Navigation – Plan du site
Articles
Réseaux et dépassement des appartenances, de et par la mobilité

Médias et migration. Territorialités connectées et ancrages au sein de la communauté haïtienne de Montréal (1960-2016)

Media and Migration. Connected Territorialities and attachments in the Haitian Community of Montreal
Violaine Jolivet

Résumés

Cet article analyse comment le tournant de la mobilité et plus particulièrement l’usage des médias et des technologies de l’information et de la télécommunication (TIC) redessine les territorialités en migration. En mobilisant les notions d’espace relationnel et d’ancrage multiple, il s’agit de sonder comment les médias et les TIC redessinent la topologie des espaces et le sens de l’appartenance pour les populations d’origine haïtienne à Montréal. Par l’étude diachronique de pratiques médiatiques au sein de la communauté haïtienne à Montréal, depuis l’exil anti-Duvalier jusqu’à l’avènement d’une communauté transnationale, il s’agira d’interroger la dimension relationnelle des médias et leurs incidences sur l’ancrage des populations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La notion de mobilité, concept englobant qui définit tout déplacement dans l’espace, est appréhendée à différentes échelles géographiques comme un processus central de l’organisation et de la construction des territoires. L’accroissement des mobilités, depuis la deuxième moitié du vingtième siècle, a profondément changé notre rapport à l’espace, à la distance, à l’ailleurs. Replacer l’étude des migrations dans le contexte du « tournant de la mobilité » permet alors de souligner, d’une part, l’accroissement du contrôle des circulations et des politiques migratoires restrictives, d’autre part, l’avènement de nouvelles configurations territoriales permises par la transformation des modes et vitesses de la relation spatiale (transports, télécommunications, médias, etc.) [Cresswell, 2010].

2Les études sur les mobilités migratoires qui ont émergé depuis les années 1990, notamment autour des «  nouvelles diasporas  » [Berthomière et Chivallon, 2006], dépassent ainsi le champ classique de l’analyse d’une migration particulière pour prêter attention à la diversité des réseaux sociaux et des flux qui connectent des territoires et des quotidiens par-delà les frontières des États- Nations [Appadurai, 2001]. Les travaux ont alors tenté de décrire ces nouvelles territorialités en mobilité, à travers un champ lexical tâchant de prendre en considération les articulations entre des territoires et des réseaux aux échelles et significations multiples. L’espace-rhizome emprunté à Deleuze et Guattari [Gilroy, 2003], les territoires circulatoires ou multi-situés [Tarrius, 1996 ; Giraut, 2013] ou encore les attachements multi-localisés [Clifford, 1994] sont des exemples de la nécessité de prendre en considération le dépassement d’une vision bornée, surfacique de l’espace. Le développement du transnationalisme comme nouveau champ d’analyse [Vertovec, 1999 ; Glick-Schiller, 1997] permet de sortir du cadre national et de dépasser les oppositions binaires entre local et global, pour penser le sens des expériences spatiales à des échelles multiples. Ces écrits ont permis de repenser les réseaux sociaux dans et par l’espace. L’apparition de concepts comme la translocalité, où le lieu est pensé à travers ses connexions et interrelations créées grâce à des flux d’informations, de capitaux et des réseaux migratoires, en témoigne. L’espace n’est plus un contenant figé dans une réalité locale, la topologie, faite de connexité et de discontinuité, donne plus de sens aux dimensions spatiales de nos sociétés que la topographie à l’heure de l’archipel planétaire et des localités multi-situées [Massey, 2005 ; Murdoch, 2006]. Les nouvelles formes ou vitesses de la mobilité, qui émergent à partir des années 1990-2000, ont redéfini le rapport aux espaces vécus, représentés, imaginés et ont transformé le sens de la territorialité.

  • 1 Depuis le début du XXIe siècle, l’emploi des termes « réseaux sociaux » s’apparente le plus souvent (...)

3Cet article s’intéresse plus particulièrement au rôle des médias et réseaux sociaux « 2.0 »1 sur les territorialités des populations migrantes. La territorialité est ici pensée non plus uniquement à travers l’espace de réception ou de départ, contenants ancrés dans un contexte local ou national, mais dans sa dimension relationnelle, à travers des réseaux et des flux qui permettent de connecter des territoires distants. Les médias et réseaux sociaux sont alors appréhendés comme des espaces immatériels, mais bien réels, des «  lieux réticulaires  » [Beaude, 2012], qui favorisent la compréhension et l’étude de ces territorialités connectées.

  • 2 the really serious question which is raised by speed-up, by ‘the communications revolution’ and by (...)

4Si les médias permettent la synchronisation des quotidiens et la connexion entre des territoires distants, il nous semble important de considérer leurs incidences sur les configurations spatiales et sur les ancrages des personnes migrantes. Parler d’ancrage, c’est tout autant parler de lieu que de lien. L’ancrage pose donc la question d’un rapport spécifique avec la territorialité où la mobilité et les connexions sont étudiées. Ainsi la notion d’ancrage multiple interroge les rapports de plus en plus complexes des individus avec des territoires d’appartenance. À la suite de D. Massey [2005] qui déclare : « La question vraiment sérieuse qui est soulevée par l'accélération, par la « révolution des communications » et par le cyberespace, n'est pas de savoir si l'espace sera anéanti, mais quelles sortes de multiplicités (façonnée d'unicité) et de relations seront co-construites avec ces nouveaux types de configurations spatiales » (traduction libre)2, nous avons formulé les questions de recherche suivantes : comment les populations d’origine haïtienne, à travers la mobilité opérée vers Montréal, redéfinissent-elles leurs attaches et quelles incidences ont eu les médias et les technologies de l’information et de la communication (TIC) sur leurs territorialités ? Les mobilités médiatiques permettent-elles aux individus et aux groupes de favoriser un sentiment d’appartenance multiple ?

5L’étude de cas présentée traite du rôle des médias au sein de la communauté haïtienne à Montréal. Elle présente une approche diachronique (1960-2016), qui met en lumière l’évolution de la mise en relation des territoires permise par les médias et TIC, à travers les différentes vagues et générations de la migration haïtienne à Montréal. Dans la première partie de cet article, nous reviendrons sur les fondements méthodologiques de cette recherche, ainsi que sur le contexte de l’étude de cas. Dans une seconde partie, nous aborderons de manière diachronique la façon dont les liens entre médias et territorialité renseignent sur l’évolution des interconnexions entre Haïti et Montréal, mais également entre les populations d’origine haïtienne et Montréal.

