Navigation – Plan du site
Dossier Thématique : Mobilités et marchés du travail des espaces (trans)frontaliers : enjeux et impacts

L'impact territorial des pratiques des travailleurs frontaliers : les exemples contrastés des CA de Thionville et de Forbach

Local territorial issues of cross-border workers : the different examples of Thionville and Forbach
Fabien Gille et Benoit Scalvinoni

Résumés

Au sein de la Grande Région, le nombre de travailleurs frontaliers, ces personnes qui travaillent dans un pays mais vivent dans un autre pays, est particulièrement élevé. L’importance de ce phénomène est due aux différences de dynamiques économiques, fiscales, de prestations sociales, en matière de prix de l’immobilier propres aux différents territoires composant la Grande Région. Cet article propose un éclairage singulier sur le travail frontalier par une approche interdisciplinaire associant l’économie, la sociologie et la géographie. Nous nous demanderons dans quelle mesure les pratiques quotidiennes des travailleurs frontaliers influencent le développement économique de leur territoire de résidence. Pour ce faire, nous mobiliserons les résultats issus d’une enquête de terrain s’intéressant à deux Communautés d’agglomération lorraines comptant une forte proportion de travailleurs frontaliers, Thionville frontalière avec le Luxembourg d’un côté, et Forbach frontalière avec l’Allemagne d’un autre côté. Nous montrerons que les individus ont un intérêt à traverser une frontière pour travailler, et que leurs communes de résidence cherchent à répondre à leurs besoins spécifiques, malgré la charge financière de cet objectif.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 D’une superficie de 65 400 km2, la Grande Région désigne un territoire comptant 11,3 millions d’hab (...)
  • 2 278 534 personnes concernées en 2013 selon l’Office fédéral de la statistique.

1Un travailleur frontalier désigne selon le règlement (CE) 883/2004 : « toute personne qui exerce une activité salariée ou non salariée dans un État membre et qui réside dans un autre État membre où en principe elle retourne chaque jour ou au moins une fois par semaine. ». Chaque jour, au sein de la Grande Région1, 213 000 individus traversent une frontière pour occuper un emploi. Ces derniers représentent le quart de tous les travailleurs frontaliers recensés en Union européenne [Belkacem, Pigeron-Piroth, 2016]. En Europe, seule la Suisse concentre une main-d’œuvre transfrontalière plus importante2.

2Antépénultième pays de l’Union européenne par la superficie (avec 2 586,4 km²), le Luxembourg accueille 158 500 travailleurs frontaliers en 2010 originaires de Lorraine (79 300 individus), de Wallonie (40 000 individus) et d’Allemagne (39 200 individus). À elle-seule, la Lorraine totalise 100 800 travailleurs frontaliers sortants. En 2004, cela signifiait déjà qu’un actif occupé lorrain sur onze était un travailleur frontalier contre un sur vingt-cinq en 1990 [Batto, Neiss, 2005]. Actuellement, ce ratio est passé à un sur dix. Par ses caractéristiques singulières, la Grande Région est marquée par le développement du travail frontalier. Mais son essor est aussi lié aux caractéristiques propres à chacun des territoires de la Grande Région et relatives aux dynamiques économiques, au niveau des salaires et des prestations sociales, ou encore aux coûts de l’immobilier.

3Notre contribution souhaite apporter un éclairage singulier sur ce phénomène par une approche interdisciplinaire associant l’économie, la sociologie et la géographie. Nous nous demanderons dans quelle mesure les pratiques quotidiennes des travailleurs frontaliers génèrent une dynamique sur le développement de leur territoire de résidence. En effet, à un niveau microsociologique la grande majorité des analyses sur le travail frontalier converge vers l’idée que celui-ci est largement bénéfique aux individus, malgré des contraintes pratico-pratiques qui peuvent être fortes [Wagnon, 1995. Hauret, Zanardelli, 2012]. À un niveau macrosociologique, les travaux académiques s’accordent à dire que la main-d’œuvre transfrontalière est une source de richesse pour l’ensemble des territoires concernés, qu’ils soient le pays de travail ou de vie de cette population [Belkacem, Pigeron-Piroth, 2012]. Mais qu’en est-il de ce que nous pouvons considérer être un niveau intermédiaire, les intercommunalités qui sont les lieux de résidence des travailleurs frontaliers ? D’un côté, les emplois frontaliers font augmenter les taux d’emplois des intercommunalités, et ces dernières tirent un bénéfice de la présence des travailleurs frontaliers par le biais de l’imposition. D’un autre côté, les besoins des travailleurs frontaliers relatifs aux transports et à la mobilité, au logement, aux services, etc., exercent une pression financière à laquelle ces mêmes intercommunalités doivent tout autant répondre.

4Pour répondre à ce questionnement, nous avons choisi d’isoler et d’analyser la situation de deux intercommunalités lorraines, les Communautés d’Agglomération (CA) de Thionville et de Forbach, respectivement limitrophes de la frontière luxembourgeoise et allemande. Rassemblant une forte proportion de travailleurs frontaliers, elles illustrent chacune un type distinct des flux des travailleurs frontaliers lorrains dans la Grande Région. Par ailleurs, ces deux CA semblent connaître un développement économique divergent. Cette étude comparative permettra donc d’apporter une réponse plus contrastée à la question posée. Pour ce faire, nous présenterons un état de l'art ciblé des recherches en sciences sociales traitant du travail frontalier (1), la problématique et la méthodologie de notre recherche (2) et ses principaux résultats (3).

1. Les clefs de compréhension du développement du travail frontalier au sein de la Grande région

5Un « effet frontière » ou un « effet distance » est la cause la plus évidente ou la plus logique du travail frontalier. Selon un argument tautologique, la probabilité de devenir un travailleur frontalier croit à mesure que l’on réside à proximité d’une frontière. Concrètement, la majorité des échanges frontaliers s’effectue dans un bandeau frontalier de 10 km [Hamez, 2013]. Les premiers travaux significatifs s’intéressant au vécu des travailleurs frontaliers ont rappelé l’importance de cet « effet distance ». Ainsi, en 1999, 72 % de la population active occupée lorraine résidant à moins de 10 kilomètres d’une frontière était frontalière. Plus récemment, en 2006, on constatait que 32,3 % des travailleurs frontaliers lorrains habitaient un lieu distant de moins de 10 km d’une frontière, mais ils étaient seulement 3,1 % à habiter à plus de 30 km d’une frontière [Dubois-Pot, 2010]. Cependant, d’autres facteurs interviennent de manière décisive sur l’accroissement du travail frontalier.

1.1. Une conséquence de la coexistence de territoires aux dynamiques économiques divergentes

6Comparés aux autres régions françaises, les grands indicateurs statistiques de performance économique s’avèrent moyens en Lorraine. Au cours des deux dernières décennies, la croissance économique y a été plus faible que dans le reste de la France [Ast, 2014]. De même, avec un taux de chômage officiel de 10,7 % en 2014, la Lorraine était la septième région française avec le plus fort taux de chômage, étant également une des régions les plus touchées par la baisse de l’emploi salarié (INSEE, 2015). La Lorraine est un territoire « en reconstruction » dès les années 1970 caractérisé par une désindustrialisation chronique [Belkacem, Pigeron-Piroth, 2011]. Effectivement, et si jusqu’au début des années 1960, la filière sidérurgique, la production de charbon et l’industrie textile y étaient des activités prépondérantes, représentant 204 000 emplois salariés et 60 % de l’emploi industriel régionaux, ces dernières industries ne faisaient plus travailler que 25 700 lorrains en 1999 [Creusat, Rimlinger, 2002].

7De son côté, le Luxembourg a mis en place dès les années 1960 une stratégie économique de développement diversifié. Les activités industrielles et sidérurgiques y ont été délaissées au profit d’une politique d’attraction des investissements étrangers et d’une fiscalité avantageuse qui a notamment largement favorisé l’essor du secteur bancaire. La tertiarisation de l’économie luxembourgeoise se remarque de 1985 à 2009 quand la population salariée est alors multipliée par 2,3 (+ 189 000 salariés dont 69 % de frontaliers). Les besoins en main-d’œuvre du Luxembourg expliquent pourquoi ce pays a aujourd’hui recours à 153 000 travailleurs frontaliers. Le taux de chômage au Grand-Duché est enfin relativement bas, autour de 7 %.

8Quant à la Sarre, il convient de rappeler que dans les années 1970, ce Länder accueillait plus de travailleurs frontaliers lorrains que l’État du Luxembourg (respectivement 58 % et 31 % de la population totale). Depuis cette date, l’Allemagne n’est donc plus le principal territoire d’accueil de la main-d’œuvre transfrontalière lorraine. Toutefois, le faible taux de chômage de ce pays (4,8 % en 2015) et des projections démographiques attestant d’un vieillissement de sa population active laissent à penser que les Lorrains seront encore nombreux à pouvoir intégrer le marché du travail sarrois.

9Au final, ces disparités liées aux marchés du travail de part et d’autre des frontières contribuent à l’augmentation du « navettage transfrontalier » [Schmidt, Buch, Niebuhr, 2009].

1.2. Le rôle des différences salariales et fiscales propres à chaque territoire

  • 3 Source : Comparatif Social Européen.
  • 4 Source : Ministère de la Sécurité sociale luxembourgeoise.
  • 5 Source : INSEE.

10Sans épuiser ici le sujet, les différences institutionnelles entre les États, lesquelles génèrent des différences fiscales et de prestations sociales, peuvent encourager les individus à traverser une frontière pour occuper un emploi. Globalement, le Luxembourg est le territoire de la Grande Région qui offre les rémunérations les plus élevées. En 2010, le salaire mensuel brut moyen y est de 3 709 euros (contre 2 882 euros en Allemagne, et 2 567 euros en France)3. Par ailleurs, en 2017, le salaire minimim luxembourgeois (le plus élevé des pays de l’Union européenne) est de 1 998,59 euros bruts mensuels pour les travailleurs non qualifiés, et de 2 398,30 euros pour les travailleurs qualifiés4. Il équivaut la même année à 1 480,27 euros en France5 et de 1 498 euros en Allemagne mais son existence est récente (il a été instauré le 1er janvier 2015). Les rémunérations du Grand-Duché demeurent donc un des « déterminants » majeurs du travail frontalier [Hauret, Zanardelli, 2012] et expliquent les flux importants de travailleurs frontaliers vers ce pays. En 2007, on observait également que les salariés frontaliers lorrains au Luxembourg percevaient une rémunération mensuelle moyenne brute de 2 800 euros et que les ménages lorrains disposant en moyenne du meilleur revenu étaient en grande partie des ménages frontaliers [Biscaut, 2009].

11L’attractivité des salaires luxembourgeois se remarque aussi dans le fait que les travailleurs frontaliers sont plus nombreux à accéder à la propriété que les autres. Ainsi, et quelle que soit leur nationalité, les travailleurs frontaliers sont plus souvent propriétaires ou copropriétaires. Les travailleurs frontaliers belges, français et allemands sont respectivement propriétaires dans 80 %, 74 % et 60 % des cas. Indépendamment du pays de résidence, ils sont 72 % à habiter une maison individuelle [Drevon, Gerber, 2012].

12Le coût horaire du travail pour l’entreprise est également plus faible au Luxembourg qu’en Allemagne et en France. Ainsi, pour un même salaire mensuel brut de 3 000 euros, les coûts pour l’entreprise sont respectivement de 3 437 euros, 3 580 euros et 4 241 euros. Les charges sociales employeur, employé et l’impôt sur le revenu étant nettement moindres au Grand-Duché [PriceWaterhouseCoopers, 2011]. Il existe donc aussi un effet frontière en matière de droits sociaux et de règles fiscales [Knotter, 2014] contribuant à l’augmentation du travail frontalier, et tout particulièrement au Luxembourg.

1.3. L’impact des disparités liées aux coûts de l’immobilier de part et d’autre des frontières

13De fortes disparités en matière de coûts de l’immobilier concourent à la progression du travail frontalier. Les différences sur le marché du logement entrainent 50 % des navettes transfrontalières [Herrmann, Schack, 2004]. Au début des années 2000, malgré la hausse des prix de l’immobilier en France, « les différences fiscales (…) en termes d’acquisition immobilière et de taxes foncières » se sont traduites par une augmentation significative, en l’espace de 10 ans, des ventes immobilières dans les zones frontalières lorraines, le prix de l’are ayant presque doublé aux mêmes dates sur certains secteurs [Auburtun, 2005]. Les travailleurs frontaliers se concentrent donc dans certains territoires contigus à la frontière et dans les villes situées dans la proche périphérie du Grand-Duché, allant de Trèves à Arlon en passant par Thionville (Diop, Lamour, 2014), Longwy, mais aussi dans les communes rurales à proximité immédiate des frontières du Luxembourg [Lamour, Decoville, 2014]. Autrement dit, les travailleurs frontaliers s’installent à la marge des métropoles transfrontalières, et des villes comme Thionville, Longwy, Arlon, Bastogne ou encore Saint-Vith qui intègrent le proche « bassin de vie » de Luxembourg-Ville [Carpentier, Gerber, 2012]. En parallèle, les enquêtes récentes confirment les coûts exorbitants de l’accès à la propriété au Grand-Duché (en 2011, le prix moyen du m² d’une maison y était au minimum de 2 500 euros, de 3 500 euros à Luxembourg-Ville) et qu’un effet frontière « dans la structuration du prix des maisons s’observe dans toutes les zones frontalières » [Diop, 2011]. Cette inflation immobilière explique par ailleurs que le nombre de frontaliers luxembourgeois dans leur propre pays progresse de manière constante. Ils étaient 4 200 dans ce cas de figure en 2013 [OIE, 2014]. Un phénomène équivalent se remarque à la frontière franco-allemande. En 2009, 31 % des salariés lorrains occupés en Sarre sont de nationalité allemande [OIE, 2010]. Assurément, « le différentiel du coût du logement et du foncier constitue un autre facteur très important dans le choix de travailler de l’autre côté de la frontière » [Denert, 2012].

14Ainsi, « la distance à l’emploi joue un rôle majeur dans les prix immobiliers », plus le lieu de travail est éloigné du Luxembourg, moins les prix d’accès au logement sont chers [Carpentier, Epstein, Gerber, 2012]. De ce point de vue, la satisfaction du choix du logement (en termes de gain d’espace et de prix) explique les stratégies résidentielles des travailleurs frontaliers [Carpentier, 2010]. En revanche, les contraintes de mobilité deviennent de plus en plus importantes. Le processus de périurbanisation transfrontalière complique les trajets vers le lieu de travail [Carpentier, Epstein, Gerber, 2012]. La distance moyenne domicile-travail parcourue par les frontaliers est élevée : 44 km pour l'ensemble des frontaliers travaillant au Luxembourg (40 km pour les français travaillant au Luxembourg). À titre de comparaison, cette distance moyenne tombe à 15 km pour les français travaillant en France. De fait, la durée des trajets quotidiens des frontaliers est particulièrement longue, en moyenne 53 minutes par trajet [Schmitz, Gerber, 2012]. Si 86 % des frontaliers se rendent à leur travail en utilisant la voiture [Schmitz, 2012], quel que soit le mode de transport utilisé, ils sont particulièrement éprouvés par ces longs déplacements quotidiens. Leur énervement, leur fatigue, etc., croissent avec les distances parcourues [Enaux, Carpentier, 2012]. Cette augmentation des distances a aussi pour conséquence une augmentation de la taille de l’espace de vie qui se compose du domicile et du lieu de travail [Gerber, Carpentier, 2012].

2. Dans quelle mesure les travailleurs frontaliers influencent positivement leur CA de résidence ?

2.1. Problématique, hypothèse et méthodologie de la recherche

  • 6 Source : STATEC.

15Au regard de la synthèse des analyses prenant pour objet le travail frontalier qui vient d’être faite, nous accréditons la thèse que le travail frontalier est doublement bénéfique, du point de vue des individus et des territoires. En effet, les emplois frontaliers permettent aux individus d’obtenir un revenu plus élevé, de se soustraire au chômage dans le pays d’origine ou encore de trouver un emploi plus en rapport avec leur qualification [Wagnon, 1995]. À un niveau plus macrosociologique, le travail frontalier alimente une dynamique économique positive dans la Grande région jouant un rôle de « régulateur des marchés régionaux du travail » [Belkacem, Pigeron-Piroth, 2012]. D’un côté, des territoires en restructuration avec un taux de chômage relativement élevé, d’un autre côté des territoires plutôt caractérisés par un plus faible taux de chômage et des besoins en main-d’œuvre transfrontalière. Si la main-d’œuvre transfrontalière représente 44 % de l’emploi salarié total du Luxembourg, ce dernier a également recours à 94 000 salariés immigrés6.

16Quid des CA où résident les travailleurs frontaliers ? Leur développement économique est-il véritablement favorisé par la présence de nombreux travailleurs frontaliers ? La stratégie économique des CA transfrontalières parie-t-elle sur le développement du travail frontalier ? Plus précisément, notre problématique de recherche vise à savoir si les pratiques des travailleurs frontaliers affectent le développement économique de leur CA de résidence et si celui-ci est comparable selon qu'ils travaillent en Allemagne ou au Luxembourg.

17Pour traiter ce questionnement, nous avons testé l’hypothèse suivante : les travailleurs frontaliers choisissent leur lieu de résidence en fonction d’un triple accès au marché de l’emploi transfrontalier, aux services et aux réseaux de communication. Nous nous demanderons si le choix de résidence des travailleurs frontaliers est stratégique et dépend ostensiblement des possibilités offertes de travailler de l’autre côté de la frontière.

  • 7 Pour simplifier l’écriture, nous parlerons des CA de Thionville et de Forbach.

18Pour tester cette hypothèse, nous avons réalisé deux enquêtes monographiques ciblant les CA de Portes de France-Thionville et de Porte de France-Forbach7, car elles sont à grande proximité d’une frontière, comptent une proportion significative de travailleurs frontaliers et paraissent connaître des évolutions contrastées. Nos enquêtes monographiques ont cherché à recueillir des récits de vie de travailleurs frontaliers. Au total, nous avons dirigé près d’une vingtaine d’entretiens semi-directifs. Nous avons tout d’abord questionné 13 travailleurs frontaliers résidant dans les CA de Thionville ou de Forbach. Nous avons rencontré les premiers à l’occasion du cinquième salon des travailleurs frontaliers qui s’est tenu à Thionville en 2016. Nous avons interrogé les seconds dans les locaux de la Maison Ouverte des Services pour l’Allemagne (MOSA) à Forbach. Sans être représentatifs de l’ensemble des travailleurs frontaliers, ces témoignages éclairent les pratiques et les problématiques vécues par la plupart des frontaliers. En plus de ces entretiens, nous avons également sollicité le témoignage d'acteurs incontournables pour la compréhension des dynamiques économiques territoriales à l’œuvre dans les intercommunalités de Forbach et de Thionville. Nous nous sommes entretenus avec les responsables de la MOSA, la directrice de l’EUREGIO SaarLorLux à Esch-sur-Alzette, le vice-président de la CA de Forbach en charge des affaires transfrontalières et le premier assesseur de la CA de Thionville.

Encadré 1 : Biographie des travailleurs frontaliers interrogés

1. Yamin a 42 ans. Il s’installe à Thionville à la suite d’un divorce. Titulaire d’un BEP et d’un CAP en finition, il est d’abord ouvrier sur les chantiers SNCF à Montélimar puis vendeur en téléphonie mobile à Thionville, avant d’exercer le métier de peintre-plaquiste-enduiseur via des missions intérimaires par défaut en France et de préférence au Luxembourg. L’hiver, il est régulièrement « bloqué à la maison », les chantiers ne pouvant être réalisés par des températures trop froides. Avant cette trêve hivernale, il cherche coûte que coûte à accumuler 610 heures de travail pour avoir droit aux revenus de l’assurance-chômage. Il aspire aujourd’hui à obtenir un CDI en France.

2. Aude a 38 ans. Elle est célibataire, sans enfant. Suite à son BTS secrétaire assistante trilingue anglais, allemand et français, elle débute sa carrière en France par l’intérim à Paris puis à Nancy. En 2003, elle obtient un emploi au Luxembourg comme gestionnaire RH d’une grande société sidérurgique. Elle s’installe 5 mois à Hagondange, pour ensuite déménager la même année à Thionville pour se rapprocher de son travail.

3. Agé de 61 ans, Jean-Marc habite à Guénange, une commune située à moins de 10 kms de Thionville. Marié depuis 36 ans, père de 2 enfants, il est retraité. Titulaire d’un CAP de mécanicien, il a toujours occupé le même emploi de mécanicien industriel. Sa carrière complète et sans discontinuité se divise en 2 temps. Il a d’abord travaillé 18 ans en France, dans la sidérurgie, puis 25 ans dans un établissement luxembourgeois à Bascharage, et faisant partie d’une société multinationale leader des produits verriers.

4. Claude, 55 ans, marié, est père de 2 enfants. Cela fait 20 ans qu’il habite la CA de Thionville, d’abord à Thionville-même puis à Kuntzig. Après l’obtention de son bac, il fait une formation à l’issue de laquelle il s’engage dans l’armée. Il exercera différents métiers en France. Il a notamment été pasteur. C’est à la suite d’un licenciement, il y a un peu plus de 5 ans, qu’il devient, à 50 ans, un travailleur frontalier. Titulaire d’un permis poids-lourd, il est désormais chauffeur-routier pour une société luxembourgeoise.

5. Agée de 57 ans, Véronique est divorcée et mère de 2 enfants. En 2010, elle décide de s’installer dans le village de Breistroff-la-Grande, au nord de Thionville. Ayant toujours vécue en Moselle, ce « choix géographique » lui a permis de se rapprocher sensiblement de la frontière luxembourgeoise. En effet, Véronique est travailleuse frontalière depuis 1991. Elle a commencé en tant que caissière pendant 3 mois, avant de devenir gérante de station-service pour de multiples enseignes successives. Elle n’interrompra sa carrière luxembourgeoise que pendant 3 ans, pour travailler en France et « lever le pied par rapport à [ses] enfants ».

6. Sébastien a 36 ans. Il est marié à Séverine, responsable de magasin à Thionville. Ils ont deux enfants et ont construit une maison à Rurange-lès-Thionville, une commune au sud-est de Thionville. Titulaire d’un BEP maintenance, il a commencé à travailler à Gandrange, en Moselle, dans une célèbre aciérie, laquelle fermera ses portes en 2009. Dans le cadre d’une restructuration économique, il soumet 3 vœux de reconversion professionnelle lesquels ciblent des sites luxembourgeois. Depuis le premier avril de la même année, il est ouvrier de production en CDI à Differdange, une localité située à 20 kms au nord de la frontière française.

7. Nathalie, âgée de 42 ans, a obtenu un poste de cadre de santé à la suite de ses études d’infirmière. Plus tard, son parcours personnel l’amène à déménager à Terville d’où elle est originaire. Elle exerce sa profession depuis une quinzaine d’années au Luxembourg. En parallèle à sa carrière, elle a été élue conseillère municipale de sa commune.

8. Yvette, veuve, retraitée, a 62 ans. Elle habite depuis 35 ans un lotissement à Behren-lès-Forbach. Sortie du système éducatif à 17 ans, elle part travailler en Allemagne, en 1972, dans une entreprise faisant des relais téléphoniques où elle occupe le poste d’ajusteuse. En 1983, l’entreprise cesse son activité. Yvette reste alors à la maison, pour « élever ses enfants ». Par la suite, elle est encore une travailleuse frontalière deux ans de plus, étant femme de ménage dans une entreprise. Le reste de sa carrière, 21 années, est effectué en Moselle.

9. Nicole, 63 ans, retraitée, divorcée, habite Stiring-Wendel depuis plus de 3 ans. Poussée à regret par ses parents à vite travailler après l’obtention de son brevet, elle occupera différents emplois dans l’industrie, en tant que femme de ménage, dans l’armée, ou encore dans la comptabilité. Son dernier emploi, occupé en France, est celui d’assistante de direction. Son parcours professionnel l’amène à être frontalière en Allemagne entre les années 1969 et 1971, et 1996 et 1999.

10. Gérard est célibataire, sans enfant. Il réside à Spicheren depuis une vingtaine d’années. Il est diplômé de l’IFSI [Institut de Formation en Soins Infirmiers] de Metz. S’il est âgé de 53 ans, il est un très jeune travailleur frontalier. Diplômé en 1987, il doit effectuer son service national avant de commencer à travailler en Alsace, puis à Genève où il est à l’époque considéré comme un travailleur immigré. Il travaille ensuite à l’Hôpital de Forbach, puis au centre hospitalier de Freyming-Marlebach où il est titularisé. Des différends « pénibles » avec son employeur le contraignent à quitter son poste. Il exerce désormais sa profession depuis le 8 août 2016 en Allemagne, près de Sarrebruck, où il espère bientôt être titularisé.

11. Yves a 64 ans. Marié, il a un enfant. Yves n’a jamais quitté Forbach, ville où il est né. Après un apprentissage en mécanique, il travaille tout de suite dans une usine automobile à Sarrelouis, en Allemagne. Il connaîtra plusieurs employeurs sarrois. En France, il travaille un temps dans les mines de charbon avant de retourner en Allemagne. Aujourd’hui à la retraite, il a travaillé en tout 42 ans en Sarre et 6 ans en France.

12. Christiane, 50 ans, mariée est mère de deux enfants. Elle a toujours habité Stiring-Wendel. Elle est titulaire d’un CAP employé technique des collectivités. Après avoir occupé un emploi de femme de ménage et des « petits jobs » en Allemagne, elle arrête de travailler pour élever ses enfants. Elle retravaille ensuite en Allemagne par le biais de missions intérimaires. Elle finit par être « fixée » et y obtenir un CDI. Mais, huit mois plus tard, elle est victime d’un plan social et se retrouve au chômage pendant 2 ans. Cela fait désormais 11 ans qu’elle est aide à domicile en France.

13. Patrick, 62 ans, divorcé vit en concubinage. Originaire de Creutzwald, il vit à Forbach depuis 1988. Il se forme en apprentissage au métier de boucher, puis trouve un emploi en Allemagne. Des différends avec son employeur le poussent un temps à travailler en France. Aujourd’hui à la retraite, il a travaillé 12 années en France. Le reste de sa carrière, près de 30 années au total et qu’il termine comme contremaître, a été faite dans la même entreprise de boucherie-charcuterie allemande.

2.2. Présentation synthétique des CA de Thionville et de Forbach

19La CA de Thionville, composée de 13 communes (voir figure 1), se situe à environ 6 km de la frontière luxembourgeoise et à 30 km de Metz. Reliée à Luxembourg-Ville en 30 minutes par le train, en 45 minutes en voiture par l’autoroute A31 (et notamment en bus par la ligne Thionville-Kirchberg), la CA est traversée du nord au sud par ces deux seuls axes structurants en direction de Luxembourg et de Nancy. Frontalière, la CA a connu une croissance démographique de 3,7 % en 45 ans et totalise 79 469 habitants en 2013. Toutefois, cette évolution est inégalement répartie sur les communes qui la composent. Celles situées à proximité de l’autoroute A31 ou d’une gare ferroviaire ont une croissance démographique plus importante que celles situées à la marge de ces axes structurants. Par exemple, depuis 1960, le village de Basse-Ham qui a vu sa population progresser de 27 % et est même devenu une « ville » au sens de l’INSEE. Inversement, la population stagne par exemple à Lommerange. Angevillers et Fontoy ont même perdu des habitants. La CA s’organise autour d’un pôle urbain Terville-Thionville-Yutz (63 470 habitants) happé par la puissance économique de Luxembourg-Ville. Au début des années 2010, 32 900 des 106 500 actifs recensés dans la zone d’emploi de Thionville (soit 31 %) étaient des travailleurs frontaliers. Leur nombre avait progressé de près de 5 000 individus en 5 ans [Floch, 2011]. À la même période, le revenu annuel moyen des ménages thionvillois était estimé à 25 168 euros (contre 21 100 euros pour l’ensemble de la Moselle), permettant à Thionville d’intégrer les 10 % de cantons les plus riches de France [Thanry, 2012].

Figure 1 : Présentation de la CA de Thionville

Figure 1 : Présentation de la CA de Thionville

(Source : F. Gille et B. Scalvinoni, 2017)

20A contrario, la CA de Forbach jouxte la frontière allemande. Toutes les communes qui la composent sont frontalières (voir figure 2). 9 de ses 21 communes sont même officiellement transfrontalières. Les trois quart sont à moins de 5 km de la frontière. La CA est traversée d’est en ouest par l’autoroute de l’Est à sa limite sud et du nord au sud par l’A330 et la N61 en direction de Sarrebruck. Le « Moselle Saar 1 », une ligne de bus, relie Saint-Avold à Sarrebruck via Forbach. Au total la CA regroupe 79 450 habitants. Malgré sa proximité avec la Sarre où le taux de chômage est de 7,6 % en 2016 contre 18 % dans la CA, elle connaît un déclin démographique de près de 6,5 % depuis 1968, une baisse imputée à la fermeture progressive des Houillères de Lorraine. Mais là-aussi, cette évolution n’est pas homogène. Des communes réussissent à gagner de la population à l’image de Spicheren ou d’Alsting qui enregistrent respectivement une hausse de 45 % et de 49 % de leur population entre 1962 et 2014 alors que la population de Forbach, ville-centre, est restée stable entre les mêmes dates. De manière inattendue (cf. 3.2.), les communes non-frontalières de la CA et situées à l’est de l’A320 de sont celles qui connaissent un accroissement démographique le plus marqué. En 2011, 10 000 des 96 300 actifs recensés (soit 11,6 %) de la zone d’emploi de Forbach étaient des travailleurs frontaliers. Mais ils étaient 1 000 de plus, 5 ans plutôt. Néanmoins, la zone d’emplois de Forbach continue d’intégrer les vingt zones d’emplois françaises comptant le plus grand nombre de travailleurs frontaliers. Enfin, le canton de Forbach affiche des résultats économiques relativement moyens. Forbach intègre par exemple les 5 % de cantons de France métropolitaine aux revenus médians par ménage les plus faibles, et la proportion d’allocataires du revenu de solidarité active y est en moyenne plus importante que dans le reste du département [OTM, 2012].

Figure 2 : Présentation de la CA de Forbach

Figure 2 : Présentation de la CA de Forbach

(Source : F. Gille et B. Scalvinoni, 2017)

3. Résultats des enquêtes monographiques

3.1. Des expériences de travail lucratives au Luxembourg, plus mitigées en Sarre

21Les frontaliers résidant dans la CA de Thionville signalent tous l’attrait financier à travailler au Luxembourg. À titre d'exemple, Jean-Marc déclare qu’il a « gagné 50% de plus » en passant la frontière, « sans compter les augmentations régulières ». Claude gagne « 800 à 1 000 euros de plus » à faire son métier au Grand-Duché. Aude fait ce constat : « Tout le monde dit : « Il y a crise ! », je ne sais quoi. Eh bien moi, tout va bien ! ». Il est vrai qu’elle paye 877 euros d’impôts mensuels et perçoit un revenu « deux voire trois fois » supérieur au meilleur salaire qu’elle ait touché en France (1 400 euros). L’augmentation du niveau de vie offerte par l’emploi luxembourgeois dépasse les seules rémunérations. Selon leur situation familiale, leur âge, les contraintes de leur profession, les témoins sondés sont sensibles à certains avantages plutôt que d’autres. Enduiseur-couvreur, Yamin, se retrouve au chômage trois mois par an, son activité ne pouvant être réalisée par des températures trop froides. Or, il sait qu’il perçoit une allocation-chômage de l’ordre de 1 100 euros s'il a préalablement travaillé au Luxembourg et aux alentours de 800 euros s’il a plutôt effectué des missions intérimaires en France. Les personnes interrogées les plus âgées mettent en avant les écarts de revenus à la retraite. Véronique, âgée de 57 ans, bientôt à la retraite, commente : « Pour vous donner un exemple, j’ai fait une simulation. En France, 15 ans de travail, 437,05 euros. Au Luxembourg, 1 600 euros ! ». Retraité, Jean-Marc peut apprécier les avantages de sa carrière majoritairement luxembourgeoise : « Pour 18 ans en France : 274 euros. Et pour 25 ans au Luxembourg, c’est 2 200 et quelque chose. »

22Lorsqu’ils sont parents, les frontaliers insistent également sur les conditions de versement et le montant des allocations familiales nettement plus avantageuses de l’autre côté de la frontière. La loi luxembourgeoise stipule que les allocations familiales sont versées dès le premier enfant, sans condition de ressources et sont dues à partir de son mois de naissance et jusqu'à ses 18 ans accomplis. Leur montant varie de 185,60 euros mensuels (pour un enfant) à 1 526, 38 euros (pour 5 enfants). Pour illustrer cet autre avantage, on retiendra les propos de Sébastien père de deux enfants âgés de 5 ans et de 22 mois : « Au Luxembourg, pour 2 enfants, vous bénéficiez de 650 euros d’allocation par mois. En France, vous ne touchez rien pour un seul enfant. Et pour deux enfants, c’est peut-être 180 ou 200 euros. ». Le prix moindre de certains produits (sont cités l’essence, le tabac, l’alcool), la mise à disposition à bas coût d’une voiture de fonction, des « cartes-essence » de remboursement des frais kilométriques, de meilleures chances d’obtenir un crédit parce que le jugement de votre situation personnelle faite par le banquier est plus favorable, etc., sont d’autres avantage cités et qui comptent encore dans le calcul des habitants de la CA de Thionville d' intégrer le marché du travail luxembourgeois.

23Les habitants de la CA de Forbach ont également évoqué le gain financier à être un travailleur frontalier en Allemagne. Ce résultat doit cependant être relativisé par les caractéristiques personnelles des frontaliers interrogés (quatre sont retraités). Nicole et Yvette, toutes deux la soixantaine, ont notamment occupé des emplois d'ouvrière dans des entreprises sarroises. La première se rappelle qu’elle gagnait l'équivalent de 1 000 à 1 100 francs en Allemagne contre 800 francs en France. La seconde se souvient que « c’était une usine qui payait bien. ». Plusieurs frontaliers font noter que le gain était d’autant plus avantageux qu’ils étaient payés en deutschemarks, une monnaie alors plus forte que le franc et de fait avantageuse au moment du change. Patrick ancien boucher-charcutier pour une grande enseigne allemande explique : « Il y avait une grande différence. En mark par rapport au franc, il y avait encore les marks. Je rentrais avec une paie de 5 à 6 000 marks par mois. C’était une brique. C’était triplé. ».

24Pour les personnes dont l'expérience de travailleur frontalier a été plus courte ou plus récente, l'avantage financier à travailler en Allemagne n’apparaît pas significatif. Par exemple, Christiane explique qu’elle a travaillé en tant qu'aide à domicile en Sarre parce que « le métier lui plaisait ». Gérard, 53 ans a toujours travaillé dans le milieu hospitalier. Suite à un « différend pénible » avec son employeur, il devient, en août 2016, un néo-frontalier. Il accepte un poste en Sarre parce que les horaires, les conditions et « l’éthique du travail » lui « conviennent bien », même s'il gagne « près de 40% de moins ».

25Les frontaliers interrogés sont aussi nombreux à évoquer des « problèmes administratifs ». Concrètement, l’un se rappelle qu’un handicap professionnel ouvrant droit à pension en France n’a pas été reconnu par la Sécurité sociale allemande. Un autre explique que le contrat de travail allemand était « compliqué » ou qu’un motif de licenciement en Allemagne n’avait pas d’équivalence en France. Beaucoup de ces travailleurs frontaliers se retrouvent contraints de livrer une bataille juridique pour faire valoir un droit à pension ou à une allocation. Il faut encore signaler que l'adoption de la loi du 1er janvier 2005 relative aux pensions et retraites par le Bundestag oblige de nombreux anciens travailleurs frontaliers à payer des impôts sur la retraite à l’Etat allemand. On retrouve là l’idée que les obstacles administratifs et juridiques sont une entrave à l’intégration d’un marché du travail transfrontalier [Schmidt, Buch, Niebuhr, 2009].

3.2. Un choix de résidence relativement corrélé aux facilités d’être un travailleur frontalier dans le cas de Thionville, faisant appel à d’autres motifs dans le cas de Forbach

26Sur la CA de Thionville et sa zone d’influence, nous distinguons différents types de comportements. Une partie des travailleurs frontaliers originaires de la CA ne met pas en valeur le critère de l’emploi pour expliquer leur choix résidentiel. Par exemple, Claude explique que son emménagement résulte plus simplement d’un choix de vie : « Nous recherchions une maison dans un petit village tranquille. Nous avons trouvé la maison à rénover. Nous nous sommes installés. Nous avons quitté Thionville pour venir sur Kuntzig ». Jean-Marc explique qu’il habite Guénange, une petite commune à proximité de la CA de Thionville, parce que « la famille y vit, alors nous avons continué ». Ainsi, pour certains habitants de la CA de Thionville, le choix du lieu d’habitation semble d’abord relever de motifs personnels, familiaux et des relations amicales [Hansen, Nahrstedt, 2000].

27Pourtant, lorsque nous nous référons à la figure 1, nous constatons qu’ils habitent tous des communes stratégiques pour travailler au Luxembourg, notamment par la proximité de l'autoroute A31. De plus, au cours des entretiens, les discours mettent fréquemment en avant cet avantage géographique. Claude nous dit par exemple : « Je trouve que c’est judicieux d’habiter Kuntzig pour la simple et bonne raison qu’en 5 minutes, j’ai la voie rapide qui m’amène sur l’A31. Kuntzig est très bien situé. ». De même, il convient de s’attarder davantage sur les cas précis de Sébastien et de Jean-Marc. Le premier habite une commune relativement éloignée de la frontière luxembourgeoise et d’une entrée sur l’A31. Mais ses horaires de travail atypiques lui permettent de faire les 55 km qui séparent son domicile de son travail en 35 minutes : « Moi, avec mes tournées, je suis en dehors des heures de pointe. Pour aller ou revenir du Luxembourg, je suis toujours hors bouchon ». Ayant toujours occupé un emploi en travail posté, Jean-Marc a lui aussi réussi à échapper aux embouteillages. Les horaires de travail atypiques minorent donc le besoin pratique de résider à proximité de la frontière luxembourgeoise.

28Enfin, d'autres travailleurs frontaliers ont clairement expliqué que leur lieu de résidence est fonction des facilités offertes de travailler de l'autre côté de la frontière. C’est le cas de Véronique qui a déménagé sciemment à Breistroff-la-Grande située en Moselle et à proximité de la frontière luxembourgeoise (à 10 minutes de Dudelange) : « Je suis à côté, c’est fait exprès. J’ai choisi ce lieu, parce qu’avant, dès que la Moselle débordait, j’étais obligée de faire un détour de 40 km pour accéder à la frontière. (….) Je mets une heure pour faire 33 km, quand tout va bien. Avant, j’en avais pour 3 heures ! ». Non-titulaire du permis de conduire, Aude a également fait un déménagement rationnel : « J’ai habité 5 mois à Hagondange qui n’était pas super bien desservie en trains. C’est ce qui m’a motivé à aller sur Thionville (...) J’ai pu déménager et venir ici. Je ne suis même pas à 10 minutes à pied de la gare ».

29Enfin, même s'ils habitent à proximité de la frontière luxembourgeoise, se rendre au lieu de travail reste problématique. À titre d'illustration, nous citerons les propos de Claude : « Pour passer la frontière, il faut s’armer de patience. Je commence à 6h30. (…) Je pars de chez moi à 5h15 et j’arrive à 6h pour faire 30 km. Donc tous les matins, c’est la cohue (…) il suffit qu’il y ait le moindre accrochage ou des intempéries et on est facilement en retard. (…) C’est ce qui m’a fait longtemps hésité d’ailleurs à aller travailler au Luxembourg, et ça rebute beaucoup de gens. C’est le problème du trajet. Et encore, moi je ne suis pas loin ! ».

30Pour les résidents de la CA de Forbach, les choix résidentiels ne sont jamais réalisés en fonction des possibilités de travailler en Allemagne. L’installation des personnes interrogées s’est faite pour d’autres critères, plus personnels. Yves a « racheté une maison à une tante » à Forbach où il a toujours habité. Nicole habite Stiring-Wendel « parce que les impôts locaux sont moins élevés ». Yves habite la commune où il est né : Forbach. Gérard, domiciliant à Spicheren, recherchait « un endroit tranquille ». Certes, toutes ces personnes habitent des communes pratiques pour pouvoir travailler en Allemagne, mais aucune ne s’appuie sur cet avantage, même faiblement, pour justifier leur choix.

31Ces déclarations sont à associer au fait que leur expérience de travailleur frontalier a été beaucoup plus courte et morcelée que celle des frontaliers au Luxembourg interrogés (la majorité n’a plus travaillé en France depuis l’obtention d’un emploi au Luxembourg). Yvette a travaillé 13 ans en Allemagne, Nicole, 5 ans. Gérard n’est frontalier que depuis le mois d’août 2016. Au regard de la part relative du travail frontalier sur l’ensemble de leur parcours professionnel, on comprend que le besoin d’habiter un lieu stratégique pour travailler en Allemagne n’est pas marqué dans le discours de ces personnes. Par ailleurs, les contraintes liées aux trajets domicile-travail sont incomparables à celles vécues par les travailleurs frontaliers au Luxembourg qui sont bien plus nombreux à occuper un emploi de l’autre côté de la frontière.

3.3. Deux dynamiques locales distinctes d’encouragement du travail frontalier

32Les discours des acteurs institutionnels que nous avons rencontrés pour notre enquête montrent l'importance du travail frontalier pour le développement territorial de la CA de Thionville. Dans ce but a été inaugurée à Thionville-même, en 2006, la Maison du Luxembourg qui, comme l'explique le premier assesseur de la CA, est une structure de renseignement et d'aide (notamment dans les démarches administratives) aux travailleurs frontaliers. Sans surprise, ce sont de loin les infrastructures routières et ferroviaires, l'ensemble des modes de transport des salariés frontaliers, qui concentrent l'attention et les efforts des élus concernés. Évoquant la circulation « infernale », le premier assesseur illustre cette priorité par cet exemple : « Ils font remonter les informations. Moi élu, ça va être aussi ma mission de le faire remonter aux autorités compétentes. Maintenant il y a aussi tout ce qui est mis en route pour voir comment améliorer la circulation au niveau de l’A31 ». Conformément à la constatation que la mobilité transfrontalière est favorisée lorsqu’une politique de développement (coûts ou infrastructures) est mise en place [Jensen, 2013], la CA de Thionville a inauguré, le 18 octobre 2017, le chantier du « S-HUB ». Ce projet d’immeuble de télétravail doit ouvrir fin 2018. Situé entre les villes de Thionville et de Yutz, à proximité de l’A31, le « S-Hub » d’une surface de 2 250 m² coûtera 4,5 millions d’euros dans sa phase initiale. À terme, il doit accueillir 10 000 travailleurs frontaliers. Ce projet est une réponse locale aux contraintes de transports vécues par les travailleurs frontaliers au Luxembourg, lesquels passeraient quotidiennement 3 à 4 heures dans les bouchons selon différents communiqués officiels de la Mairie de Thionville.

33En définitive, ces investissements sont récompensés dans la mesure où les travailleurs frontaliers habitant la CA ont des besoins permettant le maintien, surtout dans les petites communes, d’organismes et d’activités dont on peut douter qu'ils subsisteraient sans leur présence, comme le conclut la directrice de l'EUREGIO SaarLorLux : « L'avantage de la nécessité d’avoir plus de services à la population, c’est quand même d’avoir une population jeune et dynamique. Ça rajeunit quand même un certain nombre de communes. Grâce aux frontaliers, une population s’est stabilisée alors qu’on aurait peut-être pu perdre 300 habitants. Des écoles sont maintenues. Même s’ils sont un peu dortoirs, nos villages sont encore là. Ils ne sont pas comme ceux de la Lozère ou du Cantal où il n’y a plus rien ! C’est un argument de plus pour demander à y maintenir un bureau de poste ou une crèche. C’est un sacré avantage, même pour le milieu rural, ici. En zone de proche frontière, on reste avec des villages encore vivants, avec des groupements pédagogiques, des écoles, un bureau postal même s’il n’est pas ouvert tous les jours. On reste avec une présence minimale de services publics qui disparaissent dans d’autres villages plus excentrés et plus éloignés de ce pôle d’attraction ».

34D'un autre côté, pour la CA de Thionville, et pour l'ensemble des intercommunalités lorraines qui sont des bases résidentielles importantes des travailleurs frontaliers au Luxembourg, se pose le problème des modes de financement et de la rentabilité des infrastructures et services soutenant le travail frontalier. La problématique est d'autant plus exacerbée que, de manière atypique, les travailleurs frontaliers occupant un emploi au Luxembourg ne paient pas leurs impôts dans le pays de résidence (ce qui est habituellement la règle appliquée) mais au Grand-Duché : « Thionville-centre est plus chère que les villages alentours. Les maires de petites communes transfrontalières sentent bien cette pression. La pression immobilière, la pression en termes d’écoles, de crèches, de services de la petite enfance » (directrice EUREGIO). Ces pressions financières sont d'autant plus marquées pour les élus de la CA de Thionville que la main-d’œuvre frontalière, dont les analyses récentes montrent qu'elle est de moins en moins constituée de personnes originaires de Lorraine, présente un aspect « mercenaire ». Relayant le discours des élus locaux de la Grande Région, la directrice d'EUREGIO faisait la remarque suivante sur le profil particulier des travailleurs frontaliers et néo-habitants de la CA de Thionville, et plus généralement des zones de résidence des travailleurs frontaliers : « Les élus le sentent. Dans nos petites communes rurales – je vis dans un village –, on sent bien que les gens qui ont racheté de vieilles maisons sont des gens qui vivent au Luxembourg, originaires d’autres territoires. Ils ne vont pas forcément dans les associations. On va faire du résidentiel et du dortoir. Les gens viennent parce que le foncier est moins cher, parce que l’autoroute est proche. Mais on ne s’investit pas forcément dans les associations locales, parce qu’on n’est pas plus attaché que ça au territoire. Ça, on le constate tout doucement. ». Plusieurs des travailleurs frontaliers interrogés nous ont déclarés par exemple ne pas vouloir rester sur place à la retraite.

35Le ratio coûts/profits de chaque infrastructure est donc déterminant dans les décisions adoptées par les élus de la CA : « Si on ouvre une école, parce qu’on a une pression, que de nouvelles familles arrivent, mais qu’on sait que dans 10 ans, ces familles repartiront au gré des mutations ou autre... C’est un peu comme les anciennes villes de garnison, où la population évoluait beaucoup en fonction de la présence des militaires. C’est une préoccupation des élus ». Dans ce but, une partie des élus des communes lorraines frontalières milite pour l’instauration d’un système de rétrocession fiscale semblable à l’accord déjà en place entre les Etats de la Belgique et du Luxembourg : « [les élus de Moselle] disent qu’ils hébergent des frontaliers qui paient leurs impôts au Luxembourg, qu’ils ont la taxe d’habitation en échange mais que ça ne suffit pas, loin de là, pour développer des écoles, des crèches, des infrastructures. Ici, les communes ne suivent pas, elles n’ont pas du tout de moyens d’autant plus qu’elles n’ont plus d’entreprises sur leur territoire. Par contre, il faut qu’elles créent des écoles à leur charge, etc. D’où cette volonté, de la part d’un certain nombre d’élus, d’obtenir une rétrocession fiscale de la part du Luxembourg ».

36Le développement économique de la CA de Forbach promeut également fortement le développement du travail frontalier. La mise en place de services adaptés à cet objectif et la lutte contre les entraves décourageant les habitants à passer la frontière pour occuper un emploi caractérisent bien cette orientation : « L’objectif est de favoriser la fluidité du marché de l’emploi. C’est-à-dire de permettre à plus de frontaliers de se déplacer en Allemagne pour y travailler. Il faut les informer sur les caisses de retraite, les caisses de maladie, les fiches de paie, sur les emplois disponibles, sur les transports en commun, etc. (…) Il y a un chômage assez important des jeunes côté mosellan. Il n’y a pas beaucoup de chômage en Sarre. Ils sont mêmes plutôt en déficit de demandeurs d’emploi. » (Vice-président de la CA). La création récente, en 2015, à Forbach même, à proximité de la gare SNCF reliant la ville à la Métropole de Sarrebruck, de la Maison Ouverte des Services pour l'Allemagne (MOSA) participe directement à cet objectif. Les missions de la MOSA sont expliquées en ces termes par sa responsable : « Nous, on fait une présentation neutre de l’état des lieux. Information-juridique, on peut le faire. On a toutes les brochures. On peut leur dire quel est leur statut, ce que ça veut dire par rapport à la Sécurité sociale. Quel est le pays compétent ? Est-ce qu’on paye ses cotisations ? Au chômage, à qui s’adresser et quels sont les formulaires à remplir ? On les accompagne pour les aider à remplir les formulaires. (…) On ne les fait pas à leur place, mais on les guide. Et on fait le lien avec les administrations ».

37En termes concrets, cette stratégie économique vise dans un premier temps à renforcer l'employabilité des individus concernés. Une insistance toute particulière est portée sur l'apprentissage de l'allemand. Des compétences qui, selon la responsable de la MOSA, manquent à la main-d’œuvre locale pour travailler en Allemagne : « Nous, ce qu’on voit, c’est qu’il y a une offre d’emplois en Allemagne qui existe et une génération intermédiaire qui n’est pas capable d’aller travailler en Allemagne parce qu’elle ne maîtrise pas la langue ». Des « formations de remise à niveau » de la langue allemande sont proposées aux adultes. En parallèle, et à l'échelle du département, des fonds sont débloqués pour promouvoir la création de classes bilingues français-allemand à l'école. Le vice-président de la CA de Forbach explique : « La commune recrute un assistant éducatif, c'est-à-dire une personne allemande, et la personne intervient dans les classes maternelles ou primaires au côté des enseignants pour les assister en langue allemande. (…) C’est pour familiariser les jeunes à la langue allemande. (…) Le département cofinance à hauteur de 20 %, la CA cofinance aussi, il me semble 16 % et l’UE met 32 % et les communes payent le solde ». Dans un second temps, il s’agit de mieux diffuser localement les offres d'emplois transfrontalières. La MOSA de Forbach est un outil majeur de cet objectif. Sa responsable commente : « On a aussi des liens avec des agences d’intérim qui ont eu connaissance de notre existence et qui parfois nous envoient des annonces. (…) On est un diffuseur d’informations. Les stages – quand on trouve des stages –, on les diffuse. L’apprentissage transfrontalier. Il nous manque encore le public des jeunes. Ou alors, ils viennent trop tard à cause des décalages culturels ». La rencontre entre demandeurs et offreurs d'emplois transfrontaliers est donc optimisée. Pour la responsable de la MOSA, cette orientation passe également par la meilleure promotion des atouts du travail frontalier en Allemagne, lequel ne bénéficie pas toujours d'une bonne presse, notamment en raison des retours d'expériences négatives des travailleurs frontaliers : « Frontalier = démarches administratives = conflit, d’une manière ou d’une autre, de plusieurs systèmes ou de lois. C’est donc plus facile de ne pas passer la frontière. ».

38Enfin, des mesures sont mises en place pour favoriser la mobilité des travailleurs frontaliers. Ces aménagements ne ciblent pas les frontaliers qui se rendent en Allemagne par les voies routières. Nous avons vu que les déplacements en voiture ne posent pas, dans le cas du travail frontalier en Allemagne, de difficultés notables. Sont donc visées les personnes souhaitant travailler en Allemagne mais contraintes d'utiliser les transports en commun. Sur ce sujet, le vice-président de la CA de Forbach revient sur deux solutions validées ou en cours : « Il y a l’exemple déjà réussi de la ligne de bus entre Saint-Avold et Sarrebruck. Le « MS1 », le « Moselle Saar 1 ». C’est une ligne de bus avec un cadencement d’une heure qui va de Sarrebruck jusqu’à Saint-Avold et de Saint-Avold à Sarrebruck. La CA de Forbach fait partie des co-financeurs et des organisateurs. (…) Ensuite, le deuxième qui est plutôt un projet, c’est l’extension du tram de la Saarbahn de Sarrebruck jusqu’à Forbach. (…) Il arriverait à la gare multimodale de Forbach. C’est un tram qui pourrait utiliser soit les voies de chemin de fer de la SNCF, soit qui utiliserait l’ancien réseau des houillères de Lorraine ».

Conclusion

39Plusieurs constats peuvent être tirés de cette étude comparative de l’impact des pratiques des travailleurs frontaliers sur ces deux intercommunalités proches de la frontière sarroise ou luxembourgeoise. Les témoignages des travailleurs frontaliers habitant la CA de Thionville mettent en avant les nombreux avantages à traverser la frontière pour occuper un emploi. Et la majorité aspire à continuer leur carrière professionnelle au Grand-Duché jusqu'à la retraite. Les témoignages des travailleurs frontaliers en Sarre et résidant la CA de Forbach s'avèrent, dans leur ensemble, assez positifs. Pouvant offrir des rémunérations plus élevées qu'en France, le travail frontalier en Sarre a surtout permis aux travailleurs interrogés de sortir du chômage ou d'obtenir un emploi plus satisfaisant. Mais au regard de leurs expériences, les contraintes à devenir un travailleur frontalier en Allemagne s'avèrent nombreuses et même pesantes. Pour ces raisons, l'attractivité du travail frontalier en Sarre est nettement moindre.

40Ce premier élément de résultat en explique un autre. Notre recherche a en effet nuancé l'hypothèse que les travailleurs frontaliers choisissent un lieu de résidence qui leur permette de se rapprocher de manière très rationnelle de la frontière et donc des emplois frontaliers. Cette hypothèse n'est pas du tout vérifiée dans le cas des travailleurs frontaliers originaires de la CA de Forbach. Leur domiciliation s'opère pour d'autres critères (des motifs familiaux, des goûts personnels, etc.). Mais surtout, les contraintes pratiques à travailler en Sarre (tels que les embouteillages, etc.) sont faibles. Il n'existe donc pas de zone d'habitation mosellane plus stratégique ou plus fonctionnelle qu'une autre pour travailler en Sarre. Dans le cas des travailleurs frontaliers originaires de la CA de Thionville, nous avons observé que des critères plus personnels, familiaux entrent aussi dans le processus décisionnel. Ainsi, leurs choix résidentiels sont le résultat de considérations à la fois utilitaires et sociales hiérarchisées par des critères de choix individuels où le mode de vie entre de plus en plus en compte (Thomas, 2014). Mais les caractéristiques des individus jouent dans l'arbitrage final. Les travailleurs frontaliers qui occupent un poste aux horaires atypiques et ceux qui résidaient déjà à grande proximité de la frontière luxembourgeoise avant de travailler au Grand-Duché n'éprouvent pas le besoin rationnel de s'en rapprocher. Pour les autres, les déplacements quotidiens s'avèrent problématiques. Beaucoup choisissent alors d'effectuer un déménagement pragmatique facilitant le travail de l'autre côté de la frontière.

41À un niveau plus macrosociologique, on observe que le développement de ces deux intercommunalités est très fortement dépendant du marché du travail transfrontalier. Action directe sur les manques de qualification de la main-d’œuvre locale, facilitation de la rencontre des acteurs du marché de l'emploi transfrontalier et aide à la mobilité des travailleurs frontaliers sont les actions qui soutiennent le développement économique de la CA de Forbach, lequel repose ostensiblement sur un encouragement fort du travail frontalier. La même logique est repérable au niveau de la CA de Thionville, même si les efforts portent prioritairement sur la fluidification de la circulation des travailleurs frontaliers, la flexibilisation des modes de transport transfrontaliers, et même la recherche de nouvelles formes du travail frontalier par le biais du télétravail. L'emploi frontalier est donc tout autant au cœur de la dynamique économique territoriale de cette autre intercommunalité. Cependant, le coût de chaque mesure ou dispositif aidant au développement du travail frontalier est soupesé par les collectivités territoriales qui en ont la charge financière. Dans les deux cas de figure, le projet de loi de finance de 2018 visant notamment la suppression de la taxe d’habitation pourrait cependant freiner les investissements soutenant le travail frontalier fournis par les intercommunalités frontalières.

Haut de page

Bibliographie

Ast D., 2014, Une croissance économique faible en Lorraine, INSEE Economie lorraine n°337.

Auburtun E., 2005, Anciennes frontières, nouvelles discontinuités : les impacts du développement du travail frontalier sur les populations et les territoires du Nord lorrain, Espace Populations Sociétés 2005/2.

Batto V., Neiss M., 2005, Frontaliers : toujours plus de lorrains à destination du Luxembourg, INSEE, Economie Lorraine n°58-59.

Belkacem R., Pigeron-Piroth I., 2016, L’intérim transfrontalier : les marges de l’emploi aux marges des territoires, Revue française de socio-économie n°17.

(Dir. par) Belkacem R., Pigeron-Piroth I., 2012, Le travail frontalier au sein de la Grande Région Saar-Lor-Lux. Pratiques, enjeux et perspectives, Éditions universitaires de Lorraine, Nancy.

Belkacem R., Pigeron-Piroth I., 2011, Travail frontalier et développement transfrontalier au sein de la Grande région Sarr-Lor-Lux, Revue Geo-Regards n°4.

Biscaut A., 2009, Les revenus des ménages du nord lorrain « boostés » par les salaires frontaliers, INSEE Economie lorraine n°154.

Carpentier S., Epstein D., Gerber P., 2012, Implications de la mobilité quotidienne dans les stratégies résidentielles transfrontalières, Espace populations sociétés, volume 3

Carpentier S., Gerber P., 2012, Structure des mobilités locales et reconfiguration des espaces de vie transfrontaliers luxembourgeois, in Belkacem R., Pigeron-Piroth I., (dir. par), Le travail frontalier au sein de la Grande Région Saar-Lor-Lux. Pratiques, enjeux et perspectives, Éditons universitaires de Lorraine.

Carpentier S., 2010, La mobilité résidentielle transfrontalière entre le Luxembourg et ses régions voisines, Luxembourg, Éditions Saint-Paul.

Creusat J., Rimlinger S., 2002, La Lorraine : entre reconversion et diversification, INSEE Economie Lorraine n°225.

Denert O., 2012, Les flux de travailleurs frontaliers en France et en Europe, in Belkacem R., Pigeron-Piroth I., (dir. par), Le travail frontalier au sein de la Grande Région Saar-Lor-Lux. Pratiques, enjeux et perspectives, Éditons universitaires de Lorraine.

Diop L., Lamour C., 2014, L’urbanité aux frontières du Luxembourg : de la polarité industrielle à la périphérie métropolitaine, Territoire en mouvement, n°23-24.

Diop L., 2011, Luxembourg : les marchés fonciers et immobiliers transfrontaliers à l’épreuve de la métropolisation, CEPS INSTEAD, working papers n°48.

Diop L., 2011, Métropolisation et spécialisation sociale de l’espace : Quel effet de la frontière dans l’aire résidentielle transfrontalière de Luxembourg ?, CEPS INSTEAD, working papers n°25.

Drevon G., Gerber P., 2012, Des profils sociodémographiques en forte évolution. In La mobilité des frontaliers au Luxembourg : dynamique et perspectives, Les cahiers du CEPS-INSTEAD, Hors-série.

Dubois-Pot J., 2010, Le travail frontalier lorrain au diapason des économies limitrophes, INSEE Economie lorraine n°233.

Enaux E., Carpentier S. 2012, Le vécu quotidien du déplacement domicile-travail. In La mobilité des frontaliers au Luxembourg : dynamique et perspectives, Les cahiers du CEPS-INSTEAD, Hors-série.

Floch J.-M., 2011, Vivre en deçà de la frontière, travailler au-delà, INSEE Première n°1337.

Gerber P., Carpentier S., 2012, Impacts de la mobilité résidentielle transfrontalière sur les espaces de la vie quotidienne des actifs du Luxembourg, Economie et statistique n°457-458.

Hamez G., 2013, Vers un modèle multiscalaire des territoires frontaliers intérieurs à l’Union européenne, Belgeo, volume n°1.

Hansen C. L., Nahrstedt B., 2000, Cross-border commuting: Research issues and a case study for the Danish-German border region, In Borders, regions and people. European Research in Regional Science volume 10, eds. M. Van der Velde and H. Van Houtum, Dublin.

Hauret L., Zanardelli M., 2012, Les déterminants de la biactivité frontalière au Luxembourg ; In Belkacem R., Pigeron-Piroth I., (dir. par), Le travail frontalier au sein de la Grande Région Saar-Lor-Lux. Pratiques, enjeux et perspectives, Éditons universitaires de Lorraine.

Herrmann H., Schack M., 2004, Fallstudien fur deutsch-danische Grenzraume. In Entwicklung europäischer Grenzräume bei abnehmender Bedeutung nationaler Grenzen, eds. L. Thormahlen, Hannover.

Jensen A., 2013, Mobility Regimes and Borderwork in the European Community , Mobilities, volume 8:1, pp. 35-51.

Knotter A., 2014, Changing Border Regimes, Mining, and Cross-border Labor in the Dutch–Belgian–German Borderlands, 1900–1973, Journal of Borderlands Studies, volume 29:3.

Lamour C., Decoville A., 2014, Vers une territorialité métropolitaine transfrontalière hybride ?, Métropoles n°14.

Observatoire Interrégional du marché de l’Emploi (OIE), 2010, Situation du marché de l’emploi dans la Grande région, septième rapport de l’OIE pour le douzième Sommet des Exécutifs de la Grande région, Sarrebruck.

Observatoire Interrégional du marché de l’Emploi (OIE), 2014, Rapport sur la situation économique et sociale de la Grande Région 2013/2014 pour le CESGR.

Observatoire du Territoire de la Moselle (OTM), 2012, Situation sociale, économique et environnementale de la Moselle.

PriceWaterhouseCoopers., 2011 ; La compétitivité des PME en Grande région.

Schmidt T. D., Buch T., Niebuhr A., 2009, Crossbordercommuting in the DanishGerman border region integration, institutions and crossborder interaction, Journal of Borderlands Studies, volume 24:2.

Schmitz F., Gerber P., 2012, Voiture ou transports en commun ? Comment les frontaliers se rendent-ils au travail ?, In La mobilité des frontaliers au Luxembourg : dynamique et perspectives, Les cahiers du CEPS-INSTEAD, Hors-série.

Schmitz F., 2012, Combien de temps du domicile au travail ? In La mobilité des frontaliers au Luxembourg : dynamique et perspectives, Les cahiers du CEPS-INSTEAD, Hors-série.

Thanry J.-P., 2012, Revenus des frontaliers lorrains du Luxembourg, INSEE Economie lorraine n°280.

Thomas M.-P., 2014, Les choix résidentiels : une approche par les modes de vie. In Fol S., Miot Y., Vignal C., Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Presses Universitaires du Septentrion

Wagnon M.-D., 1995, Motivations et mobilité, INSEE Economie lorraine n°139.

Haut de page

Notes

1 D’une superficie de 65 400 km2, la Grande Région désigne un territoire comptant 11,3 millions d’habitants constitué de la Sarre, de la Rhénanie-Palatinat, de la Lorraine, de la Wallonie et de l’État du Luxembourg.

2 278 534 personnes concernées en 2013 selon l’Office fédéral de la statistique.

3 Source : Comparatif Social Européen.

4 Source : Ministère de la Sécurité sociale luxembourgeoise.

5 Source : INSEE.

6 Source : STATEC.

7 Pour simplifier l’écriture, nous parlerons des CA de Thionville et de Forbach.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Présentation de la CA de Thionville
Crédits (Source : F. Gille et B. Scalvinoni, 2017)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7253/img-1.png
Fichier image/png, 417k
Titre Figure 2 : Présentation de la CA de Forbach
Crédits (Source : F. Gille et B. Scalvinoni, 2017)
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7253/img-2.png
Fichier image/png, 371k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Gille et Benoit Scalvinoni, « L'impact territorial des pratiques des travailleurs frontaliers : les exemples contrastés des CA de Thionville et de Forbach  », Espace populations sociétés [En ligne], 2017-3 | 2018, mis en ligne le 25 janvier 2018, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/eps/7253 ; DOI : 10.4000/eps.7253

Haut de page

Auteurs

Fabien Gille

Docteur en géographie et en aménagement du territoire
LOTERR, Université de Lorraine

Benoit Scalvinoni

Docteur en sociologie
2L2S, Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals