avérer efficaces.

30Parmi les éléments explicatifs de ces stratégies locales, la volonté de maintenir des équipements scolaires joue un rôle central. Elle témoigne du très fort attachement local pour les équipements et services publics élémentaires (école, poste, etc.) dans un contexte de retrait de certains d’entre eux dans les espaces ruraux [Baudet-Michel et al., 2019 ; Fijalkow et Taulelle, 2020]. Ce n’est toutefois pas la seule explication. Ces stratégies attestent également de la dimension négative des représentations que portent les acteurs locaux sur le vieillissement de la population de leur commune et l’arrivée de personnes âgées. Le lien fréquemment établi dans les discours entre vitalité de la commune et jeunesse de la population, quel que soit le contexte territorial en découle. On retrouve ici sans doute le poids des représentations sociales majoritairement négatives autour des personnes âgées [Rennes, 2020] et de l’étiquetage ancien de cette catégorie de population en problème par la politique vieillesse [Ennuyer, 2020].

31En conclusion, notre article invite à prendre en compte les déterminants du vieillissement de la population à l’œuvre dans les bourgs ruraux afin de déconstruire une partie des représentations négatives qui entourent ses effets sur les dynamiques territoriales. Il participe à reconsidérer le lien souvent établi trop rapidement entre vieillissement de la population et dévitalisation d’un territoire et s’inscrit, à ce titre, en cohérence avec d’autres travaux récents sur des terrains similaires [Freichel et al., 2022]. Il appelle enfin à de nombreux prolongements, à commencer par l’étude de potentielles politiques locales alternatives.

Haut de page

Bibliographie

AOUICI Sabrina, NOWIK Laurent, 2021, “Mobilité résidentielle et vieillissement : pour le meilleur et contre le pire,” Retraite et société, 2(86), pp. 21–45.

AVDEEV Alexandre, EREMENKO Tatiana, FESTY Patrick, GAYMU Joëlle, LE BOUTEILLEC Nathalie, SPRINGER Sabine, 2011, “Populations et tendances démographiques des pays européens (1980-2010),” Population, 66(1), pp. 9–133.

BAUDET-MICHEL Sophie, FOL Sylvie, QUEVA Christophe, 2019, “Villes petites et moyennes, évolutions et stratégies d’action. Évolutions nationales et analyses quantitatives,” Rapport de recherche, Caisse des Dépôts et Consignations - CGET.

BERROIR Sandrine, FOL Sylvie, QUEVA Christophe, SANTAMARIA Frédéric, 2019, “Villes moyennes et dévitalisation des centres : les politiques publiques face aux enjeux d’égalité territoriale,” Belgeo, 3, 16 p.

BLANCHET Mickaël, 2013, “Le vieillissement des campagnes : éléments d’introduction démographique et géographique,” Gérontologie et société, 36(146), pp. 21–38.

BROUARD-SALA Quentin, 2021, Déclin et attractivité des bourgs et des petites villes dans les espaces ruraux de Galice, de Normandie et du Sud-Ouest de l’Angleterre, Géographie, Caen, Université Normandie, 538 p.

BROUSSY Luc, 2013, “L’adaptation de la société au vieillissement de sa population : France : Année zéro !,” Rapport de la mission Interministérielle sur l’adaptation de la société française au vieillissement de sa population.

BROUSSY Luc, 2021, “80 propositions pour un nouveau pacte entre générations,” Rapport Interministériel.

BUHNIK Sophie, 2016, “Géographie de la décroissance démographique et évolution des mobilités quotidiennes dans la conurbation Ōsaka-Kyōto-Kōbe,” Espace populations sociétés, 2015/3-2016/1.

BUHNIK Sophie, 2019, “Vieillissement en ville et villes en vieillissement,” L’Information géographique, 83(2), pp. 122–139.

CARADEC Vincent, 2010, “Les comportements résidentiels des retraités. Quelques enseignements du programme de recherche « Vieillissement de la population et habitat »,” Espace populations sociétés, 1, pp. 29–40.

CAUCHI-DUVAL Nicolas, 2021, “Les mutations du processus de décroissance urbaine en France,” in Béal Vincent, Cauchi-Duval Nicolas, Rousseau Max (dir.), Déclin urbain. La France dans une perspective internationale, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, Savoir/Agir, pp. 163–188.

CAUCHI-DUVAL Nicolas, BEAL Vincent, ROUSSEAU Max, 2016, “La décroissance urbaine en France : des villes sans politique,” Espace populations sociétés, 2015/3-2016/1.

DE LAPASSE Benoît, PILON Catherine, 2017, “Le vieillissement dans les territoires : un phénomène multiforme,” Retraite et société, 76, pp. 125–133.

DE LAPASSE Benoît, PREVOST Élisabeth, 2021, “La mobilité des retraités à tous les âges,” Retraite et société, 2(86), pp. 211–228.

ÉDOUARD Jean-Charles, 2012, “La place de la petite ville dans la recherche géographique en France : de la simple monographie au territoire témoin,” Annales de géographie, 683, pp. 25-42.

ENNUYER Bernard, 2020, “La discrimination par l’âge des « personnes âgées » : conjonction de représentations sociales majoritairement négatives et d’une politique vieillesse qui a institué la catégorie « personnes âgées » comme posant problème à la société,” La Revue des droits de l’homme, 17.

FIJALKOW Ygal, TAULELLE François, 2020, “Les mobilisations en faveur du maintien des services publics : La colère des territoires ruraux de faible densité,” Géographie et cultures, 114, pp. 17–35.

