Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2023/1Dynamique commerciale et périurba...

Dynamique commerciale et périurbanisation dans les petites villes d’Auvergne-Rhône-Alpes

Retail trade dynamics and peri-urbanisation in Auvergne-Rhône-Alpes small towns
Milhan Chaze

Résumés

Partant du constat des mutations profondes que connaît le commerce de détail des petites villes, cet article se propose d’étudier la relation entre périurbanisation et dynamique commerciale dans les agglomérations de 5 000 à 50 000 habitants. L’objectif de cette étude est d’analyser les effets de la périurbanisation sur l’organisation spatiale du commerce dans les couronnes périurbaines des petites villes et de voir comment les nodules commerciaux périurbains s’insèrent dans le système commercial des petites agglomérations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Agence Nationale pour la Cohésion des Territoires.

1En lançant les opérations Cœur de Ville et Petites Villes de Demain, l’ANCT1 a replacé sur le devant de la scène médiatique la question de la revitalisation des centres-villes des agglomérations petites et moyennes, en particulier sur le plan commercial. Le déclin du petit commerce de centre-ville symbolise en effet la dévitalisation des centres, et au-delà des villes tout entières [Razemon, 2019]. Or, la question du commerce des centres-villes est intimement liée à celle de l’expansion des périphéries. Comme l’ont démontré de nombreux géographes, économistes et urbanistes [Soumagne, 1996 ; Desse, 2001 ; Chaze, 2014], l’essor du commerce périphérique, organisé autour de vastes zones d’activités commerciales, a largement contribué au déclin de celui des centres-villes, même s’il n’en constitue pas l’unique cause.

2Cependant, la périurbanisation et l’expansion des zones commerciales situées au contact entre la ville dense et la couronne périurbaine n’ont pas eu d’impact que sur leur commerce central. En effet, les communes anciennement rurales et désormais intégrées dans les couronnes périurbaines ont aussi connu des modifications liées à ces deux processus, tant sur le plan de l’organisation de l’offre commerciale que sur celui des pratiques d’achat [Le Clec’h, 2018, 2020 ; Baudet-Michel et al., 2022]. Or, si la relation entre commerce central et zones commerciales est désormais bien connue, qu’en est-il de la place du commerce périurbain des petites villes (hors zones commerciales) ?

3Quels effets la périurbanisation a-t-elle eu sur le commerce périurbain des petites villes ? Quelles sont ses caractéristiques et en quoi se distingue-t-il, ou non, du commerce central, mais aussi du commerce rural ? Quel rôle le commerce périurbain joue-t-il dans le fonctionnement du système commercial des petites villes, en particulier sur les comportements de consommation ? Autrement dit, nous poserons la problématique du rôle du commerce périurbain dans le système commercial de la petite ville, en partant de l’hypothèse selon laquelle son maintien, lorsqu’il est observé, répondrait à des attentes spécifiques de la clientèle.

4Pour répondre à cette problématique, nous nous appuierons sur une analyse statistique et cartographique des petites agglomérations comprises entre 5 000 et 50 000 habitants dans les limites de leurs aires d’attraction des villes, telles que définies par l’INSEE depuis 2020. Notre étude de cas se focalisera sur la région Auvergne-Rhône-Alpes dont les petites villes sont incluses dans les réseaux urbains commandés par Lyon et Clermont-Ferrand. Après avoir caractérisé le processus de périurbanisation dans les petites villes et son impact sur le commerce périurbain, nous chercherons à déterminer ses caractères originaux, tant du point de vue de l’offre que de la demande, ce qui nous conduira, enfin, à essayer de comprendre la place qu’il occupe dans le système commercial de la petite ville.

