Navigation – Plan du site
Varia

Reconfigurations spatiales et temporelles des réseaux personnels et du projet migratoire dans un contexte d’incertitude : le cas des Ukrainiens en Espagne

Spatial and temporal reconfigurations of personal networks and of migration project in a context of uncertainty: The case of Ukrainians in Spain
Renáta Hosnedlová

Résumés

Cet article analyse le projet migratoire des immigrés ukrainiens en Espagne dans un contexte d’incertitude économique et géopolitique comme un processus dynamique, en articulant les dimensions temporelles, spatiales et relationnelles. Plus précisément, les intentions résidentielles (rester, rentrer ou ré-émigrer) sont étudiées en relation avec l’évolution de l’ancrage relationnel, à la fois dans le pays d’origine, dans le pays d’accueil et dans d'autres pays. Les analyses sont basées sur une étude longitudinale réalisée en plusieurs vagues entre 2009 et 2016, en s’appuyant sur une méthodologie mixte. Une analyse quali-quantitative et visuelle du changement et/ou de la stabilité de la composition et de la structure des réseaux personnels a montré que le projet migratoire est très lié aux sentiments d’appartenance, dépendants à la fois de la configuration locale et transnationale des réseaux personnels. D’autre part, cette configuration de réseaux détermine l’impact des crises économiques et le conflit armé sur la planification du futur lieu de résidence.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce travail réalisé dans le cadre du LABEX portant la référence ANR-11-LABX-0066 a bénéficié d'une aide de l’Etat gérée par l'Agence Nationale de la Recherche au titre du programme Investissements d’avenir portant la référence n° ANR-11-IDEX-0002-02.

Texte intégral

1. Introduction à la problématisation du projet migratoire

1Toutes les actions migratoires (émigration, retour au pays d'origine), ré-émigration, etc., même celles qui nous semblent les plus spontanées et improvisées, comportent une période de réflexion sur les motivations, les attentes, ainsi qu'une préparation, le tout ayant une durée plus ou moins longue. Si l’acte de migration est réalisé, les attentes sont contrastées avec la réalité et les objectifs des migrations sont souvent redéfinis en termes temporels et spatiaux. La redéfinition des objectifs peut se produire à plusieurs reprises au cours du processus d'installation dans le pays de destination, ou de réintégration dans le pays d'origine. Tout cela fait partie de ce qui est compris comme le « projet migratoire ».

2Bien que la notion de projet migratoire soit apparue dans la littérature scientifique sur les migrations internationales il y a plusieurs décennies [ex. Charbit et Bertrand, 1985 ; Perroud, 2007 ; Michalon, 2013], elle n’a pas fait l’objet d’une théorisation systématique [De Gourcy, 2013 ; Mazzella, 2014]. Cela est dû en partie à sa conceptualisation problématique. La plupart des études examinant le projet migratoire le font à travers les intentions résidentielles exprimées à un moment donné, mais peu l'étudient en tant que processus. Cependant, « les individus sont pris dans des configurations sociales, politiques, familiales et, plus largement, relationnelles qui influent sur le projet, sa temporalité et le modulent dans un sens ou dans un autre » [De Gourcy ; 2013]. Cela suggère que pour bien comprendre la formation, la stabilisation ou la redéfinition du projet migratoire, nous devons envisager l'intentionnalité par rapport aux liens sociaux contenus dans les biographies individuelles qui, elles-mêmes, doivent être replacées dans le cadre contextuel global.

3Cela a donné l’enquête « Biographies et Entourage » de l’INED qui a été novatrice à cet égard en prenant en compte les différentes dimensions du contexte de la migration. Plus particulièrement, les auteurs réinsèrent l’individu dans le groupe familial / ménage en voulant comprendre son rôle dans les stratégies sociales et résidentielles et capturer l’évolution de ce réseau en réintroduisant la dimension temporelle. Même si cette enquête porte sur la migration interne et non pas sur la migration internationale, elle nous montre que cette approche permet d’étudier le parcours et les décisions de mobilité en liaison avec la dynamique de l’ancrage spatial de l’entourage [Lelièvre, 1999]. Le changement de résidence entraîne un remodelage de notre entourage relationnel, puis nécessairement une modification de l'ancrage spatial. Cette enquête montre que chaque individu peut s’ancrer dans plusieurs lieux [Bonvalet et Lelièvre, 2012].

4Considérant les migrations internationales, un immigrant peut être rattaché au pays d’accueil, au pays d’origine ou à un autre pays à travers les relations personnelles. Selon Chavez [1994] le projet migratoire est façonné par le degré d'attachement à l'un ou l’autre endroit. Ce type d'ancrage ou d'attachement dans la littérature scientifique est aussi souvent appelé « intégration relationnelle ».

5Le degré d'intégration relationnelle dans différents lieux, ainsi que les motivations individuelles concernant le futur lieu de résidence, seront influencés, comme il a déjà mentionné précédemment, par des facteurs macrostructuraux qui peuvent limiter ou faciliter l'action de l'individu. Les mouvements migratoires dans les temps modernes sont marqués par de nombreuses incertitudes (crise économique et financière, crise géopolitique, durcissement des politiques migratoires, etc.). Avec les crises internes et / ou internationales, augmente la pertinence de la discussion sur les intentions résidentielles des immigrants dans les pays de destination [Anghel et al., 2016].

6Néanmoins, peu d'études tentent de comprendre les mécanismes de l'intentionnalité résidentielle dans le contexte de l'incertitude imposée par les macrostructures. En outre, dans de rares occasions, ce phénomène est abordé comme un processus dynamique en articulant les dimensions temporelles, spatiales et relationnelles dans la même analyse.

7Par conséquent, sur la base des lacunes identifiées, le but de cette étude est d’évaluer la relation entre l'entourage relationnel et l'évolution du projet migratoire dans un contexte d’incertitude, ceci à travers une analyse longitudinale des reconfigurations spatiales et temporelles des réseaux.

8Pour cela, nous avons choisi l'étude du cas des Ukrainiens résidant à Madrid. Le cas de la migration ukrainienne en Espagne est particulièrement intéressant, étant donnée une situation changeante et complexe qui découle de la conjonction entre crise économique dans le pays de destination (Espagne) et crise économique, sociale, et conflit armé dans celui d'origine (Ukraine). Ce cas permettra de mener l’analyse à trois niveaux.

9Le premier « micro », représenté par l’intention et les motivations résidentielles inséré dans les bibliographies ; le deuxième « méso », se référant aux réseaux personnels  ; et le dernier « macro », qui tient compte des contextes sociopolitiques et des périodes temporelles différentes qui correspondent à différents niveaux d’insécurité.

10Cet article vise, non seulement à apporter de nouvelles connaissances empiriques dans un contexte peu étudié, mais également à élargir la discussion méthodologique sur l'efficacité de l'approche longitudinale dans le but d'éclairer la relation de causalité entre l'entourage relationnel, le projet migratoire et les facteurs macro-structurels.

2. Le lien entre le projet migratoire et l’intégration relationnelle

11Bien que les actions de migration, de retour ou de ré-émigration soient des faits facilement observables, la détermination d’installation définitive ne l'est pas tellement, car c'est un processus où il est très difficile de marquer les limites entre la portée des stratégies, les tentatives de s’installer « définitivement » et la notion d'être définitivement installé. Pour cette raison, et pour des questions comparatives avec d'autres études, il est nécessaire de délimiter l'intentionnalité dans une perspective temporelle. A cet égard, nous avons choisi de nous focaliser sur les intentions résidentielles à long terme, plus précisément sur les intentions pour les 15 prochaines années et au delà.

12La plupart des études sur les intentions résidentielles cherchent les explications dans les variables sociodémographiques et économiques. Néanmoins, il existe de nombreuses divergences dans ces variables comme facteurs explicatifs [Hosnedlová, 2014]. Par ailleurs, l'étude du rôle des variables au niveau méso, ou en d'autres termes, le rôle des réseaux sociaux, dans le projet migratoire a suscité un intérêt croissant au cours des deux dernières décennies, en particulier en ce qui concerne la phase initiale de l'émigration du pays d'origine [ex. Portes et Sensenbrenner, 1993]. Pourtant, la littérature, qui accorde une attention particulière aux réseaux sociaux et à leurs impacts sur le processus de l'intentionnalité de s’installer ou de repartir pour ceux qui sont déjà dans le pays de destination, est limitée [ex. Stamm, 2006]. Curieusement, la plupart de ces études utilisent la théorie des réseaux de migration avec le concept de capital social comme outil d'analyse. Parmi eux, par exemple, Boyd [1989] et Fawcett [1989] ont souligné que les réseaux sociaux sont un déterminant important des plans de migration ; Gurak et Caces [1992] ont mis en évidence l'importance des liens faibles des migrants dans ce processus ; ou Cassarino [2004] a indiqué que les intentions des immigrés de rester dans le pays d'accueil ou de retourner dans leur pays d'origine, et les stratégies qu'ils développent dans un système relationnel sont façonnées par le contexte social, économique et institutionnel existant à la fois dans le pays d'origine et dans le pays d'accueil.