Examiner les mobilités et les ancrages au regard des pratiques médiatiques : approche méthodologique

6La communauté haïtiano-montréalaise présente une grande hétérogénéité de profils, façonnée dans des contextes spatio-temporels différents depuis les années 1960. Notre approche des liens entre médias, TIC et territorialité a cherché à comprendre l’évolution du contexte de la mobilité par l’étude de différentes pratiques médiatiques qui se sont développées de manière diachronique. Si les TIC sont aujourd’hui des outils précieux pour l’analyse de territorialités connectées ou d’ancrages multiples, notamment grâce à la possibilité de visualiser les connexions entre différents lieux sur le web [Diminescu, 2012], cette approche diachronique demande de prendre en considération également le rôle de médias traditionnels, plus particulièrement celui de la radio. Ce choix de faire une place spécifique à ce média a été conditionné par deux éléments distincts. D’une part, notre intérêt particulier pour la dimension sonore de la territorialité, les sons étant des transmetteurs sensoriels des relations aux lieux et participant à l’inscription des individus dans l’espace [Jolivet, 2015] ; d’autre part, l’importance de ce média au sein de la diaspora haïtienne et de la communauté de Montréal, très attachées ce média [Millette, et al., 2010]. En Haïti, cet attachement est également fort : les radios sont présentes partout y compris dans les zones urbaines et rurales marginales où le taux d’analphabétisme est important. «  Malgré les récents développements technologiques et médiatiques, la radio demeure le média le plus percutant et le plus instantané. Bien avant l’Internet, la radio était mobile, portable, wireless et micro  !  » [Pierre, 2013]. La place acquise par les émissions haïtiennes sur les ondes montréalaises démontre la permanence de cet «  habitus médiatique  » encore aujourd’hui malgré la diversification des médias.

  • 3 La Maison d’Haïti est un organisme communautaire fondé en 1972 à Montréal et qui est aujourd’hui un (...)
  • 4 Cette table ronde a été organisée avec Maguy Métellus, activiste et femme de média et Sophie Lanno- (...)

7Les résultats présentés sont issus d’un travail de terrain mené entre septembre 2014 et juillet 2016, avec la mise en place d’une collaboration avec «  La Maison d’Haïti  »3. Les différentes méthodes d’enquête mobilisées – entretiens semi-directifs ou discussion de groupe - ont ciblé deux groupes spécifiques pour réaliser cette étude. Tout d’abord, notre intérêt s’est porté sur les acteurs des médias, avec l’organisation en mars 2015, à la Maison d’Haïti, d’une table ronde intitulée « Le rôle et l’importance des médias dans la communauté haïtienne »4. Le choix des quatre intervenants a permis de réunir différents profils d’acteurs haïtiano-montréalais impliqués dans les médias. Deux des animateurs présents exerçaient déjà les métiers de la radio en Haïti et sont arrivés à deux époques différentes de la migration haïtienne au Québec. Le premier fait figure de pionnier dans la mise en place d’émissions destinée au public haïtien à Montréal où il anime des programmes haïtiens depuis plus de trente ans. Le second, journaliste à la radio Haïti inter, est arrivé en 2003 et assure la responsabilité de l’information sur la principale radio haïtienne de Montréal, CPAM. Les deux autres animatrices ont grandi au Québec de parents haïtiens et représentent des interlocutrices majeures des réseaux sociaux « 2.0 ». Auparavant, l’une d’entre elles a été journaliste pour un grand groupe médiatique québécois et animatrice d’une l’émission de radio. Quant à la seconde, elle est depuis les années 1990 à l’avant-garde de la diffusion et de la promotion des cultures et des arts urbains à Montréal, notamment durant plusieurs années sur Radio centre-ville, et par la création de sa propre plateforme web autour des cultures urbaines.

8Après avoir effectué les entretiens avec ces acteurs clés des médias, notre intérêt s’est porté sur les pratiques médiatiques des nouveaux arrivants. Vingt-huit entretiens individuels ont été menés auprès d’Haïtiens présents depuis moins de dix ans au Québec, âgés de 18 à 69 ans, aux profils socio-économiques assez diversifiés, avec légèrement plus de femmes (60 %). La grille d’entretien était composée de cinq parties : les trajectoires migratoires, les trajectoires résidentielles, les mobilités intra-urbaines, les voyages vers Haïti ou d’autres pôles de la diaspora et les pratiques médiatiques. Le but était de comprendre comment l’usage des médias pouvait renseigner les mobilités et ancrages de ces populations migrantes nouvellement arrivées au Québec.

9Ces entretiens ont été complétés par deux types d’observation. D’une part, une veille médiatique de pages web, blogs ou groupes Facebook identifiés comme émanant de la communauté haïtienne de Montréal et d’autre part, une participation aux évènements publics et militants où la question des médias communautaires ou de la représentation dans les médias était abordée. Ainsi, l’analyse de discours récoltés et de discours projetés dans la sphère publique pour et par la communauté haïtienne nous permettait de retracer le rôle des médias et réseaux sociaux dans l’émergence de territoires connectés à partir de Montréal.

Médias et migrations, sonder l’espace relationnel entre Montréal et Haïti

10La communauté haïtienne de Montréal offre un exemple intéressant de territorialités vécues ou imaginées par les groupes et individus. À la suite d’I. Chesneau et M. Roncayolo [2008 : 241], nous postulons que « la territorialité n’est pas liée, fondamentalement, à la sédentarité, à l’enracinement […] elle met en question le rapport entre les échelles. ». Or, comme le souligne P. Brodwin [2011] dans l’ouvrage consacré aux géographies de la diaspora haïtienne, l’existence d’un sentiment diasporique demande de prendre en considération plusieurs échelles spatiales pour comprendre les territorialités haïtiennes. La diaspora se constitue à la fois au niveau supranational avec la circulation de musiques, idées, pratiques religieuses, organisations politiques, et au niveau local avec l’expérience de la ville, de l’altérité et du racisme forgeant une conscience de groupe conditionnée par le contexte d’accueil.

11Montréal est un des pôles de la diaspora haïtienne à partir duquel s’articulent des réseaux transnationaux principalement le long de la côte est (New York, Boston, Miami) et jusqu’en Haïti. Ville nord-américaine, québécoise et majoritairement francophone, Montréal possède une place à part dans les localités de la diaspora en Amérique du Nord. Le contexte y est différent, qu’il s’agisse des dimensions linguistique, politique ou sociale. C. Audebert [2012] souligne ainsi que l’image de Montréal qui circule à travers les médias et récits de la diaspora la distingue de Miami, Boston et New York. Sa position à l’interface entre le monde anglophone et francophone est valorisée et, en comparaison avec les États-Unis, la persistance d’un système social renforce son attractivité. L’afflux à Montréal de milliers de demandeurs d’asile, qui ont traversé la frontière étatsunienne durant l’été 2017, après l’annonce par le président Trump du retrait prochain de leur statut de protection octroyé à la suite du séisme de 2010, montre bien la spécificité acquise par la métropole. Celle-ci bénéficie de l’image d’une ville sanctuaire, forte d’une communauté haïtienne établie sur le temps long.

12La première vague de l’immigration haïtienne vers Montréal débute dans les années 1950 et s’étend jusqu’aux années 1970, alimentée essentiellement par la fuite du régime dictatorial et autoritaire de Duvalier père (1957 à 1971). Les estimations chiffrées évoquent 10 000 Haïtiens venus s’installer à Montréal durant cette décennie. La composition sociale y est assez homogène, l’exil anti-duvaliériste étant en majorité composé d’urbains, de professionnels qualifiés, tels que des professeurs, avocats, médecins et étudiants. Comme le déclare S. Mills [2016], «  tout au long des années 1960, les Haïtiens parcourent de nombreux chemins avant de se poser à Montréal. Certains passent par l’Afrique, les États-Unis ou les Caraïbes […] et l’objectif principal de leur regroupement demeure le renversement de Duvalier  ». Cela montre que, bien que la migration vers Montréal soit souvent présentée comme un exil, un voyage sans retour, elle s’inscrit déjà dans des réseaux transnationaux qui vont se renforcer avec le temps et la dispersion des Haïtiens en Amérique du Nord [Anglade, 1990].

13La deuxième vague de l’immigration haïtienne au Québec s’étend globalement de 1971 à 1991. Marquée par la succession entre François et Jean-Claude Duvalier (1971-1986), cette période sonne le glas d’un retour prochain pour les exilés de la première vague et le passage d’un exil politique à une migration économique. En se fondant sur les recensements de cette époque, J.-C Icart [2006] estime que, durant la période 1974-1989, les Haïtiens ont constitué le groupe d’immigrants le plus important au Québec. Estimée à environ 46 000 personnes, cette seconde vague se différencie de la première par son nombre, la diversité des profils sociaux représentés et le contexte de réception, qui change radicalement entre le début des années 1970 et les années 1980 : «  sous-scolarisation et crise économique, pèseront sur l’intégration de ces immigrants à la société québécoise » [Icart, op. cit.]. À partir de la fin des années 1970, la majorité des emplois occupés par les Haïtiens se concentre dans le secteur manufacturier, les discriminations sur fond de crise économique se multipliant [Mills, 2016].

14La troisième vague débute à partir des années 1990, dans une période post-duvaliériste caractérisée par une grande instabilité économique, sociale et politique. Si les immigrants, entre 1990 et 2010, ont des profils divers, nombre d’entre eux fuient en fait l’instabilité et l’insécurité dans leur pays. Le nombre des demandeurs d’asile et réfugiés sera par la suite décuplé par le séisme de janvier 2010, qui marque un nouveau tournant dans l’histoire migratoire haïtiano-québécoise.

15Aujourd’hui, Montréal concentre la grande majorité de la population d’origine haïtienne de la province de Québec qui accueille la deuxième population d’origine haïtienne la plus importante à l’étranger (après celle des États-Unis) [Potvin et Lafortune, 2014]. La communauté haïtiano-montréalaise est aujourd’hui composée de plus de 150 000 personnes, dont près de 40 % nées au Québec. Les Haïtiens forment ainsi le premier groupe ethnique à Montréal et une des sources principales de nouveaux arrivants au Québec. Cette communauté est essentiellement concentrée dans le nord-est de la métropole qui regroupe les principaux espaces de réception, notamment les quartiers de Montréal-Nord et Saint-Michel (figure 1) où se sont déroulées nos enquêtes.

Figure 1 : Carte de la répartition des immigrants haïtiens de première génération sur l’île de Montréal

Figure 1 : Carte de la répartition des immigrants haïtiens de première génération sur l’île de Montréal

Source : Géogratis (22 novembre 2016) Coordinate System : GCS WGS 1984, Datum : WGS 1984, Units : Degree
Réalisation : Alexe Lépine-Dubois et Violaine Jolivet

Ancrage multiple : les usages médiatiques au fil des générations

16L’analyse des usages des médias et réseaux sociaux par les populations migrantes démontre que ces outils jouent un rôle central, à la fois, pour maintenir les liens entre des populations dispersées, pour s’insérer dans l’espace d’arrivée, mais également pour revendiquer un ancrage dans la société d’accueil, qui souvent n’offre à ces populations, dans son paysage médiatique, qu’une visibilité réduite voire négative, [Mattelart, 2007]. Le Québec ne déroge pas à la règle en matière de visibilité et d’accès aux médias, bien que la présence des minorités dans des fictions télévisuelles et cinématographiques soit plus importante aujourd’hui qu’autrefois [La Mothe, 2012]. Les Québécois d’origine haïtienne sont un exemple intéressant, car ils sont non seulement la minorité« racisée » plus ancienne, mais également la plus importante, au Québec. Toutefois, M. Boukala [2016 : 193] remarque que « les jeunes d’origine haïtienne sont présents quantitativement dans les médias, notamment dans la fiction télévisuelle québécoise. Force est de constater qu’ils occupent des rôles subalternes, peu valorisants et souvent stéréotypés ». De plus, les médias québécois sont attaqués pour l’écrasante blancheur de leurs employés et acteurs. Lors du festival « Hoodstock », tenu à Montréal-Nord en août 2016, des journalistes et d’artistes montréalais d’origine haïtienne avaient été réunis pour dénoncer les difficultés à pénétrer dans les cercles des médias dominants. Les organisateurs du panel s’interrogeaient ainsi dans le texte qui présentait la discussion : « Trop souvent, les personnes racisées sont exclues ou au mieux stéréotypées dans nos médias. Faut-il souhaiter une plus grande inclusion ? Faut-il plutôt miser sur « nos médias » ? Quels moyens privilégier pour raconter nos histoires, être mieux représentés et avoir le pouvoir sur ces représentations ? »5.

17Les médias communautaires, c’est-à-dire créés par et pour les populations migrantes et leurs enfants, constituent souvent la seule alternative pour obtenir un accès et faire entendre sa voix au sein des espaces médiatiques [Rigoni, 2010]. Aujourd’hui, le journal In-Texto (web et papier), différentes pages et plateformes du web ainsi que l’existence d’émissions de radios haïtiennes sur CPAM, CIbL, Radio Montréal, CKUT et Radio Centre-Ville démontrent toute la place gagnée par la communauté dans l’espace médiatique. Celle-ci ne doit pas occulter la dimension spatio-temporelle de cette présence et les difficultés à sortir des « postes communautaires » pour les Haïtiens de la deuxième ou troisième génération.

  • 6 Les noms utilisés pour reporter les paroles des enquêtés sont ici tous fictifs.

«  Les médias 2.0, c’est un défi. Mais c’est un défi incontournable parce que c’est tout ce qui nous reste  ! On n’a pas encore accès à la télévision à proprement dit, pareil pour les médias écrits. À la radio, on est confiné aux postes communautaires […] Les médias québécois nous ont identifiés et arrivent à nous marketer, mais il y a quand même tout ce côté diversité, pluralisme qu’ici au Québec, ils n’arrivent pas du tout à montrer, ils ont complètement échoué » (Rose6, 2015).

18À travers une approche diachronique, nous souhaitons souligner comment le développement des médias par et pour la communauté a été le support de la définition de territoires d’appartenances multiples, à la fois tissant des liens entre des lieux par-delà les frontières des État-Nations, mais également revendiquant un ancrage multiple à l’intérieur même des limites nationales par l’émergence de médias multiculturels [Mattelart, 2007].

Être à Montréal, rejoindre Haïti, (In)former la communauté : le rôle des radios communautaires

19Les premières vagues de l’émigration haïtienne vers Montréal sont marquées par l’exil, par une coupure nette et douloureuse avec le pays de naissance, voire par une mise au ban de la nation. Toutefois, comme le souligne M. Agier [2012 : 88], « malgré les pertes, les incertitudes et la souffrance produites par l’exil, les sujets de l’exil ont pu redonner sens à leur existence, se ré-ancrer, trouver une place, être bien là tout en pouvant « penser ailleurs » ».

20Le départ vers Montréal des premiers immigrants haïtiens est avant tout politique et trouve, dans l’activisme contre le régime des Duvalier, un dénominateur commun qui deviendra plus ténu avec la diversification des profils et l’arrivée de migrants économiques au tournant des années 1970-1980. La mise en place de médias par les acteurs de la communauté haïtienne présente un lien important avec les contextes historiques d’ici et de là-bas. Comme le souligne S. Mills [2016], le contexte de la Révolution tranquille au Québec, dans lequel arrivent les militants opposants au régime duvaliériste, est propice à l’organisation communautaire. Et, comme le rappelait l’animatrice de la table ronde dont sont issus les récits qui vont suivre, les premiers médias haïtiens sont apparus avec la formation, au tout début des années 1970, de deux structures :

« Il est important de rappeler que les premières émissions haïtiennes sont nées à partir des organismes communautaires, particulièrement la Maison d’Haïti rattachée à Radio centre-ville et le Bureau de la Communauté Chrétienne Haïtienne de Montréal (aujourd’hui BCHM) à la radio CIBL. On parle des années 1970 et ces deux organismes-là sont aussi investis au niveau politique, plus typiquement dans la lutte contre Duvalier. C’est aussi une période bien évidemment avant internet et tout le reste et les émissions, c’est la possibilité de recevoir les cassettes et d’entendre des choses du pays, parce que dans la grande presse (i.e. la presse québécoise), on n’avait pas ça, sinon quand il y avait une crise, mais pour les nouvelles au quotidien, c’était aussi un lien extrêmement précieux » (Mireille, 2015).

21La mise en place des radios haïtiennes à Montréal est ainsi décrite comme la nécessité d’être connecté avec le pays quitté, sans possibilité de retour pour les individus en exil. Ici et là-bas sont séparés par la distance, mais aussi par l’impossibilité pour la plupart des migrants de rejoindre le pays d’origine, alors que le contexte politique de la dictature crée une nécessité informationnelle, un besoin quasi vital de connaître « les nouvelles au quotidien », la réalité des Haïtiens, et de dénoncer et combattre le régime en place.

« Les radios communautaires, les deux les plus anciennes, qui donnaient la possibilité aux Haïtiens de s’exprimer, d’assurer une présence à l’antenne, étaient jouxtées à des organismes communautaires. Et il y avait beaucoup de politique. Très souvent, à l’intérieur de ces radios-là, il restait très peu de place pour le divertissement, parce que c’était presque mal vu… Comment ça se fait que le pays est dans cet état-là et, toi, tu parles de bals, tu parles de musique » (Fito, 2015). 

22Les radios communautaires ont créé un espace à Montréal pour parler et débattre d’Haïti. Ainsi, ces espaces médiatiques ont permis de garder un lien avec l’actualité politique et sociale haïtienne et de diffuser un discours autre, depuis l’ailleurs, sur Haïti. Les médias comme la radio sont aussi une façon de réduire la distance émotionnelle, de rejoindre le territoire quitté, de garder un lien à travers l’écoute de la langue et de la musique. Les médias deviennent des liens essentiels qui permettent d’articuler les échelles de « l’habiter en mobilité » et favorisent une redéfinition du chez-soi à plusieurs échelles [Morley, 2000].

  • 7 Groupe de kompa célèbre fondé en 1968, dont la majorité des membres partent en exil à New York en 1 (...)

«  C’est sûr qu’en 2015, on n’a pas de problème avec les radios communautaires, mais, si on remonte le temps, c’était une toute une autre perspective. Je me rappelle quand je me suis installé en 1974, la première fois que j’ai écouté quelque chose qui me ressemblait, c’était une musique de Tabou Combo7. Ils venaient de créer la Ti pitit danse, et puis l’animateur québécois dit kitipi danser. Mais je reconnais Tabou, ça me manquait moi  ! Parce que je suis un animateur de radio, j’en ai fait depuis les belles années 1960, donc je débarque ici en 1974 et puis, privé de radio, privé de micro. Mais un matin, pour la première fois, c’était une musique de Tabou qui passait sur les ondes. Alors quand j’ai écouté Tabou, ben mon dieu, je n’étais plus isolé. C’est comme si j’étais revenu sur ma terre ! Je me retrouvais.  » (Fito, 2015)

23Alors que les premières émissions de radio haïtiennes, essentiellement des émissions politiques, étaient accueillies sur des médias communautaires québécois et la croissance du nombre d’heures d’antennes et d’émissions, à partir de 1980-1990, a permis d’appuyer la consolidation des réseaux sociaux et d’aider la communauté à prendre sa place dans le territoire montréalais, à s’installer.

«  Quand on a commencé « le carnaval des Antilles ». On a tenu l'antenne pendant 3 ans. C'était une révolution. […] On a grandi, on a conquis des espaces. La radio, c’est sûr, aide à occuper un petit peu l’espace, à occuper le territoire. Je me rappelle quand il n’y avait pas encore de radio, il y avait des espaces publics qui servaient de lieux de rencontre, où les gens partageaient l’information. […] Tout le monde courait toujours la chance de croiser quelqu’un, d’échanger, qu’est-ce qu’il se passe se soir  ? C’était tout ça, que la radio a changé. Ça a aidé à occuper l'espace et ça a aidé surtout, pour ceux qui étaient là, pour comprendre un petit peu comment la société québécoise fonctionne. Les moyens de communication ont aidé les organismes communautaires et les gens à s’installer » (ibid.).

24Les propos de Fito, que Mireille qualifie de « vétéran des médias haïtiens », permettent de souligner trois dimensions des territorialités en relation permises par la création des premiers médias communautaires. La première, permise par les médias, est de s’approprier la distance. L’émergence des médias communautaires permet en effet, d’une part, de faire entrer dans l’espace local de Montréal un vécu national haïtien, d’autre part, de créer un espace de discussion et de débat absent du territoire quitté. La diffusion de ce discours depuis Montréal permet de faire entendre autre chose sur Haïti et de souder la communauté dans l’ici, en alimentant les débats sur le là-bas.

  • 8 A protective cocoon or capsule, which, on the one hand, lifts the individual out of a particular l (...)

25La seconde dimension de la relation est émotionnelle, il s’agit du territoire sensible, vécu, originel, qui ressurgit à l’écoute de quelque chose qui touche et ressemble aux auditeurs, comme le montre le discours de Steve à propos du morceau de Tabou Combo. L’écoute de la radio crée des interférences entre territoires distants et permet une forme de retour. Par l’écoute d’une musique diffusée sur une radio montréalaise et qui vient interférer avec son quotidien, Steve décrit la sensation de se retrouver, de ne plus se sentir « isolé », c’est-à-dire littéralement séparé de tous les côtés, sans relation. Ainsi, le média fonctionne presque comme « Un cocon ou une capsule protectrice qui, d'une part, élève l'individu hors d'un contexte local particulier et, d'autre part, l'amène à un nouveau type de territoire de représentation où un sentiment de familiarité et de facilité peut prévaloir » (traduction libre)8 [Morley, 2007].

26Enfin, la troisième dimension relationnelle ancre les personnes dans l’ici et dans un espace local. Les médias comme la radio deviennent des outils à même de tisser des liens entre les Haïtiens à Montréal et entre les Haïtiens et Montréal, de diffuser des informations qui aident à vivre dans le territoire montréalais, et ainsi d’occuper un espace, de prendre sa place dans la société d’accueil par la présence sonore et la territorialisation.

27Ainsi, les modalités de la mise en relation des territoires, permise par les radios jusqu’à la fin des années 1980, doivent se comprendre dans un contexte de mobilités sous contrainte avec Haïti et d’ancrage communautaire en construction à Montréal où il a fallu gagner des espaces, revendiquer sa place. À partir des années 1990 et 2000, la communauté haïtienne est traversée par de nouvelles dynamiques. La chute des Duvalier et la démocratisation du transport aérien et des télécommunications changent le contexte des mobilités. Ces évolutions ont alors un rôle prépondérant dans la redéfinition des territorialités et ancrages.

Synchronisation des quotidiens et transnationalisme : le rôle des réseaux sociaux et des TIC dans l’avènement de territorialités connectées

  • 9 Le nom de la radio signifie en créole « c’est pour/à moi ».

28CPAM est la radio commerciale haïtienne fondée en 2002 par et pour la communauté9. Bien qu’elle s’adresse également à des publics d’origines latino-américaines et africaines, avec la présence de quelques moments qui leur sont destinées, la majorité des émissions et des musiques cible le public haïtien de Montréal. Lors de notre entretien avec le journaliste de la « matinale », ce dernier a insisté sur la transformation de la relation avec Haïti. Pour lui, tenir ce créneau horaire sur CPAM demande d’être au courant de ce qui se passe en Haïti, dans la diaspora, à Montréal et au Québec : informer la communauté aujourd’hui, c’est traverser les échelles et jouer de temporalités multiples.

« On est en lien constant, d’autant que aujourd’hui, et c’est ce qui fait toute la différence, les réseaux sociaux nous permettent d’échanger plus facilement, plus rapidement. On pourrait avoir de la difficulté à rejoindre Haïti, parce qu’on connaît les difficultés de communications avec Haïti, mais maintenant c’est tellement rapide d’avoir un contact à partir de Google, ou à partir de Facebook, de Twitter, de WhatsApp… J’ai dans la salle de rédaction trois ordinateurs dont deux enregistrent des émissions d’Haïti, je change continuellement les stations » (Josué, 2016).

29La réduction de la distance entre utilisateurs, induite par l’avènement des TIC, a permis d’élargir le champ des réseaux sociaux par le développement d’une coprésence virtuelle qui a révolutionné les spatialités. « Les réseaux de la télécommunication instantanée jettent un pont immatériel entre les divers « lieux » des territoires » [Bakis, 1997]. Ils permettent pour les populations en mobilité d’avoir un sentiment d’appartenance à des territoires multiples, de connecter différentes localités. Les TIC renforcent la capacité relationnelle et le maintien de liens multidirectionnels et instantanés à travers la distance pour les populations dispersées et changent ainsi les notions de distance et de présence pour les populations migrantes [Georgiou, 2010 ; Nedelcu, 2009 ; Diminescu, 2005].

  • 10 Soit plus d’un tiers de la population haïtienne depuis son installation en 2006 http://lenouvellist (...)
  • 11 Nothing has facilitated process of global linkage more than the boom in ordinary, cheap internatio (...)

30Afin de comprendre les incidences du développement des TIC et des réseaux sociaux sur les territorialités des populations haïtiennes à Montréal, il a semblé intéressant de s’attacher aux nouveaux arrivants, en raison de leur ancrage local et du rôle joué par ces technologies dans ces mécanismes. Dans nos enquêtes, 70 % des répondants mentionnent utiliser essentiellement le téléphone pour parler avec leurs familles en Haïti. Quatre répondants soulignent par ailleurs le développement de la téléphonie mobile dans leur pays d’origine et la possibilité d’y envoyer désormais de l’argent via ce dispositif technique. L’opérateur jamaïcain Digicel, par exemple, déclare recenser aujourd’hui plus de quatre millions d’abonnés en Haïti10. De plus, la présence de nombreux bureaux de vente situés dans les espaces de la diaspora permet de recharger à distance les comptes des proches résidant en Haïti (Figure 2), mais aussi d’envoyer des fonds. Les téléphones mobiles et cartes prépayées favorisent ainsi le contact avec Haïti et des proches désormais branchés. Ainsi, « rien n’a tant facilité le processus de connexion globale que le boom des appels téléphoniques internationaux devenus ordinaires et bon marché » (traduction libre)11 [Vertovec, 2004]. De plus comme le reporte Richard lors de l’enquête via son téléphone mobile il écoute une radio haïtienne quotidiennement et ce sans internet. Par un simple appel, dont le coût est inclus dans son forfait, il se branche sur sa radio haïtienne préférée. Bien qu’ils ne soient pas nécessairement utilisateurs du web, les Haïtiens sont ce que D. Diminescu [2005] appelle des « migrants connectés », grâce à l’utilisation de ces technologies mobiles, qui renforce les liens transnationaux.

Figure 2 : Publicité pour Digicel, dans un centre de transfert d’argent «  Unitransfer Canada Inc  » situé à Saint Michel à proximité de Montréal-Nord sur le Boulevard Pie IX

Figure 2 : Publicité pour Digicel, dans un centre de transfert d’argent «  Unitransfer Canada Inc  » situé à Saint Michel à proximité de Montréal-Nord sur le Boulevard Pie IX

© Jolivet 2016.

31L’avènement d’un espace transnational par l’usage des TIC a également été souligné par un tiers des enquêtés qui ont précisé qu’ils utilisaient les messageries instantanées, telles que Whatsapp, Messenger ou Skype. Ces outils semblent être essentiels à leurs relations avec leurs proches par-delà la distance. Tony raconte ainsi : « J’ai beaucoup d’amis et de famille en Haïti avec qui je reste en contact grâce aux applications, on a des groupes, on communique au quotidien, on poste des photos, musiques ou vidéos YouTube. On est toujours ensemble » (2015). Gerda, quant à elle, les utilise pour parler avec ses amies et sa famille de la diaspora : « oui j’ai un WhatsApp, je parle avec ma famille qui est aux États-Unis, et surtout avec les amies qui sont parties comme moi depuis l’an passé, nous nous parlons presque chaque jour pour nous demander comment vont les choses. Partager notre nouvelle vie »(2016).

32Ainsi, ces nouveaux arrivants peuvent échanger avec leurs proches comme s’ils partageaient le même espace-temps. L’accès instantané à l’autre permet de réduire la distance ou l’isolement et favorise le maintien des réseaux sociaux transnationaux. Toutefois, si les TIC « produisent un changement dans le vécu transnational des migrants et des non-migrants et créent le sentiment de vivre dans un monde qui s’est rétréci » [NEDELCU, 2010], il est important de souligner que ces derniers témoignages proviennent d’enquêtés qui ont accès à internet, soit seulement 45 % de notre échantillon. Cela s’explique principalement par les coûts que représente, pour la majorité, l’accès à internet, qui n’apparaît pas nécessairement comme un poste prioritaire de dépense pour les nouveaux arrivants. Le média le plus utilisé reste les radios haïtiennes de Montréal, comme CPAM citée par 60 % des répondants. Elles servent de lien tout autant avec Haïti qu’avec la communauté haïtienne de Montréal et favorisent le sentiment d’appartenir à un groupe, de suivre une même actualité depuis Montréal.

33Parmi les enquêtés, les personnes connectées à internet ont des pratiques médiatiques diversifiées qui favorisent le contact entre territoires distants et le développement d’un ancrage multiple. Ainsi, écoutent-elles pour la plupart des émissions de radio, regardent des vidéos ou lisent en ligne des informations directement produites en Haïti. Trois d’entre elles expérimentent une forme de rituel par rapport à certains médias. Ainsi Mona, arrivée en 2010 :

« En fait j’écoute surtout des radios d’Haïti, constamment. Je suis la seule à la maison à le faire. Et je prends des nouvelles d’Haïti chaque jour. Par internet, j’ai les radios sur internet, j’écoute directement ce qui se passe en Haïti. J’ai gardé mes stations préférées, j’écoute la radio vision 2000, ou la radiotélévision Caraïbes. La radio m’a suivie, je l’écoute dans ma chambre. C’est comme si j’écoutais depuis Haïti » (2015).

34La possibilité via internet de conserver ses habitudes médiatiques semble favoriser le maintien d’un espace-temps du quotidien, en dehors du chez-soi originel. D. Morley [2000] souligne ainsi comment se sentir « chez-soi », à travers l’écoute ou l’usage des médias pour les personnes en migration, favorise une forme de résistance symbolique contre les frontières territoriales figées de la géopolitique. Ces nouveaux arrivants s’inscrivent dès lors pleinement dans ce dépassement des frontières grâce aux mobilités transnationales autorisées par les TIC. Bien plus que les premières vagues, ils vivent une synchronisation des quotidiens, qui développe le sentiment d’appartenance multiple et leurs ancrages ici et à distance.

35Lors de nos entretiens, il est également apparu que les réseaux sociaux représentent pour les nouveaux arrivants un moyen de se ré-ancrer dans des « territoires en ligne » [Christensen et al., 2011], c’est-à-dire dans un nouveau type de réseaux socio-spatiaux permis par l’avènement de sociabilités en ligne et multi-situées. Chantal raconte ainsi :

«  Depuis Haïti, je n’étais pas allée sur Facebook, mais là je me suis reconnectée. Quand j’ai refait mon compte, pile mon téléphone s’est rempli de message, pile. Tout le monde était content de me voir réapparaitre, avant personne ne pouvait avoir de mes nouvelles. Mais maintenant que je suis sur Facebook, que je suis sur Messenger, WhatsApp, etc., tout le monde m’écrit : mais où étais-tu passée  ? Il y en a qui ne savent même pas que je suis au Canada, qui sont tout près. Récemment, j’ai vu le profil d’une amie et on est tout près et on ne le savait même pas. Chaque jour, je rencontre des anciennes amies que j’avais perdues de vue ou bien qui m’avaient perdue de vue. Cela m’aide pour me sentir mieux. Avec internet, je suis tout près de mes amies. Je ne me sens pas dépaysée  » (2016).

Conclusion

36Les TIC permettent aux Haïtiens récemment arrivés de mieux naviguer dans ce dépaysement qu’engendre la migration et de maintenir plus facilement des liens entre leurs différents espaces vécus. Internet aide à (dé)multiplier les liens et à négocier des appartenances à la fois locales et transnationales. Les relations socio-spatiales décuplées par les usages des TIC sont autant de moyens de se connecter avec l’environnement immédiat, de s’ancrer dans son quartier, sa communauté, mais aussi de disposer d’un réseau social transnational. Le concept d’ancrage multiple permet de penser la territorialité dans le mouvement et dans le temps ; il ne s’agit pas là d’un enracinement immuable, mais bien de la prise en compte des trajectoires de chacun dans son attachement aux lieux [Ramos, 2006].

37Par la notion d’ancrage multiple, nous soulignons l’importance des relations qui fabriquent des attaches avec et entre les lieux de l’existence et l’incidence de la «  coprésence  » permise par les TIC sur l’avènement de territoires connectés, de lieux en réseau. Il s’est agi de décortiquer le rôle des médias et des TIC dans la (re)définition des territorialités en migration. Par l’évocation, dans un premier temps, de la création des radios communautaires haïtiennes de Montréal qui permettent de rejoindre le territoire quitté, mais aussi d’ (in)former la communauté à Montréal, puis, dans un second temps, par celle de l’usage des TIC, notamment le téléphone et Internet, nous avons mis en évidence les modalités de la mise en relation socio-spatiale permise par les médias. À différentes échelles d’espace et de temps, ces derniers portent la croissance des réseaux sociaux et de sentiments d’appartenance, favorisant la mise en place d’un ancrage multiple. Pour les populations haïtiennes entre 1960 et aujourd’hui, les usages médiatiques transforment la topologie des lieux.

38Les médias peuvent ainsi être analysés comme des outils de lutte contre le déracinement et l’isolement ; ils permettent de jeter à nouveau l’ancre dans un territoire du quotidien, sans pour autant abandonner, du moins virtuellement, les proches et les images, sons, informations, qui favorisent la projection dans un «  chez-soi  ». Ce sont des dispositifs de la territorialisation à la fois ici, dans l’immédiateté, et là-bas, dans la synchronisation, qui redéfinissent territorialités et ancrages, en favorisant des liens à distance. En ce sens, les médias sont des lieux réticulaires [BEAUDE, 2012], des hubs ou espaces de connexions entre différentes échelles et réseaux sociaux en migration.

39Les populations haïtiennes ont pu, avec l’avènement des radios communautaires, « occuper un peu l’espace, gagner des espaces », comme le reconnaissait Steve, même si les médias restent des dispositifs parmi d’autres de leur ancrage à Montréal. Si la «  double absence  », évoquée par A. Sayad [1991], pour souligner le déracinement et l’effritement du réseau social en situation de migration, semble pour certains auteurs devoir être remplacée par l’idée de « double présence » ou « multi-présence », grâce à l’avènement des TIC [Diminescu, 2009 ; Hassane et Berthomière, 2009], il nous semble important de ne pas négliger que les pratiques transnationales permises par les médias touchent différemment les populations ainsi que les générations. Si, pour certains, les médias et TIC favorisent la reconstruction ou la connexion avec un « chez-soi » en migration, pour d’autres qui n’y ont que faiblement accès, ils sont générateurs de nouvelles inégalités pour s’informer, faire des démarches administratives ou trouver des emplois.

  • 12 Maire de Montréal depuis 2013.

40Enfin, si l’ancrage peut devenir multiple grâce aux médias, il est important de souligner que le paysage médiatique québécois reste encore largement enfermé dans un nationalisme et des représentations qui diminuent, voire nient, la diversité de la société québécoise. La controverse autour d’une publicité « Montréal s’allume », pour le 375e anniversaire de la ville, célébré en grande pompe par l’administration Coderre12, en 2017, a ainsi entraîné une pluie de critiques, y compris au sein des médias dominants : « La vérité, c’est qu’il est grand temps que Montréal s’assume comme la métropole multiethnique qu’elle est, pas la fausse ville blanche reflétée dans la bande-annonce de « Montréal s’allume ». Il est grand temps que les médias se soucient de la majorité montréalaise issue de l’immigration, plutôt que de la considérer comme une minorité négligeable. Parce que c’est aussi ça, être « déconnecté » » [Cassivi, 2016].

Haut de page

Bibliographie

AGIER M., 2012, Frontières de l'exil. Vers une altérité biopolitique, Hermès, La Revue, vol. 2, N° 63, pp. 88-94.

ANGLADE G., 1990, Cartes sur table. Port-au-Prince / New York, Éditions Henri Deschamps, Coll. Études et recherches critiques d'espace.

APPADURAI A., 2001, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la mondialisation. Paris : Payot, 336 p.

AUDEBERT C., 2012, La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux transnationaux. Presses universitaires de Rennes, coll. Géographie sociale, 198. p.

BAKIS H., 1997, Approche spatiale des technologies de l'information, Revue Géographique de l'Est, vol. 37, N° 4, pp. 255-261.

BEAUDE B., 2012, Internet, Changer l’espace. Changer la société. FYP Edition, 256 p.

BERTHOMIÈRE W., CHIVALLON C., (Collectif), 2006, Les diasporas dans le monde contemporain. Paris : Karthala, pp. 424.

BOUKALA M., 2016, La mise en images de soi des jeunes montréalaises d’origine haïtienne : Entre autoreprésentation et hétérovalidation de soi, Anthropologie et Sociétés vol. 40, N° 1, pp. 193–218.

BRODWIN P., 2011, The Dialectic of Marginality in the Haitian Community of Guadeloupe, French West Indies In Regine O JACKSON, (2011). Geographies of the Haitian diaspora. New York : Routledge, pp. 34-50.

CASSIVI M., 2016, 375 ans, une couleur, La Presse+ Chronique 22 novembre 2016.

CHESNEAU I. et RONCAYOLO M., 2008, L’abécédaire de Marcel Roncayolo : introduction à une lecture de la ville, ENSA de Paris Val-de-Seine, pp. 299.

CHRISTENSEN M., JANSSON A., CHRISTENSEN C., 2011, Online territories : Globalization, mediated practice and social space. Bern : Peter Lang Publishing.

CLIFFORD J., 1994, Diasporas. Cultural anthropology, vol. 9, N° 3, pp. 302-338.

CRESSWELL T., 2010, Towards a politic of mobility, Environment and planning D : society and space, vol. 28 N° 1, pp. 17-31.

DIMINESCU Dana, 2005, Le migrant connecté : pour un manifeste épistémologique. Migrations Société, vol. 17, N° 102, pp. 275-292.

DIMINESCU D., 2009, Le migrant dans un système global des mobilités. In Geneviève CORTÈS et Laurent FARET, Les circulations transnationales, Paris : Armand Colin, pp. 211-224.

DIMINESCU D., 2012, E-Diasporas Atlas : Exploration and Cartography of Diasporas on Digital Networks. Paris : Éditions de la maison des sciences de l'homme.

GEORGIOU M., 2010, Identity, space and the media : thinking through diaspora, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 26 n° 1, pp. 17-35.

GILROY P., 2003, L’Atlantique noir. Modernité et double conscience. Paris : Ed. Kargo, 235 p.

GIRAUT F., 2013, Territoire multisitué, complexité territoriale et postmodernité territoriale : des concepts opératoires pour rendre compte des territorialités contemporaines ?, L’Espace géographique, vol. 42, N° 4, pp. 293-305.

GLICK-SCHILLER N., 1997, The situation of transnational studies, Identities, vol. 4, N° 2 pp. 155-166.

HASSANE S., BERTHOMIÈRE W., 2009, Les cyber-diasporas à l'heure de la mondialisation, In Cristophe JAFFRELOT, Christian LEQUESNE (eds) L'enjeu mondial. Paris, Presses de Sciences Po, pp. 225-234.

ICART L., 2006, Haïti-en-Québec : notes pour une histoire, Ethnologies, vol. 28, N° 1, pp. 45-79.

JOLIVET V., 2015, Miami la cubaine, géographie d’une ville-carrefour entre les Amériques, Presses Universitaires de Rennes, pp. 272.

LA MOTHE M.-H., 2012, Les perceptions des immigrants haïtiens sur la contribution de la radio ethnique CPAM (1610 AM) à leur insertion à la société québécoise, mémoire de maîtrise de l’Université du Québec à Trois-Rivières, pp. 229.

MASSEY, D., 2005, For space. London : Thousand Oaks, New Delhi, SAGE.

MATTELART T., 2007, Médias, migrations et théories de la transnationalisation, Médias-Recherches, pp. 13-56.

MILLS S., 2016, Une Place Au Soleil : Haïti, les Haïtiens et la Refondation du Québec, Montréal : Mémoire d’Encrier, pp. 300.

MILLETTE J., MILLETTE M., PROULX S., 2010, Attachement des communautés culturelles aux médias : le cas des communautés haïtienne, italienne et maghrébine de la région de Montréal. Montréal, Groupe de recherche et d'observation sur les usages et cultures médiatiques (GRM-UQAM). Cahiers-Médias, no.19. Centre d'étude sur les médias (CEM), Québec.

MORLEY D., 2000, Home territories : Media, mobility and identity, NewYork Londres : Routledge, pp. 340.

MORLEY David, 2007, Media, modernity and technology : The geography of the new. NewYork Londres : Routledge, 288 p.

MURDOCH J., 2006, Post-structuralist geography : a guide to relational space, London : Sage, 220 p.

NEDELCU, M., 2010, (Re) penser le transnationalisme et l'intégration à l'ère du numérique. Vers un tournant cosmopolitique dans l'étude des migrations internationales ? Revue européenne des migrations internationales, vol. 26, no 2, pp. 33-55

NEDELCU M., 2009, Le migrant online : nouveaux modèles migratoires à l'ère du numérique. Paris : L'Harmattan, pp. 326.

PIERRE G., 2013, Haïti-Médias : Que serait la société haïtienne sans la radio ?, Alterpresse, 13 Février 2013

POTVIN M. et LAFORTUNE G., 2014, Introduction. Les jeunes d’origine haïtienne au Québec, d’hier à aujourd’hui, Diversité urbaine, vol. 14, N° 2, pp. 3-12.

RAMOS E., 2006, L'invention des origines : Sociologie de l'ancrage identitaire, Paris : Armand Colin, pp. 224.

RIGONI I., 2010, Éditorial. Les médias des minorités ethniques. Représenter l’identité collective sur la scène publique. Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 26, N° 1, pp. 7-16.

SAYAD A., 1991, L'immigration ou les paradoxes de l'altérité. Bruxelles : De Boeck/Editions universitaires, 345 p.

TARRIUS A., 1996, Territoires circulatoires des migrants et espaces européens, In M.

VERTOVEC S., 1999, Conceiving and researching transnationalism, Ethnic and Racial studies, vol. 22, N° 2, pp. 447-462.

VERTOVEC S., 2004, Cheap calls : the social glue of migrant transnationalism, Global Networks, N° 4 pp. 219-224.

Haut de page

Notes

1 Depuis le début du XXIe siècle, l’emploi des termes « réseaux sociaux » s’apparente le plus souvent à des plateformes permettant le partage d’information et/ou la discussion instantanée sur internet comme Facebook, Twitter, Instagram, etc.

2 the really serious question which is raised by speed-up, by ‘the communications revolution’ and by cyberspace, is not whether space will be annihilated but what kinds of multiplicities (patterning of uniqueness) and relations will be co-constructed with these new kinds of spatial configurations”.

3 La Maison d’Haïti est un organisme communautaire fondé en 1972 à Montréal et qui est aujourd’hui un des principaux centres d’accueil et de services pour les migrants haïtiens. Depuis 2013, Majorie Villefranche et toute l’équipe de la Maison d’Haïti sont des aides précieuses dans le déroulement de nos recherches.

4 Cette table ronde a été organisée avec Maguy Métellus, activiste et femme de média et Sophie Lanno-Cyr, étudiante en maîtrise à l’université de Montréal. Qu’elles soient ici chaleureusement remerciées.

5 http://www.hoodstock.ca/conferences-ateliers (accès mai 2017)

6 Les noms utilisés pour reporter les paroles des enquêtés sont ici tous fictifs.

7 Groupe de kompa célèbre fondé en 1968, dont la majorité des membres partent en exil à New York en 1970.

8 A protective cocoon or capsule, which, on the one hand, lifts the individual out of a particular local context, and on the other and brings him or her into a new kind of representational territory where a sense of familiarity and ease can prevail”.

9 Le nom de la radio signifie en créole « c’est pour/à moi ».

10 Soit plus d’un tiers de la population haïtienne depuis son installation en 2006 http://lenouvelliste.com

11 Nothing has facilitated process of global linkage more than the boom in ordinary, cheap international telephone calls”.

12 Maire de Montréal depuis 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de la répartition des immigrants haïtiens de première génération sur l’île de Montréal
Crédits Source : Géogratis (22 novembre 2016) Coordinate System : GCS WGS 1984, Datum : WGS 1984, Units : DegreeRéalisation : Alexe Lépine-Dubois et Violaine Jolivet
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 2 : Publicité pour Digicel, dans un centre de transfert d’argent «  Unitransfer Canada Inc  » situé à Saint Michel à proximité de Montréal-Nord sur le Boulevard Pie IX
Crédits © Jolivet 2016.
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violaine Jolivet, « Médias et migration. Territorialités connectées et ancrages au sein de la communauté haïtienne de Montréal (1960-2016) », Espace populations sociétés [En ligne], 2017/2 | 2017, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/eps/7202 ; DOI : 10.4000/eps.7202

Haut de page

Auteur

Violaine Jolivet

Professeure adjointe en Géographie
Université de Montréal
violaine.jolivet@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals