Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2023/1Les petites villes açoriennes au ...

Les petites villes açoriennes au défi de l’archipel et des réseaux

Small azorean cities facing archipelago and networks logics
Louis Marrou

Résumés

L’archipel portugais des Açores fait la part belle au réseau urbain. Les formes urbaines y sont nombreuses et variées. Le réseau est le fruit d’une histoire riche et d’une concurrence forte entre les îles. A la fin du XXe siècle, l’avènement de l’archipel et des réseaux de communication moderne modifie la donne. La bascule se fait à l’heure où l’archipel peine à conserver sa population alors qu’il connaît un développement touristique important. Le fait urbain se dilue. Le poids des différents acteurs évolue et fait émerger de nouvelles dynamiques.

Haut de page

Texte intégral

1Le vendredi 9 avril 1976, les roues du Concorde touchent pour la première fois la piste de l’aéroport de l’île de Santa Maria aux Açores1. Ce n’est pas sa première apparition sur le sol des Açores puisque « l’avion blanc », vitrine de la technologie française, avait été l’un des symboles du sommet de Lajes des 12 et 13 décembre 1971. Les présidents Nixon et Pompidou s’étaient alors retrouvés, à l’invitation de Marcelo Caetano, sur l’île de Terceira pour parler des désordres monétaires mondiaux2. Mais cette fois, en ce début de printemps 1976, Air France inaugure le vol hebdomadaire entre Paris et Caracas au Venezuela. L’escale de Santa Maria permet à l’équipage du supersonique de faire le plein de carburant, avant de poursuivre son vol en direction de l’Amérique latine. Il va en être ainsi chaque fin de semaine, le vendredi à l’aller, le samedi au retour, durant plus d’un lustre. Toutes les semaines, l’avion va faire rugir ses moteurs au-dessus de Vila do Porto, la « capitale » de l’île de Santa Maria. L’île connaît, depuis l’ouverture commerciale de l’aéroport en 1946, un boom économique considérable3. La population de l’île a doublé, la superficie urbaine de Vila do Porto triplé et les emplois qualifiés sont légions. Une ville champignon ?

2Pas vraiment ! Vila do Porto est en effet le premier peuplement des Açores a être doté d’une charte urbaine, et cela, dès 1470, une cinquantaine d’années après le début du peuplement portugais dans l’archipel. Vila do Porto obtient le titre de « vila » avant Ponta Delgada (1499) sur l’île de São Miguel, Angra (1478) et Praia (1480) sur l’île Terceira et Horta (1498) sur l’île de Faial, les principales villes açoriennes de ce début de XXIe siècle. Elle est alors la ville par excellence. En 1590, Gaspar Frutuoso, le chroniqueur de l’archipel, décrit déjà dans Saudades da Terra les trois rues qui montent du port vers le plateau, ponctuées d’édifices religieux, de magasins et d’habitations nobles. En 2022, le touriste qui débarque à Vila do Porto, de l’embarcadère ou de l’aéroport, retrouve intact ce dessin, ces rues, cette architecture civile et religieuse. Rien n’a bougé !

  • 4 On se reportera avec intérêt à l’article publié dans le journal Publico en 2016 au titre évocateur  (...)

3Au recensement de 2021, Vila do Porto compte 3 012 habitants. C’est donc bien une « petite ville ». La « capitale » de l’île regroupe 55,7 % de la population de Santa Maria et offre ainsi un beau cas de macrocéphalie urbaine insulaire. Vila do Porto est une parfaite illustration du paradoxe urbain au Portugal et dans l’archipel des Açores4. La géographie urbaine portugaise est marquée par l’importance du statut juridique des différents types de peuplement qui distingue l’aldeia, la vila et la cidade. Le recours à l’analyse urbaine, à l’étude des paysages et de plus en plus au rôle des acteurs permet de mieux comprendre une singularité qui s’est appuyée sur les particularités insulaires et archipélagiques de ce territoire portugais fragmenté au milieu de l’océan Atlantique Nord [Marrou, 2001].

I. Le Portugal : le pays où l’on s’élève au rang de ville

4Pour comprendre la situation aux Açores, le détour par le Portugal continental s’impose. C’est de là que sont arrivés les premiers colons, les lois, les règlements, les modes et modèles. Dans les années 1980 lorsqu’un étudiant français en géographie abordait la question urbaine européenne, la situation du Portugal prêtait souvent à discussion. Avec des chiffres de l’ordre de 40 % de population urbaine, la donnée interpellait. On mettait le « retard », de l’ordre de 25 points statistiques, sur le compte du côté « rural » et « provincial » du long règne d’A. de Oliveira Salazar. Le Portugal était vu comme un pays attardé. Pourtant, pour qui connaissait Lisbonne ou Porto, et le dynamisme des deux métropoles, l’énigme restait grande. Il y avait quelque chose qui ne collait pas…

1) « L’anomalie » du taux de population urbaine au Portugal

5La comparaison des chiffres de population urbaine est une gageure, tant les définitions statistiques, les morphologies sur le terrain et la perception même de l’espace urbain peuvent différer d’un pays à un autre, y compris dans une même zone géographique. Si l’on s’en tient aux données compilées par l’université de Sherbrooke au Canada, la comparaison du taux de population urbaine entre la France et le Portugal est éclairante au cours des 60 dernières années.

Fig. no 1 : Taux de population urbaine (1960-2020) au Portugal et en France

En %

1960

1970

1980

1990

2000

2010

2020

Portugal

France

34,95

61,88

38,80

71,05

42,78

73,28

47,91

74,05

54,39

75,87

60,56

78,36

66,31

80,97

Source : https://perspective.usherbrooke.ca/​bilan/​servlet/​BMTendanceStatPays?codeTheme=1&codeStat=SP.URB.TOTL.IN.ZS&codePays=PRT&optionsPeriodes=Aucune&codeTheme2=1&codeStat2=EN.URB.MCTY&codePays2=PRT&optionsDetPeriodes=avecNomP (consulté en juillet 2022)

6La réduction de l’écart est patente : on passe de 27 points de différence à moins de 15. En 1960, le taux d’urbanisation est donné comme l’un des plus faibles d’Europe, avec un peu plus du tiers des habitants résidant en « ville ». Le Portugal peine à sortir de sa « ruralité ». En 2020, avec les deux tiers d’urbains, la situation semble inversée. Et l’urbanisation paraît avancer à marche forcée au Portugal, ce qui là aussi laisse un peu pantois l’observateur régulier de la situation des peuplements dans les deux pays. L’explication est bien connue des géographes portugais [Barata-Salgueiro, 1992] : elle tient dans une définition « juridique » de la ville bien particulière liée à l’histoire urbaine du pays.

2) L’aldeia, la vila et la cidade

7Le découpage administratif de base au Portugal est la freguesia5. C’est une division civile ancienne qui reprend, en partie, le réseau des paroisses religieuses [Lévy, 2023]. Le législateur reconnaît lui trois formes de peuplement, l’aldeia, peu ou prou le village, la vila qui est la forme première de l’agglomération urbaine, en quelque sorte la cité, et enfin la cidade qui correspond à la forme évoluée de la chose urbaine et au haut de la hiérarchie. Les trois termes sont anciens et apparaissent avec la naissance de l’État portugais au XIe siècle. Les plus anciennes vilas portugaises se situent dans le Nord du Portugal contemporain, à proximité du Douro, aux origines du royaume portugais, point de départ de la Reconquête. São João da Pesqueira s’enorgueillit d’avoir la plus ancienne charte (foral) du pays dès 10556. Sur l’autre rive du Douro, l’ancienne vila d’Ansiaes est abandonnée, mais fait le bonheur des touristes et des archéologues. Le statut de « vila » a été transféré à Carrazeda de Ansiaes toute proche. L’une comme l’autre ont, en 2022, des allures de gros villages. La situation est historiquement identique pour les villes ayant droit au terme de « cidade ». Elles sont deux dès le XIe siècle (Braga en 1070 et Coimbra en 1080) et une grosse demi-douzaine au siècle suivant : Lisbonne, Viseu et Lamego en 1147, Évora en 1165, Silves en 1189 et Guarda en 1199. En 2022, le Portugal compte ainsi 585 vilas et 159 cidades, montrant ainsi une claire hiérarchie urbaine qui s’est affinée au cours des siècles et qui a connu un solide rattrapage à partir du retour de la démocratie en 1974.

Fig. no 2 : Période de création des vilas et cidades contemporaines portugaises

En %

Avant 1500

De 1500 à 1599

De 1600 à 1899

De 1900 à 1974

De 1975 à 1999

De 2000 à 2021

« Vila »

« Cidades »

17,8

5,7

8,5

7,5

3,4

7,5

7,2

6,3

43,4

51,6

19,7

21,4

Source : pour les vilas : https://pt.wikipedia.org/​wiki/​Lista_de_vilas_em_Portugal et https://pt.wikipedia.org/​wiki/​Lista_de_cidades_em_Portugal pour les cidades. (consulté en juin 2022)

8On le comprend aisément, les facteurs qui font la vila ou la cidade ne sont pas les mêmes au Moyen Âge qu’au début du XXIe siècle. Depuis la révolution des Œillets en 1974, le législateur a précisé les critères qui permettent à un regroupement de prétendre à l’un ou l’autre des titres qui définissent l’échelon urbain au Portugal7. En 2022, l’élévation d’une nouvelle vila est basée sur des raisons de nature historique, culturelle et architecturale, sur le fait de compter au minimum 3 000 habitants et de disposer d’un certain nombre d’équipements collectifs8. Classiquement, cela définit la « petite ville », avec une population souvent comprise entre 1 000 et 10 000 habitants. Le principe est similaire pour l’élévation à la catégorie de « cidade », avec une base d’au moins 8 000 habitants et des « services » d’un niveau plus élevé9. La « ville » au Portugal ne ressemble pas toujours à la ville européenne classique, avec ses nombres d’habitants, ses hiérarchies, ses fonctions, ses paysages, même si dans la période contemporaine elle cherche à s’en rapprocher.

  • 10 Almendra a été « vila »  de 1270 à 1855, date où elle perd son statut en raison de la refonte de la (...)
  • 11 L’exemple le plus fameux est celui de Cascais, « simple » vila dans la banlieue ouest de Lisbonne.

9Au fil du temps et comme les radiations ne sont pas fréquentes, on trouve des situations un peu paradoxales. Il y a des vilas « historiques », aujourd’hui déclassées et qui ont l’aspect de simples villages. Dans la région du Haut-Douro, là où sont apparues les premières vilas, se situent certaines des moins peuplées du Portugal. À proximité de Vila Nova de Foz Côa, les vilas de Cedovim ou d’Almendra, de création récente (1999), comptent moins de 400 habitants. Ce sont leurs illustres passés qui leur ont valu d’obtenir cette reconnaissance10. À l’inverse, certaines vilas dans les agglomérations de Porto ou Lisbonne comptent plusieurs dizaines de milliers d’habitants sans avoir accédé, jusqu’à présent, à la catégorie supérieure11.

3) Les « petites » villes et la fabrique du territoire au Portugal

10Les incongruités du système urbain ne doivent pas masquer deux grandes interrogations contemporaines au Portugal : celle des disparités du maillage de peuplement, entre le Nord et le Sud du pays, et éventuellement avec les archipels adjacents, et celle de l’importance des fonctions urbaines et de leur hiérarchie dans un monde toujours plus numérique et connecté.

  • 12 25 avril 1974.

11Dans la prise en compte du fait urbain contemporain, le Portugal propose un double contraste, entre le Nord et le Sud, le littoral et l’intérieur et une série de gradients qui se combinent. Dans le Sud du Portugal, l’habitat groupé domine avec l’archétype que représente le village de l’Alentejo. Dans le Nord du Portugal, la situation est beaucoup plus confuse et diffuse avec de très nombreux exemples d’habitat intercalaires sous formes de multiples lieux de peuplements, de hameaux et de maisons isolés. Cette coupure ancienne est compliquée par l’important exode qui marque les régions de l’intérieur au profit de la frange littorale, où sont installés les deux métropoles Lisbonne et Porto. La période qui a suivi la révolution des Œillets12 a apporté une couche supplémentaire de complexité, avec l’importance prise par les formes d’urbanisation illégales et les efforts postérieurs de légalisation de celles-ci. Les exemples les plus complexes de peuplement se trouvent dans la grande région de Porto. Il est désormais quasi impossible d’y faire la distinction entre ce qui est « urbain » et ce qui est « rural » dans un grand quadrilatère que délimitent Viana do Castelo au nord, Vila Real et Viseu à l’est et Aveiro au sud. Les densités de population y sont fortes, les modes de vie urbains prépondérants, les flux de toutes sortes considérables, même si l’ambiance peut sembler par endroits « rurale ». Il reste des champs, des prairies, des vignes, des forêts, mais les grappes de maisons sont partout, et les bruits mécaniques ont pris le dessus sur les bruits « naturels ».

12La hiérarchie urbaine est mise à mal, comme dans de nombreuses régions européennes, par la diffusion du numérique et les mutations que cela entraîne sur la distribution des produits et le recours aux lieux centraux13. Les niveaux hiérarchiques urbains se diluent. Seule la proximité franche de la métropole, et l’accès aisé à ses services anomaux, emporte la décision et vaut comme avantage certain. Habiter une « grande » ville, une ville moyenne, un gros bourg, une « petite ville », un village ou un écart n’apporte plus beaucoup de différence14. Après la smart city, bienvenu dans ma « smart freguesia » perdue ! Depuis son village, on aime se rendre à Braga ou à Viseu pour l’ambiance, le décor, mais la camionnette de livraison dessert le moindre recoin de campagne15, et les images du monde parviennent sur les écrans et dans les salons aussi nettement, que l’on habite près de la chic Avenida da Boavista à Porto ou à Calaura do Mopiron, un hameau perdu dans la haute vallée du Tâmega. La spécificité urbaine et les particularités de la ville portugaise se retrouve, exacerbé, dans l’archipel des Açores.

II. Les Açores : l’archipel qui « aimait » les petites villes

13Le XVe siècle marque le début du peuplement portugais dans l’archipel des Açores. Les îles sont vides d’occupation antérieure. La « ville port » a très rapidement connu un gros succès. C’est le siège de la capitainerie, à qui revient le rôle de peupler et de développer chacune des neuf îles. C’est aussi l’endroit de départ et d’arrivée des bateaux qui parcourent épisodiquement l’archipel ou qui assurent les liens avec les continents bordant le bassin atlantique. Le peuplement est essentiellement littoral et l’économie globalement autarcique, en dépit de quelques exportations (vins, oranges, par exemple). La nébulosité et la pluviométrie de ces îles océaniques rendent l’installation permanente au-dessus de 400 ou 500 m d’altitude hasardeuse, en dépit de sols volcaniques souvent accueillants. Les distances entre les îles, de 30 à 200 km, expliquent le développement d’un réseau de villes propre à chaque île. Les deux îles de Faial (173 km2) et de Pico (445 km2), séparées par un bras de mer de 6 km seulement, offrent une autre possibilité.

1) Un réseau urbain marqué par le poids de l’histoire

14Le peuplement de l’archipel se fait clairement par la ville. Pour comprendre la précocité des premières élévations au statut de « vila », il faut mettre ces dates en relation avec le début du processus de peuplement dans l’archipel des Açores. Les premières îles, les plus orientales, sont abordées avant 1450. Celles du groupe central sont atteintes entre 1450 et 1480 alors que Flores et Corvo, les îles les plus occidentales, voient leur processus de peuplement prendre forme entre 1480 et 1530. La découverte et l’humanisation de l’archipel s’étalent donc sur environ un siècle. Sur chacune des îles, le fait urbain est scellé dans les 50 premières années qui suivent l’installation des colons portugais et européens.

Fig. no 3 : Carte des vilas et cidades aux Açores et leurs dates de création

Fig. no 3 : Carte des vilas et cidades aux Açores et leurs dates de création

15La, ou les villes, font l’île. L’armature urbaine du XVIe siècle prévaut encore la plupart du temps au début du XXIe siècle. C’est le cas dans les îles, y compris de petites tailles, où c’est un doublon de villes qui est institué dès les premiers temps, avec une partition de l’espace insulaire. Il en est ainsi sur l’île de São Jorge (243 km2), avec Velas et Calheta, mais aussi sur celle de Flores (143 km2), avec Santa Cruz et Lajes. À Flores, il existe ainsi deux villes qui ont le statut de « vila » pour une population insulaire globale qui est passée en 2021 en dessous des 3 500 habitants. Deux entités « urbaines » pour moins de 3 500 florentins qui se répartissent, en outre, dans neuf autres freguesias. Parfois, de nouvelles entités urbaines apparaissent et se surimposent à la trame initiale. C’est le cas sur l’île de Graciosa où Praia, avec son activité portuaire, est venue rejoindre Santa Cruz. À Pico, le binôme initial, Lajes au sud et São Roque au nord, a rapidement été rejoint par Madalena à l’ouest.

2) Suivre le fil du peuplement

16Le peuplement urbain aux Açores est marqué par la figure de la ligne. En fonction de l’échelle, cette ligne peut être vue comme un fil, un cordon, un bout de réseau, les éléments d’un rhizome. Elle est en tout cas d’une grande richesse d’analyse et permet de rappeler que les Açores ont été une ligne de front de peuplement dans la colonisation ultra-marine portugaise et aussi une terre de migrations, au carrefour de trois continents16.

17Notre hypothèse est que cette forme spécifique et originale de peuplement « en ligne » joue fortement sur les niveaux hiérarchiques de peuplement. Elle obère selon nous les formes urbaines, car ce peuplement linéaire procède d’une logique plus rurale qu’urbaine. Nous allons essayer de le montrer à l’œuvre dans l’archipel urbain açorien à trois échelles différentes : celle du « pâté de champs » urbain, celle de la vîlle  circulaire et enfin celle du rhizome amphihalin. Cette spécificité nous est apparue à l’échelle de l’île. C’est elle qui nous fait parler de « ville circulaire ».

La « vîlle » circulaire

18La ville circulaire ne se dessine que rarement spontanément sur les cartes topographiques. Ce type de « dessin » est susceptible d’apparaître dans les travaux basés sur l’analyse des données telles que celles de Corine Land Cover [Lópes et González, 2019] Elle se dévoile la nuit, depuis un bateau ou depuis les airs en survolant l’archipel. Une fois ainsi repérée, elle peut être suivie sur n’importe quelle carte topographique au 1/25000, celle qui laisse apparaître chaque édifice. C’est dans le groupe central qu’elle prend sa forme la plus évidente, en particulier sur les îles de Pico et de Faial, et dans une moindre mesure à São Jorge. Remonter de nuit le canal de mer entre São Jorge et Pico c’est longer deux lignes de plus de 10 km d’éclairage urbain orangé qui marque le continuum de peuplement. À Faial, les trois quarts de la route circum-insulaire sont bordés par des maisons d’un côté ou l’autre. La chose se répète à Terceira sur la quasi-totalité du pourtour de l’île. À cette échelle, les nodules qui marquent les parties les plus anciennes et les plus denses se remarquent à peine. Ce qui prévaut c’est la ligne.

Fig. no 4 : Carte de l’habitat dans l’archipel des Açores (2000)

Fig. no 4 : Carte de l’habitat dans l’archipel des Açores (2000)

19Le processus de peuplement aux Açores s’inscrit dans un contexte spatial particulier, celui d’une démarche pionnière, de conquête. Il faut relire l’incroyable page de Vitorino Nemésio, écrite il y a exactement 90 ans, dans le numéro estival de la revue Insulana et titrée « Açorianidade »17. Selon nous, le peuplement insulaire aux Açores peut être vu comme se faisant entre deux « mers » : celle des nuages, qui rend difficile l’implantation humaine au-dessus de 400 à 500 m d’altitude en raison de la nébulosité importante, et la mer océanique, domaine de l’eau salée. D’un certain côté, les deux sont semblablement inaccessibles : littoral souvent dangereux d’une part, brouillard et nébulosité restreignant la vision de l’autre. Le peuplement, d’essence foncièrement « rurale », ressemble à un immense écheveau que l’on dévide entre ciel et mer. Cette ligne est bien un fil, comme une ligne de vie, d’où cette proposition d’utiliser l’idée de peuplement filaire. Les alignements de maisons sur le pourtour de l’île évoquent la cité linéaire. Chaque maison est connectée à la voisine comme par un câble, par un lien et la « ville » ne s’arrête jamais. Et parfois, elle semble n’avoir jamais commencé. Et les phrases de Némesio sur les Açoriens remontent à la surface : « Comme les sirènes, nous avons une double nature : nous sommes de chair et de pierre. Nos os plongent dans la mer. »18Une phrase plus haut, dans le même paragraphe, sous le portrait photographique d’un Nemésio jeune, l’auteur insistait : « La géographie, pour nous, vaut autant que l’histoire, et ce n’est pas en vain que nos mémoires écrites insèrent dans leurs récits cinquante pour cent de séismes et d’inondations. »19

Fig. no 5 : Carte du nord-ouest de la ville de Ponta Delgada et de son urbanisme « filaire » (île de São Miguel)

Fig. no 5 : Carte du nord-ouest de la ville de Ponta Delgada et de son urbanisme « filaire » (île de São Miguel)

Réalisation : P. Brunello (CTIG-ULR)

20Ce rôle prépondérant de la voie comme vecteur de peuplement, privilégiant la ligne à l’aire, se retrouve parfois à la périphérie des zones denses de certaines villes açoriennes. C’est ainsi le cas à l’ouest de Ponta Delgada, dans la freguesia d’Arrifes ou l’urbanisation donne l’impression de faire le tour des pâtés de champs au lieu de les remplir. On retrouve aussi cette forme distincte sur l’île de Faial dans les freguesias proches d’Horta : Praia do Almoxarife ou Flamengos. Aux Açores, terres de migrations aux nombreuses maisons d’expatriés et aux modes de vie entre deux mondes, rural/urbain, Açores/communautés au loin, les formes de la ville sont souvent inédites dans le contexte européen.

Des villes à la centralité éclatée

21À l’échelle de la « ville », des quartiers, l’urbanité açorienne se marque par la faiblesse des densités et des éléments de centralité souvent diffus, éparpillés. En dehors de Ponta Delgada sur l’île de São Miguel, les villes açoriennes ne connaissent pas d’architecture contemporaine de grande hauteur. Les immeubles les plus imposants comptent quatre ou cinq étages au maximum, souvent moins. On a donc affaire à une ville basse où les densités de population sont faibles. Cela peut être vu comme le pendant de la ville « filaire ».

22Cette situation est renforcée par la dispersion fréquente des éléments de centralité contemporains qui sont rarement regroupés dans un rayon faible. Cela correspond souvent à des implantations qui résultent de logiques d’accessibilité qui ont évolué au cours des siècles. Longtemps les petites villes açoriennes sont restées fondées sur leur port. Or ces accès à la mer, aux autres îles et au vaste monde sont battus par les vents et les tempêtes et les infrastructures du pouvoir (politique, religieux, commercial, etc.) sont souvent en arrière du front du mer. Lorsque la voiture a commencé à modeler la ville acorienne dans les années 1970-80, cela s’est fait dans une période de baisse de la population. La ville a grandi en surface à un moment où sa population stagnait ou fléchissait. De nombreux bâtiments anciens et « centraux » se sont retrouvés sans affectation ou à l’abandon. La construction des aéroports, avec des pistes parfois toute proches des villes, a fini de brouiller les cartes de la centralité. Les balcons bancaires, les petits centres commerciaux ont été aimantés par ces nouvelles aménités aéroportuaires. Les « fonctions » de la ville et le niveau de service apparaissent comme distordues du fait de l’importance dans l’archipel des migrants et des touristes mais aussi par le fait que les Açores soient dans une culture de la dépendance, au Portugal continental et à l’Europe. Un archipel sous perfusion !

Le « rhizome urbain amphihalin » de l’archipel

23Le réseau des villes açoriennes connaît depuis 50 ans une forme de remise en cause profonde. À la logique insulaire, autocentrée, basée sur la concurrence entre les villes, se substitue une logique archipélagique depuis le milieu des années 1970. C’est une période cruciale puisqu’elle correspond simultanément à la dernière grosse crise migratoire et à l’accès à une forme avancée d’autonomie. Cette logique archipélagique promeut la complémentarité entre les villes de l’archipel et une certaine logique d’échelle. Elle met à mal les positions de doublons et de profusion de l’offre de services urbains dans des îles où la population permanente est souvent sur le déclin. Le déploiement de l’offre numérique pour le citoyen accentue la redistribution des cartes.

Fig. no 6 : Le « merritoire » des îles du Triangle dans le groupe central açorien

Fig. no 6 : Le « merritoire » des îles du Triangle dans le groupe central açorien
  • 20 Voire notre contribution : « Les merritoires, territoires de la mer », pp. 112-113, in L’Atlas des (...)

24Cette logique fait apparaître de nouvelles formes territoriales dont l’assise urbaine est primordiale. C’est le cas de la figure du « merritoire », forme d’appropriation des espaces maritimes, version « salée » des territoires continentaux, comme on peut le voir dans le groupe insulaire central des Açores, avec un nouveau espace de projet, centré sur un espace maritime bordé par les îles de Faial, Pico et São Jorge20. Les logiques maritimes et littorales entre les îles tendent à primer sur les logiques entre versants insulaires. Les villes d’Horta, Madalena, São Roque do Pico, Velas, sur trois îles distinctes, ont plus de contacts et d’intérêts en commun que n’en ont Madalena et São Roque avec Lajes do Pico, ou Velas et Calheta entre elles sur l’île de São Jorge.

25Pour reprendre l’image du peuplement « filaire », c’est une sorte de rhizome urbain qui se dessine. Il est qualifié « d’amphihalin » car il résulte de villes entre deux mers (celle des nuages et celle de l’océan) qui sont capables de partager des centralités urbaines d’une île à l’autre comme si le « rhizome » était capable de braver aussi bien les eaux douces que les eaux salées de cet espace typiquement terraqué. Madalena peut être ainsi vue comme une résurgence d’Horta. Le clin d’œil à V. Nemésio, chantre de la littérature açorienne, est appuyé (« Nos os plongent dans la mer »), mais l’image du rhizome urbain nous semble d’une grande pertinence dans le cas açorien. On continue à avoir affaire à un « réseau » urbain même si dans le cas des doublons de villes sur une même île, l’une semble prendre le pas sur l’autre : Santa Cruz vis-à-vis de Lajes sur l’île de Flores, Velas vis-à-vis de Calheta sur celle de São Jorge. Le nouveau fonctionnement en archipel et la baisse continue de la population dans ces îles rendent possible cette forme larvée de « hiérarchisation » urbaine guère pensable dans la situation précédente.

III. Le rôle prépondérant des acteurs et de la population dans la recomposition urbaine contemporaine aux Açores

26En 2021, la population de l’archipel des Açores, région autonome portugaise composée de neuf îles, s’établit à 236 440 habitants21, la population d’une petite métropole européenne. En dehors des deux îles de São Miguel (133 295 hab.) et de Terceira (53 244 hab.), toutes les îles de l’archipel comptent moins de 15 000 habitants, soit une population inférieure à celle d’agglomérations françaises comme Apt (84), Thouars (79) ou Paimpol (22). Les îles de Santa Maria (5 408 hab.), Graciosa (4 091 hab.) ou Flores (3 428 hab.) regroupent les habitants équivalents à la population d’un gros bourg rural français. Pourtant, chacune de ces îles possède des « villes », au sens où la population s’y concentre, où les paysages ne sont pas ruraux, et où les fonctions et les habitants, ni les modes de vie, ne sont pas « campagnards ».

27L’histoire et les spécificités juridiques de la « ville » portugaise expliquent en grande partie la chose et les villes açoriennes apparaissent souvent comme de beaux décors, par leur architecture conservée, et offrant des habits bien trop grands pour la population qu’elles abritent. La nouvelle hiérarchie urbaine qui émerge avec l’avènement de l’autonomie et les nouvelles mobilités font la part belle aux acteurs et plus globalement aux habitants qui y vivent ou y passent. Deux exemples, l’un dans le groupe insulaire central, autour de la ville d’Horta et l’autre dans le groupe occidental, sur l’île de Flores vont nous permettre de préciser les choses.

1) Les villes fantômes du « paradis » : Lajes et Santa Cruz das Flores

28Avec moins de 3 500 habitants, l’île de Flores compte deux vilas, Lajes et Santa Cruz. La première abrite le port commercial de l’île, la seconde l’aéroport. Toutes deux proposent des services urbains de tailles disproportionnées par rapport à leur population résidente. Outre l’aéroport, quotidiennement desservi, Santa Cruz possède un gros centre médical, héritage des militaires français, plusieurs agences bancaires, des supermarchés, des hôtels. La montée du tourisme n’explique pas tout.

29Dans une île qui se dépeuple en continu depuis plus de 50 ans, il faut voir ces deux vilas comme les reliques d’un réseau urbain hérité, qui ne fonctionne plus que par la solidarité territoriale des autres îles de l’archipel envers certaines des plus petites d’entre elles. Santa Cruz et Lajes ne sont que le reflet de la cohésion de l’archipel. Elles n’existent, et ne « tiennent », que par la présence forte des services publics qui représentent une partie non négligeable de l’emploi global. Il est étonnant de discuter avec les jeunes fonctionnaires qui commencent leur carrière dans ce bout du monde. Ils balancent entre sidération et enthousiasme. Mais peu restent au-delà de l’engagement initial montrant bien la difficulté à se maintenir dans ces îles et à vivre « en ville », mais loin de tout.

30Le mirage du numérique ne suffit pas à donner le change, et la géographie, ses lieux, les distances, ne sont pas totalement effacés en dépit des thuriféraires de réseaux [Vaz et Nofre, 2019]. À Flores, tout est à un clic de souris d’ordinateur. L’accessibilité numérique a été l’un des gros chantiers des différents gouvernements régionaux qui alternent politiquement à la tête de l’archipel depuis l’accession à l’autonomie. Lors de la visite annuelle 2022 du gouvernement régional à Flores, le président de la région a de nouveau vanté l’importance du tourisme et l’envie de capter les nomades digitaux22, nouvelle poule aux œufs d’or du développement territorial insulaire. L’île de Flores ne tient pourtant qu’à un fil.

31Si l’île est difficile à vivre à l’année, elle attire de nombreux touristes qui s’entichent des paysages en quelques jours, en rêvant à une fuite possible de leurs zones d’origine densément peuplées. Le petit « paradis » attire chaque année trois à quatre fois plus de visiteurs que sa propre population. Le tourisme de l’île de Flores repose sur les trois « P » que sont le pittoresque, le patrimoine et le paysage. Et ni Lajes, ni surtout Santa Cruz ne sont en reste dans ce domaine. Santa Cruz est la porte d’entrée de l’île. Les vieux bâtiments du XVIe et XVIIe siècle font merveille sur le visiteur sortant de l’aéroport, dont la piste semble couper la ville. Les arabesques des petits cubes de basalte noir et blanc sur les trottoirs et les parvis, les bateaux de pêche colorés dans le port, finissent d’emporter l’adhésion. Et quand les touristes découvrent les lacs, les fãjas et la nature préservée de Flores, les antennes relais de télécommunication crépitent sous les demandes de recherches immobilières. Les Florentins, spécialistes en expatriation, savent accueillir l’étranger. Ils ont fourbi leurs charmes quand ils ont vu débarquer les techniciens du Centre d’essais des Landes venus installer une station de télémétrie. La présence française de 1968 à 1996 a marqué les esprits, l’emploi et le territoire avec l’installation d’une piste d’aviation, d’une centrale hydro-électrique, la construction de l’hôpital et la découverte de nouveaux fromages23.

32Lajes et Santa Cruz sont comme dans un monde parallèle. Elles sont le lien avec le reste de l’archipel et, au nom de celui-ci, elles offrent tous les charmes de la modernité. Si l’on en croit la dernière campagne municipale, ici, on développe le tourisme, là, on tente d’attirer les nomades digitaux. Ici, on promeut un incubateur d’entreprises et on érige une zone industrielle. On déverse des millions d’euros pour reconstruire le port de Lajes détruit par le passage de l’ouragan Lorenzo en 2019. Mais, sur un autre versant, les jeunes un peu futés quittent Flores. Le nombre d’habitants ne cesse de décroitre et l’étroitesse de la population rend difficiles les logiques collectives, même de survie.

33Ce sont les logiques individuelles qui priment et les profils des acteurs se diversifient à vive allure [Sexto, 2020]. Les acteurs florentins qui comptent ne sont plus forcément « urbains », ils ne font plus corps. Les propriétaires fonciers s’estompent petit à petit, incapables de faire fructifier l’explosion touristique que connaît Flores. La vente de terrains ou de maisons peut être vue comme une rente, mais elle ne tient qu’un temps. La diffusion de la fibre et de l’usage des réseaux numériques fait perdre le peu d’urbanité qu’il restait à Santa Cruz et à Lajes das Flores. Le mode de vie prend le pas sur l’architecture, l’histoire et les fonctions. La petite ville se dilue dans le peuplement et l’habité.

34Le cas de Teotónia et Carlos Silva est emblématique. Ils sont les propriétaires d’un ensemble touristique de grande renommée Aldeia da Cuada24 à l’ouest de l’île de Flores. Dans les années 1980, ils sont installés à Santa Cruz. Lui travaille au service des Finances, elle pour le transporteur aérien régional SATA. Ils rachètent une maison qui fait partie d’un hameau isolé et abandonné à Cuada. Petit à petit, les opportunités foncières leurs permettent d’acquérir les maisons voisines25. En 1990, ils se lancent pour de bon dans le tourisme d’habitation rurale. Et leur entreprise fait florès. Ils sont en 2022 des entrepreneurs avisés, récompensés par de nombreux prix internationaux. Ils gèrent 17 maisons restaurées avec le plus grand soin dans une ambiance incomparable. Ils sont installés à la Cuada et font la promotion de leur hameau perdu dans toutes les grandes métropoles européennes.

35Tout proche de Cuada, se trouve le restaurant « Por do Sol », une des bonnes adresses de l’île. Il est tenu par Nelia Medeiros Freitas et José Antonio Corvelo. Dans une autre vie, il a été banquier à la Banif, une des institutions financières portugaises. Ils habitent à Fajãzinha, village minuscule, face à l’océan. José Corvelo a surtout été à la tête du « O Monchique », le dernier journal de l’île de Flores, un leader d’opinion, en pleine nature. Entre 1997 et 2015 se sont 215 numéros qui sont sortis de cette petite entreprise familiale. La publication s’est arrêtée en raison des difficultés économiques : manque d’abonnés et faible soutien des publicités institutionnelles. Avec le dernier numéro du 24 décembre 2015, 130 ans de presse écrite à Flores qui s’achèvent26.

36Les porteurs de projets pour l’île ne sont plus ni à Santa Cruz, ni à Lajes. Ils sont éparpillés, comme à Fazenda das Lajes autour de l’ancienne députée insulaire Gabriela Silva. C’est ainsi elle qui porte pour l’île de Flores le projet Ponta Delgada 2027 qui promeut la candidature de la grande ville açorienne, au nom de l’archipel, au titre de capitale européenne de la culture. La « capitale » de l’île de São Miguel est l’une des quatre villes portugaises finalistes. Gabriela Silva est l’ambassadrice de Flores27. Elle vit, entourée de ses chats et de ses fleurs, dans une maison tournée vers l’Atlantique à la sortie de Fazenda das Lajes.

37Gabriela Silva est une figure précurseur des nouveaux profils d’acteurs de Flores qui donnent à l’île dans sa globalité ce qui revenait naguère à la ville. Ces têtes nouvelles sont rodées aux réseaux urbains mais s’en affranchissent allègrement. Deux types émergent : le premier lié à l’environnement, le second à la culture. Ils sont portés par des gens parfois extérieurs à l’île de Flores mais qui s’y sont installés par choix, en pleine connaissance de cause. Cette arrivée de migrants dans les espaces ruraux est une constante [Fonseca, 2008]. C’est une Andréa Pinto qui quitte le Bhoutan, avec son association culturelle Choki, pour faire de la revitalisation culturelle à Flores28. Elle a à son actif le projet d’un ensemble de peintures murales réalisées par l’artiste Morgan, qui met en valeur des murs aveugles de la ville de Santa Cruz29. Durant quelques années, la gérance du café de l’aéroport de l’île, l’Aérobar, a permis aussi l’expérimentation d’une sorte de tiers-lieu à la sauce florentine. C’est une Nina Soulimant à Fazenda das Lajes qui promeut le développement local associant le développement personnel et celui de l’île à travers une association30. « Reinventar Ilhas » a à son actif la publication d’un guide des producteurs locaux, dont la plupart sont hors la ville31. Son positionnement a valu à N. Soulimant de figurer sur la liste de Bruno Belo, député de Flores, candidat, malheureux, à la mairie de Lajes das Flores en 2021.

38À Flores, le sursaut territorial d’une île qui perd de la population, mais qui attire des touristes du monde entier, fait résolument l’impasse sur la ville. Il est question d’un nouvel art de vivre32, par la reconnexion à la terre, l’écoute réciproque et la volonté de reprendre le contrôle de son temps [Morén-Alegret et al., 2018]. Au mieux, la ville sert de décor. Elle apparaît, à bien des égards, désuète. Dans la candidature de Ponta Delgada au coup de projecteur culturel européen, les îles sont assimilées à des « quartiers » comme si à travers la candidature de la plus importante île açorienne, c’était tout archipel, pris comme une seule île, une seule « ville » qui était mis en avant, pionnier dans la définition des nouvelles façons d’habiter des territoires discontinus33.

2) Horta : la plus grande petite ville du monde34 !

  • 34 Le slogan fait flores en ville et sur les blogs à propos d’Horta. Il est issu d’un poème de Pedro d (...)

39La situation est totalement différente à Horta, « capitale » de l’île de Faial dans le groupe central de l’archipel. Les trois freguesiais centrales d’Horta (Angústias, Matriz et Conceição) regroupent 5 615 habitants en 2021, ce qui représente 39,2% de la population de l’île. Si on ajoute les 3 freguesiais limitrophes (Feteira, Flamengos et Praia do Almoxarife) qui forment l’agglomération d’Horta, la population grimpe à 9 923 habitants et 69,2 % de la population fayalense. On a clairement affaire à une macrocéphalie franche.

40Cette situation est ancienne. Horta est élevée au rang de vila dès 1498, et à celui de cidade en 1833. Horta est le seul peuplement de l’île à avoir cette distinction « urbaine ». Toutes les autres freguesiais ne sont que villages ! La position hiérarchique de la ville s’est encore accentuée « administrativement » avec l’autonomie régionale puisque Horta abrite depuis 1976 l’Assemblée régionale, le parlement des Açores, ce qui en fait l’une des trois « capitales » de l’archipel.

41Horta doit son originalité à sa position dans le groupe central et à l’excellence de son site portuaire [Marrou, 2017]. La ville compte une double fenêtre maritime, une première ouverte sur la baie, en face de Pico, au débouché de la rivière de Flamengos et une seconde ouverture, vers le large, du côté de Porto Pim. C’est, d’un point de vue maritime, l’un des meilleurs ports des Açores, très tôt mis en valeur dans le cadre des « Grandes Découvertes », comme port charbonnier, comme relais pour les câbles transatlantiques et enfin comme port de plaisance.

42La place d’Horta ne peut se comprendre sans faire référence à la proximité entre l’île de Faial et celle de Pico. Les deux îles sont séparées par un bras de mer, le « Canal », de 6 km de largeur. Il est dominé par le volcan Pico, qui s’impose à la vue avec prestance, du haut de ses 2 351 m. Les difficultés initiales du peuplement de l’île de Pico expliquent en grande partie la main mise d’Horta sur sa voisine par le truchement du contrôle du foncier et de l’organisation du commerce des produits agricoles (fûts de vin, caisses d’oranges, par exemple). Ce n’est que depuis le début du XXIe siècle, que l’affirmation de Madalena, de l’autre côté du bras de mer, réduit, parcimonieusement, l’influence d’Horta sur sa grande et proche voisine.

43Horta est une ville tiraillée. La révolution du numérique et la circulation facile de l’information sont en train de la remettre à sa place, elle qui a toujours vécu avec un temps d’avance, du fait de sa position entre Europe et Amérique. Elle était à l’orée, au bord des deux mondes, un pied dans le local, un autre dans le mondial. C’est ce qui lui vaut d’avoir souvent donné l’impression de flotter dans des habits trop grands pour elle. Il reste des représentants consulaires à Horta, comme un consul honoraire français dans le quartier de Porto Pim. Comme hors du monde. Horta cherche sa place. Les acteurs qui font la ville peinent à se mettre à l’unisson de cette nouvelle donne. La municipalité d’Horta semble avoir trouvé dans la réhabilitation urbaine et la rénovation du front de mer sa planche de salut. Elle se concentre sur le « local » et semble laisser à d’autres le devenir « extérieur » de la ville. L’activité maritime liée au tourisme représente l’essentiel de cet « extérieur ». C’est fondamentalement la marina, et l’empire du « Peter Café Sport ». C’est aussi désormais la montée en puissance d’Horta comme port d’accueil des navires de croisières qui offrent à leurs passagers les charmes de Faial et les grands espaces de Pico. Les autres agents économiques sont partagés entre faire fonctionner la rente locale, comme la présence du parlement régional et le poids de l’emploi public, et la volonté toujours patente de partir à l’assaut de nouveaux marchés au loin.

44La population d’Horta regarde ce petit manège avec circonspection. Elle a vu s’installer de nombreux étrangers qui profitent d’un excellent niveau de service et de communications aisées35. Si l’île attire toujours, les jeunes locaux ont les yeux tournés vers l’Europe ou les Amériques. Si son poids démographique se renforce de recensement en recensement par rapport au reste de l’île, la population décline pourtant, preuve d’une situation précaire. Pour les habitants des îles de São Jorge, Graciosa, Flores ou encore Corvo, Faial reste un haut lieu. C’est LA ville. C’est donc un horizon à atteindre, pour des études ou un emploi. C’est l’hôpital où l’on vient mettre au monde son enfant. C’est l’hôtel où la compagnie aérienne régionale vous loge en attendant que le mauvais temps libère la piste de votre île de destination. C’est la ville désir. Mais pour les familles d’Horta, l’appel du large reste fort.

45Depuis le début du XXIe siècle, le nouvel horizon d’Horta semble s’inscrire dans la promotion de son nouvel espace de référence, les « îles du Triangle » qui regroupent les îles de Pico, Faial et São Jorge, le berceau de la figure du merritoire. L’appellation en soit n’est pas nouvelle puisqu’on la trouve déjà dans la presse locale au début des années 197036. La figure renvoie au profil du volcan Pico dont l’ombre règne sur Faial le matin, pour finir en direction de Pico au tournant du jour. Ce qui nous intéresse désormais ici c’est le jeu des acteurs et les intentions affichées.

46La première formalisation remonte au début des années 1990 avec la création d’une association des municipalités du Triangle des Açores qui se fait sous l’égide des édiles d’Horta, São Roque do Pico et Velas37. Il y est question de transport, de tourisme et de complémentarités entrepreneuriales. L’association regroupe désormais la totalité des 41 freguesiais des trois îles et l’appellation commence à avoir un véritable écho dans la population38. Le « fonds de commerce » s’est élargi. Il s’agit de peser au sein du groupe central de l’archipel face à Terceira et à faciliter le drainage des fonds européens. On continue à y parler de commerce, de tourisme, d’accessibilité mais aussi d’éducation et de santé. À lire la presse depuis des années, on peut en résumer la philosophie en deux phrases : « Être insulaire, c’est vivre par-delà les frontières car la mer n’a pas de limites » et « Développer les trois îles comme si elles ne faisaient qu’une. »

  • 39 Dans le groupe occidental, les deux îles de Flores et Corvo sont reliées par un service « public » (...)
  • 40 Roman de Vitorino Némesio (publié en 1944) parmi les plus lus de la littérature açorienne contempor (...)
  • 41 https://www.caisdopico.pt/2022/05/a-ligacao-maritima-historica-cais-do.html (consulté en aout 2022)
  • 42 Comme on peut le voir sur le bandeau du site de l’AMT : « Uma viagem três destinos… » et en anglais (...)

47Le succès des îles du Triangle est visible essentiellement dans deux domaines : celui du tourisme et des transports, l’un allant de pair avec l’autre. Pico, Faial et São Jorge sont les seules îles où la complémentarité entre l’avion et le bateau fonctionne réellement39. Comme au temps des héros de Mau tempo no Canal de Vitorino Némesio40, l’épine dorsale maritime repose sur la ligne entre Horta et Madalena de part et d’autre du Canal séparant Faial de Pico. Dans un premier temps, une liaison a été mise en place entre Horta/São Roque do Pico/Velas sur l’île de São Jorge, plusieurs fois par semaine. Depuis 2021, une nouvelle ligne assure la liaison entre Pico et São Jorge, indépendamment du circuit entre les trois îles41. Les opérateurs touristiques jouent à fond de ces facilités en offrant les trois îles comme un même ensemble, par un partage de code au niveau des aéroports par exemple42.

48Horta sombre lentement dans la torpeur açorienne43 et met en valeur son patrimoine architectural, volcanique, baleinier et nautique. La ville s’anime à la fin du printemps avec l’arrivée des premiers voiliers traversant l’Atlantique. Elle se remplit à l’occasion des sessions du parlement régional et l’été, avec l’arrivée désormais massive des touristes. Un petit parfum nostalgique suinte allègrement. Les habitants profitent de la manne touristique mais semblent de moins en moins en goûter le parfum de liberté et d’aventure. Horta gère et digère. Un nuage lenticulaire glisse sur le Pico. Ombre sur la ville…

Conclusion

  • 44 Pour compléter les données de populations (2021) déjà données : Faial (14 334 hab.), Pico (13 883 h (...)

49Les petites villes de l’archipel des Açores nous invitent à réfléchir sur les formes de peuplement à l’œuvre en ce premier quart de XXIe siècle au milieu de l’Atlantique. On note d’abord l’importance pour la compréhension du fait insulaire urbain contemporain de la forte saignée démographique. À l’exception des îles de São Miguel et de Terceira, les sept autres îles de l’archipel ont des populations inférieures à 15 000 habitants44. Les populations sont faibles et elles sont en baisse en raison des migrations importantes. Les populations totales des îles sont équivalentes à celles des petites villes sur le continent. Dans ce peuplement qui se défait petit à petit sous le coup du départ d’une partie de la population, il est intéressant de voir si le processus de dépeuplement suit le chemin inverse de celui du peuplement ou s’il suit un chemin différent, éventuellement favorable à la ville… Aux Açores, le peuplement est linéaire. Il s’est fait à partir du point d’entrée de la colonisation et il s’est étendu sur tout le pourtour de l’île. Lorsque ce tour est complet ou quasi complet, comme à São Miguel, Terceira, Faial, Pico, la hiérarchisation et la spécificité des noyaux de peuplement s’affinent et s’affirment. Avec la baisse de la population, la ville a longtemps tenu le rôle de point d’accroche, concentrant la population et perdant proportionnellement moins de population que le reste du territoire insulaire. Pour combien de temps encore…

50Les processus à l’œuvre depuis le début des années 2000 nous obligent à réfléchir à l’île et à la ville à l’heure de la géo-localisation généralisée et des réseaux d’information synchronisée et efficace. Dans les îles açoriennes comme dans bien des endroits dans le monde, on ne se rend plus « en ville » mais de l’endroit où on se trouve à un autre endroit où on souhaite se rendre, qu’il soit en ville ou pas. Le rôle de la ville comme « stock de mémoire » (musée, bibliothèque, paysage, expérience) et comme carrefour et lieu d’échange s’efface petit à petit. L’algorithme prend le dessus sur le rythme et le hasard du déplacement aléatoire urbain. La liberté de déambulation ne revient bien souvent que lorsque l’on quitte la ville, lorsque les sollicitations et « béquilles » numériques sont moindres ou moins incitatives. La vie est alors dans l’île, plus dans la ville. Vive la v-île.

Haut de page

Bibliographie

Barata-Salgueiro (Teresa), 1992, A cidade em Portugal-Uma Geografia urbana, Ed Afrontamento, Col. Cidade em Questão, 450 p.

Fonseca (Maria Lucinda), 2008, « New waves of immigration to small towns and rural areas in Portugal”, in Population, Space and Place, n°14, pp. 525-535, doi: 10.1002:psp.514

Lévy (Jacques), 2023, « Onde é Portugal ? », in Finisterra, LVIII(122), Lisbonne, doi: 10.18055/Finis30598

López (Gonzalo Andrés) et González (Maria Jesús González), 2019, « Diffuse urbanisation and irregular urban growth : processes and trends in medium-sized cities in the Castilla Y León region (Spain)” in Finisterra, LIV (112), Lisbonne, pp.3-26, doi: 10.18055/Finis17100

Marrou (Louis), 2001, « Mauvais temps sur l'archipel-L'organisation d'un territoire insulaire » in Articulations des territoires dans la péninsule ibérique, Bordeaux, textes réunis et présentés par François Guichard, Presses Universitaires de Bordeaux, p. 271-288 + cartes p. 476-483

Marrou (Louis), 2017, « La marina et la ville à Horta (île de Faial-Açores) : l’heure de l’émancipation ? » (pp.125—137) in Plaisance & urbanité. L’intégration des ports dans les villes contemporaines (sous la direction de V. Herbert et C. Gibout) ; Presses Universitaires Septentrion, Lilles, 241 pages

Morén-Alegret (Ricard), Fatorić (Sandra), Wladyka (Dawid), Mas-Palacios (Albert), 2018, “ Challenges in achieving sustainability in Iberian rural areas and small towns : exploring immigrant stakeholders’ perceptions in Alentejo, Portugal, and Empordà, Spain”, in Journal of Rural Studies, n°64, pp. 253-266

Nemésio (Vitorino), 1932, Açorianidade, in Revista Insulana (Ponta Delgada), p. 245

Sexto (Carlos Ferrás), 2020, “Ciudades dispersas y aldeas virtuales en la postpandemia del Covid 19 » in Finisterra, LV (115), Lisbonne, pp. 243-248, doi : 10.18055/Finis20279

Vaz (Domingos) et Nofre (Jordi), 2019, « Inovação urbana em território periféricos : um balanço crítico da região da Beira interior”, in Finisterra, LIV (111), Lisbonne, pp. 5-19, doi/ 10.18055/Finis17102

Haut de page

Notes

1 http://diariodosacores.pt/NewsDetail/ArtMID/380/ArticleID/4457/Primeira-escala-do-Concorde-na-ilha-de-Santa-Maria-foi-h225-45-anos (consulté le 15/8/2022)

2 https://www.exploreterceira.com/en/ilha-terceira-o-centro-do-mundo-em-1971/ (consulté le 15/8/2022)

3 On consultera l’article fort complet d’Antonio Monteiro : « Santa Maria Islands and the Aviation in the Azores : the return of time through the inversion of space » dans l’ouvrage : L’aviation et son impact sur le temps et l’espace, ouvrage dirigé par D. Faria, A. Dobson, A. Monteiro et L. N. Rodrigues aux Éditions Le Manuscrit-Savoirs- Col. Exotopies, 428 pages. L’ouvrage est consultable : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03561882/document.

4 On se reportera avec intérêt à l’article publié dans le journal Publico en 2016 au titre évocateur : « L’aéroport qui fut déjà ‘cidade’ ». https://acervo.publico.pt/fugas/noticia/ilhas-stmar-o-aeroporto-que-ja-foi-cidade-1733160 (consulté le 26/7/2022)

5 On peut se reporter à la notice du géographe B. Serpa Marques sur le RGP portugais et la définition géographique des lieux : « Os recenseamentos da populacão e a definição geográfica dos lugares » sur le site de l’Institut Portugais des Statistiques : https://www.ine.pt/ngt_server/attachfileu.jsp?look_parentBoui=107294&att_display=n&att_download=y.

6 https://www.sjpesqueira.pt/pages/1398 (consulté le 27/7/2022)

7 https://terrasportuguesas.parlamento.pt/Legislacao/Lei11_82.pdf (consulté de 10/8/2022)

8 Au moins quatre de ces 8 équipements : un poste d’assistance médical, une pharmacie, un centre culturel ou équivalent, être desservi par des transports public collectif, un bureau de la poste, des établissements commerciaux ou hôteliers, un établissement scolaire, une agence bancaire.

9 Pour devenir « cidade », il faut posséder au moins cinq de ces 10 éléments : installation hospitalière 24/24, pharmacies, une caserne de pompiers, une salle de spectacle ou un centre culturel, un musée et une bibliothèque, des installations hôtelières, des écoles primaires, des établissements scolaires pour l’enseignement secondaire, des transports urbains et suburbains, des parcs ou jardins public.

10 Almendra a été « vila »  de 1270 à 1855, date où elle perd son statut en raison de la refonte de la carte des concelhos, l’équivalent portugais des cantons. Elle le retrouve donc 144 ans plus tard.

11 L’exemple le plus fameux est celui de Cascais, « simple » vila dans la banlieue ouest de Lisbonne.

12 25 avril 1974.

13 https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/sites/default/files/2020-09/202006_EtudeCentralites_VolumeAnnexe_1.pdf (consulté le 28/7/2022)

14 Émeline Bailly, “Technologies numériques et durables aux défis de la métropole sensible”, e-Phaïstos [Online], V-1 2016 | 2018, en ligne depuis le 28 janvier 2018, (consulté le 28/7/2022). URL: http://journals.openedition.org/ephaistos/1309 ; DOI: https://doi.org/10.4000/ephaistos.1309

15 https://www.governing.com/community/how-cities-lost-control-of-the-urban-tech-revolution.html (consulté le 28/7/2022)

16 https://www.persee.fr/doc/rgpso_1276-4930_2004_num_18_1_2871 pour notre article « Étude du peuplement et de la population des Açores au début du XXIe siècle » in RGPSO-SOE, Année 2004, n°18, pp.61-69

17 http://culturacores.azores.gov.pt/biblioteca_digital/INSULA-1932-1934/INSULA-1932-1934_item1/index.html?page=245 (consulté le 19 juillet 2022)

18 « Como as sereias temos uma dupla natureza : somos de carne e pedra. Os nossos ossos mergulham no mar. »

19 « A geografia, para nos, vale outro tanto como a história, e não é debalde que as nossas recordações escritas inserem uns cinquenta por cento de relatos de sismos e enchentes. »

20 Voire notre contribution : « Les merritoires, territoires de la mer », pp. 112-113, in L’Atlas des nouveaux mondes-Territoires d’exploration et de découvertes, 2019, Ed. Le cherche Midi-CNRS, Paris, 175 pages, sous la direction de N. Arnaud et S. Thiébault.

21 https://srea.azores.gov.pt/conteudos/Relatorios/lista_relatorios.aspx?idc=29&idsc=1115&lang_id=1 (consulté le 15 juillet 2022)

22 https://beingdigitalnomad.com/azores-launches-dna-azores-program-to-attract-digital-nomads/

23 https://www.aphg.fr/Sommaire-du-dossier-Climat-s (consulté le 10/8/2022)

24 http://aldeia-da-cuada-villa.visit-azores.info/pt/ (visité en octobre 2022)

25 https://acervo.publico.pt/fugas/noticia/e-preciso-uma-aldeia-para-criar-uma-ilha-1733303 (visité en octobre 2022)

26 http://base.alra.pt:82/Doc_Voto/Xvoto131_16.pdf

27 https://www.azores2027.eu/pt/projetos_piloto/9-bairros/gabriela-silva/ (consulté en aout 2022)

28 https://ailhadasflores.blogspot.com/2016/04/a-associacao-cultural-choki-acores.html (consulté le 25/8/2022)

29 https://www.acorianooriental.pt/noticia/missao-cumprida-ha-mais-700-plantas-a-reflorestar-santa-cruz-283772 (consulté en septembre 2022)

30 https://www.facebook.com/Reinventar.Ilhas/ (consulté le 25/8/2022)

31 https://correiodosacores.pt/NewsDetail/ArtMID/383/ArticleID/34046/Associa231227o-florentina-cria-guia-para-inventariar-produtores-de-bens-alimentares-e-artesanais-da-ilha (consulté en aout 2022)

32 https://www.azores2027.eu/pt/projetos_piloto/9-bairros/azores-new-way-living/ (consulté en aout 2022)

33 https://www.azores2027.eu/pt/novidades/9-bairros-unir-ilhas-atraves-de-um-mapeamento-de-historias-vozes-e-afectos/ (consulté en aout 2022)

34 Le slogan fait flores en ville et sur les blogs à propos d’Horta. Il est issu d’un poème de Pedro da Siveira (1922-2003) intitulé : « Horta : quase Réquiem ». On y lit : « Era a mais alegre, a maior cidade pequena do Mundo ! Era riqueza de Londres e de Nova York ! Era o requinte de Paris, o luxo de Sanpetersburgo ! ». Pedro da Siveira, originaire de Fãja Grande sur l’île de Flores, est l’auteur du très parlant « Azorean Torpor » sur l’âme açorienne.
https://cumpriraterra.blogspot.com/2017/04/152-fui-ao-mar-buscar-laranjas.html (consulté en septembre 2022)

35 https://www.acorianooriental.pt/noticia/horta-cidade-cosmopolita-297585 (consulté en septembre 2022)

36 https://escrevi.blog/tag/jornal-freguesias-triangulo-acores/ Article du 20 décembre 2021 intitulé : « Despovoamento do Triângulo dos Açores » (Dépeuplement du Triangle des Açores). Il y est fait référence à un article du journal Correio da Horta du 27 novembre 1971. (consulté début septembre 2022)

37 https://pt-pt.facebook.com/amtriangulo/ (consulté début septembre 2022)

38 https://escrevi.blog/tag/jornal-freguesias-triangulo-acores/ Article du 19/12/2021 intitulé « O Triângulo os Açores (Faial, Pico e São Jorge) tem 41 freguesias. » (site consulté en septembre 2022)

39 Dans le groupe occidental, les deux îles de Flores et Corvo sont reliées par un service « public » maritime mais l’état de la mer et la faiblesse des obligations de desserte, en lien avec une demande réduite, sont tels qu’il est difficile de s’appuyer sur cette liaison pour mettre en place ou pérenniser des actions de développement territorial.

40 Roman de Vitorino Némesio (publié en 1944) parmi les plus lus de la littérature açorienne contemporaine. La traduction française est intitulée « Mauvais temps sur l’archipel ».

41 https://www.caisdopico.pt/2022/05/a-ligacao-maritima-historica-cais-do.html (consulté en aout 2022)

42 Comme on peut le voir sur le bandeau du site de l’AMT : « Uma viagem três destinos… » et en anglais « 1TRIP2VISIT3ISLANDS ». https://pt-pt.facebook.com/amtriangulo/ (consulté le 6/11/2022)

43 https://ruadaspretas.blogspot.com/2020/05/pedro-da-silveira-azorean-torpor.html (consulté en septembre 2022)

44 Pour compléter les données de populations (2021) déjà données : Faial (14 334 hab.), Pico (13 883 hab.), São Jorge (8373 hab.) et Corvo (384 hab.)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. no 3 : Carte des vilas et cidades aux Açores et leurs dates de création
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13681/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. no 4 : Carte de l’habitat dans l’archipel des Açores (2000)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13681/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. no 5 : Carte du nord-ouest de la ville de Ponta Delgada et de son urbanisme « filaire » (île de São Miguel)
Crédits Réalisation : P. Brunello (CTIG-ULR)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13681/img-4.png
Fichier image/png, 377k
Titre Fig. no 6 : Le « merritoire » des îles du Triangle dans le groupe central açorien
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13681/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Marrou, « Les petites villes açoriennes au défi de l’archipel et des réseaux »Espace populations sociétés [En ligne], 2023/1 | 2023, mis en ligne le 22 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/eps/13681 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.13681

Haut de page

Auteur

Louis Marrou

ULR-FLASH
1 Parvis Fernand Braudel
17042 La Rochelle Cedex
louis.marrou[at]univ-lr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search