Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2023/1Clubs sportifs et petites villes ...

Clubs sportifs et petites villes dans le Massif central : entre dynamiques socio-démographiques et recompositions territoriales

Sports clubs and small towns in the Massif Central: between socio-demographic dynamics and territorial restructuring
Thomas Meignan

Résumés

Cet article propose d’étudier les clubs sportifs dans les petites villes du Massif central. Le club sportif est au croisement de plusieurs influences. Il participe à la vie locale mais il subit également les évolutions socio-spatiales et les recompositions qui ont cours dans son territoire. Nous chercherons donc à comprendre comme ces facteurs socio-démographiques se répercutent sur la vitalité des clubs sportifs locaux. Il apparaît que le lien entre dynamique démographique et dynamique sportive n’est pas seul suffisant pour expliquer les situations contrastées observées dans le Massif central. En effet, des évolutions contraires peuvent se retrouver à l’échelle d’une petite ville. Des études de cas plus poussées, dépassant le simple cadre statistique, permettent de de comprendre quels sont les autres facteurs qui interviennent localement et d’aborder des questions plus sociales et spatiales liées aux recompositions de ces petites villes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le sport est aujourd’hui un marqueur social et spatial. Il occupe dorénavant une place à part entière dans le temps médiatique mais aussi dans le temps quotidien des populations. Elias « av[ait] conscience que la connaissance du sport est la clé de la connaissance de la société » [Elias, 1994, p. 25] mais cette prise de conscience ne sera que relativement tardive dans les sciences humaines et sociales [Gaubert, 2016 ; Pociello, 1999]. Aujourd’hui, le club sportif, « pièce maîtresse du système sportif » [Augustin, 2007] peut être considéré comme un objet d’étude géographique à part entière car s’intégrant pleinement dans les relations entre les acteurs, les populations et leurs territoires. Participant à la vie locale et à son dynamisme, proposant une ou des activités, faisant rayonner le territoire à plusieurs échelles, le club sportif subit et à la fois prend part aux dynamiques locales.

2Les petites villes sont également concernées, à leur échelle, par cette imbrication entre le club sportif et son territoire. Cet article propose d’étudier les petites villes du Massif central, espace délimité par la loi Montagne une première fois en 1985 et dont les contours ont varié depuis cette création. Même si ce découpage est en partie artificiel, il permet de délimiter un territoire marqué par une faible densité de population. Malgré cela, le Massif central possède un maillage assez dense de petites villes, commandant des espaces ruraux plus ou moins larges, mais manquant de dynamisme et de coordination [Bordessoule, 2006].

3Le dialogue urbain-rural [Rieutort, 2011] s’instaure également au niveau de ces petites polarités des espaces peu denses comme a pu le montrer Dubuc [2004] en Lozère et en Aveyron. Ces petites villes polarisent leurs espaces environnants et le club sportif prend part activement à cette polarisation en pourvoyant une offre d’équipements et d’activités. Pourtant, à l’échelle du Massif central, les dynamiques démographiques de ces petites villes sont plutôt négatives, allant à rebours de la tendance nationale [Rieutort, 2017]. Parmi ce réseau de petites villes, une partie a perdu de la population, souvent à cause d’une crise industrielle (Bessèges, Thiers, Decazeville, Commentry) ou plus globale (Mauriac, Aubusson, Bellac), tandis que d’autres ont bénéficié de leur emplacement à proximité des grands pôles (Clermont-Ferrand, Limoges et Saint-Etienne) pour connaître des dynamiques démographiques plutôt positives.

4Cet article propose donc d’analyser les liens qui se créent entre ces dynamiques territoriales et démographiques et les clubs sportifs des petites villes. Ces liens sont a priori multiples et semblent essentiels à la compréhension du dynamisme des activités sportives locales. Instinctivement, nous pourrions émettre l’hypothèse que la démographie d’une petite ville influence fortement les clubs sportifs locaux. Nous constaterons toutefois, après avoir présenté la méthodologie, que la corrélation entre dynamique démographique et dynamique sportive n’est pas automatique. Pour compléter ce constat, nous verrons, à partir d’exemples, que les dynamiques socio-spatiales et les reconfigurations locales participent tout autant à la vitalité des clubs sportifs.

Méthodologie et matériaux utilisés

  • 1 En effet, les unités urbaines de ces petites villes ne comprennent souvent que la commune-centre. D (...)

5Pour définir la petite ville, notion plus que protéiforme en géographie, cet article se repose sur une typologie de territoires appliquée au Massif central. Cette typologie de territoires s’inspire en partie des travaux de Duquet-Metayer et Monso [2019], et mélange ainsi successivement les zonages en unités urbaines, aires urbaines et la grille communale de densité. Cette typologie aboutit à un classement en onze zonages, répartis en quatre grandes catégories : l’urbain dense, le périurbain, les campagnes et les pôles des ruralités. C’est cette dernière catégorie qui nous intéressera plus particulièrement dans cet article. Dans ces 110 petites unités urbaines, seules les communes-centres sont conservées.1 Le plus modeste est Largentière (07) avec un peu moins de 1 600 habitants, six dépassent la dizaine de milliers d’habitants (Tarare, St-Junien, Villefranche-de-Rouergue, Mende, Thiers, Autun) et une seule la vingtaine de milliers (Millau).

6Les analyses de cet article se reposent sur des données à la fois quantitatives et qualitatives. Les sources quantitatives proviennent de l’INJEP (Institut National de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire), créé en 2015 et qui est un observatoire du Ministère de l’Éducation Nationale. Il met à disposition, avec l’INSEE, des données spatialisées sur les clubs et licenciés à des fédérations sportives reconnues par le ministère des Sports. Ces données mobilisent l’échelle communale et contiennent de façon détaillée la répartition du nombre de clubs et de licenciés en fonction des sports pratiqués. Ces données existent depuis 2011 et les dernières publiées en 2022 concernent l’année 2019 (qui correspond à la saison sportive 2018-2019). Auparavant, seules des données départementales étaient utilisées en géographie des sports, comme dans les travaux pionniers de Mathieu et Praîcheux [1987]. Ces données communales, très riches, n’ont pour le moment que peu été exploitées à cette échelle alors qu’elles viennent compléter un manque pointé du doigt en 2008 par Augustin, Bourdeau et Ravenel : « ces informations disponibles à l’échelle départementale décrivent mal la dichotomie entre le rural et l’urbain » [Augustin, Bourdeau et Ravenel, 2008, p. 48]. Ces données statistiques sont particulièrement riches et pourraient faire l’objet de nombreux autres traitements, comme sur l’âge, le sexe ou les fédérations d’affiliation des licenciés.

  • 2 Sont retenues les fédérations d’athlétisme, aviron, badminton, basketball, boxe, canoë-kayak, cycli (...)
  • 3 Ces entretiens sont au nombre d’une soixantaine et sont surtout centrés sur les acteurs des clubs s (...)

7Ces données quantitatives, assez classiques dans la géographie du sport [Gaubert, 2016], et de son paradigme structurel noté par Ravenel [2011] se doivent d’être complétées, comme le préconise Augustin (2011) par une approche plus qualitative car ces statistiques « offrent des matériaux aux chercheurs mais ne donnent qu’une partie des réalités » [Augustin, 2011, para. 29]. Tout d’abord, elles négligent toute une partie des pratiques ludo-sportives [Mao, 2003]. Ces pratiques ne s’ancrent pas réellement dans une définition stricte du terme de sport [Augustin, 2011] ou du système sportif [Darbon, 2014] et les statistiques issues de ces fédérations fortement ancrées dans les ludo-sports sont donc enlevées, pour n’en garder que quarante2. Ces fédérations sont elles-mêmes très hétérogènes, certaines étant très développées et implantées dans tous les territoires (comme le football ou le rugby) alors que d’autres pratiques sont plus confidentielles (aïkido, squash). Au sein même de ces fédérations, il n’est pas possible dans les statistiques de faire la distinction entre le type de licences (pratiquants, dirigeants, éducateurs, etc.), voire même entre le type de pratique au sein de la fédération. En effet, certaines d’entre elles comportent en leur sein des activités différentes. Par exemple, le football possède le football traditionnel, mais également le futsal ou encore le beach-soccer. Pour dépasser ces limites, le second niveau d’analyse de cet article utilise des données qualitatives issues d’entretiens semi-directifs menés auprès d’élus locaux et de clubs sportifs3. Ces données chaudes permettent donc de compléter ou de nuancer les apports des données statistiques. Le but étant donc d’appréhender les clubs sportifs de façon très générale dans les petites villes, sans étudier précisément quelles sont les différences entre les sports.

1- Évolution démographique et clubs sportifs, des dynamiques contrastées dans les petites villes du Massif central

8Les clubs sportifs sont pleinement intégrés dans un système d’interrelations qui se nouent à une échelle locale, entre lui et son territoire, ici la petite ville. Le club sportif participe à l’attractivité de la petite ville de par ses activités et son rayonnement et possède ses propres caractéristiques à cette échelle d’analyse. Mais cela serait exagérer son rôle que de considérer qu’il est un élément déclencheur d’une dynamique démographique positive ou négative. La relation semble a priori déséquilibrée, le club semble plus subir les recompositions territoriales que de participer à celles-ci. Toutefois, la corrélation n’est pas mécanique ce qui tend à prouver que le club sportif possède son propre espace d’expression et qu’outre des recompositions spatiales, il s’appuie aussi sur des dynamiques plus sociales.

Clubs sportifs et petites villes en France et dans le Massif central

9La France a connu depuis l’après-guerre une sportivisation qui s’est remarquée par une augmentation très importante du nombre de clubs et de licenciés. Or, depuis le milieu des années 1990, le nombre de clubs tend à diminuer continuellement, phénomène accentué depuis l’année 2015. Le nombre de licenciés a lui augmenté durant la même période, atteignant son maximum en 2014 avec environ 17 millions de licenciés. Depuis, la tendance s’est inversée et le nombre de licenciés part lui aussi à la baisse. Il faut dire que le développement d’un système ludo-sportif aux côtés du système sportif traditionnel et la baisse du taux de licenciés parmi les pratiquants d’une activité physique sont un des faits marquants de ces dernières décennies. Pourtant, selon les derniers baromètres de l’INJEP, la pratique sportive des Français n’a jamais été aussi importante, selon une définition souple de l’activité physique. Mais cette pratique se déroule de plus en plus à domicile et sans contrainte, et donc moins dans les clubs sportifs. Cela constitue donc une tendance lourde à prendre en compte au moment de comparer ces évolutions avec les évolutions démographiques.

Figure 1 : Les 10 premières fédérations selon le type d’espace dans le Massif central en 2017

Figure 1 : Les 10 premières fédérations selon le type d’espace dans le Massif central en 2017

Source : INJEP

10Les pratiques sportives sont également dans les petites villes et se rattachent beaucoup plus facilement à celles des grandes villes qu’à celles des espaces ruraux. Comme le montre la figure 1, les petites villes se caractérisent par une très forte présence de clubs « Autres » ce qui signifie que les pratiques y sont beaucoup plus diversifiées. On retrouve ici une dynamique proche de celle de l’urbain dense qui possède les mêmes proportions. En termes de diversité sportive, la petite ville joue donc pleinement son rôle de centralité et ne correspond pas à ses espaces environnants. Ces derniers, qu’ils soient le périurbain des grandes villes ou les campagnes adjacentes, possèdent une diversité bien moindre que l’on retrouve par la présence du football qui représente plus d’un quart des clubs sportifs de ces communes.

11On rejoint ici le rôle de polarité de ces petites villes. Mais ce rôle ne peut tout expliquer, et notamment le fait que ce sont les petites villes du Massif central qui possèdent la plus forte densité de licenciés (4,58 licences pour 100 habitants, contre 3,01 en milieu urbain dense). Ce sont ces petites polarités qui possèdent les équipements sportifs supérieurs qui peuvent permettre à cette grande diversité de clubs d’exister. Des pratiques telles que le handball, le karaté sont donc plus présentes dans les petites villes que dans les campagnes car cela nécessite un dojo, un gymnase. Ces clubs participent donc au rayonnement des petites villes dans leurs bassins de vie. Toutefois, il semble plus intéressant de garder l’échelle communale pour comparer ces indicateurs car les clubs sportifs ne sont situés que dans les communes du pôle. Comparer ces évolutions à l’échelle d’un bassin de vie reviendrait à comparer des dynamiques territoriales plus générales, en perdant l’entrée par la petite ville car elle se retrouverait alors englobée dans un espace plus large. D’autant plus que les évolutions démographiques des petites villes et de leurs couronnes sont contraires. Ainsi, entre 2009 et 2019, les petites villes du Massif central ont perdu 3,5 % de leurs habitants, tandis que leur couronne ont vu une augmentation de leur population de 1 %. Cela répond également aux travaux de Jean-Charles Edouard qui interroge la plus forte fragilité supposée des petites villes du Massif central, arrivant à la conclusion qu’elles « semblent bien être un miroir grossissant de la fragilité des petites villes françaises et de ses enjeux » [Édouard, 2017, p. 160]. Le choix a donc été fait de se centrer sur les communes-centres des petites villes et non sur les unités urbaines. En effet, les unités urbaines de ces petites villes ne comprennent souvent que la commune-centre. Dans les cas, rares (Ambert, Feurs) où d’autres communes périphériques sont intégrées à l’unité urbaine, ces communes périphériques ne possèdent généralement pas de clubs. Ce choix aurait pu être fait pour des petites villes très proches afin de les regrouper, comme pour Saint-Georges-de-Mons et Les-Ancizes dans le Puy-de-Dôme mais, pour garder une cohérence avec les petites villes plus isolées, elles seront représentées séparément.

12De plus, cela interroge aussi les politiques municipales mises en place car le sport reste bien souvent un élément important de celles-ci [Giband et Holz, 2007] que même la montée en puissance de l’intercommunalité n’a pas contré. Ainsi, ces politiques municipales prennent plus ou moins en compte ces charges de centralités qui apparaissent dans le domaine du sport. La commune du pôle doit en effet subventionner des clubs et gérer des équipements sportifs qui ne servent pas uniquement à sa population, mais bien à tout le bassin de vie. Ce rôle du bassin de vie peut d’ailleurs parfois expliquer les évolutions qui apparaissent comme contradictoires statistiquement. Par exemple, dans une petite ville gagnant des clubs mais perdant des habitants, il est possible d’émettre l’hypothèse selon laquelle ce sont les communes adjacentes qui permettent aux clubs locaux de se développer. Cela interroge d’autant plus alors la dynamique interne à la commune ce qui peut renvoyer à des difficultés structurelles, telles un habitat dégradé en centre-ville.

Cartographie des petites villes et de la dynamique de leurs associations sportives

Carte 1 : Évolutions du nombre de clubs et du nombre d’habitants dans les petites villes du Massif central entre 2012 et 2019

Carte 1 : Évolutions du nombre de clubs et du nombre d’habitants dans les petites villes du Massif central entre 2012 et 2019

13La Carte 1 présente pour chaque petite ville considérée du Massif central une évolution comparée du nombre de clubs et du nombre d’habitants à l’échelle communale, entre 2012 et 2019. Ces deux bornes sont les seules disponibles permettant une comparaison sur un temps suffisamment long. Tout d’abord, cette carte montre que la majorité des petites villes du Massif central continuent à connaître un déclin démographique (77 sur 110). Cela concerne principalement les petites villes des espaces les moins denses (Cantal, Aveyron, Creuse, Cévennes). Au contraire, les petites villes qui gagnent des habitants se situent majoritairement en périphérie des principales agglomérations, comme des villes autour de Saint-Etienne (Feurs, Chazelles-sur-Lyon), de Lyon (Tarare) et de l’axe Clermont-Ferrand – Vichy (Gannat, Lezoux, Billom, Thiers), voire de villes moins importantes comme autour de Brive-la-Gaillarde ou Rodez. Ces petites villes ont souvent été atteintes par le front périurbain ce qui explique ces gains démographiques. Seules les petites villes périphériques de Limoges se distinguent par une absence de croissance démographique.

14En couplant cette évolution démographique à celle du nombre de clubs sportifs dans les communes concernées et sur la même période, on constate que la relation entre les deux aspects existe mais qu’elle n’est pas parfaite. Elle semble surtout être plus forte dans le négatif que dans le positif. En effet, parmi les petites villes gagnant des habitants, seules 36 % d’entre elles connaissent une évolution positive du nombre de clubs (12 sur 33). Au contraire, parmi celles qui perdent des habitants, 62 % des communes perdent également des clubs (48 sur 77). Il apparaît donc qu’une baisse du nombre d’habitants engendre plus mécaniquement une baisse du nombre de clubs qu’une hausse de la population engendre une hausse d’associations sportives. Cela peut déjà s’expliquer en premier lieu par une latence associative, les clubs en place peuvent absorber en partie l’arrivée de nouveaux licenciés. Aussi, le temps du club n’étant pas le même que celui de la recomposition, notamment au niveau du renouvellement des dirigeants des associations sportives. A l’inverse, une régression démographique a des conséquences immédiates sur le club, qui peine encore plus à se renouveler et à avoir la masse critique nécessaire pour subsister.

15En allant plus loin, ces statistiques montrent donc des évolutions contrastées, avec des petites villes gagnant des habitants mais perdant des clubs. Ces 17 cas de figure, principalement situés dans les zones périurbaines (à l’exception de Mende), montrent que d’autres facteurs doivent être pris en compte pour expliquer ce découplage, certains plus concrets (manque d’infrastructures, manque d’encadrement) ou idéels (moindre investissement des adhérents ou des parents). Enfin, une dernière situation, plus délicate à expliquer, concerne les 17 petites villes qui gagnent des clubs mais perdent des habitants. Les gains de clubs sont souvent minimes (un ou deux). Le maintien d’une certaine polarité peut être un facteur explicatif pour des petites villes assez isolées comme Ambert (63), Saint-Affrique (12) ou Meymac (19) qui arrivent à commander un territoire suffisamment large pour maintenir des activités en leur sein. Une autre explication pourrait résider dans l’éclatement des activités ou encore en une augmentation du nombre de licenciés malgré un dynamisme démographique restreint.

Les licenciés des associations sportives et démographie des petites villes

Carte 2 : Évolutions du nombre de licenciés et du nombre d’habitants dans les petites villes du Massif central entre 2013 et 2019

Carte 2 : Évolutions du nombre de licenciés et du nombre d’habitants dans les petites villes du Massif central entre 2013 et 2019
  • 4 Même en ajoutant les petites villes connaissant une stagnation du nombre de clubs (soit 16 cas) - c (...)

16Il est possible de compléter cette analyse avec une autre évolution, celle du nombre de licenciés par commune sur la même période, à un an près (entre 2013 et 2019, l’année 2012 n’étant pas disponible à l’échelle communale). La géolocalisation des licenciés correspond à celle de leur lieu de résidence et non au siège du club au sein duquel ils sont licenciés. La carte 2 représente les évolutions du nombre de licenciés et du nombre d’habitants. Si la distribution spatiale est semblable, on remarque une répartition plus équilibrée entre les petites villes gagnant des licenciés (52 sur 110) qu’avec les petites villes gagnant des clubs (29 sur 110)4. Pour cela, le Massif central ne se distingue pas du reste du territoire français car selon les statistiques du ministère des Sports, le nombre de licenciés augmentait légèrement jusqu’à la crise du Covid alors que le nombre de clubs décline depuis le début des années 2000 [Ministère des Sports, 2006 ; Statistiques nationales de 2021]. Cette évolution contrastée peut s’expliquer par la fin de l’âge d’or du sport fédéral au milieu des années 1990, qui semblait marquer « une géographie de la maturité » [Haumont, 1995]. Durant cette période, la diffusion des clubs sportifs dans toutes les strates spatiales est maximale et ne pouvait donc au mieux que stagner, si ce n’est baisser, surtout avec le développement parallèlement des sports de nature et ludo-sports.

  • 5 Par exemple, Millau n’a perdu que 0,15 % de ses habitants entre 2012 et 2019 ; Brioude 0,11 % ; Vil (...)

17On retrouve donc une distribution spatiale globalement similaire qu’avec l’évolution du nombre de clubs sportifs, c’est-à-dire des petites villes englobées dans les couronnes métropolitaines connaissant une évolution positive, tandis que les petites villes plus isolées semblent plus en difficultés. Cette fois-ci, la corrélation entre l’évolution démographique et l’évolution du nombre de licenciés n’est guère plus forte que celle entre population et clubs. En effet, dans 61 % des petites villes du Massif central, les tendances démographiques et de licenciés sont identiques, contre seulement 54 % si l’on prend en compte les clubs (et même 58 % si l’on considère un maintien du nombre de clubs comme positif). Toutefois, dans le détail, ces chiffres cachent une différence assez importante. En effet, le lien est cette fois-ci plus fort dans le positif que dans le négatif. 67 % des petites villes connaissant une croissance démographique connaissent dans le même temps une croissance du nombre de licenciés. Ce lien semble finalement logique, surtout dans les petites villes périurbaines qui connaissent l’arrivées de nouvelles populations relativement jeunes, avec des enfants, qui sont dans les classes d’âge possédant les plus forts taux de licenciés. Dans les petites villes subissant un déclin démographique, 58 % des cas se caractérisent par une baisse du nombre de licenciés. Cette évolution semble plus contradictoire. Elle concerne principalement des petites villes situées dans des zones plutôt dynamiques (Lot, Aveyron, Hérault, périphérie de Limoges). Ces petites villes, si elles ne bénéficient du dynamisme des petites villes situées à proximité des grands pôles clermontois, stéphanois et lyonnais, possèdent une évolution très légèrement négative5, ce qui pourrait leur permettre de garder un nombre de licenciés important.

Au croisement de différents indicateurs statistiques, géographie des dynamiques sportives des petites villes

Carte 3 : Évolutions du nombre de clubs, de licenciés et d’habitants dans les petites villes du Massif central entre 2013 et 2019

Carte 3 : Évolutions du nombre de clubs, de licenciés et d’habitants dans les petites villes du Massif central entre 2013 et 2019
  • 6 Le maintien du nombre de clubs est toujours considéré comme une évolution positive dans un contexte (...)

18Il est finalement possible de croiser ces trois évolutions à l’échelle de la petite ville, permettant ainsi de dresser une géographie de ces dynamiques à la fois démographiques et associatives (Carte 3).6

19Tout d’abord, on s’aperçoit que les petites villes du Massif central sont majoritairement en déclin démographique et que ce déclin s’accompagne souvent d’un déclin des indicateurs sportifs et associatifs. Ainsi, 32 petites villes (sur 110) voient les trois données orientées à la baisse. Ces espaces des difficultés sont principalement situés dans une bande centrale, remontant du nord-ouest de l’Aveyron (ancien bassin minier de Decazeville) jusque dans les Combrailles, en passant par le Cantal et tout l’ouest puydômois. D’autres territoires sont marqués par un déclin majoritaire, comme le Limousin (plus marqué en Creuse et en Haute-Vienne malgré la présence du pôle limougeaud), le Morvan, la frontière nord entre la Loire et le Rhône (malgré Roanne et la proximité relative de Lyon) et les Cévennes. Dans ces petites villes, ces difficultés sont plus globales, voire plus anciennes, et dépassent le strict cadre communal. Les clubs sportifs ne font alors que subir un déclin global de l’attractivité de ces petites villes. En revanche, on constate une série de petites villes qui, malgré un déclin démographique (souvent peu marqué), arrivent quand même à maintenir un certain dynamisme dans la vie associative sportive.

20A l’opposé, dix petites villes connaissent une triple évolution positive. Elles sont toutes situées dans le centre-est du Massif central, dans la périphérie clermontoise, la Loire, le Rhône, une en Haute-Loire et dans l’Allier. On s’aperçoit que ces petites villes sont toutes situées à proximité d’une ville importante. Alors qu’une petite ville comme Saint-Eloy-les-Mines continue à décliner après la cessation des activités minières, une autre ville du même département ayant le même passé minier (Brassac-les-Mines) connaît, elle, un développement globalement positif. Il faut dire que cette dernière, au voisinage direct d’Issoire et à proximité relative de Clermont-Ferrand grâce à l’A75 gratuite, possède des atouts spatiaux dont Saint-Eloy-les-Mines ne dispose pas. La proximité métropolitaine apparaît donc comme essentielle à la compréhension des dynamiques sportives des petites villes du Massif central.

21D’autres situations intermédiaires existent dans les petites villes gagnant des habitants, surtout dans les territoires du périurbain. Cela peut en grande partie s’expliquer, comme nous l’avons vu, par une certaine latence du domaine associatif et sportif pour digérer ces évolutions positives, mais également par d’autres facteurs plus sociaux tels qu’une moindre implication des nouveaux habitants dans les associations locales.

  • 7 Les équipements sportifs, aux trois quarts communaux [Augustin, Suchet, 2016] ont en partie été con (...)
  • 8 Un doublon peut caractériser un sport représenté par deux clubs au sein de la même commune

22Enfin, cinq petites villes se démarquent avec des gains démographiques mais une perte à la fois d’habitants et de clubs. On pourrait supposer qu’à l’échelle locale, le tissu associatif est en difficulté pour diverses raisons (non-renouvellement des dirigeants, problèmes financiers, manque d’encadrement). La ville de Mende, préfecture de la Lozère et bénéficiant à ce titre d’équipements sportifs supérieurs à son simple rang démographique7, est dans cette situation. Or, grâce à des enquêtes de terrain menées auprès d’élus et de clubs sportifs, il apparaît que le champ sportif mendois n’est pas forcément en difficulté, mais qu’il est en cours de recomposition (fusions de club, disparition de doublons8), faisant baisser mécaniquement le nombre de clubs. Aussi, il apparaît que le sport-santé et les sports de nature, qui ne sont pas décomptés dans les statistiques retenues ici, prennent de plus en plus d’importance (et de licenciés), puisant dans le stock des clubs plus classiques. Finalement, il apparaît que les configurations locales jouent également un rôle essentiel à la compréhension de ce qu’il se passe à l’échelle d’une petite ville au niveau des clubs sportifs.

2- L’importance des configurations locales, exemples de recompositions territoriales dans des petites villes du Massif central

23Au-delà d’une approche statistique et cartographique qui permet d’esquisser une géographie des dynamiques sportives et démographiques, des recompositions sont à l’œuvre à l’intérieur même des petites villes. Ces recompositions influent sur des configurations locales qui semblent majeures pour expliquer les dynamiques de ces petites villes et les liens, nombreux, qui se tissent entre ces clubs et ces petites villes. Plusieurs cas de figure distincts peuvent se retrouver, nuançant parfois une analyse purement quantitative. Ces configurations locales montrent également qu’à l’échelle de la petite ville, le dynamisme sportif ne se mesure pas seulement au nombre de clubs et de licenciés, mais que des questions liées au niveau des clubs, au renouvellement des équipes dirigeantes, au maintien des équipes de jeunes et à l’identité territoriale rentrent également en jeu.

Clubs sportifs et petites villes industrielles et minières en déclin

24Une majorité des petites villes du Massif central se caractérisent par un déclin démographique couplé d’un déclin sportif. Le lien de cause à effet semble a priori évident, dans le sens où une population vieillissante, moins nombreuse, fait baisser mécaniquement le bassin de licenciés et de dirigeants sur lequel s’appuie le club. Dans ces petites villes en difficultés, le facteur démographique est évidemment important pour expliquer le déclin sportif du territoire. Mais il n’est que très rarement le seul. Régulièrement, d’autres éléments d’analyse apparaissent, expliquant pourquoi la dynamique sportive est identique à l’évolution démographique, et pouvant expliquer aussi pourquoi ces deux tendances ne sont pas forcément corrélées l’une à l’autre.

  • 9 Ce club dit « ouvrier » était au départ un club fondé par des immigrants polonais venus travailler (...)

25Il existe déjà les cas assez particuliers des anciennes petites cités au passé minier et/ou industriel. Il s’agit, dans le Massif central, de petites villes minières comme Saint-Eloy-les-Mines, Brassac-les-Mines, Sainte-Florine ou encore Decazeville ou Bessèges, ou bien industrielles comme Thiers, Saint-Georges-de-Mons ou Commentry. Ces villes ont toutes connu un déclin de leurs activités productrices ayant entraîné un déclin plus général, y compris sportif, comme a pu l’étudier Arnal [2013] à Aubin, dans l’Aveyron. Les clubs sportifs de ces communes, en particulier les clubs de football, ont pu connaître les hauts niveaux amateurs, des niveaux hiérarchiques supérieurs à ceux que ces petites villes possèdent dans le maillage urbain national ou régional. Or, la chute de ces petites villes a entraîné, très rapidement, le déclin de ces clubs sportifs. C’est que les meilleurs joueurs de ces équipes étaient régulièrement employés par les usines et les mines et que leurs fermetures a automatiquement engendré leur départ. D’autres facteurs apparaissent, comme le développement en parallèle de plus petits clubs en périphérie de la petite ville, diluant le niveau sportif et éclatant les ressources tant humaines que financières. C’est ainsi qu’un club éloysien explique son déclin des années 1970 non pas par la fermeture des mines mais plutôt par la naissance de nombreux clubs dans les communes environnantes. Ceci a eu pour conséquence d’éclater encore plus une situation somme toute assez classique dans ces petites villes, c’est-à-dire qu’il existait déjà deux clubs très proches, un club qualifié de « bourgeois » (Club Sportif St-Eloy) et un club dit « ouvrier » (Klub Sportowy Polonia Montjoie-Youx9). La fusion de ces deux clubs ayant engendré une nouvelle entité a fait disparaître cette dichotomie, mais seulement une quarantaine d’années après la fermeture du club, preuve de la latence du temps sportif par rapport au temps démographique et de la persistance des configurations sociales, même idéelles, à l’intérieur d’une petite ville.

  • 10 L’une des raisons de cette continuité à Saint-Eloy-les-Mines des difficultés résiderait, selon les (...)

26Parfois, la crise sportive est décalée par rapport au début du déclin démographique. Ainsi, toujours dans les Combrailles, les deux petites villes concomitantes de Saint-Georges-de-Mons et des Ancizes ont commencé à perdre des habitants dès les années 1980. Pourtant, le club de football de l’Union Sportive de Saint-Georges-les-Ancizes a continué à croître et à gravir les échelons sportifs jusque dans les années 2000, atteignant les niveaux amateurs nationaux. La raison est le fort subventionnement du club par l’industrie locale, représentée par Aubert et Duval. Ainsi, malgré les difficultés du territoire, le club s’en détachait progressivement car le sponsoring lui permettait de recruter des joueurs extérieurs, jusqu’au jour où le budget a commencé à baisser, confrontant le club à son manque d’ancrage local. Aujourd’hui, alors que le territoire commence à bénéficier de la relative proximité de Clermont-Ferrand, le club n’a jamais connu autant de difficultés. Ces petites villes industrielles et minières ont donc enregistré un déclin sportif majeur, décalé dans le temps selon les configurations locales et l’implication des acteurs, tant publics que privés. Toutefois, les trajectoires de sortie semblent différentes, selon des facteurs spatiaux. Si des petites villes comme celles du bassin de Brassac-les-Mines arrivent à capter l’arrivée de nouvelles populations grâce à l’avancée du front périurbain, d’autres plus isolées comme Saint-Eloy-les-Mines10, continuent leur déclin.

Les petites villes cantaliennes, exemples de décroissance sportive et démographique

27Les petites villes du département du Cantal (Maurs, Murat, Mauriac, Riom-ès-Montagne et Saint-Flour) sont aussi marquées par ce déclin à la fois démographique et sportif, même s’il est nettement moins marqué dans la dernière citée profitant, entre autres, du passage de l’A75. Cette fois-ci, le déclin démographique s’explique par une forte érosion plus globale à l’échelle du Cantal. Dans ce département, la dégradation de la dynamique sportive peut plus facilement s’expliquer par une détérioration des indicateurs démographiques, comme un président de club de Murat expliquant les difficultés à avoir suffisamment de jeunes licenciés pour compléter ses équipes :

« Il y a moins de monde dans le bassin de Murat donc on subit ça aussi. Il y a moins d’enfants au collège par exemple donc ce n’est pas uniquement que de notre faute si on perd des enfants licenciés. Mais le problème est plus profond, il est démographique. On peut pas inventer les gamins qui n’existe pas. On vit sur un bassin de 4 000 ou 5 000 habitants et il perd des habitants. C’est factuel, on n’invente pas les enfants. Et pourtant, les gens font beaucoup de kilomètres pour amener leurs enfants et ça, ça me rassure concernant l’implication dans le club et son identité. »

28Cette difficulté au niveau du maintien des jeunes dans le territoire est remarquée dans toutes les petites villes du département, comme à Mauriac où un autre club regrette que « Mauriac, de toute façon, ce n’est pas fait pour les jeunes, tout est fait pour qu’ils partent. Beaucoup de clubs mauriacois ferment. Certains, comme le volley, ne tiennent que sur un petit noyau dur et c’est un peu pareil pour toutes les associations sportives. ».

  • 11 Même en variant au cours d’une saison sportive, de nombreux dirigeants rencontrés estiment passer q (...)

29A ce problème du maintien des plus jeunes dans le territoire se rajoute celui des bénévoles, essentiels au niveau de la direction des associations sportives, mais également dans l’encadrement des différentes équipes. Dans des petites villes vieillissantes, les bénévoles sont souvent recrutés parmi les parents d’enfants licenciés dans le club ou dans les joueurs et joueuses des équipes d’adultes. Or, dans ces petites villes cantaliennes, les clubs fonctionnent majoritairement grâce au dévouement d’un petit noyau de personnes attachées au club ou à la pratique de tel ou tel sport. Parfois, c’est une même famille qui occupe les principales fonctions dirigeantes et cela, depuis plusieurs années, voire décennies. Ces petits groupes de personnes, que l’on retrouve souvent également dans d’autres associations, sportives ou non, voire dans les conseils municipaux, sont essentielles dans le maintien d’un relatif dynamisme associatif dans ces petites villes. Ces fonctions, très prenantes en temps11 montrent également le faible potentiel de ressources humaines locales, le club ne reposant que sur ce petit noyau de personnes. La question de la transmission (ou simplement de la pérennité) est alors délicate car il peut suffire d’un arrêt pour diverses raisons (professionnelles, familiales, santé…) pour que tout l’équilibre du club soit remis en question et donc, plus largement, que la petite ville perde de sa vitalité associative.

30Enfin, se pose aussi la question de l’identité et du caractère de ces petites villes cantaliennes. Tout d’abord, le niveau de jeu oblige les clubs de ces petites villes à affronter, dès les niveaux régionaux, des villes du niveau supérieur, alors que les ressources démographiques ne sont pas les mêmes, comme ce club de handball le remarque : « On ne peut pas avoir d’équipe réserve, on n’a que 22 garçons dont 8 doivent jouer et avec les astreintes, le travail… Ce sont les difficultés des petites villes, car on est assurément la plus petite ville de la poule. Quand on joue contre Saint-Etienne, Saint-Chamond, Firminy, Roanne, Chamalières, on ne peut pas comparer leur potentiel avec le nôtre ». C’est pour cela que les clubs de ces petites villes se considèrent avant tout comme ruraux, dans une définition de la ruralité basée plus sur l’unité de sens que sur une unité statistique, car s’ancrant sur des bassins de vie peu denses. Néanmoins, ce positionnement, à mi-chemin entre la ville et la campagne à l’échelle cantalienne n’est parfois pas évident, comme le souligne ce club muratais : « Notre club, je le qualifie souvent comme ça, et encore plus depuis la crise du Covid et c’est assez révélateur de sa situation dans le Cantal : c’est un petit club parmi les gros, mais un gros parmi les petits. ». Il existerait une spécificité territoriale des petites villes dans le Cantal, possédant peu de clubs (limitant la concurrence entre les sports), mais balançant entre l’urbain et le rural. Finalement, ce club de Maurs, s’étendant sur toute la partie sud-ouest du Cantal, résume à lui seul cette oscillation au moment de discuter de l’implication de ses licenciés : « C’est assez particulier. On est à la fois rural, mais avec la consonnance d’une petite ville. Et dans une petite ville comme Maurs, les joueurs ont moins cet esprit club, cet esprit clocher. C’est l’identité d’une petite ville qui fait. Ce n’est pas le même état d’esprit entre les Maursois de l’équipe et ceux qui viennent de Leynhac par exemple, qui est pourtant juste à côté. Ils s’impliquent moins quand ils viennent de Maurs. C’est vraiment lié à l’appartenance au village. ». Ainsi, même à une échelle très fine, la petite ville semble influer sur des facteurs plus sociaux de ses habitants tels que l’implication dans l’association sportive. Il en est de même pour les petites villes situées à plus grande proximité des principales agglomérations.

Derrière les statistiques, les difficultés des clubs des petites villes périurbaines

31L’approche quantitative avait permis de localiser des petites villes aux évolutions démographiques et sportives positives, majoritairement situées dans les couronnes périurbaines des principales agglomérations du Massif central. Ces petites villes gagnent des licenciés, parfois des clubs et des habitants. Pourtant, ce dynamisme apparent peut cacher des difficultés liées aux recompositions tant spatiales que sociales en cours dans ces petites villes.

32C’est par exemple le cas dans la petite ville de Lezoux, dans le Puy-de-Dôme. Lezoux bénéficie de la proximité clermontoise grâce à une sortie d’autoroute (A89) et connaît une croissance démographique depuis les années 1960, accélérée ces vingt dernières années faisant passer la commune à 6 250 habitants au dernier recensement. Elle est donc proche du seuil d’habitants (7 500) fixé par Chalard [2011] pour la qualifier de baby-boomburb car Lezoux réunirait les autres critères. La commune gagne également des clubs et des licenciés sur la période 2012-2019. De l’extérieur, aucun facteur de difficultés ne semble apparaître. Néanmoins, en rencontrant des acteurs sportifs, on se rend compte que cette arrivée de nouvelle population n’est pas forcément un gage de réussite pour les clubs locaux. Ainsi, le club de rugby a connu de grosses difficultés, allant jusqu’à frôler la disparition, n’engageant plus aucune équipe, ni en jeunes, ni en adultes. Ce club ne doit sa survie que grâce à une innovation sociale, car il a créé une section sportive adaptée et fût l’un des premiers en France à le faire. Sans cela, le club aurait disparu malgré une arrivée importante de nouvelles populations. C’est que cette nouvelle population aurait moins tendance à s’impliquer dans les clubs locaux. Or, il est trop difficile pour les clubs de ce type de commune d’avoir recours au salariat ce qui rend essentiel la participation de bénévoles pour maintenir les activités. Un club lézovien pointe directement du doigt cette évolution sociale :

« On n’a plus des gens du cru. Les gens d’avant, ceux de Lezoux, ils s’impliquaient. Aujourd’hui, ils viennent de l’extérieur pour faire construire et s’installer à Lezoux comme ils pourraient s’installer ailleurs. Les parents vont au plus près, c’est tout. Ils ne viennent pas pour Lezoux. Il n’y a plus ce côté racine qui pouvait faire qu’on est fier de faire partie et de participer à la vie locale. Les nouveaux habitants n’ont pas cet attachement à Lezoux. Ceux qui viennent de Clermont, ils pensent qu’on va leur donner des équipements, que c’est compris dans la licence. Ils ne comprennent pas qu’on est un petit club, qu’on ne peut pas se le permettre. Ils ne se rendent pas compte qu’ils ne sont plus à Clermont. »

33Ce manque d’implication des néo-habitants, remarqués par d’autres clubs de communes similaires comme Maringues fait que malgré un nombre de licenciés en hausse, y compris à l’intérieur de ces clubs, ces derniers rencontrent de grosses difficultés au niveau de l’encadrement sportif, des dirigeants et de leur identité. Aujourd’hui, ces clubs ont atteint leur taille maximale et ne peuvent plus grandir car ils sont limités par d’autres facteurs (équipements, budget) et ne peuvent plus faire absorber cette augmentation du nombre de licenciés. Ils cumulent donc, selon plusieurs acteurs, les difficultés des clubs urbains (moindre implication et identité) et celles des clubs plus ruraux (faiblesse des équipements et des ressources financières). Cette recomposition socio-spatiale en cours dans ces petites villes du périurbain est somme toute assez classique et le club sportif peut pourtant apporter du liant entre ces nouveaux habitants, au même titre que l’école [Chauvier, 2012]. Des questions de genre peuvent être aussi des facteurs explicatifs [Cailly et Dodier, 2007], les femmes semblant s’impliquer plus rapidement dans la vie locale, mais plus difficilement, selon les clubs rencontrés dans plusieurs petites villes, dans des sports encore marqués par une forte présence masculine (football et rugby notamment), traduisant les difficultés de ces clubs. La temporalité peut également rentrer en ligne de compte [Thébert et alli, 2016] car certains clubs notent que pour les plus jeunes enfants (souvent 5 ou 6 ans), les parents ont tendance à plus s’impliquer dans la vie du club. En effet, ils commencent leur parcours associatif au sein de la commune et se sentiraient plus concernés par la vie locale que des personnes arrivant avec déjà un passé associatif.

34Enfin, l’augmentation du nombre de clubs dans ces petites villes est une difficulté supplémentaire pour les clubs déjà ancrés dans le territoire. Cette nouvelle concurrence est souvent montrée du doigt par ces derniers car elle rompt les parcours classiques des enfants qui commençaient un sport et ne pouvaient plus en changer. Ces cas de figure, notés à de nombreuses reprises, est particulièrement marquant à Saint-Pourçain-sur-Sioule pour expliquer les difficultés des clubs historiques (football, rugby, basket) alors que le nombre de clubs ne fait qu’augmenter, montrant une nouvelle fois que des indicateurs statistiques favorables peuvent cacher des réalités plus difficiles.

« Chez nous, à Saint-Pourçain, beaucoup de clubs se sont montés. Il y a vingt ans, il n’y avait pas le tir à l’arc, le handball… et ça crée une concurrence. Les jeunes veulent tout goûter. Ils font une année de basket, une autre de foot, une autre de hand. Parfois ils reviennent un an, puis ils repartent. Souvent, ils ne reviennent pas. Les jeunes, maintenant, ils veulent changer, c’est la génération zapping. »

« A Saint-Pourçain, il y a beaucoup de clubs, dont une grande partie s’est créée assez récemment. C’est très bien, c’est un chance pour les enfants car ils ont le choix. Mais c’est aussi compliqué car le choix fait que les enfants vont d’un sport à l’autre, en essayent un puis vont ailleurs la saison suivante. Tout ça fait que les clubs déclinent en nombre de licenciés. »

35Les dynamiques démographiques et les dynamiques sportives ne sont donc pas forcément liées. Ces différents exemples illustrent pourquoi les relations statistiques étaient parfois contradictoires. Outre les effets de seuil et autres évolutions très faibles faisant basculer telle ou telle ville dans telle catégorie, c’est que ces évolutions conjointes répondent à des dynamiques différentes. Ainsi, le monde sportif local peut connaître une recomposition (faisant baisser le nombre de clubs) tandis que sa population augmente ce qui ne traduit forcément une dynamique globale moins bonne (Mende ou Varennes-sur-Allier). D’ailleurs, si les évolutions négatives vont souvent de pair (Mauriac, Murat, Saint-Eloy-les-Mines), les évolutions liées à des gains démographiques sont plus disparates. C’est que d’autres enjeux liés à l’identité des territoires peuvent rentrer en compte, tout comme les politiques locales. Ces dernières sont également importantes pour comprendre quelle est la vision de la commune par les élus et quel rôle peut jouer le sport dans cette politique. En effet, les clubs sportifs rayonnant plus loin que leur propre commune, ils participent indirectement au maintien du rôle de petit pôle des petites villes du Massif central. Mais cette prise de conscience est plus ou moins en forte en fonction des communes et l’on touche l’un des autres aspects pouvant expliquer des évolutions contradictoires, certaines municipalités essayant de limiter l’arrivée d’extra-communaux dans les clubs de leur commune.

Conclusion

36Les clubs sportifs des petites villes du Massif central se situent donc au carrefour de plusieurs évolutions, associatives, sociales, spatiales et démographiques. Chacune prise individuellement donne l’occasion d’appréhender une partie des dynamiques de ces clubs sportifs dans les petites villes, mais également dans d’autres types d’espaces.

37L’approche quantitative, à partir de données jusqu’ici peu étudiées, donne à voir une localisation des dynamiques sportives et démographiques. Bien sûr, il serait d’autant plus intéressant de dépasser le strict cadre de l’évolution de la population de la petite ville pour mieux cerner les nuances qui existent en son sein. De même que la simple évolution du nombre de clubs et de licenciés ne permet pas non plus de saisir toute la complexité des situations des clubs locaux. Cette première approche ouvre toutefois la voie à des analyses plus poussées même si ces statistiques ne donnent que des faisceaux d’indices. En effet, il semble primordial de coupler cette approche statistique et cartographique à une approche plus qualitative car elle seule autorise la compréhension du système local du club sportif. Car les recompositions territoriales des petites villes, ainsi que les dynamiques sociales et spatiales en cours prennent tout leur sens à l’échelle du club sportif et de son quotidien. Comme nous l’avons vu, une évolution démographique positive peut cacher des difficultés. En revanche, l’inverse semble beaucoup moins récurrent et il est rare de trouver des clubs très dynamiques dans des petites villes en difficultés, surtout sur le long terme.

38Ainsi, les clubs sportifs nous donnent des clés de compréhension pour appréhender les recompositions en cours dans les territoires. En effet, intégrés à un système local, ils nouent des liens avec une multitude d’acteurs plus ou moins locaux et peuvent donc témoigner de dynamiques actuelles, et cela tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif. Il ne s’agit pas non plus de surinterpréter le rôle du sport mais il est un bel observateur de ce qu’il se passe dans un territoire. Il permet de comparer ses propres évolutions avec la démographie du territoire et ses évolutions statistiques. Mais surtout, le club sportif est le témoin de recompositions plus sociales en cours dans la population locale, comme dans les territoires périurbains ou certes les gains démographiques sont présents, mais où l’implication locale ne suit pas pour le moment.

39Il sera aussi intéressant de voir d’ici quelques années comment la crise du Covid-19 a impacté les liens entre les territoires des petites villes et leurs clubs sportifs. Au niveau de ces derniers, les deux saisons sportives tronquées ont eu un effet négatif sur le nombre de licenciés et sur l’implication des dirigeants et bénévoles. Le développement des sports de nature, la recherche d’une pratique sans contrainte sont aussi des craintes pour de nombreux clubs, craintes amplifiées par cette crise du Covid-19. Cela rajoute encore un facteur d’incertitude sur l’avenir des clubs sportifs des petites villes. C’est bien l’ensemble de ces facteurs, et les relations qui se nouent entre eux, qui permet de réellement comprendre, à différentes échelles, les dynamiques des clubs de ces petites villes. Ainsi le résume un club de rugby, montrant bien que l’aspect démographique est important mais pas essentiel dans la vie d’un club :

« Un club, pour qu’il réussisse, il n’a pas besoin d’être dans une commune de 10 ou 15 000 habitants. Il y a plein d’exemples en Auvergne de petites communes qui atteignent de bons niveaux sans avoir le bassin de population derrière. C’est que ça fait pas tout, il faut que le politique suive, les dirigeants. Tout ça, c’est un écosystème. Un club, c’est le poumon d’une commune. »

Haut de page

Bibliographie

Arnal Thierry, 2013, “Allez Racing : décryptage du processus d’affirmation et d’idéalisation d’une identité minière au sein d’un club de football amateur du bassin houiller aveyronnais (1951-1961),” Sciences sociales et sport, 6(1), pp. 35–61.

Augustin Jean-Pierre, 2007, Géographie du sport : spatialités contemporaines et mondialisation, Paris, A. Colin, 220 p.

Augustin Jean-Pierre, 2011, “Introduction : le sport attracteur d’organisation sociale et intermédiaire de la mondialisation. Sport as an attractor of social organization and intermediary of globalization,” Annales de géographie, 680(4), pp. 353–360.

Augustin Jean-Pierre, Bourdeau Philippe, Ravenel Loïc, 2008, Geographie des sports en France, Paris, Vuibert.

Augustin Jean-Pierre, Suchet André, 2016, “Pratiques sportives et projets de territoire,” Cahiers de géographie du Québec, 60(171), p. 433.

Bordessoule Eric, 2006, “Villes et campagnes, de nouvelles relations,” in Massif central, hautes terres d’initiatives, Clermont-Ferrand, Presses Univ. Blaise Pascal, CERAMAC / hors série, pp. 61–72.

Cailly Laurent, Dodier Rodolphe, 2007, “La diversité des modes d’habiter des espaces périurbains dans les villes intermédiaires  : différenciations sociales, démographiques et de genre,” Norois, 205, pp. 67–80.

Chalard Laurent, 2011, “Les "Baby boomburbs ? à la française,” Population & Avenir, 705(5), p. 15.

Chauvier Eric, 2012, “Itinéraires dans la périurbanité «  molle  »  : entre tout-fonctionnel et résistance,” Articulo, 8.

Cuenot Carole, Brun Alexandre, Dedeire Marc, 2021, “Petites villes  : les dessous d’une recomposition territoriale : Examen des coopérations dans le bassin d’Alès,” Pour, N° 239(1), pp. 167–184.

Darbon Sébastien, 2014, Les fondements du système sportif : essai d’anthropologie historique, Paris, L’Harmattan, 233 p.

Dubuc Sylvie, 2004, “Dynamisme rural  : l’effet des petites villes,” Espace géographique, 33(1), pp. 69–85.

Duquet-Métayer Cécile, Monso Olivier, 2019, “Typologie des communes rurales et urbaines  : méthodologie de construction,.”

Edouard Jean-Charles, 2018, “Les petites villes du Massif central  : ces villes que l’on dit plus fragiles,” in Espaces fragiles : construction scientifique, dynamiques territoriales et action publique, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, pp. 141–163.

Elias Norbert, 1994, “Introduction,” in Sport et civilisation : la violence maîtrisée, Paris, Fayard, pp. 25–83.

Gaubert Vincent, 2016, Du football aux foot-ball : étude comparative de la géographie des cultures sportives `` balle au pied ’ ’, Géographie, Paris-Sorbonne - Paris IV, 487 p.

Haumont Antoine, 1995, “Les variations géographiques du sport,” in Sport, relations sociales et action collective, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Sport et société, pp. 51–59.

Giband David, Holz Jean-Marc (dir.), 2013, Les territoires du sport entre politiques et pratiques, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, Études, 190 p.

Mao Pascal, 2003, Les lieux de pratiques sportives de nature dans les espaces ruraux et montagnards, Contribution à l’analyse de l’espace géographique des sports, Géographie, Université Joseph-Fourier - Grenoble I.

Mathieu D., Praicheux Jean, 1987, Sports en France, Paris, Fayard/Reclus, Atlas de l’atlas de France, 1 p.

Müller Jörg, 2023, “Baromètre national des pratiques sportives 2022,” INJEP.

Pociello Christian, 1999, Les cultures sportives : pratiques, représentations et mythes sportifs, 3e éd. corr, Paris, Presses universitaires de France, Pratiques corporelles, 287 p.

Ravenel Loïc, 2011, “Une approche géomarketing du sport : A geomarketing approach to sport,” Annales de géographie, 680(4), p. 383.

Rieutort Laurent, 2011, “La géographie française et la question rurale,” in Dynamiques des espaces ruraux dans le monde, Armand Colin, p. 17.

Rieutort Laurent, 2017, “La ruralité en France  : des potentiels oubliés  ?,” Population & Avenir, 731(1), p. 4.

Thebert Marianne, Coralli Monica, Nessi Hélène, Sajous Patricia, 2016, “Un territoire d’attaches  : lien aux lieux et lien aux autres dans le périurbain francilien,” Géographie, économie, société, 18(1), pp. 59–88.

Haut de page

Notes

1 En effet, les unités urbaines de ces petites villes ne comprennent souvent que la commune-centre. Dans les cas, rares (Ambert, Feurs) où d’autres communes périphériques sont intégrées à l’unité urbaine, ces communes ne possèdent généralement pas de clubs. Ce choix aurait pu être fait pour des petites villes très proches afin de les regrouper, comme pour Saint-Georges-de-Mons et Les-Ancizes dans le Puy-de-Dôme mais, pour garder une cohérence avec les petites villes plus isolées, elles seront représentées séparément.

2 Sont retenues les fédérations d’athlétisme, aviron, badminton, basketball, boxe, canoë-kayak, cyclisme, escrime, football, gymnastique, haltérophilie-musculation, handball, judo-jujitsu, lutte, natation, ski, taekwondo, tennis, tennis de table, tir, tir à l’arc, voile, volley-ball, golf, rugby, karaté, montagne et escalade, roller et skateboard, aïkido et aïkibudo, sport automobile, ball-trap, sport boules, boxe française, bowling et quilles, danse, motocyclisme, pétanque et jeu provençal, squash, kickboxing et force

3 Ces entretiens sont au nombre d’une soixantaine et sont surtout centrés sur les acteurs des clubs sportifs (dirigeants, présidents, secrétaires, trésoriers, voire entraîneurs ou joueurs). Ils ont été complétés, à l’échelle de petits territoires, par des entretiens avec des élus locaux (commune, intercommunalité et département) et par des élus et salariés d’institutions sportives.

4 Même en ajoutant les petites villes connaissant une stagnation du nombre de clubs (soit 16 cas) - ce qui reste quasi favorable dans une tendance à la baisse général – la récurrence positive reste plus faible au niveau des clubs qu’au niveau des licenciés.

5 Par exemple, Millau n’a perdu que 0,15 % de ses habitants entre 2012 et 2019 ; Brioude 0,11 % ; Villefranche-de-Rouergue 0,94 %

6 Le maintien du nombre de clubs est toujours considéré comme une évolution positive dans un contexte le déclin est plus généralisé que la hausse.

7 Les équipements sportifs, aux trois quarts communaux [Augustin, Suchet, 2016] ont en partie été construits par une politique étatique dans les années 1960 et 1970 à partir de seuils démographiques. Tant de m² était alloué par habitant en fonction de la population communale, avec des seuils pour les piscines en plein air, couvertes, les gymnases…

8 Un doublon peut caractériser un sport représenté par deux clubs au sein de la même commune

9 Ce club dit « ouvrier » était au départ un club fondé par des immigrants polonais venus travailler dans le bassin de Saint-Eloy-les-Mines. Le club a été créé à Youx, commune jouxtant Saint-Eloy-les-Mines

10 L’une des raisons de cette continuité à Saint-Eloy-les-Mines des difficultés résiderait, selon les acteurs, à cet éloignement du pôle métropolitain clermontois qui pénalise les clubs tant au niveau des déplacements que pour le recrutement de joueurs, voire simplement le maintien des étudiants partant faire leurs études à Clermont-Ferrand

11 Même en variant au cours d’une saison sportive, de nombreux dirigeants rencontrés estiment passer quelques dizaines d’heures par semaine pour faire vivre leur club. Pour certains, cela représente l’équivalent d’un autre travail, soit 35 heures par semaine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les 10 premières fédérations selon le type d’espace dans le Massif central en 2017
Crédits Source : INJEP
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13761/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Carte 1 : Évolutions du nombre de clubs et du nombre d’habitants dans les petites villes du Massif central entre 2012 et 2019
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13761/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Carte 2 : Évolutions du nombre de licenciés et du nombre d’habitants dans les petites villes du Massif central entre 2013 et 2019
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13761/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Carte 3 : Évolutions du nombre de clubs, de licenciés et d’habitants dans les petites villes du Massif central entre 2013 et 2019
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13761/img-4.png
Fichier image/png, 364k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Meignan, « Clubs sportifs et petites villes dans le Massif central : entre dynamiques socio-démographiques et recompositions territoriales »Espace populations sociétés [En ligne], 2023/1 | 2023, mis en ligne le 22 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/eps/13761 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.13761

Haut de page

Auteur

Thomas Meignan

Université Clermont-Auvergne
Doctorant UMR Territoires
thomas.meignan[at]uca.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search