13Bien que les études employant la théorie des réseaux de migration aient révélé des résultats intéressants et que les variables relationnelles aient montré leur pouvoir explicatif inhérent, les données sur les relations sociales n'ont pas été collectées systématiquement et ne permettent donc pas une analyse approfondie de leur impact sur le processus des intentions résidentielles. Or, peu d’auteurs abordent ce phénomène sous l'angle de l'analyse des réseaux sociaux. Certaines œuvres, illustrent le grand potentiel de l'analyse des réseaux sociaux pour expliquer les processus d'adaptation au pays d'accueil à travers une étude rigoureuse des variables de structure et de composition des réseaux personnels des migrants en Espagne [Bolíbar et al., 2015 ; Brandes et al., 2008 ; De Miguel Luken et al., 2007 ; Lubbers et Molina, 2013 ; Maya-Jariego et Armitage, 2007].

14Plus précisément, De Miguel Luken et al. [2007] ont observé que les grands réseaux qui s’étendent à d'autres contextes sociaux et un plus grand soutien reçu de la part des autochtones sont des facteurs clés qui contribuent positivement au processus d'intégration sociale et de bien-être. Si l'on va plus loin, Maya-Jariego et Armitage [2007] ont révélé que le développement du sentiment d’appartenance à l'Espagne est positivement lié à l'attente de rester en Espagne indéfiniment. Cependant, le nombre plus élevé de contacts autochtones n'est pas seulement dû à une intégration progressive dans le pays de destination, mais dépend aussi des contacts pré-migratoires avec la société d'accueil [Bolíbar et al., 2015]. Autre constat pertinent pour notre étude, même les auteurs, qui ne se concentrent pas sur les futures intentions résidentielles, ont remarqué que parmi les immigrants qui maintenaient de forts liens instrumentaux et affectifs avec leur famille et leurs amis dans le pays d'origine, il y avait un nombre important d'entre eux ayant exprimé le désir de retourner ou de ré-émigrer.

15Tous ces travaux ont montré que l'analyse du réseau social est une perspective fructueuse pour évaluer les différents processus d'adaptation sociale qui font partie intégrante du processus intentionnel / décisionnel des immigrés. En outre, cette perspective nous permet de quitter la vision qui oppose les concepts d'intégration et d'assimilation, et d'adopter une vision plus globale qui rend possible une mesure plus précise et intégrante des deux concepts. Néanmoins, même si certains de ces travaux introduisent une perspective temporelle, ils ne sont pas fondés sur des données longitudinales. Malheureusement, « (...) une analyse transversale des réseaux a une capacité limitée pour expliquer les processus qui sont responsables des résultats observés à un moment donné » [Lubbers et al., 2010].

16De plus, les études transversales exigent du chercheur de choisir de traiter le sujet sous un angle ou un autre. En conséquence, rares sont les travaux qui assument l’importance de l’étude de l’entourage relationnel comme un résultat, plutôt que comme un déterminant [voir Tsuda, 1999], ou qui mettent en évidence une réciprocité entre le réseau social et la migration [voir Brown, 2002]. C’est l'approche dynamique de réseaux utilisant des méthodes mixtes, qui est capable d'identifier et d'expliquer les changements dans l'environnement relationnel de l'individu en tenant compte des événements importants ayant lieu entre différentes vagues [voir dans les études de Bidart, 2012 ; Bidart et Lavenu 2005 ; Lubbers et al, 2010]. L’avantage de cette approche est qu'elle permet de considérer non seulement les facteurs macrostructurels (crise économique - guerre), mais aussi les facteurs individuels comme par exemple la période et l’évolution du cycle de vie. Inspirée par ces dernières études, nous allons considérer aussi bien les intentions sur le futur lieu de résidence que les réseaux personnels des immigrés comme un processus à travers une approche longitudinale. Nous essayerons ainsi de comprendre comment les intentions se construisent, se modifient et se maintiennent au fil du temps.

17Notre hypothèse est, qu’afin de fournir une compréhension plus profonde de l'implication des liens sociaux des migrants dans le processus intentionnel, il est nécessaire d'aborder ces deux aspects comme un processus bidirectionnel. C'est à dire qu'il est également nécessaire de tenir compte de l'intention résidentielle comme d'une cause du réseau personnel, comme son élément façonnant. Cela implique qu'il est important de se poser des questions non seulement sur la façon dont la composition et la structure des réseaux personnels influent sur les intentions / décisions des immigrants, mais aussi sur la façon dont ces intentions / décisions modifient les compositions et la structure des réseaux en tenant compte des changements macrostructurels.

18Selon les idées exposées, nous pouvons formuler l’hypothèse que l’évolution de l’intention résidentielle est la variable qui explique le mieux la manière dont évoluent et prennent forme les réseaux personnels des acteurs.

3. Ukrainiens et méthodes mixtes

19Les flux migratoires des Ukrainiens en Espagne ont commencé au milieu de la décennie 1990. Au cours des 15 dernières années, l'Espagne a pris une importance croissante en tant que destination pour les Ukrainiens, et depuis 2005, selon les bases de données de l'OCDE sur les migrations internationales, l'Espagne est classée quatrième destination dans l'UE (après l'Italie, la République Tchèque et l'Allemagne). D’après le recensement municipal des habitants de l'Institut National des Statistiques en Espagne (INE), les Ukrainiens constituent actuellement la troisième plus grande communauté de migrants en provenance d'Europe Centrale et de l'Est (après les Roumains et les Bulgares) résidant en Espagne, et le plus grand groupe d'immigrants européens non membres de l’UE. La croissance la plus importante et inattendue de cette population s'est produite graduellement et progressivement entre 2001 et 2007. Depuis le début de la crise économique, l'afflux d'Ukrainiens vers l'Espagne s'est ralenti, et la migration nette s’est maintenue relativement stable jusqu'en 2014. Dès l'année suivante, la population ukrainienne a recommencé à augmenter de nouveau, grâce à de nouveaux flux (les arrivées enregistrées dans les registres municipaux) et une diminution progressive des départs (suppressions) (figure 1). Au début de 2016, le nombre total d’immigrants de nationalité ukrainienne enregistrés en Espagne était d'environ 91 000.

Figure 1 : Les sorties et les entrées d'Ukrainiens entre 2009 et 2016

Figure 1 : Les sorties et les entrées d'Ukrainiens entre 2009 et 2016

Source : Basé sur les suppressions et les inscriptions sur le Registre municipal entre 2008-2016, Institut National des Statistiques (Espagne).

20Cette population a subi de profondes transformations démographiques au cours des 15 dernières années (en termes de sexe, d'âge, et de niveau d'études). Malgré le niveau d'études relativement élevé, la grande majorité des migrants a toujours occupé des postes peu qualifiés. Jusqu'en 2008, les hommes ukrainiens étaient principalement concentrés dans le secteur du bâtiment et les femmes ukrainiennes dans les services domestiques.

21Par la suite, la population masculine a été principalement touchée par la crise (selon les enquêtes Emploi (EPA)1), l’emploi ukrainien en Espagne dans le secteur du bâtiment ayant chuté de 60 % à 18 % entre 2007 et 2011). En comparant les Ukrainiens à d'autres groupes d'immigrants en Espagne, cette population se caractérise par un profil d'âge atypique (grande hétérogénéité) et un regroupement familial fréquent. Toutes ces caractéristiques sont d'une grande importance pour l'étude des réseaux sociaux.

22Il faut souligner que les flux migratoires de et vers l'Ukraine ont été influencés par plusieurs crises internes que ce pays a connues depuis son indépendance en 1991. Parmi les faits les plus importants on peut citer : la Révolution Orange en 2004, en 2010 le candidat pro-russe Viktor Ianoukovytch qui a gagné l’élection présidentielle, en 2013 et 2014 les mouvements de protestation pro-européens et en 2014 la crise de Crimée et la guerre du Donbass. Dans le même temps, l'Espagne en tant que pays de destination a été durement touchée par la crise économique et financière qui se poursuit actuellement. Tout cela situe les flux migratoires ukrainiens dans un contexte marqué par différents types et degrés d'incertitude qui auront nécessairement un impact sur le processus intentionnel concernant le futur lieu de résidence.

Les données mixtes issues de 4 périodes et contextes différents

23Cet article analyse la situation des Ukrainiens dans la région de Madrid qui, depuis toujours, a été la région comptant la plus grande concentration de population de cette origine en Espagne (22 % du total selon le recensement municipal des habitants de l’INS). Par ailleurs, les données de l’Enquête Nationale sur les Immigrés ENI-2007 ont révélé que la capitale est la zone avec la plus forte mobilité intercommunale et aussi une passerelle importante vers le reste de l'Espagne (avec son aéroport international et des lignes de bus entre Madrid et différentes villes ukrainiennes), et une zone de transit [Hosnedlová, 2014].