I) Zonage urbain, zonage commercial : question de vocabulaire et de méthode

5Avant d’aborder le cœur du sujet, quelques précisions sémantiques s’imposent afin d’éviter toute confusion au sujet du vocabulaire employé. En premier lieu, nous partirons d’une définition démographique relativement large de la petite ville, à savoir celle d’une agglomération à la tête d’une aire d’attraction de ville comprise entre 5 000 et 50 000 habitants. Cette définition rejoint celle que nous avons donnée en nous appuyant sur un travail de synthèse de diverses définitions données par les géographes français au cours des dernières décennies [Chaze, 2014]. A cela s’ajoute une typologie préalable des autres niveaux urbains afin d’analyser la spécificité des petites villes par rapport aux communes rurales et aux villes de rang supérieur. Nous distinguerons ainsi la métropole de Lyon, les grandes agglomérations (Grenoble, Saint-Etienne et Clermont-Ferrand) et les villes moyennes comprises entre 50 000 et 200 000 habitants dans l’aire d’attraction des villes.

  • 2 Institut de la Statistique et des Etudes Economiques.
  • 3 Ensemble de communes d’un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain (unité urbaine) (...)

6Ensuite, concernant les zonages urbains, nous distinguerons, en suivant la typologie de l’INSEE2, les trois couronnes qui composent classiquement les agglomérations, à savoir la commune-centre, la banlieue et la couronne périurbaine [INSEE, 2021]. Celle-ci sera abordée dans sa nouvelle acception, relative à la définition des aires d’attraction des villes (AAV), à savoir celle de la couronne de communes « dont au moins 15 % des actifs occupés travaillent dans le pôle » (INSEE), ce dernier étant formé de la commune-centre et de sa banlieue. Nous ferons toutefois une exception pour mesurer la progression de la périurbanisation autour des villes entre 1968 et 2010, puisque nous emploierons l’ancienne notion d’aire urbaine3 pour des questions de facilités techniques. Cette légère distorsion méthodologique ne perturbera pas notre analyse du commerce périurbain puisqu’il ne s’agira que de mettre en évidence les caractères spécifiques du processus de périurbanisation dans les petites villes antérieur à notre étude.

7Le zonage urbain que nous venons de présenter implique à son tour un zonage commercial selon ses implantations dans le tissu urbain. Nous distinguerons ainsi quatre types de nodules commerciaux au sein de la petite ville : le commerce central qui se concentre dans le centre-ville de l’agglomération ; le commerce péricentral, dont les nodules sont localisés dans le reste de la ville dense (commune-centre et banlieue) ; le commerce périphérique, généralement situé au contact entre la ville dense (pôle urbain) et la ville diffuse (couronne périurbaine) et organisé en zones commerciales d’entrées de villes ; et le commerce périurbain dont les nodules sont dispersés dans la couronne périurbaine (figure 1). Ce dernier type de commerce constitue le cœur de cette étude.

Figure - Schéma théorique de l’organisation des nodules commerciaux dans une petite ville

Figure - Schéma théorique de l’organisation des nodules commerciaux dans une petite ville

Conception : auteur

  • 4 Comité National Français de Géographie.

8Enfin, nous étudierons les activités commerciales dans une acception large incluant non seulement les activités de distribution (petite et grande) et d’artisanat commercial, mais aussi les services à caractère commercial (banques, coiffeurs, garages automobiles, cafés, etc.) qui s’intègrent dans un paysage commercial, en se greffant sur les nodules commerciaux, et participent à la vie commerciale de la petite ville. En cela, nous suivrons la typologie des activités commerciales élaborée par les géographes de la commission de géographie du commerce du CNFG4 dans le cadre d’une nomenclature récemment réactualisée [Mérenne-Schoumaker, Soumagne, 2014].

  • 5 Système national d’Identification et du Répertoire des Entreprises et de leurs Etablissements.
  • 6 Impôt sur le Revenu par Collectivité territoriale.

9Nous chercherons ainsi à comprendre la place qu’occupe le commerce périurbain dans le système de la petite ville en nous appuyant sur une analyse statistique et cartographique des principales bases de données de l’INSEE sur la question, à savoir le fichier SIRENE5 pour l’offre commerciale, et le Recensement de la population pour la demande. Ces données ont été complétées par celles de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFiP) relatives aux revenus des foyers fiscaux (fichier IRCOM6), afin d’évaluer le potentiel de consommation des ménages. Ce travail a été réalisé à l’échelle régionale par une analyse systématique des 61 petites villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes (figure 2), complétée par un focus à l’échelle de l’aire d’attraction de ville de Brioude, afin de comprendre l’organisation spatiale interne des nodules commerciaux périurbains.

10Le choix de la région Auvergne-Rhône-Alpes s’explique par l’unité du système urbain régional due à la capacité de polarisation de la métropole lyonnaise et de la ville intermédiaire qu’est Clermont-Ferrand pour la partie auvergnate de la région. Elle se justifie aussi par la diversité des petites villes représentées dans la région, tant sur le plan de leur situation géographique dans le réseau urbain que sur celui de leur taille, de leur profil fonctionnel ou de leur morphologie. Quant au choix de Brioude pour mener l’étude de cas, il trouve son origine dans sa situation géographique, relativement éloignée des grandes agglomérations, ce qui ne perturbe pas l’extension de son aire périurbaine (contrairement aux petites villes de la vallée du Rhône, par exemple) ; ainsi que dans son profil fonctionnel relativement équilibré, notamment par rapport aux petites villes touristiques (petites villes thermales ou stations de sports d’hiver dans les Alpes du Nord) ou aux petites villes dont le déclin industriel plus ou moins récent pèse encore sur leur profil commercial (Thiers ou les petites villes de Maurienne, par exemple).

Figure - Les aires d’attraction urbaines d’Auvergne-Rhône-Alpes en 2020

Figure - Les aires d’attraction urbaines d’Auvergne-Rhône-Alpes en 2020

II) Commerce et périurbanisation, une relation réelle

11Afin de comprendre comment la périurbanisation a pu impacter le commerce des petites villes, il convient tout d’abord d’évaluer l’intensité de son processus en le mettant en regard de ce qui a pu être observé dans les agglomérations de rang supérieur.

1) La périurbanisation autour des petites villes, un processus tardif et inégal

12L’étude de la figure 3 sur le processus de périurbanisation en Auvergne-Rhône-Alpes entre 1968 et 2010 permet de mettre en lumière plusieurs idées concernant la temporalité du phénomène. En premier lieu, si la périurbanisation est, sans grande originalité, plus ancienne à mesure que l’on s’élève dans la hiérarchie urbaine, une rupture apparaît nettement entre les villes moyennes et les petites villes. Les premières ont, en effet, entamé leur processus de périurbanisation dès les années 1970, suivant de près les grandes agglomérations de Lyon, Grenoble, Saint-Etienne, Clermont-Ferrand, et même Genève. En revanche, les petites villes n’ont vu apparaître, pour la plupart, leurs premières couronnes périurbaines qu’à partir des années 1990 (Belley), et surtout 2000 (Mauriac, Saint-Flour, Modane, Die…).

13Quelques cas font toutefois exception parmi les petites villes les plus importantes (Issoire, Thiers, Montbrison, Privas, Saint-Jean-de-Maurienne), avec des couronnes périurbaines plus anciennes, constituées parfois dès les années 1960 (Issoire). Mais dans ces cas-là, la proximité d’une grande agglomération comme Clermont-Ferrand peut expliquer l’ancienneté de la dynamique périurbaine. Enfin, il convient aussi de noter que les plus petites des agglomérations ne comportaient pas, en 2010, de couronne périurbaine, selon la définition des aires urbaines de l’époque (Langeac, Cours, Culoz, Nyons…).

Figure - La dynamique de périurbanisation en Auvergne-Rhône-Alpes entre 1968 et 2010

Figure - La dynamique de périurbanisation en Auvergne-Rhône-Alpes entre 1968 et 2010

14En second lieu, l’étendue et l’importance des couronnes périurbaines des petites villes dépendent de la taille du pôle urbain et de la situation géographique de la ville. En effet, les agglomérations les plus éloignées des grands pôles urbains (Saint-Flour, Ambert, Brioude, Die, Montbrison) présentent des couronnes bien plus étendues que celles qui sont encastrées entre les grandes agglomérations de la région (Beaurepaire, Saint-Jean-de-Bournay, Gannat…). De même, les petites villes les plus importantes présentent aussi les couronnes périurbaines les plus étendues, à l’instar d’Issoire ou de Montbrison.

15Les couronnes périurbaines occupent toutefois un poids démographique très variable selon les petites villes, de seulement 3 % de la population de l’aire d’attraction à Lagnieu à 68 % de la population à Pierrelatte. Sur les 61 petites villes de notre échantillon, 20 d’entre elles présentent plus de 50 % de leur population résidant dans la couronne périurbaine. Or, la répartition de la population à l’intérieur de l’aire urbaine peut entraîner des conséquences sur les mobilités d’achats de la clientèle, mais aussi sur l’organisation du tissu commercial.

2) Un commerce périurbain en expansion

16Si nous nous penchons à présent sur l’évolution du commerce des communes périurbaines des petites villes, il apparaît, à travers la figure 4, que celui-ci présente, sur la période 1994-2019, une dynamique positive, à l’instar de celui des couronnes périurbaines des agglomérations plus grandes. Cette dynamique est largement portée par les services à caractère commercial [Chaze, 2014, 2017], plus que par la distribution commerciale dont certaines branches, comme le petit commerce alimentaire, ont poursuivi leur déclin sur cette période.

Figure - Evolution du nombre de commerces dans les communes périurbaines des différents niveaux de villes et dans les communes rurales

Figure - Evolution du nombre de commerces dans les communes périurbaines des différents niveaux de villes et dans les communes rurales

Conception : auteur

17Si l’on compare les couronnes périurbaines dans leur ensemble aux espaces ruraux, la dynamique commerciale périurbaine apparaît bien meilleure que celle des communes rurales, surtout depuis une dizaine d’années. L’installation de nouveaux habitants dans les espaces périurbains semble donc bénéfique aux activités commerciales de leurs communes. De fait, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, la proximité des zones commerciales périphériques ne constitue pas, pour l’ensemble des communes périurbaines, un frein au développement de leurs activités commerciales. Ce propos doit toutefois être nuancé en raison de la diversité interne des espaces périurbains.

18Enfin, si l’on met en regard les couronnes périurbaines des petites villes à celles des autres agglomérations, la dynamique commerciale apparaît plus intense dans la métropole lyonnaise et les villes moyennes que dans les petites villes et les grandes agglomérations. Cela s’explique simplement par la croissance démographique différenciée des différents types d’espaces périurbains. Si les communes périurbaines de Lyon et des villes moyennes ont connu une croissance démographique de 10 % sur la période 2010-2018, celles des trois grandes agglomérations (Grenoble, Clermont-Ferrand et Saint-Etienne) et des petites villes n’ont vu leur population s’accroître que de 6 % sur la même période. En conséquence, la dynamique démographique des communes périurbaines constitue un facteur explicatif important de l’évolution de leur tissu commercial. Par conséquent, loin d’étouffer le commerce en accroissant la polarisation de la population vers les pôles urbains, la périurbanisation constitue un facteur d’essor du commerce à la faveur de l’arrivée de nouveaux résidents sur ces territoires.

III) Le commerce périurbain des petites villes, un commerce original ?

19Si la périurbanisation constitue donc un facteur de développement commercial autour des petites villes, quel est le profil du tissu commercial de leurs espaces périurbains ?

1) Un tissu commercial périurbain plus complexe qu’il n’y paraît

20D’un point de vue quantitatif, le commerce périurbain représente, dans les petites villes, 32 % du total des établissements, contre 61 % pour les communes-centres et seulement 6 % pour les communes de banlieue. Ces chiffres restent toutefois à nuancer par les surfaces de vente, au sujet desquelles nous ne disposons pas d’informations communes à tous les territoires. Cependant, ces chiffres révèlent le poids non négligeable du commerce périurbain dans les petites agglomérations.

21Ensuite, le commerce périurbain se distingue assez peu de celui des communes de banlieue (figure 5). Il est constitué aux deux tiers d’activités de services à caractère commercial, tels que les établissements spécialisés dans l’automobile (vente, réparation, contrôle technique), le secteur de l’hôtellerie-restauration-cafés (en particulier aux entrées de villes pour l’hôtellerie et la restauration), les services à la personne (coiffeurs, taxis, ambulances, etc.) et aux entreprises (location de matériel). Il s’agit soit d’établissements pour lesquels une localisation dans la ville dense n’est pas nécessaire, voire pour lesquels une localisation en milieu périurbain est même préférentielle en raison des terrains disponibles et du coût du foncier (location de matériels et de machines, par exemple). De même, certains établissements de service à la personne peuvent être domiciliés au lieu de résidence de la personne, comme les taxis et les ambulances, ce qui renforce, un peu artificiellement, le poids du commerce périurbain.

Figure - Répartition des commerces des petites villes par couronnes d’urbanisation et branches d’activités en 2019

Figure - Répartition des commerces des petites villes par couronnes d’urbanisation et branches d’activités en 2019

Conception : auteur

22Concernant la distribution commerciale, le poids de l’équipement de la personne est moins représenté que dans les communes-centres, ce qui n’a rien de surprenant dans la mesure où les petits commerces d’équipement de la personne (vêtements, chaussures, accessoires, bijouterie…) se localisent préférentiellement en centre-ville pour bénéficier d’une meilleure visibilité dans le paysage commercial. Pour le reste, la présence des établissements commerciaux relève soit de la présence de grandes surfaces organisées en zones d’activités commerciales ou localisées de manière plus diffuse, soit de petits commerces de proximité localisés dans les villages intégrés dans les couronnes périurbaines (boulangeries, cafés, coiffeurs…).

23Cela étant, les caractéristiques de l’offre commerciale des couronnes périurbaines ne peuvent se comprendre sans tenir compte de la présence d’anciens bourgs-centres désormais intégrés dans les aires périurbaines les plus vastes des petites villes. C’est le cas, par exemple, d’Issoire qui a phagocyté les bourgs-centres de Saint-Germain-Lembron, Sauxillanges et surtout Brassac-les-Mines. Or, ces entités désormais périurbaines, capables de rayonner sur les communes alentour, n’ont pas vu leurs équipements commerciaux disparaître, malgré l’accroissement des migrations pendulaires vers le pôle urbain. Elles s’affirment donc, au sein des aires périurbaines, comme des centralités commerciales, dont l’envergure dépasse la simple proximité.

24En conséquence, le profil commercial des aires périurbaines des petites villes affiche une plus grande diversité que la simple diffusion de commerces banaux de proximité dans les anciens noyaux villageois. Cette complexité, héritée des anciennes structures urbaines et bourgadines sur lesquelles se sont greffées les innovations de la deuxième révolution commerciale (grandes surfaces en particulier), s’appuie aussi sur la présence d’une clientèle spécifique.

2) Une clientèle aisée et mobile

25La population périurbaine des petites villes, comme celle des villes grandes et moyennes, présente un profil distinct de celle de la ville dense. Tout d’abord, en termes de masse de population, elle représente désormais la part la plus importante de la population des petites villes, dans les limites des aires d’attractivité de villes (tableau 1). A cela s’ajoute une masse de revenus qui dépasse celle des foyers fiscaux de la ville dense et des banlieues, ce qui fait des ménages périurbains la part la plus importante de la clientèle potentielle des petites villes, surtout si l’on ôte du total des communes-centres celles qui ne possèdent pas de couronne périurbaine.

Tableau - Principales caractéristiques sociodémographiques de la population des petites villes selon les zonages d’urbanisation

Communes-centres

Communes de banlieue

Communes périurbaines

Population

390 502

37 593

399 647

Evolution de la population (2010-2018)

8,0%

4,0%

6,3%

Revenu fiscal total (en milliers d€)

5 346 835

1 644 119

5 558 965

Revenu fiscal moyen (en €)*

23 357

29 009

24 658

Taux de motorisation

83,9%

90,7%

92,8%

*Revenu fiscal moyen = Revenu fiscal total/Nombre total de foyers fiscaux

Sources : INSEE, RP 2010 et 2018 ; DGFiP, IRCOM 2018 (revenus de 2017)
Conception : auteur

26Le potentiel d’achat des ménages périurbains est d’autant plus important qu’en moyenne, leur revenu est un peu plus élevé que celui des ménages des communes-centres. Seul le revenu des ménages résidant en banlieue est plus élevé, même si en valeur absolue leur poids est bien plus faible. Si l’on ajoute un fort potentiel de mobilité lié au taux de motorisation élevé, la clientèle périurbaine se présente comme le principal moteur de la consommation dans les petites villes. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant de voir se maintenir le tissu commercial des communes périurbaines des petites villes.

IV) Le commerce périurbain, une composante essentielle du commerce de la petite ville : l’exemple de Brioude

27Si la fonction commerciale est bien présente dans les couronnes périurbaines des petites villes et s’appuie sur un potentiel de consommation réel, qu’en est-il de son organisation spatiale ? Afin de répondre à cette question, nous nous focaliserons sur le cas de Brioude, dont l’aire d’attraction de ville, par son extension et son relatif éloignement des grands centres urbains, constitue un cas intéressant d’analyse.

1) Le commerce périurbain, un système de centralités hiérarchisées

28Afin de mettre en lumières l’organisation spatiale du commerce périurbain brivadois, nous avons synthétisé les données de l’INSEE sur le commerce sur la figure 6. A travers cette synthèse, plusieurs éléments forts de structuration se dégagent. En premier lieu, à côté de la commune-centre de Brioude qui regroupe 57 % de l’ensemble des établissements commerciaux (198 au total), trois autres polarités secondaires émergent : Vieille-Brioude, Cohade et Bournoncle-Saint-Pierre. Ces pôles commerciaux regroupent de 13 à 30 établissements et présente la particularité d’être situés près de Brioude, même si le bâti n’est pas continu avec la commune-centre, et d’être localisés à proximité de l’axe routier principal d’orientation nord-sud qui relie Brioude à Clermont-Ferrand. Ils constituent les principaux relais du commerce brivadois et abritent essentiellement des commerces d’alimentation, des services à caractère commercial (garages automobiles notamment) et quelques commerces d’équipement de la personne ou du foyer.

29Ensuite viennent les pôles de proximité élémentaires. Ces noyaux commerciaux comptent de trois à huit établissements à caractère essentiellement banal (alimentation, cafés-restaurants, réparation automobile) pour une consommation de proximité. Ils sont localisés selon une double logique concentrique autour du pôle brivadois, avec une première couronne contiguë à Brioude qui vient compléter les trois pôles de proximité diversifiés, et une deuxième couronne située la limite de l’aire d’attraction de ville.

30Enfin, dans les interstices, la plupart des communes abritent un ou deux commerces banaux, essentiellement des cafés. Ces établissements sont les derniers survivants d’un tissu commercial autrefois plus dense et continuent de jouer un rôle social important. Sur ce point, les communes périurbaines tendent à se rapprocher des communes rurales, même si elles bénéficient d’une expansion démographique qui manque souvent aux campagnes plus isolées.

Figure - Le système commercial de l’aire de Brioude en 2022

Figure - Le système commercial de l’aire de Brioude en 2022

31Au total, à travers l’exemple de Brioude, le commerce périurbain se présente sous la forme d’un système bien hiérarchisé où la commune-centre trouve des relais dans les pôles de proximité qui structurent de façon concentrique l’espace périurbain. Ce maillage commercial permet à la clientèle périurbaine de trouver à proximité de son domicile des commerces de proximité qui, combinés aux commerces de la commune-centre, contribuent à faire émerger des formes de pérégrination du consommateur [Desse, 2001] en incluant dans un même parcours d’achats les commerces centraux et les commerces périurbains [Chaze, 2010, 2014].

2) Un tissu commercial dont la capacité d’adaptation ne masque pas les fragilités

32Le commerce périurbain s’affirme donc comme un complément essentiel du commerce central à destination de la clientèle périurbaine. La clientèle périurbaine a donc permis de maintenir de petites centralités commerciales autour des petites villes, selon un processus déjà évoqué pour les villes de plus grande taille. Et à l’instar de V. Jousseaume qui avait étudié les bourgs-centres périurbains de Loire-Atlantique, nous pouvons reprendre la phrase de V. Rey : « passent les systèmes, restent les structures » [Jousseaume, 1998]. En effet, bien que la taille des organismes urbains soit sans commune mesure, les polarités commerciales issues du monde rural semblent aussi se maintenir malgré le passage d’un système rural à un système périurbain où la mobilité de la population est bien plus élevée et les modes de vie plus urbains.

33Dans un contexte de mutations profondes des pratiques de consommation, marquées par le développement des circuits de proximité, de nouvelles opportunités pourraient se présenter à lui. En effet, les aires périurbaines abritent, comme nous l’avons vu précédemment, une part importante, et parfois majoritaire de la clientèle des petites villes, marquée par une forte mobilité. Rien n’interdit alors d’imaginer le renforcement des centralités commerciales périurbaines autour de nouveaux circuits de distribution, même si la capacité de polarisation de la commune-centre favorise la concentration de l’offre autour du pôle central.

34Toutefois, le commerce périurbain des petites villes reste fragile, comme en témoigne la faible taille de ses nodules commerciaux. Sur ce point, deux cas de figure apparaissent. Le premier est celui des petites villes isolées en milieu rural. Illustré par l’exemple de Brioude, mais plus net encore dans des villes comme Mauriac ou Langeac, il est caractérisé par un processus produit par la seule petite ville et dont la pérennité reste sujette à sa seule dynamique économique et démographique.

35Le second cas de figure est celui des petites villes encastrées entre les vastes aires urbaines des grandes agglomérations, comme les petites villes de la vallée du Rhône et du Bas Dauphiné. Ici, les petites villes sont elles-mêmes en voie de périurbanisation par les agglomérations lyonnaise, grenobloise et les villes moyennes proches. La double périurbanisation, par les petites villes et par les plus grandes, peut générer une dynamique de consommation locale plus intense et renforcer ainsi le tissu commercial.

Conclusion

36Le processus de périurbanisation a donc permis aux petites villes qui l’ont connu de maintenir le tissu commercial dans les communes qui ont intégré leurs couronnes périurbaines. Ce tissu commercial reste souvent élémentaire, composé pour l’essentiel de commerces banaux destinés à une clientèle de proximité, même si la part des services à caractère commercial, comme dans les centres-villes, tend à devenir prépondérante. Il reprend aussi l’organisation spatiale des anciennes centralités rurales, en particulier les bourgs-centres, et tend à se structurer en fonction de l’offre commerciale de la commune-centre. Le commerce périurbain s’affirme donc comme une composante essentielle du commerce de la petite ville en constituant un relais pour une clientèle de proximité. Toutefois, sa pérennité n’en reste pas moins liée à la dynamique de la petite ville et plus largement à son environnement démographique et économique.

Haut de page

Bibliographie

BAUDET-MICHEL Sophie, COMMENGES Hadrien, DELAGE Mathieu, VALLEE Julie, 2022, Rétraction du commerce de détail dans les villes petites et moyennes : l’érosion de la diversité commerciale des communes entre 1979 et 2014, in Desprez S. (dir.), Commerces, consommation et territoires. Le temps des transitions, des futurs incertains, Le Havre, PURH, pp. 119-151

CHAZE Milhan, 2010, Du groupement des déplacements aux parcours quotidiens : la pérégrination du consommateur dans les petites villes françaises, in Y. Boquet, R.-P. Desse (dir.), Commerce et mobilités, Dijon : Éditions Universitaires de Dijon, pp. 9-20

CHAZE Milhan, 2014, Le commerce des petites villes : organisation géographique et stratégies d’aménagement. L’exemple du Centre-est de la France, Thèse de doctorat, Université Clermont-Ferrand II, 735 p.

CHAZE Milhan, 2017, Les petites villes : pôles commerciaux en déclin ou centralités d’avenir ? L’exemple du Centre-est de la France, Territoire en mouvement, 33, « Aux frontières de l’urbain – petites villes du monde » (volume 2), [en ligne]
Disponible sur : <http://tem.revues.org/4026> DOI : https://doi.org/10.4000/tem.4026

DESSE René-Paul, 2001, Le nouveau commerce urbain. Dynamiques spatiales et stratégies des acteurs, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Espace et Société, 198 p.

INSEE, 2021, Aires d’attraction des villes, INSEE Références, Fiche 1.4, pp. 98-99

JOUSSEAUME Valérie, 1998, L’ombre d’une métropole. Les bourgs-centres de Loire-Atlantique, Rennes, PUR, Espace et territoires, 209 p.

LE CLEC’H Iwan, 2018, Entre conservatisme et modernité de l’appareil commercial. En territoires périurbains et ruraux à l’ombre d’une ville moyenne – Saint-Brieuc, Thèse de doctorat, Université de Bretagne occidentale – Brest, 503 p.

LE CLEC’H Iwan, 2020, Le commerce à l’heure de l’hypermobilité des périurbains : l’exemple de Saint-Brieuc, Géoconfluences, en ligne [http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/articles-scientifiques/commerce-periurbain-saint-brieuc]

MERENNE-SCHOUMAKER Bernadette, SOUMAGNE Jean, 2014, Classement catégoriel des activités commerciales [https://www.cnfg.fr/commissions/geographieducommerce/]

RAZEMON Olivier, 2019, Comment la France a tué ses villes, Paris, Editions Rue de l’Echiquier, L’écopoche, 213 p.

SOUMAGNE Jean, 1996, Géographie du commerce de détail dans la Centre-ouest de la France, Poitiers, J. Soumagne éditeur, 718 p.

Haut de page

Notes

1 Agence Nationale pour la Cohésion des Territoires.

2 Institut de la Statistique et des Etudes Economiques.

3 Ensemble de communes d’un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain (unité urbaine) de plus de 10 000 emplois, et par des communes rurales ou unités urbaines (couronne périurbaine) dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaillé dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci (source : INSEE).

4 Comité National Français de Géographie.

5 Système national d’Identification et du Répertoire des Entreprises et de leurs Etablissements.

6 Impôt sur le Revenu par Collectivité territoriale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure - Schéma théorique de l’organisation des nodules commerciaux dans une petite ville
Crédits Conception : auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure - Les aires d’attraction urbaines d’Auvergne-Rhône-Alpes en 2020
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13731/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Figure - La dynamique de périurbanisation en Auvergne-Rhône-Alpes entre 1968 et 2010
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13731/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure - Evolution du nombre de commerces dans les communes périurbaines des différents niveaux de villes et dans les communes rurales
Crédits Conception : auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13731/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure - Répartition des commerces des petites villes par couronnes d’urbanisation et branches d’activités en 2019
Crédits Conception : auteur
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13731/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure - Le système commercial de l’aire de Brioude en 2022
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13731/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Milhan Chaze, « Dynamique commerciale et périurbanisation dans les petites villes d’Auvergne-Rhône-Alpes »Espace populations sociétés [En ligne], 2023/1 | 2023, mis en ligne le 22 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/eps/13731 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.13731

Haut de page

Auteur

Milhan Chaze

Ingénieur de recherche
Université de Corse – UMR 6240 LISA
Campus Mariani, Bâtiment Edmond Simeoni, avenue Jean Nicoli, 20250 Corte
milhan.chaze[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search