FREICHEL Johan, BALARD Frédéric, MARTIN Elsa, 2022, Habiter et Vieillir. Trajectoires résidentielles à Xertigny (Vosges). Paris, Flammarion, (Autrement), 95 p.

HILAL Mohamed, LE BRIS Emmanuelle, TOUTIN Gilles, BARBIER Max, 2020, “Centralités : comment les identifier et quels rôles dans les dynamiques locales et intercommunales ?,” Synthèse, Etudes, Dijon, ANCT et INRAE (CESAER).

JOUSSEAUME Valérie, TALANDIER Magali, 2016, “Bourgs-centres et petites villes en France : méthode pour une base harmonisée de l’armature urbaine française,” Territoire en mouvement, 32.

MALLON Isabelle, 2010, “Le milieu rural isolé isole-t-il les personnes âgées ?,” Espace populations sociétés, 2010/1, pp. 109–119.

PAUMELLE Anton, 2022, “Vieillissement et attractivité migratoire des bourgs ruraux en France,” L’Espace géographique, t. 51, n°1, p. 22-39.

PAUMELLE Anton, VERDIER Nicolas, à paraître, “Interroger les limites de l’urbanité : entre ville et village,” in Brun Jacques, Burgel Guy, Coudroy de Lille Laurent, Montigny Gilles, Ozouf-Marignier Marie-Vic (dir.), Marcel Roncayolo : sur les pas d’un géographe singulier, Parenthèses.

PHILIPONA Angélique, 2019, Adaptation de la société française au vieillissement : vieillir aujourd’hui dans une Ville Amie des Aînés : intégration, discrimination et rôles des politiques publiques, Sociologie, Dijon, Bourgogne Franche-Comté, 481 p.

PISTRE Pierre, 2016, “Recensements de la population pour l’étude des reprises démographiques et des migrations résidentielles dans l’espace peu dense (1975‑2011),” Economie et Statistique, 483-484–485, pp. 151–178.

RENNES Juliette, 2020, “Conceptualiser l’âgisme à partir du sexisme et du racisme : Le caractère heuristique d’un cadre d’analyse commun et ses limites,” Revue française de science politique, 70(6), pp. 725–745.

UNITED NATIONS, 2019, “World population prospects: Highlights, 2019 revision,” New York, United Nations.

VAN DE KAA D. J., 1987, “Europe’s second demographic transition,” Population Bulletin, 42(1), pp. 1–59.

VIRIOT DURANDAL Jean-Philippe, MOULAERT Thibauld, SCHEIDER Marion, GARON Suzanne, PARIS Mario, 2018, “Adaptation des territoires au vieillissement : politiques publiques et formes d’agencement démocratique : Les exemples de la France et du Québec,” Retraite et société, 79(1), pp. 17–41.

VOLLET Dominique, GAIGNE Carl, GUCHER Catherine, PINEAU Jean-Yves, MOUSLI Marc, TALANDIER Magali, 2013, “L’Europe vieillit : une seconde jeunesse pour la campagne ?,” Gérontologie et société, 36(146), pp. 39–56.

WOLFF Manuel, FOL Sylvie, ROTH Hélène, Cunningham-Sabot Emmanuèle, 2013, “Shrinking Cities, villes en décroissance : une mesure du phénomène en France,” Cybergeo.

Haut de page

Notes

1 Charrel Marie, 2019, “Comment le vieillissement de la population va bouleverser nos sociétés” Le Monde, 18 novembre 2019.

2 Un PETR, Pôle d’Equilibre Territorial et Rural, est un établissement public à fiscalité propre ayant pour vocation d’être un outil de coopération entre des intercommunalités sur un territoire non-métropolitain et non-enclavé.

3 La base de données MIGCOM est une base complémentaire du recensement de la population de l’INSEE. Elle fournit des informations à l’échelon des individus.

4 Le Projet d'Aménagement et de Développement Durable (PADD) est un document du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) qui présente les objectifs et les orientations générales en termes urbanistique et de développement économique, social et environnemental d'une communauté de communes.

5 L’habitat inclusif désigne un mode d’habitation regroupé comprenant des locaux communs et un projet de vie sociale et partagée à destination notamment de personnes âgées et de personnes en situation de handicap. Le développement de ce type de logements est notamment favorisé par le programme Petites villes de demain.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Relations entre la part des plus de 65 ans dans la population des bourgs ruraux et celle des retraités appartenant à une catégorie socio-professionnelle dans les bourgs ruraux en 2018 (échelon départemental)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13619/img-1.png
Fichier image/png, 37k
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13619/img-2.png
Fichier image/png, 39k
Crédits Auteur : Paumelle, 2022.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13619/img-3.png
Fichier image/png, 36k
Titre Fig. 2. Pyramides des âges (%) de la population selon le RP 2019 (INSEE)
Crédits Source : INSEE RP2019. Auteur : Paumelle, 2022.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13619/img-4.png
Fichier image/png, 45k
Titre Fig. 3. Taux de migration interne nette par tranche d’âge selon le recensement de 2017
Crédits Source : INSEE Base MIGCOM2017. Auteur : Paumelle, 2022.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13619/img-5.png
Fichier image/png, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anton Paumelle, « Les bourgs ruraux face au vieillissement de la population : des stratégies d’attractivité résidentielle en décalage avec les dynamiques démographiques et migratoires ? »Espace populations sociétés [En ligne], 2023/1 | 2023, mis en ligne le 22 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/eps/13619 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.13619

Haut de page

Auteur

Anton Paumelle

Doctorant en géographie à l’EHESS, UMR Géographie-cités
ATER Paris 1 Panthéon-Sorbonne
anton.paumelle[at]ehess.fr / antonpaumelle[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search