24L’analyse s'appuie sur des données primaires issues d’approches qualitatives et quantitatives, recueillies auprès des immigrés ukrainiens en plusieurs vagues (entre 2009 et 2016). Chaque vague a représenté un contexte macrostructural différent. Plus précisément, nous avons réalisé 53 entretiens qualitatifs et 53 questionnaires sur les réseaux personnels en 2009, au début de la crise économique en Espagne. Ensuite, nous avons réalisé des entretiens de suivi. En 2012, quand la crise économique en Espagne s’est aggravée, nous avons localisé 51 des enquêtés (quelques-uns d'entre eux en Ukraine), et nous avons réussi à obtenir des entretiens avec 43 immigrés en Espagne. Trois ans plus tard, en 2015, dans le contexte de la crise économique toujours présente et du conflit armé en Ukraine, nous avons retrouvé 39 enquêtés et interviewé 31 d'entre eux. Finalement, en 2016, nous avons sélectionné un échantillon de 13 enquêtés selon leurs itinéraires de projet migratoire, et collecté les réseaux personnels longitudinaux. Entre 2015 et 2016 la situation en Ukraine a légèrement changé, avec le début de la création d’une armée professionnelle, ce qui implique que les vagues de conscription qui ont terrifié de nombreux Ukrainiens résidant aussi bien en Ukraine qu'à l'étranger, ont cessé.

25En ce qui concerne la stratégie de collecte de données, nous avons d'abord mené des entretiens semi-structurés afin d'obtenir principalement des informations qualitatives sur la trajectoire migratoire de l'immigrant, ses intentions, ses motivations, ses décisions et ses stratégies. En outre, un court questionnaire a été appliqué afin d'unifier les informations sociodémographiques de base. La deuxième phase a pris la forme de l'entretien-questionnaire et son but était de retracer le réseau personnel de chaque répondant. Chaque réseau personnel a été généré à l'aide du logiciel EgoNet. Pour reconstruire le réseau personnel, nous avons utilisé le générateur de noms multiples composé de trois questions (couvrant à la fois la famille, les amis et les autres contacts pertinents). Le nombre de contacts à collecter a été fixé à 30, un minimum requis grâce auquel les mesures structurelles restent stables [voir McCarty et Killworth, 2007]. Dans les deux vagues de collecte de réseaux personnels, nous avons appliqué le même questionnaire, mais dans la deuxième vague nous avons ajouté quelques questions afin de mieux connaître les raisons de la dissolution et du remplacement des liens sociaux. Nous avons également mené des entretiens en profondeur sur l’aspect particulier de l’évolution des dynamiques des réseaux personnels et des projets migratoires. Pour rechercher des interviewés lors de la première vague, nous avons combiné différentes stratégies d'échantillonnages par choix raisonné. D'abord un échantillonnage aléatoire afin de se rapprocher de la composition réelle de la population d'étude (quant au sexe ; âge ; lieu de résidence et statut juridique) et de réduire le risque de chevauchement des réseaux personnels. Puis, nous avons mis en œuvre la technique de la boule de neige pour diversifier les sources au maximum quant à la durée de résidence ; le cycle de vie ; le profil familial et la situation de travail et pour trouver les cas extrêmes en espérant qu'ils pourraient aider à clarifier la logique de certains phénomènes.

26Le tableau 1 montre l’échantillon et son évolution ultérieure.

Tableau 1 : L'échantillon et son évolution

 

Effectifs

Sexe (m / f)

Âge

Temps de résidence en années ()

min-max ()

2009

53

26 m / 27 f

20-65 (35)

1-11 (6)

2012

43 (sur 51 localisés)

18 m / 25 f

23-68 (39)

4-14 (9)

2015

31 (sur 39 localisés)

12 m / 19 f

26-68 (42)

7,5-16 (12,5)

2016

13

6 m / 7 f

32-69 (48)

8,5-17 (14)

27L'expérience du travail de terrain a révélé que les immigrés ukrainiens redéfinissent souvent leurs projets, même s'il s’agit d'un projet migratoire bien avancé. Cette modification ou redéfinition du projet migratoire dans le temps permet de diviser l'échantillon en différents profils intentionnels qui sont précisés dans le tableau 2. Plus précisément, peuvent être distingués deux grands groupes et six sous-groupes de profils intentionnels.

28La représentation de chaque groupe change en fonction des périodes d'observation considérées, soit pour les deux premières périodes d’observation soit pour les trois.

29Le premier grand groupe est représenté par ceux qui ont été constants dans leur intention. C'est-à-dire que ces individus ont maintenu la même intention pendant les différentes périodes d’observation. Parmi eux, on peut distinguer les « permanents », qui avaient formé leurs intentions de rester en Espagne à long terme avant 2009. Il faut préciser que pendant l’entretien en 2015, tous ces immigrés ont manifesté leur décision de s’installer définitivement en Espagne.

30Le deuxième sous-groupe est formé par les « planificateurs de retour » qui ont exprimé à plusieurs reprises leur intention de rentrer en Ukraine. En effet, la plupart de ceux qui ont voulu repartir en 2009 ou en 2012 sont déjà rentrés en Ukraine. Nous ne disposons pas d’un seul cas qui ait gardé l'intention de revenir en Ukraine au cours des trois périodes d'observation.

31Le dernier sous-groupe est représenté par les « indécis », les individus qui n'ont pas encore défini leur projet migratoire à long terme.

32Le second grand groupe est composé par des personnes qui ont modifié leurs intentions. Dans cette catégorie, il y a des personnes qui ont changé leurs intentions une seule fois pendant les trois périodes d’observation ; mais il y en a d'autres qui ont modifié leurs intentions entre 2009 et 2012, et qui ont redéfini de nouveau leur projet migratoire entre 2012 et 2015. Parmi eux, on peut identifier ceux qui ont créé leur intention de rester en Espagne, les « nouveaux permanents », et ceux qui ont changé leur intention (ou leur indécision) en souhaitant rentrer en Ukraine, ou ré-émigrer dans un autre pays ou en étant indécis, les « permutateurs ». Afin de faire une analyse cohérente et rigoureuse, nous n’allons prendre que les 31 individus suivis pendant les 3 périodes.

Tableau 2 : La classification des profils d’itinéraires intentionnels

CLASSIFICATION

Intention constante

Intention modifiée

Total

 

Rester en Espagne

Rentrer en Ukraine

Indécision

Modification entre 2009 et 2012

Modification entre 2012 et 2015

Modification en 2012 et 2015

1 - 2 vagues (N)

11

5

11

15

 

 

42

1 - 2 - 3 vagues (N)

7

 

6

6

7

5

31

Les itinéraires intentionnels

Permanents (7 cas)

 

Indécis (6 cas)

Nouveaux permanents (8 cas)

Permutateurs (10 cas)

33Finalement, il est nécessaire d’ajouter une réflexion méthodologique en rapport avec la perte de cas dans une étude longitudinale. Alors que ce phénomène est normal et attendu, nous ne pouvons pas omettre de mentionner que cela implique certains risques analytiques et que nous devons être prudents dans l'interprétation des résultats. Bien que, dans cet article, nous nous focalisons surtout sur la formation de l'intention de s'installer à long terme dans le pays d’accueil, avoir des informations sur les cas perdus (à cause du retour / de la ré-émigration vers un autre pays / de l’absence de contact et / ou réticence à continuer dans l'étude longitudinale) aiderait sans aucun doute à mieux comprendre la complexité de l'interaction des éléments dans le processus intentionnel / décisionnel. Cependant, nous avons décidé de faire face à cette limite à travers l'analyse comparative des différents profils des itinéraires intentionnels qui ont été identifiés. En outre, il convient de mentionner que dans l'échantillon, il y a des immigrés qui, même s'ils sont retournés en Ukraine et ont ré-émigré en Espagne, ont cependant participé à toutes les vagues de l'enquête. Le suivi de ces cas en particulier devrait aider à faire la lumière sur le rôle ou l’influence qu’ont des réseaux sur leur intention / décision de ne pas rester.

Méthode d’analyse : bibliographies, itinéraires intentionnels et ancrage local / transnational

34Dans ce travail nous avons croisé différents niveaux d’analyse en utilisant la méthodologie mixte.

35Dans un premier temps, nous avons cherché à décrire et à expliquer les profils intentionnels à partir de l’analyse des discours en observant les réflexions subjectives des immigrés en rapport avec plusieurs éléments qui font partie des motivations intentionnelles : les éléments macro-structurels, comme la crise économique en Espagne et la guerre en Ukraine ; les éléments de niveau méso (tout ce qui concerne l’entourage relationnel dans le projet migratoire) ; et les éléments micro-structurels (ex. cycle de vie, signification de l’âge, évolution professionnelle). Pour ce premier niveau d’analyse nous avons appliqué l’approche temporelle [Erdal et Ezzati, 2015 ; Kley, 2011]. Cette approche permet d’observer les façons dont ces 31 immigrés se reflètent sur leur projet migratoire (15 cas qui avaient formé leurs intentions de rester en Espagne - « 7 permanents » et « 8 nouveaux permanents » ; 16 cas qui n’avaient pas défini leur projet migratoire - « 6 indécis » et « 10 permutateurs »).

36Dans un deuxième temps, nous avons fait une analyse qualitative-quantitative et visuelle du changement et/ou de la stabilité de la composition et de la structure des réseaux personnels collectés auprès des immigrés en 2009 et 2015.

37De là, nous avons identifié les schémas évolutifs selon le profil intentionnel et évalué le modèle d’intégration relationnelle des immigrés.

38Finalement, nous avons cherché à expliquer les changements identifiés dans les réseaux et à aborder la question de causalité entre l'intention – entourage relationnel – et les facteurs macrostructurels. Nous nous sommes appuyés sur quelques exemples pour illustrer ce processus causal. Ce deuxième niveau d’analyse est inspiré des travaux de Brandes et al. [2008], Lubbers et al. [2010] et Molina et al. [2014].

39Brandes et al. [2008] ont développé une méthode pour la visualisation et la comparaison efficaces des réseaux personnels basées sur l'analyse de cluster regroupant des nœuds selon les critères établis. Il s’agit d’un outil qui permet d’évaluer le modèle d'intégration relationnelle des immigrants. Les auteurs définissent un triangle contenant quatre systèmes sociaux (4 clusters), sur la base du pays de naissance et du pays de résidence (en tenant compte de la proportion des contacts) : cluster d'origine, cluster des compatriotes, cluster des autochtones et cluster de contacts transnationaux. En adaptant le modèle à l'étude des immigrants ukrainiens, le triangle a la forme suivante : les Ukrainiens en Ukraine, les Ukrainiens en Espagne, Espagnols en Espagne, et autres (voir la figure 2).

Figure 2 : Le modèle analytique de Brandes et al. [2008], Molina et al. [2014] adapté à l'étude des Ukrainiens

Figure 2 : Le modèle analytique de Brandes et al. [2008], Molina et al. [2014] adapté à l'étude des Ukrainiens

40Au niveau interprétatif, dans le cas où le premier cluster est supérieur aux autres, la vie sociale de l'immigrant se déroule dans la « culture » de son milieu d’origine avec les personnes résidantes en Ukraine. Si le second cluster est le plus grand, la vie des immigrants se développe dans le pays de résidence actuel (Espagne), mais au sein de la « communauté » de son pays d’origine. Si le troisième cluster prédomine, cela indique une plus grande intégration de l'immigrant dans le pays de destination. Le cluster quatre a une valeur neutre, et donc il est situé dans le centre parce que son implication dans la vie sociale n’est pas claire [Brandes et al., 2008].

41Outre la taille des clusters, ces auteurs analysent les schémas de connectivité intra et inter-cluster, visualisés par un calcul de la taille et du poids des relations. Sur la base de la même logique, Molina et al. [2014] ont réussi à développer une méthode rigoureuse pour évaluer l’ancrage transnational en observant les différents niveaux de l’ancrage local et des relations non-locales.

42Par ailleurs, Lubbers et al. [2010] se concentrent davantage sur l'aspect évolutif de l'intégration relationnelle, en observant les tendances du changement dans le triangle durant deux ans. Plus précisément, ils se réfèrent au schéma de « l'évolution », si une plus grande intégration se produit dans le pays de destination. Au contraire, ils définissent comme « involution », si l'immigrant développe une plus grande affinité pour le pays d'origine. Dans le cas où il ne se produit pas de changement, ils parlent de stabilité. Les auteurs mettent l'accent sur le fait que le triangle peut montrer un schéma de stabilité même si les contacts changent.

  • 2 Les données relationnelles ont été analysées, et les graphiques clustérisés visualisés avec le logi (...)

43Dans la même logique interprétative que celle de ces trois études évoquées ci-dessus, nous avons évalué les réseaux personnels de 13 individus qui ont participé à l’étude longitudinale jusqu'en 20162. Les graphiques évolutifs clustérisés des réseaux personnels de ces immigrés sont présentés dans la figure A en annexe. Afin de comparer la dynamique du changement dans l'entourage relationnel et d'évaluer son lien avec les projets migratoires, les 13 cas sont triés selon les quatre profils des itinéraires intentionnels.

4. Vers une installation à long terme dans un contexte d’incertitude multidimensionnelle

Les facteurs méso et macro-structurels dans le discours des permanents et nouveaux permanents

44Si nous analysons les discours sur la crise économique en Espagne, les « permanents » ne l’ont pas considérée comme quelque chose pour laquelle il fallait changer leurs intentions. En 2012, quand la crise a été maximale, la plupart de ces immigrés disait que la crise économique ne les avait pas beaucoup préoccupés. En 2015 on peut retrouver pratiquement la même réflexion sur la crise économique. Il y en avait quelques-uns qui, en se comparant avec d'autres immigrés ukrainiens, ont ajouté « je me sens chanceux ». Il faut souligner que ces immigrants ayant un emploi, n'occupaient pas une position hautement qualifiée (la plupart avait un emploi en dessous de leur niveau d'instruction), mais ils étaient satisfaits de leur situation de travail, sans avoir des aspirations plus élevées pour se développer professionnellement. Ils ont quand même réussi à sortir des niches de travail comme le secteur du bâtiment ou les services domestiques. Ceux qui ne travaillaient pas au moment de l'entretien, avaient de grands espoirs, étant convaincus que tout irait bien.

45Par contre, chez les « nouveaux permanents », il y avait des discours variés en ce qui concerne la crise économique en Espagne, en 2012. Alors que pour certains, ce n’était pas quelque chose d'inquiétant, pour d’autres, la situation était considérée comme difficile ou désespérante. Néanmoins, cet élément ne figurait pas parmi les raisons du changement ou de la consolidation de l'intention en 2015. A cette époque, la plupart d'entre eux travaillait et les autres gardaient l'espoir que leur situation personnelle changerait bientôt.

46Quant au conflit armé en Ukraine, il n’était pas présent dans le discours chez les « permanents » ni en 2012 ni en 2015. Certains mettaient l'accent sur une mauvaise situation économique, politique et sociale en Ukraine qui était présente des années avant le début du conflit armé ce qui les a conduits à rejeter l'idée de retour déjà avant 2009. Bien que la plupart des « nouveaux permanents » ait formé l'intention de s’installer en Espagne à long terme entre 2012 et 2015, soit pendant la période des agitations en Ukraine, cela ne signifie pas que le conflit armé était le principal élément déclencheur de ce changement. Concrètement, celui-ci figurait dans un seul cas comme la raison la plus importante pour ne pas revenir en Ukraine, et deux cas l’incluaient parmi d’autres motifs pour s’installer en Espagne. En outre, la moitié de ce groupe d'immigrants n'a pas mentionné la guerre dans son discours. C’était plus la situation politique, économique et sociale qui s'est aggravée pendant la présidence de Viktor Ianoukovitch en Ukraine et d'autres raisons non liées au pays d'origine qui avaient provoqué le changement d'intention.

47Une des raisons les plus importantes pour lesquelles les « nouveaux permanents » ne se sentaient pas menacées par les effets de la crise économique persistante en Espagne en 2015, a été le fait que, au cours de ces dernières années, ils ont réussi à créer un fort abri social et / ou familial pour faire face à la situation. Bien que les facteurs macro-structurels aient causé la réorientation d'un retour projeté vers l'indécision, tant qu’il ne se produit pas un enracinement relationnel et social plus fort dans le pays de destination, ils n’étaient pas suffisants pour créer l'intention de s’installer en Espagne.

48Il faut souligner que presque tous les « nouveaux permanents » ont affirmé que l'aspect relationnel a été la principale raison de la réorientation vers l’installation en Espagne. Parmi les thèmes les plus prononcés on trouve ceux tels que la formation du couple en Espagne, la scolarisation des enfants déjà avancée, un accord entre les membres de la famille en ce qui concerne l'intention, un attachement émotionnel développé envers le pays d’accueil et ses habitants, un ancrage professionnel créé grâce aux réseaux sociaux, et le détachement de l’identification avec ceux qui sont restés en Ukraine. Le discours sur l'entourage relationnel de ces personnes avait déjà beaucoup en commun avec le groupe des « permanents », chez lesquels nous avons souvent entendu « je me sens à la maison ici » ; et chez lesquels ce sentiment d’appartenance a été accompagné d'un enracinement social et relationnel élevé déjà en 2009.

49Malgré la précarité, que certains « permanents » éprouvaient entre 2009 et 2015, ces immigrés se sentaient soutenus par leurs réseaux locaux et ils n’ont pas ressenti l'insécurité économique et professionnelle. Il convient de mentionner qu’au niveau quantitatif, en prenant tous les réseaux collectés en 2009 (53 au total), ceux qui avaient l’intention de rester en Espagne à ce moment-là, présentaient les réseaux locaux les plus étendus et la proportion de contacts espagnols la plus élevée. Curieusement, ces immigrés comptaient moins de membres de leur famille en Espagne que les autres groupes. Donc, ce sont surtout les liens amicaux avec d'autres ukrainiens en Espagne et avec les autochtones qui ont composé ce fort abri relationnel. Tout cela veut dire que ces personnes étaient déjà les plus intégrées au niveau relationnel en Espagne en 2009, et ceci était un des facteurs les plus importants (suivi par l’adaptation culturelle et le développement personnel) dans leur décision de rester en Espagne [Hosnedlová, 2014].

Les réseaux montrant plutôt le schéma d’évolution

50En ce qui concerne les dynamiques des réseaux personnels, conformément à l'approche de Lubbers et al. [2011], selon lequel une diminution des contacts dans le pays d’origine et une augmentation des contacts entre autochtones représente l'évolution, et dans le cas contraire l'involution, les « permanents » (les deux premières colonnes dans la figure A en annexe) présentent un schéma d'évolution faible (la plupart d'entre eux) vers un ancrage local plus grand.

51Ces immigrés, comme il a été mentionné ci-dessus, ont montré le plus grand degré d’intégration relationnelle en Espagne en 2009 ; cette caractéristique s’est maintenue et est un peu plus évident 7 ans plus tard. Chez les « nouveaux permanents » ce schéma de l'évolution est encore plus marqué (3ème et 4ème colonne dans la figure A). Chez ces derniers, on peut voir la plus forte baisse des contacts en Ukraine, et en même temps la plus grosse augmentation de compatriotes et/ou autochtones entre 2009 et 2016. De plus, la connectivité interne de ce dernier cluster a augmenté. Contrairement au groupe des « permanents », il y a une plus grande connectivité entre les deux mondes ukrainiens géographiquement séparés et de plus une augmentation de la connectivité entre les compatriotes et les autochtones. Cela indique que ces immigrants ont atteint un ancrage plus local, mais qui est toujours influencé par l'entourage transnational.

52Comparés aux « permanents » qui ont trouvé un nouveau partenaire en Espagne, ceux-ci sont caractérisés par la réunification familiale qui facilite les liens transnationaux entre les contacts. Ce qui différencie les « permanents » des autres profils intentionnels quant à la structure des réseaux c’est la déconnexion ou une connectivité faible entre le cluster d’origine et le cluster des compatriotes. Ceci peut s’expliquer par le fait que ce sont des immigrés avec la mobilité circulaire minimale entre l'Espagne et l'Ukraine. Certains ont réduit encore plus ou même supprimé leurs voyages depuis 2009, en raison du manque de nécessité ou parce qu'ils se trouvaient dans une situation irrégulière.

53En accordant une attention particulière au phénomène circulatoire origine-destination dans les deux groupes, l'analyse indique que la configuration cause-effet, au cours du processus de formation de l’intention de s'installer dans le pays d’accueil, est influencée par le gendre. Alors que dans le cas des femmes le processus d'intégration relationnelle est plus marqué par des micro-facteurs (changements dans le cycle de vie, trouver un couple espagnol, avoir des enfants, le mariage), dans le cas des hommes, il s'agit davantage de facteurs macro-structurels, contextuels. Plus précisément, les intentions / décisions résidentielles des hommes sont très déterminées par le risque d'être recrutés par l'armée ukrainienne. Par conséquent, la plupart des hommes (ou les maris des femmes) interviewés n'ont pas visité l’Ukraine entre 2014 et 2015.

54Les visites sont un élément très important pour maintenir les contacts dans le pays d'origine, car les ukrainiens qui ne peuvent pas voyager ne maintiennent pas une fréquence plus élevée de contact téléphonique afin de compenser le manque de contact direct [Stanek et Hosnedlová, 2012]. De ce fait, on observe une diminution de l'entourage relationnel en Ukraine qui affecte défavorablement l'intention de revenir au lieu d'origine [Hosnedlová, 2014]. En outre, le sentiment d'appartenance au pays d'origine s'estompe progressivement [Maya-Jariego et Armitage, 2007].

  • 3 Tous les prénoms ont été changés

55Cela se reflète, par exemple, dans le cas de Mykola3 (voir figure 3), un homme qui est venu en Espagne à l'âge de 44 ans, en 2005, après une longue histoire de migration dans d'autres pays. Malgré sa longue absence de l'Ukraine (près de 20 ans de résidence à l'étranger), Mykola a réussi à maintenir de nombreux contacts en Ukraine et en 2009, le cluster d’origine prédominait. Au contraire, en 2016, c’est le cluster des compatriotes qui prédomine et le cluster d’origine a subi une réduction significative, ce que l’interviewé a justifié par l'absence de contact physique avec ces personnes pendant la période des mobilisations. Il est à noter que le réseau personnel de Mykola a la plus basse stabilité des contacts (seulement 3 contacts sur 30 se répètent en 2016). Cela est lié, en grande partie, à l’insécurité et l'instabilité de son emploi en raison de la crise économique en Espagne. Par ailleurs, la configuration de son réseau a été influencée par un nouvel événement majeur en 2016, il a épousé une femme qui résidait encore en Ukraine, mais qui avait commencé le processus de réunification familiale. C’est la convergence de sa nouvelle situation familiale, du changement dans son entourage relationnel et de la situation instable en Ukraine (au niveau économique et sécuritaire) qui lui a fait rediriger l'intention de revenir en Ukraine vers l’installation en Espagne au cours de la dernière année.

Figure 3 : Le cas Mykola – Schéma d’évolution du réseau personnel, du projet migratoire et de la causalité du processus

Figure 3 : Le cas Mykola – Schéma d’évolution du réseau personnel, du projet migratoire et de la causalité du processus

56Le cas suivant montre un processus causal entre l'adaptation sociale et culturelle imputable à des changements dans l'entourage relationnel, et à la formation de l'intention de rester en Espagne qui est plus typique de la population féminine ukrainienne.

57Natalia, divorcée, est arrivée en Espagne à l'âge de 28 ans, en l'an 2000. Pendant de nombreuses années, elle a gardé l'idée du retour en Ukraine, même après avoir amené sa fille en Espagne. En 2009, elle a exprimé un fort attachement à l'Ukraine. En 2012, elle a fixé une date de retour et a commencé à se préparer. Juste avant les mouvements de protestation pro-européens d'EuroMaidan à la fin de 2013, Natalia et sa fille étaient prêtes à revenir, mais en voyant la situation en Ukraine elles ont changé d'avis et ont décidé de continuer à vivre en Espagne. En 2015, son intention de revenir a évolué vers l'indécision, et en 2016, elle a exprimé son intention de rester en Espagne pour toujours.

58L'évolution de son réseau (voir figure 4) montre une forte évolution vers un ancrage local et vers une intégration relationnelle (passage d'une prédominance du cluster d’origine à la prédominance du cluster d’autochtones).

59La formation de l'intention de rester en Espagne s’est produite après la stabilisation de sa relation avec son nouveau compagnon et son introduction dans la famille espagnole, après le refus de sa fille de revenir en Ukraine, et après un changement du sentiment d'appartenance vers l'Espagne. En fait, le changement dans l'auto-identification et l'appartenance culturelle qui sont étroitement liées à l'entourage dans lequel on opère [voir Lubbers et al. 2007 ; De Federico, 2002] a été l'une des raisons plus marquantes du rejet du retour pour des femmes ukrainiennes.

Figure 4 : Le cas Natalia – Schéma d’évolution du réseau personnel, du projet migratoire et de la causalité du processus

Figure 4 : Le cas Natalia – Schéma d’évolution du réseau personnel, du projet migratoire et de la causalité du processus

60Dans le groupe des « permanents », il y a un cas atypique avec un faible degré d'intégration relationnelle dans la société espagnole en 2009, et qui montre une légère involution de son réseau personnel en 2016. Il s’agit de Taras qui est venu en Espagne en 2001, à l'âge de 54 ans, après une longue carrière dans l'armée ukrainienne. Taras a émigré avec l'intention de ne jamais vivre à nouveau en Ukraine et il a maintenu le même discours jusqu'en 2016 : « L'Ukraine a besoin de plus de 200 ans pour se récupérer. Retourner en Ukraine ? Il n'y a pas de raison. L'économie est très mauvaise, il n'y a pas de démocratie, et le système de santé pour les personnes âgées est désespérant ». Sans toucher aux intentions, la guerre et la crise économique en Espagne ont laissé leur marque sur son réseau personnel. La perte d'emploi pendant la crise économique, et ensuite le passage à la retraite ont été les causes de la disparition du cluster d’autochtones. En outre, le cluster des compatriotes a diminué, en grande partie à cause de sa position pro-russe sur la guerre en Ukraine, qui est différente de celle de la majorité des ukrainiens qui résident en Espagne. Par conséquent, le cluster des autres qui est composé d'autres étrangers en Espagne et des liens avec sa famille vivant dans d'autres pays européens a pris encore plus d'importance.

61Une analyse détaillée de ce cas atypique a montré la nécessité de méthodes mixtes pour expliquer les situations du processus d'installation particulières dans le pays d’accueil, rendant compte des différentes logiques du phénomène.

Figure 5 : Le cas Taras – Schéma d’évolution du réseau personnel, du projet migratoire et de la causalité du processus

Figure 5 : Le cas Taras – Schéma d’évolution du réseau personnel, du projet migratoire et de la causalité du processus

5. Quand le projet migratoire à long terme n’arrive pas à se définir

Les facteurs méso et macro-structurels dans le discours des indécis et des permutateurs

62Quasiment comme dans le groupe des « permanents », le conflit armé n'a pas trouvé de place dans le discours des « indécis ». Il apparaît dans le discours d'un seul répondant, mais comme un facteur parmi beaucoup d'autres facteurs qui font que l'interviewé est réticent à revenir en Ukraine.

63Par contre, le groupe des « permutateurs » est celui où le conflit armé a pris le plus de place dans le discours. Dans ce groupe, trois individus étaient retournés en Ukraine, bien avant les premières manifestations de l’Euromaïdan en 2013 ou à son début. Le retour était dû au découragement lié à la mauvaise situation du marché du travail espagnol et motivé par l'envie de commencer une nouvelle carrière professionnelle en Ukraine.

64Après une période comprise entre 8 mois et 3 ans, en raison de l'effondrement économique et politique, de l'escalade du conflit armé, et des obstacles bureaucratiques omniprésents qui empêchaient la réalisation des rêves des jeunes migrants, ceux-ci ont décidé de ré-émigrer en Espagne à nouveau avec leur couple et enfants. Dans ce groupe se trouvent également des personnes qui avaient l'intention de retourner à long terme, et même une qui avait établi la date approximative de son retour et qui avait effectué certaines actions dans le but d'atteindre cet objectif. Au bout du compte, le conflit armé a fait qu'ils reconsidèrent leurs intentions/décisions. Dans le cas de ces deux groupes, la situation en Ukraine était une contrainte suffisante pour former l'intention de rester en Espagne.

65Contrairement à cela, le conflit armé peut avoir un effet inverse, tel le cas d'un homme de 52 ans, avec 15 ans de résidence en Espagne, un emploi stable et un bon enracinement relationnel. Entre 2012 et 2015, il a changé son intention de rester en Espagne à long terme à l’intention de retourner en Ukraine dans un temps non spécifié, étant prêt à entrer dans le combat « pour défendre la patrie ».

66C’est la crise économique et ses effets qui apparaissent nettement dans le discours des « indécis » comme étant la source de l’indécision résidentielle, mais jamais comme étant le seul facteur. Alors qu'en 2012, la plupart des personnes interviewées a insisté sur le fait que la situation d'insécurité de l'emploi en Espagne ne leur permettait pas de planifier leur avenir ; en 2015 la plus grande préoccupation de ces mêmes personnes interviewées était : « Je ne sais pas si je pourrai progresser professionnellement et/ou économiquement en Espagne ». En comparaison avec le groupe des « permanents », ces immigrés donnent beaucoup d’importance à la vie professionnelle. Ils ont exprimé des objectifs de carrière à atteindre, ils souhaitaient encore évoluer professionnellement, mais ils n’étaient pas sûrs de pouvoir y parvenir en Espagne. Néanmoins, cette incertitude ne les a pas conduits à former l'intention de revenir, car la plupart ont eu davantage d'expérience de travail en Espagne qu'en Ukraine (certains d'entre eux n'ont jamais travaillé en Ukraine car ils avaient quitté l'Ukraine comme jeune adulte). Leur situation de travail a représenté pour eux à la fois un facteur d'attraction et un facteur d'expulsion, puisqu'ils hésitaient entre les sentiments d’enracinement professionnel en Espagne et la précarité du travail.

67Par contre, chez les « permutateurs » nous avons trouvé un discours varié autour de la situation économique en Espagne en 2012 (pas inquiétant / désespérant), de même que chez les « nouveaux permanents ». En 2015, la majorité des « permutateurs » travaillait et ils ont souligné que la situation en Ukraine était bien pire que celle de l'Espagne (détérioration politique et économique en Ukraine, corruption et insuffisance des droits de l'homme). Il convient de souligner que dans ce groupe, il y a aussi bien des immigrés avec une longue expérience professionnelle dans les deux pays que ceux ayant peu d'expérience en Ukraine, et une situation précaire en Espagne.

68En dehors de la situation économique et professionnelle, c’est aussi l'environnement relationnel qui fait partie des domaines discursifs des immigrés de ces deux derniers groupes. Bien que de façon différente de celle des groupes précédents. D'un côté, chez les « indécis » cela est dû aux liens familiaux qui apparaissent dans le discours. Ils représentent souvent une source de conflit. Ils représentent toujours un conflit entre l’obligation et la projection familiale (ex. donner une bonne éducation aux enfants vs. prendre soin de parents âgés) et les attentes personnelles, ou professionnelles. De plus, il y a souvent des désaccords entre les membres de la famille sur l’intention de rester ou repartir. D'un autre côté, bien que les changements (positifs ou négatifs) dans l'entourage relationnel des « permutateurs » affectaient leurs intentions, il n’y a pas de trait en commun. Ce qui unit ces derniers c’est d'avoir subi des évènements majeurs très récents (ex. divorce, nouveau couple, regroupement familial, naissance d'un enfant ou petits-enfants, mort d'un ami, mobilité géographique), qui ne leur ont pas permis de s'adapter à cette nouvelle situation, et qui par conséquent, se sont déclarés indécis sur leur futur lieu de résidence.

Les réseaux montrant plutôt le schéma de stabilité

69L'analyse structurale de la reconfiguration spatiale des réseaux personnels a montré que les deux derniers profils des itinéraires intentionnels (5ème et 6ème colonne dans la figure A en annexe) diffèrent des cas précédents. Il s’avère que ce sont les personnes les plus intégrées dans leur propre culture avec une très importante présence des Ukrainiens dans le pays d’origine dans les deux vagues d'observation. Chez les deux groupes, il n’est possible de parler ni du processus d'évolution ni d’involution. Ce sont surtout les « permutateurs », qui ont modifié leur intention vers l'indécision, qui montrent une grande stabilité de composition quant à la taille des clusters. Toutefois, les connectivités à la fois inter et intra-cluster ont été modifiées, mais sans suivre un modèle spécifique.

70Dans le premier cas des « permutateurs » (1ère ligne, 5ème et 6ème colonne), il s’agit d’une femme, âgée de 55 ans avec 17 ans de résidence en Espagne, montrant une grande stabilité à tous les niveaux (même statut professionnel, familial, relationnel, et sans percevoir les effets de la crise économique ou du conflit armé en Ukraine).

71Le second cas que j’appelle Yuriy (voir figure 6) est un homme âgé de 34 ans, avec 8 ans de résidence en Espagne qui a vécu de nombreux changements personnels (il s'est marié et a eu 2 enfants), professionnels (il est passé par une reconversion professionnelle) et géographique (il est retourné en Ukraine en raison de la crise en Espagne, puis ré-émigré en Espagne à cause de la guerre en Ukraine, de l'incapacité de démarrer son entreprise et de soutenir sa famille) au cours des 7 dernières années.

72Bien qu'il semble que son réseau personnel n’ait pas subi de changement, le discours révèle qu'en raison du retour et de la ré-émigration (en 2014), le réseau a dû être reconstruit à nouveau, pour atteindre la même forme que celle de 2009. C'est au niveau de la structure qu'il y a eu le plus de changements. La connectivité inter-cluster entre les deux mondes ukrainiens a considérablement augmenté. Cela est lié au passage d'un entourage composé principalement d'amitiés à un entourage plus familial. La présence de nombreux parents à la fois dans le pays d'origine et dans le pays d’accueil a permis cette forte connectivité transnationale. Ensuite la prévalence du monde ukrainien local et extra-local et l'idée de déménager vers une plus petite ville espagnole n'ont pas permis une meilleure intégration relationnelle dans le monde espagnol. Par conséquent, bien que l'interviewé ait rejeté le retour en 2016, il n'a pas formé l'intention de rester en Espagne.

Figure 6 : Le cas Yuriy – Schéma d’évolution du réseau personnel, du projet migratoire et de la causalité du processus

Figure 6 : Le cas Yuriy – Schéma d’évolution du réseau personnel, du projet migratoire et de la causalité du processus

73Finalement, parmi les exemples d’ « indécises » deux femmes se détachent avec presque la même durée de résidence en Espagne (15 et 16 ans). Alors que la deuxième (dernière ligne, 5ème et 6ème colonne dans la figure A) au cours de l’année 2016 continue avec le plus haut niveau d’ancrage dans le pays d’origine et un réseau à peine changé ; la première (4ème ligne, 5ème et 6ème colonne dans la figure A) a réorienté son entourage relationnel vers un plus important ancrage local, mais focalisé vers le monde ukrainien.

74Ce changement est imputable à son évolution professionnelle (en 2009 elle était au chômage et ensuite elle est devenue traductrice, offrant ses services à d’autres ukrainiens) et à sa nouvelle situation familiale (elle a eu un enfant et quatre autres membres de la famille ont émigré en Espagne). La forte connectivité inter-cluster s'est produite après l’intégration de son conjoint au groupe familial et, plus largement, à son entourage relationnel.

75Dans son cas, l’indécision est en rapport avec le manque de stabilité économique et de travail qu’elle vit comme son conjoint, ainsi que l'état de santé précaire de ses parents, résidants en Ukraine.

76La deuxième femme représente le cas contraire, car elle n’a vécu ni changements dans le travail ni un nouvel événement majeur. La légère augmentation des contacts transnationaux est liée à la migration à cause de la guerre de l'une de ses filles, pour rejoindre une partie de la famille, qui se trouve en Italie. Cette indécision, cache l’espoir de pouvoir ré-émigrer vers un troisième pays. Elle peut s’expliquer par sa situation professionnelle (elle voudrait avancer professionnellement) et par sa situation familiale (son mari et sa deuxième fille se trouvent en Ukraine, avec l’idée d’émigrer aux États-Unis).

Figure 7. Le cas Linda – le schéma de stabilité du réseau personnel, le projet migratoire et la causalité du processus

Figure 7. Le cas Linda – le schéma de stabilité du réseau personnel, le projet migratoire et la causalité du processus

77Enfin, il est important de souligner que les « indécis » partagent les mêmes caractéristiques quant à l’expérience du travail (plus vaste ou exclusivement en Espagne) avec les « nouveaux permanents ». Mais, comme pour les « permutateurs », ils n’ont toutefois pas réussi un enracinement social et relationnel élevé dans le pays d'accueil. Par conséquent, ni les « permutateurs » ni les « indécis » n'ont exprimé le sentiment d'appartenance à l'Espagne ce qui paraît être très important pour la formation et la consolidation de l'intention de rester dans le pays d’accueil.

6. Conclusion

78Cet article analyse le projet migratoire des immigrés ukrainiens en Espagne dans un contexte d'incertitude à plusieurs niveaux en tant que processus dynamique à travers l'analyse des réseaux personnels longitudinaux. Nous avons fait une analyse temporelle et spatiale de la configuration des réseaux et l'avons mise en relation avec l'évolution des intentions résidentielles à long terme.

79Dans la présente étude, le réseau, qui n'est limité ni par les frontières de l'État ni par les frontières du groupe primaire (parenté), représente quelque chose de tangible, mesurable ; quelque chose de défini par le sujet d'étude, plutôt que quelque chose d'abstrait ou métaphorique et défini post-hoc ,ce qui est plus fréquent dans les études de migrations internationales.

80Cette approche a permis, d'une part, de se concentrer sur la composition globale et la structure des réseaux locaux et transnationaux et d'identifier la dynamique des modèles de changement. D'autre part, l'étude de cas particuliers a permis d'expliquer ces dynamiques et de mieux comprendre le processus d'adaptation sociale et culturelle de l'individu dans le pays d'accueil, sans ignorer les liens personnels que les immigrés entretiennent avec leur pays d'origine ou d'autres pays.

81Grâce à un suivi longitudinal des immigrés, différents types d'itinéraires intentionnels ont été identifiés. Indépendamment du type de profil intentionnel, les graphiques évolutifs montrent que la composition en termes de nationalité et de lieu de résidence et la structure des réseaux sont continuellement en cours de modification, même chez les immigrés ayant des projets de migration très avancés.

82En tenant compte des résultats d'autres études, on sait qu’après une mobilité géographique, l’individu a besoin en moyenne de deux ans pour reconstruire son réseau personnel [voir Bidart et al., 2011]. Il est donc tout à fait normal que pendant le stade initial de l'immigration il se produise de nombreux changements dans l'entourage relationnel. Cependant, il convient de rappeler que nous avons analysé les réseaux des immigrés avec le projet migratoire plus avancé (la durée moyenne de séjour était de 6 ans en 2009, et de 13 ans en 2016). Il est donc raisonnable de penser que ces immigrants devaient avoir un environnement relationnel plus stable. De plus, certaines études ont constaté que bien que le taux de renouvellement des contacts soit élevé, les individus ont tendance à maintenir relativement le même type [Lubbers et al., 2011] et la même structure [Kalish et Robins, 2006] de réseaux au fil du temps. Alors, comment peut-on expliquer les changements dans les réseaux des Ukrainiens ?

83En comparant les dynamiques des réseaux, les discours des immigrés et leurs évolutions biographiques en fonction du profil intentionnel, nous avons pu observer certains modèles de changement communs pour chaque profil. C'est-à-dire que l'évolution du projet migratoire est étroitement liée au processus de (re)configuration des réseaux personnels.

84En outre, les résultats suggèrent que non seulement la composition des réseaux est importante, mais aussi sa structure, et il est difficile de comprendre son évolution dans toute sa complexité, si on ne considère pas les deux éléments. La structure relationnelle est généralement la grande absente des études sur les migrations internationales.

85Néanmoins, et à titre d’exemple dans cette étude, un fort ancrage transnational peut bloquer une plus grande intégration dans la culture autochtone, ce qui influence négativement la formation de l’intention de rester en Espagne.

86Autre conclusion importante, se centrer seulement sur les liens familiaux et ne pas tenir compte d'autres relations (amicales par exemple), comme le font la plupart des études quantitatives, peut aboutir à des résultats biaisés. Les analyses soulignent que le migrant se situe au centre d’une structure familiale et sociale complexe qui exerce son influence sur ses intentions de façon globale.

87Identifier la causalité est une tâche complexe, mais le comparatif de réseaux statiques correspondant à deux moments temporels différents et l’analyse de l’évolution du projet migratoire, aident, sans doute, à une meilleure compréhension de leurs interrelations.

88En tout cas, pour différencier entre cause et effet, une étude mixte (qualitative-quantitative) s’impose, incluant autant les facteurs macrostructurels (ex. le conflit armé, situation économique et politique) que les facteurs micro (ex. évolution du cycle de vie, évolution professionnelle, motivations).

89L’interprétation que les migrants donnent eux-mêmes aux changements dans leurs réseaux est cruciale pour déterminer la causalité et la séquence des événements dans un contexte d’incertitude. Autant le conflit armé que la crise économique apparaissent comme des facteurs qui marquent les trajectoires de l’évolution de l’entourage relationnel et/ou la formation de l’intention résidentielle. Néanmoins, ces deux facteurs macrostructrurels n’ont pas d’effet sur tous les immigrants, ni le même résultat. La constellation des réseaux personnels à ce moment-là, ainsi que la façon de planifier le futur, déterminent leur l’impact. En revanche, les facteurs macrostructurels peuvent aussi modifier les formes de relation et changer l'intention.

90De plus, il est nécessaire de souligner que l’évolution du cycle de vie de l’immigrant interfère de manière importante dans les processus de modification des réseaux personnels et des intentions résidentielles.

91Pour finir, il est à noter que parmi les limites de cette étude se trouvent la taille de l’échantillon et le faible nombre de cas avec l’intention de retourner en Ukraine jusqu’à la dernière vague. Ainsi, cette étude permet d'observer principalement comment se créent et sont maintenues les intentions de rester dans le pays d'accueil et comment se conserve ou se modifie l’indécision, ce qui est étroitement lié aux sentiments d’appartenance, dépendants également de la configuration spatiale des réseaux personnels. Bien que les caractéristiques de l’échantillon ne permettent pas d'extrapoler les résultats à toute la communauté ukrainienne en Espagne, cette étude met en évidence que l’installation dans le pays d’accueil est en fait un processus multidimensionnel.

Figure A : Graphiques évolutifs clustérisés selon le profil intentionnel

Figure A : Graphiques évolutifs clustérisés selon le profil intentionnel
Haut de page

Bibliographie

ANGHEL R. G., BOTEZAT A., COSCIUG A., MANAFI I., ROMAN M. (2016), International migration, return migration, and their effects. A comprehensive review on the Romanian case. IZA DP, pp. 1-49.

BIDART C. (2012), Réseaux personnels et processus de socialisation, Idées économiques et sociales, 3, nº 169, pp. 8-15.

BIDART C., DEGENNE A., GROSSETTI, M. (2011), La vie en réseau : dynamique des relations sociales, Paris, Presses universitaires de France, 355 p.

BIDART C., LAVENU D. (2005), Evolutions of personal networks and life events, Social Networks, nº 27, pp. 359–376.

BOLÍBAR M., MARTÍ J., VERD J. M. (2015), Just a question of time? The composition and evolution of immigrants’ personal networks in Catalonia, International Sociology, doi: 10.1177/0268580915579925.

BONVALET C., LELIÈVRE (dir.) (2012), De la famille à l'entourage. L'enquête biographies et entourage, INED, coll. « Grandes Enquêtes », 2012, 472 p.

BOYD M. (1989), Family and Personal Networks in International Migration : Recent Developments and New Agendas, International Migration Review, 23, nº 3, pp. 638-669.

BRANDES U., LERNER J., LUBBERS M. J., MCCARTY C., MOLINA J. L. (2008), Visual Statistics for Collections of Clustered Graphs, In 2008 IEEE Pacific Visualization Symposium, 5-7 mars, Kyoto, Japon, pp. 1-8.

BROWN D. L. (2002), Migration and Community: Social Networks in a Multilevel World, Rural Sociology, 67, nº 1, pp. 1-23.

CASSARINO J.-P. (2004), Theorising Return Migration: the Conceptual Approach to Return Migrants Revisited, IJMS: International Journal on Multicultural Societies, 6, nº 2, pp. 253-279.

CHARBIT Y., BERTRAND C. (1985) Les enfants de migrants restés ou revenus dans les pays d'origine du bassin méditerranéen. Revue européenne des migrations internationales, 1, n° 1, pp. 81-102.

CHAVEZ L. R. (1994), The Power of the Imagined Community: The Settlement of Undocumented Mexicans and Central Americans in the United States. American Anthropologist, 91, nº 1, pp. 52-73.

DE FEDERICO DE LA RÚA A. (2002), Amistad e identificación : las micro fundaciones de las pertenencias macro. Amigos europeos e identidad europea, REDES – Revista hispana para el análisis de redes sociales, 3, nº 6, pp. 1-28. http://revistaredes.rediris.es/html-vol3/vol3_6.htm

DE GOURCY C. (2013), Partir, rester, habiter : le projet migratoire dans la littérature exilaire. Revue européenne des migrations internationales, 29, nº 4, pp. 43-57.

DE MIGUEL LUKEN V., SOLANA SOLANA M., PASCUAL DE SANS À. (2007), Redes sociales de apoyo. La inserción de la población extranjera, Bilbao, Fundación BBVA, 322 p.

ERDAL M. B., Ezzati R. (2015) ‘Where are you from’ or ‘when did you come’? Temporal dimensions in migrants' reflections about settlement and return. Ethnic and Racial Studies, 38, Nº 7, pp. 1202-1217.

FAWCETT J. T. (1989), Networks, linkages, and migration systems. International Migration Review, 23, nº 3, pp. 671-680.

GURAK D. T., CASES F. (1992), « Migration Networks and the Shaping of Migration Systems », in M. M. Kritz, et al. (dir.), International Migration Systems: A Global Approach, Oxford, Clarendon Press, pp. 150-176.

HOSNEDLOVÁ R. (2014), Bridging the intention–realization gap in the process of returning. The role of networks in the experience of Ukrainians in Madrid. Doctoral Thesis, Madrid, University Complutense of Madrid, 630 p.

KALISH Y., ROBINS G. (2006), Psychological predispositions and network structure: the relationship between individual predispositions, structural holes and network closure, Social Networks, nº 28, pp. 56–84.

KLEY S. (2011), Explaining the Stages of Migration within a Life-course Framework. European Sociological Review, 27, nº 4, pp. 469-486.

LELIÈVRE É. (1999) Collecter des données de mobilité : des histoires migratoires aux biographies d'entourage. In : Espace, populations, sociétés, 1999-2. Les mobilités spatiales. pp. 195-205.

LUBBERS M. J., MOLINA J. L. (2013), El proceso de reconstrucción de la red personal de los inmigrantes : una descripción longitudinal, Empiria : Revista de Metodología de Ciencias Sociales, nº 26, pp. 63-88.

LUBBERS M. J., MOLINA J. L., LERNER J., BRANDES U., ÁVILA J., MCCARTY C. (2010), Longitudinal analysis of personal networks. The case of Argentinean migrants in Spain, Social Networks, nº 32, pp. 91-104.

LUBBERS M. J., MOLINA J. L., MCCARTY C. (2007), Personal Networks and Ethnic Identifications: The Case of Migrants in Spain, International Sociology, nº 22, pp. 721-741.

MAYA-JARIEGO I., ARMITAGE N. (2007), Multiple Senses of Community in Migration and Commuting. The Interplay between Time, Space and Relations, International Sociology, 22, nº 6, pp. 743-766.

MAZZELLA S. (2014), Sociologie des migrations. Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je? », 127 p.

MCCARTY C., KILLWORTH P. (2007), Impact of methods for reducing respondent burden on personal network structural measures, Social Networks, nº 29, pp. 300-315.

MICHALON B. (2013), Les expériences migratoires des Aussiedler : regroupement familial et réseaux. Revue européenne des migrations internationales [En ligne], 29, n° 3, URL : http://remi.revues.org/6511.

MOLINA J. L, PETERMANN S., HERZ A. (2014), Defining and Measuring Transnational Social Structures, Field Methods, doi: 10.1177/1525822X14556254.

PERROUD M. (2007), Migration retour ou migration détour ? Diversité des parcours migratoires des Brésiliens d'ascendance japonaise. Revue européenne des migrations internationales, 23, nº 1, pp. 49-70.

PORTES A., SENSENBRENNER J. (1993), Embeddedness and Immigration : Notes on the Social Determinants of Economic Action, The American Journal of Sociology, 98, nº 6, pp. 1320-1350.

STAMM S. (2006), Social Networks Among Return Migrants to Post-War Lebanon, CIS Working Papers (Vol. 9): UNI ETH Zurich: Center for Comparative and International Studies (CIS).

STANEK M., HOSNEDLOVÁ R. (2012), Exploring Transnational Practices of Ukrainian Migrants in Spain, Economics & Sociology, 5, nº 1, pp. 62-73.

TSUDA T. (1999), The permanence of "Temporary" Migration: The "Structural Embeddedness" of Japanese-Brazilian Immigrant Workers in Japan, The Journal of Asian Studies, 58, nº 3, pp. 687-722.

Haut de page

Annexe

Source : élaboré par l'auteur à partir des données recueillies en 2009 et 2016.

Haut de page

Notes

1 http://www.ine.es/dyngs/INEbase/es/operacion.htm?c=Estadistica_C&cid=1254736176918&menu=resultados&idp=1254735976595

2 Les données relationnelles ont été analysées, et les graphiques clustérisés visualisés avec le logiciel R (version 3.1.2) et le package egonetR

3 Tous les prénoms ont été changés

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les sorties et les entrées d'Ukrainiens entre 2009 et 2016
Crédits Source : Basé sur les suppressions et les inscriptions sur le Registre municipal entre 2008-2016, Institut National des Statistiques (Espagne).
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7278/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Titre Figure 2 : Le modèle analytique de Brandes et al. [2008], Molina et al. [2014] adapté à l'étude des Ukrainiens
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7278/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 3 : Le cas Mykola – Schéma d’évolution du réseau personnel, du projet migratoire et de la causalité du processus
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7278/img-3.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 4 : Le cas Natalia – Schéma d’évolution du réseau personnel, du projet migratoire et de la causalité du processus
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7278/img-4.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 5 : Le cas Taras – Schéma d’évolution du réseau personnel, du projet migratoire et de la causalité du processus
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7278/img-5.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 6 : Le cas Yuriy – Schéma d’évolution du réseau personnel, du projet migratoire et de la causalité du processus
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7278/img-6.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 7. Le cas Linda – le schéma de stabilité du réseau personnel, le projet migratoire et la causalité du processus
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7278/img-7.png
Fichier image/png, 29k
Titre Figure A : Graphiques évolutifs clustérisés selon le profil intentionnel
URL http://journals.openedition.org/eps/docannexe/image/7278/img-8.png
Fichier image/png, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renáta Hosnedlová, « Reconfigurations spatiales et temporelles des réseaux personnels et du projet migratoire dans un contexte d’incertitude : le cas des Ukrainiens en Espagne », Espace populations sociétés [En ligne], 2017/3 | 2018, mis en ligne le 25 janvier 2018, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/eps/7278 ; DOI : 10.4000/eps.7278

Haut de page

Auteur

Renáta Hosnedlová

Post-doctorante de l'Université Autónoma de Barcelona (egolab-GRAFO)
Departamento de Antropología Social y Cultural
Edificio B - Facultat de Lletres
08193 Bellaterra (Cerdanyola del Vallès)
renata.hosnedlova@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals