Navigation – Plan du site

Accueilnumeros2023/1Acteurs et populations des petite...

Acteurs et populations des petites villes en mouvement

Dominique Royoux et Laurent Rieutort

Texte intégral

1Que ce soit en termes de dynamiques socio-démographiques ou en matière d’aménagement des territoires et d’organisation de l’espace, le rôle des petites villes est aujourd’hui revisité, à la fois par la recherche et par l’action publique. Ce numéro d’Espace Populations Sociétés tente de dresser un bilan de ces transformations, principalement en France.

2Sans s’engager dans de longues discussions sur les enjeux de définition, les différents auteurs retiennent une approche fondée à la fois sur un seuil démographique compris généralement entre 2 et 20 000 habitants, et sur une « idée de centralité locale […] avec la détermination d’une certaine zone d’influence » (Christophe Quéva et al.) dans la lignée des travaux d’Hèlène Mainet [2008], Jean-Charles Édouard [2012]. Mais les contributeurs, selon leur thématique, choisissent d’observer le phénomène urbain tantôt à l’échelle de la commune-centre (souvent mobilisée par l’action publique), tantôt à celle de l’unité urbaine voire à celle de l’aire urbaine un peu plus large et pouvant rassembler 50 000 habitants (Milhan Chaze). Mais d’autres auteurs ne renoncent pas à étudier des plus petites localités, de type bourg-centre (entre 500 et 2000 habitants) et Louis Marrou, à propos du Portugal, nous rappelle que « le législateur reconnaît, lui, trois formes de peuplement, l’aldeia, peu ou prou le village, la vila qui est la forme première de l’agglomération urbaine, en quelque sorte la cité, et enfin la cidade qui correspond à la forme évoluée de la chose urbaine et en haut de la hiérarchie ».

Regain d’attractivité ou maintien de la vulnérabilité ?

3En France, la catégorie des petites villes est globalement en croissance démographique depuis plus d’une décennie, mais le mouvement est inégal selon les régions et les contextes territoriaux ; cela dépend de leur plus ou moins grande proximité d’une ville plus importante ou d’une métropole, de leur trajectoire économique et surtout industrielle, de leur offre de services et si celle-ci est complémentaire avec d’autres villes de taille équivalente à l’intérieur d’un même bassin de vie ; et enfin, si elles sont desservies par un réseau de fibre optique performant, tout en étant connectées ou non à un maillage de liaisons rapides, ferroviaires ou autoroutières. A l’échelle française, Christophe Quéva et al. repèrent ainsi que 42 % des petites villes de leur échantillon de 439 communes de moins de 20 000 habitants, bénéficiaires des programmes Petites villes de demain ou Action Cœur de ville, offrent « des indicateurs plus favorables (croissance démographique, part plus faible de personnes âgées, part de logements vacants plus faible). Elles sont localisées dans le Grand Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Nouvelle Aquitaine), dans l’ancienne région Rhône-Alpes et, de manière plus diffuse, dans la partie sud de la diagonale des faibles densités ».

4A la suite de la crise sanitaire issue du CODID-19, les médias ont relayé l’idée d’un fort renouveau migratoire des petites villes. Les premières analyses scientifiques ont depuis nuancé le propos en se basant, par exemple, sur l’observation des dynamiques des marchés immobiliers, sur le rythme de résorption des logements vacants, sur l’occupation plus régulière des résidences secondaires par les populations concernées, sur la hausse des inscriptions scolaires. Certains auteurs assimilent cette évolution à un « regain des campagnes » [Thiery, 2020], ou à la « revanche des villages » [Charmes, 2019]. En Amérique du Nord, le géographe et économiste Joel Kotkin, annonce même « The Coming Age of Dispersion » qui concerne ces villes intermédiaires, voire les zones rurales, au détriment des grandes métropoles.

5A l’échelle communale, les dynamiques socio-spatiales constituent une « mosaïque vivante » : la petite ville peut être le théâtre d’un développement continu de lotissements neufs excentrés par rapport au cœur du centre-bourg, peuplés de familles avec enfants, issues de la même commune ou de communes avoisinantes et cohabitant avec des néo-ruraux en provenance de villes plus grandes. Ces implantations périphériques peuvent abriter un petit centre commercial, une offre de bureaux accueillant des professions libérales, une nouvelle école communale, un stade…Et dans le même temps, le cœur de ville peut subir une forte désertification commerciale, une vacance en hausse de logements considérés comme trop exigus et dénués de tout confort, sur fond de paupérisation croissante d’une grande partie des habitants qui ne sont pas partis ou qui ne peuvent pas déménager. Par ailleurs, des espaces publics, autrefois lieux d’une sociabilité « villageoise » peuvent être de plus en plus délaissés, notamment par les jeunes [Royoux, 2018 ; Thiery, 2020]. Les tendances d’un renforcement des fragmentations sociales ne sont pas absentes des petites villes sous la forme de « clubs résidentiels » notamment [Charmes, 2019]. Dans son texte ciblant les dynamiques sportives, Thomas Meignan montre cette réalité complexe dans le cas des petites villes situées dans les couronnes périurbaines des principales agglomérations du Massif central. L’auteur montre que si celles-ci « gagnent des licenciés, parfois des clubs et des habitants […] ce dynamisme apparent peut cacher des difficultés liées aux recompositions tant spatiales que sociales en cours dans ces petites villes ». L’auteur rappelle notamment le manque d’implication des néo-habitants dans les clubs et l’encadrement sportif, tandis que les ressources financières ou les équipements ne permettent pas toujours d’absorber la croissance du nombre de licenciés.

Des difficultés structurelles mais des acteurs et des populations en mouvement

6Si plusieurs articles de ce numéro montrent un regain d’attractivité migratoire, ils approfondissent ses modalités. Ainsi Yoan Miot et al. reconsidèrent les raisons des mobilités résidentielles vers les petites villes : « ces dernières oscillent entre des déterminants classiques (l’emploi, le départ à la retraite, la famille, les ruptures biographiques) et d’autres plus liés à la situation de décroissance : l’accessibilité des marchés fonciers et immobiliers rendent possibles des sur-classements économiques favorables à l’arrivée de néoruraux, à des mobilités de confort des jeunes retraités». De fait, en dehors de l’arrivée de quelques jeunes ménages qui engagent avec difficultés des parcours d’accession à la propriété (Hélène Roth) et pour lesquels la petite ville est une « porte d’entrée », ces migrations de retraités, « perçue comme subie localement » (Anton Paumelle), contribuent au vieillissement général de la population et au solde naturel négatif du territoire. Anton Paumelle en vient à la conclusion qu’« à rebours d’une partie des représentations, le vieillissement de la population à Vayrac, Tarascon-sur-Ariège et Loué est en partie lié à leur attractivité auprès d’une diversité de retraités et ce, malgré la dévitalisation de leur centre-bourg ».

7Milhan Chaze observe, de son côté, plus spécifiquement les tendances commerciales des communes périurbaines des petites villes de Rhône-Alpes-Auvergne sur la période 1994-2019. Il repère une dynamique positive, « largement portée par les services à caractère commercial, plus que par la distribution commerciale dont certaines branches, comme le petit commerce alimentaire, ont poursuivi leur déclin sur cette période ». Ce phénomène concerne surtout les petites villes « encastrées entre les vastes aires urbaines des grandes agglomérations, comme les petites villes de la vallée du Rhône et du Bas Dauphiné ». Pour l’auteur, « la double périurbanisation, par les petites villes et par les plus grandes, peut générer une dynamique de consommation locale plus intense et renforcer ainsi le tissu commercial ». Processus également observé par Louis Marrou, pour qui « la hiérarchie urbaine est mise à mal, comme dans de nombreuses régions européennes, par la diffusion du numérique et les mutations que cela entraîne sur la distribution des produits et le recours aux lieux centraux. Les niveaux hiérarchiques urbains se diluent. Seule la proximité franche de la métropole, et l’accès aisé à ses services, emporte la décision et vaut comme avantage certain ». Mais l’auteur, étudiant la petite ville açorienne d’Horta, souligne qui si celle-ci est attractive pour « de nombreux étrangers qui profitent d’un excellent niveau de services et de communications aisées », il n’en reste pas moins que « les jeunes locaux ont les yeux tournés vers l’Europe ou les Amériques. Si son poids démographique se renforce de recensement en recensement par rapport au reste de l’île, la population décline pourtant, preuve d’une situation précaire ».

8Au total donc, dépassant ce constat d’un certain regain démographique global des petites villes, les auteurs de ce numéro sont aussi revenus sur « l’envers du décor » [Renahy, 2018] et sur la vulnérabilité de cette strate urbaine. L’article de Christophe Quéva et al. propose une analyse documentée et originale de ce processus. Les auteurs confirment d’abord que « sur un échantillon de 439 communes […], 69 % connaissent une baisse de leur population entre 2013 et 2018, 88 % d’entre elles ont une part de logement vacants supérieure à la moyenne française et 92 % ont une part de plus de 65 ans supérieure à la moyenne nationale ». Ces indicateurs sont de bons révélateurs de la fragilité des petites villes qui se cumule avec la disparition d’équipements et de services publics. S’intéressant plus spécifiquement à la vacance des logements, Hélène Roth confirme l’augmentation du phénomène tandis que l’on « assiste à un recul du logement social (en nombre et en %) dans les très petites villes […] et à la spécialisation progressive des très petites villes dans le parc privé et propriétaire, alors que le modèle de l’accession à la propriété tend à placer une partie des populations concernées dans une situation de vulnérabilité et de captivité (endettement, dépendance automobile, etc.) ».

9Pour autant, Christophe Quéva et al. soulignent que « l’approche en termes de vulnérabilité implique la prise en compte de la capacité de résistance ou de rétablissement de la part des populations concernées, et des actions publiques ou stratégies locales mises en œuvre ». Plusieurs auteurs montrent de telles capacités de résilience et de solidarités locales, matérialisées notamment par des réseaux associatifs, les collectifs sociaux et les citoyens. Dans leur étude de cas de la petite ville de Nogent-le-Rotrou et du bourg d’Authon-du-Perche (Eure-et-Loir), il s’agit par exemple d’accompagner le « bien vieillir » des personnes âgées présentes sur le territoire, en travaillant l’aménagement inclusif des espaces publics et les défis des mobilités et de l’accessibilité des services. On repère les mêmes processus d’innovation sociale à propos des clubs sportifs dont les difficultés sont souvent – mais pas uniquement ! – à relier avec les pertes démographiques. Thomas Meignan cite ainsi l’exemple de la petite ville de Lezoux dans le Puy-de-Dôme, en situation périurbaine et attractive, mais où son club de rugby « ne doit sa survie que grâce à une innovation sociale, car il a créé une section sportive adaptée et fût l’un des premiers en France à le faire ».

Figure 1 : Sur quelques stratégies de développement portées par les acteurs locaux

Figure 1 : Sur quelques stratégies de développement portées par les acteurs locaux

10Les acteurs décisionnels, les acteurs publics, se sentent souvent démunis face à ces situations de déclin continu des centres-bourgs et peuvent éprouver un sentiment d’impuissance face à l’ampleur des défis à relever pour leur redonner de l’attrait. « L’histoire du capitalisme défile sous nos yeux comme un film dont nous n’avons pas la bande-son » décrit Eric Chauvier [2017], à ce propos, dans son ouvrage « La petite ville ». Néanmoins, dans le sillage des actions impulsées par l’État français, notamment par l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires (ANCT), - « Action Cœur de Villes » et « Petites Villes de Demain » -, de nombreuses initiatives collectives sont prises en réaction à cet état de fait, en liaison avec le champ institutionnel, ou parfois de manière plus autonome. Plusieurs articles montrent une diversité de stratégies engagées par les acteurs publics en écho avec d’autres travaux scientifiques [Dax, Copus, 2022 ; Pallagst et al., 2017 ; Béal et al., 2019]. Certaines municipalités restent fidèles à des logiques de compensation en recherchant des soutiens publics, notamment pour assurer les centralités commerciales et de services ou l’offre de logement et de mobilités, ou bien d’adaptation en misant sur l’attractivité (populations, entreprises, visiteurs et touristes) quitte à « placer les territoires dans des situations concurrentielles, notamment pour l’obtention de financements ou de labels » (Christophe Quéva et al.). D’autres collectivités tentent de jouer sur les réseaux et les connexions, à l’image des petites villes des Açores, ou de relocaliser certaines activités, industrielles ou de services, en s’appuyant sur les ressources locales plus ou moins spécifiques, sur les marchés et commerces de proximité « dans un contexte de mutations profondes des pratiques de consommation » (Milhan Chaze). Enfin, ce sont surtout des stratégies de redimensionnement dans les petites villes en difficultés qui sont décrites par plusieurs auteurs. Il s’agit alors de promouvoir la qualité de vie des habitants, de répondre à leurs préoccupations quotidiennes, d’encourager « la réduction du parc inoccupé avec des démolitions ciblées, ainsi qu’une réhabilitation de bâtiments anciens dégradés avant leur reconversion en logements sociaux ; des aides à destination des propriétaires pour la restauration des façades et l’amélioration énergétique des logements » (Christophe Quéva et al.). A Saint-Éloy-les-Mines, Hélène Roth évoque également « le rôle, parfois idéalisé, de l’agriculture urbaine dans la gestion des villes en déclin » avec des friches reconverties en jardin d’insertion. Ces contributions semblent indiquer que l’on assiste à une sorte d’alignement sur les politiques des grandes villes.

Haut de page

Bibliographie

Béal V., Cary P., Fol S., Rousseau M., 2019, Les villes en décroissance à la croisée des chemins. Géographie, économie, société, 2019/1-2 (Vol. 21), p. 5-22.

Charmes E., 2019, La revanche des villages. Essai sur la France périurbaine. La République des idées, Seuil.

Chauvier E., 2017, La petite ville. Ed. Amsterdam.

Dax, T., Copus, A., 2022, European Rural Demographic Strategies: Foreshadowing Post-Lisbon Rural Development Policy? World, 3, p. 938–956.

Delmas A., Royoux D., 2020, Les petites villes, un rôle clé dans la structuration urbaine de la Nouvelle-Aquitaine, in Chauchefoin P., (dir.), Nouvelles régions et métropoles, la grande transformation. Presses Universitaires de Rennes, pp. 107-121.

Edouard J.-Ch., 2012, La place de la petite ville dans la recherche géographique en France : de la simple monographie au territoire témoin. Annales de Géographie, 683, p. 25-42.

https://doi.org/10.3390/

Mainet H., 2008, Qu'est-ce qu'une petite ville ? Réflexions à partir d'études de cas. Bulletin de l'Association de géographes français, p. 13-22.

Pallagst, K., Fleschurz, R., Said, S., 2017, What drives planning in a shrinking city? Tales from two German and two American cases, Town Planning Review, Special issue on shrinking cities, Vol. 88-1, p. 15-26.

Renahy N., 2018, « Le rural est toujours perçu comme l’envers du décor ». Interview dans l’hebdomadaire le « 1 », 9 mai, pp. 5-6.

Royoux D., 2018, Au cœur de la trame urbaine, en marge des politiques publiques. Une géographie diversifiée des bourgs-centres et des petites villes en France, in Jean Y., Rieutort L., (dir.), Les espaces ruraux en France. Armand Colin, pp. 72-91.

Thiery S.-P., 2020, Le regain des campagnes. Les ruraux et leurs collectivités territoriales. L’Harmattan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Sur quelques stratégies de développement portées par les acteurs locaux
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/13873/img-1.png
Fichier image/png, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Royoux et Laurent Rieutort, « Acteurs et populations des petites villes en mouvement »Espace populations sociétés [En ligne], 2023/1 | 2023, mis en ligne le 22 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/eps/13873 ; DOI : https://doi.org/10.4000/eps.13873

Haut de page

Auteurs

Dominique Royoux

Université de Poitiers
RURALITES (EA 2252/Université de Poitiers)
MSHS
86073 Poitiers Cedex 9, France
dominique.royoux[at]univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Laurent Rieutort

Université Clermont-Auvergne
UMR Territoires (Université Clermont Auvergne, Agroparistech, INRAE, VetAgroSup)
51 Boulevard François Mitterrand
63000 Clermont-Ferrand
laurent.rieutort[at]uca.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search