Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2023/1RecensionHervé MARCHAL et Jean-Marc STÉBÉ,...

Recension

Hervé MARCHAL et Jean-Marc STÉBÉ, Le pavillon, une passion française

Paris, Presses Universitaires de France, 2023
Gil Bellis
Référence(s) :

Hervé MARCHAL et Jean-Marc STÉBÉ, Le pavillon, une passion française, Paris, Presses Universitaires de France, 2023.

Texte intégral

1Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, sociologues et spécialistes reconnus des questions d’urbanisation, ont publié de nombreux ouvrages sur la ville et l’habitat, mais Le pavillon, une passion française se démarque sans doute des précédents du fait des conséquences de la pandémie de Covid-19 et des épisodes de confinement qui ont singulièrement révélé les manières qu’ont les Français de vivre leur logement.

  • 1 Ined (2019), Désirs des Français en matière d’habitation urbaine. Une enquête par sondage de 1945. (...)
  • 2 Crédoc (2008), Quelques opinions et aspirations en matière de logement, Paris, Département Conditio (...)
  • 3 Freppel C. (2021), « 37,2 millions de logements en France au 1er janvier 2021 », Insee Focus, 254.
  • 4 Rifkin J. (2000), The age of access: the new culture of hypercapitalism, New-York, Tarcher-Putnam.

2Le premier chapitre de l’ouvrage est une mise en perspective historique et statistique sur l’habitat en France. En 1945, une enquête par sondage a été menée par l’Institut national d’études démographiques (Ined) sur les désirs des Français en matière d’habitation urbaine1. Cette enquête, qui faisait suite aux destructions massives de logements durant la Deuxième Guerre mondiale, devait éclairer l’action publique et la planification des reconstructions d’après-guerre. Un résultat notable ressortait notamment de cette enquête : 72 % de l’ensemble des personnes interrogées déclaraient préférer habiter une maison individuelle plutôt qu’un appartement dans un immeuble collectif, une proportion plus marquée encore dans les petites villes, à hauteur par exemple de 84 % dans les communes comptant de 20 000 à 30 000 habitants. Bien après, en 2008, le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) soulignait de nouveau cette préférence des Français pour la maison individuelle : 83 % des non-propriétaires souhaitant accéder à la propriété optaient pour l’acquisition d’un pavillon2. Outre ces enquêtes d’opinion, la donnée produite en 2021 par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) sur le parc de logements faisait état de 37,2 millions de logements en France (hors Mayotte) dont 55 % étaient des maisons individuelles3. Cependant, les auteurs soulignent que le pavillon – qui désigne « une construction individuelle isolée, indépendante, disposant d’un recul par rapport à la rue, avec un jardin à l’avant du bâtiment, un terrain à l’arrière et une absence de contraintes de mitoyenneté » (p. 22) – est, certes, objet de motivations et de représentations, mais aussi sujet de multiples contraintes qui pèsent sur les ménages. Celles-ci peuvent être propres aux ménages eux-mêmes et sont principalement d’ordre économique et familial, mais leur sont aussi extérieures, notamment les opportunités spatiales, les tensions du marché du logement, le respect des règles d’urbanisme, les obligations en matière d’architecture ainsi que les politiques publiques du logement. En dépit de ces contraintes, l’attrait pour la maison individuelle reste important et ne se dément pas car, en définitive, devenir propriétaire d’un pavillon dans un lotissement vaut, selon l’expression du prospectiviste Jérémy Rifkin4, « ticket d’entrée dans un club résidentiel ». On comprend dès lors ce qui se joue : « […] en devenant propriétaire d’une maison on devient, dans une large mesure, membre d’un groupe de résidents bénéficiaires d’un univers social, environnemental et sécuritaire spécifique » (p. 45).

3Le deuxième chapitre en vient à traiter des mobiles de la préférence pavillonnaire que les pouvoirs publics ont dû considérer malgré les atouts économiques et urbanistiques présentés par l’habitat collectif. Alors qu’il s’agissait, au sortir de la Deuxième Guerre, de construire ou de rénover près de quatre millions de logements, un mouvement d’ampleur partant du monde ouvrier et des classes moyennes – qui aspiraient à améliorer leur conditions d’habitation – s’est manifesté et s’est traduit par la création, souvent anarchique, de lotissements pavillonnaires en périphérie des villes, les terrains se trouvant parfois lotis sur des terres arables ou en lisière des forêts. Ce mouvement, qui a véritablement bousculé les intentions et l’agenda des gouvernements en place, a obligé les pouvoirs publics à de multiples interventions. D’abord, en encourageant le développement de plusieurs programmes expérimentaux de construction de maisons individuelles, par exemple la Cité de Merlan à Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, où le projet industriel consistait à bâtir 55 maisons selon des techniques innovantes devant produire des habitats économiques et confortables. Ensuite, dans le courant des années 1960, en facilitant l’accès à la propriété par la libéralisation du crédit et la création de l’épargne logement, mais également par le développement d’un marché propre à l’habitat individuel, une mesure impulsée par Albin Chalandon, qui a été le ministre de l’Équipement et du Logement de 1968 à 1972. Et les auteurs de montrer qu’il est résulté du Concours international de la maison individuelle – ou plus familièrement Concours Chalandon – des effets mitigés : 60 000 pavillons individuels ont été construits mais, réalisés en ensembles groupés et à bas coût, ont finalement contribué à une image dégradée de ce type d’habitation, les « chalandonnettes » qualifiant durablement un habitat au rabais et de mauvaise qualité. Mais pour permettre, malgré tout, aux ménages à faibles revenus et aux classes moyennes d’accéder à la propriété, le ministère de l’Équipement et du Logement a fait le choix de développer une industrie de la maison individuelle calquée sur le modèle américain des builders, structurée autour de quelques grands groupes industriels comme l’entreprise des Maisons Phénix, dont le slogan était « Avec Phénix, vous pouvez réaliser le plus beau de vos rêves d’enfant : avoir une maison » (p. 91). Ainsi, posséder une maison signifiait être maître chez soi, être libre.

  • 5 Lefebvre H. (1974), La production de l’espace, Paris, Anthropos.

4C’est à partir du troisième chapitre que s’exprime le plus nettement l’approche sociologique d’Hervé Marchal et de Jean-Marc Stébé en matière d’habitat. Dans le droit fil de la pensée et des écrits d’Henri Lefebvre, dont les travaux sur la ville ont nourri les débats autour des politiques urbaines5, les deux auteurs explicitent la notion « d’habitant total dans un pavillon total » (p. 117) : le logement, qui représente l’un des supports essentiels de notre existence au quotidien, permet au sujet égocentré d’être seul et de disposer à loisir de ses espaces privés. C’est ainsi que l’épidémie de Covid-19 et les confinements qui s’en sont suivis n’ont fait que renforcer l’engouement pour la préférence pavillonnaire. Car l’espace de la maison est un monde en soi, qu’il est facile de s’approprier et, de surcroît, sur lequel il est possible d’agir. Les fonctions dévolues aux différentes pièces de son logement et les aménagements intérieurs que l’on a pu y faire s’apparentent à des espaces perçus comme des coquilles personnelles, à l’image d’un processus de nidification. Et plus encore que les pièces de la maison, le jardin a été durant les épisodes de confinement un véritable exutoire et un lieu de liberté ; en ces périodes de contraintes exceptionnelles, le pavillon, avec son espace extérieur privatif où peut être disposée toute une cohorte d’objets personnels, a donné la pleine mesure de sa capacité habitante, ce que les auteurs expriment de la façon suivante : « C’est là que se joue dans une large mesure le fait de se sentir bien dans son petit monde : on touche ici au côté éminemment pratique du pavillon, entendons à la fois routinier, familier, interpellant et rassurant » (p. 146).

5Les deux derniers chapitres de l’ouvrage prolongent et dépassent le portrait type de l’habitant total dessiné précédemment et montrent, dans leurs disparités, les différentes figures de l’univers pavillonnaire. Un premier ensemble apparaît, celui du « pavillon enchanté » (chapitre 4), au sein duquel se retrouvent les catégories sociales supérieures, dotées de revenus élevés et de patrimoines confortables. Cinq figures typiques sont décrites ici : le pavillon sécurisé, puis clubbisé, gentrifié, écologique et convivial. Au-delà de ces déclinaisons, une constante se dégage : le pavillon enchanté, quoique réparti sur tout le territoire national « […] est un pavillon bien entouré socialement où la recherche de voisins-miroirs est réalisée. Mais il est aussi un pavillon hospitalier où l’accueil de l’autre est tout à fait possible en raison de ce que donne à voir son pavillon tant à l’extérieur qu’à l’intérieur » (p. 193). Le second ensemble, celui du « pavillon désenchanté » (chapitre 5), regroupe peu ou prou les catégories défavorisées de la population, dont les revenus sont modestes et les conditions de vie difficiles, qui ont souhaité accéder à la propriété mais dont le rêve d’avoir une maison à soi s’est heurté à de multiples désagréments et difficultés. En contrepoint du chapitre précédent, quatre figures typiques sont identifiées : le pavillon inachevé, puis insociable, excentré et inadapté. Deux dimensions ressortent des investigations que les auteurs ont menées auprès des habitants de ces pavillons désenchantés : d’une part, il leur est quasiment impossible de se projeter de façon sereine et positive dans l’avenir ; d’autre part, leur situation économique leur fait craindre une forme de déclassement social. De tout cela, les auteurs concluent que « la passion pavillonnaire peut être une passion triste » (p. 227).

  • 6 Jodelet D. (2003), Les représentations sociales, Paris, Presses Universitaires de France.
  • 7 Foucault M. (2004), « Des espaces autres », Empan, 2, n° 54.

6Le pavillon, une passion française est un ouvrage agréable à lire et fort bien documenté. Le lecteur averti des questions d’habitat y trouvera de nombreuses données chiffrées et une abondante bibliographie. Le lecteur novice en la matière découvrira quant à lui les multiples facettes d’un domaine plus complexe qu’il n’y paraît, aidé en cela par les encadrés (21 en tout) et les illustrations (reproductions d’affiches anciennes et de plans de maisons) qui accompagnent le texte. À peine peut-on regretter que la référence fréquente à la notion de représentation n’ait pas fait l’objet d’un développement spécifique, tant celle-ci – s’il s’agit bien de représentation sociale – renvoie à des formes de connaissances éminemment composites6. De même, un concept heuristique gagnerait à être mobilisé : celui d’hétérotopie, que Michel Foucault a construit, en assimilant certains espaces concrets et des localisations physiques à des utopies7.

Haut de page

Notes

1 Ined (2019), Désirs des Français en matière d’habitation urbaine. Une enquête par sondage de 1945. Nouvelle édition présentée par Catherine Bonvalet, Paris, Collection Études et enquêtes historiques.

2 Crédoc (2008), Quelques opinions et aspirations en matière de logement, Paris, Département Conditions de vie et aspirations des Français.

3 Freppel C. (2021), « 37,2 millions de logements en France au 1er janvier 2021 », Insee Focus, 254.

4 Rifkin J. (2000), The age of access: the new culture of hypercapitalism, New-York, Tarcher-Putnam.

5 Lefebvre H. (1974), La production de l’espace, Paris, Anthropos.

6 Jodelet D. (2003), Les représentations sociales, Paris, Presses Universitaires de France.

7 Foucault M. (2004), « Des espaces autres », Empan, 2, n° 54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gil Bellis, « Hervé MARCHAL et Jean-Marc STÉBÉ, Le pavillon, une passion française »Espace populations sociétés [En ligne], 2023/1 | 2023, mis en ligne le 22 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/eps/13863 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.13863

Haut de page

Auteur

Gil Bellis

Institut national d'études démographiques - bellis[at]ined.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search